Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les évêques français de Verdun à Vatican II

 | 
Frédéric Le Moigne

Quatrième partie. La longue libération de l'épiscopat (1944-1951)

Chapitre 12. La défense scolaire

Texte intégral

1Le réveil de la querelle scolaire, inévitable à la Libération après l’épisode Vichy, fit que cette génération épiscopale de l’Action catholique spécialisée donna pour la première fois priorité à la défense de l’enseignement privé. Ce changement pastoral qui était pour les évêques la conséquence de soucis financiers et organisationnels accrus sera analysé ici sous son aspect politique. L’Ouest, seul espace à connaître une mobilisation comparable à celle menée contre le Cartel des gauches, permet de mener sur un échantillon épiscopal réduit un comparatisme fouillé. La question de la représentation populaire de l’évêque après le Second conflit mondial et des relations de l’épiscopat avec le MRP peut être posée grâce à la confrontation de deux modèles d’évêques – Cazaux et Roques – incarnant la dualité hiérarchique constatée à la Libération. La grève de l’impôt préconisée par l’évêque de Luçon en 1950 et qui a connu un impact national constitue assurément un jalon important dans le parcours de cette génération hiérarchique.

Le réveil de la guerre scolaire (1945-1946)

  • 1 Celle-ci est jugée malencontreuse par le père Chaillet : « École publique et école privée. Un déba (...)
  • 2 Cette position fut encore exprimée par le père Philippe dans son discours à la tribune de l’Assemb (...)

2Le réveil de la querelle scolaire perceptible dès septembre 1944 a réellement commencé au printemps avec les débats de l’Assemblée consultative aboutissant au vote du 28 mars supprimant à partir du mois de juillet les subventions accordées à l’enseignement catholique par le régime précédent. Durant cette première période, il semble bien que la hiérarchie catholique ait surtout redouté les projets intégrationnistes venant de son propre camp, tels que les défendaient Esprit (numéro de décembre 1944) et Marrou. La position des ecclésiastiques de la France libre et de la Résistance intérieure était tout autant redoutée, comme en témoignaient les attaques lancées contre le père Carrière par Mgr Rastouil. L’évêque de Limoges avait réagi à un article de Temps présent Au 16 mars 1945 présentant la position du religieux, vice-président de l’Assemblée consultative. Ce dernier cherchait surtout à maintenir l’unité de la Résistance. Il répondait aux excès de la revendication laïque1 par la nécessité d’un véritable statut pour l’enseignement catholique. Mais c’est le deuxième aspect de sa réponse qui a retenu l’attention de l’évêque de Limoges comme d’ailleurs celle de Mgr Feltin. Le dominicain estimait en effet qu’il convenait de désarmer les critiques en reconnaissant les erreurs de « certains » sous Vichy. En clair, les subventions sous cette forme devaient disparaître2 et l’épiscopat était ainsi montré du doigt.

  • 3 Semaine religieuse du diocèse de Limoges, 23 mars 1945.
  • 4 Ibid.

3Dans sa réponse, le prélat reconnaissait que le problème de l’enseignement privé à la Libération résultait de l’appréciation de l’attitude de la hiérarchie sous l’Occupation. Alors que les catholiques de la Résistance demandaient aux évêques de faire preuve d’humilité pour ne pas risquer de réveiller l’anticléricalisme, Rastouil força le trait de l’honneur : « Nous évêques, [...] avons quelquefois résisté en face, les yeux dans les yeux, aux Allemands ou aux collaborateurs, et plus souvent dans l’ombre par ordres secrets ou force d’inertie3 ». Traitant d’égal à égal avec le « Résistant parisien », restant anonyme comme par le passé, l’évêque poursuivait : « Mais qu’on vienne donc voir dans notre région de maquis comment la plupart de nos curés de campagne et de montagne ont rendu de constants services au maquis – et cela d’accord avec leur évêque4 ». En résumé, l’évêque signifiait au dominicain qu’il était mieux placé que lui, dans son diocèse, pour juger de la réalité anticléricale. Il pouvait même lui opposer le portrait apaisé d’une région où les meilleurs des résistants instituteurs faisaient chanter « Maréchal nous voilà » aux écoliers. Non sans habileté, le prélat inversait les frontières « manichéennes » du discours résistant exigeant la fin des subventions, dont le ressort principal reposait sur la collusion du haut clergé avec le régime précédent. La revanche d’instituteurs aussi maréchalistes et résistants que l’évêque et ses prêtres n’avait ainsi plus lieu d’être.

  • 5 Lire son témoignage capital sur la période : De Gaulle, la Libération et l’Église catholique, Pari (...)
  • 6 L’archevêque en attendait un retentissement comparable au « toast d’Alger », selon les confidences (...)
  • 7 Semaine religieuse du diocèse de Rennes du 7 avril 194 5.
  • 8 Ibid, 28 juillet 1945.
  • 9 Semaine religieuse du diocèse de Valence, 4 août 1945.
  • 10 ADC 1B 1945 « ACA novembre 1945 », lettre du 11 août 1945.

4La réaction de l’évêque de Limoges était également symptomatique de l’absence de liens entre l’épiscopat et les catholiques du pouvoir résistant car ces derniers ont loyalement plaidé, avec le MRP, la cause de l’école libre à l’Assemblée ou même au Front national pour le père Philippe de La Trinité et Mgr Chevrot. Cela n’a cependant pas empêché le vote du 28 mars orientant par la suite la courre campagne des municipales sur cette question, particulièrement dans les régions catholiques où le camp laïque a cru profiter de la situation favorable pour « enfoncer le clou ». La prorogation des subventions jusqu’à l’été a un temps atténué la déception de l’épiscopat le plus ouvert espérant encore un retournement de situation. À l’issue des municipales, début juin, les évêques conciliants rencontrés par André Latreille avaient cependant changé de visage5. L’annonce définitive de la fin des subventions durant l’été nivela le message hiérarchique. Un prélat comme Roques – qui avait beaucoup parié sur les négociations scolaires de la commission Philip comptant d’ailleurs un de ses proches, l’abbé Chéruel, et qui avait préparé, de concert avec Henri Fréville, une déclaration d’envergure sur l’enseignement6 – s’était montré encore modéré dans son allocution pascale7. Son discours changea radicalement en juillet, lors de l’annonce de la suppression définitive des subventions : « Notre déception serait grande si, après la leçon sévère des événements qui ont dévoilé les grandes erreurs du passé, la IVe république ne savait faire du neuf qu’en repeignant des façades défraîchies, en tuant des institutions qui ont fait leur preuve8 ». Il rejoignait par là les « émigrés de l’intérieur » qui, à l’instar de Mgr Pic, ont toujours pensé que la rupture libératrice n’amenait que du mauvais : « On parle de temps nouveaux. Nous vivons en réalité des temps très anciens. [...] nous sommes en régression sur le terrain de la liberté9 ». La correspondance est utile pour saisir l’état d’esprit de cette frange assiégée de la hiérarchie catholique. En août 1945, l’évêque de Viviers, Mgr Couderc, s’adressa au cardinal Suhard et à Mgr Chollet10. Il informait ainsi cardinaux et archevêques qu’il avait reçu une « lettre comminatoire » signée par six noms (mais rédigée par la même main), se réclamant de la SFIO, du PC et des instituteurs laïcs, et exigeant de lui la disparition le plus rapidement possible « du costume religieux dans les écoles libres ». L’injonction rappelant les temps du combisme s’inscrivait plus sûrement dans le climat de la Libération puisqu’elle se doublait de menaces en cas de non-exécution, « dans le genre de celles qui l’année [précédente] étaient adressées « aux miliciens et aux individus dangereux » » selon l’évêque. Il est possible d’associer l’Ardèche à la Bretagne avec des cas de menaces physiques contre les partisans de l’enseignement libre dans le Morbihan qui s’inséraient dans la violence de voisinage de la sortie de guerre. Mais on s’intéressera surtout au jugement de Mgr Couderc précisé dans la suite de la lettre : « En temps normal il n’y aurait pas eu à faire cas de pareille injonction [...] J’ai même gardé le secret absolu pour ne pas provoquer la panique. Mais, dans les temps actuels et après les événements de l’année dernière, des attentats contre les écoles et les personnes ne seraient-ils pas possibles ? Il y a tant de haine chez certains énergumènes ».

  • 11 ADC 1B 1945, lettre à Chollet du 24 août 1945.

5Sûrement marqué par l’ultimatum voisin de la Résistance lozérienne ayant obtenu le départ de Mgr Auvity et isolé dans son diocèse, Mgr Couderc se rattachait à la structure solide de l’ACA. Maître de ses nerfs, l’évêque aurait gardé pour lui cette affaire diocésaine qui relevait de sa seule compétence. Or il demandait à Chollet de mettre cette question à l’ordre du jour de l’Assemblée. Sans doute percevait-il que sa démonstration n’était guère convaincante mais la peur se révélait être plus forte que les préventions : « Je crois que la chose est grave. Céder à ces gens-là, c’est les rendre forts et les encourager. Résister, serait-ce les pousser à des violences ? On ne peut savoir ». L’archevêque de Cambrai, toujours bienveillant quand il s’agissait d’écouter des prélats en butte avec la République, parut donner crédit à l’évêque de Viviers. Liénart, quant à lui, coupa court à toute discussion de l’ACA, en considérant seulement qu’il fallait ramener à la fermeté l’évêque du Sud-Est et lui manifester la solidarité de la haute hiérarchie11.

  • 12 Le Moigne F., « 1945-1950 : les manifestations du militantisme scolaire catholique de l’Ouest », W (...)
  • 13 Masson C„ op. cit., p. 368.
  • 14 Marais J.-L., Histoire des diocèses de France, Lebrun F. (dir.), t. 13. Le diocèse d’Angers, Beauc (...)

6Dès l’annonce de la fin des subventions, les évêques ont favorisé au printemps un référendum populaire organisé par le comité national de l’enseignement libre. En Vendée par exemple, cette consultation parallèle a constitué la première étape de la recomposition du militantisme en sommeil sous l’Occupation12. La position de l’évêque de Luçon était alors la parfaite antithèse de celle de Mgr Grente interdisant par apaisement ce référendum de combat dans son diocèse du Mans. Le 5 mai, les évêques protecteurs de l’université catholique d’Angers créaient sous l’impulsion de Cazaux le CALS (Comité d’action pour la liberté scolaire), une structure originale car interdiocésaine réunissant les activistes de la cause scolaire. Le 24 juin, le cardinal Liénart préconisa également lors de l’Assemblée des catholiques de Lille la création de comités familiaux scolaires13. La mobilisation devint réellement sérieuse à partir de la rentrée 1945. Elle débuta dans le Maine-et-Loire le 2 septembre avec la manifestation de Cholet, précédant celle d’Angers du 7 octobre et réunissant environ 50 000 personnes14. Le coup de fouet militant de la Libération s’inscrivait donc dans une conjonction chronologique complexe. Il exprimait dans un premier temps la rupture radicale avec la léthargie de l’Occupation et celle relative de la décennie précédente. Il correspondait ensuite au vingtième anniversaire de la lutte et de la victoire contre le Cartel des gauches. Il s’insérait enfin dans le long cycle de la revendication catholique scolaire au rythme parfaitement duodécennal.

  • 15 Semaine religieuse du diocèse de Nantes, 6 octobre 1945.

7Une telle impulsion militante n’a cependant pu être donnée que par des évêques favorables à la défense. Ce fut le cas de Mgr Cazaux qui s’était particulièrement démené dans la période défavorable de l’Occupation pour sauvegarder et entretenir la vitalité des réseaux masculins de la FNC. Il les dynamisa à nouveau fin 1945 au sein de comités cantonaux scolaires du CALS dirigés par tous les notables du département. Ce nouveau schéma de mobilisation des « paroissiens militants » pose question. Ainsi, dans le diocèse de Nantes, les comités scolaires paroissiaux mis sur pied par Mgr Villepelet étaient censés rassembler autour du curé rien moins que les présidents ou secrétaires de « chacun des mouvements d’Action catholique existant dans la paroisse » (FNAC, LFAC naturellement, mais aussi JAC, JOC, patros et associations sportives15). Cette totalisation scolaire est parlante. Il ne s’agit pas de considérer que la défense scolaire était devenue une priorité pastorale pour la hiérarchie de l’Ouest seulement à partir de 1945, mais bien qu’elle entrait dès lors en concurrence directe sur le terrain militant avec le programme de conquête de l’Action catholique spécialisée tel qu’il fut défini dans les années trente. Des évêques tels que Cazaux, Villepelet, Mesguen, Costes, Le Bellec avaient clairement fait le choix de la défense et de l’école. Cette option régionale s’inscrivait dans une réorientation stratégique décidée par la haute hiérarchie.

