Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traces du végétal

 | 
Isabelle Trivisani-Moreau
, 
Aude-Nuscia Taïbi
, 
Cristiana Oghina-Pavie

Première partie - Le végétal comme indice

Rendre visible la plante invisible : sources historiques et traces de végétaux dans les espaces agricoles méridionaux (xviiie-xixe siècles)

Éric Fabre et Sylvain Olivier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La plante est partout dans l’histoire. Elle nourrit l’Homme, l’empoisonne et le soigne, lui fournit le bois de ses bâtis et vaisseaux, celui de son chauffage et de sa cuisine, quelquefois les fibres de ses vêtements, sacs et cordages. Pourtant, à y regarder de plus près, les végétaux considérés par l’historiographie sont bien peu diversifiés : quelques céréales et légumineuses, quelques essences d’arbres des forêts gérées par les puissants, tels sont les végétaux monopolisant la quasi-totalité des travaux d’historiens. Tout le reste ? Ce ne sont que plantes le plus souvent invisibles. Pour certaines, celles avec lesquelles les hommes n’interagissent pas, il n’y a guère d’espoir de les percevoir car c’est justement ce contact qui génère l’archive, base de travail de l’historien. Or, il en est d’autres, dont on sait la présence dans l’espace des hommes, mais qui ne sont que traces.

  • 1 Comparer par exemple les approches et conclusions de M. Pastoureau, Le Cochon, histoire d’un cousin (...)
  • 2 Dans le cas des animaux, voir par exemple C. Beck et É. Fabre, « L’animal, l’histoire et l’histoire (...)

2Plantes alimentaires et animaux de consommation apparemment aussi bien renseignés que les pommes de terre ou les cochons, par exemple, ne laissent pas d’interroger la chronologie et l’ampleur de leur présence réelle dans les campagnes lorsque seuls les textes produits par des élites sont mobilisés1. Ainsi, une dualité historiographique forte se marque entre une approche culturelle fondée sur des textes reflétant les pratiques des élites et une réalité matérielle faite d’objets végétaux du quotidien du monde paysan, c’est-à-dire de l’essentiel de la population jusqu’à la Grande guerre2.

3Plutôt que de revenir sur ces questions d’histoire culturelle, notre travail s’attache à montrer que la recherche de documentation élémentaire, produite au plus près de la masse des Français d’hier, si elle n’est bien évidemment pas garante de la découverte de toutes les plantes en tous les lieux et tous les temps, permet de dessiner un autre paysage végétal que celui qu’autorise la seule prise en compte des textes littéraires ou des sources historiques liées directement à la seule production agricole. Le cadre géographique languedocien pris en compte s’étend entre les Pyrénées et le Rhône, espace méridional riche d’usages multiples des terrains cultivés, entre le xviiie et la fin du xixe siècle.

Complants et cultures « dérobées », une diversité végétale masquée

  • 3 M. Lachiver, Dictionnaire du monde rural, Paris, Fayard, 1997, à l’article « complant ».
  • 4 H. Baudrillard, Les populations agricoles de la France. Troisième série : Les populations du Midi, (...)

4L’historiographie rurale est familière de la duplication de l’espace productif, qui consiste à gérer deux cultures superposées dans un complant. Une précaution de vocabulaire prévaut car un complant désigne habituellement, pour les historiens, plus un type de contrat agraire touchant les terres en vigne que le mélange de cultures sur une même parcelle3. C’est cette dernière acception que nous retenons dans ce travail : si ces complants peuvent être assez fréquents hors des espaces méridionaux, ils constituent, sous la forme d’associations d’arbres – dont la vigne – parfois eux-mêmes diversifiés, et de cultures annuelles, des éléments caractéristiques des paysages agricoles du sud. Les agronomes et les géographes insistent sur leur importance pour les populations locales, tant quantitativement dans les finages que qualitativement. Tous soulignent leur complexité structurale : « les spécialisations exclusives sont rares dans ces régions. Toutes les productions s’entremêlent » affirme Baudrillard à la fin du xixe siècle à propos des départements du Midi de la France, en faisant abstraction des lieux où la vigne est monoculture4.

