Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Première partie. Au temps de la SFIO en Bretagne (1905-1969)

Le socialisme dans les Côtes-du-Nord avant 1920, origines et paradoxes d'une implantation

Alain Prigent

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Claude Pennetier, Le socialisme dans le Cher (1851-1921), Paris, Éditions de la Maison des Science (...)
  • 2 Michael Hanagan, The Logic of Solidarity. Artisans and Industrial Workers in Three French Towns, 1 (...)

1Jusque dans les années 1960 l'intérêt des chercheurs s'est porté prioritairement sur l'histoire des organisations politiques et syndicales du « mouvement ouvrier ». L'approche institutionnelle de cette génération d'historiens a produit des œuvres majeures qui n'ont rien perdu de leur force, mais il faut attendre la décennie suivante pour que cette histoire devienne sociale et se penche sur la diversité des pratiques de la classe ouvrière. L'historiographie du socialisme français antérieur à 1914 s'est alors concentrée en France sur les territoires1, alors que dans le même temps, dans le sillage d'Edward Thompson, la recherche anglo-saxonne était également très productive2. Cependant, la recension des articles publiés par la revue Le Mouvement Social montre que cette thématique a été progressivement délaissée depuis une vingtaine d'années.

Les obstacles au développement du socialisme

  • 3 Jacques Girault, Le Var rouge. Les Varois et le socialisme de la fin de la Première Guerre mondial (...)

2L'étude d'une terre de mission hermétique au socialisme, comme le département des Côtes-du-Nord jusqu'en 1920, apparaît donc a priori comme une entreprise paradoxale. En appliquant les thèmes classiques de l'implantation originelle3, on remarque que les espaces politiques sont déjà pris par les deux ensembles antagonistes (Blancs/Bleus), ce qui donne au mouvement socialiste une configuration de développement défavorable.

Handicaps, concurrences, retards : les socialistes sur le terrain social

3Dans un monde rural composé de paysans imprégnés d'une culture de lutte égalitaire séculaire, les grands propriétaires et les notables encadrent les premières formes du syndicalisme agricole dès 1887 dans le Sud-Ouest du département. Lors de son premier congrès en 1912, l'Office central de Landerneau exerce son hégémonie sur la paysannerie bretonne, aidé par un puissant organe de presse. Les cadres aristocratiques réactionnaires dominent et contrôlent la paysannerie dans tous les domaines (formation, marché de production, relations de clientèle, lieux de sociabilité...), adoptant des thématiques proches des analyses socialistes : ce discours social coupe l'herbe sous le pied à la SFIO affaiblie pour longtemps par cette défiance des masses rurales.

  • 4 François Chappé, L'épopée islandaise (1880-1914). Paimpol, la République et la mer, Thonon-les-Bai (...)

4Dispersés géographiquement, peu nombreux, les mondes ouvriers contestent à la marge les élites bourgeoises. La maîtrise partielle de ces populations par le syndicalisme chrétien prive les socialistes de forces, de contacts et de débouchés politiques. Ainsi l'organisation socialiste s'apparente à un vivier militant réduit, porteur d'idées marginalisées et enfermé dans un espace politique périphérique. La hiérarchie catholique s'engage dans un processus dynamique de reconquête des milieux populaires, sous la forme de pratiques militantes symétriques à celles des socialistes dans le contexte nouveau de la modernité de la fin du xixe siècle. La précocité de la création des premiers cercles catholiques ouvriers dès 1873 souligne la profondeur de l'ancrage des formes initiales du syndicalisme chrétien. Dans la dernière décennie du siècle, les congrès régionaux à Saint-Brieuc avec les interventions des leaders nationaux Léon Harmel et Albert De Mun devant 4 000 personnes dans le hall d'une entreprise métallurgique, marquent l'apogée de ce mouvement dans la lignée de l'encyclique de Léon XIII. En 1893 la création de syndicats mixtes accentue le contrôle de l'Église qui s'empare très tôt de la question du genre en mettant en place des syndicats féminins à Saint-Brieuc où les ouvrières représentent près du tiers de la main-d'œuvre globale. Le développement des œuvres de mer, réponse aux très dures conditions de travail des Islandais et des Terre-neuvas, illustre également notre démonstration4.

  • 5 Vincent Rogard, Les catholiques et la question sociale, Morlaix (1840-1914). L'avènement des milit (...)

5L'expérience du Sillon, structure embryonnaire du mouvement chrétien-démocrate, contribue à mobiliser les mondes ouvriers dans un cadre imprégné et contrôlé par la religion, sous une version sociale retournant et court-circuitant l'argumentation des socialistes. La venue de Marc Sangnier à trois reprises dans les Côtes-du-Nord au début du siècle, devant des auditoires fournis, témoigne de l'implantation locale de l'organisation. La hiérarchie diocésaine s'inquiète des nouvelles postures de cette avant-garde. Les jeunes Sillonnistes ont sans doute effrayé le futur évêque de Saint-Brieuc salué par un tonitruant « Camarade Morelle » lorsqu'il est invité à une réunion d'un cercle en tant que vicaire général. L'Église décide alors de structurer la jeunesse au sein de l'ACJF dont la fédération départementale rassemble 4 000 congressistes en 19065.

