Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Troisième partie. Regards sur les socialistes bretons des années 1960-1970 à nos jours

De la SFIO au PS en Loire-Atlantique : la disparition de la « Vieille Maison » (1958-2004)

Jean Guiffan

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Dans son ouvrage Au parti des socialistes publié chez Grasset en 1975, Jean-François Bizot, analysant la situation de la formation dirigée par François Mitterrand quatre ans après le congrès d'Épinay, écrit :

  • 1 Il aurait pu rajouter PERIS, le courant de Jean Poperen.

À Nantes, la bataille menée par le CERES1 contre les élus, MM. Routier-Preuvost et Chauvel, a pris des allures de guerre de religion. Entre les jeunes et les vieux, les cathos et les laïcs, tout y est passé, avec des insultes, pour colorier cette grise tragédie.
J'ai bien essayé d'écrire cette histoire de Nantes qui prenait des allures éli-sabéthaines. Impossible en moins de trois cents pages de démêler l'écheveau qui lie les trotskistes de l'OCI à Force Ouvrière, puis aux francs-maçons, eux-mêmes favorables à l'ancienne SFIO de M. Routier-Preuvost, alors qu'en face se liguent ex-PSU, chrétiens de la CFDT et militants du CERES. Au milieu du tumulte, écartelé entre le désir de protéger son père ébranlé et celui de préserver sa carrière de secrétaire fédéral, le fils de Routier-Preuvost, Jean-Claude Routier-Leroy. J'ai donc abandonné cette épique bagarre...

  • 2 Avec ses 2 200-2 300 militants, c'est aujourd'hui la douzième fédération nationale et la première (...)

2Avec un peu plus de recul, essayons de reprendre ce qui avait découragé le fondateur du mensuel Actuel au milieu des années 1970. Nous allons donc tenter de démontrer que c'est au prix d'un profond renouvellement de sa base militante et d'une remise en question de ses alliances électorales traditionnelles depuis 1947 que la fédération de Loire-Atlantique de la SFIO, bien faible au début de la Ve République dans un département très conservateur, est devenue au début du xxie siècle l'un des bastions forts du PS2, réussissant à s'emparer de la mairie de Nantes, une première fois en 1977 puis de façon constante depuis 1989, et à prendre la direction du conseil général en 2004.

Au point de départ : une fédération SFIO très molletiste

  • 3 Voir à ce sujet Yves Laurent, Le Cœur et la passion Chronique du parti socialiste en Loire-Infér (...)

3À la fin de la IVe République, la SFIO occupe une place bien modeste dans la vie politique de la Loire-Atlantique. Elle n'a qu'un député, le Nazairien Jean Guitton, également seul représentant de la gauche au conseil général, et n'est à la tête que de trois municipalités : Saint-Nazaire, Trignac, et Couëron. La fédération, bien tenue en main depuis 1955 par un disciple de Guy Mollet, André Routier-Preuvost, ne compte guère que quelques 350-400 militants. Bon nombre étant syndiqués à Force ouvrière ou au Syndicat national des instituteurs, il s'en dégage principalement une atmosphère très anticommuniste et très anticléricale. À chaque congrès, la SFIO de Loire-Atlantique s'aligne sur les positions de la direction du parti, y compris sur le problème algérien3. Aussi va-t-elle suivre les fluctuations politiques de Guy Mollet lors du retour du général de Gaulle au pouvoir en 1958, appelant à voter Oui en septembre au référendum sur la constitution de la Ve République après avoir participé le 28 mai avec toute la gauche à la grande manifestation du Comité de défense républicaine à Nantes.

  • 4 La presse nantaise signale toutefois le 8 octobre 1958 la composition du bureau d'une Fédération d (...)
  • 5 À noter également dans cette circonscription de Saint-Nazaire la présence au premier tour d'un can (...)
  • 6 René Bourreau, « Bernard Lambert, député de Loire-Atlantique », dans L'Ouest politique 75 ans aprè (...)
  • 7 Jean Peteaux, Le Changement politique dans le gouvernement local (Le pouvoir municipal à Nantes), (...)
  • 8 Par ailleurs membre influent du syndicat Force ouvrière.

4Contrairement à d'autres fédérations de Bretagne, celle de Loire-Atlantique n'est guère affectée par la scission du parti socialiste autonome4. Son affiche pour les élections législatives de novembre 1958 souligne au contraire sa fidélité à la « Vieille Maison » en rappelant l'œuvre des gouvernements Léon Blum et Guy Mollet. Un choix peu judicieux au moment où le personnel politique des régimes précédents est fortement remis en cause, ce qui contribue peut-être à la défaite de Jean Guitton dans son bastion nazairien, la SFIO perdant ainsi son seul député dans le département5. L'autre grande surprise de ce scrutin en Loire-Atlantique est l'élection d'un jeune syndicaliste agricole soutenu par le MRP, Bernard Lambert, battant au second tour le député sortant, André Morice6. Comme le souligne Jean Petaux qui a pris Nantes pour sujet dans sa thèse sur Le changement politique dans le gouvernement local7, on a déjà là tous les ingrédients du conflit qui va secouer le parti socialiste dans les années 1970. En effet, face à un communiste et à un « catholique » proche de la fraction la plus avancée du MRP, le candidat de la SFIO, Philippe Dehan8, se désiste pour le second tour en faveur de l'ancien ministre radical connu pour ses positions en faveur de l'Algérie Française. En raison notamment du problème scolaire, toujours important dans ce département, les socialistes locaux considéraient encore André Morice, comme un homme de gauche, préférant donc apporter leurs suffrages à un radical dissident mais laïque, plutôt qu'à un progressiste chrétien, futur membre du PSU.

  • 9 On y trouvait aussi les épouses de militants syndicalistes ou associatifs très connus : Gilbert De (...)

5Repliée sur son passé, la fédération SFIO voit d'un très mauvais œil toute tentative de renouvellement du courant socialiste en dehors du parti de Guy Mollet comme le montre sa violente réaction à l'annonce de la constitution d'une liste d'Union des forces démocratiques aux élections municipales de Nantes en 1959. Menée par un mendésiste, Henri Forget, cette liste incarnant une nouvelle gauche rassemble des militants de l'Union de la gauche socialiste (UGS), de mouvements associatifs et familiaux ainsi que plusieurs syndicalistes CFTC9. Elle provoque aussitôt l'ire du secrétaire fédéral de la SFIO, Routier-Preuvost, qui déclare sans ambages :

  • 10 L'Éclair, 5 mars 1959.

