Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les évêques français de Verdun à Vatican II

 | 
Frédéric Le Moigne

Première partie. La jeunesse épiscopale (1927-1940)

Chapitre 2. L’épiscopat ancien combattant

Texte intégral

  • 1 « Les évêques de l’avant-guerre », Montclos X de et al. (dir.), Églises et chrétiens dans la Deuxi (...)

1L’épiscopat constitué à partir de 1927 fut majoritairement formé d’anciens combattants. Jean-Marie Mayeur a pu ainsi relever sur les 39 nominations de la nonciature Maglione (1926-1936) 28 poilus, soit presque 72 de l’effectif1. En ajoutant les nominations du nonce Valeri jusqu’en 1944, sur un total de 73 prélats métropolitains, les mobilisés du Premier Conflit mondial étaient 51 (67 %). Simple effet de génération, une telle coloration dépassait assurément la seule loi de l’âge pour donner sa principale identité au groupe hiérarchique.

La génération du feu

  • 2 Launay M., Les séminaires français aux xixe et xxesiècles, Cerf, 2003, p. 131-132.

2Cette génération fut celle du service militaire, après la loi du 15 juillet 1889. Pour l’Église, il faut parler avec la conscription de contrainte républicaine retardant la formation de ses séminaristes ou les premiers pas du prêtre, du danger de l’isolement de la caserne sur les vocations, de la pauvreté intellectuelle de ces mois de garnison. Mais, l’exemple du séminaire Saint-Sulpice prouve que l’Église a mis beaucoup d’énergie à bonifier l’épreuve. L’action de Maurice Feltin mérite d’être distinguée. Sorti sergent de ses classes, il devint instructeur à Issy, dirigeant les manœuvres et créant en 1907 un bulletin de liaison dupliqué pour les conscrits séminaristes-Le Faisceau (métaphore militaire pour lecteurs de saint Paul) –, qui n’était pas un cas isolé en France2. On approche, grâce à ce séminariste amateur de cor de chasse et représentatif de la jeunesse ecclésiastique attirée par la gymnastique, une réalité assez méconnue de la caserne-séminaire : l’entretien des corps dans la retraite sulpicienne de l’esprit et des exercices spirituels. La responsabilisation des anciens par leur rôle d’encadrement des plus jeunes, mieux connue dans l’enseignement, est également notable. Ce rôle de Feltin, au vu du destin du personnage et au sein de cette pépinière d’évêques des « cours de la Séparation », paraît fondateur.

  • 3 Boniface X., L’aumônerie militaire française (1914-1962), Cerf, 2001. 596 p. ; Chaline N.-J., « Le (...)

3L’adhésion manifestée par les catholiques à la mobilisation générale du début août 1914, souvent illustrée par le retour volontaire des congréganistes exilés pour participer à la défense nationale, a également été donnée par le clergé séculier. Dans le contexte d’» Union sacrée », l’engagement spontané de plusieurs individualités du futur épiscopat, soit initialement réformées (Achille Liénart, Lucien Martin), soit destinés à l’arrière (Maurice Feltin), le prouve. La figure de l’aumônier bénévole3 (Georges Louis), inventée par une Église dont les capacités d’adaptation avaient été augmentées par le difficile passage de la Séparation, symbolisait une adhésion générale qui ne distinguait pas le clergé des autres corps et confessions de la nation ayant tous donné des devancements d’appel. C’est ce que décrit la scène réunissant, dans la cour du collège Sainte-Croix du Mans, deux futurs évêques et que rapporta Louis Fillon :

  • 4 Semaine religieuse du diocèse de Langres, 8 juin 1935.

« Le 5 août 1914, au matin, un général commandant des formations d’artillerie désirait l’assistance d’un aumônier pour ses hommes de troupe et pour lui-même [...], il venait adresser un appel au dévouement populaire. Aussitôt et sans qu’aucun confrère ait pu le devancer, M. Choquet s’offrit pour gagner la ligne du feu4. »

  • 5 Fontana J., « Le prêtre dans les tranchées », Guerres mondiales et conflits contemporains, 187, ju (...)
  • 6 « Toast du général Gibon Guilhem », Semaine religieuse du diocèse de Langres, 17 août 1935.
  • 7 Lagrée M., « Exilés dans leur patrie », Lebrun F. (dir.), Histoires des catholiques en France, Tou (...)

4La majorité des prêtres de notre génération épiscopale (34 sur 51) ne furent pas à proprement parler des combattants car ils appartenaient aux classes concordataires mobilisées dans les troupes de santé. Ce groupe se divisait schématiquement entre « curés » – aumôniers titulaires, volontaires ou bénévoles – et « vicaires » – brancardiers ou infirmiers. Cette fonction d’assistance des âmes et des corps a été bien accueillie dans les tranchées certainement parce que la présence d’hommes de Dieu, « amulettes » incarnées, aidait des combattants nés au xixe siècle à supporter l’apocalypse de cette guerre nouvelle. Les religieux reliaient ensuite les soldats à l’arrière – leur principale obsession – en maintenant les gestes sacrés du monde civil particulièrement importants dans une armée majoritairement composée de ruraux. Ils accompagnaient enfin cette population qui devait composer avec la mort de masse. Ces prêtres furent particulièrement précieux au commandement, lors des mutineries de 1917, en rétablissant le lien parfois rompu entre officiers et hommes de troupe. En Champagne, l’action de Maurice Feltin fut ainsi décisive pour faire obéir le 2e bataillon du 174e RI refusant d’aller relever le 3e bataillon5. Le rôle de Georges Choquet, aumônier du 39e RI, fut identique au Chemin des Dames6 ; ce qui lui valut d’être décoré. Tous ces facteurs expliquent pourquoi le front a été vécu par ces prêtres comme un espace total d’accomplissement de l’apostolat, « à la pointe de la société réelle7 ».

  • 8 Mayoux P., Paul Doncoeur aumônier militaire, Aux Presses d’île de France, 1966, p. 233.

