Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les évêques français de Verdun à Vatican II

 | 
Frédéric Le Moigne

Cinquième partie. Un épiscopat à bout de souffle

Chapitre 13. Photographie vieillissante (1951-1954)

Texte intégral

  • 1 Minier M., op. cit., p. 171.
  • 2 Delpech F., « Les chrétiens et le STO une correspondance Saliège-Liénart », dans Églises et chréti (...)

1Au début de la décennie 50, les « patrons » de la génération Pie XI – Feltin, Liénart, Gerlier, Roques, Richaud (illustration n° 16) – contrôlant l’ACA (dont la moyenne d’âge était de 70 ans en 19531), posèrent leur marque – empirique, pragmatique et consensuelle – sur l’institution épiscopale. Ils appliquèrent au sommet de la pyramide ecclésiale ce qu’ils avaient établi dans les diocèses au cours des années trente et que l’Occupation avait retardé. Il est assez révélateur que la Libération n’ait pas produit de réformes de structure immédiates au sein de la hiérarchie. Le fonctionnement de l’ACA, jugé trop autoritaire à la fin de l’Occupation par Saliège s’opposant à la mainmise Liénart-Suhard et demandant le vote secret2 ne fut logiquement pas modifié par la majorité archiépiscopale considérant que l’instance avait au contraire parfaitement tenu son rôle dans la tempête. Si la Libération n’a pas imposé son rythme, il est cependant notable qu’un prélat comme Mgr Feltin, dans sa découverte du monde parlementaire parisien, eut ainsi l’idée en 1950 de commissions épiscopales calquées sur le modèle des commissions spécialisées de la chambre.

L’assemblée plénière de 1951

  • 3 CNAEF, compte rendu de l’ACA d’octobre 1947 et de mars 1948.
  • 4 Rapport doctrinal présenté le 30 avril 1957 à l’Assemblée plénière de l’Épiscopat français, Bourge (...)

2L’assemblée plénière de l’épiscopat du début avril 1951, la première réunissant l’ensemble des évêques de France depuis 1908, offrait aux prélats une possibilité unique de s’identifier en tant que corps. Elle ne saurait être considérée comme l’acte de naissance d’un véritable épiscopat national. Dans les faits, la collégialité conciliaire était naturellement anachronique et le principe hiérarchique caractérisait bien cette assemblée voulue par les archevêques de l’ACA, et non par les évêques de la base3, essentiellement pour faire entendre la voix de la hiérarchie catholique considérée par les intéressés (et en particulier le cardinal Gerlier) comme mal relayée par la presse. Les rapports doctrinaux produits pour l’occasion ont pu en effet contribuer à mieux faire connaître la pensée épiscopale. Ce fut surtout vrai de celui de Mgr Lefebvre en 1957 tiré à 40 000 exemplaires4. Seule la haute hiérarchie avait cependant autorité pour produire ces documents. Il n’empêche : les enquêtes préparatoires, les quinze commissions épiscopales spécialisées annoncées lors de l’assemblée de 1951 et impliquant tous les évêques montraient une amélioration des mécanismes de concertation au sein de l’Église de France déjà perceptible à la fin des années quarante. Cette vitalité créatrice doit être confrontée à la réalité du fonctionnement institutionnel marqué notamment par l’autonomie de chaque évêque dans son diocèse, le caractère aléatoire des réunions provinciales, les contrastes de rayonnement entre les différentes commissions, le contrôle de plus en plus affirmé de la haute hiérarchie (et notamment des cardinaux) sur l’expression épiscopale.

3L’assemblée plénière incite surtout au portrait de groupe. Par rapport au cliché de l’Occupation et de la Libération (illustration n° 11), celui du début de la décennie 50 (illustration n° 12) témoignait de la stabilité et donc du vieillissement d’un corps, avec à sa marge quelques têtes nouvelles et hors cadre des grands disparus de la génération Pie XI (Petit de Julleville et Durieux en 1947, Suhard en 1949). La réalité démographique n’avait cependant pas favorisé les grands desseins de renouvellement hiérarchique du gouvernement de la Libération. On était loin de la situation de 1927. De toute façon, Roncalli n’était pas Maglione, le nonce étant surtout soucieux de se mettre dans les pas de son prédécesseur et de ne pas brusquer la haute hiérarchie, plutôt que de plaire au pouvoir sur l’épuration ou d’inscrire son empreinte. Il n’y eut pas de remplacement symbolique des prélats épurés par des figures résistantes à Saint-Brieuc, Mende, Arras et Aix-en-Provence. Offrir par exemple ce dernier siège à Théas eût été un symbole. Sa translation à Lourdes, sur celui du maréchaliste Choquet, avait beau être une promotion prestigieuse pour l’intéressé dans son diocèse d’origine (qui maintenait qui plus est la proximité avec Saliège), il ne s’agissait pas d’un archevêché.

  • 5 1er tome (1945-1948) à paraître.

4Ces premières nominations peu résistantes ont fortement déplu aux Affaires étrangères et à l’ambassade de France au Vatican qui attendaient la promotion des méritants de l’Occupation. Grâce au travail d’Étienne Fouilloux sur les agendas Roncalli5, il est possible d’écrire que dès 1946 la question scolaire a supplanté l’identité résistante dans les attentes gouvernementales. Le cas Douillard en témoignait. L’archiprêtre de Notre-Dame de Cholet fut refusé par le gouvernement, au nom de son droit de veto, pour l’évêché d’Amiens. Impossible de ne pas associer cette décision au fait que le curé des Mauges avait accueilli, le 2 septembre 1945, la première manifestation de défense de l’enseignement libre dans l’Ouest. Or Pierre Douillard pouvait justifier d’état de service résistant (des discours semble-t-il) qui l’avait un temps menacé d’un départ en déportation et en tout cas privé de sa cure. Le gouvernement n’avait certainement pas été assez renseigné sur ces faits par la préfecture. L’intéressé et le nonce, dont la ténacité est connue, se chargèrent de rappeler cette identité. Ce qui assouplit la position du gouvernement et lui fit accepter Douillard sur le siège de Soissons au début de l’année 1947.

