Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Deuxième partie. Contrepoints : éclairages étrangers et régionaux

Les partis socialistes de Belgique. Entre conquêtes, compromis et renoncements : 120 ans de réformisme

Nicolas Naïf

Indexeinträge

Géographique :

France

Volltext

1La famille socialiste belge, sans conteste l'une des plus anciennes d'Europe, a fêté durant cette année 2005 le 120e anniversaire de la création de sa première formation organique et politique. Fruit de la rencontre entre une poignée de bourgeois libéraux, éclairés par les idées égalitaires, des organisations de travailleurs peu politisées et des masses ouvrières miséreuses, le premier combat des socialistes belges fut de lutter contre cette « peur du rouge » par laquelle les élites économiques et politiques asseyaient leur domination. Par leur organisation et leur modération, les socialistes belges dépassèrent rapidement le statut d'agitateurs pour endosser celui d'interlocuteurs, de représentants de la classe ouvrière. L'intégration se poursuivit tout au long des débuts du xxe siècle. Tant et si bien que la famille socialiste devint l'un des piliers de la société belge. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, elle était devenue incontournable, constitutive même de la démocratie consociative belge.

  • 1 Marcel Liebman, « L'impuissance du réalisme », Mai, n° 6, juin-juillet 1969, p. 21.
  • 2 Pour un aperçu bibliographique francophone, nous pouvons mentionner entre autres : Les Socialistes (...)

2Pourtant, ce cent vingtième anniversaire s'est déroulé sans effusions particulières ni discours triomphalistes. Il est vrai que les socialistes belges n'ont jamais été très friands de leur propre histoire. Marcel Liebman, l'un des premiers universitaires à s'être penché sur la sociale-démocratie belge, écrivait ainsi — il y a maintenant plus de trente-cinq ans — « si comme on le prétend des peuples, les partis heureux n'avaient pas d'histoire, le parti socialiste belge serait le plus heureux des partis1 ». Depuis lors les choses n'ont que peu évolué. Le champ historiographique s'est certes enrichi mais aucune entreprise systématique n'a jamais été menée par les historiens, les politologues, les sociologues ou d'autres encore, pour tenter d'avoir une vision et une compréhension globales du phénomène « socialiste » en Belgique. Curieux paradoxe que ce fossé immense entre un parti omniprésent à tous les niveaux du pouvoir (du communal au fédéral), de la vie associative et culturelle, et la faiblesse insigne du nombre d'analyses, de récits critiques et de rétrospectives qu'il a pu susciter2.

3Cette contribution, à défaut de proposer des perspectives nouvelles, visera, avant toute chose, à mettre en relief les dates importantes qui ont balisé l'histoire au long cours du parti socialiste de Belgique, depuis les temps incertains de la création jusqu'aux grandes victoires électorales en passant par les troubles des guerres, l'intégration progressive des socialistes au sein du sérail politique et les inévitables luttes internes qui n'ont de cesse de faire le bonheur des caricaturistes et le malheur des bonnes volontés. Cette contribution cherchera également à faire la synthèse des évolutions fortes, des courants d'idées, des débats et finalement des choix qui se sont opérés au sein de la famille socialiste belge.

Aux origines du socialisme belge : la naissance et l'essor du Parti ouvrier belge (POB)

4On a coutume de décrire la jeune nation belge (créée en 1830) comme l'un des pays parmi les plus libéraux de l'époque. Sa Constitution garantissait une large palette de libertés et favorisait plutôt la bourgeoisie. Mais si elle parlait de l'égalité de tous devant la loi, dans les faits il en était tout autrement. Le prolétariat belge était sans conteste l'un des plus exploités et des plus miséreux du continent. L'industrialisation du pays avait été rapide mais le prolétariat n'avait pas réussi à se fédérer autour d'une conscience commune et restait fortement parcellisé. Sous-informés et majoritairement analphabètes, les travailleurs belges se signalaient aussi par leur profond apolitisme. La colère éclatait bien ici et là, mobilisant une usine, voire une région entière mais l'organisation manquait cruellement. Les manifestations et le tumulte étaient très sévèrement réprimés par les forces de l'ordre.

5Schématiquement, l'éveil et la conscientisation au socialisme viendront des couches intellectuelles et de la petite bourgeoisie. Il existait bien, aux premiers temps de la Belgique, une opinion libérale avancée, sensible aux thèmes du socialisme utopique mais cantonnée toutefois aux grandes villes. Bien souvent même, les associations qui se créaient ne dépassaient pas la vingtaine de membres. Les premiers contacts se nouèrent entre ces intellectuels bourgeois et des organisations de travailleurs des centres urbains.

6La création de l'Association internationale des travailleurs (AIT), à l'instigation de Karl Marx qui a résidé quelques années auparavant à Bruxelles, tenta d'impulser un élan nouveau, réussissant, en l'espace de quelques années, à fédérer plusieurs milliers de membres, notamment au sud du pays, dans les bassins industriels. Mais l'organisation allait subir la répression des autorités, usant de mesures coercitives et répressives (notamment à l'encon-tre des proscrits de la Commune qui, nombreux, venaient trouver refuge en Belgique). C'est encore à Bruxelles et à Gand que subsistèrent les principaux noyaux dans ces milieux « mixtes » où se rencontraient bourgeois « intellectuels » et ouvriers de plus en plus nombreux. Ces milieux avaient aussi en commun une haine farouche du pouvoir catholique conservateur alors en place en Belgique. L'athéisme était un ciment solide.

  • 3 Maxime Steinberg, « La fondation du Parti Ouvrier Belge et le ralliement de la classe ouvrière à l (...)

7Les initiatives d'union allaient se multiplier à partir de Bruxelles, Anvers et Gand. Les noyaux « socialistes » se renforçaient depuis 1875 mais il fallait encore vaincre l'apolitisme régnant dans la plupart des associations professionnelles, de plus en plus revendicatives et éloignées du modèle corporatiste. La lutte pour l'extension du droit de vote devint un enjeu fédérateur3. Les premiers leaders socialistes, le docteur César De Paepe (premier théoricien du socialisme en Belgique et représentant belge aux réunions de l'AIT) ainsi que son « disciple » Louis Bertrand, étaient favorables à une ligne réformiste, tablant sur un programme minimum et pratique. La collaboration entre socialistes et ouvriers « politiques » devint plus étroite en même temps que les contacts se multipliaient dans les autres provinces.

  • 4 [http://www.ps.be/index.cfm?Content_ID=-2462745&R_ID=1010]. Ce n'est pas un hasard si ce texte, réd (...)

8Les 5 et 6 avril 1885 un Congrès national ouvrier se tint à Bruxelles pour donner naissance, après des années de tâtonnement, au Parti ouvrier belge (POB). Ce parti regroupait ainsi 59 organisations de tous les grands centres ouvriers du pays et représentatives des diverses formes du mouvement : syndicats, mutualités, associations politiques et culturelles. Elles fondaient leur identité sur le sentiment d'appartenir à une même classe et sur le besoin d'avoir un outil politique puissant, plus à même de défendre les intérêts de tous, y compris les non-politiques. Quelques débats eurent lieu à propos de la dénomination du parti ; le terme de « socialiste » fut évacué par crainte d'effrayer certains ouvriers, le monde paysan, ainsi que les progressistes libéraux (qui rallieront le parti à partir de 1894 quand le POB commencera à avoir une vie parlementaire). Fondamentalement, le terme n'aurait recouvert aucune réalité. Les réticences à l'encontre de tout discours idéologique et à toute aventure révolutionnaire étaient manifestes. Ce n'est pas un hasard si la Charte de Quaregnon, le texte constitutif du POB, ne fut adoptée que neuf années plus tard, en 1894. Le propos y était bref mais précis, un modèle d'équilibre et de pondération4.

