Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Deuxième partie. Contrepoints : éclairages étrangers et régionaux

De la SFIO au nouveau PS : quelques cas « Rhônalpins » (Drôme, Loire, Rhône)

Gilles Vergnon

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

1Le processus de refondation du parti socialiste s'étale sur près de dix ans, de la création de la FGDS en 1965 aux Assises du socialisme de 1974, qui voient l'adhésion du principal segment du PSU et en marquent le point final. C'est aussi, voire surtout selon les endroits, un processus d'unification de socialistes dispersés depuis le début des années 1960 dans plusieurs formations politiques, partis et clubs.

  • 1 Parmi les principales études : Jacques Moreau, « Le congrès d'Épinay-sur-Seine du PS », Vingtième (...)

2Ce processus n'a pas encore donné lieu à un vrai travail de synthèse, même si quelques études spécifiées ou les synthèses générales sur l'histoire du socialisme proposent des pistes interprétatives1. Ces dix ans, particulièrement les années 1968-1970, restent encore globalement les « années obscures » de l'histoire du socialisme français.

  • 2 Pour Frédéric Sawicki, les « monographies exemplifiantes » examinent l'histoire locale comme un «  (...)
  • 3 Nous avons choisi ces trois fédérations, pour avoir particulièrement étudié deux d'entre elles (Dr (...)
  • 4 Frédéric Sawicki, Les réseaux du parti socialiste. Sociologie d'un milieu partisan, Paris, Belin, (...)

3Du coup, ce travail, plutôt que de chercher, ce qui est le propre des monographies locales « exemplifiantes », à illustrer un modèle d'interprétation établi, ou à chercher les écarts locaux à ce modèle2, va tenter d'établir les étapes et les modalités de la transition de la SFIO au nouveau parti socialiste au travers de trois fédérations de l'actuelle région Rhône-Alpes, la Drôme, la Loire et le Rhône, dont on peut peut-être tirer des leçons d'ordre général3. Cette transition met en œuvre trois acteurs principaux – le parti socialiste SFIO devenu « nouveau Parti socialiste » au congrès d'Alfortville en mai 1969, la nébuleuse des clubs, dont la composition et le poids locaux sont très variables, et le PSU — auxquels il faut ajouter un acteur secondaire, mais parfois localement important, les radicaux. Chaque composante est elle-même traversée par des clivages internes et, surtout, s'appuie sur un « milieu partisan » plus ou moins épais4, matelas d'un éventuel réseau d'élus.

Remarques sur les « petites fédérations » des années 1960

  • 5 État des effectifs au 31 décembre 1968, tableau reproduit dans « Histoire du parti socialiste SFIO (...)
  • 6 Allier, Ariège, Aude, Haute-Garonne, Gironde, Hérault, Puy-de-Dôme, Haut-Rhin, Seine, Var, Haute-V (...)

4Le processus d'unification concerne ici trois fédérations qui sont incontestablement, comme l'ensemble des fédérations de la région Rhône-Alpes, faibles au regard du nombre de leurs adhérents : 500 adhérents dans la Drôme en décembre 1968, 600 dans le Rhône, 200 dans la Loire, mais aussi 600 dans l'Isère, 237 en Ardèche, 100 dans l'Ain, 175 en Savoie, 90 en Haute-Savoie5. Si l'on se livre à une pesée nationale, on constate qu'aux trois fédérations « poids lourds » (Bouches-du-Rhône, Nord et Pas-de-Calais) qui totalisent 33 700 adhérents, soit 41,2 % des effectifs du parti en 1968, et aux treize « grosses fédérations » de plus de 1 000 adhérents qui en représentent 26,26 %6, l'ensemble des seize pesant 67 % des adhérents s'oppose nettement aux 80 autres fédérations qui représentent toutes ensemble 27 480 adhérents, soit 33,66 % du parti, répartis sur l'essentiel du territoire métropolitain.

  • 7 François Lafon, « Des principes du mollétisme », dans Guy Mollet. Un camarade en République, Lille (...)
  • 8 Ennemond Thoral (1956-1958), seul député socialiste entre 1945 et 1978, est aussi le seul conseill (...)

5Du coup, les modélisations proposées nous paraissent mal s'appliquer à cet ensemble indifférencié. Des trois modèles distingués par François Lafon, celui de la fédération « à l'existence embryonnaire, autour d'un appareil soumis au centre national » semble le mieux concerner notre propos, d'autant qu'il prend comme exemple la Saône-et-Loire et ses quelques centaines d'adhérents (480 en 1954), chiffre comparable à celui des fédérations de la Drôme et de la Loire qui sont l'objet de cette étude7. Mais il est difficile d'assimiler, à effectifs égaux, la Loire, qui n'a aucun parlementaire depuis 1958 et un seul conseiller général de 1945 à 19668, et la Drôme où le contrôle du conseil général depuis 1945 (sauf parenthèse radicale de 1951 à 1956), base du « système Pic », s'accompagne d'une présence constante au

  • 9 Maurice Pic (1958-1962, 1962-1967, 1967-1968, 1968-1973), Georges Fillioud (1967-1968).
  • 10 Le troisième modèle fédéral proposé par François Lafon, celui des « grosses fédérations » type Nor (...)

