Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Première partie. Au temps de la SFIO en Bretagne (1905-1969)

La SFIO en Bretagne (1918-1969)

Christian Bougeard

Termini per la ricerca

Indice geografico :

France

Testo integrale

  • 1 Voir la communication de Jacqueline Sainclivier.

1S'intéresser aux cinq fédérations bretonnes de la SFIO sur une période aussi longue (un demi-siècle), du bref essor de l'après-Première Guerre mondiale à la disparition du parti né en 1905, ne peut se faire que par un survol rapide qui doit permettre de dégager les grandes tendances d'évolution sans en approfondir l'analyse et les explications. La variation du nombre d'adhérents peut être un bon indicateur des évolutions, progrès et reculs, d'un parti plus ou moins bien inséré dans une société bretonne encore profondément rurale. Comme pour toutes les forces politiques, l'histoire de la SFIO est tributaire de la situation nationale et internationale (guerres, crises) et des rapports de force internes au parti. Toutefois, les fédérations bretonnes ne pèsent jamais très lourd dans le parti au niveau national. L'enracinement électoral progressif des socialistes, qui se fait au détriment des radicaux-socialistes, encore limité dans la région du Cartel des gauches au Front populaire, est conforté à la Libération et dans les années 1950 mais avec une forte concurrence communiste. C'est un autre moyen de cerner l'implantation de la SFIO dans la région. Mais les années 1960 voient l'étiolement du vieux parti de Jaurès durement concurrencé par le PSU qui connaît un certain essor, surtout dans les Côtes-du-Nord et le Finistère1. Dans cette histoire de la SFIO en Bretagne, il est possible de dégager trois grandes phases qui n'ont rien d'original.

De la scission du congrès de Tours à la rapide reconstruction de la SFIO

  • 2 Jacqueline Sainclivier, L'Ille-et-Vilaine 1918-1958. Vie politique et sociale, Rennes, PUR, 1996, (...)
  • 3 Jean Pascal, Les députés bretons de 1789 à 1983, Paris, PUF, 1983, p. 458-459.

2Après un quasi-effacement des fédérations bretonnes pendant la Première Guerre mondiale – la SFIO est tombée de 1 959 adhérents en 1913 à 1 322 en 1918 (22 cartes seulement dans les Côtes-du-Nord) —, la reprise est d'abord lente en 1919 et elle s'accélère en 1920 portée par le mécontentement, les luttes sociales et les espoirs de la Révolution bolchevique. Les adhésions montent à 2 879 en 1919 et 4 150 en 1920 (dont 1 500 dans le Finistère). Mais en octobre 1920, en dépit de ces progrès (triplement en deux ans), la Bretagne ne représente que 2,32 % des adhérents du PSU-SFIO en France et les socialistes sont bien isolés dans une population de 3 180 000 habitants (en 1921). Pourtant, lors des élections législatives de novembre 1919, au scrutin proportionnel de liste départementale et avec des listes incomplètes, la progression est marquée avec trois députés sur 45 (Émile Goude et Hippolyte Masson élus dans le Finistère, Albert Aubry en Ille-et-Vilaine). Malgré la virulente campagne antibolchevique, la modération du discours socialiste chargé de rassurer l'électorat a été d'autant plus payante que des listes républicaines et laïques de centre gauche constituaient un obstacle. Les listes du PSU-SFIO ont recueilli 10,96 % des suffrages exprimés en moyenne en Bretagne (20,8 % dans le Finistère et 12,38 % en Ille-et-Vilaine2) et même 12,19 % pour les têtes de liste3. Au niveau municipal, en dehors de Brest, plusieurs villes sont gagnées dans le Finistère et il y a des élus dans quelques villes d'Ille-et-Vilaine et du Morbihan (avec les radicaux) sans oublier le renforcement du pôle nazairien. Le PSU passe de deux à cinq conseillers généraux (deux réélus à Brest, plus Morlaix, Rennes-Sud et Saint-Nazaire). Encore modeste, l'implantation socialiste se renforce dans les villes industrielles et portuaires. Et la progression se poursuit en 1924 avec 12,2 % des voix en Bretagne (14,8 % pour les têtes de listes) alors que les listes du PCF obtiennent 1,70 %. Toutefois la SFIO ne conserve que ses deux députés finistériens.

  • 4 Jacqueline Sainclivier, L'Ille-et-Vilaine 1918-1958, op. cit., p. 96-99.
  • 5 Christian Bougeard, Le choc de la guerre dans un département breton : les Côtes-du-Nord des années (...)
  • 6 Christian Bougeard, Tanguy Prigent, paysan ministre, Rennes, PUR, 2002, p. 24-25.