  • 5 En 1894 fut créée la « Commission Syndicale », étape décisive dans le processus d'unification des (...)

9Le succès et l'ascension furent rapides. Dès le mois d'août 1886 on recensait 160 sociétés affiliées au parti et regroupant environ 40 000 membres (par l'adhésion indirecte). La fusion progressive entre le monde politique et le monde syndical créait une unité forte5, d'autant plus que cette somme d'organisations était capable de couvrir le milieu du travail, l'environnement et la vision du monde de la classe ouvrière dans son entièreté. Du berceau à la tombe, tous les aspects de la vie étaient couverts par ce qu'il était convenu d'appeler en Belgique le « pilier » socialiste. Les véritables bases du parti ouvrier, puisqu'il ne s'agit pas de la pensée socialiste, furent d'une part les coopératives et d'autre part l'implantation locale, communale.

  • 6 Cité par Pascal Delwit et Jean Puissant, « Les origines et les limites. Les débuts du réformisme s (...)

10Le système coopératif connut un essor fabuleux. Il se diversifia et devint le lieu de socialisation par excellence pour tous les militants. Grâce aux bénéfices récoltés, de véritables palais du peuple furent construits, à Gand (Le Vooruit en 1880) ou à Bruxelles (La Maison du Peuple en 1884), et les journaux, les campagnes électorales du parti étaient de même largement subventionnés. Le trait était si important que le journaliste au Figaro Henri Charriaut pouvait écrire : « En France, les socialistes font de l'agitation, en Belgique, ils font des affaires6. » Ce creuset était toutefois l'objet de vives critiques pour les tenants d'un socialisme plus radical et plus politisé.

  • 7 Marcel Liebman, Les Socialistes belges. 1885-1914...op. cit., p. 63.

11Parti à adhésion indirecte, le POB avait réussi à avoir l'emprise sur ce réseau complexe d'organisations, associant avec succès des relations de clientélisme avec une action politique. Les socialistes belges disposaient désormais de la légitimité de cette représentation massive pour mener le combat en faveur du suffrage universel. « Le suffrage universel pur et simple » pouvait-on entendre lors du congrès de 1891, « signifie, pour ainsi dire, le socialisme lui-même réalisé par la seule puissance du bulletin de vote. C'est peut-être même la clé du paradis7 ». Si le suffrage universel était l'horizon de toutes les volontés, la grève générale allait être l'outil par lequel y arriver.

  • 8 Les votants, seulement les hommes, pouvaient disposer jusqu'à 3 voix selon qu'ils étaient pères de (...)

12Au cours de l'année 1893 les manifestations se multiplièrent rapidement et vigoureusement. Le suffrage universel connut ses premiers martyrs. Le parlement, majoritairement catholique, était sous pression, obligé de concéder une importante réforme électorale. Il n'était pas encore question qu'à chaque homme corresponde une voix. Un suffrage « universel » tempéré par le vote plural fut instauré, assurant toujours la domination de la bourgeoisie mais ouvrant une brèche aux socialistes8. La direction du POB entérina finalement cette demi-victoire, se lançant immédiatement dans un intense travail de justification. Il est ici une équivoque, une contradiction profonde qui sera la marque du POB : la dénonciation violente de l'exploitation de l'homme par l'homme ne s'accompagne pas toujours d'actes forts qui s'accorderaient avec la virulence des propos. Le décalage existait entre les paroles et les actes. Il ira croissant.

  • 9 Le mode de scrutin, majoritaire, est pour beaucoup dans ce premier succès des socialistes, concent (...)
  • 10 Paul Magnette, « Les conquêtes et les abandons. Qu'est-ce que le réformisme ? », dans Gouverner po (...)

13Pour l'heure, les socialistes belges en étaient à leurs premiers succès électoraux. Le scrutin d'octobre 1894 signait leur entrée fracassante dans l'enceinte parlementaire, avec 28 élus (sur un total de 152 sièges, 104 revenant aux catholiques et 20 aux libéraux)9. Les élus du POB y évoluèrent avec bonheur et aisance. Leur langage ne fut pas celui de la haine ou de la destruction, mais celui du tribun, de l'élu du peuple. Il s'y dessina un « réformisme oppositionnel, maniant alternativement l'éloquence parlementaire et la pression de la rue » qui put s'enorgueillir de plusieurs conquêtes sociales10 : pensions, assurances maladie, invalidité ou chômage, droit du travail, etc. Réformistes convaincus, les socialistes belges, par le pragmatisme et leur modération, semblaient confirmer point par point les prédictions d'Édouard Bernstein. L'État, loin d'être une forteresse à abattre, est compris comme un moyen légitime de changer la vie sociale du pays. Les débats sur le « ministérialisme » qui divisaient les socialistes partout en Europe, n'existaient pas en Belgique. La perspective n'était même pas rejetée. Émile Vandervelde, figure de proue du POB, d'ailleurs surnommé « le patron », incarnait particulièrement cette tendance lourde du socialisme belge.

14À l'entame du xxe siècle, l'impatience gagna les rangs ouvriers. Le suffrage universel restait lettre morte. L'alliance des dirigeants socialistes avec les libéraux ainsi que la prudence des parlementaires exaspérèrent nombre de militants ainsi que l'aile gauche du parti. En 1902 les mouvements de colère se multiplièrent, d'abord à Bruxelles, puis dans le reste des centres urbains. La grève devint générale, obligeant la direction socialiste à rallier le mouvement en marche, sans grand enthousiasme. Les débordements furent nombreux et le sang coula à Louvain, menaçant de faire sombrer le pays dans le chaos. Immédiatement, la direction du POB vota la fin de la grève, provoquant une véritable crise de confiance avec sa base. Les commentaires étrangers furent tout aussi virulents, Rosa Luxembourg dénonçant avec véhémence l'opportunisme et le parlementarisme de ses camarades belges.

15Il s'en suivra une période de désaffection, traduite notamment par des résultats électoraux calamiteux. Le Cartel qui devait mener socialistes et libéraux à renverser le pouvoir catholique échoue. Les radicaux relancèrent leurs critiques. Louis de Brouckère et Henri De Man publièrent, de la sorte, une étude sur le mouvement ouvrier dans la célèbre revue allemande Die Neue Zeit, critiquant le « localisme », le pragmatisme du POB et surtout « l'affairisme » des coopératives. Une véritable tempête se déchaîna au sein du parti ouvrier.

16Il fallut attendre dix ans pour que les socialistes belges se relancent dans une mobilisation massive en faveur du suffrage universel. Une grève générale était prévue et préparée pour le mois d'avril 1913. Mais l'ambiance était différente. La grève fut totalement préparée, contrôlée et expurgée de tout élément perturbateur. Elle fut un succès d'organisation, d'unité et de discipline. Le suffrage universel allait être remis sur l'ouvrage au moment où éclata la Première Guerre mondiale.

Les socialistes belges d'une guerre à l'autre

  • 11 Le ministre socialiste se rendit en conséquence dans les tranchées, à plusieurs reprises afin de g (...)
  • 12 Les socialistes belges basculèrent alors à la droite de la famille socialiste européenne, provoqua (...)

