Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les évêques français de Verdun à Vatican II

 | 
Frédéric Le Moigne

Cinquième partie. Un épiscopat à bout de souffle

Chapitre 14. Le conflit algérien

Texte intégral

  • 1 Mabille. F., Le Mouvement Pax Christi. Origines et développement d’une mobilisation catholique pou (...)
  • 2 AAR 1D 132, lettre adressée à Chappoulie, 2 juillet 1948.

1En 1950, au moment du manifeste « Des chrétiens contre la bombe atomique » relayant l’appel de Stockholm, l’ACA confia la présidence internationale du mouvement Pax Christi1 à l’archevêque de Paris. Mgr Théas gardait la présidence nationale purement honorifique. Si l’évêque de Tarbes se voyait ainsi sanctionné pour sa calamiteuse gestion financière, son remplacement par Feltin signifiait également une réorientation du pacifisme officiel catholique. Celui-ci, jusqu’alors entretenu par des prélats qui se référaient essentiellement à la dénazification en raison de leur expérience sous l’Occupation (Théas, Pinson, Piguet), se retrouva entre les mains des anciens de Saint-Sulpice (Feltin, Liénart, Gerlier, Lamy) désireux, de concert avec les évêques d’Outre-Rhin, de tourner au plus vite la page de la précédente guerre. Dès 1946, on l’a vu, ce dernier groupe incluant le cardinal Suhard avait déjà montré ses intentions à Vézelay. L’archevêque de Paris et le primat des Gaules acceptèrent deux ans plus tard l’invitation du cardinal Frings de se rendre le 15 août à Cologne. Le cardinal Roques, bien qu’ayant étudié à Düsseldorf mais définitivement marqué par le souvenir de l’Occupation, refusa quant à lui le séjour en Rhénanie en prétextant que ses diocésains ne pouvaient comprendre qu’il fût absent un 15 août et surtout pour une telle destination, trois ans après la fin du conflit2.

Au-dessous de la paix, il y a la guerre

  • 3 Semaine religieuse de Paris, 17 octobre 1953.

2À la tête de Pax Christi, Feltin fut un acteur crédible de la réconciliation franco-allemande. Lors de l’année 1953, celle du débat sur la CED, après avoir participé, début juillet, avec Liénart, Théas et Tisserant à un nouveau rassemblement des anciens combattants européens à Lourdes, il résuma ensuite devant Mgr Frings à Altenberg la force de continuité du pacifisme né des tranchées dans l’Europe pacellienne : « Comme les aînés d’entre vous, Messieurs, je suis parti, il y a trente-neuf ans [...] et, cette guerre à mort, c’est le scandale d’une chrétienté fratricide. Nous avons aussi mieux à faire qu’à juger la période entre les deux guerres pour ironiser sur les tentatives pacifiques ou remâcher amèrement des souvenirs déchirants de la deuxième guerre mondiale3 ». Pour l’ancien combattant Maurice Feltin, la charge de vicaire aux armées n’était nullement en contradiction avec cette présidence européenne. L’équilibre était d’ailleurs revendiqué par l’intéressé durant cette même année 1953 qui avait vu, en corrélation parfaite avec le thème « guerre et paix » abordé par la Semaine sociale de Pau en juillet, l’investissement pacifiste du prélat se doubler de l’obtention d’un véritable statut pour le vicariat aux armées, après de fructueuses discussions avec le ministre de la Défense, Pleven. Feltin s’était servi de ses divers titres, et en particulier celui, contemporain, de cardinal pour gagner sur tous les fronts institutionnels.

  • 4 « Allocution de Mgr l’Archevêque à la Messe de rentrée des Assemblées, 19 novembre 1952 », Semaine (...)
  • 5 « Le problème colonial et les catholiques français », cahier 6 (décembre 1953) de la collection Re (...)
  • 6 Aux origines d’une Église. Rome et les Missions d’Indochine au xviie siècle, Bloud et Gay, 1943, 4 (...)
  • 7 Rousseau S., La colombe et le napalm. Des chrétiens français contre Us guerres d’Indochine et du V (...)
  • 8 AAR 1D132, lettre du 14 juin 1953.

3Cette réussite personnelle ne soulignait que mieux les limites de l’archevêque de Paris. Son discours optimiste de 1953 à Altenberg constatant que le temps des nationalismes était désormais fini, alors qu’il avait lui-même défini la décennie 1950 comme un « âge international4 », se limitait à l’Europe de l’ouest. Vicaire aux armées, il négligeait par commodité le conflit indochinois. En cela, il ne se distingua guère de ses frères en épiscopat, évoquant seulement cette guerre, dans le cadre patriotique métropolitain, au moment de la disparition du général de Lattre. Dans ce désert hiérarchique, l’intervention de Mgr Chappoulie peu avant Diên Biên Phu faisait contraste. Lors d’une session du Centre catholique des intellectuels français5, ce fin connaisseur de l’Indochine, auteur d’une thèse sur les missions au xviie siècle6, en appelait, après une référence au cardinal Mercier, à dépasser l’étape coloniale, rendant ainsi inutile la présence militaire française, puisque le stade d’émancipation était désormais atteint. Le communisme n’était cependant pas évalué. Le discours donné à un moment avancé, quoique stagnant, de la guerre d’Indochine intéresse cependant lorsque l’on sait combien Henri Chappoulie avait été lié aux milieux officiels de la colonisation et à Georges Mandel, en particulier en 1937 quand il avait pris la direction de l’œuvre missionnaire du clergé. Malgré un emploi du temps chargé de délégué de l’épiscopat, Chappoulie avait pris le temps de réfléchir publiquement sur le processus de décolonisation, notamment lors de la Semaine sociale de 1948 où il rejoignit la lecture de la JEC7. La liberté de ton et les intuitions de discours de l’évêque d’Angers écouté par l’aile marchante du catholicisme, non seulement français mais aussi belge, contrastaient avec le voyage caricatural qui conduisit son voisin de Rennes en Tunisie au mois de mai 1953. Le cardinal Roques suivit en notable les pas officiels du Résident général pour offrir à Liénart une photographie très édulcorée de la réalité locale : « À en croire les journaux, tout serait à feu et à sang; en réalité c’est partout le calme, les difficultés existant [...] par le fait de quelques exaltés qu’on n’a pas su réduire au silence8 ». Cette juxtaposition contemporaine de Roques et de Chappoulie n’a d’intérêt que par rapport à la question de la représentativité des personnages. Le premier représentait par sa faible conscience et surtout son ignorance missionnaire une part non négligeable de cette génération d’évêques à 1’horizon uniquement métropolitain. Le prélat rennais retenait ainsi les demandes de départ en mission de son clergé. Le second, électron libre, n’en appartenait pas moins à un groupe large de prélats héritiers des traditions de leur diocèse généreux en prêtres pour les missions (Villepelet, Gerlier, Liénart,...) Il semble cependant que, pour ce qui est de la conscience missionnaire, l’étape de l’après-guerre ait vraiment compté pour les deux cardinaux cités. Le voyage Ad Lucem de 1947 au Cameroun que Liénart effectua, non sans mal, en avion, tout comme le séjour de 1956 de Gerlier en Haute-Volta, ont été importants. Feltin ne voyagea quant à lui qu’en Europe durant cette période. En dehors de sa présence – controversée – au congrès eucharistique de Barcelone en 1952, ses déplacements concernaient essentiellement Pax Christi.

  • 9 Semaine religieuse de Paris, 15 février 1955.
  • 10 « Fraternité chrétienne et peuples d’Outre-Mer », Semaine religieuse d’Angers, 16 octobre 1955.
  • 11 Nozière A., Algérie : les chrétiens dans la guerre, Cana, 1979, p. 56.

4La phrase de Foch que l’archevêque de Paris aimait à citer – « Au-dessus de la guerre, il y a la paix » – pour justifier sa position de vicaire aux armées président de Pax Christi lui joua un tour, au début de 1955. Se réjouissant trop haut de la fin du conflit indochinois, l’archevêque de Paris déclara en effet : « A-t-on remarqué que la nouvelle année commence sans guerre juridiquement déclarée, dans le monde9? ». Les mots qui voulaient tranquillement, tuer la guerre en reproduisant la terminologie officielle sur les événements d’Algérie révélaient au contraire la tension de ces mois. Pour parodier Foch, sous la pacification, il y avait en effet la guerre à outrance. Feltin resta encore silencieux durant toute l’année 1955. Mais il se préparait incontestablement à quitter son vêtement de Pax Christi pour revêtir son uniforme de vicaire aux armées, ce qu’il fit logiquement comme le contingent en 1956. Dans l’intervalle, Chappoulie fut le premier évêque métropolitain à intervenir sur l’Algérie, le 2 octobre 1955. Invité par Liénart à Lille pour une réunion de Pax Christi consacrée à l’Afrique noire, l’évêque d’Angers aborda cette question dans son long exposé doctrinal10 marqué ouvertement par la pensée du père Congar. Sans pouvoir distinguer les sources du discours sur l’Algérie – la lecture d’un Mauriac s’exprimant dès la fin 1954, le relais du discours de Mgr Duval du 17 janvier 195511 ou plus simplement la réaction devant la répression menée dans le Nord-Constantinois après le soulèvement de l’été –, le prélat en appelait à « une justice qui ne saurait donner moins de garanties à un accusé du fait qu’il est né Arabe ou de peau bronzée », espérant que les chrétiens « ne sauraient souscrire aux formes de répression massive », et dénonçant « le meurtre collectif de toute la population d’un village fou] les opérations dites de ratissage où sont confondus pêle-mêle innocents et coupables ». La comparaison s’impose avec le texte incontestablement fade de l’ACA du 17 octobre 1955 s’en tenant au rappel de principes généraux, notamment quant au respect de l’autorité légitime.

