Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Première partie. Au temps de la SFIO en Bretagne (1905-1969)

Les adhérents bretons de la SFIO, 1951-1963

Fabien Conord

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Les résultats des trois enquêtes sont conservés à l'Office universitaire de recherches socialistes (...)
  • 2 Marc Sadoun, « Sociologie des militants et sociologie du parti. Le cas de la SFIO sous Guy Mollet  (...)
  • 3 Pierre Rimbert, « Le parti socialiste SFIO », dans Partis politiques et classes sociales en France (...)
  • 4 Afin de distinguer communes rurales et urbaines, nous avons utilisé les recensements généraux de l (...)

1La SFIO a réalisé plusieurs enquêtes sur ses adhérents au cours de l'après-guerre afin d'établir leur sociologie, en 1951, 1954 et 1963. Ces trois enquêtes livrent quatre types de renseignements1. Une distinction est tout d'abord établie, dans le nombre des adhérents de la section, entre hommes et femmes. Des tranches d'âge sont ensuite délimitées, avec le nombre d'adhérents qui relèvent de chacune d'elles ; malheureusement, ces tranches diffèrent d'une enquête à l'autre. Des regroupements ne sont réalisables que pour certaines tranches d'âge. Les adhérents du parti sont classés de manière assez complexe en fonction de leurs catégories professionnelles, mais aussi de leurs secteurs d'activité (secteur public, secteur nationalisé, secteur privé). Ces secteurs se combinent avec le niveau de qualification : ouvriers, employés, mais aussi cadres, pour l'enquête de 1963 où « les classes d'âge sont affinées » et « l'étude des CSP est menée avec plus d'attention — par la création d'une catégorie “cadres” et une désignation plus judicieuse des agriculteurs2 ». Enfin, une série de renseignements plus aléatoires informe le lecteur sur la détention de mandats par des membres de la section, l'exercice de responsabilités syndicales et associatives par certains adhérents, et l'existence d'une presse militante. L'idéologie qui sous-tend ces enquêtes est teintée d'un ouvriérisme certain. Un militant socialiste a joué un rôle central dans la réalisation de ces enquêtes, et s'est livré à l'interprétation des résultats de l'enquête de 1951 : il s'agit de Pierre Rimbert3. Ces questionnaires, adressés par la direction nationale de la SFIO, devaient être remplis par chaque secrétaire de section. En 1951 et 1954, les trois quarts des fédérations ont envoyé des réponses à la direction nationale. Pour la plupart d'entre elles, peu de sections sont mentionnées. En 1963 une vingtaine de fédérations ont renvoyé des questionnaires remplis ; en Bretagne, seule l'Ille-et-Vilaine a fourni une réponse. Le nombre (plusieurs centaines) et la répartition des sections mentionnées sur le territoire national semblent offrir une vision assez fidèle de la SFIO. En revanche, à l'échelle de la Bretagne, si les deux premières enquêtes peuvent refléter la sociologie des adhérents en 1951 et 1954, le problème est évident pour 1963, puisque nous disposons des résultats pour seulement six sections, toutes implantées dans le même département, l'Ille-et-Vilaine. C'est donc essentiellement pour les deux premières enquêtes que nous pouvons esquisser trois types de comparaison, qui font l'objet de ce travail : entre la France et la Bretagne, tout d'abord, puis entre départements bretons, et enfin entre villes et campagnes bretonnes4. Nous présenterons successivement les résultats de chaque enquête, avant de nous livrer à une brève comparaison dans le temps, qui nous conduira à dégager quelques traits d'ensemble débouchant, non sur une conclusion à proprement parler, mais sur une synthèse nécessairement partielle et prospective.

1951

  • 5 Pour la section de Concarneau, seule la structure par âge des adhérents figure dans le carton d'ar (...)

2Pour l'enquête de 1951, nous disposons des réponses de 20 sections bretonnes en ce qui concerne l'âge, et de 19 pour les professions5. Ces 20 sections comprennent 643 adhérents, sur un total de 4 475 adhérents, soit 14,37 % de l'ensemble. À l'échelle départementale, les fédérations du Finistère et du Morbihan sont celles où le poids des adhérents mentionnés est le plus important, et donc le plus significatif, avec 16,98 % et 31,5 % du nombre total d'adhérents. Une seule section est recensée dans la Loire-Inférieure, avec sept adhérents, alors que la fédération en compte 650 en 1950 (1,08 %).

Tableau 1 : Enquête 1951

Tableau 1 : Enquête 1951
  • 6 Christian Bougeard, Gilbert Gramoullé, Maurice Lucas, Jean-Jacques Urvoas, Les socialistes dans le (...)

3Note6

4Les villes bretonnes sont assez bien représentées avec Lorient, Douarnenez, Saint-Malo, une section de Brest. L'absence de Nantes et de Rennes nous prive malheureusement d'une vue d'ensemble des adhérents urbains de la SFIO en Bretagne. Parmi les vingt sections recensées, six sont implantées dans une commune rurale (deux pour les Côtes-du-Nord, deux dans le Finistère, Pontchâteau en Loire-Inférieure et une dans le Morbihan). Dans chaque département, plusieurs arrondissements sont représentés, à l'exception de la Loire-Inférieure. Les huit sections du Morbihan se partagent par moitié entre les arrondissements de Lorient et de Pontivy.

