Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Troisième partie. Regards sur les socialistes bretons des années 1960-1970 à nos jours

Les voyages du président Mitterrand dans le Finistère (1981-1994)

Outil politique et rituel de représentation

Patrick Gourlay

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

À mon père
« À Quimper et à Brest, j'ai pu observer le même état d'esprit. J'en suis très heureux. Quimper, Brest, même combat, même Bretagne, même France. On se félicite de ce voyage qui unit. Alors si je vous dis une sorte de mot d'ordre, qui ne prétend pas en être un, "Finistériens, unissez-vous", c'est une façon de dire "Français, unissez-vous" et bonne chance ! »
François Mitterrand à Brest, le 18 octobre 1994

1Lorsque François Mitterrand lance cet appel à l'union des Finistériens - donc des Français — et qu'il relève que « l'on se félicite de ce voyage qui unit », il inscrit son déplacement dans la tradition des voyages de souveraineté des chefs d'État qui avaient pour but non seulement de parcourir la France pour l'unir mais aussi de parler aux Français à partir d'un lieu exemplaire.

  • 1 Patrick Gourlay, Les voyages des Présidents de la République dans le Finistère (1874-2004). La mis (...)

2En effet, le voyage de souveraineté en province est une pratique ancienne. Sous la monarchie, il servait à visiter ses sujets et à marquer son emprise sur l'ensemble du royaume. Depuis Sadi Carnot jusqu'à Jacques Chirac, les présidents de la République ont réinvesti ce mode d'exercice du pouvoir censé montrer sa proximité avec les citoyens tout en valorisant le chef de l'État1. François Mitterrand a utilisé ses voyages pour façonner son image présidentielle et pour agir dans le jeu politique. Car le déplacement présidentiel est une mise en scène du pouvoir qui est à la fois démonstration de force et d'autorité, mais aussi tentative de séduction des citoyens. La visite du chef de l'État est donc un outil politique qui s'inscrit dans une conjoncture particulière et qui permet de faire passer des messages à la nation et aux citoyens visités. Mais elle est aussi un rituel de représentation qui met en scène la majesté présidentielle en s'appuyant sur le protocole républicain.

3Les sept visites finistériennes de François Mitterrand, entre 1981 et 1994, sont l'occasion de croiser plusieurs approches. Se déplacer est toujours, pour le Président, un moyen de faire passer un message national. Il s'agit ici d'étudier le fond, le sens des visites. Étudier la forme permet de voir comment le président Mitterrand utilise le protocole républicain pour se mettre en majesté, valoriser ses amis et domestiquer ses opposants. Enfin, ces visites sont ancrées dans un territoire, le Finistère. Quels sont les liens politiques, personnels et familiaux qui unissent François Mitterrand à ce département ?

Le fond : le président se déplace pour faire passer un message national

La visite en Chef des armées : 24 juillet 1981 et 25 mai 1985

  • 2 Entretien avec Louis Le Pensec le 23 octobre 2003.
  • 3 Ouest-France, 25-26 juillet 1981.
  • 4 Cols Bleus, 1er août 1981, p. 18.
  • 5 Pierre Favier et Michel Martin-Rolland, La décennie Mitterrand, t. 1, Paris, Le Seuil, 1990, p. 46 (...)

4La première venue du président Mitterrand, le 24 juillet 1981, se fait en Chef des armées. Son objectif est de venir en personne réaffirmer à l'Île Longue, à la Marine nationale, que la doctrine de la dissuasion nucléaire reste bien au cœur de notre système de défense. Ce déplacement était nécessaire car l'élection du 10 mai 1981 avait créé, comme le rappelle Louis Le Pensec, un « choc dans les états-majors, et même un séisme pour toute une partie de l'armée2 » ; ceci malgré la conversion du PS depuis les années 1970 à la stratégie de dissuasion nucléaire. Cette visite à bord d'un sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) est donc un geste fort de la part de François Mitterrand ; geste accompagné d'un message relayé par les 70 journalistes qui l'accompagnent : « La France doit disposer de cette arme qui est l'instrument principal de sa stratégie de dissuasion non pour la guerre, mais pour qu'il n'y ait pas la guerre3. » Le président profite de ce déplacement pour faire un bel effet d'annonce en déclarant que d'ici 1990 « la France va construire un septième sous-marin nucléaire ». Ainsi, le sens de cette première visite du président Mitterrand est bien de s'inscrire dans une continuité : celle d'un « grand choix national dont le principe n'apparaît pas remis en question4 » comme le précise, rassurée, la revue de la Marine nationale Cols bleus. La venue du chef de l'État, en chef des Armées, vise à montrer à l'autorité militaire l'intérêt qu'il porte à ces questions. Cela montre aussi à tous que désormais c'est bien lui, François Mitterrand, qui détient le pouvoir du feu nucléaire qui est dans notre république nucléaire, le véritable « sceptre présidentiel5 ».

  • 6 Cité par Hubert Védrine, Les mondes de François Mitterrand, Paris, Fayard, 1996, p. 366.

5Avec sa deuxième visite à la Marine, le 25 mai 1985, le président Mitterrand vient à nouveau réaffirmer que la dissuasion reste la clé de notre défense. Mais ce déplacement a en réalité d'autres enjeux. Il s'inscrit sur fond de litige franco-américain à propos de la « guerre des étoiles ». Les États-Unis veulent que les Européens s'associent à ce projet de défense spatiale. Or, au sommet des Sept à Bonn (2-4 mai 1985), François Mitterrand s'est opposé à Ronald Reagan en rejetant clairement cette initiative américaine : « La défense spatiale ne pouvant, avant un demi-siècle, pour le moins, se substituer au nucléaire, que deviendrait l'Europe entretemps ? Pourquoi sortir d'un équilibre qui garantit la paix depuis quarante ans6 ? » Ainsi, ce qui compte avec cette visite, c'est moins l'impact sur le plan intérieur, où le consensus existe globalement sur la dissuasion, que ses retombées sur le plan international. Dans ce contexte, venir à Brest marque la volonté de la France de refuser la « guerre des étoiles ». Et lorsque le président valorise les sous-mariniers et le matériel français, il souligne, à sa manière, que la France ne dépend de personne pour assurer son indépendance nationale.

