Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Deuxième partie. Contrepoints : éclairages étrangers et régionaux

Le socialisme bourguignon des années 1930 à nos jours

Jean Vigreux

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Dans le cadre du centenaire du parti socialiste, il est toujours important de rappeler le Congrès de la salle du Globe à Paris le 23 avril 1905, qui donne naissance à la SFIO (Section française de l'Internationale ouvrière). Toutefois, le deuxième congrès de la SFIO à Chalon-sur-Saône à l'automne concrétise la création du parti socialiste qui compte alors 35 000 adhérents. Ainsi, la SFIO s'implante assez tôt en Bourgogne ; elle s'appuie sur les municipalités gagnées à la fin des années 1890 et sur le mouvement ouvrier organisé au sein de la CGT

2Derrière l'organisation, on pourrait évoquer les grandes figures du socialisme bourguignon, tel Paul Faure, secrétaire national du Parti, mais aussi personnalité politique de Saône-et-Loire, au Creusot, François Mitterrand, l'élu de la Nièvre qui a su reconstruire le parti socialiste, le député maire de Château-Chinon, jusqu'à nos jours où deux socialistes bourguignons ont un rôle important, aussi bien Arnaud Montebourg, le député de la Bresse en Saône-et-Loire que François Rebsamen, le maire de Dijon.

  • 1 Frédéric Sawicki, Les réseaux du parti socialiste,, Paris, Belin, 1997.

3Au-delà des hommes et des dirigeants, il semble utile de présenter les zones d'adhésion et d'influence électorale (tout comme les zones réfractaires), les logiques sociales et géographiques qui président à ce socialisme bourguignon... Évoquer ces milieux socialistes, c'est aussi signaler les réseaux des élus locaux, mais aussi de clientélisme ou de sociabilités particulières construisant les milieux socialistes évoqués avec finesse par F. Sawicki1.

  • 2 Voir Cent ans de socialisme dans la Nièvre, Recherche socialiste, n° 16, 2001.
  • 3 Je renvoie aux travaux de Pierre Lévêque, et tout particulièrement à : Pierre Lévêque, Révolutions (...)
  • 4 Emmanuel Ranc, Henri Barabant, itinéraire politique d'un militant ouvrier, mémoire de maîtrise d'h (...)
  • 5 Plutôt l'insurrection que la guerre. L'antimilitarisme dans l'Yonne avant 1914, ADIAMOS, Société d (...)

4Toutefois, une telle présentation, qui commence dans les années trente du xxe siècle, doit prendre aussi en considération les héritages. Le socialisme s'implante relativement tôt dans la région ; certes ce n'est pas un raz-de-marée, mais le socialisme nivernais est important2 ; en Saône-et-Loire, les luttes ouvrières de Montceau-les-Mines ont permis à Jean Bouveri d'être un militant reconnu et élu3 ; la Côte-d'Or voit le rôle de la famille Bouhey, mais aussi la conquête de la ville de Dijon dès 1896, grâce aux cheminots, par Auguste Morin-Gacon, victoire confirmée en 1904 par l'élection de la liste socialiste d'Henri Barabant4. Ce dernier s'emploie à laïciser les noms de la ville... Dans l'Yonne, la famille socialiste est marquée dans un premier temps par l'hervéisme qui a su reprendre un héritage allemaniste5.

5Dans cette optique, il faut aussi prendre en compte les jeux d'échelles, les temporalités variées, les rapports aux sociétés et aux cultures locales ; monde des vignes et des viticulteurs, monde des mines, de la métallurgie et des ouvriers, monde des enseignants et des cheminots, etc. Ces réseaux impliquent également des solidarités particulières ancrées dans les territoires bourguignons. Si le projet socialiste se veut internationaliste, il doit composer avec les institutions, les cultures nationales et locales. La concurrence des communistes permet également de s'interroger sur la place prise par le socialisme en Bourgogne surtout après 1945. Il sera ainsi nécessaire de comprendre les mises en scène d'une « geste socialiste » en Bourgogne ; quel est le patrimoine commun, comment est-il mobilisé ? L'aller-retour histoire et mémoire doit être au cœur aussi des analyses données ; trois temps peuvent être retenus, d'abord celui des années 1930, puis la rupture que constituent la Seconde Guerre mondiale et la IVe République, enfin le moment de la Ve République...