  • 5 Arch. dép. Haute-Garonne, C2421 – Compte rendu de la visite du Sieur de Genssane dans les diocèses (...)
  • 6 Arch. dép. Ariège, 12M79 – Enquêtes sur les vignobles, renseignements, statistiques, bans de vendan (...)

5Cette duplication de l’espace productif entre haut et bas est particulièrement fréquente dans le cas de la vigne. Sur le piémont pyrénéen, plutôt que de s’aligner en rangées séparées par un espace sans culture, la vigne est formée de ceps portés par des arbres fruitiers. De Genssane, mandaté par les États de Languedoc pour prospecter les richesses minières à la veille de la Révolution, signale la limite de la vigne en plein et de celle en hautin, qui rencontre grossièrement celle du climat méditerranéen au contact du massif pyrénéen5. Encore au milieu du xixe siècle, il n’y a que 152 hectares de « vigne proprement dite » pour plus de dix fois plus en hautin dans l’arrondissement de Saint-Girons6. Pommiers, poiriers, cerisiers, pruniers, plus rarement noyers liés à des climats plus froids, supportent les pampres.

  • 7 Arch. dép. Aude, respectivement B4832 – Justice ordinaire de Sainte-Colombe (dossier de septembre 1 (...)
  • 8 Arch. dép. Hérault, 2E39/919 – Minutes de Firmin Seguret, notaire à Saint-Jean-de-la-Blaquière, f° (...)

6Deux productions sur le même espace, donc. Par exemple, dans le haut Languedoc des années 1760, la justice seigneuriale révèle qu’un chien mange des prunes dans une vigne, qu’il y a un pommier et un cerisier dans une parcelle en luzerne, que des jeunes gens « jouaient au palet avec des poires dans un petit pré7 ». Mais une troisième production est possible ! Au sol, de l’herbe à pâturer ou faucher, des céréales, des légumes. La trilogie méditerranéenne de la vigne, de l’olivier et des céréales se décompose : toutes les combinaisons sont possibles, à deux ou trois partenaires. Une afferme en Lodévois au début des années 1770 concerne le pâturage d’une terre en oliviers. Le preneur obtient le droit d’en faire manger l’herbe après la récolte des olives et d’y semer des grains8. Ici, les revenus sont davantage multipliés : aux plantes s’ajoute la production animale.

  • 9 M. Lachiver, Dictionnaire du monde rural, op. cit. à l’article « complant », à l’article « dérobé »

7Une autre façon de multiplier les productions d’un même sol, sans pour autant multiplier d’autant l’impôt, consiste à intercaler des cultures dérobées. On appelle culture dérobée une « culture de courte durée intercalée entre deux cultures principales », la terre offrant ainsi trois récoltes en deux saisons agronomiques9 ; le mot désigne aussi, en français courant, l’idée de ce qui est masqué. Les deux acceptions sont illustrées ici.

  • 10 P. Morlon et F. Sigaut, La Troublante Histoire de la jachère. Pratiques des cultivateurs, concepts (...)

8Ainsi, les fameux navets anglais de la « révolution agricole », en trouvant une place entre avoine de printemps et blé d’hiver, le calendrier agricole la lui donnant, offrent-ils l’opportunité d’une troisième récolte en deux ans. Autre modalité : la mise en culture partielle, en termes de surface, d’une terre en jachère. Cette parcelle est loin d’être sans travail ; au contraire, une série de labours prépare le sol à l’ensemencement suivant en même temps que la terre retournée favorise la germination de la banque du sol : l’herbe crue pâturée du bétail ne gâtera pas la prochaine moisson10.

  • 11 Sur le genêt, cf. S. Olivier (dir.), Le Genêt textile. Plante sauvage, plante cultivée, Lodève, Com (...)
  • 12 Arch. dép. Hérault, 10B391 Justice ordinaire du Bosc, no 53, 23 septembre 1772.
  • 13 Arch. dép. Hérault, 10B391 – Justice ordinaire du Bosc, no 53, 27 mai 1774.
  • 14 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois. Étude économique et sociale (1789-1851), mémoi (...)
  • 15 S. Olivier, « Sous le regard des scientifiques. La culture du genêt textile du Lodévois, xviie-xxe  (...)
  • 16 S. Olivier (dir.), Le Genêt textile, op. cit.

