Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traces du végétal

 | 
Isabelle Trivisani-Moreau
, 
Aude-Nuscia Taïbi
, 
Cristiana Oghina-Pavie

Première partie - Le végétal comme indice

Traces de fleurs et de floristes : ce que nous apprennent les correspondances de François Crépin (1830-1903), rhodologue, directeur du Jardin botanique de l’État belge

Denis Diagre-Vanderpelen

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Notamment : I. Passeron, « La République des Sciences. Réseaux des correspondances, des académies e (...)

1L’objectif de cet article sera de mettre en relief tout le parti que peuvent tirer, non seulement les sciences humaines, et plus précisément l’histoire, mais encore diverses disciplines des sciences naturelles, de la correspondance – une trace – d’un botaniste du xixe siècle. En l’occurrence, il s’agit des papiers de François Crépin (1830-1903), spécialiste du genre Rosa L., auteur du Manuel de la Flore de Belgique, administrateur de la Société Royale de Botanique de Belgique et directeur du Jardin botanique de l’État (de 1876 à 1901), à Bruxelles, entre autres choses. Conservés par l’actuel Jardin botanique national de Belgique, les milliers de courriers qui constituent ce corpus rappellent la notion de République des Sciences, qui a suscité, récemment encore, de belles réflexions1. Préalablement à l’évocation des richesses de ces correspondances, il nous faut, bien sûr, esquisser le portrait de François Crépin (fig.).

L’homme et ses réseaux

  • 2 Pour une bibliographie et de plus amples données biographiques relatives à François Crépin : D. Dia (...)

2François Crépin est né en 1830, à Rochefort, dans la province de Namur. Son père, un notable catholique, un conservateur, selon les critères du temps et du lieu, y était juge de paix2.

3Il semble que le jeune garçon se soit montré rétif à l’enseignement dispensé alors dans les écoles belges, et que cela convainquît ses parents de le livrer à un instituteur particulier. Ce dernier, herborisateur enthousiaste, lui fit découvrir la botanique… et sa vocation. Ceci dit, Crépin ne conquerra jamais aucun diplôme universitaire. Il appartient à la catégorie des self-made scientists, groupe dont les espoirs de carrière scientifique s’amenuiseraient bientôt, avec la montée en puissance de pratiques de plus en plus pointues et techniques, acquises dans le creuset de la science considérée alors comme moderne : le laboratoire universitaire.

  • 3 A.-P. De Candolle, quelques années auparavant, évoquait le rôle formateur de la monographie, dans s (...)

4Plus encore que le botaniste diplômé, sans doute, l’autodidacte était tenu de faire démonstration de ses aptitudes scientifiques. Dans ce parcours qui le mène du statut de profane à une maîtrise reconnue par les pairs, une épreuve initiatique s’impose, traditionnelle : la publication d’une étude remarquée3.

  • 4 Fr. Crépin, Manuel de la flore de Belgique ou description des familles et des genres accompagnée de (...)
  • 5 [Archives du Jardin botanique 1870-1965 =AJB] AJB 121, no 2216, Lettre de A.P. Malassis à Fr. Crépi (...)
  • 6 L’herbier belge de Crépin comptait 8564 numéros : Rapport de M. Crépin, directeur du Jardin botaniq (...)
  • 7 Nous devons ces renseignements à l’obligeance de notre collègue Ivan Hoste. Les 4 éditions suivante (...)
  • 8 Discours de Jean Massart, président de la Société Royale de Botanique de Belgique, séance du 2 mai (...)

5La première édition du Manuel de la Flore de Belgique parut, donc, en 18604. Elle est le résultat de plusieurs années de travail méticuleux, accompli grâce à la construction d’un large réseau confraternel – « une franc-maçonnerie scientifique »5. Il a permis à Crépin de se procurer des échantillons de plantes issus de toute la Belgique et des pays limitrophes, de les étudier et de les vendre car, il faut le préciser, il n’avait pas encore de revenus. Il en résultera un vaste herbier, socle documentaire de son ouvrage, qui viendra, un jour, enrichir les collections du Jardin botanique de l’État belge6 (aujourd’hui : Jardin botanique national de Belgique). Le Manuel connaîtra cinq éditions jusqu’en 1884, et sera imprimé jusque dans l’Interbellum, très vraisemblablement7. On regardera même ce volume, un jour, comme un faiseur de vocations8, et comme l’une des pierres angulaires de la floristique Belge.

  • 9 AJB 120, no 1950, Lettre de B. Dumortier à Fr. Crépin, 13 juillet 1868.
  • 10 Crépin espérait résoudre cette question par le biais de sa monographie. Voir : AJB 122, no 2257, Le (...)
  • 11 D. Diagre et I. Hoste, « La Guerre des Roses. François Crépin (1831-1903) contre Paul Évariste Parm (...)

6À peine reçu compagnon en botanique, Crépin voudra accéder à la maîtrise. Barthélemy Dumortier (1797-1878), président de la Société royale de Botanique de Belgique, lui suggérera, un jour : « […] pourquoi ne faites-vous pas des monographies de genres […]. Ce genre de travail est extrêmement utile et recherché ; il vous ferait le plus grand honneur9 […] ». Le choix du jeune homme se portera sur le genre royal : Rosa L. Il témoigne de ses grandes ambitions, liées – pourquoi pas ? – à la blessure narcissique que constituerait son statut d’autodidacte. Considérée comme un défi taxinomique majeur, une monographie sur ce vaste groupe, surtout si elle apportait quelque lumière sur l’obsédante question de la définition de l’espèce10, assurerait une réputation internationale à son auteur… et Crépin ne l’ignorait pas11.

  • 12 AJB no 144, Lettre de P. É. Parmentier à Fr. Crépin, 26 septembre 1897.
  • 13 AJB 143, no 2556, Lettre de L. Charrel à Fr. Crépin, 2 janvier 1890.
  • 14 Cette collection compterait plus de 43 000 feuilles. Comm. pers. Dr P. Stoffelen, Conservateur de l (...)