La Bourgogne, une terre socialiste sous le Front populaire ?

6La crise économique et sociale des années 1930 qui sévit en France touche assez durement la Bourgogne : plus de 6 % des salariés du secteur industriel dans l'Yonne, la Côte-d'Or et la Nièvre sont sans emploi, alors que la Saône-et-Loire, plus industrialisée n'en compte que 4,3 %. On dénombre ainsi plus de 1 000 chômeurs à Dijon en 1935.

7Mais la crise agricole — avec la chute des cours du blé — caractérise essentiellement ce malaise, en particulier dans le Châtillonnais, le Sénonais et le Tonnerrois. La mévente touche aussi le vignoble, ce qui conduit à stocker la production — d'aucuns sauront à profit, quelques années plus tard, pendant l'Occupation, vendre leurs vins aux Allemands au prix fort, mais c'est là une autre histoire !

8C'est sur ce terreau d'une crise sociale sans précédent que naissent les ligues d'extrême-droite et le Parti agrarien et paysan français (PAPF). En utilisant le mécontentement ambiant, ces forces politiques véhiculent aussi un discours xénophobe et antisémite, dont la presse locale se fait l'écho.

9En réaction aux événements parisiens du 6 février 1934, la gauche qui perçoit le danger fasciste organise la riposte. Localement, les premiers rassemblements antifascistes ne cessent de prendre de l'ampleur entre juin 1934 et l'année 1935 avec, en particulier, les meetings organisés sur le plateau de Chenôve ou dans la région d'Irancy ; plusieurs comités locaux de vigilance antifasciste voient le jour sous l'impulsion des socialistes, des communistes et de la Ligue des Droits de l'Homme ; ainsi Jean Bouhey, Marcel Naudot, Robert Jardillier, Charles Vêque et bien d'autres organisent les luttes antifascistes (voir photographie 1).

Photographie 1

Photographie 1

Meeting antifasciste à l'école Jules-Ferry de Chenôve (1935). À la tribune (de droite à gauche) : Bracke-Derousseaux (orateur, ancien député socialiste, élu municipal de Lille) ; Robert Jardillier (maire de Dijon) ; Henri Guenin (conseiller d'arrondissement Dijon-Sud) ; Charles Vêque ; Jean Bouhey (maire de Villers-la-Faye) ; Marcel Naudot (maire de Chenôve) ; (inconnu). Photographie ADIAMOS.

10Cet élan unitaire, marqué par une volonté de réformes, se manifeste lors des élections municipales de 1935, où la gauche fait une poussée remarquable dans la région comme l'illustre la victoire du socialiste Robert Jardillier à Dijon. C'est la première pierre à l'édifice du Front populaire, à laquelle il faut ajouter les manifestations importantes dans toutes les villes de la région, du 14 juillet 1935, où les socialistes ont mobilisé leurs troupes.

  • 6 Voir Hervé Vuillaume, Le groupe parlementaire socialiste à l'époque du Front populaire, mémoire de (...)

11Pour les élections législatives du printemps 1936, conformément à la liberté laissée par le Rassemblement populaire, chaque organisation présente ses candidats. La participation est importante et, sur l'ensemble de la Bourgogne, on assiste à une poussée du Front populaire qui profite essentiellement aux candidats socialistes ; quatorze élus pour le rassemblement populaire (dont douze socialistes)6sur vingt-trois députés.

12En Saône-et-Loire, il y a six députés socialistes (Henri Boulay à Mâcon, René Burtin à Louhans, Jean Laville à Charolles, Georges Nouelle à Chalon-sur-Saône, François Roux à Autun, Jean-Marie Thomas à Chalon-sur-Saône) sur les huit élus du département ; dans la Nièvre, il y a deux députés socialistes (Léon Bondoux à Château-Chinon, Arsène Fié à Cosne-sur-Loire) et un issu des rangs du parti d'unité prolétarienne ; dans l'Yonne, deux députés socialistes (Paul Campargue à Sens, Maxence Roldes à Joigny) ; en Côte-d'Or, seuls deux socialistes représentent sur les bancs la nouvelle assemblée de Front populaire (Jean Bouhey à Beaune et Robert Jardillier à Dijon).