9Dans le Lodévois, sur les terrains en pente, peu profonds et, partant, médiocres du point de vue agronomique, qui ne sauraient en conséquence supporter une trop longue succession d’années de récolte de grains, les paysans du xviiie et du début du xixe siècle ont ainsi pris l’habitude d’associer des espèces végétales. Ils sèment fréquemment avec les céréales des graines de genêt d’Espagne et de chardon à foulon11. Par exemple, une plainte du 23 septembre 1772 signale qu’un berger de Loiras-du-Bosc est allé dans une « terre appelée le Travers de Monsieur, qui est en ratouble, dans laquelle il y a une partie qui est semée de chardon et de genêt12 ». La « ratouble » – ou chaume – suggère qu’en ce mois de septembre, lorsque les genêts et les chardons émergent, ils ne font que commencer à prendre leur place alors qu’ils avaient été semés simultanément à une céréale quelques mois plus tôt, céréale à l’abri de laquelle ils ont commencé à pousser. Deux ans plus tard, le 24 mai 1774, un autre berger mène son troupeau dans ce qui semble bien être la même parcelle. Alors, une plainte similaire évoque « la ginestiere qui est toute jeune parmi laquelle il y a du chardon13 ». Ces témoignages – et beaucoup d’autres – indiquent que la céréale est enlevée la première année, laissant apparaître les pieds de chardon et de genêt à croissance plus lente mais pluriannuelle. Après avoir commencé à pousser à l’abri des excès du climat et de la dent des animaux grâce à la présence protectrice de la céréale, chardon et genêt continuent à se développer. La première de ces plantes, qui des deux a la croissance la plus rapide, protège par ses piquants la seconde contre la dent des animaux14. Elle est récoltée la deuxième ou la troisième année, afin d’être utilisée pour le lainage – aussi appelé garnissage – des draps produits dans la ville de Lodève, importante pourvoyeuse d’uniformes pour l’armée française. Le genêt, enfin, à croissance plus lente, n’entre en production qu’après la troisième année. Pendant dix ou quinze ans, parfois plus à moins que le cultivateur ne décide de l’essarter pour reprendre un nouveau cycle, le genêt va être apprécié pour ses longues tiges. Ces dernières contribuent à la nourriture du bétail, ovins et caprins, pendant l’hiver. Puis, en été, grâce à une mise en défens, les tiges jeunes et vigoureuses de l’année sont coupées et mises à rouir afin de produire une filasse grossière utilisée comme le lin ou le chanvre dans le textile et la corderie domestiques. Le genêt d’Espagne est encore ignoré comme plante textile par les encyclopédistes et les publications des sociétés savantes dans les années 1760-1770, et complètement inconnu de l’Intendance de Languedoc en 1770. Ce n’est qu’à partir des années 1780 que ses atouts deviennent une évidence pour les élites15. Pourtant la documentation vernaculaire (cadastres, actes notariés, sources judiciaires) fournit une multitude de traces attestant sa présence dans la première moitié du xviie siècle déjà (et probablement avant) et son rouissage à des fins textiles au moins à partir de la seconde moitié du xviie siècle16.

10C’est donc bien que certaines des sources historiques, notamment celles produites par les élites et les administrations, ne permettent pas de déceler les traces des végétaux rares ou « secondaires ». Les sources fiscales et seigneuriales, si elles mentionnent des cultures dominantes sur une parcelle, ne sont pas appropriées non plus pour découvrir des végétaux à l’état de traces parmi d’autres exploités plus massivement. En effet, à confronter ces sources globalisantes à des sources plus fines telles que celles produites par les notaires et la justice de proximité, apparaissent des incohérences entre les mots et les choses.

Des mots et des choses, des incohérences

11L’historien qui s’appuie sur des sources fiscales ne doit pas oublier qu’elles sont assez simplificatrices dans leur description du paysage végétal, seule la production végétale dominante d’une parcelle étant en général mentionnée. Les cadastres et compoix sur lesquels repose l’essentiel de la fiscalité, en établissant un lien entre propriété foncière (quantité et qualité de terre) et impôt à payer, ont une deuxième limite : conçus à l’échelle de la parcelle, ils ne décrivent pas l’environnement rural précisément. Le nombre de modalités descriptives (terre labourable, pré, terre vague, etc.) est très variable selon les lieux et les temps, mais la précision n’est pas toujours suffisante pour que soit mentionnée la présence d’arbres épars, par exemple.