La complexité algérienne

  • 12 Semaine religieuse de Paris, 24 mai 1956.
  • 13 « Le drame présent de l’Afrique du Nord et le devoir du chrétien », Semaine religieuse d’Angers, 8 (...)
  • 14 « Allocution [...] à l’Assemblée générale des Unions paroissiales », Semaine religieuse de Paris, (...)

5Le conflit algérien s’invita dans les discours de la hiérarchie catholique à partir d’avril 1956. La mobilisation du contingent produisit un message plus axé sur les devoirs envers la patrie que sur l’exaltation du sacrifice, tel que celui développé par Mgr Richaud, s’appuyant en mai 1958 sur saint Luc (17,33) et sur Barrés : « La Patrie est-ce pour quoi l’on meurt, parce que c’est ce par quoi l’on vit12 ! ». L’atténuation de l’esprit de croisade, synonyme de l’essoufflement de la culture de guerre connue durant les deux guerres mondiales, s’expliquait au contraire pour Mgr Chappoulie dans son intervention de Pâques 1956 : « Le devoir n’est pas aussi simple et aussi clair que de courir à la frontière pour défendre la patrie menacée [...] cette division des esprits freine l’élan qu’exigerait l’effort demandé aux jeunes au nom de l’intérêt national13 ». L’évêque d’Angers offrait par anticipation la meilleure réponse à la démonstration trop schématique du cardinal Feltin, lors de son premier (et donc bien tardif) grand discours sur le conflit algérien, prononcé le vendredi 20 avril 1956 à la Mutualité et relayé par La Croix et Le Monde. Le prélat y donnait en effet une définition maladroite de la préférence patriotique justifiant la mobilisation, dans le cadre encore national des départements algériens : « L’Église catholique déclare en effet que chacun doit aimer particulièrement ceux qui sont nés sur le même sol que lui, qui parlent la même langue [...] cette communauté spéciale que nous appelons notre Patrie, véritable mère, qui a contribué à former chacun de ses enfants14 ».

  • 15 Boniface X., « L’aumônerie militaire française en guerre d’Algérie », Vingtième Siècle. Revue d’hi (...)
  • 16 AHAP 1D XV 12 « Algérie », lettre du 1er juin 1956.
  • 17 « Allocution de Son Exc. MgrGuerry à son clergé réuni à l’archevêché le 22 mai », Quinzaine diocés (...)
  • 18 L’Aquitaine, 1l mai 1956.

6Plus cruciale encore était la divergence de lecture entre Feltin et Chappoulie sur l’engagement militaire. L’archevêque de Paris, occupé essentiellement à dénoncer les campagnes de presse sur les exactions de l’armée, reprenait la vulgate officielle de « l’œuvre de pacification » (« rétablissement d’un ordre indispensable compromis; protection d’une population pacifique contre les exactions des bandes armées; maintien de la sécurité publique sur tout un vaste territoire »). Les prêtres et séminaristes du contingent qui lurent ce plan de route dans une lettre contemporaine de leur episcopus castrensis15 eussent certainement mieux profité des avertissements réalistes de l’évêque d’Angers, lorsqu’il appelait à la prudence par rapport aux « méthodes d’intoxication particulières à cette forme d’hostilités » et qu’il définissait le conflit en Algérie comme « une des plus tragiques épreuves où ait jamais été engagée l’armée de la France ». Le discours de Feltin qui contribua à installer l’image de « faucon » du prélat dans l’opinion créa des remous au sein de Pax Christi. Des militants lyonnais de Notre-Dame Saint-Alban écrivirent ainsi à leur président pour dénoncer sa lecture de la soumission coloniale16. L’archevêque de Paris s’en tenait cependant au terrain du devoir patriotique. D’autres évêques ont bien davantage défendu la mission civilisatrice traditionnelle de la France, à l’instar de Mgr Guerry ici au titre d’archevêque de Cambrai : « Dans quel état de retard et de pauvreté serait aujourd’hui l’Algérie sans l’œuvre accomplie par la France! [...] Des propagandes étrangères ont intérêt à faire le silence sur toute cette œuvre et à la dénigrer [...]. On ne découvre pas ici cette ségrégation raciale qui règne aux États-Unis ou dans l’Afrique du Sud17 ». Richaud tint exactement les mêmes paroles18 au retour d’un voyage à Dakar applaudi par les milieux patronaux bordelais. Au total, si l’on ajoute au tableau l’adhésion visible du déclinant cardinal Saliège à l’Union pour le Salut et le renouveau de l’Algérie française de Soustelle, on découvre un tableau homogène et nettement conservateur de la haute hiérarchie catholique. Force est cependant de constater que cette ligne majoritaire n’a pu transparaître dans les documents de l’ACA en raison du barrage des modérés Gerlier et Liénart. De fait, cette année 1956 fut dépourvue d’intervention collective de la hiérarchie catholique.

  • 19 Vinatier J„ Le cardinal Liénart..., op cit., p. 191.

7L’évêque de Lille intervint pour sa part pour défendre les trois prêtres de la Mission de France expulsés le 9 avril 1956 de Soukh-Ahras pour leur soutien au FLN. L’affaire fut montée en épingle notamment par L’Express, tandis que Guy Mollet opposait une fin de non-recevoir aux demandes du prélat de réintégration des prêtres. Liénart décida en mai de signer avec le supérieur de la Mission, l’abbé Vinatier, un vigoureux texte public défendant essentiellement la tâche humanitaire de la Mission en terre algérienne19, qui fut très mal accueilli par les officiers supérieurs aux prises avec l’ALN. Ces derniers demandèrent officiellement au gouvernement de prendre des sanctions judiciaires contre les deux signataires pour démoralisation de l’armée. Feltin se rendit aussitôt rue Saint-Dominique pour faire l’» exégèse » du texte de Liénart auprès du chef d’État-major, le général Ély. Le vicaire aux armées parvint à désamorcer la crise contre la promesse d’une lettre de réprobation adressée à l’évêque de Lille :

  • 20 AHAP 1D XV 12, lettre du 1er juin 1956.

« La situation est fort terrible. Votre déclaration avait suscité une première vague de fureur qui fut assez vite calmée, mais une seconde surgit, particulièrement douloureuse.
Elle vient des militaires qui occupent cette région et dont la plupart sont des catholiques pratiquants. [...] ils sont très montés contre la déclaration que Votre Éminence a signée, parce qu’elle assimile l’armée, dans un parallélisme peut-être trop accentué, aux bandits qu’elle a mission d’abattre. [...]
Bref, je vous ai défendu de mon mieux, je pense avoir arrêté une affaire ennuyeuse, mais j’ai accepté, comme sanction, de vous faire part de l’étonnement et du grave mécontentement de l’Armée20 ».

  • 21 Compte rendu de la thèse de Sybille Chapeu {Des chrétiens dans la guerre d’Algérie. L’action de la (...)

8La « sanction » acceptée par Maurice Feltin renvoyait aux codes de discipline militaire compris par les deux anciens combattants. Sans parler de conflit personnel entre ces amis fidèles passant parfois leurs vacances ensemble, l’opposition ponctuelle de 1956 était intéressante parce qu’elle se développait sur la question centrale de l’armée et de l’obéissance qui avait uni jusqu’alors les évêques de cette génération. L’évêque de Lille, tout comme d’ailleurs Mgr Gerlier, semblaient ainsi vouloir sortir d’un déterminisme patriotique français. Elle était révélatrice chez Liénart d’un esprit d’indépendance marqué, après les désillusions de l’Occupation et de la Libération, vis-à-vis de l’institution républicaine (la déclaration s’adressait davantage à l’Arrageois Guy Mollet qu’à l’armée et il réitéra cela en novembre 1958 avec de Gaulle). Sa préoccupation uniquement ecclésiale et incontestablement missionnaire passait par la compréhension du rôle original et progressiste de la Mission de France en terre d’islam signifiée dans la lettre pastorale qu’il rédigea pour ces prêtres en novembre 195621. On peut donc parfaitement parler, du fait des règles de tutelle épiscopale, de conflit institutionnel entre le vicaire aux armées et le prélat de la Mission de France. Davantage que de leur fonction (même si l’on peut considérer que Feltin obéissait à une institution extérieure à l’Église), il paraît possible d’affirmer que les deux prélats étaient otages de la situation de profonde division des catholiques français. À leur corps défendant, ces impossibles arbitres cherchaient à couvrir l’ensemble du spectre confessionnel.

  • 22 Quoi qu’il en coûte, Stock, 1975, p. 308-312.
  • 23 Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 17 février 1956.
  • 24 CNAEF, compte rendu de la séance de l’ACA du 29 février 1956.
  • 25 « Conférence de Son Éminence aux retraites pastorales les 20 et 27 septembre 1956 », Semaine relig (...)
  • 26 AHAP 1D XV 17, « Témoignage chrétien ».
  • 27 Semaine religieuse d’Angers du 25 mars 1956.
  • 28 « Les responsabilités internationales du chrétien », Semaine religieuse d’Angers, 30 décembre 1956
  • 29 Un Algérois se plaignit ainsi de l’évêque angevin auprès de Feltin (AHAP 1D XV 12, lettre du 30 ja (...)

