Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Troisième partie. Regards sur les socialistes bretons des années 1960-1970 à nos jours

L'implantation électorale du socialisme en Bretagne de 1945 à nos jours

Jean-Jacques Monnier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1On a souvent attribué à la Bretagne et à l'Ouest dans son ensemble la caractéristique commune d'un vote à droite constant et massif, ce qui aurait mérité d'être nuancé par les différences internes, notamment en Bretagne.

  • 1 Michel Nicolas, Jean Pihan, Les Bretons et la politique. 30 ans de scrutin en Bretagne (1958-1988) (...)

2Les choses ont changé puisque, depuis une vingtaine d'années, la Bretagne vote régulièrement plus à gauche que la moyenne française, et a fortiori beaucoup plus à gauche que l'Ouest non breton1. Cette progression spectaculaire est liée à l'implantation et à la progression rapide du courant socialiste dans l'ensemble du territoire breton.

Le basculement breton vers la gauche

La progression globale de la gauche

3On a coutume d'intégrer et de comparer le vote breton à celui de l'Ouest. On comparera donc à la Bretagne historique un Ouest non breton englobant les marges armoricaines, du Calvados à la Vendée, en passant par l'Orne, la Mayenne, la Sarthe et le Maine-et-Loire.

  • 2 Jean-Jacques Monnier, « Ouest et Bretagne, comportements politiques comparés », dans Bretagne, Art (...)

4Pour observer l'évolution politique, on s'appuiera sur des scrutins binaires qui donnent une mesure simple du rapport Droite/Gauche, en comparant la Bretagne historique au reste de l'Ouest ainsi qu'à l'espace français2.

51. Lors du référendum de 1946 sur le projet de constitution proposé par la majorité socialiste et communiste, le partage des « oui » et des « non », proche du partage droite/gauche, était le suivant :

6Ce résultat marquait la faiblesse de la gauche dans l'Ouest et en Bretagne. La gauche dans l'Ouest non breton était à plus de 16 points sous la moyenne française, soit 1/3 de moins. En Bretagne, elle était à environ 9 points sous cette moyenne, soit 1/5 de moins.

72. En décembre 1965, le second tour de l'élection présidentielle oppose de Gaulle à Mitterrand. Le résultat du candidat de la gauche s'établit comme suit :

8La Bretagne et l'Ouest de référence sont à 7,6 points et 11,4 points sous la moyenne française, ce qui traduit une légère diminution des écarts, surtout pour l'Ouest non breton.

93. En mai 1981, lors du second tour de l'élection présidentielle, les suffrages des candidats Mitterrand et Giscard sont à nouveau une bonne mesure du rapport droite/gauche :

10La Bretagne et l'Ouest ne sont plus qu'à 2,6 et 7,3 points de la moyenne nationale. Depuis 1946 les progrès quantitatifs et spatiaux de la gauche sont considérables.

114. En mai 1995, le second tour de l'élection présidentielle accentue les évolutions en cours, comme en témoigne le résultat de Jospin pour la gauche :

12Représentons les écarts relevés sur un demi-siècle dans un même tableau : on omettra le second tour de l'élection de 2002 où la gauche n'était plus présente.

Écarts par rapport à la moyenne française

Écarts par rapport à la moyenne française

13On remarquera la réduction générale des écarts et l'inversion Bretagne/ France qui place la gauche bretonne au-dessus de la moyenne française, ce que confirment les résultats de toutes les élections intermédiaires de 1982 à 2004. Le basculement breton est essentiellement le résultat d'une double évolution : la baisse de la droite et surtout de la démocratie chrétienne, la montée de la gauche non communiste.

14L'écart de l'Ouest non breton à la moyenne française a lui aussi fortement diminué, même si la droite y demeure majoritaire.

L'explosion de la gauche non communiste

15– Un phénomène global.

16Cette évolution est à mettre en parallèle avec l'évolution des résultats du courant socialiste (et radical après 1973) depuis 1946, avec la progression enregistrée à partir de 1967 et surtout de 1973.

  • 3 juin 1946.

17Note3

18Alors que le centrisme recule nettement, le socialisme progresse aussi fortement en Bretagne et dans l'Ouest et s'établit en Bretagne comme force politique majeure, avec une position dominante comme le centrisme l'avait au sortir de la guerre. En 1981, 1988 et 1997, plus de la moitié des députés bretons sont socialistes, alors que plus de la moitié étaient centristes en 1945.

19Dans l'Ouest non breton, un repli s'amorce après 1981. Par contre, en Bretagne, le vote socialiste progresse encore et dépasse régulièrement la moyenne française.

20– Étapes et aspects géographiques de l'implantation socialiste.