  • 6 Claude Geslin, Le syndicalisme ouvrier en Bretagne jusqu'à la première guerre, 3 tomes, Espaces Éc (...)
  • 7 Jean-Louis Robert (dir.), L'invention des syndicalismes. Le syndicalisme en Europe occidentale à l (...)
  • 8 Les socialistes des Côtes-du-Nord sont en relation avec les socialistes belges. Le leader de l'Int (...)

6L'étude de la genèse du mouvement ouvrier renforce l'hypothèse d'une course de vitesse entre les deux courants historiques du monde du travail. En 1900, le département compte seulement cinq syndicats dont les 200 à 300 adhérents représentent à peine 10 % de la classe ouvrière6. Face à une identité ouvrière et catholique affirmée, les progressistes ont du mal à faire émerger une culture autonome et spécifique, comme chez les tricoteuses à domicile ou les Islandais soumis à la Charte-partie. La prise de possession de l'espace communal lors du 1er mai est hésitante face à la concurrence de la procession cléricale du 31 mai, une puissante retraite aux flambeaux dans les rues de la ville. La faible visibilité du drapeau rouge, l'absence de conflits sociaux emblématiques, d'une véritable geste ouvrière et socialiste affectent en profondeur l'imaginaire de ces prolétaires engagés. La quête de lieux saints, de mythes fondateurs reste une récurrence chez les syndicalistes et les socialistes qui envisagent de construire la Maison du Peuple7. Au début du siècle, les militants socialistes, emmenés par Paul Boyer, multiplient les initiatives pour favoriser l'émergence d'un syndicalisme de classe. Mais il faut attendre 1904 pour voir la naissance de la Bourse du Travail qui affirme immédiatement son indépendance à l'égard de toute structure politique. Les relations sont rapidement rompues avec la fédération, ou plus exactement avec Boyer qui applique avec beaucoup d'étroitesse les principes de la social-démocratie allemande en voulant soumettre les syndicats à la primauté du parti8.

Entre Dieu, la République et la Révolution

7L'influence de la religion populaire, l'âpreté des combats autour de l'école renforcent durablement la division du monde du travail et de la société tout entière entre catholiques et laïques. La réalité de cette ligne de fracture n'est plus à démontrer dans le cadre politique breton. Renversons l'angle d'approche en focalisant l'analyse sur l'image inversée du regard de l'autre : les socialistes vus par l'Église.

  • 9 Archives de l'évêché de Saint-Brieuc, 4F7, rapport décanal de 1903. L'enquête comporte des lacunes (...)

8L'enquête décanale demandée en 1903 par l'évêque de Saint-Brieuc et Tréguier a pour objectif de faire le point auprès de 400 desservants de paroisse sur le poids supposé ou réel du socialisme9. Le questionnaire vise à identifier les « mauvais » journaux et à évaluer les progrès des socialistes, ce qui donne en définitive une image assez précise du socialisme départemental. Le Réveil des Côtes-du-Nord est souvent cité comme le vecteur de la propagande socialiste. La modernité du temps, l'émigration subie, la mobilité des jeunes au travail et l'institution du service militaire sont les facteurs les plus fréquemment évoqués : « Ceux qui propagent les idées subversives sont ceux qui ont voyagé. » Parmi les serviteurs de l'État, les deux corporations des instituteurs et des marins de la Royale (Marine nationale) sont particulièrement ciblées.

9La peur d'un développement rapide du mouvement prédomine dans l'esprit de ces prêtres qui assimilent les socialistes à « une meute » portant en elle tous les dangers. Le rejet de l'idée chrétienne, une des matrices supposées du progrès des idées socialistes, n'apparaît pas directement dans l'enquête qui dénonce cependant l'indifférence, premier stade du décrochage, qui se généralise face à la politique scolaire des radicaux comme à Châtelaudren où les ouvriers et les fermiers restent insensibles aux expulsions des religieux. Les curés du canton de Plouguenast s'inquiètent du recul des pratiques religieuses de « la loi du dimanche et de l'abstinence ». L'engagement militant socialiste est stigmatisé comme relevant de la recherche millénariste d'égalité, non assouvie au moment de la Révolution : « Plus de misère, plus de maîtres, tous égaux, quel beau rêve ! »

10Le regard moralisateur porté sur le monde du travail stigmatise un monde ouvrier, lui accolant l'image renversée de paresse, de débauche, d'ambition, de recherche sensuelle des biens matériels, héritée de la rupture révolutionnaire. Cet argumentaire participe de l'ancrage de l'anti-socialisme dans les mentalités bretonnes que l'on retrouve dans la représentation du militant socialiste sous les traits d'un cochon dans les cartes postales.