3En effet, la poussée socialiste de l'après-guerre a été brisée par la scission du congrès de Tours. Si les fédérations socialistes de Bretagne ont été majoritairement favorables à l'adhésion à la IIIe Internationale communiste, les situations locales sont souvent confuses (Côtes-du-Nord) et les divisions profondes (les Nantais révolutionnaires face aux Nazairiens réformistes qui rejettent l'adhésion à 90 %). De toute façon, elles n'ont pas pesé bien lourd dans la décision (108 mandats au total contre 721 pour la seule fédération de la Seine). Mais ce qui frappe, c'est que la plupart des cadres les plus anciens de la SFIO et des élus ont décidé de rester au sein de la « vieille maison». C'est le cas de E. Goude et d'H. Masson dans le Finistère, d'Emmanuel Svob et Louis Cren dans le Morbihan, d'Augustin Hamon et d'Hippolyte Pasquiou dans les Côtes-du-Nord, d'A. Aubry et E. Quessot en Ille-et-Vilaine4. La décision a parfois même été prise en décembre 1920 avant la tenue du congrès de Tours (dans les Côtes-du-Nord et le Finistère), certains groupes espérant encore en janvier 1921 le maintien de l'unité socialiste après le vote majoritaire en faveur de la SFIC. C'est sans doute ce qui explique une rapide reconstruction de la SFIO, le processus étant accéléré dans les Côtes-du-Nord par une élection législative partielle le 17 avril 1921 (cinq députés sont entrés au Sénat)5. Le Morbihan a plus de mal à se réorganiser, de même que l'Ille-et-Vilaine du fait de la forte personnalité de Louise Bodin qui dirige le PCF et de l'arrivée de Charles Tillon. Mais l'action des principaux cadres porte ses fruits, surtout dans le Finistère (1 100 cartes en 1921). En 1921 la SFIO conserve un peu plus de la moitié de ses effectifs de l'année précédente et ils ont doublé en 1925 pour s'accroître encore en 1926 avec la dynamique militante enclenchée par la victoire du Cartel des gauches (voir le tableau 1) alors que les effectifs du PCF-SFIC ne cessent de diminuer. La fédération du Finistère connaît la progression la plus remarquable, passant de 1 100 membres en 1921 à 2 510 en 1926 et de 89 sections en 1923 à 141 (sur 300 communes) en mai 1924 selon les sources internes. Le territoire départemental paraît bien quadrillé. Et la création en avril 1925 d'une section à Saint-Jean-du-Doigt (19 adhérents) par Tanguy Prigent, un jeune paysan de 15 ans et demi, est emblématique de l'essor imputable à la victoire du Cartel des gauches et sans doute à la réactivation de l'affrontement rouges contre blancs6.

  • 7 Sources : congrès de la SFIO. Chiffres aimablement transmis par Gilles Morin et Frédéric Cépède de (...)

Tableau 1 : L'évolution des effectifs de la SFIO en Bretagne de 1921 à 19267

Tableau 1 : L'évolution des effectifs de la SFIO en Bretagne de 1921 à 19267
  • 8 Pierre Brigand, La fédération socialiste SFIO du Finistère (1908-1969), thèse, Rennes 2, 2002. Les (...)

4Cette reconstruction relativement rapide en Bretagne permet d'augmenter provisoirement le poids de ses fédérations dans le parti (4,48 % en 1921 et même 5,5 % en 1923) mais le mouvement s'essouffle (4,71 % en 1926) et est enrayé (3,1 % en 1930) par l'échec du Cartel des gauches, les fortes tensions sur la question scolaire dans la région et les crises internes comme « l'affaire Goude» à Brest. À la suite des élections sénatoriales de 1929, E. Goude démissionne du parti en 1929 et en est exclu ; malgré ses demandes, il ne sera jamais réintégré8. Dans le Finistère, cette crise qui oppose les deux députés sur la question de la participation ministérielle qui a la faveur de Goude, se traduit par un recul considérable des effectifs qui passent de 2 510 en 1925 à 1 070 en 1931. La première fédération bretonne (29,3 % des effectifs en 1930) est dépassée par celle de Loire-Inférieure et en passe d'être rattrapée par celle du Morbihan, toutes deux en plein essor. Depuis le milieu des années 1920, tensions et luttes de courants sont fréquentes au sein des fédérations, d'abord sur les orientations à suivre (participation ou soutien ou non aux gouvernements à direction radicale). Mais les rivalités personnelles pour le leadership ne sont pas absentes comme dans le Finistère. Parfois aussi, les luttes de courants recoupent des sensibilités enracinées géographiquement comme dans les Côtes-du-Nord où la région briochine qui soutient Octave Brilleaud (élu maire de Saint-Brieuc en 1931) s'oppose aux Trégorrois beaucoup plus à gauche, emmenés par Augustin Hamon. Alors que la SFIO a atteint 5 250 socialistes encartés en 1926 en Bretagne, elle retombe à 3 525 en 1929 (perte d'un tiers). Au total, quand les effectifs nationaux ont été multipliés par 2,6 de 1921 à 1931, ils n'ont pas même doublé dans la région (voir le tableau 2).

  • 9 L'OURS. Congrès de la SFIO.

Tableau 2 : L'évolution des effectifs de la SFIO en Bretagne de 1927 à 19319

Tableau 2 : L'évolution des effectifs de la SFIO en Bretagne de 1927 à 19319
  • 10 On est passé de 144 sections en 1926 à 56 en 1933.

5La reconstruction rapide de la SFIO contre un PCF de plus en plus isolé par sa bolchevisation, puis sa tactique « classe contre classe», et un radicalisme notabilisé permet aux socialistes d'occuper un espace électoral, plus que proprement militant, à gauche. En outre, au milieu des années 1920, leur influence tend à sortir du milieu ouvrier et des fonctionnaires urbains et portuaires pour s'enraciner dans des régions de tradition bleue (Trégor, Centre Bretagne bretonnant), voire même dans le monde rural (Trégor). Grâce aux alliances électorales de Cartel des gauches, des socialistes entrent en 1925 dans des municipalités rurales. La SFIO se renforce en 1925 dans son bastion brestois (les trois conseillers généraux et les trois conseillers d'arrondissement), gagne Rennes, Lorient enlevée aux radicaux, Saint-Nazaire, Kéryado (banlieue de Lorient), conserve Lanester et Trignac. Mais en 1929 le reflux est marqué (perte de Rennes, de Lorient, de Morlaix mais gain de Landerneau). Surtout, la SFIO perd son emblématique bastion brestois au profit du radical Victor Le Gorgeu allié aux modérés, puis un canton en 1931. Après « l'affaire Goude», qui reste soutenu par la SFIO aux élections législatives de 1932, la relance de la SFIO par H. Masson se fait à partir de la région de Morlaix avec des hommes nouveaux (Guy Le Normand, puis le jeune Tanguy Prigent)10. Pour ne pas perdre le pouvoir municipal, les radicaux modérés préfèrent souvent s'allier avec le centre droit, voire la droite dans les villes, ce qui affaiblit la SFIO. Le nombre de conseillers municipaux socialistes est encore marginal en 1929 (34 en Ille-et-Vilaine, 40 à 50 dans les Côtes-du-Nord).

