Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest et les Amériques

 | 
Marie-Christine Michaud
, 
Éliane Elmaleh

Les espaces de l’Ouest, conquête et redéfinition

Nouvelles du « Colorado sibérien » : l’Ouest américain revisité par des migrants italiens

Thierry Rinaldetti

Texte intégral

  • 1 Deschamps B., « L’épreuve/les preuves de la loyauté : la presse italo-américaine face à la (...)
  • 2 Un article récent sur la presse ethnique polonaise aux États-Unis s’intéresse aux interaction (...)

1Dans le cadre de cet ouvrage sur l’Ouest et les Amériques, je me suis intéressé aux représentations des régions minières de l’Ouest américain dans Il Lavoratore Italiano, un hebdomadaire radical de langue italienne publié à Pittsburg, au Kansas, de 1905 à 1927. Ce journal, qui fut un temps l’organe officiel d’un syndicat, The Western Federation of Miners (Fédération des mineurs de l’Ouest), ouvrait ses pages à ses lecteurs, pour la plupart des mineurs italiens installés dans les bassins miniers de l’Ouest et du Midwest. J’ai donc choisi d’exploiter leurs correspondances publiées dans Il Lavoratore Italiano, non seulement pour entendre la voix des principaux intéressés et connaître les représentations de l’Ouest américain véhiculées par des mineurs italiens, mais également parce qu’en travaillant sur la presse ethnique italienne aux États-Unis, j’ai pu constater que les travaux publiés étaient presque exclusivement consacrés à l’idéologie, aux discours et aux représentations véhiculés par les fondateurs et les rédacteurs des quotidiens ou des hebdomadaires1, mais que la dimension polyphonique et interactive de la presse ethnique italienne était très largement occultée2.

L’Ouest de la rédaction, un terrain d’affrontement entre militants du mouvement ouvrier

  • 3 « Come vivono e muoiono i minatori. »
  • 4 « Cronaca rosa. »
  • 5 « Carne di prete. »

2Au Kansas, l’hebdomadaire radical Il Lavoratore Italiano fut publié dès 1905 par Edoardo Caffaro, un migrant de la région de Turin, qui venait d’arriver à Pittsburg après avoir passé plusieurs années dans la petite ville minière de Trinidad, dans le Colorado, et dont les sympathies allaient aussi bien au socialisme qu’au syndicalisme. Son hebdomadaire prônait le syndicalisme industriel révolutionnaire et la solidarité internationale de la classe ouvrière : une large place y était ainsi faite à l’action révolutionnaire en Europe, et des annonces émanant de groupes socialistes d’origines ethniques différentes, française notamment, y étaient également publiées en italien. Outre les informations d’ordre politique ou syndical, une chronique intitulée « Comment vivent et meurent les mineurs3 » proposait des articles réguliers sur la condition de mineur, tandis que dans des rubriques intitulées « Chronique rose4 » ou « Chair de curé5 », et parfois aussi au moyen de caricatures percutantes, l’hebdomadaire dénonçait l’influence de l’Église et des prêtres dans les communautés d’immigrants italiens.

  • 6 Il Lavoratore Italiano demeura fidèle au syndicalisme industriel révolutionnaire même après (...)

3Il Lavoratore Italiano prit rapidement position en faveur de The Western Federation of Miners, qui joua un rôle crucial dans la fondation, en juin 1905, de The Industrial Workers of the World (Travailleurs industriels du monde), puissant syndicat industriel révolutionnaire, en leur fournissant notamment bon nombre de ses militants, ainsi que plusieurs de ses cadres (à commencer par Bill Haywood, l’un des plus célèbres d’entre eux). Il Lavoratore Italiano, qui s’était d’abord présenté comme « L’hebdomadaire des travailleurs italiens unis d’Amérique », s’afficha très clairement, dès le mois d’avril 1906, comme un journal « dévoué à la Fédération des Mineurs de l’Ouest et au syndicalisme industriel6 ». Les positions idéologiques du Lavoratore Italiano lui valurent très vite d’entrer en conflit avec The United Mine Workers of America (Les ouvriers des mines unis d’Amérique), autre syndicat de mineurs puissant, mais nettement plus conservateur, puisqu’il était affilié à The American Federation of Labor (Fédération américaine du travail), favorable au corporatisme de métier.

4Pour la rédaction du Lavoratore Italiano, l’Ouest américain, c’était avant tout le théâtre où se déroulait le combat entre les deux syndicats pour rallier à leur cause les camps de mineurs du Sud-Ouest et des Rocheuses, dans le Colorado, l’Arizona, l’Utah, le Nouveau-Mexique, l’Idaho, le Wyoming, ou encore le Montana. À côté des nombreux éditoriaux et articles à caractère ouvertement éducatif, tels ceux dénonçant, par exemple, les ravages de l’alcool ou l’influence néfaste des prêtres italiens, ou ceux promouvant l’égalité des femmes ou la fraternité des peuples, les colonnes du Lavoratore Italiano regorgeaient d’attaques en règle contre The United Mine Workers of America et The American Federation of Labor, ainsi que contre leurs alliés, réels ou supposés : classe politique et élites locales, organes de presse ralliés à leur cause…

  • 7 Notarianni P. F., « Italian Involvement in the 1903-04 Coal Miners’ Strike in Southern Colo (...)
  • 8 Il Lavoratore Italiano, 9 mars 1906.
  • 9 Ibid., 15 décembre 1905 ; 29 juin 1906.