5Les adhérents mentionnés représentent 1,10 % de la population de Carantec, 2,77 % de celle de Trédrez-Locquémeau et 4,57 % de la population de Saint-Jean-du-Doigt. En fait, les membres de ces sections n'habitent pas forcément les communes où elles sont implantées, ce qui restreint la portée de tels calculs. Ils traduisent toutefois le poids d'une section, l'occupation de l'espace qui peut être la sienne lorsqu'elle se réunit.

  • 7 Pour les données nationales, nous avons suivi Pierre Rimbert, « Le parti socialiste SFIO », art. c (...)

Tableau 2 : Comparaison France-Bretagne 19517

Tableau 2 : Comparaison France-Bretagne 19517
  • 8 Nous rappelons qu'il n'y a que 19 sections pour lesquelles les professions des adhérents sont indi (...)

6Note8

7Ce corpus se distingue assez peu du corpus national en ce qui concerne la part des femmes. Celles-ci sont un peu moins nombreuses en Bretagne qu'en France, mais la différence est faible (respectivement 10,89 % et 12,1 %).

8Les adhérents âgés de moins de 25 ans sont proportionnellement plus nombreux qu'en France, mais si l'on additionne tous les moins de 40 ans, ceux-ci ne représentent qu'un quart environ des adhérents bretons de la SFIO, alors qu'ils dépassent les 30 % pour la France. Corrélativement, les adhérents âgés de plus de 40 ans comptent pour les trois quarts des adhérents bretons, et pour un peu moins de 70 % en France.

9Trois catégories peuvent être distinguées à l'aune de cette comparaison. Certaines professions apparaissent nettement sous-représentées en Bretagne : c'est le cas des ouvriers, et à un moindre degré, des employés et « fonctionnaires ». Au total, les salariés, qui pèsent pour 58 % dans la SFIO, ne comptent que pour 37,61 % en Bretagne. Il est vrai que trois des grandes villes de la région ne sont pas présentes dans les réponses à l'enquête de 1951. De plus, il est bon de souligner que les moyennes nationales sont très différentes selon que l'on y inclut ou non trois grosses fédérations, au profil très atypique au sein du parti socialiste d'alors, le Nord, le Pas-de-Calais et la Seine.

10Les agriculteurs, artisans, commerçants et professions libérales sont légèrement mieux représentés en Bretagne que dans le reste du pays. Surtout, les retraités sont presque trois plus nombreux en Bretagne qu'en France ! C'est particulièrement vrai pour les Côtes-du-Nord et le Morbihan, avec plus de 32 % de retraités dans les deux cas. Les autres fédérations comptent 26 ou 27 % de retraités environ. Une seule section, Gourin, ne compte aucun retraité dans ses rangs ; dans une autre section du Morbihan, Hennebont, l'on en dénombre un seul, sur 17 adhérents. Partout ailleurs, le pourcentage est considérable, dépassant 30 % dans 10 sections bretonnes sur 19, et même 50 % dans trois d'entre elles, situées dans trois départements différents, Pléneuf, Le Relecq-Kerhuon et Lanester. Cette catégorie pèse un poids assez proche dans toute la région.

11Il en va de même pour les artisans et commerçants ; que l'on soit dans le Finistère ou dans l'Ille-et-Vilaine, dans une section urbaine ou dans une section rurale, l'on dénombre entre 13 et 18 % d'artisans et de commerçants, soit une variation relativement faible par rapport aux autres catégories. Toutes les sections ont des artisans et commerçants parmi leurs adhérents. Pour deux d'entre elles, leur poids est conséquent : 7 membres sur 15 à Locminé et 8 sur 28 à Carantec.

12Enfin, compte tenu peut-être des réponses dont nous disposons, le poids des agriculteurs apparaît très différent d'un département à l'autre : 3,45 % dans l'Ille-et-Vilaine (mais l'essai statistique porte sur deux sections, dont Saint-Malo) et 7,26 % dans le Morbihan, où l'essentiel des sections recensées sont urbaines. Dans les Côtes-du-Nord et le Finistère, les agriculteurs représentent respectivement 13,92 et 16,34 % de l'ensemble. Il semble, au vu de l'historiographie et de la géographie électorale bretonne d'alors, que ces chiffres traduisent assez fidèlement la réalité de deux départements où l'implantation rurale du socialisme est nettement plus forte que dans le reste de la Bretagne. Parmi les 19 sections bretonnes recensées en 1951, 10 ne comptent aucun adhérent agriculteur. Certes, une telle absence est compréhensible à Brest, Douarnenez, Hennebont ou Lorient, mais la section rurale de Pontchâteau offre la même configuration. D'ailleurs, même lorsqu'ils sont présents, les agriculteurs pèsent un poids très faible dans les sections, à trois exceptions près. En tête de celles-ci, vient Saint-Jean-du-Doigt, fief de Tanguy Prigent, où la moitié des 40 adhérents sont agriculteurs. Ces derniers sont encore nombreux à Baud (16 adhérents sur 42) et Gourin (5 adhérents sur 25), dans le Morbihan.

