Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Première partie. Au temps de la SFIO en Bretagne (1905-1969)

Les premiers pas du PSU-SFIO en Bretagne (1905-1914)

Claude Geslin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le socialisme s'est manifesté en Bretagne dès la première moitié du xixe siècle ; les socialistes utopiques y sont alors à l'œuvre dans les plus grandes villes. À Nantes, Ange Guépin introduit un saint-simonisme teinté de fouriérisme, tandis que Chevé y développe en 1848 les idées d'un socialisme chrétien, dues à sa fréquentation de Philippe Buchez, dans deux journaux, l'Alliance et l'Unité, qu'il publie successivement et dont le second préconise des solutions nettement socialistes. Mais c'est à Brest, en particulier dans le milieu de l'arsenal, que le socialisme s'implante le plus durablement grâce à l'action de la famille Le Doré, sensible surtout en 1848 et en 1869-1870 avec la création d'une section de l'AIT et la proclamation d'une Commune qui précède de quelques mois, mais sans comparaison possible, celle des Parisiens. Il n'empêche que des groupes socialistes se mettent en place dans les principales villes les années suivantes : Jules Maniez crée celui de Rennes, Victor Chiron celui de Brest, tandis qu'un groupe nantais apparaît au début des années 1880 avant d'être reconstitué quelques années plus tard et pris en main par Charles Brunellière qui désormais en sera le responsable le plus représentatif et le principal inspirateur.

2Toutefois ce développement reste bien limité. En témoigne le résultat des élections législatives de 1881 quand les socialistes décident de se compter en présentant leurs propres candidats : écrasés à Rennes et à Nantes, ils ne font relativement bonne figure qu'à Brest ; on en revient donc au soutien du candidat radical, voire républicain, lors des élections suivantes. La création du PSU-SFIO devait à terme transformer les données. On retiendra de la situation avant 1914 : une mise en place tardive des structures départementales, les premiers succès électoraux majeurs, les principales caractéristiques du socialisme d'alors.

Espoirs et frustrations. Les socialistes bretons face à l'unité : la mise en place tardive des fédérations départementales

Une volonté unitaire affirmée

3L'aspiration à l'unité socialiste est apparue très tôt en Bretagne. Les militants, peu nombreux, sont bien conscients que leur faiblesse est aggravée par les querelles doctrinales entre les différentes écoles. Elle s'exprime d'abord à Nantes où Charles Brunellière, qui vient d'achever son évolution vers le socialisme et qui aurait souhaité une union plus large encore englobant au moins les radicaux-socialistes, réussit à reconstituer un groupe socialiste le 5 septembre 1890 ; ce dernier s'interdit de participer aux querelles des différentes chapelles socialistes et se veut donc ouvert à tous les socialistes, à l'exception cependant des possibilistes et, quelque temps plus tard, des anarchistes ! En 1894 apparaît, toujours sous la houlette de Brunellière qui désormais et jusqu'à sa mort en 1917 contrôle le socialisme local, une Fédération socialiste nantaise qui ne met plus d'exclusive et prend vite son essor : 125 adhérents en 1897, 300 en 1899. Voyant plus large encore, Brunellière songe bien vite à la réalisation d'une fédération bretonne. Il en rédige même les statuts en 1894. La tentative cependant échoue.

4Mais l'idée d'unité socialiste, renforcée par le discours de Millerand à Saint-Mandé, chemine rapidement dans l'esprit de nombreux militants socialistes bretons. Leurs délégués au congrès national de la salle Japy à Paris en 1899 arrivent confiants, d'autant plus que la question de l'unité figure à l'ordre du jour. Leur déception est donc particulièrement grande lorsque les discussions se perdent dans les querelles autour de la question de la participation ministérielle de Millerand, approuvée par Jaurès mais vigoureusement combattue par Guesde, qui semble diviser irrémédiablement les dirigeants socialistes nationaux et finalement empêche l'unité tant souhaitée par les militants bretons.

  • 1 Claude Willard, La correspondance de Charles Brunellière socialiste nantais 1880-1917, Paris, Klin (...)
  • 2 Id., p. 170-171, lettre de Brunellière à Yves Le Febvre, le 23 janvier 1900.

5Les Bretons cependant ne se découragent pas. Leur participation à Japy a permis à leurs responsables de se rencontrer et de discuter de leurs aspirations communes. Puisque l'unité tant rêvée n'est pas possible dans l'immédiat sur le plan national, pourquoi ne pas la réaliser dans le cadre breton ? Les initiateurs en sont le Morlaisien Yves Le Febvre et le Nantais Charles Brunellière. Le 13 janvier 1900, ce dernier fixe les objectifs de l'organisation envisagée dans une lettre adressée aux groupes et comités socialistes de Bretagne : « [Elle] a pour buts de coordonner les forces socialistes de Bretagne, d'unir les groupes existants, d'en créer de nouveaux et de développer le mouvement socialiste dans notre pays. » La convocation s'adresse à tous les groupes (politiques, syndicaux, coopératifs), qu'ils soient ou non affiliés à l'une des cinq organisations nationales (guesdistes du POF, vaillantistes du PSR, allémanistes du POSR, broussistes de la FTSF, indépendants de la Confédération générale des socialistes indépendants), à la seule condition d'adhérer aux principes généraux ayant servi de base à la convocation du congrès de Japy1. Brunellière est bien conscient cependant que l'initiative n'est guère appréciée par les directions socialistes : « Je crois que les cinq organisations ne voient pas trop d'un bon œil notre fédération se former et je sais qu'on a écrit aux groupes qui y sont affiliés ; mais nous sommes Bretons, nous savons ce que nous voulons et nous imposerons l'union aux officiers et sous-officiers parisiens de notre parti, sachant très bien que les soldats sont avec nous2. »

  • 3 Le Febvre est aussi rédacteur en chef du Breton socialiste, organe de la Fédération, qui paraît d' (...)

