Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traces du végétal

 | 
Isabelle Trivisani-Moreau
, 
Aude-Nuscia Taïbi
, 
Cristiana Oghina-Pavie

Première partie - Le végétal comme indice

Le palimpseste du paysage ou comment lire le temps dans l’espace. L’exemple de l’arganeraie du Sud-ouest marocain

Aziz Ballouche

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 P. Pinon, « Le passage des structures architecturales antiques dans les tissus urbains médiévaux », (...)
  • 2 L. Lespez & A. Ballouche, « Paysages au fil de l’eau : l’objet, le sensible et leurs trajectoires » (...)

1Par définition, un paysage est la résultante de dynamiques spatiales et temporelles à l’interface nature/sociétés qui aboutissent à son état observable à un moment donné. Les paysages enregistrent les modes anciens d’occupation et d’utilisation du sol, historiquement intégrés et stratifiés dans leurs formes, même lorsque ceux-ci cessent d’être fonctionnels1 ; ce qui justifie l’appellation de palimpseste (parchemin préalablement écrit dont on efface les inscriptions pour y récrire). Ces formes s’inscrivent particulièrement dans la composante végétale du paysage. La durée des paysages végétaux est alors une entrée essentielle à leur compréhension, tant en relation avec les dynamiques écologiques des milieux (changements climatiques, dynamiques des peuplements floristiques et faunistiques), qu’avec l’histoire des sociétés, en particulier, les mutations que connaissent leurs systèmes de production2. À travers cette dimension temporelle, le végétal contribue ainsi à la double valeur patrimoniale, naturelle et culturelle, des paysages. En reconstituer la trajectoire revient, en effet, aussi bien à rendre compte de l’évolution de l’état des formes visibles du paysage, en particulier les formations végétales, qu’à analyser les effets des transformations des activités humaines (agricoles, artisanales, industrielles, tertiaires) et des organisations sociales et culturelles sur leur structuration et leurs dynamiques.

  • 3 R. Chevallier, Lecture du temps dans l’espace : topographie archéologique et historique, Paris, Pic (...)

2Cependant, la complexité et la polysémie des concepts de paysage, de milieux et de patrimoine supposent aussi le choix d’approches transversales pour éviter de tomber dans les déterminismes tant physiques que strictement socio-économiques. Croiser les regards du naturaliste, de l’archéologue et du géographe du paysage est ainsi l’ambition de cet article. L’archéologue du paysage R. Chevallier3 utilise l’expression « Lire le temps dans l’espace » pour résumer parfaitement la problématique qui associe archéologie, histoire et paysage, et que nous proposons d’adosser à une approche paléoenvironnementale. Sans prétention à l’exhaustivité, nous tenterons ici de déchiffrer, tel un palimpseste, un exemple de ces « paysages culturels ».

3Pour cela, nous nous appuierons sur l’exemple de l’arganeraie du sud-ouest marocain ; paysage végétal, aux forts particularismes des points de vue climatique, écologique et biogéographique, accentués par la diversité des biotopes. Cependant, dans la construction de ce patrimoine nous ne sommes pas seulement redevables à la Nature. Loin d’être le fait des seuls déterminismes actuels du milieu, cette originalité doit également être mesurée à l’aune des héritages aux diverses échelles de temps. L’impact, profondément imprimé dans l’espace, de l’action millénaire de sociétés agro-pastorales qui se sont succédées permet d’introduire la notion culturelle de patrimoine paysager.

Qu’est-ce que l’arganeraie ?

  • 4 O. M’Hirit, M. Benzyane, F. Benchekroun, S. M. El Yousfi & M. Bendaanoun, L’Arganier, une espèce fr (...)
  • 5 O. M’Hirit & P. Blerot, Le Grand Livre de la forêt marocaine, Sprimont, Éditions Mardaga, 1999.

4L’arganier (Argania spinosa), espèce endémique du Sud-ouest marocain, avec quelques irradiations dans les régions des Zaër (Oued Grou) et d’Oujda (Beni Snassen), ainsi que dans la Hamada de Tindouf en Algérie, appartient à un genre monospécifique, seul représentant au nord du Sahara de la famille quasi-strictement tropicale des Sapotaceae. C’est un très bon exemple d’espèce à valeur patrimoniale au Maroc. La formation végétale dont il est l’élément structurant, l’arganeraie, englobe une très grande variété de milieux et couvre quelque 828 000 ha en peuplements dits pré-forestiers, répartis sur une superficie de l’ordre de 4 000 000 ha4. Son aire principale de répartition va de Safi à l’Oued Drâa et s’étend vers l’intérieur sur tout le bassin de l’Oued Souss. L’extension originelle de ces peuplements est estimée par certains forestiers à 1 200 000 ha5 (fig. 1).

Fig. 1 : Aire de l’arganeraie, dans le sud-ouest du Maroc.

Fig. 1 : Aire de l’arganeraie, dans le sud-ouest du Maroc.
  • 6 O. M’Hirit et al., L’Arganier…, op. cit., 1998.

5Sur le plan bioclimatique, l’arganier, espèce thermophile, est l’essence caractéristique de l’étage inframéditerranéen. Ses peuplements offrent une grande amplitude écologique puisqu’on les rencontre du niveau de la mer jusqu’à 1 400 m d’altitude, dans les bioclimats aride et semi-aride chauds et tempérés et avec des précipitations annuelles entre 100 et 400 mm. Sur une grande part de son aire de distribution, à proximité de la côte atlantique, la faiblesse des précipitations et la sécheresse climatique sont atténuées par la nébulosité et l’humidité atmosphérique, avec des rosées matinales fréquentes qui justifient l’expression de « précipitations occultes », ainsi que par de faibles amplitudes thermiques diurnes et annuelles6. Enfin, l’arganier pousse sur pratiquement tous les substrats sauf les sables des dunes vives. Cette plasticité écologique est un des aspects remarquables qui ont fait de l’arganier une espèce de grand intérêt forestier, dans le contexte aride et semi-aride de sa région de distribution.

  • 7 J. P. Peltier, « Les séries de l’arganeraie steppique dans le Sous (Maroc) », Ecologia Mediterranea(...)

6C’est surtout sur le plan botanique et floristique que l’originalité de l’arganeraie a été maintes fois soulignée. Cet espace correspond à une zone charnière où viennent se rencontrer des éléments phytogéographiques variés qui en font un véritable « carrefour botanique7 ». Les espèces méditerranéennes typiques, comme le chêne vert (Quercus rotundifolia), le thuya de Berbérie (Tetraclinis articulata), le genévrier de Phénicie (Juniperus phoenicea) ou le caroubier (Ceratonia Siliqua) atteignent là leurs limites méridionales. Outre l’arganier, on rencontre un nombre non négligeable d’espèces de souche tropicale appartenant aux genres Acacia, Cenchrus, Commelina, Cymbopogon, Rhus, etc. La végétation se caractérise aussi par un nombre important d’espèces succulentes et cactoïdes, qui deviennent de plus en plus dominantes en allant vers le sud. Le rôle paysager de ces espèces succulentes, dont les Euphorbes cactiformes, doit absolument être souligné. Elles renforcent les affinités floristiques et physionomiques avec les Canaries, voire avec Madère et les Iles du Cap Vert.

  • 8 J. P. Peltier, « Les séries de l’arganeraie steppique dans le Sous (Maroc) », Ecologia Mediterranea(...)
  • 9 A. Benabid & F. Cuzin, « Populations de dragonnier (Dracaena draco L. subsp. ajgal Benabid et Cuzin (...)

7L’ensemble de cette flore présente deux spécificités : sa richesse taxonomique, tout à fait extraordinaire en contexte d’aridité (1240 à 1400 espèces et sous-espèces) et un fort taux d’endémisme, de 9 à 11 % (120 à 140 taxa), selon les auteurs et le niveau taxonomique concerné8. Même relativisées par les travaux récents, les affinités dites macaronésiennes sont importantes : 28 espèces sont propres à l’arganeraie et aux Canaries, rencontrées éventuellement à Madère ou aux Îles du Cap Vert. Parmi celles-ci on peut citer des espèces emblématiques comme Laurus azorica et Dracaena draco, le dragonnier, dont une sous-espèce locale, Dracaena draco subsp. ajgal n’a été découverte qu’en 19969. Beaucoup d’autres plantes de l’arganeraie semblent pouvoir partager des relations de vicariance avec des formes macaronésiennes, comme les nombreuses Euphorbes.

