Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les évêques français de Verdun à Vatican II

 | 
Frédéric Le Moigne

Première partie. La jeunesse épiscopale (1927-1940)

Chapitre 1. La naissance d’un nouvel épiscopat (1927-1931)

Full text

  • 1 Prévotat J., op. cit., p. 366-397.

1La reconstruction de l’épiscopat, après la crise de l’Action française, fut clairement la priorité du nonce de tempérament arrivé à Paris en 1926, Luigi Maglione. La démographie hiérarchique, avec la disparition progressive de la totalité des évêques nommés sous Léon XIII, de la plupart des prélats nommés par Pie X et d’une partie de la hiérarchie de Benoît XV, favorisa ce dessein de renouvellement. Plutôt que de tenter une impossible épuration des anciens cadres d’une hiérarchie, surtout archiépiscopale, qui posa problème à Rome par sa résistance en 1926 et 19271 il s’agissait par une politique cohérente de nominations de choisir des prélats de 40-50 ans sans lien, depuis leur jeunesse, avec l’Action française, et très liés au catholicisme social. À ces hommes, il était demandé d’être des pasteurs sachant organiser la conquête et mettre sur pied les mouvements d’Action catholique spécialisée plutôt que de s’épuiser dans des discours de défense. Les conditions de sa naissance donnèrent d’emblée à cette génération épiscopale une reconnaissance sans équivalent au vingtième siècle.

La rupture des premières nominations

  • 2 Carnet intime d’Amédée Guiard, Bloud et Gay, 1926, 249 p.

2Les diocésains qui pouvaient peut-être croire que Dijon avait été attribué en 1927 au supérieur de Sainte-Croix de Neuilly parce que le père du promu y avait enseigné à la faculté des lettres ne détenaient qu’une part de la vérité. La nomination de Pierre Petit de Julleville était le résultat d’une conjonction complexe d’efforts réunissant plusieurs individualités incontournables de la lutte contre l’Action française. La concordance entre le long rapport remis au nonce par le directeur de La Vie catholique, le 3 juin 1927, dans lequel Francisque Gay disait « son étonnement du retard apporté à pourvoir le siège de Dijon » – et l’annonce du choix du nouvel évêque, le 23 juin, mérite d’être en premier lieu soulignée. Alors que Maglione écouta par la suite des conseillers ecclésiastiques (Merklen, Desbuquois, Bernadot puis plus tard le cardinal Verdier), Gay a pu être entendu pour les services rendus dans la lutte contre l’Action française. Celui-ci avait d’ailleurs demandé en 1926 à l’abbé Petit de Juleville de rédiger l’avant-propos des notes intimes d’un sillonniste repenti2 destinées à montrer l’exemple de la pénitence acceptée aux rebelles maurrassiens. L’année suivante, le publiciste de la rue Garancière plaidait logiquement la cause de son protégé auprès du nonce :

  • 3 Institut Marc Sangnier, fonds Gay « Correspondance évêques ».

« Parmi ceux qui soutiennent le plus nettement les directives on ne redoute certes pas que des manœuvres puissent se produire, comme celles qui ont envoyé sur le siège du Puy [Mgr Rousseau] et de Chartres [Mgr Harscouët] 2 amis de l’AF. Mais on craint qu’on obtienne du Vatican, dans un but d’apaisement, la nomination d’une personnalité ecclésiastique qui se serait tenue soigneusement à l’écart de toute cette affaire récente.
[...] On voudrait à Dijon un évêque qui ne soit en aucune façon marqué politiquement, mais qui, sur cette question précise, ait pris très ouvertement, très nettement position dans le sens des directives romaines3. »

  • 4 Prévotat J., op. cit., note 186 p. 620.

3Un jour après Maglione, Mgr Dubois, cardinal archevêque de Paris, recevait un courrier d’Arras, signé du libéral Mgr Julien. Ce dernier désignait deux noms pour le siège à pourvoir de Dijon (dont celui de Dutoit qui lui succéda en fait) et se terminait par cet appel pressant : « Faites l’impossible, je veux dire le possible pour empêcher Cambrai de caser encore un des siens4 » Julien était bien décidé à barrer la route à son métropolitain, Mgr Chollet, grand pourvoyeur d’évêques sous la nonciature Cerretti en raison de son influence comme secrétaire de la commission permanente de l’ACA, mais en très nette perte de crédit auprès de Maglione, du fait de sympathies Action française non dissimulées et d’un manque de zèle romain durant la condamnation. L’archevêque de Cambrai parvint cependant à bloquer la promotion épiscopale de l’abbé Thellier de Poncheville, pourtant en pointe contre l’AF.

