Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les évêques français de Verdun à Vatican II

 | 
Frédéric Le Moigne

Première partie. La jeunesse épiscopale (1927-1940)

Chapitre 4. L'optimisme à l'épreuve du temps (1934-1940)

Texte intégral

  • 1 C'est l'argumentation de J.-L. Clément (Les évêques au temps de Vichy, Beauchesne, 1999, p. 16-17)

1À partir de 1934, la crise – tant économique que politique – et la dégradation des relations internationales, n'altérèrent pas l'optimisme de la nouvelle génération épiscopale qui raisonnait essentiellement par rapport à la place conquérante de l'Église à l'intérieur de la nation. Certes, la conjoncture fut riche en événements (6 février 1934 ; victoire du Front populaire) qui favorisèrent le camp conservateur et lui donnèrent une influence accrue sur le discours hiérarchique. Mais il paraît faux de surestimer cette influence en considérant par exemple que les évêques étaient en majorité hostiles à la démocratie chrétienne1. C'est oublier le poids et l'identité du nouvel épiscopat qui se montra fidèle à l'esprit de sa naissance, en particulier à partir de 1938 dans le cadre de l'entente avec la République. Il n'y eut guère que son identité pacifiste, pourtant toujours affirmée, que la croisade patriotique de 1939-1940 altéra momentanément.

La question des ligues

  • 2 La Vie diocésaine de Dijon, 3 mars 1934.

2Le 6 février 1934 peut être lu à la lumière des divergences hiérarchiques. L'écart était bien grand entre la dramatisation de la déclaration collective de l'épiscopat certainement rédigée par la plume traditionnelle de Chollet promettant en mars 1934 l'« anarchie » si une « grande œuvre de restauration nationale » n'était pas entreprise, et la tranquille intervention de Petit de Julleville affirmant que « le désordre actuel n'est pas le premier, ni même, à tout prendre, le plus grand qu'ait connu notre pays2 ». L'évêque de Dijon préférait mettre en avant la « bienveillance » nouvelle rencontrée par l'Église en France qui se traduisait par un nombre accru de conversions. Le sang neuf des baptisés se substituait aux morts du pavé parisien. Cette dérivation consciente combinait de manière intéressante les perspectives. C'était en effet le présent qui était effacé et non l'histoire. Celle-ci avait toute sa place dans le texte avec les souvenirs de jeunesse de l'anticléricalisme triomphant du début du siècle. Le « printemps de l'Église » ayant balayé ces images du passé hivernal, il s'agissait à présent d'enregistrer les dividendes de la reconnaissance nouvelle dans le pays. Le doute régnant dans les esprits de ces temps de crise – dont l'évêque de Dijon à la formation historienne rappelait d'ailleurs la définition cyclique et ponctuelle – ne pouvait atteindre ce catholicisme en croissance. Tout autre fut la lecture de Mgr Pic, pourtant habitué à mettre ses pas dans ceux de Dijon :

  • 3 Semaine religieuse du diocèse de Valence, 17 février 1934.

« Le siècle présent né, en notre pays de France, sous le signe de la guerre, et de la guerre religieuse, vit encore sous le signe troublant. Il est des doutes que tout Français qui aborde la cinquantaine garde vivants dans la mémoire :
1904, c'est la guerre religieuse sous le signe de Satan, et le régime « abject ».
1914, c'est la guerre étrangère, avec sa pluie de sang, parmi l'épouvantement des épouses et des mères.
1924, c'est encore un retour offensif de la guerre religieuse, heureusement arrêté par le réveil des catholiques, mais suivi de la ruine partielle de notre pays.
1934, c'est le spectre de la guerre civile un peu partout, même en France, où souffle un vent de folie, tout chargé de colère et de haine3 ».

3La démonstration tenait à la fois de la chronique historique et de l'éphéméride utilisée à des fins symboliques comme celle des chaînes de prières. L'idée de progrès y était foncièrement absente et l'histoire ne conduisait qu'au scepticisme. Le vent du destin semblait donc tourner, ramenant l'évêque presque sexagénaire au pessimisme de sa jeunesse d'homme confrontée à la politique anticléricale du début du siècle davantage qu'à l'optimisme de sa jeunesse épiscopale. Les dates fournies par Camille Pic peuvent être aisément hiérarchisées en deux groupes : 1914-1934 d'une part ; 1904-1924 d'autre part. L'association de ces événements (le « sang » symbolique de la souffrance catholique de 1904-1924 ; le sang français – réellement versé – de 1914-1934) imposait en fait un nivellement dans le malheur significatif. Que 1914 fût associée aux pleurs des femmes était aussi intéressant. Le sang de l'intégration politique, le seul qui comptait pour la République virilisée des électeurs, était moins important pour cette Église féminisée. Il exprimait plutôt la mort d'un foyer, la disparition d'un fils, l'oubli d'un père. Toutefois, c'était bien parce que Mgr Pic considérait l'importance pour le catholicisme du contrat républicain de 1914 qu'il attribuait cette valeur symbolique au 6 février 1934 dans l'histoire de l'Église de France. Le pessimisme de 1924, première grave entorse à l'Union sacrée, était alors logiquement avancé. Lorsque l'évêque de Gap disait s'adresser à tout Français qui abordait la cinquantaine, il excluait de fait la jeunesse qui n'avait pas vécu tous ces événements. Le 6 février, événement ancien combattant, était monopolisé par cette génération de la guerre. C'est justement ce qu'a refusé Pierre Petit de Julleville en s'adressant à la génération montante et à son avenir, au lieu de lui imposer constamment le poids d'une histoire dont elle n'était pas responsable.

  • 4 Semaine religieuse du diocèse de Lille, 25 février 1934.
  • 5 Nobécourt J., Le colonel de La Rocque 1885-1946 ou les pièges du nationalisme chrétien, Fayard, 19 (...)
  • 6 ADC. I B « Préparation ACA 1936 ».

4Le cardinal Liénart ne put aller aussi loin. C'est lui qui présida « la messe pour les victimes du 6 février » à Lille. Cette cérémonie organisée par les Croix-de-Feu, ne s'embarrassait pas pour construire des ponts entre les « martyrs » des tranchées et les victimes de la République. L'évêque qualifia d'ailleurs ces derniers d'« hommes de cœur4 ». Ce référent de l'humanité était décidément une constante chez lui. Le choc du 6 février sur l'épiscopat ne doit certainement pas être mésestimé. Il conduit à s'intéresser à son rapport aux ligues. Écrire que ces évêques ont entretenu des liens amicaux et empressés avec le mouvement de La Rocque ne paraît guère étonnant dans la sociologie des relations anciens combattants déjà présentée. Que Mgr Rémond ait tenu à être présent à toutes les cérémonies Croix-de-Feu de son diocèse5, quoi de plus évident ? Il paraît plus intéressant de considérer cette relation pour ce qu'elle a été de 1935 à 1936, c'est-à-dire un problème à résoudre pour l'épiscopat. La question des ligues et principalement du mouvement Croix-de-Feu qui donnait sa complexité à l'affaire était objet de débat dans la hiérarchie française depuis septembre 1935. Au début de ce mois, plusieurs prélats avaient écrit au secrétaire de la commission permanente de l'ACA, Mgr Chollet, pour obtenir une déclaration nationale affirmant la nécessité de l'indépendance ecclésiale à l'égard des ligues. Elle était particulièrement voulue par l'archevêque de Rennes, Mgr Mignen, aux prises avec Dorgères dans son diocèse6. Le cardinal Verdier et Mgr Mégnin à Angoulême la demandaient également pour la jeunesse d'Action catholique. L'évêque de Gap, Bonnabel, était pour sa part préoccupé par l'intégrité du sacerdoce à partir du moment où les prêtres adhéraient à une ligue ou même à une association ancien combattant. Cette dernière revendication formulée par un prélat qui n'avait pas connu les tranchées est intéressante lorsque l'on sait que plusieurs évêques étaient eux-mêmes membres de ces associations. Une seule lettre – celle de Mesguen, ordinaire de Poitiers – se distinguait. Prélat récemment nommé et non ancien combattant, son identité conservatrice construite dans ce moule intransigeant breton qui a produit une série d'évêques marqués (Harscouët, du Bois de La Villerabel,...), n'était pas cachée. Mesguen voyait clairement les ligues comme un instrument de régénération nationale, avec un message qui n'a certainement pas dû déplaire au destinataire du courrier :

« Beaucoup de fidèles du Poitou m'ont exprimé leur étonnement en constatant que l'attitude des évêques français était loin d'être uniforme, à l'occasion de l'anniversaire des événements du 6 février 1934 « date aussi sacrée, disent quelques-uns, que celle du 11 novembre 1918 » [...].
Or, il est des prélats qui autorisent une cérémonie religieuse pour le repos de l'âme des victimes du 6 février, d'autres les interdisent. [...] Une délégation composée de hautes personnalités est venue me trouver et m'a fait cette réflexion : « En cas d'émeute ou de Révolution, l'Église petit compter [...] sur les ligues [...] Pourquoi ne pas orienter la jeunesse Catholique en bloc vers les Jeunes Patriotes ou les Volontaires Nationaux ? Ce serait un appoint sérieux pour l'Armée du Front national [...]. »