6Effectivement, lors du congrès constitutif qui se tient à Nantes les 3 et 4 mars 1900, l'opposition est conduite par un dirigeant allémaniste parisien, Renou, qui s'est fait déléguer par le groupe allémaniste du premier canton de Nantes ; cependant Renou ne peut entraîner derrière lui que 12 organisations sur les 85 représentées et la Fédération socialiste de Bretagne est donc constituée sans difficulté. Des délégués sont venus de diverses villes et le groupe des socialistes bretons de Paris était représenté par Aristide Briand. Fin 1900 la FSB regroupe 34 groupes socialistes, de nombreux syndicats, surtout nantais, et des coopératives de consommation et de production. Elle est administrée par un conseil fédéral de 11 membres, dont Yves Le Febvre, mais son bureau est essentiellement nantais : Brunellière (secrétaire général), Blanchart (secrétaire-adjoint) et Allaire (trésorier). Le Febvre cependant deviendra secrétaire-adjoint lors du 5e congrès de la FSB à Saint-Brieuc en 19053. Attentive à l'évolution nationale, la FSB se félicite du regroupement en deux organisations qui résulte des congrès de la salle Wagram à Paris en 1900 et de Lyon en 1901 : le Parti socialiste français (Jaurès) créé en mars 1902 et le Parti socialiste de France (Guesde-Vaillant) créé en septembre de la même année. Elle adhère même quelques mois au premier, mais s'en sépare vite au nom de son hostilité aux divisions et aux luttes de chapelles et de son désir d'indépendance par rapport aux organisations nationales ; ce qui permet d'ailleurs à Brunellière d'adhérer, à titre personnel, au Parti socialiste de France !

Une mise en place tardive des structures départementales

  • 4 Claude Willard, op. cit., p. 209, lettre à Yves Le Febvre. Finalement chaque fédération autonome s (...)
  • 5 Id., p. 212, lettre à Yves Le Febvre. Brunellière craint en particulier un excès de rigidité qui i (...)

7La création du Parti socialiste unifié-section française de l'Internationale ouvrière en 1905 ne pouvait que ravir les militants bretons. L'unité tant rêvée était enfin réalisée et la FSB adhère bien évidemment au nouveau parti. La satisfaction pourtant n'est pas totale car beaucoup d'éléments d'incertitude subsistent. Déjà une inquiétude réelle perçait pendant les mois qui avaient précédé le congrès de la salle du Globe (23-25 avril 1905) où l'unité avait été réalisée. Brunellière s'en était fait l'écho dans ses lettres à Yves Le Febvre, qui partage son analyse et ses interrogations. Le 7 novembre 1904 il écrit : « [...] Je trouve que le PSF et le PS de F laissent de côté les fédérations autonomes [comme la FSB], sans s'inquiéter de leur volonté. Il serait nécessaire pourtant qu'elles aient leurs délégués dans la conférence chargée de préparer l'Unité, si elle est possible. Le PSF et le PS de F cherchent tous deux à attirer les Fédérations de leur bord, sans se soucier qu'elles ne sont ni du PSF, ni du PS de F ; il nous faudra nous défendre contre l'accaparement et manifester notre volonté à la conférence où nous devrions avoir nos délégués spéciaux4. » Le 23 mars 1905 il lui précise que le délégué de la FSB au Congrès d'unification devra recevoir « un mandat bien déterminé » : « [.] Il faudra, n'en doutez pas, que nous conservions une certaine autonomie. Je crains qu'on veuille nous faire trop marcher à la baguette et jamais nous ne pourrons nous soumettre à une discipline trop étroite qui aurait quelque chose d'humiliant. L'union et l'unité, c'est entendu ; mais plutôt un système fédératif que le système jacobin5. »

  • 6 Id., p. 216, lettre à Yves Le Febvre le 6 mai 1905. Ailleurs, Brunellière n'hésite pas à parler du (...)

8On déchante donc bien vite. Autant qu'à l'unité, la plupart des socialistes bretons tenaient à leur fédération régionale et à une certaine autonomie face aux directives de l'organisation centrale. Pourtant la FSB semble irrémédiablement condamnée, le PSU ne reconnaissant que les fédérations départementales et n'ayant accepté, dans un premier temps, l'adhésion des fédérations autonomes qu'à titre provisoire. Brunellière s'en inquiète très vite, affirmant début mai 1905 sa détermination de maintenir la FSB : « Je tiendrai bon pour que la Fédération de Bretagne ne soit pas conservée à titre provisoire, mais reconnue à titre définitif. Le Parti socialiste breton n'a pas eu sa bataille de Saint-Aubin-du-Cormier ; il fait un mariage à la Louis XII et non à la Charles VIII avec le Parti socialiste français6. »

  • 7 Ce sont les chiffres avancés par Brunellière (lettres à Guitton et Hamon les 21 mars et 15 septemb (...)

9Mais des tensions se font rapidement jour à l'intérieur même de la FSB ; plusieurs groupes militent pour la formation de fédérations départementales, dans le Finistère (Brest), le Morbihan (Lorient) et les Côtes-du-Nord, menaçant de passer à l'acte et d'introduire ainsi la division dans le socialisme breton. La FSB survit pendant deux ans et au début de 1907 Brunellière campe encore sur ses positions, développant divers arguments : fragilité du socialisme dans certains départements (Côtes-du-Nord, Ille-et-Vilaine, Morbihan) exposés aussi à être représentés au Conseil national du parti par ceux qu'il surnomme les « comitards parisiens », risques de division : dans le Finistère (où Morlaix est en opposition avec Brest, qui aura la mainmise sur le département) et dans le Morbihan (où Lorient et Hennebont se heurtent à l'hostilité des autres groupes) et même dans les Côtes-du-Nord aux effectifs pourtant faméliques ! Et puis le bilan de la FSB au niveau des effectifs est positif depuis 1905 : environ un millier d'adhérents au moment de l'unité, 1251 en décembre 1906, 1365 en 19077.

10Lors du congrès de Saint-Brieuc de la FSB en juillet 1907, les partisans de la survie de l'organisation régionale sont encore majoritaires : les 24 groupes de la Loire-Inférieure, Rennes, 9 groupes morbihannais et Morlaix. Pourtant, pour éviter que le Finistère, les Côtes-du-Nord et une moitié du Morbihan ne quittent la FSB, Brunellière accepte sa dissolution et son remplacement par cinq fédérations départementales (une motion présentée par Goude prévoit leur réalisation avant le 1er janvier 1908). Il a cependant obtenu que les fédérations bretonnes soient représentées au conseil national du parti et dans les congrès uniquement par des Bretons habitant la Bretagne pour éviter l'hégémonie de Paris et l'on a décidé de créer une confédération bretonne, souhaitée en particulier par Yves Le Febvre persuadé de l'échec inéluctable des fédérations départementales et de la nécessité de maintenir un cadre pour faire face à cette éventualité ; mais celle-ci, constituée en février 1908 à Rennes, n'aura qu'un rôle fictif, permettant seulement aux dirigeants bretons de rester en contact les uns avec les autres.

