Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les évêques français de Verdun à Vatican II

 | 
Frédéric Le Moigne

Introduction

Texte intégral

  • 1 Je renvoie le lecteur à la bibliographie pour les références précises de ces titres.
  • 2 Lagrée M., « Biographies d’évêques et histoire religieuse en France », La création biographique. R (...)
  • 3 Rémond R., « L’histoire religieuse au xxe siècle », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 17, janvie (...)
  • 4 Python F., « D’une approche confessionnelle à une histoire religieuse universitaire. L’itinéraire (...)
  • 5 Baubérot J. et Langlois C., L’Histoire religieuse de la France, xixe et xxe siècle. Problèmes et m (...)
  • 6 Expression de MgrGrumel rapportée par MgrJauffrès (AHAP ID XV 16, « Lettre des évêques retraités » (...)
  • 7 L’épiscopat français à L’époque concordataire 1802-1905 : origines, formation et nomination, Cerf, (...)
  • 8 L’épiscopat français du Ralliement à Vatican II, Padoue, CEDAM, 1982, 228 p.

1Les prélats en place durant la Seconde Guerre mondiale appartiennent à la génération hiérarchique la mieux connue du vingtième siècle. Une récente série de biographies universitaires consacrées à ses grandes figures (Gerlier, Liénart, Rémond, Saliège, Théas1) permet ce travail de comparaison. Le retour en force du genre biographique en histoire religieuse contemporaine2 – qui est loin d’être réservé à la sphère épiscopale et à ces années médianes du vingtième siècle – montre des chercheurs soucieux de retrouver et de réimposer l’individu en histoire3. Le statut de la biographie fait cependant toujours question puisque, dans sa phase d’émancipation scientifique4 et pour trouver sa crédibilité épistémologique, l’histoire religieuse universitaire a logiquement voulu se débarrasser de ce genre appartenant au lourd héritage de l’édification ecclésiastique5. Le recours à la biographie en histoire épiscopale semble toutefois justifié pour deux raisons. L’épiscopat se définissant par rapport à son imposante production biographique (sacre, intronisation, vœux, jubilés, souvenirs, éloge funèbre,...), ce genre permet de restituer au plus près les mécanismes de son fonctionnement institutionnel. D’autre part, le cloisonnement de l’Église d’avant- concile qui faisait de chaque évêque « un petit Pape dans son diocèse6 » favorise l’approche individuelle. La juxtaposition des biographies, quand bien même elle serait exhaustive – ce qui n’est pas le cas, comme le prouve le choix de personnalités non conformistes (Théas) ou écrasantes (Liénart, Gerlier) –, ne fait cependant pas un portrait collectif. Pour une perspective d’ensemble, le genre complémentaire de la prosopographie, avec ses méthodes éprouvées à la fois comparatistes et statistiques, paraît plus indiqué. Le travail de référence de Jacques-Olivier Boudon sur l’épiscopat du xixe siècle7 favorisé par l’abondance des sources concordataires, le prouve. Il avait été précédé pour le xxe siècle par la stimulante étude de Marc Minier8 qui doit encore attendre l’ouverture des archives vaticanes afin d’être prolongée.

  • 9 Vinatier J., Le cardinal Suhard, l’évêque du renouveau missionnaire 1874-1949, Le Centurion, 1983, (...)
  • 10 Toupin-Guyot C., Les intellectuels français dans la société française. Le Centre catholique des in (...)
  • 11 Prévotat J., Les catholiques et l’Action française. Histoire d’une condamnation 1899-1939, Fayard, (...)

2Cet ouvrage s’inscrit pour sa part à la jonction de la biographie et de la prosopographie en présentant un portrait collectif. Le tableau de l’épiscopat métropolitain nommé entre 1927 et 1944 concerne 73 individualités. Cela permet de s’arrêter sur certains personnages que la biographie individuelle n’aurait peut-être jamais choisis. J’en veux pour preuve la figure en couverture de ce livre, celle de Mgr Feltin qui n’apparaît pas dans le panthéon des grands prélats parisiens à l’instar d’un Suhard, qui a trouvé son biographe9 ou d’un Verdier qui le cherche encore. Or cet archevêque, dont je remarque qu’il a été choisi pour la jaquette d’autres ouvrages contemporains10, constitue le personnage emblématique de cette étude. Il incarne en effet à bien des égards (par sa formation sulpicienne, par le fait qu’il fut le premier promu à un siège épiscopal soumis à la prestation d’un serment anti-Action française11, par sa longévité qui correspond parfaitement à la durée d’activité de cette génération, par son maréchalisme...) le personnage moyen, représentant du plus grand nombre, recherché dans la prosopographie.