5De fait, les exemples peuvent être multipliés chez ces prêtres qui ne se satisfaisaient pas d’affectations dans les unités divisionnaires (Mégnin, Sembel) ou dans les hôpitaux d’évacuation (Gaudron, Rastouil, Joseph Martin). Le feu que ces hommes recherchèrent était aussi celui qu’ils ne voulaient plus quitter. Frédéric Lamy, pourtant une première fois grièvement blessé et à qui, dès lors, était destiné un poste d’infirmier en retrait du front, offrit cette place à un laïc pour le remplacer dans les tranchées. Maurice Dubourg, nommé capitaine aumônier divisionnaire durant l’été 1918, tint quand même à suivre son régiment (le 170e RI) engagé dans la campagne de Champagne en septembre-octobre. Le prêtre délaissait l’arrière et la périphérie du front pour mieux s’agréger à l’humanité combattante. Il cherchait à quitter les lieux féminisés, en particulier celui de l’hôpital qui lui renvoyait son ambiguïté sexuelle (il ne saurait être une religieuse) pour s’exposer et affirmer clairement sa virilité. Au front, « le prêtre était redevenu un homme », se félicita a posteriori le jésuite Paul Doncoeur8. Cette conversion dans l’enfer des tranchées avait cependant un prix diabolique pour l’intégrité du sacerdoce que soulignait par contraste le miracle vécu par le sergent Lamy :

  • 9 Lettre de la sœur de MgrLamy citée dans Noirot A.-J., Le département de l’Yonne comme diocèse t. 5 (...)

« En novembre 1915, une balle l’a frappé à la hanche et il est tombé, très grièvement blessé, tandis que ses hommes, sur son ordre [...] le quittèrent afin de ne pas être prisonniers. Un soldat allemand s’étant approché de lui pour l’achever, il eut la force de lui dire en allemand : « Je suis prêtre ». Il fut ainsi épargné9 ».

  • 10 Thérèse Desqueyroux, Bernard Grasset, 1989, p. 106 [1re édition 1927].

6À la fois signe de reconnaissance dans la guerre d’artillerie industrielle anonyme et geste d’humanité dans l’animalité du corps à corps, l’acte intéressera ici surtout parce que la religion a constitué un frein de civilisation au processus de « brutalisation » chez les deux acteurs. Lamy cria ainsi par instinct de survie qu’il était prêtre pour effacer l’aberration de sa participation combattante et recouvrir d’une soutane symbolique protectrice son uniforme français qui le vouait à la mort. Force est cependant de constater que l’uniforme, et donc la participation à la violence de guerre, a recouvert la soutane chez les prêtres et séminaristes des tranchées. Vraie naturellement pour les mobilisés des classes postérieures à 1905 et les officiers ecclésiastiques versés dans les unités combattantes (12 sur 51), cette constatation s’appliquait à l’ensemble des religieux engagés sur le front de la croisade patriotique. Puisqu’ils étaient porteurs d’une culture de guerre nationale qui les rendait alors plus proches des poilus agnostiques que des feldgrau bavarois ayant gravé sur leurs ceinturons Gott Mit Uns, il faut réfléchir sur les conséquences de cette fraternité d’armes. Dans la boue, le combattant voyait le prêtre comme son égal, son semblable, et non plus comme un étranger, un différent, un donneur de leçons. Le partage de l’uniforme effaçait, comme l’écrivait Mauriac, « le désert que crée la soutane autour de l’homme qui la revêt10 ». Cette absorption symbolique n’était pas sans intérêt pour une génération d’évêques qui fut confrontée, en fin de parcours, aux prêtres-ouvriers.

  • 11 Le Bulletin religieux du diocèse d’Aire et de Dax, 19 juillet 1940.
  • 12 Semaine religieuse du diocèse de Clermont, 27 janvier 1940.

7Le bon peuple que les prêtres rencontrèrent dans les tranchées n’était plus le même que celui de leurs sermons. Il suffit de comparer les souvenirs de service militaire avec ceux du front pour s’en convaincre. Mgr Mathieu évoquait les premiers : « Au régiment, il [le prêtre] a aperçu l’humanité dans toute sa laideur, une laideur sans voiles11 ! » Pour décrire les relations des tranchées, Mgr Piguet, habituellement si exigeant sur la moralité de ses diocésains, se satisfaisait bien simplement du respect bon enfant du prêtre et de l’expression d’une foi minimaliste : « N’y a-t-il pas dans la bonne camaraderie dont le prêtre soldat est toujours l’objet, dans la confiance qu’il rencontre la plupart du temps, dans la déférence même dont il est entouré très souvent, comme une survivance de foi, se manifestant vis-à-vis des ministres de Dieu12 ? » Pour ces ecclésiastiques qui, pour la plupart, avaient durement vécu la Séparation dans les séminaires, il s’agissait là d’une relégitimation fondamentale, obtenue qui plus est dans une société d’hommes bien différente de la population majoritairement féminine ou enfantine des églises.

  • 13 La Revue religieuse de Cahors et de Roc-Amadour, 13 février 1937.

8On peut toutefois trouver une représentation plus haute dans le discours épiscopal du peuple des tranchées : « Monseigneur [Moussaron] déclare que rien n’est plus éloquent que cette parole d’une femme du front qui, voyant passer les soldats après la relève, s’écriait : « On dirait des Christs ! » 13 » Teilhard de Chardin ne disait pas autre chose sur le combattant de Verdun. Si les prêtres se rapprochaient autant des autres hommes, n’était-ce pas parce que tous les hommes étaient devenus au front des martyrs chrétiens, prêts au sacrifice mystique pour la Patrie ? La découverte que chacun de leurs contemporains était capable – par devoir – de ce consentement suprême constitua une véritable surprise pour les ecclésiastiques. Ainsi, ne cherchèrent-ils pas à se placer au-dessus du lot commun des combattants dans les témoignages écrits sur le vif. Les écrits de Frédéric Lamy, premier prêtre à recevoir, aux Invalides, la Légion d’honneur des mains du président Poincaré, le démontrent :

  • 14 Noirot A.-J., op. cit., p. 182.

« Chacun de nous ne se croit-il pas l’âme d’un héros, avant la bataille ; on rêve de faire une action d’éclat, on est persuadé qu’on va étonner ses camarades par sa bravoure, en un mot, on s’estime supérieur aux autres. Puis, quand les obus éclatent, que les balles sifflent, il faut bien convenir que l’on a peur, qu’on tient à sa peau plus que l’on croyait et, au moins autant que ses camarades, que l’on considérait comme moins audacieux et qui, en réalité, ne se montrent pas moins braves que vous14. »

L’évêque ancien combattant

  • 15 Semaine religieuse d’Évreux, 20 septembre 1930.
  • 16 Le Bulletin religieux du diocèse d’Aire et de Dax, 6 novembre 1931.

