Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Première partie. Au temps de la SFIO en Bretagne (1905-1969)

L'ancrage du socialisme dans un département rural breton : l'exemple du Morbihan de 1905 à nos jours

Vecteurs de diffusion et facteurs de résistance

Christophe Rivière

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Cette étude est basée sur le dépouillement des fonds préfectoraux concernant les élections législa (...)

1Le Morbihan cultive la réputation d'être un département où domine le vote conservateur. À y regarder de plus près, il existe pourtant une tradition républicaine au sein de laquelle le vote socialiste occupe une place croissante au long du xxe siècle. Très marqué par son identité ouvrière, le socialisme construit progressivement, jusqu'à la fin des années 1930, un bastion politique, qui reste aujourd'hui le fief des principaux élus du PS. En comparant les résultats des élections législatives de 1902 à 20021, il apparaît clairement qu'il y a eu diffusion de l'idéologie socialiste dans le corps électoral. Nous verrons, en posant quelques jalons, que cette diffusion ne répond pas seulement à des politiques mises en place par les partis (propagande, réseaux politiques et para-politiques) mais qu'elle trouve également des éléments d'explication dans les conjonctures nationales (Union de la gauche, la Résistance et la Libération en 1945) et régionales (fin du processus de républicanisation et récupération de l'héritage radical et laïque). S'interroger sur ces vecteurs de diffusion amène inévitablement à soulever l'autre aspect du sujet, c'est-à-dire les facteurs de résistance au sein de la société morbihannaise.

1905-1945, le socialisme morbihannais, un socialisme lorientais

Avant 1914, la mise en place du bastion2 lorientais

  • 2 Sur la notion de bastion socialiste voir Jean-William Derymez, « Territoires politiques et sociali (...)
  • 3 Voir la carte p. 332 et le chapitre « Lorient, Lochrist-Hennebont, premier pôle industriel morbiha (...)

2Les zones d'influence du socialisme dans le département sont très visiblement liées aux grands secteurs industriels. Sans surprise, le premier mouvement d'implantation apparaît dans le secteur lorientais3. C'est le 15 décembre 1907 que la fédération socialiste du Morbihan est créée suite à la dissolution de la Fédération socialiste de Bretagne. En 1914, sur 14 sections existantes, 11 se localisent dans l'arrondissement de Lorient, les arrondissements de Pontivy, Vannes et Ploërmel n'accueillant chacun qu'une seule section. L'analyse des résultats des élections législatives atteste de l'avance de la région lorientaise. Pour la période 1902-1914, 76,6 % des votes en faveur de la SFIO s'y localisent alors que les arrondissements de Pontivy et de Vannes ne recueillent respectivement que 23,39 % et 0,71 %.

  • 4 Lanester est érigée en commune en 1909.
  • 5 Le Rappel du Morbihan, le 24 février 1912, cité dans Jean-Noël Retière, Identités ouvrières. Histo (...)

3La conquête de la mairie de Lanester en 1909 est le premier succès électoral socialiste. Dans cette commune, en 1911 près de 64 % des actifs sont ouvriers et près de 53 % des travailleurs de l'État (marins d'État et surtout ouvriers de l'Arsenal). Ils permettent le succès de la liste Le Halpert. Cette liste composée majoritairement d'ouvriers de l'Arsenal élit comme maire un ouvrier au port, lui-même fils d'ouvrier au port, ancien conseiller municipal de Caudan4. Il effectue deux mandats jusqu'en 1919. Pierre Rogel, ouvrier à l'Arsenal, conseiller municipal depuis 1909, lui succède. Pendant près de 16 ans Lanester sera la seule commune socialiste du département. Elle se pose alors comme une vitrine du socialisme, l'objectif de la municipalité est de « faire connaître à toute la classe prolétarienne du Morbihan, ce que peut la classe ouvrière organisée ; nous voulons que nos travaux soient connus des communes voisines, que chacun puisse comparer le travail d'élus socialistes avec celui des libéraux et des radicaux5 ». L'implantation socialiste avant la Première Guerre mondiale est donc localisée dans la région lorientaise même s'il existe, au regard des résultats des législatives, un électorat qui ne se limite pas à cette région. En 1910, dans la première circonscription de Pontivy, le socialiste Pierre Le Floch est le seul candidat à affronter le monarchiste Paul de Lanjuinais, député sortant. Il recueille 21,15 % des suffrages exprimés. Ce score ne se confirme cependant pas aux élections suivantes et révèle davantage la faiblesse du radicalisme qui ne parvient pas à présenter un candidat unique. Il montre aussi qu'une partie de l'électorat radical est prête à voter pour un candidat socialiste lorsque la défense des idées républicaines l'exige.

1919-1939, premiers succès électoraux et consolidation du bastion

4L'implantation municipale se poursuit ; outre la municipalité de Lanester, les communes de Lorient en 1925, de Locmiquélic en 1934 et de Keryado en 1935 sont conquises par des majorités socialistes. Elles sont toutes limitrophes de Lorient (carte 1).

Carte 1 : La diffusion d'un socialisme municipal dans le Morbihan, 1909-1959

Carte 1 : La diffusion d'un socialisme municipal dans le Morbihan, 1909-1959

Sources : Rapports préfectoraux des élections municipales, archives départementales du Morbihan. Réalisation : Christophe Rivière, 2005.

  • 6 Conseiller municipal de Lorient (1912-1919), maire de Lorient (1919-1925), conseiller général de L (...)
  • 7 En 1929 Léopold Le Bourgo dans le canton de Lorient 1 et Louis L'Hévéder à Pont-Scorff, en 1930 Em (...)

5La victoire de la liste d'Union des gauches à Lorient en mai 1925 marque une rupture dans l'histoire du socialisme morbihannais. La première ville du département, en nombre d'habitants mais aussi sur le plan économique, est gérée par un maire SFIO, Emmanuel Svob. Cette victoire a été permise grâce à l'alliance des forces de gauche. Une partie des radicaux, menée par Édouard Labes6, refuse cependant l'union avec les « collectivistes socialistes » et présente une liste concurrente. Ce mouvement de conquête politique se renforce avec des succès dans les deux cantons de Lorient et dans celui de Pont-Scorff7.

Tableau 1 : Résultats comparés, Parti socialiste/PCF/PSU aux élections législatives dans le Morbihan 1902-2002 (en % des suffrages exprimés au premier tour)

Tableau 1 : Résultats comparés, Parti socialiste/PCF/PSU aux élections législatives dans le Morbihan 1902-2002 (en % des suffrages exprimés au premier tour)
  • 8 La liste du Bloc des gauches est composée de 4 socialistes SFIO et de 4 radicaux. Elle est concurr (...)
  • 9 Président du Crédit agricole du Morbihan, sénateur radical-socialiste (1932-1940).
  • 10 Avocat, il est élu au conseil municipal de Vannes en 1928 puis maire en 1933, conseiller général d (...)
  • 11 Position de Maurice Marchais au congrès de l'Union républicaine tenu à Auray en 1924, cité dans Gé (...)
  • 12 Extrait du Nouvelliste du Morbihan daté du 20 avril 1924, cité par Laurent Le Bar, Les élections l (...)

6Les stratégies d'ouverture et d'alliance politique entre les forces de gauche permettent de comprendre, en partie, la progression du vote socialiste dans l'entre-deux-guerres, notamment en 19248 (tableau 1). Cependant cette stratégie d'union ne se fait pas sans résistances. Chez les radicaux, les leaders vannetais comme Edmond de Camas9, secrétaire de l'Union républicaine du Morbihan, ou Maurice Marchais10 excluent de « s'allier à des gens qui refusent la propriété privée et qui n'ont aucune chance de succès dans le Morbihan11 ». Au sein de la SFIO des réticences apparaissent également, le 18 avril 1924, Jean Baco, candidat SFIO, affirme lors d'une réunion électorale n'avoir « jamais été blocard et [n'avoir] jamais voulu accepter de combinaisons électorales, mais [que] les nécessités politiques de l'heure présente l'[avaient] amené à faire acte de discipline en suivant les directives de son parti12 ».

  • 13 Chiffres extraits des ouvrages suivants : Nathanaëlle Moisan, La Fédération SFIO du Morbihan duran (...)

Tableau 2 : Les adhérents socialistes dans le Morbihan 1905-199413

Tableau 2 : Les adhérents socialistes dans le Morbihan 1905-199413

7Les progrès du vote socialiste sont constants dans les années 1930 et ne sont pas entamés par la crise de 1920-1921 qui perturbe cependant l'organisation du parti. En effet, lors du congrès de Tours, les 2026 décembre 1920, une majorité des mandats morbihannais se porte sur la motion Cachin-Frossard, qui prône une adhésion sans condition à la IIIe Internationale (10 mandats sur 16). Le 19 janvier 1921, lors d'une réunion à Lorient, les partisans de la IIIe Internationale quittent la salle, la rupture est alors consommée. Le nombre des militants s'effondre (tableau 2) mais cette hémorragie n'entame pas la progression des suffrages en 1928 et 1932. L'onde de choc de la crise s'atténuant, les militants retrouvent le chemin du parti et les scores électoraux des communistes (moins de 2 %) n'entravent pas la poursuite de l'implantation.

