Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Première partie. Au temps de la SFIO en Bretagne (1905-1969)

Emmanuel Svob, les socialistes bretons et le mouvement coopératif de consommation de 1905 à 1939

Robert Gautier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Lors des élections législatives de 1910, Émile Goude souligne dans sa profession de foi l'importance essentielle des organisations collectives, telles que les syndicats et les coopératives. Cependant, la question des relations entre le parti socialiste et la coopération de consommation n'a jamais été débattue avec autant d'ampleur que celles entretenues entre le parti socialiste et le syndicalisme.

2C'est en Angleterre, que les ouvriers tisserands de Rochdale fondent en 1844 des magasins d'alimentation et posent les grands principes démocratiques de fonctionnement qui vont structurer la plupart des coopératives européennes.

3En 1879 la coopération est condamnée par « l'Immortel » congrès ouvrier de Marseille, qui la juge incapable d'émanciper le prolétariat, tout en considérant qu'elle peut rendre des services comme moyen de propagande pour la diffusion des idées socialistes. En France, le Parti ouvrier français (POF) de Jules Guesde ne néglige pas les possibilités ouvertes par les coopératives pour constituer un solide tissu social et offrir, grâce aux bonis des sociétés, des ressources financières pour mener ses campagnes électorales : la coopérative doit-elle être au service du Parti ?

4Les coopérateurs socialistes ont aussi compris que les rapports de production et de distribution des biens de consommation sont des rapports de pouvoir nécessitant une stratégie pour se confronter au capitalisme. Les militants du parti ouvrier socialiste révolutionnaire (POSR) de Jean Allemane, qui mènent des actions sur le plan économique, fondent en 1895 la Bourse des coopératives socialistes, une organisation nationale où les administrateurs de coopératives vont trouver aides et conseils afin de se former à la gestion de la future société socialiste. Avec ses objectifs révolutionnaires, la Bourse des coopératives s'oppose à l'Union coopérative, fondée dix ans plus tôt, qui incarne la voie réformiste de la coopération avec ses racines mutualistes, ses principes de protection sociale et d'éducation des consommateurs. Si l'Union coopérative se déclare neutre, elle cache difficilement son anti-collectivisme.

5En 1898, en Bretagne, une seule société, la Famille rennaise, fondée par Charles Bougot, adhère à la Bourse des coopératives socialistes. Dans la Basse-Loire, le mouvement coopératif trouve bientôt un puissant relais en la personne d'Emmanuel Svob, un ouvrier bijoutier allemaniste. Emmanuel Svob est né en 1874 à Nantes. Il adhère très tôt à la Fédération socialiste nantaise que dirige Charles Brunellière. Pendant plus de 50 ans Svob est indissociable de l'activité du mouvement coopératif de consommation en Bretagne. Ses responsabilités le conduisent à siéger dans les instances nationales de la Fédération nationale des coopératives de consommation (FNCC). Maire SFIO de Lorient, conseiller général du Morbihan, il n'abandonne pas pour autant la coopération de consommation. En 1939 l'Union coopérative lorientaise, qu'il a mise sur pied, rassemble près de 15 000 adhérents et l'Union des coopérateurs du Finistère près de 12 000 sociétaires. Nous aurons l'occasion de montrer l'importance de ce militant socialiste dévoué à la coopération. Il va nous servir de fil conducteur.

La conquête de l'autonomie : 1902-avril 1905

La Fédération socialiste bretonne et les projets coopératifs : sardinerie et moulin

  • 1 C. Brunellière, Fédération socialiste de Bretagne, premier congrès tenu à Nantes les 3 et 4 mars 1 (...)
  • 2 AD Loire-Atlantique 1 M 621. Rapport n° 343 du 19 juillet 1897. « Le mot d'ordre marxiste et les a (...)

6En 1900 la Fédération socialiste bretonne (FSB) accueille des coopératives « ne quittant pas le terrain de la lutte des classes1 ». Le recrutement se limite à cinq sociétés issues principalement de la Basse-Loire industrielle. Une seule société du Morbihan (l'Économie ouvrière d'Hennebont) et une autre de Saint-Brieuc répondent à l'appel de Brunellière. Est-ce un nouvel échec pour le militant nantais, après celui de la Maison du Peuple installée dans les locaux de la Fédération socialiste nantaise, dont l'objectif était de rallier et pousser les syndicats ouvriers à l'action politique ? Dans un rapport au préfet de la Loire-Inférieure, le commissaire spécial affirme : « On pouvait se reposer sur lui (Brunellière) pour faire marcher les syndicats de la Loire-Inférieure d'après l'évangile selon saint... Marx2. » Qu'en est-il des coopératives de consommation ?

  • 3 Bulletin officiel de la FSB, n° 1 de janvier 1903.