8La question scolaire avait été source de débats au sein de l’Assemblée des cardinaux et archevêques, notamment le 13 mars 1946. Dans un jeu de reclassement passionnant par rapport au passé, les modérés Roques et Suhard, aspirant à obtenir des avantages sur l’école par la tactique de négociation politique qui avait été celle de la fin de la IIIe république et qu’ils avaient tous deux pratiquée auprès du pouvoir sous Vichy, s’opposèrent à l’alliance contre-nature entre Saliège d’une part estimant, par refus de collusion cléricale, que les tractations politiques n’avaient aucune chance d’aboutir, et Liénart d’autre part qui, après avoir négocié avec Pétain et par revanche contre le pouvoir républicain, misait désormais tout sur le militantisme scolaire familial. L’évêque de Lille et président de l’ACA obtint gain de cause en grande partie parce que collectivement en 1946, l’épiscopat ne s’était pas encore choisi d’intermédiaire politique (il ne faisait confiance qu’à un Desgranges pourtant inéligible).

  • 16 La Question laïque..., op. cit., p. 200.
  • 17 Lire MgrLefebvre (La Semaine religieuse du Berry, 9 mars 1946)
  • 18 Marcel Launay a dénombré pas moins de 18 déclarations collectives de l’épiscopat consacrées à ce s (...)
  • 19 Semaine catholique du diocèse de Luçon, 4 mai 1946.

9Jean-Marie Mayeur a souligné à juste titre l’évolution de l’épiscopat en comparant la déclaration de combat de l’ACA du 10 mars 1925 condamnant la laïcité à celle de décembre 1945 distinguant laïcité acceptable et laïcisme intolérable16. Le respect témoigné aux instituteurs publics pourrait également être avancé comme signe de rupture entre les générations de la hiérarchique catholique. Cependant, davantage que la laïcité, les lettres pastorales pour le carême 1946 ont massivement regretté l’absence de référence à la liberté d’enseignement dans le préambule de la nouvelle Constitution17. Cette inflation du discours hiérarchique sur l’école dans l’après-guerre18 convainc que ces évêques n’étaient guère éloignés de leurs prédécesseurs de 1925. Le climat et la mobilisation de la lutte contre le Cartel ont de surcroît été retrouvés, en avril 1946, lors des grandes manifestations de l’Ouest à La Roche-sur-Yon, Nantes, Quimper et Landerneau réunissant 150 000 personnes. Certes, cette campagne pour le « non » au référendum fut circonscrite à une région, mais il y a fort à parier que nombre d’évêques, s’ils avaient disposé de fidèles, d’une organisation militante restaurée et d’une guerre plus ouverte, eussent imité Bretagne et Vendée. Le succès de ces rassemblements tenait à la mise en place des comités paroissiaux et cantonaux évoqués. En cela, ils marquaient indirectement la victoire de Liénart. Cette ligne dure était le résultat tangible du malaise politique qui réunit évêques de Lille, de Nantes et de Luçon, depuis la Libération. Dans cette dernière ville, les anticléricaux étaient d’une certaine façon dans le juste lorsqu’ils apposèrent à certaines devantures des affiches représentant une tête mitrée accompagnée de cette inscription : « Il a dit non à la Constitution, parce qu’il a dit oui à Pétain19 ». Cazaux était perçu comme le principal animateur du camp conservateur dans le département, et l’intéressé ne faisait rien pour décourager cette opinion.

  • 20 Ibid., 22 juin 1946.
  • 21 Lire un condisciple de Cazaux au Séminaire français de Rome, MgrMartin dénonçant le développement (...)
  • 22 Semaine religieuse du diocèse de Nantes, 29 juin 1946.

10La voie centriste fut en effet clairement refusée par les évêques les plus en pointe sur la question scolaire qui n’oubliaient rien de l’attitude des démocrates-chrétiens depuis l’Occupation et n’attendaient rien de ceux qui gouvernaient avec la gauche. La victoire du « non » à la consultation de mai 1946, grande victoire nationale du MRP, donna cependant au mouvement une dynamique qui lui permit aux législatives de juin de grignoter les solides positions conservatrices de Loire-Inférieure et de Vendée. C’était précisément au moment où les conservateurs du PRL perdaient des voix que Cazaux et Villepelet, acteurs de la « guerre des droites », choisirent de le soutenir publiquement. L’initiative appartint à l’évêque de Luçon qui réagit dans sa Semaine religieuse20 contre un article national teinté MRP paru dans Le Pèlerin affirmant que le programme économique libéral du PRL était contraire à la doctrine sociale de l’Église. Sans écarter la proximité de lecture d’une certaine partie de l’épiscopat intégraliste avec le PRL contre l’étatisme économique21, il faut lire cette réaction comme un renvoi d’ascenseur au parti de Michel Clemenceau et d’Armand de Baudry d’Asson pour son soutien sur la question scolaire, unique obsession de Cazaux. À preuve, il n’y eut que La Semaine religieuse de Villepelet au sein de la hiérarchie pour reprendre le message de Luçon22.

  • 23 Fouilloux É., « Les forces religieuses », op. cit., p. 128.
  • 24 Semaine religieuse du diocèse de Limoges, 9 novembre 1945.

11Cette prise de position détonnait au sein d’un épiscopat national se refusant au soutien partisan, n’abordant le terrain strictement politique que pour faire barrage au laïcisme et au communisme et qui, tout en appréciant, depuis le premier semestre 194523 et plus sûrement encore depuis 1946, le MRP essentiellement pour sa position sur la liberté de l’enseignement, était loin de le soutenir ouvertement. Une seule exception à cette règle, l’appui public au mouvement en novembre 1945, donc après les législatives, du toujours fougueux Mgr Rastouil24. Mgr Cazaux le surpassait assurément. Il se signala en effet en allant directement porter la contradiction à un communiste qui le mettait en cause lors d’un meeting PRL.

  • 25 Le Moigne F., « Cazaux, Roques, Villepelet : trois portraits politiques d’évêques de l’Ouest », Ri (...)

12Plus encore que l’évêque de Limoges, un prélat mérite d’être opposé à ses voisins de Nantes et de Luçon : l’archevêque de Rennes, Mgr Roques25. L’adversaire national du cardinal Liénart n’a pas réorganisé dans son diocèse le militantisme scolaire comme ses voisins de l’Ouest. Logiquement, il n’a pas conduit de manifestation en amont du référendum. Il faut dire que ses relations avec le MRP n’étaient absolument pas du même ordre que celles de ses voisins. Il savait ce qu’il devait au gouvernement français pour sa promotion cardinalice de décembre 1945. Rennes qui avait accueilli avec faste son archevêque de retour de Rome en mars n’avait selon lui pas besoin de connaître un meeting anachronique de protestation. Le député d’Ille-et-Vilaine Pierre-Henri Teitgen, très proche de l’archevêque, en était certainement le premier convaincu.

Les « procès des kermesses » (1947-1949)

13La mobilisation pour l’enseignement privé dans l’Ouest monta encore d’un cran, lors de l’été 1947, avec les premiers « procès des kermesses » en Vendée. Cazaux avait en fait décidé de tirer profit d’obscures tracasseries fiscales des contributions indirectes au sujet du non-paiement de la taxe sur les spectacles par les organisateurs des kermesses pour faire de ces convocations au tribunal de grandes manifestations pour la cause scolaire. L’évêque de Luçon était allé jusqu’au procès en refusant notamment le 4 mars 1947 la conciliation proposée par le ministre MRP des Finances, Robert Schuman. Le 10 mai, lors de la réunion de Rennes, son bras militant du CALS avait décidé de passer à l’attaque sur le terrain fiscal. De juillet 1947 (La Roche-sur-Yon) à janvier 1949 (Angers), une vingtaine de procès eurent lieu s’étalant sur tout l’Ouest – de Morlaix aux Sables d’Olonne, de Fougères à Niort –, relayés avec complaisance par les quotidiens régionaux. Le parfait quadrillage des chefs-lieux d’arrondissement et de département témoignait, à l’exception de la Normandie, de la spécificité et de l’attachement de cet espace à l’enseignement catholique. L’identification populaire à une Église humble contrainte de financer ses écoles par le dévouement des bénévoles lors des kermesses et ainsi victime de l’État taxateur était le motif apparent du succès catholique de ces procès. En coulisse, on s’aperçoit que la dynamique de la mobilisation a été entretenue par les nouveaux militants du CALS, essentiellement composés d’avocats régionaux, trop heureux de voir la querelle scolaire arriver sur leur terrain fiscaliste et leur sphère d’influence géographique.

  • 26 Archives diocésaines de Nantes 1 D 20, lettre du 22 décembre 1947.
  • 27 Le Rassemblement d’Ille-et-Vilaine du 26 décembre 1948.

14Les évêques, soucieux de se faire entendre sur la situation objectivement critique du financement de leurs écoles, mirent en scène leur présence dans les prétoires (au titre de témoins cités par la défense) en comprenant la portée d’une telle tribune. Chacun, à l’image de ce qu’écrivait Mgr Le Bellec à Mgr Villepelet attendait avec impatience « son procès26 ». C’était incontestablement une victoire personnelle pour Cazaux, initiateur du mouvement et fédérant derrière lui tout l’épiscopat de l’Ouest, y compris son cardinal jusqu’alors rétif aux démonstrations publiques. De fait, les manifestations en Ille-et-Vilaine ont permis la remobilisation de l’Action catholique des hommes ou encore des APEL, même si elles furent de moindre ampleur qu’en Vendée ou en Loire-Inférieure. Si Roques sembla alors abandonner sa stratégie de modération en prenant en marche le train conduit par Cazaux, il ne faut pas croire que l’opinion ait alors perçu sa participation à trois procès comme une rupture personnelle. Le cardinal – qui ne se sentait pas retenu par le protocole romain – bénéficiait, avec Ouest-France, d’une caisse de résonance suffisamment puissante pour combler le retard de la représentation sur l’évêque de Luçon. La comparaison des dépositions des deux prélats prouve d’ailleurs que l’archevêque de Rennes, par son sens de la formule, sut davantage que Cazaux parler à la presse, comme ici à Fougères : « Sans doute les parents sont-ils libres de mettre leurs enfants à l’école de leur choix à peu près comme un clochard serait libre de prendre pension à l’hôtel Crillon27 ».

  • 28 La Croix du 14 février 1948.
  • 29 Guis F., L’enseignement catholique de Vendée au fil de l’histoire..., La Roche-sur-Yon, Siloë, 199 (...)
  • 30 Semaine catholique du diocèse de Luçon, samedi 19 juillet 1947.

15Les vingt journées catholiques des « procès des kermesses » se déroulèrent de manière quasiment identique avec, en marge du tribunal réunissant les militants de l’enseignement privé, un meeting autour du palais de justice (La Roche-sur-Yon, Les Sables d’Olonne, Vannes) ou dans des lieux de rassemblement (salle des Lices à Rennes, halles de Fougères, collège Saint-Stanislas de Nantes, stade municipal de Baugé,...) À la sortie du tribunal, un cortège se formait jusqu’à l’église ou la cathédrale. Les variantes tenaient à l’endroit du discours du chef du diocèse, soit en haut des marches du palais de justice, soit en chaire ou à la tribune de la réunion publique. La journée se terminait immanquablement par une bénédiction de l’évêque. La photographie mérite encore d’être détaillée pour souligner en premier lieu la présence constante des élus de droite et du MRP, lors des réunions publiques. À Nantes, le CALS avait demandé aux conseillers généraux et aux maires du département de venir directement avec leurs écharpes dans la salle d’audiences28. Ces journées respiraient à la fois la fête et la détermination. Le cas nantais peut être de nouveau cité avec sa centaine de manifestants, derrière Jean Le Cour Grandmaison, cherchant à rester dans la salle des pas perdus durant l’audience et repoussés par la police au prix de quelques uniformes déchirés ; puis ce cantique emblématique de la manifestation de défense catholique (« Nous voulons Dieu ») chanté par 3 000 personnes entendus de l’extérieur durant l’audience. L’atmosphère sentait le soufre des procès du début du siècle (et particulièrement à Nantes l’année 1903), mais puisqu’il s’agissait de kermesses l’ambiance était nettement moins tendue. Il faut dire que les contre-manifestations n’existaient pas et que les juges étaient parfois ouvertement bienveillants, à l’instar de celui de la Roche-sur-Yon. L’attitude des évêques reflétait cette dualité. Pour la première fois aux prises avec la justice de son pays, Mgr Cazaux était visiblement tendu lors du procès de la Roche-sur-Yon. Le bon orateur s’embrouilla dans l’énumération de ses prénoms29. Deux jours plus tard aux Sables-d’Olonne, il faisait rire l’audience en répondant au rituel de l’identité : « – Vous n’avez aucun lien de parenté avec les accusés ? – Aucun, je suis leur Évêque30 ! ».

  • 31 Ibid.

