Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Deuxième partie. Contrepoints : éclairages étrangers et régionaux

Le socialisme marseillais des années 1920 aux années 1950

Robert Mencherini

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

1De la Première Guerre mondiale aux années 1950, l'évolution de la Fédération socialiste des Bouches-du-Rhône peut se décliner en trois temps : de la reconstruction de la SFIO au Front populaire, des remises en cause des années 1930 aux nouveaux engagements de la Seconde Guerre mondiale, et, enfin, des mutations de la Libération aux reclassements de la guerre froide. En 1953, une nouvelle période politique de la vie du département et de la Fédération s'ouvre, dominée, jusqu'à sa mort en 1986, par la personnalité de Gaston Defferre, devenu maire de Marseille.

  • 1 Pour une analyse plus approfondie du contexte de l'entre-deux-guerres dans le département, je me p (...)

2Pour une comparaison entre Bretagne et Midi, soulignons que les Bouches-du-Rhône sont de forte tradition socialiste et que Marseille, grande cité portuaire et industrielle donne le ton. Dès la fin du xixe siècle, les « collectivistes » ont accru leur audience au détriment des radicaux-socialistes. Ils se sont aussi appuyés sur les aspirations des nouvelles couches ouvrières en voie d'organisation (création fin xixe-début xxe siècle de Bourses du Travail à Marseille, Aix et Arles), même si celles-ci, dans un premier temps, sont surtout sensibles aux idées syndicalistes-révolutionnaires. Ce contexte explique que, de pair avec l'analyse de l'influence électorale, celle des liens avec le mouvement syndical ouvrier ait été privilégiée. Ceci n'implique pas, pour autant, que les liens avec d'autres milieux sociaux et d'autres formes associatives soient négligeables. Mais — c'est la règle du genre — il est difficile de tout évoquer en si peu de temps sans simplifications abusives1.

  • 2 Citons simplement pour la période concernée Fernand Bouisson, haut-commissaire aux Transports mari (...)

3De la même manière, nous n'évoquerons pas ici, de manière détaillée, les responsabilités nationales, partidaires ou gouvernementales, assumées par des Marseillais. Il est évident que l'appartenance à l'une des fédérations les plus importantes de la SFIO facilite l'accession à celles-ci et conforte en retour l'influence locale de ces responsables2. Mais nous nous intéressons avant tout à la place de la fédération SFIO dans le paysage politique et social départemental ainsi qu'à son évolution interne.

De la scission de la SFIO au Front populaire

4Après la Première Guerre mondiale, le département demeure ancré à gauche. Alors qu'en 1919 la France opte pour une Chambre « bleu horizon », les Bouches-du-Rhône élisent 4 SFIO, Fernand Bouisson, Jean-Baptiste Canavelli, le Dr Paul Morucci et Henri Maurel, tous députés de la circonscription de Marseille, contre 2 représentants de la droite, 2 radicaux-socialistes et un socialiste indépendant. Quinze jours plus tard, aux élections municipales, les socialistes SFIO sont bien représentés sur la liste de coalition des gauches de Siméon Flaissières qui l'emporte à Marseille. Le mouvement syndical connaît aussi une croissance spectaculaire pendant cette période et l'UD CGT se classe parmi les premières de France.

5Mais, comme ailleurs, le bilan de la guerre et de l'Union sacrée, la Révolution bolchevique et les grèves ouvrières de 1919-1920 suscitent d'âpres débats. En décembre 1920, au congrès fédéral de Salon, une forte majorité se prononce en faveur de l'adhésion à la IIIe Internationale. La motion Cachin-Frossard l'emporte nettement, avec 83 mandats contre 25 pour la motion Longuet et 5 pour la motion Blum. Les sections sinon rurales, du moins non marseillaises, sont plus favorables à la « vieille maison ». Mais celle d'Arles, la plus importante du département, se rallie aussi, après des hésitations, à la transformation de la SFIO en parti communiste.

6On retrouve à la tête de la Fédération communiste l'ancien secrétaire de la Fédération unifiée, Flavien Veyren, et parmi les adhérents actifs, le jeune Gabriel Péri, des Jeunesses socialistes, et un héros, revenu borgne de la Grande Guerre, Simon Sabiani, transitaire à Marseille : il est l'un des rares élus SFIO (conseiller municipal) à choisir le communisme. Mais l'avenir de la nouvelle formation est beaucoup moins assuré que le laissaient présager les suffrages obtenus au moment de la scission. Le parti communiste ne conserve que la moitié des anciens adhérents socialistes et les élus choisissent majoritairement la SFIO maintenue.

  • 3 Elle est d'ailleurs dirigée par ces derniers jusqu'au congrès d'Arles, le 25 octobre 1924, qui ren (...)

7Des tensions similaires s'exercent dans la CGT où la scission syndicale intervient après des épisodes chaotiques et violents. Le courant révolutionnaire semble l'emporter localement. Mais en janvier 1922 les syndicalistes se réclamant de la majorité nationale constituent une UD CGT qui exclut les opposants. Ces derniers, communistes et syndicalistes révolutionnaires, se regroupent à leur tour, en mars 1922, au sein d'une UD CGTU3. L'avantage, en nombre d'adhérents, revient rapidement à la CGT qui obtient l'administration de la Bourse du Travail de Marseille en avril 1922.

  • 4 Notice Léon Bon du Dictionnaire biographique du Mouvement ouvrier, d'après Léon Bon lui-même.

8Après la scission, la SFIO maintenue apparaît comme un parti de cadres et d'élus : elle compterait seulement 871 adhérents4.