  • 14 Un rapport du préfet du Morbihan au ministre de l'Intérieur, daté du 18 avril 1930, insiste sur ce (...)
  • 15 Rapport du préfet du Morbihan au ministre de l'Intérieur daté du 5 mai 1930, arch. dép. du Morbiha (...)
  • 16 C'est son condisciple à l'École normale. À ce sujet voir la biographie de Jean-Paul Cointet, Marce (...)

8La dernière grande victoire politique des années 1930 est l'élection de Louis L'Hévéder à la Chambre des députés en 1930. Louis L'Hévéder, normalien, agrégé de mathématiques, professeur au lycée Dupuy de Lôme, débute sa carrière politique à 26 ans en 1925 au conseil municipal de Lorient. En 1928, il est élu conseiller d'arrondissement de Pont-Scorff puis conseiller général en 1929. Ces succès politiques se doublent d'une ascension rapide dans les instances départementales. Il est nommé secrétaire fédéral dès 1925. Il est élu député en 1930, au premier tour d'une élection partielle, contre un radical-socialiste et un modéré. Cette victoire est le fruit d'un intense travail d'implantation qui ne délaisse pas les zones rurales14. C'est aussi une victoire personnelle car de nombreux suffrages non socialistes témoignent de la « sympathie dont le nouvel élu bénéficie dans la région lorientaise15 ». L'Hévéder, proche des idées réformatrices de Marcel Déat16, peut être classé comme un socialiste modéré, ce qui permet aussi d'expliquer ce gain de voix non socialistes.

9Sa victoire marque l'achèvement du processus de constitution du bastion socialiste de la région lorientaise. En 1935, la SFIO contrôle les mairies de Lanester, Lorient, Locmiquélic et Keryado, les cantons de Lorient 2 et de Pont-Scorff, ainsi que la première circonscription de Lorient. Ces succès politiques peuvent s'expliquer évidemment par la forte proportion des ouvriers dans l'électorat mais sans doute aussi par la diffusion de l'idéologie socialiste auprès des électeurs ruraux. De très nombreux ouvriers, notamment de l'Arsenal, gardent des liens forts avec les campagnes environnantes. Lors des grands travaux agricoles de l'été, ou lors des fêtes villageoises ou familiales, ils font fréquemment les quelques dizaines de kilomètres les séparant de leur village d'origine et on peut concevoir qu'ils se fassent les propagandistes des idéologies progressistes auprès de leurs familles. Les élections législatives de 1936 confirment cette progression. Louis L'Hévéder est réélu au premier tour de scrutin. Deux candidats SFIO se maintiennent au second tour, Emmanuel Le Visage, maire de Locmiquélic dans la deuxième circonscription de Lorient et Jean-Louis Le Coutaller dans la deuxième circonscription de Pontivy, ils échouent cependant au deuxième tour.

Une fédération marquée par la coopération et le syndicalisme laïque

10L'analyse des professions des candidats socialistes (tableau 3) permet de dégager des profils qui peuvent nous renseigner sur certains des réseaux de soutien du socialisme dans le département. Pour la période antérieure à 1945, la proportion des ouvriers est encore forte (9 candidats sur 26). Le socialisme est encore marqué par sa proximité sociale et géographique avec les grandes entreprises de la région de Lorient, Arsenal en tête. Les militants apparaissent comme les défenseurs des intérêts du prolétariat et l'action syndicale va souvent de pair avec l'action politique. En 1936, à Inzinzac-Lochrist, François Giovannelli, employé aux forges comme comptable, organise les mouvements de grève. Il accède en 1938 au conseil municipal alors de tendance radicale-socialiste puis est élu maire en 1947.

Tableau 3 : Les professions des candidats socialistes aux élections législatives dans le Morbihan 1902-2002

Tableau 3 : Les professions des candidats socialistes aux élections législatives dans le Morbihan 1902-2002
  • 17 On se reportera à l'article de Robert Gautier dans cet ouvrage. Pour quantifier ce phénomène, on p (...)

11Le deuxième vecteur de l'influence du socialisme morbihannais nous semble être le relais coopératif. L'analyse des responsabilités para-politiques des candidats socialistes aux législatives montre, notamment pour l'après Première Guerre mondiale, que nombre d'entre eux y sont très impliqués. Le personnage le plus représentatif de cette tendance est Emmanuel Svob, qui organise le mouvement coopératif à Lorient17.

  • 18 « Nous disons à ceux qu'avait séduit le vieil idéal républicain, comment on le galvaude tous les j (...)
  • 19 Dans le même esprit il faut souligner que l'organe de presse de la fédération morbihannaise, Le Ra (...)
  • 20 Imprimeur, libraire, vice-président de la Chambre de commerce, après 1945 il dirige l'hebdomadaire (...)
  • 21 Né le 13 décembre 1873, agent technique de la Marine puis assureur, ce pionnier du socialisme se p (...)

12Le dernier type de réseaux regroupe les organisations qui défendent la République et ses valeurs. Il est indéniable que la SFIO tente de monopoliser ces valeurs18, qu'elle dispute aux radicaux, accusés d'avoir trahi les idéaux de 178919. L'entrisme des socialistes dans les structures laïques répond à cette politique. Le bureau du Comité départemental d'action et de défense laïque est dominé jusqu'en 1922 par les radicaux, la présidence est assurée par le docteur Lettry ; comme vice-présidents on relève Albert Commelin20 et le docteur Roux, candidat radical-socialiste sur la liste du Bloc des gauches en 1924. En 1936, les rapports de force ont évolué, c'est Jean Baco21 qui préside le comité avec à ses côtés Emmanuel Le Visage.

Des campagnes réfractaires au socialisme

  • 22 Voir les analyses d'Édouard Lynch, Moissons rouges. Les socialistes français et la société paysann (...)

13Limitée au bastion lorientais, l'expansion socialiste est freinée dans les deux autres arrondissements, de manière très nette dans l'arrondissement de Vannes et avec des évolutions locales plus contrastées dans celui de Pontivy. Les campagnes restent réfractaires à l'idéologie socialiste en raison d'une prévention de l'ensemble des propriétaires, petits ou grands, qui font de la possession de la terre un idéal social. On comprend dès lors que toute idée de collectivisation rencontre une hostilité forte dans les campagnes. Cet état d'esprit ne se limite pas aux propriétaires, les fermiers, aspirant à la propriété et même les ouvriers agricoles, trop dépendants économiquement des propriétaires, partagent, au moins dans leurs votes, cette défiance envers les « partageux ». La caricature des « partageux » se diffuse largement dans les campagnes à travers la propagande des notables conservateurs22 et de l'Église catholique. Réunis dans des syndicats mixtes incluant des propriétaires et des agriculteurs exploitants, les ruraux de la partie orientale du Morbihan, où domine l'Union des syndicats agricoles de la Bretagne méridionale (USABM), reprennent à leur compte l'hostilité envers la doctrine socialiste. Sur les littoraux, dans l'arrondissement de Lorient et dans certaines parties, les plus occidentales de l'arrondissement de Pontivy, des syndicats républicains disputent le terrain aux conservateurs. Mais ils sont dominés par des notables locaux peu en phase avec les propositions des socialistes.

  • 23 Cité dans Martine Dufresne, Les campagnes électorales des élections législatives de 1932 et 1936 d (...)
  • 24 Rapport du préfet du Morbihan au ministre de l'Intérieur daté du 4 janvier 1935, arch. dép. du Mor (...)
  • 25 Sur les luttes agraires, l'activité du parti socialiste et des instituteurs socialisants de la rég (...)

14La propagande socialiste à destination des ruraux vise à rectifier ce raccourci de la collectivisation et tout au long des années 1930 Le Rappel du Morbihan multiplie les mises au point : « La propriété cultivée par son propriétaire est sacrée. La tâche du socialisme est tout à la fois de maintenir la propriété dans les mains de celui qui la féconde de son labeur et de la rendre à qui la travaille pour le compte d'autrui23. » Les instituteurs aux idées avancées étaient les principaux relais de cette propagande. La doctrine socialiste trouve dans les années 1930, à la faveur de la crise économique, un terrain d'application de ses idéaux de défense du petit propriétaire. On voit en effet se développer un « mouvement agraire assez prononcé de non-paiement de fermage et de résistance à saisie24 », notamment dans le canton de Gourin sous la direction de Jean-Louis Le Coutaller25.

  • 26 Chanson dédiée à Philipot Ernest, datant du 23 avril 1914 et signée « Un Enfant de troupe des Ande (...)
  • 27 Extrait d'une affiche électorale signée Philipot, 1914, arch. dép. du Morbihan M4719.
  • 28 Philipot, commis de la Marine à Brest, « ne s'la foule guère, toujours en congés », en outre « dep (...)
  • 29 Voir Yves Lambert qui étudie les évolutions religieuses, politiques et sociales à Limerzel dans Di (...)