Pratiques militantes

13L'enquête de 1951 permet aussi une approche des pratiques militantes grâce à la mention de la périodicité des réunions de section, et de l'évaluation du public qui y assiste. Dans les Côtes-du-Nord, selon les secrétaires de section, les réunions attirent quatre adhérents sur huit à Pléneuf, 12 sur 43 à Plouha, et 15 à 20 sur 28 à Trédrez-Locquémeau. L'assiduité est donc faible et accuse un manque de dynamisme assez net. À Plouha, les réunions de section sont mensuelles, alors qu'elles ne sont que trimestrielles dans les deux autres communes. Le militantisme des adhérents bretons est certainement assez limité, en raison peut-être de leur appartenance à des fédérations qui peuvent elles-mêmes manquer de vigueur. Un courrier de Georges Brutelle au secrétaire fédéral de l'Ille-et-Vilaine, en date du 6 février 1952, observe que le département compte 73 sections pour 361 communes (soit environ 20 %) et regrette que « 111 communes de plus de 1 000 habitants et 8 cantons entiers [n'aient] aucune section. Nous ne perdons pas de vue évidemment les difficultés particulières auxquelles vous avez à faire face dans un département comme le vôtre. Nous pensons néanmoins que le moment est propice pour essayer d'étendre quelque peu notre réseau de sections ». De surcroît, le responsable national déplore la baisse du nombre d'adhérents : 700 en 1949, et 435 seulement en 1951. Malheureusement, pour l'enquête qui suit, celle de 1954, trois ans plus tard, nous ne disposons pas des résultats de l'Ille-et-Vilaine, qui nous auraient peut-être permis une évaluation de cette fédération.

1954

  • 9 La liste de ces sections fait l'objet de l'annexe 2.
  • 10 10. Parmi celles-ci, les données concernant la section de Gourin n'ont été prises en compte que po (...)

14En effet, en 1954 seules deux fédérations bretonnes ont répondu à l'enquête : les Côtes-du-Nord et le Morbihan, avec 14 % des sections dans les deux cas9. La ventilation par arrondissements donne les résultats suivants : Lorient quatre et Pontivy quatre ; dans les Côtes-du-Nord, sept sections dans l'arrondissement de Saint-Brieuc, quatre dans celui de Lannion, trois dans celui de Dinan et deux dans l'arrondissement de Guingamp. 16 sections sur 24 sont implantées dans des communes rurales. Parmi elles, 14 se rencontrent dans les Côtes-du-Nord (sur 17) et deux dans le Morbihan (sur huit10), ce qui permet d'opposer, schématiquement, une fédération rurale et une fédération urbaine.

15Les adhérents mentionnés ne représentent 1 % ou plus de la population des communes dans lesquelles ils sont implantés que dans quatre cas ; il s'agit toujours de communes rurales des Côtes-du-Nord : Binic (1,01 % de la population), La Roche-Derrien (1,07 %), Boqueho (1,99 %) et Trédrez-Locquémeau (2,65 %).

16Le pourcentage de femmes est plus faible qu'en 1951, de 2 % environ. Le pourcentage des adhérents âgés de moins de 40 ans accuse une baisse assez prononcée, d'un cinquième (il passe de 25 à 18 %).

17Les sections bretonnes comptent beaucoup moins d'ouvriers (13 % environ contre un tiers pour la SFIO), et un peu moins d'employés que l'ensemble du pays (un sixième contre un cinquième). Le pourcentage d'agriculteurs, lui, est à peu près équivalent (un dixième environ dans ces sections bretonnes contre 8 % en France). La Bretagne compte nettement plus d'artisans et de commerçants (16 % et 11,9 %) et surtout trois fois plus de professions libérales que la moyenne nationale (6,65 % contre 2,6 %). Cette surreprésentation des médecins, avocats... soulève la question de la dimension notabiliaire des socialistes bretons.

18Pour l'enquête de 1954, chaque fédération devait fournir au secrétariat général une fiche de synthèse sur sa sociologie. En ce qui concerne les Côtes-du-Nord et le Morbihan, ces fiches font état d'un total respectif de 242 et 371 adhérents. Les pourcentages globaux des différentes catégories socioprofessionnelles sont à peu près les mêmes que ceux des sections étudiées grâce à leurs réponses, à l'exception des artisans et commerçants qui semblent un peu surreprésentés dans notre corpus, et surtout des retraités, deux fois plus nombreux qu'en Bretagne. Cette différence est peut-être due à l'absence de « sans profession » dans certaines sections, où les adhérents relevant de ces catégories ont pu être classés parmi les retraités s'ils étaient âgés.