7Hormis quelques sociétés socialistes, le mouvement coopératif qui naît dans les villes bretonnes est surtout préoccupé par des questions matérielles et ménagères. Svob le sait et afin de le rallier, il tente, mais sans succès, de réduire l'intransigeance de la FSB en matière d'adhésion3. La propagande coopérative est pourtant à l'ordre du jour de la FSB. Le docteur Boyer considère que c'est une tâche que les instituteurs doivent remplir dans les campagnes et Brunellière propose de fonder des coopératives appartenant au parti. Yves Le Febvre, membre du groupe socialiste de Morlaix, met en œuvre cet objectif et élabore les statuts d'une sardinerie coopérative en s'inspirant de ceux de la Verrerie ouvrière. Charles Brunellière lance, dans le journal L'Avant-garde de Nantes et de l'Ouest, un appel aux socialistes et aux démocrates pour faire « fleurir parmi l'or de nos landes, la grande fleur rouge du socialisme et de l'internationalisme ». Parallèlement à cette initiative, Svob rassemble quelques sociétés du Morbihan et de la Loire-Inférieure afin de jeter les bases d'une fédération régionale dont il devient le secrétaire trésorier. Désormais, hors de la FSB, s'organisent les coopératives bretonnes.

8Brunellière et ses amis tentent de réaliser une coopérative de conserves de poissons dont le coût atteint le million de francs. Dépassés par les compétences techniques requises, ils font appel à la Bourse des coopératives socialistes.

9Emmanuel Svob poursuit son objectif de regroupement des sociétés bretonnes en proposant la création d'une minoterie coopérative dans la région lorientaise où sont installées de nombreuses sociétés de panification. La minoterie est aussi une façon de réaliser l'alliance du paysan et de l'ouvrier dans une émancipation commune. Le Febvre reprochera à Svob d'avoir fait le choix de la minoterie au détriment de la sardinerie dont l'avenir va dépendre des décisions du 4e Congrès de la Bourse des coopératives socialistes qui se tient à Nantes à partir du 23 avril 1905.

L'adhésion à la Bourse des coopératives socialistes : la consécration de Svob

  • 4 Bulletin officiel de la BCSF, n° 86 d'août 1906.
  • 5 Le Populaire de Nantes du 26 avril 1905.
  • 6 C'est en 1919 que le Magasin de gros, organe économique et de production de la FNCC, installe des (...)

10À Nantes le débat central du congrès porte sur la constitution d'un Magasin de gros (MDG) nécessaire à l'approvisionnement des sociétés, et qui devrait consacrer 20 % de ses bénéfices à la propagande coopérative et socialiste. Le centre d'action politique est la Bourse des coopératives socialistes. Les fédérations régionales doivent adhérer aux deux organismes. Or, la Fédération des coopératives ouvrières en Bretagne est constituée seulement en juin 1905. Avant il s'agissait d'une simple union de sociétés bretonnes réalisant des achats de marchandises en gros. Svob envisage maintenant de faire adhérer la Fédération de Bretagne à la Bourse des coopératives. Cette adhésion est votée en 1906, au lendemain de l'inauguration de la minoterie de Lorient, mais sans recueillir l'unanimité des sociétés bretonnes4. Prudent, Svob considère que cette adhésion est personnelle à la Fédération coopérative bretonne, qu'elle n'engage pas les sociétés qui la composent ! Il lui reste à mener une politique d'équilibre entre les tendances composant la Fédération de Bretagne qui accueille les sociétés adhérentes à l'Union coopérative (dont le gros bataillon est à Lorient), celles qui font confiance à la Bourse des coopératives socialistes (principalement en Loire-Inférieure) et enfin les plus nombreuses qui refusent toute adhésion à une organisation nationale. Quant à la vaste entreprise qui doit révolutionner en Bretagne l'industrie des conserves5, elle est remise à plus tard6.

11Le congrès coopératif de Nantes a envoyé son salut fraternel au congrès constitutif du PSU-SFIO qui conseille maintenant aux sociétés coopératives de rejoindre la Bourse des coopératives socialistes. La volonté de Brunellière de réunir dans une même organisation bretonne l'ensemble des structures ouvrières ne survit pas à la fondation du parti socialiste.

Le renforcement de la Fédération de Bretagne : 1906-1912

Taux de pénétration de la Fédération de Bretagne en 1907 et relations avec Le Sillon

  • 7 L'Ouest-Éclair du 27 février 1905. Le Sillon tient à Paris un congrès où il aborde la coopération (...)
  • 8 Marcel Cachin, à l'occasion d'une tournée de propagande en Bretagne, rencontre le 24 octobre 1907 (...)

12La situation politique ambiguë de la Fédération des coopératives de Bretagne va être l'occasion d'une polémique avec une coopérative de Quimper dirigée par des militants du Sillon de Marc Sangnier7. Svob, au nom du conseil fédéral, refuse l'adhésion de la Fraternelle et celle-ci considère que cette décision est le résultat du manque de liberté de la Fédération depuis son adhésion à la Bourse des coopératives socialistes qui préconise de financer, sur les bonis, l'action politique8. Svob, dans un article, précise la motivation du refus :

  • 9 L'Union coopérative, n° 20 du 15 octobre 1907.