16Le trait majeur de ces journées reste sans conteste la communion entre l’épiscopat de l’Ouest et ses troupes. La légitimation populaire et spontanée du prélat par l’applaudissement frappe dans cette Église antéconcilaire marquée par le respect et la distance. Les acclamations suivaient l’évêque à son entrée au tribunal, à sa sortie, dans sa cathédrale. Les Semaines religieuses rendaient volontiers compte de cette familiarité : « Aussitôt M. Goirand de s’écrier : « Pour Mgr Cazaux, le champion des libertés scolaires, hip, hip ! hip – hourrah ! reprend à trois reprises la foule délirante »31 ». Tout autant que l’applaudissement, le cortège conduit par l’évêque symbolisait cette proximité revendiquée. Dans les petites villes, sans tradition de manifestations, l’invention du parcours était savoureuse : aux Sables-d’Olonne, le but du défilé était ainsi le presbytère. À Baugé, les 10 000 participants défilèrent tout de même pendant une demi-heure... L’historien associe ces scènes aux tableaux évoqués de la Libération dans le Sud-Ouest, à la réserve près que cette dernière population, plus démonstrative et formellement moins catholique, réagissait dans l’espace libre de la rue patriotique. Dans l’Ouest, la temporalité de l’après-guerre était à la démonstration. Au mois de juillet 1947, l’Église donna à voir son ancrage populaire puisque l’affluence vendéenne du procès du 1er (20 000 catholiques à La Roche-sur-Yon, un jour de semaine) annonçait le succès du Congrès eucharistique de Nantes du 2 au 6 (500 000 personnes selon les organisateurs), cette fois-là dans le cadre uniquement traditionnel et solennel du respect hiérarchique.

  • 32 Ollivier J.-P., Le général de Gaulle et la Bretagne, Brest, Le Télégramme, 2000, p. 64-65.

17La reconnaissance populaire qui entourait les évêques lors des procès des kermesses conduit immanquablement à la représentation contemporaine du général de Gaulle, lors de ses déplacements. La chronologie favorise cette association puisque le nouveau chef du RPF se rendit fin juillet 1947 en Bretagne. Le meeting du 27, dans la campagne rennaise, connue pour sa virulence anticommuniste, avait des allures de grand-messe. Seul l’épiscopat de l’Ouest pouvait en effet réunir autant de monde ; et il s’agissait du même monde, comme le prouvait la journée précédente qui avait vu de Gaulle participer au grand Pardon des Bretons à Sainte-Anne-d’Auray, lieu traditionnel de représentation politique depuis l’Ancien régime et Napoléon III. L’identité de ce 26 juillet catholique fut si gaulliste qu’il est impossible de ne pas faire le parallèle avec la liturgie politique de Vichy. Seule l’absence d’allégeance publique de Mgr Le Bellec et le compte rendu de la Semaine religieuse peuvent nuancer cette concordance d’inféodation ecclésiale pourtant implicite. Du côté de l’assistance et du Général, l’intense jeu de séduction mutuel passait par la démonstration commune d’une foi patriotique. L’évêque de Vannes, sans grand charisme, ne pouvait prétendre rivaliser avec le Général, mais en tant qu’ordonnateur du pèlerinage, il était dans son jardin, et c’était donc bien lui qui recevait un peu de la reconnaissance accordée au grand Homme. Les photographies du général de Gaulle et de l’évêque fendant la foule estimée à 100 000 personnes et applaudissant à tout rompre après la messe basse32 font immanquablement penser à la scène identique du début du mois – qui a beaucoup frappé les esprits – de Mgr Cazaux traversant la place Napoléon noire de monde pour se rendre du palais de justice à l’église Saint-Louis de la Roche-sur-Yon. L’évêque de Luçon recevait alors sur une échelle plus réduite les mêmes témoignages d’adhésion que ceux accordés au libérateur du pays.

  • 33 Semaine religieuse de Rennes du 29 novembre 1947.
  • 34 Ibid., 5 janvier 1946.
  • 35 Archives diocésaines de Luçon AA IX, allocution lors d’une bénédiction d’école, 28 décembre 1947.

18La reconnaissance populaire se développait dans l’Ouest sur la représentation assumée par les intéressés d’apparaître comme des évêques de combat. L’Ordinaire de Luçon a été celui qui a le mieux porté cette identité forgée sur le long terme de la Contre-révolution, en ne plaçant pas son action dans la légitimité d’une temporalité réduite comme ses confrères de Nantes et de Rennes. Cazaux pouvait d’autant plus s’inscrire comme le nouveau Freppel ou encore l’évêque vendéen que son message embrassait toutes ces représentations en se présentant uniquement comme l’évêque de l’enseignement libre. Au contraire, le cardinal Roques a placé son témoignage, lors des procès, dans la continuité des démarches qu’il avait menées auprès des autorités allemandes pour ses prêtres arrêtés33. Cela s’insérait dans une argumentation générale sur la question scolaire construite autour du rejet du totalitarisme, « cette monstruosité [...], par laquelle tant des nôtres sont morts et tant d’autres ont subi l’atroce supplice de la prison, de la torture, de la déportation34 ». Roques ne faisait pas semblant de jouer sur le tableau de l’archevêque antinazi. Cette construction a été d’autant plus forte chez lui que le prélat n’était pas ancien combattant de la Grande Guerre. L’Occupation constituait donc son seul socle héroïque. Les dépositions de Mgr Cazaux ne firent quant à elles pas référence à l’Occupation. Moins marqué par cette période, il ne chercha pas à faire reconnaître son attitude face aux Allemands. Sa légitimité était celle de l’évêque combattant des deux guerres qu’il arborait dans les tribunaux avec ses médailles. Son allocution du 8 mai 1945, en la cathédrale d’Orléans, construite sur cette identité, avait déjà prouvé qu’il n’éprouvait pas le besoin de faire les allusions à la Résistance exigées par le temps. Les références extérieures de son discours scolaire n’avaient guère changé depuis Verdun ; elles célébraient toujours l’alliance du curé et de l’instituteur : « Sorti d’école et de collège libre : cela ne m’a pas empêché de combattre avec d’autres élèves et maîtres des écoles officielles et de nouer des liens d’amitié...35 ». Il reste à souligner que ces prélats ne sont pas allés jusqu’à souligner la parenté de leur participation aux procès avec le sort réservé aux prélats du bloc communiste (procès Stepinac d’octobre 1946), même si l’on peut penser que cette association symbolique a pu être recherchée de manière implicite.

  • 36 Op. cit., p. 302.
  • 37 Sainte Jeanne d’Arc, Marcus, 1945, 25 p.

19L’évêque de Nantes mérite, quant à lui, un éclairage en rapport avec l’intérêt de sa déposition. Tout comme Roques, Villepelet commença son témoignage en rappelant son action sous l’Occupation. Contrairement à l’archevêque de Rennes, le prélat n’était pas coutumier de ce genre de réminiscences dans ses discours. En février 1948, c’était même la première fois qu’il évoquait spécifiquement son action dans l’affaire des cinquante otages. Associé à ce drame national en octobre 1941 en ayant sollicité l’intervention du cardinal Suhard auprès des autorités allemandes pour que ces dernières n’exécutent pas cinquante autres otages, le prélat s’était tu dans sa cité sur cette affaire à la Libération. En butte pour son maréchalisme à l’hostilité ouverte de la nouvelle municipalité Front national, avec des représentants refusant de participer aux cérémonies religieuses et en cela fidèles à un lourd passé républicain nantais d’hostilité à l’évêque, Villepelet était apparu comme un personnage expulsé de l’espace patriotique de la cité de 1944 à 1946. Privé de sa cathédrale – elle était durant cette période en travaux après les terribles bombardements de 1943 –, peu apprécié par le commissaire de la République, Michel Debré36, il avait des raisons objectives pour ne pas évoquer son rôle dans l’affaire. L’abattement après les tensions de l’Occupation et celles de la Libération (on pense à l’arrestation du marquis de La Ferronnays), les fidélités maréchalistes partagées avec un entourage conservateur (Jean Le Cour Grandmaison) expliquent tout autant le fait que l’intéressé ait été un des prélats les plus hostiles à de Gaulle à la Libération. Il le démontra d’ailleurs le 14 janvier 1945 lorsque ce dernier vint remettre la Croix de la Libération à la ville pour le drame des cinquante otages en l’accueillant froidement dans sa chapelle privée. Peut-être pour compenser cette dépréciation héroïque, il publia un livre sur Jeanne d’Arc37 durant cette même année.

20Les municipales d’octobre 1947, avec la victoire du RPF et le retour à la mairie d’Henry Orrion, à la tête de la délégation spéciale de 1942 à 1944, comptèrent énormément pour le prélat. L’évocation de son rôle sous l’Occupation, lors du « procès des kermesses », se comprend à ce changement de donne. Il était alors sûr que la municipalité n’allait pas lui renvoyer son maréchalisme à la figure, d’autant que le nouveau maire, accompagné de plusieurs conseillers municipaux, prit part au défilé du 12 février 1948 conduisant l’évêque et 15 000 de ses diocésains jusqu’à la cathédrale. La déposition du procès constituait pour Villepelet un exercice de rattrapage. En cherchant à reconquérir le terrain héroïque consubstantiel à son identité, c’était tout son épiscopat qu’il cherchait à bonifier. La rencontre du prélat avec son diocèse n’était pas complètement réussie. Mauvais orateur, plutôt effacé, Villepelet avait eu du mal à s’imposer, notamment face à son entourage hiérarchique. Nommé pour organiser l’Action catholique dans un diocèse conservateur, il trouva enfin avec l’affaire des kermesses une occasion de démontrer qu’il avait du tempérament. Villepelet était à la recherche d’une représentation héroïque qu’il n’avait pas car il n’était pas ancien combattant. Fort de la légitimité populaire et élitaire de 1948, il s’inventa en quelque sorte une carapace honorable sur le dos des otages nantais.

  • 38 Guyvarc’h D., « Les cinquante otages dans la mémoire nantaise », Bretagne et identités..., op. cit (...)
  • 39 Semaine religieuse du diocèse de Nantes, 30 octobre 1948.

21Ce fut lors de la commémoration d’octobre 1948 – celle qui fixa la ritualisation distincte des cérémonies de Châteaubriant et de Nantes38 – que la rumeur (fausse) voulant que l’évêque se fut déclaré volontaire afin de remplacer les cinquante autres otages promis à la mort a été lancée pour de longues années. Ce discours était né dans le haut clergé nantais, à la fois réceptif à ce qu’avait exprimé l’évêque lors du « procès des kermesses » et certainement soucieux également de « muscler » la représentation d’un prélat jugé trop tendre. Il fut énoncé par le chanoine Larose, curé de Sainte-Thérèse de l’Enfant Jésus, lors de la traditionnelle messe du souvenir à Sainte-Croix, voyant en l’évêque, « le premier et le plus beau des otages39 ». La métaphore devint réalité pour une partie de l’opinion car elle s’appuyait sur un fond de vérité. Le prélat avait été le premier des otages, mais c’était en 1940, lors de l’arrivée des Allemands, en compagnie d’autres notables et de ces anciens combattants dont certains furent choisis en octobre 1941.

22Sa démarche auprès des autorités allemandes pour sauver les cinquante autres otages se transforma ensuite, dopée par son caractère secret, en fait glorieux : celui du saint évêque offrant sa vie pour ses diocésains. Il faut lire cette rumeur comme la reconnaissance de l’opinion nantaise accordée à l’évêque qui a réussi à endiguer la fureur de l’Occupant en sauvant d’autres martyrs potentiels de la cité. L’image du defensor civitatis s’impose incontestablement. Mais, au vu de l’enjeu mémoriel de l’affaire, il faut ajouter davantage d’épaisseur encore à la construction. Puisque Nantes fut identifiée et surtout s’identifia à ses otages dès l’Occupation, il lui fallait un personnage portant pour elle cette Croix – héroïque certes mais douloureuse – de la Libération. Villepelet était « le plus beau des otages » car Nantes était la plus belle ville-otage de France (cette « grande et bonne ville française » dans le discours du général de Gaulle du 14 janvier 1945). Le maire, Orrion, ne pouvait prétendre tenir ce rôle puisqu’il n’était pas encore en poste en 1941. Le préfet naturellement parti, restait donc l’évêque, dernier témoin officiel du drame et figure immémoriale de la cité. De plus, l’assassinat du Feldkommandant Hotz a eu lieu dans une des rues descendant de sa cathédrale, c’est-à-dire dans l’espace originel de la ville.

  • 40 Citée par Guyvarc’h D„ op. cit., p. 389.