7C’est dans cette perspective que le Rochefortois bâtira un second réseau. Il s’étendra du Japon aux États-Unis, touchera presque tous les pays d’Europe, requerra l’embauche de collecteurs professionnels, et le mettra en relation avec quelques-uns des plus célèbres botanistes de son temps. Celui dont on dira un jour qu’il est « le plus grand morphologiste de ce siècle12 », « le plus savant rhodologue du monde13 », aura, chemin faisant, constitué le plus grand herbier de roses du monde14 – également conservé au Jardin botanique national de Belgique – et produit, en dépit de l’échec final de son entreprise, des centaines de pages qui feront référence.

8Une correspondance d’une telle ampleur constitue une magnifique carotte dans le monde de la botanique de la deuxième moitié du xixe siècle. On y palpe, sur le vif, la circulation du matériau de base du travail taxinomique et nomenclatural (les herbiers et les publications), la circulation des idées, méthodes et concepts à travers les différents niveaux de pratiques scientifiques (du niveau académique à celui de l’amateur local), les tensions entre les disciplines (érosion de la suprématie de la systématique morphologique, montée en puissance de la physiologie et de la géographie botanique etc.), le caractère des hommes, les haines et les amitiés… quand ce n’est pas un peu des sociétés belge ou européenne qui s’y offrent au regard. La présente contribution voudra attirer l’attention sur les traces de plantes et de floristes, qui gisent, innombrables, dans les milliers de courriers reçus par Crépin, et sur quelques débats ou questions qui les émaillent.

Traces de plantes, traces de floristes

9Les échanges qu’entretenait celui qui, en 1862, cofonda la Société royale de Botanique de Belgique et régna, de longues années, sur l’édition de son Bulletin, celui qui fut directeur du Jardin botanique de l’État, à Bruxelles, nous permettent, d’une part, de tracer la circulation des herbiers et, d’autre part, délivrent de nombreuses informations sur la répartition des plantes phanérogames de Belgique et des régions adjacentes. Revenons d’abord sur ces plantes desséchées.

Les herbiers, leur importance et leur circulation

  • 15 International Code of Botanical Nomenclature (Saint Louis Code), Königstein, Koeltz Scientific Book (...)
  • 16 On devait à son père, A.-P. De Candolle, notamment, des réflexions qui préfiguraient les Lois rédig (...)
  • 17 Dans les grandes lignes, ce principe impose que pour tout taxon (du rang de la famille à celui de l (...)
  • 18 On verra, à ce sujet, le résumé des modifications apportées au Code International de Nomenclature d (...)

10C’est un truisme pour les botanistes taxinomistes et nomenclateurs : les herbiers sont des outils scientifiques fondamentaux. Ces feuilles revêtues d’éléments de plantes séchés, souvent décolorés, peuvent délivrer en effet une foule de renseignements : lieu, date et altitude où la collecte de l’échantillon a été réalisée, données pédologiques, nom du collecteur, identification de l’espèce (par exemple) et de son auteur, ou déterminateur (parfois plusieurs noms et plusieurs auteurs successifs, d’ailleurs)… L’échantillon lui-même, outre des données morphologiques et anatomiques, peut également recéler des données moléculaires utilisables par le systématicien. De plus, lorsqu’un échantillon d’herbier est désigné comme type nomenclatural, il devient une référence pour tous les taxinomistes du monde. Ce sont les règles de la nomenclature botanique, qui attribuent au type son rôle fondamental15. Les Lois de la Nomenclature botanique, destinées à standardiser la procédure d’établissement des taxons, furent rédigées par Alph. De Candolle (1806-1893), pour le Congrès international de Botanique qui se tint en août 1867, à Paris16. Depuis, le Code de Nomenclature Botanique – dont deux principes fondamentaux restent la typification et la priorité17 − a connu de nombreuses modifications, pour devenir un outil de plus en plus précis de la dénomination et de la classification du monde végétal18.

  • 19 Errera prétend ici citer M. J. Schleiden. Voir : L. Errera, « Le rôle du laboratoire dans la scienc (...)
  • 20 On verra, à ce sujet, les stimulantes réflexions de C. K. Yoon, Naming Nature : The Clash between I (...)

11Les herbiers, ces amas de « foin desséché19 », comme on a pu les qualifier, à la fin du xixe siècle notamment, peuvent donc avoir une valeur universelle, dans le cadre de la taxinomie et de la nomenclature, la seconde étant une discipline auxiliaire de la première. Or le geste classificatoire, comme le geste nomenclatural qui y est lié, quelles que soient leurs faiblesses et leur caractère conventionnel, demeurent indispensables à l’édification du savoir et à la réflexion : on ne peut, en effet, échanger à propos ce qui n’est pas nommé, pas plus qu’on ne peut échapper au besoin de classer le monde qui nous entoure, ne serait-ce qu’en catégories aussi triviales que « comestible/non comestible20 ».

  • 21 Crépin écrivit, un jour : « Aujourd’hui que les échanges de plantes sèches sont devenus à la mode, (...)
  • 22 AJB 121, no 2216, Lettre de A. Poulet-Malassis à Fr. Crépin, 22 mai 1869.

12Au xixe siècle, à une passion élitaire pour les plantes tropicales, cause partielle du chaos taxinomique qui sévit alors, s’ajoute l’inclination grandissante pour une flore moins exubérante, dont l’étude peut paraître plus vertueuse : la flore indigène21. Contagion des nouvelles élites sociales, élargies, par les goûts de la classe dominante de l’Ancien régime ? Il faudra y revenir. Quoi qu’il en soit, l’herbier devient alors une sorte de must have, pour la bourgeoisie, et le vasculum devient le signe de l’appartenance à une classe qui, à défaut d’être toujours riche, se prévaut d’une respectabilité morale et scientifique. La présence, dans notre corpus, de lettres d’A. Poulet-Malassis (1825-1878), l’éditeur des Fleurs du Mal, alors exilé en Belgique, et qui courait la campagne le Manuel de la Flore de Belgique à la main, illustre bien la valeur symbolique de l’herborisation parmi les élites22.