Le Finistère « laboratoire » de la cohabitation ?
Le voyage des 7 et 8 octobre 1985

6La visite présidentielle répond aussi à des enjeux de politique intérieure. C'est le cas avec ce dernier grand déplacement de François Mitterrand en région avant les législatives de mars 1986. Son thème central était « la France qui gagne ». Le voyage cherchait à souligner les réussites dans l'agroalimentaire, la recherche (Ifremer) et l'industrie (Bolloré technologies). Mais, dans la perspective d'une situation inédite de cohabitation, il s'agissait aussi pour le président de lancer des ballons d'essais et de définir un mode d'emploi de la future cohabitation. Ce n'est pas un hasard s'il est programmé à quelques mois d'élections qui semblent d'ores et déjà perdues pour le pouvoir. En Bretagne, François Mitterrand se rend en terre d'opposition. Il y vient pour tenter de séduire une partie de l'électorat centriste. Il adopte tout au long de ce voyage une posture de président rassembleur même s'il se déplace aussi pour renforcer ses amis politiques.

  • 7 Le Télégramme, 9 octobre 1985.
  • 8 Libération, 9 octobre 1985.
  • 9 Archives municipales de Quimper, 11 W 7, Allocution du président Mitterrand à Quimper le 8 octobre (...)

7À Brest, devant le maire RPR Georges Kerbrat, le président se montre rassembleur et lance à sa manière un appel à l'union autour de sa personne : « Sachons dépasser ce qui risque de freiner l'action. Personnellement, je me sens à l'aise avec chacun d'entre vous. Sur des questions comme l'emploi, la nécessité de la modernisation de notre industrie, sur la formation et sur la défense, il existe en France un consentement sur lequel il doit être possible de se rassembler7. » Le mot clé est ici « consentement » qui est une sorte d'appel mitterrandien au rassemblement. Si à Brest il lance devant des élus de droite cet appel qui dépasse son camp, à Quimper il délimite les pouvoirs présidentiels, là encore devant un maire RPR. François Mitterrand rappelle qu'il ne doit pas y avoir de confusion sur le rôle et les compétences du président. Et pour le démontrer, il s'appuie sur la Constitution « qu'il connaît d'autant mieux qu'il ne l'a pas votée8 ». Mais lorsque Marc Bécam lui demande de pousser des dossiers concernant Quimper, il prend une hauteur toute présidentielle en répondant : « Je ne ferai pas le tour, Monsieur le Maire, des questions que vous avez traitées. D'abord, elles ne sont pas de mon ressort, mais bien entendu, il importe que j'en sois informé et vous avez eu raison de m'en saisir. [...] Si je m'en tenais au terme exact de la Constitution [...] je dirais que, ce qui est vrai, c'est que c'est au Gouvernement de gouverner9. » Le président Mitterrand se présente ici comme un intermédiaire entre les maires de droite qui le reçoivent et le gouvernement socialiste.

  • 10 Pour une analyse détaillée de la visite d'octobre 1985, voir Patrick Gourlay, « Un outil politique (...)

8Avec cette visite, le président de la République montre aux Français que la cohabitation fait déjà partie de son quotidien. Il en dresse en quelque sorte le mode d'emploi à cinq mois des élections. Il dédramatise ainsi la future situation et délimite ses prérogatives tout en lançant un appel au « consentement ». En somme, ce 8 octobre 1985, le Finistère semble avoir été une sorte de « laboratoire »10de la cohabitation. L'exercice n'était pas facile car le président devait à la fois réaffirmer son identité socialiste et avoir un discours mobilisateur pour la gauche (on le voit s'attarder avec les leaders de l'opposition municipale : Pierre Maille à Brest et Bernard Poignant à Quimper) tout en lançant un appel à l'unité nationale autour de sa personne.

Mai et octobre 1994 : un président malade qui se montre en premier des Français

9En 1994 François Mitterrand se rend dans le Finistère à deux reprises : il préside en chef des Armées, le 7 mai, la mise à flot du Charles de Gaulle puis il se rend, le 18 octobre, à Quimper et à Brest pour une tournée des adieux. Dans les deux cas, le message envoyé à cette occasion est le même : Mitterrand « tiendra » et ne laissera pas cinq minutes de son pouvoir à la droite.

  • 11 Pierre Favier et Michel Martin-Rolland, La décennie Mitterrand, t. 4, Le Seuil, 1999, p. 705.

10Hubert Védrine, alors secrétaire général de l'Élysée, témoigne que « l'on disait partout qu'il ne tiendrait pas jusqu'à la fin de l'année 199411 ». Mitterrand entend pourtant démontrer, à la droite, et au gouvernement, qu'il faudra encore compter avec lui. Il ne goûte guère les prises de positions publiques du Premier ministre sur des sujets touchant à la politique étrangère, son domaine réservé. La mise à flot du Charles de Gaulle, le 7 mai 1994, lui permet de se montrer à tous comme Chef des armées et chef de l'État, donc en premier des Français. Le message qui passe au plan national est celui d'un président qui exprime la « voix de la France », dans un « discours à tonalité gaullienne », prononcé lors d'une cérémonie qui le met à chaque instant en valeur. Cela se déroule aussi à un moment où la cohabitation se crispe sur la reprise des essais nucléaires ; essais qu'Édouard Balladur veut reprendre, ce que le président refuse catégoriquement. Or, deux jours avant de venir à Brest, Mitterrand laisse son « testament stratégique » dans lequel il réaffirme, parmi plusieurs grands principes, que le président est bien, selon la Constitution, le Chef des armées et qu'il y a ainsi prédominance de l'Élysée sur les questions nucléaires. Il confirme également à cette occasion qu'il n'y aura plus d'expériences françaises d'ici à 1995.

  • 12 Entretien avec Bernard Poignant le 4 juillet 2003.