  • 17 Arch. dép. Hérault, 2E41/205 – Minutes de Blaise Vigné, notaire à Octon, no 82, Acte du 23 août 182 (...)

12Illustrons le propos et la confrontation des sources avec le cadastre « napoléonien » de 1829 de la commune de Mérifons, dans l’Hérault. La description du milieu tient en seulement sept catégories, qui n’intègrent par les « ginestieres ». Pourtant, un tel terrain couvert de genêts est affermé au même endroit devant notaire par un cultivateur en cette même année 1829. Dans la commune voisine de Salasc, en 1836, un agriculteur se plaint devant la justice qu’on lui ait saccagé une dizaine d’amandiers. Or, cette espèce n’apparaît pas dans le cadastre pourtant achevé la même année17.

  • 18 Arch. dép. Hérault, 3P49 – Opérations cadastrales : dossiers communaux. Expertises, nominations d’i (...)
  • 19 Arch. dép. Hérault, 3P49 – Cadastre de Brenas, 1828-1830.

13Le contrôleur des contributions directes est bien conscient de la difficulté de créer un cadastre réellement descriptif des productions de la terre, pour fixer un impôt juste. Ainsi, toujours dans le même secteur, après l’arpentage de la commune de Brenas, craint-il que les arpenteurs « n’enferment souvent dans un même polygone des natures de cultures différentes18 ». C’est peut-être pour cela qu’après la restitution du cadastre, les réclamations sont systématiques. L’une d’elles conduit à un changement brutal de qualification d’une parcelle, qui passe de terre labourable à pâture, prouvant que la différence d’appréciation d’un terrain peut vite le faire changer de dénomination19.

  • 20 Arch. dép. Hérault, 10B472 – Justice ordinaire de Clermont-l’Hérault, dossier no 773, délits de dép (...)
  • 21 Arch. dép. Hérault, 10B472 – plainte du 29 juin 1775.

14Mieux que les cadastres, ce sont surtout les documents rédigés à la suite de litiges qui viennent nous renseigner précisément. Ils émanent de sources judiciaires et résultent de la nécessité d’indemniser au mieux la victime de dégâts sur ses terres, d’où la nécessité de préciser en détail les végétaux productifs qui poussaient sur tel ou tel terrain. Lors de ces désignations des terres dans la bouche des paysans, mises par écrit par tel notaire ou greffier judiciaire, on retrouve encore des approximations de vocabulaire, tendant à gommer la diversité végétale des parcelles. Ainsi, une plainte du Clermontais Jean Hérail concerne un délit de dépaissance dans une parcelle simplement dénommée « champ » le 25 mai 1774. Mais la lecture détaillée de cette source nous apprend que le propriétaire avait ensemencé en « bled » plus de la moitié du champ, laissant le reste en herbe pour servir à nourrir ses mulets, ce pâturage étant délimité par deux sillons de paumelle afin de le mettre en défens contre le bétail d’autrui. Ensuite, on apprend que le délit a été commis par un jeune homme faisant paître dans cette terre un mulet et un cheval « à garde faite et à bâton planté et si déterminément qu’il les avait attachés à un olivier dudit champ avec une longue corde ». On en déduit l’existence d’un olivier dans cette parcelle. Enfin, on apprend que c’est l’épouse du propriétaire, Marguerite Blanc, qui a constaté les faits – et a reçu des coups pour l’occasion – alors qu’elle allait « cueillir de la feuille de quelques mûriers qu’il y a dans ce champ20 ». Ce qui semblait à première vue être un simple champ supporte donc du « bled » c’est-à-dire une céréale, un peu de paumelle, de l’herbe à brouter, un olivier et plusieurs mûriers ! Cette liste non exhaustive nous apparaît seulement sous la forme de quelques traces au détour d’une phrase. Quelques mois plus tard, la même source mentionne un autre délit de dépaissance dans un champ où des bêtes à laine mangent les pousses des oliviers que le suppliant y a fait planter la même année21, révélant ainsi des oliviers à l’état de traces.