17La Grande Guerre marqua profondément le socialisme belge. En 1914 Émile Vandervelde acceptait un poste de ministre d'État, sans qu'aucun débat n'ait eu lieu au sein du POB, avant de devenir membre du gouvernement d'union, deux ans plus tard11. Symboliquement, cet épisode renforçait les tendances à la collaboration de classe. Le parti ouvrier devenait un élément d'intégration au régime bourgeois. Il mêlait sa voix au concert patriotique, reléguant ses aspirations internationalistes pour adopter un discours empreint d'un jusqu'au-boutisme forcené et revanchard. De telles paroles, même si elles étaient le fait de quelques-uns, détonaient avec la modération dont le POB avait fait montre jusqu'ici. Les opposants à la guerre étaient complètement mis en minorité12.

18Les socialistes belges, dans leur majorité (ou tout du moins dans la majorité de leurs dirigeants), avaient accepté l'existence de la société bourgeoise. Ils ne cherchaient définitivement plus une hasardeuse voie révolutionnaire.

  • 13 Un suffrage universel à moitié cependant puisqu'il n'était accordé qu'aux hommes de plus de 21 ans

19En contrepartie, le POB espérait être traité équitablement, être vu à l'égal des autres formations politiques du royaume. Les premiers temps de l'après-guerre allèrent en ce sens puisque nombre d'exigences socialistes furent intégrées à la législation sociale : la journée des huit heures, les allocations familiales, l'abolition des dispositions antigrévistes et surtout l'adoption du suffrage universel13. Les syndicats étaient, dans cette même logique, intégrés dans un système de concertation sociale, ce qui contribua logiquement à leur croissance.

20Les acquis du POB étaient solides. Son organisation en « pilier » offrait à ses militants, parfaitement encadrés, des garanties et des assurances sur l'avenir, telles qu'ils ne les avaient jamais connues. Exploité quelques décennies auparavant, le prolétariat belge avait vu sa situation s'améliorer sensiblement. On peut trouver par cette tendance forte (et déjà ancienne comme nous l'avons précisé antérieurement) une explication à l'échec de toutes les aventures révolutionnaires. Les masses ouvrières, socialistes ou démocrates-chrétiennes, étaient fort peu enclines à perdre leurs acquis.

  • 14 Marcel Liebman, « Les origines et la fondation du Parti communiste de Belgique », Courrier Hebdoma (...)
  • 15 Mieke Claeys-Van Haegendoren, Le parti socialiste belge de 1914..., op. cit., p. 11.

21L'échec de la création du Parti communiste de Belgique (PCB) est particulièrement significatif. Si quelques noyaux communistes préexistaient, les fondateurs du PCB espéraient bien rallier une part importante des militants du parti ouvrier, en jouant de l'opposition bien réelle qui pouvait exister contre la collaboration gouvernementale. Si certaines motions en ce sens pouvaient réunir jusqu'à un tiers des votes, ils furent fort peu nombreux à rejoindre le parti communiste : quelques centaines tout au plus14. Les opposants à la participation étaient loin d'être tous sensibles aux « charmes » de la révolution d'Octobre. En dépit de ses accents parfois révolutionnaires : « Le POB était un parti pragmatique, [...] circonspect vis-à-vis de toute forme d'aventure. En 1914, il avait déjà beaucoup plus à perdre que ses chaînes15... »

22La différence avec le Congrès de Tours et la scission majoritaire des communistes français est patente. Elle illustrait parfaitement les distinctions qui existaient dans le degré d'organisation, les capacités clientélistes et la forte intégration au système, entre les socialistes français et les socialistes belges.

  • 16 Ibidem, p. 68. Nul mot n'était soufflé, par exemple, à propos de la reconnaissance de l'Union Sovi (...)
  • 17 Guy Vanthemsche, « De val van de regering Poullet — Vandervelde : een "samenzwering der ban-kiers" (...)

23Les élections de 1921 sont le premier recul électoral du POB, dans un climat politique tourné résolument vers la droite qui joua parfaitement de la « peur du rouge », mais aux échéances suivantes, en 1925, les socialistes, sur la base d'un programme réaliste et modéré16, remportaient un succès historique : avec 39,4 % des suffrages, ils obtenaient autant de sièges que les catholiques. Plus encore, par le jeu des tractations électorales et dans un climat de crise politique, les socialistes réussirent à conclure un accord gouvernemental avec des démocrates-chrétiens en rupture. La formule était alléchante et ce gouvernement « travailliste » aurait pu impulser des changements importants s'il n'avait rencontré des résistances ; à gauche dans les organisations syndicales (ainsi qu'à l'intérieur même du POB) et à droite, particulièrement avec les milieux financiers à un moment où les finances publiques étaient dans un état déplorable17. L'expérience du gouvernement d'Edmond Poullet (démocrate-chrétien) et d'Émile Vandervelde ne dura que quelques semaines.

  • 18 Mieke Claeys-Van Haegendoren, Le parti socialiste belge de 1914..., op. cit., p. 75 et suiv.

24La situation économique était si grave (le franc belge était gravement menacé) que l'ensemble du pilier socialiste semblait menacé. Les capitaux des syndicats tout comme les réserves coopératives avaient fondu comme neige au soleil dans la crise financière. Le parti semblait tanguer dangereusement, sans clairvoyance, multipliant les erreurs de jugement. Incapables d'attirer d'autres classes sociales, les dirigeants socialistes s'enfermèrent dans une opposition radicalement ancrée à gauche. Mais une opposition aussi résolue que stérile, qui laissa le parti ouvrier totalement dépourvu quand la crise économique des années 1930 fut venue : il n'avait aucune solution à proposer pour y remédier18. Conscient de cette situation, Émile Vandervelde alla rechercher Henri De Man parti en Allemagne, à la suite d'un mariage raté, après avoir organisé l'École ouvrière supérieure.

  • 19 Sur Henri de Man, voir principalement : Actes du Colloque international sur l'œuvre d'Henri de Man (...)

25Loin du POB, le théoricien du marxisme avait entamé une réflexion profonde sur la nature du marxisme. Au départ défenseur d'une certaine radicalité, Henri De Man avait nourri son évolution de son observation du décalage de plus en plus important entre une pratique réformiste et un discours révolutionnaire basé sur le déterminisme économique. C'est à travers son ouvrage Au-delà du Marxisme (paru en 1926 et traduit en français l'année suivante) qu'il posa les jalons de cette nouvelle révision du marxisme, avant de l'approfondir dans ses œuvres ultérieures (La Joie au travail, 1927 ; L'idée socialiste, 1933)19.

  • 20 Guy Desolre, « Henri de Man et le marxisme. Critique critique de la critique », dans Contradiction (...)
  • 21 José Gotovitch, « Du collectivisme au Plan du Travail », dans 1885-1985. Du Parti Ouvrier Belge... (...)
  • 22 Voir également la contribution récente de Matéo Alaluf qui revient sur l'actualité de la pensée d' (...)

26Il reprochait au marxisme, notamment au travers de Karl Kautsky devenu le dépositaire d'une vision « orthodoxe » de la pensée de Marx et d'Engels, de s'être sclérosé en un positivisme, en une pure objectivation de la réalité, niant toute dialectique entre la théorie et la pratique20. Le sentiment d'exploitation du prolétariat ne venait pas de sa conscience des mécanismes de la plus-value ou de la confiscation des moyens de production mais bien du sentiment d'être exploité, d'un jugement presque moral sur sa condition. En conséquence, c'était l'image de ces prolétaires qui « n'ont à y perdre que leurs chaînes » qui se brouillait. Le phénomène des classes moyennes était parfaitement perçu par Henri De Man. Cet ensemble assez indéfinissable et terriblement mouvant n'entrait dans aucun des schémas canoniques de l'époque. Convaincu que le prolétariat n'arriverait jamais à accomplir la tâche historique que le marxisme lui avait assignée, le penseur belge avait inventé de nouveaux schémas puisant largement dans les ressorts de la psychologie de masse. Sa notion de « Front du travail » qui unissait classes ouvrières et classes moyennes n'était pas sans évoquer, d'une certaine manière, la notion de Bloc historique d'Antonio Gramsci21. Sous la plume d'Henri De Man le socialisme devint une idée, une exigence dont la morale serait la fin ultime22.

