Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les évêques français de Verdun à Vatican II

 | 
Frédéric Le Moigne

Deuxième partie. Les « évêques de Pétain » (1940-1944)

Chapitre 7. L’autorité jusqu’au bout (novembre 1942-été 1944)

Texte intégral

  • 1 Semaine religieuse du Puy-en-Velay, 22 août 1941.
  • 2 Semaine religieuse du diocèse de Viviers, 18 décembre 1942.

1Jusqu’à l’occupation totale du pays en novembre 1942, il paraissait quelque peu artificiel de jeter un même regard sur l’ensemble de l’épiscopat. Cette étape réintroduisait les prélats de zone sud non pas véritablement dans la guerre – les événements de Syrie notamment ont montré qu’ils ne l’avaient pas oubliée – mais dans la réalité de la défaite et de son humiliation. Le discours hiérarchique témoignait de cette évolution. Avant la fin 1942, il pouvait encore s’inscrire dans cet entre-deux chronologique accompagnant la fiction de souveraineté de Vichy, à l’image de celui de Mgr Martin durant l’été 1941 : « Ce n’est pas encore un 15 août de Paix, mais ce n’est déjà plus un 15 août de guerre1 ». En décembre 1942, le constat avait changé et l’on découvre un jugement moins apaisé dans la détresse patriotique de l’évêque de Viviers, Mgr Couderc : « Un ciel lourd promène encore sur la campagne dévastée de sourds grondements de tonnerre : perte de nos dernières colonies [...], occupation de tout notre littoral, anéantissement de notre glorieuse flotte, suppression totale de notre armée [...]. Pouvions-nous descendre plus bas dans l’abîme2 ? ».

A « Prince esclave », épiscopat esclave

  • 3 AHAP 1DXIV 19 « Souvenirs du P. Villain s.j. », janvier 1955.

2La question de la souveraineté du régime de Vichy se posait alors avec acuité pour l’épiscopat. L’enjeu pour lui ne consistait pas tant à remettre en cause la doctrine établie du loyalisme au pouvoir établi, qu’à adopter plus de réserve et de retenue dans le soutien à un pouvoir directement contraint par les Allemands. Pour la deuxième fois, après les cautions affichées de l’été 1941, le soutien de la hiérarchie catholique s’avéra précieux pour le régime. À contre-courant de l’opinion publique – et en cela il y avait rupture par rapport aux déclarations de protestation au moment des rafles de l’été –, l’épiscopat n’entendit pas reconsidérer son soutien au chef de l’État français. De manière révélatrice, Suhard cessa de consulter son conseiller de l’Action populaire, le jésuite Jean Villain, à la fin novembre 1942, malgré le soutien que continuait de lui manifester Mgr Courbe. Villain, pourtant très impliqué dans la défense de la Charte du travail, pensait que le devoir d’obéissance au gouvernement n’était désormais plus « certain3 ». Comment Suhard, qui écrivait encore dans son journal, fin octobre 1942, sa fierté d’avoir vu défiler les troupes françaises à Vichy, effaça-t-il cette question de la souveraineté ? Une nouvelle fois, son maréchalisme faisait écran :

  • 4 AHAP 1DXIV 13, cahier p. 181.

« 26 novembre [1942] Incidents de Toulon. Dissidence Giraud-Darlan.
Le Maréchal que je m’efforce de consoler [...] a une attitude admirable. On comprendra plus tard la puissance d’un tel renoncement. Aujourd’hui c’est la montée du Calvaire. Elle se fait douloureusement. Je considère comme un devoir d’être près du Chef de l’État et de le soutenir4 ».

  • 5 Semaine catholique du diocèse de Luçon, 5 décembre 1942.
  • 6 AHAP 1DXV 31 1/2.

3Après la profession de foi du 11 novembre – « le Maréchal [...] est le seul asile de la France » –, les références christiques des premiers mois de l’expérience vichyste refont ici surface pour ne plus quitter d’ailleurs le vocabulaire de représentation du personnage. Pétain incarnait la France occupée et était digne de commisération chrétienne au vu de son âge. Le vocabulaire du corps et de la santé fut à nouveau très présent dans le discours hiérarchique, signe de l’implication personnelle des auteurs dans leurs textes. Le respect maréchaliste trouva son intensité maximale, non pas en 1940, mais dans l’expiation totale de novembre 1942, selon ce qu’en disait Cazaux : « Le chef prestigieux [...] ne nous a jamais paru plus grand depuis qu’il est, avec le pays qu’il incarne, plus gravement touché par le malheur5 ». La séance cruciale de l’ACA de zone occupée du 2 décembre 1942 fut très marquée par cette lecture. Les prélats étendirent au gouvernement ce qu’ils pensaient du chef de l’État français – « un pouvoir affaibli mais qui conserve sa vigueur ». C’était la confiance renforcée dans l’action de Pétain qui inspirait le jugement des évêques. Le Primat d’Aquitaine l’indiquait clairement, dans les vœux de la fin 1942 adressés à ses prêtres et séminaristes qui reprenaient les conclusions de l’ACA. Au moment le plus critique pour le pouvoir vichyste, l’archevêque de Bordeaux, avec l’expression du « loyalisme actif6 », renforçait la théorisation épiscopale de l’adhésion telle qu’elle avait été présentée dans la déclaration de juillet 1941. Avec Feltin, on a la chance de pouvoir comparer les deux discours de vœux des fins d’années 1941 et 1942. Après avoir écrit le ralentissement de 1941 par rapport à la cristallisation providentialiste du début, force est de constater avec l’intervention de 1942 un retour à l’étape initiale de 1940. Il ne s’agissait plus de refuser la divinisation du maréchal mais bien de reconnaître qu’il « personnifie » la France. De fait, la laïcisation de la représentation de Pétain se trouvait également abandonnée au profit de celle de l’homme toujours providentiel et religieux (par une comparaison avec le Pape Pie VII). L’Église se réappropriait le chef un court moment détourné par la fausse « adulation » des zélateurs étatistes de 1941 et du début 1942. Le loyalisme réaffirmé plus fortement dans cet environnement d’émiettement de la souveraineté nationale scella définitivement le destin de compromission de l’épiscopat français.

  • 7 ADC 1B 45 « Études polémiques ».