  • 10 F. White, The vegetation of Africa, Paris, Unesco, 1983.

8Même si on parle généralement au Maroc de forêt ou de formation pré-forestière, sur le plan physionomique, l’arganeraie se présente comme une formation « savanoïde », moyennement dense à claire avec un recouvrement global variant de 25 à 40 %. Dans la notice de la carte de végétation de l’Afrique, elle est qualifiée de forêt broussailleuse et formation buissonnante10. Pour nous, elle évoque par son aspect un parc arboré agroforestier, ressemblant fortement aux savanes-parcs soudano-sahéliennes.

9Le statut forestier de l’arganeraie est, lui aussi, particulier. Dès 1925, le législateur avait bien compris la nécessité d’adapter le code forestier au mode d’exercice des droits de jouissance traditionnels des populations sur les peuplements d’arganier. D’où le dahir (décret royal) du 4 mars 1925 qui proclame expressément le maintien de ces droits et prévoit, après délimitation des peuplements d’arganier, une réglementation plus souple concernant les arbres, leurs fruits et l’utilisation du sol. Ce texte prévoit, en outre, des mesures pour la protection des peuplements contre les exploitations abusives, le surpâturage, l’incendie, le défrichement… Ce texte, complété plus tard par un arrêté du Directeur des Eaux et Forêts, en date du 1er mai 1938, fait de l’arganeraie une forêt domaniale dans laquelle les populations locales jouissent de larges droits d’utilisation, en raison même de l’intérêt socioéconomique de l’arbre et du territoire qu’il structure. Depuis 1998, l’arganeraie a été déclarée par l’UNESCO Réserve de Biosphère (RBA) sur une superficie d’environ 2,5 millions d’hectares.

  • 11 R. Nouaim, L’Arganier au Maroc : entre mythes et réalités : une civilisation née d’un arbre, Paris, (...)

10Souvent qualifié d’espèce « fruitière-forestière » à usages multiples, l’arganier joue un rôle socioéconomique notoire qui donne à l’arganeraie son fort caractère anthropisé et de paysage culturel. Sa fonction écologique de lutte contre l’érosion et la désertification est souvent évoquée mais c’est surtout en tant que pivot des systèmes de production qu’il prend tout son intérêt : fruit destiné à la fabrication de l’huile d’argan, feuillage et pulpe du fruit nourrissant le bétail, bois comme combustible ou bois d’œuvre… À ces titres divers, l’arganier acquiert ainsi une forte valeur identitaire et symbolique pour les populations amazighes du sud-ouest marocain11.

11Si ces fonctions et valeurs sont largement enracinées dans l’histoire du peuplement de la région, la littérature a surtout retenu sa valeur biogéographique qui est regardée comme un héritage ancien. L’arganier est lui-même considéré comme une relique de la flore tertiaire, un peu comme un fossile vivant. Son histoire et son statut phylogéographique sont pourtant assez peu connus.

Une « histoire naturelle »

  • 12 L. Gentil, Le Maroc physique, Paris, F. Alcan, 1912.
  • 13 A. Ballouche, « Flore et végétation du Pliocène supérieur au Nord-Ouest du Sahara : Étude palynolog (...)

12Dans son ouvrage « Le Maroc physique » publié en 1912, Louis Gentil12 concluait un long chapitre sur l’arganier en considérant « la flore du Sud marocain, comme représentant les vestiges d’une ancienne flore tropicale considérablement affaiblie ». Cette idée, déjà contenue dans les travaux des premiers explorateurs du xixe siècle, est ensuite régulièrement reprise par de nombreux auteurs jusqu’à ce jour. Ainsi, l’existence d’une enclave macaronésienne au Maroc et les ressemblances identifiées avec les Canaries ainsi que les forts particularismes biogéographiques ont donné lieu, très tôt, à toutes sortes de spéculations. Ces particularismes ont systématiquement été expliqués d’un point de vue historique, mais sur la base de simples hypothèses biogéographiques ou paléogéographiques. Ce n’est que récemment que la paléophytogéographie et la phylogéographie ont pu leur apporter un début d’explication13.

  • 14   L. Emberger, Aperçu général sur la végétation du Maroc : commentaire de la carte phytogéographiqu (...)

13On considère généralement l’aire de répartition actuelle de l’arganier comme relictuelle et son extension passée est surtout supputée sur la base des quelques stations disséminées sur le territoire marocain (Oued Grou, dans la région de Rabat, et Béni Snassen, dans le Maroc oriental). Ceci fait dire à de nombreux auteurs que son aire au Tertiaire et dans le Quaternaire était très vaste14.

  • 15 E. Biondi, « Arganioxylon sardum n. gen., n. sp. et Sclerocaryoxylon chiarugii n. gen., n. sp : Boi (...)

14Dans le Tertiaire marocain, il y a peu d’éléments objectifs pouvant documenter l’extension fossile de l’arganier et expliquer des liens avec les quelques stations isolées de l’espèce. L’argument souvent cité est la présence dans la forêt pétrifiée de Zuri dans le Miocène inférieur de Sardaigne d’un bois rapporté sous le nom d’Arganioxylon sardum à un taxon proche de l’arganier15. De notre point de vue, sans remettre en cause la détermination, cette identification morphologique d’un bois fossile qui ressemble à celui de l’arganier ne justifie nullement une reconnaissance de l’espèce elle-même. D’ailleurs le contexte paléofloristique de ce bois évoque plutôt un environnement de savane tropicale (nombreux palmiers, Laurinoxylon, Bombacoxylon, Sclerocaryoxylon, Robinioxylon, Terminalioxylon). Dans un tel cortège, on trouverait plutôt une espèce du genre Vitellaria, proche du karité, qu’un arganier. Tout au plus, peut-on dire, qu’à cette époque, il y a environ 20 Ma, existait en Méditerranée une espèce de Sapotacées qui ressemble, par son bois, à l’arganier actuel et dont il pourrait être issu.

  • 16   N. Bachiri-Taoufiq, N. Barhoun & J. P. Suc, « Les environnements continentaux du corridor rifain (...)
  • 17 N. Feddi, S. Fauquette & J. P. Suc, « Histoire plio-pléistocène des écosystèmes végétaux de Méditer (...)

15Cette végétation tropicale de type savane, encore documentée autour de la Méditerranée au début du Miocène, cède ensuite la place au cours de cette période à des formations de type laurisylve où la présence des Sapotacées est très ponctuelle. Bachiri-Taoufiq16 et al. ont pu reconstituer la végétation et le climat dans le nord du Maroc (corridor sud rifain) au Tortonien, vers 7 à 8 Ma. Le climat était tropical à subtropical, sec sur le littoral mais plus humide en altitude. Une mangrove à Avicennia occupait le littoral et des milieux forestiers se développaient en moyenne altitude, avec un étagement faisant se succéder des espèces de type méditerranéen (Olea, Quercus type-ilex, Pistacia), subtropical (Engelhardia, Palmiers, Sapotacées…) puis tempéré (Quercus, Ulmus, Acer, Salix, Populus, Ericaceae, Betula, Carpinus). Il est possible qu’une ou des Sapotacées proches de l’arganier ou du Sideroxylon actuel de Madère aient pu trouver place dans la végétation subtropicale. La crise d’aridité qui a suivi à la fin du Miocène, puis les refroidissements successifs du Pliocène et du Quaternaire sont venus ensuite éliminer les espèces tropicales et subtropicales, dont les Sapotacées17. À l’échelle du Plio-Quaternaire, il n’y a aucun argument solide dans le sens d’une plus grande extension de l’arganier.

  • 18 A. Ballouche, art. cit., 1994 ; A. Ballouche, Étude palynologique du Moghrébien de Tarfaya, J. Rise (...)

16Les seules données existant aujourd’hui au Maroc, sont celles que nous avons obtenues, sur la fin du Pliocène, dans la période du Moghrébien, à partir d’analyses polliniques et paléobotaniques de la région de Tarfaya18. À partir de ces données, nous avons reconstitué la situation paléophytogéographique du Plio-Quaternaire qui est contemporaine d’une époque légèrement antérieure à la glaciation du Prétiglien, c’est-à-dire entre 2,4 et 2,2 millions d’années (fig. 2).