27C'est donc entre les mains de cet homme qu'Émile Vandervelde remit le sort du Parti ouvrier belge. Un bureau d'études sociales fut créé sous la direction de De Man pour impulser un nouvel élan au parti, entouré des meilleures compétences. La situation du POB devenait en effet délicate. L'année 1932 avait été marquée de nombreuses grèves et un réveil des tendances de gauche, dont certaines allaient s'assembler autour du périodique Action Socialiste (où s'illustrait Paul-Henri Spaak), contre le réformisme timoré. Même le groupusculaire parti communiste semblait porté par le mécontentement.

  • 23 José Gotovitch, « Du collectivisme au Plan du Travail »..., art. cit., p. 136.

28Au congrès de Noël 1933, le Plan est adopté par l'ensemble du POB. L'accueil fut extraordinaire. L'audace de De Man galvanisait un parti amorphe depuis bien longtemps et cantonné à une posture défensive, voire passive. Il fut acclamé et porté à la vice-présidence du parti. Le Plan comportait une série de mesures immédiates, applicables sans délai pour poser les bases des lignes fortes du programme : nationalisation des industries monopolistes (banques et énergie), existence d'un secteur privé pour former une économie mixte, réforme profonde des institutions pour créer une véritable démocratie politique, sociale et économique. De Man réussit à rallier à lui la plupart des oppositionnels, notamment les Jeunes gardes socialistes (le mouvement de jeunesse du POB, fort de 20 000 membres) et une part importante de la tendance « Action Socialiste ». Certains poètes, cinéastes ou acteurs de l'avant-garde culturelle rejoignirent l'ensemble, donnant l'impression d'un mouvement large et massif en faveur d'un socialisme réaliste et radical à la fois23.

  • 24 Témoignage d'Henri De Man sur l'ambiance à son arrivée dans une ville où il devait faire meeting : (...)

29Si le rassemblement était conséquent, allant bien au-delà de la seule famille socialiste, les aspirations qui y ont mené demeuraient hétéroclites, voire contradictoires. Quelques voix discordantes se faisaient aussi entendre. Certains « barons » du POB renâclaient à suivre De Man dans son offensive contre le cumul des mandats ou dans sa recherche d'interlocuteurs étrangers au parti. Toutefois l'heure était encore aux combats et à l'enthousiasme24. La mobilisation électorale massive arrivait d'ailleurs à point nommé pour dépasser la crise créée par la faillite de la Banque belge du Travail, véritable fleuron du système coopératif belge.

30En 1935, à la suite d'une importante crise dans la majorité catholique, les socialistes revinrent dans un gouvernement de coalition libérale — socialiste — catholique. Henri De Man y occupa le poste de ministre des Travaux publics et de la Résorption du chômage. Plus étonnant, Paul-Henri Spaak, quelques mois auparavant encore leader de l'aile gauche du parti socialiste, occupait également un portefeuille d'importance au détriment d'Émile Vandervelde. Symboliquement, le changement de génération s'opérait. Le Plan ne fut que très partiellement mis en œuvre : point de réformes structurelles ou de nationalisation des banques. Plus encore, De Man continuait à se détacher des autres cadres du parti en menant seul certaines négociations avec le Premier ministre Van Zeeland.

  • 25 Jean Vanwelkenhuyzen, 1936. Léopold III, Degrelle, van Zeeland et les autres, Bruxelles, Racine, 2 (...)
  • 26 Catherine Lanneau, « Un "Front Populaire" en Belgique ? L'inexportable exemple français », dans Le (...)

31Le paysage politique belge fut totalement troublé à la suite des élections de mai 193625. Les partis fascistes du Vlaams Nationaal Verbond et de Rex furent largement sollicités par les électeurs (respectivement 16 et 21 sièges). Pour l'ensemble des partis traditionnels, la tendance est au recul. Les socialistes limitent la casse en ne perdant que trois sièges mais, alors que partout en Europe l'heure était au Front populaire et au rassemblement des forces de gauche, aucun accord n'est trouvé en Belgique. Les communistes, qui progressaient encore, restaient en marge du POB ; les vieilles rancunes sont loin d'être enterrées alors et subsiste toujours la peur du noyautage26.

  • 27 En novembre 1938 Paul-Henri Spaak voulait envoyer un attaché commercial à Burgos au nom de la neut (...)
  • 28 Voir notamment Steven Philip Kramer, « Néo-socialism : The Belgian Case », Res Publicae, vol. XVII (...)

32Le petit succès électoral du PCB n'était pas anecdotique. Après les mois de campagne autour du Plan, le soufflet était retombé. Le Plan n'avait pas été appliqué. Henri De Man et Paul-Henri Spaak étaient de plus en plus isolés au sein du parti. Le premier payait ses multiples maladresses tandis que le second, ministre des Affaires étrangères puis Premier ministre (le premier socialiste), amenait à la reconnaissance du gouvernement de Burgos27. Leur socialisme pouvait sans aucun doute être qualifié de « national28 ». Le vernis de l'unité craquait de toutes parts. Lorsqu'Henri De Man prenait la présidence du POB le 24 mai 1939, suite au décès d'Émile Vandervelde, l'unanimité n'existait même plus en façade. Les conflits et les doutes minaient un parti qui, s'il était devenu incontournable et puissant dans le pays, manquait cruellement de cohérence. Le début de la Seconde Guerre mondiale lui fut fatal.

  • 29 Chantal Kesteloot, « Les socialistes sous l'occupation : doctrine et programme », Cahiers Marxiste (...)

33Henri De Man devint le véritable fossoyeur d'un parti auquel il avait pourtant apporté l'espoir d'une victoire fondamentale et définitive sur les forces de l'argent. Il s'engagea résolument dans une voie autoritaire et se félicita ouvertement de la rapide victoire allemande, synonyme à ses yeux de la fin du régime démocratique et de la « ploutocratie capitaliste29 ». Le président du POB alla même plus loin puisqu'il publie un manifeste collaborationniste et dissout le parti ouvrier ! Il voulait réunir l'ensemble des forces vives, politiques et syndicales, dans un syndicat unique et corporatiste : l'Union des Travailleurs Manuels et Intellectuels (UTMI).

34Dispersés, désorientés, les militants socialistes allaient pourtant refonder un parti, leur parti, dans la clandestinité. D'autres, exilés à Londres, allaient également s'atteler à la reconstruction du parti. Les projets les plus divers fleurirent à l'ombre de la lutte contre l'occupant. L'après-guerre se préparait d'emblée. Un Programme d'Action immédiate fut mis sur pied, relativement modéré et surtout totalement muet à propos du rôle des communistes, particulièrement actifs dans la lutte armée contre les occupants. Les socialistes, au gouvernement au début de la guerre, souhaitaient demeurer un parti responsable et crédible. Le programme d'action était d'ailleurs un véritable acte de candidature au pouvoir.

Un socialisme refondé : le Parti socialiste belge (PSB) de la Libération aux années 2000

35Les premiers temps de la Libération furent consacrés à la reconstruction du parti. Le POB ayant disparu dans les affres de la guerre, le congrès dit de « la victoire » (juin 1945) allait confirmer la renaissance du parti, désormais bien nommé Parti socialiste belge. C'est l'occasion de le redéfinir, de lui redonner une assise idéologique et doctrinale. Toute référence au passé « demaniste » était à proscrire. Max Buset, qui s'était toujours opposé au Planisme et qui profitait du désistement des autres figures importantes du parti, était nommé à la présidence.