9Il y avait cependant loin du quotidien des poilus à la focalisation individuelle propre à l’édification d’un évêque. Les lignes intimes de Lamy qui respiraient la vraie guerre s’opposaient au message de l’évidence artificielle et de l’après-coup, tel qu’on pouvait le lire dans ce propos de l’évêque de Chartres, Mgr Harscouët, présentant la promotion de son vicaire général à l’épiscopat en 1935 : « Est-il besoin de dire que l’abbé Gaudron y fit son devoir et même plus que son devoir15 ? » Ce trop-dit du « devoir » soulignait les grosses ficelles de la reconstruction biographique. L’inéluctabilité des parcours lisses et bien fléchés transpirent en quelque sorte de ces discours qui abondaient. On peut s’arrêter ainsi sur un commandant, lors du sacre de l’évêque d’Aire et de Dax, racontant comment « le caporal Mathieu, avant d’être sacré évêque, fut sacré crapouillot, [et] comment il se conduisit en héros16 ».

  • 17 Le Nouvelliste de Bretagne, 14 mai 1940.

10À partir du moment où les tranchées ont « consacré » des évêques, la question se pose de savoir comment les prélats non combattants – 22 sur les 73 appelés par les nonces Maglione et Valeri – ont pu être légitimés dans cette société de l’héroïsme totalisant. L’exemple de Roques est à ce titre éclairant, avec les félicitations reçues d’Eugène Delahaye dans Le Nouvelliste de Bretagne, lors de sa nomination à Rennes en 1940 : « On nous permettra de signaler que le nouvel archevêque de Rennes est un ancien combattant de la guerre 14-18 [...]. Le titre qu’il a acquis, au cours de la dernière guerre, le rendra plus sympathique encore auprès des populations bretonnes et le fera aimer de toutes les familles qui ont déjà donné tant des leurs pour la France17. » Or, l’intéressé n’a jamais été combattant. Il fut mobilisé en 1915 dans sa ville de Castres pour occuper les fonctions d’aumônier et d’interprète (il était licencié et professeur d’allemand) au dépôt des prisonniers de guerre.

11Au reste, il s’agit d’écrire qu’il n’y a absolument pas eu déni d’héroïsme. Les citations et leur poids en médailles étaient là pour démontrer, bien loin de la « rumeur infâme » sur les prêtres « embusqués », que la République a très loyalement intégré le clergé dans la course aux honneurs, en lui reconnaissant même, au cœur des citations, la spécificité morale de son action. L’accession à l’épiscopat se comprend à cette échelle d’excellence républicaine. Dans ce cadre, le corps des évêques est devenu une élite dans l’élite nationale des anciens combattants du fait de la visibilité de sa désignation monarchique. C’est la raison pour laquelle il faut souligner l’importance de la succession des sacres épiscopaux. Ils offraient à une République du souvenir en quête de sacralisation pour ses héros combattants une production renouvelée et massive de symboles.

  • 18 Le Dimanche, 17 et 24 février 1946.
  • 19 Semaine religieuse du diocèse de Sens et Auxerre, 29 octobre 1932.

12Les intronisations des évêques contribuaient au maintien d’une temporalité héroïque particulièrement reçue dans les cités épiscopales. De manière saisissante, l’édification catholique jouait d’ailleurs de la symétrie construite entre ces cérémonies et les défilés de la Victoire. Mgr Roeder semblait ainsi considérer que le sacre nancéen de Mgr Martin avait eu lieu aussi bien en 1935 qu’en 1918-1919 : « Rentré à Nancy en triomphe, à cheval, décoré, à la tête de son beau régiment couvert de gloire et de citations. Il avait exulté de notre victoire18. » On se rend compte alors de l’emprise spatiale du catholicisme sur l’espace public national par son enracinement dans la petite patrie. Mgr Martin était reconnu comme l’aumônier du « régiment du fer » nancéen ; Mgr Cazaux restait le porte-drapeau de son régiment landais (le 88e RI) lors du défilé de la Victoire à Auch et sur les Champs-Elysées le 14 juillet 1919 ; Mgr Liénart était célébré comme le « brancardier des Nordistes » : autant d’inscriptions régionales qui expliquaient l’enracinement populaire de cet épiscopat. Ce n’est donc pas un hasard si les consécrations et intronisations épiscopales furent alors – et de manière nouvelle – complètement acceptées par la République. Pour la première fois à Sens, les autorités préfectorales et municipales accueillirent le nouvel évêque ancien combattant Feltin. La cérémonie commençait évidemment devant le monument aux morts19. L’intronisation de l’ancien artilleur Mgr Mathieu dans sa ville de Dax eut lieu un 11 novembre (1931), et pas un autre jour, pour mieux inscrire la désignation religieuse dans la légitimité nationale en associant tous les acteurs de la commémoration.

  • 20 Le Bulletin religieux du diocèse d’Aire et de Dax, 20 novembre 1931.

13On peut tout autant insister sur la réception de ces sacres. La désignation de l’élite catholique par son identité poilue a été assurément vécue par la génération ancien combattant comme un signe de reconnaissance très fort. Elle comblait cette opinion dont on a souligné à juste titre la fraternité égalitaire mais qui aspirait aussi à ce que la société d’après-guerre reconnût son mérite. Cette ambition aristocratique était assurément comblée : des Princes de l’Église ont été choisis dans le vivier du feu et faisaient placer sur leurs blasons les médailles obtenues au front. Mgr Mathieu le confirmait : « Un de vos amis soldat, puis brigadier, puis enfin modeste maréchal des logis, aujourd’hui promu évêque [...], a voulu que son premier geste d’évêque fût pour bénir ses compagnons de misère et ses compagnons de gloire20. » Nulle autre élite de la Nation n’a pu être intronisée de manière aussi claire dans sa filiation ancien combattant.

  • 21 Semaine religieuse de Nice, dimanche 13 juillet 1930.

14À l’échelle de l’édification proprement ecclésiale, cette construction héroïque n’était pas sans poser question puisque la figure de l’évêque était alors inventée sur le modèle solitaire et aristocratique du primus inter pares. Comment concilier la camaraderie horizontale de la représentation ancien combattant avec l’obligation de distance verticale du respect hiérarchique monarchique ? Une réponse attendue a consisté pour le discours épiscopal à gloser sur la continuité naturelle entre l’expérience de commandement des tranchées et du diocèse. L’évêque restait ainsi à l’avant, c’est-à-dire au poste reconnu de tous comme étant privilégié. Mgr Rémond déclara ainsi lors de son intronisation : « J’ai bien l’intention de marcher à votre tête [...]. Durant la guerre, quand je conduisais au feu les unités que j’ai eu l’honneur de commander, je n’ai point occupé d’autre place21. » Seulement, le commandement n’a pas été le lot de tous les acteurs. Un article de Thellier de Poncheville dans les Etudes sollicitait quant à lui un aspect plus intéressant de la représentation :

  • 22 Les Études, 5 novembre 1938, p. 319-320.