17Les très faibles taux de pollen d’arganier et l’absence de bois fossiles de l’espèce montrent qu’elle était alors certainement absente au sud de son extension actuelle, vers le domaine tropical. Les formations à Argania, auraient certainement occupé, à cette époque, une partie du bassin du Souss et de l’Anti-Atlas occidental, donc un centre géographique comparable à l’actuel mais avec une aire certainement plus réduite. En effet, l’arganeraie ne s’étendait pas vers le sud occupé par des formations tropicales, comparables à des savanes à Acacia de type sahélien, ni au Nord, où une grande partie de son territoire actuel, dans le Haut-Atlas, était alors occupée par des cédraies. Dans cette situation, l’arganier serait déjà, il y a plus de 2 millions d’années, une espèce endémique limitée au Sud-Ouest du Maroc actuel, certainement sur un territoire plus réduit qu’aujourd’hui.

  • 19 L. M. Dupont & H. Hooghiemstra, « The Saharan-Sahelian boundary during the Brunhes chron. », Acta B (...)
  • 20 A. Ballouche & C. Carruesco, « Evolution holocène d’un écosystème lagunaire : La lagune de Oualidia (...)

18Pendant le reste du Quaternaire, les données paléobotaniques sur l’histoire de l’arganier sont très réduites. Ce sont principalement les données palynologiques des sondages marins au large du Maroc qui enregistrent l’écho lointain de la présence de l’arganier sur le continent mais sans pouvoir en préciser l’extension19. Dans tous les cas, ces travaux montrent bien la limite de l’arganier au sud de son aire actuelle par la mise en place progressive des formations désertiques et semi-désertiques, alors qu’au nord la phytogéographie méditerranéenne s’installe. Sur le continent, l’enregistrement holocène de la lagune de Oualidia, entre El Jadida et Safi, exclut toute extension de l’arganier au nord de sa limite actuelle depuis au moins 7500 ans20.

  • 21 F. Alba-Sánchez, J. A. López-Sáez, D. Nieto-Lugilde & J. C. Svenning. « Long-term climate forcings (...)

19Il y a donc un réel paradoxe entre des affirmations récurrentes d’une vaste extension passée de l’arganier et une documentation paléobotanique, certes en pointillé mais cohérente, qui montre au contraire son endémisme restreint ancien. Une récente tentative de modélisation climatique sur le long terme ne lève pas plus les incertitudes21. L’ancienneté de cet endémisme renforce encore plus sa valeur patrimoniale et permet de mesurer son caractère exceptionnel. Il s’agit donc de chercher à comprendre comment l’arganeraie actuelle et ses paysages sont héritiers de ces lointaines situations.

Un paysage construit

  • 22 G. Chouquer, « Nature, environnement et paysage au carrefour des théories », Études rurales, n° 157 (...)
  • 23 C. O. Sauer, The Morphology of Landscape, University of California Publications in Geography, 2, 19 (...)

20Au Maroc, une grande part des études archéologiques ou historiques qui se sont intéressées à l’histoire des milieux, secondairement des paysages, en ont longtemps eu une approche très « physique », voire déterministe. Elles se sont souvent appliquées à démontrer comment les sociétés dépendent de leur environnement et s’y adaptent en particulier par leur culture matérielle. Constatant l’élaboration continue que les sociétés font de leur environnement, notre entrée par le paysage culturel veut rompre avec cette vision et inscrire les paysages que nous observons aujourd’hui dans une logique plus constructiviste au sens que lui donne Chouquer22. Comme l’écrit aussi Carl O. Sauer23, « the cultural landscape is fashioned from a natural landscape by a culture group. Culture is the agent, the natural area is the medium, the cultural landscape is the result ». Nous souhaitons aussi de cette façon réaffirmer la part d’héritage, et donc la valeur patrimoniale, des paysages comme les définit le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO, à propos du paysage culturel évolutif qui résulte d’une exigence à l’origine sociale, économique, administrative et/ou religieuse et prend forme par association et en réponse à son environnement naturel. Ces paysages reflètent donc ce processus évolutif dans leur forme et leur composition.

21Le paradoxe relevé plus haut entre la représentation que l’on se fait de l’extension passée de l’arganier et la réalité d’un endémisme ancien, est encore plus remarquable si l’on admet que l’arganeraie actuelle occupe une aire bien plus importante que celle du début du Quaternaire. Cela renforce encore plus sa valeur patrimoniale exceptionnelle et pousse à chercher une explication dans le caractère construit des paysages actuels. En effet, l’arganier constitue aujourd’hui comme hier une essence d’importance économique capitale. L’arbre et son fruit ont certainement constitué une ressource majeure pour les populations qui ont occupé cet espace avec des usages multiples (culinaire, cosmétique, médicinal, énergétique…). Par ailleurs, quelle est l’ancienneté de la valeur agro-pastorale de l’arganeraie ? Deux types de sources peuvent nous éclairer sur les relations des sociétés passées à cet arbre : les sources directes, archéologiques et archéobotaniques, et les sources écrites.

  • 24 V. Mc Gregor, L. M. Dupont, J. B. W. Stuut & H. Kuhlmann, « Vegetation change, goats, and religion  (...)

22Un diagramme pollinique obtenu récemment par Mc Gregor24 et al., sur une carotte prélevée à une trentaine de km au large de la côte marocaine au nord d’Agadir, fournit les éléments les plus tangibles de l’histoire récente de l’arganeraie au cours des 2 derniers millénaires. Les résultats montrent qu’entre 650 et 850 AD se produisent d’importants changements environnementaux qui se traduisent par une augmentation des processus d’érosion et le recul des formations à chêne vert et de l’oleo-lenticetum, « brousse à oléastre et lentisque », auparavant dominantes. Dans ce premier millénaire de notre ère, l’arganier est présent mais son signal pollinique reste subordonné à celui des chênes, de l’oléastre et du lentisque. Par contre, à partir du xe siècle, alors que la végétation montre des signes de « steppisation » avec l’augmentation des Composées, de l’armoise, des plantains, il devient le principal arbre enregistré avec des taux qui vont atteindre leur maximum au cours des deux derniers siècles. Les auteurs de cette étude, interprètent cette histoire comme une dégradation généralisée liée à l’augmentation rapide de la population dans le sud du Maroc elle-même à l’origine d’une pression pastorale et agricole. Les chèvres, en particulier, auraient joué un rôle dominant en tant qu’agents de dégradation, favorisant par là-même les espèces steppiques et pré-steppiques comme l’arganier. Pour notre part, si nous pouvons partager une partie de ces constats, nous en aurons une interprétation moins radicale. Il s’agit là, à notre avis, d’une des réponses à notre interrogation sur l’extension de l’aire de distribution de l’arganier, dont l’origine serait donc principalement anthropique. L’arganeraie en tant que paysage culturel dominant du sud-ouest marocain aurait là son origine.

  • 25 M. P. Ruas, M. Tengberg, A. S. Ettahiri, A. Fili, & J. P. Van Staëvel, « Archaeobotanical research (...)

23L’étude archéobotanique du site médiéval d’Îgîlîz, dans la haute vallée du Souss, précise concrètement la place que tient l’arganier dans les systèmes de production et de consommation de l’époque, c’est-à-dire du xe au xiiie s. AD25. Dans le passé, comme aujourd’hui, l’arganier semble avoir joué un rôle majeur dans l’économie villageoise comme ressource alimentaire sous forme d’huile comestible, mais aussi comme une source de bois de chauffage et de construction ou comme fourrage pour le bétail. Dans cette étude, les macrorestes d’arganier sont les plus fréquents dans tous les échantillons analysés sur le site, bien devant les restes de raisins (Vitis vinifera), de figues (Ficus carica), d’amandes (Prunus dulcis), de dattes (Phoenix dactylifera) ou même les céréales.

24Ces témoignages palynologiques et archéobotaniques sont fondamentaux. Ils s’inscrivent en continuité des données paléobotaniques plus anciennes et documentent les processus de mise en paysage de l’arganeraie. D’une histoire naturelle de la végétation, l’arganier devient l’élément structurant des paysages végétaux en lien avec l’histoire même des sociétés, en particulier, les mutations que connaissent leurs systèmes de production.