  • 30 La ligne Politique du Parti. Textes adoptés par le Congrès de la Victoire des 9, 10, 11 juin 1945, (...)
  • 31 Au nom de l'entente démocratique des forces de gauche, les socialistes réussirent à convaincre les (...)
  • 32 Wilfried Beerten, Le rêve travailliste en Belgique. Histoire de l'Union Démocratique Belge, Bruxel (...)

36En conséquence, le ton était radicalement engagé : « Le retour vers le capitalisme étant à la fois inconcevable et non souhaitable du point de vue socialiste, le PSB estime que le seul moyen de détruire le fascisme jusque dans ses racines et de sauver la démocratie est de détruire le régime capitaliste30. » Dans le texte, le PSB en appelait à une société sans distinction de classe mais dans les faits, les socialistes restaient sur cette ligne modérée et responsable qui les caractérisait. En réalité, ce ton galvanisant était surtout destiné à contrer l'aura du parti communiste qui se drapait dans la légitimité et le prestige tirés de son action dans la Résistance31. Les socialistes belges cherchèrent donc à rétablir leur hégémonie à gauche, notamment en réduisant l'aura du parti communiste. Plus encore, tous les projets de rénovation ou de création d'une grande formation travailliste, unissant démocrates-chrétiens et socialistes, sont abandonnés au profit d'un retour aux équilibres de l'avant-guerre32.

  • 33 Guy Vantemsche, La Sécurité Sociale. Les origines du système belge : le présent face à son passé, (...)

37Le PSB participa activement à la reconstruction du pays, notamment au travers de l'instauration de la Sécurité sociale (obligation de l'assurance maladie-invalidité, l'assurance chômage chapeautée par un système rationalisé et centralisé de perception des cotisations)33et de la « bataille du charbon » menée avec brio par le Premier ministre socialiste Achille Van Acker. Contrairement à la fin de la Première Guerre mondiale, le climat politique du pays était loin d'être à l'apaisement. Point de gouvernement d'Union nationale mais, au contraire, une importante polarisation de la société entre les catholiques et les laïcs.

38La « Question Royale » déchira le pays. Le roi Léopold III, dont l'attitude avait été pour le moins ambiguë durant la guerre, était dans l'impossibilité de régner, toujours détenu en Autriche (il sera libéré en mai 1945 par les troupes américaines). Beaucoup dans le pays ne souhaitaient pas son retour. Les socialistes, les communistes, les libéraux et certains démocrates-chrétiens menèrent le combat contre toute tentative de retour, en opposition aux catholiques. Les élections de 1949 donnèrent cependant une majorité de centre-droit (catholique-libéral) qui vota le retour du roi Léopold III. Devant l'ampleur des manifestations, le souverain consentit à ne reprendre son trône que pour le céder à son fils, Baudouin 1er.

  • 34 Le score était de 37,34 % des suffrages exprimés, soit le deuxième pic de performance électorale a (...)
  • 35 Les lois Collard visaient à réduire les subventions à l'enseignement libre (catholique) et favoris (...)

39Afin de faire échec à la droite, le président du PSB, Max Buset, s'attachera à structurer l'ensemble des organisations socialistes (le parti, la FGTB, l'Union des Mutualités socialistes) en un ensemble cohérent : l'Action commune socialiste (juillet 1949). Le pilier socialiste se renforçait un peu plus. Toutes les branches du socialisme belge parlaient d'une seule et même voix ! Les élections de 1954 furent un véritable succès, synonyme de retour au gouvernement34. Achille Van Acker reprenait le poste de Premier ministre tandis que Léo Collard occupait celui de ministre de l'Instruction publique. Ce dernier allait engager une véritable « guerre scolaire » dont l'intensité n'eut pas grand-chose à envier aux affrontements de la « Question royale35 ». Le grand jeu de l'alternance ne permit pas aux socialistes de conserver leur position de force aux élections suivantes. Toutefois, ce nouveau changement de majorité amena les principaux partis à pacifier leurs rapports dans le sens d'une déconfessionnalisation.

  • 36 Guy Vantemsche, « 100 ans de pratique réformiste en Belgique », dans Les socialistes et le pouvoir (...)

40Cet épisode confirmait les socialistes belges dans leur volonté première, celle qui avait présidé à la création du parti quelque quatre-vingts années auparavant. Le PSB était devenu un parti inscrit dans les réalités du pays. Parlant parfois le langage de la révolution mais exerçant le pouvoir avec modération et pragmatisme, il se confortait dans un réformisme gestionnaire sans nul autre but que la défense et la consolidation des acquis36. L'élan et le projet politique n'existaient pratiquement plus.

  • 37 Nicols Latteur, La gauche en mal de gauche, Bruxelles, De Boeck, 216 p.
  • 38 Jean-Paul Mahoux, « Professionnels militants — Métiers militants : sociologues et militants : les (...)
  • 39 Changer la société sans prendre le pouvoir. Syndicalisme d'action directe et renardisme en Belgiqu (...)

41Les compromis de la participation gouvernementale avaient achevé de convaincre d'aucuns que la stratégie modérée était la cause de la défaite de 1958. C'est de la gauche, suivant cette logique que Marcel Gauchet nomme « sinistrisme », que l'effort de revitalisation du projet socialiste survint. Plusieurs sensibilités à gauche du PSB s'étaient réunies autour de la publication de l'hebdomadaire La Gauche (Links pour son pendant néerlandophone)37. On y trouvait aussi bien des syndicalistes (André Renard), des trotskistes (Ernest Mandel) que des représentants de l'aile gauche du parti (Ernest Glinne). Leurs revendications portaient, schématiquement, sur l'établissement de réelles réformes de structures anticapitalistes. C'est André Renard qui avait sans doute la vision la plus aboutie de ce projet. Ancien de l'équipe De Man, il avait repris et réactualisé nombre des idées et des perspectives de l'ancien dirigeant du POB. Fonctionnant sur le même principe, il avait réussi à fédérer autour de lui une véritable équipe de techniciens, d'économistes afin d'aboutir à un projet cohérent et solide38. À tel point qu'on parla même de « renardisme » pour dénommer une stratégie qui visait à « changer la société sans prendre le pouvoir39 ». Les réformes de structures sont inscrites au programme du syndicat FGTB en 1954. Il faudra attendre cinq ans, et un passage dans l'opposition, pour que le PSB se décide enfin à inscrire à son tour dans son projet, les nationalisations et la planification.

42Les grandes grèves de l'hiver 1960-1961 semblèrent sonner le départ du changement. Pour protester contre les mesures d'austérité prises par le gouvernement Eyskens, d'importants remous secouèrent la société belge (parfois dans un climat frôlant l'insurrection) mais l'indécision demeurait. La FGTB se partage sur l'opportunité d'une grève générale. Examinés de plus près, les votes révèlent un partage entre les centrales néerlandophones et francophones. Ces dernières décidèrent d'aller seules à la grève, André Renard à leur tête. Pour l'une des premières fois, l'élément fédéraliste jouait un rôle important. Les travailleurs wallons, confrontés au déclin de leur secteur industriel, voulaient provoquer une prise de conscience. André Renard alla plus loin puisque, en marge de la FGTB, il se décida à démissionner et à créer le Mouvement populaire wallon (MPW) pour capitaliser sur la rencontre entre les réformes de structures et le fédéralisme.

