Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Troisième partie. Regards sur les socialistes bretons des années 1960-1970 à nos jours

Catholiques de gauche et socialismes dans le Finistère : quelques itinéraires

Pierre Le Goïc

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La contribution des catholiques de gauche à la construction du PS est le plus souvent associée à une date — 1974, les Assises du Socialisme ; à un concept politique — nouvelle, voire « deuxième » gauche ; à un fait électoral — les succès du PS dans des régions d'ancienne et solide implantation catholique. Un socialisme traditionnel, marqué par un laïcisme radical, aurait réussi sa conversion en intégrant ces nouveaux adhérents et séduit un électorat en déshérence d'une démocratie chrétienne qui n'a jamais trouvé sa place en France depuis le rapide tournant à droite du MRP d'après-guerre.

  • 1 Que les absents de ce texte veuillent bien me pardonner, la liste des contacts possibles aurait tr (...)

2Question d'échelles : au niveau national, celui des grands nombres, cette analyse classique est sans doute valide. Mais on trouvera ici les résultats d'une petite série d'entretiens, menés auprès d'acteurs très divers, confrontés conjointement aux questions du catholicisme et du socialisme depuis les années 1960. Restreinte aussi, l'unité de lieu : le Finistère, avec pour épicentre Brest, dont le double caractère de principale ville industrielle et universitaire faisait le centre de gravité incontestable d'une recomposition politique initiale que l'on ne saurait confondre avec une phase de conquête électorale qui suit d'autres rythmes et s'étend à d'autres espaces. Or ce changement de focale fait apparaître, parmi les principaux fondateurs du PS finistérien dès 1971, des militants chrétiens de la Convention des institutions républicaines, dont le moins que l'on puisse dire est qu'elle n'était pas la plus proche voisine de la « deuxième gauche ». On trouve dans leurs paroles, leurs écrits, leurs lectures, toutes les nuances — du réformisme à l'extrême gauche. On constatera aussi que tous ces itinéraires n'ont pas conduit au PS. Bien des indépendances dans ces parcours. Bien des réseaux aussi, dont je n'ai pas, dans le cadre de ce colloque, interrogé tous les acteurs1.

  • 2 La bibliographie sur le sujet est si abondante que l'on ne saurait faire mieux que se reporter sur (...)

3Traversant bien des frontières spirituelles, intellectuelles, politiques, les uns et les autres se sont retrouvés dans des réseaux plus ou moins formels qui les amenaient au bout du compte à tous se connaître. Pas plus que dans leurs options politiques, ces militants ne se retrouvaient dans une attitude commune vis-à-vis de l'Église elle-même. Cueillette plutôt que moisson, qui amène à interroger l'ambiguïté de ce lieu commun : le catholicisme de gauche2.

4Le lecteur préoccupé par l'histoire du socialisme n'étant pas nécessairement familier de l'histoire récente du catholicisme, il paraît nécessaire de consacrer une brève première partie au rappel de données élémentaires sur les rapports entre catholicisme, engagement social et socialisme. Puis seront présentés les itinéraires des principaux fondateurs catholiques du parti socialiste actuel en Finistère ; la troisième partie sera consacrée à la description de quelques réseaux auxquels ont participé activement de non-membres du PS ; enfin sera abordée la question générationnelle d'un tiers de siècle de désobéissance chronique manifestée par les sujets interviewés.

Catholicisme et socialisme : brefs rappels

  • 3 Les encycliques tenant à la question se sont multipliées à mesure des transformations sociales et (...)
  • 4 Une traduction française donne les uns, locupletes, pour « capitalistes », une traduction allemand (...)

5Il ne serait pas utile de remonter ici aux aventures intellectuelles du premier xixe siècle. Je commencerai au moment de l'encyclique Rerum novarum3, puisqu'aussi bien elle a permis à Jean Jaurès de faire un bon mot sur le « programme socialiste du Pape », et qu'elle comporte quelques néologismes latins : il s'agit de traiter de conditione opificum (de la condition ouvrière), du rôle nouveau des locupletes et proletarios, eos qui rem, eos qui operam conferant (ceux qui apportent les matières premières, ceux qui apportent le travail — tout le sens de la phrase latine est dans la non-répétition du verbe, comportant par ailleurs le préfixe cum, ensemble ou réciproquement ici4). Parmi les nouveautés déconcertantes, ces Socialistae qui font leur apparition vivante dans une langue qui peinait à exprimer un monde nouveau. Ni le titre, ni l'effort de renouvellement de la langue ne doivent être pris à contresens. Quand Léon XIII fait connaître son encyclique en 1891, il n'est pas seulement confronté à la « question ouvrière ». La papauté a perdu depuis peu son assise étatique du fait de l'unification nationale de l'Italie, et doit déployer un magistère du verbe dans la société tout entière. Le nouveau monde issu des révolutions récentes porte en lui un désordre économique qui pulvérise les anciennes structures, corporatives et paroissiales ; deux tendances politiques, libéralisme et socialisme, aussi détestables l'une que l'autre, prolongent ces effets économiques. Or l'Église, en morigénant les plus riches, en protégeant les plus pauvres, en assurant l'élévation spirituelle et morale des uns et des autres, en les incitant à conférer pourrait retrouver une place centrale qui en rabattra éventuellement sur la présence temporelle pour se consacrer à la construction d'un catholicisme intégral. Comment a-t-on pu passer, en tant que croyant, de cette représentation de l'espace social dont l'Église souhaitait rester le centre de gravité, à un engagement socialiste ?

  • 5 C'est-à-dire prises ici sans le moindre jugement de valeur, en tant que positionnement de représen (...)

6De cet esprit issu du catholicisme « intransigeant », mettant au centre de son discours la condamnation de la modernité, sont nés des groupes de pensée qui, inspirés par cette perception de la perte d'un monde ancien accélérée par le développement d'un capitalisme dégénérateur fondé sur l'exploitation anti-évangélique de l'homme par l'homme, capitalisme exécrable en tant que premier responsable de la décomposition des sociétés traditionnelles, à force de se poser la question d'une présence catholique parmi les proletarii, ont fini par se rapprocher des socialistae honnis en 1891. Une manière de ruisseau souterrain divague à son gré entre des pensées réactionnaires au sens propre5, et des engagements complexes qui peuvent, au nom de l'anticapitalisme premier, sauter par-dessus l'obstacle dogmatique de l'antisocialisme. Histoire jonchée de tentatives intellectuelles interdites, d'enthousiasmes collectifs, d'engagements militants et de conflits incessants entre différentes conceptions de la présence des chrétiens au monde.