6Parlement9. Quant à la fédération du Rhône, qui s'appuie sur la mairie de Villeurbanne, elle semble relever du second modèle, celui de la fédération structurée autour de noyaux locaux, mais peut-on l'inclure dans le même ensemble que la Seine ou l'Allier, qui alignent de tout autres effectifs10 ? La multiplication des études locales et le travail prosopographique réalisé pour la préparation de la dernière série du Maitron (1940-1968) devraient permettre de produire de nouvelles typologies, qui prennent en compte le poids et le type d'élus locaux et la diversité des milieux partisans. Quoi qu'il en soit, l'inégalité des forces locales pèse évidemment de tout son poids dans les différentes modalités de la transition.

SFIO, clubs et FGDS (1965-1967)

7Dans les années 1960, la fédération de la Drôme est, comme les autres, caractérisée par sa faiblesse numérique et une vie interne étriquée, même si elle conserve un journal fédéral, La Volonté socialiste, dont le contenu est assuré par les annonceurs locaux et la reprise d'articles nationaux.

  • 11 Prudent Ageron au Grand-Serre (élu de 1945 à 1970), Maurice Bompard à Chatillon-en-Diois (1945-197 (...)

8Son poids politique passe par le contrôle du conseil général, surtout depuis 1956, date à laquelle Maurice Pic en devient le président, jusqu'en 1985. Le système Pic est fondé sur la mobilisation constante d'un premier cercle de conseillers généraux SFIO, tous bien dotés en capital politique11, auquel s'ajoute la présidence (1950-1989) de l'Association des maires du département. Il verrouille ainsi l'ensemble de la gauche non communiste locale, intègre dans son deuxième cercle élus radicaux (en particulier Jean Perdrix, maire et conseiller général de Valence) et « divers gauche », voire MRP et modérés et s'affirme en contre-pouvoir face au préfet. Le « véritable patron du département », celui qui « fait trembler les préfets » comme on surnomme alors Maurice Pic, utilise son mandat de député pour mobiliser des ressources au profit de sa gestion locale, tel un « super conseiller général », sans être très présent politiquement sur la scène nationale.

  • 12 Notre notice le concernant est à paraître dans le DBMOMS.
  • 13 Lettre d'E. Cazelles à M. Pic, 3 octobre 1966, Fondation Jean-Jaurès (FJJ), dossier Drôme ; entret (...)

9La constitution de la FGDS drômoise en juin 1966 procède de ce dispositif. Maurice Pic est vice-président et Maurice Amiot-Chanal (secrétaire fédéral SFIO) secrétaire, mais le président Henri Michel, propriétaire d'une importante cave coopérative viticole, adhérent en 1964 de la Convention des institutions républicaines (CIR), est depuis 1958 conseiller général de Saint-Paul-Trois-Châteaux sous la bannière de la « Défense des intérêts du Tricastin »12. Vite associé au système Pic, il est promu vice-président du conseil général en 1964. On conçoit qu'Ernest Cazelles confie à Pic n'avoir que « peu de problèmes » avec la FGDS de la Drôme et que Georges Fillioud ait parlé d'une CIR « virtuelle » dans le Sud du département13.

  • 14 Lettre d'Henri Michel à François Mitterrand, 9 janvier 1967, archives OURS, 2 APO 16.

10Ce dispositif permet d'enrayer la tentative d'implantation à Valence d'une personnalité d'envergure nationale, Gilles Martinet, dont la candidature au nom du PSU pour les législatives de mars 1967 avait pourtant été négociée au plan national avec la FGDS. Henri Michel écrit ainsi en janvier 1967 à François Mitterrand que, « sous aucun prétexte », la FGDS de la Drôme ne retirera la candidature du maire de Valence, Jean Perdrix, « même face à une personnalité comme Gilles Martinet ». Il insiste : « Je sens bien que s'il était passé outre notre désir, nous irions vers un éclatement de la fédération, et il ne me serait pas possible de continuer à assurer sa présidence14. » Gilles Martinet, candidat du seul PSU, arrive, avec 12,2 % des suffrages exprimés, en troisième position des candidats de gauche, derrière le candidat du PC (24,8 %) et Jean Perdrix (14,4 %). Au second tour, le candidat gaulliste Roger Ribadeau-Dumas est élu.

  • 15 Notice biographique parue dans le DBMOMS, tome 2.
  • 16 Lettre de Louis Bonhomme à Guy Mollet, 6 octobre 1967, FJJ, dossier Drôme. Dans sa réponse du 16 o (...)

11En revanche, le même dispositif ne permet pas de parer l'arrivée du conventionnel Georges Fillioud à Romans, point de départ d'un cycle d'implantation étalé sur dix ans et couronné par son élection à la mairie en 1977. À l'automne 1966 celui-ci, qui souhaite, avec l'encouragement de François Mitterrand, se présenter en 1967 dans sa région d'origine, est en quête d'une circonscription « vacante », ce qui est le cas à Vienne (Isère) et à Romans. Louis Mermaz, plus ancien dans le mouvement, choisit Vienne. Il est donc, après quelques hésitations et le renoncement de Pierre Joxe, initialement pressenti, « parachuté » à Romans, où il est bien accueilli par Louis Bonhomme, journaliste dans la presse locale et secrétaire de la petite section SFIO de la commune. Ce dernier, vieil opposant à la CED, puis à la politique algérienne de Guy Mollet est d'autant plus motivé pour jouer l'indispensable rôle de « passeur » qu'il est en vif conflit avec Maurice Pic à propos de son mode de gestion du département15. Il écrit à Guy Mollet en octobre 1967 pour lui annoncer que les militants socialistes du nord de la Drôme, indignés de l'élection d'un élu de droite comme président de la commission départementale, sont « décidés à quitter le parti » pour « en finir avec de telles mœurs politiques16 ». L'attelage de Bonhomme et Fillioud, du « passeur » et du « parachutiste », permet d'amorcer une implantation dans le nord du département.