  • 40 « Les problèmes des incompatibilités soumis au Congrès du Parti socialiste belge des 12 et 13 déce (...)
  • 41 Pascal Delwit, « Le parti et le gouvernement. Les socialistes de la libération aux golden sixties  (...)

43À l'intérieur du PSB le climat était, une fois de plus, particulièrement tendu. De retour au gouvernement en 1961 avec le parti social-chrétien (preuve de l'apaisement acquis après 1958), le PSB y mena une politique qui ne correspondait en rien avec les réformes de structures, votant par exemple des projets de loi relatifs à un durcissement des mesures en cas de troubles de l'ordre public (notamment en période de grève). Les tendances de gauche remontèrent au créneau pour critiquer les ministres. Les grandes grèves avaient été le signe d'une radicalisation (même le PCB, moribond depuis la fin des années quarante, connut un sursaut électoral), totalement occultée dans l'action gouvernementale. Échaudée, la direction du PSB n'allait pas tarder à se prononcer pour une mesure radicale : l'incompatibilité entre la qualité de membre du PSB et l'appartenance au MPW ainsi que le statut de collaborateur à La Gauche et Links40 ! De fait, l'unité du parti était préservée mais le PSB se coupait totalement des forces radicales à gauche et, surtout, de la problématique fédéraliste41. Les élections de 1965 lui prouvèrent qu'il faisait fausse route.

  • 42 Longtemps repoussés, les débats sur la délimitation linguistique, les prérogatives et les revendic (...)

44Elles constituent un moment charnière. Pour la première fois dans l'après-guerre, l'équilibre traditionnel entre les trois grands partis, piliers de la société belge, est profondément troublé par l'irruption de nouveaux acteurs misant totalement sur l'identité linguistique (Volksunie et Front Démocratique des Francophones). Seul le parti libéral tira son épingle du jeu, ayant opéré depuis plusieurs années une mue qui le vit abandonner définitivement son anticléricalisme historique. Le PSB connut son plus lourd recul électoral. Mais il ne sembla pas saisir la signification réelle de sa défaite. Les élections de 1968 furent un nouvel échec mais, cette fois-ci, le doute n'était plus permis : le fédéralisme était devenu un élément « objectif »42.

  • 43 Pascal Delwit, « L'accueil mitigé des socialistes », dans Le rassemblement des progressistes. 1944 (...)

45La transformation était difficile pour un parti parfaitement installé dans son rôle de gestionnaire. Son réformisme ne trouvait plus son nouveau souffle et il semblait en décalage avec la société. Le PSB tenta bien de rattraper le temps perdu. En mai 1969 le nouveau président, Léo Collard, lança un appel au rassemblement des progressistes, au-delà de toutes les contingences confessionnelles. Ce fut un relatif échec, Léo Collard n'ayant pas réussi à faire dépasser les reliquats d'anticléricalisme à la majorité des militants et des cadres43.

  • 44 Robert Falony, Le parti socialiste..., op. cit., p. 120.
  • 45 Ibidem, p. 121.

46Le congrès « doctrinal » de 1974 vint confirmer cette tendance défensive, voire conservatrice de la base du parti. Alors qu'il était devenu nécessaire, surtout au regard des évolutions des autres partis socialistes européens, d'entamer une révision et une actualisation des fondamentaux, ce fut un refus net. La Charte de Quaregnon ne pouvait être amendée et la majorité ne voulait entendre parler du « socialisme moderne44 ». En définitive, le congrès se conclut sur un élan anticapitaliste quelque peu anachronique : « Le parti socialiste n'a pas pour vocation la gestion du capitalisme45. » C'était pourtant ce que le PSB faisait consciencieusement depuis plusieurs décennies...

47Le parti était depuis sa création balancé entre sa gauche et sa droite, sans jamais qu'une rupture ait de conséquence aussi dommageable qu'en France. Pourtant le PSB devait éclater sous les coups d'un autre boutoir : le clivage linguistique et fédéraliste. En 1978, sans que les militants ne soient consultés, la direction socialiste annonça la scission du parti en deux formations distinctes : le parti socialiste (PS) et le Socialistische Partij (SP). Le PSB fut le dernier grand parti unitaire à disparaître.

  • 46 Pascal Delwit, « Le pragmatisme et la paralysie. Les socialistes, la fédéralisation et la crise », (...)

48Si le début des années 1970 avait semblé riche de promesses pour la gauche européenne, la fin de la décennie dessillait certains rêveurs. Le temps était à la rigueur. André Cools, devenu le président du PS, et son successeur, Guy Spitaels, tentèrent d'ouvrir le parti au « socialisme du possible ». Le congrès de 1982 fut une tentative pour amender sa ligne doctrinale : la planification était oubliée, le modèle de croissance des années 1960 devenait un souvenir et le déclin industriel, une réalité établie. Les questionnements sur l'identité socialiste devinrent de plus en plus pressants mais aucune entreprise de rénovation ne put jamais être menée à terme, par le poids de l'habitude sans doute. « Face à la montée des revendications qualitatives, des expressions pacifistes et écologiques, le parti socialiste a le plus souvent fait preuve d'un mépris de formation dominante en Wallonie et surtout d'un ouvriérisme dont il a du mal à se départir46. »

49Au fur et à mesure des années, les pratiques archaïques (et souvent contraires à l'éthique) sont devenues les reliquats d'un passé trop pesant pour un parti moderne. Plusieurs affaires de corruption ont éclaboussé le PS comme le SP dans les années nonante, obligeant à un changement des statuts à marche forcée. Le SP a le premier opéré sa mue, d'autant plus facile que son implantation et son poids n'avaient rien à voir avec le gigantisme du PS. Les socialistes flamands se sont fondus dans les mutations sociologiques et ont adopté un profil qui les rapproche plus du Blairisme que de la tradition socialiste belge. Le parti socialiste, quant à lui, est resté engoncé dans ses acquis, les différents présidents (Philippe Busquin puis Elio Di Rupo) se heurtant systématiquement à des fédérations qui peinent à moderniser leur réformisme, souvent ouvriériste, parfois clientéliste. Les récentes affaires d'enrichissement personnel et de détournement qui ont frappé la fédération carolorégienne, l'une des plus réticentes au changement, seront peut-être l'occasion d'achever cette « révolution culturelle ».

50Parti en pleine rénovation, parti populaire, le PS, héritier naturel et légitime du PSB et du POB, a réussi à unifier la classe ouvrière et à l'intégrer étroitement à la société. Méfiant à l'encontre de toute aventure violente ou illégale, il a œuvré à modérer la violence qui grondait dans les masses populaires. Il a accompagné leur épanouissement par son œuvre législative continue et imposante. Si le discours a souvent paru flamboyant et révolté, la réalité était tout autre. Le Grand Soir a très vite été oublié pour une gestion pragmatique des acquis. Le réformisme classique des socialistes belges, peu portés sur les discussions doctrinales et idéologiques, prend fin dès l'entre-deux-guerres au profit d'une orientation gestionnaire et défensive. Hégémonique à gauche et débarrassé rapidement de l'hypothèque communiste, le parti socialiste belge a profité de sa situation de force pour consolider ses réseaux, réinventant sans cesse la logique du « pilier ». Mais la formidable cohérence dont le parti a fait preuve et les résistances farouches à toute rénovation tranchée lui permettent aujourd'hui de se voir comme l'une des formations socialistes les plus « à gauche » sur l'échiquier européen. Non sans un certain orgueil.