5Approché par Pierre Taittinger, l'évêque de Poitiers s'était laissé aisément convaincre. La lettre restituait bien le chaud climat de la lutte électorale contre le Front populaire. La deuxième étape dans le processus de préparation de l'ACA semestrielle était constituée par les avis des provinces ecclésiastiques. À Toulouse et à Tours, les évêques cherchaient à défendre l'indépendance sacerdotale. Sous la plume de Saliège, les prêtres personae publicae étaient invités à ne pas adhérer aux ligues. Cependant, la démission de ceux qui étaient déjà inscrits n'était pas demandée. À Sens, le refus d'adhésion du clergé aux ligues « violentes » et aspirant à l'embrigadement de ses militants était confirmé même dans le cadre ancien combattant. Ce qui voulait dire, comme l'indiquait clairement Tours, que l'Église n'acceptait pas d'inscription de prêtres aux Croix-de-Feu. Les deux archevêques, l'un ancien combattant à Sens (Feltin), l'autre non à Tours (Gaillard) étaient donc d'accord. À Avignon toutefois, l'accord n'était pas établi sur cette question : une voix, est-il écrit, allait jusqu'à préconiser la participation des prêtres.

6Roques, pour la province d'Aix, reprochait quant à lui à l'épiscopat ancien combattant sa trop grande mansuétude : « Avec les meilleures intentions certains prélats donnent leur adhésion à la ligue des « Croix-de-Feu » sans se rendre compte que cette association n'est plus, depuis le 6 février 1934, sur le terrain « ancien combattant », mais a glissé par la force des événements sur le terrain politique ». Des prélats des provinces de Bordeaux et de Toulouse avaient ainsi participé aux cérémonies marquant le premier anniversaire du 6 février 1934. Roques faisait du combat contre les ligues une affaire personnelle. C'était assurément, avec Mgr Béguin, autre tête de turc de Mgr Baudrillart, l'archevêque le plus en pointe de la haute hiérarchie. L'argumentation que l'on rencontre dans sa lettre à Chollet se développait surtout autour de la préservation de la jeunesse catholique et des mouvements d'Action catholique.

7Mgr Feltin pour Sens, tout en soulignant également ce risque de « corruption politique » de la jeunesse, reconnaissait que la concurrence était stimulante depuis que les ligues s'investissaient dans le travail social et de bienfaisance. Ni Toulouse ni Tours n'ont répondu précisément sur cet enjeu majeur de la jeunesse. Avignon s'est contentée de préciser – prudemment – qu'elle souhaitait la non participation des mineurs catholiques. Bordeaux fixait cette limite au service militaire. Autant la majorité des assemblées provinciales avait pris une position nette sur le clergé, autant la décision concernant les laïcs était souple. Les prélats acceptaient en effet l'adhésion des militants d'Action catholique à titre individuel, sans toutefois les « inciter » ; ce qui pouvait servir à « modérer » les ligues de l'intérieur. Bordeaux acceptait la participation en interdisant l'adhésion aux seuls « présidents d'Action catholique ».

  • 7 ADC I B 1935, lettre à Chollet du 2 novembre 1935.
  • 8 Action catholique et action politique, Annecy, Imp. F. Abry, 1935, 7 p.

8Conscients de l'enjeu des prochaines élections et de la difficulté de la tâche face au Front populaire, certains prélats étaient d'ailleurs prêts à sauter le pas du clair soutien au camp conservateur. Pour ces derniers, le problème ne se situait pas avec les ligues mais avec les démocrates-chrétiens. Le métropolitain de Rouen, Mgr André du Bois de La Villerabel insista ainsi au nom de sa province pour que l'ACA de mars 1936 apportât une réponse sur ce sujet. Son cousin, ordinaire d'Annecy, était encore plus déterminé. Il fit ainsi éditer en brochures dans son diocèse une lettre répondant à une question qui lui était posée « avec angoisse » par un de ses « excellents catholiques et ancien Croix-de-Feu7 » de la FNC sur la participation civique des militants d'Action catholique8. Le prélat n'avait pas besoin de se faire prier pour rassurer ceux qu'il appelait avec affection ses soldats et ses « hommes d'action ». Guère embarrassé par le problème de l'indépendance des mouvements catholiques et évacuant à bon compte les mouvements spécialisés, Mgr Florent du Bois de La Villerabel encourageait la participation civique des militants catholiques à la défense de l'Ordre :

« Les ligues [...] ne sont pas condamnées par l'Église et il n'est permis à personne de les traiter comme telles, tant que ceux-là seuls qui, avec le Pape [...] ont le droit de condamner ou de ne pas condamner, ne les condamneront pas. Il y aura toujours, hélas ! des yeux qui se refuseront à voir ou qui ne voudront voir les choses de l'Église qu'à travers leurs préjugés, leurs ignorances, leurs erreurs ou leurs haines ».

  • 9 Bonafoux-Verrax C., Op. cit., p. 518.
  • 10 ADC I B 1935, lettres du 2 novembre et du 26 novembre 1935 à Chollet.

9Le texte, assurément modèle pour distinguer l'identité autoritaire d'une partie de l'épiscopat et fort bien accueilli par le général de Castelnau, fut publié par La France catholique du 19 octobre 1935. La Croix du père Merklen refusa quant à elle d'ouvrir ses colonnes à l'évêque d'Annecy. L'évêque d'Arras, Mgr Dutoit, protesta énergiquement contre la prise de position de son frère en épiscopat. Il écrivit au général de Castelnau pour obtenir la publication d'un droit de réponse dans l'organe de la FNC indiquant que cette publicité obligeait « les évêques qui ne pensent pas comme Mgr d'Annecy à dire qu'ils n'admettent pas l'indulgence qu'il pratique à l'égard des ligues armées9 ». Le prélat se rétracta deux jours plus tard, mais Castelnau avait déjà eu le temps de lui adresser une fin de non-recevoir. Plume du cardinal Liénart, l'évêque d'Arras intervenait en fait pour rappeler la doctrine de Pie XI sur l'Action catholique et la non-inféodation politique. Son intervention, « leçon hautaine » et « agression fâcheuse10 » pour l'ordinaire d'Annecy, s'inscrivait dans la lutte habituelle entre prélats de défense et d'Action catholique. Les deux épurés maréchalistes de la Libération n'avaient encore rien à voir dans les années trente.

10Il est possible de mieux approcher la lecture de l'épiscopat « traditionnel » grâce à deux lettres adressées à Chollet. L'inévitable évêque d'Annecy, secondé par un autre natif de Saint-Brieuc, Mgr Harscouët, aide à comprendre combien les prélats de défense se déterminaient par réaction à la ligne majoritaire de la nouvelle génération épiscopale. Pour l'évêque d'Annecy, les catholiques avaient le droit à titre privé de « s'opposer, même par la force, le cas échéant, aux fureurs de la révolution, dans le but de sauver l'ordre public [...] à la manière d'une police auxiliaire ». L'aberration de ces « corps francs » catholiques suffit à marginaliser au sein de la hiérarchie le prélat, certainement très influencé par l'exemple italien et le souci de récupérer le crédit perdu à droite après la condamnation de l'AF :

« [Une attitude ferme de la hiérarchie contre les ligues] produirait, j'en suis sûr, chez un grand nombre de nos meilleurs catholiques un découragement profond [...] et une désaffection douloureuse. En certaines de nos régions de France, où l'Église a déjà perdu tant de ceux qui étaient ses plus solides soutiens, que nous resterait-il, à côté d'un peuple incroyant ou indifférent, sinon hostile ? ».
On songe avec joie, et certes, on a raison, aux conquêtes faites en certains milieux. Peut-être avons-nous le devoir de penser – et avec tristesse – à ceux qui s'éloignent. Et je crois que nous devons apporter autant de soins à « garder » les brebis rangées sous nos houlettes qu'à amener celles qui n'y sont pas encore ».

11Le message constituait un percutant contrepoint au message dominant de la conquête. Les prélats de défense, unis entre eux, étaient d'ailleurs assez habiles pour créer des contre-feux :

« Quand donc se décidera-t-on à mettre fin à la dangereuse équivoque que constitue « L'Aube » ? [Ce journal] entraîne une opinion catholique vers un socialisme à peine déguisé. [...] Ce qui est particulièrement inquiétant c'est que toute une partie du jeune clergé cherche ses inspirations dans cette feuille. Ce n'est plus à leurs Évêques que vont ces jeunes prêtres, férus de « démocratie », ou s'ils vont à eux, c'est en contrôlant leurs directives, à la lumière de « L'Aube » ».