5À côté de quelques nominations éclair sur des sièges importants (celle attendue à Strasbourg en 1945 du supérieur des Carmes Weber, condisciple de Lamy et de Piguet à Saint-Sulpice ; celles plus étonnantes de Provenchères âgé seulement de 41 ans à Aix-en-Provence en 1945 et de Bazelaire à Chambéry en 1947), Roncalli fut surtout soucieux d’honorer les protégés conservateurs de Valeri en leur donnant les grands archevêchés (Martin à Rouen, Richaud à Bordeaux). La décennie cinquante vit la disparition des grands anciens : le dernier prélat de Pie X (Chollet en 1952 à 90 ans), ceux de Benoît XV (Caillot à 96 ans et de Llobet âgé de 85 ans en 1957, Gaillard en 1956). L’épiscopat de Pie XI commença également à s’éroder avec la mort de certaines de ses figures emblématiques (Pic en 1951, Piguet en 1952, Dubourg en 1954, Béguin en 1955, Saliège et Moussaron en 1956, Bernard en 1959). Il est par ailleurs notable que des évêques importants de la nonciature Maglione et Valeri choisirent de donner, à plus de 75 ans, leur démission sous la nonciature Marella (Roeder en 1955, Rodié et Delay en 1956). Cette pratique qui, dès avant le concile, rompait avec la norme de l’épiscopat à vie, témoignait du décalage ressenti par les prélats de cette génération trop essoufflée pour suivre le rythme, après un très long pouvoir.

  • 6 Op. cit., p. 177.
  • 7 Fouilloux É., « Le nonce Roncalli d’après ses agendas parisiens ».
  • 8 Semaine religieuse du diocèse de Lille spéciale Vingt-cinq ans d’épiscopat, 18 octobre 1953.
  • 9 « Fêtes jubilaires de Mgr à Sens le dimanche 20 octobre », Semaine religieuse du diocèse de Sens e (...)
  • 10 « Double jubilé du Cardinal Roques », Les Nouvelles de Bretagne et du Maine du 14 mai 1954.

6La parade au vieillissement du corps hiérarchique avait été trouvée par la multiplication des coadjuteurs – 24 de 1945 à 1960 selon Marc Minier6. Cette pratique obligée témoigne de la prudente substitution des générations au sein de la hiérarchie de l’après-guerre puisque les nouveaux venus nés après 1900 ont longtemps été bridés dans ce rôle ingrat de coadjuteur auprès de leurs aînés autocrates parfois sans pitié pour eux. Une lecture moins négative est toutefois possible puisque ces coadjuteurs des années cinquante qui formèrent l’ossature de l’épiscopat des années soixante ont eu le temps d’être initiés au pouvoir. Le nouvel épiscopat de Roncalli, celui issu essentiellement de la génération 1900-1905 (Lallier, Chappoulie,...), mériterait d’être mieux connu. Outre les cardinaux (Liénart, Gerlier, Roques), les trois noms épiscopaux apparaissant en surimpression dans la décennie 50 (Guerry, Lefebvre, Richaud) étaient cependant loin de consacrer des nouveaux venus. Fin 1952, les journaux annoncèrent la promotion de Mgr Feltin au cardinalat (illustration n° 14). C’était la victoire posthume de Suhard et le triomphe du nonce, lui aussi promu en compagnie de Mgr Grente (ce qui en disait long sur l’identité conservatrice de ce consistoire fin de règne de Pie XII) et de Valeri. La République, plus amnésique que l’Église, fut loin de s’investir dans cette promotion comme elle l’avait fait en 1945-1946, si ce n’est par Vincent Auriol remettant diplomatiquement à l’Elysée la barrette au nonce apprécié de lui, Angelo Roncalli7. L’époque était décidément synonyme d’amnistie puisque Maurice Feltin, le paria de 1944 et le bretteur de 1951, recevait de son ancien adversaire, le même Auriol, des félicitations chaleureuses au moment des vœux de fin d’année (illustration n° 13). À l’échelle locale, la reconnaissance élitaire de la génération Maglione fut du même ordre. La succession des jubilés célébrant ses 25 ans d’épiscopat fut en effet l’occasion de démontrer la profondeur du respect de l’évêque par les municipalités (il est vrai plus à droite après les élections de 1953). De la manière dont furent honorés d’anciens prélats maréchalistes, il est possible d’écrire que la page de la Libération fut alors tournée. Mgr Liénart reçut-il la Grande Médaille d’or de la ville que le premier adjoint, le professeur Minne, célébra l’attitude du cardinal durant l’invasion de 40 et l’Occupation, donnant « aux habitants de la cité l’exemple d’une calme énergie, de la dignité en face de l’occupant8 ». Le maire de Sens, Georges Perrot, ne vanta pas autrement les mérites de Frédéric Lamy, ancien combattant qui ne pouvait avoir rempli que dignement son devoir en 19409. La reconnaissance la plus nette eut lieu à Rennes où le cardinal Roques reçut en 1954 des mains de son ami Henri Fréville la médaille de la ville. Le nonce, Marella, invité pour l’occasion, entendit le maire élu en 1953 déclarer : « Dites au Saint-Père combien nous lui sommes reconnaissants de nous avoir envoyé quelqu’un qui, aux jours de douleur, a répandu le courage et le réconfort et qui aujourd’hui répand l’amour10 ». Enfin, dans le cours traditionnel de reconnaissance des élites, la République ne priva pas l’épiscopat de Légions d’honneur durant la décennie 50. Cela faisait contraste avec les rares médailles résistantes des années de Libération.