Anmerkungen

1 Marcel Liebman, « L'impuissance du réalisme », Mai, n° 6, juin-juillet 1969, p. 21.

2 Pour un aperçu bibliographique francophone, nous pouvons mentionner entre autres : Les Socialistes et le pouvoir. Gouverner pour réformer ?, sous la dir. d'Hugues Le Paige et Pascal Delwit, Bruxelles, Labor, 1998, 410 p. ; 1885-1985. Du Parti Ouvrier Belge au Parti Socialiste Belge. Mélanges publiés à l'occasion du centenaire du POB, Bruxelles, Labor/IEV, 1985, 421 p. ; Mieke Claeys-Van HaegendOren, Le parti socialiste belge de 1914 à 1940, Bruxelles, Vie Ouvrière, 1995, 144 p. ; Marcel Liebman, Les socialistes belges. 1914-1918. Le POB face à la guerre, Bruxelles, Revue Nouvelle-Vie Ouvrière-FJJ, 1986, 72 p. ; Marcel Liebman, Les socialistes belges. 1885-1914. La Révolte et l'Organisation, Bruxelles, Vie Ouvrière, 1979, 299 p. (Histoire du mouvement ouvrier en Belgique, 3). Voir également quelques ouvrages plus récents mais lacunaires : Robert Falony, Le Parti Socialiste. Un demi-siècle de bouleversements. De Max Buset à Elio Di Rupo, Bruxelles, Luc Pire/PAC, 2006, 283 p. ; Xavier Mabille, « Le Parti socialiste. Évolution 1978-2005 », Courrier Hebdomadaire du CRISP, 2005, n° 1867-1868, 21 p.

3 Maxime Steinberg, « La fondation du Parti Ouvrier Belge et le ralliement de la classe ouvrière à l'action politique. 1882-1886 », International Review of Social History, 1963, vol. VIII, part. 2, p. 198-215. De 1831 à 1893 le système censitaire était en vigueur en Belgique. Ainsi, sur une population de 4 359 000 âmes, il n'y avait que 79 000 électeurs en 1848.

4 [http://www.ps.be/index.cfm?Content_ID=-2462745&R_ID=1010]. Ce n'est pas un hasard si ce texte, rédigé par Émile Vandervelde, ne fut jamais amendé, si l'on veut bien excepter quelques détails devenus anachroniques.

5 En 1894 fut créée la « Commission Syndicale », étape décisive dans le processus d'unification des syndicats, structurés sur une base professionnelle et peu enclins à accepter une centralisation.

6 Cité par Pascal Delwit et Jean Puissant, « Les origines et les limites. Les débuts du réformisme socialiste en Belgique », dans Gouverner pour réformer..., op. cit., p. 142. Il s'agit d'une citation tirée de son essai La Belgique Moderne. Une Terre d'expériences, Paris, Flammarion, 1910, 390 p.

7 Marcel Liebman, Les Socialistes belges. 1885-1914...op. cit., p. 63.

8 Les votants, seulement les hommes, pouvaient disposer jusqu'à 3 voix selon qu'ils étaient pères de famille âgés au moins de 35 ans, propriétaires d'une rente ou titulaires d'un diplôme d'humanité. Les 1 300 000 votants établissaient ainsi 2 100 000 suffrages.

9 Le mode de scrutin, majoritaire, est pour beaucoup dans ce premier succès des socialistes, concentrés dans leurs bastions ouvriers. Il se réalise au détriment des libéraux qui réunissent plus de 550 000 voix (alors que les socialistes ne sont qu'à 300 000) mais totalement dispersées dans le pays. Voir ainsi Jean Stengers, « L'établissement de la proportionnelle en Belgique en 1899 », dans Le mode de scrutin fait-il l'élection, sous la dir. de Pascal Delwit et Jean-Michel De Waele, Bruxelles, Éditions de l'université de Bruxelles, 2000, p. 135-136.

10 Paul Magnette, « Les conquêtes et les abandons. Qu'est-ce que le réformisme ? », dans Gouverner pour réformer..., op. cit., p. 36.

11 Le ministre socialiste se rendit en conséquence dans les tranchées, à plusieurs reprises afin de gagner les soldats à la cause du gouvernement. Lors de l'un de ces meetings, alors que Vandervelde demandait aux soldats d'avoir confiance en leurs officiers, il fut interrompu par une Internationale qu'il n'eut pas grand plaisir à entendre, de son propre aveu. Marcel Liebman, Les socialistes belges 1914-1918. Le POB face à la guerre, Bruxelles, FJJ/Vie Ouvrière/Revue Nouvelle, 1986, p. 56.

12 Les socialistes belges basculèrent alors à la droite de la famille socialiste européenne, provoquant largement l'échec de la conférence de Stockholm de par leur intransigeance et restant silencieux sur les termes du Traité de Versailles.

13 Un suffrage universel à moitié cependant puisqu'il n'était accordé qu'aux hommes de plus de 21 ans.

14 Marcel Liebman, « Les origines et la fondation du Parti communiste de Belgique », Courrier Hebdomadaire du CRISP, avril 1963, n° 197, 22 p.

15 Mieke Claeys-Van Haegendoren, Le parti socialiste belge de 1914..., op. cit., p. 11.

16 Ibidem, p. 68. Nul mot n'était soufflé, par exemple, à propos de la reconnaissance de l'Union Soviétique ou d'autres dossiers polémiques.

17 Guy Vanthemsche, « De val van de regering Poullet — Vandervelde : een "samenzwering der ban-kiers" », Revue Belge d'Histoire Contemporaine, 1982, n° 1-2, p. 165-214.

18 Mieke Claeys-Van Haegendoren, Le parti socialiste belge de 1914..., op. cit., p. 75 et suiv.

19 Sur Henri de Man, voir principalement : Actes du Colloque international sur l'œuvre d'Henri de Man organisé par la Faculté de droit de l'Université de Genève les 18, 19 et 20 juin 1973, sous la présidence du professeur Ivo Rens, 3 fascicules, Genève, 1974, 305 p. ; Michel Brelaz, Henri de Man. Une autre idée du socialisme, Genève, université de Genève, 1985, 814 p. ; Mieke Claeys-Van Haegendoren, Hendrik de Man, een biografie, Anvers-Utrecht, 1972, 6 volumes.

20 Guy Desolre, « Henri de Man et le marxisme. Critique critique de la critique », dans Contradictions, 1985, n° 44, p. 45-71.

21 José Gotovitch, « Du collectivisme au Plan du Travail », dans 1885-1985. Du Parti Ouvrier Belge..., op. cit., p. 129.

22 Voir également la contribution récente de Matéo Alaluf qui revient sur l'actualité de la pensée d'Henri De Man, entre autres en s'opposant à la vision du socialisme libéral de Monique Canto-Sperber ; Matéo Alaluf, « Socialisme, morale et social-libéralisme : retour à Henri De Man », Cahiers Marxistes, n° 227, avril-mai 2004, p. 41-56.