  • 17 État des effectifs de la fédération du Rhône, OURS.
  • 18 PSU Flash, 12, juillet 1967, archives départementales de la Drôme (ADD) 125J Fonds André Didier.
  • 19 Paul Jordery est maire d'Oullins de 1947 à 1977, succédant à son père Claude Jordery, mort en dépo (...)
  • 20 Questionnaire aux fédérations, 1970, FJJ, dossier Rhône. Selon les réponses au questionnaire, le P (...)
  • 21 Voir l'exposé général sur la vie politique lyonnaise après 1945 de Jacques Prévosto, « D'Édouard H (...)

12Dans le Rhône, la fédération SFIO, qui stagne en dessous de 1 000 adhérents depuis 1950, connaît son étiage de 1964 à 1966 avec moins de 500 adhérents (490 en 1964 et 1966, 450 en 1965), avant d'enregistrer une légère remontée en 1967 et 1968 (600 feuillets décomptés)17. Avec 565 adhérents en 1967, le PSU, qui publie à compter de 1965 le mensuel Front socialiste, fait presque jeu égal avec elle18. La fédération socialiste est de plus particulièrement dépourvue en ressources électives : pas de député depuis le mandat d'Étienne Gagnaire (1956-1958), peu d'élus locaux et comme seuls points forts les mairies d'Oullins, depuis 1947, et de Villeurbanne, dont Étienne Gagnaire est en charge depuis 195419. Les réponses fournies au questionnaire national de 1970 adressé aux fédérations sont significatives : aucun permanent, des relations « épisodiques » avec le PC et la CGT, « facultatives » avec FO, « de temps en temps » [sic] avec la CFDT20. La gauche lyonnaise est encore dominée sur le terrain des élus par le dernier filon du radicalisme, qui aligne encore en 1970 25 maires et six conseillers généraux autour d'Auguste Pinton, figure de la Résistance, ancien sénateur (1946-1959) et successeur manqué d'Édouard Herriot à sa mort en 1957. Les socialistes, alliés à un tronçon des radicaux (la plupart des autres suivant Louis Pradel) aux élections municipales de mars 1959, obtiennent 6,10 % des suffrages et trois élus21 : Auguste Pinton et deux socialistes, Marius Donjon et Florimond Gisclon. En mars 1965, c'est encore avec les radicaux, cette fois réunis, qu'ils s'intègrent aux listes PRADEL (Pour la réalisation active des espérances lyonnaises), ce qui permet à Gisclon de conserver son poste d'adjoint.

  • 22 Notice biographique par Jean Lorcin, DBMOMS, tome 2. Nous remercions Jean Lorcin de nous l'avoir c (...)
  • 23 Janine Mossuz, Les clubs et la politique en France, op. cit.
  • 24 La décision est prise par 76 % des présents à l'issue d'une assemblée générale le 19 janvier 1966, (...)
  • 25 Lettre d'Auguste Pinton à Charles Hernu, 11 mars 1966, OURS, dossier FGDS Rhône.

13Sur un autre plan, la nébuleuse des clubs est dominée par le cercle Tocqueville, fondé le 15 mai 1958 par l'avocat Claude Bernardin, avec 400 adhérents et un fichier régional de 2 000 noms22. Davantage « société de pensée » que « cercle de combat politique », pour reprendre la distinction classique de Janine Mossuz23, il participe aux Assises de Vichy du printemps 1964 qui regroupent les clubs de la première mouvance (Citoyens 60, Club Jean Moulin, etc.). D'abord méfiant envers François Mitterrand, le cercle s'engage derrière lui aux élections présidentielles et adhère en janvier 1966 à la FGDS avec l'Union des clubs pour le renouveau de la Gauche (UCRG)24. Il n'est pas pour autant représenté dans ses instances départementales, alors même qu'il représente, selon Auguste Pinton, « le plus important ou plus exactement le moins faible des éléments constitutifs de la fédération25 » et que la CIR locale s'appuie plutôt sur des réseaux issus de l'UDSR.

  • 26 Ibidem.
  • 27 Son exclusion préalable de la FGDS est demandée par les « jeunes de la FGDS » qui lui reprochent e (...)

14La FGDS du Rhône est présidée par Étienne Gagnaire, flanqué du conventionnel François de Grossouvre et du radical Auguste Pinton, trésorier national de la FGDS, alors qu'au secrétariat le socialiste Robert Llung, lui-même secrétaire fédéral de la SFIO mais sans mandat électif, voisine avec le conventionnel (ex-radical) André Soulier et l'UDSR Mercier26. Logiquement, les socialistes ne sont que deux (Gisclon et Gagnaire) sur les neuf candidats présentés par la FGDS en mars 1967, et les deux seuls élus sont le conventionnel Georges Vinson, maire de Tarare, et le radical Joseph Roselli. De plus, Etienne Gagnaire, refusant de se désister pour le candidat communiste, est exclu de la SFIO qui perd ainsi son seul « bastion » municipal27.