11Les fédérations départementales sont constituées les mois suivants à l'occasion de congrès qui réunissent les différents groupes socialistes de chaque département : à Saint-Brieuc en novembre pour les Côtes-du-Nord (Augustin Hamon secrétaire), à Morlaix pour le Finistère (Émile Goude secrétaire) et Vannes pour le Morbihan (Bonneaud, professeur à l'école primaire supérieure, secrétaire) en décembre 1907. Elles tiennent chaque année des congrès : Caudan (1908), Locminé (1909), Lorient (1910 et 1911) pour le Morbihan. Elles essaient, avec des fortunes diverses, de se doter d'organes de presse : Le Réveil des Côtes-du-Nord, L'Égalitaire — remplacé en 1908 par Le Cri du Peuple — dans le Finistère, l'Éveil socialiste (1909) puis Le Rappel du Morbihan (1911), Le Travailleur de l'Ouest en Loire-Inférieure (1908). Brunellière se replie désormais sur la Loire-Inférieure, dirigeant la fédération, depuis la création de cette dernière en janvier 1908 jusqu'à sa mort en 1917, Lorient domine la Fédération du Morbihan, Brest celle du Finistère alors que la ville ne comptait en 1902, au congrès de la FSB à Rennes, que 3 mandats contre 9 à Morlaix. En Ille-et-Vilaine, Bougot, secrétaire de la fédération, et les universitaires rennais inspirent l'organisation départementale, tandis que des querelles intestines contribuent à affaiblir davantage celle des Côtes-du-Nord. Mais tous n'ont pas digéré l'éclatement de la FSB et la mainmise désormais de l'organisation centrale ; Yves Le Febvre engage alors une démarche douloureuse qui va le conduire hors du parti et le pousser à envisager de participer aux législatives de 1914 sous l'étiquette radicale.

  • 8 Le Xe congrès national, un peu écourté du fait de la nécessité pour les députés socialistes de ret (...)
  • 9 L'OURS, Compte-rendu analytique du 8e congrès national (2e session), Paris, Siège du Conseil natio (...)

12Les départements bretons connaissent désormais jusqu'en 1914 des évolutions contrastées. Le Finistère progresse, il compte 830 adhérents en 1911 et obtient cette année-là 4 mandats pour le VIIIe congrès national de Paris des 1er et 2 novembre ; en 1912 ses effectifs passent à 9008. En revanche, la Loire-Inférieure, élément moteur de la FSB, ne dispose que de deux mandats au même congrès de Paris de 1911 (elle compte alors moins de 400 adhérents, mais environ 500 fin 1912), comme le Morbihan et l'Ille-et-Vilaine, tandis que les Côtes-du-Nord doivent se contenter d'un seul. Les fédérations bretonnes (11 mandats en tout) pèsent donc bien peu dans un parti dominé par les puissantes fédérations du Nord (59 mandats) et de la Seine (45 mandats), moins que les Bouches-du-Rhône (12), la 3e fédération du PS9.

Les adhérents socialites en Bretagne de 1905 à 1914 (d'après le nombre de cartes prises)

Les adhérents socialites en Bretagne de 1905 à 1914 (d'après le nombre de cartes prises)

Sources : L'OURS, Comptes-rendus des congrès nationaux de 1905 à 1914.
(1) Nombre de cartes prises au moment du congrès d'Unité en avril.
(2) Cartes prises de janvier à fin juillet 1907.

Les premiers succès électoraux significatifs

13Des conseillers municipaux socialistes apparaissent assez tôt en Bretagne et le Rennais Jules Maniez semble bien être en 1878 le premier élu breton. Élu à nouveau en 1884, il est alors rejoint par d'autres dont Jacques Gouzien à Lambézellec et Victor Chiron à Brest. À Nantes, Brunellière, d'abord conseiller municipal radical-socialiste, devient conseiller socialiste au terme de son évolution à la fin des années 1880. Ils sont plus nombreux à partir de 1900 à Brest, Nantes, Rennes, Saint-Nazaire, Lorient, Morlaix, Fougères, et ailleurs ; mais ils restent toujours en nombre limité, au mieux quelques unités, et ne peuvent guère influencer la politique locale. Ils sont la caution ouvrière des majorités républicaines qui l'emportent de plus en plus dans les villes au cours du long combat des Bleus contre les Blancs souvent seuls maîtres de la situation depuis bien longtemps. Le pouvoir républicain n'hésite pas à l'occasion à les rappeler à l'ordre, les accusant de diviser le camp républicain quand ils osent, comme en 1881, présenter des candidats distincts. La situation aurait pu perdurer longtemps, mais les choses changent en 1904.

La première grande municipalité bretonne dirigée par un maire socialiste : Brest, 1904

14La victoire de 1904 a été préparée depuis plusieurs années avec l'affirmation progressive d'une alliance entre radicaux et socialistes. En 1898, le radical Auguste Isnard, sensible aux questions sociales et favorable à la revendication ouvrière d'obtenir de la municipalité la création d'une bourse du travail, avait été élu député de Brest grâce au soutien des socialistes au second tour. Il devait siéger à la Chambre des députés au groupe des radicaux-socialistes. L'alliance s'était confirmée au second tour des élections municipales partielles de 1898 et surtout lors du renouvellement général de 1900 ; mais radicaux et socialistes avaient été balayés par la liste républicaine conservatrice du maire de Brest, le sénateur Delobeau, remplacé alors à la tête de la municipalité par Charles Berger. Quelques radicaux avaient bien été élus, mais aucun socialiste.

15Cela permet, lors du renouvellement de 1904, de comprendre le manque de clairvoyance de la majorité municipale qui, divisée sur la question de l'anticléricalisme, se permet de présenter deux listes, mais aussi celle d'Isnard qui se contente de soutenir dès le premier tour une liste socialiste de 24 noms, dite « d'action républicaine et sociale », sans doute parce qu'il ne croit pas la victoire possible et que cela lui permet de remercier, a priori sans conséquence, les socialistes de leur soutien renouvelé lors du second tour des législatives de 1902 qui l'ont confirmé dans son mandat. Pourtant c'est la surprise. Victor Aubert, tête de liste des socialistes, dépasse même de 644 voix le candidat le mieux placé des listes adverses. Au second tour, le 8 mai, la liste d'action républicaine et sociale, complétée par l'apport de 12 radicaux dont Isnard, est alors entièrement élue, obtenant une moyenne de 4 800 voix contre 4 200 à celle de ses adversaires réconciliés, et offre quelques jours plus tard le poste de maire au socialiste Victor Aubert, un ouvrier horloger.