23 José Gotovitch, « Du collectivisme au Plan du Travail »..., art. cit., p. 136.

24 Témoignage d'Henri De Man sur l'ambiance à son arrivée dans une ville où il devait faire meeting : « De la gare jusqu'au local, je fus pour ainsi dire entouré et porté par le peuple qui criait : il est là ! Des femmes embrassaient les basques de mon pardessus, d'autres me firent toucher leurs enfants. » Cité par Mieke Claeys-Van Haegendoren, Le parti socialiste belge de 1914..., op. cit., p. 104-105. Relativement confidentiels avant son retour en grâce au sein du POB, les écrits de De Man eurent naturellement un impact important par la suite. En France, il est tentant de le rapprocher de Marcel Déat, chef de file des « néos ». Les deux partent d'une volonté de créer un réformisme moderne, dont l'application fut particulièrement difficile dans le climat tendu des années trente. Leur destin ultérieur vers la collaboration renforce le parallélisme. Toutefois, si le néo-socialisme de Déat fut un facteur de division, le Planisme de De Man fut, au contraire, un ciment puissant. Voir ainsi Alain Bergounioux, « Le néo-socialisme. Marcel Déat : réformisme traditionnel ou esprit des années trente », Revue Historique, octobre-décembre 1978, n° 528, t. 260, p. 389-412 ; Gilles Vergnon, Les Gauches européennes après la victoire nazie. Entre planisme et unité d'action (1933-1934), Paris, L'Harmattan, 1997, p. 321.

25 Jean Vanwelkenhuyzen, 1936. Léopold III, Degrelle, van Zeeland et les autres, Bruxelles, Racine, 2004, 333 p.

26 Catherine Lanneau, « Un "Front Populaire" en Belgique ? L'inexportable exemple français », dans Les courants politiques et la Résistance : continuités ou ruptures ? Actes du colloque d'Esch-sur-Alzette, Luxembourg, Archives nationales du Luxembourg, 2003, p. 187-213. L'idée d'un rassemblement à gauche s'envisage bien différemment en France et en Belgique, comme dit précédemment. La division en trois familles politiques et la polarisation de la famille socialiste hypothéquaient toute tentative d'union.

27 En novembre 1938 Paul-Henri Spaak voulait envoyer un attaché commercial à Burgos au nom de la neutralité, mais le POB, Vandervelde en tête, s'opposa à une telle démarche qui revenait, de fait, à reconnaître la légitimité du pouvoir franquiste. La mort de Vandervelde en décembre 1938 permit toutefois à Spaak de finaliser les négociations. Ce fut une victoire personnelle mais le début d'une crise grave pour l'unité du POB. José Gotovitch, « La Belgique et la Guerre civile espagnole : un état des questions », Revue Belge d'Histoire contemporaine, 1983, XIV, 3-4, p. 497-532.

28 Voir notamment Steven Philip Kramer, « Néo-socialism : The Belgian Case », Res Publicae, vol. XVIII, 1976, n° 1, p. 59-80 ; Michel Dumoulin, Spaak, Bruxelles, Racine, 1999, p. 91-98.

29 Chantal Kesteloot, « Les socialistes sous l'occupation : doctrine et programme », Cahiers Marxistes, janvier 1987, n° 148, p. 23.

30 La ligne Politique du Parti. Textes adoptés par le Congrès de la Victoire des 9, 10, 11 juin 1945, Bruxelles, Éditions SOC, 1945, p. 24.

31 Au nom de l'entente démocratique des forces de gauche, les socialistes réussirent à convaincre les communistes de dissoudre leurs organisations clandestines, notamment leurs structures syndicales (Comité de lutte syndicale), dans la nouvelle structure syndicale unique dénommée Fédération générale du Travail de Belgique (FGTB). Notons aussi que la FGTB réunissait également le Mouvement syndical unifié (MSU) lancé par André Renard, particulièrement bien implanté dans les milieux sidérurgistes liégeois et partisan des réformes de structures. Les socialistes réussirent à convaincre les communistes d'occuper des postes gouvernementaux (Ravitaillement et Reconstruction) très exposés et peu populaires. C'est aussi dans la crainte d'un raz-de-marée communiste que les premières élections furent repoussées et organisées seulement en février 1946. Le PCB avait misé toute sa stratégie sur la Résistance et le renouveau. L'échec fut rapide. À ce sujet voir José Gotovitch, « Les relations socialistes-communistes en Belgique sous l'occupation », La Revue du Nord, n° 2 hors-série, 1988, p. 809-832 ; Jean Vercleyven, Témoignage sur Achille Van Acker. La campagne électorale de 1946, Bruxelles, Labor, 1967, 95 p.

32 Wilfried Beerten, Le rêve travailliste en Belgique. Histoire de l'Union Démocratique Belge, Bruxelles, Vie Ouvrière, 1990, 224 p. Le projet d'un grand parti travailliste, unissant socialistes et démocrates-chrétiens, voire des libéraux radicaux et les communistes (bien que ce point soit hautement problématique), est né dans les mouvements de résistance mais la Libération, et principalement le retour des « exilés londoniens », allait couper court à ce genre d'initiative malgré l'attrait indéniable que joua le système bipartisan britannique.

33 Guy Vantemsche, La Sécurité Sociale. Les origines du système belge : le présent face à son passé, Bruxelles, De Boeck Université, 1994, 200 p.

34 Le score était de 37,34 % des suffrages exprimés, soit le deuxième pic de performance électorale avec l'année 1925. Ce résultat excluait aussi du gouvernement les catholiques, toujours présents et souvent en majorité absolue, ce qui renforçait le caractère exceptionnel de ces élections.

35 Les lois Collard visaient à réduire les subventions à l'enseignement libre (catholique) et favoriser l'installation de nouvelles écoles officielles (laïques). Les catholiques réagirent vigoureusement, descendant en masse dans la rue. L'antagonisme semblait total.

36 Guy Vantemsche, « 100 ans de pratique réformiste en Belgique », dans Les socialistes et le pouvoir..., op. cit., p. 74-98.

37 Nicols Latteur, La gauche en mal de gauche, Bruxelles, De Boeck, 216 p.

38 Jean-Paul Mahoux, « Professionnels militants — Métiers militants : sociologues et militants : les membres de la commission André Renard (1952-1958) », dans Militantisme et militants, sous la dir. d'Anne Morelli et José Gotovitch, Bruxelles, EVO, 2000, p. 161-175. Sur André Renard voir la récente biographie de Pierre Tilly, André Renard, Bruxelles, Le Cri/Fondation André Renard, 2005, 810 p.

39 Changer la société sans prendre le pouvoir. Syndicalisme d'action directe et renardisme en Belgique, sous la dir. de Mateo Alaluf, Bruxelles, Labor, 2005, 173 p.

40 « Les problèmes des incompatibilités soumis au Congrès du Parti socialiste belge des 12 et 13 décembre 1964 et ses conséquences », Courrier Hebdomadaire du CRISP, n° 271-272, janvier-février 1965.

41 Pascal Delwit, « Le parti et le gouvernement. Les socialistes de la libération aux golden sixties », dans Les socialistes et le pouvoir. , op. cit., p. 246-253.

42 Longtemps repoussés, les débats sur la délimitation linguistique, les prérogatives et les revendications régionales et fédéralistes allaient éclater sur le devant de la scène avec « l'affaire de Louvain » où les étudiants francophones furent chassés du campus de l'université pluriséculaire de Louvain aux cris de « Wallen Buiten » (les Wallons dehors). La Belgique unitaire venait de se déchirer. À partir de février 1970, le chantier de la fédéralisation se mit en branle. Voir ainsi Christian Laporte, L'affaire de Louvain. 1960-1968, Bruxelles, De Boeck, 1999, 336 p.

43 Pascal Delwit, « L'accueil mitigé des socialistes », dans Le rassemblement des progressistes. 1944-1976, Marie-Thérèse Coenen et Serge Govaert (dir.), Bruxelles, De Boeck, 1999, p. 83-126.

44 Robert Falony, Le parti socialiste..., op. cit., p. 120.

45 Ibidem, p. 121.

46 Pascal Delwit, « Le pragmatisme et la paralysie. Les socialistes, la fédéralisation et la crise », dans Les socialistes et le pouvoir..., op. cit., p. 351.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540