4Le nonce n’avait toutefois pas besoin d’être convaincu de la nécessité de reprendre en main la hiérarchie épiscopale. Les derniers choix de son prédécesseur, Cerretti, avaient été à ce titre malheureux, en mettant en avant des personnalités plutôt conciliantes à l’égard du mouvement de Charles Maurras. Quatre jours après la fameuse lettre du cardinal Andrieu, la nomination officielle de Mgr Gonon (31 août 1926) était ainsi annoncée dans le diocèse « maurrassien » de Moulins. Or ce prélat n’a jamais caché sa sympathie pour l’AF, laquelle se révéla d’ailleurs pleinement en 1939 au moment de la levée des sanctions disciplinaires contre les lecteurs du quotidien nationaliste. Le cas était identique chez un évêque nommé en juin de la même année, Mgr Harscouët, ramené à la raison papale contre l’Action française par son vicaire général, le chanoine Gaudron (nommé évêque d’Évreux en 1930). La rupture avait été douce avec la première désignation Maglione de l’oratorien Jules Courcoux sur le siège d’Orléans, mais le signal était déjà clair : en élevant ainsi le curé de Saint-Eustache, on récompensait son Ordinaire, le très romain Mgr Dubois, personnage sûr dans la lutte contre l’AF. Elle fut beaucoup plus significative avec le jeune Jean Rodié (48 ans) à Ajaccio, premier véritable pion du nouvel épiscopat et de son socle fondateur issu du séminaire Saint-Sulpice.

  • 5 Ibid., p. 478-480.
  • 6 Airiau P., Le Séminaire français de Rome du P. Le Floch, 1904-1927, thèse, IEP de Paris, 2003, 953 (...)

5À l’heure des serments exigés des évêques contre l’AF, et un mois avant la démission imposée au supérieur du Séminaire français de Rome et confident de Mgr Chollet, le père Le Floch, pour sa fidélité jusqu’au-boutiste à l’Action française5, la nomination de Petit de Julleville s’inscrivait dans une démarche de rupture accentuée encore l’année suivante. Si l’on excepte la nomination pour Bayeux en juillet d’Emmanuel Suhard, ancien du Séminaire français et surtout disciple à la Grégorienne d’un père Billot discrédité, les choix de Maurice Feltin pour Troyes, d’Achille Liénart pour Lille, de Maurice Dubourg pour Marseille, trois prêtres sociaux de l’Est et du Nord ayant été séminaristes en même temps à Saint-Sulpice, accentuaient la dépréciation publique de l’institution de la via Santa Chiara. Ils démontraient en outre, et à côté de quelques promotions de prélats issus des séminaires provinciaux, la volonté du nonce d’unifier le nouvel épiscopat autour du séminaire parisien. L’année 1929 confirma ce choix, avec les arrivées de Pierre-Marie Gerlier à Tarbes, de Louis Fillon à Langres et – couronnement – l’annonce en décembre de la nomination du supérieur de la compagnie Saint-Sulpice, Jean Verdier, à Paris. Ce réseau hiérarchique était directement né de celui des Semaines sociales. L’assemblée annuelle des anciens élèves de Saint-Sulpice (AESS) se tenait en même temps. Quelques mois avant sa nomination épiscopale, la présence de Feltin était ainsi signalée lors de la Semaine de Nancy. Les réunions de la commission générale des Semaines sociales se déroulaient en outre dans la chambre de M. Verdier du temps où il habitait encore rue du Regard. Jusqu’en 1930, les nominations du Séminaire français de Rome6 consacrèrent des prélats qui s’étaient investis contre l’AF (Rémond et Pic, autres habitués des Semaines sociales). Elles se firent plus nombreuses dans la seconde partie de la nonciature Maglione (Bernard, Durieux, Mathieu, Mégnin, Fleury, Pays, Martin), mais ne signifiaient pas pour autant l’effacement du séminaire d’Issy représenté par Lamy, Louis, Piguet, Brunhes et Choquet.