  • 10 Une ville sous le régime collectiviste. Histoire de la municipalité brestoise (1904-1908).
  • 11 Claude Geslin, « Yves Le Febvre et le socialisme. Autour d'une lettre d'Yves Le Febvre au Nantais (...)

16La municipalité, peu expérimentée, est bien vite dépassée par les querelles idéologiques qui la submergent et Isnard quitte très tôt le navire. Mais elle est surtout ballottée par les répercussions du violent mouvement social qui agite la ville et tout le département pendant plusieurs années et que Louis Coudurier, directeur de La Dépêche de Brest, décrira dans un pamphlet publié en 190810, mais que juge aussi très sévèrement le socialiste morlaisien Yves Le Febvre ; c'est d'ailleurs ce qui le conduit à se détacher progressivement du socialisme11. Il est vrai que le syndicalisme a pris son élan dès le début du siècle et qu'il est l'un des principaux artisans de la victoire de 1904, recevant dès juillet 1904 la récompense promise : une bourse du travail d'où partent dès lors les mots d'ordre les plus révolutionnaires. Relayés par de nombreux conseillers municipaux dont Jean-Marie Le Tréhuidic, d'ailleurs premier secrétaire de la bourse du travail, et l'ouvrier de l'arsenal Jean Vibert, les syndicalistes révolutionnaires mettent la municipalité dans une position intenable, forcée de couvrir les violences tout en étant censée assurer l'ordre dans la ville. La division conduit à la débandade de 1908 avec la présentation de trois listes se réclamant du socialisme et violemment opposées entre elles : celle du PSU dirigée par Émile Goude, celle de Vibert, proche des syndicalistes révolutionnaires, celle des groupes dissidents des « socialistes de gauche » d'Aubert, ce qui permet une victoire facile de la liste conduite par le sénateur Delobeau. C'est la fin piteuse de la première expérience d'une municipalité socialiste dans une grande ville bretonne.

Des succès plus probants sous l'égide du PSU

17Entre 1909 et 1912 cependant, les socialistes remportent divers succès ; si certains sont encore éphémères, d'autres vont s'avérer plus durables, préparant l'avenir.

  • 12 Colette Le Gall, La naissance du mouvement socialiste dans le Morbihan à travers Le Rappel du Morb (...)

18La première municipalité conquise alors par les socialistes est celle de Lanester. Banlieue ouvrière de Lorient en expansion rapide et situé sur le territoire de la commune voisine de Caudan, le quartier de Lanester compte dans sa population de nombreux ouvriers de l'arsenal et un groupe socialiste actif. La constitution de Lanester en commune en 1909 permet aux socialistes de l'emporter largement à l'occasion des premières élections municipales, obtenant 20 sièges sur 23 et imposant l'un des leurs, Jean Marie Le Halpert, ouvrier au port, à la tête de la municipalité. La victoire est confirmée en 1912 et Le Halpert réélu maire. Le socialisme s'implante alors vigoureusement à Lanester alors que Lorient n'élit encore qu'un seul conseiller socialiste en 1908 et 3 en 191212.

  • 13 Il est aussi, ailleurs, qualifié de commerçant.
  • 14 Corentin Lucas, marin, élu sous l'étiquette « républicain socialiste », qui devient maire du Guilv (...)

19Début 1911 les socialistes finistériens prennent le contrôle de Concarneau à l'occasion d'une élection municipale provoquée par la démission du maire, Billette de Villeroche, pour protester contre les refus répétés de l'administration à ses projets d'agrandissement du port. Leur liste, composée majoritairement de marins-pêcheurs et de soudeurs-boîtiers, l'emporte le 12 février contre la liste de concentration républicaine ; le 19, Sébastien Ségalin, gardien de pénitencier en retraite13 et doyen de l'assemblée, est élu maire avec pour adjoints François Campion et Alphonse Duot. Là encore, les élections de 1912 confirment le résultat de l'année précédente, François Campion devenant maire à la place de Ségalin qui s'est retiré ; c'est cependant le début des difficultés, la gestion du nouveau maire, tête de file du socialisme local depuis plusieurs années, laissant à désirer et devant conduire à la perte de la municipalité en 1919 pour une longue période. Mais les élections de 1912 attestent dans divers endroits du développement rapide du socialisme finistérien. Les socialistes l'ont emporté dès le premier tour au Guilvinec14 et, au second tour, ils participent à des listes d'Union républicaine et sociale victorieuses à Saint-Pierre-Quilbignon et à Lambézellec où le socialiste Jean Cloarec est élu maire le 19 mai. À Quimper, une liste identique a obtenu 7 sièges et un heureux concours de circonstances aboutit à l'élection d'un maire socialiste, Henri Jacquelin ; un maire contesté par les radicaux outrés de la mise à l'écart de Le Hars et qui s'ingénient à perturber son mandat.

  • 15 Il a été élu en juillet 1910, en même temps qu'Émile Goude, élu lui dans le second canton. D'aille (...)
  • 16 Avec la victoire du radical Victor Le Gorgeu.

20Le succès le plus probant des socialistes finistériens en 1912 est la reconquête de la municipalité brestoise. Pourtant, le premier tour ne leur a pas été particulièrement favorable (3 élus seulement contre 14 à la liste de la majorité sortante), mais le second tour l'est davantage (18 contre 1) leur assurant une majorité confortable et le poste de maire qui est confié à Hippolyte Masson, déjà conseiller général du 3e canton de Brest15. Les socialistes brestois, dont l'équipe est plus cohérente qu'en 1904, devaient garder le contrôle de la municipalité jusqu'en 192916.

  • 17 On retiendra aussi l'épisode Le Mercier, socialiste briochin, élu maire de Saint-Brieuc en 1908 gr (...)

21Mais ces succès sont essentiellement finistériens, en dehors de Lanester et de la petite commune rurale de Saint-Barnabé, au Sud des Côtes-du-Nord, où l'instituteur Mathurin Boscher s'empare aussi de la municipalité. Ils résultent d'un plus grand dynamisme militant insufflé essentiellement par Brest qui fournit même des candidats aux départements voisins (Philippot à Lorient lors des élections législatives de 1914) ; mais ils correspondent aussi aux villes qui avaient le plus souhaité la création de fédérations socialistes départementales et qui sont en phase avec la direction nationale du parti socialiste. Ailleurs, les alliances avec les radicaux permettent l'élection de quelques conseillers socialistes, en particulier à Rennes où le leader socialiste local Bougot figure sur la liste Janvier qui l'emporte en 190817.