11Pour la visite du 18 octobre 1994 il n'y a pas de réel message envoyé à la nation sinon celui de montrer, comme en mai, à la droite et aux Français, un président actif, voyageur, assumant ses fonctions. Le déplacement a pour thématique officielle l'aménagement du territoire et l'enseignement supérieur. En réalité, Mitterrand vient débuter dans le Finistère un type de voyage présidentiel inédit dans les annales de la République : une tournée des adieux qui l'amena à rendre des visites de courtoisie politique à quelques villes socialistes comme Quimper, Brest, Foix et Blois. Le président s'y rend pour saluer le travail des maires PS et pour leur donner un coup de pouce émotionnel et politique à quelques mois des municipales. Ce dernier voyage est marqué par l'émotion et par un contexte difficile. Le président est très affaibli par la maladie : le 18 juillet 1994 il a subi une deuxième opération de son cancer de la prostate. De plus, depuis la fin de l'été, il est confronté à l'emballement des médias suite à la sortie du livre de Pierre Péan sur ses années 1934-1947. Son déplacement se fait néanmoins dans une sorte de communion républicaine créée sans doute par la maladie. Venir à ce moment-là dans le Finistère, souligne Bernard Poignant, était « un défi pour ce vieil homme malade. Face à cela, il y avait un véritable respect de tous. Et la rencontre affectueuse avec le peuple était pour lui aussi une manière de se recharger en énergie vitale12 ». Il s'agissait pour François Mitterrand de dire adieu aux lieux et aux gens qui ont accompagné son parcours. En même temps, c'est à nouveau l'occasion pour l'Élysée de réaffirmer que le président remplit ses fonctions et qu'il ira jusqu'au terme de son mandat.

12Le déplacement présidentiel est donc un outil politique qui permet de faire passer des messages à la nation en s'appuyant sur une thématique, sur des lieux, des gens, des paroles et une posture. C'est aussi un rituel de représentation avec lequel François Mitterrand a su jouer pour se façonner son image d'homme d'État.

La forme : Mitterrand et le protocole républicain

Le protocole comme « pédagogie du changement »

  • 13 Marc Abélès, « François Mitterrand et la roche de Solutré », dans Hauts lieux, revue Autrement, (...)
  • 14 Alain Bergounioux et Gérard Grunberg, « L'Union de la gauche et l'ère Mitterrand », dans Histoire (...)

13Valéry Giscard d'Estaing avait modernisé le protocole avec la volonté « de lutter contre le décalage entre l'État et la société13 » ; il s'agissait ainsi de l'adapter à l'époque contemporaine. Le président socialiste exige, quant à lui, sa stricte application, en particulier lors de ses déplacements en province. Car pour le nouveau chef de l'État, la problématique est d'importance : comment passer de l'opposant de gauche au président de tous les Français ? Comment s'ancrer dans la durée alors que pour les Français, et la droite ne cesse de le rappeler, la gauche au pouvoir est associée au temps court de « l'expérience ». Il est vrai qu'en cette période, d'état de grâce pour les uns et d'inquiétude pour d'autres, « le souvenir de 1936 était là, prégnant. Les institutions de la Ve République pouvaient donc être une protection14 ». D'ailleurs, c'est ce que François Mitterrand souligne dans Le Monde le 2 juillet 1981 : « Les institutions n'étaient pas faites à mon intention, mais elles sont bien faites pour moi. » Le protocole peut alors apparaître à la fois comme un rempart et comme un outil de légitimation. C'est en cela que Pierre Mauroy parle de « pédagogie du changement ». Car l'usage des symboles et du décorum républicain montre que le nouveau pouvoir a le temps pour lui parce qu'il est légitime.

14François Mitterrand use du protocole afin de façonner son image d'homme d'État. Sa première visite officielle à la Marine, en juillet 1981, en offre un exemple. C'est bien le Chef des armées qui se déplace. Le rituel militaire est intégralement respecté et la marque présidentielle est hissée sur le sous-marin Le Terrible (le drapeau tricolore avec les initiales « FM » en lettres d'or). Paradoxalement, c'est bien en s'appuyant sur le protocole républicain, hérité d'une longue tradition, que le nouveau président montre que le pouvoir politique a changé de mains. La thématique du changement politique se conforte ici avec celle de la continuité concernant la doctrine de défense.

  • 15 Ouest-France, 25-26 juillet 1981.
  • 16 Marc Abélès, « Inauguration à Nevers. Pèlerinage à Solutré », Les temps modernes, mars 1987, p. 88

15L'art de Mitterrand fut de réussir à apparaître presque naturellement président. Il en a endossé immédiatement l'habit. Et cette posture mitterrandienne marque dès les premiers mois l'opinion. Ainsi peut-on lire dans Ouest-France, en juillet 1981, que : « Le style du Président n'a pas peu contribué à conférer à cette période délicate un caractère de sérénité et de dignité. C'est même la première constatation qu'il convient de faire : François Mitterrand s'est si bien adapté à sa fonction de président qu'on a vaguement l'impression de l'y avoir toujours vu. Comme on dit au théâtre : c'est son emploi15. » En fait, durant le premier septennat, Mitterrand cherche à « se conformer scrupuleusement à un modèle transmis par la tradition républicaine, à user des symboles, des gestes, de la durée même, pour exprimer bien autre chose que ne le ferait un discours ou un entretien avec la presse16 ». La forme véhicule donc aussi un message.

Le protocole comme outil politique lors des déplacements de Mitterrand

  • 17 Yves Déloye, Claudine Haroche, Olivier Ihl, « Protocole et politique : formes, rituels, préséances (...)
  • 18 Yves Déloye, « Le protocole ou l'ombre du pouvoir politique », dans Le protocole..., op. cit., p. (...)

16Le protocole républicain était pour de Gaulle « l'expression de l'ordre dans la République17 ». Pour Mitterrand, l'utilisation des attributs de la fonction présidentielle, dans le cadre de la liturgie républicaine, doit lui permettre d'incarner la légitimité. Les déplacements présidentiels sont alors l'occasion de montrer, aux citoyens comme aux notables, un chef de l'État en majesté, mis en valeur par le protocole tout au long de sa visite. En même temps qu'il met le président au centre, il rappelle à chacun la place qui est la sienne car il classe, il hiérarchise, il montre aux yeux de tous la domination des uns sur les autres. Le protocole est bien une « grammaire de l'assentiment politique18 ».

17L'exemple du voyage d'octobre 1985 est éclairant. Les villes sont ornées de symboles républicains. À chaque étape du voyage, les rituels d'accueil sont respectés : réception du président par le maire, présentation du conseil municipal, échange des discours, remise du cadeau et signature du livre d'or. Si le président incarne le ciment de la nation en étant le président de tous les Français, à l'échelle de sa ville le maire accueille le chef de l'État au nom de l'ensemble de ses concitoyens. Il y a donc comme une communion républicaine lors de la réception du président Mitterrand par les élus et les notables. Si cela n'étonne pas à Guimaëc et à Morlaix, où le PS tient la mairie, il est frappant de remarquer que cela est également vrai avec les maires RPR de Brest (Georges Kerbrat), de Quimper (Marc Bécam), d'Ergué Gabéric (Jean Le Reste) et de l'île de Sein (Alain Le Roy).