  • 22 Arch. dép. Aude, 3P1115 – Expertises et opérations cadastrales, canton de Conques-sur-Orbiel, 1825- (...)

15Dans la commune de Limousis (Aude) dans les années 1820, un propriétaire foncier possédant exclusivement des terres labourables fertiles et irriguées, donc les plus imposées de la commune (appartenant à la 1re classe fiscale), s’adresse par pétition à la mairie de son village afin de réclamer une augmentation de la valeur fiscale des champs de moins bonne qualité (4e classe), c’est-à-dire ceux de ses voisins, tentant par là de réduire son propre effort fiscal. Et il fournit des indices sur la nature des végétaux qui pouvaient pousser sur un « champ ». Il argue en effet du fait que les mauvais terrains qu’il incrimine ne sont pas si dérisoires sur le plan économique qu’on a cherché à le faire croire, puisque leurs propriétaires les valorisent de manière optimale en y faisant pousser simultanément des céréales, qui sont récoltées rapidement, puis des genêts utilisés cette fois comme combustible, lesquels font l’objet d’une coupe au bout de plusieurs années22.

16Cette pratique de récoltes successives sur un même terrain est en réalité assez fréquente et soulève à chaque fois le problème du mot désignant la parcelle. Dès lors, en Lodévois, comment nommer un terrain associant grains, chardons et genêts en pleine croissance ? Si le cadastre ou l’acte notarié qui nous renseigne dessus est élaboré l’année du semis, ce sera alors probablement un « champ ». Mais la deuxième année, le champ sera désigné comme « chardonnière ». À partir de la troisième année, il deviendra logiquement une « ginestière ». Et il est finalement très rare que la documentation disponible fournisse des indices précis permettant d’appréhender simultanément les trois strates qui viennent d’être décrites.

17Ainsi, la question se pose de ce qu’est réellement, à un moment donné, un « champ » ou « terre labourable ». On savait que cette terre pouvait être semée en céréales diverses – orge, avoine, épeautre, etc., et pas seulement blé froment – mais aussi en légumineuses comme les pois ou les pois chiches. Mais en plus le champ peut accueillir toutes sortes d’autres végétaux habituellement insoupçonnés. En fait, rien dans le terme « champ » n’indique la présence d’une culture clairement identifiée.

  • 23 G. Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées au Siècle des Lumières (1670-1789), Paris, Cujas, 19 (...)

18Puisqu’on peut cultiver en même temps plusieurs végétaux sur un même terrain, on comprend que les notions classiques de rotation de cultures et d’assolement, si elles gardent un intérêt explicatif général, ne suffisent pas à l’échelle de la microhistoire, les réalités locales étant plus complexes que ces modèles. Par suite, également, tout calcul de rendement des productions à l’hectare est délicat. Dans l’archive, ces calculs sont le fait des élites qui doivent s’assurer de la fourniture de grain au peuple – et qui ne se focalisent donc que sur le froment, grain noble objet de commerce – ou qui s’inquiètent de leur propre sort, parce que ce sont justement les élites qui, dans la société traditionnelle, possèdent l’essentiel des bonnes terres à finalité spéculative. Georges Frêche l’a bien montré en Languedoc ; le maïs, qui reste pratiquement invisible dans les statistiques de production, se développe pourtant considérablement grâce à son rôle dans l’alimentation des paysans ; ceux-ci produisent du froment pour le commerce et du maïs pour se nourrir, mais seul le premier se voit dans les archives car il sort du cadre domestique23.

19L’historien, décomposant la géométrie de l’espace de production agricole, reconnaît ainsi plusieurs traces de végétaux, au-dessus, au-dessous, à côté de la plante faisant l’objet de la production considérée comme principale, la seule aisément visible car la seule décrite par les sources.