Une fois de plus, des initiales nouvelles font leur apparition sur le terrain de la compétition électorale. Après le PPF d'avant-guerre cher à Doriot, le RPF des lendemains de la libération, l'UNR qui connaît déjà les difficultés du Pouvoir, voici fleurir l'UFD née des œuvres de Mendès France, Claude Bourdet et consorts. [...]
C'est le mariage de la « Carpe et du Lapin », rassemblant des progressistes chrétiens, des laïques durs (et mous) sous l'égide d'un ex-radical. [...] Tout ceci n'est pas sérieux et, à Nantes moins qu'ailleurs, on ne peut prétendre à la fois se déclarer pour la laïcité et le cléricalisme, les droits des travailleurs et le patronat, et vouloir étaler son influence électorale de la porte du confessionnal à la cellule communiste. [...] Électeurs et électrices de Nantes, ne commettez pas l'erreur de tomber dans le « panneau mendésiste » ou le « piège communiste10 »...

  • 11 Parmi les principaux militants du nouveau parti se trouvaient Maurice Milpied et Roland Andrieu, s (...)

6Le comité fédéral réuni à Saint-Nazaire le 15 février a beau rappeler les directives nationales du parti interdisant toute coalition avec le parti communiste et la droite, une section passe outre : celle de Rezé où le socialiste Alexandre Plancher accepte de conduire une liste d'entente républicaine comprenant au côté de la SFIO des communistes, des radicaux-socialistes, des membres de l'UGS et des militants connus pour leur engagement en faveur de l'école laïque. Cette première manifestation d'une union de la gauche dans le département va porter ses fruits, la liste Plancher l'emportant au second tour sur une liste Indépendants-UNR. Ce succès ne change pas la ligne de conduite de la fédération qui continue de suivre fidèlement les orientations définies au plan national par Guy Mollet qui vient expliquer sa politique aux militants de Loire-Atlantique en mars 1960. Un mois plus tard naît le PSU qui dans le département attire bientôt près de 300 adhérents venus pour la plupart de l'UGS, de la CFTC, du SNES et de l'UNEF, une formation bien vite considérée par la SFIO locale comme un parti de sous-marins communistes et catholiques11.

  • 12 Coalition électorale rassemblant la SFIO, le parti radical, le MRP et les Indépendants, sorte de r (...)

7Les divergences entre les deux partis se réclamant du socialisme portent principalement sur la politique à suivre concernant la guerre d'Algérie. C'est ainsi que la fédération de Loire-Atlantique n'hésite pas à publier au lendemain du cessez-le-feu en mars 1962 un communiqué déclarant que « le parti socialiste SFIO revendique hautement la part qu'il a prise tout au long de ce drame », ce qui n'est guère apprécié des militants du PSU, hostiles à la politique algérienne de Guy Mollet. Pas plus qu'ils n'apprécient la formation du « Cartel des Non12 » en octobre-novembre 1962 à l'occasion du référendum constitutionnel et des élections législatives anticipées. En raison de cet accord, et aussi de sa faiblesse militante, la SFIO ne présente des candidats que dans cinq circonscriptions sur les huit que compte le département, le PSU se lançant dans sa première consultation électorale en présentant un candidat à Nantes dans la circonscription de Routier-Preuvost (ce qui n'est sans doute pas un hasard !).

  • 13 Ancien sous-secrétaire d'État à la Marine militaire du gouvernement Léon Blum en 1936, il a été ex (...)

8Ce scrutin ne va pas arranger les rapports entre la SFIO et le PSU en Loire-Atlantique car dans la première circonscription Routier-Preuvost est devancé de 677 voix par le candidat communiste alors que le jeune candidat du PSU totalise 2 658 voix (5,17 % des suffrages). Ce dernier appelle à voter au second tour pour le communiste, ce que ne fait pas la SFIO qui retire purement et simplement son candidat. Seule consolation pour la fédération, un léger accroissement du pourcentage des voix de ses candidats et la récupération, au deuxième tour, du siège de Saint-Nazaire grâce à la personnalité de François Blancho, vieille figure de proue du socialisme nazairien, mais qui n'incarne guère le renouvellement13. Cette progression se confirme aux cantonales de mars 1964 avec l'élection de deux socialistes, Christian Chauvel à Nantes et Alexandre Plancher à Rezé, ce qui porte à trois le nombre de conseillers généraux de la SFIO, seuls représentants de la gauche, à l'assemblée départementale. À cette date, les relations restent toujours très conflictuelles entre les partis de gauche en Loire-Atlantique, la SFIO comme le parti communiste estimant tous deux que la présence de Roland Andrieu comme candidat du PSU dans le deuxième canton de Nantes (4,31 % des suffrages) leur avait fait perdre des voix. Les rapports vont s'envenimer encore plus après l'instauration en juin 1964 d'une nouvelle législation pour les élections municipales, imposant un scrutin majoritaire avec listes bloquées dans les villes de plus de 30 000 habitants.

Les élections municipales de 1965 à Nantes : le retour de la « Troisième Force »

9Dès l'automne commencent les grandes manœuvres pour les élections municipales prévues en mars 1965. Dans son journal, L'Eclair, André Morice déclare dès le 31 décembre 1964 que, pour battre les gaullistes et les communistes, « s'impose à tous la nécessité de procéder à de larges regroupements, relevant non pas d'une union de circonstance, mais de la réalisation d'un contrat durable ne portant nullement atteinte aux pensées de chacun, mais conclu au prix de sacrifices réciproques et dont l'objectif est la prise en mains des leviers de commande afin de servir le bien public ». Au plan national, la SFIO a une stratégie variable selon les circonstances locales : soit des listes homogènes, soit des listes de « Front Populaire », soit des alliances avec les radicaux, le MRP et même des Indépendants anti-gaullistes.

  • 14 L'Éclair, 16 janvier 1965.
  • 15 Scission de droite du parti radical-socialiste réalisée en 1956 par André Morice et les éléments h (...)
  • 16 Le MRP et quelques indépendants constitueront une autre liste sous l'égide du GEDAM (Groupe d'étud (...)
  • 17 Il s'agit notamment d'André Morice, d'Henri Polo et d'André Jozan.

10La section SFIO de Nantes devant se prononcer le 19 janvier sur la tactique à suivre, André Routier-Preuvost se voit offrir trois jours plus tôt dans le journal d'André Morice une « tribune libre » dans laquelle il se déclare favorable à une large union pour « abattre l'UNR avec l'arme empoisonnée qu'elle a elle-même forgée14 ». Ainsi préparés, les militants socialistes de Nantes entérinent le principe d'une alliance municipale avec l'ancien député radical qui réalise autour de lui une large union comprenant non seulement le parti radical et le Centre républicain15 mais aussi le Centre national des indépendants d'Antoine Pinay. Le MRP mis à part16, on retrouve là les formations qui, sous la IVe République, s'étaient coalisées contre les communistes et les gaullistes. La composition de la liste intitulée « Union pour l'Expansion et L'Avenir de Nantes » (ELAN) est présentée dans les journaux le 23 février. On y recense 13 socialistes, 11 « centristes moriciens » et 13 indépendants : une liste apparemment équilibrée, mais dont deux composantes sont très liées au patronat nantais, et qui comporte en son sein plusieurs éléments connus pour avoir été de fervents partisans de « l'Algérie Française »17.