  • 11 Nathanaëlle Moisan, La fédération SFIO du Morbihan durant l'entre-deux-guerres, maîtrise d'histoir (...)
  • 12 Bourgot est élu au second tour dans une triangulaire avec les voix de la droite et du centre.

6Pourtant, des succès électoraux peuvent soutenir l'essor des fédérations comme c'est le cas en Loire-Inférieure avec l'élection à la députation de François Blancho en 1928 et dans le Morbihan avec celle de Louis L'Hévéder à Lorient en 1930 puisque les effectifs doublent de 1930 à 1931-193211. À Nantes et en Basse-Loire, la liste du Nazairien Gautier avait obtenu 21,75 % des voix en 1924 (34,3 % dans la future circonscription de Saint-Nazaire) contre la liste centriste d'Aristide Briand (républicain socialiste plus ou moins estampillé Cartel des gauches). Dans ce département, l'ouvrier chaudronnier François Blancho, responsable de la CGT, incarne la relève des générations : en 1925 il est élu conseiller général puis maire de Saint-Nazaire, et devient député en 1928 en gagnant une triangulaire. En 1928 la progression électorale de la SFIO est sensible dans toute la région, notamment dans les Côtes-du-Nord (15,68 % des voix avec cinq candidats pour huit sièges). Avec le retour au scrutin d'arrondissement, la SFIO aurait pu enlever un troisième siège de député dans le Finistère, à Morlaix 1, sans la dissidence du conseiller général François Bourgot qui s'est présenté contre le maire de la ville et le candidat du parti Guillaume Châtel soutenu par les radicaux-socialistes12. Un quatrième siège dans la région est enlevé par Louis L'Hévéder, conseiller général de Pont-Scorff (1929) le 4 mai 1930. Il est rejoint au conseil général du Morbihan par Emmanuel Svob, l'ancien maire de Lorient, la même année. Dans la région lorientaise, c'est sur le terreau radical, en s'appuyant sur les réseaux laïques et en obtenant le vote ouvrier que la SFIO s'enracine durablement. Lors de la grande dépression, l'affaiblissement des effectifs militants n'empêche pas des progrès qui vont se concrétiser avec le Front populaire. À la fin des années 1920, en Bretagne, c'est la SFIO qui s'est imposée dans son duel avec le PCF.

La SFIO du Front populaire à la guerre

7Au début des années 1930, en dépit des difficultés économiques et sociales et des crises internes, la SFIO connaît un certain essor car elle bénéficie à partir de 1934, comme le parti communiste, de la dynamique du Front populaire. En 1932 en Bretagne comme dans le pays, ce sont les radicaux-socialistes qui bénéficient de la poussée électorale à gauche (13 sièges). Cette poussée au premier tour se fait au détriment des candidats socialistes. La SFIO gagne pourtant un second siège en Loire-Inférieure, avec l'élection du conseiller général Eugène Leroux à Nantes 2-Chantenay.

  • 13 Elle est de 31,2 % dans le Finistère.

8Il est difficile de mesurer l'impact réel de la scission néo-socialiste en 1933-1934. Les Côtes-du-Nord sont touchées par le départ des Brilleaud, le père Octave le 30 juin 1934, un proche de Renaudel qui sera néanmoins réélu maire de Saint-Brieuc en 1935 à la tête d'une liste d'union des gauches, et le fils Pierre, qui a été brièvement secrétaire fédéral. Ils rejoignent le Parti socialiste de France (PSdF) bientôt transformé en Union socialiste et républicaine (USR). Mais la crise reste circonscrite à la région briochine. En revanche, Goude, déjà hors du parti, ne rejoint pas son ami Renaudel et la forte baisse des effectifs en 1934 ne semble pas directement liée à cette crise. De même dans le Morbihan où, derrière L'Hévéder, ami de Marcel Déat, le courant Renaudel-Déat était presque majoritaire, la discipline et la volonté unitaire l'emportent. La fédération perd pourtant en 1934 12,2 % de ses adhérents de 1932 et la dissidence ne paraît pas négligeable, contrairement à l'Ille-et-Vilaine, car aux élections municipales de 1935 à Lorient le PSdF compte six candidats sur la liste conduite par E. Svob qui reprend Lorient. Même si on ne voit guère de traces de ce PSdF en Bretagne, la baisse des adhérents à la SFIO y est forte (moins 19,8 % en 1934)13, ce qui dément les affirmations de la presse socialiste selon lesquelles la scission néo-socialiste n'aurait pas eu de conséquences. Il s'agit sans doute de la non-reprise de cartes dans une année de crise profonde (politique, économique et sociale).