5De nombreux néologismes, expressions toute faites et qualificatifs dépréciatifs étaient fréquemment repris pour désigner les ennemis et leur alliance contre-nature. Par exemple, Peabody, le nom du gouverneur du Colorado qui avait fait intervenir la garde nationale, instauré la loi martiale et fait déporter des dizaines de grévistes en 19047, était presque systématiquement utilisé comme adjectif (peabodian) pour qualifier The United Mine Workers of America, accusés de complicité avec les compagnies et avec « la classe capitaliste de l’Ouest8 ». Même chose pour l’adjectif dépréciatif « mitchellien » (mitchellian), du nom du président de The United Mine Workers of America, Mitchell, qui suffisait à faire comprendre aux lecteurs de qui, ou de quoi on parlait, sans avoir à nommer le syndicat9.

  • 10 Dans l’Utah et le Colorado se déroulèrent certains des conflits les plus violents ayant agi (...)
  • 11 L’organisation s’appelait la Federazione Colombiana.
  • 12 Il Lavoratore Italiano, 15 décembre 1905.

6Ces termes s’appliquaient aussi à d’autres acteurs. Aux milices de citoyens, par exemple, qui se formèrent pour défendre les intérêts des compagnies minières lors des conflits violents qui éclataient fréquemment dans les camps de mineurs de l’Ouest10. Mais ils s’appliquaient aussi, et surtout, au journal radical L’Unione, publié à Pueblo dans le Colorado, et que Il Lavoratore Italiano tenait pour son pire ennemi, car cet hebdomadaire, qui se disait indépendant tout en étant l’organe officiel d’une organisation socialiste italo-américaine11, était plus proche du syndicalisme modéré de The United Mine Workers of America. Ici encore, parler de « journal peabodien » suffisait à se faire comprendre des lecteurs, sans avoir à nommer le concurrent12. Prenant L’Unione à partie, à la fois sur les idées et sur la forme, Il Lavoratore Italiano créa même une rubrique intitulée « Le musée des perles », dans laquelle les fautes d’orthographe, d’accord ou de syntaxe du concurrent faisaient l’objet de commentaires railleurs, comme par exemple dans le numéro du 15 décembre 1905 :

  • 13 Ibid., 22 décembre 1905. Toutes les citations tirées du Lavoratore Italiano ont été (...)

« Chère madame de L’Unione, écoutez bien, et que cela reste entre nous : “inauguration”, je le dis et le répète, ne prend qu’un seul “n”. Que diable ! Un descendant de Christophe Colomb, une personnalité qui veut porter haut le nom de l’Italie à l’étranger, et qui ne connaît pas l’orthographe de la langue qu’on parle en Italie ! Mais cette consœur croit peut-être honorer et faire briller le nom de l’Italie en faisant de la propagande en faveur de l’analphabétisme13. »

  • 14 Bezza B. (dir), Gli Italiani fuori d’Italia : gli emigrati italiani nei movimenti o (...)
  • 15 Il Lavoratore Italiano, 2 mars 1906.

7Les auteurs de ces perles étaient jugés incompétents, et indignes de représenter les intérêts des travailleurs italiens. Il s’agissait là d’une accusation très grave, puisqu’il faut rappeler qu’au début du xxe siècle, la plupart des Italiens ne parlaient pas encore l’italien, mais uniquement des dialectes régionaux, et que l’une des difficultés du mouvement ouvrier italo-américain consistait, justement, à rassembler des travailleurs divisés, non seulement par rapport à leurs idées politiques, mais aussi, et surtout, par rapport à leurs origines régionales14. Dans un article intitulé « Italiens du Sud, du Nord… et du Centre », un contributeur de l’État de Washington déplorait d’ailleurs « que du régionalisme, un préjugé pire encore que les préjugés religieux, on fasse si peu de cas, alors même que celui-ci est profondément enraciné dans l’esprit des ouvriers italiens, et qu’il a parfois des conséquences déplorables15 ».

L’ouest des lecteurs, une destination parmi d’autres pour les migrants

  • 16 Ibid., 22 décembre 1905.
  • 17 Ibid., 9 mars 1906.
  • 18 Ibid., 30 mars 1906.