Le déclin de l'après-guerre (1946-1962)

21En essor depuis 1932, le vote socialiste demeure important en Bretagne après la Libération, bénéficiant de l'effacement des radicaux, mais souffrant de la poussée communiste. Il marque cependant un recul en voix et en sièges, seulement freiné par les apparentements de 1951.

  • 4 Jean Pascal, Les députés bretons de 1789 à 1983, Paris, PUF, 1983.

22L'émergence du mendésisme en 1956 et l'arrivée de de Gaulle au pouvoir en 1958 privent la SFIO d'une partie de ses soutiens, moins cependant que la pratique du pouvoir à la fin de la IVe République. Il en résulte des départs et une scission (le PSA), et aussi des résultats électoraux en fort recul. Le parti est loin d'être présent dans chaque canton et même dans chaque circonscription. Des chiffres mesurent bien cette évolution régressive : ceux du nombre de députés socialistes, qui passe de sept en 1945 à deux en 1962 (Morlaix et Saint-Nazaire). Les résultats de 1962, face à la poussée gaulliste et à la résistance du PC, sont au plus bas4.

Rappel du nombre de députés socialistes

Rappel du nombre de députés socialistes

Le redécollage (1962-1973)

23Pourtant, Saint-Brieuc montre la voie dès l'élection municipale partielle de juillet 1962 avec une stratégie d'union de la gauche, qui y sera victorieuse pendant 29 ans.

24Dans maintes communes de Bretagne, les élections municipales de mars 1965 révèlent une réorganisation de la gauche sur la base de l'Union de la gauche. Le gaullisme a perdu de son aura.

25Les élections présidentielles de 1965 ne constituent pas un bon résultat, mais simplement une reprise après un mouvement de baisse. François Mitterrand n'obtient que 26,5 % au premier tour, à 6 points sous la moyenne française, retrouvant à peu près l'électorat de gauche de 1962. Au second tour, il n'obtient que 37,4 %, à 8 points sous la moyenne française.

26Mais cette candidature est suivie par un début de recomposition de la gauche non communiste avec la FGDS, qui unit une majorité de socialistes SFIO et de membres des « clubs », quelques radicaux et de nouveaux adhérents.

27Les résultats des législatives de 1967 sont encourageants pour toute la gauche, communiste ou non, y compris pour le PSU qui obtient en Bretagne 2 sièges de députés, à Saint-Brieuc et à Morlaix. Cela donne 5 députés pour la gauche non communiste, au lieu de 2.

28Après les élections cantonales de l'automne 1967, 24 socialistes siègent dans les conseils généraux bretons, pour environ 250 cantons, soit moins de 10 % des élus.

29Chaque élection marquera désormais une extension de l'implantation du socialisme. Avec un seul élu, les élections législatives de 1968 constituent un accident. Les municipales de 1971 confirment la tendance à la progression.

L'envol des années 1973-1988

30Il est en partie illustré par l'évolution du nombre de députés socialistes :

31Les élections législatives de 1973 et les cantonales de 1976 sonnent comme un coup de tonnerre. La victoire de Charles Josselin sur René Pleven dans la circonscription de Dinan apparaît comme un symbole, de même que la victoire de Louis Le Pensec à Quimperlé. Cela donne beaucoup d'espoirs, qui vont se concrétiser rapidement, même si le nombre d'élus de la gauche non communiste n'est que de 6.

32Les trois étapes de la montée de la gauche non communiste sont encore à venir : la présidentielle de 1974, les cantonales de 1976 et les municipales de 1977.

33À la présidentielle de 1974, le candidat François Mitterrand gagne 10,5 points au premier tour et près de 5 points au second tour (42,1 %). De plus, il est majoritaire dans un tiers des cantons.

34Les cicatrices à droite sont importantes et, ajoutées aux difficultés économiques, elles favorisent les progrès sensibles d'une gauche socialiste qui s'implante bien localement aux cantonales de mars 1976. Dès le premier tour, elle rassemble déjà 47,5 % des électeurs bretons, soit 5 points de plus qu'à la présidentielle. La gauche socialiste, alliée aux communistes, prend le contrôle du conseil général des Côtes-du-Nord.

35Le mouvement se confirme nettement aux élections municipales de mars 1977, où la dynamique unitaire profite à tous : 24 villes bretonnes basculent à gauche, en particulier Rennes, Nantes et Brest, qui viennent s'ajouter à Saint-Nazaire, Lorient, Saint-Brieuc. Dans la plupart des villes restées à droite, comme Fougères, Vannes, Landerneau, Châteaubriant, la gauche à dominante socialiste dépasse les 45 % et apparaît comme une force crédible.

36Aux législatives de 1978 les progrès se poursuivent, avec 6,6 points de plus qu'en 1973, mais la gauche se bat elle-même du fait de l'opposition socialistes/communistes et n'obtient que 8 élus, dont un communiste, alors qu'elle était en situation de l'emporter dans 15 circonscriptions sur 33.