9Le cardinal Feltin, à la tête de la commission épiscopale de l’information et à ce titre chargé par l’ACA de suivre, avec un Mgr Grente au diapason, la presse catholique chercha-t-il à nuire à Témoignage chrétien en pointe à gauche sur l’Algérie? Il semble bien, du moins pour 1955-1957, que le prélat se soit très clairement débarrassé de sa casquette de vicaire aux armées pour cette mission de surveillance. C’étaient davantage Mgr Villot, secrétaire de l’épiscopat, et le cardinal Gerlier qui suivaient d’ailleurs TC, ce dernier jouant un rôle de censeur-protecteur reconnu par Georges Montaron22. Au moment de l’admonestation du primat des Gaules lors de la rencontre nationale de TC en février 1956 à Lyon23, Feltin réaffirma au nom de l’ACA la reconnaissance officielle du rôle « nécessaire et difficile » de l’hebdomadaire24. Plus d’un an après les échauffourées qui avaient conduit en mai 1955 le cardinal Roques, sous la pression d’officiers de réserve, à interdire la vente du journal, déjà prohibé dans les casernes, à la porte des églises de Rennes, le cardinal Feltin fut chargé de définir une ligne nationale sur cette question, lors de la séance de l’ACA du mois d’octobre 1956. La décision collégiale laissa en fait chaque évêque libre de faire comme il l’entendait sur ses terres. Lui-même avait déjà signalé à Paris : « Tant qu’un journal ou une revue qui ont pu recevoir quelquefois des avertissements de la hiérarchie ne sont pas interdits par l’autorité compétente, nul n’a le droit de s’opposer à leur vente25 ». Cette position d’autorité a été donnée contre une partie de son clergé (le bulletin paroissial de Sainte-Marie des Batignolles d’avril 1956 avait ainsi rapporté la décision de l’évêque de Saint-Claude, Mgr Flusin, interdisant la vente de TC dans les églises), et maintenue jusqu’en 1959 malgré les lettres de plusieurs officiers de réserve souhaitant pour cela sa démission26. Par comparaison, Chappoulie se montra moins souple à l’égard de TC en répercutant la décision de la Province ecclésiastique de Tours qui interdisait « la vente à l’intérieur des églises de journaux et revues à l’exception des Semaines religieuses et bulletins paroissiaux27 ». De manière plus significative, lors des vêpres de Noël 1956, l’évêque d’Angers accentua sa lecture personnelle et alors isolée d’un conflit algérien s’inscrivant dans le processus universel de décolonisation : « L’obstacle le plus dur auquel nous nous heurtons tout de suite, c’est notre tradition nationale de chérir la France comme une patrie exceptionnelle qui éclipse toutes les autres. Un autre obstacle [...] est de ne représenter le patriotisme que comme une vertu de guerre dont le mérite se mesure seulement sur le champ de bataille. » Le prélat avait d’ailleurs trouvé une formule percutante pour résumer son propos : « Plutôt Pasteur que les Invalides28 ». Cette parole fut entendue dans l’opinion29.

  • 30 Rioux J.-P., La France de la Quatrième République, t. 2, 1952-1958, Le Seuil, 1983, p. 126.
  • 31 Branche R., La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962, Gallimard, 2001, 456 p.
  • 32 Semaine religieuse du diocèse de Lille, 24 mars 1957.
  • 33 « Au lendemain de la déclaration des Cardinaux et Archevêques », numéro des 7-8 avril 1957.
  • 34 Texte cité par Émile Poulat, Une Église ébranlée. Changement et continuité de Pie XII à Jean-Paul (...)
  • 35 Wenger A„ Le cardinal Villot (1905-1979), Desclée de Brouwer, 1989, p. 28.
  • 36 . Le Cardinal Duval « Évêque en Algérie », entretiens avec Marie-Christine Ray, Le Centurion, 1984, (...)
  • 37 Kempft F., « Les catholiques français », Merle M. (dir.), Les Églises chrétiennes et la décolonisa (...)

10La cristallisation morale de « l’étonnant Printemps 195730 », mettant en avant la question des méthodes de répression de l’armée française en Algérie31 dans le contexte dramatique de la bataille d’Alger, trouva un écho au sein de la hiérarchie catholique. Le communiqué de l’ACA du 21 mars, certes médian puisque renvoyant dos à dos ceux qui oubliaient « parfois totalement » le « respect dû à la personne humaine » et ceux qui allaient « jusqu’à remettre en question les devoirs élémentaires envers la Patrie32 », se révéla assez percutant dans l’énoncé de sa condamnation des méthodes musclées qualifiées dans une allusion à l’encyclique Divini Redemptoris de « moyens intrinsèquement pervers ». La volonté était donc là de s’écarter prudemment de la parole officielle de l’armée et du gouvernement pour tenter d’imposer la voix morale de l’Église. Cette déclaration symbolisait une rupture pour une institution qui portait le poids du conservatisme et du loyalisme depuis l’Occupation. Le recentrage de l’ACA était attesté par un acteur faisant justement le lien avec le maréchalisme – Maxime Weygand –, dans une tribune publiée par Le Monde33. Au nom de son Alliance Jeanne d’Arc, ce dernier affirma que la déclaration des archevêques était un texte minoritaire : « Sur des informations de premier ordre [...], à aucun moment sur le texte publié ne s’est établie une unanimité dont on est même restés très loin, tant par le nombre que par la qualité des opposants34 ». Le cardinal Grente, celui qui convoquait le père Wenger au Mans pour recadrer la ligne de La Croix sur l’Algérie en affirmant sans charité pour Gerlier et Liénart qu’il y avait encore des « cardinaux patriotes35 », n’a-t-il pas glissé entre deux mots du dictionnaire cette idée à son confrère de l’Académie? L’ombre de Mgr Duval sur cette déclaration de l’ACA, à laquelle il a été associé36 et qui reprenait « presque mot pour mot37 » certaines de ses interventions antérieures, n’a pas en effet été bien vue de tous les participants. Surtout, il était impossible que la hiérarchie ne répercute pas la tension du climat conflictuel du catholicisme français. L’attitude du cardinal Feltin donna crédit au constat de Weygand. Le vicaire aux armées avait reçu une note de la direction de l’aumônerie militaire qui faisait état du trouble de l’armée devant la déclaration de l’ACA en ces termes :

  • 38 AHAP 1D XV 13, note de 1957 (sans indication plus précise de date).

« Survenant à un moment où le malaise atteint une extrême acuité, [...] cette déclaration a provoqué de vives réactions.
[...] Tristesse car ils [les chrétiens de l’armée] ont eu l’impression que leurs efforts étaient publiquement condamnés, car aussi ils ont cru comprendre que la Hiérarchie catholique qu’ils respectent et qu’ils écoutent, suspectait la valeur morale de leur comportement normal et habituel, autant que de leur profession38 ».

11Le 10 mai 1957, l’Ordinaire de Paris choisit le cadre de l’Assemblée des unions paroissiales, celui-là même qui lui avait servi une année auparavant à exprimer sa position face au conflit algérien, pour rendre un « hommage » appuyé à « l’Armée d’Algérie » :

  • 39 La Croix et Semaine religieuse de Paris, 18 mai 1957.

« [...] nos soldats exposent souvent leur vie; ils sont parfois victimes. On ne parle pas des victimes. On dirait qu’il n’y a plus de champ d’honneur.
En parlant ainsi, je ne défends pas une politique. Je remplis mon rôle non seulement d’Évêque chargé de l’aumônerie militaire, mais d’Évêque français qui tient que justice soit rendue à nos soldats qui méritent, même s’il y a eu quelques fautes, notre admiration et notre confiance.
L’armée constitue une des forces et une des gloires de la France. Ne soyons pas de ceux qui la discréditent. [...] C’est notre devoir de Français et de Chrétiens39 ».

  • 40 AHAP 1D XV 13, résumé dactylographié.
  • 41 Titre de l’ouvrage de Xavier Grall, Cerf, 1962, 128 p.
  • 42 « Chrétiens et juifs... », op. cit., p. 115.

12Vicaire aux armées s’exprimant de manière significative lors d’un rendez-vous traditionnel de son diocèse pour donner plus d’audience à son propos, Feltin avait une lecture historique très claire des événements. Il l’exprima un mois plus tard, le 13 juin, lors d’une messe à Saint-Cyr qui reprenait à l’intérieur de l’institution militaire le message du 10 mai. La démonstration commençait de manière classique : l’Algérie était un chapitre déterminant pour l’armée après la victoire de 1918 et le désastre de 1940. De son honneur dépendait le salut du pays. Les combattants, pas assez soutenus par la majorité de l’opinion, étaient même critiqués par une campagne d’» agitation » extrêmement négative. Le parallèle était fait avec la période de la Libération : le redressement devait être obtenu grâce à la « maîtrise intime de tous40 » et à la victoire de l’armée. Feltin pariait sur l’exemplarité de la jeunesse obéissante du contingent pour corriger les déviances de la jeunesse désorientée et remettant en cause les autorités. On sait ce qu’il advint de la « génération du Djebel41 », bien éloignée de celle de Verdun et qui constitua plutôt, d’après Etienne Fouilloux, une nouvelle « génération perdue » en particulier pour l’Église catholique42. Pour l’heure, la défense de l’honneur de l’armée injustement attaquée constituait le second volet du discours de l’archevêque de Paris de mai 1957 :

« Une agitation s’est récemment manifestée, au sujet d’exactions et de tortures. Que de tels faits se soient produits, il faut le reconnaître [...]. Mais on a exagéré. Notre armée est là-bas en condition particulièrement difficile [...]. Elle fait son devoir courageusement. Elle souffre de ces exagérations :

  1. on répète indéfiniment les mêmes faits, la plupart du temps sous le couvert de l’anonymat; dans plusieurs cas précis les faits allégués se sont avérés faux ; les versions multiples qui en sont données laissent faussement l’impression d’un comportement devenu habituel.
  2. on oublie de faire état de sanctions prises par le commandement [...]
  3. on ne tient pas compte de la difficulté de la tâche que nos soldats ont à remplir.
  4. L’action pacificatrice [...] est devenue une guerre ».
  • 43 Nozière A„ op. cit., p. 131.
  • 44 Vidal-Naquet P., « Une fidélité têtue. La résistance française à la guerre d’Algérie », Vingtième (...)
  • 45 Fouilloux É, « Intellectuels catholiques et guerre d’Algérie (1954-1962) », Rioux J.-P. et Sirinel (...)
  • 46 La répression et la torture. Essai de philosophie morale et politique, Éditions ouvrières, 1957, 1 (...)
  • 47 AHAP 1D XV 12, lettre du 18 juin 1957.

