Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les évêques français de Verdun à Vatican II

 | 
Frédéric Le Moigne

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Aimé Savard interroge René Rémond, Le Centurion, 1976, p. 10.
  • 2 Fouilloux É., Les chrétiens français..., op. cit., p. 186.
  • 3 Voix de l’Église en Agenais, 26 avril 1968.
  • 4 Carnets d’oflag. Le Dilettante, 1999, p. 67.
  • 5 Entretien du 10 juin 1998 avec l’auteur.

1« On ne comprend bien une génération que par rapport à ce qu’elle a vécu » indique René Rémond1. L’épiscopat français de 1972 qui comptait en son sein pas moins de 27 anciens prisonniers des oflags et des stalags de la Seconde Guerre mondiale2 mériterait assurément une lecture similaire à celle qui a orienté ce livre. Nul doute cependant que la génération épiscopale née entre 1870 et 1897 a été davantage modelée par l’histoire. La guerre a jalonné l’ensemble de son parcours : née après la défaite de 1871, elle se construisit dans les tranchées de 14-18, dut affronter l’Occupation de 1940, pour s’effacer après le conflit algérien qui clôturait un cycle national complexe de valorisation de la conscription. Un tel destin dépassant la chronologie de la « guerre de trente ans » fixée par Charles de Gaulle peut naturellement être lu sous le signe de la fatalité. Évoquant, au cours de l’homélie funèbre, le sort de Mgr Rodié par rapport au sien, son successeur, Mgr Johan, né en 1902 et ayant échappé à la mobilisation de 1939-1940, parla de « rude existence3 ». Si l’on suit Georges Hyvernaud, cette génération ballottée et subissant dans sa chair les épisodes guerriers s’est également inventée avec eux, en ayant eu la possibilité de prendre son destin en main : « Il n’y a que l’événement qui nous puisse révéler à nous-mêmes4 ». Une telle définition de la liberté sartrienne, donnée en 1941 par celui qui était alors réduit à l’impuissance par son destin de prisonnier de guerre, donnait toute sa valeur à la contrainte créatrice et historique de l’expérience. On illustrera d’ailleurs cet existentialisme par la confidence d’un homme d’Église, Mgr Badré, commentant le destin de la génération d’évêques de ce livre : « Ça a fait des hommes5 ». Il est cependant possible de penser que l’identité violente du premier vingtième siècle commencé à Verdun a créé une cruelle humanité.

  • 6 Derniers beaux jours. Journal 1935-1939, Pion, 1939, p. 84.
  • 7 Mosse G., De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Hachett (...)
  • 8 Sirinelli J.-F., Les baby-boomers. Une génération 1945-1969, Fayard, 2003, p. 65.
  • 9 « Une histoire renouvelée ; la Première Guerre mondiale », Atala. Revue annuelle du Lycée Chateaub (...)
  • 10 14-18, retrouver la guerre, Gallimard, 2000, p. 18.

2À défaut de chance, cette génération a donc eu la possibilité de se révéler et d’inscrire sa trace dans ce que Julien Green appelait le « grand puits universel6 » de l’histoire. Les anciens combattants de la Grande guerre ont ainsi rejoint les marathonomaques du Ve siècle athénien dans le panthéon des vétérans. La dramatique obstination maréchaliste de la Seconde Guerre mondiale, qui constituait assurément un signe lointain de la brutalisation des sociétés autoritaires européennes issues de la Première Guerre mondiale7, conduit toutefois à rechercher également les parentés du côté d’anciens glorieux perdants de l’histoire sous des régimes ou des batailles moins favorables. Une telle identité dans le siècle rendait complexes les rapports entretenus par cette génération avec ses successeurs « qui n’y avaient pas été », comme l’illustra le conflit central évoqué avec l’élite résistante sur la question de l’autorité et du respect du chef adulé. Le décalage fut également net avec la génération des baby-boomers8, la première à s’inventer à l’extérieur du cycle guerrier. Mai 1968 fondait une génération comme Verdun l’avait fait, précisément en s’opposant à ce cadre héroïque national et à l’autorité qui en découlait. Michel Lagrée pouvait ainsi évoquer le sort des anciens combattants, ces « septua – ou octogénaires, égarés dans un monde des sixties qui ne les reconnaissait plus, eux et leurs valeurs9 ». Aujourd’hui, le fossé s’est encore creusé. Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau font remarquer que la Grande Guerre et ses combattants apparaissent « en position de complète extériorité10 ».