12L'évêque de Chartres ne pensait pas autrement. Toute critique de la cause de l'ordre favorisait de fait le Front populaire, écrivit-il fin novembre 1935 à Chollet. L'épiscopat ne devait pas accepter les injonctions de L'Aube en condamnant les ligues car c'était enlever des « défenses pour les libertés catholiques ». Chollet était en première ligne – dans sa province – pour contrer les initiatives de son voisin lillois secondé par Mgr Dutoit. C'était le sens de ces phrases de Mgr Harscouët : « En dehors du Nord, il y a peu d'évêques à vouloir des restrictions. Je sais que les autres ne sont pas admis à faire entendre leur voix à La Croix [...]. Mais forcément des directives personnelles sont données en particulier ».

13Ainsi sollicité, le secrétaire de l'ACA ne pouvait se dérober. Il écrivit le 4 décembre 1935 à l'évêque de Chartres pour le conforter dans sa lecture. La note doctrinale collective de l'épiscopat ne devait pas condamner les ligues. L'inscription des catholiques dans ces mouvements constituait selon lui un apport non négligeable permettant l'élection d'un gouvernement d'Ordre. L'archevêque de Cambrai se montrait également disposé à menacer publiquement L'Aube. Peu de temps avant la séance de l'ACA de mars 1936, la détermination du camp conservateur était d'ailleurs à son zénith. Tout juste revenu de Rome après sa visite ad limina, l'évêque d'Annecy se disait soutenu par le Souverain Pontife contre Merklen (lettre à Chollet du 15 février 1936). Recevant cette nouvelle avec joie, Mgr Chollet écrivit le 17 février à Annecy que La Croix déformait la ligne pontificale en ne citant pas tous les discours de Pie XI.

  • 11 Masson C, op. cit., p. 199.
  • 12 ADC I B Préparation ACA 1936.

14La position de Rome n'était cependant pas si favorable à l'épiscopat conservateur puisque le pape, directement confronté en Italie à la difficulté de maintenir l'intégrité de l'Action catholique face au fascisme et soucieux de continuer à préserver l'identité apolitique de la jeunesse catholique française libérée de Maurras, avait fait connaître aux intéressés, en novembre 1935, par l'intermédiaire de Maglione, son souhait d'une déclaration unanime de la hiérarchie11. Avant la réunion archiépiscopale de mars, Mgr Courbe fut chargé de rédiger un rapport sur les ligues. Le soin apporté à la préparation de cette session de l'ACA prouvait à la fois l'importance de la question et la division de la hiérarchie. Courbe s'attela en janvier-février à ce travail12 qui aboutit à préconiser en cette période électorale l'extrême prudence. Il ne fallait surtout pas recréer une nouvelle crise d'Action française, au moment où la gauche montrait sa force.

  • 13 Les carnets du cardinal Baudrillart 20 novembre 1935-11 avril 1939, Christophe P. (éd.), Cerf, 199 (...)
  • 14 Nobécourt J., op. cit., p. 384.

15La discussion fut logiquement âpre lors de la séance de l'ACA de mars 1936. Les débats opposèrent les prélats de la nouvelle génération (Fillon, Béguin, Roques, Courbe, critiquant les Jeunesses patriotes et ainsi qualifiés de « lâcheurs » par Mgr Baudrillart13), aux évêques de la défense obnubilés par les échéances électorales prochaines et la menace révolutionnaire. La déclaration finale fut naturellement un texte de compromis, marqué en premier par la mansuétude à l'égard du mouvement de La Rocque puisque le clergé ancien combattant, appelé certes à ne pas prendre de responsabilités au sein de la ligue, n'était pas tenu de démissionner. L'indulgence semblait même étudiée avec soin. Ainsi, lorsque l'Assemblée précisait que « les prêtres s'abstiendront, à l'avenir, de donner leur nom à une ligue politique, quelle qu'elle soit », elle laissait une marge d'interprétation suffisante pour ne pas y inclure les Croix-de-Feu. La Rocque était d'ailleurs entré en contact avec le cardinal Verdier, très peu de jours avant la séance de l'ACA pour l'assurer de son respect de l'intégrité de la jeunesse catholique14 Le souci de ne pas nuire avant les élections aux partis de l'Ordre était évident. Le procès-verbal de l'ACA ne fut publié par La Semaine religieuse de Paris qu'après le scrutin, à la fin juillet 1936.

  • 15 Rochefort-Turquin A., Front Populaire. « Socialistes parce que chrétiens », Cerf, 1986, 232 p.
  • 16 DC, 11 avril 1936.
  • 17 « L'épiscopat, les démocrates-chrétiens et les Croix-de-Feu 1930-1936 », Revue Historique, 603, ju (...)
  • 18 Ibid., p. 112.
  • 19 Exemple de sa conférence à Sens, en février 1935, sur l'État (AHAP ID) XV 31).

16L'autre camp de la hiérarchie ne peut cependant être considéré comme perdant puisque la déclaration se montrait ferme sur l'indépendance des mouvements d'œuvres, d'Action et de jeunesse catholiques qui « se tiendront en dehors et au-dessus des ligues ». L'Aube, protégé en particulier par Mgr Fillon, ne reçut pas de blâme. Il convient enfin de signaler l'interdiction des insignes ligueurs à l'intérieur des églises, dont il faudrait voir comme elle a été appliquée par les évêques sur le terrain, en particulier à Annecy, et la condamnation attendue de Terre nouvelle15 pour compenser le tir de barrage contre la droite, et on aura trouvé trace de tous les débats antérieurs. Il paraît cependant nécessaire de s'extraire de la préparation de cette déclaration pour rappeler que les évêques favorables aux ligues n'avaient pas attendu la décision de l'ACA pour exprimer leur soutien. La position tenue par de l'évêque de Saint-Dié, Mgr Marmottin, était ainsi très intéressante puisqu'elle réussissait en apparence à respecter l'apolitisme doctrinal. Comme du Bois de La Villerabel, l'évêque affirmait en effet que le soutien aux ligues se concevait parce qu'elles n'étaient pas des partis16. Ces subtilités annonçaient le jeu du ralliement à Pétain en 1940. Seulement, en 1935, elles n'ont été avancées que par le camp conservateur de la hiérarchie. La démonstration de Jean-Louis Clément qui s'est également intéressé au sujet17 s'appuie quant à elle essentiellement sur la note du conseil de vigilance du diocèse de Blois d'octobre 1935, prônant la mansuétude à l'égard des ligues. L'influence de Mgr Audollent, évêque d'origine parisienne nommé en 1925, était selon lui prouvée par le fait que sa note fut publiée dans les organes diocésains de Sens et d'Arras, ainsi que dans La Croix du 22 octobre 1935. Deux prélats « emblématiques » de la nouvelle génération, Feltin et Dutoit, se trouvaient ainsi mis dans le camp des évêques de la défense en compagnie de l'ordinaire de Blois18. N'est-ce pas aller trop vite en besogne ? Ces évêques ont montré au contraire qu'ils refusaient la lecture jusqu'au-boutiste de l'évêque d'Annecy. Qu'ils n'aient pas été les plus résolus contre les ligues, qu'ils se soient montrés séduits, comme Mgr Feltin, par des solutions autoritaires pratiquées en Allemagne et en Italie19, on veut bien le croire pour réserver la circonspection à des prélats « démocrates » ou moins marqués par l'identité ancien combattant. Mais la séduction ligueuse n'avait guère de chances d'opérer sur la nouvelle génération épiscopale, profondément loyaliste et à ce titre peu frondeuse, attachée surtout à défendre l'intégrité de l'Action catholique spécialisée.

  • 20 Semaine religieuse du diocèse de Besançon, 4 février 1937.

17En fréquentant les archives d'évêques conservateurs, Jean-Louis Clément n'a-t-il pas étendu leur grille de lecture à tout l'épiscopat dans un vaste combat contre la démocratie-chrétienne – lutte anachronique qu'il convient de réserver à l'Occupation ? La nouvelle génération hiérarchique ne se priva pas par la suite de dénoncer l'impasse de ces adhésions ligueuses, à l'exemple de Roques ou de Dubourg, lors de sa première intervention à Besançon : « Des mouvements naissent pleins de promesses, puis grandissent en suscitant de généreux élans, jusqu'au jour où leurs adhérents, plus prompts à l'enthousiasme qu'au labeur persévérant qui assure les victoires, se découragent et deviennent sceptiques après avoir été trop crédules20 ». Les ligues devenaient à ce titre une péripétie dans le parcours de cette génération d'évêques, vite effacée par l'avènement du Front populaire.

Le Front populaire

  • 21 Christophe P., 1936 les catholiques et le Front populaire, Desclée, 1979, 308 p. et Rémond R., « L (...)