11Les mondes du travail sont également l'objet de l'attention des curés. Le problème des rapports de propriété, que la Révolution n'a pas totalement réglé localement, s'avère fondamental là où « le socialisme serait accueilli favorablement par les fermiers qui ne possèdent pas ». Une contestation sourde chez les fermiers et les métayers gagne les catégories les plus pauvres, le monde de la domesticité et des journaliers dans des secteurs géographiques aussi variés qu'Évran, Pleumeur-Gautier ou Uzel. L'inquiétude est d'autant plus grande que « l'effervescence socialiste » touche indifféremment les sexes, les femmes aussi deviennent « ingouvernables » comme à Lézardrieux. Le seul canton de Quintin semble « grâce à Dieu, ne pas avoir été infecté » par la menace de désordre socialiste. L'inquiétude semble paradoxalement moins forte en ce qui concerne les milieux ouvriers mais peut-être cette réalité est-elle déjà intégrée dans les mentalités catholiques. À Plévin la force du socialisme est perçue comme une évidence dans le monde des ardoisiers alors qu'il est inconnu par ailleurs dans le canton.

12La préexistence dominante des élus radicaux et la position hégémonique de la culture républicaine (réseaux électoraux, sociabilités) empêchent toute possibilité de développement autonome d'un mouvement socialiste en infériorité : sans dynamisme, incapable d'initiatives politiques structurantes, prisonnier de toutes les contraintes électoralistes.

13L'itinéraire du docteur Boyer, sans conteste la figure emblématique du socialisme naissant, est symbolique de ces socialistes écrasés, minoritaires, qui peinent à se démarquer et à se situer au sein du camp républicain. Provençal, oncle de Millerand, disposant par sa femme d'une fortune considérable, il rachète un périodique briochin qu'il transforme en journal d'action républicaine. Président de la Ligue des Droits de l'Homme, libre-penseur, candidat à toutes les élections, il est également membre permanent du Conseil national de la SFIO, et à ce titre délégué au congrès de Stuttgart. Mais son caractère autoritaire, son activisme, n'hésitant à faire le coup de poing ou à se battre en duel, en font un allié bien encombrant, rejeté par les républicains Armez et de Kerguézec. Sa trajectoire révèle l'impuissance socialiste qui voit un des leaders affaiblir le parti pour tenter d'émerger individuellement. Contesté par les militants ouvriers qui ne se reconnaissent pas dans ce notable ambitieux, méprisant les milieux populaires, il développe à partir de son exclusion une violente campagne contre le parti socialiste qui le conduira ensuite dans une dérive fascisante.

  • 10 Alain Prigent, Les instituteurs dans les Côtes-du-Nord sous la IIIe République. Laïcité, amicalism (...)

14En outre, une autre rupture originale éloigne les premiers socialistes des notables républicains. Au moment où les radicaux triomphent quelques mois après le vote des lois de Séparation, l'affaire Aristide Guéry en 1906 fait voler en éclats l'unité du camp républicain. Sur ordre d'Aristide Briand, l'inspecteur d'Académie Guéry est muté d'office dans la Creuse en raison de son opposition au népotisme des députés républicains du Trégor qui interviennent sans cesse dans la nomination des instituteurs. Les jeunes maîtres, adhérents ou sympathisants de la nouvelle SFIO, qui viennent, parmi les premiers en France, de transformer l'amicale en syndicat, se libèrent de la tutelle politique des Bleus en imaginant de nouveaux rapports avec l'État, inventant avant la lettre les instances du paritarisme. Mais cette liberté se paie au prix fort : cette avant-garde se prive d'un espace politique devant désormais affronter les élus républicains (députés, maires) et son administration (inspecteurs et directeurs)10.

L'épineuse question bretonne ou la représentation des Bretons par les socialistes

  • 11 Lex Heerma Van Moss, Marcel Van Der Linden, Class and Others Identities. Gender, Religion and Ethn (...)
  • 12 Émile Masson, Les Bretons et le socialisme, Maspéro, 1978. La valeur heuristique de la comparaison (...)
  • 13 AD Côtes d'Armor (CDA), Le Réveil des Côtes-du-Nord, JP 17/C, Le Réveil des Côtes-du-Nord, n° 82, (...)

15L'absence d'une véritable réflexion sur l'identité bretonne dans ses dimensions régionaliste et linguistique retarde pour plusieurs décennies les convergences possibles entre les socialistes et le monde paysan de l'Ouest bretonnant, victime d'une double disqualification sociale et linguistique11. La réflexion d'Émile Masson qui explore et théorise les enjeux de la question bretonne face au socialisme, n'est prise en compte que par Augustin Hamon qui demande à la fédération de rétribuer l'auteur de feuilles volantes Charles Rolland, de Guerlesquin, pour semer en breton les idéaux socialistes12. On est là à mille lieues du discours méprisant de Boyer, qui prétend que les Bretons sont inférieurs aux autres parce qu'ils ne mangent que des patates et du lait caillé : « La pauvreté de la langue bretonne, sa lamentable indigence correspondent à la pauvreté intellectuelle du peuple qui la parle exclusivement. La rigidité de la langue bretonne, son défaut de souplesse sont un signe de décrépitude et de mort. Elle disparaîtra tout entière13. » En avance sur les problèmes pédagogiques généraux grâce aux travaux pionniers de Mathurin Boscher, dont la méthode de lecture a une résonance nationale, les instituteurs socialistes ne prennent pas en compte la spécificité des parlers régionaux que ce soit le breton ou le gallo. Il faudra attendre la fin des années 1920 pour que le collectif d'enseignants de l'école publique, en marge du courant socialiste, autour de Yann Sohier, François Collet et Fanch Danno s'empare de cette question.