18On tient là un des effets majeurs du déplacement présidentiel : c'est la légitimation. La venue du président consacre les élus locaux sous les yeux de leurs électeurs. Chacun de ces maires, socialiste ou gaulliste, est en position de solliciter une intervention présidentielle pour tel ou tel dossier touchant à sa commune. Sans toujours le souhaiter, ils placent ainsi le chef de l'État dans une position d'intermédiaire entre eux et le gouvernement. Cela valorise le président d'autant plus que, tout au long de sa visite, il reste le point focal vers qui tout converge.

19Ainsi, en même temps qu'il légitime le président, le respect du protocole domestique les opposants. Car utiliser cette visite à des fins politiciennes, en créant un incident qui viendrait rompre cette liturgie républicaine, serait sans doute mal compris et mal perçu. La seule tension perceptible vient de l'extérieur. Les citoyens-spectateurs sont maintenus à distance : la foule acclame ou conteste bruyamment. En octobre 1985 on observe ce paradoxe qui annonce la cohabitation : d'un côté, il y a les maires de droite et les élus PS qui accueillent Mitterrand avec courtoisie dans l'Hôtel de Ville, alors que l'on voit, dehors, l'opposition de gauche, du PCF et de la CGT, manifester contre la politique du pouvoir socialiste aux cris de « Mitterrand trahison » et de « Mitterrand-Bécam, même combat ».

20Qu'en est-il en période de cohabitation ? Le Finistère en offre trois exemples. Dans cette situation politique, le président utilise ses déplacements pour exister sur la scène intérieure alors qu'il n'est plus réellement maître du jeu. Là encore, ses visites en province, avec l'application du protocole républicain, lui permettent souvent de reprendre la main.

  • 19 Entretien avec Jean Glavany le 17 janvier 2005.

21Le 21 août 1986 le président se rend à Landéda en Père de la nation. C'est une visite compassionnelle suite au naufrage du canot de la SNSM de l'Aber Wrac'h. Mitterrand y vient accompagné d'Ambroise Guellec, secrétaire d'État à la Mer, mais aussi de Louis Le Pensec, l'ancien titulaire de ce portefeuille. C'est une visite surprise afin que « le voyage garde son espèce de pureté cristalline d'un geste humain, dans un moment d'émotion et de douleur19 ». Le président adopte, à cette occasion, la figure paternelle et protectrice du Père de la nation venant apporter l'hommage du pays aux familles endeuillées. Cette posture s'inscrit dans la tradition des rituels de la royauté de droit divin. Le chef de l'État joue au président thaumaturge qui, s'il ne peut guérir, peut en revanche avoir un effet mobilisateur en faveur des victimes. Mais cette visite est aussi un moyen pour Mitterrand d'exister en cohabitation. Depuis juillet, et son refus de signer les ordonnances sur les privatisations, la cohabitation se durcit. Ce déplacement est l'occasion pour lui de maintenir son image dans l'opinion publique en se drapant dans sa dignité régalienne de chef d'État. La posture paternelle lui permet de se renforcer, tout en soulignant aux yeux de tous l'asymétrie des positions qui ramène le représentant du gouvernement Chirac au rang de spectateur de la visite.

  • 20 Ouest-France, 9 mai 1994.
  • 21 Olivier Ihl, « Les rangs du pouvoir », dans Le protocole..., op. cit., p. 258.

22Le 7 mai 1994, la mise à flot du Charles de Gaulle place François Mitterrand au centre de la liturgie politico-militaire. C'est pour lui une nouvelle occasion de se montrer au-dessus de la mêlée. Le président n'a pas besoin d'en rajouter, les images parlent d'elles-mêmes. Le cérémonial le donne à voir, toujours au centre du rituel, le plus souvent seul. Le protocole souligne ainsi l'asymétrie des positions avec ses opposants politiques pourtant aux responsabilités gouvernementales : « Derrière lui, le Premier ministre Edouard Balladur, le ministre de la Défense, François Léotard et Jacques Chirac, le maire de Paris, ville-marraine du porte-avions, l'ont suivi comme autant de spectateurs20. » Cela le différencie des prétendants à sa succession : Balladur est cantonné dans une fonction secondaire et Chirac est ramené au rang de simple témoin. Le président prend, seul, la parole, ce qui renforce la majesté présidentielle et place les hommes de droite comme en périphérie de l'événement. Devant les médias et 4 000 invités, cela n'a rien d'anodin. Car ainsi « exposé aux yeux de tous, chacun fait hommage de son infériorité publiquement21 ».

23Le 18 octobre 1994 le président use du protocole pour donner son corps à voir. Venir dans le Finistère entre dans la stratégie qui vise à mettre publiquement à l'épreuve la forme physique du président. Il s'agit là de se montrer pour riposter aux rumeurs qui enflent sur son incapacité à achever son mandat. Le déplacement à Quimper puis à Brest est pour lui l'occasion d'informer les Français de l'évolution de sa maladie. Car la théâtralisation du pouvoir est éprouvante. Lors des honneurs militaires, il passe seul en revue les trois armes ; il est à la tête du cortège qui se déplace à pied au cœur de la ville, et il est l'objet de toutes les attentions lorsqu'il prononce son discours. Sa position protocolaire le place au centre de tout et devant tous les regards : ceux de ses amis politiques comme ceux de ses opposants.

24Ces déplacements de l'année 1994 contribuent à la légitimation présidentielle : malgré sa maladie, Mitterrand reste le premier des Français. Se déplacer est ainsi l'occasion d'une mise en scène du pouvoir qui expose aux yeux de tous les positions hiérarchiques de chacun : le président est valorisé par la majesté du décorum républicain ; les maires se montrent aux côtés du chef de l'État tandis que les opposants politiques sont cadrés par le protocole et que les spectateurs applaudissent, ou contestent, mais restent toujours maintenus à distance.

Des déplacements présidentiels sur un territoire : les liens partisans, personnels et familiaux de Mitterrand avec le Finistère

Associer le PS tout en refusant la visite partisane

  • 22 Entretien avec Jean Glavany le 17 janvier 2005.
  • 23 Idem.