19À l'échelle de la fédération, quelques différences sont assez accusées : ainsi, le Morbihan, représenté par les sections d'Hennebont ou de Lorient, compte 16 % d'ouvriers, soit deux fois plus que les Côtes-du-Nord voisines. Le pourcentage d'employés, lui, est presque semblable, ce qui peut indiquer la présence dans les sections rurales de ce dernier département de bon nombre d'instituteurs, de postiers, d'employés divers. Les agriculteurs semblent ne pas peser très lourd dans ces sections rurales, car le pourcentage d'agriculteurs, qui est de 8,97 % dans le Morbihan, n'est que de 12,81 % dans les Côtes-du-Nord, où la plupart des sections recensées relèvent pourtant des campagnes. Il est vrai que les artisans et commerçants y pèsent plus de 17 %, contre 13 % dans le Morbihan. Enfin, les retraités, qui comptent pour 15 % dans le Morbihan, représentent le premier groupe parmi les adhérents des Côtes-du-Nord, avec plus de 34 %. Un gros tiers de retraités, voilà qui caractérise, au premier abord, cette fédération en 1954. À Pléneuf, quatre adhérents sur cinq sont retraités. Dans les Côtes-du-Nord, six sections sur 18 sont majoritairement composées de retraités. Une section du Morbihan est dans le même cas.

20Les « fermiers et métayers » sont toujours 16 sur 42 à Baud ; l'on n'en rencontre qu'un seul à Auray (sur 30 adhérents), et aucun autre dans le Morbihan, où cinq sections sur sept ne comptent pas de fermiers et métayers dans leurs rangs. 7 sections sur 17 sont dans le même cas dans les Côtes-du-Nord. Les cultivateurs se comptent tout de même 9 sur 20 à Boqueho, 4 sur 11 à Merdrignac, 4 sur 9 à Plouguiel, et 2 sur 6 à Rostrenen. Ailleurs, leur présence est souvent de l'ordre de l'unité. Les responsables locaux de la SFIO en Bretagne sont amenés à rectifier les rubriques proposées par la direction nationale du parti. Ainsi, à la rubrique « fermiers ou métayers », est ajoutée la mention manuscrite « ou propriétaires ». Le décalage entre les présupposés d'un appareil marqué par l'ouvriérisme et les réalités de l'implantation rurale de la SFIO semble considérable à la lecture de ces modifications.

21Les artisans et commerçants se comptent toujours 7 sur les 15 adhérents de la SFIO à Locminé, 4 à Hennebont (malgré une perte de 2 adhérents pour l'ensemble de la section par rapport à 1951) et 12 sur 42 à Baud. Dans les Côtes-du-Nord, seules 2 sections sur 18 ne comptent pas d'artisans et de commerçants parmi leurs membres (Lantic et Plouguiel). Ces catégories pèsent surtout d'un poids important à Étables-sur-Mer (6 adhérents sur 12) et à Ploubalay (3 sur 8).

Pratiques militantes et réseaux

22Les commentaires des secrétaires de section, inscrits au crayon ou à la plume au bas des questionnaires, laissent apparaître un militantisme peu dynamique. Le correspondant de Quemper-Guezennec écrit au secrétariat général de la SFIO : « Je m'empresse de vous informer qu'il n'existe pas de section à Quemper-Guezennec et que seuls trois adhérents prennent leurs timbres. » À Ploubalay, le parti ne semble guère plus vivant puisque figure l'annotation suivante : « Pas de réunions, aucun camarade n'y assiste. » À La Roche-Derrien, la section ne se réunit que « quand des questions importantes sont à traiter ». À Trégrom, les adhérents se rencontrent « avant les congrès fédéraux ». À Baud, les réunions sont « très irrégulières et il est difficile de faire rentrer les cotisations ». Certaines exagérations sont parfois visibles dans les courriers adressés à la direction nationale ; dans les annotations mentionnées ici, le propos est sobre, et d'autant plus crédible. Il s'agit d'un constat dont la sécheresse même atteste d'une situation difficile. Le parler vrai des responsables locaux est, en revanche, représentatif de la liberté de ton qui caractérise la correspondance entre le secrétariat général de la SFIO et ses représentants dans les fédérations.

23Malgré la faiblesse des pratiques militantes, la culture socialiste peut être fermement attestée ; c'est le cas à Kérity, où « la section possède son drapeau », ce que souligne de deux traits le secrétaire.

24L'investissement des adhérents socialistes dans des fonctions électives ou des pratiques militantes diverses (syndicalisme, coopération.) peut être, sinon mesuré avec précision, du moins appréhendé grâce aux dernières rubriques du questionnaire fourni en 1954. Les secrétaires de section doivent indiquer le nombre d'adhérents exerçant des mandats de conseillers municipaux, de maires et de conseillers généraux, ainsi que ceux qui occupent des responsabilités dans le syndicalisme (avec une distinction entre syndicats de salariés et de travailleurs indépendants), la coopération et, ensemble hétérogène, les « organisations de jeunesse, sports, loisirs et tourisme ».

  • 11 11. AN F/1cII/437, Côtes-du-Nord.