7Présence au monde ? La perte de l'espace temporel a mis plus que jamais les catholiques qui n'étaient pas de simple pratique devant la question de l'engagement des laïcs. Jusqu'où aller, et de quel droit ? La question ne se serait pas posée avant les ruptures du long xixe siècle. Deux réponses au moins, qui dureront et formeront le socle solide de l'Action catholique : l'Église ayant perdu en temporel, elle peut préférer considérer que le Verbe s'est fait chair ; l'incarnation ici et maintenant correspond à l'action de chacun(e) indépendamment d'une volonté de conversion de l'autre ; cependant, tout espoir de reconquête n'étant pas perdu, la logique d'incarnation n'exclut pas l'idée d'un apostolat, y compris laïc. Entre apostolat, lié à une institution hiérarchisée dont le chef est désormais infaillible, et logique de l'incarnation dans l'action, moins contrôlable, vont s'accélérer les innovations et les crises afférentes avec Rome.

8Ces rappels sommaires étaient nécessaires pour comprendre l'univers mental de ces chrétiens qui, alors même que Rome leur interdisait de penser en socialistes, trouvaient à la racine de leur foi le rejet du capitalisme, l'autorisation de l'action terrestre dans le paradigme de l'incarnation, et l'exigence évangélique de l'amour du plus pauvre. Mais dans un même contexte, deux logiques de conquête se concurrencent vite : celle d'une consolidation du maillage des paroisses en péril d'urbanisation — et c'est l'idée de la création, par-delà le tissu désuet et rural des Œuvres, de l'Action catholique, détachée des paroisses territoriales et pourvue non de curés mais d'aumôniers ; l'autre, celle d'un renouvellement de la pensée et de la pastorale, elles aussi déterritorialisées. Des orateurs de talent sillonnent la France — comme l'avait déjà fait Louis Veuillot, dans un autre temps et un autre esprit ! C'est ainsi que Marc Sangnier fait valoir Le Sillon, revue, mouvement, jamais lu par la grande majorité des interviewés de 2005 mais emblématique de leur action — non de leurs idées : animation par un laïc, orientation « sociale » affirmée au-delà des idées romaines, sanction, acceptation de la sanction de 1910. Pour autant que l'on puisse envisager en histoire la notion de matrice, c'est à peu près l'histoire de toutes les revues et groupes dissidents qui scandent l'histoire des catholicismes critiques en un long xxe siècle d'industrialisation au cours duquel, synchroniquement, se délite le tissu paroissial et se multiplient les moyens d'expression collective.

  • 6 Eugen Weber, La fin des terroirs, Stanford University Press, 1976, trad. française Paris, Fayard, (...)
  • 7 Congrès national de l'ACJE, 1907.

9Les mouvements ne se substituent pas aux paroisses, mais leur création procède d'une réaction offensive à la modernité. Le premier mouvement de jeunesse, l'ACJF, est créé en 1886. Ce n'est pas si tôt, il était même probablement temps pour les principaux intéressés : l'industrialisation bat son plein, la République est en train de poser des lois fondamentales, la Fin des terroirs6 s'annonce. Il s'agit de créer « une élite de catholiques militants [...] autour de laquelle se reforme une société chrétienne7 ». L'Action catholique n'est pas si militante, même si le mythe de la reconquête la fonde. Des prêtres de terrain ironisent sur les filles de bonne famille qui sauraient animer une kermesse mais seraient horrifiées d'aller en porter les bénéfices aux familles auxquelles ils étaient destinés. Toutefois la logique de l'action déléguée aux laïcs sous la responsabilité d'un aumônier était lancée, et ouvrit une époque nouvelle. Désormais, nous entrons dans une période plus connue. Les repères essentiels (sigles, publications) se trouvent à la fin de cet article.

Les fondateurs : catholicisme, CIR8, Épinay

  • 8 Lexique des abréviations en fin d'article.
  • 9 Groupe témoignage chrétien de Brest, Bilan et perspectives du groupe, brochure ronéotée, non pagin (...)
  • 10 ACO du Havre, 8 mars 1971, citée dans Réflexions de Chrétiens sur l'école libre, brochure ronéotée (...)

10Francis Le Blé (1930-1982) doit être cité en premier. Tous les témoins des premiers temps s'accordent pour voir en lui le père fondateur du nouveau socialisme finistérien. Il ne fut pas seulement Premier secrétaire fédéral du PS (1971-1975) et maire de Brest (1977-1982). Toute l'histoire de son engagement est représentative de l'évolution d'une génération de militants qui pourraient se retrouver dans deux formules très proches, bien qu'issues de milieux différents : « Nous n'avons pas fait le choix socialiste parce que l'on est chrétien [sic] mais à la suite d'une analyse politique en France et dans le monde ; nous ne sommes pas venus à la gauche socialiste dans un but missionnaire mais pour travailler afin d'édifier une société socialiste démocratique9. » Énoncé en d'autres termes, mais dans une logique identique : « Nous ne sommes pas des chrétiens de gauche. Nous sommes des militants ouvriers qui avons foi en Jésus Christ. Nous voulons dire par là que nos convictions politiques [.] s'enracinent dans une analyse humaine, analyse que nous partageons avec d'autres hommes10. »

  • 11 Maurice Benassayag dans Le renouveau socialiste et l'unité de la gauche, La Nouvelle revue sociali (...)

11Le parcours de Francis Le Blé est, dans ce contexte, très classique : éducation catholique, adhésion à la JOC puis, dès l'entrée à l'arsenal de Brest, à la CFTC où il devient responsable à la formation. Il semble participer à des ventes du Témoignage Chrétien des années 1950. Partisan dès le début de la déconfessionnalisation de la CFTC (comme 95 % des militants finistériens en 1964), il devient le dirigeant de l'Union départementale de 1964 à 1967, par ailleurs président de l'URSSAF et de la CAF. La suite est moins ordinaire. Francis Le Blé démissionne de ses fonctions syndicales en 1967 pour se consacrer à la vie politique dans le cadre de la FGDS. Il se présente aux élections cantonales dès 1967. Hors de question d'aborder la SFIO, certes pour d'évidentes raisons idéologiques, mais aussi parce que le vieux parti ne compte guère plus de cinq adhérents à Brest, dont trois âgés de plus de 70 ans. C'est dans un souci d'efficacité politique qu'il choisit la Convention des institutions républicaines, qui lui semble être le levier le plus efficace pour construire une gauche à la fois non communiste et assez forte pour tenir le pari de l'unité imposé par la constitution gaullienne. C'est le pragmatisme, et la recherche d'un levier efficace, qui l'attire vers cette formation dont l'un de ses anciens adhérents décrivait ainsi le fonctionnement intellectuel : « Comment prendre le pouvoir ? Bien entendu, il convient de savoir qu'en faire. Mais enfin, encore faut-il y parvenir. La CIR se posait donc le problème de l'efficacité en politique11. »

  • 12 Francis Le Blé avait été lui-même militant de cette organisation des parents d'élèves de l'école p (...)
  • 13 Sur le Finistère : 35 délégués CIR, 25 SFIO, 2 au titre des clubs.
  • 14 Cap Finistère, magazine de la fédération du parti socialiste, n° spécial sur l'histoire du PS du F (...)