25Le voyage présidentiel s'appuie sur une armature régalienne car c'est le président de tous les Français qui se déplace. Il est inconcevable d'imaginer un voyage de type exclusivement partisan. D'ailleurs, François Mitterrand avait donné des consignes très claires à son chef de Cabinet, Jean Glavany : « Il était hors de question de faire des voyages pour ne voir que des socialistes. Et tout au long de son passage à l'Élysée, quand il allait en province, il y allait pour y rencontrer des gens de droite et de gauche22. » Mitterrand avait tout de même demandé à son chef de Cabinet de « rester en contact très étroit et permanent avec l'équipe de la rue de Solférino23 » afin d'associer aux déplacements les fédérations et les élus du PS des départements visités. C'est à cet effet que les députés socialistes étaient conviés à une réunion préparatoire, au siège du parti, pour faire le point sur les dossiers régionaux sur lesquels le président pourrait apporter des réponses. Cela leur permettait également de faire remonter leurs propositions. Pour l'Élysée, c'était aussi le moyen de faire passer le sens du futur voyage officiel auprès de ces élus qui seront autant de relais mobilisateurs sur le terrain. À l'échelle de la fédération PS, on mobilise les militants, comme en 1985, par une circulaire adressée aux sections qui les informe des lieux où le président doit s'exprimer, et en leur facilitant, le cas échéant, l'accès. Mais il est évident que beaucoup de militants viennent spontanément afin de s'associer à cet événement. Il y a donc bien un travail politique effectué, entre l'Élysée et le PS, pour associer le parti et ses élus à la visite présidentielle. Cela dit, le chef de l'État se déplace toujours comme président de tous les Français. L'Élysée s'interdit de faire apparaître le président dans une posture partisane qui viendrait brouiller le sens du déplacement.

L'hommage présidentiel aux socialistes qui ont ancré le PS dans le Finistère

  • 24 Entretien avec François Cuillandre le 18 mars 2005.

26Venir dans le Finistère, c'est aussi, pour l'ancien Premier secrétaire du PS, une manière de rendre hommage aux élus qui y ont ancré le socialisme. François Cuillandre souligne que Mitterrand « était assez admiratif sur le fait qu'en 1972-1973, le PS en Bretagne c'était quasiment rien et que progressivement, d'une terre de mission, les socialistes ont réussi à en faire un quasi-fief24 ».

  • 25 Entretien avec Jean Glavany le 17 janvier 2005.
  • 26 Entretien avec Bernard Poignant le 4 juillet 2003.
  • 27 Entretien avec Louis Le Pensec le 23 octobre 2003.
  • 28 L'ancien maire de Quimper précise que, lorsque la venue de Mitterrand fut annoncée en 1994, Jospin (...)

27Le président « Mitterrand appréciait beaucoup la fidélité et la loyauté25 » des socialistes bretons et « entretenait des liens personnels avec certains d'entre eux » précise Jean Glavany. Hommage mitterrandien à ces Finistériens au socialisme pourtant massivement rocardien : dans ce département, en 1985, le courant Rocard affiche 63 % des mandats contre 30 % au plan national. Bernard Poignant souligne que « Mitterrand ne [les] voyait pas comme des rocardiens sectaires et qu'il avait bien compris que la démocratie chrétienne était [leur] terreau26 ». Cela dit, les socialistes finistériens restaient bien, selon le mot de Louis Le Pensec, une « espèce à part27 ». En juillet 1981 Mitterrand rend visite à Francis Le Blé, dont il était proche depuis la Convention des institutions républicaines ; en 1985, il se rend dans la circonscription de Marie Jacq, députée socialiste depuis 1978 ; en 1988, il va à Concarneau dans la circonscription de Louis Le Pensec ; en 1994, il salue le travail effectué par Bernard Poignant à Quimper et par Pierre Maille à Brest tout en déjeunant dans le canton de Kofi Yamgnane. Ces visites sont l'occasion de souligner l'ancrage socialiste dans le département ; manière de rendre hommage au socialisme municipal et de saluer les hommes et les femmes clés. Cette reconnaissance présidentielle dépasse le cadre départemental car au sein du PS ce sont des événements qui comptent et qui ont un écho en interne28 surtout lorsque les déplacements se font beaucoup plus rares à la fin du second septennat.

  • 29 Entretien avec Louis Le Pensec le 23 octobre 2003.
  • 30 Un des regrets de Louis Le Pensec est de ne pas avoir invité le président Mitterrand à Mellac (ent (...)

28La visite présidentielle peut être aussi l'occasion de renouer avec les siens. Mitterrand a ainsi profité de son voyage en Bretagne en octobre 1985 pour revoir Louis Le Pensec. La rupture datait de 1983 lorsque celui-ci avait refusé de voir son ministère de la Mer abaissé au rang de secrétariat d'État. Depuis, le maire de Mellac n'avait plus revu le président. Lors de la préparation du voyage, l'Élysée lui fit savoir que celui-ci demandait à le voir. « Je comprends alors, témoigne Louis Le Pensec, que ce déplacement présidentiel va être aussi l'occasion de recoller les morceaux entre le président et son ancien ministre de la Mer29. » Le signe présidentiel est envoyé à Lorient : Mitterrand rend un hommage appuyé à son action gouvernementale entre 1981 et 1983. La rupture est dépassée : Louis Le Pensec figure à nouveau dans tous les gouvernements entre 1988 et 1993. En novembre 1988, le président se rend d'ailleurs en « rocardie30 », dans la circonscription de son ministre des Dom-Tom, pour inaugurer le nouvel Hôtel de ville de Concarneau et pour se montrer en défenseur de l'Europe bleue.

Le dernier repas à Sainte-Anne-la-Palud : le Père et les différentes générations de socialistes

29Le 18 octobre 1994 le programme présidentiel a prévu une coupure partisane entre Quimper et Brest. Il s'agit du déjeuner de Sainte-Annela-Palud. C'est là que Mitterrand a rassemblé les différentes générations de socialistes. Il y a les anciens, à l'origine de la montée en puissance du PS dans le Finistère, comme Marie Jacq, ses deux anciens ministres, Louis Le Pensec et Kofi Yamgnane ; il y a aussi Bernard Poignant, Jean-Claude Joseph, Pierre Maille, Gilbert Montfort et François Cuillandre, alors secrétaire fédéral du PS.

  • 31 « Une » du Breton socialiste, 28 octobre 1994.