« Tout ce monde fait bon ménage autour de l’abbé ou du religieux ancien combattant. Aucun n’a de gêne à le fréquenter en public, sa soutane fut-elle devenue violette ou rouge. La première croix pectorale que reçut l’un de nos jeunes évêques [Mgr Lamy], quand on apprit à Amiens, sa promotion prochaine, portait cette inscription suggestive : « A notre camarade Frédéric Lamy ». Sans nul doute, plus d’un militant des « partis avancés » y était allé de sa souscription et, dans le café enfumé où l’on fit à l’élu l’offrande de la croix, le bon type dut y aller en surplus de sa petite larme22. »

  • 23 Dans La Grande Illusion de Renoir (1937), le Parisien – le lieutenant Maréchal (Jean Gabin) – cher (...)

15À la tête de l’élite ancien combattant, le prélat devenait du fait de cette onction populaire la figure centrale de la génération. L’équilibre de la construction semblait même parfait entre horizontalité et verticalité à travers la symbolique perpendiculaire de la croix. On ne comprend bien une telle représentation épiscopale d’un point de vue catholique qu’en l’associant à la référence ancienne du plébiscite du peuple lors de la cérémonie d’élection de l’évêque – votum plebis. La figure épiscopale qui faisait le trajet de la boue des tranchées au palais épiscopal pouvait entraîner dans son sillage la masse large des poilus. Thellier de Poncheville insistait certainement sur le « café enfumé » car l’intéressé était nommé dans l’archidiocèse peu pratiquant de Meaux. Le frère des tranchées devenait « Monseigneur », mais il restait le camarade que l’on avait toujours envie de tutoyer23.

  • 24 Semaine religieuse du diocèse de Langres, 10 août 1935.
  • 25 Gury C, Mgr Grente. Des maisons closes à l’Académie française, Éditions de Kimé, 1995, p. 12.

16Le discours savait à ce titre inventer d’intéressantes associations. Le maire de Langres, président de la Fédération des Anciens Combattants de la Haute-Marne, voulut-il accueillir le nouvel évêque Mgr Choquet, qu’il parla d’» éminent camarade24 » ; l’apostrophe cardinalice (« Éminence ») servant à nuancer la familiarité du « camarade ». Il était d’ailleurs un acte particulièrement symbolique du respect hiérarchique – l’agenouillement et le baiser de l’anneau épiscopal – qui, dans cette perception, ne pouvait presque pas se concevoir entre anciens combattants. La photographie d’apparat de l’évêque médaillé, parfois diffusée, jouait sur ces deux niveaux de représentation. La médaille renforçait assurément le statut élitaire des prélats, tout en humanisant leur habit singulier. Signe social d’appartenance à la génération ancien combattant dans la continuité de la très forte visibilité des prêtres décorés au sein de la société française, signe national, laïque, « concordataire » sur la poitrine du dignitaire catholique, elle était aussi la claire affirmation de sa virilité, à quelques centimètres du surplis en dentelles. Gageons ainsi que l’académicien Grente n’eût pas été appelé « Mgr Georgette Pètensoie25 » par son diocèse s’il avait été ancien combattant.

  • 26 « Lettre circulaire de Monsieur le Vicaire capitulaire [...] annonçant l’élection de MgrMégnin au (...)
  • 27 Le Bulletin catholique du diocèse de Montauban, 9 novembre 1939.

17Les qualités viriles rapportées du front de « vaillance », « courage » et « dévouement sans bornes pour le service de la patrie26 » étaient, dans le discours catholique, autant de gages pour la réussite de la mission hiérarchique. Cette représentation héroïque reposait toutefois sur des corps souffrants, et cette réalité pouvait gripper la machine de l’édification. La mort d’Élie Durand constitue un parfait cas d’espèce. En 1935, le diocèse de Montauban apprenait la nomination du « plus jeune évêque de France » (47 ans), dont on légitimait la vigueur et le sens de l’action par sa participation à un corps franc durant la Grande Guerre. Les six citations reçues renforçaient naturellement cette image. Quatre années plus tard, la mort prématurée du prélat mettait l’édification catholique en grande difficulté, elle qui avait autant investi sur le terrain héroïque. En réaction, le diocèse était déjà parcouru par des rumeurs – naturel corollaire des temps de crise – sur l’état mental de l’évêque au moment de sa disparition. Les autorités diocésaines, par l’entremise du protonotaire apostolique, ne purent longtemps garder le silence sur ce fait : « Il faut avec la plus grande énergie, faire justice de certains bruits que l’ignorance ou la légèreté ont colportés : de vive voix comme par écrit, les Professeurs [...] ont établi que Mgr Durand était un grand blessé, justiciable du chirurgien ; et non une débilité justiciable d’un psychiatre ou d’un aliéniste27. » Était révélée alors la véritable cause de la mort : une tumeur au cerveau.

  • 28 Roynette O., « La construction du masculin de la fin du xixe siècle aux années 1930 », Vingtième s (...)

18Le terrain final sur lequel la rumeur a prospéré étant connu, il convient de voir sa possible origine. Nul doute qu’il faille invoquer, du fait du temps extrêmement court de cet épiscopat, les conditions de sa nomination. Par un moyen détourné, le diocèse posait en quelque sorte la question : pourquoi a-t-on présenté un évêque présumé vigoureux alors que la guerre avait affaibli sa constitution ? Ce qui avait été caché, soulignant une sorte d’erreur de distribution de la désignation vaticane confiant le siège à un évêque peu vaillant, ressortait au grand jour. On se trouve avec cet échec institutionnel devant la face sombre du statut héroïque du mutilé et de la virilité souffrante de l’ancien combattant28. La hiérarchie catholique allait-elle définitivement effacer le Durand de 14-18, celui du sacre, au moment de ses obsèques ? L’Eglise est parvenue à reconquérir le terrain perdu pendant la maladie et l’agonie en conservant cette identification de départ. Alors que l’édification attendue eût affirmé que l’évêque était mort d’épuisement dans sa tâche de pasteur, le recteur de l’institut catholique de Toulouse, Mgr de Solages, ainsi que l’évêque de Cahors, Mgr Moussaron, insistèrent lors des funérailles pour dire qu’Élie Durand avait directement succombé à des blessures nées de la guerre. Ainsi n’y avait-il pas rupture : l’évêque entré en majesté quittait son diocèse en offrant sa vie durant la « drôle de guerre » pour la France.