  • 28 Romain Thoral, La SFIO dans la Loire..., op. cit., p. 21 et suiv.
  • 29 Ibidem, p. 47, 63-64.
  • 30 Ibidem, p. 64-65.
  • 31 Entretien avec Pierre Chopelin, Romain Thoral, Les refondations..., op. cit., p. 79-80.
  • 32 Ibidem, p. 64.
  • 33 Selon les Renseignements généraux, le Club Jean Moulin de Roanne regroupe, à côté des minoritaires (...)

15Dans la Loire, la fédération, encore plus faible (200 adhérents en 1968), est presque dépourvue d'élus depuis la perte de la municipalité de Roanne en 1959 et la défaite d'Ennemond Thoral en 195828. Quelques noyaux survivent, appuyés sur les réseaux Force ouvrière et les amicales laïques, en partenariat étroit avec les radicaux, avec lesquels le partage des circonscriptions est systématique, en 1958 comme en 196229. Ce partenariat n'exclut pas la concurrence, comme on le voit lors de la création de la FGDS locale le 26 janvier 1966, où les socialistes s'emploient à marginaliser les clubs soutenus par les radicaux30. Présidée par Ennemond Thoral, la FGDS ligé-rienne semble déployer une faible activité. Elle ne présente en 1967 que deux candidats sur les sept circonscriptions du département (le PSU en présente trois), tous deux conventionnels, tous deux « parachutés » comme Charles Hernu et l'ancien député UDSR de Côte-d'Ivoire Joseph Perrin. À ce bas niveau d'activité, les relations d'interconnaissance ont un poids important et nourrissent des mouvements contradictoires de rapprochement et de fragmentation. Le socialiste Thoral, gendre d'un élu radical, est signalé comme participant à la quatrième session de la CIR, à Lyon en mars 196631. Le « cercle d'études socialistes », club fondé par le PSU à Saint-Étienne (1966) et Roanne (1968), accueille des conventionnels et des cas de « double appartenance » PSU/CIR sont signalés, permettant aux conventionnels d'accroître leur représentation dans la fédération32. À l'inverse, la minorité de la section socialiste de Roanne quitte la SFIO en 1967 pour protester contre l'alliance avec PC et PSU réalisée aux élections municipales de 1965, et adhère à la Convention, puis crée un club Jean Moulin33.

La transition vers le parti socialiste (1969-1974)

  • 34 Archives de la fédération de la Drôme du PS.
  • 35 Aucun représentant de la Drôme (ni de la Loire) n'est signalé à la « réunion nationale du groupe p (...)
  • 36 Sont présentes au congrès de Montélimar les huit sections du Sud du département, les trois du Cent (...)
  • 37 VS, 6 décembre 1969.

16Dans la Drôme, le « nouveau parti socialiste » (NPS) fondé le 3 mai 1969 intègre les représentants locaux de la CIR, dont Henri Michel, mais aussi une nouvelle génération représentée par Lucien Dupuy, Étienne-Jean Lapassat, Pierre Travail. Le congrès a été préparé par trois collectifs départementaux associant les deux composantes et une carte du « nouveau PS » est éditée34. Le refus annoncé des conventionnels de participer à la seconde session d'Issy-les-Moulineaux, les 11-13 juillet 1969, provoque une rupture du processus, mais incomplète puisque certains conventionnels, comme Henri Michel, participent néanmoins au congrès départemental de Montélimar le 5 juillet35. La coupure politique recoupe une coupure géographique, installée depuis l'arrivée de Georges Fillioud : le Nord du département ne participe pas au congrès d'Issy-les-Moulineaux36. En octobre 1969 Georges Fillioud et ses amis démissionnent officiellement de la commission exécutive du NPS37.

17Deux courants de taille comparable cheminent parallèlement pendant deux ans :

  • Un NPS issu de la SFIO mais rajeuni et renforcé (il passe de 500 à 700 adhérents de 1968 à 1969) de transfuges de la CIR, implanté au sud et au centre du département avec seize sections. Une enquête statistique interne témoigne d'un rajeunissement relatif (23 % des adhérents ont moins de quarante ans) mais d'une composition sociologique qui prolonge celle de nombre de fédérations provinciales de la SFIO : peu d'enseignants (8 %), de cadres (7 %) et d'ouvriers (5 %) en proportion des agriculteurs (21 %), des employés (19 %), artisans/ commerçants (12 %) et retraités (15 %)38.
  • Des conventionnels, implantés dans le Nord de la Drôme, qui ont créé une structure plus large autour d'un journal mensuel, Drôme demain, publié en février 1967 pour soutenir la candidature de Georges Fillioud. Vingt-cinq Drômois participent ainsi aux dernières assises de la Convention le 16 mai 1971 à Vienne39.
  • 40 Documents sur le GEAM, Fonds André Didier, ADD 125 J 34.
  • 41 Le Dauphiné libéré, 6 juin 1971.
  • 42 Procès-verbal de la rencontre entre des représentants du PS et du PSU, 4 octobre 1971, ADD, fonds (...)