  • 7 ADC 3 Z 10 15, lettre du 6 octobre 1928.

6Plus encore que l’attribution du siège de Dijon à Petit de Julleville, celui de Lille à Achille Liénart constitua la véritable défaite de Chollet. En donnant un allié à Mgr Julien, elle rompait l’équilibre conservateur qui avait cicatrisé, du temps de Charost et de son successeur, Quilliet, la blessure de la partition de 1913. L’absence du métropolitain, lors de la consécration épiscopale, le 8 décembre 1928, était l’aveu public que le nouveau suffragant n’était pas son protégé. L’évêque d’Arras, bien présent quant à lui aux côtés de deux condisciples de Saint-Sulpice – Feltin et Petit de Julleville –, témoignait de l’existence d’un réseau concurrent. Si l’archevêque de Cambrai s’était rapidement fait une raison – « Il n’y a qu’à accepter le fait et lui présenter bonne figure7 » confia-t-il à l’évêque auxiliaire lillois ami, Mgr Jansoone, – il ne put cacher son mécontentement devant les prises de position sociales retentissantes de son jeune voisin lors des grèves d’Halluin.

  • 8 Agostino M., Le pape Pie XI et l’opinion 1922-1939, Rome, École française de Rome, 1991, 820 p.

7Cet acte, parfaitement analysable dans le seul cadre du catholicisme social du Nord où se rejouaient des questions vieilles de plusieurs décennies sur l’autonomisation du syndicalisme chrétien, mérite d’être vu dans une perspective plus large. Bataille de l’opinion que celle de l’évêque de Lille, en cela parfait prélat de Pie XI8, revendiquant l’esprit d’indépendance, notamment financière, de l’Église à l’égard d’un patronat à la générosité intéressée. Contrecoup évident de la condamnation de l’Action française que cette audace de Liénart qui exigeait le soutien de la nonciature. Preuve enfin de la substitution de l’esprit de défense par celui de conquête exigé des nouveaux prélats de l’Action catholique spécialisée et qui trouva à s’illustrer chez un prélat ancien combattant, à ce titre profondément uni à sa région et à son identité populaire. Chollet, comptable des dons patronaux à ses écoles libres, prit la plume pour demander à Rome, et à son plus fidèle correspondant romain, le secrétaire du Saint-Office, Merry del Val, la démission de son voisin en ces termes :

  • 9 ADC I B « Lille Liénart », lettre du 26 mars 1929.

« L’évêque de Lille [...] est en train de jeter un trouble profond dans son diocèse. Au lieu de regarder et de réfléchir [...] il s’est lancé à fond contre d’importantes organisations patronales. Il se déclare démocrate et syndicaliste chrétien, agit en vrai partisan. Je crains qu’il ne se rende vite impossible dans son diocèse. Il serait utile qu’il ne reçoive pas d’encouragement à Rome9 »

8Quelques années plus tôt, une telle lettre adressée à cet influent cardinal de curie eût certainement fait chuter l’évêque de Lille. L’heure de Cerretti et de Gasparri ayant sonné, pour Pie XI, Achille Liénart fut créé cardinal à 46 ans, un peu plus d’un an après ce courrier. Son métropolitain ne lui était dès lors plus supérieur. Le jeune siège lillois, naturellement sans tradition cardinalice (Charost reçut ce titre, archevêque de Rennes), faisait désormais de l’ombre à celui de Fénelon. La promotion de cet évêque de 46 ans était bien l’acte fondateur du nouvel épiscopat. Il se faisait contre le père emblématique de la génération de Pie X et de Benoît XV.

Prélats sociaux, évêques d’Action catholique

  • 10 Son biographe, Olivier Georges, considère l’identité ACJF comme déterminante. Lire Pierre-Marie Ge (...)