9Pourtant, les mobilisations politiques et sociales des forces de gauche (syndicats et partis) en riposte au 6 février 1934, de manière rapidement unitaire (dès le printemps 1934 dans le Trégor, en Finistère comme dans les Côtes-du-Nord, et à Concarneau), puis la dynamique du Front populaire tendent à gommer la crise néo-socialiste même si les communistes sont les principaux bénéficiaires de ce rapprochement des deux partis se réclamant du marxisme. Les élections municipales de 1935 ne sont pas très favorables pour les socialistes bretons notamment dans le Finistère (échec à Brest, perte d'Audierne et de Ploujean). En Ille-et-Vilaine, il ne reste plus qu'une dizaine de conseillers municipaux (un seul à Rennes). Certes, la SFIO reprend Lorient, mais son seul succès notable est la prise de Nantes avec Pageot en alliance avec les radicaux. Car sur les 220 communes de Loire-Inférieure, les socialistes ne dirigent que six cités ouvrières.

10La dynamique unitaire porte pourtant ses fruits aux élections législatives de 1936. Dans un affrontement gauche-droite, bloc contre bloc, le centre gauche est laminé : les candidats de la SFIO s'imposent souvent au premier tour contre des radicaux-socialistes. La SFIO enlève huit sièges en Bretagne contre six aux radicaux-socialistes (14 sortants). Des socialistes sortants sont confortés dans leur bastion (à Lorient, à Saint-Nazaire et à Nantes 2) mais des hommes nouveaux prennent la relève : Jean-Louis Rolland dans la circonscription de Goude à Brest et le jeune Tanguy Prigent (26 ans) à Morlaix 1. Les socialistes ont recueilli près du quart de l'électorat au premier tour mais H. Masson a été battu par la droite à Châteaulin 2. Le fermier Philippe Le Maux, qui comme son voisin de Saint-Jean-du-Doigt s'est fait connaître dans les luttes syndicales et paysannes contre les ventes-saisies et le dorgérisme, est élu à Lannion. Mais le principal succès est acquis en Loire-Inférieure avec quatre députés (22,2 % des inscrits au premier tour alors que le PCF n'en a recueilli que 1,82 %). Auguste Pageot, le maire de Nantes, et Maurice Thiéfaine l'ont emporté au second tour avec toutes les voix de la gauche en battant les députés sortants de droite et du centre droit. Dans la Basse-Loire urbaine et industrielle, la SFIO poursuit la récupération de l'héritage électoral de la gauche républicaine laïque et radicale en bénéficiant de la grande faiblesse du PCF.

  • 14 Un en Ille-et-Vilaine (Quessot depuis 1919 à Rennes Sud-Est), 2 dans le Morbihan, 2 dans les Côtes (...)
  • 15 Goude avait pourtant le soutien de la SFIO et du PCF, mais c'est un PDP qui l'emporte.

11Mais la progression aux élections législatives de 1936 ne doit pourtant pas faire illusion car les difficultés persistent en Haute-Bretagne. En Ille-et-Vilaine, la SFIO ne peut guère présenter de candidats aux élections cantonales que dans trois ou quatre cantons urbains, à Rennes, à Saint-Malo ou à Fougères, sauf en 1937 (neuf). Pendant l'entre-deux-guerres, 29 cantons sur 43 n'ont eu aucun candidat socialiste : on est bien là en terre de mission dans les campagnes. La représentation dans les conseils généraux reste encore très faible mais elle double, passant de 7 sièges en 1934 à 12 en 1937 (plus deux proches)14. Avec la défaite de Goude à Brest15 et malgré l'élection du jeune Tanguy Prigent à Lanmeur, la SFIO est tombée à deux sièges dans le Finistère en 1934 mais en a gagné deux en 1937. En Loire-Inférieure, les quatre députés socialistes siègent en 1937 dans une assemblée dominée par les aristocrates conservateurs. Le Front populaire a permis l'élargissement de l'enracinement électoral socialiste mais il s'est fait le plus souvent au détriment des radicaux-socialistes qui perdent du terrain dans les municipalités et les conseils généraux. Il s'agit parfois plus d'un glissement de l'électorat de centre gauche laïque vers les socialistes, voire le PCF, que d'une véritable progression.

  • 16 Rapports du 36e congrès national du PS (Nantes, mai 1939), Paris, Librairie populaire.

12La période du Front populaire s'est aussi traduite sur le plan militant par des adhésions nouvelles. Après le redressement de 1935, les fédérations de Bretagne ont vu leurs effectifs augmenter fortement : de 6 866 en 1936 (plus 60,8 %) à 10 240 en 1937 (encore plus 49,1 %) avant le tassement de 1938 (moins 6,8 %) (voir le tableau 3). La hausse est particulièrement forte dans les Côtes-du-Nord et le Morbihan (triplement de 1935 à 1937), moins nette dans les trois autres fédérations (doublement). Pendant cette période, les Jeunesses socialistes se développent (2 022 adhérents en 1938 dont la moitié en Loire-Inférieure) mais les femmes sont peu nombreuses (quelques dizaines seulement). L'essor du Front populaire s'inscrit bien sûr dans un processus national si bien qu'à la fin de 1938 les 9 537 adhérents des cinq fédérations bretonnes pèsent bien peu à côté des 22 850 adhérents de celle du Nord. La région n'est pas parvenue à rééquilibrer son poids dans le parti puisqu'elle ne compte que 3,45 % des sections et 3,45 % des mandats correspondant aux effectifs16. La scission du PSOP en 1938 a peu d'effets dans la région. Mais, face aux menaces de guerre, les socialistes sont de plus en plus divisés entre les « pacifistes» et les partisans de la fermeté face à Hitler considérés comme « bellicistes», auxquels les blumistes se sont ralliés après les accords de Munich. Très proche de Paul Faure, L'Hévéder dans le Morbihan incarne le premier courant tandis que Tanguy Prigent, qui rejoint le groupe Agir au début de 1939, illustre le second. Tout en voulant préserver l'unité du parti, les socialistes sont profondément divisés au moment de la mobilisation en 1939, même si les vieux militants non mobilisés tentent de préserver la presse fédérale jusqu'à la débâcle.