23Si Villepelet a été associé à une rumeur de reconnaissance héroïque, c’était bien qu’il incarnait également tous les secrets et les ressentiments d’une opinion nantaise profondément hostile à la mémoire communiste en raison de sa responsabilité dans les représailles de 1941 et réagissant à l’exacerbation mémorielle et « séparatiste » (discours du 27 juillet 1947 de Charles de Gaulle à Rennes) du « parti des 75 000 fusillés ». Seul Villepelet était légitimé par l’Association des familles des otages, exactement comme Rastouil l’était avec les familles d’Oradour contre les communistes, pour porter le deuil de leur communauté. L’évêque était le vecteur d’une mémoire endogène, d’une meurtrissure locale, étrangère à Châteaubriant, au Parti communiste, voire à Moscou. L’expulsion du culte laïque se faisait sans nuance dès lors qu’il cherchait à pénétrer dans l’espace sacré de la mémoire des morts dévolue à l’Église. Il y avait dans la rumeur comme une volonté de détruire le massif discours de l’exemplarité communiste – on pense au culte laïque du souvenir de son jeune saint martyr, Guy Mocquet – pour le faire revenir avec l’évêque vers ses rivages catholiques légitimes d’origine, ceux de Donatien et de Rogatien, les deux enfants martyrs et fondateurs de la ville. La Légion d’honneur remise à Mgr Villepelet en 1956 paracheva l’édification constatée puisqu’elle venait incarner la distinction collective : l’évêque était le visage nantais, le véritable Compagnon de la Libération. Dans son discours, l’intéressé ne revendiqua pas l’héroïsme de la rumeur mais il fit par contre tout pour entretenir l’identification collective en se servant du ruban rouge qui « évoque ces années tragiques 1940-1945 que nous avons vécues ensemble : nos journées et nos nuits d’otages dès l’arrivée des Allemands, un an plus tard les fusillades de Nantes et de Châteaubriant avec nos protestations et nos démarches communes40 ». Pourquoi ne pas voir enfin dans ce rouge affiché les regrets avoués du siège épiscopal nantais de n’être pas cardinalice comme son rival rennais ?

  • 41 Aujard R., Le général de Gaulle en Vendée, Fontenay-Le-Comte, Impr. Bichon, 1993, p. 43.

24Il reste enfin une dernière cérémonie à décrypter qui a l’avantage de replacer le récit dans la chronologie de 1948. En participant le 25 juillet 1948 à la cathédrale Saint-Pierre au Te Deum qui avait manqué à Villepelet à la Libération, le chef du RPF contribua indirectement à cette construction héroïque. L’évêque était un des trois acteurs de la liturgie patriotique du RPF aux côtés du maire et du président des anciens combattants. L’ardoise de la Libération était ainsi complètement effacée. L’évêque était à présent recherché par de Gaulle et la cathédrale, en l’absence de préfecture, redevenait un des lieux centraux du cérémonial. L’espace gaulliste n’était plus du tout celui de 1945 : il avait expulsé la gauche et réintégré l’épiscopat. Lors de cette tournée estivale du général, à Angers et à Luçon, maires RPF et évêques (Victor Chatenay et Mgr Costes ; le Dr Nicollon des Abbayes et Mgr Cazaux) jouèrent exactement la même représentation qu’à Nantes. Certes, tout cela était habillé dans l’hommage patriotique du Te Deum à la mémoire de Leclerc. Mais le cadre militaire qui réunit par exemple les anciens combattants Cazaux et de Gaulle autour de la figure de Clemenceau cachait des concordances d’intérêt politique certaines. L’évêque de Luçon, lié au PRL d’ailleurs présent pour accueillir de Gaulle, appréciait le chef du RPF pour son anticommunisme et son opposition aux gouvernements de la Troisième Force qui laissaient selon lui l’enseignement catholique en perdition. Au regard du passé, une question brûle les lèvres : faut-il faire de ces évêques maréchalistes des néogaullistes ? En suivant Cazaux, on peut parler de séduction passagère qui n’a rien à voir avec la profondeur du sentiment pour Pétain. Il ne faudrait pas pour autant minorer ces scènes d’allégeances de l’été 1948. Les franches poignées de main, les sourires non feints prouvent l’intensité des nouveaux liens. De Gaulle a recherché la photographie avec le populaire évêque de Vendée qui lui amenait automatiquement des voix. Mgr Cazaux eût beau déclarer en chaire (illustration n° 10) : « Cette cérémonie n’est pas un geste politique. Elle est un acte de patriotisme et un acte de religion41 », il n’en reste pas moins vrai qu’en accompagnant le général sur le parvis de sa cathédrale Notre-Dame noir de sympathisants RPF criant « Vive de Gaulle, vive la France, de Gaulle au pouvoir ! », l’évêque rendait un service politique à son glorieux invité.

  • 42 Semaine religieuse du diocèse d’Angers, 17 octobre 1948.

25Le succès des « procès des kermesses » a convaincu CALS et évêques de l’Ouest intérieur que la lutte scolaire devait être poursuivie sur le terrain fiscal. Dès l’été 1947, la correspondance ne trompe pas sur leurs intentions de vouloir durcir le mouvement en sortant l’arme de la grève de l’impôt, déjà évoquée lors des meetings de 1946. Les instances nationales de l’APEL concentrées sur le soutien aux écoles des houillères du Sud-Est (région où leur mouvement était mieux implanté) n’étaient pas favorables à la campagne d’envergure préconisée par le CALS angevin et à une action concertée. Les impatiences étaient cependant grandes dans l’Ouest où les procès ont accentué l’autonomisation du militantisme scolaire régional. Il est ainsi révélateur qu’au moment où se créait, en avril 1948, le secrétariat d’études pour la liberté de l’enseignement et la défense de la culture d’Edouard Lizop, la mobilisation redoubla en Vendée, Maine-et-Loire, Loire-Inférieure et Deux-Sèvres. Le CALS de ces départements obtint en effet de 500 conseils municipaux la fermeture de leurs mairies entre avril et juillet 1948. C’était une réaction de survie du CALS face au comité hégémonique parisien de Lizop, proche des APEL, prônant la voie modérée de la concertation politique avec le MRP, et soutenue par le secrétaire de l’épiscopat, Mgr Chappoulie, ou encore le cardinal Roques. Le décret Poinso-Chapuis de mai 1948 pouvait d’ailleurs apparaître comme la légitimation de cette stratégie nationale tournant le dos à l’affrontement. C’était sans compter avec Mgr Cazaux qui, aidé par les circonstances – polémique puis non application du décret, abstention des députés MRP lors du vote sur les nationalisations des écoles des houillères –, fut le véritable gagnant de cette année 1948. A la rentrée d’octobre, l’Ordinaire de Luçon démontra en effet de grandes ambitions nationales. Celles-ci furent affichées lors du congrès national des cadres de la Fédération des amicales de l’enseignement libre à Angers42. Pour la première fois, la mobilisation de l’Ouest et des écoles des houillères du Gard, de La Loire et de l’Aveyron était clairement associée ; et Mgr Cazaux promettait celle de son Sud-Ouest d’origine (Landes, Pays Basque) où les réseaux de défense catholique étaient prêts à la mobilisation. Jean Bouyer, secrétaire général du CALS et président de la puissante fédération des amicales du Maine-et-Loire, affirmait en écho : « Quand il y a des chefs qui se livrent pour une cause noble, il a toujours des troupes pour les suivre ».

  • 43 Tel est le titre de la déclaration de Cazaux reprise dans plusieurs Semaines religieuses réceptive (...)
  • 44 ADLA 161 W 382 « Enseignement libre »., rapport des RG du 30 juin 1948.

26Ce frémissement militant était la première réponse de l’évêque de Luçon au Comité d’études. Mais il y en avait une seconde : la voie de la résistance maximaliste. « Quand on a la légalité contre soi, pour faire triompher la justice, il faut violer la légalité », n’hésita pas à déclarer l’évêque de Luçon, lors de cette fameuse journée d’Angers. L’» heure de l’Action43 » (et non de la tactique d’influence politique et discrète de Lizop) avait donc sonné. Cazaux était le seul évêque à comprendre l’impatience des militants et à capter l’énergie contestataire de l’opinion catholique régionale. Il avait tout autant réussi à séduire le clergé rural que cette hiérarchie catholique de l’Ouest d’identité encore nettement conservatrice. Or tout ce monde poussait, sur l’élan de l’affaire des kermesses, son épiscopat au combat, ce qui n’était pas sans malentendu. L’évêque de Nantes était accusé de mollesse pour des raisons complexes qui tenaient au caractère effacé et aux prudences publiques du personnage, davantage, on le sait, qu’à ses convictions profondes. Dans cette Église antéconcilaire de la représentation et dans ces diocèses de fort catholicisme, l’évêque n’avait parfois qu’une marge de manœuvre réduite. On interpréta ainsi l’absence de Villepelet lors des réunions préparatoires à la grève des mairies du CALS avec les élus comme un signe de pusillanimité44, alors qu’il avait, par cohérence institutionnelle, délégué son vicaire général et directeur de l’enseignement libre, le chanoine Pihour, pour le représenter.

  • 45 Le Baron fut nommé en compensation, la même année, prélat de Sa Sainteté. Pour la même raison, le (...)

27Si l’évêque de Nantes n’était pas considéré comme le second de Cazaux, l’archevêque de Rennes était le premier à ne pas soutenir la comparaison avec l’évêque de Luçon. Ce transfert d’admiration au détriment de Roques sur ses propres terres d’influence bretonnes, peut être illustrée de manière symbolique en parcourant La Semaine religieuse du diocèse de Vannes du 18 septembre 1948. L’hebdomadaire introduisit un discours offensif de l’évêque de Vendée en septembre 1948 en rapportant l’inversion photographique commise par le journal communiste Action (numéro du 2 juin 1948) qui avait en effet illustré un article critique contre Cazaux avec un portrait du cardinal Roques ayant pour légende : « Mgr Cazaux, évêque de choc ». Ce dernier incarnait pour les communistes et pour l’Église morbihannaise le véritable cardinal de l’Ouest. Si Mgr Le Bellec et sa hiérarchie conservatrice de Vannes regardaient aussi clairement vers la Vendée, c’était bien parce qu’ils nourrissaient quelques ressentiments contre le métropolitain de Bretagne, jugé trop proche des hommes du pouvoir MRP. Or l’évêque de Vannes n’avait pas obtenu que son vicaire général, Le Baron, fût nommé sur le siège vacant de Quimper en 1947 car le gouvernement français s’était opposé à la promotion de cet ultra de la revendication scolaire45. Après le long règne de Mgr Duparc, la nomination d’André Fauvel, issu du moule de l’Action catholique spécialisée de la Manche, plaçait directement le Finistère sous influence modérée rennaise, comme l’était au même moment le diocèse de Saint-Brieuc avec Coupel, originaire d’Ille-et-Vilaine et donc proche de Roques. Ces appuis étaient loin d’être assez forts pour ce dernier qui cédait du terrain sur l’épiscopat jusqu’au-boutiste et populaire de l’Ouest intérieur. Au début 1949, il avait perdu la bataille du secrétariat d’études menée contre le CALS et Cazaux. L’archevêque de Rennes en était réduit à défendre la stratégie de Lizop en privé. La défense de l’enseignement privé était menée de Luçon et non à Rennes ou à Paris. Cazaux gagnait sur tous les fronts, y compris celui de l’influence politique – traditionnel terrain de chasse de l’archevêque de Rennes. Le CALS s’était en effet invité aux élections du Conseil de la République de novembre 1948 en soutenant ouvertement quelques élus régionaux parmi les plus conservateurs et clairement engagés dans la militance scolaire : Me Delalande en Mayenne, Lelant dans les Deux-Sèvres, Rochereau et son propre président vendéen, Jacques de Maupéou... Ces hommes cherchèrent à imposer l’activisme du CALS dans l’espace politique parisien (exemple de la démarche faite par 24 sénateurs de l’Ouest directement auprès du président du Conseil, le 8 février 1949, pour obtenir l’application du décret Poinso-Chapuis).

  • 46 Semaine religieuse du diocèse de Valence, 6 mai 1950.

28L’année 1949 voyait donc s’opposer deux stratégies catholiques dans son rapport à la IVe république. La première est mieux connue, c’est celle de l’accommodement, avec la messe de rentrée des Assemblées à Sainte-Clotilde, sous laquelle il convient de voir la patte du secrétariat d’études de Lizop. Le but était de rassembler le maximum de parlementaires, sans exclusive partisane à droite et au centre-droit, sous le drapeau de la liberté de l’enseignement. En cela, cette cérémonie constituait le premier jalon d’une tactique patiente d’influence, annonçant la constitution en 1951 de l’Association parlementaire pour la liberté de l’enseignement et précédée par le pèlerinage de plusieurs élus à Rome lors de l’Année Sainte de 1950. Elle était symptomatique d’une évolution de l’épiscopat, et en particulier de cette frange favorable à la démocratie-chrétienne au début des années trente, puis qui avait ensuite boudé le premier MRP de la Libération pour les raisons connues de l’Occupation, pour ensuite retrouver de la complaisance pour le personnel politique en exercice dont elle découvrait à retardement le profond catholicisme. Mgr Pic représentait l’évolution de ce groupe comme l’attestait, après ses critiques de 1945, son discours de 1950 : « Voyez, jusque dans les sphères gouvernementales, de jeunes ministres tenter de mettre en action des réformes sociales dont ils ont puisé l’inspiration dans la doctrine chrétienne46 ». D’une certaine façon, cette génération épiscopale retrouvait son identité centriste perdue en 1944, aspirant au consensus et à la conquête d’influence des élites, et acceptant loyalement l’esprit du parlementarisme.

La grève de l’impôt (1950-1951)

  • 47 Archives de la direction de l’Enseignement catholique de Vendée 22-S1 « Action scolaire », copie d (...)