« Le Sillon, œuvre catholique, a décidé d'infiltrer sa doctrine religieuse dans le peuple en créant des syndicats, des mutuelles, des coopératives ; et son congrès de Lyon, les 28 et 29 septembre 1907, a passé son temps à discuter cette question [...]. Que le Sillon, les Jaunes, que tous ceux qui veulent se servir de ce moyen pour ramener la foi morte ou perpétuer l'anéantissement du prolétariat créent des coopératives, rien ne les empêche : ils en ont le droit.
Mais que nous les aidions dans cette tâche, c'est une autre affaire. Le congrès prochain, seul juge dans cette matière, nous dira si nous avons raison9. »

  • 10 C. Willard, La Correspondance de Charles Brunellière, socialiste nantais, 1880-1917, Paris, Librai (...)

13Ce congrès se tient en avril 1908 à Angers. La presse socialiste est présente ainsi que la presse radicale nantaise. Les congressistes arborent un œillet rouge à la boutonnière et une délégation syndicale et coopérative avec bannières et banderoles accompagne les délégués. À une très forte majorité, la prise de position des administrateurs fédéraux est approuvée et les congressistes confirment le refus d'admission de la Fraternelle. Le mouvement démocratique le Sillon est bien implanté en Bretagne, en particulier dans le Finistère, mais reste marginal dans les sociétés coopératives. Le refus d'admettre la Fraternelle peut s'expliquer par la prise de position de Marc Sangnier, dans L'Éveil démocratique, agressant violemment la direction de la CGT, et aussi par un anticléricalisme qui est loin d'être absent des débats dans les sociétés. Brunellière, au lendemain d'une conférence contradictoire à Dinan avec les sillonnistes et l'Action libérale, entrevoit, dans l'avenir, un face à face avec les sillonnistes qui se déclarent socialistes10.

Les caisses d'économie et le soutien à L'Humanité

  • 11 L'Action coopérative, n° 2 du 15 janvier 1914.

14En quelques années, la Fédération de Bretagne, qui a fondé une Maison du Peuple à Nantes pour installer son siège social, est en ordre de marche sur le plan matériel. Des caisses d'économie sont ouvertes dans les coopératives et les sociétaires sont invités, comme les organisations syndicales et les groupes socialistes, à y placer leur épargne : le syndicat général de la chaussure de Fougères dépose ainsi plus de 15 000 francs et le journal du Finistère, La Bretagne socialiste, verse en octobre 1913 la même somme11. La coopération socialiste participe à la constitution du capital social de L'Humanité, par la souscription de 206 actions et soutient le journal afin de l'aider à passer les échéances difficiles. Jaurès, dans le premier éditorial de L'Humanité, précise que le journal est ouvert au mouvement ouvrier syndical et coopératif. Dans les bilans de sociétés de l'Ouest, il est fréquent de trouver des actions de L'Humanité. En 1912 le centre de vacances du parti socialiste, Le Grand Air, situé à Larmor Baden, est désormais géré par l'association l'Enfance coopérative dépendant de la Bourse des coopératives.

Les bassins coopératifs en Bretagne en 1908

Les bassins coopératifs en Bretagne en 1908

La coopération de consommation est-elle socialiste ?

Le congrès SFIO de Paris

15Le mouvement coopératif de consommation a pour but non pas de faire des profits mais de satisfaire les sociétaires par la fourniture de marchandises de bonne qualité, au meilleur prix, et de soutenir les adhérents en difficulté, parfois les grévistes, à l'aide de caisses de solidarité.

16En 1910 l'Internationale socialiste désire que dans chaque pays les mouvements coopératifs s'unissent afin de représenter une force sociale et économique à côté du parti socialiste. En France, Albert Thomas, membre de la SFIO et de la Bourse socialiste, est au centre de cette réforme. Il désire que l'unité se fasse entre la Bourse des coopératives socialistes et l'Union coopérative de Charles Gide. En juillet la SFIO tient congrès à Paris pour se prononcer sur la nature de la coopération : est-elle socialiste par définition, doit-elle être neutre et indépendante des partis politiques ?

17Deux motions s'affrontent, celle de la Seine (dite majoritaire), soutenue par Albert Thomas et présentée par Louis Héliès, directeur du MDG, chargé de faire la démonstration de la valeur socialiste de la coopération, de l'utilité de sa neutralité et de son indépendance ; en face la motion de la Haute-Vienne, fortement influencée par Jules Guesde et ses amis, réfute le caractère socialiste de la coopération. Sont présents à ce congrès des délégués des départements bretons et des personnalités comme Augustin Hamon. Émile Goude et sa femme représentent le Finistère, la fédération socialiste de la Loire-Inférieure, forte de trois mandats, a envoyé Brunellière et Corcos, les militants de l'Ille-et-Vilaine ont pour délégués Grenier et Rébillon, et le Morbihan, avec deux mandats, est représenté par Lagardelle.