Un jeu à trois

9Les rapports sont très tendus entre les deux courants. Ainsi, les conseillers communistes marseillais, Sylvestre Cermolacce et Simon Sabiani, accablent la municipalité de Siméon Flaissières, socialiste indépendant, mais qui gouverne avec les dirigeants de la SFIO, dont Léon Bon, secrétaire de la Fédération.

10Mais le jeu se complique : Simon Sabiani quitte le PC en 1923 et forme une fédération communiste autonome qui adhère à l'Union socialiste-communiste. Appuyé sur ses réseaux d'influence dans les vieux quartiers de Marseille, implanté chez les dockers et marins (le secrétaire de la fédération des Inscrits maritimes est son ami Pierre Ferri-Pisani), Simon Sabiani joue, pendant tout un temps, de l'antagonisme PC-SFIO, avant d'amorcer, à la fin des années 1920, un glissement vers la droite que certains de ses proches refusent : Pierre Ferri-Pisani rejoint alors la SFIO.

11Cet affrontement triangulaire entre communistes, socialistes et « sabianistes » est particulièrement net lors des élections de 1924 où trois listes se présentent à gauche : la liste du Cartel des gauches (essentiellement socialiste), celle de l'Union socialiste qui regroupe la Fédération autonome, des personnalités issues de la SFIO et est soutenue par Flavien Veyren qui — franc-maçon — a quitté le PCF et va rejoindre la SFIO, et la liste du « Bloc ouvrier et paysan » (communiste). La première arrive largement en tête et la troisième très loin en dernière position, ce qui met en évidence la faiblesse du PCF mis en difficulté par les « sabianistes », et la réaffirmation électorale rapide de la « vieille maison » dans le département.

La SFIO progresse rapidement

12La SFIO, qui s'appuie aussi sur de nombreux réseaux associatifs, continue sa progression électorale aux dépens des radicaux qui n'ont plus de député à compter de 1928. Son secrétaire Léon Bon est élu président du conseil général en 1930, en remplacement du radical-socialiste Louis Pasquet, sénateur, ancien ministre, président depuis 1918. Félix Gouin, maire d'Istres depuis le début des années 1920, conseiller général, devient député de la deuxième circonscription d'Aix en 1924. À Arles, Sixte-Quenin retrouve à la Chambre, en 1928 et en 1932, son siège de 1914. Le bassin minier de Gardanne constitue aussi un point d'ancrage socialiste avec les syndicalistes mineurs Marius Joly, élu conseiller général du canton de Trets en 1928 et maire de cette ville en 1929, et Victor Savine qui devient maire de Gardanne en 1929 et conseiller général en 1931.

13Aux législatives de 1932, les socialistes obtiennent 7 élus pour 11 sièges : Toussaint Ambrosini, Félix Gouin, Henri Tasso, Sixte-Quenin, Fabien Albertin, Raymond Vidal et Fernand Bouisson, ce dernier s'éloignant progressivement du parti socialiste.

14La situation est plus délicate à Marseille où la SFIO rompt, à la fin des années vingt, avec Siméon Flaissières. Aux élections municipales de 1929, elle présente — sans succès — une liste conduite par Henri Tasso contre l'alliance Flaissières-Sabiani. Simon Sabiani, devenu premier adjoint, s'empare de la gestion de Marseille, surtout après la mort en mars 1931 de Siméon Flaissières, remplacé par le docteur Georges Ribot, homme assez effacé. Il infléchit alors nettement son parcours vers la droite.

  • 5 Soit les 34 communes du département comptant plus de 2 500 habitants, au moins une fois de 1936 à (...)

15Aux élections municipales de 1935, le nouveau climat unitaire, issu du 12 février 1934 (un pacte départemental d'unité d'action entre SFIO et PC est signé en juin 1934, donc avant le pacte national du 27 juillet 1934), profite à la SFIO. Il permet l'élimination de Simon Sabiani de la mairie de Marseille : la liste d'Henri Tasso, favorisée par le désistement communiste, l'emporte nettement (24 socialistes contre 6 « sabianistes » et 6 « modérés »). Deux autres succès socialistes sont significatifs : à Aubagne, ville industrielle à forte population d'origine italienne, et à Saint-Rémy au cœur de la « Vendée provençale » où la liste de Joseph Mauron, instituteur SFIO, devance les radicaux. Le lien est net avec la tradition républicaine en ces terres d'opposition des « rouges » et des « blancs ». Ces élections confortent aussi la SFIO dans ses positions traditionnelles, à Arles ou dans le bassin minier. Près de la moitié des communes les plus populeuses sont désormais dirigées par des socialistes qui représentent plus de 40 % de leurs maires et adjoints5.

16Parallèlement, CGT et CGTU se réconcilient au sein d'une nouvelle union départementale CGT dont le congrès, les 4 et 5 janvier 1936 à Marseille, prépare le congrès national d'unité de Toulouse (2-5 mars 1936). Le rapport de forces est, au départ, en faveur du courant socialisant et la nouvelle UD est dirigée par l'ancien secrétaire départemental de la CGT, Louis Chauffard. De même, le congrès d'unification de l'union locale de Marseille, le dimanche 23 février 1936, porte à sa tête Louis Armand, ex-confédéré.

17Ainsi, de 1920 à 1936, la SFIO, réorganisée, s'est assurée une position de force aux niveaux politique (municipalité, conseil général, députés) et syndical, réussite qui contraste avec la stagnation du parti communiste. Mais la tendance s'infléchit à partir des législatives du Front populaire.