29Force est de constater que c’est un tout autre visage qu’elle présenta en 1950 en appelant les catholiques à refuser le paiement de l’impôt pour obtenir satisfaction sur la question de l’école. La genèse de cette décision s’inscrivait dans la continuité militante, mobilisatrice et épiscopale de l’Ouest décrite. L’affaire a cependant valeur nationale, en premier lieu parce que le CALS prétendait alors incarner seul le militantisme scolaire et que Cazaux ne laissait à personne d’autre le soin d’apparaître comme l’Évêque de l’enseignement libre. Or, ces acteurs régionaux eurent les moyens de leur ambition par un concours de circonstances. Leur stratégie nationale parut en effet devenir pertinente au moment de l’investiture de Bidault à la présidence du Conseil à la fin d’octobre 1949. Elle se concentra sur un homme : le député des Sables-d’Olonne, Lionel de Tinguy du Pouët, membre du bureau MRP de l’Assemblée, vice-président du Conseil général de Vendée. Au début du mois d’octobre, peu après la chute du ministère Queuille, de Tinguy avait reçu un ultimatum de l’évêché47 adjoignant le MRP de poser enfin des conditions à sa participation au gouvernement de la Troisième Force en imitant l’intransigeance des socialistes sur le terrain scolaire, sous peine de non réélection des deux députés du Mouvement en Vendée. Cette dernière menace exprimée de manière implicite dans le courrier était naturellement l’objectif le plus réaliste du « secrétaire » de l’évêque, mais le hasard fit que Bidault appela quelques jours plus tard de Tinguy au poste de secrétaire d’État aux finances, dans un gouvernement de personnalités MRP de l’Ouest puisque comprenant également Teitgen, Letourneau, Buron, Ihuel, Colin soutenus à l’Assemblée par le président de la commission des Finances et rapporteur du budget, le député républicain populaire du Maine-et-Loire, Barangé.

30L’ultimatum prit toute sa valeur quand le CALS décida en décembre, lors de sa réunion d’Angoulême, de lancer au moment de Pâques une grève de l’impôt des particuliers. Le terme d’ultimatum convient cependant mal puisque les dirigeants MRP ont été mis devant le fait accompli peu de temps avant la publicité du mot d’ordre en avril. Dans l’intervalle, Cazaux a seulement rencontré Bidault fin décembre pour connaître ses dispositions pour l’enseignement catholique. La grève de l’impôt n’a donc pas été une arme de négociation. Il s’agissait pour l’évêque de Luçon et le CALS de lancer la mobilisation pour ensuite peser sur le MRP, après l’avoir publiquement discrédité auprès de l’opinion catholique. L’origine politique de la manœuvre était incontestable, notamment à travers les liens entretenus par l’évêque de Luçon avec les conservateurs du PRL vendéen contre les centristes.

  • 48 AAR 1D132, lettre du 3 février 1950 adressée à Fauvel et Coupel absents de la réunion.

31La hiérarchie de l’Ouest fut consultée par Cazaux le 31 janvier 1950, lors de la réunion des évêques protecteurs de l’Université catholique d’Angers. Seul Roques s’opposa à cette stratégie qui rendait, selon lui, l’épiscopat otage du CALS – une « organisation de laïcs » – et qui avait comme seul résultat « d’indisposer et de retourner des hommes qui s’intéressent à la solution du problème scolaire48 ». Ces hommes du MRP justement furent avertis soit directement pour de Tinguy du Pouët (informé par de Maupéou qui chercha en vain à rencontrer également Bidault), soit par courrier épiscopal en date du 15 avril, au même titre que tous les parlementaires d’Anjou, Loire-Inférieure, Poitou et Vendée.

  • 49 Archives diocésaines de Nantes, « Documents relatifs à la manifestation de Saint-Laurent-sur-Sèvre (...)
  • 50 ADLA 293 W 196, note des RG du 21 avril 1950.

32Dépourvus d’évêque (Mgr Costes s’est éteint le 14 février 1950), les députés MRP du Maine-et-Loire, Asseray, Barangé et Le Sciellour réagirent avec virulence auprès de Villepelet en condamnant une stratégie de combat et de division des catholiques qui, comme l’avait exprimé Roques, ne faisait que retarder « l’adoption de solutions nationales49 ». L’évêque de Nantes reçut également les avertissements légalistes d’un traditionnel soutien, le président du Conseil général, Abel Durand. La grève de l’impôt ne pouvait manquer, selon le sénateur, de susciter l’hostilité « des milieux politiques influents » et de réveiller l’anticléricalisme dans certaines régions françaises. Ces sérieuses préventions ont, semble-t-il, fait douter, dans les jours précédant le meeting du 23 avril, Mgr Villepelet, avant que son directeur de l’enseignement ne le ramène à plus de détermination50.

  • 51 ADLA 293 W 196, rapport du 25 mars 1950 du préfet aux ministres de l’intérieur et de l’Éducation n (...)
  • 52 Archives diocésaines d’Angers 4K2 « Action catholique », lettre de J. Bouyer au comité diocésain d (...)

33Le secret a fait partie de la préparation des quatre rassemblements du 23 avril 1950. Les Renseignements généraux commencèrent à en parler fin mars et encore sans grandes précisions51. L’état-major du CALS et la hiérarchie avaient filtré les informations pour lancer une campagne nerveuse dans les quinze derniers jours en annonçant de grandes décisions mais en gardant encore le flou sur le mot d’ordre final. L’organisation, au point après des années de mobilisation scolaire, fut particulièrement soignée : tracts, affiches, réquisition des cars. Rien n’a été laissé au hasard, et surtout pas la couverture journalistique : le CALS du Maine-et-Loire se chargea ainsi de conduire en voitures particulières les nombreux journalistes parisiens et étrangers à Saint-Laurent-sur-Sèvre52.

34La tenue, le même jour, de quatre rassemblements dans l’Ouest était à la mesure de l’ambition des organisateurs. Le premier bémol concerna la Bretagne, avec l’interdiction de manifester à Brest qui eût compensé l’identité très rurale de cette journée. Le Folgoët ne s’intégra que mieux à l’espace symbolique déjà choisi de Pontmain et Saint-Laurent-sur-Sèvre. En outre, si Château-la-Vallière en Indre-et-Loire marquait l’extension géographique de la contestation, la cité, sans grande identité religieuse ni capacité mobilisatrice, ne compensait pas l’absence de Sainte-Anne-d’Auray que Mgr Le Bellec fut contraint de délaisser, à son plus grand regret, pour accueillir Vincent Auriol à Lorient. Le 23 avril réunit cependant au moins 200 000 catholiques, si l’on pondère les chiffres des organisateurs (qui furent repris par Ouest-France) annonçant 100 000 participants à Saint-Laurent, 80 000 au Folgoët, 50 000 à Pontmain, 10 000 à Château-la-Vallière. Le seul rassemblement vendéen commença avec une heure de retard sur l’horaire fixé en raison des embouteillages causés par les voitures particulières et les 700 cars cherchant leur place dans les quatre parcs de stationnement créés pour l’occasion. L’assistance étant composée à 80 % d’hommes, on imagine que l’énervement devait être au rendez-vous après de tels soucis automobiles... Le récit des différents rassemblements se doit d’être précis car le tableau ne fut pas uniforme. Saint-Laurent-sur-Sèvre mérite naturellement le plus long arrêt. Une prairie de 24 000 m2, dans l’enclos du pensionnat Saint-Gabriel, où se détachait une tribune surmontée d’une croix et portant en lettres rouges sur fond blanc (les couleurs de la Vendée) les mots « Dieu Justice Liberté », accueillit cette concentration démesurée pour un tel bourg.

35Le meeting proprement dit appartint totalement à Cazaux et au CALS. Ses dirigeants étaient au premier rang sur l’estrade, devant les évêques, même si l’embouteillage rompit cette belle composition en provoquant le retard de Mgr Villepelet qui dut s’asseoir aux côtés des orateurs laïques du CALS. Seuls les chefs du Comité prirent la parole en n’omettant pas de faire saluer à chaque fois les prélats présents en nombre à la tribune. Outre les évêques déjà cités, Mégnin, ordinaire d’Angoulême, Vion, coadjuteur de l’évêque de Poitiers, Oger, vicaire capitulaire d’Angers, Hamayon directeur national de l’enseignement libre entendirent donc Jean Bouyer lancer, après un dialogue avec la foule, l’appel à la grève de l’impôt. Cazaux, unique orateur ecclésiastique, lui succéda pour confirmer la légitimité d’une telle décision en plaçant cette bénédiction dans la continuité du soutien hiérarchique manifesté lors des « procès des kermesses ». Les applaudissements nourris que provoqua ce discours consacraient l’évêque de Luçon. Il incarnait à ce moment-là l’évêque « vendéen » commandant, à la jointure symbolique du Maine-et-Loire, des Deux-Sèvres et de la Vendée, et près de cette Sèvre qui arrosait le sud du pays nantais, tout le territoire de l’insurrection contre-révolutionnaire. Cette représentation est d’autant plus convaincante que Cazaux n’avait alors aucun concurrent mitré : Vion, ancien supérieur du grand séminaire de Luçon, était tout acquis à son ancien ordinaire, Angers n’avait pas d’évêque, Villepelet était trop effacé...

  • 53 AAR 1D 132, lettre du 30 mars 1950.

36Le CALS a dépêché des orateurs dans chacun des autres rassemblements de l’Ouest pour faire la même annonce qu’en Vendée. Le mot d’ordre a été clairement entendu à Château-la-Vallière grâce au soutien de l’archevêque de Tours, Mgr Gaillard, et à sa mise en valeur du discours par le représentant du CALS du Maine-et-Loire, Bourgeais. Il fut brouillé à Pontmain et au Folgoët par la concurrence des APEL et le moindre soutien de l’épiscopat. Au Folgoët, Mgr Fauvel temporisa les ardeurs de Mgr Le Baron. Et, surtout le cardinal Roques refusa de se rendre en Mayenne, tout comme Mgr Coupel, pour ne pas souscrire au mot d’ordre du CALS. Roques n’oublia cependant pas de demander à l’évêque de Coutances, Mgr Guyot d’» être présent à Pontmain », ne serait-ce que pour qu’il se rende « compte du climat de la réunion et de ce qui sera dit53 ».

  • 54 Exemple du député RPF du Maine-et-Loire, de Geoffre (Archives diocésaines de Nantes, « Documents.. (...)
  • 55 Semaine religieuse de Quimper et Léon, 28 avril 1950.

37Le fossé était trop grand avec ce qui s’était passé à Saint-Laurent-sur-Sèvre. Ce meeting rompait par sa radicalisation avec tous les usages de la défense catholique. L’annonce de la grève de l’impôt avait été ainsi faite par le CALS sur une estrade vide de personnalités politiques. Cette absence, voulue officiellement pour ne pas donner au rassemblement une identité partisane, ne pouvait tromper grand monde tant le MRP était la cible désignée de cette journée. Elle se retourna cependant contre ses auteurs accusés même par les parlementaires RPF ou PRL les plus acquis à la cause54 de nourrir l’antiparlementarisme et d’oublier les services rendus. Les évêques présents à Saint-Laurent-sur-Sèvre semblèrent d’ailleurs regretter immédiatement la stratégie de la table rase politique et rédigèrent dès la fin du meeting une lettre adressée à chacun des évêques de France pour qu’ils fissent ce qu’ils venaient de rater, c’est-à-dire mobiliser tous leurs parlementaires. Au Folgoët, l’hommage rendu dès le début de son allocution par Mgr Fauvel aux élus amis de l’enseignement libre55 n’entendait pas défier de la même façon le gouvernement, sur les terres d’André Colin. À Pontmain surtout, Roques faisait lire stratégiquement par un ultra de la défense scolaire, le secrétaire des APEL Terrière, un discours tout en modération et en complaisance pour le MRP, parfait contre-pied de celui de Cazaux :

  • 56 Semaine religieuse du diocèse de Rennes du 29 avril 1950.

« Le problème n’est certes pas résolu, mais il est posé devant la nation et jusqu’ici la voix des chefs de famille a trouvé audience devant les chefs et les masses ; elle a même rencontré des échos favorables. L’intraitable rigidité du passé s’est quelque peu assouplie, l’enseignement libre ne se heurte plus à des fins de non-recevoir systématiques, des résultats partiels ont été obtenus à tous les degrés de l’enseignement et il serait injuste de n’en pas savoir gré à ceux qui, par une activité clairvoyante et un effort tenace, se sont employés à assouplir des positions ou à vaincre des difficultés56 ».

  • 57 Ouest-France du 24 avril 1950.
  • 58 Notamment Le Monde du 25 avril titrant « Solennel avertissement des partisans de l’enseignement li (...)
  • 59 Archives de la direction de l’enseignement catholique de Vendée 22 S-2, lettre du 30 avril 1950. T (...)