4La position de Mgr Chollet avait également une valeur représentative. Le vieil archevêque de Cambrai retrouva sa cité du Nord en juillet 1942, après deux années d’absence. La redécouverte de son diocèse livré à la mainmise directe et pressante de l’Occupant (en zone rattachée) eût pu le conduire au choix de la prudence ou du moins de l’expectative vis-à-vis de la collaboration théorisée jusqu’alors « de loin » en zone sud. Il n’en fut rien, comme le montra sa lecture critique du travail du jésuite Gaston Fessard, certainement effectuée en novembre 19427. Légitimant la collaboration économique au nom de la nécessité de l’échange, le secrétaire de l’ACA réfuta avec la dernière énergie l’esclavage constaté par le jésuite. Sa démonstration reposait sur la théorie du moindre mal récupérant toute l’œuvre du gouvernement vichyste pour mieux écarter le pays du spectre bolcheviste.

  • 8 Voir Fouilloux É, « L’Église catholique et le STO », La main d’ouvre française exploitée par le II (...)
  • 9 Églises et Chrétiens..., op. cit., p. 99.
  • 10 Bédarida R., Les catholiques dans la guerre..., op. cit., p. 192.
  • 11 Masson C., op. cit., p. 277.

5Dans ce cadre loyaliste, comment l instauration du Service du travail obligatoire en février 1943 a-t-elle été reçue par l’épiscopat8 ? Les évêques, directement sollicités par la jeunesse catholique et pressés par l’opinion, n’ont pas sous-estimé la question. Leur réponse fut toutefois loin d’être uniforme et révéla de sérieuses divergences de lecture. Un groupe – non négligeable sans être majoritaire – de prélats a exprimé publiquement leurs réticences en particulier sur les conditions du départ des requis (Dubourg et ses suffragants de la province de Besançon en particulier9, Pinson à Saint-Flour). On retrouve là Théas et Vansteenberghe10, en continuité avec leurs protestations contre les rafles de Juifs. Liénart, avant tout soucieux de défendre la crédibilité du catholicisme social, fit connaître sa position en deux temps. Contraint par la lecture déformante faite par la presse collaborationniste de son premier discours du 15 mars qui appelait à la nécessité de la présence catholique parmi les ouvriers, le prélat choisit ensuite sans se déjuger une intervention plus doctrinale, relayant certains travaux de théologiens et arrivant à dire que l’on pouvait se « dérober sans péché11 » à cette loi. Avec prudence pour ne pas gêner Vichy, l’ACA d’avril, relayée par la déclaration de mai des trois cardinaux, se montra d’accord avec cette interprétation qui soulignait comme elle le pouvait la contrainte allemande tout en recommandant fortement la présence catholique au milieu des requis.

  • 12 AHAP 1D XIV 18, confidence de Feltin à Bouëssé.
  • 13 « Lettre de Son Excellence Monseigneur l’Évêque à un groupe de jeunes Lozériens, relativement à la (...)
  • 14 AHAP 1D XV 31 1/2 manuscrit préparatoire « Service obligatoire Départ en Allemagne ».

6Plus que la pression du pouvoir (Laval songea ainsi à défendre personnellement le STO devant les archevêques, lors de leur assemblée d’avril12), le profond loyalisme de l’épiscopat protégeait le régime d’une éventuelle fronde verbale. Un prélat comme Mgr Suhard bloquait les critiques en haut de la pyramide et, à la base, des témoignages d’allégeance particulièrement retentissants furent avancés. En juillet, Mgr Auvity, applaudi par l’évêque de Rodez, négligea de citer la déclaration cardinalice pour mieux peser sur le départ des jeunes catholiques : « Pour ne pas compliquer davantage et inutilement les choses, ma réponse qui n’engage que ma personne, ira directement au but [...] « en réaliste »...13 ». L’investissement de ces prélats était remarquable si on le compare au nombre des réfractaires de leurs diocèses. Mgr Serrand se coupa définitivement de l’opinion des Côtes-du-Nord en produisant une lettre de carême favorable aux départs en Allemagne. Dans la zone d’influence de Vichy – Massif Central et Sud-Est –, l’épiscopat (Piguet, Girbeau) s’investit également clairement. Mgr Lamy à Sens préconisa fortement l’obéissance. Les tensions engendrées par le STO furent parfois très vives au sein de l’Église. Un conflit opposa les séminaristes de Bordeaux à Mgr Feltin. Par deux fois (le 2 avril et le 28 juin), l’archevêque se rendit au grand séminaire pour sermonner ses troupes tentées par l’insoumission. Le prélat avait critiqué au printemps les séminaristes ayant « pour tout idéal de s’embusquer14 », pendant que l’on demandait aux pères de famille de quitter leur foyer. Au début de l’été, le sermon fut terrible et mérite d’être restitué sur la longueur :

  • 15 AHAP 1D XV 31, « Fin d’année (tristesse) ».

« Parce que quelques-uns n’ont pas compris leur devoir, ils ont caché leur égoïsme, leur orgueil, leur indiscipline, leur absence d’esprit de sacrifice sous un patriotisme exacerbé.
[...] Ils n’ont vu qu’eux-mêmes, leur petite personne. C’est bien mal comprendre un don total de soi aux âmes. Vous avez responsabilité d’Église.
Ils ont si bien senti qu’ils avaient besoin de se justifier qu’ils n’ont pas manqué de dire autour d’eux que c’est d’accord avec leur directeur qu’ils prenaient cette décision ou même par un conseil de leur curé [illisible], répandant ainsi des opinions graves qui à l’heure actuelle compromettent gravement le séminaire [...].
Quand on est séminariste on dépend de la Hiérarchie et c’est prétention orgueilleuse et sotte que de se dire que mon petit jugement est meilleur que celui de l’Église [...]. C’est mettre un sentiment exacerbé au-dessus des directives de l’Église15 ».

  • 16 Launay M., I.es séminaires français..., op. cit., p. 197.
  • 17 « Les catholiques et la question bretonne », op. cit., p. 304-306.