7De manière assez paradoxale en ces temps d’apaisement, la mémoire du cardinal Suhard parut moins consensuelle au sein de l’épiscopat. Le 10 octobre 1953, son image patriotique fut en effet écornée par Mgr Chappoulie, lors de la cérémonie commémorative organisée peu avant le centenaire de sa naissance dans la ville mayennaise d’origine du prélat de Brains-sur-les-Marches. Le discours de l’évêque d’Angers, devant la statue du cardinal, fut très mal reçu à l’archevêché de Paris par les proches de Suhard (Brot, Potevin, Le Sourd). Il disait en effet :

  • 11 La Croix du 17 octobre 1953.

« Plusieurs aussi souhaitaient [qu’il devienne] le porte-parole énergique d’une masse silencieuse de Français qui souffraient cruellement de trop de concessions consenties à l’ennemi par certains ministres du gouvernement de Vichy. La partie était belle et valait la peine d’être jouée, en une heure où le salut de la patrie devenu la loi suprême abat finalement bien des barrières qui séparent d’ordinaire le temporel du spirituel. À ces conseils et suggestions qui venaient parfois de son entourage le plus intime, le cardinal se déroba. Il ne convenait pas plus à son tempérament rural de déchaîner l’émotion ou de prendre une position en pleine lumière au grand jour de l’histoire [...].Puis il faut bien le dire, il n’aimait pas, il n’était pas habile à extérioriser son patriotisme11 ».

  • 12 AHAP 1 DXIV 27 « Post mortem [...] Lettres 1949 à 1959 ».

8Admirateur déclaré du cardinal Mercier, Chappoulie cherchait peut-être ainsi un dédouanement personnel sur son rôle passé. En attendant de nouveaux éléments sur cet aspect et sur sa relation avec le Suhard de l’Occupation et de la Libération, on peut invoquer l’exercice du « droit d’inventaire » du nouvel épiscopat à l’égard du glorieux aîné. Un autre évêque de la génération 1905, Mgr Lallier, alors archevêque de Marseille et supérieur du séminaire de Conflans sous l’épiscopat de Suhard, exprima des réticences identiques lors d’un entretien avec le père Bouëssé12.

  • 13 « Persécution ! », L’Aquitaine, 22 novembre 1946.
  • 14 « Lettre pastorale [de carême] « Christianisme vivant » », Semaine religieuse du diocèse de Lille, (...)
  • 15 Carême de l’an de grâce 1947, Éditions du Vitrail, 1949, 72 p.
  • 16 Selon les propres termes d’un prélat archétype de la génération Pie XI : Mgr Dubourg (Semaine reli (...)
  • 17 Éditorial du Figaro des 27 au 27 avril 1947.
  • 18 « Réponse de S. Em le Cardinal-Évêque de Lille aux vœux du clergé », Semaine religieuse du diocèse (...)
  • 19 Ibid.

9Le constat de vieillissement perceptible en regardant la photographie de l’assemblée de 1951 a été fait par les acteurs eux-mêmes dès les années d’après-guerre, lorsqu’ils tentèrent de réfuter ce jugement. On rencontre cette défense chez Feltin dès 194613 et chez Liénart en 1947. Ce dernier déclarait : « L’Église catholique est actuellement l’objet de bien des critiques. Au milieu d’un monde en plein bouleversement, on trouve qu’elle a vieilli. [...] Elle ne s’en trouble pas cependant, car elle a conscience de n’avoir rien perdu de sa jeunesse ni de ses facultés d’adaptation14 ». Relents de contestation antiépiscopale liés à la remise en cause de l’Autorité par la Résistance catholique, option marchante et missionnaire, pensée personnaliste et séduction existentialiste, influence communiste sur la jeunesse constituaient aux yeux de la hiérarchie un mélange détonnant que le climat pesant de la guerre froide et de la fin de règne de Pie XII contribua à rendre plus redouté. Pour la première fois depuis son accession à l’épiscopat, cette génération était accusée de regarder en arrière. Comment cette accusation n’eût-elle pas affecté l’évêque de Lille qui a été tellement reconnu comme le chef de cordée des prélats de conquête du catholicisme social et de l’Action catholique spécialisée ? Or, au moment même où cette génération épiscopale se trouvait contrainte de constater le recul de sa représentation, l’archevêque de Paris produisait sa grande lettre pastorale de carême – « Essor ou déclin de l’Église15 ». Suhard donnait ainsi un second souffle à l’esprit de conquête avec sa préoccupation missionnaire Cette stratégie intuitive, menée par « le plus prudent et le plus traditionaliste des évêques16 » renversait la perspective et faisait de la « génération-Liénart », autrefois audacieuse, un groupe prématurément vieilli. De même que Mauriac avait isolé à la Libération une minorité de prélats méritants face au groupe vieillissant, il semblait renouveler ce constat en applaudissant cette fois-ci le seul Suhard pour ses audaces17. Étonnant paradoxe : alors que l’archevêque de Paris voulait aller là où le catholicisme était mort et donnait une nouvelle vitalité à l’Église de France en créant de nouvelles institutions (Mission de France et de Paris), l’évêque de Lille ne voulait pas admettre de remise en cause de son « christianisme vivant » et de son modèle en mal de renouvellement. C’était désormais ce dernier qui voyait l’après-guerre comme une « époque grave » ressemblant à la « Réforme » et à la « Révolution française18 ». L’esprit de conquête de l’Action catholique spécialisée exigeait une autre lecture et davantage de liberté pour concurrencer le projet missionnaire. Au lieu de cela, Liénart voulait brider ou du moins tenir ses troupes : « L’Église n’est pas stationnaire, elle marche ; seulement, il faut marcher en rangs, pas en cohue, il faut marcher dans son sens, et ne pas prendre d’initiatives prématurées19 ». C’était avouer ne plus être en mesure d’imposer et de précéder le rythme du changement comme dans les années trente.