37Au premier tour de l'élection présidentielle de 1981, Mitterrand obtient 27 % des suffrages exprimés, à un point au-dessus de sa moyenne française. Au second tour, il atteint 49,2 %, 3 points sous la moyenne française, alors que l'écart était de 7 points en 1974.

38Mais le plus grand changement a lieu aux élections législatives qui suivent. Dès le premier tour, la gauche obtient 51,1 %, soit 2 points de plus qu'à la présidentielle et 7 points de plus qu'aux législatives de 1978. La gauche non communiste atteint 41,7 %, soit 11 points de plus que Mitterrand au premier tour, le PS engrangeant à lui seul 38,4 % des suffrages. Au second tour, il obtient 19 sièges sur 33. Désormais le PS est le premier parti de Bretagne, à 2,5 points au-dessus de sa moyenne française.

39Ce bouleversement se confirme aux élections cantonales de 1982 et aux élections municipales de 1983. Mais, du fait de l'usure du pouvoir, la gauche perd près de 6 points aux législatives de 1986. C'est pourtant deux fois moins que la gauche au niveau français, ce qui témoigne d'un enracinement certain. Le parti socialiste, avec 36 %, ne perd que 4,4 points, soit deux fois moins qu'en moyenne française, qu'il dépasse désormais de 4,5 points.

40À l'élection présidentielle de 1988, on retrouve les mêmes caractéristiques qu'aux législatives de 1981. Au premier tour, avec 35,5 %, Mitterrand est à 2,5 points au-dessus de sa moyenne française. Aux législatives qui suivent, la gauche non communiste gagne encore 6 points, à 42,4 %, 5 points au-dessus de la moyenne française.

La consolidation (1990-2004)

41Malgré les difficultés d'ordre général et l'usure du pouvoir, le PS maintient son implantation électorale. Celle-ci se traduit par le nombre de députés socialistes, qui représentent encore 40 % du total (36) :

42Le fort reflux de 1993, accentué par le scrutin majoritaire et les effets du découpage « Pasqua », est largement compensé, deux ans plus tard, par le bon résultat du candidat Jospin à l'élection présidentielle de 1995 : 2 points au-dessus de la moyenne française et tout près des 50 %.

43Dès les élections législatives à surprises de 1997, le nombre de députés socialistes passe à 20 et la gauche redevient majoritaire. Un an après, en 1998, le conseil général du Finistère bascule à gauche, les Côtes d'Armor restant solidement arrimées à la gauche socialiste depuis 22 ans.

44Au premier tour des présidentielles de 2002, la dispersion des voix de gauche fait tomber le score de Jospin à 18,2 %, soit près de 2 points au-dessus de la moyenne française. Chirac, lui, dépasse sa moyenne d'un point. Le Pen est à plus de 5 points sous la moyenne française.

45Logiquement, aux législatives suivantes, le reflux est plus limité qu'ailleurs (14 élus). Au premier tour, le PS atteint encore 32,8 % des suffrages, 33,2 % avec les radicaux de gauche, contre 25,3 % au niveau national. Au second tour, 29 circonscriptions sont encore disputées. Le PS, soutenu par les Verts, le PCF et généralement par l'UDB, obtient 48,6 % des suffrages, soit 3,5 % de plus que la moyenne française. La gauche conserve 14 sièges sur 36, contre 20 en 1997.

46Aux élections régionales et cantonales de 2004, la conjoncture nationale est favorable. La gauche à dominante socialiste emporte la région Bretagne avec 58 % des voix, ainsi que la région Pays de la Loire. Aux élections cantonales du même jour, elle prend le contrôle de deux nouveaux conseils généraux (Ille-et-Vilaine et Loire-Atlantique), tout en conservant les deux départements qu'elle dirige déjà. Depuis 1945, le bouleversement est tel qu'il mérite d'être analysé.

Un double mouvement en profondeur

Le basculement vers la gauche de militants et d'une partie de l'électorat chrétien

47Trois engagements particuliers ont déterminé l'évolution des militants chrétiens : la JAC, la JOC, la JEC. Ces trois mouvements d'action catholique les conduisent à un engagement plus large que le strict niveau professionnel, vers le syndicalisme et/ou l'action politique.

Les Côtes-du-Nord, département pionnier, particulièrement autour de Saint-Brieuc, qui bascule à gauche dès 1962

  • 5 Jean-Jacques Monnier, « Saint-Brieuc, un vote précurseur et persistant », Ar Men, n° 65, 1995, p. (...)