9Faire d’Halluin l’acte de naissance de cette génération épiscopale conduit à rappeler que la vocation de ces hommes, née au tournant du siècle, s’était bâtie sur le catholicisme social de Léon XIII. De la même façon que Rerum novarum a déterminé leur jeunesse sacerdotale (Camille Pic avait ainsi créé un cercle d’études sociales pour approfondir l’encyclique au grand séminaire), Quadragesimo anno de 1931 orienta et nourrit leur jeunesse épiscopale. Dans le même sens, la fréquentation du premier Sillon paraît avoir été un passage obligé pour cette génération. Séminaristes plus ou moins impliqués (Liénart, Feltin, Moussaron), étudiants et élèves dans les collèges religieux (Dubourg, Weber), prêtres (Rémond, Brunhes), furent attirés – eux qui pour la plupart étaient issus de la bourgeoisie – par ce catholicisme social incarné. Quand, après les premiers avertissements hiérarchiques de 1905-1906, ces sympathisants sillonnistes se dirigèrent vers l’ACJF (Dubourg, Moussaron, Liénart...) sous la bannière de la « conversion intérieure » qui conduisit à nombre de vocations tardives (Gerlier10, Joseph Martin, Guerry...), ils signifièrent là de nouveau leur rejet du « politique d’abord » de l’Action française, pourtant très influente dans les facultés de droit (fréquentées par Dubourg, Gerlier, Guerry) et les séminaires.

  • 11 Semaine religieuse du diocèse de Périgueux du 3 septembre 1932.
  • 12 Bulletin trimestriel des anciens élèves de Saint-Sulpice, 15 août 1930.

10La concordance entre le passage au séminaire et la crise moderniste favorisa en premier lieu la frilosité théologienne reconnue à cette génération. L’expérience commune de la Grande Guerre, et de son incarnation pastorale extrême, imposa ensuite un nivellement réunissant « intellectuels » des séminaires, des instituts catholiques, des maisons d’enseignement et « pasteurs » des paroisses qui composèrent les deux voies principales d’accès à l’épiscopat (la troisième étant dans une moindre mesure l’administration hiérarchique et en particulier le vicariat général). Aussi, le retour de mobilisation fut-il vécu avec difficulté par les « enseignants ». L’édification catholique, pourtant si habile à arrondir les angles, ne parvint d’ailleurs pas à cacher certaines erreurs de distribution au moment des consécrations épiscopales. La présentation du nouvel évêque de Périgueux, Mgr Louis, par Mgr Roland-Gosselin en était l’exemple : « Après la guerre, quand il se renferma au Séminaire pour y reprendre ses cours, M. l’abbé Louis devait garder de son apostolat conquérant auprès des hommes le goût du ministère actif11. » L’évêque pointait très nettement la responsabilité de son prédécesseur – Mgr Gibier – qui avait enfermé trop longtemps l’intéressé au séminaire de Versailles pour des cours d’Écriture sainte. Ce n’est pas seulement l’esprit sulpicien d’obéissance qui poussa Achille Liénart à déclarer également dans le bulletin de l’institution qui l’avait formé : « J’avais horreur d’être professeur [également d’Écriture sainte], je l’ai été pendant onze ans12. »

  • 13 Semaine religieuse du diocèse de Valence, samedi 27 août 1932.
  • 14 Lagrée.M, « L’âge des remises en cause (1840 à nos jours) », Delumeau J. (dir.), Le diocèse de Ren (...)
  • 15 « Lettre pastorale de Mgr l’Évêque de Périgueux à l’occasion de son entrée dans le diocèse », Sema (...)
  • 16 Ep 4,11-12.