L’affaire des prêtres-ouvriers

  • 20 AHAP 1D XV 31, notes pour un discours de la Libération sans date précise.
  • 21 « Principes chrétiens et question sociale », Semaine religieuse du diocèse de Montpellier, 17 févr (...)

10La condamnation romaine des prêtres-ouvriers en 1953-1954 constitua une étape importante dans le parcours de cette génération épiscopale. Pour la première fois de son histoire, celle-ci dut en effet faire face à une contestation forte de son identité sociale, celle-là même qui avait contribué à sa reconnaissance à la fin des années vingt et sous le Front populaire. À la Libération, la réactivation de cette fibre sociale l’avait certainement préservée d’une déconsidération plus grave (les commissaires de la République faisaient de ce critère un élément important de leur jugement). Certes, il faudrait introduire des nuances avec certains évêques qui cachèrent mal leur nostalgie du modèle corporatiste vichyste. Feltin appelait ainsi ses diocésains à « ne pas se laisser prendre par l’engouement actuel à l’égard de la nationalisation20 ». Il convient d’ailleurs de parler de réserve plus que d’hostilité déclarée, à l’image de Mgr Brunhes s’appuyant sur l’enseignement pontifical, pour accepter des nationalisations restreintes21.

  • 22 Allocution du 10 septembre 1944 citée dans DC du 15 octobre 1944.
  • 23 Semaine religieuse du diocèse d’Albi, 4 janvier 1945.
  • 24 Semaine religieuse de Marseille, 17 septembre 1944.
  • 25 Semaine religieuse de Paris, supplément au numéro du 17 février 1945.

11À l’inverse, les discours sociaux des prélats d’ouverture étaient retentissants dans la forme comme dans le fond. L’élan des premières semaines qui permit à Mgr Théas, marqué par ses contacts communistes comme le furent dans les années 1880-1890 Albert de Mun et René de La Tour du Pin par l’émulation socialiste, de souhaiter ouvertement la « révolution22 » sociale, ne faiblit guère jusqu’au début de 1945. Ces prélats sociaux (Lebrun, Roques,...) pouvaient se reconnaître dans le message messianique de Mgr Moussaron à Albi : « Jamais peut-être, l’aspiration vers une réforme économique profonde dans le sens de la fraternité et de la justice n’a pareillement soulevé l’âme populaire23 ». Plus notable encore semble être la tonalité sociale chez les prélats « émigrés de l’intérieur ». Delay, inquiété on l’a vu dans les premiers jours, ne retint alors pas son message : « L’Église bénira et encouragera tous les efforts de la justice sociale, même les plus audacieux24 ». Suhard représentait parfaitement ce groupe, lui qui consacra son premier enseignement de carême, après l’éviction de Notre-Dame, aux « réformes de structure25 ». Pour l’archevêque de Paris comme pour Mgr Pic, les mots d’ordre économiques du GPRF étaient cautionnés, alors que son programme politique ne l’était pas. Lors du carême 1945 avec ces pastorales sociales (exemple de Mgr Challiol à Rodez sur « L’Église amie du travail et des travailleurs »), l’épiscopat cherchait certainement à faire oublier son investissement passé sur le terrain glissant de la théologie politique. Une exception toutefois, celle de Mgr Liénart qui continua à se montrer boudeur.

  • 26 À l’image des catholiques américains soutiens de Roosevelt. Folhen C. : « Les catholiques face au (...)
  • 27 Semaine religieuse du diocèse de Valence, 3 janvier 1948.
  • 28 Tranvouez Y., Catholiques et communistes. La crise du progressisme chrétien (1950-1955), Cerf, 200 (...)
  • 29 C’est ce qu’écrivit à demi-mot Roques à ses suffragants (AAR 1D132, lettre confidentielle du 25 ju (...)
  • 30 « Réponse », La Semaine religieuse du diocèse de Rennes du 19 novembre 1949.
  • 31 AAR 1D 132, duplicata de la réponse de Roques en date du 25 juillet 1949.

12Les années d’après-guerre prouvent cependant que l’épiscopat perçut mal l’identité et la finalité de ce travaillisme à la française (ce fut moins vrai dans la décennie suivante), malgré l’investissement du MRP26. La question sociale fut surtout lue à la lumière de l’embrasement communiste, de telle sorte que le message hiérarchique semblait davantage motivé par la peur de la révolution que par le souci de justice pourtant tout autant exprimé. Les grèves de l’automne 1947 ne produisirent pas d’autre type de discours dans l’épiscopat que celui de Mgr Pic : « On n’a pas résolu la question ouvrière quand, dans une épreuve de force, on a mis fin à des grèves qui avaient, il faut bien en convenir, toutes les apparences d’une révolution politique27 ». Dans le climat de guerre froide, le contexte du bouillonnement missionnaire, pacifiste, marxiste et progressiste du catholicisme français (UCP, Mouvement de la paix, Quinzaine, Jeunesse de l’Église,...), l’épiscopat fut soucieux d’accompagner le raidissement doctrinal par une réaffirmation nette du message social de l’Église. Le décret du Saint-Office du 1er juillet 1949 symbolisait cette fermeture en condamnant l’adhésion des catholiques aux organisations communistes28. Il fut répercuté en France uniquement par les cardinaux pour donner une ligne commune et éviter une interprétation trop radicale de la part de certains évêques29. Mgr Roques, directement confronté à Rennes au quotidien Ouest-Matin, dirigé par Henri Denis, confirma le sort des chrétiens progressistes fixé par le décret romain30. Le cardinal, qui avait préparé avec soin son intervention (notamment auprès de Chappoulie, alors délégué de l’épiscopat), reçut les conseils du cardinal Liénart, lui adjoignant de doubler sa condamnation publique de la réaffirmation claire de la doctrine sociale de l’Église31.