  • 23 « C’est le cas de dire demandez et vous recevez. Il suffit que vous demandiez des découvertes, pour (...)
  • 24 On verra, à ce sujet, par exemple : N. Hanquart, E. Robbrecht & D. Diagre, « Ernest Sonnet (1840-19 (...)

13Crépin va, dès les années 1850, non seulement incarner cette mode, mais également en profiter, en faisant collecter des milliers d’échantillons par des amateurs zélés23, et en échangeant ou en vendant des feuilles d’herbiers, dans toute l’Europe. D’ailleurs, les exsiccata commerciaux – souvent des séries thématiques de plantes, appelées « centuries » − circulaient intensément à cette époque. Ils témoignent de l’existence d’un marché qui dépassait le monde des jardins botaniques24. Les courriers reçus par Crépin fourmillent de traces de ce trafic, et donnent de précieux renseignements sur la provenance des herbiers, actuellement disséminés dans les instituts botaniques du monde.

  • 25 AJB 120, no 2084, Lettre de H. Van Heurck à Fr. Crépin, 25 janvier 1868 et AJB 120, no 2169, Lettre (...)
  • 26 AJB 120, no 2084, Lettre de H. Van Heurck à Fr. Crépin, 25 janvier 1868.
  • 27 Crépin tentera, d’abord, de se procurer ces feuilles par le truchement d’A. Déséglise. C’est H. Van (...)
  • 28 AJB 119, no 1838, Lettre de R. Buser à Fr. Crépin, 11 novembre 1886.
  • 29 AJB 114, no 551, Lettre d’A. de Limminghe à Fr. Crépin, s.d. (1858 ?) ; et : AJB 121, no 2222, Lett (...)
  • 30 AJB 117, no 1357, Lettre de B. Dumortier à Fr. Crépin, 16 avril 1864.
  • 31 AJB 114, no 551, Lettre d’A. de Limminghe à Fr. Crépin, s.d. (1858 ?).
  • 32 AJB 114, no 669, Lettre d’A. de Limminghe à Fr. Crépin, s.d. (1858 ?).

14Au hasard des correspondances on voit ainsi un botaniste anversois, H. Van Heurck (1839-1909) recevoir 10 à 20 000 doubles de l’herbier de Kew25 et acheter des centaines d’échantillons de bois du Brésil à H. G. ( ?) Reichenbach26 ; ou Crépin chercher, avec succès, à mettre la main sur des feuilles d’A. Jordan (1814-1897)27 et acquérir les Rosa de l’herbier de K. Christ (1833-1933)28… Pareillement voit-on le Musée d’Histoire naturelle de Bruxelles se préparer à l’acquisition de l’herbier du botaniste verviétois A. Lejeune (1179-1838), alors qu’une partie en a été précédemment vendue en Suède29 ; B. Dumortier acheter un millier de feuilles à Ph. Wirtgen (1806-1870)30 ; le comte A. de Limminghe sauver les dernières feuilles intactes de l’herbier de P. De Jonghe ( ?- ?), probablement collectées au Brésil par l’explorateur J. Libon (1821-1861)31, ou acheter des herbiers de K. ( ?) Sprengel (1787-1859) et de W. Walpers (1816-1853)32, pour ne citer que quelques traces de cette circulation. On pourrait y ajouter les milliers de roses séchées, issues du monde entier, arrivées dans les mains de Crépin pour en subir l’expertise, et dont il gardait souvent un échantillon. Combien de grands noms et de grandes institutions ne laissent-ils pas de traces dans ce fonds : A. De Candolle (1806-1893), G. Engelmann (1809-1884), Th. M. Fries (1832-1913), Éd. Bureau (1830-1918), A. Boreau (1803-1875), l’Arnold Arboretum (Cambridge, Massachusset), les Royal Botanic Gardens (Kew)… ?

La circulation des comptes-rendus d’herborisations

  • 33 Cl. Billen, « Les métamorphoses d’un usage de la nature : paysages et sites à l’époque de Solvay (1 (...)
  • 34 Les « nationalist naturalists » sont évoqués, par exemple, dans : P. Mickulas, Britton Botanical Em (...)
  • 35 Patria Belgica : Encyclopédie nationale ou exposé méthodique de toutes les connaissances relatives (...)

15Revenons à la passion de la bourgeoisie belge pour la flore nationale, instrumentalisée par Crépin pour la confection de son célèbre Manuel. En vérité, sans un réseau de botanistes amateurs locaux, Crépin aurait eu bien du mal à se procurer les florules – inventaires floristiques d’aires géographiques restreintes – de zones qu’il ne pouvait fouler régulièrement. Ces hommes de confiance jouèrent donc un rôle crucial, dans sa carrière. Ceci posé, il est une cause de la passion des élites pour la flore nationale qui n’a pas encore été mentionnée : le patriotisme. L’inventaire et l’exaltation des trésors artistiques du pays, de ses richesses, réelles ou fantasmées, étapes courantes de la construction identitaire des jeunes nations, se sont, en effet, accompagnés du devoir d’inventaire de ses richesses naturelles. Les paysages, la faune et la flore participent, de plein droit, à l’étançonnement du sentiment national belge33. On oserait parler, ici, d’une expression de « naturalisme nationaliste34 ». Le triptyque Patria Belgica35 (1873-1875) – auquel Crépin prêtera la plume, pour la botanique – constitue une belle illustration de cette démarche globalisante.

16Des listes d’espèces rencontrées lors des herborisations des hommes de Crépin nous sont parvenues en grand nombre, accompagnant des lettres riches de discussions et de descriptions des localités visitées, quand ce n’est pas d’échantillons de plantes. De ces lignes et de ces listes, on peut déduire la répartition de taxons, la régression ou l’expansion de leurs aires, leur apparition ou leur disparition, et les causes supposées de ces dernières. Les listes, parfois datées avec précision, sont même susceptibles de délivrer des données phénologiques, donc − pourquoi pas ? − des données relatives aux changements climatiques.

  • 36 Pour une approche synthétique de ce phénomène, en Belgique, on verra : « La recherche en histoire d (...)