18193621 constitua une étape importante dans le parcours de cette génération d'évêques. Les prélats ont semblé au départ retenir leur discours critique, dans la perspective d'une attaque frontale contre le catholicisme d'autant plus crainte que la frontière leur paraissait bien perméable avec l'Espagne. Celle-ci n'ayant pas eu lieu, les symboles (la Révolution ; les « Rouges » ; l'anticléricalisme meurtrier du Mexique à l'Union soviétique) ont néanmoins continué en aval de saturer la représentation, avant d'être véritablement énoncés ensuite par retour progressif du refoulé, sous Daladier et plus encore sous Pétain. Sur le moment, l'enjeu pour la hiérarchie était de convertir le socialisme en doctrine sociale de l'Église. L'effort d'adaptation imposé par la conjoncture exceptionnelle n'a pas trop déstabilisé cette génération épiscopale à la fibre sociale. Le discours de compréhension et d'apaisement adressé à ses diocésains par le cardinal Verdier en juin 1936 prouvait cela. Ce message réintégra l'épiscopat dans l'espace public du Front populaire puisqu'il fut salué par le ministre radical, Chautemps, et par L'Humanité. Relayé par plusieurs évêques, le propos de l'archevêque de Paris servit à recentrer une Église de France qui risquait alors de se déporter vers la critique systématique. La ligne très dure de l'organe diocésain de Nice, aux libelles assassins – « le Front populaire, c'est la guerre » – fut ainsi momentanément assouplie par la publication de cet appel parisien voulue par Mgr Rémond.

  • 22 Moussaron : Revue religieuse du diocèse de Cahors, 13 février 1937.
  • 23 Semaine religieuse de l'archidiocèse d'Auch, 13 février 1937.
  • 24 Semaine religieuse du diocèse de Valence, 25 juillet 1936.
  • 25 Schor R., Monseigneur Paul Rémond un évêque dans le siècle 1873-1969, Nice, Serre, 1984, p. 95.
  • 26 Semaine religieuse du diocèse d'Evreux, 2 janvier 1937.

19La nouvelle génération prouva sa cohérence en adoptant ce ton. Convaincue que l'époque pouvait entendre Léon XIII22, elle régla les comptes d'un proche passé avec le camp conservateur, à l'instar d'un Mgr Béguin, très proche de l'analyse des démocrates-chrétiens, lorsqu'il déclarait : « On peut regretter que les amis de l'ordre [...] aient laissé l'honneur [à la gauche] de réaliser certaines réformes, que la doctrine sociale catholique réclamait depuis longtemps23 ». Les critiques faites contre les journaux de droite refusant les assurances sociales en 1931 étaient renouvelées. Du coup, Mgr Pic encouragea le diocèse à lire exclusivement La Croix, La Vie catholique et... Sept24. L'importance du programme social du Front populaire n'a pas été niée. Mgr Rémond se félicita ainsi des congés payés25. La loi eut une incidence directe sur la pastorale de carême de Mgr Fillon et de Mgr Dubourg en 1937, choisissant de parler de « l'utilisation chrétienne des loisirs ». L'expression d'un tel discours constituait le meilleur signe d'ouverture puisque, tout en discutant les modalités de sa mise en pratique, ces évêques acceptaient l'idée d'un progrès social, comme ce fut le cas à la Libération. Dans un autre sens, la conjoncture a accentué l'implication de plusieurs évêques et l'on pense en particulier à Mgr Roques, en faveur du syndicalisme chrétien, même s'il faut la nuancer par un très net frémissement de la défense corporatiste. Des prélats trouvaient là un terrain de résistance qui annonçait la revanche de Vichy. Mgr Gaudron citait ainsi souvent La Tour du Pin à Évreux26.

  • 27 Semaine religieuse de Paris, 31 octobre 1936.
  • 28 Lire par exemple Piguet (Semaine religieuse du diocèse de Clermont, 13 février 1937).

20Le message sur la réalité sociale était cependant celui qui empêchait la hiérarchie de ressasser ses anathèmes doctrinaux contre le matérialisme et le laïcisme. Ce n'est pas un hasard si l'on oppose le ton ouvert de l'archevêque de Paris en juin 1936 à sa déclaration conservatrice pour le compte des cardinaux (Maurin, Liénart, Baudrillart, Suhard) du mois d'octobre27. Après avoir demandé la paix sociale selon Rerum novarum et Quadragesimo anno, ou déploré la détresse des travailleurs en juin, l'archevêque de Paris oubliait – presque – cette argumentation en novembre. Le laïcisme (« la mauvaise éducation nationale ») le ramenait vers la déclaration de combat de l'ACA de mars 1925. Le constat des deux France était en effet de nouveau posé. L'emploi général de la rhétorique de défense n'est guère contestable. Un rapide repérage syntaxique effectué à l'échelle du nouvel épiscopat permet de découvrir la force nouvelle des référents conservateurs « ordre-civilisation » se substituant dans l'expression aux mots fédérateurs, traditionnels à cette génération, de « conquête-optimisme28 ». Dans le discours de novembre des cardinaux, ces derniers termes étaient également absents, remplacés par un vocabulaire de peur et des appels constants à la grandeur nationale. La représentation du pays en péril effaçait les signes d'optimisme internes à l'Église. Le « printemps de l'Église » avait du mal à s'imposer dans l'« été » de gauche de la Nation.

21Dans l'histoire cyclique du catholicisme français, le Front populaire constituait assurément le moment de tous les dangers pour l'aile marchante. Malgré la défaite des élections, le camp conservateur de l'épiscopat avait bien des motifs de satisfaction. Il avait notamment réussi à empêcher l'élection de quelques démocrates-chrétiens (Bidault battu à Domfront dans le diocèse de Mgr Pasquet, Hoog défait en Mayenne...) Il voyait enfin ses lettres de dénonciation aboutir auprès de Pie XI, comme le prouvait son message contre L'Aube de mai 1936. Gay avait beau réactiver malicieusement la représentation de 1926-1927, avec son article « Catholique d'abord » de juin 1936, son crédit s'était nettement affaibli. En dépit de quelques témoignages de soutien du côté de la nouvelle génération – Durieux, Liénart et Piguet qui le félicita pour son intervention et pariait sur une réorientation salutaire de L'Aube pour l'application « des idées sociales catholiques » –, il devint alors une proie plus facile pour les prélats de défense. Grumel, peu charitable, ne se priva pas de le lui écrire, le 18 juin 1936 : « L'évêque de Maurienne prie Dieu d'éclairer les mauvais ouvriers d'une œuvre néfaste de division et d'égarement [...] et comme le dit Pie XI on change le nom d'Aube en celui de crépuscule ». Chollet, toujours proche de Castelnau, lui emboîta le pas, le 13 novembre 1936 : « Il est difficile de parler le langage des Gentils sans y introduire quelque chose de leur pensée. Cela expliquerait les plaintes qui arrivent à l'archevêché de Cambrai de la part d'évêques de plus en plus nombreux, au sujet du langage de « L'Aube » ».

  • 29 Semaine religieuse du diocèse de Lille du 28 juin 1936.
  • 30 Borne D. et Dubief H., La crise des années trente 1929-1938, Seuil, 1989, p. 180.
  • 31 ADC « Séminaire français ». lettre du 26 novembre 1936.
  • 32 Christophe P., op. cit, p. 151-170.
  • 33 Bulletin religieux de l'archidiocèse de Rouen, 30 janvier 1937.

22Toutefois, au moment de la déclaration fermée des cardinaux d'octobre 1936, l'attitude ouverte de Liénart après le suicide de Salengro en novembre 1936 était importante. La correspondance résume bien la dualité de cet épiscopat. L'hommage de l'évêque de Lille a marqué davantage que ses exposés très durs contre la main tendue de Thorez, lors du 50e anniversaire de l'ACJF29. Cette initiative entrait dans la logique d'une attitude conciliante construite dans le temps à l'échelle lilloise et à celle du monde combattant, et reprenait les critiques émises en 1932 contre la presse calomnieuse de droite30. Elle fut naturellement brocardée par Henri Le Floch dans sa correspondance avec Chollet : « Beaucoup, à la place de ce même voisin, n'auraient pas fait l'oraison funèbre de Salengro, citée par Herriot. Mais nous sommes en des temps si extraordinaires31 ». Au contraire, l'image de Liénart sortait confortée dans l'aile marchante de l'Église de France32 (Joseph Vialatoux, Pierre-Henri Simon,...), parmi les élites républicaines et dans l'opinion nationale. Béguin salua avec force compliments, dans son organe diocésain, la prise de position de l'évêque de Lille, tout comme Petit de Julleville : « Ne vous laissez donc jamais entraîner à la violence, même si elle demeure simplement verbale [...]. Ne vous réjouissez pas que votre pays semble vouloir se partager en deux camps hostiles, dressés l'un contre l'autre33 ».

23L'embarras était cependant réel dans le nouvel épiscopat de devoir recomposer avec la réalité d'une forte division idéologique du pays. Il convient donc de chercher par quel moyen ces évêques anciens combattants tentèrent de reconstruire le mythe de l'unité nationale. Sous le Front populaire, la marginalité n'était pas catholique dans les discours hiérarchiques mais restait bien communiste, selon Mgr Piguet :

  • 34 « La messe commémorative de l'armistice », Semaine religieuse du diocèse de Clermont, 21 novembre (...)