48Pourquoi cette avance et ce rôle moteur ? D'abord parce que la droite locale est affaiblie par des désaccords profonds entre démocrates-chrétiens et conservateurs. Ensuite parce que la gauche départementale est dominée par le PSA, devenu PSU, qui a fondé son identité sur la question de la paix en Algérie et sur les problèmes sociaux, mettant la laïcité au second plan. Enfin, parce qu'il existe un important courant catholique de gauche autour de l'Action travailliste, qui se sépare de la démocratie chrétienne sur la question des alliances. Il est, lui aussi, focalisé sur la question algérienne. Il faut ajouter que le clergé local, déjà actif dans la Résistance, est très sensible à la question sociale. C'est pour Saint-Brieuc le début de 29 ans de pouvoir de gauche, réalité qui deviendra 14 ans plus tard celle du département également5.

Dans l'ensemble de la Bretagne

49Dans l'ensemble de la Bretagne se produisent des évolutions semblables. Moins concentrées géographiquement, plus étalées dans le temps, elles ont eu des effets moins spectaculaires mais profonds. On retrouve des trajectoires comparables, dont voici des exemples.

JAC-syndicalisme agricole-coopération-MRP-gauche

  • 6 René Bourreau, « Le paradoxe de la représentation. Bernard Lambert, député de Loire-Atlantique », (...)

50L'exemple le plus spectaculaire vient de Loire-Atlantique avec Bernard Lambert, syndicaliste agricole au CDJA, qui est élu député MRP en 1958, tout en exprimant la perspective d'un travaillisme à la française. Passé au PSU, il est battu en 1962 par Xavier Hunault, soutenu par les gaullistes6. On peut y ajouter d'autres cas notoires comme Louis Chopier (JAC, FDSEA, PS, maire de St-Malo), André Pochon (JAC, FDSEA, PS), Bernard Thareau (Varades, JAC, FDSEA, coopération, PS, conseiller général et député européen).

JOC-CFTC-MRP-travaillisme ou socialisme

  • 7 Michel Lagrée etal., Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, la Bretagne, Pa (...)

51Jean Peuziat, ouvrier plâtrier, devient militant puis responsable national de la JOC. Puis il s'engage au MRP et devient adjoint au maire de Douarnenez. Il est aussi responsable de l'Action catholique ouvrière7. Il quitte le MRP pour la liste Jeune République. En 1971 il est élu conseiller municipal sur une liste de gauche ouverte et adhère au parti socialiste. Il devient premier adjoint du maire communiste, et député PS du Finistère (1981), conseiller général en 1982, réélu député en 1986. On observe un parcours comparable chez Gilbert Declercq (Nantes, JOC, CFTC, CFDT, PS) qui demeure avant tout un syndicaliste.

JEC-UNEF-socialisme

52Trois grands leaders bretons, tous trois devenus ministres, illustrent cette trajectoire : Charles Josselin (JEC-Convention des institutions républicai-nes-PS), député, président de conseil général, ministre et sénateur, est le plus capé et emblématique.

53Jean-Yves Le Drian (JEC-PS) a été maire de grande ville, député, ministre et président de région. Claude Évin (JEC-PSU-PS) a été député, ministre, à nouveau député avant de mettre fin volontairement à sa carrière.

Cette évolution est à relier au recul du centrisme en tant que force politique autonome

54Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la démocratie chrétienne est particulièrement forte en Bretagne et dans l'Ouest non breton :

55En 1946, le centre est beaucoup plus fort dans l'Ouest non breton et en Bretagne qu'en moyenne française : le rapport est de 1,42 pour l'Ouest et de 1,46 pour la Bretagne. Malgré un recul électoral rapide au niveau national, les bases du centrisme restent fortes dans l'Ouest et en Bretagne.

56Parallèlement, elles s'amenuisent plus vite en Bretagne, spécialement après 1970. Pour plus d'une moitié, l'électorat centriste a basculé à gauche, en même temps que nombre de militants chrétiens.

Causes profondes

Une démocratie chrétienne forte et nettement distincte de la droite classique

57Le christianisme social breton est fort et ancien. Dès le début du siècle Le Sillon a été très influent, spécialement dans les Côtes-du-Nord et dans le Finistère. Plus tard, le parti démocrate populaire (PDP) a mieux réussi en Bretagne qu'ailleurs : en 1936, celle-ci élit 6 des 11 députés du PDP.

58À partir des années 1920 et 1930, l'Action catholique a participé au projet de l'Église de lutter contre la laïcisation en prenant en charge la demande de progrès culturel, économique et social de la population, en s'efforçant d'organiser une contre-société qui n'aurait plus besoin du monde laïc pour progresser. Le quotidien Ouest-Éclair, ancêtre dd Ouest-France, a reflété et renforcé ce courant. De fait, l'Église s'est efforcée de former en nombre des élites, des personnes compétentes et militantes qui trouveront sur place à appliquer leurs capacités. D'où l'œuvre remarquable de formation entreprise par différents mouvements d'action catholique spécialisée : la JAC puis le MRJC, la JEC et l'ACJF, la JOC et l'ACO.

