Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Régimes nationaux d’altérité

 | 
Paula López Caballero
, 
Christophe Giudicelli

Les régimes d’altérité et les projets réformateurs de l’État-nation

La place de l’Indien dans le projet libéral bolivien (1898-1920) : semblable, oui, égal, jamais

Françoise Martínez

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’étape dite du libéralisme (1898-1920)1 marqua en Bolivie un véritable renouveau du souci éducatif qui devint, avec la Révolution fédérale et l’accès au pouvoir du groupe libéral mené par José Manuel Pando, une préoccupation dominante d’État. Si la période s’est prêtée, quand elle n’a pas été ignorée, à des lectures historiographiques très controversées, le projet idéologique de « régénération nationale » qui est lancé au début du xxe siècle ne laisse, lui, aucun doute sur la façon dont les élites se posent alors le problème de la modernisation d’une république considérée comme la plus indienne du sous-continent. L’école y devient l’instrument privilégié des transformations sociales souhaitées2.

Pour le nouveau groupe libéral au pouvoir, le principal obstacle à la modernisation du pays, c’est sa forte composante indienne. Pourtant, la participation militaire de cette population durant la guerre fédérale de 1898 ...

Auteur

Françoise Martínez est professeure en histoire et civilisation de l’Amérique latine (université de La Rochelle) et membre du Centre de recherche en histoire internationale et atlantique, coéditrice de Hommes de Sciences et intellectuels en Amérique latine (2005), directrice de la revue bolivianiste Lazos (2002-2008), auteure de Régénérer la race. Politique éducative en Bolivie (2010) et d’une quarantaine de travaux en histoire politique, histoire de l’éducation, histoire des fêtes civiques et des commémorations, en Amérique latine.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540