« Restez Français en routes choses, sans être à la remorque de qui que ce soit. Qu'avez-vous besoin de recevoir de capitales étrangères [...] les mots d'ordre nécessaires ? Quand ceux qui avaient été mobilisés avant nous se retirèrent prématurément de la lutte, nous laissant un double poids d'ennemis à contenir et furent ainsi cause que notre sang à nous coula plus abondamment […]34 ».

  • 35 « Fête de l'armistice à Cahors », La Revue religieuse du diocèse de Cahors et de Roc-Amadour du 14 (...)
  • 36 C'est Pétain qu'il nous faut, Éditions de « La Victoire », 1936, 71 p.

24Le sang sacré de la Nation versé avec encore plus d'abondance du fait de la révolution bolchevique avait une forte valeur symbolique. La référence du Premier Conflit mondial servit en fait à deux discours différents. Le premier était celui de la peur, de la dramatisation, de la gravité. Voyez la division de la France, affirmaient les évêques le 11 novembre 1936. L'Union sacrée restait la valeur que l'on opposait au Front populaire. En même temps, lorsque les évêques se situaient dans ce cadre, ils se savaient confortés dans leur identité française. Cela les portait à la modération et à la patience. On peut penser que les effets du renouvellement épiscopal (la moitié des sièges ont été changés depuis 1926) se sont alors vraiment fait sentir avec un corps hiérarchique maître de ses nerfs et beaucoup moins réactif que celui en place sous le Cartel des gauches. Les plus pessimistes voyaient 1936 comme la résurgence du combat des laïcs et des maçons contre l'Église, et étaient disposés à considérer le Front populaire comme la résurgence de 1924. D'autres prélats, à partir des mêmes dates de référence, arrivaient à un constat très différent. La rupture définitive de 1914 était signifiée par un évêque d'ouverture, qui plus est non ancien combattant – ce qui prouve la pertinence de cette grille de lecture appliquée à l'ensemble de l'épiscopat –, Moussaron, dans un de ses premiers discours en tant qu'évêque de Cahors, celui du 11 novembre rapporté ici : « Le prélat nous montre [...] comment, aux environs de 1910, la génération du petit-fils de Renan entendit « l'Appel des armes » et se retrouva chrétienne. [...] C'est autour de cette génération du sacrifice que la nation, jusque-là égarée, opéra son redressement35 ». 1936 ne pouvait signifier le retour de 1905 à cause de 1914. Prompt à analyser le sang offert comme le symbole définitif de la reconnaissance des catholiques par la République, Moussaron indiquait que le souvenir de ces glorieux convertis et la présence massive des anciens combattants restaient les vrais protecteurs de l'Église contre la révolution potentielle. Au besoin, Pétain, que l'organe diocésain appelait en relayant Gustave Hervé36, pouvait le garantir.

  • 37 ADC « Séminaire français », lettre du 22 décembre 1934 à Chollet.

25L'ancien professeur de l'évêque de Cahors, alors archevêque de Paris, partageait cette lecture d'un progrès historique. Le Front populaire a constitué une étape décisive dans la trajectoire du cardinal Verdier. On ne peut pas parler de rupture chez ce prélat qui dès la fin 1934 appelait les catholiques à l'optimisme, au plus grand désespoir de Le Floch37. Mais ce fut incontestablement lui qui porta à partir de 1937 ce discours, devenant ainsi après Liénart la nouvelle bête noire du camp conservateur :

  • 38 « Conseils du cardinal Verdier à ses prêtres », Semaine religieuse du diocèse de Clermont, 23 janv (...)

« Oui, ne gémissons pas sur le malheur des temps. Ce mot, malheur des temps, nos oreilles d'enfant, d'adolescent, d'homme mûr l'ont toujours entendu. Les pouvoirs ne semblaient avoir qu'un seul souci : libérer la France du prétendu joug que l'Église faisait peser sur elle [...]. Les temps sont changés [...]. Et chacun de nos jeunes, chacun de nous, messieurs, se sent une âme de conquérant. Oui, avec notre grand Pape, remercions Dieu de nous faire vivre dans les conjonctures actuelles et soyons fiers comme des soldats qui vont à la victoire38 ! »

  • 39 Gaudron : Semaine religieuse du diocèse d'Évreux, 6 février 1937.
  • 40 Langlois C., « Catholicisme et Révolution 150 ans après », Colin P. (dir.), D'un centenaire à l'au (...)
  • 41 Bulletin religieux du diocèse d'Ajjaccio, 1er octobre 1936.

26Le discours de Petit de Julleville face à la crise de 1934 était exactement répété. La journée du 18 juillet 1937 des 10 ans de la JOC qui pouvait être placée, avec un peu d'audace, dans la liste des manifestations du Front populaire correspondait parfaitement à cet état d'esprit hiérarchique. Puisque la liberté du culte n'était pas remise en cause – contrairement à d'autres endroits du globe –, le catholique français n'avait, selon ces évêques, aucun droit de se plaindre. La question politique devait donc être oubliée pour se concentrer sur l'Église qui donnait des signes de vitalité. Nul étonnement donc à découvrir le discours de l'optimisme, massivement produit sous Daladier puisqu'il fut déjà prononcé sous Blum. Le crédit de Verdier dans le nouvel épiscopat où ses messages étaient répercutés par des prélats comme Béguin, Bernard, Louis, et par ses anciens protégés de Saint-Sulpice – Villepelet et Moussaron –, son activisme depuis qu'il savait son temps compté du fait de la maladie, la haute conception qu'il se faisait de la mission de l'archevêque de Paris, tout cela portait ce prélat dont la seconde partie d'épiscopat paraît plus riche que la première. La conférence au retentissement international, prononcée au théâtre des Ambassadeurs, le 10 décembre 1937, y contribua grandement. En choisissant de s'intéresser à la Déclaration des droits de l'homme dans un cadre non ecclésial, le cardinal Verdier s'inscrivait dans une démarche dont la signification symbolique était intéressante. Peu de mois après une expérience de « résurgence révolutionnaire » qui avait permis au discours intransigeant de trouver une nouvelle vigueur dans l'épiscopat y compris de la part d'évêques récemment nommés39, l'archevêque de Paris montrait que l'Église n'était plus sur une ligne de combat contre la République. La mise en avant de 1789 – un an avant sa commémoration officielle40 – préférée aux anathèmes contre la Terreur signifiait bien que le prélat – lecteur du Bergson des Deux sources de la morale et de la religion (1932) – faisait crédit au Front populaire de ne pas avoir combattu la religion. En cela, c'était une réponse directe au discours du cardinal Baudrillart prononcé le 2 septembre 1936, lors de la commémoration du massacre des Carmes à l'Institut catholique : « Mais, dans notre France de 1936, une telle conspiration peut-elle s'ourdir ? Oui. Elle existe, elle se trame, de jour en jour plus serrée. D'un instant à l'autre, la machine toute prête peut se mettre en marche41 ». La « machine » en l'occurrence était plus espagnole que française.

27L'archevêque de Paris entendait rendre quant à lui beaucoup à la République qui accueillait le cardinal Pacelli, légat pontifical, avec les honneurs. Dès avant 1938, il avait dessiné les contours de l'adhésion hiérarchique à Daladier : « Et il me semble qu'en dépit des commotions actuelles, la France veut se situer dans cet état bienfaisant où, sous l'influence d'un pouvoir sagement autoritaire, luira le soleil de la Liberté ». Autoritarisme et liberté ne désignaient pas vraiment le même objet. Si l'on peut croire que Verdier demandait la reconfirmation de la liberté religieuse, il faut penser qu'il évoquait davantage la situation européenne lourde de menaces pour la liberté nationale. L'unité s'imposait donc, autour d'un pouvoir fort, en face des périls extérieurs.

Le Redressement national

  • 42 « Les évêques dans l'avant-guerre », Églises et chrétiens..., op. cit, p. 11-16.
  • 43 Semaine religieuse du diocèse de Nancy et de Toul, 7 janvier 1939.
  • 44 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, 18 novembre 1939.
  • 45 « Son Éminence précise la mission actuelle de la France [conférence aux Ambassadeurs] », Semaine r (...)
  • 46 La Vie catholique du Berry, 11 février 1939.
  • 47 Semaine religieuse du diocèse de Nancy et de Toul, 26 août 1939.