3Il paraît tentant d’étendre ce constat au monde catholique de l’avant-Concile. Aux contacts d’ecclésiastiques pour la préparation de ce travail, combien de fois n’ai-je pas ainsi entendu parler de « père-évêque », terme anachronique pour désigner un Monseigneur, Prince de l’Église ? Le vocabulaire post-conciliaire de l’humilité et de l’horizontalité éloigne de la vérité de la hiérarchie et de la distance d’avant. En tout état de cause, cette extériorité bénéficie à l’historien du temps présent qui trouve ainsi, avec un peu d’effort, le recul et la distance par rapport à son objet d’études. Travailler sur l’épiscopat d’avant Vatican II, celui de la cappa magna et des oraisons latines, a un goût d’exotisme prononcé. L’extériorité nourrit plus sérieusement la curiosité, l’étonnement et le questionnement. Elle semble même le meilleur angle d’attaque pour tenter d’approcher le « topique historique » du maréchalisme de la hiérarchie catholique française. La multiplication des études sur l’Église sous l’Occupation n’est d’ailleurs pas loin de l’imposer comme un « topique historiographique ». Celui qui participe à cette obsession historienne, certainement à la mesure de la visibilité et de l’intensité de cette adhésion épiscopale à Pétain, doit cependant reconnaître qu’elle ne laisse pas assez d’énergie pour d’autres questions. Ainsi, la Quatrième République qui connut avec le MRP un investissement catholique aussi fort que celui de 1940-1941 présente un intérêt comparable. Les liens complexes de l’épiscopat avec ce personnel politique issu de la Résistance doivent être mieux définis, en particulier à l’échelle locale. Le comparatisme mené à l’échelle européenne pourrait s’avérer précieux s’il était organisé autour d’une problématique similaire : les autres épiscopats – allemand, autrichien, belge, italien... – ont-ils été aussi marqués que la hiérarchie française par cette identité de la Grande Guerre ? Le regard comparatiste devrait naturellement s’étendre à l’Espagne franquiste et au Portugal salazariste pour ce qui est de la séduction autoritaire. Enfin, les mécanismes de l’héroïsation épiscopale établis depuis l’âge médiéval et à l’inverse ceux de la dépréciation, dont on perçoit les manifestations durant tout le vingtième siècle en Europe (Guerres mondiales, régime communiste), mériteraient d’être approfondis.

  • 11 « Les évêques de France et le statut des juifs sous le régime de Vichy », La Documentation catholi (...)
  • 12 « Paris célèbre sa libération », Paris Notre-Dame, 957, 29 août 2002.
  • 13 . « Vichy dans la mémoire catholique 1970-1997 », Les usages politiques du passé dans la France con (...)
  • 14 . Clément J.-l., « Mgr Émile Guerry, historien ou apologiste ? », Amalvi C. (dir.). Une passion de (...)