  • 18 Lyonel Pellerin était vice-président d'une association de parents d'élèves du collège privé Saint- (...)

11Ce ne sont pourtant pas ces caractéristiques qui provoquent quelques remous dans la section socialiste appelée à ratifier cette alliance, mais le fait que plusieurs membres du CNI local, notamment Lyonel Pellerin (choisi comme premier adjoint par André Morice) et Gilbert Robet étaient bien connus par leur action militante en faveur de « l'enseignement libre »18. Pour régler le délicat problème scolaire, André Morice réussit à faire signer à tous les candidats de sa liste un protocole d'accord reposant sur la préservation du statu quo concernant les subventions aux différentes écoles. Daté du 21 février 1965, ce pacte confidentiel ne sera divulgué qu'en 1977, le maire de Nantes n'ayant jamais eu besoin d'en faire usage. Seuls quelques militants socialistes refusent cette compromission, un conseiller municipal sortant, Lucien Ynizan, allant même rejoindre la liste d'Union démocratique présentée par le parti communiste, le PSU et plusieurs personnalités de gauche. La liste Morice provoque également des remous dans le monde syndical, plusieurs militants FO et CFTC figurant parmi ses candidats. Violemment attaquée par la CGT, elle va recevoir le soutien du secrétaire fédéral de l'Union départementale Force ouvrière, Alexandre Hébert : anarcho-syndicaliste et franc-maçon notoire, il appellera publiquement dans les colonnes de L'Eclair à voter pour L'ELAN, son anticommunisme étant finalement plus fort que son anticléricalisme...

12L'efficacité prenant le pas sur l'idéologie, les socialistes nantais vont bientôt se féliciter de leur choix, la liste d'André Morice l'emportant largement au second tour sur celles de l'UNR et de l'alliance PC-PSU (44,4 % contre respectivement 36 % et 19,5 %). Le benjamin de la nouvelle équipe municipale est un jeune socialiste de 27 ans : Alain Chénard. Dans les autres villes du département, les socialistes refusent également de faire liste commune avec le PC et le PSU (sauf au second tour à Couëron) et obtiennent des résultats satisfaisants, ce qui conforte le comité fédéral de continuer à chercher des alliances sur sa droite pour les élections sénatoriales de septembre 1965. Alors que la SFIO présentait systématiquement quatre candidats, elle ne désigne cette fois que Routier-Preuvost, espérant un accord avec le centre et la droite antigaulliste, comme à Nantes. Une tactique désastreuse car si André Morice est bien élu, grâce notamment aux voix des grands électeurs socialistes, Routier-Preuvost est battu, le centre et la droite n'ayant pas renvoyé l'ascenseur.

13La candidature de François Mitterrand à l'élection présidentielle en décembre 1965 va ramener pour un temps la SFIO de Loire-Atlantique à gauche. En raison de l'extrême faiblesse de la Convention des institutions républicaines (CIR) dans le département, le candidat unique de la gauche ne peut faire autrement que de désigner André Routier-Preuvost comme délégué régional. On verra ainsi le second maire-adjoint d'André Morice, élu quelques mois plus tôt contre une liste PC-PSU, présider le grand meeting d'union de la gauche lors de la venue de François Mitterrand à Nantes entre les deux tours.

  • 19 En Loire-Atlantique, ce sont le parti radical, la CIR, l'UDSR, Citoyen 60, le Cercle Albert-Camus, (...)

14Le PSU restant à l'écart du regroupement de la gauche non communiste, la SFIO locale voit dans un premier temps d'un bon œil la création de la Fédération de la gauche démocratique et socialiste (FGDS) présidée par François Mitterrand. Fort du nombre de ses adhérents (autour de 450), elle écrase dans cette organisation les autres petits partis, clubs et cercles qui la composent19. Aussi est-ce sans surprise que pour les élections législatives de mars 1967 la FGDS, présidée par Routier-Preuvost, réserve à la SFIO les meilleures circonscriptions, laissant à deux autres de ses composantes, la CIR et le parti radical, les « terres de mission » des zones rurales, peu favorables à la gauche. Là où elle a des élus, la SFIO met avant tout l'accent sur ses réalisations municipales. Ainsi dans la première circonscription de Loire-Atlantique, le contraste est frappant entre la profession de foi de Routier-Preuvost qui se présente comme maire-adjoint de Nantes avec un véritable programme municipal, et celle du candidat PSU, Maurice Milpied, beaucoup plus politique.

15Les résultats vont conforter la démarche des élus socialistes nantais puis-qu'au premier tour Routier-Preuvost, doublant ses voix par rapport à 1962, devance cette fois le candidat communiste et atteint le score de 47,3 % des suffrages au second, tandis que Christian Chauvel, adjoint aux travaux publics de la municipalité Morice, est élu au second tour dans la deuxième circonscription, battant le député UNR sortant. Pour la première fois depuis 1946, la SFIO obtient un second député dans le département, son nouveau candidat, Georges Carpentier, conservant le siège de François Blancho à Saint-Nazaire avec 55,7 % des suffrages exprimés. En revanche, la campagne beaucoup plus politique du PSU n'a pas été payante, ses deux candidats, à Nantes et à Saint-Nazaire, n'obtenant que 4,2 % et 4,5 % des voix.

16Au sein de ce parti, le courant Poperen, bien représenté en Loire-Atlantique, prônait le regroupement de tous les socialistes et dénonçait la ligne autonome adoptée par la direction nationale. En juillet 1967 plusieurs de ses responsables ou anciens responsables fédéraux (parmi lesquels Roland Andrieu) rendent publique leur démission du PSU, créant quelques mois plus tard, en octobre, le « Club Socialiste Nantais », affilié à une nouvelle structure, l'Union des groupes et clubs socialistes (UGCS), fondée au plan national par Jean Poperen. Celui-ci vient faire une conférence à Nantes en décembre, annonçant que l'UGCS allait entreprendre des démarches pour s'associer à la FGDS, ce qui est effectivement réalisé au printemps 1968. Mais les événements de mai allaient bientôt bouleverser les tentatives de regroupement de la gauche non communiste.

De mai 1968 au congrès d'Épinay

  • 20 Jouent également un rôle important dans ces événements plusieurs responsables de la CFDT, Gilbert (...)

17La crise de mai-juin 1968 met en évidence la distorsion entre les élus socialistes nantais, très discrets dans le conflit à l'instar de la municipalité Morice, et tous ceux, étudiants et travailleurs, qui vont jouer un rôle important pendant plusieurs semaines de lutte. Parmi ces acteurs se trouvent notamment les militants du PSU, de l'UGCS, mais aussi des Jeunesses socialistes SFIO emmenées par Patrick Marnot, futur directeur de Cabinet d'Alain Chénard en 1977. S'y distingue en particulier Roland Andrieu qui, avec quelques camarades de l'UGCS, joue les médiateurs entre les étudiants et le préfet au soir d'une dure manifestation le 24 mai20. Largement hors circuit durant toute la crise, la FGDS ne se réveille que pour désigner les candidats aux élections législatives de juin 1968, la SFIO se gardant une fois de plus les meilleures circonscriptions.