59La condition du basculement a d'abord été l'existence d'une démocratie chrétienne fortement individualisée, en opposition avec la droite classique. En 1946 elle dépassait 40 % des suffrages et faisait élire 20 députés sur 38. Le résultat était certes amplifié par un apport électoral important de la droite modérée, d'où la perte de la moitié des sièges en 1951 quand la droite classique retrouve une place normale. Mais des leaders importants s'étaient implantés pour deux ou trois décennies et incarneront une ligne politique socialement proche du socialisme démocratique.

Une forte opposition centre/droite

60Bien qu'à gauche on fasse souvent l'amalgame, il faut aussi avoir à l'esprit la très forte opposition entre la démocratie chrétienne et la droite modérée. Les premiers accusent les seconds d'être liés aux possédants, aux agrariens, au Château. Les seconds leur reprochent un socialisme larvé, leur implication dans le syndicalisme, leur propension au désordre social.

61On retiendra deux exemples de conflit aigu entre les militants de la démocratie chrétienne et de la droite avec les candidatures antagonistes du MRP Victor Rault et de l'indépendant gaulliste Robert Richet à Saint-Brieuc, d'Alphonse Arzel et de Gabriel de Poulpiquet dans le Finistère Nord.

62En fait, aux yeux des électeurs des blocs blancs (Léon, Vitré-Ancenis-Clisson, Morbihan oriental), le centrisme apparaît comme la forme la plus extrême de l'opposition au pouvoir des propriétaires terriens et au conservatisme. Pour une partie des électeurs et surtout des militants, le fossé est moins profond entre la démocratie chrétienne et les socialistes qu'avec la droite classique.

63Soumis au laminage du scrutin majoritaire, les centristes sont obligés de composer avec leurs concurrents de la droite classique. La réconciliation est rarement réussie : les centristes en font les frais et reculent, perdant un peu leur identité et leurs électeurs. De plus, la laïcisation de la politique favorise le transfert d'électeurs centristes vers la gauche ou vers la droite, d'autant plus que le centre dispose rarement de structures locales efficaces. Dès lors aussi que la politique a changé et ne se réduit plus à des réseaux d'influence et de services.

Une pratique fréquente des alliances entre le centre et la gauche sous la IVe République

64Au lendemain de la guerre, la gauche atteint en Bretagne plus de 40 % en moyenne, avec nombre de secteurs géographiques où elle est majoritaire. Le parti communiste obtient près de 20 % des voix.

65Après la rupture de 1947, on assiste donc à la multiplication des alliances de « Troisième Force », centrées sur le MRP et les radicaux, et incluant la SFIO. Le centre peut ainsi gouverner avec la gauche non communiste, entre l'opposition du RPF et celle des communistes. Ainsi, à Saint-Brieuc, le maire MRP travaille avec un premier adjoint socialiste de gauche, Antoine Mazier jusqu'en 1959. Des militants chrétiens travaillent donc avec des socialistes, dont ils peuvent, à l'occasion, apprécier l'ouverture. Des militants chrétiens travaillent avec des radicaux. La fracture droite/gauche s'en trouve donc atténuée.

66Ces alliances concernent beaucoup de villes importantes, notamment Saint-Brieuc, Saint-Malo, Quimper, Vannes, Nantes, Rennes. Elles fonctionnent tellement bien qu'elles ne disparaîtront pas avec le changement de la loi électorale et avec la bipolarisation de la vie politique impulsée par les directions nationales des partis. Elles persisteront même jusqu'en 1977 à Rennes, Nantes, Quimper et Saint-Malo. En fait, cette cogestion des villes prépare la laïcisation de l'engagement politique.

67Après 1965 la FGDS, alliant radicaux, clubs et socialistes, rencontrera un certain succès en Bretagne, avec un élargissement important de l'assise militante, puis électorale par rapport à l'ancienne SFIO. La cause directe en est l'alliance du centre et de la droite, liée à la mise en place du scrutin d'arrondissement et à l'union de la gauche.

Un parti socialiste généralement en phase avec la société bretonne

L'inadaptation et le déclin des années 1940-1950

68Au sortir de la guerre, la SFIO est inadaptée à la réintégration des chrétiens dans la politique et dans le mouvement social impulsé par la lutte de libération nationale. Inadaptée aussi à l'apparition d'un mouvement agricole moderniste et d'un syndicalisme de transformation économique et sociale. Inadaptée encore aux nouveaux types de militantisme. Elle est incapable d'intégrer le caractère multi-classes et populaire de l'enseignement catholique en Bretagne. Elle apparaît plus figée que le parti communiste, qui est, lui, capable de lancer une stratégie de la main tendue en direction des travailleurs catholiques.