13Le député-maire de Dijon entre au gouvernement de Léon Blum comme ministre des PTT et de la radiodiffusion.

14Dès lors, on mesure le poids électoral de la SFIO qui profite de l'élan du Front populaire en capitalisant les efforts des années 1920 et du début des années 1930 ; cet ancrage est fortement marqué dans la Nièvre et la Saône-et-Loire, même si dans le Nivernais la concurrence communiste est forte (le PCF recueillant 17 % des suffrages en 1928). Dès 1932, les socialistes recueillent 41,9 % des suffrages en Saône-et-Loire, le deuxième département après les Bouches-du-Rhône. Dans ce département du sud de la région, une sociologie et une géographie spécifiques caractérisent cette implantation en trois zones principales :

  • Les ouvriers de Chalon-sur-Saône et les mineurs du bassin de Montceau-les-Mines.
  • Les vignerons du Mâconnais réunis autour des coopératives.
  • Les paysans du Morvan.

15La Côte-d'Or et l'Yonne sont deux départements plus conservateurs et la poussée socialiste y reste moindre ; pourtant, en 1937, la SFIO compte 3 000 adhérents en Côte-d'Or. Mais l'histoire du Front populaire est marquée aussi par les divisions, en particulier face à la question de l'aide aux républicains espagnols qui luttent contre Franco et ses soutiens fascistes, mais aussi au moment de la « pause » en 1937. Dans de nombreuses villes de la région, on assiste à une mobilisation pour aider l'Espagne républicaine : les enfants réfugiés sont accueillis, on envoie des vivres, et parfois au péril de leur vie, des militants partent combattre en Espagne dans les Brigades internationales.

  • 7 Voir Philippe Poirrier (dir.), Lucien Hérard. Du syndicaliste enseignant au médiateur culturel. L' (...)

16Ces débats connaissent dans la région un écho sonore par la voix de Lucien Hérard au sein de la Bataille socialiste dans la SFIO, puis au parti socialiste ouvrier et paysan (PSOP après la scission)7. La SFIO se dote même au cours de cette période d'un journal plus large que les organes politiques des fédérations socialistes, en lançant la Bourgogne républicaine sous l'égide de Jean Bouhey, député de Beaune. Ce dernier est fortement marqué par la culture antifasciste ; il est le seul socialiste qui s'oppose aux accords de Munich en 1938, puis il joue un rôle prépondérant au sein de la Résistance.

L'épreuve de la Seconde Guerre mondiale et l'embellie éphémère de la IVe République

17La déchirure entre « pacifistes et bellicistes » touche durablement la région ; Paul Faure en Saône-et-Loire et Jean Bouhey en Côte-d'Or incarnant, à eux seuls, les deux positions irréconciliables. L'ampleur de la division se mesure également lors du vote des pleins pouvoirs constitutionnels à Philippe Pétain, le 10 juillet 1940.

18Parmi les parlementaires socialistes bourguignons présents à Vichy, tout le monde vote les pleins pouvoirs. Les absents qui n'ont pas pu se rendre à Vichy, pouvaient être prisonniers en Allemagne, comme Jean Bouhey.

19Dès lors, la SFIO connaît une grave crise comme partout ailleurs en France. Elle est totalement désorganisée ; Paul Faure a même été récupéré par Vichy. Est-ce malgré lui ? Cela semble difficile de se prononcer, mais il ne s'oppose pas violemment à sa nomination. D'ailleurs, de nombreux élus locaux vont jouer la carte de la Révolution nationale, croyant prolonger leur pacifisme...

  • 8 Laurence Chevallot, Le maquis Henri Bourgogne, Saint-Brisson, ARORM, 2003.

20En Côte-d'Or, les socialistes n'écoutent pas les sirènes du pacifisme de Vichy, comme dans la Saône-et-Loire voisine, mais s'engagent individuellement dans la résistance ; Henri Camp de Semur-en-Auxois devient le chef du maquis Bourgogne8 ; Maxime Guillot, le cheminot de Chenôve, organise les sabotages et les parachutages ; Jean Bouhey dans la région de Beaune avec son équipe de La Bourgogne républicaine (Eugène Marlot, Jean Devevey, Maurice Pavelot) diffuse Espoir ; Jean Mairey, enseignant muté à Lyon, renoue le contact avec ses camarades.