Un député socialiste en Bretagne avant 1914 : Émile Goude à Brest en 1910

  • 18 Claude Willard, op. cit., p. 76, lettre à Auguste Andrieux le 26 août 1893.
  • 19 S'il obtient alors les voix de 25,6 % des inscrits, il descend à 19,5 % en 1910 et 8 % en 1914. Na (...)

22Il aurait semblé naturel que la Basse-Loire fournisse ce premier député socialiste de Bretagne tant attendu par les militants. L'importance du monde ouvrier, sans égale en Bretagne, le développement précoce du socialisme et la force du mouvement syndical, la présence d'une personnalité fédératrice de la qualité de Brunellière en constituaient les indispensables conditions favorables. Aussi Brunellière va-t-il tenter l'expérience à de multiples reprises dans sa ville de Nantes. En vain ! En 1893, s'il n'espérait guère l'emporter, il envisageait du moins un progrès sensible des voix accordées aux socialistes. Mais c'était sans compter avec les anarchistes qui, profitant du besoin évident de calme social pour les socialistes en période électorale, lancent habilement une grève qui devient générale et paralyse la ville pendant plusieurs semaines ; il s'agissait pour eux de prendre le contrôle de la toute nouvelle bourse du travail qui s'était donnée un secrétaire socialiste, Désiré Colombe, candidat socialiste lui aussi aux côtés de Brunellière. Si les anarchistes échouent, Brunellière obtient un score dérisoire (13,7 % des inscrits), d'où sa déception alors qu'ailleurs en France, plusieurs dizaines de socialistes sont élus dans le contexte de la crise de Panama : « J'ai eu 2 660 voix et Colombe 1 268 — soit en tout 3 928 ; nous espérions recueillir 5 000 à 6 000 voix à nous deux ; c'est une désillusion18. » En 1902, c'est la droite bourgeoise qui vient au secours du républicain modéré Sibille et lui permet de l'emporter de 1 300 voix sur Brunellière, soutenu par les radicaux-socialistes, privant ce dernier du succès espéré19. Il faudra attendre 1919 pour que les socialistes de la Basse-Loire ouvrière conquièrent leur première municipalité quand Julien Lambot l'emporte dans la toute nouvelle commune de Trignac, aux portes de Saint-Nazaire, et 1928 pour l'élection de leur premier député, François Blancho, maire de Saint-Nazaire depuis 1925.

23L'embellie vient une nouvelle fois de l'Ouest où les Brestois Goude et Masson ont su organiser une fédération finistérienne active. En 1906 Goude s'était retrouvé projeté en avant dès le premier tour par le mauvais score d'Isnard, député sortant déconsidéré ; au second tour il n'avait été battu que de quelques centaines de voix (8 292 contre 8 886) par le candidat que soutenaient tous les anticollectivistes de la ville, de gauche comme de droite, Pierre Biétry, secrétaire national du syndicalisme jaune. Mais Biétry ne devait être qu'un intermède. En 1910 Goude l'emporte logiquement au second tour par 9 120 voix contre 8 485 à son adversaire (il est vrai qu'il y a eu 40 % d'abstentions !). C'est le premier député socialiste élu en Bretagne ; ce sera le seul avant 1914. C'est aussi le début d'une longue carrière politique ; en 1914 Goude est réélu facilement dès le premier tour.

  • 20 Au premier tour Masson l'a encore emporté dans le canton de Concarneau, mais il n'arrive en tête q (...)
  • 21 Elisabeth Puechmaille, La vie parlementaire dans l'arrondissement de Quimper et ses acteurs 1871-1 (...)

24La performance de Goude à Brest ne doit pas cacher la montée socialiste dans le sud du département. La campagne pour les élections législatives de 1910 est menée activement par les Brestois, le candidat Hippolyte Masson et Le Tréis, qui viennent provoquer dans son fief le vieux et populaire leader républicain Louis Hémon. Si celui-ci l'emporte malgré tout facilement au premier tour (8 935 voix contre 3 543), Masson est arrivé en tête dans le canton de Concarneau (1 880 voix contre 1 689 à Hémon) ; il domine largement à Concarneau même (911 voix contre 395) et à Lanriec (362 voix contre 166), tandis que Hémon l'emporte à Trégunc (604 contre 184) et moins nettement à Beuzec-Conq (524 contre 423). Cela laisse présager d'éventuels succès municipaux, concrétisés dès l'année suivante par la conquête de la municipalité concarnoise. S'ils ne sont pas encore capables de l'emporter, tant l'influence des républicains reste grande, que ce soit Hémon ou Le Bail, ils peuvent néanmoins perturber leurs projets et même parfois imposer leurs vues. Ainsi, en 1912, dans une élection destinée à remplacer Louis Hémon devenu sénateur, le maintien de Masson au second tour empêche-t-il le républicain Soulière, héritier désigné de Hémon, de l'emporter, favorisant le succès d'Hugot-Derville candidat de l'Action libérale (5 495 voix à Hugot-Derville, 4 158 à Soulière, 3 748 à Masson)20. En 1914 les socialistes, vigoureusement pris à partie par les radicaux pour leur attitude de 1912, acceptent de se désister au second tour et favorisent ainsi l'élection de Bouilloux Lafont (8 193 voix contre 5 579). Mais ils ont au préalable empêché la candidature au premier tour d'Yves Le Febvre pourtant sollicité par les radicaux locaux mais que ses anciens amis considèrent alors comme un « traître » ; craignant les effets néfastes du mécontentement des socialistes au second tour, les radicaux suscitent donc une autre candidature, Yves Le Febvre, amer, ne maintenant pas son projet21. Au premier tour, Masson ne l'emporte plus dans le canton de Concarneau (941 voix contre 1 288 à Bouilloux Lafont) sauf à Concarneau même où il obtient 505 suffrages et Bouilloux Lafont seulement 293.

Les principales caractéristiques du socialisme breton avant 1914

Un anticléricalisme virulent

  • 22 Victor Basch, Henri Sée, Jacques Cavalier.