30Ce qui frappe avec cet épisode, c'est l'image du vieux chef de parti rassemblant ses troupes pour un dernier salut. C'est aussi l'image du père politique entouré de sa famille. La métaphore apparaît clairement. Ainsi, les socialistes se réclament-ils d'une même famille, où il y a des alliances, des ancêtres communs, un père, des fils qui s'aiment et qui s'affrontent parfois. C'est cela qu'évoque Le Breton socialiste31 en titrant « En famille » et en écrivant que « dépassant les querelles du passé, qui aujourd'hui n'ont plus de sens, les socialistes, et au-delà la population tout entière, lui ont réservé un accueil chaleureux et mérité ». Lors de ce repas, Mitterrand se fait chef d'orchestre, distribuant la parole et abordant des sujets relatifs à sa fonction de chef d'État (ses relations avec Kohl, Gorbatchev, Reagan), à la vie politique, mais aussi à la vie et à la mort.

  • 32 Entretien avec Louis Le Pensec le 23 octobre 2003.

31Entouré de ses amis politiques, c'est un peu son propre parcours que Mitterrand revient voir. Durant les années 1970, il avait prédit à Louis Le Pensec que lorsque « la Bretagne élirait des socialistes, la France serait mûre pour le vote à gauche32 ». En cet automne 1994, le PS semble bien implanté dans ce département naguère terre de mission. Mitterrand peut transmettre son héritage, la perpétuation de la famille socialiste y semble bien assurée.

Beg-an-Fry : la fabrication d'un lieu de la mitterrandie

  • 33 Ouest-France, 18 octobre 1994, interview du président François Mitterrand.
  • 34 Christophe Prochasson, « Le corps de Félix. Corps et records du président Félix Faure », dans Jacq (...)

32Lorsque l'on demande à François Mitterrand, en octobre 1994, quels sont les liens qui l'unissent à la Bretagne, il répond : « Un souvenir, d'abord, ancien mais cher à ma mémoire. C'est en Bretagne dans la nuit du 26 au 27 février 1944, que rentrant de Londres, après une traversée hasardeuse, je remis le pied sur le sol français, sur la plage de Beg-an-Fry. Bref passage mais qui me fit pressentir ce que mes visites et mes rencontres ultérieures n'ont fait que confirmer : une terre de caractère, des hommes volontaires et courageux, dans le succès et dans l'adversité33. » Il est évident que cet épisode a marqué sa vie et qu'il a souhaité, à plusieurs reprises, revenir voir les lieux et retrouver les personnes liées à ce moment important. François Mitterrand a toujours été attaché aux lieux porteurs d'une part de l'histoire de France. Et il entendait « maîtriser les deux axes sur lesquels se définit l'identité nationale : l'espace que fonde la géographie et le temps dont rend compte l'histoire34 ». Histoire et géographie sont effectivement convoquées ici à l'occasion du premier acte de sa visite finistérienne, le 8 octobre 1985, à Beg-an-Fry (Guimaëc).

  • 35 Entretien avec Jean Glavany le 17 janvier 2005.
  • 36 Le Monde, 9 octobre 1985.

33Le président Mitterrand réactive cet épisode personnel de son retour de Londres et de sa prise en charge par les résistants du réseau « Var » qui l'hébergèrent et l'amenèrent à la gare de Morlaix le lendemain. Le moment clé de cette étape présidentielle est la rencontre avec ces gens, courageux et exemplaires, survivants du réseau qui témoignent ainsi de son passé de résistant. « Mitterrand ne détestait pas rappeler sa résistance pour montrer que dans la polémique il y avait une grande part de mensonge et d'aveuglement35 », précise Jean Glavany qui fut l'organisateur de cette visite. D'ailleurs, François Mitterrand fit remarquer à Raymond Marcellin, qui l'accompagnait en tant que président du conseil régional, que : « Tous les présidents de la République ne sont pas passés par là36. » À partir de ce lieu donné à la France en exemple, le président mêle ainsi son histoire personnelle, celle du capitaine Morland, à la grande histoire, celle de la résistance française.

  • 37 Le Télégramme, 9 octobre 1985.
  • 38 Ouest-France, 12 octobre 1985.
  • 39 François Mitterrand, cité dans Mémoires interrompus, Odile Jacob, 1996, p. 141-142.

34Cette visite est aussi une rencontre avec un paysage porteur d'une histoire : « C'est vraiment un bel endroit mais je n'avais pas eu le temps de l'admirer à l'époque, dit François Mitterrand37. » Celui-ci surprend tout le monde en demandant : « Alors, si je me rappelle bien, devant c'est Locquirec, et là derrière, c'est Saint-Jean-du-Doigt, le pays de Tanguy-Prigent38 ? » Cette question est une forme d'hommage à cette terre du Trégor ancrée à gauche. Cet épisode de son histoire personnelle vient appuyer sa posture de président rassembleur. Avec cette visite, il rappelle son engagement dans la résistance intérieure. Puis au déjeuner, il est à l'île de Sein, en terre gaulliste ; manière de rendre hommage aux deux familles de la Résistance. Lui qui avait écrit dans La paille et le grain : « Je contestais que le mot Résistance pût s'appliquer au combat mené de Londres et d'Alger [...]39 », utilise la mémoire de la Résistance en s'appuyant sur des valeurs, acceptées par tous : le courage, la fidélité à des gens et à un territoire, l'histoire de la Résistance bretonne et française.

  • 40 Entretien avec Bernard Cabon, maire de Guimaëc, le 6 juin 2003.

35Force est de constater que Beg-an-Fry est devenu un lieu de la mit-terrandie en Bretagne. Pourtant, à l'origine, cet endroit était un des lieux de la mémoire de la résistance bretonne. Une stèle, inaugurée en 1969 par Maurice Schumann, rappelle le rôle joué par les membres du réseau « Var » dans l'accueil des missions alliées chargées de préparer, à leur échelle, l'offensive et la libération du pays. Mais, avant comme après 1981, le passage de Morland alias Mitterrand n'a jamais été mis en exergue : « Les membres du réseau ont toujours considéré que Mitterrand était un résistant parmi d'autres et qu'il n'y avait pas lieu de mettre en valeur plus que cela son passage40. » C'est donc Mitterrand lui-même qui a fabriqué ce lieu de mémoire lorsqu'il s'y réfère lors d'interview ou dans ses écrits, et surtout lorsqu'il revient voir le site et ceux qui l'avaient accueilli. C'est le cas en 1954 quand il vient en visite privée ; il est alors ministre de l'Intérieur de Pierre Mendès France. En 1978, c'est le Premier secrétaire du PS qui s'y déplace sur les plages souillées par la marée noire de l'Amoco Cadiz. Sa dernière visite, en 1985, s'inscrit dans le cadre solennel d'une visite présidentielle. En avril 1994, la cérémonie qui s'y déroule, à l'occasion du 50e anniversaire du réseau « Var », est placée sous son haut patronage et le préfet se déplace afin de transmettre un message du président de la République.