12En 1968 Francis Le Blé est à l'origine de la création d'un organisme ad hoc, le GERS (Groupe d'étude et de recherche socialiste) qui animera dans les années suivantes débats et activités culturelles. Il se présente aux législatives où il est devancé par le PCF — donne normale dans le Brest de cette époque. Parfois seul, parfois avec un camarade, il sillonne le département pour pêcher à la ligne des contacts (anciens de la JOC, militants de la FCPE12, voire de la SFIO). Ce travail de fourmi aboutit en 1969, dans le contexte de la création du nouveau parti socialiste au niveau national, à un premier congrès unitaire13 et à la création d'une fédération socialiste du Finistère dont Francis Le Blé devient le premier secrétaire. En 1971 la fédération compte au plus 100 militants, et monter une liste aux municipales à Brest tient du tour de force (15 cotisants !). Il va de soi que le PCF reste alors largement hégémonique, ce qui n'empêchera pas Francis Le Blé, dans un esprit typique de la CIR, de lui imposer sa propre présence en tête de la liste d'Union de la Gauche en 1977 indépendamment du rapport de forces concret. Le congrès de Morlaix, préparatoire à Épinay, penche, sous son influence, pour une ligne « nettement orientée à gauche14 ».

  • 15 Dans le même temps son épouse, comme l'avait été Francis Le Blé, est militante de la FCPE.

13Gaby Le Bot fut le principal accompagnateur de Francis Le Blé dans ses explorations militantes du département. Il fut ensuite adjoint à la culture dans la municipalité de 1977. Parcours typique encore que celui de Gaby Le Bot : après l'école privée (les Frères, dit-il, démarchaient les familles pauvres pendant la guerre) et le certificat d'études, il devient mousse à Douarnenez, engagé à la pêche à la langouste. Il fait donc partie de la JMC, dont on lui proposera, à 22 ans, de devenir permanent à Paris. Pourtant, entre-temps, il a quitté la pêche pour devenir électricien et passer à la JOC où il rencontre un aumônier marquant qui insiste sur la prise de responsabilités. Remarqué une nouvelle fois à l'occasion de son service d'appelé en Algérie pour ses qualités d'animateur sportif, il se voit proposer par un autre aumônier (l'abbé Gourvès, devenu plus tard évêque de Vannes) la direction d'un Foyer de jeunes travailleurs à Brest. Il participe avec son épouse aux réunions ACO du quartier Centre15. Les révisions de vie, la présence de l'aumônier lui pèsent — à dire vrai, il préfère l'action à la parole et pense perdre son temps. Esprit rebelle, il entre en conflit avec la paroisse et œuvre à détacher le FJT de l'influence du presbytère de Saint-Louis. Il se consacre dès lors à construire une fédération nationale des FJT. C'est dans le cadre de ces activités qu'il rencontre Francis Le Blé, alors président de la CAF Ils ont le même passé : mouvement de jeunesse catholique spécialisé, adhésion précoce à la CFTC, participation active à sa déconfessionnalisation. Au sein de la CFDT, qui emplit à ce moment un vide politique, ils partagent des idées communes sur le socialisme démocratique. Gaby Le Bot, qui avait été tenté un moment par le PSU (avant 1968) accompagne Francis Le Blé à la CIR et suit dès lors de très près — à cinq ou six, c'est chose aisée — son itinéraire.

14François Pellennec appartient également à cette sorte d'opération commando, selon ses propres termes, qui, sous couvert de la CIR, visait à faire naître en Finistère un nouveau socialisme sur les ruines de la SFIO, mais son itinéraire est très différent. Avec lui, on sort d'une voie sociolo-giquement balisée qui irait d'une scolarisation catholique à un engagement politique via un engagement plus automatique que volontaire dans les mouvements de jeunesse puis d'adultes d'action catholique spécialisée. François Pellennec, qui fut secrétaire fédéral du Finistère à la formation, plusieurs fois candidat aux cantonales à Ouessant, est certes passé par la JOC. Mais c'est aussi, contrairement à ses camarades de parti, un intervenant de poids dans la contestation au sein même de la communauté catholique : il fut membre du bureau du groupe TC de Brest. On est ici au croisement d'une contestation politique et d'une dispute ecclésiologique, sur fond d'une remise en cause globale dans laquelle la guerre d'Algérie, Vatican II et mai 1968 entreraient en résonance. François Pellennec a bien voulu confier quelques appréciations sur le contexte de ce que j'appellerai l'opération CIR, et surtout autoriser l'utilisation de sa bibliothèque, dont je retiendrai les éléments les plus significatifs.

L'opération CIR

15Selon François Pellennec, en 1967 le groupe TC de Brest, de récente existence, se pose le problème de la prolongation de son action dans le champ politique. Une réunion aurait abouti au missionnement des quelques membres du groupe en direction des mouvements de gauche existants, dans le respect des préférences de chacun. Ainsi l'un s'investit à l'Union Démocratique Bretonne, tel autre au PSU ; François Pellennec choisit la CIR. Les documents internes aux différents partis circulaient dans le groupe. Dans l'hypothétique processus d'une unification des socialistes, il fallait se débarrasser des caciques de la SFIO. On fera donc dans un premier temps alliance avec eux (rappelons que tout ceci se joue sur une scène taillée pour cinq à dix acteurs) pour mieux les éliminer ensuite. Voici donc nos fervents chrétiens alliés notamment au vieux socialiste Robert Gravot. Restait à éliminer ce dernier, ce qui fut facilement fait en commission des conflits sur une question de cotisation non payée. L'échelle n'avait pas changé — un ou deux adhérents de moins sur un effectif d'une dizaine de cotisants — mais le ménage avait été fait, du point de vue des protagonistes. La cité était investie.