  • 21 Sur ces débats confus au sein de la fédération socialiste de Loire-Atlantique, voir le livre d'Yve (...)

18Concurrencée dans toutes les circonscriptions par un PSU revigoré par ces événements, la FGDS perd le siège gagné un an plus tôt à Nantes par Christian Chauvel, ne sauvant de justesse que celui de Saint-Nazaire. Cette fois, le PSU commence à émerger au plan électoral dans le département avec une moyenne de 6,3 % des voix (contre 17,8 % à la FGDS), son candidat arrivant même en tête de la gauche à Châteaubriant, dans l'ancienne circonscription de Bernard Lambert, avec 11,5 % des suffrages. La FGDS ne survivant pas à son échec électoral, les discussions reprennent au sein de la SFIO entre les partisans d'un repli sur la « Vieille Maison » et les partisans d'une certaine ouverture afin de créer un nouveau parti socialiste21.

19Mais la démission du général de Gaulle après son échec référendaire en avril 1969 et l'élection présidentielle qui s'ensuit début juin viennent bouleverser la donne. Faute d'une candidature unique à gauche, le nouveau parti socialiste, constitué à Alfortville en mai, investit Gaston Defferre dans la course à la présidence, le PSU désignant pour sa part Michel Rocard. C'est sans grand enthousiasme que la fédération de Loire-Atlantique du nouveau parti mène campagne pour son candidat, certains socialistes ne cachant pas leur vote dès le premier tour pour Alain Poher, le seul susceptible à leurs yeux de battre Georges Pompidou. Au final, Gaston Defferre est même devancé dans le département par Michel Rocard (4,48 % contre 5,13 %), y compris à Nantes et à Saint-Nazaire, d'autres électeurs socialistes traditionnels ayant également porté leurs suffrages sur Jacques Duclos. Mais c'est sans état d'âme que la fédération du nouveau parti socialiste appelle à voter pour Alain Poher au second tour, faisant une nouvelle fois passer son anti-gaullisme avant l'union de la gauche.

20Si au plan national, l'UGCS adhère au nouveau parti socialiste après le congrès d'Issy-les-Moulineaux en juillet 1969, les membres du Club socialiste nantais restent à la porte, victimes d'un veto de la fédération de Loire-Atlantique qui refuse cette adhésion en bloc, exigeant des candidatures individuelles afin d'éliminer Roland Andrieu, permanent du syndicat des Marins de Commerce CGT, considéré comme un « sous-marin du PC ». Solidaires de leur camarade, les militants du club socialiste nantais n'entreront au nouveau parti qu'au congrès d'Épinay, comme les membres de la CIR de François Mitterrand. On retrouvera cette méfiance des anciens SFIO devant l'entrée de nouveaux militants lors de l'arrivée massive de membres du PSU en 1974.

  • 22 Ainsi Philippe Dehan est-il « attaché de presse » du maire de Nantes.
  • 23 Dont Roland Andrieu et plusieurs animateurs du Club socialiste nantais, Jean Philippot, qui condui (...)
  • 24 Dans cette liste figuraient quatre conventionnels dont Robert Esnault, candidat FGDS aux élections (...)

21Pour le nouveau parti socialiste désormais dirigé par Alain Savary se pose dès l'automne 1970 la question de la tactique à suivre pour les élections municipales de mars 1971, l'alliance d'élus sous l'étiquette SFIO avec des hommes de droite comme à Nantes suscitant de plus en plus de critiques dans les milieux de gauche. Prenant les devants, la section socialiste de Nantes décide dès le 29 octobre à une énorme majorité (5 voix contre et 3 abstentions) de renouveler l'alliance avec André Morice, refusant « d'abandonner en chemin les démocrates avec lesquels le parti socialiste a pu mener, depuis 1965, le combat contre le pouvoir gaulliste ». L'ancienne équipe dirigeante de la SFIO tient d'autant plus en main la section qu'un certain nombre d'adhérents dépendent professionnellement de la mairie22. En réplique, de nombreuses personnalités de gauche23 signent en janvier 1971 un manifeste appelant à la formation d'une liste unique de la gauche à Nantes sans parvenir à faire fléchir le parti socialiste ni à convaincre le PSU qui, depuis ses progrès électoraux en 1969, fait de plus en plus cavalier seul. Les élections municipales de mars 1971 sont un nouveau triomphe pour la liste André Morice, réélue dès le premier tour avec 58,2 % des suffrages exprimés, battant nettement la liste gaulliste (26,2 %) et une liste PC-CIR (15,6 %)24.

  • 25 Futur député socialiste en 1978, secrétaire d'État de 1981 à 1983 puis sénateur depuis 1983.
  • 26 Mouvement fondé en décembre 1966 par l'ancien ministre MRP Robert Buron.
  • 27 Sur le rôle des chrétiens progressistes à Nantes, voir Guy Goureaux, Le Cercle Jean XXIII, des cat (...)
  • 28 Sur l'itinéraire politique du futur maire de Nantes, voir Alain Besson, Jean-Marc Ayrault, une amb (...)
  • 29 Venu d'Objectif 72, futur secrétaire fédéral et député socialiste de Nantes.
  • 30 Venu également d'Objectif 72, futur maire de Saint-Jean-de-Boiseau et conseiller régional.

22Dans le reste du département, la seule liste d'union de la gauche, à Rezé, est élue au premier tour alors que le PC, le PS et souvent le PSU s'affrontent dans la plupart des autres villes. Ces élections soulignent un certain tassement du PS qui perd la municipalité de Trignac au profit du PC et un bon pourcentage de voix à Saint-Nazaire et à Couëron dont profite le PSU qui, au second tour, conquiert sous la conduite de François Autain25 la municipalité de Bouguenais. C'est donc dans un contexte général un peu morose que le PS de Loire-Atlantique voit arriver à la veille du congrès d'unification des socialistes à Épinay de nombreux militants politiques et syndicalistes restés jusqu'alors en dehors du PS, venant pour beaucoup de la CIR, du club socialiste nantais, d'Objectif 7226, de la CGT, la CFDT, la FEN ou encore du Cercle Jean XXIII27. Parmi ces nouveaux adhérents, de fortes personnalités déjà bien connues dans les milieux nantais de gauche et qui ne tarderont pas à jouer un rôle important dans les années à venir au sein de PS de Loire-Atlantique : Roland Andrieu, Guy Goureaux, Jean-Marc Ayrault28, Jean Natiez29, Camille Durand30, etc.

  • 31 Le score important du CERES s'explique par le fait que des militants ou des sympathisants de l'UGC (...)