  • 41 Le Télégramme, 12 janvier 1996.
  • 42 Ouest-France, 9 janvier 2006.

36On peut dater l'entrée définitive de Beg-an-Fry dans la mitterrandie du 12 janvier 1996. Cet endroit devient alors le lieu de l'hommage des socialistes du Finistère au président défunt. Pour Marie Jacq, être là était une évidence : « J'étais invitée à Notre-Dame mais c'est ici que j'avais envie de vivre cette journée. Dans les années 1970, il n'y avait pas de femmes dans le groupe socialiste à l'Assemblée, François Mitterrand a tout fait pour me soutenir pour que je sois élue. C'est pour cela que j'ai voulu honorer sa mémoire de chez moi, de ma terre, puisque c'était un homme de terroir41. » La cérémonie est simple : pas de prise de parole mais le dépôt d'une gerbe de fleurs par le maire de Guimaëc et Aristide Sicot, survivant du réseau « Var », qui avait accueilli Mitterrand en 1944. C'est donc la figure du Mitterrand résistant qui est alors rappelée. Janvier 2006 confirme que Beg-an-Fry est bien un lieu de la Mitterrandie : c'est là que se tient le seul rassemblement du PS en Bretagne commémorant les dix ans de sa disparition. Désormais, plus que le résistant, c'est l'homme politique socialiste et le président de la République qui sont honorés en présence de Marylise Lebranchu, ancienne ministre de la Justice, et du secrétaire fédéral, Jean-Jacques Urvoas, qui estime que Mitterrand appartient maintenant « à la mythologie de la France42 » entre autres parce qu'il a su pour la première fois marier durablement la gauche et le pouvoir.

37François Mitterrand a fabriqué ce lieu de mémoire à travers ses différentes visites. La cérémonie de 2006 confirme la captation de ce lieu, au départ témoin de l'histoire de la Résistance bretonne, par la mémoire mitterrandienne. Ce site semble donc être devenu, à son échelle, un de ces lieux, du plus important au plus modeste, qui constituent la Mitterrandie. Cette « terre » propose un itinéraire mémoriel passant de la Nièvre, le pays politique, à la Charente, le pays natal, en s'attardant sur des lieux qui touchent comme c'est le cas ici à son histoire personnelle.

Quimper, ville mythique de son enfance

  • 43 Archives municipales de Quimper, fonds Poignant, lettre du député-maire au président de la Républi (...)

38Quimper occupe aussi une place particulière chez Mitterrand. Bernard Poignant en a joué afin d'obtenir une visite présidentielle lorsqu'il lui écrit ceci : « J'ai pensé qu'il vous intéresserait de connaître la maison que vos parents occupaient 27, impasse de l'Odet, toujours derrière la gare43. » Bien entendu, cette visite du 18 octobre 1994 répond d'abord à des enjeux politiques. Et ce déplacement finistérien est vécu par Pierre Maille et Bernard Poignant comme une récompense du travail effectué et comme un coup de pouce à quelques mois des élections municipales.

  • 44 Le Télégramme, 4 mars 1977 (ces meubles sont toujours conservés dans la maison familiale à Jarnac. (...)
  • 45 Archives municipales de Quimper, fonds Poignant, allocution du maire devant le président de la Rép (...)
  • 46 Archives municipales de Quimper, fonds Poignant, allocution du président de la République le 18 oc (...)
  • 47 Entretien avec Bernard Poignant le 4 juillet 2003.

39Mais cette visite apparaît être surtout une tournée des adieux et une forme de retour aux sources de l'histoire familiale. François Mitterrand a évoqué le lien particulier qui l'unit à Quimper à plusieurs reprises. En 1977, lors de sa tournée en Bretagne pour les élections municipales, il avait déclaré : « Chez mes parents, c'était plein de meubles bretons et de Vierges bretonnes44 ! » Le maire évoque ce lien familial dans son discours : « Vos parents ont habité ici quand votre père travaillait comme sous-chef de gare à la compagnie Paris-Orléans. Les lieux n'ont pas changé, à part le TGV. Vous pouvez toujours les voir45. » « Quimper [répond François Mitterrand] a toujours eu dans ma famille un côté mythique : c'était les premières années du mariage de mes parents. [...] Nous, les huit enfants, avons été élevés dans l'admiration de cette ville ignorée que je n'ai connue que beaucoup plus tard46. » À la sortie de la mairie, les deux hommes font un détour imprévu impasse de l'Odet. Là, ils flânent « à la surprise des passants et des habitants du quartier qui se demandent ce que François Mitterrand faisait là47 ». Cette évocation de l'histoire familiale, lors de ce déplacement présidentiel, est l'occasion pour le chef de l'État de valoriser un lien particulier avec la ville visitée. Quimper est, pour lui, un « lieu témoin » qui permet de retrouver une part de ses racines. L'opportunité de se rendre sur les lieux où vécurent ses parents a certainement dû peser, dans sa volonté, de se rendre une ultime fois dans le Finistère.

  • 48 Entretien avec François Cuillandre le 18 mars 2005.
  • 49 Ouest-France, 11 janvier 1996.
  • 50 Archives municipales de Quimper, fonds Poignant, allocution du président de la République le 18 oc (...)

40Les derniers mois de François Mitterrand ont été marqués par un important questionnement autour de la mort. Ce déplacement d'octobre 1994 n'y déroge pas. À Sainte-Anne-la-Palud, il interroge « en terre chrétienne les participants sur leur rapport à Dieu48 » ; dans la voiture présidentielle, il évoque avec Bernard Poignant « la Bible, Jésus-Christ et Ernest Renan49 ». À Quimper, la conclusion de son discours, en forme d'adieu, n'est pas sans rappeler l'Ecclésiaste ; texte qu'il connaît parfaitement, lorsqu'il dit : « Je vous souhaite bonne chance, je souhaite à la ville de Quimper d'aboutir dans ses principales aspirations. Aucune vie n'y parvient mais la vie continuée de génération en génération le permet. C'est le souhait que je forme pour vous50. » Faisant allusion au dernier discours public du général de Gaulle, le 2 février 1969, il avait rappelé que Quimper est une ville « où l'on ferme les parenthèses historiques ». Mais pour François Mitterrand, il s'agissait sans doute de poursuivre ici son parcours testamentaire.