18Entre les deux, une zone de contact, le Groupe d'études et d'action municipales (GEAM) créé publiquement en février 1970 à Valence par « un groupe d'hommes et de femmes qui travaillent à titre individuel40 ». Les 22 participants à la réunion préparatoire, le 13 novembre 1969, sont issus du NPS comme le principal initiateur, Rodolphe Pesce, jeune enseignant et syndicaliste, de la SFIO (René Labrégère), du PSU (Robert Allemand, André Didier, Edouard Coulaud) ou de la Convention. C'est autour du GEAM qui prend, avec l'accord des trois organisations, le nom de « Valence renouveau », que se constitue, sous le même nom, une « liste d'entente socialiste » pour les élections municipales de 1971 conduite par René Labrégère, alors qu'à Romans Georges Fillioud conduit une liste commune PS/CIR/PC. C'est dans le prolongement du scrutin que se tient le 6 juin 1971 le congrès départemental préparatoire à Epinay. L'essentiel des mandats issus de la CIR se porte sur la motion Louis Mermaz (542 mandats, dont 415 CIR), alors que les mandats détenus par le NPS se partagent entre les motions défendues par Alain Savary (445 mandats, dont 400 PS), Pierre Mauroy (166, dont 151), Jean Poperen (109 mandats, dont 108)41. Seule la motion du CERES reçoit un soutien de mandats issus des deux composantes (35 CIR et 43 PS). En toute logique, c'est Rodolphe Pesce, issu du NPS, qui devient secrétaire fédéral, à la tête d'une « nouvelle équipe » qui entend mener simultanément « luttes sociales et lutte électorale42 ».

  • 43 Drôme demain-La Volonté socialiste (DDVS), 25 septembre 1971.
  • 44 Ils font précéder leur adhésion de la publication d'une brochure Le Socialisme pour aujourd'hui, é (...)
  • 45 DDVS, 17 octobre 1974.

19En septembre, La Volonté socialiste et Drôme demain fusionnent dans un hebdomadaire unique qui entend associer les « 38 ans d'expérience » de la première et « l'équipe jeune et dynamique » du second43. Le processus s'achève par l'adhésion en juin 1972 d'une forte composante du PSU local (Jean-Louis Bardet, André Didier, Charles Lanthaume), en accord avec la démarche de Gilles Martinet et d'autres figures nationales du PSU (Claude Bourdet, Jean Monnier, Jean Rous)44. Du coup, en 1974, les Assises du socialisme n'enregistrent guère que l'adhésion du dernier tronçon du PSU45 : l'essentiel était déjà accompli.

20Dans la Loire, ce n'est pas autour d'Épinay, mais autour des Assises que s'effectue ce qui est moins l'unification que la refondation d'une fédération. Des militants issus de la CFDT et du cercle Tocqueville, comme l'enseignant Pierre Chopelin, délégué au congrès d'Issy-les-Moulineaux, rejoignent dès 1969 le NPS, où les anciens SFIO restent largement majoritaires jusqu'en 1974. Jean Vincent, secrétaire fédéral de la SFIO depuis 1965, reste en fonctions jusqu'en 1971, avant de reprendre un nouveau mandat de 1973 à 1975. Le vote final des délégués ligériens à Épinay est significatif : 109 mandats se portent sur le texte d'Alain Savary et 112 pour l'abstention, aucun sur François Mitterrand. Les effectifs doublent de 1969 à 1971 mais restent à un niveau exceptionnellement faible (200) pour un département urbanisé, peuplé de près d'un million d'habitants.

  • 46 Romain Thoral, Les refondations..., op. cit., p. 58.
  • 47 « Déclaration des démissionnaires », La Tribune/Le Progrès, 27 janvier 1975, cité par Romain Thora (...)
  • 48 Ibidem, p. 99.

21À l'issue des Assises, la fédération voit l'entrée de 560 nouveaux adhérents issus du PSU et de la « troisième composante », qui l'emportent largement sur les socialistes « aborigènes » du PS46. Refusant d'être « noyés dans l'eau bénite », les « poissons rouges », cinq responsables, dont Claudius Volle, ancien secrétaire fédéral de la SFIO (1955-1965) et Michel Grossmann, bientôt rejoints par une trentaine d'autres, quittent le PS pour le Mouvement des radicaux de gauche (MRG). Ils ne remettent en cause ni l'Union de la gauche ni le programme commun, mais « l'OPA tentée de l'intérieur47 » par de nouveaux militants qui les dépossèdent de leur parti. Dans la Loire, les nouveaux venus soutiennent en effet massivement la motion du CERES au congrès de Pau, majoritaire avec 60 % des mandats. Le choix du « repli » sur le MRG provoque en rebond une crise similaire en son sein, les « radicaux historiques » craignant d'être submergés par les « transfuges du PS48 ». Pendant un temps, deux bureaux concurrents entendent diriger la fédération, la direction nationale soutenant les radicaux « historiques ».

  • 49 « Après Alfortville », En Bref, 185, 8 mai 1969, cité par Lionel Julliand, op. cit.
  • 50 Documents Jean Lorcin.
  • 51 Ces listes obtiennent à Lyon 25,55 % des suffrages exprimés, mais aucun élu.
  • 52 340 adhérents pour le NPS, 260 pour la CIR et 550 pour « Sauvegarde et Progrès » selon les chiffre (...)
  • 53 « MM. Vinson, Soulier et Bernardin conduiront la délégation du Rhône au congrès socialiste d'Épina (...)