15La critique envers le socialisme se nourrit à d'autres sources. Un document datant de 191426 fait le florilège des reproches qu'une partie des ruraux développe à l'encontre d'un certain type de candidat SFIO. Le contexte est à replacer dans une tension vive à Lorient entre le radical Louis Nail, député sortant, et le socialiste Ernest Philipot. Louis Nail est accusé d'avoir « trahi son mandat27 » en ne défendant pas les intérêts du prolétariat comme il s'était engagé à le faire. En réponse à ces attaques, les radicaux insistent sur le « parasitisme » des fonctionnaires socialistes, aux places réservées et aux carrières toutes tracées28. Pareillement, on trouve dans les campagnes un état d'esprit qui amalgame socialisme et monde ouvrier. De cette méconnaissance découle souvent une condamnation des revendications ouvrières. En 1920 les agriculteurs de Limerzel dans l'arrondissement de Vannes s'émeuvent des grèves des ouvriers des arsenaux de Lorient et de Vannes, « à l'abri pendant la guerre (qui demandent) des augmentations et la journée de huit heures alors qu'ils sont eux-mêmes surchargés de travail29 ».

Chanson dédiée à Philipot Ernest, datant du 23 avril 1914 et signée « Un Enfant de troupe des Andelys »

Chanson dédiée à Philipot Ernest, datant du 23 avril 1914 et signée « Un Enfant de troupe des Andelys »
  • 30 Expression de Mgr Gouraud, évêque de Vannes, qui recommande une neuvaine de communions mensuelles (...)
  • 31 Voir les développements de l'affaire dans Claude Geslin, Jacqueline Sainclivier, La Bretagne dans (...)
  • 32 Voir Corinne Bonafoux-Verrax, à la droite de Dieu. La Fédération nationale catholique, 1924-1944, (...)

16Le dernier élément plaidant, aux yeux des ruraux, pour un rejet du socialisme, c'est son anticléricalisme affiché. Dans les campagnes morbihannaises, où la pratique religieuse est importante et l'encadrement des populations par le clergé très strict, les signes d'anticléricalisme étaient assimilés à des manifestations « des puissances de l'Enfer30 ». Le 27 septembre 1903 à Hennebont, une procession est prise à partie par des Lorientais et des ouvriers des forges. L'église est même assiégée et on compte plusieurs blessés dans les rangs catholiques31. Dans la même veine, les inventaires, découlant du vote de la loi de séparation des Églises et de l'État en 1905, mobilisent les énergies catholiques et marquent durablement les esprits. La question scolaire intrinsèquement liée au conflit entre catholiques et « laïcards » accentue ce rejet de la laïcité et des partis la défendant. En 1924, après la victoire du Cartel des gauches et la réactivation d'une stricte politique laïque, les catholiques se mobilisent et on assiste alors à d'importantes manifestations, 3 000 personnes à Questembert en janvier 1925 et 45 000 à Vannes en mars 192532.

1945-1973, une pause dans le développement du socialisme ?

Des trajectoires individuelles discordantes pendant la guerre

17Les sources préfectorales, trop lacunaires, ne permettent pas de dresser un tableau satisfaisant de l'attitude des militants et des élus socialistes pendant la période. On ne peut que relever quelques itinéraires personnels qui illustrent cependant la diversité des prises de position.

  • 33 Il intervient au congrès de Montrouge en décembre 1938. « La politique de l'entente franco-alleman (...)
  • 34 Rapport du préfet du Morbihan, non daté, arch. dép. du Morbihan 2W14379.
  • 35 Rapport du préfet du Morbihan, daté de janvier 1941, arch. dép. du Morbihan 2W14379.
  • 36 C'est l'un des 9 parlementaires socialistes nommés au Conseil national sur 188 conseillers en 1941 (...)

18Louis L'Hévéder incarne ce profil aujourd'hui bien connu d'élus socialistes, qui, à la suite de leur engagement pour la paix, glissent vers une acceptation souvent passive de la collaboration. Ce militant pacifiste, proche des positions de Paul Faure, milite dans les années 1930 pour un rapprochement avec l'Allemagne afin de sauver la paix33. Il signe, à la veille du 10 juillet 1940, le manifeste rédigé par Gaston Bergery qui appelle à un renversement des alliances au profit de l'Allemagne34. Le 10 juillet 1940, comme toute la représentation parlementaire morbihannaise, il vote la délégation des pleins pouvoirs au maréchal Pétain à Vichy. Sa nomination au Conseil national de Vichy le 22 janvier 1941 s'explique par « son hostilité au conflit avec l'Allemagne35 ». Elle ne manque pas de surprendre dans un Morbihan conservateur. Il est l'un des trois députés socialistes à rester membre du Conseil après 1942. Membre du journal socialiste L'effort, journal de la presse collaborationniste de gauche, il reste cependant « sur la réserve » face au régime36. Il mène son dernier combat politique en 1945, sans revenir dans le département, au sein du parti socialiste démocratique de Paul Faure et décède le 9 octobre 1946 à Paris.

  • 37 Lettre d'Emmanuel Svob adressée au préfet et note jointe datées du 30 janvier 1941. Arch. dép. du (...)
  • 38 Rapport du préfet du Morbihan daté de décembre 1940, arch. dép. du Morbihan 2W15743.

19L'avènement du régime de Vichy va fragiliser la position des élus socialistes. La Commission administrative de 1941 à 1942 puis le conseil départemental de 1942 à 1944, qui remplacent le conseil général, n'accordent aucun siège aux socialistes. Emmanuel Svob démissionne de la mairie de Lorient le 27 janvier 1941, en invoquant la nécessité de mettre « un terme à la vie fiévreuse que, depuis 43 ans, j'ai menée sans lassitude et sans découragement ». Il semble anticiper une révocation ; une note préfectorale indique en effet qu'il n'est pas français d'origine, et selon la nouvelle législation qui restreint l'accès aux fonctions édilitaires, il doit être révoqué37. La nomination d'un proche de l'amiral Darlan entraîne la démission de Louis Cren, adjoint au maire. À Kéryado, Jean Le Maux est démissionné d'office le 27 décembre 1940, pour avoir « déposé une couronne ornée d'un ruban rouge au pied du monument aux morts le 1er novembre 194038 ». Cependant, ces édiles, même fragilisés par Vichy, ne sont pas systématiquement réprimés comme à Lorient. Lanester et Locmiquélic conservent leur maire socialiste et à Kéryado, après remaniement du conseil municipal, un nouveau socialiste, adjoint depuis 1935, est nommé maire.

  • 39 On se reportera aux développements de Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Mayenne, Impr (...)

20L'activité des socialistes dans la Résistance morbihannaise, difficile à évaluer, est cependant assez massive. Joseph Rollo, directeur d'école à Auray, militant du Syndicat national des instituteurs (SNI), membre de la Confrérie Notre-Dame (CND), entre à Libération-Nord en mars 1943 et recrute de nombreux militants socialistes39. Il charge Jean-Louis Le Coutaller, instituteur en poste à Persquen, du secteur situé à l'Ouest de Pontivy. Le Coutaller recrute dans les milieux socialistes et radicaux, notamment à Gourin le maire radical-socialiste Jacques Rodallec et à Guéméné-sur-Scorff le futur maire SFIO Charles Montmayeur. Après la fusion des différents mouvements de résistance dans l'Armée secrète, Jean-Louis Le Coutaller - Camille — se retrouve capitaine à la tête du 5e bataillon FFI du Morbihan. Il participe aux combats de la poche de Lorient. Des résistants, qui s'engageront après guerre dans le parti, combattent dans d'autres mouvements comme l'Organisation de résistance de l'armée (ORA). À Hennebont, le docteur Ferdinand Thomas organise dès 1943 un groupe de sabotage qu'il place sous les ordres du commandant Muller, chef départemental de l'ORA. Il commande ensuite la 5e compagnie FFI.

  • 40 Voir à ce sujet Roger Leroux, Le Morbihan en guerre, op. cit., p. 406-407, mais aussi Jacqueline S (...)
  • 41 Il s'agit de Joseph Rollo qui est arrêté le 31 mars 1944. Il est remplacé par Jean-Louis Le Coutal (...)
  • 42 Dont Emmanuel Svob qui réintègre la mairie de Lorient en septembre 1944.

21Dans le département, la mise en place des institutions devant prendre le relais de celles de Vichy se fait sous le contrôle du radical-socialiste Maurice Marchais. Le Comité départemental de libération (CDL), à la différence des autres CDL bretons, reprend les rapports de force politiques d'avant-guerre, avec une sur-représentation des radicaux. Il tient peu compte des organisations de la Résistance40. La faiblesse de la représentation socialiste au sein du CDL (1 membre sur 941 puis sur 11 et enfin sur 18), semble motiver le départ du délégué le 18 mai 1945. Dans le cadre de l'épuration des notables liés à Vichy ou coupables de collaboration avec les forces d'occupation, on relève que le CDL a également privilégié un strict respect des rapports de force qui existaient en 1940. La SFIO qui possédait deux sièges au conseil général en 1939 en retrouve deux en 1944. La même politique est appliquée au niveau local, ainsi sur les 56 nouveaux maires nommés à la Libération, seuls 3 appartiennent à la SFIO42.