18La motion de la Haute-Vienne considère simplement que la coopération est une des formes de l'association, pouvant servir à toute sorte d'usage et n'ayant de valeur socialiste que lorsque la société coopérative soutient la cause socialiste. Pour les partisans de la motion de la Seine, la coopération est d'essence socialiste puisqu'elle est au service de l'action sociale de masse ; elle ne refuse pas le soutien financier au parti socialiste, mais laisse aux sociétés la liberté de l'affectation de leurs trop-perçus. C'est la motion de la Seine qui est adoptée par 202 voix contre 142 à celle de la Haute-Vienne. Toutes les fédérations socialistes de Bretagne ont voté pour la neutralité de la coopération tout en reconnaissant sa valeur socialiste, celle de Loire-Inférieure est divisée : deux voix vont à la motion de la Haute-Vienne, la troisième à celle de la Seine.

19La décision prise par la SFIO, avec le soutien de Jaurès, est confirmée à Copenhague par l'Internationale socialiste et en septembre, à Hambourg, l'Alliance coopérative internationale engage les coopérateurs français à s'unir dans une organisation commune.

La campagne pour l'unité de la coopération de consommation

20La campagne pour l'unité de la coopération se déplace officiellement sur le terrain coopératif. En 1910 Gide, qui préside désormais l'Union coopérative, considère que « l'article essentiel du programme socialiste, à savoir la socialisation des moyens de production, peut être accepté par le coopératisme » et rejoint sa propre doctrine, élaborée dès 1889, qui propose la conquête par les associations de consommateurs de l'industrie commerciale puis manufacturière et enfin agricole. C'est la théorie des trois étapes.

  • 12 Dix voix sont attribuées aux coopératives socialistes de ce département. La répartition est la sui (...)

21Le 1er novembre 1912 la Confédération des coopératives socialistes et ouvrières de consommation (nouveau nom de la Bourse socialiste) débat sur la question de l'unité. Seize organisations de l'Ouest sont présentes ou représentées, ainsi que la Fédération des coopératives ouvrières de Bretagne. La plus forte délégation bretonne arrive de Loire-Inférieure. Les deux tendances, unitaire et anti-unitaire, désignent leurs orateurs. Emmanuel Svob est classé parmi les opposants à l'unité, classement qu'il conteste, désirant des garanties sur la loyauté des sociétés bretonnes affiliées à l'Union coopérative qui depuis une dizaine d'années ont été les adversaires acharnés de la fondation d'une fédération coopérative bretonne se réclamant du socialisme. Les coopératives socialistes de l'Ouest approuvent le pacte d'unité, sauf celles de la Loire-Inférieure qui demeurent divisées12.

  • 13 Premier congrès de la FNCC à Tours, p. 159-161.

22À Tours, en décembre 1912, les délégués des deux organisations nationales scellent et confirment les rapprochements opérés après des concessions réciproques et donnent naissance à la FNCC, « organe d'émancipation des travailleurs ». Dans les départements de l'Ouest, 44 sociétés sont présentes ou représentées avec de fortes délégations de la Loire-Inférieure et du Morbihan ; viennent de Lorient 11 sociétés adhérentes à l'Union coopérative. Dans les autres départements, les délégations sont faibles. Svob intervient durant ce congrès, désirant qu'une large place soit accordée aux fédérations régionales. Il insiste pour que, dans les congrès nationaux, les petites sociétés militantes issues des corporations ouvrières ne soient pas étouffées par les grandes sociétés de développement du fait que la représentation des délégués est désormais calculée sur le chiffre d'affaires et non plus sur le nombre de sociétaires13.

23Le Pacte d'unité propose le remplacement du régime compétitif et capitaliste par un régime organisé pour la satisfaction de la collectivité, où les moyens d'échange et de production deviennent la propriété des consommateurs associés. C'est la République coopérative de Gide que reprend à son compte Ernest Poisson, secrétaire de la FNCC et membre de la CAP de la SFIO. C'est une solution politique intermédiaire entre le capitalisme et le collectivisme. Il faut ajouter l'aspect « commercial » du pacte. La coopération française a pris du retard du fait de sa division, alors qu'elle doit lutter désormais surtout contre les puissantes sociétés commerciales capitalistes a succursales multiples. En 1913 la FNCC, en s inspirant de l'organisation des magasins à succursales multiples, envisage de mettre en œuvre de puissantes sociétés régionales de développement qui absorberont les petites coopératives pour en faire des succursales tenues par des gérants salariés. À l'automne 1913, sur ce modèle est fondée en Bretagne l'Union des coopératives lorientaises.

Répartition des sociétés coopératives par département, au lendemain du congrès d'unité de 1912 (Territoire couvert par la Fédération de Bretagne ou 19e région)

Répartition des sociétés coopératives par département, au lendemain du congrès d'unité de 1912 (Territoire couvert par la Fédération de Bretagne ou 19e région)
  • 14 (Hors de la 19e région)

24Note14

25Le congrès d'unité marque une rupture avec l'esprit de la coopération socialiste. Dans les petites sociétés ouvrières, dirigées par des militants sans beaucoup de compétence commerciale, le sociétaire est proche de sa coopérative, il est chez lui dans son magasin, l'assemblée générale est populaire et les aspects idéologiques du mouvement sont discutés pêle-mêle avec les intérêts généraux de la société qui est souvent une cellule de militants. Avec la nouvelle organisation en grande société de développement, on est en droit de se poser la question : qui l'emportera, du social ou du commercial ?