38Le relais complaisant de Ouest-France citant, dans le texte, l’archevêque de Rennes absent (alors que les propos de l’évêque de Luçon étaient rapportés au style indirect), lorsqu’il s’adressait malicieusement aux Vendéens – « pas plus aujourd’hui qu’hier, vous n’avez l’intention [...] de vous égarer dans les marais de la politique57 » – ne fut pas suffisant pour inverser la tendance. De même, malgré le silence de la radiodiffusion voulu par le ministre de l’Information, Pierre-Henri Teitgen, seul l’appel de Cazaux, relayé abondamment par les journaux parisiens58, a alors été entendu, et en premier lieu par l’épiscopat national. On se rend compte en effet de l’isolement et de l’originalité du cardinal Roques dans la hiérarchie catholique en parcourant le courrier de félicitations adressé à Luçon. L’enthousiasme de l’évêque d’Annecy, angevin d’origine, Mgr Cesbron, donnait le ton des réactions : « Je vous adresse mon « bravo » ! [...]. Je vous félicite de tout cœur. Quel bien vous nous faites donc ! et quel exemple vous donnez ! Oui bravo59 ! ». Dans le Sud-Ouest, les prélats proches du Landais Cazaux, Théas (lettre du 29 avril) et Terrier, n’adhéraient pas moins à l’esprit de cette « déclaration magnifique », selon les propres termes de l’évêque de Bayonne (30 avril). Les craintes du très conservateur évêque de Nîmes, Mgr Girbeau, n’avaient pas lieu d’être lorsqu’il écrivait à l’Ordinaire de Luçon : « Puissiez-vous trouver dans l’Église de France les encouragements et la collaboration nécessaire pour le succès de votre courageuse et opportune décision » (lettre du 2 juin). Restait à savoir si les évêques étaient prêts eux aussi à faire appliquer le mot d’ordre de grève de l’impôt dans leurs diocèses. L’évêque de Tulle, Mgr Chassaigne, exprima ce que beaucoup espéraient, c’est-à-dire que « la vague de fond des diocèses chrétiens de l’Ouest » gagne « le pays tout entier » (lettre du 25 avril). Couderc, à Viviers, ne pensait pas autrement mais il indiquait qu’il fallait attendre que le mouvement prît de l’ampleur pour que tous les diocèses suivent. Plus prudent, le cardinal Gerlier soulignait « l’extrême difficulté pratique d’adopter dans un grand nombre de diocèses la même attitude » que celle de l’Ouest. On est là au cœur du problème : le mouvement de grève de l’impôt n’a pas pu se mettre en branle à l’échelle nationale, faute de relais militants. La FNAC n’était plus la force de 1925 et les APEL n’étaient pas encore assez puissantes et déterminées. De surcroît, Rome réagit trop rapidement pour que le feu se propage plus avant.

  • 60 La Vie diocésaine de Rouen, 5 mai 1950.
  • 61 Semaine catholique du diocèse de Luçon, 27 mai 1950.
  • 62 Ibid., 12 mai 1950.

39Dans l’intervalle, l’épiscopat n’avait pourtant pas ménagé son soutien, à l’instar de l’archevêque de Rouen, Mgr Martin, toujours très proche de Cazaux, qui relaya l’appel à la grève dans son diocèse en prévenant les pouvoirs publics que les catholiques étaient à bout sur la question scolaire60. Sembel fit plus encore en accueillant à Dijon l’évêque de Luçon, une semaine après Saint-Laurent-sur-Sèvre, pour le faire participer à un meeting de mobilisation en présence du chanoine Kir61. Dans le même sens, le vicaire capitulaire de Laval, Victor Chérel, répercuta le mot d’ordre de grève dans son diocèse et Mgr Guyot permit à ses parents d’élèves de la Manche d’en faire autant. Mgr Le Bellec eut droit aux honneurs de La Semaine catholique de Luçon pour un soutien sans nuance62. Le ralliement du suffragant de l’archevêque de Rennes était une nouvelle victoire de Cazaux dans sa conquête de l’Ouest. Certes, il était encore arrêté dans les autres diocèses bretons par les évêques légalistes de Roques, mais jusqu’à quand les militants scolaires – les « chouans » selon le qualificatif du camp laïque – allaient vouloir rester en retrait de leurs voisins vendéens ? Plus au Sud, et malgré le soutien apporté à Cazaux par Mgr Mégnin à Angoulême, Mgr Liagre, évêque de La Rochelle, bloquait l’extension du mouvement en donnant la priorité à l’Action catholique sur la défense scolaire. Ces obstacles ne faisaient pas le poids devant l’approbation générale dans l’épiscopat de ce que Mgr Feltin définissait comme « une prise de position qui n’a jamais été aussi nette » (lettre à Cazaux du 26 avril 1950). Cette quasi-unanimité et le soutien effectif des grandes figures de l’épiscopat pour un appel à l’insoumission fiscale interrogent dans le parcours d’une génération d’évêques qui se caractérisa par son profond légalisme. Le fait que le mouvement ait été lancé par un évêque ancien combattant, profondément marqué par l’obéissance patriotique, rend la question encore plus intéressante.

  • 63 Respect de l’impôt qui est le respect du pouvoir, cf. Mt 22,16-21 ou Rm 13,1-7.

40Par une curieuse inversion de l’histoire, cette génération de 1950 dépassait en vigueur sa devancière de 1925, à moins qu’il ne faille écrire qu’elle s’inspirait de sa position de combat. Cette dernière n’était cependant pas allée jusqu’à toucher à l’impôt qui, dans la symbolique chrétienne, voulait vraiment dire quelque chose63. Un acte aussi fort mérite d’être inséré dans une chronologie d’exception : cent ans de la loi Falloux, anniversaire de la victoire sur le Cartel, visibilité catholique de l’Année Sainte. Il faut naturellement ajouter la clé du contrecoup de l’Occupation. Comment ne pas lire cet acte d’insoumission comme l’une des grandes revanches différées de la hiérarchie maréchaliste contre ceux qui avaient préféré le loyalisme républicain à l’Autorité du Magistère sous Vichy, puis gouverné avec la gauche ? L’association de Saint-Laurent-sur-Sèvre et de ce qui se passa à Notre-Dame de Paris avec Pétain, l’année suivante, conforte cette hypothèse.

  • 64 Archives diocésaines de Nantes, « M. Auriol chez les journalistes républicains » coupure de presse (...)

41L’épiscopat national, en reconnaissant la grève de l’impôt de l’Ouest décidée avec un vrai sens de la publicité, se projetait une nouvelle fois comme un corps périphérique dans la nation. Il acceptait ainsi la reconnaissance de catholiques exilés dans la patrie : des Vendéens en somme. La représentation de contre-élite, née pour cette génération épiscopale à la Libération, s’imposait sous la plume du président Auriol protestant avec virulence contre cette grève en rappelant que la loi « devait être appliquée de tous quels que soient les fonctions, l’importance ou le rang dans la hiérarchie politique, militaire, administrative, économique, sociale ou religieuse64 ». C’était précisément cet égalitarisme républicain qui était refusé par l’élite qui avait payé précédemment l’impôt du sang et qui ne cessait de dénoncer le double impôt scolaire imposé aux catholiques.

42La grève de l’impôt du CALS s’inscrivait dans la continuité des révoltes fiscales du monde rural sur la longue durée. Elle rappelait l’action préconisée par certains journaux catholiques appelant à ne pas souscrire à l’emprunt pour mieux affaiblir le gouvernement Herriot en 1924. Elle annonçait d’autres mouvements de contestation de la IVe république, ceux des bouilleurs de cru et de Poujade. Il faut naturellement parler pour l’épiscopat d’incartade sur la voie de l’illégalité : son loyalisme eut l’occasion de se manifester par la suite. Parce que les évêques étaient des personnages incontournables des campagnes de lancement des emprunts nationaux et donc de l’ordre républicain, leur appel à l’insoumission mérite cependant d’être souligné. Mais de la même façon que Pie XI avait poussé l’épiscopat à moins de virulence en 1925 pour ne pas compromettre ses relations avec le gouvernement français, Pie XII fut en quelque sorte le Clemenceau briseur de la grève de l’impôt des vignerons du Languedoc-Roussillon de 1907.

  • 65 Archives de la direction de l’Enseignement catholique de Vendée 22 S – 1. Les exigences de Tardini (...)

43 La hiérarchie vaticane fut en effet immédiatement interpellée par le gouvernement français, notamment par de Tinguy du Pouët qui se rendit à Rome. Dès la mi-mai, Villepelet entendit les premiers échos négatifs du Vatican de la bouche de Feltin. Les évêques de l’Ouest purent d’ailleurs se rendre compte directement, à la fin de ce mois, de la position du Saint-Siège, lors de leur visite ad limina. Vion, Villepelet, Cazaux, Chiron (évêque de Langres, originaire de Vendée) furent accueillis par un discours réprobateur de Mgr Gillet, à l’ambassade de France, le samedi 27 mai. Le lundi suivant, Cazaux rencontrait le cardinal Tardini, secrétaire de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, pour préparer l’audience du lendemain avec Pie XII. La grève fut immédiatement condamnée, l’heure était désormais à la négociation. Ce que fut contraint de faire l’évêque de Luçon en participant à des entretiens avec l’ambassadeur, Wladimir d’Ormesson et le ministre Jean Letourneau, dès sa sortie du bureau papal. Tardini demandait aux évêques de l’Ouest de trouver « quelque moyen honorable » de se « dégager de la position » prise le 23 avril. En termes diplomatiques, il leur accordait de rechercher une formule qui sauvegarde leur « réputation et autorité », et « qui n’engage pas publiquement l’autorité du Saint-Siège65 ». Le gouvernement français était en contrepartie encouragé à faire un geste pour sortir de l’impasse. Le même jour, Rome annonçait la nomination sur le siège vacant d’Angers d’Henri Chappoulie, très lié aux milieux gouvernementaux.

  • 66 Semaine religieuse du diocèse de Lille, 11 juin 1950.

44Le Vatican rendit ensuite publique sa désapprobation de la grève de l’impôt. Celle-ci prit la forme d’un blâme indirect adressé à Cazaux, lorsque Pie XII déclara aux pèlerins français présents pour la canonisation de Jeanne de France que les catholiques étaient soumis « au respect des justes lois et de l’ordre légitime de l’État ». Le message repris par la grande presse parisienne (Le Monde des 4-5 juin, L’Aube du 5) et les Semaines religieuses – dont celle de Nantes – fut durement ressenti par les évêques de Saint-Laurent-sur-Sèvre. Le cardinal Roques se chargea volontiers d’offrir une plus grande diffusion aux paroles pontificales, lors de l’imposante fête des écoles de Rennes, en présence du secrétaire d’État à l’Intérieur et secrétaire national du MRP, André Colin. La Croix et Le Monde du mercredi 7 juin reprirent ses propos. Par contraste, il est intéressant de constater qu’au même moment et dans les circonstances similaires d’une « journée scolaire » à Lille, le cardinal Liénart déclarait : « Parmi les moyens, l’Église préfère ceux qui sont légaux, mais elle n’a pas l’idolâtrie de la loi : certaines lois ne sont pas justes, il est permis de les combattre66 ». Le doyen de l’ACA, dans une démonstration qui avait des liens avec celle produite sur le STO, interprétait à sa manière le mot d’ordre romain. Cette réaction était à la mesure de la solidarité hiérarchique avec les évêques « grévistes » de l’Ouest.

  • 67 Archives de la direction de l’Enseignement catholique de Vendée 22 S – 1 « Action scolaire ».

45D’ailleurs, malgré le désastreux mois de mai, ces derniers étaient loin d’avoir abdiqué. Dès le 15 mai, Cazaux avait expédié un rapport à Rome : « Pourquoi nous avons pris position dans le sens que l’on sait à Saint-Laurent-sur-Sèvre67 ? ». Il entendait montrer que la grève avait pour origine l’exaspération populaire canalisée par le CALS – abondamment salué dans le rapport –, et que les évêques n’étaient donc pas responsables de cette décision. Le rapport était complété par une attaque en règle contre la Paroisse Universitaire du père Dabosville et contre Marrou, avec force textes à l’appui, pour ramener le Vatican à ses vraies priorités. Au moment où la presse diffusait les messages de Pie XII et de Roques, les énergies redoublèrent encore. Villepelet reçut ainsi le 7 juin Cazaux, Le Baron, Chérel, Bonneau d’Angers afin de préparer un nouveau document de défense. Celui-ci fut précisé et contresigné par Douillard, Vrignon, Villepelet, Cazaux le 13 juin, trois jours avant le départ de ce dernier pour Rome. L’évêque de Luçon, qui s’était arrêté en route à Poitiers pour recevoir les encouragements de NNSS Mesguen et Vion et leurs signatures sur le texte préparé, était bien décidé à obtenir gain de cause dans ses discussions avec Tardini qu’il rencontra à trois reprises, les 18 et 19 juin, en compagnie de son directeur diocésain de l’enseignement, le chanoine Douillard.

  • 68 Archives de la DEC de Vendée, lettre du 16 Juin des évêques de l’Ouest à Tardini.