11L’identité intellectuelle, sans être rejetée totalement par l’édification hiérarchique, était incontestablement minorée dans la construction du nouvel épiscopat. Plus encore que Liénart et Louis qui connurent, in extremis, une expérience en paroisse (le premier à Tourcoing, le second à Houilles), il convient de s’appuyer sur des figures purement intellectuelles présentées à l’épiscopat. Camille Pic qui, bien qu’ayant fait toute sa carrière au séminaire, était selon le biographe diocésain « un prélat né pour l’action » : « Volontiers, il a quitté les spéculations théologiques – sans y renoncer toutefois – pour le labeur de l’évêque jeté chaque jour dans la mêlée et qui gouverne, dirige, administre, organise, construit13. » Du moins, faut-il reconnaître que la présentation s’appuyait sur les quatre années d’épiscopat à Gap où l’intéressé s’était révélé en effet un prélat particulièrement actif. L’évêque de Pie XI ne pouvait être qu’un prélat bâtisseur à l’image de Mgr Verdier masquant son identité intellectuelle de supérieur de la Compagnie Saint-Sulpice derrière celle des « chantiers du cardinal » qui ont retenu l’attention durant la crise économique. La décennie 1930 a donc vu construire en masse des écoles (75 en huit années d’épiscopat pour Mgr Mignen à Rennes14), bâtir des grands séminaires (Liénart à Lille, Pasquet à Sées, Tréhiou à Vannes, Pic à Gap et à Valence, Feltin à Bordeaux,...), élever des églises (Simeone à Toulon, Verdier à Paris,...). Cette empreinte laissée dans la pierre participait d’une théologie de l’incarnation. Les prélats se présentaient comme des « agents d’exécution15 » selon la représentation paulinienne – « apôtres [...] pour bâtir le corps du Christ16 ». L’idée de communauté était absolument centrale pour comprendre ce catholicisme qui n’effaçait pas l’idée de hiérarchisation, mais accentuait l’unité de l’Église. Cette représentation ne se comprenait toutefois que par rapport au programme de conquête de l’Action catholique spécialisée dont la naissance en France était exactement contemporaine des nouvelles nominations épiscopales du nonce Maglione.

  • 17 AHAP ID XV 30, brochure Fêtes jubilaires de Son Éminence le cardinal Maurice Feltin archevêque de (...)

12Au début de 1928, lorsqu’il arriva sur le siège de Troyes, Maurice Feltin commença son épiscopat en achetant une voiture. Son prédécesseur, Mgr Monnier – né en 1847 – l’avait jusqu’alors refusée. Le passage du cheval à la mécanique symbolisait la disparition de l’évêque du xixe siècle, reclus dans son palais avec ses dossiers durant les mois d’hiver (le cas est encore plus flagrant à Bordeaux avec le remplacement de Mgr Andrieu qui ne se déplaçait plus depuis longtemps que pour aller – en taxi – à la cathédrale). Il marquait l’ouverture de l’Ordinaire à son diocèse et son désir d’être dans le monde, soumis à son rythme. Comment ne pas insister d’ailleurs sur la signification métaphorique du « mouvement » pour celui qui entendait « conduire » l’édification de la JAC dans le diocèse ? En se rendant visible, Feltin incarnait véritablement un discours qui demandait justement à ses diocésains de s’ouvrir au temps. Le prince se transformait aussi en organisateur. Cette dernière identité ne paraissait en effet pas usurpée pour celui qui, par trois fois (à Troyes, à Sens en 1932, puis à Bordeaux en 1936), eut à porter le poids quotidien de la création des mouvements d’Action catholique spécialisée. La formule trouvée par Mgr Lallier pour qualifier le Feltin des années trente – « tout ensemble un homme de peine et un « architecte »17 » – peut servir assurément à qualifier l’ensemble du nouvel épiscopat. La rupture de la gestion du temps épiscopal perçue grâce à l’automobile correspondait à la mutation déterminante du catholicisme de cette époque. Le dessein de Pie XI visant à faire des laïcs des militants de l’Église reposait en premier lieu sur les capacités d’organisation des évêques.

  • 18 Minier M., op. cit., p. 98.
  • 19 Faron O. Les enfants du deuil. Orphelins et pupilles de lu nation de la Première Guerre mondiale ( (...)
  • 20 Prévotat J., op. cit., p. 233-262 notamment.
  • 21 Ibid., p. 507.

