Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les évêques français de Verdun à Vatican II

 | 
Frédéric Le Moigne

Deuxième partie. Les « évêques de Pétain » (1940-1944)

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Ce que j'ai appris de la guerre cité dans Mayoux P., op. cit., p. 221.

11940 devait signifier la maturité. Libérés des liens que leur fixait la génération précédente – surtout au sommet de la hiérarchie –, ces prélats gardaient le privilège de l’âge (50-60 ans) suffisant pour l’expérience et les préservant des handicaps de la vieillesse qui font obstacle à l’activité. La défaite surprit un corps hiérarchique cohérent, à son aise dans le régime de Séparation, qui avait semblé digérer l’expérience du Front populaire et était reconnu pour son rôle dans la croisade patriotique. Les héros de la Grande Guerre avaient assurément une nouvelle mission historique à remplir face à l’occupant nazi. La République finissante avait d’ailleurs déjà reconnu la place de l’épiscopat dans l’accompagnement de la défaite. L’avènement du régime de Vichy, jouant parfaitement son rôle écran, vint à la fois confirmer et inverser tout cela. En reconnaissant la position centrale de l’épiscopat, il l’installa dans un notabilisme quasi-concordataire qui en fit un des corps privilégiés de la revanche contre la République. En fait de rôle historique majeur, les évêques tinrent celui de porte-voix du maréchalisme. Pour son plus grand malheur, cette génération hiérarchique pensa trouver son équilibre dans ce rêve intégraliste de conversion nationale derrière l’homme providentiel. À lire le jésuite Paul Doncoeur tirant les leçons de la Grande Guerre en 1927 au moment de la naissance de cet épiscopat, on peut cependant penser que la respiration de 1940 était inéluctable : « La guerre nous a rendu la notion royale du chef. La littérature et la mystique révolutionnaire nous avaient fait offrir à l’Individu un culte fait de candeur et de perversion. La guerre a balayé ces individualismes et nous a rendu l’intelligence de la liaison sociale et donc de la liaison hiérarchique1 ». Dans le système autoritaire, l’identification des fonctions de commandement de l’épiscopat et du chef de l’Etat fut remarquable.

Notes

1 Ce que j'ai appris de la guerre cité dans Mayoux P., op. cit., p. 221.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540