7L’infantilisation renforçait la profonde rupture générationnelle entre l’ancien combattant de 60 ans et ses séminaristes de 20 ans. L’obéissance se concevait d’autant mieux que l’archevêque voyait clairement le STO, avec son brassage social, comme un nouveau service militaire. Et pourtant, Feltin admettait que la loi était « discutable » et répéta la déclaration du 21 mars de Liénart sur l’absence de péché à s’y dérober. Après avoir violemment claqué la porte, l’archevêque laissait voir à ses séminaristes tout un étage interdit de la représentation. Fin 1943, les 3 200 séminaristes16 dénombrés en Allemagne au titre de requis du STO prouvent qu’une bonne part de la hiérarchie a accepté les départs. Les chiffres auraient été beaucoup plus hauts si plusieurs supérieurs de séminaires ne s’étaient pas activement opposés à ces réquisitions. Yvon Tranvouez a mis en lumière le rôle de celui de Quimper, le chanoine Louvière, qui n’a pas cédé aux tentatives d’intimidation d’un proche de Pétain, le capitaine de vaisseau Féat17, malgré les appels à l’obéissance du vieux Mgr Duparc. L’archevêque de Rennes sortit quant à lui indécis de la séance de l’ACA d’avril 1943 et semblait alors disposé à accepter le STO pour ses séminaristes. L’action concertée du supérieur du grand séminaire et futur évêque d’Arras – Victor Perrin – et de Constant Allain, un agent du NAP (Noyautage des administrations publiques), travaillant au bureau de recrutement de la préfecture, permit, grâce à des faux papiers, d’éviter ces départs. L’archevêque cautionna totalement cette audacieuse entreprise. Roques refusa fermement le départ d’un de ses prêtres de Redon qui lui avait demandé de partir comme aumônier pour accompagner les requis du STO. Le prélat montrait donc son scepticisme devant la stratégie et l’obstination du cardinal Suhard qui, après avoir tenté sans succès auprès de Pétain de faire reconnaître par les Nazis des aumôniers officiels, en nomma des clandestins.

  • 18 Semaine religieuse du Puy-en-Velay, 25 juin 1943.
  • 19 « Lettre de Monseigneur l’Évêque à un jeune... ».
  • 20 Cahiers et courriers clandestins du Témoignage chrétien 1941-1944, Paris, 1980, p. 76-77.
  • 21 Semaine religieuse du diocèse de Valence, 3 avril 1943.

8L’été 1943 fut marqué par une véritable offensive de l’épiscopat pour couper les ailes de la Résistance spirituelle. Avec Rastouil, les prélats du Massif Central, toujours dans l’orbite du régime, montèrent en première ligne, et en particulier Mgr Martin. Sa lettre publique adressée à un jeune catholique de son diocèse18, qui fut relayée notamment à Cahors et à Agen, constituait assurément l’un des grands documents hiérarchiques de l’Occupation. L’évêque du Puy, celui qui avait accumulé les portraits radieux de la jeunesse catholique unie derrière le maréchal, admettait que la réalité avait changé. L’obéissance disciplinée et la vitalité du 15 août 1942 étaient devenues scepticisme, immaturité, discussion sans fin, et « morcellement » dangereux de l’autorité. Pour la première fois de son parcours, cette génération épiscopale d’anciens combattants a refusé de voir la jeunesse sous un jour positif. Une telle projection constituait assurément pour elle une véritable césure, dénotant son vieillissement prématuré. Dans la lettre de l’évêque du Puy, les enfants indociles devaient ainsi cesser immédiatement toute critique sur Pétain puisque « l’épiscopat national » continuait à le saluer et le traiter « unanimement comme le Père incontesté de la Patrie [...]19 ». L’« Autorité » ne s’envisageait au temporel et au spirituel qu’« au singulier ». Le Magistère devait le rappeler car la jeunesse catholique n’écoutait plus que les avis de « théologiens anonymes » favorables à la Résistance, au lieu de suivre les évêques, seuls « théologiens de l’Église enseignante ». Les Cahiers du Témoignage chrétien qui offraient les textes des épiscopats étrangers20, en en faisant la vraie référence pour les catholiques français, étaient implicitement visés. Au même moment, ce qui témoignait d’une offensive concertée, Mgr Piguet choisissait un angle d’attaque rigoureusement identique. Une minorité de prélats ne partageait cependant pas cette lecture : Mgr Roques à Rennes conservait par exemple avec soin dans ses archives des citations d’évêques néerlandais, belges et allemands. Plus près de Martin, Mgr Pic ne jurait quant à lui publiquement que par la volonté de voir la France imiter le « miracle » de l’Estado novo du portugais Salazar21.

  • 22 ADC « 34e ACA des 28 et 29 juillet 1943 ».

9Un mois après Martin et Piguet, la hiérarchie choisit collectivement, à travers une note de Mgr Chollet, de condamner la théologie « sans mandat22 » et, en octobre, l’ACA réitéra la condamnation. Cette crispation publique sur le groupe de Fourvière jusqu’alors critiqué en secret et les qualificatifs choisis révélaient la nervosité de l’épiscopat. Celui-ci se montrait en fait assez dépourvu face à l’expression clandestine et tentait de réagir, au diapason de la propagande vichyste, par l’invective et la dérision. Martin dénigra ainsi ces théologiens en les qualifiant d’« éminents ». La hiérarchie admettait cependant la force de la contestation théologienne, au risque d’ailleurs en lui attribuant ce qualificatif d’« anonymes » de la surévaluer. Ne pouvant plus lui opposer ses théologiens officiels (Lesaunier, Coulet), fort actifs en 1940-1942 mais en retrait après l’occupation totale du pays, elle décida de les remplacer et de présenter aux théologiens de l’ombre, la « vraie pensée » publique de l’Église.

  • 23 ADC I B 9 « Arras Dutoit », lettre du 16 octobre 1943.
  • 24 ADC I B « Dissidence », lettre de Serrand en date du 30 octobre 1943.

10Sollicité à la mi-octobre par son suffragant d’Arras, Mgr Dutoit, pour répondre à Témoignage chrétien sous forme de tract23, l’archevêque de Cambrai rêvait plutôt pour son texte d’un destin comparable à celui connu par l’enseignement de carême 1943 de Mgr Serrand, repéré par la propagande vichyste, publié par La Gerbe et Aujourd’hui, diffusé à la Radio, et enfin publié en brochure24. Habitué des notes doctrinales serrées de l’ACA, Mgr Chollet rédigea, en moins de deux semaines, quinze pages sur « la Conscience chrétienne en face du pouvoir établi » :

« On a reproché aussi la collaboration posée en principe à Montoire et accentuée depuis par le gouvernement français.
On a abusé à plaisir de ce reproche. Le mot collaborateur est devenu une arme redoutable ; on s’en sert pour rendre odieux tout ce qui ne pactise pas avec notre ancien allié, si bien que ne pas être dissident, c’est être collaborateur et être collaborateur, c’est être traître à la Patrie. Épouvantable confusion ».