25Neuf sections sur 26 (soit un petit tiers) ne comptent aucun conseiller municipal dans leurs rangs. Les conseillers municipaux ne constituent une majorité des membres de la section qu'à La Roche-Derrien. Leur poids est toutefois conséquent à Auray, avec 20 adhérents sur 42, à Plouguiel (4 sur 9) et Trégrom (2 sur 6). Une seule section comprend un maire, et trois un conseiller général. Or, trois sections des Côtes-du-Nord sont implantées dans des communes dont le maire arbore l'étiquette SFIO à l'issue des élections municipales de 195311 : Boqueho, Lantic et Plouguiel ; pourtant, seule la section de Lantic indique un maire parmi ses adhérents. Il est probable que les édiles de Boqueho et Plouguiel, socialistes de convictions et de notoriété publique, n'éprouvent pas le besoin d'appartenir à la SFIO.

26Les militants exerçant des responsabilités dans les organisations de travailleurs salariés sont très peu nombreux dans les Côtes-du-Nord, ce qui se conçoit aisément en raison de l'implantation rurale des sections représentées. La faiblesse de leur nombre dans le Morbihan semble plus étonnante. Aucun responsable syndical parmi les adhérents d'Hennebont ou de Lorient, voilà qui traduit une carence lourde de signification pour un parti qui revendique l'étiquette ouvrière. La seule mention du nom d'une confédération apparaît à La Roche-Derrien, où le seul militant doté de responsabilités syndicales l'est à Force ouvrière.

27La SFIO n'est guère mieux représentée, en apparence, dans les instances des syndicats de travailleurs indépendants (agriculture, artisanat, commerce). Quatre sections dans les Côtes-du-Nord et deux dans le Morbihan affirment compter des responsables de ces organisations dans leurs rangs. Il est vrai que le syndicalisme agricole en Bretagne ne passe guère pour être sensible aux idées socialistes, en dehors de quelques zones de force absentes de cette carte d'implantation de sections (nous pensons au Nord-Finistère).

28La coopération n'attire guère, semble-t-il, dans les Côtes-du-Nord, où un seul adhérent exerce des responsabilités dans une coopérative, alors que huit militants SFIO en sont dirigeants dans le Morbihan, répartis sur trois sections. Gourin et Lanester, avec trois et quatre membres dans ce cas, paraissent particulièrement sensibles à cette forme d'engagement.

  • 12 12. Christian Bougeard, Tanguy Prigent, paysan ministre, Rennes, PUR, 2002, p. 211.

29Les organisations de loisirs, de tourisme, de jeunesse et de sport, enfin, n'occupent le temps libre que d'un seul adhérent de la SFIO dans les Côtes-du-Nord, parmi ceux qui apparaissent dans les sources disponibles. Trois d'entre eux s'y investissent dans le Morbihan (deux à Baud, un à Gourin). Lors du congrès de la SFIO en mai 1952, Kléber Loustau, rapportant les questions agricoles et rurales, regrettait l'absence d'investissement des militants du parti dans les foyers ruraux, qualifiés de « réalisation spécifiquement socialiste », et dont la création avait été vivement encouragée par Tanguy Prigent12. À la lumière de l'enquête de 1954, les leaders agricoles de la SFIO semblent avoir prêché dans le désert. Il conviendrait peut-être de nuancer le propos en examinant attentivement la composition des équipes dirigeantes des foyers ruraux en Bretagne. Il est possible que certains d'entre eux soient animés par des sympathisants socialistes, dépourvus de cartes d'adhérents. De surcroît, il faut souligner à nouveau combien nous sommes tributaires d'une source incomplète, puisqu'elle ne traite pas de toutes les sections de la SFIO.

1963

  • 13 13. La liste de ces sections (avec l'arrondissement et le canton dont elles relèvent) fait l'objet (...)
  • 14 14. L'enquête SFIO datant de 1963, nous avons utilisé les chiffres du recensement général de la po (...)

30Parmi les résultats de l'enquête conduite en 1963 figure une seule fédération bretonne, celle d'Ille-et-Vilaine, qui ne renvoie d'ailleurs que bien peu de réponses puisque six sections à peine sont mentionnées : Dinard, Dol-de-Bretagne, La Guerche-de-Bretagne, Redon, Roz-sur-Couesnon et Saint-Méen-le-Grand13. Ces sections sont réparties entre les arrondissements de Saint-Malo, Rennes et Redon. Parmi elles, une seule est implantée dans une commune rurale, à Roz-sur-Couesnon. Le taux de pénétration des sections d'Ille-et-Vilaine est très faible, puisque nulle part une section n'atteint 1 % de la population de la commune où elle est implantée14. Or, ce taux d'adhésion est régulièrement dépassé dans les sections du Sud-Ouest en 1963.

31Le nombre trop peu élevé des membres de la SFIO recensés ne permet pas de réaliser des pourcentages crédibles, puisque l'effectif total n'est que de 61 adhérents. Nous nous risquerons pourtant à estimer la part des femmes, des différentes tranches d'âge et des diverses professions, à seule fin de les confronter à des moyennes nationales portant, elles, sur 10 664 adhérents.