22Quant au Rhône, c'est autour du congrès d'Alfortville que se joue la refondation, avec l'adhésion du cercle Tocqueville au nouveau parti socialiste décidée en janvier 1969 « pour combattre la SFIO et non pour cautionner sa politique ». En Bref, le bulletin du cercle, écrit que « la SFIO doit cesser de coloniser un parti dont la constitution ne pourra se faire que si un certain nombre de ses leaders se retirent49 ». C'est Claude Bernardin qui préside la première séance du congrès d'Alfortville et c'est un militant issu du cercle, Etienne Matray, qui est promu secrétaire fédéral du NPS50. Le scrutin municipal de mars 1971 marque, là aussi, une étape importante du rapprochement avec la présentation à Lyon d'une « Liste d'union de la gauche pour une gestion sociale, démocratique et moderne » associant communistes, socialistes, conventionnels et radicaux51. Les anciens du cercle Tocqueville jouent un rôle majeur dans ce rapprochement. Entre-temps, certains conventionnels, autour de Georges Vinson et André Soulier, ont suscité un club local, « Sauvegarde et Progrès », implanté à Tarare et dans le Beaujolais qui, bien qu'affilié à la CIR, est représenté comme tel au congrès départemental de Villé-les-Morgon, préparatoire à Epinay, le 6 juin 1971, où il représente la principale composante52. La délégation du Rhône à Epinay associe donc cinq représentants du NPS, dont Bernardin et Matray, cinq conventionnels (dont André Vianès et Franck Sérusclat), cinq représentants de « Sauvegarde et Progrès », autour de Vinson et Soulier, et un délégué représentant les « inorganisés »53.

Une datation et une qualification du processus à différencier

23À l'évidence, la transition de la SFIO au parti de François Mitterrand s'organise autour de dates-clés qui diffèrent d'un département à l'autre. Dans la Drôme, le curseur doit s'arrêter sur l'année 1971 qui conclut un processus enclenché en 1967 avec l'implantation de Georges Fillioud. Dans la Loire, c'est en 1974 que se déroulent les événements décisifs, avec un processus beaucoup moins net et un « facteur PSU » plus important. Dans le Rhône, la transition distingue les années 1969, avec l'adhésion du cercle Tocqueville, et 1971, avec l'arrivée d'une forte composante conventionnelle issue de l'UDSR et du radicalisme.

24De la même manière, le processus doit être qualifié de manière différente. Dans la Drôme, il s'agit de l'unification entre deux courants, avec un important apport initial d'élus de la SFIO, suivi par leur relève rapide entre 1973 et 1977, permise par leur retraite politique ou leur disparition physique. Dans la Loire et le Rhône, il s'agit bien davantage d'une refondation où l'apport d'éléments extérieurs (clubs dans le Rhône, PSU et « troisième composante » dans la Loire) l'emporte sur un maigre fonds SFIO. Le PS d'Épinay s'implante dans le Rhône avec l'ex-communiste, PSU puis clubiste Jean Poperen, maire de Meyzieu en 1971 et député en 1973, et Charles Hernu, maire de Villeurbanne en 1977, député en 1978.

  • 54 Jacques Prévosto, art. cit.

25La fédération lyonnaise, faible en effectifs, reste longtemps un « bastion » des fidèles de François Mitterrand54.

  • 55 Voir notre notice à paraître dans le DBMOMS.
  • 56 Voir à ce propos Jean-Marc Binot, « Le MDSF, une histoire de socialistes en rupture de ban », Rech (...)

26Enfin, on peut constater, à la différence du cas de la Loire-Atlantique évoquée par Jean Guiffan dans ce colloque, la rareté des « sorties à droite » du processus. On ne peut guère signaler que Lucien Junillon dans la Drôme et Étienne Gagnaire dans le Rhône. Le premier, militant depuis 1932, ancien conseiller de l'Union française et suppléant du sénateur Marius Moutet, rejoint en 1966 les gaullistes de gauche du « Front travailliste ». Il dit ne pas « renier l'idéal socialiste », mais n'avoir pas « milité pendant 34 ans pour servir finalement les projets de M. Mitterrand, voire ceux de M. Lecanuet dans lesquels le socialisme tient une petite place d'opportunité », préférant « servir ceux du général de Gaulle » pour lequel il éprouvait un « attachement sentimental55 ». Le second, exclu en 1967 de la SFIO, nommé en 1969 vice-président de la Communauté urbaine de Lyon, réélu maire de Villeurbanne en 1971 et député en 1973, est un des cofondateurs avec Max Lejeune, du Mouvement démocrate socialiste de France (MDSF) en décembre 197356. En 1977 enfin, l'ex-conventionnel, puis socialiste André Soulier rallie le centrisme lyonnais sur les listes « pradeliennes » de Francisque Collomb.

  • 57 Louis Mexandeau, Histoire du parti socialiste, op. cit., p. 384.
  • 58 Voir notre article « Entre guerre, Résistance et Libération : réflexions sur des fédérations socia (...)

27Globalement, on ne peut que tomber d'accord avec Louis Mexandeau qui parle d'un « parti renouvelé plutôt que d'un parti nouveau57 » mais l'apport d'une microhistoire permet d'apporter des précisions importantes sur les caractéristiques variables de ce renouvellement, qui s'inscrit lui-même dans une histoire plus longue où pèsent jusqu'aux années 1970 les conséquences de choix opérés pendant la Seconde Guerre mondiale58. Comme d'autres objets historiographiques, l'histoire du parti socialiste doit intégrer les différences d'échelle et la longue durée.