Les lectures de François Pellennec

  • 16 « Les conseils laïcs du peuple de Dieu », titre générique du n° 26, octobre 1968 ; l'éditorial, si (...)
  • 17 Texte collectif : Gérard de Bernis, Jean Plazy, Jean Réal.
  • 18 Texte d'André Laudouze, dominicain, animateur du groupe TC et des équipes « Évangile et révolution (...)

16François Pellennec était évidemment abonné à Notre combat, revue des groupes TC. Le groupe de Brest apparaît à l'occasion dans les feuilles consacrées à « la vie des groupes ». Notre combat privilégie trois angles d'attaque. Tout d'abord une réflexion sur une réforme de l'Église, allant bien au-delà d'une intégration des laïcs puisque la problématique des « communautés de base » peut aller jusqu'à l'idée d'une autogestion de la vie chrétienne16 ; cet engagement se prolonge par une défense de la libre expression dans l'Église, notamment au moment des mesures frappant le père Cardonnel. Par ailleurs Notre Combat s'engage pour un œcuménisme militant. Enfin, anti-impérialisme et socialisme sont au centre de plusieurs numéros conservés par François Pellennec : « Les chrétiens et la révolution de mai 1968 » (mai-juin 1968), « Travail, consommation, culture et socialisme » (novembre-décembre 1968), « Le Chrétien, l'Église et le Socialisme » (mai-juin 1969), « La Palestine » (janvier-février 1970), « Impérialisme et évangile » (novembre 1970), « Les chrétiens dans la lutte des classes » (avril-mai 1972)... Le numéro de mai-juin 1969 ne se contente pas de considérer la lutte des classes comme seule grille d'interprétation du monde, il analyse « les contradictions entre chrétiens » et considère que « l'Église est marquée par la lutte des classes17 ». Celui de novembre 1970 présente l'intérêt d'avoir été annoté par François Pellennec — pour l'essentiel des passages soulignant l'ambiguïté de certaines luttes de libération nationale : « Lorsque, comme cela est souvent le cas, les bourgeoisies nationales dirigent les luttes de libération nationale, l'émancipation populaire risque d'avorter, pour la raison simple que l'unité nationale devient un mythe utilisé par les classes privilégiées pour garder le contrôle de leurs propres intérêts et empêcher que le prolétariat aille plus loin que des mesures réformistes opérées dans la foulée de la libération18. »

  • 19 N° 64, 1970. Ce numéro associe des analyses sur les problèmes théologiques de la révolution à un d (...)
  • 20 N° 65, 1970. Dossier critiquant le PCF sur sa gauche, et nouveau dossier sur la guerre du Vietnam.
  • 21 N° 76-77, 1972. Thème central : « Des millions d'hommes exploités, fondamentalement solidaires, né (...)
  • 22 Ne serait-ce que par la persistance d'une partie de l'équipe rédactionnelle de La Quinzaine. Voir (...)

17On n'est donc pas étonné de trouver, dans la bibliothèque de François Pellennec, plusieurs numéros de la revue Frères du Monde, aux titres éloquents : « La foi, force historique19 » ; « Voie révolutionnaire et organisations20 » ; « Une lutte mondiale des classes21 ». Moins attendue, la présence de quelques numéros de La Lettre, publication héritière du « progressisme chrétien » des années 195022. François Pellennec ne se souvient plus d'où elles lui viennent, mais la ligne éditoriale de la revue, se refusant à séparer le religieux du politique, lui convient parfaitement. Un éditorial de janvier 1971, intitulé « Le poids du politique », est consacré à cette ambitieuse tentative d'assumer la tension entre deux problématiques qu'il pouvait sembler plus simple de séparer : « Si réellement, Dieu EST dans la relation que nous établissons avec les autres, nous le trouvons dès à présent dans la lutte politique. »

Des réseaux

18Les militants présentés dans la deuxième partie ont, chacun à sa manière et à divers degrés, conjugué à la première personne engagements religieux et politique. Mais il est bien d'autres possibilités de présence dans le champ politico-religieux, dont l'inscription dans un lieu périphérique ou nodal d'un réseau. Cette notion sera prise ici dans un double sens d'interaction d'idées et de l'éventuelle inscription de cette interaction dans l'espace : il n'est pas indifférent que des groupes se prêtent des locaux, ou qu'un lieu attire des individus qui ont par ailleurs des idées ou des engagements hétérogènes.

19Le rôle des réseaux syndicaux est si évident, surtout dans un département qui a massivement suivi le processus de déconfessionnalisation, qu'on ne s'y attardera guère. Bien des protagonistes ont à un moment ou un autre été militants d'une branche quelconque de la CFTC devenue avec leur fervente approbation CFDT. Il s'agissait d'un lieu d'interconnaissance d'autant plus important qu'à côté d'une Fédération de l'Éducation nationale (FEN) autonome, la CFDT syndiquait directement des enseignants du public (SGEN) et du privé (CFDT enseignement privé), et qu'elle se développait après 1964 dans un vide politique déconcertant pour ceux qui ne se reconnaissaient ni dans le PCF, ni dans une « gauche non communiste » éclatée. Un itinéraire comme celui de Jean-Noël (« Tino ») Kerdraon est emblématique : adhésion à la JOC et à l'ACO, militant CFTC dès son entrée dans le monde du travail, responsable CFDT, permanent local puis national à Paris, il se pose un court moment la question de l'adhésion au PSU ; il entre au PS en 1974 (indépendamment des Assises) ; rentré à Brest en 1983 « pour faire de la politique », il choisit d'être désormais « militant socialiste et simple adhérent syndical. » Un militantisme qui le conduira au Palais-Bourbon.

20D'autres réseaux (qui ne sont pas exclusifs de l'appartenance à la CFDT) sont davantage centrés sur une problématique chrétienne.

  • 23 Pierre Le Goïc, Brest en reconstruction, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, chap. 10.