  • 29 Semaine religieuse du diocèse de Clermont, 11 janvier 1936.
  • 30 Le Dimanche, 9 juin 1935.
  • 31 Bulletin trimestriel des anciens élèves de Saint-Sulpice, 15 novembre 1932.

19On se rend compte de l’impossibilité pour le discours religieux de se détacher de cette construction totalisante et d’une certaine façon laïque du héros national. Mais le catholicisme possédait naturellement ses propres munitions sur ce terrain. Dans sa présentation du nouvel évêque, Mgr Gabriel Piguet, le curé de la paroisse de Jésus-Ouvrier à Clermont-Ferrand, convoqua le martyre de la cathédrale de Reims pour mieux l’associer aux blessures de guerre du prélat (les médecins n’avaient pu lui extraire une balle de la colonne vertébrale) : « L’une de ces glorieuses victimes fut un soldat-prêtre du 95e RI. Dans les desseins divins, ce combattant devait devenir l’ange de l’Église de Clermont. Comme l’ange de Reims, il s’appelait Gabriel. La mitraille qui le meurtrit un jour ne toucha ni la tête ni le cœur29. » Cette association au sourire de l’ange du sanctuaire meurtri des sacres se concevait encore davantage pour Antoine Cazaux. Une paralysie de guerre de la moitié inférieure de la face (menton et joue) provoquait chez lui un rictus constant bien connu de ses diocésains. La thématique christique du sang versé était particulièrement goûtée par l’édification. À Amiens, on célébra ainsi l’arrivée à la tête du diocèse de Lucien Martin : « Le 25 septembre 1914, il était blessé à Capy : ainsi depuis 21 ans il est uni à la terre picarde par le lien du sang30. » Rappelant la bataille de 1914, le colonel Ordioni honorait également la venue à Meaux du mutilé Frédéric Lamy, qui boitait depuis une blessure reçue à la hanche : « Nul plus que vous n’était digne d’occuper l’évêché de la Marne [...], sanctifié par le sang des héros31. » Certains diocèses du Nord et de l’Est de la France semblaient réservés non seulement à des anciens combattants mais qui avaient de plus communié physiquement à la souffrance de leur terre d’épiscopat.

  • 32 Semaine religieuse, de Paris 16 juillet 1927.
  • 33 La Croix du mardi 13 mars 1928.

20De si hauts paliers de légitimation symbolisaient la singularité de cette élite catholique dans le cours traditionnel de sa désignation, au point que l’on peut deviner une certaine exaspération de la part de l’ancienne génération épiscopale étrangère à cette expérience des tranchées. Un de ses plus hauts représentants, évêque depuis 1903, le cardinal archevêque de Paris, Louis Dubois, semblait ainsi vouloir refuser l’évidence exclusive de l’édification guerrière lors de la nomination en 1927 du nouvel évêque de Dijon : « C’est sous les traits d’un aumônier militaire que M. Petit de Julleville fut présenté au public, le jour de sa nomination au siège épiscopal. Sa physionomie est plus complexe32. » De telles réactions se concevaient puisque la sociabilité épiscopale était toute bouleversée, à l’image de ces sacres qui réunissaient uniquement des prélats anciens combattants. Celui de Mgr Feltin à Besançon en 1928 a pris l’allure d’une revue militaire à en juger par le commentaire de La Croix : « Les quatre prélats avaient fait la guerre : Mgr Rémond comme commandant d’infanterie ; Mgr Rodié comme capitaine d’artillerie ; Mgr Feltin comme sergent-brancardier ; le cardinal Binet comme simple soldat ; le cardinal l’a constaté dans son discours mais en remarquant qu’au sacre les rangs étaient renversés33. »

21La « bonhomie » du récit pousse l’esprit critique à imaginer dans ce tableau la présence incongrue d’une figure non combattante. Si la difficulté d’insertion de la minorité épiscopale par rapport au groupe dominant est à nouveau posée, l’historien doit souligner cependant que l’identité ancien combattant a davantage été un facteur d’unité que de division à l’échelle de la hiérarchie. La relation entre prélats se construisant essentiellement sur l’héritage du séminaire – avec la dichotomie fameuse Séminaire français de Rome – Séminaire Saint-Sulpice, ainsi que sur la proximité géographique –, on mesure aisément l’effet structurant d’une solidarité plus large qui créait de fait une véritable communauté nationale. L’exemple du réseau franc-comtois le prouve : des prêtres qui, à l’instar de Feltin, Dubourg et Rémond, ont tout fait dans les tranchées pour se rapprocher, travailler ensemble, n’avaient guère de mal, une fois devenus évêques, à continuer cette collaboration et à maintenir l’esprit de corps.

22À l’intérieur de l’épiscopat ancien combattant, faut-il ensuite introduire une hiérarchisation supplémentaire en fonction des mérites guerriers de chacun ? Certes, les distinctions sont évidentes entre les « 4-5-6 citations » et les mobilisés de la territoriale. On peut penser que l’ecclésiastique le plus gradé de la guerre, le commandant Paul Rémond, gardait une autorité naturelle sur un ancien sergent-fourrier. Mais tout en reconnaissant une certaine pertinence à ce tableau héroïque intériorisé par les acteurs, il convient de le nuancer par deux éléments : d’une part, cette génération était assez égalitaire, à l’instar des monuments aux morts démocratiques faisant se succéder les noms de mobilisés sans distinction de valeur ; d’autre part, l’appartenance combattante n’a jamais directement donné un évêché ou favorisé une promotion (car comment expliquer que Suhard puis Marmottin aient été nommés, en 1930 pour le premier et en 1940 pour le second, sur un siège aussi symbolique que celui de Reims sans aucun titre militaire ?).

Des agents du souvenir

  • 34 « Discours du 11 novembre 1931 », Vingt-cinq ans d’épiscopat. Œuvres choisies (édition jubilaire), (...)