28L'entente de l'Église et de la IIIe république finissante, que l'ombre envahissante de Vichy n'a pas réussi à recouvrir a été bien balisée par les historiens. Jean-Marie Mayeur a ainsi démontré combien l'adhésion de la hiérarchie à la Révolution nationale avait été annoncée par l'accueil fait par les évêques au Redressement national42. La perspective historique impose cependant de dire que la satisfaction de l'épiscopat exprimée en 1938-1939 correspondait surtout à un soulagement après la grande peur de 1936. À l'échelle de la décennie, on sait également que les fondements du discours optimiste avaient été établis précédemment. L'autorité trouvée grâce à Daladier satisfaisait une hiérarchie catholique constamment soucieuse de se référer au « désordre » et à la catastrophe évitée de peu en 1936, à l'exemple de ce qu'en disait Mgr Fleury : « Il y a deux ans, nous essayions d'étudier [...] l'attitude que nous devions adopter devant l'émeute menaçante. Et l'émeute n'a pas eu lieu43 ». La figure de l'« énergumène », selon Mgr Pic dans son enseignement du carême 1937, – c'est-à-dire l'ouvrier gréviste – disparue, accompagnait, dans le placard des représentations, celle du rouge espagnol heureusement vaincu. Et l'évêque frontalier de Perpignan, Mgr Bernard, pouvait remercier les franquistes pour le cordon de sécurité créé44. Dès avant la déclaration de guerre de septembre 1939 et l'obligation du discours unanimiste, le message devint presque uniforme, du moins dans la nouvelle génération épiscopale, pour célébrer le changement de « climat », selon l'expression du cardinal Verdier45 ou « l'esprit nouveau » selon celle de Mgr Fillon recevant la Légion d'honneur46. Le basculement massif du discours hiérarchique peut être situé au moment de la tension de Munich. Fin août 1939, Mgr Fleury affirmait ainsi que le redressement avait commencé dix mois auparavant47.

  • 48 Semaine religieuse du diocèse de Bayeux et Lisieux, 22 janvier 1939.

29L'exception française n'était donc plus négative aux yeux des évêques. Elle prenait clairement les couleurs de l'Union sacrée du précédent conflit, toujours dans la bouche de Verdier : « N'est-ce pas un spectacle singulier, celui de cette nation qui passait pour la plus anticléricale de toutes, qu'on appelait la citadelle de l'anticléricalisme, et qui est aujourd'hui à côté du Pape pour défendre les suprêmes valeurs de la civilisation chrétienne48 ». La grande ambition de l'archevêque de Paris, en cette année commémorative, dépassait cependant l'histoire de la IIIe république. Elle allait jusqu'à la grande Révolution : « Oui, nous sommes les défenseurs-nés de la liberté. Et cet amour, le Français l'a manifesté, j'ose le dire, jusque dans son anticléricalisme, car il espérait ainsi se libérer de prétendues tutelles gênantes ! » Bien éloigné de la séduction intellectuelle de Maurras, l'héritage révolutionnaire revendiqué désignait clairement Valmy. Le schéma de pensée entretenu lors du Premier Conflit mondial se trouvait reproduit. En janvier 1939, c'était la menace de la guerre qui faisait intervenir ainsi Verdier. Par l'effort intégrateur de la mobilisation dont les chefs de l'Église de France savaient depuis 1914 combien il permettait à la religion de gagner des points dans la République, il s'agissait de transformer la spécificité nationale de l'anticléricalisme en anomalie accidentelle. C'est très notable dans le discours tenu le 11 novembre 1939 par l'évêque de Clermont, Mgr Piguet :

  • 49 Semaine religieuse du diocèse de Clermont, 11 novembre 1939.

« En ces dernières années, une évolution rapproche sans cesse la France de Dieu. Certaines fêtes religieuses ou des cérémonies officielles à Paris, un peu partout en France et à Clermont comme dans tout le diocèse nous l'ont montré. [...]. Quelle différence avec la période de persécution de notre jeunesse ! [...] Quelle différence avec le siècle dernier [...]49 ! ».

  • 50 Bulletin religieux de Tarchidiocèse de Rouen, 11 février 1939.

30Les nuages sombres de la menace européenne accentuaient la représentation du temps radieux national. Le pays redevenait la citadelle de la civilisation contre la barbarie nazie et soviétique condamnée par le pape et qui préparait, selon Petit de Julleville, une « offensive » généralisée « contre la pensée chrétienne50 ». Le recours à la rhétorique de la confiance constituait également une opération interne destinée au camp conservateur. Sa mise en route par quelques artisans attitrés de la nouvelle génération reposait clairement sur une construction opportuniste liée au calendrier. Après les dégâts de 1936, l'effort de reconstruction fut patent pour conserver l'esprit d'optimisme du début de la décennie. Dans la conscience de ces évêques, le renouveau catholique ne pouvait véritablement s'affirmer que dans des conditions politiques favorables, comme le signalait Petit de Julleville, lors de ses vœux au clergé :

  • 51 Ibid., 7 janvier 1939.

« Par contre, en ce qui concerne la situation de l'Église, au moins, en France, elle est pleine de promesses. L'affirmer, n'est pas témoigner d'un vague optimisme, les faits ne manquent pas qui prouvent de la part de beaucoup, hier encore très loin de nous, un sincère désir de se rapprocher du catholicisme et de la religion51 ».

  • 52 Semaine religieuse du diocèse de Nancy et de Toul, 26 août 1939
  • 53 La Revue religieuse du diocèse de Cahors, 31 décembre 1938.

31La figure du converti, particulièrement mise en avant à cette époque, a incontestablement servi d'avant-pont au discours de conversion de la République prononcé lors des vœux du nouvel an 1939 et accentué à la déclaration de guerre. La chronologie mérite d'être respectée. Quelles étaient les satisfactions au début de l'année 1939 ? L'évêque de Nancy les énuméra : « Ce sursaut contre le communisme, cette union des cœurs, cet appel du Président du Conseil aux vertus chrétiennes, ces manifestations avec la participation du gouvernement. Tout cela n'est-il pas la résurrection de la France52 ? ». Moussaron était convaincu que la modération avait fait gagner l'épiscopat après le Front populaire : « La loyauté de notre attitude, dépourvue de toute ambition politique, et la sincérité de notre dévouement à la chose publique ne sont pas étrangères à ce revirement53 ».

  • 54 Ibid., 18 février 1939.
  • 55 La Vie catholique du Berry, 25 février 1939.
  • 56 Semaine religieuse du diocèse de Valence, 18 février 1939.

32La mort de Pie XI en février 1939 fut logiquement l'occasion pour la nouvelle génération épiscopale de souligner la justesse du second Ralliement et de la condamnation de 1926. L'évêque de Cahors l'affirma : « En nous aidant à la libérer de la compromission des partis, il a permis à la religion de regagner son prestige et d'étendre son influence. Grâce à lui, le catholicisme occupe chez nous une place que depuis longtemps il n'avait plus [...]. Si l'Église perd un Chef, la France perd un ami54 ». La disparition du pape, qui constituait habituellement un moment de doutes et d'inquiétudes dans l'Église, était considérée tout autrement en France. Les évêques n'en revenaient pas des hommages officiels et de la grande presse. L'archevêque de Bourges, Mgr Fillon, décréta ainsi que « ce plébiscite a, pour nous, Français, valeur de réconciliation55 ». Celle-ci devait être comprise comme l'achèvement de l'Union sacrée de 1914. Ce que la perception de Benoît XV empêchait était accompli en 1939, à l'heure des nouvelles lourdes menaces allemandes. Les prélats savaient trouver les mots pour remercier le pouvoir bienveillant. Ainsi Mgr Pic : « Chez nous, c'est le chef du gouvernement, ce sont les présidents des deux assemblées qui disent des paroles que toute la France attendait, mais qu'elle n'attendait peut-être pas si décisives et si magnifiques [...]. On n'a rien fait de tel pour les papes que notre génération a connus56 ».

  • 57 Semaine religieuse du diocèse de Besançon, 28 septembre 1939.

33La concordance objective des thèmes des pastorales pour le carême 1939 avec la politique de Daladier, soulignée par Jean-Marie Mayeur, apparaissait comme la meilleure preuve de la satisfaction hiérarchique. Ce fut un prélude à l'emballement doctrinal du carême 1941. L'adhésion de l'épiscopat français à la politique familiale du gouvernement est un fait connu. L'historien est un peu dans la position du spectateur privilégié présent lors de la répétition générale alors qu'il connaît les conditions de représentation de la pièce sous Vichy. I1 constate toutefois que la satisfaction hiérarchique ne s'exprima avec intensité qu'au moment de la Déclaration de guerre. Le cri du cœur de Dubourg le prouve, lui qui parla alors de « 1939 [comme] d'une année de redressement national vraiment extraordinaires57 ». Le contentement était cependant rétrospectif, selon ce qu'indiquait Mgr Moussaron :

  • 58 La Revue religieuse du diocèse de Cahors, 2 septembre 1939.

« Nos divisions intestines faisant place à l'union qui s'est scellée depuis plusieurs mois autour des chefs de la nation, au lieu de l'agitation qui troublait l'usine et la rue, le travail joyeusement consenti et d'ailleurs respecté, la famille défendue, protégée, dotée d'un code qui va lui permettre de rendre à la nation une vitalité qui semblait l'abandonner [...]58 ».

  • 59 Ibid.
  • 60 Dazet-Brun P., Auguste Champetier de Ribes (1882-1947). Du catholicisme social au centrisme, thèse (...)