23Les effectifs de la fédération grimpent rapidement à 741 adhérents et le poids des nouvelles recrues, favorables à l'union de la gauche, se mesure aux pourcentages obtenus par les motions CERES, Mermaz et Poperen au congrès d'Épinay, bien supérieurs à ceux obtenus au plan national31 (voir document en annexe). Mais il reste cependant fort à faire en Loire-Atlantique pour ancrer le parti à gauche : à une cantonale partielle fin juin, le candidat socialiste Georges Nondin, membre de la municipalité Morice, n'hésite pas à se désister au second tour pour le premier maire-adjoint de Nantes, Lyonel Pellerin, membre du CNI, afin de battre un candidat gaulliste. Une semaine après Épinay, la « Troisième Force » gardait encore des adeptes en Loire-Atlantique.

Une rupture difficile (1971-1975)

  • 32 Ancien membre du PSU et futur adjoint des municipalités Chénard et Ayrault.

24Toujours aux leviers de commande de la fédération départementale et de la section de Nantes, la vieille garde SFIO du nouveau parti socialiste, tout en se félicitant de la progression de ses effectifs, ne voit pas sans inquiétude l'arrivée après Épinay de nombreux militants syndicaux autres que ceux de Force ouvrière qui constituaient jusqu'alors la majorité de ses adhérents. D'autant plus que ces nouveaux ne sont pas n'importe qui : Daniel Palvadeau et Gilbert Declercq, respectivement secrétaire de l'Union départementale et ancien secrétaire régional de la CFDT, Médard Lebot et Bernard Thareau, deux figures de proue du syndicalisme agricole départemental, Pierre Marchi, syndicaliste CGT à l'EDF32... Les réunions de section deviennent plus animées, ce qui déboussole quelque peu les vieux adhérents de la SFIO, peu favorables à la signature d'un programme commun avec le PC, et certains commencent à quitter le navire (26 départs dans la section de Nantes sur 338 membres). Mais le renouvellement est encore insuffisant pour empêcher les anciens SFIO de truster les meilleures places pour les élections législatives de 1973, Guy Goureaux se faisant battre par Routier-Preuvost pour l'investiture dans la première circonscription de Nantes.

  • 33 Envoyé en « terre de mission » dans la quatrième circonscription, Jean Natiez obtient 24 % des suf (...)
  • 34 Sur les six membres du bureau fédéral, on ne compte qu'un ancien conventionnel, Jean-Gil Marzin, v (...)
  • 35 Jean Petaux, op. cit., p. 102.

25Enfin réalisée, l'union de la gauche profite pleinement au parti socialiste dans le département lors des législatives de mars 1973 : il gagne partout des voix33 et reprend le siège de la deuxième circonscription de Nantes perdu en 1968. Mais la présence d'élus socialistes à la municipalité de Nantes suscite toujours des polémiques, attisées par un article maladroit et diffamatoire de Témoignage Chrétien contre André Routier-Preuvost en juin 1973 à la veille du congrès de Grenoble. Partagés entre les motions CERES et Poperen, les militants favorables à une rupture franche avec les alliances municipales de « Troisième Force » restent minoritaires tandis qu'une nouvelle génération de militants issus de la SFIO s'empare de la direction fédérale34, ayant à sa tête le fils d'André Routier-Preuvost, Jean-Claude Routier-Leroy. Comme le souligne Jean Petaux : « La transition entre les deux générations socialistes s'est opérée au sein de la même "famille" sans apport extérieur35 », d'autant plus que c'est un conseiller municipal de la liste d'André Morice, Alain Chénard, qui devient secrétaire de la section de Nantes.

26Les élections cantonales d'octobre 1973, avec un remodelage des circonscriptions plus favorables aux zones urbaines, confirment la progression du PS qui gagne six sièges. Mais le fait que les quatre sièges conquis à Nantes le soient par des membres de la municipalité, placés dans les meilleures circonscriptions, renforce les positions des partisans du maintien de l'alliance avec André Morice. Ceux-ci obtiennent de la fédération qu'une nouvelle fois, le PS ne présente qu'un candidat aux élections sénatoriales de septembre afin de glaner des voix centristes en échange d'un soutien au maire de Nantes. Comme en 1965, André Morice sera élu (avec les voix des socialistes) et le candidat socialiste battu !

  • 36 Réunion tenue en octobre par la minorité du PSU, emmenée par Michel Rocard, et de nombreux militan (...)

27Alors que dans la foulée des Assises du socialisme36 de nombreux militants du PSU de Loire-Atlantique entreprennent des démarches pour adhérer au PS, la minorité de gauche du PS dans la section de Nantes, CERES et ERIS réunis, décide de mettre fin à ces ambiguïtés politiques en contraignant le parti à prendre position sur la participation d'élus socialistes dans la municipalité Morice. Ayant réussi à faire mettre cette question à l'ordre du jour à une réunion prévue le 8 novembre 1974, les principaux responsables de ces deux courants préparent minutieusement cette séance au domicile de Xavier Prou, futur secrétaire fédéral, se répartissant les temps de parole afin de faire traîner la réunion le plus longtemps possible, les vieux adhérents SFIO ayant tendance à quitter les lieux quand les débats s'éternisent tard dans la nuit. Ils rédigent une motion exigeant la démission des élus socialistes de leurs postes de responsabilité à la mairie de Nantes, motion présentée tactiquement le soir de la réunion non par un des leaders des courants d'opposition mais par un simple militant, Albert Caudal.

  • 37 Et une seule voix à la motion Caudal, une militante, trop éloignée, n'ayant pu être touchée par la (...)

28Surprise par cette attaque frontale, l'ancienne majorité va se diviser. Les plus ardents défenseurs de la municipalité improvisent, sous la plume de Philippe Dehan, une motion « félicitant l'action particulièrement vigoureuse des élus socialistes [...] dans le cadre de l'équipe municipale actuelle ». Se rendant compte du caractère un peu suicidaire de cette motion, mais hostiles à une rupture trop brutale avec les élus municipaux, Patrick Marnot (ancien responsable des jeunesses socialistes SFIO) et Jean-Gil Marzin (membre du bureau fédéral et ancien conventionnel) cherchent une solution moyenne. Ils rédigent alors une motion demandant aux élus municipaux « de choisir le moment opportun pour se constituer en groupe d'opposition et de propositions », ajoutant que ce moment pourrait être le vote du budget municipal ou le problème des transports en commun. Voyant que leur motion n'avait que peu de chance de passer, les responsables du CERES et de l'ERIS décident de se rallier à la motion Marnot-Marzin qui, vers 1 heure du matin, l'emporte par 79 voix contre 5937.