17Afin de mesurer les belles opportunités qu’offre la lecture des correspondances de François Crépin, il suffit de s’emparer, arbitrairement, de deux problématiques. D’abord, on se penchera sur la question de la diminution ou la disparition de populations de plantes, sur les causes de ces phénomènes, et sur l’émergence d’une « conscience écologique » (d’un désir de préservation de la « nature ») et de stratégies de protection de la flore nationale36. Ensuite, on évoquera la question des plantes introduites, naturalisées et, éventuellement, invasives.

Disparitions, prise de conscience et stratégies de conservation

18Les échanges épistolaires de Crépin, promoteur de la floristique nationale et de la géographie botanique, permettent d’assister, on l’a annoncé, au déroulement du fil d’une inquiétude relativement neuve, à cette l’époque. Ici, on recueille des constats navrés, ou pleins de colère retenue, devant les bouleversements que subissent les paysages belges et leurs éléments végétaux constitutifs ; là, on voit poindre la crainte de la disparition d’une espèce de la flore nationale, c’est-à-dire d’une page de l’histoire naturelle du pays, d’une bribe de son identité. Qui mieux est, les causes – réelles ou supposées – de cette situation y sont exposées.

19Parmi les plaies qui frappent la flore belge, les botanistes épinglent, prioritairement, les développements de l’agriculture, voire de l’horticulture :

  • 37 AJB 116, no 1329, Lettre de H. Jacques à Fr. Crépin, 17 septembre 1863.

Typha minima provient de l’herbier de Monsieur Marres qui est pharmacien en chef de l’hôpital de Maestricht (sic). Ce monsieur l’a trouvé dans un marais (tout près de Lanaken) maintenant desséché et transformé en champ de pommes de terre (sic) ! Sur ma foi, mon cher Professeur, voilà une peu poétique métamorphose ! Mais qu’y faire ? On en mange toujours un peu partout des Solanum tuberosum, aussi bien monsieur le professeur Crépin que le roi de Prusse37.

  • 38 AJB 114, no 617, Lettre de A. Jordan à Fr. Crépin, 2 mai 1859.

20Ailleurs, A. Jordan signale que les rosiers sauvages des environs de Lyon ont presque disparu, arrachés par les horticulteurs locaux, qui les utilisent comme porte-greffes38… Coulent, également, d’une plume non dépourvue d’empathie anthropomorphique, les mots suivants :

  • 39 AJB 116, no 1369, Lettre de H. Jacques à Fr. Crépin, 17 septembre 1863.

La culture envahit de jour en jour davantage ces parages lacustres. Nombre de plantes sont chaque jour menacées d’expropriation forcée par les tranchées qu’on pratique là et ailleurs pour faire couler les eaux stagnantes. On plante actuellement en grand des arbres dans les terrains desséchés… Pauvres, chères tendres petites plantes ! Dans ce mauvais temps qui court, traquées de gîte en gîte, elles n’auront bientôt plus la moindre petite place pour reposer leurs têtes charmantes39.

  • 40 AJB 117, no 1357, Lettre de B. Dumortier à Fr. Crépin, 1er avril 1867.

21Barthélemy Dumortier, homme politique et botanique renommé, y va également de sa dénonciation : « il finira par devenir rare par les progrès de l’ennemi, c’est-à-dire de l’agriculture40. »

22Une autre malédiction qui revient, sous la plume des herborisateurs, est celle que font peser sur les plantes les développements de l’industrie et du chemin de fer. Et le réseau de botanistes de signaler :

  • 41 AJB 120, no 2147, Lettre de ? à Fr. Crépin, 5 août 1868.

La station [note : d’Orchis palustris] se serait-elle appauvrie ? ou aurait-elle été détruite en partie par la nouvelle voie ferrée41 ?

23Il faut encore mentionner que le botaniste lui-même – éventuellement étranger –, et le goût de la botanique, désormais popularisé, constituent des menaces pour les stations de plantes rares. Les empreintes qu’ils laissent sur la flore se lisent, dans ces mots :

  • 42 AJB 117, no 1540, Lettre de H. Jacques à Fr. Crépin, 21 septembre 1864.

Mes prises en Ophrys spiralis des trois stations réunies constituent une réserve pour mes échanges de six cents individus entiers. En outre, je possède encore 2 à 3 000 Ophrys spiralis L. [note : = Spiranthes spiralis (L.) Chevall.] mais en fleur seulement. J’ai fait cela à la dernière station seulement (l’ancienne) de peur que la Prusse ou la Chine ne vinssent marauder ici et dévaster cette belle station42.

24Le même correspondant, à propos du Sedum elegans Lej., ajoute :

  • 43 Ibidem.

25Il y a quelques jours, voulant cueillir quelques individus à la station-mère j’ai eu la désagréable surprise de ne plus rien trouver (sic). L’oiseau avait été déniché et emporté43.

26Une autre richesse des papiers de François Crépin réside dans le fait qu’ils permettent d’assister, nous l’avons annoncé, à l’émergence d’une « conscience écologique » précoce et à la mise en place, corrélée, de stratégies de protection des plantes et des stations. Certaines de ces méthodes, d’ailleurs, ont survécu jusqu’à nos jours. Il en va ainsi de ces appels répétés à la modération des collectes, à la non révélation des stations − à une catégorie de botanistes que la démocratisation relative de cette science a fait apparaître : le botaniste vulgaire, non éclairé −, à la destruction des inflorescences (geste indicateur de la gravité de la menace), à la création de nouvelles stations…

27Un botaniste de Maastricht relate, par exemple, dans des propos pleins d’humour, de fierté et de mépris, comment il a sauvé une population d’orchidées très rares :

  • 44 Ibidem.