21René Le Corre est une personnalité nodale de ces réseaux. Il a été ordonné prêtre en 1947. Il a suivi de longues études en théologie et philosophie, entre Paris et Rome. Il enseigna la philosophie, tout en étant prêtre, au lycée Charles de Foucauld (Brest) de 1953 à 1960. Appelé à Paris, il est aumônier national de la JEC (1960-1965) puis accumule les conflits avec la hiérarchie. En 1965 il est vicaire à Brest de la paroisse Saint-Jean, très marquée par la redistribution géographique des populations ouvrières dans le contexte de la reconstruction de la ville23. Mais il est aussi chargé un temps de la paroisse étudiante, plus longuement de la paroisse universitaire, où il rencontre enseignants du secondaire et du supérieur ; il est aussi aumônier, un moment et avec un regard très critique, de secteurs de l'ACO. René Le Corre n'a guère d'expérience partidaire, même s'il a brièvement adhéré au PSU — dès l'instant où Rocard l'a quitté, dit-il. Mais son influence sur cet ensemble foisonnant des « catholiques de gauche » est considérable. Je dois me limiter à quelques exemples.

  • 24 François Pellennec, manuscrit inédit, histoire de sa vie à l'usage de ses petits-enfants.
  • 25 « Équipe »... vocabulaire inconsciemment connoté.
  • 26 René Le Corre est présenté dans la brochure du PS comme « ecclésiastique, ancien aumônier national (...)

22Réflexions de chrétiens sur l'école libre : en 1970 Brest n'en est plus à l'étape de la reconstruction mais à celle de l'extension. Un nouveau quartier, provisoirement nommé Brest II par analogie avec un éphémère Paris II (devenu très vite Parly), est en voie d'achèvement. Cas d'école : y implanter ou non un établissement primaire catholique ? L'évêché y est défavorable, mais l'APEL et le comité diocésain poussent à la roue, et le groupe TC de Brest s'enflamme. C'est l'occasion de faire le point sur la laïcité — thème sensible s'il en fut aux lisières de la « Terre des Prêtres », et pertinent pour cette gauche en construction dont on a vu que les constructeurs étaient personnellement attachés à l'école publique. Le groupe TC consacre une année (1970-1971) à la rédaction d'une brochure d'une centaine de pages, démontrant que l'école catholique, « école des parents » plus que des enfants, école de classe, n'était pas un meilleur vecteur d'éducation y compris dans un esprit évangélique que l'école publique. Laïcité, refus des hypocrisies économiques, réforme pédagogique étaient les maîtres mots de cette brochure qui, venant de militants chrétiens assumant leur foi et leur volonté de changement, fit bien du bruit dans le Landerneau — ou le Lesneven, voire le Quimper — de l'enseignement catholique. Mais le groupe TC n'est pas le seul responsable de ce brûlot, si l'on en croit François Pellennec : « Il est vrai que René Le Corre, le théologien, la référence brestoise en la matière, avait travaillé avec moi sur le sujet en lui donnant la patine religieuse qui manquait au vieil anti-capélant que j'étais. Cette brochure sera publiée ensuite à plusieurs milliers d'exemplaires à Paris par l'intermédiaire des franciscains24. » En 1973, « pour ouvrir le débat », l'équipe formation25 de la fédération du Finistère du PS édite une brochure sur la question de la laïcité. L'introduction est logiquement signée par François Pellennec, secrétaire fédéral, le premier article par Jacques Martinais, militant de l'unification des familles socialistes tout à fait étranger à la problématique chrétienne, membre à l'époque du Comité directeur du PS, le deuxième par René Le Corre qui n'a jamais appartenu au PS26.

La paroisse universitaire

  • 27 Paul Aurousseau, témoignage écrit, 12 juillet 2005.
  • 28 Paroisse du centre ville. On a vu que Gaby Le Bot y avait lui aussi connu des tensions.
  • 29 Paul Aurousseau, témoignage écrit.
  • 30 Ibidem.
  • 31 Paul Aurousseau a versé aux archives municipales un fonds très riche concernant la vie du SGEN, ce (...)

23Qu'il l'ait ou non voulu, René Le Corre exerçait une sorte de magistère informel conforté par son rôle dans la Paroisse universitaire. C'est dans ce cadre qu'il croise Paul Aurousseau. Ce professeur d'histoire a fait ses études à Lyon ; il adhère à la JEC en 1955, en même temps qu'à l'UNEF. Marqué par la guerre d'Algérie, il constate ce vide politique déjà évoqué, d'autant que « le refus du marxisme et du PC était une des bases de [son] action27 ». Paul Aurousseau, après un passage à l'UGS, choisit de s'investir dans le SGEN-CFDT. Nommé à Brest, il rencontre le réseau de la Paroisse universitaire : « L'existence de la Paroisse universitaire à Brest, bien antérieure à mon arrivée, recoupait assez largement l'action du SGEN, étant donné que l'on retrouvait aux deux endroits les mêmes personnes. Avec l'aide de plusieurs aumôniers dont René Le Corre, un travail de réflexion, mené en relation avec l'aumônerie des lycées, empêchait que je ne me sente un peu perdu dans la paroisse St Louis28 où l'atmosphère donnée par un certain nombre de fidèles, malgré l'action des prêtres, ne correspondait pas à ce que je désirais et voulais faire29. » Fidèle au principe de séparation entre activités politiques et syndicales, il n'entre au PS qu'en 1981 après avoir été longtemps responsable local et départemental de la CFDT. Dans cette action politique, « J'ai retrouvé un certain nombre de gens que j'avais connus à la CFDT30. » Paul Aurousseau entre au Comité de ville puis au secrétariat, et met notamment ses compétences au service de l'analyse des données électorales31.

24Le caractère extraterritorial de la Paroisse universitaire favorisait ces contacts. C'est ainsi, par exemple, que Paul Aurousseau peut rencontrer des enseignantes travaillant comme lui volontairement dans l'enseignement public : ainsi Solange de Penanster, qui adhère au PS après un voyage au Chili en 1972 et participe à la campagne des législatives en 1973, ou Marie-Jacqueline Desouches, très active dans une construction du PS une fois encore antérieure à l'époque des Assises. L'existence d'autres structures telles les « équipes enseignantes », particulièrement destinées aux enseignants chrétiens de l'enseignement laïque, voire le service « Incroyance et Foi » renforçait ces relations. Paul Aurousseau et Solange de Penanster fréquentent également un appartement communautaire (rue Marceau à Brest) où vivent quelques prêtres parfois un peu marginalisés par la hiérarchie : on y retrouve René Le Corre.

Les Ateliers de recherche sur la culture

  • 32 Le groupe TC lui aussi précisait systématiquement qu'il regroupait des militants qui « ne se réfèr (...)