8Pour les rédacteurs du Lavoratore Italiano, l’Ouest américain, c’était donc d’abord un terrain d’affrontement avec les partisans du syndicalisme modéré de The United Mine Workers of America. Et Il Lavoratore Italiano disposait, dans bon nombre de petites villes minières de l’Ouest, mais aussi du Midwest, d’un réseau de correspondants chargés, comme dans d’autres publications radicales, de faire la promotion du titre, de gérer les abonnements, ou encore d’informer la rédaction sur les conditions locales dans les différentes régions minières. Certains de ces correspondants, qui partageaient dans l’ensemble les idées de la rédaction et menaient, dans l’Ouest, le même combat contre The United Mine Workers of America, faisaient publier dans Il Lavoratore Italiano des contributions régulières dont la dimension idéologique et la fonction de propagande sautaient parfois immédiatement aux yeux, dès la lecture du titre de l’article : « L’action de nos consuls16 », « Laisserons-nous assassiner nos frères17 ? », « Inquisition18 »…

9Les choses en allaient autrement des lettres émanant de lecteurs « ordinaires », dont les préoccupations étaient souvent plus pragmatiques ou personnelles – même si, bien sûr, il leur arrivait aussi de se révolter et de faire œuvre de propagande dans les pages du journal, comme ce lecteur du Wisconsin qui s’en prenait très violemment aux curés dans un article intitulé, fort à propos, « Bave sainte et ignorance de bigots », et qu’il commençait ainsi :

  • 19 Ibid., 2 février 1906.

« Encouragé par l’appel lancé par Il Lavoratore Italiano à tous les travailleurs, même peu instruits, pour qu’ils collaborent à la rédaction du journal, j’écris ces quelques lignes qui, je l’espère, permettront aux lecteurs de ne pas se laisser influencer par l’obscurantisme religieux19. »

  • 20 Ibid., 23 février 1906.

10Mais, dans l’ensemble, pour ces mineurs italiens sans doute moins impliqués dans le mouvement ouvrier, l’Ouest américain, c’était d’abord une destination potentielle, et Il Lavoratore Italiano leur permettait alors d’obtenir, ou de fournir, des informations indispensables concernant les différentes régions minières des États-Unis. Un lecteur disait ainsi, de manière très explicite, vouloir faire part des mésaventures qu’il avait vécues dans un camp du Colorado « pour que tous les lecteurs du Lavoratore Italiano qui n’ont pas la chance inouïe de vivre dans le Colorado sachent [ce qui s’y passe]20 ».

11De manière générale, Il Lavoratore Italiano permettait d’échanger des informations concrètes, concernant les salaires, les horaires de travail, les conditions climatiques, la sécurité dans les mines, l’implantation des syndicats, les relations avec les contremaîtres, ou avec les travailleurs d’autres origines… Par exemple, un mineur écrivait ceci de Mount Olive, dans l’Illinois :

  • 21 Ibid., 13 juillet 1906.

« Le camp est à environ 3 km de Mount Olive, et je crois que c’est l’une des meilleures mines de l’Illinois, à la fois pour le travail et pour la paye. Mais il y a un inconvénient de taille : on travaille tous les jours et toutes les nuits depuis à peu près un an. Une semaine de jour, et l’autre de nuit21. »

  • 22 Ibid., 19 avril 1906.

12Un autre, de Hanna dans le Wyoming : « Ne vous rendez pas dans ce camp, il y règne une mafia diabolique. La plupart des habitants sont finnois ou suédois. Si quelqu’un a le malheur de parler en bons termes du syndicat, on l’expulse comme un chien22. »

  • 23 Ibid., 22 juin 1906 ; 13 juillet 1906.

13Des informations erronées, souvent véhiculées par d’autres journaux, étaient démenties, des précisions apportées, par des lecteurs parfaitement au fait des conditions locales, comme ils vivaient sur place23. Par exemple, un correspondant écrivait ceci à propos des travaux de construction d’une ligne de chemin de fer dans l’État de Washington :

  • 24 Ibid., 30 mars 1906.

« De très nombreux ouvriers vont être employés pendant les travaux. Tous les bureaux de placement des villes côtières du Pacifique ont reçu pour directive de recruter des hommes et, aussitôt, comme vous avez pu le constater, les journaux des jaunes ont diffusé l’information dans les quatre coins du pays, dans le seul but de faire venir un maximum d’ouvriers, et donc de faire baisser les salaires. Mais je peux vous assurer qu’il y a plus d’hommes qu’il n’en faut, ici dans l’Ouest, pour assurer les travaux24. »

14Un autre lecteur disait ceci des mines de charbon de Thurber, dans le Texas :

  • 25 Ibid., 22 juin 1906.

« J’ai lu par hasard, dans L’Italo Americano de La Nouvelle Orléans, un article où l’on dit, entre autres stupidités, que Thurber est un immense camp minier situé à 1 000 mètres au-dessus du niveau de la mer, où l’air est sain, et où sont employés 4 000 mineurs […] À Thurber, il n’y a pas 4 000 mineurs, mais 1 200. La différence est de 2 800, elle mérite d’être soulignée. L’air est sain, mais pour ceux qui exploitent les mineurs, pas pour les mineurs, qui n’ont pas le temps d’en profiter. Sous terre, l’air n’est pas sain. Le salaire moyen des mineurs serait, selon l’article, de deux dollars pour une journée de huit heures. En réalité, dans les faits, de nombreux mineurs ne parviennent même pas à gagner un dollar et demi25. »

  • 26 Ibid., 16 novembre 1906.
  • 27 Ibid., 12 janvier 1912.