Des remises en cause des années 1930 à la Libération

18Au niveau politique, les élections de 1936-1937 marquent un tassement de l'influence socialiste. La gauche emporte les législatives d'avril-mai 1936 avec cinq élus SFIO, trois pour Marseille : Henri Tasso, Raymond Vidal, Albert Lucchini, et deux pour le reste du département : Félix Gouin et Fabien Albertin. Mais le parti communiste obtient trois députés : Jean Cristofol et François Billoux à Marseille, Adrien Mouton à Arles. La droite conserve deux sièges et Fernand Bouisson, hostile au Front populaire, est réélu.

19La même tendance apparaît aux élections cantonales d'octobre 1937. Après celles-ci, le conseil général est toujours dominé par les socialistes qui représentent plus de 44 % des 34 élus. Mais la dynamique du Front populaire profite surtout aux communistes avec 3 élus contre un dans le conseil précédent. Des événements locaux ont aussi des prolongements politiques : l'incendie des Nouvelles Galeries — grand magasin de La Canebière —, le 28 octobre 1938, entraîne la mise sous tutelle de la municipalité socialiste de Marseille.

  • 6 Le Midi syndicaliste, n° 220, 20 juillet 1938, compte-rendu du congrès.

20Au niveau syndical, la situation change après les grèves de mai-juin 1936. L'afflux de nouveaux adhérents bouscule les positions socialistes dans l'UD CGT. En octobre 1936 Louis Chauffard, démissionnaire, est remplacé par le communiste Charles Nédelec, reconduit lors du congrès départemental des 26 et 27 juin 1937 où les anciens « unitaires » sont largement majoritaires. Cette évolution est vivement dénoncée par Pierre Ferri-Pisani qui participe, avec 40 autres militants des Bouches-du-Rhône, à la tendance nationale Syndicats, très anticommuniste. Les partisans de Syndicats refusent de siéger à la Commission administrative car, déclare Pierre Ferri-Pisani, « ils n'ont plus la certitude que l'indépendance du syndicalisme est sauvegardée6 ».

Des tensions et un malaise liés à la situation internationale

  • 7 Le Petit Provençal, octobre 1938, Provence socialiste, 21 octobre 1938.

21Les tensions internationales divisent la gauche. Ainsi, la politique de non-intervention en Espagne, puis Munich. Et, en 1938, les socialistes hésitent, partagés entre un pacifisme traditionnel et l'inquiétude devant la menace hitlérienne. Pour Félix Gouin, en octobre 1938, les socialistes ont « mis la paix au-dessus de tout parce qu'il aurait été criminel de vouloir engager la guerre sur une question de procédure [...]. La guerre est un crime contre la raison et contre l'humanité. Munich a évité la guerre, Munich n'a pas créé la paix. Munich est un commencement en soi7 ».

22Mais le débat continue au sein de la SFIO. Les deux motions nationales s'opposent, de manière tranchée, au congrès fédéral d'Aix-en-Provence le 18 décembre 1938. La position de Léon Blum est approuvée par 178 voix, dont celles de la section du jeune avocat Gaston Defferre. 118 seulement vont à la motion Paul Faure pour laquelle, pourtant, se sont prononcés des dirigeants historiques comme Léon Bon ou Félix Gouin.

23Pendant les mois suivants, la SFIO hésite, localement comme nationalement, toujours partagée entre la position de Paul Faure favorable à la défense de la paix et celle de Léon Blum, partisan d'une fermeté accrue face aux régimes fascistes. La motion de Léon Blum est de nouveau majoritaire, le 21 mai 1939, au congrès fédéral d'Arles, préparatoire au congrès national de Nantes. Mais l'écart est relativement limité : ce texte obtient 152 mandats contre 112 pour celui de Paul Faure. Après les votes, Gaston Defferre se prononce pour une motion d'union, elle-même adoptée, anticipant la démarche conciliatrice du congrès national.

Le choc de la Seconde Guerre mondiale et du régime de Vichy

  • 8 AD BdR 44J 43, Gaston Defferre, témoignage, 21 janvier 1949, p. 10.
  • 9 Marc Sadoun, Les socialistes sous l'Occupation, Paris, PFNSP, 1982, p. 119-121.
  • 10 Selon le témoignage de Gaston Defferre, op. cit., p. 10 et Marc Sadoun, op. cit., p. 142.

24Après la défaite et l'instauration du régime de Vichy, dès le 15 juillet 1940, Félix Gouin, seul parlementaire du département opposant du 10 juillet, explique les raisons de son vote aux élus par lettre-circulaire. Il y dénonce les atteintes à la démocratie, l'alignement de Vichy sur les régimes totalitaires et place tous ses espoirs dans l'Angleterre et l'Amérique. Il réunit un noyau de militants socialistes auquel participe Gaston Defferre, selon son propre témoignage, dès l'automne 19408. Marius Joly, Victor Savine, militants syndicalistes et maires de Trets et Gardanne, l'avocat aixois, Max Juvénal, conseiller d'arrondissement socialiste, soutiennent Félix Gouin9. Mais les réticences sont nombreuses et Félix Gouin est conscient de son isolement. L'organisation, très minoritaire, ne rassemblerait, en 1940, qu'une cinquantaine de militants à Marseille sur les 2000 d'avant-guerre10. L'apport de militants non marseillais comme Cletta et Daniel Mayer est essentiel. Le noyau socialiste de Marseille concourt activement, en mars 1941, à la reconstruction nationale du parti par l'intermédiaire du « Comité d'action socialiste » (CAS). Certains militants participent aux mouvements de résistance en cours de création. En lien avec Londres, le réseau Fleurs, devenu Brutus, recrute chez les socialistes (André Boyer, Gaston Defferre). Mais cet engagement est différencié. Les contacts de Daniel Mayer avec Libération se bornent pendant longtemps à un simple « échange de services » comme la diffusion de papillons ou du journal. Soucieux d'indépendance, il refuse d'assurer la responsabilité de Libération pour le district de Marseille. Les relations avec le MLN, devenu Combat à la fin de l'année, sont plus étroites à la base, en partie grâce à Henri Malacrida, instituteur franc-maçon, secrétaire de la fédération SFIO des Hautes-Alpes. Parallèlement l'organisation socialiste établit des relations suivies avec Londres, soit par des émissions radio, soit par l'envoi de responsables. Félix Gouin rejoint ainsi la capitale britannique en août 1942.