Tableau 1 : Votes des 9 et 10 juillet 1940 sur la révision des lois constitutionnelles et sur les pleins pouvoirs

Tableau 1 : Votes des 9 et 10 juillet 1940 sur la révision des lois constitutionnelles et sur les pleins pouvoirs

Tableau réalisé à partir de Vincent Chambarlhac, Maxime Dury, Thierry Hohl, Jérôme Malois, La maison socialiste, Histoire documentaire du parti socialiste, tome 2, 1921-1940, Dijon, EUD, 2005, p. 230-233 et du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, cédérom, Éditions de l'Atelier, 1997.

21Le lendemain de la grande manifestation du 11 novembre 1943 à Dijon, organisée par le communiste Marcel Asmus (« Dupré »), se constitue le Comité départemental de Libération (CDL). Sa composition reflète l'unité prônée par Alger. On retrouve les principaux acteurs des mobilisations récentes. Georges Connes, professeur d'anglais à la Faculté, ancien conseiller municipal socialiste de Dijon, accueille chez lui cette réunion. Marcel Asmus représente le PCF ; Robert Kuhn le parti radical-socialiste ; Gaston Laneyrie (modéré) ; Marcel Roclore (Ceux de la Résistance) ; Robinet (Ceux de Libération) ; Claude Guyot (Libération-Nord et adhérent du PS) ; Loriguet (Front national) ; Henri Fauquenot (Organisation civile et militaire) ; Marcel Petit (CGT) ; le commandant Berger et Jean Mairey, universitaire. Il y a également à cette réunion constitutive Jean Bouhey, l'ancien député socialiste du Front populaire, qui vient d'être nommé futur commissaire de la République, ainsi que le représentant du CFLN Clozon. Au total, les socialistes sont majoritaires dans ce CDL, tout comme dans la Nièvre voisine.

22Au cours de cette année 1944, le parti se reconstruit en épurant ; les parlementaires qui ont voté les pleins pouvoirs sont écartés. C'est surtout en Saône-et-Loire que la SFIO est totalement reprise en main par une nouvelle génération de militants, issue des rangs de la Résistance, comme Mazuez ; Paul Faure va alors constituer le parti social-démocrate (PSD), qui garde une certaine influence, puisqu'il récupère des élus importants, dont le maire de Chalon-sur-Saône.

  • 9 Jean Vigreux, « Le comité d'entente socialiste-communiste », dans Serge Berstein, Frédéric Cépède, (...)
  • 10 Jean Vigreux, Waldeck Rochet, une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000.

23La SFIO, victorieuse en 1944 en Côte-d'Or, connaît rapidement des échecs ; si le maire provisoire de la ville était issu de ses rangs, Georges Connes, en 1945 les Dijonnais font confiance (et pour longtemps) au chanoine Kir qui enlève la mairie. D'autre part, dans la région, le parti socialiste doit dorénavant compter, dans le cadre du tripartisme, avec le poids du PCF. Si d'aucuns souhaitent une fusion organique, qui est vite abandonnée9, la concurrence est acharnée dans la Nièvre et la Saône-et-Loire avec Waldeck Rochet10.

24La rupture de la guerre froide en 1947 conforte une SFIO anticommuniste ; elle a payé assez cher dans la Nièvre et en Saône-et-Loire l'attitude de ses députés le 10 juillet 1940 et l'accueil favorable aux sirènes pétainistes, puisque le PCF la devance dorénavant ; cependant, elle résiste mieux dans l'Yonne (30 %) et en Côte-d'Or (35 % contre 12 % au PCF).