Aux origines de la fédération : mouvances, phases, figures

16Les grandes phases de l'histoire mouvementée de la fédération des Côtes-du-Nord soulignent l'échec de la mise en place d'une structure partisane conséquente s'appuyant sur une culture sociale-démocrate.

Les réseaux de la SFIO, matrices, enjeux et courants

17Les ambitions cristallisées par les animosités personnelles opposant Boyer et Hamon, l'impossibilité de subordonner le syndicalisme au parti politique et les divergences idéologiques sur les débats sociétaux (antisémitisme, hygiénisme, intempérance, place de la femme) fragilisent un groupe militant composé d'une centaine d'adhérents à l'influence électorale très faible, dépourvu d'une assise d'élus même communaux. La mouvance socialiste, née à la confluence des divers courants idéologiques du mouvement ouvrier, se heurte d'entrée à la difficulté de fédérer les intérêts contradictoires de ses multiples réseaux.

18Si à l'échelle nationale les valeurs laïques fixent les frontières gauche/ droite en délimitant le camp républicain, la fracture qui s'opère au moment de l'affaire Guéry est significative des attentes politiques et morales de la profession dans les Côtes-du-Nord. Le courant le plus dynamique, sans jamais renoncer au combat anticlérical particulièrement âpre dans cette partie de la Bretagne, est composé par des dizaines d'instituteurs et d'institutrices qui prolongent leur engagement en adhérant à la SFIO. Contrairement aux autres fédérations avant 1920, ils forment un groupe sur-représenté sociologiquement dans les sections, mettant en avant l'idéologie de la laïcité, véritable ciment militant.

19On peut identifier plusieurs ensembles dans le mouvement syndicaliste. Les différentes séparations repérées ne sont pas totalement étanches, des liens peuvent s'établir entre les militants appartenant aux différents réseaux. Premier groupe, les syndicalistes révolutionnaires militent à la CGT, affirmant leur indépendance par rapport au pouvoir politique. Une partie d'entre eux se détache du courant socialiste avant et surtout après la crise consécutive aux municipales de 1908. Les réformistes se retrouvent, comme dans d'autres départements, dans des syndicats de métier comme celui des typographes. Les coopérateurs et les mutualistes tentent de mettre en application un socialisme dans sa version économique. Les instituteurs, enfin, forment un groupe à la très forte identité, globalement en marge de la Bourse du Travail.

  • 14 Jacques Brengues, Les Francs-Maçons dans la ville : Saint-Brieuc (1760-1990), Soréda, 1995.

20Le clivage Libre Pensée/Franc-Maçonnerie traverse la Fédération SFIO, mettant aux prises des ensembles militants opposés. Le courant de la Libre Pensée est activé et mobilisé par le docteur Boyer. Ce mouvement qui possède des caractéristiques laïques, démocratiques et sociales, reste très faible dans le département. La Franc-Maçonnerie, dont les structures sont nettement plus solides, recrute surtout dans les milieux bourgeois, parmi les hauts fonctionnaires et dans le monde enseignant. Une partie double son engagement en adhérant à la fédération socialiste. On a bien là des milieux proches, imbriqués, parallèles : les deux ensembles se recoupent faisant émerger des personnalités qui s'investissent sur les deux terrains et qui se révèlent les militants socialistes les plus actifs comme Hippolyte Pasquiou et Octave Brilleaud. L'imbrication entre socialisme et Franc-Maçonnerie est cependant difficile à mesurer véritablement14. Les francs-maçons se heurtent aux libres penseurs au moment de la crise briochine de 1908 n'hésitant pas à privilégier leurs liens maçonniques aux intérêts partisans. La Ligue des Droits de l'Homme dont la présidence est assumée par Boyer constitue un autre exemple de l'intervention des socialistes dans la nébuleuse des organisations républicaines.

Les rythmes de la construction du socialisme

  • 15 AD CDA, Le Réveil des Côtes-du-Nord, JP 17/C, n° 18, 4 mars 1900.

21Avant 1900 les idées socialistes sont quasiment inexistantes dans le département. Aucune structure ne représente le département au congrès fondateur de la FSB (Fédération socialiste de Bretagne) en mars 1900. Un premier noyau socialiste, L'Émancipation, se constitue peu avant l'épreuve politique des municipales en mai 190015. Boyer, le candidat le mieux placé de cette liste incomplète, obtient 15 %. En 1904 cette percée électorale est confirmée dans un canton de Saint-Brieuc où Boyer rassemble un peu plus de 30 % des suffrages exprimés. L'arrivée en mai 1904 d'Augustin Hamon, ami de Brunellière, donne un dynamisme nouveau au noyau initial qui s'élargit. Originaire de Nantes, il appartient à la même génération que Boyer. Anarchiste de formation, il participe au congrès de Londres. D'une activité débordante, il donne des cours à l'université de Bruxelles, traduit Bernard Shaw et dirige une publication L'Humanité Nouvelle qui disparaît pour avoir défendu une ligne entachée d'antisémitisme pendant l'affaire Dreyfus. Ruiné, il quitte la capitale pour s'installer dans le Trégor où il fonde rapidement une loge maçonnique. Son apport ne change pas la donne d'un combat politique, si rude que les socialistes n'arrivent pas à se créer le moindre espace pour exister politiquement. Signe de leur faiblesse départementale, les deux seuls candidats aux législatives de 1906 obtiennent des scores qui marginalisent le parti avec moins de 2 % des voix.