20La fiscalité, si elle reconnaît des valeurs agronomiques différentes aux sols, et les retranscrit dans des taux d’imposition différents par unité de surface, n’utilise que l’aune de la production principale – surtout grains, mais aussi foin, vin, bois, etc. – pour évaluer cette qualité des sols. Les cadastres d’Ancien Régime comme ceux du xixe siècle, qui pourtant distinguent plusieurs classes de qualité de terres labourables, n’enregistrent que rarement les potentialités de récoltes multiples. L’idée du verger, dont le but unique est de produire des fruits, est très contemporaine : son absence dans l’archive n’équivaut pas à celle des arbres. Ceux-ci se dispersent le plus souvent à la marge de cet espace productif : réfugiés dans les haies et talus en bordure des parcelles, ils ne sont pas tous visibles si on utilise ces seules sources.

21La documentation historique est riche d’une multitude de sources qui décrivent les espaces agricoles. Ainsi, l’historien ruraliste connaît peu ou prou l’espace cultivé en termes de répartition de la propriété, de rendement de la culture principale et de morcellement parcellaire. Toutefois, les précisions, parfois considérables, que l’archive donne sur les plantes cultivées ne doivent pas masquer les autres plantes du champ dont la composition botanique reste excessivement simplifiée.

22La topographie des campagnes ne doit pas tromper : le cœur du finage villageois ne laisse guère plus de trace de végétal que ses marges. Hors du champ, la question est la même, en plus complexe. Il n’y a pas d’espaces dans lesquels les plantes seraient idéalement reconnues, donc nommées, et d’autres où l’indifférenciation prévaudrait. S’il est évident que, dans l’inculte, à part quelques plantes productives spécifiques, l’essentiel des végétaux reste indifférencié, on attendrait que les archives livrent du champ une description révélant au contraire plus justement les plantes présentes. Pourtant, au champ, on ne reconnaît qu’une partie de la végétation, celle qui subit le prélèvement fiscal. Du point de vue botanique, le champ connu n’a pas plus de réalité que l’inculte inconnu.

23C’est en utilisant les archives des notaires et de la justice que l’historien peut tenter de toucher du doigt l’environnement végétal du quotidien, bien mieux qu’avec des sources plus descriptives de la seule production agricole. L’histoire peut – ou doit ? – être mobilisée pour retrouver la trace de végétaux dans des temps historiques ou, de façon plus ambitieuse, pour aborder la question plus large de la dynamique de la biodiversité : le végétal, même s’il n’apparaît que comme une trace, est révélé par la documentation d’archives, dans des temps difficilement accessibles à d’autres approches.

24Cette puissance des archives élémentaires des notaires et de la justice a un coût : il s’agit de sources historiques dont d’exploitation ne peut se faire sans compétences d’historien. Comme toute discipline, l’histoire a ses concepts et ses méthodes ; la démarche historique ne doit pas pour autant effrayer le non-historien, pour retrouver la trace de végétaux comme pour le reste. Il est toujours possible de se former… et surtout de collaborer !

Notes

1 Comparer par exemple les approches et conclusions de M. Pastoureau, Le Cochon, histoire d’un cousin mal aimé, Paris, Gallimard, 2009, et de J.-J. Hémardinquer, « Faut-il démythifier le porc familial d’Ancien Régime ? », Annales ESC, vol. 25, no 6, 1970, p. 1745-1766.

2 Dans le cas des animaux, voir par exemple C. Beck et É. Fabre, « L’animal, l’histoire et l’histoire naturelle. Un mariage à trois est-il possible ? », Études Rurales, no 189, juin 2012, p. 107-120.

3 M. Lachiver, Dictionnaire du monde rural, Paris, Fayard, 1997, à l’article « complant ».

4 H. Baudrillard, Les populations agricoles de la France. Troisième série : Les populations du Midi, passé et présent, Paris, Guillaumin, 1893, p. 144.

5 Arch. dép. Haute-Garonne, C2421 – Compte rendu de la visite du Sieur de Genssane dans les diocèses d’Alet, de Mirepoix, Rieux, Saint-Papoul et Carcassonne (1778). La vigne en plein couvre le sol, ce qui empêche – ou du moins gêne – une culture céréalière (par exemple) à la différence de la vigne en hautin qui grimpe sur des arbres dispersés dans la parcelle.

6 Arch. dép. Ariège, 12M79 – Enquêtes sur les vignobles, renseignements, statistiques, bans de vendange, 1829-1913.

7 Arch. dép. Aude, respectivement B4832 – Justice ordinaire de Sainte-Colombe (dossier de septembre 1762) et B4513 – Juridiction ordinaire de la baronnie de Chalabre, procédure criminelle, 1762.