23Le souvenir de la guerre fut porté par le discours hiérarchique. Plutôt que de s’enfoncer dans le maquis des interventions sur le sujet, il paraît plus profitable de rester en lisière pour découvrir ce que la forme a à dire sur le fond. L’esthétisation du conflit n’était pas absente consacrant par là le statut élitaire puisé dans les humanités des études ou le salon de Barrès davantage que dans la boue des tranchées, à partir de ce qu’on peut en lire de l’homme du Midi, Mgr Mathieu : « Grains du même magnifique épi qui s’appelle la France, nous avons été broyés sous la même meule guerrière. Grappes du même cep national dont mille ans d’existence n’ont encore ni affaibli la vitalité, ni affaibli la fécondité, nous avons été foulés dans le même pressoir de douleur34. » Sans atteindre la plupart du temps cette qualité, le discours hiérarchique a souvent choisi la voie du lyrisme patriotique. Mais une autre expression – moins clinquante et plus authentique – a pu également être trouvée. Loin du chemin balisé du souvenir, l’anecdote (les souvenirs) surgissait là où on ne l’attendait pas, comme dans cette intervention de Mgr Louis sur l’enseignement libre dénotant l’ampleur de la contagion du témoignage sur le discours religieux :

  • 35 Semaine religieuse du diocèse de Périgueux, 1er juillet 1939.

« Il faut reprendre à l’usage de cet enseignement le mot d’un ministre : « C’est la dernière tranchée de la liberté ».
On a tenu dans cette tranchée, en surveillant bien entendu, les mouvements d’en face ; maintenons notre optimisme [...], mais soyons vigilants.
Heureusement, d’ailleurs, tous les coups ne portent pas. Monseigneur rappelle plaisamment qu’au Chemin des Dames, dans une période d’accalmie, un renard s’était présenté devant les lignes françaises. Que voulait ce provocateur ? Aussitôt crépitement des balles de fusils [...]. Dédaigneux, le renard s’éloigna à pas lents. Pas une balle ne l’avait touché. Ainsi bien des balles se sont déjà perdues qui devaient, assurait-on, tuer l’enseignement libre35 ».

  • 36 Les Anciens Combattants et la société française 1914-1939, t. 1, Presses de la FNSP, 1977, p. 131.

24En quittant l’édification pour le témoignage, l’évêque descendait de son piédestal pour se placer au niveau de l’auditoire. Georges Louis était alors redevenu l’ancien combattant qu’a bien défini Antoine Prost lorsqu’il réfléchissait sur son discours : « Comment, au terme de quel apaisement ou de quelle érosion – ces hommes en sont-ils venus à évoquer « pour leur plaisir » [...], des souvenirs tout d’abord indissociables de sentiments violents comme l’horreur, l’indignation, la colère ou l’accablement36? » Il s’agit donc bien de ne pas choisir entre les deux identités populaire et élitaire du message hiérarchique mais de croire que leur combinaison fut constante.

  • 37 Becker A., « L’histoire religieuse de la guerre 1914-1918 », RHEF, 217, juillet-décembre 2000, p. (...)
  • 38 Semaine religieuse du diocèse de Lille, 3 février 1957.

25Le crédit du prélat combattant reposait en grande partie sur sa capacité à maintenir le lien avec les disparus et donc à poursuivre dans l’après-guerre la principale mission de l’aumônier. De même que ce dernier était abondamment représenté sur les figurations des monuments aux morts37, de même l’évêque, dont la représentation peut être comparée à une statuaire vivante, pouvait prétendre incarner cette présence. À l’occasion d’un ouvrage commémoratif paru en 1957 dont le cardinal Liénart avait rédigé l’avant-propos, ses anciens camarades rendirent hommage non pas au prestigieux évêque de Lille mais à leur aumônier de troupe, « l’ami de tous et de toujours, le témoin de tous les combats, celui qui a soigné les blessés, réconforté les mourants et enterré les 1 600 morts du 201e38. » Le régiment constituait l’échelle intermédiaire obligée du souvenir entre le front et l’épiscopat. On perçoit chez des prélats fraîchement nommés un déchirement à l’idée de devoir moins s’investir dans ces associations régimentaires, à l’exemple de Mgr Lucien Martin, parvenant tout de même à réserver le lendemain de son sacre à ses compagnons du 26e RI. Car bien souvent l’ancien aumônier était la cheville ouvrière de cette sociabilité masculine, organisant les pèlerinages sur l’ancien front (Georges Louis) et célébrant les messes du souvenir (chaque année – même devenu évêque – Maurice Dubourg officiait aux Invalides pour l’amicale et les morts du 170e RI).

  • 39 Vingt-cinq ans..., op. cit., p. 291.
  • 40 Avon D, Paul Doncoeur s.j. Un croisé dans le siècle (1880-1961), Cerf, 2001, p. 109.
  • 41 Vie diocésaine de Dijon, 3 février 1940.
  • 42 Audouin-Rouzeau S., « La Grande Guerre, le deuil interminable », Le Débat, 104, mars-avril 1999, p (...)

26Pour la communauté ancien combattant, l’ecclésiastique, qu’il fût prêtre ou évêque, était celui qui, par ses mots, pouvait sacraliser ce lien pour le maintenir contre l’usure du temps définie le 11 novembre 1931 par Mgr Mathieu : « Y a-t-il en effet, une force plus irrésistible que cette nappe d’oubli qui, beaucoup plus sûrement que la force de la marée, menace tous les jours et submerge le passé : le passé de ces grandes collectivités qui s’appellent les nations, le passé de ces petites collectivités qui s’appellent le régiment, le bataillon, la compagnie39 ? » Le souvenir des morts était l’enjeu majeur de cette digue de la mémoire et les évêques anciens combattants ont naturellement joué un rôle prépondérant dans la maçonnerie commémorative. Cela s’est passé de manière apaisée, l’Église ayant accepté le cadre officiel du Souvenir dans la continuité de l’Union sacrée. Les paroles du père Doncoeur se félicitant, à Notre-Dame le 2 juin 1921, que le souvenir des disparus de la Grande Guerre fût devenu « la religion des moins religieux40 », portaient très loin la tolérance catholique en matière commémorative. Cependant au fil des années, devant les insatisfactions de l’après-guerre, le raidissement des anciens combattants fut perceptible et les appels pour revenir à un service authentique concentré sur les disparus se multiplièrent, comme le demandait Mgr Sembel : « Peut-on faire état, pour la récompense de leur beau sacrifice, des décorations, des discours émouvants, des mausolées splendides, par lesquels on honore plutôt les familles des morts et leur Patrie qu’eux-mêmes41 ? » Cette crispation sur l’enveloppe qui était le fait d’un membre de l’UNC relevait du vœu pieux, celui de l’impossible sanctuarisation du souvenir par les seuls anciens combattants. Or la commémoration, exorcisme social de la saignée nationale et nécessaire jointure entre le deuil public et le deuil familial, ne pouvait leur être réservée42. Une réaction du même ordre quoique de nature très différente se manifesta contre la commémoration républicaine chez Mgr Ginisty.