26La FNCC entre dans une voie réformiste, la Première Guerre mondiale lui permet d'obtenir ce qui lui fait encore défaut : la reconnaissance de l'État.

Les sociétés bretonnes et l'économie de guerre : 1915-1918

27Dès l'entrée de la France dans la guerre, la coopération de consommation se met au service de la Nation et concourt à l'Union sacrée. La coopération va agir sur le front intérieur du ravitaillement des populations et de la lutte contre la vie chère. Elle s'installe aussi dans les usines travaillant pour la Défense nationale.

L'Union sacrée contre les mercantis

28À partir de 1916 des municipalités bretonnes vont faire appel à la coopération de consommation pour assurer la répartition des approvisionnements municipaux. À Nantes, c'est Francis Portais, élu socialiste et coopérateur, qui accompagne le maire Paul Bellamy à Paris au siège de la Bellevilloise afin d'étudier le mode de répartition des approvisionnements et la vente de la viande de boucherie. À son retour le maire reçoit une délégation de quatre militants coopérateurs, dont Auguste Pageot, futur maire de Nantes et bientôt député socialiste, afin de créer l'Union des travailleurs, une coopérative qui gère et répartit les approvisionnements municipaux. En 1918 l'Union des travailleurs a pour secrétaire Ernest Dalby, dirigeant de la Fédération socialiste de Loire-Inférieure. À Lorient, c'est la ligue des consommateurs, émanation des coopératives, des syndicats et des associations de fonctionnaires, qui prend l'initiative de la lutte contre la vie chère. Le maire, Pierre Esvelin, octroie un prêt à l'Union des coopératives lorientaises pour aménager de nouveaux magasins.

  • 15 Le Travailleur de l'Ouest du 16 mars 1916.

29C'est sous la pression du comité d'action, dirigé par Henri Gautier, que le maire de Saint-Nazaire met en place quatre boucheries sous la direction de François Blancho. Ces boucheries coopératives vendent principalement la viande réfrigérée provenant de stocks de l'armée. Henri Gautier aurait préféré, comme à Brest, « poursuivre (selon lui) l'application des principes de socialisation municipale d'abord, d'étatisation ensuite15 ».

30La coopération assure un service public et désire en toucher les dividendes. À Nantes, la municipalité va aider, comme à Lorient, l'installation de nombreuses succursales dans les quartiers de la ville, procurer un fonds de roulement et couvrir les pertes. À Rennes, la municipalité n'est pas insensible aux efforts de la coopération. C'est Le Coïc, professeur à l'école d'industrie et responsable du parti socialiste, qui anime la ligue économique des fonctionnaires.

Au service de la production nationale

31Albert Thomas, ministre socialiste de l'Armement, sait utiliser les relais militants des coopératives pour encourager le développement d'institutions coopératives en faveur des ouvriers travaillant pour la Défense nationale. Des magasins et restaurants coopératifs sont fondés dans les usines, les arsenaux de Brest, Lorient, Rennes, Indret, et les poudreries du Finistère.

32Les aides financières et matérielles du patronat et la participation de l'État facilitent la multiplication des organisations coopératives. Les restaurants, grâce à la modicité des prix des repas servis, deviennent des auxiliaires de la politique du gouvernement et un moyen efficace pour lutter contre la vie chère. La coopération dans les usines travaillant pour la Défense nationale collabore au système d'encadrement permettant une production maximale.

33Cette politique de collaboration de la coopération de consommation montre sa capacité d'organisation dans une économie contrôlée. Elle bénéficie de l'expérience du MDG avec ses entrepôts et usines de production. La Bretagne devient sa base arrière. Les manufactures de chaussures d'Amiens et de Lilles sont évacuées sur Fougères et la production de chaussures est confiée à Henri Lepouriel qui reçoit de l'Intendance militaire d'importants marchés. Fin 1917, Lepouriel ouvre des ateliers de confection de vêtements militaires.

34La coopération a bénéficié de la guerre pour s'étendre aux couches sociales qui l'ignoraient, et Albert Thomas parle de mise en œuvre d'un socialisme de guerre. En 1918 Emmanuel Svob entre au Conseil supérieur de la coopération, une institution créée par le ministère du Travail. La FNCC envisage de devenir un mouvement correcteur du capitalisme et non plus une alternative. Dans les instances nationales les militants bretons vont repousser le projet de nouveaux statuts, proposés par Paul Ramadier, qui abandonnent une large part des conceptions morales du mouvement. À la tribune, Svob dénonce l'absence de but, de référence aux objectifs définis dans le pacte d'unité concernant la substitution au régime compétitif d'un régime socialiste. Henri Lepouriel s'élève contre la distribution des bonus aux sociétaires. Ernest Poisson propose 80 % et Henri Lepouriel 50 %, comme à Fougères, afin de pouvoir alimenter les caisses de propagande et de solidarité. Cette lutte des taux de répartition aux consommateurs illustre deux conceptions de la coopération.