Des résultats électoraux contrastés ; un recul aux élections législatives et une implantation locale consolidée

22Les élections organisées à la fin de la guerre marquent nettement une rupture avec une accélération de l'ancrage local. Ce dynamisme s'exprime aussi par l'afflux des militants qui dépassent les 3 000 en 1946. Paradoxalement, les suffrages accordés aux candidats socialistes lors des législatives progressent peu, voire même régressent tout au long de la Quatrième République par rapport à 1936 (tableau 1). Ces résultats permettent cependant, grâce au scrutin proportionnel, les réélections du seul député de la période, Jean-Louis Le Coutaller. Réélu d'octobre 1945 à janvier 1956, il échoue alors à cause de l'apparentement des MRP, des modérés et des républicains sociaux qui emportent la totalité des 7 sièges.

  • 43 La ville de Lorient illustre les affrontements politiques entre les deux grands partis de gauche. (...)
  • 44 Voir par exemple la petite commune rurale de Concoret dans l'arrondissement de Vannes évoquée par (...)
  • 45 Il faut aussi y ajouter des querelles entre les molletistes, menés par Jean Le Coutaller, qui enta (...)
  • 46 Par exemple Charles Le Samedy, maire PCF de Lorient (1951-1953), était militant SFIO avant 1940, J (...)
  • 47 Jean-Noël Retière cite dans son étude un Lanestérien, ouvrier à l'arsenal, conseiller municipal da (...)

23La stagnation des résultats législatifs peut s'expliquer par la percée communiste en 1945 qui concurrence ainsi la SFIO dans les centres ouvriers, devenant même à partir de 1946 le premier parti de gauche en nombre de voix et ce jusqu'en 196843. Cette concurrence du vote communiste s'explique par l'instrumentalisation politique de son identité résistante, par son excellente implantation dans les structures de la Résistance, ainsi que par les réseaux tissés entre maquis FTP (Francs-tireurs et partisans) et certaines populations rurales44. Il faut y ajouter également son dynamisme dans les associations lorientaises d'aide aux réfugiés. Son influence est en outre importante sur le terrain syndical grâce à « ses liens avec » la CGT. Le PCF fait figure de seul vrai parti de gauche, en opposition à la SFIO, qui, pour certains électeurs, s'égare dans des alliances politiques et dans des polémiques électorales liées au système des apparentements45. Un certain nombre de militants socialistes basculent ainsi pendant la guerre et après 1945 dans le communisme46 et certains électeurs notamment ouvriers, ont du mal à se reconnaître dans un parti dont l'un des principaux dirigeants des années 1930 s'est compromis avec le régime de Vichy47.

24En dépit de ce recul aux législatives, la période de la Quatrième République se caractérise aussi comme une phase de conquête en terme de mandats détenus. Les élections organisées en 1945 montrent une réelle progression des élus. Ainsi en 1945 près de 159 conseillers municipaux se reconnaissent comme socialistes SFIO et socialistes indépendants, soit 5,32 % des conseillers du département ; en 1947 ils sont 443 soit 11,55 %, en 1953 364 soit 9 % et en 1959 348 soit 8,53 %. Le nombre des maires augmente aussi, ils sont 18 en 1945 contre 4 en 1935. La carte 1 montre que les succès socialistes se font peu autour du bastion lorientais où seule la commune d'Hennebont passe du radicalisme au socialisme. Les trois zones qui voient une progression de l'implantation socialiste sont toutes rurales, c'est la partie ouest de l'arrondissement de Pontivy avec notamment le chef-lieu, Guéméné-sur-Scorff. Ce pôle se renforce nettement jusqu'en 1959. Il faut y ajouter un certain nombre de communes autour de Baud, au centre du département, ainsi que la partie Nord-Ouest de l'arrondissement de Vannes autour de Mauron. Ce sont des communes rurales mais qui présentent une certaine homogénéité car on relève plusieurs chefs-lieux (Mauron,

25La Trinité-Porhoët, Baud, Guéméné-sur-Scorff, Gourin, Cléguérec). La région de Gourin, du Faouët et de Guéméné-sur-Scorff correspond à l'implantation du 5e Bataillon FFI commandé par Le Coutaller. On peut raisonnablement penser que les liens créés pendant la guerre ont pu influer sur des évolutions politiques après 1945. Ce sont globalement des zones d'implantation radicale dans l'entre-deux-guerres, on relève donc la poursuite d'une dynamique qui nous semble essentielle pour expliquer la cartographie du socialisme, celle de la récupération du vote radical. Ainsi sur 50 communes qui élisent au moins une fois un maire socialiste entre 1909 et 1959, près de 25 sont d'anciennes municipalités radicales, et le chiffre passe à 39 si on comptabilise les maires divers gauche et les républicains de gauche. Sur les 18 maires socialistes SFIO et socialistes indépendants élus en 1945, on recense d'ailleurs 5 anciens élus radicaux qui se reclassent.

26Les résultats aux élections cantonales confirment cependant que la zone de forte implantation socialiste reste la région lorientaise. En 1945, les cantons de Lorient 1 et Lorient 2 ainsi que celui d'Hennebont sont aux mains des socialistes. Le canton de Pont-Scorff, fief de Louis L'Hévéder, est gagné par un radical. Mais dans les années 1950 le nombre des mandats cantonaux décline face au dynamisme des gaullistes puis des modérés. Le canton de Pont-Scorff passe au RPF puis à la droite modérée. Le canton de Lorient 2, détenu par Emmanuel Svob en 1945, passe en 1946 aux communistes et évolue vers le RPF en 1949, puis également vers la droite modérée.

Des réseaux para-politiques en recomposition

  • 48 Notice individuelle dressée par la préfecture du Morbihan datée de 1955, arch. dép. du Morbihan 2W (...)
  • 49 Citation de Janick Le Fort, La Fédération socialiste SFIO du Morbihan 1947-1958, mémoire de maîtri (...)

27Les réseaux socialistes tendent à se recomposer après 1945. Il semble que les socialistes dominent alors la nébuleuse laïque. Louis Le Moénic, maire SFIO d'Inguignel, préside la fédération départementale des œuvres laïques. Il est remplacé en 1947 par François Giovannelli, maire d'Inzinzac-Lochrist. Cependant cette prédominance est contestée par le parti communiste. À l'instar de leur percée électorale, les communistes revendiquent aussi une place dans le combat pour la laïcité et la défense de l'école publique. À Vannes, le responsable communiste Jean Tanguy, professeur à l'école normale, conseiller municipal en 1947, est membre du conseil d'administration du Cartel départemental d'action laïque qui est présidé au début des années 1950 par le maire communiste de Lanester Jean Maurice48. Les socialistes ne possèdent qu'une seule voix aux assemblées générales et une majorité des postes à responsabilité est détenue par les communistes. Le Cartel devient un lieu d'affrontement lui supprimant toute efficacité. Au début de la Cinquième République, les socialistes quittent la structure qui disparaît peu après, car d'après d'anciens militants « son seul ciment était l'opposition à la SFIO49 ».

  • 50 Par exemple, en 1956, 18 000 visiteurs se pressent au IVe Salon de l'Éducation nationale. Pour plu (...)

28Concurrencés au sein de leurs réseaux traditionnels, les socialistes créent ou renforcent d'autres vecteurs d'influence. Dans ce contexte se développe la Fédération des œuvres laïques (FOL) qui, à travers l'Union des fédérations des œuvres laïques d'éducation artistique (UFOLEA) et l'Union des fédérations des œuvres laïques d'éducation physique (UFOLEP), vise à démocratiser l'accès des jeunes à la culture artistique et sportive. Cet organisme créé en 1932 par Emmanuel Svob est totalement contrôlé par les socialistes. En 1956 le bureau est dirigé par François Giovannelli et deux des trois vice-présidents (Louis Bonneaud et Pennobert) sont socialistes, le troisième est le maire radical de Baud, Raoul La Ferrière. Leurs activités sont très variées : concours de chant choral, de théâtre, de danse, de folklore, de diction et de poésie pour l'UFOLEA et de cross-countries régionaux et nationaux ainsi que de compétitions d'athlétisme pour l'UFOLEP. En 1955 la FOL morbihannaise rassemble 66 sociétés, elles sont 122 en 1958. Son dynamisme s'exprime à la fin des années 1950 par l'organisation d'une série de manifestations nationales à Lorient50.

  • 51 L'échec de la prise de contrôle des structures syndicales agricoles au niveau national est égaleme (...)