  • 43 Semaine religieuse du diocèse de Verdun, 18 août 1932.
  • 44 Prost A., « Verdun », Nora P. (dir.), Les lieux de mémoire II La Nation, Gallimard, 1986, p. 122-1 (...)

27L’évêque de Verdun prit ainsi ombrage de ne pas avoir été publiquement reconnu comme le « premier inspirateur43 » de l’ossuaire de Douaumont par les officiels et en premier lieu par le président de la République, Albert Lebrun, lors des cérémonies marquant l’achèvement du site, le dimanche 7 août 193244. Cette incompréhension tenait à l’ambiguïté, née directement du régime de Séparation, d’un monument érigé par des fonds privés, d’identité clairement catholique et « récupéré » par l’État pour en faire une nécropole nationale. Comment comprendre le courroux de Mgr Ginisty alors qu’après tout, la République acceptait une nouvelle fois officiellement le pouvoir d’encadrement de l’Église sur le deuil de la Nation, comme elle l’avait fait avec la nécropole de Notre-Dame-de-Lorette voulue par Mgr Julien, en inaugurant une « immense croix », une crypte du Souvenir et un lieu de pèlerinage ?

  • 45 Servent P, Le mythe Pétain. Verdun ou Us tranchées de la mémoire, Payot, 1992, p. 153-154.

28S’il faut composer avec l’amour propre du « bâtisseur » après des années de tension, la mise en avant de l’identité intégraliste de ce prélat de Pie X (nommé en 1914) refusant toute reconnaissance de l’Église qui ne fût qu’implicite, s’impose davantage. Sur la terre de Barrès et de Poincaré, lors de cette journée de réaffirmation de l’Union sacrée en présence d’une quinzaine de prélats, l’évêque de Verdun refusa donc de résigner le contrat républicain. Il attendit en effet la fin de la cérémonie officielle pour déclarer : « Jamais il [l’ossuaire] ne sera panthéonisé, non, non ! Ce serait un outrage à tous les morts : ils se dresseraient dans leurs tombeaux pour protester, car ils furent tous ou presque des croyants45. »

  • 46 Becker A., « Du 14 juillet 1919 au 11 novembre 1920, mort, où est ta victoire ? », Vingtième Siècl (...)
  • 47 Prost A., op. cit., t.3, p. 52-59.
  • 48 Semaine religieuse du diocèse de Verdun, 18 août 1932.

29Il est intéressant de retrouver cette référence négative au Panthéon qui avait déjà joué en 1920 lorsque le monument dédié aux Grands Hommes avait été pressenti pour accueillir le Soldat inconnu choisi dans la citadelle de Verdun46. Ginisty qui, dans l’immédiat après-guerre, avait su répondre au besoin des familles et des combattants en leur offrant un lieu inspiré de recueillement pour faire leur deuil en retrouvant leurs disparus sans sépulture sur les lieux mêmes de la Bataille nationale, semblait vouloir refermer le sanctuaire sur lui-même. L’ossuaire était à l’Église, il n’était plus à Verdun. La frontière avait été confirmée par le rédacteur diocésain refusant la prière laïque de la commémoration républicaine47 car « beaucoup [en] font la minute de prière48 », puis par le doyen du chapitre déclarant que tout parlait désormais de croix à Douaumont. C’était au contraire le dialogue maintenu avec cet espace où il combattit qui nourrit le même jour, au matin, le discours prononcé par le cardinal Liénart sur la place de la Roche :

  • 49 Servent P., op. cit. p. 154.

« Verdun, région d’horreur et d’épouvante, oui certes, il faut le reconnaître, c’est vrai, mais ce n’est pas toute la vérité et je plaindrais sincèrement ceux qui n’auraient aperçu que cet unique aspect du grand drame. Verdun, par un contraste saisissant, c’est aussi la vision sublime à jamais gravée dans nos cœurs ! Si l’homme est faible comme un roseau dans la tourmente, l’homme est un roseau pensant et capable d’agir comme il pense, en dominant même l’épouvante. Dans cet enfer, des hommes se sont jetés sans cesse pour remplacer ceux qui tombaient [...]. Verdun, c’est vraiment la victoire de l’homme, de son courage et de son cœur49. »

  • 50 Masson C., Le cardinal Liénart, évêque de Lille (1928-1968), Cerf, 2001, p. 207-208.

30L’allocution aux accents pascaliens était remarquable dans le cadre d’une messe pontificale puisqu’elle se référait uniquement à l’homme pour toucher le plus grand nombre. Le prélat cherchait à éloigner Dieu de cet espace de mort afin de souligner sa présence uniquement dans le courage des soldats de sa Création. En cela, il ne faisait que respecter la sempiternelle litanie binaire de cette génération d’anciens combattants, qu’elle fût chrétienne ou non, résumée par l’inventif Roland Dorgelès : « Je hais la guerre, mais j’admire ceux qui l’ont faite ». Cette restriction n’empêcha pas la mauvaise réception du discours par la gauche pacifiste stigmatisant sa sublimation du sacrifice50. La grandeur du consentement collectif selon Liénart, c’était la « noria » de Pétain, c’est-à-dire l ouverture de l’espace réduit de Verdun à pratiquement toute l’armée française, aboutissant à la confusion pour la construction du mythe du territoire avec le combattant. L’évêque de Lille refusait l’enfermement de Mgr Ginisty sur le pré carré excentré de la défense catholique. En prélat de Pie XI, il pensait au contraire que la conquête devait se mener par le centre et l’expression fraternelle au cœur de sa génération ancien combattant. Sa théologie « horizontale », celle de Paul et de l’apostolat incarné, implicite car partant de l’expérience se distinguait de la théologie révélée et de la leçon distante de son voisin de Verdun. Liénart estimait indirectement que Douaumont relevait davantage de l’espace national vivant que de la juridiction particulière – on serait tenté d’écrire de la concession mortuaire – de Mgr Ginisty.

  • 51 Article du Temps du 19 septembre 1927 cité dans Prost A., « La guerre de 1914 n’est pas perdue », (...)