  • 16 AD CDA, La Semence Socialiste, AP 203, n° 5, mars 1908.
  • 17 AD CDA 3 M 394, rapport du commissaire de police au préfet, 23 juin 1908. Louis Guilloux fait le r (...)

22Au VIIe congrès de la FSB à Saint-Brieuc en juillet 1907, les débats sur la nouvelle organisation du parti traversent également la délégation des Côtes-du-Nord. Boyer est favorable à la départementalisation du parti et Hamon assiste impuissant à l'anéantissement du rêve de Brunellière16. Il accepte pourtant le poste de secrétaire fédéral lors de la tenue du congrès fondateur de la Fédération en novembre 1907 auquel participent trois groupements : Saint-Brieuc, Dinan et le Trégor. À la veille des municipales de mai 1908, à Saint-Brieuc le fossé semble profond entre Boyer et les ouvriers briochins. La liste dite de représentation proportionnelle, composée de libéraux, de radicaux et de socialistes ou d'ouvriers obtient un succès éphémère car les lendemains de cette victoire électorale sont douloureux, les tractations en coulisse faisant voler en éclats l'unité ouvrière. Georges Le Mercier, responsable du groupe socialiste opposé à Boyer, accepte le poste de maire avec l'appui des libéraux. Rapidement il est exclu du parti puis contraint à la démission devant les violences perpétrées en séance municipale par Boyer brandissant une énorme cloche et renversant les tables de la salle du conseil devant plusieurs centaines de citoyens rassemblés17. Ces élections portent un coup d'arrêt à une hypothétique progression des idées socialistes. Dans une ambiance de confusion totale, le parti prononce l'exclusion de Boyer. Au congrès de Toulouse, la réorganisation de la fédération est faite par en haut, laissant un parti désorganisé, des militants déboussolés et une image politique dégradée. Les élections complémentaires conduisent à un désastre pour les candidats de la SFIO, dont le père de Louis Guilloux, qui obtiennent entre 4 et 6 % des suffrages exprimés.

  • 18 François prigent, La Charrue Rouge d'Augustin Hamon et de Philippe Le Maux, un socialisme d'extrêm (...)

23Dépourvue de cadres politiques, la fédération ne présente aucun candidat aux législatives en 1910. Les municipales de 1912 confirment la marginalisation des socialistes à Saint-Brieuc. Seule l'élection de Mathurin Boscher au poste de maire à Saint-Barnabé, dans le canton de Loudéac, montre qu'un militant bien implanté localement peut créer les conditions d'un rassemblement majoritaire. Ce cas de figure isolé annonce ce que la SFIO sera en mesure de faire dans l'entre-deux-guerres. En 1914, deux candidats socialistes se présentent aux législatives. À Dinan, Émile Roulier frôle les 5 % des suffrages exprimés. Frédéric Trémel réalise un bon score (9,7 %) à Loudéac. Originaire du canton de Gouarec, il habite à Saint-Denis où il est conseiller municipal. Il obtient des scores étonnants comme à Lescouët-Gouarec (près de 80 %) et plus de 20 % dans cinq cantons dont Loudéac. Le score obtenu dans ce secteur rural par un enfant du pays même s'il vit à Paris, est porteur de promesses pour l'avenir18.

  • 19 Claude Willard, La correspondance de Charles Brunellière (1880-1917), Paris, Librairie Klincksiek, (...)
  • 20 CHT Nantes, correspondance entre Augustin Hamon, Paul Vaillant, Octave Brilleaud et quelques autre (...)

24Pendant la guerre les socialistes glissent progressivement de l'Union sacrée induisant une mise en sommeil du parti, à la contestation pacifiste réclamant une organisation socialiste reposant sur des bases idéologiques neuves. Au conseil national d'avril 1916, la fédération porte ses cinq mandats sur la motion minoritaire19. En 1917 la gravité de la crise interne est telle qu'aucune carte n'est prise. La montée des idées révolutionnaires débouche sur le temps des luttes en 1919-1920, exacerbant les impatiences militantes favorables à un socialisme plus radical. La fédération des Côtes-du-Nord, l'une des plus faibles nationalement, enregistre un flux d'adhésions en 1920. Composée de 350 adhérents, elle est l'une des trois fédérations qui n'ont pas pu présenter de candidats aux législatives de 1919. On s'est souvent interrogé sur les conditions de la préparation du congrès de Tours dans le département. Les documents officiels du Congrès indiquent que les Côtes-du-Nord n'y ont pas pris part. La lecture de la correspondance entre le délégué national de la fédération, Augustin Hamon, et les principaux militants éclaire définitivement cette question. Le congrès fédéral, tenu statutairement, a donné trois mandats pour l'adhésion à l'Internationale contre un à la motion Blum20. Aucun délégué ne fera le voyage en Touraine. Hamon refuse pour des raisons personnelles et politiques de se rendre à Tours. Il rejette par avance le caractère centralisé et autoritaire du futur parti communiste. Il doit justifier son attitude désinvolte devant l'ensemble des adhérents mécontents de n'avoir pas été représentés à un congrès aussi important. Contrairement à ce qui se passe au niveau national, la scission ne semble pas aller de soi dans ce département. Les deux courants font valoir la volonté unitaire de l'ensemble des adhérents incrédules face à cette déchirure. Au congrès fédéral fin janvier 1921, Paul Vaillant se propose, en l'absence de toute candidature du courant majoritaire communiste, de continuer à diriger la fédération. Mais un an après le Congrès de Tours les rapports de forces se précisent : d'un côté un mouvement communiste incapable de rallier les adhérents à la IIIe Internationale, d'autre part une fédération SFIO qui se réinvestit dans la compétition politique abandonnée au lendemain de la Grande Guerre. La liste socialiste emmenée par Hippolyte Pasquiou dépasse pour la première fois de son histoire la barre des 10 % des suffrages exprimés aux législatives partielles du printemps 1921.