25En 1977 sont créés à Brest des « Ateliers de recherche sur la culture », « lieu sans attache idéologique, religieuse, politique, syndicale, lieu donc de rencontre ». Les ARC se donnent pour objectifs « l'intervention dans la vie publique » et « l'innovation, la critique sans étiquette ». L'association avait au début des accointances avec l'aumônerie étudiante, puis a pris son indépendance. La plupart des réunions se déroulent en terrain laïque, Maison pour tous ou Université. En dépit de l'affirmation d'extériorité avec quelque « attache religieuse » que ce soit32, les thèmes proposés en 1988 et 1989 alternent entre réflexion sur les lectures des Évangiles et « la politique aujourd'hui », le RMI, la prison. Or, parmi les membres nous retrouvons : Paul Aurousseau (président en 1988), Solange de Penanster (trésorière en 1988), René Le Corre (président en 1988, à la suite de Paul Aurousseau), Marie-Jacqueline Desouches, Annie et Yves Jullien (anciens membres du groupe TC), et deux prêtres passés par la rue Marceau.

26Cependant, il ne faudrait pas inférer de tous ces entrecroisements une identité de vue entre leurs participants. Leurs itinéraires ultérieurs tendent à révéler plutôt une grande diversité, voire des ruptures fortes : ces réseaux, ces nœuds, ces rencontres étaient bel et bien des lieux d'échanges sans doxa commune, entre des femmes et des hommes que seuls les observateurs extérieurs classaient dans le dossier si simple, donc si confus, étiqueté « cathos de gauche ».

Une génération désobéissante ?

27Si l'on s'accorde sur une définition classique de la génération dans laquelle l'âge compte bien moins que le fait d'avoir été confronté en même temps à des temps historiques importants, nous avons peut-être là un effet générationnel. Le caractère fondateur de la deuxième guerre mondiale, même pour ceux qui ne l'ont pas connue, fût-ce dans l'enfance, le choc des guerres coloniales et fondamentalement celui de la guerre d'Algérie, la faillite de la SFIO dans un paysage politique marqué à gauche par l'hégémonie du PCF, la guerre du Vietnam, l'émergence des problèmes de développement, les transformations accélérées du cadre urbain avec leur cortège de problèmes liés au logement, la déconfessionnalisation de la CFDT, la floraison après 1945 de mouvements critiques dans l'Église, la progressive baisse en puissance des mouvements d'action catholique spécialisée, mai 1968 et ses suites sont des moments toujours cités d'une « prise de conscience » globale. En regard de ce déferlement d'histoire, Vatican II n'est souvent cité par les témoins interrogés que comme en passant et non sans scepticisme.

28Génération en rupture ? Les parcours presque naturels qui mènent sans heurt de la JOC à la CFDT en passant par l'ACO pour déboucher sur un militantisme au PS ou dans d'autres formes politiques, semblent d'une calme logique et sont moins marqués par un moment de cassure avec l'Église, voire avec la foi, que par un progressif reclassement des priorités qui finit par mettre au premier plan syndicalisme et politique, la question religieuse pouvant alors se déliter progressivement. Mais l'illusion d'un fleuve tranquille occulte la dimension radicale de la CFDT des années 1960, qui n'était pas la CFDT recentrée d'aujourd'hui. Sans doute la seule fréquentation de la JOC et de l'ACO portait-elle moins aux controverses théologiques qu'à l'organisation de la classe ouvrière. Dans ce contexte, l'itinéraire des membres du groupe Témoignage chrétien et de ses prolongements est original.

29Si l'on considère les itinéraires politiques des uns et des autres évoqués ici, les destins s'entrecroisent, en sens inverse parfois, et l'on peut une fois dernière les mettre rapidement en valeur :

  • La fidélité au PS, conçue comme indéfectible : Jean-Noël Kerdraon, Paul Aurousseau, Solange de Penanster en sont des exemples. Paul Aurousseau n'hésite pas à revendiquer par ailleurs la poursuite de sa présence de laïc dans l'Église : « Quant à ma foi et à ma pratique religieuse, elles ont si profondément marqué ma vie et répondu aux événements qui m'ont orienté que je ne vois pas comment je pourrais m'en passer33. »
  • La fidélité à la fois à la vocation de prêtre et au PCF a déjà été évoquée à propos de Maurice Plougastel, qui fait au fond partie de la même génération.
  • Les démarches de rupture : Gaby Le Bot, dont le parcours avoisine celui de Jean-Noël Kerdraon, a quitté le PS qu'il avait avec tant de conviction contribué à construire parce qu'il ne s'est plus retrouvé dans les années Mitterrand ni dans l'afflux de nouveaux encartés. François Pellennec, toujours affilié au courant chevènementiste « Socialisme et république » au congrès de Rennes, a animé une revue d'opposition d'abord interne au PS, Débat 29, qui finit par s'ouvrir, au moment de la crise du PCF, aux rénovateurs, à la LCR, aux Verts... François Pellennec, lui aussi constructeur essentiel de l'avant-Épinay, a quitté le PS puis participé activement à la création d'une alternative locale « à gauche de la gauche » de la municipalité à majorité socialiste (mouvement Brest à gauche autrement), ainsi qu'à une coalition alternative départementale (mouvement Tous ensemble à gauche). René Le Corre a quitté l'Église et animé notamment le groupe local des Amis du Monde diplomatique, dans l'esprit de formation continue qui est toujours le sien.

30Il va de soi que cette étude impressionniste ne prétend rien prouver. Même ses protagonistes y trouveront peut-être davantage le souci de construction propre au questionneur qu'un écho de leur parole propre : contrainte inévitable de toute autre forme que celle de la transcription intégrale des entretiens, impossible évidemment ici. Il s'agissait seulement d'attirer l'attention sur la complexité d'une histoire qu'il me semble n'être pas compréhensible si l'on ne cherche pas, derrière l'organisation, le militant ; derrière la revue, le lecteur ; alors apparaissent des entrelacs dont une observation exhaustive est évidemment impensable. Or, dans ces entrelacs se dissolvent les grandes catégories. Ce sont des militants ou des esprits épris de socialisme, des catholiques de gauche assurément qui ont été rencontrés. Mais en rien un socialisme, ni un « catholicisme de gauche » cristallisés en unité conceptualisable.

Abréviations

31Les abréviations couramment utilisées (URSSAF, CAF, PS, PCF, CFTC, CFDT, CGT... ne sont pas explicitées).

Mouvements

32Courants socialistes : CIR (Convention des institutions républicaines), CERES (Centre d'études et de recherches socialistes), FGDS (Fédération de la gauche démocrate et socialiste) ; UGS (Union des gauches socialistes) ; au niveau local, le GERS (Groupe d'études et de recherches socialistes a d'abord été un levier idéologique, puis matériel et financier — en toute légalité ; la consonance avec le CERES est fortuite). ACJF : Action catholique de la jeunesse française.