Notas

1 Parmi les principales études : Jacques Moreau, « Le congrès d'Épinay-sur-Seine du PS », Vingtième Siècle, 65, janvier-mars 2000, p. 81-96 ; Janine Mossuz, Les clubs et la politique en France, Paris, Armand Colin, 1970 ; Pierre Serne, Le parti socialiste 1965-1971, Paris, Bruno Leprince, « Encyclopédie du socialisme », 2003. Pour les synthèses, nous nous appuyons sur Alain Bergounioux et Gérard Grunberg, Le long remords du pouvoir. Le parti socialiste français 1905-1991, Paris, Fayard, 1991, ouvrage entièrement refondu en 2005 sous un nouveau titre L'ambition et le remords. Les socialistes français et le pouvoir (1905-2005), Paris, Fayard, 2005 et Louis Mexandeau, Histoire du parti socialiste, Paris, Tallandier, 2005.

2 Pour Frédéric Sawicki, les « monographies exemplifiantes » examinent l'histoire locale comme un « modèle réduit » d'une histoire politique nationale scandée par les congrès et les élections, « L'apport des monographies à l'étude du socialisme français », dans Jacques Girault (dir.), L'implantation du socialisme en France au xxe siècle. Partis, réseaux, mobilisation, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 23-33.

3 Nous avons choisi ces trois fédérations, pour avoir particulièrement étudié deux d'entre elles (Drôme et Rhône) et pour disposer, pour la fédération ligérienne, de travaux d'un étudiant réalisés sous notre direction : Romain Thoral, La SFIO dans la Loire, de la fin de la Seconde Guerre mondiale à la fondation de la FGDS, mémoire IEP, Lyon, 2004 et Les refondations du parti socialiste dans la Loire (1965-1975), Master de recherche, université Lumière Lyon II, 2005.

4 Frédéric Sawicki, Les réseaux du parti socialiste. Sociologie d'un milieu partisan, Paris, Belin, 1997.

5 État des effectifs au 31 décembre 1968, tableau reproduit dans « Histoire du parti socialiste SFIO. 37e partie. Avril 1967-mai 1969 », Cahier & Revue de l'OURS, 201, septembre-octobre 1991, p. 7.

6 Allier, Ariège, Aude, Haute-Garonne, Gironde, Hérault, Puy-de-Dôme, Haut-Rhin, Seine, Var, Haute-Vienne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis (ibidem).

7 François Lafon, « Des principes du mollétisme », dans Guy Mollet. Un camarade en République, Lille, Presses universitaires de Lille, 1987, p. 68-70.

8 Ennemond Thoral (1956-1958), seul député socialiste entre 1945 et 1978, est aussi le seul conseiller général de 1945 à 1966 dans la Loire.

9 Maurice Pic (1958-1962, 1962-1967, 1967-1968, 1968-1973), Georges Fillioud (1967-1968).

10 Le troisième modèle fédéral proposé par François Lafon, celui des « grosses fédérations » type Nord ou Bouches-du-Rhône, ne concerne pas notre propos.

11 Prudent Ageron au Grand-Serre (élu de 1945 à 1970), Maurice Bompard à Chatillon-en-Diois (1945-1973), Louis Clemencin à Loriol (1945-1964), Auguste Delaye à Saint-Vallier (1958-1976), R. Jouve à Buis-les-Baronnies (1955-1976), Pierre Jullien à Nyons (1947-1973), Louis Nal à Luc-en-Diois (1955-1974), Maurice Vérillon à Die (1949-1979), sans oublier Maurice Pic lui-même, élu à Montélimar de 1945 à 1985. Presque tous feront l'objet d'une notice dans le Nouveau Maitron, Dictionnaire biographique. Mouvement ouvrier. Mouvement social (DBMOMS), Éditions de l'Atelier, 3 volumes parus. La plupart d'entre eux s'appuient sur des réseaux ruraux : présidence de la société de chasse de la Drôme (Pierre Jullien), offices de tourisme, syndicalisme agricole (Maurice Bompard à la Libération).

12 Notre notice le concernant est à paraître dans le DBMOMS.

13 Lettre d'E. Cazelles à M. Pic, 3 octobre 1966, Fondation Jean-Jaurès (FJJ), dossier Drôme ; entretien avec Georges Fillioud, avril 2002.

14 Lettre d'Henri Michel à François Mitterrand, 9 janvier 1967, archives OURS, 2 APO 16.

15 Notice biographique parue dans le DBMOMS, tome 2.

16 Lettre de Louis Bonhomme à Guy Mollet, 6 octobre 1967, FJJ, dossier Drôme. Dans sa réponse du 16 octobre, Ernest Cazelles rappelle que la décision prise a été « préalablement soumise au comité exécutif » de la FGDS drômoise, en clair à Maurice Pic...

17 État des effectifs de la fédération du Rhône, OURS.

18 PSU Flash, 12, juillet 1967, archives départementales de la Drôme (ADD) 125J Fonds André Didier.

19 Paul Jordery est maire d'Oullins de 1947 à 1977, succédant à son père Claude Jordery, mort en déportation. Étienne Gagnaire est aussi conseiller général de 1961 à 1967.