  • 17 D'après les congrès socialistes.

Tableau 3 : L'évolution des effectifs de la SFIO en Bretagne de 1932 à 193917

Tableau 3 : L'évolution des effectifs de la SFIO en Bretagne de 1932 à 193917
18

13De nombreux socialistes bretons s'engagent dans les réseaux et les mouvements de Résistance mais, selon la distinction de Jean-Marie Guillon, il s'agit bien plus de résistants socialistes que de socialistes résistants. En effet, à la différence du PCF, on ne trouve pas de trace dans les archives d'une propagande socialiste sous l'Occupation, ni de références au Comité d'action socialiste ou au parti socialiste clandestin. Il n'en reste pas moins que des hommes comme Tanguy Prigent dans le Finistère, Heurtier, Commeurec ou Charles Foulon en Ille-et-Vilaine, Yves Lavoquer dans les Côtes-du-Nord ou Le Coutaller dans le Morbihan, activent les réseaux de relations, professionnels et syndicaux, associatifs et laïques, pour organiser des mouvements de Résistance en 1942 et 1943. Des socialistes se retrouvent surtout dans Libération-Nord développé par Tanguy Prigent à partir de 1941, mais d'autres rejoignent le Front national (FN) créé par le PCF comme Yves Henry dans les Côtes-du-Nord où le chef du FN est l'instituteur socialiste Jean Devienne. D'ailleurs, certains jeunes socialistes d'avant-guerre vont devenir des cadres et des élus communistes à la Libération (Auguste Le Coënt dans les Côtes-du-Nord). Les résistants socialistes paient un lourd tribut à la répression nazie. Ils se dispersent dans plusieurs organisations et vont jouer un rôle important dans les comités départementaux de la Libération, les comités locaux et les municipalités nommées en 1944. La plupart des responsables fédéraux d'avant-guerre réapparaissent en 1944-1945, assurant la continuité du parti reconstitué à partir d'octobre 1944. La stricte épuration interne de la SFIO permet donc de penser que leur comportement a été patriotique lors des « années noires». Après avoir disparu en 1940, la SFIO peut espérer jouer un rôle politique majeur dans l'après-guerre mais elle va se heurter à la rude concurrence communiste.

La SFIO du bref sursaut de la Libération à sa disparition

14En 1944 la SFIO paraît disposer d'atouts en Bretagne, d'autant plus qu'elle peut compter sur une véritable locomotive en la personne de Tanguy Prigent qui est ministre de l'Agriculture pendant trois ans. Les premières élections locales de 1945 apportent un certain nombre de maires et de conseillers généraux. Mais déjà aux élections cantonales de septembre 1945, le PCF devance parfois en voix la SFIO (Côtes-du-Nord et Finistère). La SFIO obtient 21 sièges sur 218 (9,6 %) contre 18 au PCF. Mais le reclassement à gauche d'hommes élus sous l'étiquette radicale-socialiste permet à la SFIO (qui passe de 6 à 13 élus sur 48 dans les Côtes-du-Nord) d'atteindre 31 conseillers généraux en Bretagne (14,2 %) en 1948-1949 (7 dans le Finistère, 6 dans le Morbihan). De 1947 à

151949, avec l'appui du PCF, le Dr Clech (SFIO) préside le conseil général des Côtes-du-Nord, mais Hippolyte Masson a échoué en 1945 dans la conquête de celui du Finistère.

  • 19 Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, éd. Ouest-France, 1989, p. 148-15 (...)
  • 20 Il est impossible de comparer ces résultats avec l'avant-guerre car en 1936 il n'y avait pas de ca (...)
  • 21 Eugène Reeb remplace J.-L. Rolland dans le Finistère.
  • 22 C'est le cas de Y. Henry dans les Côtes-du-Nord (1946-1948) et d'H. Masson (1946-1955) puis de J.- (...)

16Le choc s'est produit le 21 octobre 1945 lorsqu'à la première Assemblée constituante les socialistes ont été dépassés par les communistes. En Bretagne la SFIO a recueilli un cinquième de l'électorat (20,26 % des voix, 24,6 % au niveau national) devançant à peine le PCF (18,31 %)19. Les résultats s'échelonnent de 23,4 % dans le Finistère à 17,69 % dans le Morbihan. La répartition du vote est plus équilibrée géographiquement qu'en 193620 mais la SFIO n'a plus que sept députés en Bretagne du fait du scrutin proportionnel et elle fait jeu égal avec le PCF. Le radicalisme s'est effondré et c'est le PCF, fortement engagé dans la Résistance, qui a bénéficié de la redistribution des cartes. La continuité est assurée par la réélection de Tanguy Prigent et de Jean-Louis Rolland, tous deux résistants dans le Finistère, et d'Albert Aubry, résistant et déporté, en Ille-et-Vilaine. Des militants d'avant-guerre issus de la Résistance émergent comme Yves Henry, membre du CDL des Côtes-du-Nord, Jean-Louis Le Coutaller, chef FFI dans le Morbihan, Clovis Constant (maire de la Libération à Nantes) et Jean Guitton (maire et conseiller général de Saint-Nazaire) en Loire-Inférieure. La plupart de ces députés vont être réélus jusqu'en 1956 ou 1958. Mais dès le 2 juin 1946, à l'instar de l'évolution nationale, la SFIO recule alors que le PCF progresse. Elle conserve sept députés, la non-réélection de Clovis Constant à Nantes étant compensée par celle d'Antoine Mazier, tête de liste dans les Côtes-du-Nord. L'affaiblissement électoral est plus marqué en novembre 1946 car la SFIO tombe à 15,5 % des voix en Bretagne (six sièges sur 3921), reculant partout, surtout dans le Morbihan et en Loire-Inférieure (12 %), alors qu'elle se maintient à 20,2 % dans les Côtes-du-Nord (un seul siège). Avec 20,5 % des voix et sept députés plus un apparenté, le PCF a nettement pris l'avantage et n'a pas pâti de sa participation gouvernementale dont la SFIO paraît payer le prix fort. Des élus des assemblées constituantes écartés de l'Assemblée nationale accèdent au Conseil de la République de 1946, signe d'une certaine implantation municipale22.