33Déclinaison des « Jeunesses » catholiques : ouvrière avec branche féminine (JOC — JOC[F]), étudiante (JEC), agricole (JAC), « indépendante » (artisans et commerçants — JIC), maritime — voir la biographie de Gaby Le Bot (JMC). Plus précisément :

  • 34 « Masse » : en termes jocistes, les copains de travail pas encore recrutés.

34JOC/JOCF : puisque des laïcs sont peu à peu reconnus capables d'assumer une démarche compatible avec le principe d'incarnation et une action d'évangélisation, pourquoi ne pas passer du patronage à l'usine ? Était-ce la logique de l'abbé Cardijn en Belgique, peu à peu acclimatée en France dans la région parisienne autour de l'abbé Guérin en 1926-1927 ? Il s'agit au départ d'expériences de base, que l'ACJF aura des difficultés à intégrer. L'expérience de mouvements de jeunesse est alors devenue banale (scoutisme de toutes obédiences, Jeunesses communistes, socialistes, mouvement des Auberges de jeunesse) ; le succès des rassemblements de la JOC étonne surtout ceux qui croyaient que la France était déchristianisée. Restent les richesses et difficultés de la JOC. D'une part une étroite dépendance vis-à-vis de la hiérarchie puisque le mandat faisant obligation de mener une œuvre apostolique ne tombe qu'en 1975, mal vécue dans un mouvement qui plonge littéralement dans la « masse34 » au risque de s'y perdre. D'autre part, une méthode de travail étendue à tous les mouvements d'Action catholique spécialisée (JEC, JMC, JAC, JIC). Le slogan « voir, juger, agir » a formé des générations à agir et son simplisme ne doit pas faire oublier le déploiement d'un appareil de formation qui a constitué un efficace ascenseur social mais aussi un facteur essentiel d'engagement syndical et politique.

35MPF : mouvement familial qui se radicalise assez vite après la Libération, à une époque de crise polymorphe dans laquelle la hiérarchie, parfois compromise avec le régime précédent, n'avait plus guère le contrôle de la situation. Le MPF étend sa vocation sociale jusqu'au champ politique et devient MLP en 1951, en pleine guerre froide. La hiérarchie intervient, le MLP, mis à mal, donne naissance à un fugitif MLO, (de cette scission naîtront plus tard les associations de défense des locataires et consommateurs CSF, APF).

36LACO. Avec la JOC(F), c'est le creuset de l'action syndicale d'origine catholique. Contre-feu à une supposée dérive communisante des associations familiales, l'ACO est une organisation mandatée, sous contrôle de l'évêque et suivie par un aumônier. La structure de base est géographique, mais à une époque où l'exurbanisation n'était pas développée, le quartier correspondait encore souvent à une profession — ce qui transformait parfois les réunions d'ACO en réunions préparatoires au travail syndical à l'arsenal ou au port, sous le regard de l'aumônier et parfois avec ses interventions. Les syndicalistes CFDT que j'ai rencontrés n'aimaient pas ces moments de « révision de vie » où chacun devait faire le bilan de son travail. René Le Corre, qui fut un temps aumônier d'un groupe d'ACO, critique l'ambiguïté du rôle de l'aumônier dans ce cas, et proposait des lectures et discussions théoriques en lieu et place de la « révision de vie ».

  • 35 En 1943 les abbés Henri Godin et Yvan Daniel relaient une déjà ancienne interrogation : La France, (...)
  • 36 Cité ici parce que son parcours est atypique par rapport à celui des autres personnes interviewées (...)

37Prêtres ouvriers : une première génération va jusqu'au bout de l'esprit missionnaire qui fait de la classe ouvrière une friche à mettre en culture35 en s'établissant, comme diront plus tard des militants maoïstes souvent issus de mouvements catholiques. Il ne s'agit plus d'aller à la classe ouvrière, mais de s'y fondre pour y témoigner. Cela implique de participer aux luttes, d'adhérer le plus souvent au syndicat majoritaire, la CGT, éventuellement au PCF. On voit quel cap est franchi par rapport aux principes originels de l'Action catholique en direction des proletarii. Dans un contexte de guerre froide, les PO se voient, en 1954, intimer l'ordre de ne pas travailler plus de trois heures par jour, ce qui ruine leur démarche. Plusieurs dizaines d'entre eux choisiront la fidélité de classe, d'autres se plieront à la règle d'obéissance. Dix ans plus tard, l'interdit est à peu près levé ; c'est ainsi que, par exemple, Maurice Plougastel36 sous condition de faire d'abord de l'action catholique (aumônerie JOC en 1966 à Lambézellec) s'embauche progressivement dans le bâtiment et devient officiellement prêtre ouvrier (et non « prêtre au travail ») en 1969 dans une grande entreprise de travaux publics. Années de luttes, adhésion à la CGT, fonctions de délégué. et adhésion au PCF dans une cellule du bâtiment. Aujourd'hui en retraite, Maurice Plougastel conjugue ce qu'il considère comme une prolongation de son action de prêtre dans la rencontre avec des associations de quartier, d'aide aux chômeurs. et des responsabilités dans l'organisation locale du PCF.

Publications

38Témoignage chrétien, organe né de la Résistance, moins radical et plus anticommuniste qu'on ne l'a dit, suffisamment consensuel au fond pour avoir été lu par la quasi-totalité des acteurs interrogés ici. Ne pas confondre avec :

39Notre combat (officiellement, « mensuel des chrétiens du mouvement » dans les années 1970), organe des Groupes TC en réalité, plus marqué à gauche que Témoignage chrétien mais auquel Georges Montaron accordait toutefois sa bienveillance en tant que membre du Comité de direction et directeur de publication. Bernard Schreiner, lui aussi membre du Comité de direction, semble avoir été plus représentatif du mouvement. Les Groupes TC faisaient de la « diffusion de masse » de Témoignage chrétien l'un des axes prioritaires de leur action, Notre combat n'étant qu'une revue diffusée par abonnement.

40La Lettre, dernier avatar d'une saga éditoriale qui relie quelques-uns des acteurs interrogés ici à la courte aventure du « progressisme chrétien » d'après-guerre et à La Quinzaine, condamnée en 1955.