32L'on ne compte que trois femmes sur 61 adhérents, soit, si l'on se risque à un pourcentage pour un effectif bien faible, 4,92 %, quand la moyenne nationale s'établit à 9,2 %, ce qui constitue un sévère débours à l'encontre des femmes. La composition des six sections considérées ici apparaît donc nettement plus masculine que la SFIO dans son ensemble. Elle se singularise également par le poids considérable des adhérents âgés de plus de 55 ans, qui pèsent plus de 60 % quand ils n'en représentent que 35,64 % en France. Dans toutes les tranches d'âge, le poids des adhérents de la SFIO est moindre en Ille-et-Vilaine à ce qu'il est en France. L'on ne compte aucun membre du parti socialiste de moins de 25 ans dans ces sections, alors que 2,84 % des adhérents de la SFIO à l'échelle nationale relèvent de cette catégorie.

Tableau 3 : 1963 : comparaison France et Ille-et-Vilaine

Tableau 3 : 1963 : comparaison France et Ille-et-Vilaine
  • 15 Denis Lefebvre, « Guy Mollet : un unitaire dans les années 60. 1963 l'année charnière », dans B. M (...)

33Note15

  • 16 Nous insistons sur le fait que ces pourcentages portent sur un effectif de 61 adhérents, et n'ont (...)

34Note16

35Les proportions sont semblables pour les professions libérales, le commerce et les « autres secteurs du privé ». En revanche, la fonction publique est peu présente, et le secteur nationalisé totalement absent.

36Le pourcentage de cadres est à peu près le même, celui d'employés est nettement inférieur, et celui des ouvriers largement supérieurs à la moyenne nationale. La présence ouvrière est exclusivement le fait des ouvriers de l'industrie et du bâtiment, car les autres secteurs (public, nationalisé, commerce et « autres secteurs du privé ») ne comptent aucun ouvrier. Ce recrutement est surtout visible à Redon (10 adhérents sur 15) et à La Guerche-de-Bretagne (5 adhérents sur 12). L'une des limites de l'enquête doit être soulevée ici : l'on ne connaît pas la taille des entreprises qui emploient ces ouvriers. S'agit-il de structures artisanales, ou bien d'une firme plus importante ? La présence de trois artisans à Redon incite à privilégier, pour cette section au moins, la première hypothèse. Le milieu de l'industrie et du bâtiment continuerait ici à constituer un réceptacle favorable aux idées de gauche.

37Le monde agricole, avec un cinquième des adhérents actifs, semble plus présent qu'en France. Il convient toutefois de nuancer un peu ces données car, si l'on distrait le Pas-de-Calais, le monde agricole devient plus important dans la moyenne nationale que dans l'Ille-et-Vilaine. Il est permis de parler de « section agricole » à Roz-sur-Couesnon, qui compte 6 agriculteurs sur 10 adhérents. Il faut d'ailleurs ajouter aussitôt que trois autres membres de la section sont retraités ; il est donc possible qu'ils soient eux-mêmes d'anciens exploitants agricoles.

38Le pourcentage de retraités représente le double de la moyenne nationale. Toutefois, il varie considérablement d'une section à l'autre. Les retraités ne sont pas représentés à Dol-de-Bretagne, et très peu nombreux à Redon et Saint-Méen-le-Grand ; ils constituent, en revanche, un tiers à la moitié des adhérents dans les sections de Dinard, La Guerche-de-Bretagne et Roz-sur-Couesnon.

Comparaisons

39Les différences de rubriques entre les enquêtes successives et le fait que les sections, et même les fédérations, représentées varient, invalident certaines comparaisons entre 1951, 1954 et 1963. Nous pouvons en revanche esquisser quelques pistes, et confronter plus particulièrement les données des sections qui apparaissent à plusieurs reprises.

Le nombre : une stabilité trompeuse ?

40En ce qui concerne le nombre des adhérents, nous ne pouvons proposer de comparaison que pour les sections mentionnées en 1951 et 1954, ou 1951 et 1963, puisque les fédérations recensées en 1954 et 1963 ne coïncident pas.

41Entre 1951 et 1954, trois types de section se distinguent : celles dont le nombre d'adhérents diminue (Pléneuf et Trédrez-Locquémeau, toutes deux dans les Côtes-du-Nord), celles dont le nombre est identique les deux années (Baud, Hennebont, Lanester, Locminé et Pontivy dans le Morbihan) et enfin la section de Lorient, qui augmente ses effectifs, passant de 141 à 150 adhérents. Le faible nombre d'années qui sépare les deux enquêtes explique aisément la relative stabilité de l'ensemble. Il pourrait en aller autrement de la comparaison entre 1951 et 1963, que séparent une grosse décennie et des changements politiques d'envergure (nous songeons surtout ici à la création du PSA, puis du PSU, qui a rencontré un succès certain dans certaines sections bretonnes).

42Une seule section est mentionnée à la fois en 1951 et en 1963, La Guerche-de-Bretagne, en Ille-et-Vilaine, qui compte 14 adhérents en 1951, et 12 en 1963. L'on ne peut tirer d'enseignement de ce seul exemple. Notons simplement la permanence de l'effectif des membres d'une section ordinaire, située dans une grosse bourgade, apparemment peu affectée par les évolutions, pourtant considérables, du tournant des années 1960.