25L'anticléricalisme est largement répandu dans les rangs socialistes et s'exprime plus ou moins violemment. À Rennes, les socialistes, d'abord hostiles à la révision du procès Dreyfus, se sont ralliés à la cause dreyfusarde en partie par anticléricalisme pour s'opposer aux cléricaux antidreyfusards : le cléricalisme constituant le plus grand danger, alors que les Juifs sont peu nombreux à Rennes, il faut donc prendre le parti de ses adversaires ; c'est le discours tenu par Francis Delaisi, principale figure avec Armand Rébillon d'un groupe d'étudiants rennais cheville ouvrière de l'alliance entre les socialistes de la bourse du travail et quelques professeurs de l'université qui se convertissent alors au socialisme22 et mènent le combat dreyfusard. Au début du xxe siècle, c'est par anticléricalisme que Charles Bougot, leader socialiste rennais, s'oppose un temps à la revendication du repos hebdomadaire lancée dans la ville par les sillonnistes car il a toutes les raisons de craindre que le jour retenu soit le dimanche, ce qui permettrait aux ouvriers d'assister plus facilement à la messe ; d'ailleurs ce serait une entorse aux lois laïques de Jules Ferry, l'obligation du repos hebdomadaire ayant été supprimée dans ce cadre en 1880. Bien sûr, Bougot se rallie malgré tout à la revendication de la CGT, elle aussi favorable au repos hebdomadaire qui est rétabli en 1906. De même, à Nantes, ce sont les socialistes qui alimentent l'essentiel des manifestations dreyfusardes d'abord, puis antireligieuses à l'occasion de la lutte contre les congrégations, de la loi de Séparation des Églises et de l'État et des inventaires des biens du clergé. Brunellière se méfie d'ailleurs particulièrement des sillonnistes qui, se proclamant socialistes, peuvent concurrencer le parti socialiste et perturber son développement sur une terre où la tradition religieuse reste forte ; en 1907, il considère le Sillon comme l'adversaire le plus sérieux du socialisme et se propose d'œuvrer efficacement pour contenir son expansion. Le même anticléricalisme socialiste transparaît ailleurs, en particulier lors des manifestations qui perturbent les processions de Lambézellec les 14 et 21 juin 1903 et qui sont conduites par Vibert.

26L'anticléricalisme se manifeste davantage encore dans le socialisme lorientais. Il est vrai que ce dernier est largement influencé par les instituteurs laïques qui y jouent un rôle prépondérant, que ce soit Bonneaud, premier secrétaire de la fédération socialiste du Morbihan, ou Louis Cren, secrétaire d'un syndicat illégal d'instituteurs affilié à la bourse du travail, qui lui succède en 1914. La propagande anticléricale se traduit par des incidents violents, en particulier à Hennebont en septembre 1903. Les ouvriers des Forges d'Inzinzac viennent alors de soutenir une longue grève émaillée d'incidents violents où ils ont eu finalement en partie gain de cause. Avec des renforts venus de Lorient, ils perturbent la fête patronale d'Hennebont. Les heurts sont violents et l'église subit un assaut en règle. C'est un socialiste local, Le Guen, qui justifie alors les violences ouvrières dans La Petite République du 30 septembre 1903 : « Les ouvriers trompés, frappés, condamnés par les autorités gouvernementales, qui obéissaient aux suggestions des cléricaux et de la Compagnie des Cirages, ont résolu de répondre comme il convenait. On empêchait leurs défilés, on interdisait brutalement leurs chants dans lesquels ils chantaient l'espoir en un avenir plus humain ; ils empêcheraient les processions, ils interdiraient les cantiques dévots où les races primitives ronronnent la mélancolique bêtise des peuples ensevelis dans les ténèbres des dogmes religieux. »

Une liaison intime avec les organisations syndicales à l'époque du syndicalisme révolutionnaire

27Cela apparaît paradoxal au moment où les organisations syndicales réussissent à s'émanciper de la tutelle socialiste et proclament officiellement leur indépendance à Amiens en 1906, refusant ainsi de tomber sous la coupe du PSU constitué l'année précédente. En Bretagne les choses sont moins tranchées même si on ne remet pas en cause officiellement les décisions d'Amiens. Bien sûr, à Brest surtout, où dominent les libertaires, à Lorient dans une moindre mesure car les socialistes réussissent à se faire entendre, à Saint-Brieuc après l'évolution du docteur Boyer vers le radicalisme, le syndicalisme maintient son indépendance et adhère sans réserve au syndicalisme révolutionnaire.

28Partout ailleurs cependant des liens intimes subsistent entre les organisations politiques et syndicales ouvrières. Mais les modalités varient considérablement selon l'appartenance des socialistes à la mouvance guesdiste ou à l'allémanisme. Certains socialistes, en effet, n'ont jamais abandonné l'idée de contrôler l'organisation syndicale au profit du parti. À Brest les premiers syndicats catholiques se sont constitués au début des années 1890 par hostilité au contrôle qu'exerçaient les socialistes sur les organisations déjà créées. De même, c'est parce qu'il est aux mains des socialistes que le syndicat de l'arsenal est exclu en 1908 de la bourse du travail contrôlée par les libertaires ; après le départ des libertaires qui constituent un nouveau syndicat et réintègrent la bourse, le syndicat socialiste, ou « vieux syndicat » mais dit encore « syndicat goudiste » ce qui montre bien son appartenance, fonctionne parallèlement jusqu'en 1910. À Nantes, plus heureux, Charles Brunellière, fidèle à la théorie guesdiste sur ce point, réussit en général à contrôler la bourse du travail par secrétaires interposés qui tous adhèrent au socialisme. Quand Désiré Colombe, secrétaire de la bourse et candidat socialiste avec lui lors des élections législatives de 1893, est gagné au syndicalisme révolutionnaire, il parvient à provoquer son remplacement par Tulève, puis, en 1898, à imposer Blanchart, tous les deux socialistes. À Saint-Brieuc, Boyer a réussi à contrôler le syndicalisme local jusqu'en 1908, tandis qu'à Saint-Nazaire, les militants socialistes qui comme ailleurs ont revendiqué la création d'une bourse du travail, y font la loi dès sa création en 1892 ; l'influence du leader socialiste nazairien Abraham (guesdiste) et de son groupe l'Émancipation y est longtemps prépondérante et, les premières années, les autorités administratives constatent que la bourse ne se manifeste vraiment qu'en période électorale !