11Toute cette pensée semblait être soutenue par la peur du communisme. Malgré ses revers en URSS, l’espoir de la victoire de l’Allemagne (« sur ce point, on a jugé son triomphe désirable ») conduisait l’archevêque de Cambrai à la comparaison des encycliques de Pie XI. En France, ceux qui s’arrêtaient à la condamnation de 1937 avec Mit Brennender Sorge faisaient erreur car, selon Chollet, l’encyclique ne concernait que l’Allemagne. De plus, répondant directement aux Cahiers du Témoignage chrétien soucieux de présenter des enseignements critiques contre le nazisme d’évêques belges et surtout néerlandais, l’archevêque de Cambrai (géographiquement proche) renvoyait également ces positions à leurs limites géographiques qui ne pouvaient surtout pas être confondues avec la France bénéficiant d’« une certaine liberté d’administration ». En résumé, la finalité du nazisme ainsi que les modalités de l’Occupation en France permettaient l’acceptation de la collaboration.

12Puisque Chollet ne voulait pas donner à ce document une audience diocésaine, il consulta naturellement ses voisins provinciaux. Certainement flatté de constater que son métropolitain avait parfaitement répondu à sa demande de la mi-octobre, Mgr Dutoit accepta, dans sa lettre du 13 novembre, la forme de la publication large car la « réponse aux sophismes des tenants du Témoignage chrétien » lui paraissait « décisive ». Convient-il d’ajouter à ces deux noms le premier personnage de la Province : le cardinal Liénart ? La réponse est non, comme l’indique la longue lettre qu’il adressa le 11 novembre à Mgr Chollet. S’il déclara son vif intérêt pour cette entreprise qui avait le mérite de réfuter les « thèses tendancieuses de trop de théologiens sans mandat », il rappela à son métropolitain la ligne jaune du « loyalisme sans inféodation ». Liénart citait toutes les aspérités de la démonstration de son voisin (« collaboration », « danger comparé du bolchevisme et du nazisme ») qui pouvaient être retenues.

  • 25 AAR 1D132 Occupation, lettre dactylographiée expédiée de Paris, 27 octobre 1943.
  • 26 On peut comparer cette liste à celle plus complète du CGE (Comité général d’études) établie le 2 s (...)
  • 27 AHAP 1DXIV 19 « Correspondance Paris ».
  • 28 AHAP 1DXFV 18 « Entretiens ».

13L’attention portée par le cardinal de Lille à l’initiative de Chollet était à la mesure de la place que ce dernier occupait dans l’Église de France. Parce que le prélat, en donnant une perspective nationale à son propos, s’engageait en quelque sorte moins à titre d’archevêque de Cambrai – sur lequel Liénart n’avait aucun droit –, que selon son statut de secrétaire de l’ACA, le président de cette institution se devait d’appeler à la prudence. Une telle initiative risquait de coûter fort cher à l’épiscopat. Le cardinal subordonna donc une éventuelle publication à la suppression de tout ce qui n’était pas dans la ligne doctrinale collectivement admise. Fait très intéressant, il réfléchit lui aussi – pour refuser cependant immédiatement cette hypothèse – sur une éventuelle publication sous forme de tracts anonymes du texte. I1 est intéressant de constater que le combat contre la Résistance allait jusqu’à l’idée d’emprunter ses méthodes, pour mieux échapper à la censure. L’évêque de Lille en venait donc à conseiller à Mgr Chollet de faire parvenir son texte à tous les évêques accompagné de sa carte personnelle. Le prélat a accédé à la demande de son confrère lillois. A-t-il été jusqu’à envoyer sa carte à tous les évêchés de France ? On sait seulement qu’il l’a remise, par l’entremise de Mgr Chappoulie, à Pétain (ce dernier le remercia d’ailleurs par une photo dédicacée). L’archevêque de Cambrai devait assurément à son voisin cardinal d’avoir conservé son siège à la Libération. Pour l’heure, en cette fin 1943, les évêques étaient parfaitement renseignés sur les sentiments de la Résistance à leur égard, avec ces listes de proscription qui circulaient. Mgr Roques reçut ainsi des « catholiques militants des mouvements de résistance25 » qui lui exprimaient son « profond respect » une première série de prélats suspectés de collaboration (« Dutoit, Marmottin, Rastouil, Grente, Serrand26 »). À cette énumération manquait le successeur de Roques à Aix. Au début novembre, Mgr du Bois de La Villerabel recevait en effet la francisque gallique. Parfait notable de Vichy, il fut le seul prélat français à avoir prêté serment à Pétain. Dans une lettre adressée le 14 octobre 1943 à Suhard, Saliège, alerté par Mgr Rémond, espérait que l’archevêque d’Aix dont il connaissait les liens avec celui de Paris puisse informer personnellement ce dernier des arrestations massives de Juifs dans les Alpes maritimes. On peut penser qu’il se trompait d’intermédiaire. L’archevêque de Toulouse espérait encore une déclaration de l’ACA qui, tout en défendant la survie de l’Action catholique après l’arrestation de Georges Guérin, affirme également l’égalité des races. Le prélat justifiait cet équilibre : « On accuse si facilement l’Église de n’être sensible qu’à ses propres malheurs et de ne protester que lorsque ses intérêts sont lésés27 ». L’épiscopat de la fin 1943 était certainement divers mais la haute hiérarchie restait la même. Le cardinal Suhard n’était pas près d’accepter cette déclaration. Ne considérait-il pas Saliège comme un « agité brisant l’action majoritaire de l’épiscopat français28 » ?

Guerre étrangère et guerre intérieure

14La dernière grande manifestation catholique sous Vichy eut lieu à Lourdes le 20 août 1943, à l’occasion du 70e anniversaire du Pèlerinage National. Devant 40 000 fidèles, les prélats cherchèrent à inscrire leur démarche dans la continuité de celle du Puy en 1942. L’évêque du lieu affaibli par la maladie, Mgr Choquet, demanda solennellement la consécration officielle de la France au Sacré-Cœur. Mgr Béguin se contenta d’un discours plus neutre sur la famille. L’allocution marquante revint à Mgr Feltin :

  • 29 AHAP 1DXV 31 2 février « Le Redressement de l’Individu ».

« Tandis que des Français travaillent courageusement et sans arrière pensée au redressement de la Patrie blessée, d’autres attendent dans l’inertie que de nombreux événements surviennent !
Ils s’en remettent, sinon à la Providence, du moins à quelques forces étrangères, du soin de redresser une situation compromise et d’arracher la France au péril qui la menace.
[...] Ils s’enivrent d’espérance sans fondement. Ils passent au crible de leur amère critique tous les actes des pouvoirs publics et ils excellent à mettre en relief l’élément défectueux, inhérent à toute œuvre humaine.
Ils n’ont rien essayé ; ils n’ont rien fait : ce qui les met à l’abri de toute critique29 ».