15Les lecteurs du Lavoratore Italiano utilisaient aussi l’hebdomadaire pour communiquer directement entre eux, par le biais de lettres ouvertes, ou bien de lettres et de messages plus personnels publiés dans ses colonnes. C’est ainsi, par exemple, qu’un migrant ombrien installé dans un bassin houiller du Kansas faisait part de sa douleur et de son amertume suite au décès accidentel d’un membre de sa famille survenu dans une petite ville minière du Michigan26. Dans une autre lettre, une femme de mineur installée dans l’Oklahoma, s’adressait à l’un de ses amis, expatrié, quant à lui, dans une petite ville minière luxembourgeoise, pour lui faire part de son sentiment à propos d’événements impliquant des connaissances communes dans leur village natal en Ombrie – événements dont on comprend au passage qu’ils ont déjà fait l’objet de commentaires dans les pages du journal : « Cher compagnon, j’ai lu dans Il Lavoratore Italiano les mésaventures survenues à tes enfants à Gualdo Tadino, en Ombrie. Il fallait s’y attendre ! Mais toi, tu ne voulais pas y croire, tu te souviens27 ? »

  • 28 Ibid., 19 avril 1906.
  • 29 Ibid., 11 mai 1906.

16Dans certains cas, ce « courrier des lecteurs » permettait même de manifester sa solidarité à l’égard de parfaits inconnus dont la situation ne laissait pas insensible. Par exemple, en réponse à l’un de ses compatriotes ayant fait part, trois semaines plus tôt dans les colonnes du journal, de son désir de quitter son camp du Wyoming, où l’air était apparemment devenu irrespirable pour les radicaux28, un mineur installé dans l’Utah écrivait ceci : « Si vous avez l’intention de quitter le Wyoming, je suis prêt à vous aider, n’importe quand, pour vous permettre d’échapper à ces individus dégoûtants29. »

  • 30 Ibid., 19 avril 1906.

17Bien souvent, les personnes mentionnées dans les lettres et les contributions étaient présentées de la manière suivante : après le nom et le prénom de l’intéressé était indiquée sa région ou sa province d’origine en Italie, comme, par exemple, dans le compte rendu d’une bagarre entre deux mineurs italiens, un « Michele Squarcia de la province de Bari » (dans les Pouilles) et un « Salvatore D’Andrea de la province de Cosenza » (en Calabre)30. Si cela peut surprendre dans un journal radical comme Il Lavoratore Italiano, dont de nombreux articles et éditoriaux fustigeaient le campanilisme et le régionalisme, ces formes d’allégeance très locales (pour le village ou la région d’origine) qui divisaient encore profondément les Italiens au début du xxe siècle, un tel mode de présentation des individus s’explique, à mon sens, par le fait que les informations données concernaient, non pas de parfaits inconnus, comme c’est généralement le cas dans la presse, mais des individus susceptibles d’être connus d’autres migrants installés ailleurs, et qu’il fallait donc présenter de manière à ce qu’ils soient identifiables.

  • 31 Un certain nombre de sphères publiques nées des interactions entre rédacteurs et lecteurs d (...)

18En réalité, l’étude des contributions et correspondances publiées dans Il Lavoratore Italiano permet non seulement d’entendre la voix des migrants eux-mêmes, mais elle met également en lumière l’une des fonctions majeures de l’hebdomadaire. Car Il Lavoratore Italiano n’était pas seulement un organe syndical de référence, c’était également un véritable forum de discussion. Celui-ci s’adressait à des communautés italiennes, villageoises ou régionales, qu’on pourrait qualifier de « communautés dispersées » ou « diasporiques », comme leurs membres étaient installés dans des bassins miniers différents, parfois fort éloignés les uns des autres, et entre lesquels circulaient les individus les plus mobiles31.

  • 32 « Pittsburg e dintorni. »

19Dans une rubrique intitulée « Pittsburg et ses environs32 », les lecteurs racontaient leur quotidien dans des petites villes minières bien plus éloignées de Pittsburg que ne le porterait à croire le titre de la rubrique, puisque leurs contributions provenaient, en réalité, non seulement du Kansas, mais aussi, entre autres, de l’Illinois, du Michigan, du Minnesota, du Wisconsin, de l’Iowa ou de l’Indiana dans le Midwest, ou encore du Colorado, des Territoires indiens (l’actuel Oklahoma), de l’Utah, du Nouveau-Mexique, de l’Arizona, de la Californie ou du Wyoming dans l’Ouest. Il n’est pas certain que la presse locale américaine ait fait preuve d’un intérêt comparable pour de petites localités aussi éloignées. Car si Il Lavoratore Italiano, publié au Kansas, se faisait le chroniqueur d’une portion à la fois aussi vaste et bien délimitée du territoire américain, c’était pour répondre aux attentes des migrants italiens, qui avaient parfois séjourné, ou projetaient de séjourner, dans l’un ou l’autre de ces bassins miniers, et où ils avaient souvent aussi des parents, des amis, ou de simples connaissances. Au fond, que cette rubrique fût intitulée « Pittsburg et ses environs » ne surprend guère : pour des migrants venus de si loin, et habitués à se déplacer au sein d’un territoire immense des deux côtés de l’Atlantique, la notion de distance dépendait sans doute, d’abord, de la place qu’occupaient les différentes localités dans leur circuit migratoire, de la plus ou moins grande familiarité qu’ils avaient développée avec chacune d’entre elles, au gré de leurs expériences migratoires ou à travers les pages du Lavoratore Italiano.