  • 32 Lire la thèse de Thierry Keck : Jeunesse de l’Église 1936-1955. Aux sources de la crise progressis (...)
  • 33 DC, 26 mars 1950.
  • 34 Semaine religieuse du diocèse de Paris, 4 mars 1950.
  • 35 Catholiques d’abord. Approches du mouvement catholique en France xixe-xxe siècles. Éditions ouvriè (...)
  • 36 AHAP Fonds Lalande « autre sujet que Pax Christi ». Toutes les références de l’affaire proviennent (...)

13Cette préoccupation s’est trouvée davantage exprimée au début de l’année suivante, au moment de la grève des métallos. Des évêques déclarèrent nettement leur sympathie pour la grève, ce qui constituait assurément une rupture avec le passé. Mgr Rémond, en pointe contre Jeunesse de l’Église32 lança un retentissant « la grève d’aujourd’hui est juste33 » et Mgr Feltin fut soucieux d’appeler à une hausse des salaires et à la solidarité avec les familles des grévistes34. Yvon Tranvouez a clairement défini cette mobilisation hiérarchique comme une recherche d’équilibre après le décret de 194935. Seulement, le patronat ne raisonnait pas par rapport à l’abbé Boulier ou au père Montuclard et considéra à plus courte vue que l’épiscopat, et en particulier l’archevêque de Paris, tirait uniquement contre lui. Tel avocat écrivit à Feltin pour déplorer ses propos « démagogiques36 ». On prêtait ailleurs au prélat des « sentiments de gauche très poussés ». La réputation d’évêque social qui avait précédé l’arrivée du prélat à Paris en 1949 se colorait de rouge dans une continuité indéniable (toutes proportions gardées) avec la représentation de Liénart au moment de la grève d’Halluin. L’épiscopat retrouvait les attaques de l’Action française de sa jeunesse, cette fois-ci représentées par les nostalgiques de Vichy comme cet ancien président de la presse hebdomadaire, Poullain, indiquant que l’Église n’avait organisé aucune collecte pour les familles des épurés en majorité catholiques et qu’il attendait une déclaration de la hiérarchie pour ces oubliés. Un autre correspondant avait découpé l’article de Ce Soir du 9 mars 1950 – « Le Père Barreau prêtre ouvrier m’a dit : « Je suis au comité de grève avec les travailleurs » » – pour écrire à la marge en rouge : « Cet article écœurant coûtera 100 000 francs à l’Archevêque ». Le courrier pariait sur la collusion objective entre le prêtre, élu l’année suivante au secrétariat CGT métallurgie de Paris, et Mgr Feltin.

  • 37 cf. son discours d’ouverture aux assises nationales du centre français du patronat chrétien, à Par (...)
  • 38 « Lettre [...] sur le devoir des chrétiens en face de la crise industrielle à Angers », Semaine re (...)
  • 39 « Les chrétiens face aux interventions sociales et politiques dans l’Église contemporaine », Ibid (...)

14La violence des réactions était cependant atténuée par les soutiens de Mgr Chevrot, curé de Saint-François-Xavier, au nom de sa « paroisse unanime » et de Paul Daniel, président de l’Union régionale parisienne des syndicats chrétiens. Feltin tenta de jouer un rôle de médiation dans le conflit social en proposant ses services au président du CNPF, Georges Villiers. Ce dernier répondit dès réception du courrier par une fin de non-recevoir. La courtoisie du ton ne doit pas tromper sur une remise en place sans nuance. Villiers, en rappelant indirectement les déficiences de la démonstration sur l’augmentation des salaires contenue dans le discours de Feltin du 4 mars, signifiait que ce dernier s’était disqualifié pour prétendre jouer le rôle qu’il proposait. I1 encouragea par contre Joseph Zamanski, figure catholique du patronat et président de la Confédération française des professions, à rédiger un mémoire de réprobation : « Devant les lettres épiscopales publiées à l’occasion des grèves un patron chrétien s’interroge ». L’archevêque de Paris reçut durant l’été ce document de 12 pages, à la fois respectueux et ferme, mais surtout révélateur du trouble – « notre action serait plus forte si la voix de nos chefs religieux ne semblait pas nous confondre dans une universelle réprobation ». La décennie 50 vit cependant l’épiscopat plus à l’écoute du milieu patronal, grâce surtout à Mgr Richaud. Nouvel archevêque de Bordeaux (et successeur de Feltin), il réserva ainsi sa première visite au Centre français du patronat chrétien. Très lié aux milieux d’affaires locaux, il étendit son influence à Paris37 en occupant la présidence de la commission sociale de l’épiscopat. Les évêques savaient cependant cultiver leur liberté. Ainsi, Mgr Chappoulie pouvait s’engager aux côtés des industriels pour réclamer des « cheminées38 » en Anjou et défendre les grévistes39.

  • 40 Poulat É., Les prêtres-ouvriers. Naissance et fin, Cerf, 1999, 647 p.
  • 41 En 1968, MgrFeltin ne la dissimula pas à André Sève (« Conversation avec... Les confidences du Car (...)