  • 11 Rapport cité par Marc Sadoun, op. cit., p. 142-143.

25Au cours de l'année 1942, le CAS étend son influence en zone non occupée où Le Populaire reparaît en mai 1942. La Fédération socialiste reconstituée des Bouches-du-Rhône est l'une des plus actives de la zone Sud. Un rapport de la fin 1942 lui attribue entre 10 et 20 % du nombre des adhérents de 193811.

  • 12 Gaston Defferre, Danvers, « Rapport sur le parti socialiste (octobre 1943) », Cahiers de l'OURS, n (...)
  • 13 Daniel Mayer, Les socialistes dans la résistance, Paris, PUF, 1968, p. 67-68.

26L'organisation socialiste se pose inévitablement la question de ses liens avec les mouvements de résistance. En 1943 Gaston Defferre souligne l'avance prise par ces derniers, l'importance de l'engagement des socialistes en leur sein, mais aussi son inquiétude12. De fait, le CAS se refuse à constituer un mouvement spécifique mais propose de « verser » les militants dans les organisations de résistance existantes13. Les socialistes y sont nombreux, aussi bien dans les réseaux que dans les mouvements, de Combat où Max Juvénal joue rapidement un rôle dirigeant, à Franc-Tireur dont le groupe marseillais à forte composition socialiste est animé en 1943 par Jean-François Leca, ex-conseiller municipal SFIO et franc-maçon, en passant par Libération dont le responsable arlésien est Joseph Imbert, maire SFIO d'Arles depuis 1936.

  • 14 Gaston Defferre, Danvers, note en 1943 que « les mouvements de résistance ont été opposés à la rec (...)
  • 15 Claude Bourdet, L'aventure incertaine, Paris, Stock, 1975, p. 177-178. Réciproquement, selon le té (...)
  • 16 Démarche menée par Daniel Mayer, Claude Bourdet, op. cit., p. 178.

27Pourtant, les tensions persistent : le parti socialiste souhaiterait être reconnu en tant que tel par les mouvements. Mais beaucoup de leurs dirigeants assimilent largement les socialistes au passé14. Claude Bourdet fait état d'une rencontre entre ces derniers et Combat, au bord d'une petite route provençale, organisée en 1942-1943 par Chevance, Bertin conscient de l'importance du socialisme dans le Midi. L'entretien se traduit pourtant par un échec tant l'écart est profond entre les deux groupes15. Et c'est vainement que les socialistes essaient, au printemps 1943, d'être représentés au comité de coordination des mouvements de zone Sud, puis au comité directeur des MUR16.

  • 17 Marc Sadoun, op. cit., p. 173-174, 206-207.
  • 18 Ainsi Daniel Mayer à une séance du comité directeur demande qu'on « désolidarise le Parti socialis (...)
  • 19 AN 72aj/81, rapport du colonel Collignon (Vincent), « Veny », rédigé en juillet 1944, envoyé par M (...)
  • 20 Gaston Defferre, Danvers, op. cit., Claude Bourdet, op. cit., p. 179.

28Devant ce blocage, la tentation est grande, en dépit des orientations générales, de constituer des organisations de résistance sinon socialistes, du moins sous influence. C'est la tentative de Gaston Defferre autour du réseau Brutus et plus tard, en ce qui concerne l'action armée, avec les « groupes Vény », reliés au réseau, ou les Milices socialistes17. Mais les réticences sont importantes au sein du parti lui-même18. Même si l'intégration du réseau Brutus et des groupes Vény dans les MUR est acquise en novembre 1943, elle ne sera toujours que très partielle19. Le Midi est la région où l'expérience socialiste a été, de ce point de vue, poussée le plus loin. Des dirigeants de mouvements comme Claude Bourdet regretteront ultérieurement le « rendez-vous manqué » avec les socialistes, problème que Gaston Defferre pointait déjà dans son rapport de décembre 194320.

De la Libération à 1953, en passant par les premiers affrontements de la guerre froide

La Libération : une prise de pouvoir par les socialistes ?

  • 21 Cette situation ne va pas sans tensions entre le CRR et la fédération SFIO. Finalement Raymond Aub (...)

29À Marseille, le Comité départemental de libération (CDL) des Bouches-du-Rhône, créé dans la clandestinité au début de l'année 1944, rassemble Front national (FN), PC, PS, Mouvement de libération nationale (MLN, ancien MUR) et CGT, sous la présidence de Max Juvénal Maxence (MLN). En l'absence de ce dernier, blessé, c'est sous la direction de Francis Leenhardt Lionel qu'il siège dans la préfecture libérée fin août 1944. Il y accueille, le 24 août, le commissaire régional de la République (CRR), représentant du Gouvernement provisoire, Raymond Aubrac. Plusieurs postes de pouvoir essentiels sont alors attribués à des socialistes : Gaston Defferre est nommé président de la délégation municipale de Marseille et Flavien Veyren devient préfet des Bouches-du-Rhône. Le parti socialiste apparaît ainsi en position de force, même si Raymond Aubrac désigne Jean Cristofol, ancien député communiste, à la présidence du Comité régional de libération et s'appuie sur le parti communiste et la CGT pour remettre en marche l'économie régionale21.