29Tout s'est joué cette nuit-là, en l'absence du secrétaire de section, Alain Chénard, alors à Marseille pour le congrès national Léo Lagrange. La fédération de Loire-Atlantique dirigée par Jean-Claude Routier-Leroy a beau tergiverser pendant quelque temps, l'arrivée massive de militants PSU et CFDT au parti socialiste début janvier 1975 fait largement pencher la balance du côté gauche. La sanction tombe au Congrès fédéral le 26 janvier, les élus nantais étant sommés de se constituer publiquement en groupe d'opposition dans un délai d'un mois. Seul des 12 élus, Alain Chénard applique cette décision, remettant sa démission d'adjoint à André Morice le 11 février. André Routier-Preuvost et les 10 autres élus restés fidèles à la coalition municipale sont exclus du parti quelques mois plus tard, le secrétaire fédéral étant chargé de l'exécution de la sentence. Le fils chassant le père ! Un drame cornélien qui fit les délices des chroniqueurs politiques à l'époque.

Une fédération profondément renouvelée

  • 38 Député socialiste de Saint-Nazaire en 1978, ministre de la Santé du gouvernement Rocard (1988-1991 (...)
  • 39 Seule une minorité du courant des Assises, avec François Autain, restera au CERES, la plupart des (...)
  • 40 Notamment des syndicalistes Force ouvrière et des militants connus pour leur affinité avec l'OCI ( (...)

30Cette affaire de la mairie de Nantes a pesé lourd sur les conditions d'entrée des nouveaux militants du « courant des Assises » venus du PSU, de la CFDT et de mouvements associatifs dans le parti socialiste en Loire-Atlantique. En décembre 1974-janvier 1975, la direction fédérale fait tout pour les décourager (une section, Couëron, refusant même dans un premier temps leur adhésion) et, dans les débats préparatoires au congrès de Pau, elle refuse de les intégrer au sein de la liste défendant la motion 1 (Mitterrand-Mauroy-Rocard). Pour pouvoir entrer dans le parti, les anciens PSU et leurs proches, emmenés par François Autain et Claude Évin38, doivent demander asile au CERES. Aussi la motion 2 (CERES au plan national), rejointe également par d'anciens poperenistes refusant l'alliance de l'ERIS avec la direction sortante, fait-elle un score remarquable en Loire-Atlantique, emportant même la majorité dans la grosse section de Saint-Nazaire (voir document en annexe)39. Le poids politique des élus socialistes de Nantes (avant leur exclusion) et de leurs derniers fidèles40 n'est plus que de 11,5 %, soit 3 sièges à la commission exécutive fédérale contre 16 aux partisans de la motion majoritaire (dont de nombreux poperenistes) et 14 à la motion 2 (CERES et Rocardiens). Avec près de 1 500 adhérents dans le département, le parti s'est considérablement renouvelé depuis la fin des années 1960, la majorité de ses militants et de ses dirigeants n'ayant jamais appartenu à la SFIO. Quant à son ancien secrétaire fédéral, André Routier-Preuvost, il prend la tête d'une « Fédération des Socialistes Démocrates », bien décidé à en découdre avec ceux qui l'ont chassé de son parti.

31Cette tentative de revanche va se jouer en trois épisodes :

  • Aux élections cantonales de 1976, première confrontation dans laquelle le parti socialiste affronte ses récents exclus, trois élus de Nantes (Routier-Preuvost, Cueille et Chauvel) se présentant contre trois socialistes (Goureaux, Chénard et Ayrault) : une campagne au couteau et une victoire sans équivoque des trois candidats socialistes. Malgré un soutien appuyé d'André Morice et de Lyonel Pellerin, Routier-Preuvost arrive bon dernier dans le canton dont il était le conseiller sortant avec seulement 16,7 % des voix contre 35,6 % à Guy Goureaux, facilement élu au deuxième tour. Malgré le soutien au second tour de toute la droite, y compris l'UNR, Cueille est battu par Alain Chénard qui garde son siège dans la sixième circonscription de Nantes, tandis qu'à Saint-Herblain un jeune candidat de 26 ans encore peu connu, Jean-Marc Ayrault, écrase au second tour le député et conseiller général sortant Christian Chauvel41 (67 % des voix contre 33 %).
  • Aux élections municipales de 1977 quand la gauche enfin réunie sous la direction d'Alain Chénard (qui trouve là la récompense de sa fidélité au parti en 1974) bat au deuxième tour la liste d'André Morice allant cette fois de la « Fédération des Démocrates Socialistes » de Routier-Preuvost (9 sièges) aux RPR et aux Républicains indépendants (6 sièges chacun). L'antigaullisme de la fameuse « Troisième Force », argument qui justifiait aux yeux de la SFIO l'adhésion à la liste d'André Morice, n'était plus qu'un vieux souvenir.
  • Aux élections municipales de 1983 avec la présentation d'une liste « Nantes d'abord » emmenée par Routier-Preuvost, comprenant la plupart des anciens élus socialistes de la liste Morice et de nombreux syndicalistes Force ouvrière, contre la liste d'Union de la Gauche d'Alain Chénard. Malgré son faible score (4,14 % des voix), elle a sans doute contribué à la défaite de la municipalité sortante dès le premier tour42. Ce fut l'ultime baroud d'honneur de l'ancienne SFIO de Loire-Atlantique.
  • 43 L'année suivante, c'est encore la fédération qui impose Plancher comme tête de liste aux élections (...)
  • 44 Ce congrès marque la rupture des courants Mauroy et Rocard avec le courant Mitterrand qui réintègr (...)
  • 45 Le PS recrute également bien au-delà des anciens militants ou sympathisants du PSU comme le prouve (...)

32En effet, au sein du parti socialiste les derniers militants de l'ère Routier-Preuvost vont assez rapidement être mis sur la touche par les nouveaux venus. Dès les cantonales de 1976, le comité fédéral doit imposer la candidature d'Alexandre Plancher à Rezé alors que les militants, à la base, avaient désigné François Autain, ex-PSU passé au CERES43. Si Alain Chénard l'emporte encore sur Guy Goureaux comme tête de liste socialiste pour la conquête de la mairie de Nantes en 1977, il ne doit qu'à un arbitrage national d'être candidat à la députation en 1978, les sections lui ayant préféré Jean-Marc Ayrault. Dans le même temps, les militants imposent comme candidats socialistes l'ancien PSU Claude Évin à Saint-Nazaire, au détriment du député sortant Georges Carpentier, et François Autain dans le Sud-Loire, aux dépens du secrétaire fédéral Routier-Leroy qui présente alors sa démission, remplacé par Xavier Prou, un ex-CIR. Après le congrès de Metz en 197944, c'est le leader départemental du CERES, Jean Natiez, venu d'Objectif 72, qui prend la tête d'une fédération très renouvelée45, forte désormais de 1 800 adhérents, les anciens de la SFIO ayant pratiquement tous disparu du comité fédéral, dix ans seulement après la création du nouveau parti socialiste.

  • 46 Voir le livre d'Yves Chavagne, Bernard Lambert, 30 ans de combat paysan, La Digitale, 1988. Ce gra (...)
  • 47 Voir Anne Tristan et Médard Lebot, Au-delà des haies, visite aux paysans de l'Ouest, Descartes & C (...)
  • 48 Fait unique en France, sept conseillers généraux sont membres de la Confédération paysanne.