« Dal Colorado Siberiano », ou comment Il Lavoratore Italiano se transforme en cahier de doléances des mineurs de l’Ouest

20Il Lavoratore Italiano représentait donc une source précieuse d’informations au sein de ces communautés dispersées, et tout particulièrement pour les migrants qui circulaient d’un bassin minier à l’autre, en privilégiant certains, en évitant d’autres. Dans ces conditions, il n’est pas anodin de souligner que les régions minières de l’Ouest américain avaient très mauvaise presse dans Il Lavoratore Italiano, et qu’à bien des égards, l’hebdomadaire prit parfois des allures de cahier de doléances des mineurs de l’Ouest.

  • 33 Ces trois rubriques apparurent pour la première fois en 1906 dans Il Lavoratore Italiano : (...)
  • 34 Giacomo Peretto notamment, l’un des organisateurs nationaux de The Western Federation of (...)

21À la lecture du Lavoratore Italiano, on ne peut que constater, en premier lieu, la place croissante accordée aux informations en provenance des régions minières de l’Ouest. À plusieurs reprises, la rédaction prit même l’initiative de créer de nouvelles rubriques, afin de regrouper les nombreux témoignages concernant certaines régions de l’Ouest, telles que le Colorado – avec deux rubriques intitulées « Du Colorado méridional » et « Du Colorado sibérien » – ou l’Utah – avec une rubrique intitulée « Du pays des Mormons33 ». Cette situation s’explique en partie par les liens étroits de l’hebdomadaire avec TheWestern Federation of Miners, dont les responsables rédigeaient régulièrement de longs articles et des éditoriaux dans Il Lavoratore Italiano34. Des raisons personnelles, liées au parcours d’Edoardo Caffaro, le directeur du journal, peuvent également expliquer le traitement particulier de l’information consacrée aux régions minières de l’Ouest. Avant de s’installer dans le Kansas, ce migrant originaire du Piémont avait, en effet, d’abord travaillé pendant plusieurs années dans les mines de charbon de Trinidad, au Colorado, où il avait été confronté à la répression impitoyable des compagnies minières – alliées aux milices de citoyens et aux politiciens locaux. Et il avait fini par être expulsé du Colorado lors de la grève de 1903-1904.

  • 35 Il Lavoratore Italiano, 20 juillet 1906.

22En relayant constamment des récits et des descriptions effroyables sur les conditions régnant dans certaines régions minières de l’Ouest, Il Lavoratore Italiano renforça très certainement les préjugés négatifs – et, malgré tout, largement fondés – de bon nombre de mineurs italiens. Prenons l’exemple du Colorado. Dans les pages du journal, le Colorado fut d’abord associé à la Sibérie dans l’une des rubriques qui lui fut consacrée sous le titre « Du Colorado sibérien ». Cette association fut ensuite reprise, et développée, dans des éditoriaux, des articles de la rédaction, puis des contributions de correspondants. Un organisateur local de The Western Federation of Miners basé à Trinidad, dans le Colorado, comparait ainsi la situation des mineurs dans le sud de l’État à celle des déportés en Sibérie35. Un autre contact régulier du journal à Pueblo, toujours dans le Colorado, écrivait, quant à lui :

  • 36 Ibid., 25 mai 1906.

« Qui croirait qu’en Amérique du Nord, dans ce pays dont on vante la civilisation, et qui passe pour un Eldorado ou une Terre Promise aux yeux des habitants du Vieux Continent, il se trouve deux États [il s’agissait du Colorado et de l’Idaho] qui n’ont rien à envier à la Sibérie de ces assassins de Romanov36 ? »

  • 37 Ibid., 26 avril 1906.
  • 38 Ibid., 15 juin 1906.
  • 39 Ibid., 18 mai 1906.

23On pourrait multiplier, presque à l’infini, les exemples de ce type. Au bout du compte, le Colorado finit, en quelque sorte, par servir de repoussoir, et par être donné en exemple de ce qu’il fallait absolument éviter dans des témoignages de mineurs provenant d’un peu partout aux États-Unis : de l’Ouest, du Midwest et même de l’Est. Par exemple, un lecteur écrivait ceci depuis son camp de mineurs du Missouri : « J’espère vraiment que le Missouri est un État libre d’Amérique, et qu’il n’est pas, comme le Colorado russe, gouverné par des milices citoyennes37. » Un autre, un peu plus loin dans le Missouri : « Je préfère prévenir les jaunes qu’ici, ce n’est pas le Colorado38. » Un autre encore, en Californie : « Même ici en Californie, on est mieux lotis que dans le Colorado39. » Et ainsi de suite.