  • 12 Voir le cahier central.
  • 13 « La génération », Les Lieux de mémoire III. Les France 1. Conflits et partages, Gallimard, 1992, (...)

3La photographie individuelle de couverture – celle de la fidélité d’un prélat au drapeau national à un moment (la Libération) où son loyalisme patriotique était contesté – a été préférée au portrait de groupe traditionnel12. Car c’est l’appartenance matricielle d’une majorité d’évêques à la « génération du feu », celle des combattants de la Grande Guerre, qui donne sa cohérence essentielle au livre. L’identité « ancien combattant » appartient aussi bien au champ républicain de l’égalitarisme par la conscription et l’impôt du sang, dont on connaît le rôle intégrateur dans la nation pour les catholiques, qu’à celui, aristocratique, de la bravoure héroïque ou bien encore à celui de la projection élitiste de Vichy dirigée vers le vainqueur de Verdun. La correspondance méthodologique s’impose : la génération étant, selon Pierre Nora, « un phénomène purement individuel qui n’a cependant de force que collectif13 », constitue le ciment entre biographie – ecclésiastique, verticale, monarchique – et prosopographie – universitaire, horizontale et républicaine.

4D’un point de vue strictement ecclésial, ce découpage générationnel s’explique également car la cohorte de prélats nommés après la condamnation pontificale de l’Action française de 1926 constitue certainement le groupe hiérarchique le mieux défini du siècle. En effet, Pie XI et son nonce à Paris, Maglione, cherchèrent à forger de manière volontariste un épiscopat de conquête et donc de rupture sur celui de défense, se caractérisant essentiellement par sa mission d’organisation de l’Action catholique spécialisée et d’encadrement d’une jeunesse libérée de l’influence nationaliste. Cette étape d’homogénéisation romaine du corps épiscopal français tournait résolument la page du xixe siècle, celle de la division de l’épiscopat, dont les réticences, en particulier au sein de la haute hiérarchie nommée sous Pie X et Benoît XV quant à la stratégie de Pie XI employée contre Maurras, peuvent être considérées comme le dernier avatar.

5La longévité de pouvoir de cette génération – 35 ans environ jusqu’au concile – justifie d’appliquer au corps épiscopal les phases classiques du développement biographique : jeunesse, maturité, vieillesse. La jeunesse correspond parfaitement aux années trente, temps de relatif optimisme pour l’Église de France, temps surtout d’affirmation pour les nouveaux prélats et donc de conflit avec les anciennes générations, en particulier sur la question du pacifisme, même si du fait du renouvellement démographique et de leur légitimité patriotique et romaine, le combat était gagné d’avance pour la jeune garde mitrée. L’épiscopat montrait ainsi un visage de plus en plus uniforme, avec en 1940 plus de soixante sièges et quasiment tous les archevêchés renouvelés par Maglione et son continuateur à partir de 1936, Valeri. Après la défaite de mi-juin 1940, il ne faut d’ailleurs plus chercher à diviser l’épiscopat entre prélats anciens et modernes, conservateurs et démocrates, intransigeants et libéraux : il était entièrement maréchaliste. Pour son plus grand malheur, cette génération épiscopale pensa trouver sa consécration dans l’unanimisme et le notabilisme vichystes.

6La phase de maturité fut donc de courte durée. Elle peut être arrêtée en 1942-1943, lorsque la majorité des évêques entrèrent dans une vieillesse prématurée en maintenant leur confiance à Pétain, même dans la France libérée, et en condamnant violemment les forces de renouveau et de régénération de la Résistance, en particulier catholique. Les prélats s’éloignèrent ainsi, par une incompréhension nouvelle des générations montantes, du propre héroïsme républicain et de la vitalité de leur jeunesse tant nationale qu’épiscopale. Seule une minorité de prélats, en particulier dans la région remarquable du Sud-Ouest, réussit à conserver un crédit patriotique à la Libération. La dualité des destins au sein de la hiérarchie se révèle passionnante à étudier entre honorés et épurés, surtout si on la compare à l’égalité héroïque de la sortie de guerre précédente.