  • 30 Sainclivier J., La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, Ouest-France, 1989, p. 82.

15Le propos dirigé contre la France Libre (et qui citait d’ailleurs Péguy par défi) prend de la valeur lorsque l’on sait qu’il fut diffusé sur les ondes de Radio-Vichy. Feltin reprenait, avec l’argument du « fallacieux messianisme » gaulliste et de la naïveté de l’opinion cherchant un nouvel homme providentiel, la démonstration de la fin 1941 sur la mauvaise déification de Pétain. Ce reproche passé était bien oublié. L’épiscopat n’était cependant plus uniforme. Le pardon du 26 juillet 1943 à Sainte-Anne-d’Auray fut ainsi orienté par Mgr Roques dans un sens plus patriotique, avec un discours promettant la libération du pays30, et se distingua ainsi du pèlerinage officiel de 1942. Si la comparaison crédible des discours hiérarchiques doit respecter la concordance chronologique, elle mérite également de trouver un thème commun pour l’évaluation. Les allocutions funèbres des prélats faisant suite aux bombardements étaient à ce titre précieuses. Mgr Dutoit prononça, fin mars 1943, devant les cercueils du bombardement de Beuvry, des phrases remarquées :

  • 31 Semaine religieuse du diocèse d’Arras, 1er avril 1943.

« Ma voix aime donc à se confondre, mes Frères, avec la vôtre, avec celle qui se fera entendre tout à l’heure au nom des pouvoirs publics et avec le témoignage de l’armée d’occupation. [...] La concorde entre Français [...], il n’y a pas d’autre moyen de venir à bout peu à peu de la haine qui a armé les assassins d’hier, victimes eux aussi pour une bonne part des encouragements cyniques d’une propagande criminelle31 ».

  • 32 La Revue diocésaine des familles catholiques du diocèse de Saint-Dié, 1er avril 1942.
  • 33 Hubert C., « L’Évêque, le Maréchal, la Collaboration », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mon (...)
  • 34 Semaine religieuse du diocèse de Rennes, 20 mars et 23 juin 1943.

16L’évêque d’Arras attisait la braise du ressentiment en invoquant le « feu des assassins », alors que sa mission de pasteur était de chercher à apaiser les douleurs en offrant des perspectives d’avenir pour permettre le travail de deuil. C’était ce qu’avait réussi Mgr Blanchet à Saint-Dié, après un bombardement de mars 1942 en affirmant : « [...] dans sa dépendance humiliée, elle [la France] porte le deuil de sa fierté. [...] La France continue d’être la victime de luttes dont elle n’est plus le soldat. N’en prétendons pas porter jugement : ce n’en est ni le lieu ni le temps, et d’ailleurs le pourrions-nous ? L’histoire s’écrit mal dans la nuit32 ». Ce dernier discours jouait de modération tout en parvenant à donner un sens patriotique au sacrifice civil. Avec une intervention qui allait jusqu’à invoquer le soutien des autorités allemandes, Mgr Dutoit balisait un territoire « collaborateur » dans lequel la communauté civique – dans une région plutôt anglophile – ne pouvait se reconnaître. Le dévoiement de l’allocution de deuil fut signifié de manière forte à l’évêque, puisqu’elle constitua en octobre 1944 le principal motif de son acte d’accusation, alors que le préfet de Vichy l’avait sur le coup chaleureusement complimenté33. La capacité de certains évêques à se détacher de la propagande officielle, comme le fit Mgr Roques à Rennes en 1943, pour se trouver du côté de la population34, ou Mgr Petit de Julleville refusant de quitter son archevêché de Rouen sous les bombes, donna à ces prélats un crédit incontestable.

  • 35 Durand J.-D., « L’épiscopat italien devant l’Occupation allemande, 1943-1945 », La Résistance et l (...)
  • 36 Burrin P., La France à l’heure allemande. 1940-1944, Seuil, 1995, p. 222-232.
  • 37 AHAT 1D XIV 13, journal de Suhard, Pentecôte 1944.
  • 38 Semaine religieuse du Puy-en-Velay du 7 janvier 1944.
  • 39 ADC 1 B 48, lettre du 27 août 1943.
  • 40 ADC 1 B 48, lettre du 26 juin 1944.
  • 41 AHAP 1 D XIV 10, lettre du 9 août 1944.

17Il manquait cependant à la majorité des évêques de partager l’espérance de l’opinion, impatiente de connaître la fin de l’occupation allemande. C’est en grande partie pour cela que les prélats français n’ont pas produit le discours qui a permis à l’épiscopat italien35 ou néerlandais d’être écouté. Quels étaient donc, pour la représentation hiérarchique, les obstacles qui empêchaient d’envisager favorablement la libération ? Le pacifisme, après avoir permis l’« accommodement36 » dès 1940, installa ensuite l’idée d’une France victime, spectatrice du drame guerrier international qui se jouait à ses dépens. Ce fut incontestablement le sentiment fédérateur de la hiérarchie catholique en 1943-1944. Les évêques n’attendaient pas la libération, ils aspiraient à la paix. Nulle surprise à repérer cette identité pacifiste chez ses prélats attitrés – Pic et Béguin. Ce dernier déclarait ainsi, au printemps 1944 : « Il est clair que, malgré toutes les précautions prises, ce sera une lutte atroce et effroyablement meurtrière, le jour où un débarquement se produira. Voyez ce qui se passe en Italie ! » L’anglophobie croissante depuis 1940 (avec la crainte de la perte totale de l’Empire), le profond rejet de la France libre, la méfiance à l’égard de la puissance américaine37, l’habitude de penser à l’échelle continentale, pesaient assurément moins lourd dans le jugement hiérarchique que le seul argument de la menace de l’URSS énoncé par exemple par Mgr Feltin : « Aux portes de l’Europe, elle [cette année 1943] a vu le bolchevisme s’avancer et des alliances dangereuses se créer [...]38 ». On se rend compte, en suivant la correspondance épiscopale, combien l’ordre géopolitique de l’Occupant, imposé par le prisme vichyste, était accepté. Mgr Dutoit adopta ainsi parfaitement cette représentation d’assiégé en craignant dès 1943 un débarquement des alliés sur la côte d’Opale : « Mon séjour à Calais et à Boulogne m’a permis de me rendre compte que le péril d’invasion devient de plus en plus prenant39 ». Depuis Vichy, le délégué de l’épiscopat, Mgr Chappoulie continuait de qualifier de « guerre étrangère » la libération du pays, peu après le débarquement40. Enfin l’archevêque de Reims, Mgr Marmottin, dont le patriotisme sous l’Occupation ne fut pas à la hauteur de son siège, semblait regretter avec Mgr Grente le départ des Allemands : « Mon pauvre évêque du Mans m’écrit des lettres éplorées. Peut-être sa ville est-elle occupée maintenant41 ? ».