35La paix retrouvée, il n'est pas question de revenir à la situation d'avant-guerre. La FNCC entend devenir l'organe régulateur des prix, le rempart contre les abus du commerce libéral et le porte-parole des consommateurs. La transformation sociale doit se faire par la voie pacifique alors qu'en Russie gronde la Révolution.

À la recherche d'une identité nouvelle : 1920-1939

Une période de transition et d'hésitation marquée par les secousses d'une division ouvrière : 1920-1925

36La période qui s'ouvre au lendemain de la guerre et se termine avec le congrès de Fougères en 1925 est une étape de transition. Peu marquée par les secousses des divisions ouvrières, la Fédération de Bretagne est surtout inquiète de la perte d'intérêt des militants ouvriers pour la coopération qui débute sa mutation dans le domaine du commerce coopératif. La période suivante, qui prend fin en 1939, renforce les aspects commerciaux, mais ne parvient pas à combler le déficit moral du mouvement, malgré l'espoir né de la réunification syndicale et du Front populaire.

37Au lendemain du congrès de Tours de décembre 1920, la coopération de consommation bretonne demeure dans le camp de la SFIO, et jusqu'en 1939 les socialistes resteront les promoteurs d'un mouvement qui va pourtant beaucoup évoluer. L'Union des coopérateurs (UDC) de la Loire-Inférieure, sous la direction de Svob, reçoit le soutien d'Eugène Leroux, directeur de l'entrepôt coopératif de Nantes, élu municipal, conseiller général socialiste puis, à partir de 1932, député SFIO de la Loire-Inférieure.

  • 16 Télégramme de l'Ouest du 12 septembre 1931.

38En 1931 Auguste Pageot rappelle dans le Télégramme de l'Ouest que « le socialisme lutte sur le plan politique, mais, du point de vue économique, l'action coopérative doit compléter celle du syndicalisme et ce que nous ne saurions trop répéter, c'est que tout bon socialiste doit être en même temps coopérateur et syndiqué16 ».

  • 17 L'Humanité du 24 janvier 1924.

39La SFIC (PCF) va constituer un comité des coopérateurs communistes avec une commission exécutive dans laquelle nous trouvons Louise Bodin, une militante de Rennes, quelque temps secrétaire de la fédération d'Ille-et-Vilaine. Les militants communistes doivent prendre la direction des coopératives et pénétrer les organismes dirigeants du mouvement17. Cette orientation ne laisse pas indifférent le ministre de l'Intérieur, Camille Chautemps, qui envoie une circulaire aux préfets sur la surveillance des coopératives et la recherche de liens financiers avec le parti communiste. En Ille-et-Vilaine, le sous-préfet fait enquêter sur l'Alliance des travailleurs de Fougères, en particulier sur la succursale de Vitré. La place de la coopération sous influence communiste, au plan national, peut se résumer en 1927 à une centaine de sociétés sur les 2 000 adhérentes à la FNCC. Durant l'entre-deux-guerres, aucun compte-rendu de congrès de la Fédération de l'Ouest n'évoque des différends avec des coopérateurs communistes bretons.

Construire et développer

40Au lendemain de la guerre la Fédération des coopératives ouvrières de Bretagne devient la Fédération de l'Ouest et couvre neuf départements : les cinq départements bretons plus la Mayenne, la Sarthe, le Maine-et-Loire et le nord de la Vendée. Ouverte désormais à tous, l'ancienne coopérative de quartier ou de localité, rattachée au mouvement ouvrier, disparaît englobée dans une organisation à succursales multiples. Dans le Finistère, l'Espérance de la rue Danton, fondée par des ouvriers de l'Arsenal de Brest, fusionne avec la Solidarité de Kérinou. L'Ouvrière de l'Avenir de Kerhuon se joint à l'Espérance puis, en 1930, est fondée l'Union des coopérateurs du Finistère. Les sociétés ouvrières devenues des succursales sous l'enseigne Les Coopérateurs, perdent avec leur nom toute leur identité antérieure. Dans le Morbihan, l'Union coopérative lorientaise compte 51 succursales et près de 10 000 sociétaires. La société dé partementale de la Loire-Inférieure est forte de 80 magasins et près de 8 000 adhérents. Enfin, la troisième société de développement bretonne est, en Ille-et-Vilaine, l'Alliance des travailleurs fougerais. Rassemblant une dizaine de succursales et 2 000 sociétaires, elle se heurte à l'Étoile fougeraise, une coopérative de consommation fondée par l'abbé Bridel et les membres du syndicat chrétien.

  • 18 Lévy comme Poisson sont membres de la CAP de la SFIO.