29La réorganisation des structures agricoles fin 1944 avec la création du Comité d'action paysanne aurait pu permettre aux socialistes de prendre pied dans le monde rural. Les conservateurs de l'USABM, qui dominaient la Corporation paysanne de Vichy, sont évincés en 1944, et ce sont les notables radicaux de la Société départementale d'agriculture qui prennent le contrôle de la nouvelle structure. Les conservateurs reconquièrent vite leurs positions à l'instar de Louis Le Léannec. Ce syndic régional de la Corporation paysanne, membre du Conseil national de Vichy, préside en effet la délégation morbihannaise pour la Confédération générale de l'agriculture (CGA) et est également élu président de la Fédération des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA). En 1952, il retrouve la présidence de la Chambre d'agriculture du Morbihan. Globalement on peut donc dire que le monde rural conserve une organisation où dominent les notables conservateurs. L'influence politique des socialistes progresse globalement peu51 même si la conquête de certaines communes rurales s'accompagne d'un renforcement de l'influence de notables locaux. On relève à Mauron l'élection de Joseph Tiratel comme conseiller municipal SFIO en 1947, il préside le syndicat agricole et le comice agricole de Mauron. La visibilité des socialistes est plus forte au sein du Crédit agricole. Alexis Kergaravat, maire SFIO de Gourin, est secrétaire de la caisse cantonale du Crédit agricole, Joseph Kerbellec, maire SFIO de Quéven, est également secrétaire de la caisse des cantons de Lorient et de Pont-Scorff.

Un socialisme conquérant

À gauche, une domination du PS

  • 52 Citation extraite de la synthèse publiée par la fédération socialiste, 1905-2005, les socialistes (...)

30La fin de la Quatrième République marque une phase de déclin ; perte du siège de député détenu depuis 1945, perte de la mairie de Lorient conquise par le MRP Louis Glottin en 1959, effectifs en baisse. En 1950 le nombre des militants se maintient autour des 1 000 adhérents, ils ne sont plus que 447 en 1960 (tableau 2). Ce constat local est à l'image de la situation du parti SFIO en France : discrédité par sa politique algérienne, par ses divisions, et affaibli par le vieillissement des adhérents et des cadres. Il faut également y voir le résultat d'un décalage grandissant entre des élus proches du monde de l'école publique, se « notabilisant » au niveau local, et des discours qui restent « viscéralement ouvriéristes et révolutionnaires52 ». La fédération départementale semble sclérosée et incapable de dégager des élites nouvelles.

  • 53 Notamment Jean-Louis Le Coutaller qui disparaît en octobre 1960.
  • 54 Dans la sixième circonscription, celle d'Hennebont, en 1973 on recensait une seule section et 50 m (...)

31Une nouvelle génération d'élus émerge au début des années 1960, la transition est facilitée par la disparition des piliers de la fédération53. La fondation du nouveau parti socialiste au congrès d'Épinay insuffle une dynamique supplémentaire. Le nombre des adhérents passe de 600 en 1971 à près de 1 000 en 197554 et les suffrages aux élections augmentent.

32Aux législatives, à partir de 1962, la SFIO est en progrès constant. 1958 avait marqué, avec le retour du scrutin par circonscription, les résultats les plus faibles depuis 1928 (12,68 % des suffrages). À partir des années 1960, il est clair que le rapport de force s'inverse entre le PCF qui perd des suffrages et le parti socialiste qui en gagne. Les élections de 1967 permettent de renouer une dynamique d'union de la gauche avec des accords passés entre la fédération PSU du Morbihan et la Fédération de la gauche démocrate et socialiste (FGDS qui regroupe la SFIO, le parti radical et divers clubs), ces deux partis regroupent 14,29 % des suffrages exprimés au premier tour. Ce qui est finalement à peine supérieur aux seuls résultats de la SFIO en 1962 (13,06 %).

  • 55 Par exemple le Finistère avec le poids politique de Tanguy Prigent, voir notamment l'ouvrage dirig (...)

33Les résultats du PSU, à la différence d'autres départements bretons55, restent très limités hormis dans la région de Vannes, où Eugène Quéverdo, secrétaire fédéral, membre de la direction régionale, dynamise la section et représente les espoirs des partis de gauche aux législatives de 1967.

  • 56 Un article de Ouest-France du 11 mars 1978 se fait l'écho de ces préventions mais le ton est cepen (...)

34Affrontant des notables modérés bien implantés comme Raymond Marcellin, Paul Ihuel ou Christian Bonnet, les candidats socialistes engrangent peu de succès, notamment en raison de la faiblesse de leurs partenaires de gauche qui ne permettent pas de rivaliser au second tour avec des adversaires qui eux peuvent compter sur un bon report des voix. C'est dans la cinquième circonscription, celle de Lorient, qu'Yves Allainmat permet à la gauche de retrouver une représentation parlementaire. Il bat Pierre Messmer au deuxième tour grâce au désistement du candidat communiste Jean Maurice. Ce renouveau s'incarne aussi dans la carrière de Jean-Yves Le Drian. Sa candidature lors des législatives de mars 1978 soulève quelques critiques sur la jeunesse du candidat et sur ses convictions socialistes jugées trop modérées56. Fort du soutien d'Yves Allainmat, il est élu au second tour contre le candidat RPR Jean-Claude Croizer. Il conserve ce siège depuis, hormis entre 1993 et 1997.

  • 57 Qui a élu sans interruption le MRP Paul Ihuel de 1936 à 1978.

35La localisation du vote socialiste montre une plus grande dispersion géographique. La progression est plus importante dans les arrondissements de Pontivy et de Vannes. Mais grâce à une plus grande concentration de l'électo-rat, l'arrondissement de Lorient reste le principal foyer du socialisme. Il permet la conquête de la sixième circonscription par Jean Giovannelli à partir de 1981, alors que cet arrondissement, modifié en 1958, avait été créé pour noyer la ville d'Hennebont dans des cantons très ruraux (Plouay, Le Faouët, Guéméné-sur-Scorff), fiefs de centre-droit57. Jean Giovannelli est élu au deuxième tour contre le député CDS sortant Yves Le Cabellec. Ce siège est conservé jusqu'en 1993, date du succès de Jacques Le Nay, maire et conseiller général divers droite de Plouay. Mais les scrutins restent serrés : en 1997 Jacques Le Nay est élu au deuxième tour avec 50,62 % des suffrages contre le socialiste Jean-Pierre Bageot, maire d'Inzinzac-Lochrist qui recueille 49,38 % des voix.

Un socialisme qui profite des mutations de la société morbihannaise

  • 58 Sur toutes ces questions voir Gérard Le Bouédec (dir.), Le Morbihan de la Préhistoire à nos jours, (...)

36Le dynamisme politique des partis socialistes trouve des éléments d'explication dans l'adéquation entre les transformations de la société et le profil des candidats socialistes qui accompagne ce renforcement des classes moyennes urbaines et les transformations radicales de l'agriculture. Dans les campagnes, la mise en place à partir des années 1960 de l'élevage avicole hors sol, notamment dans le secteur de Saint-Jean-Brévelay, stimule le développement de l'industrie agro-alimentaire. Ces mutations transforment de nombreuses communes rurales en permettant le développement d'un salariat et d'un nouveau prolétariat. En 1990 sur les 10 premières entreprises morbihannaises en chiffre d'affaires, on relève 8 entreprises agroalimentaires58. Les chiffres montrent que c'est dans la décennie i960 que les principaux changements économiques se sont effectués. En 1962, près de 50 % des actifs appartiennent au secteur primaire contre 20 % dans le secondaire et 30 % dans le tertiaire. Au début des années 1980, le profil économique des actifs montre que le secteur primaire ne totalise plus que 18 %, le secondaire 30,5 % et le tertiaire 51,5 %. En 1982 les urbains dépassaient les ruraux dans le département.

  • 59 Dans un cadre nettement plus rural on peut se référer aux analyses d'Yves Lambert pour la commune (...)
  • 60 Pour des développements plus précis il faut se référer à l'étude de Bertrand Frélaut, Histoire de (...)

37La ville de Vannes offre un bon exemple de l'incidence politique de ces mutations sociales59. Profitant de l'exode rural, la préfecture du Morbihan voit sa population augmenter de façon importante dans les années 1960. Siège de nombreuses administrations, ville de garnison, ville universitaire, le spectre économique montre une très nette domination du secteur des services qui s'est accentuée dans la deuxième partie du xxe siècle, avec en 1982 près de 80 % des actifs60. La ville était dirigée depuis 1908 par les radicaux. En 1945 une majorité de centre-droit, avec à sa tête Francis Decker, inaugure un demi-siècle de gestion de la ville par les modérés. Raymond Marcellin lui succède en 1965 puis en 1977 Paul Chapel, puis Pierre Pavec et enfin le libéral François Goulard. Les mutations économiques s'accompagnent d'une progression du vote de gauche qui est illustrée par la difficile succession de Raymond Marcellin en 1977. Paul Chapel est élu au second tour avec 50,70 % des suffrages contre une liste d'union de la gauche menée par Michel Olivier. Les mutations économiques s'accompagnent de la création de nouveaux quartiers aux profils sociaux bien affirmés comme Ménimur ou Kercado, deux ZUP, où le vote de gauche est plus important. La hausse du prix du foncier engendre un phénomène de périurbanisation des communes rurales alentour comme Saint-Avé, Tréffléan, Sulniac, Séné. Les nouveaux arrivants font basculer ces communes vers la gauche et on assiste à la création d'une ceinture rose autour de Vannes. Par exemple à Saint-Avé, Hervé Pellois, ingénieur agronome, conquiert la mairie en 1989, puis le siège de conseiller général de Vannes-Est. De la même façon, en 1997 Micheline Rakotonirina, leader du PS à Vannes, directrice de département à l'IUT, perturbe la succession de Raymond Marcellin à l'Assemblée nationale en recueillant près de 44,96 % des suffrages au deuxième tour contre François Goulard qui est élu avec 55,04 %. Une tendance confirmée par les 41,93 % obtenus par Hervé Pellois en 2002 au deuxième tour de scrutin contre le sortant François Goulard. L'ère des réélections au premier tour pour les leaders modérés vannetais comme en 1981 et 1988 pour Raymond Marcellin, semble donc révolue.