46Cazaux joua sa carte avec habileté. Sa démonstration s’appuyait sur le fait que la négociation était au point mort. Il insista en particulier sur le refus de Tinguy du Pouët pourtant personnellement approché. Dans la réalité, ce dernier attendait seulement qu’on lui annonce la fin de la grève pour songer à discuter. Ensuite, il s’agissait pour l’évêque de Luçon de se présenter en victime. Les évêques de l’Ouest, par la publicité faite aux paroles de Pie XII, faisaient « figure de condamnés aux yeux mêmes de [leurs] fidèles68 ». Il fallait donc absolument obtenir une compensation pour que le « désespoir » ne s’empare pas de leurs diocésains. L’argumentation était convaincante car elle obligeait le Saint-Siège, garant du succès de la négociation avec le gouvernement français, à faire preuve d’équité en n’affaiblissant pas de nouveau Cazaux.

  • 69 ADLA 213 W 196 « 1948-1955 », note des RG du 27 juin 1950.
  • 70 Semaine catholique du diocèse de Luçon, 1er juillet 1950.

47L’évêque de Luçon montra immédiatement sa bonne volonté en se rendant à Paris, le 21 juin, pour discuter avec Alfred Michelin, chargé par Rome de négocier avec les hommes du MRP. Michelin, quant à lui, ne perdit pas son temps puisqu’il rencontra en trois jours Letourneau, Teitgen et Bidault. La chute du gouvernement Bidault, le 24 juin, stoppa cette dynamique de concertation. Le lendemain, Villepelet présidait la fête des écoles libres de Nantes. L’assistance, plus fournie qu’à l’habitude, attendit en vain des paroles d’encouragement de l’évêque sur la grève. Ce que l’opinion catholique attribuait à un manque de détermination du prélat dans sa défense de l’école privée69 n’était en fait que la conséquence de l’ambiguïté de la situation. Toujours ce dimanche 25 juin, Cazaux fut lui aussi contraint de faire profil bas, au « congrès régional de l’enseignement libre du Midi-occidental ». NNSS Théas, Mathieu, Béguin et Perrin (auxiliaire de l’archevêque de Carthage) étaient venus écouter l’enfant du pays défendre non pas directement le refus de l’impôt mais légitimer son action contre les projets d’assimilation de la jeunesse perçus comme totalitaires, avec nombre de références anciens combattants70.

  • 71 ADLA 213 W 196, lettre au préfet du sous-préfet de Châteaubriant du 3 juin 1950.
  • 72 AAR 1D132, lettre du 26 juin 1950.
  • 73 Archives diocésaines de Nantes, « Documents... ».

48La hiérarchie n’appelait plus à la grève de l’impôt depuis le début du mois de mai, mais elle n’avait toujours pas proclamé la fin du mouvement. À la fin de ce mois, les prêtres encourageaient encore leurs paroissiens à ne rien payer au fisc dans les bulletins71. Un mois plus tard, la pression des particuliers, devant le silence des évêques, se fit moins sentir. C’est précisément à ce moment creux de la campagne de l’impôt que le cardinal Roques reçut du courrier critique en provenance de Vendée. L’abbé Renou, curé de Saint-Maurice-le-Girard, et chaud partisan de son évêque, lui écrivit ainsi qu’il eût aimé le voir marcher à la tête des catholiques de l’Ouest en tant que Prince de l’Église. Ce qui lui valut cette réplique de l’intéressé, avec copie adressée à l’évêque de Luçon : « Je ne m’y serais pas refusé si l’on m’en avait laissé la possibilité ; mais j’ai souvent été mis en face de décisions prises à l’avance et à mon insu qu’elles signifiaient, au moins indirectement, qu’on se passerait volontiers de mes services. Mon action fut donc circonscrite aux frontières de mon diocèse72 ». Renou reprochait encore à l’archevêque de Rennes son attitude conciliante et des « proclamations purement verbales qui ont l’inconvénient de ne pas troubler le gouvernement ». Roques prit encore la peine de l’éclairer : « Je respecte votre opinion, encore que j’aie de sérieuses raisons de croire qu’elles n’ont pas été sans effets dans les plus hautes sphères ». Le 7 juillet, Cazaux restait toujours convaincu que c’était en exigeant du MRP de la fermeté que la situation pouvait se débloquer, tout en promettant sa fameuse déclaration à Tardini73.

  • 74 Semaine religieuse du diocèse d’Angers, dimanche 23 juillet 1950.
  • 75 Bougeard C., René Pleven. Un Français libre en politique. Rennes, PUR, 1994, p. 201.

49Après une période d’instabilité gouvernementale (chute du ministère Queuille, le 4 juillet) qui ralentit les négociations, deux événements firent rupture. Le mardi 11 juillet avait lieu l’intronisation de Chappoulie, à Notre-Dame de Paris, en présence de l’état-major du MRP (Bidault, Schuman, Letourneau, Teitgen, de Menthon, Colin74). Roques trouvait son double sur le siège voisin d’Angers pour s’opposer à Cazaux. Le même jour, René Pleven était nommé président du Conseil, avec la ferme intention pour cet élu de l’Ouest de résoudre la question de l’impôt, comme il l’affirma dans son discours d’investiture en proposant la constitution d’une commission pour l’étude des problèmes scolaires75. Le président du Conseil général des Côtes-du-Nord trouva naturellement en l’évêque de Saint-Brieuc, Mgr Coupel, son premier intermédiaire. La question scolaire revenait dans la sphère d’influence du cardinal Roques. La marginalisation de l’évêque de Luçon était confirmée par le nonce, le 18 juillet, lors de sa venue aux Herbiers pour l’inauguration du séminaire. L’opinion catholique vendéenne avait cru que Roncalli venait légitimer son évêque rebelle. Elle n’eut droit à aucun discours de complaisance. Le nonce s’était déplacé pour un rendez-vous prévu de longue date, et son objectif premier était de s’entretenir en privé avec Cazaux pour l’amener à assouplir sa position. Roncalli lui annonça alors qu’il s’engageait personnellement dans l’affaire.

50Pendant que Michelin, émissaire du nonce, entamait de sérieuses négociations à Paris, Mgr Mesguen remit de l’huile sur le feu en déclarant à un journal de l’Ouest que les décisions prises à Saint-Laurent n’avaient jamais été « blâmées par le pape ni par d’autres personnalités éminentes ecclésiastiques ». Le Monde, dans son numéro du 22 juillet, rapporta ces paroles et en profita pour résumer à ses lecteurs les différentes péripéties de la grève de l’impôt. Le quotidien du soir, mieux informé sur le passé que sur les négociations en cours, soulignait l’indécision du Vatican et le fait que la grève semblait peu suivie. Cazaux et Villepelet rencontraient le même jour Roques, Coupel et Michelin pour discuter d’une déclaration finale sur la grève.

  • 76 Archives diocésaines de Nantes, lettre du 16 août.
  • 77 ADLA 213 W 196, note d’information des RG du 2 août 1950.
  • 78 Le Monde et bien sûr L’Aube (numéro du 26 août) répercutèrent l’information immédiatement. La Sema (...)
  • 79 Archives diocésaines de Nantes, « Documents… »

51Celle-ci, promise par Michelin à Pleven, était loin d’être acquise pour l’évêque de Luçon. C’est bien durant ces journées estivales qu’il montra son vrai visage de combattant en éconduisant le pauvre Michelin, obligé de supplier Villepelet d’intervenir pour renouer le lien. Cazaux multipliait les réunions du CALS (26 juillet, 17 août) pour retarder les négociations, en arguant, même au nonce..., qu’il n’avait pas « pouvoir despotique » sur le CALS et la population de sept diocèses76. Début août, Jean Bouyer appelait encore par voie d’affiches à une mobilisation du réseau des Amicales pour que la « France entière se solidarise avec les Résistants de l’Ouest77 ». Dans les départements concernés, la grève de l’impôt repartait de plus belle. Cazaux réussit en fait à retarder jusqu’au 21 août la déclaration annonçant la fin du mouvement78. La conciliation avait duré un mois par la seule volonté de l’évêque de Luçon, puisque l’unique évolution par rapport à la mi-juillet avait été le strapontin institutionnel obtenu par Me Laguette, le président du CALS au sein de la commission Paul-Boncour. Ni Michelin, ni Pleven n’avaient pu faire plier Cazaux. Seul Roncalli y était parvenu, au prix d’une lettre dramatique écrite le 12 août79. Le nonce venait de sortir de Matignon, après un entretien avec le président du Conseil. Il adressa à Cazaux un long développement où se mêlaient aspects techniques de la négociation scolaire et surtout considérations morales sur l’honneur de l’évêque. La fin de la grève allait sauver « la personne et le prestige de Votre Excellence » et « fera grand plaisir au Saint-Siège ». Roncalli l’exigeait comme un acte de contrition : « M. Pleven me faisait noter que, si le vent de la pacification souffle, il ne manque pas de cas en Vendée où l’on refuse de payer les impôts, en arguant [...] de l’autorité de l’évêque de Luçon. Ceci est un grand mal – et spécialement nuisible à la personne de l’Évêque en qui les intéressés aiment voir et reconnaître le condottiere du mouvement séditieux ».

  • 80 Pour la liberté scolaire (1940-1960), Luçon, Imprimerie Pacteau, 1964, p. 93.
  • 81 ADLA 213 W 196, note des RG du 30 août 1950.
  • 82 Semaine religieuse du diocèse d’Angers, 8 octobre 1950, p. 476-477.
  • 83 Ibid., 22 octobre 1950, n° 39, p. 495.

52Il ne sembla pas que le crédit du prélat ait été atteint à la suite de cette affaire. Cazaux fit tout en effet pour la présenter comme une victoire80. Par contre, si l’opinion catholique régionale nourrissait quelque ressentiment contre Roques et Chappoulie accusés d’avoir torpillé le mouvement81 – plus que Rome d’ailleurs –, elle fut bien obligée de constater que l’évêque vendéen de l’enseignement libre perdit de l’influence au profit de deux prélats cités dans les mois qui suivirent. L’évêque d’Angers, accueilli le 30 septembre par le jeune préfet Jean Morin, dans la salle synodale de l’ancien évêché obtenue par la préfecture à la Séparation..., saluant « la largeur d’esprit [...] apanage naturel d’un prélat habitué par la fréquentation des hautes sphères de la hiérarchie à dépasser les divergences anachroniques82 », fut un acteur essentiel du changement de climat dans l’Ouest intérieur. Il commença d’ailleurs par citer l’archevêque de Rennes dans sa première intervention sur l’enseignement catholique83.

  • 84 CNAEF, compte rendu de la séance du 28 février 1951.
  • 85 AAR 1D 132, duplicata de la lettre du 19 février 1951.

53Roques devint, quant à lui, le personnage incontournable de cette période. Le climat politique, marqué par la longue campagne pour les législatives de juin 1951, n’était guère favorable à la modération, notamment à cause de la surenchère du RPF sur la question scolaire avec son projet d’allocation-éducation pour les élèves des écoles privées. Le prélat sut parfaitement dominer la situation, en particulier lors de la préparation de la première assemblée plénière de l’épiscopat. Le cardinal Gerlier, choisi certainement en raison de son éloignement du champ de bataille de l’Ouest, avait été chargé du rapport sur l’enseignement libre par l’ACA. À la fin janvier 1951, il avait d’ailleurs entrepris de recueillir les avis épiscopaux, ce qui annonçait une importante déclaration publique sur l’école, à l’issue de cette grande réunion. Or, celle-ci se trouvait en pleine campagne législative et ne pouvait manquer d’apparaître comme politique en rejoignant notamment les slogans du RPF. Roques, épaulé par Mgr Richaud, demanda un report de l’Assemblée après les élections, lors de l’ACA de février 1951. Il ne fut pas écouté84. Par contre il obtint satisfaction sur la nécessité de discrétion de l’assemblée plénière sur l’enseignement libre au nom de cet argument adressé au primat des Gaules : « Vous vous étonnerez peut-être que cette position un peu réticente vienne de l’Ouest. Elle s’explique, je crois par les insuccès qu’ont recueillis des expériences récentes qui n’ont satisfait personne, et qui n’ayant pas donné les résultats escomptés, ont fait réfléchir et incité, même les plus bouillants, à la prudence85 ». L’idée, partagée par le Vatican, était de temporiser jusqu’aux élections pour obtenir ensuite immédiatement d’une Assemblée plus favorable que celle de 1946 des mesures scolaires. Le soutien direct affiché par L’Osservatore Romano du 25 mai 1951 au MRP qui a frappé les esprits ne s’expliquait pas autrement. L’article n’était-il pas, aux yeux du Vatican, une compensation directe de la grève de l’impôt pour un MRP affaibli par ses positions scolaires, notamment dans l’Ouest ?

  • 86 Archives de la direction de l’Enseignement catholique de Vendée 22 S 2.