Je me suis trompé en disant que j’étais seul pour conquérir toutes ces richesses. La semaine passée, […] j’ai rencontré un individu, une espèce de commis, je crois, bravement occupé à déterrer des Ophrys spiralis L. sur la Montagne. Ce seigneur n’y allait pas de main-morte. […] L’individu en question aurait fini par tout emporter si Flore ne m’avait soufflé une lumineuse idée : à quelque distance de mon ouvrier botaniste, un bon pâtre, général d’une armée de 1 200 moutons [le verbe manque]. Brave homme, lui dis-je, si à l’instant même, tu mènes prestement paître tes bêtes à l’endroit que je vais t’indiquer, tu peux gagner de suite deux francs et tu en auras encore trois si toi et ton troupeau y restez pendant une heure seulement. […] Aussitôt que de l’Ophrys spiralis le territoire fut envahi, notre pseudo-botaniste fit des prodiges de célérité. Sa bêche allait et venait comme mue par la vapeur. Mais il avait à faire à forte partie. Un gros berger, 1 200 bêtes, plusieurs mâtins grognards, et moi qui riais sous cape. D’ailleurs, il n’y avait presque pas moyen de voir les Ophrys. Ces derniers étaient masqués par les bêtes et pour la plupart dévorés par ces douze cents bouches affamées. Sagement notre homme battit en retraite dix minutes après l’invasion moutonnière44.

28Le même auteur dut exaspérer Crépin, tout à ses réflexions de géographie botanique, avec cette question, relative à une initiative dont il semblait se glorifier :

  • 45 AJB 117, no 1387, Lettre de H. Jacques à Fr. Crépin, s.d. (1864).

Je n’ai rien emporté des Sedum elegans Lejeune. Je me propose de multiplier les stations lorsque les sujets seront encore un peu plus forts. Il faut ici considérer, mon cher professeur, que pour peu qu’un botaniste glouton vienne à passer par là, cette rare espèce disparaîtra de notre Flore (sic), du moins dans le Limbourg. Il va sans dire que je donnerai à mon Sedum elegans Lej. le même terrain et la même exposition que la station mère, de sorte que la Science n’aura rien à y redire. D’ailleurs, plusieurs savants botanistes belges ne désapprouvent pas ma manière d’agir. Veuillez me dire s’il vous plaît encore une fois votre opinion quant à cela : si vous vous y opposez encore, donnez m’en s’il vous plaît vos meilleures raisons45.

Apparitions : quand les plantes exogènes deviennent un problème

29Ultime thématique que nous voudrions mettre en relief, dans cette contribution : la question des plantes introduites, de la légitimité, ou non, de leur présence dans les flores nationales, et de leur caractère, occasionnellement, néfaste.

30Si longtemps, en effet, la question des bienfaits de l’acclimatation de plantes étrangères n’a guère été débattue, dans une Europe en proie à une peur chronique de la disette, les effets de certaines introductions ont fini, parfois, par être déplorés. Parmi les causes de ce changement de perception, marginal, il est vrai, à cette époque, on peut signaler les influences négatives de certaines introductions sur les activités humaines. Ensuite, et surtout, il faut évoquer la place prise, en quelques décennies, par la chorologie et la géographie botanique, en tant que questions scientifiques, notamment dans l’esprit de Crépin. Fallait-il inclure les espèces exogènes dans les manuels de floristique nationale ? Ces plantes ne brouillaient-elles pas la vision des phytogéographes ? Telles étaient les interrogations le plus souvent formulées. En outre, on serait tenté de suggérer que l’émergence de celles-ci ne serait peut-être pas sans lien avec un rapport nouveau à l’étranger, évolution qui serait une conséquence de la création des états-nations, au xixe siècle. En témoignent ces mots de B. Dumortier, à Crépin :

  • 46 AJB 117, no 1357, Lettre de B. Dumortier à Fr. Crépin, 16 avril 1864.

J’ai toujours pensé que l’état civil des plantes se comportait comme celui des hommes. Si j’examine les vieux registres de bourgeoisie d’il y a 600 ans, je vois presque toutes les familles d’alors disparues et remplacées par des nouvelles, mais aussi je pense que les enfants de parents étrangers nés sur le sol et ayant sucé avec le lait l’amour de la patrie, sont tout aussi belges que nous qui le sommes depuis six siècles. Ainsi pour les plantes et c’est dans cet ordre d’idée que j’ai rédigé mon travail, sans critiquer ceux qui voient la chose autrement46.

31Quant aux causes des introductions, réelles ou non, on soupçonne l’existence de populations de plantes jadis cultivées dans des jardins et grandes propriétés disparues (plantes castrales), des introductions destinées à enrichir la flore nationale et l’on évoque des introductions consécutives à l’importation de sacs de céréales étrangères. Un agronome écrit :

  • 47 AJB 117, no 1411, Lettre de Ph. Lejeune à Fr. Crépin, 20 janvier 1864.

En ce qui concerne les naturalisations, j’approuve votre protestation contre ces prétendus botanistes qui font des essais pour compléter la flore du pays et qui parviennent quelques fois à tromper la science et les hommes sérieux qui s’en occupent […]. Il serait extrêmement curieux de savoir ce qu’il nous vient chaque année de plantes exotiques avec les milliers de sacs de lin de Riga, de froment d’Odessa et d’Égypte, avec les graines de colza de Hongrie et des Indes, sans compter les millions de [illisible] de laine et de matières premières qui nous arrivent de tous les points du globe et dont les résidus sont répandus dans les champs47. »

32Évoquant les semis expérimentaux qu’il avait faits avec des graines issues d’un sac de céréales égyptiennes, il affirme encore :

  • 48 Ibidem.

Si ces céréales avaient été employées comme semences et qu’un botaniste en visite (sic) le champ, quelle belle moisson de plantes indigènes il aurait faite !48

  • 49 À Bruxelles, puis à Anvers, à Liège (AJB 115, no 1032, Lettre de Ch. Morren à Fr. Crépin, ?/ ?/1860 (...)

33S’il ne fallait mentionner qu’une espèce introduite dont on eut à se plaindre – elle aurait, en effet, bouché les écluses −, on évoquerait Elodea canadensis L. On piste son extension, en Belgique et en France, à travers une dizaine de courriers reçus par Crépin49. Par ailleurs, l’indigénat de certaines espèces des genres Ulmus, Geranium, Isoetes, Salvinia, Sedum, Centaurea, Agrostis, Rosa… − et de combien d’autres ? − y sont également discutés, en de multiples occasions où se déploient des argumentaires qui reflètent fidèlement les conceptions du temps. À l’origine de ces « apparitions », ou « invasions », outre les causes susmentionnées, on rangera, également, les conflits armés, comme dans cette lettre d’A. Franchet (1834-1900), où il évoque les plantes introduites en France par la Guerre de 1870 :

  • 50 AJB 149, n° 4188, Lettre de A. Franchet à Fr. Crépin, 16 août 1873.