15Le coup de tonnerre romain de la condamnation des prêtres-ouvriers40 de septembre 1953 survint dans un ciel catholique français déjà plombé. La haute hiérarchie avait sérieusement repris en main l’héritage missionnaire du cardinal Suhard. Une institution comme la Mission de France, accueillie dans l’indifférence des autres évêques sous l’Occupation, ne pouvait susciter que des réticences une fois son créateur disparu et dans une telle période de glaciation romaine. Peu pragmatique, l’archevêque de Paris n’avait pas construit des fondations assez solides. Le cardinal Liénart se chargea d’imposer une tutelle plus contraignante dès 1951 et en particulier lors de la « monition » de Pâques 1952 entraînant la démission du père Augros et la fermeture l’année suivante du séminaire de Lisieux. La reprise en main hiérarchique se faisait à un rythme lent et sûr. Aussi se heurta-t-elle à la brutalité de la condamnation de l’expérience des prêtres-ouvriers. Avant toute autre considération, la décision du Saint-Office blessa l’orgueil des chefs de l’Église de France car celui-ci paraissait douter de leur détermination et confisquer leur autorité. Les modalités de l’annonce (la convocation à l’archevêché de Paris d’une vingtaine d’évêques du Centre et du Nord par le nonce, le 23 septembre 1953) expliquaient ce sentiment. La rancune des prélats à l’égard de Mgr Marella (Roncalli était clairement regretté) fut d’autant plus tenace41 qu’il s’agissait là du premier acte du nonce fraîchement arrivé du Japon. La rencontre parisienne marquée par le secret n’était-elle pas le pendant négatif de la tentative d’affirmation d’un épiscopat national qu’avait constitué l’assemblée plénière de 1951 ?

  • 42 AHAP 1D XV 24 (2) fonds Feltin « Remarques sur 21 ans de vie épiscopale 49-70 ».
  • 43 Lire par exemple MgrChappoulie (Semaine religieuse d’Angers, 13 décembre 1953).
  • 44 Lettre pastorale de Son Éminence le Cardinal Feltin « sur un problème actuel d’apostolat missionna (...)
  • 45 En 1962, France-Observateur qualifia par inversion « Achille Liénart » de « premier évêque ouvrier (...)

16Le voyage romain, début novembre 1953, de trois cardinaux – Liénart, Gerlier et Feltin –, doit se comprendre comme une démarche d’autorité des chefs de l’Église de France destinée en premier lieu au nonce (qui l’apprécia d’ailleurs ainsi) et à la curie, plutôt qu’une hypothétique tentative de sauvetage des prêtres-ouvriers. Les cardinaux tentèrent tout de même de convaincre Pie XII que son modèle d’aumôniers dans les usines était purement italien et inapplicable en France42. La machine du Saint-Office lancée ne fut seulement que ralentie permettant dans le court intervalle de novembre-décembre les difficiles tractations de la hiérarchie avec les intéressés. Durant cette période, et certainement pour être mieux entendu de Rome sur les prêtres-ouvriers, l’épiscopat démontra sa fermeté doctrinale en portant, à la mi-octobre, le dernier coup de grâce au mouvement Jeunesse de l’Église. Il dénonça également les interprétations gallicanes données par la grande presse aux voyages des cardinaux en redoublant ses témoignages d’affection à Pie XII43. Le 19 janvier 1954, l’annonce publique, laissée cette fois-ci à l’épiscopat français, de la fin de l’expérience des prêtres-ouvriers, provoqua le départ de l’Église d’une soixantaine d’entre eux. Ceux qui restèrent furent accompagnés en particulier par le cardinal Feltin qui, tout en étant soucieux de défendre implacablement l’intégrité du sacerdoce (« Ce serait un sophisme que de vouloir établir une identité entre le sacerdoce et la condition ouvrière44 ») bricola, en prélat pragmatique, s’inscrivant de surcroît dans l’héritage missionnaire de Suhard, une solution de continuité dans l’attente des jours meilleurs de 1965. Il avait retiré leur qualification ouvrière à ses « prêtres travailleurs45 », bien insérés dans leurs paroisses et limités à trois heures quotidiennes dans leurs ateliers. Il y eut cependant des évêques français qui reprochèrent à l’archevêque de Paris cette audace.

  • 46 AAR 1D 132, duplicata de la lettre du 2 mars 1954.

17Ce jugement incite à étendre le regard au-delà de la haute hiérarchie pour découvrir une majorité épiscopale qui, tel que le reconnut Mgr Feltin, accueillit avec calme la condamnation romaine. Il est vrai que seulement une dizaine de prélats « urbains » furent directement confrontés à l’expérience des prêtres-ouvriers. À l’inverse, l’ensemble de l’épiscopat partageait la lecture pessimiste du cardinal Roques, exprimée dans une lettre à Mgr Richaud, sur le « climat de modernisme larvé social et même un peu doctrinal46 » du temps. La peur d’une crise générale, provoquée par l’influence communiste, et qui se traduisait par la référence à un « néo-protestantisme » au sein de l’Église de France ne pouvait qu’inciter ces évêques à se retrancher derrière le gendarme craint du Saint-Office, voire à le solliciter parfois directement.

  • 47 « La fête de Saint Joseph à l’archevêché », Semaine religieuse du diocèse d’Albi, 25 mars 1954.
  • 48 Tranvouez Y., « Entre Rome et le peuple », dans Histoire des catholiques..., op. cit., p. 526.

18Ce conformisme s’exprima durant le carême 1954 avec pas moins de trente-cinq lettres pastorales consacrées à la mère du Christ. L’année mariale n’expliquait pas tout et cet enseignement n’était pas synonyme que d’indifférence à l’égard de l’identité missionnaire du catholicisme français. Il traduisait également la mauvaise santé de la hiérarchie car il eût mieux valu que la fièvre de la crise des prêtres ouvriers se fût accompagnée de puissants toussotements sociaux dans les chaires des cathédrales. Mgr Moussaron, soucieux de s’inscrire dans le réel, fut presque le seul à garder intacte la flamme sociale de sa jeunesse épiscopale, lorsqu’il déclara : « L’Église n’abandonne pas la classe ouvrière ; il ne faut pas que nous en donnions l’impression par nos paroles et notre attitude47 ». À l’image de l’Église de France, cet épiscopat, rendu audacieux par Pie XI, était engoncé par son successeur48. Contrairement au début des années trente, sa parole n’était plus libre puisque seuls les cardinaux (Feltin et Liénart) abordèrent directement le thème des prêtres-ouvriers durant ce carême. On peut penser que la haute hiérarchie chercha ensuite à donner des gages d’ouvriérisme pour faire oublier 1954. L’affaire de l’ACJF en 1956 le démontra.