25La SFIO entame alors une période de déclin historique. L'exemple côte-d'orien illustre bien ce processus. Pourtant, au sortir de la guerre, la fédération socialiste de Côte-d'Or était en position de force ; elle détenait la mairie de Dijon, avec Georges Connes ; elle dirigeait le CDL, avec Claude Guyot ; elle tenait la préfecture, avec Marcel Lhuillier et elle avait le commissariat de la République (avec Jean Bouhey, puis Jean Mairey). Aux premières élections de la IVe République, elle avait deux députés : Jean Bouhey et Claude Guyot. Toutefois, si elle comptait près de 1 000 adhérents et une trentaine de sections, elle perdait un siège de député dès juin 1946. Seul Jean Bouhey reste au long de la IVe République député socialiste de Côte-d'Or. Cette érosion se lit au fil des élections : en juin 1951, la liste SFIO recueille 32 472 voix et, en janvier 1956, elle n'a plus que 29 149 voix. La fédération de Côte-d'Or compte péniblement 500 adhérents au cours des années 1950 (six fois moins qu'en 1937 !). La perte de Dijon au profit du chanoine Kir est aussi la marque de cet échec.

26D'autre part, les cadres du parti ne se renouvellent pas ; on retrouve toujours à la direction de la SFIO Jean Bouhey, Claude Guyot et Charles Vêque, déjà présents avant guerre... En 1951, en Saône-et-Loire, elle n'obtient que 11,7 % des suffrages exprimés (contre plus de 40 % avant 1939).

27Le renouveau du socialisme vient d'ailleurs ; les clubs et le PSU vont incarner, ici comme dans d'autres régions, cette renaissance du socialisme.

La Ve République et la rénovation socialiste

  • 11 Jean-Marcel Bichat, « François Mitterrand et la CIR dans la Nièvre », Recherche socialiste, n° 16, (...)
  • 12 27 novembre 1958. Cette thématique sera reprise par l'extrême-droite, « Le cinéma de Mitterrand, F (...)

28C'est en particulier dans la Nièvre que se joue cette relève, grâce à François Mitterrand. Opposant farouche à la Ve République, il fonde la Ligue pour le combat républicain, puis la Convention des institutions républicaines (CIR). Jean-Marcel Bichat a consacré une étude fort utile sur ce sujet, dans laquelle il souligne l'implantation cantonale, la conquête de François Mitterrand11, dans une « ambiance de combat » avec la fédération socialiste du docteur Benoist de Nevers ; l'hebdomadaire socialiste nivernais titrait le 27 novembre 1958 « de la francisque à l'extrême-gauche, buvant le calice jusqu'à la lie, Mitterrand le Déloyal va au comble de l'abjection12 »... Tout est dit, enfin presque, car François Mitterrand n'est pas en reste ; il déclare à Châtillon-en-Bazois, quelques années plus tard, « si la SFIO avait réussi, nous y serions tous ! »... Tel est alors le climat tendu entre la « vieille SFIO » et les courants qui prétendent au renouveau socialiste. Toutefois, Mitterrand devient en 1964 président du conseil général de la Nièvre.

29La crise de la SFIO se manifeste également dans les autres départements bourguignons ; en Côte-d'Or, elle est concurrencée dans le milieu étudiant par le parti socialiste unifié (PSU), qui tient à l'université de Dijon la jeunesse étudiante grâce à l'AGED-UNEF. D'autre part, en 1966, des intellectuels, dont l'historien Pierre Lévêque, et des syndicalistes fondent la CIR. En Saône-et-Loire, le PSU est bien implanté grâce à Pierre Mazuez, maire de Montceau-les-Mines, ancien député socialiste du département de 1945 à 1958.

30François Mitterrand, en voisin nivernais, implante aussi la FGDS qui redynamise la gauche dans toute la région. La campagne électorale des élections présidentielles de 1965 est le point de départ de la reconquête et de la rénovation socialiste, tant sur le niveau régional que sur le plan national. En 1967, la FGDS, grâce à un accord conclu avec le PCF, obtient dans la région Bourgogne 10 députés sur 15. Si mai 1968 vient quelque peu interrompre cet élan, la naissance du « parti de François Mitterrand » parachève le renouveau. Amorcée en 1969, la reconstruction socialiste se concrétise au congrès d'Épinay en juin 1971.

31Dès 1969, Alain Savary avait fondé le nouveau parti socialiste (NPS) dans lequel il regroupait la SFIO, l'union des clubs pour le renouveau de la gauche (UCRG) et l'union des groupes et clubs socialistes (UGCS) de Jean Poperen. À Épinay, François Mitterrand fonde l'actuel parti socialiste, regroupant le NPS, la CIR, Objectif 72, Vie nouvelle et de nouveaux militants.