24Ces témoignages de première main, ainsi que les choix éditoriaux du Lavoratore Italiano, contribuèrent très certainement à alimenter des représentations très négatives des régions minières de l’Ouest américain déjà véhiculées ailleurs, par d’autres media. On pense, notamment, à King Coal, le roman social d’Upton Sinclair décrivant les conditions de vie et de travail épouvantables des mineurs de charbon au début du xxe siècle, et que l’auteur a choisi de situer au Colorado. Ce n’était pourtant pas les bassins houillers susceptibles de faire l’affaire qui manquaient aux États-Unis, et l’auteur précise d’ailleurs dans sa postface que les conditions décrites dans le roman sont celles de n’importe quelle ville minière américaine ; mais c’est néanmoins au Colorado qu’il décida d’effectuer ses investigations pour préparer son roman.

  • 40 Ce chiffre concernant la diffusion est annoncé par le journal lui-même dans son numéro du 2 (...)
  • 41 Œuvres de militants manquant souvent de moyens et/ou d’expérience, les publications radiale (...)
  • 42 The Morning Sun, Pittsburg (Kansas), 5 avril 2000.

25Mais les migrants italiens ne lisaient pas Sinclair – même si Il Lavoratore Italiano publiait par épisodes une sélection de textes littéraires traduits en italien, tels que Le Journal d’une femme de chambre d’Octave Mirbeau ou Mon compagnon de Maxime Gorki. En revanche, ils lisaient Il Lavoratore Italiano. L’hebdomadaire tirait à 10 000 exemplaires et, à l’exception de quelques brèves périodes d’interruption, il fut publié de manière régulière de 1905 à 192740. Il s’agit là d’une diffusion et d’une longévité remarquables, quand on sait les difficultés auxquelles étaient confrontées la presse ethnique en général, et les publications italiennes et radicales en particulier41. En outre, dans le bassin houiller de Cherokee-Crawford, au Kansas, où Il Lavoratore Italiano était publié, ceux qui ne savaient pas lire pouvaient assister à des séances de lecture à haute voix, organisées pour eux dans les associations, cercles, et autres clubs italiens locaux42.

  • 43 Sur les circuits migratoires des habitants de l’Appenin ombrien : Rinaldetti T., Dall’Appen (...)
  • 44 Il Lavoratore Italiano, 22 décembre 1905 ; 29 juin 1906 ; 28 décembre 1906 ; 18 janvier 190 (...)
  • 45 Pour des informations concernant les activités « subversives » d’émigrants ombriens (...)
  • 46 Villaume C., « Le rôle de la famille dans l’intégration des immigrés italiens du bassin de (...)

26Dans ces conditions, ce n’est sans doute pas un hasard si les migrants ombriens, par exemple, évitèrent, presque systématiquement, l’Ouest américain, auquel ils préférèrent d’autres régions minières des États-Unis ou d’Europe43. Certains des pionniers de cette région d’Italie centrale s’étaient pourtant bien rendus dans des villes minières du Colorado et du Nouveau-Mexique dès les années 1890, mais les villageois qui émigrèrent ensuite massivement, du tournant du xxe siècle jusqu’à la Première Guerre mondiale, suivirent d’autres pionniers de la région, non pas dans l’Ouest américain, mais en Pennsylvanie, au Kansas, dans le Michigan, le Minnesota, ou encore en Lorraine et au Luxembourg. Même si les migrants disposaient d’autres canaux d’information – on pense à leurs lettres, à leurs déplacements successifs – Il Lavoratore Italiano joua très certainement un rôle dans leurs stratégies d’évitement de l’Ouest américain. Le Kansas était en effet l’une des destinations phare des migrants ombriens. Leurs noms apparaissaient régulièrement dans Il Lavoratore Italiano, à la fois comme contributeurs et dans des nouvelles locales44. Et ils expédiaient aussi des exemplaires de l’hebdomadaire à leurs parents et amis installés ailleurs, ou restés au pays45. Dans ces conditions, il n’y a rien de surprenant à ce que l’Ouest américain ait parfois servi de repoussoir jusque dans des villes minières situées de l’autre côté de l’Atlantique : dans le bassin sidérurgique du Luxembourg par exemple, c’était encore le « Far West » que les mineurs italiens évoquaient parfois pour se plaindre de leurs conditions de vie, lorsqu’ils devaient s’entasser à vingt ou trente dans des logements exigus, et occuper des lits à tour de rôle46.

27Il semblerait bien que ce phénomène d’évitement des régions minières de l’Ouest ait concerné l’ensemble des Italiens, et pas seulement les Ombriens. Quelques chiffres devraient suffire à illustrer ce point47. Par exemple, dans le comté de Pueblo au Colorado, région minière par excellence de cet État de l’Ouest, la proportion des Italiens nés à l’étranger diminua de 10 % entre les recensements de la population de 1910 et de 1920, tandis que celle des étrangers d’autres origines augmentait de 17 %. Par contre, dans le même temps, dans le bassin houiller de Crawford au Kansas, dans le Midwest donc, la population née en Italie augmentait de près de 30 %, tandis que celle des autres étrangers restait stable (+ 1 %) ; et sur la côte est, en Pennsylvanie, dans le comté de Lackawanna, en plein cœur de la région minière de l’anthracite, les Italiens nés à l’étranger maintenaient une présence stable (- 0,5 %) tandis que la population des autres étrangers diminuait de 17 %.