1944-1945, des élections municipales à la crise de la fédération socialiste

30En 1945, lors des élections municipales de mai, la forte poussée à gauche se traduit par un progrès de la SFIO, un peu masqué par la progression du parti communiste et par l'effondrement des radicaux-socialistes. À Marseille, la liste de « Rassemblement démocratique », PCF-PS-CGT-Mouvements de Résistance, l'emporte sur les listes MRP et de droite. Gaston Defferre et Jean Cristofol sont élus respectivement président et vice-président du conseil municipal.

  • 22 Le Provençal, 7 août 1945.

31Sur les 117 communes du département, la SFIO en dirige désormais 43, contre 31 en 1939, le PC 23 contre 3 en 1939, les listes d'unité socialiste-communiste 24, les listes d'unité républicaine (SFIO-PC-radicaux) 5, les radicaux 4 contre 26 (et trois pour les radicaux indépendants). En dépit de tensions évidentes, le climat est toujours à l'unité. Et, le 5 août 1945, le congrès départemental de la SFIO se prononce « contre la fusion immédiate, mais pour le maintien de l'unité d'action avec le PCF et tous les autres partis se réclamant de l'idéal démocratique et socialiste issus de la Résistance22 ».

32Les élections cantonales de septembre 1945 confirment une légère progression de la SFIO (16 sièges, soit un de plus qu'en 1937), mais, surtout, une montée en force spectaculaire du PC (14 sièges contre 3 en 1937). Les deux organisations représentent ensemble près de 90 % de l'assemblée départementale présidée pendant un an par Félix Gouin, puis par Joseph Lasalarié (élu du canton de Roquevaire). La poussée communiste se fait surtout sentir à Marseille où elle emporte 9 cantons sur les 12 de l'agglomération (un seul canton marseillais était communiste en 1937).

33Parallèlement, la fédération socialiste est touchée par une crise violente qui oppose Gaston Defferre et le noyau issu de la Résistance aux « anciens », dont Pierre Ferri-Pisani, revenu de déportation. Celle-ci entraîne la dissolution et la reconstitution de la fédération autour du courant Defferre. Cette situation, combinée à la mise en minorité électorale à Marseille, incite Gaston Defferre et une partie des socialistes à démissionner du conseil municipal dont le communiste Jean Cristofol se retrouve promu président.

34Les élections générales du 21 octobre 1945 pour l'Assemblée constituante confirment encore la percée du PCF. En tête pour le nombre de suffrages, il obtient 5 sièges dans les deux circonscriptions du département, suivi par la SFIO (5 députés : Gaston Defferre, Irène Laure, Francis Leenhardt, Félix Gouin, Max Juvénal) et le MRP (3 députés). Les consultations nationales de 1946 (élections à la 2e constituante du 2 juin, élections législatives du 10 novembre) marquent, de nouveau, la domination dans le département de ces trois grandes tendances politiques et la prééminence du PCF.

  • 23 Gaston Defferre, Le Provençal, 23 octobre 1946.

35En décembre 1946 la ville de Marseille retrouve la plénitude de ses droits et Jean Cristofol est reconduit, par de nouvelles élections, à la tête de la municipalité. Premier maire élu de Marseille depuis la Libération, il s'entoure d'adjoints de même sensibilité politique : les socialistes — qui ont pourtant fait l'union au deuxième tour dans une liste de « Rassemblement démocratique » — ont refusé toute responsabilité. Ces démêlés électoraux ne sont que le reflet de la lutte que se mènent alors communistes et socialistes sur d'autres fronts, syndical par exemple. La tension avec le PC devient de plus en plus vive, bien que le MRP soit également dénoncé, au nom de la laïcité et comme parti de « la lâcheté et de la peur23 ».

36En 1946, la fédération des Bouches-du-Rhône se place aux côtés de Guy Mollet, dont Irène Laure a signé « l'appel au parti ». Au congrès fédéral, le 27 août 1946 à La Ciotat, le rapport moral de la direction nationale est repoussé, après un bref débat, par 226 voix contre 83 et 10 abstentions. Une motion de synthèse, adoptée à l'unanimité moins 6 voix, dénonce la « duperie du MRP dans les domaines politique, social et économique » et insiste sur la défense de la laïcité. Favorable à « l'unité organique du prolétariat et la suppression du capitalisme », elle affirme aussi son accord avec la motion du Nord et sa défiance par rapport au PC. Reprenant la résolution de la 6e section de Paris, elle rejette également le « socialisme verbal du MRP » et le « socialisme totalitaire » du PC, et se prononce pour un socialisme « à la fois humain et révolutionnaire ».

Les enjeux syndicaux

37À la Libération, les socialistes se retrouvent écartés de la plupart des responsabilités syndicales. Le XXVe congrès de l'UD CGT, les 9 et 10 juin 1945, élit un bureau très majoritairement communiste : un seul de ses membres (sur huit) est socialiste. Trois unions locales seulement (sur une vingtaine) échappent aux communistes, qui tiennent également la plupart des syndicats des secteurs « productifs ». Face à la poussée « unitaire » de la Libération, les militants socialistes réagissent, apparemment, de manière assez désordonnée. Dans certains secteurs (inscrits maritimes, mineurs) deux syndicats coexistent pendant quelques semaines, tandis que le courant communiste est devenu majoritaire chez les instituteurs.

  • 24 Le Provençal, 17 octobre 1945.
  • 25 Idem, 17 et 25 juillet 1946.