8 Arch. dép. Hérault, 2E39/919 – Minutes de Firmin Seguret, notaire à Saint-Jean-de-la-Blaquière, f° 172 v°, afferme.

9 M. Lachiver, Dictionnaire du monde rural, op. cit. à l’article « complant », à l’article « dérobé ».

10 P. Morlon et F. Sigaut, La Troublante Histoire de la jachère. Pratiques des cultivateurs, concepts de lettrés et enjeux sociaux, Dijon, Educagri Éditions et Éditions Quae, 2008.

11 Sur le genêt, cf. S. Olivier (dir.), Le Genêt textile. Plante sauvage, plante cultivée, Lodève, Communauté de Communes du Lodévois et Larzac, coll. « Les Cahiers du Lodévois-Larzac » no 34, 2009 ; sur le chardon en Lodévois, cf. é. Appolis, Un pays languedocien au milieu du xviiie siècle. Le diocèse civil de Lodève. Étude administrative et économique, Albi, Imprimerie coopérative du Sud-Ouest, 1951, p. 471 ; et sur le chardon en général, cf. G. Heuzé, Les Plantes industrielles, Paris, Hachette, 1859, p. 325-337 et F. Laffé, Une Plante industrielle et des hommes : le chardon cardère en Basse Provence occidentale de la fin du xviisiècle à la Grande Guerre, thèse, Université Aix-Marseille 1, 1990.

12 Arch. dép. Hérault, 10B391 Justice ordinaire du Bosc, no 53, 23 septembre 1772.

13 Arch. dép. Hérault, 10B391 – Justice ordinaire du Bosc, no 53, 27 mai 1774.

14 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois. Étude économique et sociale (1789-1851), mémoire de maîtrise, dir. Robert Laurent, Université Paul-Valéry, Montpellier, 1968, p. 39.

15 S. Olivier, « Sous le regard des scientifiques. La culture du genêt textile du Lodévois, xviie-xxe siècle », Les Cahiers du Centre d’études et de Rencontres Méditerranéennes, tome 8 : L’Homme et la Terre dans le monde méditerranéen, Palavas-les-Flots, CERM, 2013, p. 89-103.

16 S. Olivier (dir.), Le Genêt textile, op. cit.

17 Arch. dép. Hérault, 2E41/205 – Minutes de Blaise Vigné, notaire à Octon, no 82, Acte du 23 août 1829 ; Arch. com. Mérifons, G3 – Cadastre : tableau indicatif, 1828 ; Arch. com. Salasc, 1D3 – Délibérations municipales, 1835-1864, 5 octobre 1836 ; Arch. dép. Hérault, 3P2721 – Cadastre de Salasc : tableau indicatif, 1836.

18 Arch. dép. Hérault, 3P49 – Opérations cadastrales : dossiers communaux. Expertises, nominations d’indicateurs, baux, prix, classification des propriétés foncières, délimitation de la commune, an VIII-1879. Rapport du contrôleur des contributions directes sur l’expertise cadastrale de la commune de Brenas, 15 avril 1829.

19 Arch. dép. Hérault, 3P49 – Cadastre de Brenas, 1828-1830.

20 Arch. dép. Hérault, 10B472 – Justice ordinaire de Clermont-l’Hérault, dossier no 773, délits de dépaissances, 1762-1776, plainte du 27 mai 1774.

21 Arch. dép. Hérault, 10B472 – plainte du 29 juin 1775.

22 Arch. dép. Aude, 3P1115 – Expertises et opérations cadastrales, canton de Conques-sur-Orbiel, 1825-1831 : pétition de Lucet aîné au maire de Limousis, 5 mai 1828. Document aimablement communiqué par Jean-Claude Capéra, président de l’association « Patrimoines, vallées des Cabardès ».

23 G. Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées au Siècle des Lumières (1670-1789), Paris, Cujas, 1974, chapitre XXVI.

Auteurs

Aix-Marseille Université, TELEMME, UMR 7303 CNRS
Université de Nîmes, CHROME EA 7352

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540