  • 61 Jean-Jacques Monnier parle même d'un « repli sur le milieu enseignant public », dans Jean-Jacques (...)
  • 62 Informations extraites de La Liberté du Morbihan du 14 mars 1967.
  • 63 Informations extraites de Ouest-France du 20 mars 1978.

38Le choix des candidats socialistes aux législatives reproduit les transformations de la société morbihannaise. Les ouvriers qui représentaient 9 des 26 candidats socialistes avant 1945, ne sont plus que deux entre 1945 et 1973 et on n'en recense aucun après 1973. Les fonctionnaires en général et les enseignants en particulier, mais aussi les cadres dominent les structures départementales et incarnent un type bien marqué de candidat socialiste61, à l'instar des leaders de la fédération, Yves Allainmat puis Jean-Yves Le Drian. Yves Allainmat62 effectue ses études à l'École normale de Vannes, il en sort en 1926 et enseigne comme instituteur à Merlévenez puis à Saint-Jean-la-Poterie. Il part ensuite pour l'Afrique noire où il effectue une carrière dans les services d'inspection. Il est nommé directeur du cabinet du ministre de l'Éducation nationale en 1958 puis conseiller technique. En 1961, il revient dans le département et reprend la direction du Rappel du Morbihan. Il incarne, malgré ses attaches, une volonté de promouvoir de nouveaux leaders. Élu maire de Lorient le 21 mars 1965, il devient deux ans plus tard député de la 5e circonscription du Morbihan. Jean-Yves Le Drian, dont le père Jean Le Drian fut adjoint socialiste dans l'équipe municipale communiste de Lanester, milite très jeune dans les rangs de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), puis dans l'Association syndicale des familles dont il devient le président départemental puis le président national. Professeur agrégé d'histoire, il débute en politique dans l'équipe d'Yves Allainmat63. Jean Giovannelli, professeur de physique au lycée Colbert de Lorient, succède à son père François à la tête de la mairie d'Inzinzac-Lochrist en 1976. Ce sont donc des notables liés au milieu enseignant et tous bien implantés dans l'histoire de la fédération tant par des réseaux familiaux que professionnels.

39On peut relever dans les années 1970 une nette évolution qui permet aussi d'expliquer les progrès électoraux dans les zones rurales, il s'agit de la présence de militants socialistes dans les structures syndicales agricoles. L'affaiblissement d'une certaine vision unanimiste de la société rurale, véhiculée par les élites traditionnelles du château et du presbytère, explique en partie cette ouverture.

  • 64 Ouest-France daté du 16 novembre 1971.
  • 65 Voir leurs portraits dans 1905-2005, les socialistes à la conquête du Morbihan, op. cit., p. 12.

40La formation d'une nouvelle élite paysanne au sein de l'action catholique agricole, et notamment à la Jeunesse agricole chrétienne (JAC), permet ce renouvellement. La triple formation technique, spirituelle et de « relation publique » donne les moyens aux jeunes ruraux d'accéder aux responsabilités tant politiques que syndicales. Ces jeunes ruraux, plus ouverts vers l'extérieur, plus sensibles à la dignité, à la justice, ont la volonté de changer la société. Il y a convergence entre ces idéaux qui sont encouragés par une nouvelle génération de prêtres plus progressistes et le parti socialiste. En novembre 1971 le congrès départemental du PS annonçait d'ailleurs « un rapprochement du socialisme avec le clergé. Il est vrai que de nombreux chrétiens rejoignent les rangs du parti socialiste qui respecte les idées philosophiques et religieuses de ses adhérents. Il est vrai aussi que le parti socialiste reste fidèle à sa doctrine, à la laïcité de l'école et de l'État, garante de la liberté d'opinion et d'expression pour tous. Si l'Église évolue vers le socialisme, et le synode l'a bien démontré, c'est parce que le socialisme répond aux besoins de l'homme64 ». Ce rapprochement s'explique aussi par l'atténuation de l'anticléricalisme du parti qui permet notamment à des « chrétiens avancés » de le rejoindre. Dans le Morbihan, les parcours d'Henri Le Rohellec, premier adjoint d'Arradon, conseiller général de Vannes en 1979, ou de la militante Geneviève Rouiller, illustrent ces adhésions65. En dernier lieu, la hiérarchie catholique se fait plus discrète et n'intervient plus ostensiblement dans les affaires politiques, elle reste sur une neutralité attentive, tant que les libertés scolaires ne sont pas attaquées.

  • 66 Voir par exemple le succès de la grève du lait du 23 mai au 4 juin 1972, que le président de la FD (...)

41Le syndicalisme agricole connaît de profondes mutations dans les années 1970 avec l'apparition de nouvelles structures, inspirées par une analyse marxiste qui, à la suite de Bernard Lambert, contestent la logique moderniste. Le courant des Paysans-travailleurs, influent dans la FDSEA du Morbihan des années 197066, recueille 21,2 % des suffrages lors des élections de 1989 à la Chambre d'agriculture.

  • 67 Renseignements extraits de Robert Fort, Ils ont révolutionné le monde rural. L'aventure de la JAC (...)
  • 68 Citation d'un entretien réalisé en 1976 dans Jean-Baptiste Jego, Un visage de socialisme en Morbih (...)
  • 69 Ouest-France daté du 25 février 1978.

42L'influence du socialisme s'accroît donc dans les campagnes morbihannaises, d'abord de façon diffuse puis très clairement avec la mise en place au sein de la FDSEA d'un groupe agricole socialiste. Louis Le Guern, délégué cantonal du PS, vice-président de la FDSEA, anime ce groupe. Il a été formé par la JAC et le Centre départemental des jeunes agriculteurs (CDJA). Joseph Guénanten incarne aussi ce nouveau profil alliant syndicalisme et engagement socialiste. La JAC est son école de formation et il prend la présidence du mouvement de 1958 à 196167. Il déclare en 1976 que « l'idée socialiste s'est diffusée dans le milieu agricole morbihannais par le syndicalisme et seulement par le syndicalisme68 ». Son engagement se confirme en 1978 où il est le suppléant du socialiste Michel Masson à Pontivy dans la troisième circonscription. Il est présenté dans un article de Ouest-France comme un des nombreux chrétiens « qui ont adhéré au parti socialiste69 ».

43Au terme de cette esquisse à grands traits des facteurs d'accélération et de blocage de la diffusion du socialisme dans le Morbihan, on peut conclure que contrairement à sa réputation de conservatisme, une partie de l'électorat morbihannais se laisse séduire graduellement tout au long du siècle passé par le socialisme. À partir de points d'ancrage ouvriers, dont le socialisme se fait l'expression politique, on relève la construction d'un fief électoral, achevé à la fin des années 1930, et qui ne sera pas durablement entamé ni par les tentatives de la droite modérée, ni par le communisme après 1945. La diffusion d'un socialisme à visage plus rural s'effectue grâce à la récupération de la tradition républicaine incarnée longtemps par le radicalisme. Elle s'accélère à la fin des années 1970 grâce aux transformations sociales et à l'ouverture du monde rural, cela malgré la persistance de bastions de droite notamment dans la partie plus orientale du département.

Notes

1 Cette étude est basée sur le dépouillement des fonds préfectoraux concernant les élections législatives ainsi que sur les rapports des préfets relatifs aux élections locales. Les données prosopographiques concernent les candidats aux élections législatives ainsi que les maires socialistes du département entre 1909 et 1959.

2 Sur la notion de bastion socialiste voir Jean-William Derymez, « Territoires politiques et socialisme français », dans Jacques Girault (dir.), L'implantation du socialisme en France au xxe siècle. Partis, réseaux, mobilisation, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 9-22, ainsi que l'article de François Lafon, « Géopolitique du Parti socialiste : sensibilités et bastions socialistes », dans Serge Berstein, Frédéric Cepede, Gilles Morin, Antoine Prost (dir.), Le parti socialiste entre résistance et république, Paris, Publications de la Sorbonne, 2000, p. 75-93, notamment la carte 1 p. 79 où il classe le Morbihan dans la catégorie des fédérations s'organisant autour de noyaux locaux. Pour une approche plus locale voir l'étude de Martial Levy et de Luc Stephano, Le pays de Lorient, bastion socialiste du Morbihan, mémoire de DEA de sciences politiques, université Rennes 1, 1980.