38Hormis ces heurts sectoriels, le courant socialiste s'exprime peu sur la question syndicale. Pourtant, on peut voir apparaître dès l'automne 1945, dans Le Provençal, un groupe « Résistance ouvrière » qui souligne que « toute intrusion de la Confédération générale du Travail sur le plan politique ne peut qu'aboutir à la division des forces ouvrières et à l'affaiblissement de la puissance syndicale24 ». Et Gaston Defferre dénonce la mainmise du PCF sur la CGT25.

  • 26 Idem, 3 août 1946.

39Mais les rappels à la démocratie syndicale sont de peu d'effet. Apparaît alors, en résonance au mécontentement réel des salariés, la tentation d'utiliser la stratégie du débordement. Lors de la grève des PTT de l'été 1946, la fédération socialiste apporte son soutien aux grévistes — dénoncés par la majorité confédérale — estimant que la cause des postiers « n'est pas seulement la leur, c'est celle de l'indépendance syndicale, celle de la liberté syndicale que nous nous honorons d'avoir toujours défendu ici26 ». Les hésitations de la SFIO au début du conflit Renault en mai 1947 montrent les difficultés réelles de cette option.

40Pendant toute cette période, le PS favorise la constitution de Groupes socialistes d'entreprise (GSE) qui se multiplient en 1946 et 1947 chez les employés du service des eaux, du gaz, de la préfecture, les policiers (et les CRS), les PTT, l'enseignement, les ports et docks, les métaux, les cheminots, la marine marchande.

La crise de 1947

41Le congrès de Salon de la fédération socialiste, le 10 août 1947, marque un nouveau raidissement par rapport aux communistes. Le rapport moral national est adopté par 162 mandats contre 114 et 11 abstentions. Mais la motion Leenhardt favorable à un « durcissement » du parti, très critique par rapport aux communistes, recueille 161 mandats, celle de Guy Mollet 62, trois voix appuient la fédération du Rhône. Bien que Madeleine Malacrida se prononce, dans le cadre de la motion Guy Mollet, contre une scission de la CGT, Irma Rapuzzi plaide pour la libération du syndicalisme et estime que, face au PC, le parti socialiste doit adopter une attitude plus courageuse. Le « plan d'action » qu'elle présente alors, en dehors de tout texte national, est adopté par le congrès. La motion de synthèse de Gaston Defferre, adoptée à la « quasi-unanimité » insiste sur la nécessité de « libérer le syndicalisme ». Les difficultés d'expression au sein de la CGT, la place très minoritaire du courant socialiste dans l'UD expliquent sans doute que les socialistes des Bouches-du-Rhône penchent plutôt en faveur d'une scission de la CGT.

42En octobre 1947, la naissance de la guerre froide, la rupture entre SFIO et PCF, la création du Rassemblement du peuple de France (RPF gaulliste) conduisent à des reclassements politiques. Les élections municipales enregistrent le succès d'un bloc RPF assez hétérogène. Bien que n'ayant pas présenté des listes dans toutes les grandes communes, il totalise plus de 108 000 voix dans le département sur 403 000 suffrages exprimés.

43Le parti communiste reste toutefois la première formation avec 35,5 % des suffrages et la SFIO regroupe sur ses candidats environ le cinquième des voix. Dans les villes les plus importantes, les deux formations conservent, dans l'ensemble, leur audience. Le MRP, en revanche, subit un véritable effondrement.

44Mais les reports et le jeu des alliances au sein des conseils élus perturbent les résultats prévisibles. Ainsi, le PCF cède à la SFIO les municipalités d'Arles, Martigues, Port-Saint-Louis et La Ciotat. Il perd ses positions à Aubagne devant une liste de coalition. La SFIO, en revanche, conserve Aix grâce à l'appui communiste. À Marseille, les communistes ont obtenu 24 conseillers, le RPF 25, les socialistes 5 et le MRP 4. L'abstention des socialistes et du MRP attribue la mairie au RPF Michel Carlini. Le nouveau maire, et ses adjoints appartiennent tous au Rassemblement.

  • 27 Sur ces grèves, Robert Menchérini, Guerre froide, grèves rouges. Parti communiste, stalinisme et m (...)
  • 28 « Un appel de "Force ouvrière" », Le Provençal, 21 novembre 1947.
  • 29 Denis Lefebyre, 19 décembre 1947, Force ouvrière, Paris, Bruno Leprince Éditeur, 1997, p. 280.

45La journée de violences du 12 novembre 1947 à Marseille et les grèves consécutives approfondissent le fossé entre socialistes et communistes27. Dès le début, le parti socialiste marque sa défiance envers un mouvement encadré par les communistes et Gaston Defferre accuse le PCF de menées insurrectionnelles. Les secteurs les plus hostiles à la grève sont principalement ceux des employés et fonctionnaires, qui constituent la base de « Force ouvrière ». Le groupe départemental de FO, tout en reconnaissant la « légitimité des revendications ouvrières », appelle à refuser toute « politisation de l'action syndicale28 » et dénonce la proclamation de la grève générale par l'UD CGT, les violations de la démocratie, les violences et les sabotages. L'instituteur socialiste Marcel Babau, ancien militant « confédéré », délégué à la deuxième conférence nationale de Force ouvrière des 18 et 19 décembre 1947 salle des Horticulteurs, prend position pour une organisation indépendante29, opinion largement partagée par les militants socialistes locaux. Des GSE se transforment d'ailleurs directement en syndicats FO, c'est le cas, par exemple, du GSE police.