Notes

1 Que les absents de ce texte veuillent bien me pardonner, la liste des contacts possibles aurait transformé un article en encyclopédie. Je m'étais donné une règle : aller vers des personnes que j'avais croisées et à qui je pensais pouvoir poser sans gêne des questions sur leurs rapports personnels avec la politique et la religion. Cet article repose donc sur un protocole précis : les noms des personnes interviewées et/ou m'ayant transmis un témoignage écrit sont signalés dans cet article la première fois en caractères gras.

2 La bibliographie sur le sujet est si abondante que l'on ne saurait faire mieux que se reporter sur ce sujet à Yvon Tranvouez, qui donne dans tous ses ouvrages les pistes indispensables. J'ai utilisé aussi, entre autres, notamment pour préparer les entretiens : Bruno Duriez, Étienne Fouilloux, Alain-René Michel, Georges Mouradian, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Chrétiens et ouvriers en France, 1939-1970, Paris, Éditions de l'Atelier, 2001 ; Brigitte Waché (dir.), Militants catholiques de l'Ouest. De l'action religieuse aux nouveaux militantismes (xixe-xxe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004.

3 Les encycliques tenant à la question se sont multipliées à mesure des transformations sociales et des débats internes, je choisis un symbole et renvoie pour le reste à la bibliographie.

4 Une traduction française donne les uns, locupletes, pour « capitalistes », une traduction allemande se contente de la détermination par l'activité (von denen, welche, ceux qui) ; on trouve bien plus abruptement en anglais : capital and labor. Dans tous les cas, y compris le and, c'est l'unité d'une société chrétienne qui constitue l'horizon d'attente.

5 C'est-à-dire prises ici sans le moindre jugement de valeur, en tant que positionnement de représentations mentales sur un axe du temps bousculé par la révolution.

6 Eugen Weber, La fin des terroirs, Stanford University Press, 1976, trad. française Paris, Fayard, 1983.

7 Congrès national de l'ACJE, 1907.

8 Lexique des abréviations en fin d'article.

9 Groupe témoignage chrétien de Brest, Bilan et perspectives du groupe, brochure ronéotée, non paginée, juin 1968.

10 ACO du Havre, 8 mars 1971, citée dans Réflexions de Chrétiens sur l'école libre, brochure ronéotée, p. 60. Il est vrai que cette brochure est éditée par ce même Groupe TC de Brest en 1971.

11 Maurice Benassayag dans Le renouveau socialiste et l'unité de la gauche, La Nouvelle revue socialiste, n° spécial, 1976, p. 48.

12 Francis Le Blé avait été lui-même militant de cette organisation des parents d'élèves de l'école publique.

13 Sur le Finistère : 35 délégués CIR, 25 SFIO, 2 au titre des clubs.

14 Cap Finistère, magazine de la fédération du parti socialiste, n° spécial sur l'histoire du PS du Finistère, 1997.

15 Dans le même temps son épouse, comme l'avait été Francis Le Blé, est militante de la FCPE.

16 « Les conseils laïcs du peuple de Dieu », titre générique du n° 26, octobre 1968 ; l'éditorial, signé par Bernard Schreiner, délégué national des groupes TC, est intitulé : « La vie de l'Église est notre affaire. » Un peu plus tard, « Plaidoyer pour une Église auto-gérée », proposition du groupe TC de Lyon, Notre Combat, avril 1969.

17 Texte collectif : Gérard de Bernis, Jean Plazy, Jean Réal.

18 Texte d'André Laudouze, dominicain, animateur du groupe TC et des équipes « Évangile et révolution » de la région lyonnaise.

19 N° 64, 1970. Ce numéro associe des analyses sur les problèmes théologiques de la révolution à un dossier de dénonciation sur la « sale guerre » du Vietnam.

20 N° 65, 1970. Dossier critiquant le PCF sur sa gauche, et nouveau dossier sur la guerre du Vietnam.

21 N° 76-77, 1972. Thème central : « Des millions d'hommes exploités, fondamentalement solidaires, nécessairement unis dans une Lutte mondiale de classes. »

22 Ne serait-ce que par la persistance d'une partie de l'équipe rédactionnelle de La Quinzaine. Voir sur ce sujet Yvon Tranvouez, Catholiques et communistes, Paris, Les éditions du Cerf, 2000.

23 Pierre Le Goïc, Brest en reconstruction, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, chap. 10.

24 François Pellennec, manuscrit inédit, histoire de sa vie à l'usage de ses petits-enfants.

25 « Équipe »... vocabulaire inconsciemment connoté.

26 René Le Corre est présenté dans la brochure du PS comme « ecclésiastique, ancien aumônier national de la JEC, [qui] anime aujourd'hui divers mouvements enseignants universitaires et participe à des groupes de réflexion parents-enseignants-élèves sur l'école dans la région brestoise ». L'article de René Le Corre est très radical : « Si l'on applique l'analyse de la lutte des classes à la sélection sociale (camouflée en sélection objective) qui se fait à l'école, la seule philosophie de la laïcité sera de peu de secours pour mener le combat à son terme. Car c'est justement la laïcité, la démocratie, le réformisme en général, qui camouflent ce qui, sans arrêt aussi, se fait à travers l'école : la reproduction des classes sociales. » Page 11 de la brochure.

27 Paul Aurousseau, témoignage écrit, 12 juillet 2005.

28 Paroisse du centre ville. On a vu que Gaby Le Bot y avait lui aussi connu des tensions.

29 Paul Aurousseau, témoignage écrit.

30 Ibidem.

31 Paul Aurousseau a versé aux archives municipales un fonds très riche concernant la vie du SGEN, celle du PS, la vie politique brestoise en général (nombreux tracts) et par ailleurs celle de l'association Dom Bosco.

32 Le groupe TC lui aussi précisait systématiquement qu'il regroupait des militants qui « ne se réfèrent pas tous à une foi mais ont tous la même conception de l'homme », brochure ronéotée, juin 1968.

33 Paul Aurousseau, témoignage écrit du 12 juillet 2005. Avec son autorisation, sur ce thème. Malgré les autorisations verbales qui m'ont été données gentiment par les autres interviewés, j'ai choisi de ne pas utiliser.

34 « Masse » : en termes jocistes, les copains de travail pas encore recrutés.

35 En 1943 les abbés Henri Godin et Yvan Daniel relaient une déjà ancienne interrogation : La France, pays de mission ?

36 Cité ici parce que son parcours est atypique par rapport à celui des autres personnes interviewées, et néanmoins fondamental pour la question. Maurice Plougastel n'était pas seul de sa génération, mais je ne cite explicitement que les personnes que j'ai rencontrées.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540