31Une référence fédérait cependant les deux prélats : Pétain. Bienfaiteur de l’Ossuaire, il partageait l’âge et l’esprit défensif de l’évêque de Verdun. Toutefois, c’était le jeune évêque de Lille soldat sous ses ordres en 1916 qui, en la circonstance, s’en était montré le plus proche. Liénart avait célébré l’homme parce que son Grand Homme avait déclaré, au même endroit en septembre 1927, lors de la première inauguration de l’ossuaire : « Nous qui l’avons connu, nous savons qu’il était très simplement un homme, avec ses vertus et ses faiblesses, un homme de notre peuple51. » Pétain était d’ailleurs là pour entendre l’hommage de l’» homme de son peuple », Achille Liénart. Avant qu’en 1940 la figure du chef ne fédère derrière lui les évêques de Verdun et de Lille, le début des années trente connut une véritable lutte des générations dans l’épiscopat sur la mémoire de la Grande Guerre et la question du pacifisme.

Notes

1 « Les évêques de l’avant-guerre », Montclos X de et al. (dir.), Églises et chrétiens dans la Deuxième Guerre mondiale. La France, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1982, p. 12.

2 Launay M., Les séminaires français aux xixe et xxesiècles, Cerf, 2003, p. 131-132.

3 Boniface X., L’aumônerie militaire française (1914-1962), Cerf, 2001. 596 p. ; Chaline N.-J., « Les aumôniers catholiques dans l’armée française » ; Chaline N.-J. (dir.), Chrétiens dans la Première Guerre mondiale, Cerf, 1993, p. 95-120

4 Semaine religieuse du diocèse de Langres, 8 juin 1935.

5 Fontana J., « Le prêtre dans les tranchées », Guerres mondiales et conflits contemporains, 187, juillet 1997, p. 36.

6 « Toast du général Gibon Guilhem », Semaine religieuse du diocèse de Langres, 17 août 1935.

7 Lagrée M., « Exilés dans leur patrie », Lebrun F. (dir.), Histoires des catholiques en France, Toulouse, Privat, 1980, p. 444.

8 Mayoux P., Paul Doncoeur aumônier militaire, Aux Presses d’île de France, 1966, p. 233.

9 Lettre de la sœur de Mgr Lamy citée dans Noirot A.-J., Le département de l’Yonne comme diocèse t. 5, Auxerre, Imprimerie moderne, 1982, p. 196.

10 Thérèse Desqueyroux, Bernard Grasset, 1989, p. 106 [1re édition 1927].

11 Le Bulletin religieux du diocèse d’Aire et de Dax, 19 juillet 1940.

12 Semaine religieuse du diocèse de Clermont, 27 janvier 1940.

13 La Revue religieuse de Cahors et de Roc-Amadour, 13 février 1937.

14 Noirot A.-J., op. cit., p. 182.

15 Semaine religieuse d’Évreux, 20 septembre 1930.

16 Le Bulletin religieux du diocèse d’Aire et de Dax, 6 novembre 1931.

17 Le Nouvelliste de Bretagne, 14 mai 1940.

18 Le Dimanche, 17 et 24 février 1946.

19 Semaine religieuse du diocèse de Sens et Auxerre, 29 octobre 1932.

20 Le Bulletin religieux du diocèse d’Aire et de Dax, 20 novembre 1931.

21 Semaine religieuse de Nice, dimanche 13 juillet 1930.

22 Les Études, 5 novembre 1938, p. 319-320.

23 Dans La Grande Illusion de Renoir (1937), le Parisien – le lieutenant Maréchal (Jean Gabin) – cherchait à tutoyer l’aristocrate – le capitaine de Boëldieu (Pierre Fresnay).

24 Semaine religieuse du diocèse de Langres, 10 août 1935.

25 Gury C, Mgr Grente. Des maisons closes à l’Académie française, Éditions de Kimé, 1995, p. 12.

26 « Lettre circulaire de Monsieur le Vicaire capitulaire [...] annonçant l’élection de Mgr Mégnin au siège d’Angoulême », Semaine religieuse d’Angoulême, 17 décembre 1933.

27 Le Bulletin catholique du diocèse de Montauban, 9 novembre 1939.

28 Roynette O., « La construction du masculin de la fin du xixe siècle aux années 1930 », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 75, juillet-septembre 2002, p. 89-90.

29 Semaine religieuse du diocèse de Clermont, 11 janvier 1936.

30 Le Dimanche, 9 juin 1935.

31 Bulletin trimestriel des anciens élèves de Saint-Sulpice, 15 novembre 1932.

32 Semaine religieuse, de Paris 16 juillet 1927.

33 La Croix du mardi 13 mars 1928.

34 « Discours du 11 novembre 1931 », Vingt-cinq ans d’épiscopat. Œuvres choisies (édition jubilaire), Évêché de Dax, 1956, p. 291.

35 Semaine religieuse du diocèse de Périgueux, 1er juillet 1939.

36 Les Anciens Combattants et la société française 1914-1939, t. 1, Presses de la FNSP, 1977, p. 131.

37 Becker A., « L’histoire religieuse de la guerre 1914-1918 », RHEF, 217, juillet-décembre 2000, p. 541.

38 Semaine religieuse du diocèse de Lille, 3 février 1957.

39 Vingt-cinq ans..., op. cit., p. 291.

40 Avon D, Paul Doncoeur s.j. Un croisé dans le siècle (1880-1961), Cerf, 2001, p. 109.

41 Vie diocésaine de Dijon, 3 février 1940.

42 Audouin-Rouzeau S., « La Grande Guerre, le deuil interminable », Le Débat, 104, mars-avril 1999, p. 128.

43 Semaine religieuse du diocèse de Verdun, 18 août 1932.

44 Prost A., « Verdun », Nora P. (dir.), Les lieux de mémoire II La Nation, Gallimard, 1986, p. 122-130.

45 Servent P, Le mythe Pétain. Verdun ou Us tranchées de la mémoire, Payot, 1992, p. 153-154.

46 Becker A., « Du 14 juillet 1919 au 11 novembre 1920, mort, où est ta victoire ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 49, janvier-mars 1996, p. 31-44.

47 Prost A., op. cit., t.3, p. 52-59.

48 Semaine religieuse du diocèse de Verdun, 18 août 1932.

49 Servent P., op. cit. p. 154.

50 Masson C., Le cardinal Liénart, évêque de Lille (1928-1968), Cerf, 2001, p. 207-208.

51 Article du Temps du 19 septembre 1927 cité dans Prost A., « La guerre de 1914 n’est pas perdue », Le Mouvement social, 199, avril-juin 2002, p. 101.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540