La part des militants, portrait collectif des premiers socialistes

25Nous avons mené cette approche prosopographique en répertoriant 230 militants et sympathisants socialistes sur une période de 20 ans de 1900 à 1920, sachant que la Fédération compte en moyenne 100 adhérents. Les adhérents clairement identifiés, au nombre de 168, représentent 63 % du corpus. Nous pouvons estimer que nous avons travaillé sur la quasi-totalité des adhérents. Le corpus a été établi en sollicitant le maximum de sources. Mais c'est le fonds Hamon, exceptionnelle ressource archivistique sans véritable équivalent en France sans doute, conservé au Centre d'histoire du travail de Nantes, jusqu'ici inexploré, qui nous a permis de brosser le portrait collectif de cette petite fédération en soulignant les trajectoires diversifiées de ses militants. La richesse de ce fonds tient à sa nature même. Non seulement Hamon a conservé toutes les lettres qu'il recevait de ses correspondants, certains occupant des responsabilités nationales dans les instances socialistes (Jaurès, Cachin...), des dizaines d'autres étant de simples militants ou sympathisants anonymes des sections, mais il archivait également le double des lettres qu'il leur envoyait. Ce faisant, il avait une claire conscience qu'un jour cette correspondance serait lue, et paradoxalement elle ne donne pas de lui une image toujours très flatteuse : il y montre son activité débordante mais aussi un ego surdimensionné chez cet homme caractériel en proie à des problèmes financiers, motif essentiel de son absence à Tours en 1920.

  • 21 Menuisier, secrétaire de la Bourse du Travail de Saint-Brieuc (1904-1905). Militant socialiste, il (...)
  • 22 Militant socialiste à Saint-Brieuc en 1907. Secrétaire du groupe en décembre 1910, puis de 1914 à (...)
  • 23 Institutrice à Caurel, secrétaire générale du syndicat, menacée de révocation elle est déplacée d' (...)

26Les socialistes costarmoricains travaillent principalement dans des professions liées à l'État ou aux collectivités locales (99 sur 168). Un groupe émerge très nettement : les enseignants (73 au total représentant 39 % de l'ensemble du corpus), et si les instituteurs forment le groupe le plus important numériquement, il ne faut sûrement pas négliger l'adhésion de 12 enseignants du second degré à un moment où ce groupe ne dépasse pas la centaine de membres dans le département. Les employés des Postes, des Douanes, des administrations, des contributions et quelques marins de la Royale, en activité ou en retraite, complètent le tableau. L'autre moitié des militants socialistes couvre l'ensemble du spectre social (24 % de l'ensemble représentant les différentes professions ouvrières), la moitié d'entre eux issus des métiers du bâtiment comme François Collet21. Le nombre des commerçants/restaurateurs met en évidence une composante souvent identifiée de la sociabilité socialiste : les cafetiers. On note un faible nombre de petits artisans comme le père de Louis Guilloux, cordonnier de son métier, un moment secrétaire de la section de Saint-Brieuc22. Quelques militants sont issus de la bourgeoisie : pharmacien, médecin, courtier, avocat et architecte. Les socialistes n'arrivent pas à organiser le groupe social le plus important numériquement de la société costarmoricaine avec seulement trois paysans adhérents. L'absence de femmes dans le corpus est significative avec seulement sept militantes dont quatre institutrices comme Béatrice Guézennec23. Pour l'année 1910, nous avons réussi à déterminer l'âge d'une petite partie du groupe (28 militants/sympathisants) : la moyenne s'élève à

2736 ans V, les hommes d'âge mûr qui n'ont pas encore connu les déceptions et la lassitude de la vie militante comme le précise Claude Pennetier pour les socialistes du Cher. L'analyse montre une concentration des adhérents sur la tranche 30-50 ans.

  • 24 Représentant de commerce, milite à la Bourse du Travail de 1908 à 1911 puis à l'union des syndicat (...)
  • 25 Employé de commerce chez Brilleaud. Secrétaire général de la coopérative de consommation en 1907. (...)
  • 26 Contremaître tricotier, ancien conseiller municipal dans l'Aube. Un des responsables du syndicat d (...)