32En Bourgogne, on mesure cet élan et la prise de l'espace socialiste par les « mitterrandiens ». L'un des proches collaborateurs de François Mitterrand, le secrétaire général adjoint de la CIR en 1970, membre du bureau exécutif du PS, Pierre Joxe est élu en Saône-et-Loire comme député de la 5e circonscription en 1973.

33Cette lancée unitaire, qui conduit à la signature du programme commun de gouvernement des partis de gauche en 1972 (MRG-PS-PCF), permet au PS de s'implanter sur toute la région et de renouer avec le militantisme. Si François Mitterrand est battu de justesse au second tour des élections présidentielles de 1974 par Valéry Giscard d'Estaing, la région bourguignonne est également coupée en deux, rappelant les clivages du Front populaire. F. Mitterrand a profité de l'héritage du socialisme nivernais, qu'il a su renforcer, obtenant 61,3 % des voix au second tour ; en Saône-et-Loire, il recueille 51 % des suffrages ; en Côte-d'Or, 48,4 % et dans l'Yonne, 47,3 %. Ces années 1970 sont celles de la conquête sur le terrain et le PS s'élargit, accueillant aux Assises pour le socialisme en 1974, Michel Rocard et une grande partie des militants PSU de la région.

34Si le conseil général de la Nièvre est toujours tenu avec brio par François Mitterrand, la Saône-et-Loire bascule également grâce à Pierre Joxe. En Côte-d'Or, le PS se développe, gagnant la ceinture rose de Dijon (Chenôve et Quétigny). Et en 1979, Pierre Palau, ancien secrétaire fédéral, devient président du conseil général de la Côte-d'Or ; seule l'Yonne restant une terre minoritaire.

35La « vague rose » de 1981 caractérise aussi l'embellie du socialisme en Bourgogne (en particulier sur les terres nivernaises et de Saône-et-Loire). Si les enjeux nationaux rencontrent les enjeux locaux, il est utile d'observer ce qui se passe en Côte-d'Or, exemple révélateur des logiques différenciées du local et du national : François Patriat est élu député à Beaune, contre les accords passés entre le PS et le MRG qui avaient retenu la candidature du radical Pierre Charles. Hervé Vouillot, élu de Quétigny, et Roland Carraz, maire de Chenôve, sont également élus sur les deux circonscriptions de Dijon. À Semur-en-Auxois, Michel Neugnot perd au second tour à cause d'un mauvais report des voix de gauche, en particulier des radicaux qui n'ont pas digéré la candidature socialiste sur Beaune. Voilà comment un mouvement de grande ampleur peut connaître des limites locales.

Conclusion : vicissitudes politiques du PS

36Dès 1983, le tournant de la rigueur conduit à certaines critiques en Bourgogne comme ailleurs. Toutefois, François Mitterrand est réélu à la présidence de la République en 1988 et augmente son résultat de 1981 dans la région. Le début des années 1990 est difficile pour le PS ; d'abord, il y a eu le suicide de Pierre Bérégovoy à Nevers ; il y a l'émergence de critiques et des défaites électorales. Au cours de ces années 1990, des militants quittent le PS qui tend à vieillir. Ce sont surtout les militants du CERES (Centre d'études, de recherches et d'éducation socialistes) fondé en 1966 par Jean-Pierre Chevènement, devenu en 1987 Socialisme et République, qui créent le Mouvement des citoyens (MDC). Roland Carraz est la figure de proue du MDC en Bourgogne et entraîne avec lui de nombreux militants, en particulier en Côte-d'Or.

37Toutefois, à la faveur d'une bonne campagne, Lionel Jospin est en tête en 1995 au premier tour des présidentielles. À peine deux ans plus tard, à la suite d'une dissolution hasardeuse, d'un mouvement social de grande ampleur à la fin de 1995 (le « troisième tour social des élections présidentielles »), la gauche remporte les élections législatives (1997), efface le revers de 1993.