  • 42 Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 7 mars 1943.
  • 43 Semaine religieuse de l’archidiocèse d’Auch, 5 février 1944.
  • 44 Semaine catholique du diocèse de Saint-Flour, 24 février 1944.

18Cette représentation, pour importante qu’elle fut, n’était pas l’essentiel. Elle renseignait sur le mode de pensée de certains prélats, plus ou moins exprimé dans les conditions de cloisonnement des derniers mois de l’Occupation, et était donc loin d’être parfaitement connu des diocésains ou des prêtres. Cette expression circonstancielle n’avait pas le caractère systématique du rejet de la « guerre civile » dans le discours. La référence à l’unité nationale perdit dans le courant de 1943 sa place centrale dans le message hiérarchique au profit de la division des Français et de la dénonciation de l’anarchie, refrain épiscopal à partir de novembre-décembre. Certains évêques traditionnels avaient d’ailleurs anticipé le mouvement, à l’image de Mgr Mesguen à Poitiers décelant, dès mars, dans l’« esprit d’indiscipline », la « Grande Peur » et l’« Anarchie spontanée » (Taine) renouvelées de 178942. La pensée intransigeante faisait bon ménage avec les mots d’ordre du régime. Ses défenseurs pensaient certainement que, la Révolution nationale disparue, ils ne leur restaient plus qu’à affronter les foudres d’une autre Révolution, comme l’affirma Mgr Béguin en février 194443. Cette inscription historique sécurisait certainement des prélats contraints d’appréhender la réalité du pays après des mois de théorisation artificielle de l’unanimisme vichyste. En ce sens, l’enseignement de carême 1944 constitua l’exacte antithèse de celui de 1941 (pessimisme contre optimiste, critique contre idéalisation du présent, crainte du lendemain contre perspective d’avenir). La timidité des jugements temporels exigée par la situation (comparée encore une fois à l’inflation discursive de 1941) ne doit cependant pas empêcher une lecture attentive des textes. L’enseignement de l’évêque de Saint-Flour, Mgr Pinson, est symptomatique d’une lecture hiérarchique de plus en difficile à suivre. Après avoir semblé appuyer la Résistance – « Tout ce que l’on contraint résiste. Il n’y a rien qui soit plus irréductible à la contrainte que la liberté humaine » –, le prélat prévenait classiquement que le communisme conduisait « à la terreur et à l’oppression44 ». Beaucoup d’évêques avaient renoncé à suivre le présent si mouvant de 1943 et surtout de 1944. Ils préféraient, à l’instar de Mgr Liénart, toujours représentatif du monde combattant et de l’esprit moyen de la hiérarchie, invoquer la sécurité du passé, les références claires de 14-18 et la nostalgie de l’union de 40 :

  • 45 Quinzaine catholique du Gévaudan, 31 décembre 1943.

« Pourquoi ces listes noires ? Pourquoi ces attentats et ces menaces de guerre civile ? Au nom du patriotisme ? On croit rêver quand on entend cela. Je vous assure que les morts ne comprendraient pas ces choses. Ils se sont serrés surtout autour du chef qui, à Verdun, les commanda. Et ils ont marché sans discuter. Le chef a vieilli mais il est toujours là45 ».

  • 46 Le Dimanche. Semaine religieuse d’Amiens, 18 et 25 février 1944.

19La référence suprême aux morts de la Grande Guerre était l’aveu d’impuissance, malgré les apparences de pugnacité, du maréchaliste constatant que l’adhésion gaulliste avait remplacé dans l’opinion les sentiments de 1940-1941. Le discours n’était guère différent à Amiens dans la bouche de Mgr Martin : « L’union sacrée qui nous avait aidés à remporter la victoire de 1918 a tout de même duré quelques années et elle est restée, d’une façon générale, parmi la plupart des Anciens combattants. Au cours de cette dernière guerre, il n’en a pas été de même46 ».

  • 47 Mgr Couderc : Semaine religieuse du diocèse de Viviers, 24 décembre 1943.
  • 48 Lire Mégnin : Semaine religieuse du diocèse d’Angouléme, 2 janvier 1944.
  • 49 Semaine religieuse du diocèse de Laval, 23 décembre 1943.
  • 50 Semaine religieuse du diocèse de Bayeux et Lisieux du 20 février 1944.

20L’élite religieuse sur son terrain quant au discours de moralisation publique (critique des « mœurs » induites par l’esprit de violence47) pouvait être perçue comme le porte-parole de cette bourgeoisie effrayée par le désordre. Proche de la simple opinion, le message réactif n’était guère conceptualisé, exception faite de l’utilisation massive de l’expression augustinienne de la « tranquillité dans l’ordre48 ». Pour ces évêques, la Résistance, représentait le « faux » patriotisme, armant le « geste meurtrier » dénoncé par Mgr Suhard, dans un message de Noël 1943 très apprécié du reste de la hiérarchie : « Pourquoi faut-il qu’en certains points du territoire national une agitation extrémiste presse à verser le sang de leurs compatriotes ? Nous déplorons de tels excès [...] le patriotisme ne peut justifier l’anarchie49 », La menace de l’anarchie et du brigandage pouvait à terme se révéler dangereuse pour l’Église ; et ce n’est pas un hasard si dans les diocèses proches des Pyrénées, la figure du Rouge espagnol peupla de nouveau le discours hiérarchique, à l’instar de celui de Mgr Mathieu : « Nous avons vu [...], chez nos voisins espagnols, la hideuse figure de la guerre civile. Dieu veuille nous préserver de voir son spectre se promener à travers les rues de nos villes50 ! ».

  • 51 AHAP 3 B 61 « internés civils », lettre du 13 juin 1944.
  • 52 ADC 1 B ACA 1944, lettre du 27 juin 1944 à en-tête du Conseil national.
  • 53 AHAP 3 B61.