28Deux personnalités émergent du groupe dirigeant, Augustin Hamon et Paul Boyer. Ces intellectuels, non originaires du département, semblent coupés de la masse des adhérents issus des milieux populaires. Parmi les premiers responsables socialistes dans le centre briochin, on retrouve beaucoup d'ouvriers qualifiés très actifs dans les milieux syndicaux comme Ernest Thémoin24. L'importance des relais mutualistes et coopérateurs (trajectoires représentatives d'Ernest Le Guern25 ou de Georges Le Mercier) est visible au sein de la mouvance socialiste. Des disparités géopolitiques surgissent aussi à l'Est du département où Émile Roulier26 apparaît esseulé face à la prépondérance du camp républicain.

  • 27 Industriel, vénérable de la loge maçonnique de Saint-Brieuc, militant socialiste très écouté de l' (...)
  • 28 Un des fondateurs du syndicat des instituteurs en 1905. Il obtient près de 9 % des voix en 1910 da (...)
  • 29 Instituteur à Brusvily puis à Plérin, un des fondateurs du syndicat, premier syndicaliste élu au c (...)

29Si le courant franc-maçon fait apparaître un dirigeant socialiste majeur, Octave Brilleaud27, c'est le groupe des instituteurs qui constitue le réseau le plus actif au sein de la SFIO alors que les études à l'échelle nationale montrent le poids essentiel du monde ouvrier et des petits paysans dans les fédérations. Dominé par la personnalité de Mathurin Boscher28 (syndicaliste, élu et pédagogue), le monde de l'école regroupe la majorité des cadres partisans de la SFIO, à l'image d'Hippolyte Pasquiou29, souvent investis de responsabilités syndicales comme Armand Guillou, Jean-Baptiste Kermeur, Marie-Ange Rabardel. Les Côtes-du-Nord présentent une configuration interne que l'on retrouvera un peu partout dans le pays dans l'entre-deux-guerres avec des cadres issus du monde de l'école laïque acquis au socialisme.

30Pour conclure, l'implantation paradoxale des socialistes met en lumière les fragilités d'un développement conditionné par la capacité des militants à surmonter toute une série d'obstacles. Mais le développement socialiste est également l'histoire d'une orientation qui suit une voie très particulière, liée au contexte politique et social des Côtes-du-Nord et aux propriétés multiples des premiers militants socialistes. Ainsi, le mouvement socialiste se présente initialement dans une phase d'échecs et de troubles. Bloqué par les élites secrétées par l'Église et les Républicains, le parti socialiste peine à émerger. Affaiblie par des idées marginalisées et un ancrage militant réduit, l'organisation ne parvient pas à conquérir le monde paysan et les territoires ruraux en décalage culturel complet avec le projet politique proposé par les socialistes. Cependant, la seconde phase de cette période originelle, temps des difficultés, permet un modeste déploiement de l'implantation socialiste. Cette histoire tourmentée des débuts de la SFIO ne fait bien sûr pas l'économie de violentes crises (scission-fondation de 1907, choc des municipales briochines en 1908), s'achevant sur les recompositions de l'après-congrès de Tours. Cette étude permet enfin de faire le point sur les traits caractéristiques du groupe militant des pionniers. La SFIO des Côtes-du-Nord s'apparente ainsi à une fédération d'organisations, croisement de filières militantes qui cumulent les appartenances et multiplient les dissensions.

Notes

1 Claude Pennetier, Le socialisme dans le Cher (1851-1921), Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, 1982 ; Jean Sagnes, Le mouvement ouvrier du Languedoc. Syndicalistes et socialistes de l'Hérault de la fondation des bourses du travail à la naissance du PCF, Toulouse, Privat, 1980.

2 Michael Hanagan, The Logic of Solidarity. Artisans and Industrial Workers in Three French Towns, 1871-1914, Chicago, University of Illinois Press, 1980 ; Tony Judt, Socialism in Provence, 1871-1914. A Study in the Origins of The Modern French Left, Cambridge, Cambridge University Press, 1979 ; Ira Katznelson, Aristide Zolberg, Working Class Formation. xixe Century Patterns in Western Europe and United States, Princeton USA, Princeton University Press, 1986.

3 Jacques Girault, Le Var rouge. Les Varois et le socialisme de la fin de la Première Guerre mondiale au milieu des années 30, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995.

4 François Chappé, L'épopée islandaise (1880-1914). Paimpol, la République et la mer, Thonon-les-Bains, L'Albaron, 1990 ; Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992 ; Ronan Viaud, Le syndicalisme maritime français. Les organisations, les hommes, les luttes (1890-1950), Rennes, PUR, 2005.

5 Vincent Rogard, Les catholiques et la question sociale, Morlaix (1840-1914). L'avènement des militants, Rennes, PUR, 1997.

6 Claude Geslin, Le syndicalisme ouvrier en Bretagne jusqu'à la première guerre, 3 tomes, Espaces Écrits, Saint-Hippolyte-du-Fort, 1990.

7 Jean-Louis Robert (dir.), L'invention des syndicalismes. Le syndicalisme en Europe occidentale à la fin du xxe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997.