13Le discours sur le lancement de la jeunesse militante catholique dans les milieux de vie propres à l’Action catholique spécialisée a été d’autant plus crédible dans la bouche des évêques que ceux-ci étaient eux-mêmes au milieu de leur vie. En nommant des hommes de 50 ans (la moyenne d’âge précise des promus de Maglione était de 51 ans18), Pie XI avait compris que la jeunesse épiscopale constituait la base de l’édifice tout entier des mouvements et assurait le lien entre les âges nécessaire à son développement, ce que confirmèrent les résistances de l’ancien épiscopat, trop essoufflé pour appliquer le nouveau programme. La relation construite dans les années vingt paraît à ce titre déterminante : les nouveaux évêques connaissaient pour la plupart la jeunesse qu’ils venaient d’encadrer dans les paroisses. L’expérience du patronage ne doit pas être mésestimée chez plusieurs individualités (Dubourg, Bernard, Feltin), tandis que d’autres avaient déjà eu le temps de participer aux premières implantations de l’Action catholique spécialisée de leur diocèse (Liénart, Louis). Il convient de leur associer, à un degré moindre, les membres des collèges libres ou des séminaires. Ces derniers ont formé de manière indirecte le clergé qui encadra les militants. Il va sans dire que les évêques nommés par Mgr Valeri à partir de 1936 furent encore plus marqués par cette identité Action catholique, soit dans l’administration où ils furent souvent repérés pour ce rôle par les évêques nommés après 1926, soit dans les paroisses. La forte participation hiérarchique au Parc-des-Princes pour les 10 ans de la JOC en 1937 constitua le parfait symbole de cette représentation positive des jeunes. Au sein d’une démocratie française qui n’a pas toujours su utiliser sa jeunesse – contrairement aux États totalitaires –, il faut souligner cette capacité de l’Église. Elle se comprend mieux dès lors qu’on l’insère dans cet après-guerre, celui des classes creuses et du pays vieux, où l’autoritarisme était remis en cause du fait même du caractère précieux et même sanctifié de la jeunesse19. L’épiscopat ancien combattant, lui aussi tuteur des descendants du conflit, avait une haute conception de son devoir envers eux. Cette quasi-paternité est naturellement passionnante puisqu’elle semble légitimer l’emploi de ce concept de génération si problématique pour des religieux sans descendance biologique. Toute cette énergie constructrice se comprenait naturellement à la lumière initiale de la condamnation de l’Action française, dont le but premier, pour Pie XI, était bien de soustraire la jeunesse catholique au nationalisme de Charles Maurras20. Jacques Prévotat a souligné à juste titre l’importance de l’étape du redémarrage après l’épuration, en prenant notamment pour exemple le diocèse de Montauban marqué par l’épiscopat Action française de Mgr Marty. La première mesure de son successeur, Mgr Roques, fut de créer un groupe de JAC dont l’implantation état jusque-là refusée dans le diocèse21. Le discours de la nouvelle hiérarchie fut un signe autant qu’une arme de rupture contre l’AF. L’optimisme était revendiqué pour supplanter le pessimisme maurrassien qui se greffait si bien sûr le vieux fond catholique intransigeant. Petit de Julleville le signifia de manière audacieuse, quinze jours après son intronisation, qui plus est devant 20 000 hommes de la FNC de Bourgogne :

  • 22 La Semaine religieuse du diocèse de Dijon, 22 octobre 1927.

« Chacun doit agir, mais [...] et ceci est de première importance, avec un état d’esprit et une attitude d’action nettement positifs [...].
Et surtout ne dites pas : nos adversaires sont injustes [...], nous devons leur répondre dans l’esprit qui est le leur [...]. Triste langage que celui-là !
De la confiance, parce que les temps ne sont point si mauvais que d’aucuns veulent le dire. [...] qu’il faille se contenter [...] de prétendre que notre époque est la plus mauvaise qui soit [...] quelle vilaine besogne que celle-là et combien éloignée de l’esprit conquérant de l’Évangile22 ! »

  • 23 MgrRoques rappela ce sigle à son auteur, Mgr Rémond, dans une lettre du 7 mars 1950 (AAR 1D132).

14Ce discours représentatif portait la marque d’une sorte de croyance messianique faisant de la condamnation de l’AF le moment de régénération totale du catholicisme français. Adapté au lancement de l’Action catholique spécialisée, un tel message était cependant difficilement recevable chez des militants de la FNC encore fiers d’avoir fait plier le Cartel des gauches en 1925. Il y avait dans le nouvel épiscopat une volonté de faire table rase de ce proche passé pour regarder l’avenir. On peut voir dans le zèle messianique et oublieux des néophytes de l’épiscopat l’orgueil de la jeunesse : ne s’étaient-ils pas autoproclamés la JEC (la Jeunesse épiscopale chrétienne23) ? Plus sûrement, ces prélats trouvaient dans l’audace verbale un moyen d’affirmation et de reconnaissance pour se distinguer dans un épiscopat où ils étaient encore minoritaires. De plus, pour un évêque comme Mgr Roques qui avait pu choisir tous ses vicaires généraux après l’épuration de l’administration diocésaine du maurrassien Mgr Marty, combien de jeunes évêques avaient à s’affirmer face un entourage vieillissant, conservateur, et toujours séduit par L’Action française ?