21La traduction pratique de ce type de message s’exprima par plusieurs refus hiérarchiques (Serrand, Auvity, Chevrier,...) de reconnaître les prêtres du maquis. Par contraste, Dubourg à Besançon, Lebrun à Autun, Maisonobe à Belley, Rémond à Nice, accordèrent ces aumôniers attendus. L’évêque de Nice s’opposa quant à lui à un prêtre de son diocèse, l’abbé Bouillon, qui entendait en juin 1944 se faire nommer par l’épiscopat aumônier national de la Franc-Garde milicienne. Rémond écrivit à Suhard pour le mettre clairement en garde contre ce prêtre réintégré par l’Église après avoir été excommunié au moment de la condamnation de l’Action française51. Le 19 juin, le Secrétaire général au maintien de l’Ordre, Joseph Darnand, défendit dans un courrier son aumônier auprès de l’archevêque de Paris. Prévenu par Rémond, Suhard ne pouvait accéder à la demande de Darnand. Sa réponse est toutefois difficile à évaluer. L’archevêque de Paris disait moins son refus que son incapacité personnelle à nommer Bouillon sans l’assentiment de l’ACA. Sa réponse semblait cependant trop respectueuse pour être seulement diplomate. Interrogé sur Bouillon, l’archevêque de Paris, sous le coup de l’assassinat d’Henriot, répondit le 28 juin à Darnand pour son diocèse : « Votre préoccupation rejoint la nôtre car, si l’on ne saurait concevoir que l’Église puisse refuser les secours religieux à aucun de ses enfants, encore moins le pourrait-on lorsqu’il s’agit d’hommes dont le genre d’activité expose souvent la vie à de graves périls ». Il semble bien que la vérité se situe entre la confidence du chanoine Polimann à Mgr Chollet – « Son Éminence le Cardinal Suhard a envisagé une formule qui pourra donner satisfaction à M. Darnand52 » – et la confirmation orale de l’archevêque de Paris à l’abbé Bouillon lors des obsèques nationales de Philippe Henriot à Notre-Dame (30 juin), lui indiquant que l’épiscopat n’agréait pas encore la nomination qu’il s’était donnée lui-même53.

  • 54 « Communiqué de Mgr l’Evêque [à lire dans toutes les églises le 25 juin 1944] », Semaine religieus (...)
  • 55 « Allocution prononcée à la Primatiale par S. Exc. Mgr l’Archevêque à la messe célébrée pour le re (...)
  • 56 Lettre du 9 février 1944 du Comité secret de représailles et de déportation des criminels de guerr (...)

22Les cérémonies funèbres en mémoire du secrétaire d’Etat à l’Information constituèrent le dernier moment propice à une évaluation collective de l’épiscopat français. L’hommage attendu de la hiérarchie – et exigé des autorités – que la prudence eût circonscrit à l’évocation du fils catholique de la FNC, se transforma chez certains en tribune de dénonciation de la guerre civile. Mgr Brunhes prit ainsi le risque de se découvrir, quelques semaines avant la Libération, alors que jusqu’alors il avait été plutôt prudent54. La « mort politique » de Philippe Henriot fut au cœur des hommages de la Province de Bordeaux : participation des prélats aux services funèbres (Louis à Périgueux, Mesguen à Poitiers) ; discours de Mégnin à Angoulême et surtout de Feltin à Bordeaux. En faisant fi des propres appels aux meurtres du tribun milicien, ce dernier prélat dénonça ainsi la vengeance de la Résistance : « C’est aller contre les principes essentiels du christianisme ; c’est justifier l’assassinat, troubler l’ordre social, favoriser l’anarchie55 ». Dans un tableau national de participation hiérarchique plutôt unanime – Delay, Gerlier, Petit de Julleville et Suhard (malgré l’injonction personnelle de Bidault et les conseils de retrait de son secrétaire, l’abbé Le Sourd), se détachait le refus de Mgr Rastouil de participer à la cérémonie d’hommage de Limoges. Cet acte s’inscrivait dans une relation tendue, depuis déjà quelques mois, avec la Milice, et qui culmina le 7 juillet avec l’arrestation de l’Ordinaire, précédant son internement de 15 jours à Châteauroux. L’individualisation des destins épiscopaux paraissait en effet nécessaire en cette fin d’Occupation. La fonction hiérarchique se trouvait particulièrement exposée comme le prouva la série d’arrestations du Sud-Ouest menée par l’Occupant (Théas, Rodié, Moussaron, à défaut de Mgr Saliège épargné par son handicap), et la déportation de Mgr Piguet, arrêté le jour de la Pentecôte en sortant de sa cathédrale. Au début de l’année, Roques avait été également menacé de mort par les collaborateurs, pour avoir promu chanoine un curé ouvertement gaulliste56. La dramatisation des derniers temps renforça par ailleurs publiquement les pasteurs dans leur fonction traditionnelle d’agents du deuil (allocutions de Gerlier à St-Genis-Laval, Liénart à Villeneuve-d’Ascq, Rastouil à Oradour). Sans aller jusqu’à imposer la figure du Defensor civitatis (sauf pour Blanchet à Saint-Dié), cette dernière participation réhabilitait certainement aux yeux de la population quelques individualités d’une élite trop inféodée au régime de Vichy et qui retrouvait ainsi, face à l’Occupant, une identité plus honorable. Cela s’avéra précieux à la Libération.

23L’évaluation de l’épiscopat, en cette fin d’Occupation se doit naturellement d’être plus rigoureuse sur les conditions d’expression et de réception de la parole épiscopale, en intégrant les silences de l’autocensure. On peut écrire que le discours se faisait plus religieux, plus prudent, réduit au prêche de la cathédrale, aux rares lignes de l’hebdomadaire diocésain. Mais l’exercice n’est guère quantifiable, même si individuellement le travail reste possible. Aussi peut-on s’arrêter sur un autre silence, cette fois-là parfaitement « interprétable » pour l’historien. Dans cette Corse délivrée en septembre-octobre 1943 par les Forces françaises d’Afrique du Nord aidées par le maquis, les libérateurs étaient bien en peine de rencontrer la satisfaction de la hiérarchie catholique de l’île. Mgr Llosa se taisait. Le Te Deum de la libération du 8 octobre 1943 en la cathédrale d’Ajaccio vit-il le général de Gaulle accueilli par l’évêque, on ne saura rien des discours. L’événement fut à peine mentionné dans le Bulletin religieux. Durant les mois qui suivirent, rien ne distinguait cet organe diocésain de pauvre facture, il faut en convenir, des feuilles de métropole. Llosa, méridional à la parole pourtant facile lorsqu’il s’est agi de dire son maréchalisme, préféra dès lors prendre une attitude boudeuse qui annonçait véritablement celle qui s’exprima à grande échelle quelques mois plus tard sur le continent. Ainsi, durant presque une année, un évêque français évita-t-il de goûter la joie de la libération, même si la retenue s’imposait devant les malheurs des autres. La solidarité de corps a prévalu sur la relation de l’Ordinaire avec ses diocésains. On connaît les liens du prélat, ancien archiprêtre de Toulon, avec les autres ordinaires de cette Province d’Aix-en-Provence majoritairement très favorables à Vichy.