34L'exigence unanimiste imposait cette adhésion du discours qui s'inscrivait dans le cadre large de l'expression patriotique. Ce parfait loyalisme se doublait par ailleurs d'une confiance à l'égard des hommes. Sans aller jusqu'au culte de la personnalité propre au maréchalisme, le radical Daladier, bien que son nom s'effaçât toujours derrière sa fonction ou le « gouvernement », fur un personnage très salué dans les cathédrales. Son sang froid déjà applaudi lors de la crise d'octobre 1938 fut de nouveau salué en septembre 1939. Un prélat comme Moussaron ne lésina pas sur les formules, parlant du « langage droit, de cœur et aussi d'un ferme vouloir59 ». Les derniers gestes officiels de la République se rendant dans les cathédrales pour mettre la nation mal en point sous la protection divine furent salués par un épiscopat qui attendait ces actes, d'autant qu'un projet de concordat était en préparation depuis 193960. L'ultime message de Mgr Dubourg avant l'invasion fut lancé pour saluer la présence du président du Conseil, Paul Reynaud, à Notre-Dame le 19 mai et faire taire les critiques conservatrices de ceux qui, dans son camp, raillaient cette conversion tardive de la République :

  • 61 Semaine religieuse du diocèse de Besançon, 6 juin 1940.

« Attitude pernicieuse et antichrétienne [...]. Je veux parler de cette disposition d'esprit qui nous fait juger avec une sévérité excessive des hommes qui n'étaient pas des nôtres avant la guerre, [...] et qui maintenant se rapprochent de nous et ne craignent pas de montrer publiquement leur sympathie à notre égard61 ».

  • 62 Bulletin mensuel des comités paroissiaux du diocèse de Saint-Brieuc, mars 1939.
  • 63 Semaine catholique du Gévaudan, 26 mai 1939.
  • 64 Semaine religieuse du diocèse de Grenoble, 28 mars 1940.
  • 65 Semaine religieuse de Nîmes, 31 décembre 1939.

35Cette génération pouvait au moins considérer avec satisfaction que l'ancienne garde hiérarchique s'était mise à son diapason à partir de la Déclaration de guerre. Après avoir rechigné à établir une coupure entre Blum et Daladier (Serrand62), appelé à la conversion réelle de la République impie (Auvity63) alors que le cardinal Verdier venait de reconnaître à Orléans, lors des fêtes de Jeanne d'Arc, la sincérité du changement officiel, puis prédit un possible retour de balancier (Caillot64), les conservateurs furent contraints d'atténuer leurs récriminations, au nom de la croisade contre l'Allemand. La note discordante exprimée contre l'élite républicaine, dans ce temps d'unanimisme patriotique, par Mgr Girbeau à Nîmes, mérite néanmoins d'être repérée : « Nos fautes [...] nationales ont armé le bras de Dieu dont le fléau de la guerre est le vengeur. [...] C'est ici que chacun doit faire loyalement son examen de conscience. Il y a des aveux troublants dans les sphères gouvernementales65 ». Elle annonçait bien des discours de l'après-défaite.

Le pacifisme à l'épreuve de la déclaration de guerre

  • 66 « Discours à la cérémonie de prières pour la paix, le 2 octobre 1938, en l'église Saint-Maurice », (...)
  • 67 Quinzaine religieuse de la Savoie, 15 novembre 1938.

36Les déclarations et la mobilisation de l'épiscopat au cœur de la croisade patriotique à partir de septembre 1939 ne sauraient faire oublier la profonde identité pacifiste du corps hiérarchique. En octobre 1938, les évêques furent majoritairement munichois. En affirmant que la sauvegarde de la paix était en définitive la « seule victoire dont l'humanité [...] ait lieu d'être fière66 », l'emblématique cardinal Liénart reprenait pour l'inverser son discours de 1932 sur Verdun – « vraie victoire de l'homme ». Cette génération voulait conserver la paix comme elle avait fait la guerre, c'est-à-dire avec obstination. La filiation entre Verdun et Munich se concevait dans l'esprit ancien combattant comme la chance de pouvoir toujours continuer à maintenir son destin au bord du précipice. Une voix discordante s'était toutefois fait entendre à Chambéry le 11 novembre 1938. Certes, l'intervention de Durieux était plus tardive, l'éloignant de fait des réactions instinctives de soulagement du début octobre. Le prélat a pu toutefois soulever la chape déterministe qui l'enserrait dans le passé des tranchées pour trouver la liberté d'affirmer : « Ai-je besoin de le dire ? Nous ne sommes pas de ceux qui se vantent « de ne pas craindre la guerre ». Nous la redoutons, au contraire, parce que nous l'avons vécue. Mais nous croyons aussi qu'il faut se résigner à se battre et à le faire sans peur67 ». Loin de la Der des Ders, une autre guerre était donc possible. Munich qui était la victoire annoncée de l'humanité à Lille devenait une défaite de la « civilisation » en Savoie. Verdier, une nouvelle fois cité par Béguin, avait lui aussi parlé du « sacrifice de la Tchécoslovaquie pour la rançon de la paix », mais il n'envisageait pas la guerre. Martin, à Amiens, invoquait le réveil de l'esprit patriotique mais, en bon prélat du Nord et ami de Castelnau, le restreignait à la seule sécurité nationale contre l'ennemi traditionnel, sans conscience de solidarité européenne avec les pays menacés par Hitler.

  • 68 Semaine religieuse de l'archidiocèse d’Auch, 3 février 1940.
  • 69 Semaine religieuse du diocèse de Besançon, 28 septembre 1939.
  • 70 Ibid., 1er février 1940.

37L'invasion de la Pologne catholique modifia cette lecture et permit aux évêques de présenter la France comme l'un des gardiens de la catholicité. La phase aiguë de rémission pacifiste lors de la « drôle de guerre » poussa certains évêques à revenir sur Munich pour, cette fois, en condamner l'esprit. La critique cachait peut-être des intentions de rachat. Il en était ainsi de Mgr Bernard à Perpignan ou de Mgr Béguin68, revenu de son pacifisme de 1931. La déclaration de guerre cantonna le discours hiérarchique dans le rôle attendu pour une élite nationale de relais de propagande. Ce message distillé dans l'unanimisme ambiant apparaissait comme largement stéréotypé. C'est justement cette construction, effaçant la représentation sur le conflit meurtrier, qui est intéressante à relever. Quelques jours avant la déclaration de guerre, Dubourg déclarait encore : « Nous savons bien qu'une guerre quelle qu'elle soit est meurtrière ; à plus forte raison une guerre depuis si longtemps préparée, et si savamment69 ». Engagé dans l'effort de mobilisation, le même archevêque de Besançon, et parfait prélat patriote de l'Est, affirmait en novembre 1939, à l'Institut catholique de Paris : « La guerre est un temps de progrès matériel. Que d'améliorations techniques ont été faites de 1914 à 1918 ! Et après le début de cette guerre70 ! ». La déclaration de guerre a constitué une frontière dans la représentation de ces hommes, contraints désormais d'ouvrir les yeux sur le péril nazi après les avoir fermés en raison du souvenir des morts de 14-18. Le premier discours de Mgr Louis après l'ordre de mobilisation générale décrit bien cette étape :

  • 71 Semaine religieuse du diocèse de Périgueux du 9 septembre 1939.

« Jusqu'à la dernière minute, j'ai cru à la paix. Je ne pouvais pas concevoir qu'un ancien combattant, fût-il un Hitler grisé d'orgueil, pût avoir la folie de déchaîner une nouvelle guerre ».
Cet homme a cessé d'être homme.
Nous ferons la guerre que nous maudissons71.

  • 72 Semaine religieuse du diocèse de Valence, 25 novembre 1939.

38La transgression d'Hitler, brisant le pacte de l'humanité ancien combattant du « plus jamais ça », renvoyait de fait l'agresseur dans la barbarie et brisait le sortilège pacifiste de l'après-Première Guerre mondiale. Derrière les cuivres de la croisade patriotique, on peut cependant entendre subrepticement une autre musique. L'impatience belliciste fit ainsi réagir Mgr Pic : « Quelques-uns perdraient leur calme parce qu'il n'y a pas encore eu de bataille et de convois de blessés ? Est-il donc nécessaire pour gagner cette guerre [...] qu'il y ait des batailles72 ? ». C'était bien le signe d'une conscience pacifiste qui ne voulait pas s'éteindre. Faut-il mettre cette démonstration quelque peu naïve sur le compte de la nervosité d'un prélat qui semblait étouffer dans cette société de guerre qui lui faisait revoir les images des blessés et des morts brancardés durant la Grande Guerre ? On peut aller jusqu'à écrire que le seul discours pacifiste que la censure française ne pouvait empêcher à la publication était celui tenu par les anciens poilus. Ainsi, cette lettre pastorale pour le carême de 1940 de l'évêque de Dax, Mgr Mathieu :

  • 73 Le Bulletin religieux du diocèse d'Aire et de Dax, 9 février 1940.

« Ce scandale [de la guerre], surtout parmi les Anciens Combattants, se double d'une déception. Dans la montée du rude calvaire, que pendant 51 mois ils avaient gravi, en multipliant les prodiges d'endurance et de courage, une espérance les avait soutenus, qui ralliait tous les Français, quel que fût leur Credo politique ou religieux. On leur avait dit : Vous faites la guerre pour qu'il n'y ait plus de guerre [...]73 ».