13Maurice Feltin a attendu le constat de l’état de guerre et la Bataille d’Alger pour s’exprimer véritablement en tant que vicaire aux armées. Cette étape, celle de l’autonomisation assumée de la fonction hiérarchique militaire, entraîna chez lui une nette rupture, à peine atténuée à la marge par des concessions sur les exactions commises, avec la ligne d’équilibre de l’ACA voulue par Gerlier et Liénart. Ce discours constituait à la fois la réaction contre la déclaration collective de mars à laquelle il ne se référait pas et la traduction publique de son refus exprimé aux deux cardinaux cités d’une lettre commune sur la torture43. On peut même y voir un reproche implicite aux pudeurs et aux atermoiements de l’ACA ramenés à la clarté simple du champ d’honneur, comme en 1914-1918. Le rôle de l’arrière et sa responsabilité quant à une possible démoralisation des troupes étaient soulignés, avec des accents de dénigrement contre l’agitation qui rappelaient incontestablement les mots d’ordre maréchalistes de l’Occupation. Mais une autre référence s’impose encore davantage par symétrie dans cette défense de la raison militaire contre les dénégations d’intellectuels se réclamant de l’héritage dreyfusiste44 : celle de la figure anti-dreyfusarde. L’archevêque de Paris avait d’ailleurs ferraillé avec un de ces intellectuels catholiques45, Joseph Vialatoux46. Le prélat répondit au philosophe lyonnais que ces « généralisations et exagérations [...] finissent par accuser, à tort, toute l’armée » et entretenaient la méconnaissance sur le « travail positif, médical et social, que font là-bas nos soldats47 ».

  • 48 AHAP 1D XV 13, copie de cette lettre dactylographiée datée du 11 juin 1957.
  • 49 Dossier Jean Muller. De la pacification à la répression. Cahier du Témoignage chrétien 38, 15 févr (...)
  • 50 AHAP ID XV 13, note de service en date du 29 mars 1957.

14Le crédit du prélat fut naturellement au plus haut au sein de l’institution militaire. On lui écrivit d’Alger (tel ce capitaine du 129e RI exprimant sa fierté), on répercuta officiellement son intervention de Saint-Cyr (le colonel de La Chauvelais, commandant la subdivision militaire de Rennes, diffusa cet « hommage à l’Armée d’une très haute tenue » comme une note de service48). Au même moment, l’affaire Delarue, du nom de cet oblat de Marie Immaculée, aumônier de la 10e division parachutiste de Massu, battait son plein. Peu de temps après la publication par TC des souvenirs tragiques du scout routier Jean Muller49 et de la mise aux arrêts du général catholique de Bollardière refusant l’efficacité de la division Massu au nom de l’éthique et soutenu par L’Express dans son numéro du 27 mars, le personnage avait rédigé une note – « Réflexions d’un prêtre sur le terrorisme urbain » – justifiant, en pleine bataille d’Alger, la spirale répressive. Le texte diffusé par la volonté de Massu50, cité par Le Pen dans sa tribune du Monde du 26 mai 1957, intéressa TC (21 juin) et Le Monde (30 juin-1er juillet).

  • 51 AHAP 1D XV 11, note du 8 juillet 1957.
  • 52 Cité par Boniface X., art. cit., p. 51.
  • 53 AHAP 1D XV 13, lettre du 22 novembre 1957.
  • 54 AHAP 1D XV 17, lettre du 30 novembre 1957.

15Le cardinal Feltin en cure à Vittel, c’est son collaborateur à la direction de l’aumônerie militaire, Jean Badré, qui dut gérer la crise. Dans un courrier aux évêques en date du 8 juillet, ce dernier tenta d’atténuer l’« imprudence » de Delarue en parlant d’un « incident sans grande importance51 ». L’Humanité du 13 juillet demanda solennellement la destitution de l’aumônier. En accord avec le vicaire aux armées, Badré rédigea une lettre ouverte au Monde pour préciser la position de la direction de l’aumônerie et maintenir sa confiance au prêtre parachutiste. Derrière ce dernier, planait naturellement l’ombre de Massu qui rendait difficile la sanction. Delarue écrivit en 1961 avoir été compris par un Feltin le blâmant seulement de n’avoir pas voulu passer par l’aumônerie mais applaudissant son « papier sérieux, bien documenté52 ». Sans disposer de preuves dans les archives Feltin, si ce n’est des documents de i960 et 1964 dans lesquels le prélat tentait avec difficulté de consigner Delarue dans sa communauté lyonnaise, et en regardant avec précaution un texte écrit par un homme qui cherchait à se légitimer parce qu’il était alors en délicatesse avec l’aumônerie, on peut penser que le prélat était en effet moins gêné par l’argumentation de l’aumônier que par la campagne de presse. C’était ce qu’écrivait Badré dans son compte rendu du 17 juillet au vicaire aux armées : « Tout ceci souligne, une fois encore si cela était nécessaire, le mal fait, dans la publication intempestive et sans aucune autre utilité que celle du scandale payant de « TC » ». Le vicaire aux armées fit une nouvelle fois place au président de la commission épiscopale de l’information, lorsqu’il intervint, à la fin de l’année 1957, auprès du ministre de la Défense, Chaban-Delmas, pour lever l’interdiction de La Vie catholique illustrée, alors considérée comme L’Humanité, dans les casernes53. Il s’adressait en même temps à la rédaction de TC pour condamner sa relation « unilatérale » des événements d’Algérie54.

  • 55 Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 13 décembre 1957.
  • 56 AHAP 1D XV 11, «Algérie 1958-1962».
  • 57 AHAP 1D XV 13, lettre du 27 mars.

16Feltin resta publiquement sur sa position de fermeté en n’abordant pas la question algérienne pendant de longs mois. Par comparaison, le cardinal Gerlier respectait quant à lui le balancement de la déclaration de l’ACA en déclarant lors du pèlerinage des hommes du 8 décembre 1957 à Fourvière : « ce n’est pas oublier nos devoirs envers la Patrie, ni les atrocités commises contre nos soldats et trop de Français, et auxquelles correspondent parfois, hélas! – je le dis parce que je le sais – les excès douloureux de certains des nôtres55 ». Ces témoignages s’accumulaient également, lors du premier semestre 1958, sur le bureau de l’archevêque de Paris. Le supérieur du grand séminaire de Belley, l’abbé Charbonnet, lui rapporta des faits de torture connus grâce à ses séminaristes56. Lorsqu’en mars 1958 ceux d’Issy manifestèrent leur opposition à la torture, le prélat répondit au chanoine Enne, supérieur du séminaire de sa jeunesse, dans une réaction qui rappelait l’attitude à l’égard des séminaristes de Bordeaux en 1943 sur le STO : « S’il y a assurément des scènes douloureuses, il y a eu aussi en maintes circonstances, des exagérations dans les récits et dans les appréciations57 ». Nouveau saint Thomas, le vicaire aux armées ne croyait que ce qu’il voulait voir, comme ce livre-brochure – Aspects véritables de la rébellion algérienne – diffusé par le Ministère de l’Algérie et ses 158 pages de photographies des mutilations infligées aux cadavres d’Européens par l’AI.N.

  • 58 AHAP 1D XV 13, lettre à l’archevêque de Jacques Faure, général en chef adjoint des Forces français (...)
  • 59 AHAP 1D XV 13, lettre du 17 avril 1958.
  • 60 AHAP 1D XV 11, lettre à Feltin du 18 avril 1958.
  • 61 Bulletin religieux d’Aire et de Dax, 6 juin 1958.

17Le cardinal Feltin n’a jamais alors semblé plus dépendant d’un commandement qui faisait indéniablement confiance au « chef spirituel » de l’armée. La Mission de France restait toujours dans la ligne de mire de l’État-major58. En avril 1958, le général Salan l’incita à entreprendre un voyage en Algérie59. L’hostilité déclarée de Mgr Duval à ce projet60 et les conseils de son entourage et de Rome le firent renoncer. Les événements de mai l’amenèrent surtout à garder le silence. Ses discours restaient ainsi étrangers à toute idée de guerre de religion. Ce n’était pas le cas de Mgr Mathieu, dans le frémissement « Algérie française » lié au retour au pouvoir de Gaulle, qui déclara en citant le propos d’un Père Blanc au cardinal Lavigerie : « Je préfère le christianisme à l’islamisme [qui ordonne] de tuer les chrétiens, tandis que le Christianisme ordonne de mourir pour les arabes61 ». L’évêque d’Aire et de Dax révélait les contaminations intégristes d’une minorité de prélats plus certainement lecteurs de France catholique que de Verbe ou d’Itinéraires.

  • 62 Semaine religieuse de Paris, 24 mai 1958.
  • 63 Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 12 octobre 1951.
  • 64 CNAEF, procès verbal de la réunion des 13 et 14 mars 1954.
  • 65 Bulletin religieux du diocèse de Beauvais, 5 mars 1954.
  • 66 Semaine religieuse d’Angers, 16 octobre 1955.

18Le président de Pax Christi, silencieux durant de longs mois, lança à Notre-Dame le 18 mai la campagne pour l’année 1958 de son mouvement consacrée à « mon frère l’étranger » sur le sort des Algériens en métropôle62. Cette découverte dans le discours de Feltin était trop soudaine pour n’être pas un peu forcée. Elle contrastait avec la démarche du cardinal Gerlier – qui a certainement pesé pour cette campagne de Pax Christi – et repérable dès 1951 en direction des Nord-Africains63. Le prélat lyonnais, préoccupé par les problèmes de logements de la Reconstruction, montrait également beaucoup de respect pour ceux qu’il appelait ses « frères ». Gerlier avait demandé lors de l’ACA de mars 1954 la création d’un comité ou d’une commission nationale réunissant autour de lui les évêques des diocèses où les Nord-Africains étaient en plus grand nombre. L’Assemblée accepta l’idée d’un « comité qui ne devra pas être connu du public64 », mais les archives restent muettes sur son activité. Un prélat comme Mgr Roeder65 témoignait à la même époque d’une proximité respectueuse à l’égard des Nord-Africains non pas comme citoyens français mais en tant qu’adorateurs communs de Marie qui prouvait que les influences de Charles de Foucauld et de Louis Massignon existaient dans l’épiscopat. Mgr Chappoulie dénonça quant à lui avec vigueur en 1955 les ratonnades contre le « bicot ». Mais son portrait de la situation sociale désastreuse des Nord-Africains véhiculait également une vision colonialiste. L’évêque utilisa en effet le naturalisme à la Zola pour décrire ces hommes passant leur temps dans les cafés, « incultes la plupart du temps », manifestant « souvent une mentalité de primitifs, irascibles et violents » et dominant « mal leurs premiers instincts66 ».