L'engagement dans la « Troisième Force », la création de l'UD Force ouvrière et la prise de la municipalité de Marseille

46Le 18 décembre 1947 Le Provençal souligne que c'est « avec satisfaction et une nuance d'ironie » que Francis Leenhardt enregistre, au conseil national du Parti, le ralliement de la plupart des socialistes aux thèses de la motion qu'il avait présentée au congrès de Lyon et se plaint des retards apportés au lancement de la « Troisième Force ». « Celle-ci, dit-il, ne doit pas être un super parti, mais déborder le cadre du parti. » Le congrès fédéral du 15 février 1948 insiste surtout sur la stabilité du parti socialiste dans la tourmente et sur « le renforcement de la propagande spécifiquement socialiste et l'affirmation des faits de l'indépendance du parti à l'égard des autres formations politiques » (rapport moral). Celui des 26 et 27 juin 1948 réclame du gouvernement « une action plus énergique dans le domaine économique » et affirme sa volonté de développer les Groupes socialistes d'entreprises. La motion Leenhardt (« Les combats de demain ») recueille 176 mandats, 84 allant à la motion Jacquet, 39 à la motion Gazier, 14 à la motion Baranton, 2 à la motion Boutbien. Toujours dans la même tonalité, le congrès fédéral du 30 septembre 1948 « se prononce pour le maintien des ministres de la SFIO au gouvernement mais demande l'application d'un programme précis de redressement économique ».

  • 30 Voir les quotidiens marseillais du 15 janvier 1981 et des jours suivants et La Marseillaise qui a (...)
  • 31 Idem.

47L'Union départementale Force ouvrière, créée en 1948, est présidée par Marcel Babau, tandis que les enseignants se rassemblent au sein d'une Fédération de l'Éducation nationale (FEN) autonome où le courant communiste est dominant dans le département. Le soutien du PS à la nouvelle organisation ne se dément pas au cours des mois suivants et les syndicats FO bénéficient d'un appui multiforme. Pourtant, cela n'empêche pas les dirigeants socialistes de s'opposer à certains responsables de Force ouvrière, continuant parfois un débat commencé au sein même de la SFIO. Ainsi, en 1951, Gaston Defferre, alors ministre de la Marine marchande, critique vertement — et fait tout pour éliminer de ses responsabilités — Pierre Ferri-Pisani, devenu secrétaire du syndicat FO des gens de mer, organisateur à Marseille, en janvier 1951, du congrès de l'Internationale des ouvriers des transports, affiliée à la Confédération internationale des syndicats libres30. Il met en cause également les liens trop ostentatoires de ce dernier avec les Américains et Irving Brown, et s'emploie à susciter un nouveau syndicat des marins. Il dénonce, dans le même ordre d'idées, le secrétaire FO du syndicat des dockers, « dont la réputation est détestable31 ».

48Mais Force ouvrière souffre de handicaps certains dès sa naissance. Elle ne récupère pas tous les syndiqués qui quittent la CGT ni, problème crucial, beaucoup de cadres syndicaux qui, pourtant opposants au courant communiste, ne l'ont pas rejointe. La défection des militants de l'Enseignement et du Livre est, pour elle, une rude perte.

49De manière plus générale, FO n'arrive pas à développer son influence de manière significative. Le rapport de force global, contrairement aux attentes premières, est peu modifié et la CGT reste majoritaire dans beaucoup de secteurs essentiels. FO demeure surtout implantée chez les employés, avec quelques autres points forts, dans le bassin minier par exemple. Le climat et les mots d'ordre de la guerre froide figent durablement les oppositions entre CGT et FO. Et il faut vraiment des moments privilégiés pour que des mouvements de masse favorisent des rapprochements dans l'action comme pendant les grèves de l'été 1953.

50Aux élections municipales de 1953 les suffrages en faveur du parti communiste subissent un léger recul (33 % au lieu de 35 % en 1947 et 37,7 % aux législatives de 1951), alors que l'influence électorale de la SFIO reste stable avec 20 % des suffrages exprimés. Le pourcentage des voix du MRP tombe à 5,5 % (6,6 % en 1947 et 8,7 % en 1951). Ce scrutin marque le retour aux affaires d'une droite traditionnelle. Par ailleurs, l'effondrement du RPF permet plus de souplesse dans les alliances.

51C'est le cas à Marseille où les représentants de la droite classique, comme Henry Bergasse, ont abandonné le Rassemblement pour monter leur propre liste d'« Union républicaine pour la défense de Marseille » : celle-ci obtient 16 élus contre 4 pour le RPF. Gaston Defferre, s'appuyant sur les progrès de la SFIO (15 élus contre 9 en 1947), noue alliance avec ces « indépendants », certains radicaux et MRP, faisant, contre le parti communiste toujours puissant, le choix stratégique d'une alliance avec la droite. Il est élu maire avec des adjoints issus de ces courants. Son élection est le point de départ d'une longue période de stabilité municipale qui contraste, comme une sorte de récupération, avec l'instabilité des années 1939-1947 et ne s'interrompt qu'avec son décès. Et, par l'intermédiaire d'une fédération socialiste qu'il domine, le pouvoir defferriste s'étend à l'ensemble du département.

Conclusion

52L'importance du courant socialiste dans la vie politique du département apparaît tout au long de la période. Ce constat permet de dépasser les stéréotypes qui mettent surtout en valeur — phénomène de mémoire — les affrontements entre PCF et « sabianistes » dans les années 1930, et la progression communiste à la Libération. Ces éléments, réels, masquent souvent l'existence d'un ancrage socialiste solide qui permet à la Fédération SFIO de surmonter, de 1920 à 1953, plusieurs grandes mutations : sa reconstruction d'abord après la scission de 1920, sa refondation pendant la Seconde Guerre mondiale, puis, après la violente crise de la Libération, sa réorganisation autour du courant defferriste. Pendant tous ces épisodes, l'influence socialiste est non seulement maintenue mais développée chez les édiles municipaux du département et au conseil général. Il resterait à analyser, pour mieux comprendre cette permanence, les solidarités associatives (autres que syndicales) qui jouent un grand rôle mais que nous n'avons pu qu'effleurer ici.