3 Voir la carte p. 332 et le chapitre « Lorient, Lochrist-Hennebont, premier pôle industriel morbihannais », dans Gérard Le Bouédec (dir.), Le Morbihan de la Préhistoire à nos jours, Saint-Jean-d'Angély, Éditions Bordessoules, 1994, p. 340 et suiv.

4 Lanester est érigée en commune en 1909.

5 Le Rappel du Morbihan, le 24 février 1912, cité dans Jean-Noël Retière, Identités ouvrières. Histoire sociale d'un fief ouvrier en Bretagne 1909-1990, Paris, L'Harmattan, 1994, p. 62.

6 Conseiller municipal de Lorient (1912-1919), maire de Lorient (1919-1925), conseiller général de Lorient 1 (1920-1928) et député (1924-1928).

7 En 1929 Léopold Le Bourgo dans le canton de Lorient 1 et Louis L'Hévéder à Pont-Scorff, en 1930 Emmanuel Svob à Lorient 2.

8 La liste du Bloc des gauches est composée de 4 socialistes SFIO et de 4 radicaux. Elle est concurrencée notamment par une liste communiste et une liste d'Union républicaine qui regroupe les radicaux hostiles à l'alliance avec les socialistes.

9 Président du Crédit agricole du Morbihan, sénateur radical-socialiste (1932-1940).

10 Avocat, il est élu au conseil municipal de Vannes en 1928 puis maire en 1933, conseiller général de 1910 à 1928 et député de 1913 à 1928. Bertrand Frélaut dans sa récente synthèse sur Vannes définit d'ailleurs le radicalisme vannetais « plus par son républicanisme laïque que par ses idées socialistes. Son responsable Maurice Marchais [...] refuse l'alliance avec la SFIO et se rallie contraint et forcé au Front populaire, en 1936 », dans Bertrand Frélaut, Histoire de Vannes, Éditions Gisserot, 2000, p. 96.

11 Position de Maurice Marchais au congrès de l'Union républicaine tenu à Auray en 1924, cité dans Gérard Robert, Les élections législatives de 1919 à 1924 à Lorient et dans le Morbihan, mémoire de DES, Rennes, 1967, p. 22.

12 Extrait du Nouvelliste du Morbihan daté du 20 avril 1924, cité par Laurent Le Bar, Les élections législatives du 11 mai 1924 dans le Morbihan, mémoire de maîtrise, Rennes 2, 1990, p. 12-13.

13 Chiffres extraits des ouvrages suivants : Nathanaëlle Moisan, La Fédération SFIO du Morbihan durant l'entre-deux-guerres suivant le Rappel du Morbihan, mémoire de maîtrise, Rennes, 1999 ; Maurice Lucas (dir.), Les socialistes dans le Finistère, Rennes, Éditions Apogée, 2005 ; Claude Geslin, Jacqueline Sainclivier, La Bretagne dans l'ombre de la IIIe République (1880-1939), Rennes, Éditions Ouest-France, 2005. Les chiffres les plus récents sont extraits du Télégramme de Brest et de Ouest-France.

14 Un rapport du préfet du Morbihan au ministre de l'Intérieur, daté du 18 avril 1930, insiste sur cet aspect : « D'une activité débordante, il a travaillé depuis des années les milieux ruraux entourant la ville de Lorient, passant dans toutes les fermes et employant ses moments de libres à voir pour ainsi dire les électeurs un par un. » Arch. dép. du Morbihan M4725.

15 Rapport du préfet du Morbihan au ministre de l'Intérieur daté du 5 mai 1930, arch. dép. du Morbihan M4725.

16 C'est son condisciple à l'École normale. À ce sujet voir la biographie de Jean-Paul Cointet, Marcel Déat, du socialisme au national-socialisme, Paris, Perrin, 1998, notamment les pages 37-38. Il ne va cependant pas jusqu'à la rupture en 1933 ne pouvant se résoudre à rompre l'unité du parti.

17 On se reportera à l'article de Robert Gautier dans cet ouvrage. Pour quantifier ce phénomène, on peut rappeler qu'en 1911 près de 4 000 familles coopératives sont recensées dans la seule ville de Lorient. Chiffre cité dans Colette Le Gall, La naissance du mouvement socialiste dans le Morbihan à travers « Le Rappel du Morbihan » 1899-1914, mémoire de maîtrise, Brest, 1992, p. 157.

18 « Nous disons à ceux qu'avait séduit le vieil idéal républicain, comment on le galvaude tous les jours et comment le parti socialiste est seul aujourd'hui à en défendre les principes les plus sacrés », Le Rappel du Morbihan daté du 19 octobre 1912.

19 Dans le même esprit il faut souligner que l'organe de presse de la fédération morbihannaise, Le Rappel du Morbihan, reprend l'expérience éditoriale du radical-socialiste Paul Guieysse entre 1899 et 1900. Son projet était de grouper toutes les tendances républicaines pour aider à la diffusion des idées progressistes dans un département majoritairement royaliste. La fédération en reprenant ce titre en 1911 se place donc comme l'héritière et le véritable défenseur des valeurs républicaines.

20 Imprimeur, libraire, vice-président de la Chambre de commerce, après 1945 il dirige l'hebdomadaire radical-socialiste Le Réveil du Morbihan, trésorier de la fédération radicale et radicale-socialiste du Morbihan, conseiller municipal de Vannes en 1935 et 1947. Rapports préfectoraux, arch. dép. du Morbihan 2W13907 et 2W13912.

21 Né le 13 décembre 1873, agent technique de la Marine puis assureur, ce pionnier du socialisme se présente aux législatives de 1910, 1919, 1924 et 1928. Il est élu adjoint au maire de Lorient et il occupe, dans les années 1930, la fonction de secrétaire-adjoint de la fédération départementale.

22 Voir les analyses d'Édouard Lynch, Moissons rouges. Les socialistes français et la société paysanne durant l'entre-deux-guerres (1918-1940), Presses universitaires du Septentrion, Lille, 2002, notamment les pages 161 et suiv.

23 Cité dans Martine Dufresne, Les campagnes électorales des élections législatives de 1932 et 1936 dans le Morbihan, mémoire de maîtrise, Rennes 2, 1996, p. 65.

24 Rapport du préfet du Morbihan au ministre de l'Intérieur daté du 4 janvier 1935, arch. dép. du Morbihan M1762.

25 Sur les luttes agraires, l'activité du parti socialiste et des instituteurs socialisants de la région de Pontivy, nous renvoyons à notre article, « Luttes paysannes et implantation socialiste dans l'arrondissement de Pontivy (années 1930) », à paraître en 2008 dans Recherche socialiste.

26 Chanson dédiée à Philipot Ernest, datant du 23 avril 1914 et signée « Un Enfant de troupe des Andelys », en référence à l'engagement d'Ernest Philipot à l'école militaire préparatoire d'infanterie des Andelys. Arch. dép. du Morbihan M4719.

27 Extrait d'une affiche électorale signée Philipot, 1914, arch. dép. du Morbihan M4719.

28 Philipot, commis de la Marine à Brest, « ne s'la foule guère, toujours en congés », en outre « depuis sa naissance, Marianne a casqué. Pour sa subsistance, toul l' mond' a versé. »

29 Voir Yves Lambert qui étudie les évolutions religieuses, politiques et sociales à Limerzel dans Dieu change en Bretagne. La religion à Limerzel de 1900 à nos jours, Paris, Éditions du Cerf, 1985, p. 177.

30 Expression de Mgr Gouraud, évêque de Vannes, qui recommande une neuvaine de communions mensuelles de septembre 1923 à mai 1924 « pour obtenir que les élections législatives qui auront lieu à cette époque soient selon le cœur de Dieu. Les puissances de l'Enfer semblent se liguer pour faire triompher le mal, mais elles ne peuvent rien contre l'efficacité de la prière ». Cité par Yves Lambert, Dieu change en Bretagne, op. cit., p. 179.

31 Voir les développements de l'affaire dans Claude Geslin, Jacqueline Sainclivier, La Bretagne dans l'ombre de la IIIe République (1880-1939), op. cit., p. 84.

32 Voir Corinne Bonafoux-Verrax, à la droite de Dieu. La Fédération nationale catholique, 1924-1944, Paris, Fayard, 2004, p. 18 et suiv., ainsi que la carte p. 573. Pour une approche plus précise, voir David Bensoussan, « Les socialistes vus par la droite : le bloc agraire dominant face à la SFIO dans les années 1930 », article à paraître en 2008 dans Recherche socialiste.

33 Il intervient au congrès de Montrouge en décembre 1938. « La politique de l'entente franco-allemande, [...] si elle réussit, pourra enfin créer une atmosphère de concorde et de détente internationales qui, à la longue, rendra inutiles les pactes d'assistance mutuelle auxquels notre pays a donné sa signature. » Cité par Olivier Wieviorka, Les orphelins de la République. Destinées des députés et sénateurs français (1940-1945), Paris, Le Seuil, 2001, p. 28.