  • 23 Christian Bougeard, « Élites et notables dans les Côtes-du-Nord (années 1930-années 1950) », Annal (...)
  • 24 Christophe Rivière, Approche de la légitimité politique des notables bretons, DEA, UBO, Brest, 200 (...)
  • 25 AD Côtes d'Armor, 1192 W 10. Il y a aussi 45 maires divers gauches.

17Au niveau municipal, les socialistes ont fortement progressé à la Libération. Après les reclassements de 1946, ils ont 70 maires dans le Finistère et les maintiennent (72) en 1947 malgré la poussée du RPF. La situation est comparable dans les Côtes-du-Nord où la SFIO revendique près d'une centaine de maires en 1946 (23,1 %, 28,2 % des conseillers municipaux), conservant 73 mairies (18,7 %) en 194723. Mais en 1947 elle perd des villes (Quimperlé, Morlaix, Lamballe...) même si elle s'ancre durablement dans les petites communes rurales en pays bretonnant (Trégor). Lorient redevient en 1945 une ville dirigée par les socialistes (E. Svob, puis Le Pan) mais les grandes villes leur échappent. La SFIO progresse néanmoins dans le Morbihan sur le terreau radical passant de 3 municipalités en 1935 à 18 (sur 261) en 1945 et à 27 et 29 en 1947 et 1953, puis 27 en 1959 (10,2 %)24. Les campagnes blanches de Haute-Bretagne qui votent pour le MRP ou les indépendants de droite, restent rétives au socialisme : en 1953 il n'y a que 25 maires socialistes en Ille-et-Vilaine. Et le recul se fait sentir dans le Finistère où en 1953 (60 maires SFIO) les maires divers gauches non encartés sont plus nombreux. En 1959 elle passe de 54 à 56 maires. Dans les Côtes-du-Nord, la SFIO résiste mieux sur le plan municipal passant de 83 maires (21,2 %) en 1953 à 76 plus trois PSA en 195925. Cet enracinement municipal solide dans plusieurs zones rurales de tradition bleue est un élément de résistance des sensibilités socialistes sous la Ve République.

  • 26 L'année politique 1949 et 1951.

18Mais le climat de guerre froide, la poussée des droites et du RPF et le fort antagonisme entre socialistes et communistes (maintien au 2e tour) ont fait perdre durablement des sièges dans les conseils généraux : en Bretagne la SFIO tombe à 20 élus plus 4 socialistes indépendants (13 PCF) en 1949 et 13 seulement en 1951 (9 PCF), revenant au niveau de 193726.

19Comme pour les autres partis politiques, la Libération a déclenché un afflux important d'adhésions, la SFIO passant de 15 000 membres en Bretagne en 1945 à 23 097 en 1946, dont près de la moitié dans les Côtes-du-Nord, et à 18 000 en 1947 (voir le tableau 4). Mais le reflux est aussi rapide que la vague d'adhésions dans les années de la guerre froide et des affrontements sur la CED qui divise le parti. De 1949 à 1955, la SFIO retombe dans la région à son niveau du début des années 1930 alors que le PCF résiste mieux à l'érosion militante. Et le bref sursaut provoqué par la victoire du Front républicain et le gouvernement de Guy Mollet en 1956 et 1957 est brisé en 1958 par la disparition de la IVe République et le retour au pouvoir du général de Gaulle qui divise profondément la SFIO. Ces aléas politiques se traduisent aussi dans les résultats électoraux.

  • 27 L'OURS. Congrès de la SFIO.

Tableau 4 : L'évolution des effectifs de la SFIO en Bretagne de la Libération à 195127

Tableau 4 : L'évolution des effectifs de la SFIO en Bretagne de la Libération à 195127
  • 28 La mort d'Albert Aubry le 11 août 1951 réduit le groupe socialiste breton à six membres.
  • 29 Christian Bougeard, « Les Français et la politique du milieu des années 1950 au milieu des années (...)
  • 30 Alexis Le Strat remplace A. Aubry en Ille-et-Vilaine et Hervé Mao Eugène Reeb dans le Finistère.