7Les dernières nominations de Mgr Valeri en 1944 arrêtent le corpus d’évêques de cette étude, avec un ensemble de prélats nés entre 1870 (Courcoux) et 1897 (Cazaux), respectant ainsi exactement, si l’on excepte Verdier né en 1864, l’échelle générationnelle choisie. Malgré des disparitions importantes au cours des années 1945-1950 (Suhard, Petit de Julie-ville), l’influence de cette génération n’était pas finie. La vieillesse, l’essoufflement et les crispations autoritaires caractérisèrent cependant la décennie 50, en grande partie parce que l’épiscopat d’Action catholique, trop investi dans la défense scolaire, eut le plus grand mal à mettre ses pas dans ceux, missionnaires et intuitifs, du cardinal Suhard. De plus, la condamnation des prêtres-ouvriers en 1953-1954 vint pour la première fois remettre en cause la forte identité sociale de cette génération. Le contraste n’en était que plus saisissant entre ses débuts encouragés par l’encyclique sociale Quadragesimo anno de Pie XI en 1931 et la sombre fin de règne de Pie XII. L’épiscopat donna cependant durant la guerre d’Algérie de vrais signes d’ouverture. Le dépouillement conciliaire constitua enfin une déroutante conclusion pour ces prélats de la tradition, spectateurs interloqués de l’enterrement d’une Église tridentine monarchique qu’ils ont été les derniers à représenter.

8La question de l’érosion progressive de l’héroïsme tant national qu’ecclésial, contenant en creux l’interrogation sur la représentation de l’évêque, constitue le fil conducteur de ce livre, avec la tentation d’appliquer la parabole des talents gâchés à cette génération si prometteuse du début des années 1930. Le jugement n’appartenant pas à l’historien, celui-ci constate seulement l’évolution entre un corps collectivement perçu comme « centriste » et « marchant » à sa naissance et son image conservatrice et vieillie postérieure perdurant en grande partie du fait du maréchalisme indélébile de ces prélats. En mettant en avant une galerie de personnages et en s’intéressant longuement aux cérémonies auxquelles ils ont participé, cette lecture a cherché à incarner le discours hiérarchique rencontré essentiellement dans les Semaines religieuses des diocèses ou la correspondance et à saisir la respiration du catholicisme des années médianes du vingtième siècle. Éloigné d’une histoire des idées ne donnant pas de visages à ses textes et d’une approche ne cherchant que des explications internes aux phénomènes ecclésiastiques, ce portrait du corps épiscopal français dans son siècle embrasse les interrogations de l’histoire du temps présent.

Notes

1 Je renvoie le lecteur à la bibliographie pour les références précises de ces titres.

2 Lagrée M., « Biographies d’évêques et histoire religieuse en France », La création biographique. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1997, p. 253-260.

3 Rémond R., « L’histoire religieuse au xxe siècle », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 17, janvier mars 1988, p. 105.

4 Python F., « D’une approche confessionnelle à une histoire religieuse universitaire. L’itinéraire de l’historiographie française », Revue d’histoire ecclésiastique suisse, 1993, p. 33-47.

5 Baubérot J. et Langlois C., L’Histoire religieuse de la France, xixe et xxe siècle. Problèmes et méthodes, Beauchesne, 1975, p. 205. Lorsque le lieu d’édition n’est pas précisé, il s’agit de Paris.

6 Expression de Mgr Grumel rapportée par Mgr Jauffrès (AHAP ID XV 16, « Lettre des évêques retraités », 1971).

7 L’épiscopat français à L’époque concordataire 1802-1905 : origines, formation et nomination, Cerf, 1996, 589 p.

8 L’épiscopat français du Ralliement à Vatican II, Padoue, CEDAM, 1982, 228 p.

9 Vinatier J., Le cardinal Suhard, l’évêque du renouveau missionnaire 1874-1949, Le Centurion, 1983, 477 p.

10 Toupin-Guyot C., Les intellectuels français dans la société française. Le Centre catholique des intellectuels français (1941-1976), Rennes, PUR, 2002, 369 p.

11 Prévotat J., Les catholiques et l’Action française. Histoire d’une condamnation 1899-1939, Fayard, 2001, note 185 p. 620.

12 Voir le cahier central.

13 « La génération », Les Lieux de mémoire III. Les France 1. Conflits et partages, Gallimard, 1992, p. 939.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540