41Cette extension permanente nécessite des capitaux considérables puisés en partie dans les caisses d'économies des sociétés. La Ménagère de Morlaix, après sa fusion avec la Solidarité Trécorroise, commet l'imprudence, ce qui occasionne sa chute, de faire reposer son activité sur sa caisse d'économies. Augustin Hamon va solliciter Gaston Lévy18, directeur de la Banque coopérative fondée en 1922, pour tenter de relever la vieille coopérative de Morlaix.

42Cette politique nationale de concentration à marche forcée paraît dangereuse. Elle est refusée par des sociétés bretonnes désirant conserver leur identité et leur mode de fonctionnement.

43Le développement économique des sociétés s'opère par la venue de nouvelles couches sociales éloignées de l'aspect moral du mouvement. Svob constate que les sociétés coopératives entrent dans une crise de recrutement de militants. Henri Lepouriel est chargé de relancer l'éducation des militants et des consommateurs. Cette importante responsabilité est une marque de confiance de Svob à Lepouriel qui devient, en 1925, le nouveau secrétaire de la Fédération de l'Ouest.

44Henri Lepouriel, né en 1878, est ouvrier de la chaussure à Fougères et milite dans le mouvement coopératif depuis ses 19 ans. Il remplace aussi Svob à la direction de l'UDC de Loire-Inférieure. Élu socialiste de Fougères, il est responsable de la Fédération SFIO d'Ille-et-Vilaine, et en 1929 candidat aux élections municipales à Nantes. C'est le type même du militant coopérateur idéal, syndiqué à la CGT. Son action à la direction de la Fédération coopérative est de courte durée : le 14 juin 1931, il disparaît avec plus de 500 personnes dans le naufrage du Saint-Philibert, lors d'une excursion dans l'île de Noirmoutier organisée par le comité coopératif des loisirs nantais.

Espoirs déçus et divisions : 1926-1939

45Au lendemain de cette catastrophe, la FNCC qui contrôle les fédérations régionales envoie Louis Duhamel à la direction de l'UDC de Loire-Inférieure afin de relancer l'aspect économique du mouvement, de rationaliser les activités et de poursuivre les fusions. Ernest Poisson veut faire de la société nantaise la plus grande coopérative de Bretagne, ouverte à tous, mais il butte sur le refus de fusion des sociétés de Saint-Nazaire et de Trignac. Dans les autres départements bretons les sociétés de développement trouvent peu de résistance. La Ruche nazairienne avec 5 500 adhérents et un magasin unique fait un chiffre d'affaires de plus de 15 millions de francs. Les sociétés coopératives de Saint-Nazaire et Trignac sont d'origine syndicale, réservées aux seuls adhérents et en étroite relation avec les municipalités et la CGT. À Trignac, le maire socialiste Julien Lambot est administrateur de la Fédération de l'Ouest. À Saint-Nazaire, François Blancho qui dirige la municipalité SFIO depuis 1925 est aussi un coopérateur même s'il délègue cette responsabilité à son camarade Marcel Blanchard, président de la Maison du Peuple de Penhoet et administrateur de la Fédération de l'Ouest. Une collaboration s'est instituée entre les institutions ouvrières et la « clientèle » commune est celle des familles de travailleurs de la construction navale.

46En 1934 Blanchard entre au comité fédéral alors qu'Eugène Trébourg est à la tête de la Fédération de l'Ouest. Trébourg est ouvrier de la chaussure, élu socialiste de Fougères, inscrit dans le moule désormais classique SFIO et CGT. En 1935, il démissionne temporairement de son poste de secrétaire fédéral mais reste administrateur. C'est Blanchard qui assure la direction de la fédération alors que la grande société nantaise est en crise à la suite de lourdes charges financières résultant des emprunts successifs.

47Avec l'avènement du Front populaire se produit un sursaut. La question des rapports de la FNCC avec le gouvernement se pose à nouveau. Poisson rompt avec la logique de neutralité du mouvement et engage la coopération dans le Rassemblement universel pour la paix. La Fédération de l'Ouest apporte son soutien aux coopérateurs républicains espagnols. En novembre 1936 Blanchard devient secrétaire permanent des métaux CGT de Saint-Nazaire, obligeant le transfert du siège social de la Fédération de l'Ouest dans les locaux de la Maison du Peuple de Penhoet. Blanchard tente, avec l'aide de Gaston Prache, un rapprochement avec la CGT réunifiée dans l'espoir d'une association bénéfique qui donnerait sur le plan social et moral un renouveau à la coopération en Bretagne.

  • 19 Congrès de Quimper de la Fédération de l'Ouest, 1931, compte-rendu des débats.

48Au congrès de Quimper, devant les militants, Poisson affirme : « Aujourd'hui, pour ouvrir une succursale, il faut être certain d'arriver à 15 000 francs d'affaires. Autrefois, on recherchait 100 actionnaires19. » Cette citation résume l'évolution du mouvement coopératif jusqu'en 1939. La forme de distribution adoptée par les sociétés de développement offre la possibilité de sortir des centres industriels et de s'étendre aux campagnes. Mais le recrutement des adhérents, et surtout des adhérentes, est négligé. Le sociétaire que l'on attire par de fortes ristournes est remplacé par le client sans éducation coopérative.