69Elle ne dispose pratiquement plus de levier syndical, hors de la fonction publique (FEN, FO) et se replie progressivement sur sa base de fonctionnaires, spécialement dans l'enseignement, et sur les réseaux laïcs. Après l'échec du syndicalisme agricole progressiste, la SFIO conserve quelques noyaux restreints d'agriculteurs. Dans les trois cas, le Parti subit une forte concurrence communiste.

En phase avec le réveil breton des années 1960-1980

70La Bretagne des années 1950 et 1960 a connu un réveil de ses forces vives. À partir de 1964, le CELIB connaît une crise car il choisit de rester apolitique malgré le refus du gouvernement d'accepter le principe d'une loi programme pour la Bretagne. Les larges majorités à l'assemblée ne permettent plus au réseau breton d'exercer sa pression habituelle. De son côté, sous la poussée de nouveaux militants, la « vieille maison » va réaliser une mue impressionnante. Elle est d'abord en mesure d'intégrer progressivement la problématique régionale, c'est-à-dire la question bretonne.

L'intégration de la problématique régionale

71En 1966, Michel Phlipponneau rejoint la FGDS, démarche que suivront des syndicalistes agricoles, des militants d'action catholique, des défenseurs de la cause bretonne comme Armand Keravel. Le parti socialiste s'élargit et s'ouvre dans toute la Bretagne. D'abord en Ille-et-Vilaine et dans le Finistère, plus tardivement dans les Côtes-du-Nord où une majorité du puissant PSU le rejoint en 1974.

72Le parti socialiste, par l'intermédiaire du BREIS, va relayer une partie des revendications économiques, sociales et culturelles bretonnes. Des militants syndicalistes ouvriers suivront la même voie. Toute la contestation bretonne va trouver un écho et un relais dans le nouveau parti socialiste dans les années 1970. Il parvient à faire élire de nouveaux notables, plus jeunes, plus dynamiques, plus ouverts, parmi lesquels Josselin, Le Pensec (1973), puis Le Drian (1978) font figure de pionniers.

En phase avec le légitimisme et la fidélité des Bretons face à un pouvoir central plutôt réformiste (1981-1989)

73L'électorat breton est moins versatile que beaucoup d'autres. Il passe rarement de gauche à droite, le mécontentement se traduisant plutôt par une augmentation progressive de l'abstention. Pendant l'ère Mitterrand, il reste plutôt favorable au pouvoir socialiste et élit encore 15 députés socialistes en 1986.

En phase avec la société plus individualiste et désenchantée des années 1990

74En 1992-1993 les progrès des divers votes écologistes correspondent presque exactement à l'érosion du vote socialiste. Si le résultat est mauvais lors du second tour des législatives de 1993, c'est essentiellement dû au mauvais report des voix de gauche sur le candidat PS. Dès 1994 le redressement est perceptible. En 1995 Jospin fait presque jeu égal avec Chirac. Après la dissolution de 1997, le succès socialiste est éclatant. Il se confirme en 1998, avec la conquête du département du Finistère. En 2001 les élections municipales et cantonales ne sont pas défavorables aux socialistes, malgré une certaine usure du pouvoir central. En 2002 les socialistes conservent 14 de leurs 36 sièges bretons, un bien meilleur résultat qu'au niveau français. 2004 marque un triomphe avec deux basculements de départements à gauche outre celui de la région et deux confirmations.

75Est-ce que les progrès de l'implantation électorale coïncident avec un renforcement du parti ? Les évolutions récentes fournissent des éléments contradictoires : l'afflux des électeurs n'a pas eu d'impact sur le nombre d'adhérents, qui n'atteint pas les 6 000 pour l'ensemble des 5 départements. Le PS a perdu une bonne partie de sa base et a gagné des élus et leurs collaborateurs. Il attire également ceux qui sont désireux d'obtenir des mandats électifs. Il s'est donc mué en parti de pouvoir, de gouvernement. On en reste à un adhérent pour 550 habitants adultes. Même dans les Côtes-d'Armor où le socialisme dispose de la majorité absolue à lui seul, on en est à moins d'un adhérent pour 400 habitants adultes.

76Cela n'empêche pas le PS d'avoir une forte présence sur le terrain, en partie du fait de la professionnalisation d'une bonne partie des élus membres d'exécutifs. Il dispose aussi d'utiles relais d'opinion dans les associations (parents d'élèves, cadres de vie et environnement, associations laïques, clubs sportifs) dont les responsables constituent un vivier d'élus.

77On a assisté récemment au développement du phénomène des « divers gauche » avec l'élection d'une quinzaine de candidats sous cette étiquette aux élections cantonales (et même aux municipales), parfois au détriment d'un sortant socialiste. Après deux décennies de quasi-monopole, l'étiquette « socialiste » ne semble plus nécessairement la plus « porteuse ». Est-ce un écho de la crise des partis au niveau français ?