  • 49 Cesbron G., Les Saints vont en enfer, Robert Laffont, 1952, 311 p.
  • 50 « Iconographie de l’abbé Pierre », Mythologies (1957), Œuvres complètes tome i 1942-1965, Seuil, 1 (...)
  • 51 « Conférence sur « Information et Évangélisation » à la Session Régionale de Presse à Lille », Qui (...)

19La crise des prêtres-ouvriers, cette intrusion violente de l’opinion dans l’intimité de l’Église, révélait la véritable tension de cette décennie pour la hiérarchie catholique. Les prêtres-ouvriers dépassaient le cercle catholique pour faire la « une » des grands journaux parisiens ou pour couvrir les jaquettes de romans à succès49. Ils ont davantage atteint l’opinion par leur représentation que par leurs actes. C’est peut-être ainsi, tout autant que par leur audace missionnaire ou leurs sympathies cégétistes, qu’ils échappèrent à leurs évêques. L’analogie avec un personnage comme l’abbé Pierre dont l’action charitable naquit, durant l’hiver 54, sur les dépouilles des prêtres-ouvriers, se conçoit totalement. En 1957, Roland Barthes n’avait plus ces derniers comme modèles et il ne fit d’ailleurs pas davantage entrer la figure épiscopale dans son percutant Mythologies50. Ce temps de crise (l’affaire Finaly presque contemporaine mérite d’être ajoutée) a de fait davantage nourri un discours hiérarchique très hostile à la circulation de l’information qu’un discours social. La théorie du complot contre l’Église n’était pas très éloignée des imprécations hiérarchiques résumées par la formule de Mgr Guerry considérant alors l’information moderne comme une « aliénation51 ».

  • 52 « Causes et conséquences de la crise des prêtres ouvriers », Le Monde des 27 et 28 février 1954.
  • 53 AHAP 1B2 2a, compte rendu, p. 42-70.
  • 54 À ce titre, le rapport se rapprochait de l’intérêt des vota envoyés l’année précédente à Rome pour (...)
  • 55 DC du 6 septembre 1964 citée dans Sutter J., « Les mutations de l’Église de France », Politique Au (...)

20La fin institutionnelle des prêtres-ouvriers ouvrit un débat sur l’institution hiérarchique perçue comme trop autoritaire en France et manquant pourtant d’autorité face à la curie romaine. Au concordat de Mauriac faisait écho l’appel du chroniqueur religieux du Monde, Henri Fesquet, aspirant à une « réorganisation de la structure de l’Église de France » pour que celle-ci pût exister face à Rome52. 1954 effaçait totalement 1951 et ses créations institutionnelles, de la même façon que l’ombre de l’intuitif Suhard cachait l’influence des organisateurs comme Feltin et Liénart. Après la mort de Pie XII, l’épiscopat en pleine réflexion pré-conciliaire se rapprocha officiellement du constat de Fesquet, dans le rapport doctrinal de Mgr Garrone sur la « responsabilité collective de l’épiscopat53 ». Ce travail était composé du texte du rapporteur lui-même présenté à l’assemblée plénière de l’épiscopat à partir du questionnaire reçu de chaque évêché, mais aussi des quelques interventions lors du débat à l’institut catholique de Paris54. L’affaire de 1953-1954 continuait d’occuper les esprits et semblait nourrir quelques remords chez l’archevêque de Toulouse, pourtant en son temps implacable censeur des prêtres-ouvriers. Le présent employé ne doit pas tromper sur la référence évoquée : « Un instrument collectif épiscopal n’aurait-il pas pu éviter à Rome, dont l’interprétation ne peut plus rester aujourd’hui dans l’ombre, une action directe où, comme le remarque un rapport, la Hiérarchie elle-même de notre pays ne reste pas indemne ». Il ne s’agissait peut-être pas de copier le mode de fonctionnement de l’épiscopat allemand mais les « créations » institutionnelles étaient présentées comme une nécessité « vitale ». Le découpage de 1961 des anciennes provinces en 9 régions apostoliques s’inspirant de la réforme des régions administratives ne pouvait prétendre jouer ce rôle. Mais force est de constater que la construction institutionnelle de l’épiscopat pré-conconciliaire, fortement réorientée par l’horizontalité et la collégialité du concile, servit d’ossature crédible à l’épiscopat de Vatican II. Et tout en considérant que la conférence épiscopale constituait l’acte de baptême d’un véritable épiscopat en France, il convient donc de donner quelque crédit à Mgr Guerry, lorsqu’il affirmait en 1964, au moment de l’éloge funèbre de son ACA55, que cette dernière avait constitué en 1919 son acte de naissance.

Notes

1 Minier M., op. cit., p. 171.

2 Delpech F., « Les chrétiens et le STO une correspondance Saliège-Liénart », dans Églises et chrétiens..., op. cit., p. 350-352.

3 CNAEF, compte rendu de l’ACA d’octobre 1947 et de mars 1948.

4 Rapport doctrinal présenté le 30 avril 1957 à l’Assemblée plénière de l’Épiscopat français, Bourges/Paris, Tardy, 1957, 63 p.

5 1er tome (1945-1948) à paraître.

6 Op. cit., p. 177.

7 Fouilloux É., « Le nonce Roncalli d’après ses agendas parisiens ».

8 Semaine religieuse du diocèse de Lille spéciale Vingt-cinq ans d’épiscopat, 18 octobre 1953.

9 « Fêtes jubilaires de Mgr à Sens le dimanche 20 octobre », Semaine religieuse du diocèse de Sens et Auxerre, 17 novembre 1957.