8 Les socialistes des Côtes-du-Nord sont en relation avec les socialistes belges. Le leader de l'Internationale Émile Vandervelde vient à plusieurs reprises dans le département, en particulier en septembre 1903 au moment de l'inauguration de la statue d'Ernest Renan à Tréguier. Un groupe d'enfants du Vooruit de Gand est accueilli en août 1907 par la jeune fédération.

9 Archives de l'évêché de Saint-Brieuc, 4F7, rapport décanal de 1903. L'enquête comporte des lacunes, en particulier dans un certain nombre de cantons urbains comme à Guingamp, Paimpol, Lannion ou Dinan.

10 Alain Prigent, Les instituteurs dans les Côtes-du-Nord sous la IIIe République. Laïcité, amicalisme et syndicalisme, Les Sables d'Or, Éditions Astoure, 2005.

11 Lex Heerma Van Moss, Marcel Van Der Linden, Class and Others Identities. Gender, Religion and Ethnicity in the Writing of European Labour History, Berghahn Books, 2002.

12 Émile Masson, Les Bretons et le socialisme, Maspéro, 1978. La valeur heuristique de la comparaison avec le cas gallois est une piste à creuser, en raison notamment de l'attrait de ce modèle pour les socialistes bretons. Ducan Tanner (éd.), The Labour Party in Wales (1900-2000), Cardiff, University of Wales Press, 2000.

13 AD Côtes d'Armor (CDA), Le Réveil des Côtes-du-Nord, JP 17/C, Le Réveil des Côtes-du-Nord, n° 82, 12 octobre 1902.

14 Jacques Brengues, Les Francs-Maçons dans la ville : Saint-Brieuc (1760-1990), Soréda, 1995.

15 AD CDA, Le Réveil des Côtes-du-Nord, JP 17/C, n° 18, 4 mars 1900.

16 AD CDA, La Semence Socialiste, AP 203, n° 5, mars 1908.

17 AD CDA 3 M 394, rapport du commissaire de police au préfet, 23 juin 1908. Louis Guilloux fait le récit de cet invraisemblable épisode de la vie politique briochine dans son roman La Maison du Peuple.

18 François prigent, La Charrue Rouge d'Augustin Hamon et de Philippe Le Maux, un socialisme d'extrême-gauche dans les années 30, maîtrise, Rennes 2, 1998.

19 Claude Willard, La correspondance de Charles Brunellière (1880-1917), Paris, Librairie Klincksiek, 1968. Lettre du 14 mai 1916, p. 262. Centre d'histoire du travail (CHT) Nantes, Fonds Hamon, cote HAM 34, lettre d'Augustin Hamon à Pierre Le Roux, 17 avril 1916.

20 CHT Nantes, correspondance entre Augustin Hamon, Paul Vaillant, Octave Brilleaud et quelques autres militants dans Alain Prigent, Histoire des communistes des Côtes-du-Nord (1920-1945), chez l'auteur, 2000, p. 47-50.

21 Menuisier, secrétaire de la Bourse du Travail de Saint-Brieuc (1904-1905). Militant socialiste, il participe au congrès de la FSB en 1907. Conseiller municipal de Saint-Brieuc en 1908, il démissionne peu après. Louis Guilloux s'est inspiré de lui pour le personnage de Calvez dans La Maison du Peuple.

22 Militant socialiste à Saint-Brieuc en 1907. Secrétaire du groupe en décembre 1910, puis de 1914 à 1919. Il entretient une correspondance avec Augustin Hamon pendant la guerre.

23 Institutrice à Caurel, secrétaire générale du syndicat, menacée de révocation elle est déplacée d'office en 1914. Très ouverte aux idées féministes.

24 Représentant de commerce, milite à la Bourse du Travail de 1908 à 1911 puis à l'union des syndicats en 1912. Militant socialiste dès 1904, franc-maçon, il préside le Groupe fédéral des intérêts ouvriers en 1908. Un des responsables de la fédération en 1914-1916.

25 Employé de commerce chez Brilleaud. Secrétaire général de la coopérative de consommation en 1907. Dirige la fédération en 1914-1915. Secrétaire-adjoint de l'UD CGT en 1918. Favorable à l'adhésion à la IIIe Internationale, il devient un des dirigeants importants du PCF.

26 Contremaître tricotier, ancien conseiller municipal dans l'Aube. Un des responsables du syndicat des Terre-neuvas de Dinan en 1911. Candidat aux législatives de 1910 et de 1914.

27 Industriel, vénérable de la loge maçonnique de Saint-Brieuc, militant socialiste très écouté de l'union des syndicats en 1910. Ami personnel d'Augustin Hamon, il jouera un rôle important dans la fédération dans l'entre-deux-guerres. Maire de Saint-Brieuc en 1931, il suit Déat dans la scission des néo-socialistes.

28 Un des fondateurs du syndicat des instituteurs en 1905. Il obtient près de 9 % des voix en 1910 dans le canton de Loudéac. Maire de Saint-Barnabé en 1912, il quitte l'enseignement pour se consacrer à ses recherches pédagogiques et à l'édition de sa méthode de lecture.

29 Instituteur à Brusvily puis à Plérin, un des fondateurs du syndicat, premier syndicaliste élu au conseil départemental en 1910. Franc-maçon, un des dirigeants importants de la fédération après 1920.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540