C’est une petite compensation pour la perte de l’Alsace et de la Lorraine, mais enfin cela vaut mieux que rien50.

34Traces de plantes, et de floristes… Faire savoir la richesse d’une correspondance botanique, miraculeusement conservée au Jardin botanique national de Belgique, demeurait l’objectif premier de ces quelques pages. Ce corpus de plusieurs milliers de lettres fait actuellement l’objet d’une description analytique, pièce par pièce. Chaque fiche individuelle s’insère dans le catalogue on line de la bibliothèque de l’institution, dévoilant l’extraordinaire extension des deux réseaux de François Crépin, citoyen d’une République des Sciences.

  • 51 Alph. De Candolle, Géographie botanique raisonnée ou Exposition des faits principaux et des lois co (...)

35L’intérêt d’une telle entreprise est pluriel. D’abord, elle délivre de l’information à un premier groupe de disciplines, constitué des nomenclaturistes, taxinomistes, floristes, phytogéographes et chorologues, au moins. Les travaux de ces « chasseurs d’herbiers » − soit que le principe de priorité du Code de nomenclature Botanique les y contraignent, soit que leurs études s’intéressent à des phénomènes inscrits dans un temps plus ou moins long – exigent le recours à des sources qu’on qualifiera, de manière simpliste, « d’historiques ». Les réflexions d’A. De Candolle, dans sa Géographie Botanique (1855), soulignaient déjà l’importance des documents historiques51, dont l’herbier, tout bien réfléchi, fait, lui aussi, partie.

36Ensuite, vient un second groupe de praticiens bénéficiaires de ces archives : les historiens. Historiens des mœurs, des mentalités, des idées, des sciences, de la culture, de la langue, entre autres catégories, dont la porosité n’échappe pas – encore une manifestation des gestes de classer et de nommer, et du caractère arbitraire des critères qu’ils convoquent, sans aucun doute ! Parmi les phénomènes qui s’offrent à la scrutation de l’historien, nous avons, d’un flirt plus que d’une étreinte profonde, voulu évoquer l’un de ceux qui nous paraissaient remarquables : l’émergence d’une « conscience écologique » précoce, en Belgique, née d’un paradoxe de la société libérale bourgeoise.

  • 52 Cette tension est bien perceptible dans certains comptes rendus d’herborisations de la Société Roya (...)

37En effet, portée par sa réussite, la bourgeoisie, disposant d’argent, de temps, et des structures philosophiques et intellectuelles nécessaires à une prise de conscience de ce type, va être confrontée, en devenant « touriste » dans son propre pays, aux effets délétères du « progrès » (sanctifié) sur les paysages et la flore nationaux. En d’autres termes, ces touristes épris de sciences naturelles et de « nature nationale », vont se confronter, dans leur désir de s’imprégner des richesses du pays et dans un processus d’inventaire de celles-ci, à leur destruction par ce « progrès »… qui les a portés là où ils sont, socialement, et même physiquement. S’installe donc, dans une minorité, une tension entre le devoir d’exaltation des activités productrices de richesses nationales, et la sauvegarde de la « nature nationale52 ». Or, cette dernière fait partie intégrante de la nation et participe au renforcement de l’identité belge, au même titre que l’industrie ou que l’agriculture. En cette fin de xixe siècle, des stratégies – dont une éthique de la collecte − se mettent ainsi en place, au sein du monde botanique, qui démontrent que, en Belgique, le désir de protéger l’environnement commence, timidement, à pointer.

  • 53 A. Devos, « Les plantes naturalisées et introduites en Belgique », Bulletin de la Société Royale de (...)

38Par ailleurs, comme nous l’avons suggéré, nos sources manuscrites – et d’autres, imprimées, comme le Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique – témoignent, peut-être, d’un nouveau rapport du botaniste à la plante exogène. Certes, si cette question s’inscrit bien dans une réflexion scientifique – celle de la géographie botanique − qui a d’autres fondements, et dont les ouvrages d’A. von Humboldt, des De Candolle et de D. C. Watson, ainsi que les pages, d’A. Devos53, en Belgique, constituent des moments importants, comment ne pas supposer que l’inventaire des végétaux indigènes et exogènes, ainsi que l’évaluation des avantages, inconvénients et de la légitimité de la présence de ces derniers, ne s’inscrivent pas, également, dans l’éventail des conséquences des nationalismes, nés au xixe siècle ?

François Crépin (1830-1903)

François Crépin (1830-1903)

Notes

1 Notamment : I. Passeron, « La République des Sciences. Réseaux des correspondances, des académies et des livres scientifiques », Dix-Huitième Siècle, no 40, 2008, p. 5-27 ; P. Bungener, « Un botaniste dans la République des Sciences : Augustin-Pyramus De Candolle et ses correspondants scientifiques », Dix-Huitième Siècle, no 40, 2008, p. 153-171.

2 Pour une bibliographie et de plus amples données biographiques relatives à François Crépin : D. Diagre, Le Jardin botanique de Bruxelles (1826-1940). Reflet de la Belgique, enfant de l’Afrique, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, Classe des Sciences, 2012 ; D. Diagre et I. Hoste, « La Guerre des Roses. François Crépin (1831-1903) contre Paul Évariste Parmentier (1860-1941), un antique contre un moderne ? », Jahrbuch für Europäische Wissenschaftskultuur, Bd. 4 (2008), p. 117-159.

3 A.-P. De Candolle, quelques années auparavant, évoquait le rôle formateur de la monographie, dans ses mémoires : A.-P. De Candolle, Mémoires et souvenirs (1778-1841), édités par J.-D. Candaux et J.-M. Drouin, avec le concours de P. Bungener et R. Sigrist, Genève, Bibliothèque d’histoire des sciences, Georg éditeur, 2004, p. 153, 275, 293.