  • 67 Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 28 novembre 1958.
  • 68 La Croix du 22 octobre 1958.
  • 69 Semaine religieuse du diocèse de Lille, 21 décembre 1958.
  • 70 AHAP 1D XV 17, lettre du 14 mars 1959.
  • 71 AAR 1D 132, lettre du 1er avril 1959.

19Par l’entremise des prêtres du Prado de Mgr Ancel et de la Mission de France, Gerlier connaissait mieux cette population. Il le prouva lors de l’affaire d’octobre 1958 puisqu’il dénonça les sévices subis par un groupe de Maghrébins – qui n’étaient pourtant pas des activistes du FLN –, lors de leur interrogatoire par la police, après l’arrestation de deux prêtres du Prado, Carteron et Magnin, qui les avaient hébergés et aidés financièrement. Le cardinal Gerlier était allé suffisamment loin pour devoir ensuite témoigner son « estime » au corps policier67. La défense des prêtres, d’ailleurs co-signée par Mgr Liénart68, renvoyait quant à elle à la logique institutionnelle de l’évêque de Lille à l’égard de la Mission de France. Les deux prélats étaient sur la même longueur d’ondes puisque, à défaut de déclaration cardinalice plus large, ils signèrent un appel à prier pour les chrétiens et les musulmans le jour de Noël 195869. Mgr Feltin ne les avait toujours pas rejoints. Sa position à l’égard de TC s’était même radicalisée. Lors de la réunion de l’ACA d’octobre 1958, il préconisa l’interdiction nationale des « publications dites d’inspiration chrétienne » dans les églises. C’était un recul par rapport à la session de mars qui avait vu l’archevêque d’Avignon, Mgr Urtasun, membre de la commission épiscopale de l’information chargé de suivre TC, défendre nettement l’hebdomadaire : « N’y a-t-il pas utilité à ce que continue à paraître un hebdomadaire audacieux sans doute, [...] ? S’il n’existait plus, que lirait une grande partie de la clientèle actuelle ? Quels seraient ses liens avec l’Église et sa doctrine sociale ? ». Entre temps, la pression du Saint-Office, alerté par le courrier intégriste et de l’armée, s’était manifestée. L’ACA de mars 1959 ne leur donna pas satisfaction sur la condamnation du titre, mais sur les modalités de sa diffusion, en fixant au mois d’octobre suivant (pour ne pas nuire trop brutalement à sa diffusion) l’interdiction de vente de TC dans les églises. La mesure signée incontestablement Feltin constituait un compromis entre prélats désirant la mort du titre (Grente et l’évêque de Pamiers, Mgr Guiller qui avait rédigé une violente lettre publique contre le journal intitulée « Le catholicisme n’est ni de droite ni de gauche ») et ceux qui le défendaient. Parmi ces derniers, le nouvel évêque de Bayonne, Mgr Gouyon écrivit à Feltin et à Villot pour exprimer son désaccord : « Je ne puis, quant à moi, que me féliciter de voir « TC » insister sur un problème comme celui de la torture, dont les pouvoirs publics semblent ne pas vouloir entendre parler70 ». Plus déterminant encore était le soutien maintenu du cardinal Gerlier. De même, un prélat comme le cardinal Roques qui ne cessait alors de critiquer directement auprès de Montaron la ligne de l’hebdomadaire sur l’enseignement privé, se réjouit auprès de ce dernier lorsque l’hebdomadaire gagna le procès pour diffamation intentée par l’armée qui menaçait grandement sa survie71.

  • 72 Semaine religieuse d’Angers, 12 juillet 1959.
  • 73 La Croix du mercredi 27 mai 1959.
  • 74 Art. cit., p. 54-55.
  • 75 AHAP 1D XV 11, lettre du 27 avril 1959.
  • 76 Témoignage de Jean Badré à l’auteur, 10 juin 1998.
  • 77 Problèmes de la guerre moderne et enseignements de L’Église. Vicariat aux armées, 7 mars 1960, 56 (...)
  • 78 Semaine religieuse de Paris, 12 novembre 1960.

20Le parallèle esquissé entre l’archevêque de Paris et celui d’Angers se conclut le 13 janvier 1959 avec la mort accidentelle de ce dernier dans le port d’Abidjan. Quelques mois plus tard, à l’occasion d’un toast porté lors de l’intronisation de Mgr Veuillot sur le siège d’Angers, Feltin présenta son prédécesseur comme un « modèle d’énergie, [...] avec de l’audace quelques fois, [...], un grand évêque72 ». L’évaluation cette fois-ci individuelle du vicaire aux armées subit quelques inflexions en 1959. Il rédigea ainsi avec le pasteur Boegner, en mai 1959, un communiqué, demandant une amélioration des conditions de vie dans les camps de regroupement73, critiqué par le général de Winter. Feltin cautionna également le « document vert » rédigé par le directeur de l’aumônerie Jean Badré et dont quelques extraits furent publiés par Le Monde en février 1959, insistant, grâce essentiellement à un travail de compilation de textes pontificaux et théologiques, sur les règles de morale individuelle du chrétien face à la guerre révolutionnaire. Cette réflexion exigeante mais bien tardive de l’aumônerie militaire mise en lumière par Xavier Boniface74 a certainement été retardée par la ligne fixée jusqu’alors par le vicaire aux armées. Fort de son crédit auprès du commandement, Feltin a ensuite fait tampon pour protéger l’aumônerie soumise à rude pression. On mesure cela grâce à la lettre adressée à Feltin par le général cinq étoiles, de Larminat, qui entendait d’ailleurs la faire publier dans Le Monde75). Ce dernier taisait sa foi personnelle (il avait alors un fils au séminaire d’Issy) pour contester aux « francs-tireurs » de l’aumônerie, considérés comme des « fonctionnaires de l’État », leur prise de position publique « sur un problème qui relève essentiellement des responsabilités du commandement jugeant dans son for interne ». Le militaire leur opposait la réserve de la hiérarchie catholique. Cette lecture n’impressionna guère Feltin qui cautionna « en bon patron76 » le travail de ses auxiliaires de l’aumônerie en reprenant à son compte et mot pour mot, en mars 1960, les conclusions du « document vert » dans une brochure publiée77, conclusions qui furent reprises en novembre 1960 sous forme de lettre pastorale78. Feltin protégeait l’aumônerie comme Liénart et Gerlier le faisaient pour la Mission de France et le Prado. La rupture avec 1957 était indéniable puisque le prélat y affirmait : « S’il ne faut pas confondre rudesse avec torture, il faut se rappeler que tout ce qui tend à désintégrer la personne humaine, au physique et au moral, ne sera jamais admissible pour une conscience chrétienne ». Au hasard des réflexions des pères d’Ouince et Congar et de Pierre-Henri Simon citées par l’archevêque de Paris, on découvre d’ailleurs des phrases de... Vialatoux.

  • 79 Ibid., 22 octobre 1960.
  • 80 AHAP 1D XV 11, rapport du secrétariat de l’épiscopat, 7 novembre 1960.
  • 81 Lire la brochure Histoire d’un acte responsable. Le cas Jean Le Meur, extrait A’Esprit de décembre (...)
  • 82 AHAP 1D XV 19 chemise « Objection de conscience ».
  • 83 Texte paru dans Équipes enseignantes et repris par les Cahiers de l’Action populaire du 1er juille (...)
  • 84 AHAP 1D XV 17, lettre de Feltin du 10 novembre 1964 à un groupe de jeunes catholiques ayant sollic (...)

21L’archevêque de Paris ne se distinguait alors plus de la ligne de la haute-hiérarchie affichée, après un silence assez long, lors de l’ACA d’octobre 196079 en réitérant plus nettement qu’en 1957 sa condamnation des « procédés violents » et des « représailles ». Cette intervention entraîna d’ailleurs la réaction de 16 sénateurs conservateurs de l’Ouest membres du groupe de pression de l’enseignement privé (de Maupéou, Marcellin) qui reprochaient à l’épiscopat de sous-estimer la propagande communiste sur l’Algérie80, ainsi que les critiques du commandement et d’intellectuels (Jean de Fabrègues, le général Molinier). Ces lectures n’avaient pas voulu voir un second aspect de la déclaration de l’ACA qui tenait à cœur au cardinal Feltin : la condamnation de l’insoumission. Problème pratique auquel furent confrontés un grand nombre d’évêques sollicités par les familles pour aider ses prisonniers, l’insoumission incluse dans le thème plus large de la « non-violence » constitua une des grandes revendications de la gauche chrétienne à partir de 195981. Le 30 avril 1960, des catholiques étaient ainsi en bonne place dans la manifestation parisienne de l’Action civique non violente, avec une présence aussi bien intellectuelle (Domenach) que missionnaire (les abbés Depierre et Michonneau, la paroisse parisienne Saint-Séverin). L’arrestation d’une dizaine de prêtres devant le ministère de l’Intérieur fit grand bruit, rappelant l’épisode Ridgway. Le cardinal Feltin reçut d’ailleurs plusieurs lettres courroucées déplorant (photographies du sit-in à l’appui) le dévoiement politique et antipatriotique de ces soutanes82. Après le « Manifeste des 121 » pour le droit à l’insoumission de juillet 1960, l’ACA, comme l’avait fait Mgr Ancel dans une note à ses prêtres du Prado, prit nettement position : l’insoumission « serait se soustraire aux devoirs que créent la solidarité nationale et l’amour de la patrie, semer l’anarchie, enfreindre la présomption de droit dont jouissent, dans les cas incertains, les décisions de l’autorité légitime ». Le cardinal Feltin réitéra ce jugement lors du carême 1961 et au cours de l’ACA d’octobre 1961 en s’appuyant sur une partie (mais pas toutes, notamment sur l’acceptation de l’héroïsme individuel faisant référence à la Résistance) des conclusions du père Congar en 195383 au moment de l’affaire Henri Martin. C’était naturellement le vicaire aux armées qui parlait. Maurice Feltin intervint en avril 1963 au concile, en sa qualité de président de Pax Christi, pour que le texte sur l’objection de conscience fût déplacé de l’annexe au cœur même du schéma conciliaire84. Il s’agissait pour lui de composer avec la pression de son mouvement, car ses souvenirs privés révèlent un désaccord profond avec son successeur, le cardinal Alfrink, sur son acceptation de l’insoumission.