Notes

1 Semaine religieuse du Puy-en-Velay, 22 août 1941.

2 Semaine religieuse du diocèse de Viviers, 18 décembre 1942.

3 AHAP 1DXIV 19 « Souvenirs du P. Villain s.j. », janvier 1955.

4 AHAP 1DXIV 13, cahier p. 181.

5 Semaine catholique du diocèse de Luçon, 5 décembre 1942.

6 AHAP 1DXV 31 1/2.

7 ADC 1B 45 « Études polémiques ».

8 Voir Fouilloux É, « L’Église catholique et le STO », La main d’ouvre française exploitée par le IIIe Reich, Caen, Centre de recherche d’histoire quantitative, 2003, p. 435-448.

9 Églises et Chrétiens..., op. cit., p. 99.

10 Bédarida R., Les catholiques dans la guerre..., op. cit., p. 192.

11 Masson C., op. cit., p. 277.

12 AHAP 1D XIV 18, confidence de Feltin à Bouëssé.

13 « Lettre de Son Excellence Monseigneur l’Évêque à un groupe de jeunes Lozériens, relativement à la réquisition de la main-d’œuvre pour l’Allemagne », Semaine catholique du Gévaudan, 2 juillet 1943.

14 AHAP 1D XV 31 1/2 manuscrit préparatoire « Service obligatoire Départ en Allemagne ».

15 AHAP 1D XV 31, « Fin d’année (tristesse) ».

16 Launay M., I.es séminaires français..., op. cit., p. 197.

17 « Les catholiques et la question bretonne », op. cit., p. 304-306.

18 Semaine religieuse du Puy-en-Velay, 25 juin 1943.

19 « Lettre de Monseigneur l’Évêque à un jeune... ».

20 Cahiers et courriers clandestins du Témoignage chrétien 1941-1944, Paris, 1980, p. 76-77.

21 Semaine religieuse du diocèse de Valence, 3 avril 1943.

22 ADC « 34e ACA des 28 et 29 juillet 1943 ».

23 ADC I B 9 « Arras Dutoit », lettre du 16 octobre 1943.

24 ADC I B « Dissidence », lettre de Serrand en date du 30 octobre 1943.

25 AAR 1D132 Occupation, lettre dactylographiée expédiée de Paris, 27 octobre 1943.

26 On peut comparer cette liste à celle plus complète du CGE (Comité général d’études) établie le 2 septembre 1943 (Suhard, Gerlier, du Bois de la Villerabel, Béguin, Auvity, Sembel, Piguet, Feltin, Marmottin, Girbeau, Joseph Martin, Delay, Dutoit, Caillot, Chollet, Guerry, Harscouët, Grente, Richaud, Beaussart). Voir Ducerf L., « Le CGE face à l’épuration », La Résistance et Us Français..., op. cit., p. 270-271.

27 AHAP 1DXIV 19 « Correspondance Paris ».

28 AHAP 1DXFV 18 « Entretiens ».

29 AHAP 1DXV 31 2 février « Le Redressement de l’Individu ».

30 Sainclivier J., La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, Ouest-France, 1989, p. 82.

31 Semaine religieuse du diocèse d’Arras, 1er avril 1943.

32 La Revue diocésaine des familles catholiques du diocèse de Saint-Dié, 1er avril 1942.

33 Hubert C., « L’Évêque, le Maréchal, la Collaboration », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, 138, juillet 1984, p. 77.

34 Semaine religieuse du diocèse de Rennes, 20 mars et 23 juin 1943.

35 Durand J.-D., « L’épiscopat italien devant l’Occupation allemande, 1943-1945 », La Résistance et les Français..., op. cit., p. 95-108.

36 Burrin P., La France à l’heure allemande. 1940-1944, Seuil, 1995, p. 222-232.

37 AHAT 1D XIV 13, journal de Suhard, Pentecôte 1944.

38 Semaine religieuse du Puy-en-Velay du 7 janvier 1944.

39 ADC 1 B 48, lettre du 27 août 1943.

40 ADC 1 B 48, lettre du 26 juin 1944.

41 AHAP 1 D XIV 10, lettre du 9 août 1944.

42 Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 7 mars 1943.

43 Semaine religieuse de l’archidiocèse d’Auch, 5 février 1944.

44 Semaine catholique du diocèse de Saint-Flour, 24 février 1944.

45 Quinzaine catholique du Gévaudan, 31 décembre 1943.

46 Le Dimanche. Semaine religieuse d’Amiens, 18 et 25 février 1944.

47 Mgr Couderc : Semaine religieuse du diocèse de Viviers, 24 décembre 1943.

48 Lire Mégnin : Semaine religieuse du diocèse d’Angouléme, 2 janvier 1944.

49 Semaine religieuse du diocèse de Laval, 23 décembre 1943.

50 Semaine religieuse du diocèse de Bayeux et Lisieux du 20 février 1944.

51 AHAP 3 B 61 « internés civils », lettre du 13 juin 1944.

52 ADC 1 B ACA 1944, lettre du 27 juin 1944 à en-tête du Conseil national.

53 AHAP 3 B61.

54 « Communiqué de Mgr l’Evêque [à lire dans toutes les églises le 25 juin 1944] », Semaine religieuse du diocèse de Montpellier, 24 juin 1944.

55 « Allocution prononcée à la Primatiale par S. Exc. Mgr l’Archevêque à la messe célébrée pour le repos de l’âme de M. Philippe Henriot », L’Aquitaine, 7 juillet 1944.

56 Lettre du 9 février 1944 du Comité secret de représailles et de déportation des criminels de guerre, aimablement communiquée par M. Ouvrery, neveu de Mgr Roques.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540