4 Fr. Crépin, Manuel de la flore de Belgique ou description des familles et des genres accompagnée de tableaux analytiques destinés à faire parvenir aisément aux noms des espèces suivis du catalogue raisonné des plantes qui croissent spontanément en Belgique, et de celles qui y sont généralement cultivées, Bruxelles, Librairie agricole d’Émile Tarlier, 1860, lxxv, 236 p.

5 [Archives du Jardin botanique 1870-1965 =AJB] AJB 121, no 2216, Lettre de A.P. Malassis à Fr. Crépin, 22 mai 1869.

6 L’herbier belge de Crépin comptait 8564 numéros : Rapport de M. Crépin, directeur du Jardin botanique de l’État, sur la situation de cet établissement, Moniteur Belge, 18 avril 1877, no 108, p. 2.

7 Nous devons ces renseignements à l’obligeance de notre collègue Ivan Hoste. Les 4 éditions suivantes du Manuel virent le jour en 1866, 1874, 1882 et 1884.

8 Discours de Jean Massart, président de la Société Royale de Botanique de Belgique, séance du 2 mai 1903, Bulletin de la Société Royale de Botanique de Belgique, t. 41, Bruxelles, 1904, p. 119.

9 AJB 120, no 1950, Lettre de B. Dumortier à Fr. Crépin, 13 juillet 1868.

10 Crépin espérait résoudre cette question par le biais de sa monographie. Voir : AJB 122, no 2257, Lettre de A. Cogniaux à Fr. Crépin, 1er juillet 1871.

11 D. Diagre et I. Hoste, « La Guerre des Roses. François Crépin (1831-1903) contre Paul Évariste Parmentier (1860-1941), un antique contre un moderne ? », art. cit., p. 127-129.

12 AJB no 144, Lettre de P. É. Parmentier à Fr. Crépin, 26 septembre 1897.

13 AJB 143, no 2556, Lettre de L. Charrel à Fr. Crépin, 2 janvier 1890.

14 Cette collection compterait plus de 43 000 feuilles. Comm. pers. Dr P. Stoffelen, Conservateur de l’herbier des plantes supérieures, au Jardin botanique national de Belgique.

15 International Code of Botanical Nomenclature (Saint Louis Code), Königstein, Koeltz Scientific Books, 2000, p. 7-19.

16 On devait à son père, A.-P. De Candolle, notamment, des réflexions qui préfiguraient les Lois rédigées en 1867. On verra : A. De Candolle, Lois de la nomenclature botanique, Paris, V. Masson et fils, 1867. Quant aux causes du chaos nomenclatural qui prévalait alors, on verra : D. Diagre, « Les plant-hunters belges durant le règne de Léopold 1er (1831-1870) : succès et paradoxe », Circumscribere. International Journal for the History of Science, vol. 9, 2011, p. 78-99.

17 Dans les grandes lignes, ce principe impose que pour tout taxon (du rang de la famille à celui de l’espèce), le premier nom validement publié prend le pas sur tout autre. La date à laquelle ce principe, qui souffre des exceptions, est applicable, varie d’un groupe botanique à l’autre. Pour les Spermatophytes, elle est fixée au 1er mai 1853. Voir : International Code of Botanical Nomenclature (Saint Louis Code), op. cit., p. 19-30.

18 On verra, à ce sujet, le résumé des modifications apportées au Code International de Nomenclature de Botanique dit « de Vienne », par le XVIIIe Congrès International de Botanique (Melbourne, 2 011), à l’adresse : http://www.tela-botanica.org/actu/article4933.html. Pour une histoire de la nomenclature botanique, on verra : D. H. Nicolson, « A History of Botanical Nomenclature », Annals of the Missouri Botanic Garden, 78, 1991, p. 33-56.

19 Errera prétend ici citer M. J. Schleiden. Voir : L. Errera, « Le rôle du laboratoire dans la science moderne », Recueil d’œuvres de Leo Errera. Pédagogie. Biographie, Bruxelles-Londres-Milan-Paris, H. Lamertin, 1922, p. 10. Un professeur de botanique d’une université belge, vers 1861, parlait aussi de « tas de mauvaises herbes ». Voir : AJB 115, no 925, Lettre de H. Van Heurck à Fr. Crépin, s.d.

20 On verra, à ce sujet, les stimulantes réflexions de C. K. Yoon, Naming Nature : The Clash between Instinct and Science, New York, W. W. Norton, 2009, 344 p.

21 Crépin écrivit, un jour : « Aujourd’hui que les échanges de plantes sèches sont devenus à la mode, chacun tient à faire d’abondantes récoltes. C’est là un progrès, nous le reconnaissons volontiers […] ». Voir : Fr. Crépin, « Considérations sur l’étude de la flore indigène », Bulletin de la Société Royale de Botanique de Belgique, t. II, 1863, p. 13-14.

22 AJB 121, no 2216, Lettre de A. Poulet-Malassis à Fr. Crépin, 22 mai 1869.

23 « C’est le cas de dire demandez et vous recevez. Il suffit que vous demandiez des découvertes, pour qu’elles se fassent », lui écrivit un correspondant belge ; un autre demandait : « Que dois-je récolter ? » ; un troisième accusait docilement réception des exigences écrites de Crépin. Voir, respectivement : AJB 117, no 1501, Lettre de Van Bastelaer à Fr. Crépin, 27 juillet 1864 ; AJB 115, no 1107, Lettre de H. Van Heurck à Fr. Crépin, s.d. ; AJB 115, no 1127, Lettre de L. Piré à Fr. Crépin, 3 avril 1861.

24 On verra, à ce sujet, par exemple : N. Hanquart, E. Robbrecht & D. Diagre, « Ernest Sonnet (1840-1901), la redécouverte de sa centurie agrostologique belge, et un herbier historique de l’Université libre de Bruxelles », article en préparation.

25 AJB 120, no 2084, Lettre de H. Van Heurck à Fr. Crépin, 25 janvier 1868 et AJB 120, no 2169, Lettre de H. Van Heurck à Fr. Crépin, 27 février 1868.