38Entre-temps, le PS a perdu son père fondateur François Mitterrand et certains osent évoquer « le droit d'inventaire »… ce qui marque durablement le socialisme bourguignon, en particulier dans la Nièvre. La fédération socialiste de Côte-d'Or connaît à nouveau une crise, d'autant que Marie-Thérèse Mutin, ancienne première fédérale, fait une liste dissidente aux régionales de 1998. Malgré ces revers, la victoire des élections municipales à Dijon en 2001, les victoires des élections cantonales, régionales et européennes ont eu du mal à effacer, comme ailleurs, le traumatisme du 21 avril 2002. Dès lors, depuis le congrès national du PS tenu à Dijon en 2003, le maire de Dijon, devenu depuis le « numéro 2 » du parti, déploie ses efforts pour agrandir le PS, alors que les tenants de la rénovation, comme Arnaud Montebourg (député de Saône-et-Loire) et Christian Paul (député de la Nièvre), s'emploient à changer et développer le PS ; la rénovation serait-elle une spécificité locale ?

Notes

1 Frédéric Sawicki, Les réseaux du parti socialiste,, Paris, Belin, 1997.

2 Voir Cent ans de socialisme dans la Nièvre, Recherche socialiste, n° 16, 2001.

3 Je renvoie aux travaux de Pierre Lévêque, et tout particulièrement à : Pierre Lévêque, Révolutions et Républiques : la France contemporaine, Dijon, EUD, 2005 et La Bourgogne de Lamartine à nos jours, Dijon, EUD, 2006.

4 Emmanuel Ranc, Henri Barabant, itinéraire politique d'un militant ouvrier, mémoire de maîtrise d'histoire, université de Bourgogne, 1997 (sous la direction de Maurice Carrez).

5 Plutôt l'insurrection que la guerre. L'antimilitarisme dans l'Yonne avant 1914, ADIAMOS, Société des sciences historiques d'Auxerre, 2005 (Colloque ADIAMOS 89).

6 Voir Hervé Vuillaume, Le groupe parlementaire socialiste à l'époque du Front populaire, mémoire de maîtrise d'histoire, université de Bourgogne, 1998 (sous la direction de Serge Wolikow).

7 Voir Philippe Poirrier (dir.), Lucien Hérard. Du syndicaliste enseignant au médiateur culturel. L'engagement à l'échelle d'une vie, Chenôve, Les cahiers d'ADIAMOS, 2000 ; Thierry Hohl, à gauche ! La gauche socialiste (1921-1947), Dijon, EUD, 2004.

8 Laurence Chevallot, Le maquis Henri Bourgogne, Saint-Brisson, ARORM, 2003.

9 Jean Vigreux, « Le comité d'entente socialiste-communiste », dans Serge Berstein, Frédéric Cépède, Gilles Morin, Antoine Prost (dir.), Le parti socialiste entre Résistance et République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 181-192.

10 Jean Vigreux, Waldeck Rochet, une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000.

11 Jean-Marcel Bichat, « François Mitterrand et la CIR dans la Nièvre », Recherche socialiste, n° 16, 2001, p. 79-86.

12 27 novembre 1958. Cette thématique sera reprise par l'extrême-droite, « Le cinéma de Mitterrand, Francisque et faucille », Minute, 17 avril 1974.

Table des illustrations

Titre Photographie 1
Légende Meeting antifasciste à l'école Jules-Ferry de Chenôve (1935). À la tribune (de droite à gauche) : Bracke-Derousseaux (orateur, ancien député socialiste, élu municipal de Lille) ; Robert Jardillier (maire de Dijon) ; Henri Guenin (conseiller d'arrondissement Dijon-Sud) ; Charles Vêque ; Jean Bouhey (maire de Villers-la-Faye) ; Marcel Naudot (maire de Chenôve) ; (inconnu). Photographie ADIAMOS.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4211/img-1.png
Fichier image/png, 274k
Titre Photographie 2
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4211/img-2.png
Fichier image/png, 223k
Titre Tableau 1 : Votes des 9 et 10 juillet 1940 sur la révision des lois constitutionnelles et sur les pleins pouvoirs
Légende Tableau réalisé à partir de Vincent Chambarlhac, Maxime Dury, Thierry Hohl, Jérôme Malois, La maison socialiste, Histoire documentaire du parti socialiste, tome 2, 1921-1940, Dijon, EUD, 2005, p. 230-233 et du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, cédérom, Éditions de l'Atelier, 1997.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4211/img-3.png
Fichier image/png, 13k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540