Version classiqueVersion mobile

L’Ouest et les Amériques

 | 
Marie-Christine Michaud
, 
Éliane Elmaleh

Les espaces de l’Ouest, conquête et redéfinition

À l’Ouest d’Éden : toponymie et enjeux francophones en Alberta et en Saskatchewan

Pascale Smorag

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Ayant pris congé des sauvages, les Français continuèrent leur route par la rivière la Pluie et le lac des Bois au fort Saint-Charles, puis, par le chemin de l’angle du Nord-Ouest à la rivière Rouge, et au fort de ce nom […]. Le manque de vivres que l’on avait coutume de trouver au fort Saint-Charles, ou au fort Maurepas, à l’embouchure de la rivière Ouimipik, mit le capitaine dans l’absolue et indispensable obligation de dépêcher M. le chevalier de Niverville, enseigne des troupes détachées de la marine, à la rivière Paskoyae, où ne pouvant se rendre en canot, le chevalier fut obligé de cacher dans les bois une partie de ses vivres, et d’emporter l’autre partie avec lui sur des “tobagans” — traîneaux sauvages. Il n’est point de misère qu’il n’éprouva ; n’ayant presque pas de vivres, il était exposé tous les jours, lui et sa troupe, à mourir de faim, n’ayant que la maigre ressour...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search