20En 1951, à l'issue de l'expérience gouvernementale de troisième force, la SFIO regagne un siège en Bretagne en en obtenant deux dans les Côtes-du-Nord (le second pour Alexandre Thomas) grâce à un apparentement avec le MRP et la liste Pleven pour barrer la route au PCF et au RPF28. Pourtant, son affaiblissement régional se poursuit avec 13,38 % des voix seulement pour 18,8 % au PCF. Le passage dans l'opposition de 1951 à 1955 permet un léger redressement en 1956, malgré la présence de 41 listes : dans le cadre du Front républicain, la moyenne régionale des socialistes est de 15,3 % des suffrages exprimés, pour 17,2 % aux communistes29. Mais sa représentation est réduite à cinq sièges car J.-L. Le Coutaller n'est pas réélu dans le Morbihan à cause de l'apparentement des droites et du MRP30 (voir le tableau 5).

  • 31 L'OURS. Congrès de la SFIO.

Tableau 5 : L'évolution des effectifs de la SFIO en Bretagne de 1952 à 196031

Tableau 5 : L'évolution des effectifs de la SFIO en Bretagne de 1952 à 196031

21La ligne de la direction molletiste, soutenue par Tanguy Prigent et J.-L. Le Coutaller entrés au gouvernement en 1956, sur la conduite de la guerre d'Algérie, provoque la montée de l'opposition dans certaines fédérations (Côtes-du-Nord et Ille-et-Vilaine). En 1956 et 1957, Antoine Mazier rejoint l'opposition de gauche au sein du parti et il participera à la scission du PSA en septembre 1958, rejoint l'année suivante par Tanguy Prigent. Les socialistes se divisent sur l'entrée de Guy Mollet dans le gouvernement de Gaulle après le coup du 13 mai et la fédération du Finistère bascule majoritairement dans l'opposition à Guy Mollet. Ils se divisent aussi sur le référendum sur la Constitution de 1958, certains candidats aux élections législatives faisant campagne pour le oui, d'autres pour le non, notamment dans le Finistère. En novembre 1958 tous les candidats socialistes (17 pour 33 sièges à pourvoir) sont battus en Bretagne. La SFIO ne recueille que 11,8 % des voix. Ensuite, concurrencée par le PSU, elle n'a plus guère les moyens de présenter des candidats en dehors de ses bastions urbains. En 1962 elle tombe à 7,6 % des voix même si François Blancho parvient à reconquérir le siège de Saint-Nazaire, transmis à Georges Carpentier en 1967, tout comme Tanguy Prigent (PSU) à Morlaix.

  • 32 Idem.

Tableau 6 : L'évolution des effectifs de la SFIO en Bretagne de 1961 à sa disparition en 196932

Tableau 6 : L'évolution des effectifs de la SFIO en Bretagne de 1961 à sa disparition en 196932
  • 33 Voir la communication de Jean Guiffan.
  • 34 Il s'agit de Georges Carpentier, Christian Chauvel et Yves Allainmat. S'y ajoutent les deux PSU Yv (...)

22Touchée par le départ de dizaines de militants pour le PSA puis le PSU, la SFIO ne cesse de perdre des adhérents en Bretagne de 1959 (2 840) à 1969 (1 131) (voir le tableau 6). Dans les années 1960, en dehors de quelques cadres, le parti s'étiole littéralement, n'ayant pratiquement plus d'activité militante sur le terrain. Pourtant, à partir de 1965 (candidature Mitterrand aux élections présidentielles), un processus de renouveau et de regroupement des forces de la gauche non communiste au sein de la FGDS s'est enclenché dans lequel les derniers cadres fédéraux (Mao dans le Finistère) jouent un rôle. Si la fédération de Loire-Atlantique paraît mieux résister à la délitescence, c'est au prix d'alliances avec les forces du centre et de la droite, et d'un apolitisme et d'un anticommunisme affirmés33. En 1967 trois socialistes-FGDS sont élus députés à Saint-Nazaire et à Nantes 2, ainsi qu'a Lorient34. Seul Georges Carpentier résiste en juin 1968 à la vague gaulliste et de droite. Mais quand la SFIO disparaît lors de la fondation du nouveau PS, des ferments de renaissance du socialisme démocratique sont à l'œuvre en Bretagne et ils porteront leurs fruits en 1973 avec les succès de cinq députés PS et un PSU. La relève générationnelle est incarnée par Charles Josselin à Dinan et Louis Le Pensec à Quimperlé.

Conclusion

  • 35 Voir le texte de Jacqueline Sainclivier.

23De 1918 à 1969 la SFIO a enraciné progressivement les idées socialistes en Bretagne. Ce parti qui a progressé sur le terrain électoral, législatif ou local, a subi les aléas de l'histoire politique nationale en se heurtant à l'hostilité des forces de droite et du centre catholique, très fortes dans les campagnes de tradition blanche de Haute-Bretagne et du Léon, et aussi à la concurrence à gauche du radicalisme dans l'entre-deux-guerres puis du communisme après 1945. Dans son combat politique quotidien, la SFIO a eu beaucoup de mal à élargir son espace politique même si sa défense des valeurs républicaines, des libertés (en 1934 et dans la Résistance) et de la laïcité avec parfois des orientations anticléricales, en a fait l'héritière de la tradition bleue. Ce parti, qui n'a jamais eu beaucoup d'adhérents mais s'est implanté localement après 1945, n'a pas pu (ou su) se renouveler dans les années 1950-1960, notamment parce qu'il n'a pas perçu les enjeux de la décolonisation. La politique algérienne de Guy Mollet a aggravé les fractures de la CED, de même que son ralliement à de Gaulle et à la Ve République en 1958. Des socialistes ont alors quitté « la vieille maison» pour tenter de refonder un socialisme moderne au sein du PSU35. Dans les années 1960 la SFIO, exsangue en Bretagne, n'est plus en prise avec les transformations économiques, sociales, politiques, religieuses et culturelles de la région. Et c'est seulement après 1968-1971 qu'une nouvelle génération de militants va s'investir dans le nouveau PS, mais cela, c'est une autre histoire.