Les visites présidentielles : un événement légitimant

41La visite mitterrandienne est un « produit politique » qui doit créer de la légitimation et conforter le pouvoir présidentiel. Dans ses visites finistériennes, François Mitterrand est tout à la fois : chef de l'État, Chef des armées, Père de la nation, président rassembleur et ami politique. Sa position sort renforcée grâce aux rituels qui le placent au centre et au protocole qui domestique les opposants. Il vient au contact des Français, se montre comme l'homme en charge de l'essentiel, rencontre ses amis socialistes, cadre ses opposants, manie la symbolique républicaine et une forme de pédagogie présidentielle par l'exemple. Outil politique et rituel de représentation, les voyages du président Mitterrand en province cherchent à être un événement légitimant pour le chef de l'État.

Notes

1 Patrick Gourlay, Les voyages des Présidents de la République dans le Finistère (1874-2004). La mise en scène du pouvoir présidentiel en province, Mémoire de DEA en histoire contemporaine, université de Bretagne occidentale, 2004. Thèse en cours sous la direction de Christian Bougeard.

2 Entretien avec Louis Le Pensec le 23 octobre 2003.

3 Ouest-France, 25-26 juillet 1981.

4 Cols Bleus, 1er août 1981, p. 18.

5 Pierre Favier et Michel Martin-Rolland, La décennie Mitterrand, t. 1, Paris, Le Seuil, 1990, p. 466.

6 Cité par Hubert Védrine, Les mondes de François Mitterrand, Paris, Fayard, 1996, p. 366.

7 Le Télégramme, 9 octobre 1985.

8 Libération, 9 octobre 1985.

9 Archives municipales de Quimper, 11 W 7, Allocution du président Mitterrand à Quimper le 8 octobre 1985.

10 Pour une analyse détaillée de la visite d'octobre 1985, voir Patrick Gourlay, « Un outil politique : le voyage présidentiel en province. Deux visites du Président Mitterrand dans le Finistère (1981, 1985) », Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, t. 112, n° 4, 2005, p. 85-115.

11 Pierre Favier et Michel Martin-Rolland, La décennie Mitterrand, t. 4, Le Seuil, 1999, p. 705.

12 Entretien avec Bernard Poignant le 4 juillet 2003.

13 Marc Abélès, « François Mitterrand et la roche de Solutré », dans Hauts lieux, revue Autrement, série Mutations, n° 115, mai 1990, p. 134.

14 Alain Bergounioux et Gérard Grunberg, « L'Union de la gauche et l'ère Mitterrand », dans Histoire des gauches en France, Jean-Jacques Becker et Gilles Candar (dir.), Paris, La découverte, 2004, p. 285.

15 Ouest-France, 25-26 juillet 1981.

16 Marc Abélès, « Inauguration à Nevers. Pèlerinage à Solutré », Les temps modernes, mars 1987, p. 88.

17 Yves Déloye, Claudine Haroche, Olivier Ihl, « Protocole et politique : formes, rituels, préséances », dans Yves Déloye, Claudine Haroche, Olivier Ihl (dir.), Le protocole ou la mise en forme de l'ordre politique, Paris, L'Harmattan, 1996, p. 11.

18 Yves Déloye, « Le protocole ou l'ombre du pouvoir politique », dans Le protocole..., op. cit., p. 63.

19 Entretien avec Jean Glavany le 17 janvier 2005.

20 Ouest-France, 9 mai 1994.

21 Olivier Ihl, « Les rangs du pouvoir », dans Le protocole..., op. cit., p. 258.

22 Entretien avec Jean Glavany le 17 janvier 2005.

23 Idem.

24 Entretien avec François Cuillandre le 18 mars 2005.

25 Entretien avec Jean Glavany le 17 janvier 2005.

26 Entretien avec Bernard Poignant le 4 juillet 2003.

27 Entretien avec Louis Le Pensec le 23 octobre 2003.

28 L'ancien maire de Quimper précise que, lorsque la venue de Mitterrand fut annoncée en 1994, Jospin lui dit : « Alors, il va chez toi. Tu me diras comment ça s'est passé » (entretien avec Bernard Poignant le 4 juillet 2003).

29 Entretien avec Louis Le Pensec le 23 octobre 2003.

30 Un des regrets de Louis Le Pensec est de ne pas avoir invité le président Mitterrand à Mellac (entretien avec Louis Le Pensec le 23 octobre 2003).

31 « Une » du Breton socialiste, 28 octobre 1994.

32 Entretien avec Louis Le Pensec le 23 octobre 2003.

33 Ouest-France, 18 octobre 1994, interview du président François Mitterrand.

34 Christophe Prochasson, « Le corps de Félix. Corps et records du président Félix Faure », dans Jacques Julliard (dir.), La mort du roi, essai d'ethnographie politique comparée, Paris, Gallimard, 1999, p. 210.

35 Entretien avec Jean Glavany le 17 janvier 2005.

36 Le Monde, 9 octobre 1985.

37 Le Télégramme, 9 octobre 1985.

38 Ouest-France, 12 octobre 1985.

39 François Mitterrand, cité dans Mémoires interrompus, Odile Jacob, 1996, p. 141-142.

40 Entretien avec Bernard Cabon, maire de Guimaëc, le 6 juin 2003.

41 Le Télégramme, 12 janvier 1996.

42 Ouest-France, 9 janvier 2006.

43 Archives municipales de Quimper, fonds Poignant, lettre du député-maire au président de la République le 25 mars 1991.

44 Le Télégramme, 4 mars 1977 (ces meubles sont toujours conservés dans la maison familiale à Jarnac. Voir les photos publiées dans Ouest-France le 6 janvier 2006).

45 Archives municipales de Quimper, fonds Poignant, allocution du maire devant le président de la République, 18 octobre 1994.

46 Archives municipales de Quimper, fonds Poignant, allocution du président de la République le 18 octobre 1994.

47 Entretien avec Bernard Poignant le 4 juillet 2003.

48 Entretien avec François Cuillandre le 18 mars 2005.

49 Ouest-France, 11 janvier 1996.

50 Archives municipales de Quimper, fonds Poignant, allocution du président de la République le 18 octobre 1994.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540