33Dès 1977 le PS part à la conquête de nombreuses villes du département, avec souvent des militants n'ayant pas non plus fait leurs classes dans le parti de Guy Mollet : Jean-Marc Ayrault à Saint-Herblain, Martine Buron à Châteaubriant, Maurice Poujade à Orvault, Camille Durand à Saint-Jean-de-Boiseau... En 1983, l'échec d'Alain Chénard à Nantes et le remplacement d'Étienne Caux par Joël Batteux à Saint-Nazaire marquent la disparition des grands maires issus de la SFIO et c'est un « enfant d'Épinay », Jean-Marc Ayrault, qui reconquiert Nantes en 1989. Mais le renouvellement du parti socialiste en Loire-Atlantique s'est fait aussi dans les zones rurales. Considérée comme très « laïcarde », la SFIO n'avait qu'une faible audience dans les campagnes restées longtemps fort catholiques, en raison notamment de la question scolaire. Dans un premier temps, c'est plutôt vers le PSU que se tournèrent les progressistes chrétiens du monde agricole à l'image de Bernard Lambert, adhérent à la formation de Michel Rocard de 1966 à 197246. Ce n'est qu'au lendemain du congrès d'Épinay que le parti socialiste voit arriver à lui de nombreux leaders du syndicalisme agricole du département en délicatesse, puis en rupture avec la FNSEA47 : Médard Lebot, Bernard Thareau, Henri Baron, Armand Chatelier, René Philippot. Cette évolution du monde agricole et l'installation à la campagne de nombreux citadins travaillant dans les grandes villes du département expliquent les progrès électoraux du parti socialiste dans les zones rurales depuis la fin des années 1970, contribuant fortement à faire basculer aux élections cantonales de 2004 le conseil général à gauche48, pour la première fois depuis sa création en 1790 ! En une trentaine d'années, c'est toute la vie politique de la Loire-Atlantique qui a été bouleversée par une nouvelle génération de militants socialistes.

Annexes

  • * Entre parenthèses, le vote au plan national.0

Tableau 1 : Le vote de la Loire-Atlantique pour le congrès d'Épinay (juin 1971) *

Tableau 1 : Le vote de la Loire-Atlantique pour le congrès d'Épinay (juin 1971) *
  • * Tendance Guy Mollet.

Tableau 2 : Le vote de la Loire-Atlantique pour le congrès de Grenoble (juin 1973) *

Tableau 2 : Le vote de la Loire-Atlantique pour le congrès de Grenoble (juin 1973) *

Tableau 3 : Le vote de la Loire-Atlantique pour le congrès de Pau (janvier 1975)

Tableau 3 : Le vote de la Loire-Atlantique pour le congrès de Pau (janvier 1975)
  • * Au plan national : Mitterrand-Mauroy-Defferre-Poperen-Rocard.
    Au plan local : Mitterand-Mauroy-Deff (...)

34Note*

  • ** Au plan national : CERES.
    Au plan local : CERES + Rocard + dissidents de l'ERIS (Poperen).

35Note**

  • *** Au plan national : Notebart-Hintermann.

36Note***

Notes

1 Il aurait pu rajouter PERIS, le courant de Jean Poperen.

2 Avec ses 2 200-2 300 militants, c'est aujourd'hui la douzième fédération nationale et la première de Bretagne.

3 Voir à ce sujet Yves Laurent, Le Cœur et la passion Chronique du parti socialiste en Loire-Inférieure — Loire-Atlantique 1936-1988, Saint-Sébastien, ACL Édition, 1988.

4 La presse nantaise signale toutefois le 8 octobre 1958 la composition du bureau d'une Fédération de Loire-Atlantique du parti socialiste autonome SFIO (qui ne fera guère parler d'elle par la suite).

5 À noter également dans cette circonscription de Saint-Nazaire la présence au premier tour d'un candidat sous l'étiquette de l'Union des forces démocratiques, Jean Ramet, ex-secrétaire des Métaux CGT, qui obtient un score non négligeable (9,64 % contre 22,6 % au député socialiste sortant et 10,37 % au candidat communiste).

6 René Bourreau, « Bernard Lambert, député de Loire-Atlantique », dans L'Ouest politique 75 ans après Siegfried (actes du colloque de Nantes, mars 1987), Centre de publications de l'université de Caen, Caen, 1988.

7 Jean Peteaux, Le Changement politique dans le gouvernement local (Le pouvoir municipal à Nantes), Paris, Pedone, 1982.

8 Par ailleurs membre influent du syndicat Force ouvrière.

9 On y trouvait aussi les épouses de militants syndicalistes ou associatifs très connus : Gilbert Declercq (permanent CFTC), ainsi que Maurice Milpied (délégué CFTC) et Paul Tampreau, (responsable du foyer des jeunes travailleurs de Nantes) qui deviendront en 1977 respectivement conseiller subdélégué et adjoint socialistes dans la municipalité d'Union de la gauche d'Alain Chénard.

10 L'Éclair, 5 mars 1959.

11 Parmi les principaux militants du nouveau parti se trouvaient Maurice Milpied et Roland Andrieu, secrétaire des marins CGT, futur conseiller municipal socialiste de Nantes (1977-1983 et 1989-2001) et futur conseiller régional (1986-1992). Y figurait aussi le président de la Ligue des Droits de l'Homme de Nantes, Jean Pujol.

12 Coalition électorale rassemblant la SFIO, le parti radical, le MRP et les Indépendants, sorte de résurgence de la « Troisième Force » qui, sous la IVe République, regroupait toutes les formations hostiles au parti communiste et au RPF.

13 Ancien sous-secrétaire d'État à la Marine militaire du gouvernement Léon Blum en 1936, il a été exclu de la SFIO en novembre 1944 pour avoir voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, comme les trois autres députés socialistes du département, et n'a été réintégré au parti qu'en février 1950.

14 L'Éclair, 16 janvier 1965.

15 Scission de droite du parti radical-socialiste réalisée en 1956 par André Morice et les éléments hostiles à la politique de Pierre Mendès France.

16 Le MRP et quelques indépendants constitueront une autre liste sous l'égide du GEDAM (Groupe d'études et d'action municipale).

17 Il s'agit notamment d'André Morice, d'Henri Polo et d'André Jozan.

18 Lyonel Pellerin était vice-président d'une association de parents d'élèves du collège privé Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle et Gilbert Robet l'un des dirigeants nationaux de l'Association des parents de l'enseignement libre (APEL).

19 En Loire-Atlantique, ce sont le parti radical, la CIR, l'UDSR, Citoyen 60, le Cercle Albert-Camus, le Cercle Aristide-Briand et le Centre d'études et de promotion (CEDEP). Les trois derniers sont plus ou moins des émanations de la SFIO (Alain Chénard est alors le responsable départemental du CEDEP).