26 AJB 120, no 2084, Lettre de H. Van Heurck à Fr. Crépin, 25 janvier 1868.

27 Crépin tentera, d’abord, de se procurer ces feuilles par le truchement d’A. Déséglise. C’est H. Van Heurck qui finira par lui procurer une cinquantaine d’espèces d’A. Jordan, portant des « étiquettes authentiques ». Voir, respectivement : AJB 117, no 1550, Lettre de A. Déséglise à Fr. Crépin, 18 mai 1864 ; et : AJB 118, no 1727, Lettre de H. Van Heurck à Fr. Crépin, s.d.

28 AJB 119, no 1838, Lettre de R. Buser à Fr. Crépin, 11 novembre 1886.

29 AJB 114, no 551, Lettre d’A. de Limminghe à Fr. Crépin, s.d. (1858 ?) ; et : AJB 121, no 2222, Lettre de Éd. Dupont à Fr. Crépin, 28 avril 1869. Le premier courrier indique qu’une grande partie de l’herbier de l’auteur du Tableau méthodique du règne végétal du département de l’Ourthe et de la Flore des environs de Spa (1811-1813), serait partie en Suède ou en Russie. Le second courrier indique que le Musée d’Histoire naturelle de Bruxelles est en passe de faire l’acquisition des restes de cette importante collection.

30 AJB 117, no 1357, Lettre de B. Dumortier à Fr. Crépin, 16 avril 1864.

31 AJB 114, no 551, Lettre d’A. de Limminghe à Fr. Crépin, s.d. (1858 ?).

32 AJB 114, no 669, Lettre d’A. de Limminghe à Fr. Crépin, s.d. (1858 ?).

33 Cl. Billen, « Les métamorphoses d’un usage de la nature : paysages et sites à l’époque de Solvay (1870-1914) », Solvay et son Temps, Bruxelles, Archives de l’ULB, 1997, p. 249-270 ; A. Stynen, « Vaderlandse weelde op de kaart gezet. Belgische botanici, wetenschappelijke ijver en nationale motieven », Bijdragen en Mededelingen betreffende de Geschiedenis van de Nederlanden-The Low Countries Historical Review, Deel 121-4, 2006, p. 680-710.

34 Les « nationalist naturalists » sont évoqués, par exemple, dans : P. Mickulas, Britton Botanical Empire. The New York Botanical Garden and American Botany, 1888-1929, Memoirs of the New York Botanical Garden, vol. 94, New York Botanical Garden Press, NY, 2002, p. 204ssq.

35 Patria Belgica : Encyclopédie nationale ou exposé méthodique de toutes les connaissances relatives à la Belgique ancienne et moderne physique, sociale et intellectuelle, 3 vol., Bruxelles, Bruylant-Christophe & Cie, 1873-1875.

36 Pour une approche synthétique de ce phénomène, en Belgique, on verra : « La recherche en histoire de l’environnement : Belgique-Luxembourg-Congo-Rwanda-Burundi », I. Parmentier (dir.) et C. Ledent (coll.), Actes PREBel (Namur, décembre 2008), Namur, Presses Universitaires de Namur, 2010, 188 p.

37 AJB 116, no 1329, Lettre de H. Jacques à Fr. Crépin, 17 septembre 1863.

38 AJB 114, no 617, Lettre de A. Jordan à Fr. Crépin, 2 mai 1859.

39 AJB 116, no 1369, Lettre de H. Jacques à Fr. Crépin, 17 septembre 1863.

40 AJB 117, no 1357, Lettre de B. Dumortier à Fr. Crépin, 1er avril 1867.

41 AJB 120, no 2147, Lettre de ? à Fr. Crépin, 5 août 1868.

42 AJB 117, no 1540, Lettre de H. Jacques à Fr. Crépin, 21 septembre 1864.

43 Ibidem.

44 Ibidem.

45 AJB 117, no 1387, Lettre de H. Jacques à Fr. Crépin, s.d. (1864).

46 AJB 117, no 1357, Lettre de B. Dumortier à Fr. Crépin, 16 avril 1864.

47 AJB 117, no 1411, Lettre de Ph. Lejeune à Fr. Crépin, 20 janvier 1864.

48 Ibidem.

49 À Bruxelles, puis à Anvers, à Liège (AJB 115, no 1032, Lettre de Ch. Morren à Fr. Crépin, ?/ ?/1860 ?) ; à Nantes (AJB 116, no 1244, Lettre de J. Lloyd à Fr. Crépin, 1er mai 1863) ; à Paris (AJB 116, no 1211, Lettre de Ch. Desmedt à Fr. Crépin, 23 juillet 1863) ; à Mont, non confirmé (AJB 118, no 1625, Lettre de J. Henry à Fr. Crépin, 2 janvier 1865) ; à Herstal (AJB 118, no 1685, Lettre de A. Van Zuylen à Fr. Crépin, 11 novembre 1865) ; à Namur (AJB 119, no 1755, Lettre de J. Chalon à Fr. Crépin, 31 août 1866) ; à Lummen (AJB 122, no 2298, Lettre de C. Bamps à Fr. Crépin, 26 juin 1871), entre autres mentions.

50 AJB 149, n° 4188, Lettre de A. Franchet à Fr. Crépin, 16 août 1873.

51 Alph. De Candolle, Géographie botanique raisonnée ou Exposition des faits principaux et des lois concernant la distribution géographique des plantes à l’époque actuelle, Paris, Victor Masson, t. 2, p. 979-980.

52 Cette tension est bien perceptible dans certains comptes rendus d’herborisations de la Société Royale de Botanique de Belgique. On verra, par exemple : Fr. Crépin, « Compte rendu de la septième herborisation (1868) de la Société Royale de Botanique », t. 8, 1869, p. 4-14.

53 A. Devos, « Les plantes naturalisées et introduites en Belgique », Bulletin de la Société Royale de Botanique de Belgique, t. 9, 1870, p. 5-122.

Table des illustrations

Titre François Crépin (1830-1903)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k

Auteur

Jardin botanique national de Belgique, Coll. Sc. ULB

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540