  • 26 Ibn Ridwan (xie s.), Le Livre de la méthode du médecin de Ali b. Ridwan (998-1067), éd. J. Grand’he (...)
  • 27 Al-Bakrî (xie s.), Al masalik wa l’mamalik (Description de l’Afrique septentrionale), Trad. de Slan (...)

25Concernant les sources écrites, un rapide inventaire de la littérature géographique et botanique arabe du Moyen-âge montre la place que l’arganier tenait déjà dans certaines sociétés berbères du Maroc. À notre connaissance, les plus anciennes mentions précises de l’arganier datent du milieu du xie s. : celles d’un médecin égyptien Abu’l Hasan Ali ibn Ridwan26 et, surtout, d’Abou Obeid al Bakrî27 dans son ouvrage « Al masalik wa l’mamalik » vers 1060. L’un des intérêts du texte d’al Bakrî est d’avoir bien identifié le caractère endémique de l’arganier, qu’il situe seulement dans les territoires d’Aghmat et de Souss.

  • 28 Al-Idrîsî (xiie s.), Kitâb Nuzhat al Mushtâq, Paris, Flammarion..
  • 29 Ibn al-Baytâr (xiie s.), Al-Jâmi’ li-Mufradât (Traité des simples), trad. L. Leclerc, Paris, Instit (...)

26Au milieu du xiie s., chez Echerif al-Idrissi28, la mention de l’arganier est très précise du point de vue botanique : « un grand arbre que l’on nomme Arqân en berbère ; les branches et les feuilles de cet arbre ressemblent à celles du prunier ; le fruit ressemble à la prune au début de sa croissance, avec sa peau fine et verte, mais il devient jaune quand le fruit mûrit, même s’il est extrêmement âpre et acide. Son noyau ressemble à une olive allongée. Il est dur et son goût n’est pas agréable. » Il donne à la suite des détails sur l’usage qui en est fait pour la production de l’huile, ses qualités alimentaires et ses utilisations domestiques et cosmétiques. D’après cet auteur, on s’en sert même pour l’éclairage en raison de son abondance. Le célèbre botaniste andalou Ibn al-Baytâr29 fournit également une description de l’arbre et de ses usages dans son Traité des simples (1219), sous le nom de Louz el-berber (l’amande des berbères).

  • 30 Al-Idrîsî (xiie s.), Kitâb, op. cit.
  • 31 Al-Zuhrî (xiie s.), Kitâb al-Djurhrâfiyya, éd. M. H. Sadok, Le Caire.
  • 32 Ibn Khaldoun, (xive s.), Kitâb al-’Ibar (Le Livre des exemples), Paris, Gallimard, Bibliothèque de (...)
  • 33 Marmól Carvajal (xvie s.), Description de l’Afrique, trad. Perrot d’Ablancourt, Paris, T. Jolly, 16 (...)
  • 34 G. H. Höst, Efterretninger om Marokos og Fes : samlede der i landene fra ao. 1760 til 1768, N. Möll (...)

27Ce qui est remarquable chez tous ces auteurs, c’est la relative cohérence des descriptions qu’ils font des techniques de production de l’huile d’argan avec les pratiques récentes et actuelles (cueillette, torréfaction, extraction). La relation étroite entre élevage de chèvres et production d’huile semble avoir toujours existé car la collecte des fruits consommés et régurgités par les ruminants est souvent citée et reprise : « on le donne aux chèvres qui l’avalent après en avoir brouté l’enveloppe extérieure. Elles en rejettent les noyaux que l’on ramasse, lave, pile et presse pour en extraire le jus » (Echerif al-Idrissi30). L’huile d’argan semble aussi avoir été connue anciennement hors de sa zone de production, comme à Marrakech ou dans d’autres régions du Maghreb (source : Al-Zuhrî31, Ibn Khaldoun32). Dès le xvie s., l’huile d’argan existait même en tant qu’article de commerce international (source : Marmol33, Höst34). Elle était utilisée à Marseille au xviiie s. pour fabriquer du savon.

  • 35 Léon l’Africain (xvie s.), Description de l’Afrique, Beyrouth, 1983.
  • 36 G. H. Höst, Efterretninger…, op. cit.
  • 37 P. K. A. Schousboe, Jagttagelser over vestriget i Marokko, Dan. Vidensk. Selsk Skr, Copenhague, 180 (...)

28La persistance des pratiques liées à l’arganier depuis le Moyen Âge est remarquable et est attestée par différents auteurs arabes ou européens, comme Al Hassan al Wazzan dit « Léon l’Africain35 » au début du xvis., G. Höst vers 177036, P. K A. Schousboë37 à la fin du xviiis., puis les différents explorateurs du xixs.

  • 38 P. Morand-Fehr, A. Bourbouze, H. N. Le Houerou, C. Gall & J. G. Boyazoglu, « The role of goats in t (...)

29Ce rapide retour sur l’histoire millénaire des relations que les sociétés autochtones ont entretenu avec l’arbre et ses produits, permet de comprendre comment les paysages de l’arganeraie se sont très tôt, dès le xe s. de notre ère, construits en réponse au développement d’un système de production dont l’arganier est devenu un pivot. La méconnaissance que nous avons de l’histoire économique de la région à cette époque rend difficile toute spéculation sur la caractérisation culturelle des populations qui l’ont portée mais la concomitance avec l’islamisation du pays est à relever. Le système sylvo-pastoral associé, où la chèvre occupe un rôle central, a largement contribué à transformer la végétation régionale, entraînant le recul des espèces précédemment structurantes, naturelles ou probablement résultant elles-mêmes de systèmes de mise en valeur antérieurs. Il est probable que la pression anthropique résultant par la suite de l’augmentation de la population et de l’intégration de l’espace de l’arganeraie à des réseaux économiques extrarégionaux (Maghreb, Méditerranée) a pu entraîner la dégradation des systèmes morphogéniques et des couvertures végétales. Parallèlement, le paysage arboré dominé par l’arganier s’est installé et étendu, bénéficiant à la fois d’une protection sélective par les populations et très certainement aidé par sa tolérance à la pression de l’herbivorie. Historiquement, la régénération de l’arganier a même pu être amplifiée grâce à la dissémination zoochore des graines par les chèvres car leur germination naturelle très difficile, en raison de la dormance tégumentaire due à leur coque très dure, est favorisée par le passage dans le tube digestif des ruminants38.

  • 39 C. Seignobos, « Matières grasses, parcs et civilisations agraires (Tchad et Nord-Cameroun) », Cahie (...)
  • 40 M. Naggar & O. M’Hirit, « L’arganeraie : un parcours typique des zones arides et semi-arides maroca (...)
  • 41 H. V. Mc Gregor, L. M. Dupont, J. B. W. Stuut & H. Kuhlmann, art. cit., 2009 ; M. P. Ruas, M. Tengb (...)

30Loin d’être un simple facteur de dégradation, l’activité des hommes et de leur bétail a, au contraire, favorisé depuis plus de 1000 ans l’extension de l’aire de distribution de l’arganier et façonné les paysages de l’arganeraie. La structure de parc arboré du paysage, évoquée plus haut, serait elle-même une sorte de « domestication de la cueillette », en particulier liée aux productions oléifères, comme l’a observé C. Seignobos39 au Nord-Cameroun. L’originalité du système de l’arganeraie par rapport à ceux des savanes-parcs soudaniennes relève spécialement de l’association étroite chèvre-arganier reconnue tant dans l’actuel40, que dans le passé41 (fig. 3).

Entre dynamique des paysages et fragilité des écosystèmes

  • 42 R. Chevallier, Lecture du temps…, op. cit., 2000.
  • 43 P. Pinon, art. cit., 1978.

31Le décryptage du caractère construit des paysages de l’arganeraie, en tant que résultante de la confrontation sur le temps long des sociétés à leur environnement, illustre bien l’expression de R. Chevallier « Lire le temps dans l’espace42 ». Comme nous l’avons vu, les paysages de l’arganeraie sont de véritables héritages : ils résultent d’une longue histoire naturelle dont leur biodiversité patrimoniale est spécialement représentative. Ils ont été, ensuite, construits par l’histoire du peuplement et des pratiques de mise en valeur par les sociétés. Ces différentes facettes de l’histoire peuvent encore se lire aujourd’hui à travers les caractéristiques matérielles des paysages car les différents modes d’occupation du sol qui se sont succédé y sont inscrits, comme sur un palimpseste. Chacune de ces couches représente l’exploitation, la mise en forme que des groupes humains ont fait de leur environnement mais aussi l’interprétation qu’ils en ont tiré43.