Notas

1 Pour une analyse plus approfondie du contexte de l'entre-deux-guerres dans le département, je me permets de renvoyer à mon ouvrage Midi Rouge, ombres et lumières. Une histoire politique et sociale de Marseille et des Bouches-du-Rhône, t. 1, les années de crise, 1930-1940, Paris, Syllepse, 2004.

2 Citons simplement pour la période concernée Fernand Bouisson, haut-commissaire aux Transports maritimes en 1918-1919, vice-président et président de la Chambre pendant de longues années, Henri Tasso, sous-secrétaire d'État à la Marine marchande, Félix Gouin, président de l'assemblée consultative d'Alger, puis des assemblées provisoire et constituante et du gouvernement provisoire en 1946, Gaston Defferre, secrétaire d'État chargé de l'Information, puis sous-secrétaire à la France d'outre-mer et, en 1950, ministre de la Marine marchande.

3 Elle est d'ailleurs dirigée par ces derniers jusqu'au congrès d'Arles, le 25 octobre 1924, qui renverse les rapports de forces. Après cette date, l'influence syndicaliste révolutionnaire se maintient partiellement dans la CGTU, en particulier au sein de la Fédération de l'enseignement de la CGTU et son journal, L'École émancipée.

4 Notice Léon Bon du Dictionnaire biographique du Mouvement ouvrier, d'après Léon Bon lui-même.

5 Soit les 34 communes du département comptant plus de 2 500 habitants, au moins une fois de 1936 à 1954. Voir Gilles Le Béguec, Denis Peschanski (dir.) Les élites dans la tourmente. Du Front populaire aux années cinquante, Paris, CNRS Éditions, 2000.

6 Le Midi syndicaliste, n° 220, 20 juillet 1938, compte-rendu du congrès.

7 Le Petit Provençal, octobre 1938, Provence socialiste, 21 octobre 1938.

8 AD BdR 44J 43, Gaston Defferre, témoignage, 21 janvier 1949, p. 10.

9 Marc Sadoun, Les socialistes sous l'Occupation, Paris, PFNSP, 1982, p. 119-121.

10 Selon le témoignage de Gaston Defferre, op. cit., p. 10 et Marc Sadoun, op. cit., p. 142.

11 Rapport cité par Marc Sadoun, op. cit., p. 142-143.

12 Gaston Defferre, Danvers, « Rapport sur le parti socialiste (octobre 1943) », Cahiers de l'OURS, n° 154, octobre 1984, p. 5-12.

13 Daniel Mayer, Les socialistes dans la résistance, Paris, PUF, 1968, p. 67-68.

14 Gaston Defferre, Danvers, note en 1943 que « les mouvements de résistance ont été opposés à la reconstitution du Parti socialiste », op. cit., p. 7.

15 Claude Bourdet, L'aventure incertaine, Paris, Stock, 1975, p. 177-178. Réciproquement, selon le témoignage de Daniel Mayer, les socialistes sont parfois fortement « irrités » par l'attitude d'Henri Frenay, Marc Sadoun, op. cit., p. 168.

16 Démarche menée par Daniel Mayer, Claude Bourdet, op. cit., p. 178.

17 Marc Sadoun, op. cit., p. 173-174, 206-207.

18 Ainsi Daniel Mayer à une séance du comité directeur demande qu'on « désolidarise le Parti socialiste de Brutus », Marc Sadoun, op. cit., p. 174. Voir aussi sur le réseau Brutus et Vény, Daniel Mayer, op. cit., p. 120-123.

19 AN 72aj/81, rapport du colonel Collignon (Vincent), « Veny », rédigé en juillet 1944, envoyé par M. Mirouze, Cahors (1949) et Marc Sadoun, op. cit., p. 218, et témoignage déjà cité de Gaston Defferre.

20 Gaston Defferre, Danvers, op. cit., Claude Bourdet, op. cit., p. 179.

21 Cette situation ne va pas sans tensions entre le CRR et la fédération SFIO. Finalement Raymond Aubrac sera rappelé à Paris en janvier 1945. Voir le témoignage de Raymond Aubrac dans le film Les entreprises réquisitionnées de Marseille (mesure provisoire), de Sébastien Jousse et Luc Joulé, productions de l'Œil sauvage, 2004

22 Le Provençal, 7 août 1945.

23 Gaston Defferre, Le Provençal, 23 octobre 1946.

24 Le Provençal, 17 octobre 1945.

25 Idem, 17 et 25 juillet 1946.

26 Idem, 3 août 1946.

27 Sur ces grèves, Robert Menchérini, Guerre froide, grèves rouges. Parti communiste, stalinisme et mouvements sociaux en France, 1947-1948, Paris, Syllepse, 1998.

28 « Un appel de "Force ouvrière" », Le Provençal, 21 novembre 1947.

29 Denis Lefebyre, 19 décembre 1947, Force ouvrière, Paris, Bruno Leprince Éditeur, 1997, p. 280.

30 Voir les quotidiens marseillais du 15 janvier 1981 et des jours suivants et La Marseillaise qui a publié à cette date une note de Gaston Defferre, alors ministre de la Marine marchande, au président du conseil, datée du 9 avril 1951 et AD BdR 148W 365, rapport SDRG, 8 octobre 1951.

31 Idem.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540