  • 85 La Croix du mercredi 27 mai 1959.

22Il reste à s’arrêter sur le voyage effectué par Feltin du 31 octobre au 4 novembre 1959 dans les départements algériens. Ce ne fut pas l’archevêque de Paris visitant l’Église africaine qui se déplaça mais bien le vicaire aux armées accueilli par l’institution militaire et politique. C’était là respecter le champ des compétences du prélat parisien sans empiéter sur celui de l’ordinaire d’Alger. Cette absence de liens avec l’Église algérienne était davantage révélatrice du peu de considération porté par Mgr Duval à une initiative qu’il apprit lors de la séance de l’ACA de septembre 1959. Le séjour algérien de Feltin était bien différent de celui de l’archevêque de Marseille, Mgr Lallier, répondant à l’invitation de Duval en mai 195985. Il convient toutefois de ne pas se tromper de perspective. À en croire en effet la presse de gauche hostile au voyage, Mgr Feltin semblait avoir hésité à se déplacer. Le prélat n’a pas eu ces états d’âme. Toute la presse de droite, mais aussi Le Monde et surtout TC trouvaient ainsi normal que le vicaire aux armées se rende sur les lieux du conflit.

  • 86 « Le cardinal Feltin a célébré vendredi matin la messe à Hippone », Le Monde du 31 octobre 1959.

23La visite, abondamment commentée par la presse, fut prudente et conformiste. Le discours du cardinal s’attacha exclusivement à défendre l’œuvre de pacification de l’armée française – comparée ainsi à celle de l’Église –, et à encourager les contacts des soldats avec la population. Ce discours, dont le manque d’éclat servit de plat de résistance au Canard enchaîné du 11 novembre, prit cependant plus de valeur dans la ville de saint Augustin86. Une telle édulcoration de la guerre, qui s’insérait bien dans la thématique de « la paix des braves » du chef de l’État, passait donc par un oubli, du moins public, de l’évocation du « document vert » sur les conditions réelles du combat. Ce message livré à des soldats de première ligne qui n’appartenaient pas aux Sections administratives spéciales paraissait bien décalé.

  • 87 « Le Cardinal Feltin en Algérie. Qu’en dit Alger? », numéro du 12 novembre 1959.
  • 88 « Le Cardinal a quitté l’Algérie pour Rome », Le Monde du 4 novembre 1959.
  • 89 « Le Cardinal Feltin a dit au Général Massu : le clergé métropolitain révise son attitude sur l’ac (...)
  • 90 « Heureux les pacificateurs », numéro du 3 novembre 1959.

24Pour autant, en refusant de pénétrer sur le terrain de la justification militaire, le prélat cherchait à se préserver de toute récupération. TC, qui savait lâcher du lest avec la hiérarchie quand il le fallait, lui en sut gré en publiant une photographie du prélat avec un malade, légendée ainsi : « Avant tout, un pasteur87 ». Cette dimension n’est cependant pas sans poser question dès lors qu’on l’associe au manque de contact avec l’Église locale. Fesquet, qui suivit l’archevêque pour Le Monde, accueillit de manière positive cette absence de discours qui n’altérait pas l’importance du séjour : « Il a multiplié les contacts et resserré des liens assez distendus. Avec beaucoup de patience et d’humilité, il a écouté, il s’est instruit, il a acquis l’expérience directe qui lui faisait défaut88 ». Mais qui a-t-il écouté? Une entorse de dix minutes dans l’emploi du temps serré du cardinal fixé par l’aumônerie donna du grain à moudre aux journalistes des deux camps. L’entretien rallongé avec Massu, censé durer quatre-vingts minutes, fut exploité par l’entourage de ce dernier et surtout par la presse pour affirmer que le cardinal s’était montré conquis par l’exposé du général89. TC employa d’ailleurs la formule choc de « torture » pour qualifier le traitement réservé par L’Echo d’Alger aux propos de l’archevêque, pendant qu’Henry Bordage dans Libération du 4 novembre 1959 choisissait comme titre – « Quand Massu confesse Feltin » –, qualifié la veille dans le même journal de « général vicaire90 ».

  • 91 Semaine religieuse de Paris, 28 novembre 1959.
  • 92 Lire ses Mémoires d’outre-siècle. D’une résistance à l’autre, t. 1, Viviane Hamy, 1998, p. 323-324
  • 93 AHAP 1D XV 13, lettre et réponse du 16 novembre 1959.
  • 94 AHAP 1D XV 13, lettre du 16 novembre 1959.

25L’entorse Massu, regrettée par la direction de l’aumônerie, n’empêcha pas celle-ci de se satisfaire du traitement général du voyage par la presse quotidienne91. Les hebdomadaires n’étaient pas aussi bien considérés, en particulier TC, peu récompensé pour ses efforts, mais dont l’abbé Badré retint surtout le commentaire final, contrastant avec l’analyse de Fesquet, sur le regret des « apparats » et des « honneurs » officiels tendant « à confondre l’Église, en terre d’Afrique, avec une option politique précise ». C’était témoigner, pour Badré, d’un manque de respect à un Prince de l’Église. L’attaque de TC n’était cependant pas comparable à la charge d’André Mandouze92, dans le numéro de France-Observateur du 12 novembre 1959. Celui-ci comparait le séjour de Feltin avec la « visite spectaculaire » d’un autre vicaire aux armées, le cardinal Spellman durant la guerre de Corée. Accompagnant la lettre ouverte, un article bien documenté – « Pourquoi le cardinal Feltin est-il allé en Algérie? » – enfonçait d’ailleurs le clou en relevant l’hostilité de l’entourage de Mgr Duval à ce séjour. Le jour même de la parution de sa lettre publique, Mandouze, alors professeur à Strasbourg, adressa un courrier personnel à l’archevêque de Paris93 qui témoignait une nouvelle fois de la franchise du personnage, en particulier à l’égard d’une hiérarchie imposant davantage de respect chez les intellectuels catholiques en privé. La lettre était implacable pour Feltin : « Je ne doute pas en tout cas que vous ne reconnaissiez dans ma démarche – aussi bien publique que privée – le même mouvement intérieur qui m’avait poussé sous l’occupation à vous entretenir de l’organisation clandestine du «Témoignage chrétien » à Bordeaux... ». Elle regrettait, après la figure du jésuite bordelais aumônier de l’ACJF, Antoine Dieuzayde, la figure de Suhard, révélant par là même les mécanismes de substitution missionnaire sur les souvenirs de l’Occupation au sein de l’aile marchante du catholicisme : « Il m’est évidemment plus difficile d’avoir avec vous des relations aussi suivies que celles dont me prévalait très affectueusement votre prédécesseur ». Mandouze concluait en regrettant amèrement l’effacement de l’identité Pax Christi qui eût fait voir au prélat la réalité du « bain (de sang) » en Algérie par sa charge de vicaire aux armées limitée à l’horizon du 7e arrondissement parisien. L’archevêque accusa brièvement réception : « [La lettre ouverte] manifeste tant d’incompréhensions, d’interprétations erronées et d’accusations fausses, qu’il me paraît inutile d’en discuter les termes. Mais, dans le souvenir d’un passé auquel vous faites allusion, recevez mes sentiments dévoués94 ».

Pression intégriste et sortie de guerre

  • 95 Semaine religieuse d’Angers du 23 novembre 1958.

26Le réveil intégriste devint une préoccupation pour l’épiscopat, essentiellement à partir du référendum de 1958. Seul Chappoulie tenta réellement à ce moment-là de prévenir l’opinion catholique. Sa dernière grande intervention s’attacha ainsi à dénoncer, dans le cadre de la Semaine des intellectuels catholiques, la revitalisation du courant intégriste et la militarisation de son discours autour de l’« apologie du guerrier » et de la « mystique du combattant95 ». L’évêque d’Angers, pourtant éloigné du terrain algérien, avait précédemment, à la fin août 1958, présenté une analyse très fine, notamment sur l’état d’esprit des cadres de l’armée après le conflit indochinois, des risques à moyen terme contenus dans les événements de mai :

  • 96 Ibid, 7 septembre 1958.

« Des Français courageux qui ont durement peiné et beaucoup souffert en Algérie, qui ont vécu par une cruelle expérience personnelle le succès des méthodes totalitaires [...], subissent maintenant la tentation d’utiliser à leur tour des procédés si puissamment efficaces aujourd’hui, vis-à-vis des adversaires, contre qui l’armée se bat en Algérie. Mais demain ? Pourquoi, imaginent quelques-uns, ne pas étendre à la France entière [...] ? [...]. Que des Français, qui se disent et sont réellement de bons catholiques, des fils sincères de l’Église, réfléchissent et prient avant de s’associer à la tentation d’une aventure totalitaire96 ».

  • 97 AHAP 1B2 2a, compte rendu.