54Roques eut alors les moyens de se faire respecter en étant désigné, lors de cette Assemblée plénière, président de la commission épiscopale de l’enseignement, pendant que Cazaux était relégué aux milieux maritimes. Il signifia sa prise de pouvoir lors de la réunion du comité national de l’enseignement libre, le 7 mai suivant, par un tonitruant : « Il y a quelque chose de changé en France depuis le 4 avril [date de l’Assemblée plénière]. Il faut que cela change86 ». Cette séance fut pour lui l’occasion de museler et d’humilier le CALS (en présence du chanoine Douillard) qui menaçait alors de lancer pour la rentrée une nouvelle opération de grève illimitée des écoles. L’action militante, jusqu’au-boutiste et régionale était révolue pour Roques occupé, depuis septembre 1950, de concert avec le Comité d’Edouard Lizop, à une opération d’influence et de mobilisation des parlementaires catholiques qui aboutit en juillet 1951, après la pratique des apparentements et le glissement à droite des élections de juin, à la constitution de l’APLE (parfait anagramme de l’APEL). On comprend d’autant mieux l’implication de Roques à vouloir canaliser les élus de droite à l’échelle nationale, qu’il souffrait, en Ille-et-Vilaine, d’attaques personnelles du RPF, certainement orientées par le CALS. L’APLE devint une arme redoutable entre les mains d’un épiscopat qui pouvait cette fois être crédité d’intelligence politique. La ténacité de ses membres durant les 41 jours de débat à l’Assemblée – Barangé naturellement, le Nantais Raingeard, secrétaire de l’APLE – aboutit au succès des deux lois scolaires qui rompaient avec le coup d’arrêt de la Libération et annonçaient la loi Debré. C’était cette fois-ci aux laïcs de protester.

  • 87 Mayeur J.-M., « Guy Mollet, l’Église, l’École », Guy Mollet, un camarade en République, Lyon, Pres (...)
  • 88 Archives de la DEC de Vendée 22 S-2 « Action scolaire 1956 ».
  • 89 Poucet B. (dir.), La loi Debré. Les paradoxes de l’État éducateur, Amiens, CRDP, 2001, 275 p.
  • 90 Bougeard C., op. cit., p. 237.

55On remarquera, dans l’intervalle, que l’épiscopat ne lança en 1956 aucune mobilisation contre le Front républicain, pourtant un temps fort remonté contre la loi Barangé. L’obéissance à Rome en grande négociation concordataire avec Guy Mollet87 fut cette fois-ci parfaite. La rupture avec 1950 est notable, puisque le CALS – qui s’était encore renforcé –, les APEL et la FNAC retinrent in extremis leurs troupes en février et surtout en octobre-novembre 1956 (le 11 novembre, 200 000 manifestants étaient déjà convoqués à Nantes88). La Loi Debré fut le dernier grand chapitre scolaire de cette génération d’évêques qui avait failli lancer une campagne d’envergure en 1958, avant d’être retenue par les événements de mai. Si l’épiscopat fut profondément divisé, tourmenté par la préparation et surtout la réception de cette loi complexe89, dans une histoire qui reste encore à écrire, notamment autour de l’inévitable couple Cazaux-Roques, il n’en obtenait pas moins la solution d’envergure pour la survie de son système scolaire qu’il appelait de ses vœux. Finalement, le président de la commission épiscopale de l’enseignement n’avait pas eu à compter sur « ses » républicains populaires : puisqu’après le catholique « Bleu » UDSR de Bretagne Pleven en 1951, respectueux de la liberté de l’enseignement90 à l’image désormais de la majorité de l’opinion française, Roques bénéficia de la sol-

Notes

1 Celle-ci est jugée malencontreuse par le père Chaillet : « École publique et école privée. Un débat malheureux », TC du 6 avril 1945.

2 Cette position fut encore exprimée par le père Philippe dans son discours à la tribune de l’Assemblée, le 28 mars 1945 (DC, 24 juin 1945).

3 Semaine religieuse du diocèse de Limoges, 23 mars 1945.

4 Ibid.

5 Lire son témoignage capital sur la période : De Gaulle, la Libération et l’Église catholique, Paris, Cerf, 1978, 146 p.

6 L’archevêque en attendait un retentissement comparable au « toast d’Alger », selon les confidences de l’ancien maire de Rennes à M. Lagrée (Le diocèse de Rennes..., op. cit., p. 233).

7 Semaine religieuse du diocèse de Rennes du 7 avril 194 5.

8 Ibid, 28 juillet 1945.

9 Semaine religieuse du diocèse de Valence, 4 août 1945.

10 ADC 1B 1945 « ACA novembre 1945 », lettre du 11 août 1945.

11 ADC 1B 1945, lettre à Chollet du 24 août 1945.

12 Le Moigne F., « 1945-1950 : les manifestations du militantisme scolaire catholique de l’Ouest », Waché B. (dir.), Militants catholiques de l’Ouest,, PUR, 2004, p. 199-211.

13 Masson C„ op. cit., p. 368.

14 Marais J.-L., Histoire des diocèses de France, Lebrun F. (dir.), t. 13. Le diocèse d’Angers, Beauchesne, 1981, p. 270.

15 Semaine religieuse du diocèse de Nantes, 6 octobre 1945.

16 La Question laïque..., op. cit., p. 200.

17 Lire Mgr Lefebvre (La Semaine religieuse du Berry, 9 mars 1946)

18 Marcel Launay a dénombré pas moins de 18 déclarations collectives de l’épiscopat consacrées à ce sujet entre 1945 et 1962 (L’Église et l’école xixe-xxe siècles, Desclée, 1988, p. 18).

19 Semaine catholique du diocèse de Luçon, 4 mai 1946.

20 Ibid., 22 juin 1946.

21 Lire un condisciple de Cazaux au Séminaire français de Rome, Mgr Martin dénonçant le développement de l’étatisme totalitaire, à propos de l’instauration de la sécurité sociale (Semaine religieuse du Puy, 7 février 1947).

22 Semaine religieuse du diocèse de Nantes, 29 juin 1946.

23 Fouilloux É., « Les forces religieuses », op. cit., p. 128.

24 Semaine religieuse du diocèse de Limoges, 9 novembre 1945.

25 Le Moigne F., « Cazaux, Roques, Villepelet : trois portraits politiques d’évêques de l’Ouest », Richard G. et Sainclivier J. (dir.), La Recomposition des droites à la Libération (1944-1948), Rennes, PUR, 2004, p. 343-353.

26 Archives diocésaines de Nantes 1 D 20, lettre du 22 décembre 1947.

27 Le Rassemblement d’Ille-et-Vilaine du 26 décembre 1948.

28 La Croix du 14 février 1948.

29 Guis F., L’enseignement catholique de Vendée au fil de l’histoire..., La Roche-sur-Yon, Siloë, 1999, p. 342.

30 Semaine catholique du diocèse de Luçon, samedi 19 juillet 1947.

31 Ibid.

32 Ollivier J.-P., Le général de Gaulle et la Bretagne, Brest, Le Télégramme, 2000, p. 64-65.

33 Semaine religieuse de Rennes du 29 novembre 1947.

34 Ibid., 5 janvier 1946.

35 Archives diocésaines de Luçon AA IX, allocution lors d’une bénédiction d’école, 28 décembre 1947.

36 Op. cit., p. 302.

37 Sainte Jeanne d’Arc, Marcus, 1945, 25 p.

38 Guyvarc’h D., « Les cinquante otages dans la mémoire nantaise », Bretagne et identités..., op. cit., p. 381-392.

39 Semaine religieuse du diocèse de Nantes, 30 octobre 1948.

40 Citée par Guyvarc’h D„ op. cit., p. 389.

41 Aujard R., Le général de Gaulle en Vendée, Fontenay-Le-Comte, Impr. Bichon, 1993, p. 43.

42 Semaine religieuse du diocèse d’Angers, 17 octobre 1948.

43 Tel est le titre de la déclaration de Cazaux reprise dans plusieurs Semaines religieuses réceptives, dont celle de Vannes du 18 septembre 1948.

44 ADLA 161 W 382 « Enseignement libre »., rapport des RG du 30 juin 1948.

45 Le Baron fut nommé en compensation, la même année, prélat de Sa Sainteté. Pour la même raison, le chanoine nantais Pihour pressenti pour l’évêché de Versailles en 1952 a été refusé par le gouvernement (je remercie É. Fouilloux et Y. Tranvouez pour ces informations).

46 Semaine religieuse du diocèse de Valence, 6 mai 1950.

47 Archives de la direction de l’Enseignement catholique de Vendée 22-S1 « Action scolaire », copie de la lettre du 9 octobre 1949.

48 AAR 1D132, lettre du 3 février 1950 adressée à Fauvel et Coupel absents de la réunion.

49 Archives diocésaines de Nantes, « Documents relatifs à la manifestation de Saint-Laurent-sur-Sèvre », lettre du 22 avril 1950.

50 ADLA 293 W 196, note des RG du 21 avril 1950.

51 ADLA 293 W 196, rapport du 25 mars 1950 du préfet aux ministres de l’intérieur et de l’Éducation nationale. À ce moment-là, le préfet pariait sur une manifestation à Nantes.

52 Archives diocésaines d’Angers 4K2 « Action catholique », lettre de J. Bouyer au comité diocésain de l’Union des catholiques de l’Anjou du 3 avril 1950.

53 AAR 1D 132, lettre du 30 mars 1950.

54 Exemple du député RPF du Maine-et-Loire, de Geoffre (Archives diocésaines de Nantes, « Documents... », lettre du 27 avril 1950).

55 Semaine religieuse de Quimper et Léon, 28 avril 1950.

56 Semaine religieuse du diocèse de Rennes du 29 avril 1950.

57 Ouest-France du 24 avril 1950.

58 Notamment Le Monde du 25 avril titrant « Solennel avertissement des partisans de l’enseignement libre » ; La Croix, Le Figaro, L’Aube, L’Époque, Le Populaire, France-Soir, Paris-Presse, Libération, Franc-Tireur relatèrent cet événement.

59 Archives de la direction de l’enseignement catholique de Vendée 22 S-2, lettre du 30 avril 1950. Toutes les autres lettres citées proviennent de cette source.

60 La Vie diocésaine de Rouen, 5 mai 1950.

61 Semaine catholique du diocèse de Luçon, 27 mai 1950.

62 Ibid., 12 mai 1950.

63 Respect de l’impôt qui est le respect du pouvoir, cf. Mt 22,16-21 ou Rm 13,1-7.

64 Archives diocésaines de Nantes, « M. Auriol chez les journalistes républicains » coupure de presse sans date.

65 Archives de la direction de l’Enseignement catholique de Vendée 22 S – 1. Les exigences de Tardini sont connues par la lettre du 16 juin 1950 que ce dernier a reçue des évêques de l’Ouest.

66 Semaine religieuse du diocèse de Lille, 11 juin 1950.

67 Archives de la direction de l’Enseignement catholique de Vendée 22 S – 1 « Action scolaire ».

68 Archives de la DEC de Vendée, lettre du 16 Juin des évêques de l’Ouest à Tardini.

69 ADLA 213 W 196 « 1948-1955 », note des RG du 27 juin 1950.

70 Semaine catholique du diocèse de Luçon, 1er juillet 1950.

71 ADLA 213 W 196, lettre au préfet du sous-préfet de Châteaubriant du 3 juin 1950.

72 AAR 1D132, lettre du 26 juin 1950.

73 Archives diocésaines de Nantes, « Documents... ».

74 Semaine religieuse du diocèse d’Angers, dimanche 23 juillet 1950.

75 Bougeard C., René Pleven. Un Français libre en politique. Rennes, PUR, 1994, p. 201.

76 Archives diocésaines de Nantes, lettre du 16 août.

77 ADLA 213 W 196, note d’information des RG du 2 août 1950.

78 Le Monde et bien sûr L’Aube (numéro du 26 août) répercutèrent l’information immédiatement. La Semaine catholique du diocèse de Luçon l’annonça le 26 août 1950.

79 Archives diocésaines de Nantes, « Documents… »

80 Pour la liberté scolaire (1940-1960), Luçon, Imprimerie Pacteau, 1964, p. 93.

81 ADLA 213 W 196, note des RG du 30 août 1950.

82 Semaine religieuse du diocèse d’Angers, 8 octobre 1950, p. 476-477.

83 Ibid., 22 octobre 1950, n° 39, p. 495.

84 CNAEF, compte rendu de la séance du 28 février 1951.

85 AAR 1D 132, duplicata de la lettre du 19 février 1951.

86 Archives de la direction de l’Enseignement catholique de Vendée 22 S 2.

87 Mayeur J.-M., « Guy Mollet, l’Église, l’École », Guy Mollet, un camarade en République, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1987, p. 407-411 ; et Lecourt R., Entre l’Église et l’État, Concorde sans Concordat 1952-1957, Hachette, 1978, 187 p.

88 Archives de la DEC de Vendée 22 S-2 « Action scolaire 1956 ».

89 Poucet B. (dir.), La loi Debré. Les paradoxes de l’État éducateur, Amiens, CRDP, 2001, 275 p.

90 Bougeard C., op. cit., p. 237.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540