10 « Double jubilé du Cardinal Roques », Les Nouvelles de Bretagne et du Maine du 14 mai 1954.

11 La Croix du 17 octobre 1953.

12 AHAP 1 DXIV 27 « Post mortem [...] Lettres 1949 à 1959 ».

13 « Persécution ! », L’Aquitaine, 22 novembre 1946.

14 « Lettre pastorale [de carême] « Christianisme vivant » », Semaine religieuse du diocèse de Lille, 16 février 1947.

15 Carême de l’an de grâce 1947, Éditions du Vitrail, 1949, 72 p.

16 Selon les propres termes d’un prélat archétype de la génération Pie XI : Mgr Dubourg (Semaine religieuse du diocèse de Besançon, 9 juin 1949).

17 Éditorial du Figaro des 27 au 27 avril 1947.

18 « Réponse de S. Em le Cardinal-Évêque de Lille aux vœux du clergé », Semaine religieuse du diocèse de Lille, 6 janvier 1946.

19 Ibid.

20 AHAP 1D XV 31, notes pour un discours de la Libération sans date précise.

21 « Principes chrétiens et question sociale », Semaine religieuse du diocèse de Montpellier, 17 février 1945.

22 Allocution du 10 septembre 1944 citée dans DC du 15 octobre 1944.

23 Semaine religieuse du diocèse d’Albi, 4 janvier 1945.

24 Semaine religieuse de Marseille, 17 septembre 1944.

25 Semaine religieuse de Paris, supplément au numéro du 17 février 1945.

26 À l’image des catholiques américains soutiens de Roosevelt. Folhen C. : « Les catholiques face au New Deal », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 19, juillet-septembre 1988, p. 55-65.

27 Semaine religieuse du diocèse de Valence, 3 janvier 1948.

28 Tranvouez Y., Catholiques et communistes. La crise du progressisme chrétien (1950-1955), Cerf, 2000, 363 p.

29 C’est ce qu’écrivit à demi-mot Roques à ses suffragants (AAR 1D132, lettre confidentielle du 25 juillet 1949).

30 « Réponse », La Semaine religieuse du diocèse de Rennes du 19 novembre 1949.

31 AAR 1D 132, duplicata de la réponse de Roques en date du 25 juillet 1949.

32 Lire la thèse de Thierry Keck : Jeunesse de l’Église 1936-1955. Aux sources de la crise progressiste en France. Karthala, 2004, 488 p.

33 DC, 26 mars 1950.

34 Semaine religieuse du diocèse de Paris, 4 mars 1950.

35 Catholiques d’abord. Approches du mouvement catholique en France xixe-xxe siècles. Éditions ouvrières, 1988, p. 139.

36 AHAP Fonds Lalande « autre sujet que Pax Christi ». Toutes les références de l’affaire proviennent de ce fonds.

37 cf. son discours d’ouverture aux assises nationales du centre français du patronat chrétien, à Paris, le 19 mai 1953 (L’Aquitaine, 26 juin 1953).

38 « Lettre [...] sur le devoir des chrétiens en face de la crise industrielle à Angers », Semaine religieuse d’Angers, 31 janvier 1954.

39 « Les chrétiens face aux interventions sociales et politiques dans l’Église contemporaine », Ibid 24 avril 1955.

40 Poulat É., Les prêtres-ouvriers. Naissance et fin, Cerf, 1999, 647 p.

41 En 1968, Mgr Feltin ne la dissimula pas à André Sève (« Conversation avec... Les confidences du Cardinal Feltin », Panorama chrétien, février 1968, p. 10-15).

42 AHAP 1D XV 24 (2) fonds Feltin « Remarques sur 21 ans de vie épiscopale 49-70 ».

43 Lire par exemple Mgr Chappoulie (Semaine religieuse d’Angers, 13 décembre 1953).

44 Lettre pastorale de Son Éminence le Cardinal Feltin « sur un problème actuel d’apostolat missionnaire » Carême 1954, A Lahure éditeur, 1954, p. 3.

45 En 1962, France-Observateur qualifia par inversion « Achille Liénart » de « premier évêque ouvrier » de France, dans son numéro du 15 février. Ce qui démontrait un apaisement certain.

46 AAR 1D 132, duplicata de la lettre du 2 mars 1954.

47 « La fête de Saint Joseph à l’archevêché », Semaine religieuse du diocèse d’Albi, 25 mars 1954.

48 Tranvouez Y., « Entre Rome et le peuple », dans Histoire des catholiques..., op. cit., p. 526.

49 Cesbron G., Les Saints vont en enfer, Robert Laffont, 1952, 311 p.

50 « Iconographie de l’abbé Pierre », Mythologies (1957), Œuvres complètes tome i 1942-1965, Seuil, 1993, p. 594-596.

51 « Conférence sur « Information et Évangélisation » à la Session Régionale de Presse à Lille », Quinzaine catholique de Cambrai, 4 décembre 1955, n° 25.

52 « Causes et conséquences de la crise des prêtres ouvriers », Le Monde des 27 et 28 février 1954.

53 AHAP 1B2 2a, compte rendu, p. 42-70.

54 À ce titre, le rapport se rapprochait de l’intérêt des vota envoyés l’année précédente à Rome pour la préparation du Concile. Lire Perrin L., « Approche du rôle des évêques français », dans Vatican II commence... Approches francophones, Leuven, Bibliotheek van der Faculteit der Godgeleerheid, 1993, p. 119-132.

55 DC du 6 septembre 1964 citée dans Sutter J., « Les mutations de l’Église de France », Politique Aujourd’hui, 12, décembre 1970, p. 40.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540