28À en juger d’après ces quelques chiffres et, surtout, d’après les pages du Lavoratore Italiano, l’Ouest américain ne semble pas avoir beaucoup fait rêver les mineurs italiens. L’Ouest occupait, certes, une place considérable dans les colonnes du Lavoratore Italiano, mais cet hebdomadaire radical proche de The Western Federation of Miners et de The Industrial Workers of the World véhiculait des représentations forcément très négatives des régions minières de l’Ouest américain où se déroulèrent, à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, certains des épisodes les plus violents et emblématiques de la lutte des classes aux États-Unis. Pour la rédaction du Lavoratore Italiano et ses collaborateurs disséminés dans les bassins miniers étasuniens, l’Ouest, c’était avant tout un terrain d’affrontement entre radicaux de tous bords menant, chacun à sa manière, le combat contre les compagnies minières et leurs alliés. Quant aux nombreux témoignages de mineurs italiens invités à faire part de leur expérience dans les pages du Lavoratore Italiano, ils se faisaient écho en reprenant souvent les mêmes images et expressions négatives, associant de manière quasi-incontournable l’Ouest américain à des camps de mineurs ayant très mauvaise réputation – et très mauvaise presse – et qu’il fallait absolument éviter. En offrant à ses lecteurs, des mineurs italiens souvent très mobiles, l’espace d’information et de discussion dont ils avaient besoin pour se déplacer d’un bassin minier à l’autre, Il Lavoratore Italiano leur permit alors sans doute, dans une certaine mesure, de les éviter.

Notes

1 Deschamps B., « L’épreuve/les preuves de la loyauté : la presse italo-américaine face à la citoyenneté, 1910-1935 », Revue Française d’Études Américaines, n° 75, janvier 1998, p. 47-60 ; Deschamps B. et Luconi S., « The Publisher of the Foreign-Language Press as an Ethnic Leader? The Case of James V. Donnaruma and Boston’s Italian-American Community in the Interwar Years », Historical Journal of Massachusetts, n° 2, 2002, p. 126-143 ; Deschamps B., « La scoperta dell’America narrata dai giornali italo-americani », in S. Cinotto et M. Mariano (dir.), Comunicare il passato : cinema, giornali e libri di testo nella narrazione storica, Turin, L’Harmattan Italia, 2004, p. 409-438 ; Luconi S., « Anti-Americanism in the Italian-Language Press in the United States in the Interwar Years », in S. Mathé (dir.), GRENA,L’antiaméricanisme/Anti-Americanism at home and abroad, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2000, p. 33-48 ; Nelli H. S., « Chicago’s Italian-Language Press and World War I », in F. Cordasco (dir.), Studies in Italian American Social History: Essays in Honor of Leonard Covello, Totowa, New Jersey, Rowan and Littlefield, 1975, p. 66-80.

2 Un article récent sur la presse ethnique polonaise aux États-Unis s’intéresse aux interactions entre lecteurs et rédacteurs : Jaroszynska-Kirchmann A. D., « Everybody Writes: Readers and Editors and their Interactions in the Polish-Language Press, 1922-1969 », Journal of American Ethnic History, n° 1, 2013, p. 35-69.

3 « Come vivono e muoiono i minatori. »

4 « Cronaca rosa. »

5 « Carne di prete. »

6 Il Lavoratore Italiano demeura fidèle au syndicalisme industriel révolutionnaire même après que The Western Federation of Miners eut quitté The Industrial Workers of the World en 1907.

7 Notarianni P. F., « Italian Involvement in the 1903-04 Coal Miners’ Strike in Southern Colorado and Utah », in G. E. Pozzetta (dir.), Pane e lavoro: The Italian American Working Class, Toronto, Multicultural History Society of Ontario, 1980, p. 45-65.

8 Il Lavoratore Italiano, 9 mars 1906.

9 Ibid., 15 décembre 1905 ; 29 juin 1906.

10 Dans l’Utah et le Colorado se déroulèrent certains des conflits les plus violents ayant agité les régions minières de l’Ouest américain au tout début du xxe siècle. En 1903-1904, le conflit se solda par l’expulsion de leurs logements des grévistes et de leurs familles, qui durent passer l’hiver sous des tentes, et par la déportation de plusieurs centaines de mineurs (dont de très nombreux Italiens). Quant à celui de 1913-1914, il fut marqué par le tristement célèbre « massacre de Ludlow », lorsque les affrontements entre la garde nationale du Colorado et les grévistes firent une vingtaine de victimes, dont deux femmes et douze enfants.

11 L’organisation s’appelait la Federazione Colombiana.

12 Il Lavoratore Italiano, 15 décembre 1905.

13 Ibid., 22 décembre 1905. Toutes les citations tirées du Lavoratore Italiano ont été traduites de l’italien par l’auteur.