29En revanche, là où l'allémanisme est prépondérant, l'approche est tout autre. Favorables a priori à l'indépendance syndicale, ces militants transportent au contraire leurs revendications au niveau du parti. Au fond, si les liens sont aussi forts, ce n'est pas le parti qui utilise à son profit le mouvement syndical, mais le syndicat qui fait porter ses propres revendications par le parti. C'est ainsi que dans plusieurs villes ce sont les responsables syndicalistes au plus haut niveau qui sont aussi les leaders du socialisme local et fournissent ses candidats aux diverses élections. C'est le cas à Saint-Nazaire lorsqu'Henri Gautier et son groupe allémaniste des Égaux l'emportent sur Abraham à la fin du xixe siècle, à Rennes avec Bougot, à Fougères avec Ernest Feuvrier ou Julien Vaillant. D'ailleurs dans cette dernière ville, lors du grand conflit de l'hiver 1906-1907, le comité de grève, dont Vaillant est l'un des membres les plus actifs, décide d'accepter tous les soutiens d'où qu'ils viennent à condition d'en garder le contrôle. Et l'on voit pendant trois mois défiler dans la ville toute une cohorte de députés socialistes venus encourager et aider les grévistes. Tout cela quelques semaines après le congrès d'Amiens et alors qu'on décide de refuser la parole à Yvetot, pourtant le n° 2 de la CGT, dont on craint les propos violents !

Une adhésion sans réserves au mouvement coopératif23

  • 23 Robert Gautier, Le Mouvement coopératif de consommation dans l'Ouest (départements formant aujourd (...)

30Les militants socialistes bretons sont particulièrement sensibles au mouvement coopératif de production comme de consommation. Bien sûr, ils ne sont pas les seuls et partagent cette aspiration avec quelques notables et surtout les militants du Sillon qui en font un de leurs principaux objectifs. On s'est d'abord penché sur la création de sociétés de panification, en particulier dans la région lorientaise, puis on s'est orienté parallèlement vers des sociétés offrant des produits diversifiés pour répondre aux besoins des familles ouvrières. Très vite aussi la Basse-Loire devient le bastion des sociétés coopératives socialistes avec la création de deux grandes organisations : la Ruche nazairienne, apparue en 1890 et qui n'admet parmi ses membres que des syndicalistes et des socialistes, et l'Économie de Nantes, fondée en 1893 par Adrien Codet, un socialiste proche de Brunellière. Mais bien d'autres coopératives socialistes de consommation sont constituées les années suivantes : la Solidarité de Basse-Indre, la Prolétarienne de La Montagne, l'Union des familles à Rennes, l'Alliance des travailleurs fougerais, la Solidarité à Quimper ou la Famille lorientaise, etc. On se préoccupe aussi de la création de coopératives de production : l'Émancipation fougeraise, la coopérative de menuiserie créée à Rennes par Bougot, la Société vinicole de Vallet, la Galoche alréenne dans le Morbihan ; mais c'est surtout à Morlaix que se développe ce mouvement, la création d'une coopérative suivant souvent l'échec d'une grève, comme la coopérative des tonneliers apparue la première dans la ville, début 1894, grâce à Yves Guyader et qui fera plusieurs émules.

31Mais les coopératives ne peuvent rester longtemps isolées au risque de disparaître rapidement et la nécessité d'un regroupement se fait bien vite sentir, encouragé par la Fédération socialiste de Bretagne à laquelle adhèrent dès l'origine plusieurs coopératives de production et de consommation issues surtout de Loire-Inférieure. À l'instigation de Brunellière, la création d'une organisation coopérative fédérale est décidée en 1902 et devient en 1905 la Fédération des coopératives ouvrières de l'Ouest où Emmanuel Svob, socialiste nantais, commence à jouer un rôle essentiel ; bien sûr, elle se proclame ouverte à l'adhésion des coopératives non socialistes et, en dehors de la Basse-Loire, bien peu des coopératives adhérentes se fournissent auprès de l'organisation centrale socialiste, le Magasin central de gros des coopératives de consommation, mais en 1907 elle adhère à la Bourse des coopératives socialistes et, la même année, refuse presque à l'unanimité la candidature d'une coopérative sillonniste, la Fraternelle de Quimper !

32C'est des organisations socialistes qu'émanent les grands projets d'usines coopératives destinées à alimenter les coopératives adhérentes. La Fédération des sociétés coopératives ouvrières lance celui d'une meunerie coopérative et décide de l'implanter à Lorient, au cœur du plus grand bassin breton de sociétés de panification. Un bâtiment imposant est inauguré le 16 août 1906 dans le quartier du Moustoir, broyant à l'origine ses 200 quintaux de grains par jour ; modernisé pour accroître le rendement, le moulin coopératif, dirigé par Svob, ne fournira cependant pas la farine nécessaire à l'ensemble des sociétés de panification de la Fédération, les coopératives les plus éloignées ayant en fait intérêt à s'approvisionner au plus près à cause de l'importance des frais de transport. L'idée d'une sardinerie coopérative est apparue au sein de la Fédération socialiste de Bretagne en 1903 et des statuts sont alors élaborés par Yves Le Febvre qui aurait souhaité son implantation à Morgat, puis à Douarnenez. D'autres envisagent même la création d'une usine dans chacun des trois départements du Finistère, du Morbihan et de Vendée. Le Febvre cependant est choqué par la décision de la Fédération des sociétés coopératives de créer dans un premier temps un moulin coopératif et, en 1906, la FSB passe le relais à la Fédération des sociétés coopératives qui rachète alors à Nantes une ancienne usine de conserves dans le but de produire des conserves de légumes (haricots, petits pois, tomates) et de pâté, ainsi que d'assurer la mise en boîte du thon ; mais l'ampleur des frais généraux conduit à la reprise en 1911 de l'usine par le Magasin de gros.

33De nombreux militants socialistes, le plus souvent de mouvance allémaniste, sont persuadés de pouvoir trouver dans le développement de la coopération le vrai remède susceptible de résoudre la question sociale. C'est dans ce sens que les coopératives qu'ils contrôlent interviennent souvent pour fournir aux grévistes les secours qui leur permettent de mener à bien leurs conflits. Mais on souhaite faire plus et l'on se met à rêver, en particulier dans la Basse-Loire, à la réalisation d'une contre-société ouvrière dans le cadre de maisons du peuple, à l'image du Vooruit de Gand et de la Maison du Peuple de Bruxelles. Des groupes de pupilles sont constitués à l'Économie de Nantes, à la Prolétarienne de La Montagne, à Fougères, à Brest, avec la création d'une fédération des pupilles de l'Ouest qui, en 1913, regroupe plus de 600 enfants à La Montagne.