Le ratio homme/femme

  • 17 17. Ainsi, en 1954, 9 des 13 sections recensées dans l'Allier ne comprennent aucune adhérente ; il (...)

43Les femmes sont présentes dans 15 sections sur 20 en 1951. Leur poids est réel à Carantec (10 sur 28), Saint-Malo et Locminé (3 sur 15), et à Trédrez-Locquémeau (8 sur 28). En 1954, les femmes sont présentes dans 17 sections sur 24 ; elles sont 3 sur 10 à La Roche-Derrien, 6 sur 25 à Trédrez-Locquémeau, 4 sur 20 à Boqueho, et 3 sur 15 à Locminé. Leur poids n'apparaît pas très conséquent, comme en France. En revanche, leur présence est assez générale puisqu'une nette majorité des sections compte des éléments féminins. Une telle situation ne se retrouve pas dans toutes les régions17.

L'âge : un vieillissement prononcé

Tableau 4 : Le poids des adhérents de moins de 40 ans

Tableau 4 : Le poids des adhérents de moins de 40 ans

44Les tranches d'âge n'étant pas les mêmes pour les enquêtes de 1951 et 1954 d'une part, et de 1963 d'autre part, il n'est pas permis de comparer systématiquement l'âge des adhérents de la SFIO. Il est heureusement possible de le faire pour les plus jeunes, puisque l'on peut additionner certaines catégories, jusqu'à 40 ans. L'évolution est nette : le pourcentage des moins de 30 ans est en diminution constante, leur poids étant divisé par trois entre 1951 et 1963, avec une baisse de grande ampleur dès l'intervalle 1951-1954 ; la part des 30-40 ans va s'amenuisant elle aussi ; au total, la place des moins de 40 ans accuse un net recul puisqu'elle diminue de moitié en 12 ans. Il semble qu'entre 1951 et 1954 aucun jeune n'ait adhéré à la SFIO dans les sections recensées ces deux années, et pour lesquelles il est loisible de confronter les catégories.

Les professions : une comparaison délicate

  • 18 Marc Sadoun, « Sociologie des militants... », art. cit., p. 350.

45En France, en 1954, par rapport à l'enquête de 1951, « le pourcentage des retraités augmente sensiblement, les agriculteurs sont davantage présents, les ouvriers du privé et, à un moindre degré, les employés du privé régressent18 ». En Bretagne, le poids des agriculteurs a plutôt diminué.

46Leur poids relativement peu élevé, y compris dans les sections rurales, pourrait laisser supposer que nombre de retraités étaient, peut-être, d'anciens exploitants agricoles. Pourtant, cette hypothèse n'est guère satisfaisante. En effet, les enquêtes de 1951 et 1954 ont lieu avant la création du Fonds national de solidarité par le gouvernement Guy Mollet. Quant à l'enquête de 1963, elle est juste contemporaine de la mise en place de l'indemnité viagère de départ (IVD), dont les effets ne peuvent encore se faire sentir. Donc, a priori, les agriculteurs ne sont pas très nombreux parmi les retraités. En effet, l'enquête réalisée par le ministère de l'Intérieur sur les maires élus en 1953 révèle que nombre de maires exercent la profession d'agriculteur à l'âge de la retraite. Il est donc probable que les retraités bretons soient plutôt d'anciens salariés, ce qui conduirait à réévaluer la part de ces derniers par rapport aux travailleurs indépendants. Le principal enseignement statistique demeure le poids considérable des retraités.

47Les professions libérales sont présentes dans 7 sections sur 19 en 1951 et 7 sections sur 25 en 1954 ; une seule section, sur les 6 dont les résultats sont disponibles pour 1963, en recense parmi ses membres.

Conclusion

48Nous avons souligné plus haut les limites de la comparaison, qui rendent difficile une interprétation globale. Il est toutefois possible de dégager quelques enseignements de l'analyse de ces réponses. Un trait distingue nettement le corpus breton de la moyenne nationale, avec régularité, quel que soit l'échantillon disponible et la date de l'enquête ; il s'agit du poids des adhérents âgés et retraités par rapport à l'ensemble des adhérents français. La faible place des agriculteurs, y compris si l'on considère les seules sections rurales où cette profession est peu représentée par rapport à l'ensemble des sections rurales françaises, constitue un autre élément qui singularise ce corpus. En creux, cette esquisse sociologique permet de prendre la mesure du renouveau intervenu dans les années 1970. Entre 1951 et 1963, l'on observe un double décalage, entre la sociologie de ces adhérents et celle des élus locaux, et entre ces adhérents et la population bretonne du moment. Ce travail trace les limites d'une approche limitée à un seul type d'enquête ou de corpus. La sociologie des adhérents de la SFIO, telle qu'elle apparaît à la lumière des enquêtes présentées ici, ne suffit pas à restituer la richesse et la complexité du socialisme en Bretagne au cours de l'après-guerre. Elle diffère profondément de la sociologie des élus municipaux de 1953, qu'expose Gilles Morin dans ce même ouvrage. Une telle limite illustre la nécessité de regards croisés sur une force politique, conduisant à examiner tout à la fois son électorat, ce qui est parfois malaisé, ses adhérents, pour peu que l'on dispose d'enquêtes fiables à leur sujet, et ses représentants élus, dont la sociologie peut combiner les traits distinctifs des deux catégories qui précèdent.