15Les circonstances politiques ont cependant beaucoup aidé cette génération dans ses premières années, avec ce gouvernement de centre-droit apaisant à l’égard de l’Église qui permettait de retrouver le climat du début des années vingt. De surcroît, les législatives de 1928 ont constitué la première application politique du désengagement conservateur d’une hiérarchie contrainte de prendre ses distances avec l’AF. Cet achèvement du second Ralliement a été accompli par une génération qui, la première dans l’épiscopat, a « digéré » et accepté la Séparation. On trouve même trace d’un credo démocrate, encore une fois par réaction au monarchisme de l’Action française, exprimé par l’incontournable Petit de Julleville :

  • 24 La Vie diocésaine de Dijon, 7 mars 1931.

« Un catholique n’est pas un émigré à l’intérieur de son temps et de son pays. Il ne s’enferme pas dans sa foi comme dans une forteresse d’où il défierait tout l’univers. Il porte en son âme les aspirations et les préoccupations de son milieu, celles de sa commune, de sa région, de sa patrie, de sa profession [...]. Par définition, il est le meilleur des citoyens, le plus large d’esprit et le plus dévoué24. »

16Souhait d’une inscription positive, centrale et « centriste » des catholiques dans la République, sens du peuple, goût de l’action : une grande partie des marques de fabrique du nouvel épiscopat avait pour origine l’expérience et la reconnaissance des quatre années de guerre vécues au front. Cette clé de compréhension mérite d’être utilisée sans retard.

Notes

1 Prévotat J., op. cit., p. 366-397.

2 Carnet intime d’Amédée Guiard, Bloud et Gay, 1926, 249 p.

3 Institut Marc Sangnier, fonds Gay « Correspondance évêques ».

4 Prévotat J., op. cit., note 186 p. 620.

5 Ibid., p. 478-480.

6 Airiau P., Le Séminaire français de Rome du P. Le Floch, 1904-1927, thèse, IEP de Paris, 2003, 953 p.

7 ADC 3 Z 10 15, lettre du 6 octobre 1928.

8 Agostino M., Le pape Pie XI et l’opinion 1922-1939, Rome, École française de Rome, 1991, 820 p.

9 ADC I B « Lille Liénart », lettre du 26 mars 1929.

10 Son biographe, Olivier Georges, considère l’identité ACJF comme déterminante. Lire Pierre-Marie Gerlier (1880-1965). Itinéraire d’un laïc, d’un prêtre puis d’un évêque, catholique intégral au xxe siècle, thèse, Université Lyon 3, 2003.

11 Semaine religieuse du diocèse de Périgueux du 3 septembre 1932.

12 Bulletin trimestriel des anciens élèves de Saint-Sulpice, 15 août 1930.

13 Semaine religieuse du diocèse de Valence, samedi 27 août 1932.

14 Lagrée.M, « L’âge des remises en cause (1840 à nos jours) », Delumeau J. (dir.), Le diocèse de Rennes, Beauchesne, 1979, p. 233.

15 « Lettre pastorale de Mgr l’Évêque de Périgueux à l’occasion de son entrée dans le diocèse », Semaine religieuse du diocèse de Périgueux, 12 novembre 1932.

16 Ep 4,11-12.

17 AHAP ID XV 30, brochure Fêtes jubilaires de Son Éminence le cardinal Maurice Feltin archevêque de Paris 1909-1959.

18 Minier M., op. cit., p. 98.

19 Faron O. Les enfants du deuil. Orphelins et pupilles de lu nation de la Première Guerre mondiale (1914-1941), La Découverte, 2001, p. 305.

20 Prévotat J., op. cit., p. 233-262 notamment.

21 Ibid., p. 507.

22 La Semaine religieuse du diocèse de Dijon, 22 octobre 1927.

23 Mgr Roques rappela ce sigle à son auteur, Mgr Rémond, dans une lettre du 7 mars 1950 (AAR 1D132).

24 La Vie diocésaine de Dijon, 7 mars 1931.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Terms of use: http://www.openedition.org/6540