Note

1 Voir la communication de Jacqueline Sainclivier.

2 Jacqueline Sainclivier, L'Ille-et-Vilaine 1918-1958. Vie politique et sociale, Rennes, PUR, 1996, p. 36-39.

3 Jean Pascal, Les députés bretons de 1789 à 1983, Paris, PUF, 1983, p. 458-459.

4 Jacqueline Sainclivier, L'Ille-et-Vilaine 1918-1958, op. cit., p. 96-99.

5 Christian Bougeard, Le choc de la guerre dans un département breton : les Côtes-du-Nord des années 1920 aux années 1950, thèse d'État, Rennes 2, p. 232-237.

6 Christian Bougeard, Tanguy Prigent, paysan ministre, Rennes, PUR, 2002, p. 24-25.

7 Sources : congrès de la SFIO. Chiffres aimablement transmis par Gilles Morin et Frédéric Cépède de l'OURS. Les données des feuillets (cartes) sont arrondies et sont parfois différentes des timbres placés dans les fédérations. Ces données homogènes divergent parfois des données locales fournies par la presse militante.

8 Pierre Brigand, La fédération socialiste SFIO du Finistère (1908-1969), thèse, Rennes 2, 2002. Les socialistes dans le Finistère (1905-2005), Rennes, éd. Apogée, 2005, p. 108-111.

9 L'OURS. Congrès de la SFIO.

10 On est passé de 144 sections en 1926 à 56 en 1933.

11 Nathanaëlle Moisan, La fédération SFIO du Morbihan durant l'entre-deux-guerres, maîtrise d'histoire, Rennes 2, 1999.

12 Bourgot est élu au second tour dans une triangulaire avec les voix de la droite et du centre.

13 Elle est de 31,2 % dans le Finistère.

14 Un en Ille-et-Vilaine (Quessot depuis 1919 à Rennes Sud-Est), 2 dans le Morbihan, 2 dans les Côtes-du-Nord (en incluant O. Brilleaud, USR élu à Saint-Brieuc midi), 4 dans le Finistère (plus un socialiste indépendant) et 4 en Loire-Inférieure (2 en 1934).

15 Goude avait pourtant le soutien de la SFIO et du PCF, mais c'est un PDP qui l'emporte.

16 Rapports du 36e congrès national du PS (Nantes, mai 1939), Paris, Librairie populaire.

17 D'après les congrès socialistes.

18 D'après des informations de Gilles Morin.

19 Jacqueline Sainclivier, La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, éd. Ouest-France, 1989, p. 148-153.

20 Il est impossible de comparer ces résultats avec l'avant-guerre car en 1936 il n'y avait pas de candidats SFIO partout.

21 Eugène Reeb remplace J.-L. Rolland dans le Finistère.

22 C'est le cas de Y. Henry dans les Côtes-du-Nord (1946-1948) et d'H. Masson (1946-1955) puis de J.-L. Rolland (1955-1959) dans le Finistère.

23 Christian Bougeard, « Élites et notables dans les Côtes-du-Nord (années 1930-années 1950) », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, t. 105, 1998, n° 1, p. 112-116.

24 Christophe Rivière, Approche de la légitimité politique des notables bretons, DEA, UBO, Brest, 2002, p. 192. Ces chiffres concernent aussi les socialistes indépendants car Gilles Morin (voir son texte) ne recense que 22 maires SFIO en 1953 dans le Morbihan.

25 AD Côtes d'Armor, 1192 W 10. Il y a aussi 45 maires divers gauches.

26 L'année politique 1949 et 1951.

27 L'OURS. Congrès de la SFIO.

28 La mort d'Albert Aubry le 11 août 1951 réduit le groupe socialiste breton à six membres.

29 Christian Bougeard, « Les Français et la politique du milieu des années 1950 au milieu des années 1970 en Bretagne », Bulletin de l'institut d'histoire du temps présent, n° 79, 1er semestre 2002, p. 178-220.

30 Alexis Le Strat remplace A. Aubry en Ille-et-Vilaine et Hervé Mao Eugène Reeb dans le Finistère.

31 L'OURS. Congrès de la SFIO.

32 Idem.

33 Voir la communication de Jean Guiffan.

34 Il s'agit de Georges Carpentier, Christian Chauvel et Yves Allainmat. S'y ajoutent les deux PSU Yves Le Foll à Saint-Brieuc et Roger Prat à Morlaix.

35 Voir le texte de Jacqueline Sainclivier.

Indice delle illustrazioni

Titolo Tableau 1 : L'évolution des effectifs de la SFIO en Bretagne de 1921 à 19267
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4197/img-1.png
File image/png, 12k
Titolo Tableau 2 : L'évolution des effectifs de la SFIO en Bretagne de 1927 à 19319
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4197/img-2.png
File image/png, 11k
Titolo Tableau 3 : L'évolution des effectifs de la SFIO en Bretagne de 1932 à 193917
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4197/img-3.png
File image/png, 14k
Titolo Tableau 4 : L'évolution des effectifs de la SFIO en Bretagne de la Libération à 195127
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4197/img-4.png
File image/png, 14k
Titolo Tableau 5 : L'évolution des effectifs de la SFIO en Bretagne de 1952 à 196031
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4197/img-5.png
File image/png, 13k
Titolo Tableau 6 : L'évolution des effectifs de la SFIO en Bretagne de 1961 à sa disparition en 196932
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4197/img-6.png
File image/png, 13k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540