49Les militants socialistes bretons, issus du courant allemaniste, ont encadré la Fédération des coopératives ouvrières de Bretagne, Svob en est le meilleur exemple. Les allemanistes ont aussi conservé leur attachement au « socialisme municipal ». À Saint-Nazaire, Henri Gautier inscrit la coopération comme le banc d'essai du socialisme et François Blancho, incarnant la tendance sociale-démocrate qui s'affirme pendant l'entre-deux-guerres, poursuit l'œuvre de son maître. La mort de Gide en 1932 marque la fin de la théorie des trois étapes, de la primauté doctrinale de la coopération de consommation sur les autres branches coopératives. Maintenant, il s'agit de créer un secteur coopératif relevant de l'économie sociale, entre le secteur capitaliste et le secteur public. Dans cet esprit, Emmanuel Le Visage, maire de Locmiquelic (Morbihan), fonde une coopérative de transport maritime qui en 1939 rassemble une douzaine de vedettes. Entre la SFIO et la coopération de consommation, à défaut de lien organique, subsistent des liens personnels forts que nous avons tenté de montrer. À défaut de faire de la coopération une organisation de classe, les militants coopérateurs socialistes bretons ont collaboré à la construction d'une organisation de masse dont le but est d'apporter plus de bien-être aux consommateurs, sans pour autant réformer la société capitaliste.

Notes

1 C. Brunellière, Fédération socialiste de Bretagne, premier congrès tenu à Nantes les 3 et 4 mars 1900, Nantes, Imprimerie ouvrière, 1901, p. 7, articles 1, 2 et 3.

2 AD Loire-Atlantique 1 M 621. Rapport n° 343 du 19 juillet 1897. « Le mot d'ordre marxiste et les assurances de Brunellière. » En 1897 Brunellière rentre du congrès du POF, dont il a présidé la séance du 12 juillet avec le mot d'ordre d'empêcher, par tous les moyens, les syndicats ouvriers de se désintéresser de la politique.

3 Bulletin officiel de la FSB, n° 1 de janvier 1903.

4 Bulletin officiel de la BCSF, n° 86 d'août 1906.

5 Le Populaire de Nantes du 26 avril 1905.

6 C'est en 1919 que le Magasin de gros, organe économique et de production de la FNCC, installe des usines coopératives de conserves dans le Finistère.

7 L'Ouest-Éclair du 27 février 1905. Le Sillon tient à Paris un congrès où il aborde la coopération et précise dans un vœu que « si la coopération de consommation peut résoudre le problème de l'organisation sociale de la consommation, elle ne peut suffire à elle seule à transformer la société [...]. Que les coopératives aussi bien dans leur intérêt propre que dans l'intérêt supérieur de la démocratie, instituent des groupements d'action et de propagande démocratique ».

8 Marcel Cachin, à l'occasion d'une tournée de propagande en Bretagne, rencontre le 24 octobre 1907 dans les locaux de l'Égalité de Brest (une coopérative de consommation) Émile Goude. Celui-ci l'informe que si les candidats socialistes sont battus au conseil municipal, ils feront de la coopération une arme pour frapper le petit commerce qui lui est tout à fait hostile.

9 L'Union coopérative, n° 20 du 15 octobre 1907.

10 C. Willard, La Correspondance de Charles Brunellière, socialiste nantais, 1880-1917, Paris, Librairie C. Klincksieck, 1968, lettre du 11 juillet 1907 à Allaire, p. 236.

11 L'Action coopérative, n° 2 du 15 janvier 1914.

12 Dix voix sont attribuées aux coopératives socialistes de ce département. La répartition est la suivante : 5 voix pour l'unité, 2 voix contre, la Prolétarienne de La Montagne représentée par Lepouriel et la Maison du Peuple de Saint-Nazaire. Ce sont des coopératives syndicales. Deux sociétés s'abstiennent : la Solidarité de Basse-Indre et l'Économie douanière. Le cercle des coopérateurs de Nantes ne prend pas de décision, son mandat est consultatif.

13 Premier congrès de la FNCC à Tours, p. 159-161.

15 Le Travailleur de l'Ouest du 16 mars 1916.

16 Télégramme de l'Ouest du 12 septembre 1931.

17 L'Humanité du 24 janvier 1924.

18 Lévy comme Poisson sont membres de la CAP de la SFIO.

19 Congrès de Quimper de la Fédération de l'Ouest, 1931, compte-rendu des débats.

Notes de fin

14 (Hors de la 19e région)

Table des illustrations

Titre Emmanuel Svob
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4195/img-1.png
Fichier image/png, 153k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4195/img-2.png
Fichier image/png, 8,9k
Titre Les bassins coopératifs en Bretagne en 1908
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4195/img-3.png
Fichier image/png, 61k
Titre Répartition des sociétés coopératives par département, au lendemain du congrès d'unité de 1912 (Territoire couvert par la Fédération de Bretagne ou 19e région)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4195/img-4.png
Fichier image/png, 17k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540