20 Jouent également un rôle important dans ces événements plusieurs responsables de la CFDT, Gilbert Declercq et Daniel Palvadeau, futurs militants du PS, et deux syndicalistes agricoles : Bernard Lambert, qui a rejoint le PSU en 1966, et Bernard Thareau, futur député socialiste européen, organisateurs de la manifestation paysanne à Nantes ce même 24 mai.

21 Sur ces débats confus au sein de la fédération socialiste de Loire-Atlantique, voir le livre d'Yves Laurent, op. cit., p. 188 et suiv.

22 Ainsi Philippe Dehan est-il « attaché de presse » du maire de Nantes.

23 Dont Roland Andrieu et plusieurs animateurs du Club socialiste nantais, Jean Philippot, qui conduisait la liste d'Union démocratique en 1965 et Guy Goureaux, fondateur du Cercle Jean XXIII et vice-président de la Fédération des amicales laïques, type même du chrétien progressiste honni des vieux SFIO nantais.

24 Dans cette liste figuraient quatre conventionnels dont Robert Esnault, candidat FGDS aux élections législatives de 1967 et 1968, et Renée Broustal, future adjointe socialiste de la municipalité Chénard en 1977.

25 Futur député socialiste en 1978, secrétaire d'État de 1981 à 1983 puis sénateur depuis 1983.

26 Mouvement fondé en décembre 1966 par l'ancien ministre MRP Robert Buron.

27 Sur le rôle des chrétiens progressistes à Nantes, voir Guy Goureaux, Le Cercle Jean XXIII, des catholiques en liberté (1963-1980), Paris, Karthala, 2004.

28 Sur l'itinéraire politique du futur maire de Nantes, voir Alain Besson, Jean-Marc Ayrault, une ambition nantaise, Nantes, Coiffard, 2004.

29 Venu d'Objectif 72, futur secrétaire fédéral et député socialiste de Nantes.

30 Venu également d'Objectif 72, futur maire de Saint-Jean-de-Boiseau et conseiller régional.

31 Le score important du CERES s'explique par le fait que des militants ou des sympathisants de l'UGCS (devenue l'ERIS — Études recherche, informations socialistes — en novembre 1969) ont préféré voter pour cette motion, étant hostiles au rapprochement entre Poperen et Mollet (qui se concrétisera à Épinay).

32 Ancien membre du PSU et futur adjoint des municipalités Chénard et Ayrault.

33 Envoyé en « terre de mission » dans la quatrième circonscription, Jean Natiez obtient 24 % des suffrages exprimés au second tour, devançant le candidat réformateur, Patrick Maréchal, futur maire-adjoint socialiste de Nantes et président du conseil général de Loire-Atlantique en 2004. Le suppléant de Jean Natiez était un technicien agricole, conseiller général de Varades, Maurice Thareau, qui a fortement contribué à rallier une partie du syndicalisme agricole départemental, jusqu'alors proche du MRP, au parti socialiste.

34 Sur les six membres du bureau fédéral, on ne compte qu'un ancien conventionnel, Jean-Gil Marzin, venu en 1972 de la Nièvre.

35 Jean Petaux, op. cit., p. 102.

36 Réunion tenue en octobre par la minorité du PSU, emmenée par Michel Rocard, et de nombreux militants syndicalistes, notamment de la CFDT, au cours de laquelle est prise la décision d'entrer au PS, suite à un appel de François Mitterrand en mai 1974, après sa courte défaite à l'élection présidentielle.

37 Et une seule voix à la motion Caudal, une militante, trop éloignée, n'ayant pu être touchée par la consigne des leaders du CERES et de l'ERIS appelant leurs sympathisants à voter la motion Marnot-Marzin.

38 Député socialiste de Saint-Nazaire en 1978, ministre de la Santé du gouvernement Rocard (1988-1991).

39 Seule une minorité du courant des Assises, avec François Autain, restera au CERES, la plupart des anciens PSU rejoignant rapidement le courant Rocard.

40 Notamment des syndicalistes Force ouvrière et des militants connus pour leur affinité avec l'OCI (tendance « lambertiste » du mouvement trotskiste pratiquant fréquemment « l'entrisme » au sein de la SFIO puis du PS).

41 Il se représentera sans succès aux élections législatives en 1978 sous l'étiquette du parti socialiste démocrate, puis en 1986 dans la liste du Mouvement pour un parti des travailleurs (MPTT), c'est-à-dire de l'OCI.

42 La présence de cette liste, comme celle de deux autres listes se réclamant du PSU et de l'extrême-gauche, a en effet pu faire croire à beaucoup d'électeurs de gauche qu'il y aurait un second tour et ils ne se sont pas mobilisés au premier.

43 L'année suivante, c'est encore la fédération qui impose Plancher comme tête de liste aux élections municipales, la section de Rezé ayant voté majoritairement pour Jacques Floch, un ex-CIR.

44 Ce congrès marque la rupture des courants Mauroy et Rocard avec le courant Mitterrand qui réintègre le CERES dans la direction du parti.

45 Le PS recrute également bien au-delà des anciens militants ou sympathisants du PSU comme le prouve l'adhésion de deux adjoints de la municipalité d'Alain Chénard élus en 1977 sous l'étiquette MRG (Mouvement radical de gauche), Jean-Claude Bonduelle et Patrick Maréchal, ainsi que celle du chanteur des Tri Yann Jean-Louis Jossic, conseiller municipal de Nantes depuis 1989, venu de l'UDB (Union démocratique bretonne).

46 Voir le livre d'Yves Chavagne, Bernard Lambert, 30 ans de combat paysan, La Digitale, 1988. Ce grand syndicaliste agricole a été victime d'un accident de la route en 1984.

47 Voir Anne Tristan et Médard Lebot, Au-delà des haies, visite aux paysans de l'Ouest, Descartes & Cie, 1995 ; René Bourrigaud, Paysans de Loire-Atlantique, Centre d'histoire du travail (Nantes), 2001.

48 Fait unique en France, sept conseillers généraux sont membres de la Confédération paysanne.

* Entre parenthèses, le vote au plan national.0

* Tendance Guy Mollet.

* Au plan national : Mitterrand-Mauroy-Defferre-Poperen-Rocard.
Au plan local : Mitterand-Mauroy-Defferre-Poperen.

** Au plan national : CERES.
Au plan local : CERES + Rocard + dissidents de l'ERIS (Poperen).

*** Au plan national : Notebart-Hintermann.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Le vote de la Loire-Atlantique pour le congrès d'Épinay (juin 1971) *
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4218/img-1.png
Fichier image/, 6,6k
Titre Tableau 2 : Le vote de la Loire-Atlantique pour le congrès de Grenoble (juin 1973) *
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4218/img-2.png
Fichier image/, 6,4k
Titre Tableau 3 : Le vote de la Loire-Atlantique pour le congrès de Pau (janvier 1975)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4218/img-3.png
Fichier image/, 5,1k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540