32Une lecture des paysages végétaux actuels dégage assez bien les couches successives de leur construction, marquées par des continuités et des ruptures. Cela est particulièrement illustré par la place qu’y tient l’arbre éponyme, qui était certainement subordonné à d’autres essences, jusqu’au ixe s. De fait, on peut affirmer que les paysages emblématiques de l’arganeraie se sont construits aux dépens de « paysages naturels » à chêne vert, oléastre et lentisque, si tant est que ceux-là étaient naturels. La dégradation des uns aboutit à l’émergence des autres. Les plus anciens héritages floristiques sont matérialisés par les plantes succulentes et les euphorbes cactiformes, alors que localement l’arganier peut être associé à des espèces qui occupaient probablement l’espace avant son extension : l’oléastre, le lentisque et le thuya de Berbérie (Tetraclinis articulata) dans les Chiadma et les Haha, le chêne vert vers sa limite supérieure dans le Haut-Atlas, le gommier (Acacia gummifera) et le jujubier (Ziziphus lotus) en allant vers le Haouz… D’autres plantes apparaissent comme des jalons de l’histoire paysagère de l’arganeraie. Les haies de figuiers de Barbarie (Opuntia ficus-indica), qui marquent fortement le paysage, ou encore les agaves avec leur longue hampe florale, signent l’arrivée des plantes importées au xvie s. par les Espagnols et les Portugais, à la suite de la découverte de l’Amérique. Plus récemment, depuis le milieu du xxe s., de nouveaux modes d’aménagement liés à l’ouverture internationale de la région (colonisation, émigration, mondialisation de l’agriculture) sont à l’origine de nouvelles logiques paysagères, souvent en rupture avec celles qui ont agi jusque-là, de façon séculaire.

  • 44 E. de Ponteves, A. Bourbouze & H. Narjisse, « Occupation de l’espace, droit coutumier et législatio (...)
  • 45 M. Naggar & O. M’Hirit, art. cit., 2006.

33La démarche diachronique permet donc de mettre en perspective les dynamiques actuellement observées. Malgré la modernité de l’agriculture de rente actuelle de la vallée du Souss, l’arganeraiecontinue généralement d’être traitée par les usagers comme une « forêt fruitière », organisée en unités de gestion différentes par le jeu des statuts, des usages et de l’occupation des terres dans les terroirs villageois. Le système de gestion du territoire montre la juxtaposition, voire la surimposition, de régimes différents : i) un droit coutumier qui organisait encore au xxe s. en grande partie le foncier et la répartition et l’utilisation des parcelles entre les usagers ou encore la répartition de l’accès à l’eau, ii) le droit islamique qui définit le statut personnel et les règles d’héritage, iii) enfin, le dahir forestier de 1925 qui établit, de fait, l’arganeraie en forêt domaniale soumise aux droits de jouissance et d’utilisation des populations riveraines. Le système agraire traditionnel est, quant à lui, toujours articulé autour de trois productions essentielles : l’arganier, l’élevage des petits ruminants et la culture pluviale (bour) de céréales, principalement de l’orge44. Le système sylvopastoral associé est encore dominé par l’élevage caprin qui représente 66 % d’un cheptel estimé à 1,5 million de têtes45. Celui-ci s’enracine profondément dans le temps et assure la continuité des processus de construction des paysages, à la fois par la zoochorie et par son rôle indéniable pour le maintien de la structure du couvert végétal par le broutage et de la fertilité des sols grâce aux déjections.

34« L’élevage caprin […] se révèle comme un exemple exceptionnel de synergie entre un animal et son milieu » (Didier Génin, dans un dossier thématique de l’IRD : http://www.mpl.ird.fr/​suds-en-ligne/​foret/​index.html). Le rôle paysager de l’élevage caprin est particulièrement remarquable à travers le façonnement du port des arbres, décrit par plusieurs auteurs et décliné diversement selon les modes de conduite du troupeau et les règles d’accès et d’usage des différentes portions du terroir. On distingue ainsi les terres privées ou domaniales privatisées cultivées ou non, plantées d’arganiers et gérées en agdal (avec mise en défens saisonnière), qui s’opposent aux mouchaa terrains domaniaux à usage pastoral collectif (fig. 4).

  • 46 S. Person, Targant n’Tarat ou l’arganier de la chèvre. Approche du système agraire de l’arganeraie, (...)

35Selon les cas, le port de l’arbre aura une grande diversité de formes depuis l’arbre en boule isolé, au tronc en fût, jusqu’aux formes prostrées et abrouties, en passant par toute la variété des morphologies plagiotropes et multicaules46. Cette gestion agroforestière traditionnelle, multiséculaire, très codifiée par des règles coutumières strictes, a historiquement favorisé une diversité de formes paysagères en tirant parti de la relative plasticité de l’arganier ; la chèvre étant l’un des vecteurs de la construction des paysages, voire de leur sculpture (fig. 3).

  • 47 A. Bourbouze & A. El Aïch, art. cit., 2005.
  • 48 R. Simenel, « Comment domestiquer une forêt sans les hommes ? Une ethnoécologie historique des forê (...)

36Et si « la chèvre, bien loin de « massacrer » cette forêt, contribuait plutôt à sa gestion […] ? » osaient même écrire A. Bourbouze & A. El Aïch47. Généralement regardée comme facteur de dégradation, cette action des hommes, profondément enracinée dans le temps, n’a été, jusque-là, qu’insuffisamment prise en considération comme processus de domestication des paysages basé sur des savoir-faire ancestraux, bien au delà de ceux liés à la seule production de l’huile d’argan. Toutefois, l’anthropologue Romain Simenel48, qui a étudié l’arganeraie des Aït Ba’amran, dans l’Anti-Atlas occidental, la considère comme l’aboutissement d’un processus d’afforestation résultant de la combinaison sur le long terme des techniques et pratiques d’aménagement du sol et d’un système coutumier de gestion des ressources forestières. Cet auteur décrit, par ailleurs, des exemples d’ethno-protection, sous forme de forêts sanctuaires d’arganiers qui rappellent fortement les « bois sacrés » des savanes soudano-sahéliennes.

  • 49 O. M’Hirit, M. Benzyane, F. Benchekroun, S. M. El Yousfi & M. Bendaanoun., art. cit., 1998 ; M. R. (...)

37Pour autant, enracinement historique ne signifie par immuabilité. Outre la périurbanisation qui marque de plus en plus les espaces en périphérie de villes comme Agadir, Essaouira, voire Taroudant ou Tiznit, les grandes exploitations fruitières (agrumes) et maraîchères (primeurs) de la vallée du Souss ou de la Plaine des Chtouka, ou encore les productions fourragères liées à l’élevage laitier moderne, entraînent des mutations paysagères drastiques déterminées, entre autres, par l’irrigation et la mécanisation. Corollaire de ces évolutions, le surpompage engendre une baisse des nappes et de graves déficits hydriques, ainsi qu’une augmentation de la salinité de l’eau49. Le système mixte de gestion du territoire, imbriquant droit coutumier, droit islamique et code forestier est lui-même sous tension. À ces principes plus ou moins anciens, sont venues se superposer récemment de nouvelles règles de marché, initiées dès la colonisation mais aussi liées au développement capitaliste, de plus en plus mondialisé, de l’agriculture et l’investissement des revenus de l’émigration, où se mêlent projets personnels et logiques de solidarité familiale. Sur le plan foncier, par exemple, le dahir de 1925 limitait strictement les transactions et cessions aux tribus traditionnellement usagères, selon les règles coutumières, ce qui limitait objectivement le droit de propriété. De toute évidence, les systèmes traditionnels, s’ils ne sont pas totalement inopérants, ne sont plus pleinement en phase avec les exigences économiques du moment et ne peuvent plus soutenir les structures matérielles de paysages en grande partie hérités.

  • 50 M. R. Tarrier & M. Benzyane, ibid.