78Dans certains cas, les instances locales du PS ont pu profiter du rayonnement d'une personnalité de gauche non inscrite au parti pour conforter leur majorité départementale, avant d'encarter l'élu. Dans d'autres cas, le « divers gauche » s'est imposé dans des situations de non-renouvellement suffisant du personnel politique. Le premier parti de Bretagne ne peut, localement, imposer toutes ses décisions et ses choix de candidats. Par contre, ses alliés, communistes et verts, sont réduits à peu de chose.

Bilan : des changements importants

Enracinement de la gauche non communiste

79Le basculement de nombre d'électeurs chrétiens vers la gauche a permis un enracinement beaucoup plus marqué de la gauche non communiste qu'ailleurs dans l'Ouest, y compris dans les zones rurales. Les élections législatives récentes en témoignent, avec des résultats amplifiés par le scrutin majoritaire.

80La gauche socialiste s'est enracinée grâce à des candidats fortement implantés, bénéficiant d'une bonne cote personnelle et dans lesquels les Bretons se reconnaissent facilement. Ce fut le cas de Louis Le Pensec et de Charles Josselin, au début du réveil socialiste, et de nombreux autres candidats et élus par la suite.

81On remarquera aussi que le plus souvent, notamment dans les trois départements occidentaux, les candidats socialistes locaux obtiennent des résultats sensiblement supérieurs à ceux des candidats socialistes à la présidence de la République.

82En 1997, la poussée de gauche donne des résultats en sièges encore plus spectaculaires qu'au niveau national :

83Bretagne : 20 sièges sur 36.

84Ouest : 9 sièges sur 34.

85En 2002, le reflux du PS lui laisse une représentation importante en Bretagne, nulle dans l'Ouest non breton : Bretagne : 14 sur 36. Ouest : 0 sur 34.

86Désormais, quatre conseils généraux bretons — les Côtes-d'Armor depuis 1976, le Finistère depuis 1998, l'Ille-et-Vilaine et la Loire-Atlantique depuis 2004, sont contrôlés par la gauche. Cette situation ne s'explique pas seulement par le vote sanction car elle s'annonçait déjà en 2001, notamment en Ille-et-Vilaine.

Bilan territorial

87Ces phénomènes, rares dans l'Ouest non breton, sont très étendus géographiquement en Bretagne, comme le montre la carte des progrès de la gauche depuis 1965.

88Les progrès du vote socialiste sont généralisés dans tous les anciens secteurs de droite, dans tous les secteurs à forte pratique religieuse, notamment le Léon, le Centre et l'Est du Morbihan, les marges orientales de l'Ille-et-Vilaine et de la Loire-Atlantique. Mais il y demeure minoritaire. À la faveur de triangulaires ou de conditions locales particulières, il peut l'emporter partout, du Léon (Lannilis, Roscoff) au pays de Retz, à l'exception du pays de Vitré.

89La progression la plus forte se trouve dans les zones de périurbanisation récente, autour de Nantes, Rennes et Brest, mais aussi de Saint-Brieuc, Vannes, Saint-Nazaire, Saint-Malo, Fougères. L'extension massive du salariat, l'arrivée de nouvelles populations peu enracinées diminuent l'influence des notables et favorisent le vote protestataire de gauche, qui passe généralement, au moins au second tour, par un vote socialiste.

90L'ancien bloc rouge du Centre-Ouest est maintenant largement gagné au socialisme. Les zones intermédiaires modérées se partagent encore entre droite et socialisme, avec des écarts de voix faibles.

91Dans le Morbihan, la droite conserve une position dominante, sauf dans le pays de Lorient, dans le Nord-Ouest de tradition radicale et dans la périphérie vannetaise.

Persistance du réformisme égalitaire

  • 8 Jean-Jacques Monnier, Le comportement politique des Bretons, Rennes, PUR, 1994.

92L'importance du phénomène de transfert vers la gauche de militants et d'électeurs est, selon nous, à rattacher à la force du courant d'opinion majoritaire en Bretagne, le réformisme égalitaire, qui se traduit par la prépondérance de la CFDT au plan syndical, par une large convergence centre-droit/centre-gauche au plan politique8.

93Là où le centre a tenu bon, avec une identité marquée par rapport à la droite, la gauche a piétiné (Saint-Malo, Vitré, Ancenis, Lesneven, Merdrignac, Tréguier, Lamballe, Corlay, Redon). Dans l'autre cas, il y a eu une forte progression de la gauche, avec souvent un changement de majorité (pays de Dinan et de Saint-Brieuc, région brestoise...).

  • 9 Jean-Jacques Monnier, « Militants chrétiens et basculement à gauche », dans Des curés aux entrepre (...)