  • 74 Ibid., 29 mars 1940.

39Mathieu, en niant ainsi la certitude de la guerre, ne rejoignait-il pas implicitement Pic dans son désir de connaître in fine la paix ; n'était-ce pas un avant-goût de l'esprit d'armistice ? Le témoignage des anciens combattants était évidemment à double tranchant. L'évocation des responsabilités de l'agresseur répondait aux attentes des comités de propagande (Mgr Rémond, membre du Conseil supérieur de l'information, intervint ainsi plusieurs fois sur les ondes) en maintenant la tension parmi la population ou les combattants, et en leur rappelant par l'évocation de la souffrance qu'une guerre ne se faisait pas dans la facilité. Mais la répétition du constat de l'ignominie de la guerre ne risquait-elle pas d'avoir l'effet contraire d'un anesthésiant, atténuant ainsi l'ardeur belliqueuse dans le pays et sur le front ? En grattant le vernis de la mobilisation patriotique, on se rend compte également que les évêques refusaient l'exaltation parce qu'ils restaient la plupart du temps dans le réalisme de la projection de leur propre expérience de 14-18, sur la génération alors en armes. Toujours Mgr Mathieu : « J'évoque l'hiver de 1916-1917 [...]. Pendant plus d'un mois, un froid de moins vingt degrés gelait notre pain et transformait notre vin en un bloc de glace qu'il fallait briser. [Cet hiver...], j'ai senti la honte de m'abriter dans la douce tiédeur d'une maison, alors que mes enfants gelaient74 ». Le discours épiscopal encourageait cependant les prêtres mobilisés dans l'espoir d'une récolte aussi fructueuse que lors du conflit précédent. De fait, les soldats étaient contraints de faire aussi bien que leurs glorieux aînés. Le traditionnel paternalisme hiérarchique s'inscrivait en fait dans une relation beaucoup plus large liant la génération tutrice, celle de Verdun et des gardiens du temple de l'héroïsme national, à ses successeurs. La jeunesse des classes creuses a avancé sous l'œil des anciens, au propre (les gradés étaient souvent des soldats de la Première guerre mondiale) comme au figuré. Ce pays était décidément trop vieux pour gagner la guerre.

Notes

1 C'est l'argumentation de J.-L. Clément (Les évêques au temps de Vichy, Beauchesne, 1999, p. 16-17).

2 La Vie diocésaine de Dijon, 3 mars 1934.

3 Semaine religieuse du diocèse de Valence, 17 février 1934.

4 Semaine religieuse du diocèse de Lille, 25 février 1934.

5 Nobécourt J., Le colonel de La Rocque 1885-1946 ou les pièges du nationalisme chrétien, Fayard, 1996, p. 182.

6 ADC. I B « Préparation ACA 1936 ».

7 ADC I B 1935, lettre à Chollet du 2 novembre 1935.

8 Action catholique et action politique, Annecy, Imp. F. Abry, 1935, 7 p.

9 Bonafoux-Verrax C., Op. cit., p. 518.

10 ADC I B 1935, lettres du 2 novembre et du 26 novembre 1935 à Chollet.

11 Masson C, op. cit., p. 199.

12 ADC I B Préparation ACA 1936.

13 Les carnets du cardinal Baudrillart 20 novembre 1935-11 avril 1939, Christophe P. (éd.), Cerf, 1996, p. 145-146, à la date du 11 mars 1936.

14 Nobécourt J., op. cit., p. 384.

15 Rochefort-Turquin A., Front Populaire. « Socialistes parce que chrétiens », Cerf, 1986, 232 p.

16 DC, 11 avril 1936.

17 « L'épiscopat, les démocrates-chrétiens et les Croix-de-Feu 1930-1936 », Revue Historique, 603, juillet-septembre 1997, p. 103-113.

18 Ibid., p. 112.

19 Exemple de sa conférence à Sens, en février 1935, sur l'État (AHAP ID) XV 31).

20 Semaine religieuse du diocèse de Besançon, 4 février 1937.

21 Christophe P., 1936 les catholiques et le Front populaire, Desclée, 1979, 308 p. et Rémond R., « Les catholiques et le Front populaire (1936-1937) », Archives de sociologie des religions, 10, juillet-décembre 1960, p. 63-69.

22 Moussaron : Revue religieuse du diocèse de Cahors, 13 février 1937.

23 Semaine religieuse de l'archidiocèse d'Auch, 13 février 1937.

24 Semaine religieuse du diocèse de Valence, 25 juillet 1936.

25 Schor R., Monseigneur Paul Rémond un évêque dans le siècle 1873-1969, Nice, Serre, 1984, p. 95.

26 Semaine religieuse du diocèse d'Evreux, 2 janvier 1937.

27 Semaine religieuse de Paris, 31 octobre 1936.

28 Lire par exemple Piguet (Semaine religieuse du diocèse de Clermont, 13 février 1937).

29 Semaine religieuse du diocèse de Lille du 28 juin 1936.

30 Borne D. et Dubief H., La crise des années trente 1929-1938, Seuil, 1989, p. 180.

31 ADC « Séminaire français ». lettre du 26 novembre 1936.

32 Christophe P., op. cit, p. 151-170.

33 Bulletin religieux de l'archidiocèse de Rouen, 30 janvier 1937.

34 « La messe commémorative de l'armistice », Semaine religieuse du diocèse de Clermont, 21 novembre 1936.

35 « Fête de l'armistice à Cahors », La Revue religieuse du diocèse de Cahors et de Roc-Amadour du 14 novembre 1936.

36 C'est Pétain qu'il nous faut, Éditions de « La Victoire », 1936, 71 p.

37 ADC « Séminaire français », lettre du 22 décembre 1934 à Chollet.

38 « Conseils du cardinal Verdier à ses prêtres », Semaine religieuse du diocèse de Clermont, 23 janvier 1937.

39 Gaudron : Semaine religieuse du diocèse d'Évreux, 6 février 1937.

40 Langlois C., « Catholicisme et Révolution 150 ans après », Colin P. (dir.), D'un centenaire à l'autre 1889-1989. Les catholiques français et l'héritage de 1789, Beauchesne, 1989, p. 187-197.

41 Bulletin religieux du diocèse d'Ajjaccio, 1er octobre 1936.

42 « Les évêques dans l'avant-guerre », Églises et chrétiens..., op. cit, p. 11-16.

43 Semaine religieuse du diocèse de Nancy et de Toul, 7 janvier 1939.

44 Semaine religieuse du diocèse de Perpignan, 18 novembre 1939.

45 « Son Éminence précise la mission actuelle de la France [conférence aux Ambassadeurs] », Semaine religieuse du diocèse de Valence, 28 janvier 1939.

46 La Vie catholique du Berry, 11 février 1939.

47 Semaine religieuse du diocèse de Nancy et de Toul, 26 août 1939.

48 Semaine religieuse du diocèse de Bayeux et Lisieux, 22 janvier 1939.

49 Semaine religieuse du diocèse de Clermont, 11 novembre 1939.

50 Bulletin religieux de Tarchidiocèse de Rouen, 11 février 1939.

51 Ibid., 7 janvier 1939.

52 Semaine religieuse du diocèse de Nancy et de Toul, 26 août 1939

53 La Revue religieuse du diocèse de Cahors, 31 décembre 1938.

54 Ibid., 18 février 1939.

55 La Vie catholique du Berry, 25 février 1939.

56 Semaine religieuse du diocèse de Valence, 18 février 1939.

57 Semaine religieuse du diocèse de Besançon, 28 septembre 1939.

58 La Revue religieuse du diocèse de Cahors, 2 septembre 1939.

59 Ibid.

60 Dazet-Brun P., Auguste Champetier de Ribes (1882-1947). Du catholicisme social au centrisme, thèse, Université Paris IV, 1995, 870 p.

61 Semaine religieuse du diocèse de Besançon, 6 juin 1940.

62 Bulletin mensuel des comités paroissiaux du diocèse de Saint-Brieuc, mars 1939.

63 Semaine catholique du Gévaudan, 26 mai 1939.

64 Semaine religieuse du diocèse de Grenoble, 28 mars 1940.

65 Semaine religieuse de Nîmes, 31 décembre 1939.

66 « Discours à la cérémonie de prières pour la paix, le 2 octobre 1938, en l'église Saint-Maurice », Semaine religieuse du diocèse de Lille, 9 octobre 1938.

67 Quinzaine religieuse de la Savoie, 15 novembre 1938.

68 Semaine religieuse de l'archidiocèse d’Auch, 3 février 1940.

69 Semaine religieuse du diocèse de Besançon, 28 septembre 1939.

70 Ibid., 1er février 1940.

71 Semaine religieuse du diocèse de Périgueux du 9 septembre 1939.

72 Semaine religieuse du diocèse de Valence, 25 novembre 1939.

73 Le Bulletin religieux du diocèse d'Aire et de Dax, 9 février 1940.

74 Ibid., 29 mars 1940.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540