38Ainsi, la mise en perspective temporelle des processus et leur inscription dans des trajectoires paysagères sur le temps long, ne doit pas être vue comme la négation de dégradations des milieux et des ressources. Certaines mutations récentes des systèmes de production suscitent légitimement des interrogations mais nous nous limiterons ici à l’évocation des impacts visibles dans les paysages. Ceux-ci se manifestent sous différentes formes : recul des surfaces de la « forêt » d’arganier (estimée à 600 ha/an d’après Tarrier & Benzyane50), dédensification des peuplements, absence de régénération, dégradation qualitative par érosion de la diversité biologique, puis désorganisation hydrologique, érosion des sols, ravinement, mobilisation des dunes, etc.

  • 51 P. Rocher, « L’arganier », Annales de Géographie, 35, 1926, p. 259 – 267 ; R. Chaussod, A. Adlouni (...)
  • 52 P. Rocher, art. cit. ; Y. Monnier, « Les problèmes actuels de l’arganeraie marocaine », Rev. Forest (...)

39Des formes d’exploitation destructive de l’arganeraie sont anciennes et documentées par des témoignages dès le xixe s. Celles-ci sont principalement liées à la production de charbon, le bois d’arganier donnant un charbon très apprécié pour son excellente qualité. Il a longtemps approvisionné la plupart des grandes villes du Maroc et pendant les deux guerres mondiales, il a même été exporté en quantité vers la France51. C’est d’ailleurs cette dégradation, qui semble s’être fortement accentuée au début de la période coloniale, qui a justifié la législation de 1925. Ces processus de dégradation semblent se poursuivre ensuite tout au long du xxe siècle52.

  • 53 R. Simenel, G. Michon, L. Auclair, B. Romagny, Y. Thomas & M. Guyon, « L’argan : l’huile qui cache (...)
  • 54 R. Simenel, « Comment domestiquer une forêt sans les hommes ? Une ethnoécologie historique des forê (...)
  • 55 L. El Harousse, L. Aziz, R. Bellefontaine & M. El Amrani, « Le savoir écologique de deux population (...)
  • 56 R. Simenel, G. Michon, L. Auclair, B. Romagny, Y. Thomas & M. Guyon, art. cit., 2009.

40Cependant, comme le montrent bien les travaux de Simenel et al.53 et Simenel54, la construction des paysages de l’arganeraie, depuis des générations, ne répond guère à des intentions écologiques concrètes mais plutôt à des attentes économiques, sociales et culturelles. Cela malgré un réel « savoir écologique » vernaculaire des populations vivant dans l’arganeraie55. La montée en puissance d’un discours de patrimonialisation naturelle de l’arganier, paradoxalement soutenu par l’intérêt international pour ses productions (l’huile essentiellement), semble escamoter de plus en plus la longue histoire anthropique de ses paysages. Le paradoxe est encore plus grand quand on songe qu’en valorisant le produit on naturalise l’écosystème56 et on occulte ainsi la valeur même des paysages. En érigeant l’arganeraie en réserve de biosphère en 1998, l’UNESCO a certainement renforcé cette tendance. Malgré l’affichage d’une volonté de « gérer et conserver le système économique et écologique, tout en développant l’économie de la région », la prégnance les enjeux écologiques et forestiers, dans le plan cadre de la RBA contribue un peu plus à la stigmatisation des populations et de leurs pratiques.

  • 57 G. Chouquer, L’étude des paysages : essais sur leurs formes et leur histoire, Paris, Éditions Erran (...)
  • 58 G. Chouquer. Ibid.

41En tant qu’éléments patrimoniaux, l’arganier et l’arganeraie ont souvent fait l’objet de discours qui se réfèrent aux héritages et à l’histoire. En privilégiant une entrée par les paysages, nous avons souhaité ici faire appel à la fois à « l’histoire naturelle » et au temps de la construction anthropique des paysages, sans nous départir du souci premier qui est d’éclairer les logiques des dynamiques aujourd’hui en œuvre dans cet espace. Notre référence au palimpseste, comme modèle stratigraphique des formes paysagères, ne doit cependant pas conduire à une vision fossilisée des dynamiques des paysages, sous forme d’états successifs sans liens les uns avec les autres57. La discontinuité des données dont nous disposons nous oblige à ouvrir des fenêtres temporelles, avec des paysages spécifiques à chaque époque, séparés par de grands blancs, mais chacun est en lien avec les précédents et détermine les suivants. La biodiversité héritée à l’échelle des temps géologiques, les variations climatiques des derniers millénaires ou des derniers siècles, et qui agissent encore aujourd’hui, sont largement marqués dans la nature actuelle de l’arganeraie. Les changements du peuplement humain et les évolutions culturelles, les modifications des systèmes de production et les mutations socio-économiques des territoires, comme les choix politiques ou les jeux mouvants des acteurs, peuvent retravailler, remanier, réaménager l’espace mais sans totalement éradiquer les traces des systèmes antérieurs. Bien au contraire, celles-ci sont intégrées, requalifiées, et parfois à nouveau convoquées, selon un modèle auto-organisationnel58.

  • 59 R. Ambroise, F. Bonneaud, V. Brunet-Vinck, Agriculteurs et paysages. Dix exemples de projets de pay (...)

42Au moment où la notion de paysage culturel patrimonial est de plus en plus affichée et où, dans l’espace de l’arganeraie, un discours identitaire peut se manifester autour de l’arganier et de sa place dans la culture amazighe, il est instructif que l’histoire sur le temps long souligne le rôle constructeur de systèmes de production sans intentions écologiques, ni partis pris paysagers59. Ainsi, sur plus d’un millénaire, dans le cadre de systèmes d’exploitation des ressources prescrits par des stratégies de gestion des contraintes environnementales et sociales, l’espace a été aménagé de manière convergente produisant un paysage original, parfois jardiné, sans que sa construction ne fût collectivement intentionnelle (fig. 5).

43Il est aujourd’hui célébré comme pittoresque, et consommé comme tel par le touriste devant « l’arbre à chèvre » (fig. 3). Paradoxalement, certains peuvent aussi le lire comme une forme de dégradation.

  • 60 G. Chouquer, « Nature, environnement et paysage au carrefour des théories », art. cit., 2001.

44Dans tous les cas, ces paysages méritent l’attention et différents acteurs sont intéressés à leur gestion, à leur valorisation ou à leur préservation ; ce qui génère maints discours alarmistes, parfois catastrophistes, souvent nostalgiques. Le choix de la référence à partir de laquelle est porté un jugement, est développé un discours, puis sont décidées des préconisations, n’est donc pas anodin. Si l’idéologie dominante a, dès le début du xxe siècle, cantonné l’arganeraie dans un registre forestier, pour nous, il s’agit d’abord du produit d’un système agro-sylvo-pastoral, profondément marqué par l’histoire, qui est, en outre, investi d’une forte charge culturelle, voire civilisationnelle, consciemment ou pas, par les populations locales. Au moment où l’arganeraie, l’arganier et l’argan (huile) deviennent l’objet d’autres formes d’appropriations à l’échelle globale, notre démarche scientifique veut ainsi contribuer à « maîtriser l’abus de représentations d’un côté et remplacer les déterminismes écobiophysiques par la connaissance des processus dynamiques et des modalités spatiotemporelles complexes de l’autre60 ». Sous le double regard de l’évolution sur le temps long des paysages et d’une approche critique des différentes formes de patrimonialisation nous proposons d’éclairer utilement les choix des politiques environnementales et d’aider à la décision, en termes de pratiques de gestion.

Fig. 2 : Reconstitution paléophytogéographique au Pliocène supérieur (Moghrebien).

Fig. 2 : Reconstitution paléophytogéographique au Pliocène supérieur (Moghrebien).

L’arganier a un centre de distribution comparable à l’actuel mais une aire plus réduite.

D’après Ballouche 2002.

Fig. 3 : Chèvres broutant dans les branches d’un arganier, Région d’Essaouira.

Fig. 3 : Chèvres broutant dans les branches d’un arganier, Région d’Essaouira.

Photo Daniel.

Fig. 4 : Organisation de l’espace de l’arganeraie.

Fig. 4 : Organisation de l’espace de l’arganeraie.

Entre terres privées ou domaniales privatisées cultivées ou non, gérées en agdal, et terrains domaniaux à usage pastoral collectif.

D’après Bourbouze & El Aïch 2005 modifié.