94On peut cependant remarquer que dans les trois blocs blancs (Léon, pays de Vitré-Fougères-Ancenis, Morbihan oriental), il n'y a pas eu de bouleversement politique de masse. L'empreinte chrétienne pourrait par contre en expliquer le dynamisme entrepreneurial, comme en Vendée et dans les Mauges9. Une forte cohésion communautaire y a favorisé un développement endogène autonome qui a freiné la traduction politique du développement du salariat.

95Toutefois, le domaine politique ne traduit qu'une petite part de l'entrée massive des chrétiens dans la vie publique extra-paroissiale. Le syndicalisme, la vie associative ont été les grands bénéficiaires de cette évolution, bien avant la politique. L'esprit de parti et la dévalorisation systématique du concurrent, qui sont les corollaires fréquents de la politisation, ont répugné à une majorité des chrétiens qui se tournaient vers un engagement non religieux d'intérêt général. Mais leur vote traditionnel au centre ou à droite s'est largement diversifié et infléchi vers la gauche, comme en témoignent les choix politiques du clergé. Cette évolution a été favorisée par le concile de Vatican 2 de même que par la sécularisation et l'effondrement de la civilisation paroissiale à partir de 1960.

96Le transfert massif de chrétiens vers la gauche est un phénomène du passé. L'école extraordinaire qu'ont représenté les mouvements d'Action catholique ne fonctionne presque plus, sécularisation oblige. Des chrétiens entrent toujours en politique, mais cela relève désormais, pour l'essentiel, d'un phénomène individuel.

Un parti bien adapté à la société bretonne

97Le parti socialiste, tel qu'on l'a observé avant le congrès du Mans en 2005, n'est pas particulièrement en bonne santé. Ses responsables bretons pointent le vieillissement du parti, la masculinité persistante de ses cadres, la prédominance numérique des élus, la forte présence de la fonction publique et des retraités.

98Outre le fait que les autres partis, de droite à gauche, se trouvent dans une situation analogue, voire plus mauvaise, ceci n'affecte ni les résultats ni l'extension des zones de bons résultats. Tout se passe comme si le parti socialiste s'est d'abord trouvé en phase avec les forces vives d'une Bretagne dynamique et en a capté une bonne partie des élites. Trente ans après, il se trouve encore en adéquation profonde avec la société bretonne du moment, beaucoup moins pourvue en projets et en ambitions collectives, comme fatiguée après les révolutions des années 1955-1980.

99Le vieillissement et la baisse du dynamisme n'affectent pas directement l'implantation socialiste qui bénéficie d'une sorte de protestation modérée contre la situation générale. Cela nous paraît lié au réformisme égalitaire d'une majorité de Bretons que nous avons déjà évoqué.

Des risques limités de décrochage

100Du côté de l'électorat en activité, le PS, parti institutionnel et installé, peut se heurter à des décrochages sensibles : abstention croissante, vote protestataire d'extrême gauche ou, comme au référendum, désaveu de la position du parti par une majorité de son électorat. Mais le scrutin majoritaire à deux tours, avec des seuils de maintien importants, limite le danger aux élections législatives. La forte notoriété de notables bien implantés fait également barrage à cette déperdition au niveau des élections locales. La nouvelle majorité présidentielle issue des urnes en 2007 se trouve largement décalée par rapport à l'aspiration bretonne dominante caractérisée par la modération et le réformisme égalitaire. Pour toutes ces raisons et en l'absence de concurrence véritable, la primauté du socialisme breton ne semble pas menacée.

Notes

1 Michel Nicolas, Jean Pihan, Les Bretons et la politique. 30 ans de scrutin en Bretagne (1958-1988), Rennes, PUR-ICB, 1988.

2 Jean-Jacques Monnier, « Ouest et Bretagne, comportements politiques comparés », dans Bretagne, Arts, négoce et société de l'antiquité à nos jours, Mélanges Jean Tanguy, Brest, 1996, p. 501-513.

4 Jean Pascal, Les députés bretons de 1789 à 1983, Paris, PUF, 1983.

5 Jean-Jacques Monnier, « Saint-Brieuc, un vote précurseur et persistant », Ar Men, n° 65, 1995, p. 12-17.

6 René Bourreau, « Le paradoxe de la représentation. Bernard Lambert, député de Loire-Atlantique », dans L'Ouest politique 75 ans après Siegfried, CNRS UA 915, 1987.

7 Michel Lagrée etal., Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, la Bretagne, Paris, Beauchesne-ICB, 1990.

8 Jean-Jacques Monnier, Le comportement politique des Bretons, Rennes, PUR, 1994.

9 Jean-Jacques Monnier, « Militants chrétiens et basculement à gauche », dans Des curés aux entrepreneurs, la Vendée au xxe siècle, Actes du colloque de 2003, La Roche-sur-Yon, CVRH, 2004.

Notes de fin

3 juin 1946.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540