34 Rapport du préfet du Morbihan, non daté, arch. dép. du Morbihan 2W14379.

35 Rapport du préfet du Morbihan, daté de janvier 1941, arch. dép. du Morbihan 2W14379.

36 C'est l'un des 9 parlementaires socialistes nommés au Conseil national sur 188 conseillers en 1941 ; en 1942, après l'élimination de 6 d'entre eux, il reste conseiller avec Paul Faure et René Brunet. Dans Marc Sadoun, Les socialistes sous l'Occupation. Résistance et collaboration, Paris, Presses de la FNSP, 1982, p. 62-63.

37 Lettre d'Emmanuel Svob adressée au préfet et note jointe datées du 30 janvier 1941. Arch. dép. du Morbihan 2W15743.

38 Rapport du préfet du Morbihan daté de décembre 1940, arch. dép. du Morbihan 2W15743.

39 On se reportera aux développements de Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Mayenne, Imprimerie de la Manutention, 1991, p. 321-324 et p. 426.

40 Voir à ce sujet Roger Leroux, Le Morbihan en guerre, op. cit., p. 406-407, mais aussi Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, Éditions Ouest-France, 1989, p. 126.

41 Il s'agit de Joseph Rollo qui est arrêté le 31 mars 1944. Il est remplacé par Jean-Louis Le Coutaller, qui démissionne en raison de ses activités militaires sur le front de la poche de Lorient. Lui succèdent Pierre Jaffrenou, puis Jean Daniel, professeur au collège Jules-Simon (Vannes).

42 Dont Emmanuel Svob qui réintègre la mairie de Lorient en septembre 1944.

43 La ville de Lorient illustre les affrontements politiques entre les deux grands partis de gauche. On peut rappeler qu'en 1945 les socialistes et les communistes font liste commune contre les modérés et permettent l'élection d'Emmanuel Svob. En janvier 1946, Julien Le Pan lui succède. Il est réélu en 1947 grâce à l'appoint de voix MRP, RPF et radicales contre le candidat communiste (en tête en nombre de suffrages). En 1951 une partielle permet l'élection du communiste Louis Le Samedy, la ville est reconquise en 1953 par Jean Le Coutaller.

44 Voir par exemple la petite commune rurale de Concoret dans l'arrondissement de Vannes évoquée par Jean-Jacques Monnier, Le comportement politique des Bretons, 1945-1994, Rennes, PUR, 1994, p. 83 et suiv.

45 Il faut aussi y ajouter des querelles entre les molletistes, menés par Jean Le Coutaller, qui entament une prise de contrôle de la fédération dominée alors par Julien Le Pan. En mars 1951 Julien Le Pan démissionne de la SFIO. Il n'abandonne pas la politique car on le retrouve candidat lors d'élections locales et adhérent du RPF. Son parcours n'est d'ailleurs pas unique, sur ce sujet voir notre article, « Les mouvements gaullistes dans le Morbihan, 1946-1958 », Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, juillet-août 2005, p. 251-304.

46 Par exemple Charles Le Samedy, maire PCF de Lorient (1951-1953), était militant SFIO avant 1940, Jean Boulay maire communiste de Lanester (1945-1953), était également socialiste et secrétaire des Jeunesses socialistes.

47 Jean-Noël Retière cite dans son étude un Lanestérien, ouvrier à l'arsenal, conseiller municipal dans une équipe communiste (1959-1971). « Moi, ce qui m'a donné un choc, c'est le coup de L'Hévéder, et puis après, c'est de voir un gars comme Boulay qu'avait été notre secrétaire aux jeunesses socialistes devenir communiste... » cité dans Identités ouvrières, op. cit., p. 163-164.

48 Notice individuelle dressée par la préfecture du Morbihan datée de 1955, arch. dép. du Morbihan 2W13854.

49 Citation de Janick Le Fort, La Fédération socialiste SFIO du Morbihan 1947-1958, mémoire de maîtrise, Rennes, 1995, p. 65-66.

50 Par exemple, en 1956, 18 000 visiteurs se pressent au IVe Salon de l'Éducation nationale. Pour plus de précisions on se reportera au travail de Janick Le Fort, La Fédération socialiste SFIO, op. cit., p. 66 et suiv.

51 L'échec de la prise de contrôle des structures syndicales agricoles au niveau national est également patent, malgré l'ardeur réformatrice du ministre Tanguy Prigent. Voir l'article d'Édouard Lynch, « Les socialistes et l'action agricole à la Libération : espoirs et désillusions », dans Serge Berstein, Frédéric Cépède, Gilles Morin, Antoine Prost (dir.), Le parti socialiste entre résistance et république, op. cit., p. 139-156, notamment les pages 146 et suiv. Voir aussi la biographie rédigée par Christian Bougeard, Tanguy Prigent, paysan ministre, Rennes, PUR, 2002, p. 179 et suiv.

52 Citation extraite de la synthèse publiée par la fédération socialiste, 1905-2005, les socialistes à la conquête du Morbihan, supplément au n° 20 du Rappel du Morbihan, 1er septembre 2005, p. 9.

53 Notamment Jean-Louis Le Coutaller qui disparaît en octobre 1960.

54 Dans la sixième circonscription, celle d'Hennebont, en 1973 on recensait une seule section et 50 militants et en 1978 huit sections et 240 militants, Ouest-France du 3 mars 1978.

55 Par exemple le Finistère avec le poids politique de Tanguy Prigent, voir notamment l'ouvrage dirigé par Maurice Lucas, Les socialistes dans le Finistère (1905-2005), op. cit., p. 209.

56 Un article de Ouest-France du 11 mars 1978 se fait l'écho de ces préventions mais le ton est cependant favorable au candidat. On y parle de « son éloquence, (de) son intelligence ».

57 Qui a élu sans interruption le MRP Paul Ihuel de 1936 à 1978.

58 Sur toutes ces questions voir Gérard Le Bouédec (dir.), Le Morbihan de la Préhistoire à nos jours, op. cit., p. 458 et suiv. Les chiffres sont extraits du tableau p. 479.

59 Dans un cadre nettement plus rural on peut se référer aux analyses d'Yves Lambert pour la commune de Limerzel, voir notamment la progression du vote socialiste et ses explications dans Dieu change en Bretagne, op. cit., p. 344.

60 Pour des développements plus précis il faut se référer à l'étude de Bertrand Frélaut, Histoire de Vannes, op. cit., notamment les p. 105 et suiv. et à Jean-Pierre Leguay (dir.), Histoire de Vannes et de sa région, Toulouse, Éditions Privat, 1988, p. 275 et suiv.

61 Jean-Jacques Monnier parle même d'un « repli sur le milieu enseignant public », dans Jean-Jacques Monnier, Le comportement politique des Bretons, op. cit., p. 220.

62 Informations extraites de La Liberté du Morbihan du 14 mars 1967.

63 Informations extraites de Ouest-France du 20 mars 1978.

64 Ouest-France daté du 16 novembre 1971.

65 Voir leurs portraits dans 1905-2005, les socialistes à la conquête du Morbihan, op. cit., p. 12.

66 Voir par exemple le succès de la grève du lait du 23 mai au 4 juin 1972, que le président de la FDSEA considère en 1976 comme le meilleur exemple de conscientisation des agriculteurs, ou celui de la manifestation du 11 janvier 1978 à Vannes qui rassemble entre 8 000 et 10 000 agriculteurs. Dans Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, op. cit., p. 331-332, voir aussi le tableau des résultats aux élections des chambres d'agriculture en 1983 et 1989, p. 333.

67 Renseignements extraits de Robert Fort, Ils ont révolutionné le monde rural. L'aventure de la JAC en Bretagne (1930-1970), Brest, Éditions Le Télégramme, 2001, p. 197, 207-208, 230 et 236.

68 Citation d'un entretien réalisé en 1976 dans Jean-Baptiste Jego, Un visage de socialisme en Morbihan, mémoire de maîtrise, IEP de Paris, 1976, p. 72.

69 Ouest-France daté du 25 février 1978.

Table des illustrations

Titre Carte 1 : La diffusion d'un socialisme municipal dans le Morbihan, 1909-1959
Légende Sources : Rapports préfectoraux des élections municipales, archives départementales du Morbihan. Réalisation : Christophe Rivière, 2005.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4202/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Tableau 1 : Résultats comparés, Parti socialiste/PCF/PSU aux élections législatives dans le Morbihan 1902-2002 (en % des suffrages exprimés au premier tour)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4202/img-2.png
Fichier image/png, 20k
Titre Tableau 2 : Les adhérents socialistes dans le Morbihan 1905-199413
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4202/img-3.png
Fichier image/png, 14k
Titre Tableau 3 : Les professions des candidats socialistes aux élections législatives dans le Morbihan 1902-2002
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4202/img-4.png
Fichier image/png, 9,5k
Titre Chanson dédiée à Philipot Ernest, datant du 23 avril 1914 et signée « Un Enfant de troupe des Andelys »
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4202/img-5.png
Fichier image/png, 516k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540