27Depuis la condamnation de l’Action française, l’épiscopat n’avait subi pareille pression du côté du « national-catholicisme ». L’ACA, lors de sa séance de mars 196097, produisit une note doctrinale de huit pages condamnant le confusionnisme du temporel et du spirituel de l’organe intégriste Verbe. L’avertissement, relayé ensuite publiquement, fut davantage commenté à la fin de l’année par les cardinaux. Feltin, qui apparaissait certainement comme le prélat le plus écouté par ce courant de plus en plus militarisé, cherchait encore le dialogue en donnant des signes de connivence :

  • 98 Semaine religieuse de Paris, 12 novembre 1960.

« [...] il nous apparaît qu’un certain nombre d’entre vous, et souvent parmi les meilleurs et les plus pratiquants, ne se sentent plus à l’aise dans l’Église. Ils ont l’impression d’être méconnus, incompris. Il y a là un grave malentendu qu’il me semble important de dissiper car il me paraît venir davantage d’une méconnaissance de l’enseignement de l’Église que des difficultés réelles des tâches remplies actuellement par l’armée98 ».

  • 99 « Pèlerinage des hommes à Fourvière (4 décembre 1960) », Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 10 (...)
  • 100 Semaine religieuse de Paris, 29 avril 1961.
  • 101 Semaine religieuse du diocèse de Lille, 25 février 1962.
  • 102 « Le respect de la personne humaine », Semaine religieuse de Paris, 24 février 1962.
  • 103 AHAP 1D XV 11, lettre sans date.

28Le Primat des Gaules lui emboîta le pas en tentant de concilier l’impossible, c’est-à-dire la loyauté à de Gaulle et la compréhension des revendications des ultras de l’Algérie99. À partir de 1961, des attentats de l’OAS et du putsch des généraux, la hiérarchie catholique ne chercha plus à tergiverser. Le respect du pouvoir légitime, le refus de la guerre civile, la condamnation du terrorisme et la confiance en l’armée régulière furent nettement affirmés dans un communiqué des cardinaux du mois d’avril100, de même que dans la déclaration de l’ACA d’octobre. En février 1962, Mgr Guerry publia une note, souscrite par Liénart101, contre l’OAS où il assimilait ses méthodes au matérialisme de la force brutale prôné par Mao, tandis que Feltin produisit une lettre de carême très nette : « Une civilisation dans laquelle un tel rôle est donné à la violence et où sévit un tel mépris de l’homme peut-elle encore loyalement se dire chrétienne102? ». L’appel de l’ACA du 29 mai 1962 qui clôturait une période intense d’intervention hiérarchique répondit négativement à cette question. Après le cessez-le-feu du 19 mars 1962, le chef de l’OAS se tourna vers Mgr Feltin. Dans une lettre dactylographiée de cinq pages rédigée dans la période précédant son arrestation du 20 avril, Salan déplorait l’orientation de la dernière lettre pastorale du prélat parisien. Mais il espérait encore du vicaire aux armées qu’il comprenne cette tragique armée française et ses centaines de milliers de rapatriés : « En dehors de toute option politique, ne s’élèvera-t-il donc pas une voix – une pauvre voix – qui dira sa compassion pour la chrétienté d’Algérie [...]? Je vous dis, malgré notre douleur et notre révolte, les sentiments filiaux qui accompagnent notre espérance et notre résolution103 ».

29À l’image du pays, l’épiscopat de métropole évoqua peu le sort des rapatriés d’Algérie. C’était cependant plus vrai des discours que de l’action charitable (connue surtout par Mgr Ancel). Un prélat du Nord, Mgr Guerry, se fit néanmoins entendre de cette population en construisant son intervention de mai 1962 sur l’effacement de la réalité du 19 mars et des vainqueurs. Il célébra ainsi l’action de « ceux qui ont travaillé et peiné pendant des générations avec la volonté de servir la Patrie et de faire de l’Algérie un grand pays », puis évoquait ces « familles qui ont vécu depuis sept années dans la peur [...] et qui ont perdu tant des leurs, massacrés, égorgés par les troupes du FLN. » Ce message le rendait plus crédible pour les rapatriés qui le lisaient pour sa dénonciation de l’OAS :

  • 104 « Allocution de S.E. Mgr Guerry à son clergé, 22 mai 1962 », La Quinzaine diocésaine de Cambrai, 2 (...)

« On cherche à séparer les chrétiens de leurs évêques. On lance, par des circulaires anonymes, un « appel aux chrétiens » pour une insurrection politique au nom de la doctrine de l’Église.
[...] Il faut partager la souffrance de ces officiers et soldats chrétiens, qui, rejetant les tortures ont dû les blâmer là où elles étaient pratiquées, et qui ont assisté impuissants au travail néfaste d’une action psychologique, cherchant peu à peu à entraîner l’armée dans le passage à un rôle politique et à une conception révolutionnaire. Mais ce qu’un chrétien ne peut pas, ne doit pas accepter, c’est que le régime de violence soit prôné par des chrétiens comme le seul efficace104 ».

  • 105 ADR. 1D132, lettre du 31 mai 1962.
  • 106 AHAP 1D XV 11, lettre du 21 avril 1963.

30Le cardinal Roques écrivait au même moment à Mgr Duval, en butte aux menaces de l’OAS qui n’étaient pas sans rappeler celles qu’ils avaient subies de collaborateurs sous l’Occupation : « La situation qui s’est aggravée [...] vous classe dans la catégorie des grands pasteurs qui savent se tenir auprès de leur peuple et souffrir avec lui en essayant de lui apporter les apaisements qu’un père courageux sait donner à ses enfants105 ». En 1963, un rapatrié d’Algérie reprochant à Mgr Feltin et à l’ACA de ne pas défendre publiquement les pieds noirs comme le faisaient l’archevêque de Cambrai et les évêques d’Oran et de Constantine (Lacaste et Pinier)106, le félicitait par contre d’avoir obtenu du chef de l’État honni la difficile grâce de Jouhaud. C’était là en effet reconnaître les efforts du prélat qui n’a pas ménagé sa peine dans cette affaire, notamment en faisant intervenir Jean XXIII comme il avait mobilisé le nonce une dizaine d’années auparavant. L’archevêque de Paris fut d’ailleurs jusqu’au bout persuadé que Jouhaud allait être exécuté. Feltin avait également répondu, en septembre 1961 aux sollicitations du général Zeller emprisonné à Tulle pour lui trouver un aumônier. Il garda également d’excellentes relations avec le général Massu, alors en poste à Metz. Un dernier combat pour l’amnistie attendait encore Feltin. Les acteurs de l’épuration retrouvaient un rôle et une conscience, à l’exemple de Mgr Rhodain confiant à son archevêque :

  • 107 AHAP 1DXV 11, lettre du 17 mars 1962.

« Je viens de visiter ce que j’espérais ne plus visiter depuis 1940 : des Français enfermés, sans jugement dans un camp de barbelés, miradors et chiens policiers. Malgré une lettre de Votre Éminence, adressée au ministre de l’Intérieur, il m’a fallu encore un mois de démarches pour pénétrer dans un camp où ne sont enfermés que des Français, non condamnés, mais « embastillés »107 ».

  • 108 Le Monde du 15 mars 1963.
  • 109 « Appel à la solidarité et à la réconciliation », La Semaine religieuse de Paris du 29 février 196 (...)
  • 110 AHAP 1D XV 29, lettre de trois pages dactylographiées sans date.
  • 111 AHAP 1D XV 29, lettre du 13 avril 1964.

31Notre-Dame-des-Victoires fut de nouveau utilisée pour des messes de réconciliation, comme ce 19 juillet 1963 où l’homélie de l’archevêque de Paris fut mal accueillie dans les milieux ACO. Comme en 1950, le cardinal Gerlier se fit l’avocat d’une large amnistie en 1963108. Devant son clergé, lors des vœux pour 1965, Feltin estima que la timidité de l’amnistie de 1964 constituait une des causes de la vitalité intégriste. Enfin, la dernière déclaration de l’ACA en février 1964 fut symboliquement un appel à la réconciliation nationale : « L’heure est venue d’oublier les discordes passées. Une large amnistie devrait être un grand acte de solidarité et de réconciliation nationale109 ». Cette prise de position fut très mal reçue par le ministre de la Justice, Jean Foyer qui s’en émut auprès du cardinal Feltin110. Plus encore que la déclaration, le ministre s’arrêtait sur l’attitude de certains aumôniers, considérant qu’ils jouaient un rôle politique auprès des prisonniers. Celui de Fresnes, digne successeur de Popot, était particulièrement visé. Mgr Liénart se réjouit d’ailleurs auprès de Feltin de cette restriction ministérielle qui préservait l’ACA111. Le secrétaire de cette institution se plaçait quant à lui sur un autre registre :

  • 112 AHAP 1D XV 29, même date.

« Je comprends l’émotion du Garde des Sceaux, car rarement sans doute une déclaration de l’Assemblée a recueilli un si long assentiment [...] Avouons Éminence, entre nous, que comme dernier acte de notre pauvre A.C.A., à défaut d’oraison funèbre, ce n’est tout de même pas mal réussi comme couronnement de 40 ans d’action ! Personnellement je suis heureux que ce soit un acte d’indépendance de l’Église. Dans quelques années, ce document sera très précieux112 ».

32Guerry qui avait été un des théoriciens du loyalisme sous Vichy se réjouissait en se confiant au prélat emblématique de la génération maréchaliste que l’indépendance de l’Église fût enfin reconnue par le pouvoir gaulliste...

Notes

1 Mabille. F., Le Mouvement Pax Christi. Origines et développement d’une mobilisation catholique pour la paix, thèse, IEP de Paris, 1997, 940 p.

2 AAR 1D 132, lettre adressée à Chappoulie, 2 juillet 1948.

3 Semaine religieuse de Paris, 17 octobre 1953.

4 « Allocution de Mgr l’Archevêque à la Messe de rentrée des Assemblées, 19 novembre 1952 », Semaine religieuse de Paris, 29 novembre 1952.