Annexes

Annexe 1 : Liste des sections bretonnes pour lesquelles nous disposons des résultats de l'enquête de 1951

Annexe 1 : Liste des sections bretonnes pour lesquelles nous disposons des résultats de l'enquête de 1951

Annexe 2 : Liste des sections bretonnes pour lesquelles nous disposons des résultats de l'enquête de 1954

Annexe 2 : Liste des sections bretonnes pour lesquelles nous disposons des résultats de l'enquête de 1954

Annexe 3 : Liste des sections bretonnes pour lesquelles nous disposons des résultats de l'enquête de 1963

Annexe 3 : Liste des sections bretonnes pour lesquelles nous disposons des résultats de l'enquête de 1963

Notes

1 Les résultats des trois enquêtes sont conservés à l'Office universitaire de recherches socialistes (OURS).

2 Marc Sadoun, « Sociologie des militants et sociologie du parti. Le cas de la SFIO sous Guy Mollet », Revue Française de Science Politique, juin 1988, p. 348-369, p. 349. En 1951 et 1954, il n'y avait pas de rubrique « propriétaires » pour les professions agricoles.

3 Pierre Rimbert, « Le parti socialiste SFIO », dans Partis politiques et classes sociales en France, Paris, Armand Colin, cahier n° 74, FNSP, p. 195-207.

4 Afin de distinguer communes rurales et urbaines, nous avons utilisé les recensements généraux de la population de 1946 pour l'enquête de 1951, de 1954 pour l'enquête de 1954 et de 1962 pour l'enquête de 1963. Nous avons respecté le critère de l'INSEE le plus restrictif, celui qui fixait à 2 000 habitants agglomérés au chef-lieu la limite entre une commune rurale et une commune urbaine.

5 Pour la section de Concarneau, seule la structure par âge des adhérents figure dans le carton d'archives conservé à l'OURS. La liste de ces sections est reproduite dans l'annexe 1.

6 Christian Bougeard, Gilbert Gramoullé, Maurice Lucas, Jean-Jacques Urvoas, Les socialistes dans le Finistère (1905-2005), Rennes, Apogée, 2005, p. 183.

7 Pour les données nationales, nous avons suivi Pierre Rimbert, « Le parti socialiste SFIO », art. cité.

8 Nous rappelons qu'il n'y a que 19 sections pour lesquelles les professions des adhérents sont indiquées.

9 La liste de ces sections fait l'objet de l'annexe 2.

10 10. Parmi celles-ci, les données concernant la section de Gourin n'ont été prises en compte que pour le nombre d'adhérents et leur investissement dans des associations, syndicats et conseils municipaux.

11 11. AN F/1cII/437, Côtes-du-Nord.

12 12. Christian Bougeard, Tanguy Prigent, paysan ministre, Rennes, PUR, 2002, p. 211.

13 13. La liste de ces sections (avec l'arrondissement et le canton dont elles relèvent) fait l'objet de l'annexe 3.

14 14. L'enquête SFIO datant de 1963, nous avons utilisé les chiffres du recensement général de la population de 1962 pour établir ces taux.

15 Denis Lefebvre, « Guy Mollet : un unitaire dans les années 60. 1963 l'année charnière », dans B. Ménager, Ph. Ratte, J.-L. Thiébault, R. Yandenbussche, C.-M. "Wallon-Leducq (éd.), Guy Mollet, un camarade en République, Lille, Presses universitaires de Lille, 1987, p. 105-126, p. 108..

16 Nous insistons sur le fait que ces pourcentages portent sur un effectif de 61 adhérents, et n'ont qu'une valeur d'indicateur.

17 17. Ainsi, en 1954, 9 des 13 sections recensées dans l'Allier ne comprennent aucune adhérente ; il en est de même pour 7 des 12 sections du Lot-et-Garonne.

18 Marc Sadoun, « Sociologie des militants... », art. cit., p. 350.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Enquête 1951
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4200/img-1.png
Fichier image/png, 10k
Titre Tableau 2 : Comparaison France-Bretagne 19517
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4200/img-2.png
Fichier image/png, 21k
Titre Tableau 3 : 1963 : comparaison France et Ille-et-Vilaine
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4200/img-3.png
Fichier image/png, 9,5k
Titre Tableau 4 : Le poids des adhérents de moins de 40 ans
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4200/img-4.png
Fichier image/png, 6,8k
Titre Annexe 1 : Liste des sections bretonnes pour lesquelles nous disposons des résultats de l'enquête de 1951
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4200/img-5.png
Fichier image/png, 26k
Titre Annexe 2 : Liste des sections bretonnes pour lesquelles nous disposons des résultats de l'enquête de 1954
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4200/img-6.png
Fichier image/png, 36k
Titre Annexe 3 : Liste des sections bretonnes pour lesquelles nous disposons des résultats de l'enquête de 1963
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4200/img-7.png
Fichier image/png, 11k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540