4L’historien ne peut enfin manquer d’évoquer les interférences du temps présent qui ont accompagné sa recherche. La « déclaration de repentance » lue par Mgr de Berranger à Drancy11 le 30 septembre 1997 intéresse de biais le chercheur qui, confronté aux documents du Magistère des années médianes du vingtième siècle, reçoit presque avec vertige la source contemporaine. Il lui est en effet pratiquement impossible de relier les époques et les textes tant le « devoir de mémoire » qui prétend juger le comportement passé en invoquant les « droits de l’homme » s’oppose à la culture de l’Autorité passée. S’agit-il de la même institution ? Face à cette exacerbation de la mémoire, il est intéressant de signaler, au moment du soixantième anniversaire de la Libération, qu’un lieu et une date posant problème – Notre-Dame de Paris, le 26 août 1944 – paraissent aujourd’hui complètement pacifiés. En 2002, la Fondation Charles de Gaulle a en effet signé avec l’archevêque de Paris, Mgr Lustiger, une convention pour organiser la messe annuelle à la cathédrale, le dimanche le plus proche de l’anniversaire de la libération de la capitale. Les deux partis sont parfaitement d’accord pour ne plus évoquer l’incident Suhard12. La récente et d’ailleurs très médiatisée célébration de 2004 a illustré cet apaisement avec la cérémonie œcuménique du jeudi 26 août à Notre-Dame en présence du chef de l’État. L’historien Jean-Louis Clément, verrait sans doute là un des signes de la « connaissance très médiocre de l’histoire contemporaine13 » caractérisant le haut clergé actuel dans son désir de repentance. Ce chercheur a d’ailleurs tenu à lui opposer comme modèle l’« historiographe » Mgr Guerry14..., de la même façon qu’il s’est mis en avant contre la majorité des historiens de la période.

  • 15 . Fouilloux É, « Église catholique et Seconde Guerre... », p. 117.
  • 16 . Genette G., « La littérature selon Jorge Luis Borges », Jorge Luis Borges, L’Herne, 1981, p. 327.

5La polémique sur le présent repentant n’aide assurément pas à conclure un livre qui a tenté de s’inscrire dans la temporalité et le « devoir d’histoire15 ». La tension du chercheur n’est pas provoquée par le bruit du monde mais par le silence de son travail. Dans ce cadre, le point final de l’écriture est pour lui angoissant. Grâce à Borges qui estime que l’écriture est une lecture16, il préférera convier plus sereinement le lecteur non pas dans l’atelier un peu sacré de la fabrication du récit, mais dans la bibliothèque de ses premières heures de recherches. Là, il avait simplement cherché à faire revivre la société épiscopale qu’il lisait. C’est cette lecture qui a été transmise ici pour être partagée.

Notes

1 Aimé Savard interroge René Rémond, Le Centurion, 1976, p. 10.

2 Fouilloux É., Les chrétiens français..., op. cit., p. 186.

3 Voix de l’Église en Agenais, 26 avril 1968.

4 Carnets d’oflag. Le Dilettante, 1999, p. 67.

5 Entretien du 10 juin 1998 avec l’auteur.

6 Derniers beaux jours. Journal 1935-1939, Pion, 1939, p. 84.

7 Mosse G., De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Hachette, 1999, 291 p.

8 Sirinelli J.-F., Les baby-boomers. Une génération 1945-1969, Fayard, 2003, p. 65.

9 « Une histoire renouvelée ; la Première Guerre mondiale », Atala. Revue annuelle du Lycée Chateaubriand de Rennes, 3, mars 2000, p. 117.

10 14-18, retrouver la guerre, Gallimard, 2000, p. 18.

11 « Les évêques de France et le statut des juifs sous le régime de Vichy », La Documentation catholique, 19 octobre 1997, p. 870-874.

12 « Paris célèbre sa libération », Paris Notre-Dame, 957, 29 août 2002.

13 . « Vichy dans la mémoire catholique 1970-1997 », Les usages politiques du passé dans la France contemporaine des années soixante-dix à nos jours, Paris 1, 2003, à paraître.

14 . Clément J.-l., « Mgr Émile Guerry, historien ou apologiste ? », Amalvi C. (dir.). Une passion de l’Histoire. Histoire(s), Mémoire(s), et Europe. Hommage à Charles-Olivier Carbonnell, Toulouse, Privât, 2002, p. 137-153.

15 . Fouilloux É, « Église catholique et Seconde Guerre... », p. 117.

16 . Genette G., « La littérature selon Jorge Luis Borges », Jorge Luis Borges, L’Herne, 1981, p. 327.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540