5 « Le problème colonial et les catholiques français », cahier 6 (décembre 1953) de la collection Recherches et débat du CCIF.

6 Aux origines d’une Église. Rome et les Missions d’Indochine au xviie siècle, Bloud et Gay, 1943, 450 p.

7 Rousseau S., La colombe et le napalm. Des chrétiens français contre Us guerres d’Indochine et du Vietnam (1945-1975). Paris, CNRS, 2002, p. 16.

8 AAR 1D132, lettre du 14 juin 1953.

9 Semaine religieuse de Paris, 15 février 1955.

10 « Fraternité chrétienne et peuples d’Outre-Mer », Semaine religieuse d’Angers, 16 octobre 1955.

11 Nozière A., Algérie : les chrétiens dans la guerre, Cana, 1979, p. 56.

12 Semaine religieuse de Paris, 24 mai 1956.

13 « Le drame présent de l’Afrique du Nord et le devoir du chrétien », Semaine religieuse d’Angers, 8 avril 1956.

14 « Allocution [...] à l’Assemblée générale des Unions paroissiales », Semaine religieuse de Paris, 28 avril 1956.

15 Boniface X., « L’aumônerie militaire française en guerre d’Algérie », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 77, janvier-mars 2003, p. 48.

16 AHAP 1D XV 12 « Algérie », lettre du 1er juin 1956.

17 « Allocution de Son Exc. Mgr Guerry à son clergé réuni à l’archevêché le 22 mai », Quinzaine diocésaine de Cambrai, 3 juin 1956.

18 L’Aquitaine, 1l mai 1956.

19 Vinatier J„ Le cardinal Liénart..., op cit., p. 191.

20 AHAP 1D XV 12, lettre du 1er juin 1956.

21 Compte rendu de la thèse de Sybille Chapeu {Des chrétiens dans la guerre d’Algérie. L’action de la Mission de France , Atelier, 2004, 270 p.), paru dans Les Cahiers d’histoire immédiate, automne 2002, p. 205-206.

22 Quoi qu’il en coûte, Stock, 1975, p. 308-312.

23 Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 17 février 1956.

24 CNAEF, compte rendu de la séance de l’ACA du 29 février 1956.

25 « Conférence de Son Éminence aux retraites pastorales les 20 et 27 septembre 1956 », Semaine religieuse de Paris, 29 septembre 1956.

26 AHAP 1D XV 17, « Témoignage chrétien ».

27 Semaine religieuse d’Angers du 25 mars 1956.

28 « Les responsabilités internationales du chrétien », Semaine religieuse d’Angers, 30 décembre 1956.

29 Un Algérois se plaignit ainsi de l’évêque angevin auprès de Feltin (AHAP 1D XV 12, lettre du 30 janvier 1957).

30 Rioux J.-P., La France de la Quatrième République, t. 2, 1952-1958, Le Seuil, 1983, p. 126.

31 Branche R., La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962, Gallimard, 2001, 456 p.

32 Semaine religieuse du diocèse de Lille, 24 mars 1957.

33 « Au lendemain de la déclaration des Cardinaux et Archevêques », numéro des 7-8 avril 1957.

34 Texte cité par Émile Poulat, Une Église ébranlée. Changement et continuité de Pie XII à Jean-Paul II, Tournai, Casterman, 1980, p. 101.

35 Wenger A„ Le cardinal Villot (1905-1979), Desclée de Brouwer, 1989, p. 28.

36 . Le Cardinal Duval « Évêque en Algérie », entretiens avec Marie-Christine Ray, Le Centurion, 1984, p. 131.

37 Kempft F., « Les catholiques français », Merle M. (dir.), Les Églises chrétiennes et la décolonisation, Armand Colin, 1967, p. 173.

38 AHAP 1D XV 13, note de 1957 (sans indication plus précise de date).

39 La Croix et Semaine religieuse de Paris, 18 mai 1957.

40 AHAP 1D XV 13, résumé dactylographié.

41 Titre de l’ouvrage de Xavier Grall, Cerf, 1962, 128 p.

42 « Chrétiens et juifs... », op. cit., p. 115.

43 Nozière A„ op. cit., p. 131.

44 Vidal-Naquet P., « Une fidélité têtue. La résistance française à la guerre d’Algérie », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 10, avril-juin 1986, p. 3-18.

45 Fouilloux É, « Intellectuels catholiques et guerre d’Algérie (1954-1962) », Rioux J.-P. et Sirinelli J.-F. (dir.), La Guerre d’Algérie et les intellectuels français, Bruxelles, Complexe, 1991, p. 79-114.

46 La répression et la torture. Essai de philosophie morale et politique, Éditions ouvrières, 1957, 135 p.

47 AHAP 1D XV 12, lettre du 18 juin 1957.

48 AHAP 1D XV 13, copie de cette lettre dactylographiée datée du 11 juin 1957.

49 Dossier Jean Muller. De la pacification à la répression. Cahier du Témoignage chrétien 38, 15 février 1957, 30 p.

50 AHAP ID XV 13, note de service en date du 29 mars 1957.

51 AHAP 1D XV 11, note du 8 juillet 1957.

52 Cité par Boniface X., art. cit., p. 51.

53 AHAP 1D XV 13, lettre du 22 novembre 1957.

54 AHAP 1D XV 17, lettre du 30 novembre 1957.

55 Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 13 décembre 1957.

56 AHAP 1D XV 11, «Algérie 1958-1962».

57 AHAP 1D XV 13, lettre du 27 mars.

58 AHAP 1D XV 13, lettre à l’archevêque de Jacques Faure, général en chef adjoint des Forces françaises en Allemagne, en date du 12 mai 1958.

59 AHAP 1D XV 13, lettre du 17 avril 1958.

60 AHAP 1D XV 11, lettre à Feltin du 18 avril 1958.

61 Bulletin religieux d’Aire et de Dax, 6 juin 1958.

62 Semaine religieuse de Paris, 24 mai 1958.

63 Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 12 octobre 1951.

64 CNAEF, procès verbal de la réunion des 13 et 14 mars 1954.

65 Bulletin religieux du diocèse de Beauvais, 5 mars 1954.

66 Semaine religieuse d’Angers, 16 octobre 1955.

67 Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 28 novembre 1958.

68 La Croix du 22 octobre 1958.

69 Semaine religieuse du diocèse de Lille, 21 décembre 1958.

70 AHAP 1D XV 17, lettre du 14 mars 1959.

71 AAR 1D 132, lettre du 1er avril 1959.

72 Semaine religieuse d’Angers, 12 juillet 1959.

73 La Croix du mercredi 27 mai 1959.

74 Art. cit., p. 54-55.

75 AHAP 1D XV 11, lettre du 27 avril 1959.

76 Témoignage de Jean Badré à l’auteur, 10 juin 1998.

77 Problèmes de la guerre moderne et enseignements de L’Église. Vicariat aux armées, 7 mars 1960, 56 p.

78 Semaine religieuse de Paris, 12 novembre 1960.

79 Ibid., 22 octobre 1960.

80 AHAP 1D XV 11, rapport du secrétariat de l’épiscopat, 7 novembre 1960.

81 Lire la brochure Histoire d’un acte responsable. Le cas Jean Le Meur, extrait A’Esprit de décembre 1959, 35 p.

82 AHAP 1D XV 19 chemise « Objection de conscience ».

83 Texte paru dans Équipes enseignantes et repris par les Cahiers de l’Action populaire du 1er juillet 1953.

84 AHAP 1D XV 17, lettre de Feltin du 10 novembre 1964 à un groupe de jeunes catholiques ayant sollicité l’avis de Mgr Liénart sur l’objection.

85 La Croix du mercredi 27 mai 1959.

86 « Le cardinal Feltin a célébré vendredi matin la messe à Hippone », Le Monde du 31 octobre 1959.

87 « Le Cardinal Feltin en Algérie. Qu’en dit Alger? », numéro du 12 novembre 1959.

88 « Le Cardinal a quitté l’Algérie pour Rome », Le Monde du 4 novembre 1959.

89 « Le Cardinal Feltin a dit au Général Massu : le clergé métropolitain révise son attitude sur l’action de l’armée en Algérie », Paris-Presse du 4 novembre 1959.

90 « Heureux les pacificateurs », numéro du 3 novembre 1959.

91 Semaine religieuse de Paris, 28 novembre 1959.

92 Lire ses Mémoires d’outre-siècle. D’une résistance à l’autre, t. 1, Viviane Hamy, 1998, p. 323-324.

93 AHAP 1D XV 13, lettre et réponse du 16 novembre 1959.

94 AHAP 1D XV 13, lettre du 16 novembre 1959.

95 Semaine religieuse d’Angers du 23 novembre 1958.

96 Ibid, 7 septembre 1958.

97 AHAP 1B2 2a, compte rendu.

98 Semaine religieuse de Paris, 12 novembre 1960.

99 « Pèlerinage des hommes à Fourvière (4 décembre 1960) », Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 10 décembre 1960.

100 Semaine religieuse de Paris, 29 avril 1961.

101 Semaine religieuse du diocèse de Lille, 25 février 1962.

102 « Le respect de la personne humaine », Semaine religieuse de Paris, 24 février 1962.

103 AHAP 1D XV 11, lettre sans date.

104 « Allocution de S.E. Mgr Guerry à son clergé, 22 mai 1962 », La Quinzaine diocésaine de Cambrai, 27 mai 1962.

105 ADR. 1D132, lettre du 31 mai 1962.

106 AHAP 1D XV 11, lettre du 21 avril 1963.

107 AHAP 1DXV 11, lettre du 17 mars 1962.

108 Le Monde du 15 mars 1963.

109 « Appel à la solidarité et à la réconciliation », La Semaine religieuse de Paris du 29 février 1964.

110 AHAP 1D XV 29, lettre de trois pages dactylographiées sans date.

111 AHAP 1D XV 29, lettre du 13 avril 1964.

112 AHAP 1D XV 29, même date.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540