20 Questionnaire aux fédérations, 1970, FJJ, dossier Rhône. Selon les réponses au questionnaire, le PS décompte alors trois maires et deux conseillers généraux.

21 Voir l'exposé général sur la vie politique lyonnaise après 1945 de Jacques Prévosto, « D'Édouard Herriot à Michel Noir », dans Françoise Bayard et Pierre Cayez, Histoire de Lyon. Du 16e siècle à nos jours, Roanne, Horvath, 1990, p. 429-442.

22 Notice biographique par Jean Lorcin, DBMOMS, tome 2. Nous remercions Jean Lorcin de nous l'avoir communiquée avant parution, avec un important dossier documentaire sur le cercle Tocqueville. Voir aussi Lionel Julliand, A l'origine du parti socialiste : le cercle Tocqueville de Lyon et sa contribution à la constitution du nouveau parti socialiste, mémoire de séminaire, IEP de Lyon, 1980.

23 Janine Mossuz, Les clubs et la politique en France, op. cit.

24 La décision est prise par 76 % des présents à l'issue d'une assemblée générale le 19 janvier 1966, En Bref, 125, 28 janvier 1966 (document Jean Lorcin).

25 Lettre d'Auguste Pinton à Charles Hernu, 11 mars 1966, OURS, dossier FGDS Rhône.

26 Ibidem.

27 Son exclusion préalable de la FGDS est demandée par les « jeunes de la FGDS » qui lui reprochent en outre la composition de son comité de soutien, sa condamnation de la grève de la Rhodiaceta et... le recrutement de la section SFIO de Villeurbanne, composée « à 63 % » d'employés municipaux, lettre de H. Sage à Charles Hernu, mars 1967, OURS, ibidem.

28 Romain Thoral, La SFIO dans la Loire..., op. cit., p. 21 et suiv.

29 Ibidem, p. 47, 63-64.

30 Ibidem, p. 64-65.

31 Entretien avec Pierre Chopelin, Romain Thoral, Les refondations..., op. cit., p. 79-80.

32 Ibidem, p. 64.

33 Selon les Renseignements généraux, le Club Jean Moulin de Roanne regroupe, à côté des minoritaires SFIO, des syndicalistes de Force ouvrière et des « chrétiens de gauche », ibidem, p. 63-64.

34 Archives de la fédération de la Drôme du PS.

35 Aucun représentant de la Drôme (ni de la Loire) n'est signalé à la « réunion nationale du groupe permanent et des délégués départementaux de la CIR » le 28 juin 1969. C'est à cette réunion qu'il est officiellement proclamé que « la Convention n'ira pas à Issy-les-Moulineaux », FJJ, Fonds Claude Estier FP6/1.

36 Sont présentes au congrès de Montélimar les huit sections du Sud du département, les trois du Centre et seulement quatre sur huit du Nord, et sont absentes les grosses sections de Romans (143 adhérents revendiqués) et Saint-Uze (63), La Volonté socialiste (VS), 15 novembre 1969.

37 VS, 6 décembre 1969.

38 VS, 7 février 1970.

39 Drôme demain, 23, 1971.

40 Documents sur le GEAM, Fonds André Didier, ADD 125 J 34.

41 Le Dauphiné libéré, 6 juin 1971.

42 Procès-verbal de la rencontre entre des représentants du PS et du PSU, 4 octobre 1971, ADD, fonds André Didier, 125 J 62.

43 Drôme demain-La Volonté socialiste (DDVS), 25 septembre 1971.

44 Ils font précéder leur adhésion de la publication d'une brochure Le Socialisme pour aujourd'hui, élaborée les 23 et 24 octobre 1971 dans une réunion nationale, ADD 125 J 60.

45 DDVS, 17 octobre 1974.

46 Romain Thoral, Les refondations..., op. cit., p. 58.

47 « Déclaration des démissionnaires », La Tribune/Le Progrès, 27 janvier 1975, cité par Romain Thoral, ibidem, p. 93.

48 Ibidem, p. 99.

49 « Après Alfortville », En Bref, 185, 8 mai 1969, cité par Lionel Julliand, op. cit.

50 Documents Jean Lorcin.

51 Ces listes obtiennent à Lyon 25,55 % des suffrages exprimés, mais aucun élu.

52 340 adhérents pour le NPS, 260 pour la CIR et 550 pour « Sauvegarde et Progrès » selon les chiffres communiqués à la presse, Le Progrès, 4 juin 1971.

53 « MM. Vinson, Soulier et Bernardin conduiront la délégation du Rhône au congrès socialiste d'Épinay », ibidem, 7 juin 1971.

54 Jacques Prévosto, art. cit.

55 Voir notre notice à paraître dans le DBMOMS.

56 Voir à ce propos Jean-Marc Binot, « Le MDSF, une histoire de socialistes en rupture de ban », Recherche socialiste, 21, décembre 2002, p. 85-92.

57 Louis Mexandeau, Histoire du parti socialiste, op. cit., p. 384.

58 Voir notre article « Entre guerre, Résistance et Libération : réflexions sur des fédérations socialistes du Sud-Est », dans Christian Chevandier et Gilles Morin (dir.), André Philip socialiste, patriote, chrétien, Paris, ministère de l'Économie, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 2005, p. 141-150.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540