14 Bezza B. (dir), Gli Italiani fuori d’Italia : gli emigrati italiani nei movimenti operai dei paesi di adozione, Milan, Franco Angeli, 1983 ; Cannistraro P. et Meyer G. (dir.), The Lost World of Italian American Radicalism, Westport, Praeger, 2003 ; Gabaccia D. R. et Ottanelli F. M. (dir.), Italian Workers of the World: Labor Migration and the Formation of Multiethnic States, Urbana, University of Illinois Press, 2001 ; Pernicone N., Italian Anarchism, 1864-1892, Edinburgh, AK Press, 2009 ; Topp M., Those Without a Country: The Political Culture of Italian American Syndicalists, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2001 ; Vezzosi E., Il socialismo indifferente : immigrati italiani e Socialist Party negli Stati Uniti del primo Novecento, Rome, Ed. Lavoro, 1991.

15 Il Lavoratore Italiano, 2 mars 1906.

16 Ibid., 22 décembre 1905.

17 Ibid., 9 mars 1906.

18 Ibid., 30 mars 1906.

19 Ibid., 2 février 1906.

20 Ibid., 23 février 1906.

21 Ibid., 13 juillet 1906.

22 Ibid., 19 avril 1906.

23 Ibid., 22 juin 1906 ; 13 juillet 1906.

24 Ibid., 30 mars 1906.

25 Ibid., 22 juin 1906.

26 Ibid., 16 novembre 1906.

27 Ibid., 12 janvier 1912.

28 Ibid., 19 avril 1906.

29 Ibid., 11 mai 1906.

30 Ibid., 19 avril 1906.

31 Un certain nombre de sphères publiques nées des interactions entre rédacteurs et lecteurs de la presse a pu être identifié : sphères publiques bourgeoise, prolétaire, féminine, nationaliste, populaire, paysanne. Voir notamment Hauser G. A., Vernacular Voices: The Rhetoric of Publics and Public Spheres, Columbia, University of South Carolina Press, 1999.

32 « Pittsburg e dintorni. »

33 Ces trois rubriques apparurent pour la première fois en 1906 dans Il Lavoratore Italiano : le 19 avril (« Dal Colorado meridionale »), le 6 juillet (« Dal Colorado siberiano »), et le 24 août (« Dal Paese dei Mormoni »).

34 Giacomo Peretto notamment, l’un des organisateurs nationaux de The Western Federation of Miners, publiait régulièrement des articles dans Il Lavoratore Italiano.

35 Il Lavoratore Italiano, 20 juillet 1906.

36 Ibid., 25 mai 1906.

37 Ibid., 26 avril 1906.

38 Ibid., 15 juin 1906.

39 Ibid., 18 mai 1906.

40 Ce chiffre concernant la diffusion est annoncé par le journal lui-même dans son numéro du 20 septembre 1912, et il est également repris dans l’édition du 5 avril 2000 du Morning Sun, un quotidien de Pittsburg (Kansas), qui n’indique pas ses sources.

41 Œuvres de militants manquant souvent de moyens et/ou d’expérience, les publications radiales italiennes dépendaient parfois presque entièrement des contributions de leurs sympathisants, ce qui explique en partie leur durée de vie souvent éphémère et leur faible tirage. Rudolph J. Vecoli estime que le tirage global des 40 titres (radicaux et non radicaux) publiés en italien en 1910 n’était que de 548 000, un chiffre relativement faible en regard, notamment, des 808 000 exemplaires diffusés par les 23 titres de la presse en yiddish : Vecoli R. J., « The Italian Immigrant Press and the Construction of Social Reality, 1850-1920 », in J. P. Danky et W. A. Wiegand (dir.), Print Culture in a Diverse America, Urbana, University of Illinois Press, 1998, p. 17-33, cf. p. 19.

42 The Morning Sun, Pittsburg (Kansas), 5 avril 2000.

43 Sur les circuits migratoires des habitants de l’Appenin ombrien : Rinaldetti T., Dall’Appennino alle miniere : gli emigranti di Fossato di Vico in Europa e in America dal 1900 al 1914, Foligno, Editoriale Umbra, coll. « I Quaderni del Museo dell’Emigrazione », 2013.

44 Il Lavoratore Italiano, 22 décembre 1905 ; 29 juin 1906 ; 28 décembre 1906 ; 18 janvier 1907 ; 25 janvier 1907 ; 5 juillet 1907 ; etc.

45 Pour des informations concernant les activités « subversives » d’émigrants ombriens aux États-Unis fichés par les autorités italiennes : Archivio di Stato di Perugia, Archivio Questura, Schedati.

46 Villaume C., « Le rôle de la famille dans l’intégration des immigrés italiens du bassin de Longwy – Villerupt », Studi Emigrazione, n° 138, 2000, p. 359.

47 [http://www.census.gov/prod/www/abs/decennial/1910.html], [http://www.census.gov/prod/www/abs/decennial/1920.html], consultés le 4 décembre 2012 [en erreur 2017].

Auteur

Université Paris 8, Centre de recherches historiques : Histoire des pouvoirs, savoirs et sociétés

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site