Fig. 5 : Paysage « jardiné » des Aït Sahel, Province de Tiznit.

Fig. 5 : Paysage « jardiné » des Aït Sahel, Province de Tiznit.

Photo Ballouche.

Notes

1 P. Pinon, « Le passage des structures architecturales antiques dans les tissus urbains médiévaux », Caesarodunum, III (13), 1978, p. 387-395 ; S. Robert, « Comment les formes du passé se transmettent-elles ? », Études rurales, n° 167-168, 2003, p. 115-131.

2 L. Lespez & A. Ballouche, « Paysages au fil de l’eau : l’objet, le sensible et leurs trajectoires », Bulletin de l’Association de Géographes Français, 2009-1, p. 3-11.

3 R. Chevallier, Lecture du temps dans l’espace : topographie archéologique et historique, Paris, Picard, 2000.

4 O. M’Hirit, M. Benzyane, F. Benchekroun, S. M. El Yousfi & M. Bendaanoun, L’Arganier, une espèce fruitière -forestière à usages multiples, Sprimont, Éditions Mardaga, 1998.

5 O. M’Hirit & P. Blerot, Le Grand Livre de la forêt marocaine, Sprimont, Éditions Mardaga, 1999.

6 O. M’Hirit et al., L’Arganier…, op. cit., 1998.

7 J. P. Peltier, « Les séries de l’arganeraie steppique dans le Sous (Maroc) », Ecologia Mediterranea, 9, 1983, p. 77-78 ; O. M’Hirit, M. Benzyane, F. Benchekroun, S. M. El Yousfi & M. Bendaanoun., L’Arganier…, op. cit., 1998 ; F. Médail & P. Quézel, « The phytogeographical significance of SW Morocco compared to the Canary Islands », Plant Ecology, 140 (2), 1999, p. 221-244 ; F. Msanda, A. El Aboudi & J. P. Peltier, « Originalité de la flore et de la végétation de l’Anti-Atlas sud-occidental (Maroc) », Feddes Repertorium, 113 (7-8), 2002, p. 603-615 ; J. A. López Sáez & F. Alba Sánchez, « Ecología, etnobotánica y etnofarmacología del argán (Argania spinosa) », Boletín Latinoamericano y del Caribe de Plantas Medicinales y Aromáticas, 9, 2009, p. 323-341.

8 J. P. Peltier, « Les séries de l’arganeraie steppique dans le Sous (Maroc) », Ecologia Mediterranea, 9, 1983, p. 77-78 ; Médail & Quézel, art. cit., 1999.

9 A. Benabid & F. Cuzin, « Populations de dragonnier (Dracaena draco L. subsp. ajgal Benabid et Cuzin) au Maroc : valeurs taxinomique, biogéographique et phyto-sociologique », C. R. Acad. Sci. Paris, 320, 1997, p. 267-277.

10 F. White, The vegetation of Africa, Paris, Unesco, 1983.

11 R. Nouaim, L’Arganier au Maroc : entre mythes et réalités : une civilisation née d’un arbre, Paris, L’Harmattan, 2005.

12 L. Gentil, Le Maroc physique, Paris, F. Alcan, 1912.

13 A. Ballouche, « Flore et végétation du Pliocène supérieur au Nord-Ouest du Sahara : Étude palynologique du Moghrébien de Tarfaya », I. La Serna Ramos (éd.), Polen y Esporas : Contribucion a su conocimiento, Tenerife, Univ. La Laguna, 1994, p. 343-352 ; A. Ballouche, « Entre "Sahara vert" et désert : mythes et réalités », A. Al-Khatib, Le Sahara, espace de communication et d’interaction civilisationnelles dans les temps antiques, I.E.A. Rabat, Série Colloques et Séminaires, VII, 2002, p. 99-126 ; A. El Mousadik & R. J. Petit, « Chloroplast DNA phylogeography of the argan tree of Morocco », Mol. Ecol., 5, 1996, p. 547 –555.

14   L. Emberger, Aperçu général sur la végétation du Maroc : commentaire de la carte phytogéographique du Maroc 1 : 1.500. 00, Paris, Huber, 1938 ; P. Quézel & M. Barbero, « Variations climatiques au Sahara et en Afrique sèche depuis le Pliocène : enseignement de la flore et de la végétation actuelles », Bulletin d’Écologie, 24 (2-4), 1993, p. 191-202 ; O. M’Hirit, M. Benzyane, F. Benchekroun, S.M. El Yousfi & M. Bendaanoun., L’Arganier…, op. cit., 1998.

15 E. Biondi, « Arganioxylon sardum n. gen., n. sp. et Sclerocaryoxylon chiarugii n. gen., n. sp : Bois fossiles du Miocène de la Sardaigne (Italie) », Review of Palaeobotany and Palynology, 34 (3), 1981, p. 301-320.

16   N. Bachiri-Taoufiq, N. Barhoun & J. P. Suc, « Les environnements continentaux du corridor rifain (Maroc) au Miocène supérieur d’après la palynologie », Geodiversitas, 30 (1), 2008, p. 41-58.

17 N. Feddi, S. Fauquette & J. P. Suc, « Histoire plio-pléistocène des écosystèmes végétaux de Méditerranée sud-occidentale : apport de l’analyse pollinique de deux sondages en mer d’Alboran », Geobios, 44 (1), 2011, p. 57-69.

18 A. Ballouche, art. cit., 1994 ; A. Ballouche, Étude palynologique du Moghrébien de Tarfaya, J. Riser (éd.), Le bassin de Tarfaya (Maroc atlantique, 28° Nord). Paléoenvironnements, paléoanthropologie, préhistoire, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 91-97 ; A. Ballouche, art. cit., 2002 ; M. Thinon, Observation de Cedrus parmi les bois fossiles du Moghrébien de Tarfaya, J. Riser (éd.), Le bassin de Tarfaya (Maroc atlantique, 28° Nord). Paléoenvironnements, paléoanthropologie, préhistoire, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 99.

19 L. M. Dupont & H. Hooghiemstra, « The Saharan-Sahelian boundary during the Brunhes chron. », Acta Botanica Neerlandica, 38 (4), 1989, p. 405-415 ; H. Hooghiemstra, H. Stalling, C. O. Agwu & L. M. Dupont, « Vegetational and climatic changes at the northern fringe of the Sahara 250,000–5000 years BP : evidence from 4 marine pollen records located between Portugal and the Canary Islands », Review of Palaeobotany and Palynology, 74 (1), 1992, p. 1-53 ; L. M. Dupont, « Vegetation zones in NW Africa during the Brunhes chron reconstructed from marine palynological data », Quaternary Science Reviews, 12 (3), 1993, p. 189-202 ; F. Marret & J. L. Turon, « Paleohydrology and paleoclimatology off Northwest Africa during the last glacial-interglacial transition and the Holocene : Palynological evidences », Marine Geology, 118 (1), 1994, p. 107-117 ; S. Leroy & L. M. Dupont, « Development of vegetation and continental aridity in northwestern Africa during the Late Pliocene : the pollen record of ODP Site 658 », Palaeogeogr., Palaeoclim., Palaeoeco., 109, 1994, p. 295-316.

20 A. Ballouche & C. Carruesco, « Evolution holocène d’un écosystème lagunaire : La lagune de Oualidia (Maroc atlantique) », Revue de Géologie Dynamique et de Géographie Physique, 27, 1986, p. 113-118 ; A. Ballouche & F. Damblon, « Nouvelles données palynologiques sur la végétation holocène du Maroc », Travaux de la section scientifique et technique. Institut français de Pondichéry, 25, 1988, p. 83-90.

21 F. Alba-Sánchez, J. A. López-Sáez, D. Nieto-Lugilde & J. C. Svenning. « Long-term climate forcings to assess vulnerability in North Africa dry argan woodlands », Applied Vegetation Science, 18, 2015, Doi : 10.1 111/avsc.12133

22 G. Chouquer, « Nature, environnement et paysage au carrefour des théories », Études rurales, n° 157-158, 2001, p. 235-251.

23 C. O. Sauer, The Morphology of Landscape, University of California Publications in Geography, 2, 1925.

24 V. Mc Gregor, L. M. Dupont, J. B. W. Stuut & H. Kuhlmann, « Vegetation change, goats, and religion : a 2000-year history of land use in southern Morocco », Quaternary Science Reviews, 28 (15), 2009, p. 1434-1 448.

25 M. P. Ruas, M. Tengberg, A. S. Ettahiri, A. Fili, & J. P. Van Staëvel, « Archaeobotanical research at the medieval fortified site of Îgîlîz (Anti-Atlas, Morocco) with particular reference to the exploitation of the argan tree », Veget. Hist. Archaeobot. 20, 2011, p. 419-433.

26 Ibn Ridwan (xie s.), Le Livre de la méthode du médecin de Ali b. Ridwan (998-1067), éd. J. Grand’henry, Louvain-la-Neuve, Université Catholique de Louvain, 1984.

27 Al-Bakrî (xie s.), Al masalik wa l’mamalik (Description de l’Afrique septentrionale), Trad. de Slane, 1859, Paris.

28 Al-Idrîsî (xiie s.), Kitâb Nuzhat al Mushtâq, Paris, Flammarion..

29 Ibn al-Baytâr (xiie s.), Al-Jâmi’ li-Mufradât (Traité des simples), trad. L. Leclerc, Paris, Institut du Monde arabe, 1987.

30 Al-Idrîsî (xiie s.), Kitâb, op. cit.

31 Al-Zuhrî (xiie s.), Kitâb al-Djurhrâfiyya, éd. M. H. Sadok, Le Caire.

32 Ibn Khaldoun, (xive s.), Kitâb al-’Ibar (Le Livre des exemples), Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2002.

33 Marmól Carvajal (xvie s.), Description de l’Afrique, trad. Perrot d’Ablancourt, Paris, T. Jolly, 1667.

34 G. H. Höst, Efterretninger om Marokos og Fes : samlede der i landene fra ao. 1760 til 1768, N. Möller, 1779.

35 Léon l’Africain (xvie s.), Description de l’Afrique, Beyrouth, 1983.

36 G. H. Höst, Efterretninger…, op. cit.

37 P. K. A. Schousboe, Jagttagelser over vestriget i Marokko, Dan. Vidensk. Selsk Skr, Copenhague, 1800.

38 P. Morand-Fehr, A. Bourbouze, H. N. Le Houerou, C. Gall & J. G. Boyazoglu, « The role of goats in the Mediterranean area », Livestock Production Science, 10 (6), 1983, p. 569-587 ; F. Bani-Aameur & M. Alouani, « Viabilité et dormance des semences d’arganier (Argania spinosa (L.) Skeels) », Ecologia mediterranea, 25 (1), 1999, p. 75-86.

39 C. Seignobos, « Matières grasses, parcs et civilisations agraires (Tchad et Nord-Cameroun) », Cahiers d’Outre-mer, 35 (139), 1982, p. 228-269.

40 M. Naggar & O. M’Hirit, « L’arganeraie : un parcours typique des zones arides et semi-arides marocaines », Sécheresse, 17 (1), 2006, p. 314-317.

41 H. V. Mc Gregor, L. M. Dupont, J. B. W. Stuut & H. Kuhlmann, art. cit., 2009 ; M. P. Ruas, M. Tengberg, A. S. Ettahiri, A. Fili & J.-P. Van Staëvel, art. cit., 2011.

42 R. Chevallier, Lecture du temps…, op. cit., 2000.

43 P. Pinon, art. cit., 1978.

44 E. de Ponteves, A. Bourbouze & H. Narjisse, « Occupation de l’espace, droit coutumier et législation forestière dans un terroir de l’arganeraie septentrionale au Maroc », Les Cahiers de la recherche-développement 26, 1990, p. 28-43.

45 M. Naggar & O. M’Hirit, art. cit., 2006.

46 S. Person, Targant n’Tarat ou l’arganier de la chèvre. Approche du système agraire de l’arganeraie, Maroc-Essaouira, CNEARC/IAM, Montpellier, 1998 ; A. Bourbouze & A. El Aïch, « L’élevage caprin dans l’arganeraie : l’utilisation conflictuelle d’un espace », Cahiers Agricultures, 14 (5), 2005, p. 447-453 ; A. El Aïch, A. Bourbouze, P. Bas & P. Morand-Fehr, « Natural products for upgrading sustainability of land resources and landscapes : the case of the Argan forest », Publication-European Association for Animal Production, 118, 2006, p. 235-246 ; D. Génin & R. Simenel, « Endogenous Berber forest management and the functional shaping of rural forests in southern Morocco : implications for shared forest management options », Human Ecology, 39 (3), 2011, p. 257-269.

47 A. Bourbouze & A. El Aïch, art. cit., 2005.

48 R. Simenel, « Comment domestiquer une forêt sans les hommes ? Une ethnoécologie historique des forêts d’arganiers du Sud-Ouest marocain », Techniques & Culture, 56, 2011, p. 224-247.

49 O. M’Hirit, M. Benzyane, F. Benchekroun, S. M. El Yousfi & M. Bendaanoun., art. cit., 1998 ; M. R. Tarrier & M. Benzyane, « L’arganeraie marocaine se meurt : problématique et bio-indication », Sécheresse, 14 (1), 2003, p. 60-62.

50 M. R. Tarrier & M. Benzyane, ibid.

51 P. Rocher, « L’arganier », Annales de Géographie, 35, 1926, p. 259 – 267 ; R. Chaussod, A. Adlouni & R. Christon, « L’arganier et l’huile d’argane au Maroc : vers la mutation d’un système agroforestier traditionnel ? », Cahiers Agricultures, 14 (4), 2005, p. 351-356.

52 P. Rocher, art. cit. ; Y. Monnier, « Les problèmes actuels de l’arganeraie marocaine », Rev. Forest. Française, 17, 1965, p. 750-767 ; M. R. Tarrier & M. Benzyane, art. cit. ; Y. Le Polain de Waroux & E. F. Lambin, « Monitoring degradation in arid and semi-arid forests and woodlands : The case of the argan woodlands (Morocco) », Applied Geography, 32, 2, 2012, p. 777-786.

53 R. Simenel, G. Michon, L. Auclair, B. Romagny, Y. Thomas & M. Guyon, « L’argan : l’huile qui cache la forêt domestique. De la valorisation du produit à la naturalisation de l’écosystème », Autrepart, 50, 2009, p. 51-74.

54 R. Simenel, « Comment domestiquer une forêt sans les hommes ? Une ethnoécologie historique des forêts d’arganiers du Sud-Ouest marocain », art. cit., 2011.

55 L. El Harousse, L. Aziz, R. Bellefontaine & M. El Amrani, « Le savoir écologique de deux populations habitant l’arganeraie (Essaouira) », Sécheresse, 23 (2), 2012, p. 67 – 77.

56 R. Simenel, G. Michon, L. Auclair, B. Romagny, Y. Thomas & M. Guyon, art. cit., 2009.

57 G. Chouquer, L’étude des paysages : essais sur leurs formes et leur histoire, Paris, Éditions Errance, 2000.

58 G. Chouquer. Ibid.

59 R. Ambroise, F. Bonneaud, V. Brunet-Vinck, Agriculteurs et paysages. Dix exemples de projets de paysage en agriculture, Dijon, Éducagri Éditions, 2000 ; L. Lespez & A. Ballouche, art. cit., 2009.

60 G. Chouquer, « Nature, environnement et paysage au carrefour des théories », art. cit., 2001.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Aire de l’arganeraie, dans le sud-ouest du Maroc.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42247/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 2 : Reconstitution paléophytogéographique au Pliocène supérieur (Moghrebien).
Légende L’arganier a un centre de distribution comparable à l’actuel mais une aire plus réduite.
Crédits D’après Ballouche 2002.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42247/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 3 : Chèvres broutant dans les branches d’un arganier, Région d’Essaouira.
Crédits Photo Daniel.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42247/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 4 : Organisation de l’espace de l’arganeraie.
Légende Entre terres privées ou domaniales privatisées cultivées ou non, gérées en agdal, et terrains domaniaux à usage pastoral collectif.
Crédits D’après Bourbouze & El Aïch 2005 modifié.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42247/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 5 : Paysage « jardiné » des Aït Sahel, Province de Tiznit.
Crédits Photo Ballouche.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/42247/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

Auteur

Université d’Angers, LETG-Angers LEESA, UMR 6554 CNRS, SFR Confluences 4201, L’UNAM

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540