Un intérêt certain pour la question agraire

  • 24 Georges Lefranc, Le mouvement socialiste sous la troisième république, tome 1, 1875-1920, Petite b (...)

34On retiendra surtout cet aspect qui interpelle profondément et en permanence les militants bretons. Au plan national, l'élaboration d'un programme rural est bien évoquée lors des premiers congrès nationaux du parti socialiste, à Limoges (1906), Nancy (1907), Toulouse (1908), Saint-Étienne (1909) ; toutefois, le problème est le plus souvent éludé car d'autres questions, en particulier les retraites ouvrières, intéressent davantage les délégués socialistes et Compère Morel se retrouve en général bien seul pour diligenter une enquête nationale sur la condition paysanne, qui finalement n'aboutit pas24. En Bretagne les conditions sont autres ; les socialistes, dont les militants gardent souvent des contacts avec le monde rural, sont sensibles aux conditions difficiles que connaissent de nombreux paysans et restent persuadés qu'une avancée substantielle du socialisme dans la région ne peut se priver de l'appoint d'un monde rural encore largement majoritaire.

  • 25 Claude Willard, op. cit., p. 67.
  • 26 Ce serait la première municipalité socialiste élue en Bretagne, douze ans avant celle de Brest ! L (...)
  • 27 Claude Willard, op. cit., p. 139-145.

35En Loire-Inférieure déjà Brunellière s'était intéressé aux vignerons à complant, créant dès 1891 au Pallet un syndicat de colons, l'Union. En bon guesdiste, il ne dissocie pas propagande syndicale et propagande socialiste, écrivant le 22 mars 1892 à son ami Auguste Andrieux : « Je suis allé aujourd'hui faire une conférence socialiste à la Haie-Fouassière devant 700 à 800 personnes ; il y avait des gens grimpés jusque dans les arbres, car la conférence était dans une cour. J'ai défendu nos idées et engagé les paysans à se syndiquer. J'ai eu plein succès puisque plus de 100 nouvelles adhésions sont venues au Syndicat après la séance [...]. Dans trois semaines, je fais une nouvelle conférence au Landreau, puis je dois en faire une autre au Pallet et une 3e à la Chapelle-Heulin », ajoutant : « Comme tu vois, le socialisme prend très bien dans nos campagnes25. » Des sections socialistes sont ainsi constituées dans plusieurs communes du vignoble nantais, en particulier à Vallet et à Maisdon-sur-Sèvre où les socialistes enregistrent même des succès électoraux à l'occasion des élections municipales : une municipalité radicale-socialiste dans le premier cas, une autre, socialiste, à Maisdon-sur-Sèvre26. Un délégué de l'union des colons et agriculteurs de Loire-Inférieure, section du Pallet et environs, Huet, est présent lors du congrès national de la Fédération nationale des syndicats qui se déroule à Nantes en 1894, votant avec Brunellière et la minorité guesdiste contre la motion Pelloutier favorable au principe de l'organisation de la grève générale qui l'emporte largement et ouvre ainsi la voie au syndicalisme révolutionnaire ; Benjamin Huet, présenté comme maire, et un autre délégué du vignoble, Dugast, ont d'ailleurs assisté au congrès du POF qui s'est tenu juste avant. L'action de Brunellière en direction du monde rural ne se dément pas avec le temps et, en mars 1897, il envoie à Jean Jaurès une « Note sur la situation agricole dans le pays nantais », surtout consacrée au vignoble, à la suite d'une demande du groupe socialiste de la Chambre dont l'intention est d'interpeller le gouvernement sur la crise agricole27. Affaiblie, l'influence socialiste subsiste dans le vignoble jusqu'en 1914 : Vallet avec 15 adhérents constitue en octobre 1911 une des principales sections du département en dehors de la Basse-Loire, et la coopérative vinicole de Vallet est une coopérative socialiste.

  • 28 Le Febvre n'obtient que 999 suffrages alors qu'il en escomptait au moins 3 000. Mais il est persua (...)

36Brunellière n'est pas isolé. Son ami Yves Le Febvre est aussi convaincu de la nécessité pour les socialistes de pénétrer le monde rural, même s'il n'en mésestime pas les difficultés, car l'agitation agraire est le seul moyen de lutter contre l'influence de l'Église. Lors de sa campagne électorale à l'occasion des législatives de 1906, il visite de nombreuses communes rurales, distribuant une brochure où il a réuni une série d'articles consacrés à la question agraire et publiés quelques mois plus tôt dans Le Réveil du Finistère. Autour du thème « la terre aux paysans », il propose quelques réformes immédiates : création de conseils de prud'hommes agricoles composés à parité de propriétaires et de laboureurs, suppression de l'impôt foncier sur les terres appartenant aux cultivateurs, diminution des tarifs de transport des engrais et des produits agricoles. Le 2 janvier 1906 il écrivait d'ailleurs à Augustin Hamon : « L'essentiel — et nous nous rencontrons en cela — est pour moi l'organisation des campagnes, la propagande agraire. Mon idée est de développer le programme irlandais. J'en ai fait la base de mes articles du "Réveil" comme vous pouvez le voir. Je voudrais organiser une "ligue agraire" qui fonctionnerait comme organisme à part, en dehors de tous les partis ; mais que le conservatisme des partis de droite et du centre rejetterait inévitablement, par des heurts naturels, vers les gauches et le socialisme. » Pour lui la réforme agraire est profondément socialiste car elle préconise : « La terre aux paysans, formule qui est la traduction du principe collectiviste que l'instrument de travail doit être la propriété du travailleur. » Hamon exprime son accord dans une lettre du 20 mars 1906 : « [.] Il faudrait faire une propagande sur cette question agraire, toujours et alors en 1910 nous aurions de grandes chances comme socialistes aux élections, et la Bretagne serait débarrassée de la puissance des hobereaux et prêtres. » Largement battu28, Yves Le Febvre n'en sort pas découragé car il a conscience d'avoir œuvré pour l'avenir :

  • 29 CHT Nantes, lettre de Le Febvre à Brunellière, le 12 mai 1906.

« Malgré tout je crois qu'il restera quelques traces de ma campagne électorale qui a été l'une des plus dures qu'on ait menées ici. J'ai fait plus de quarante réunions publiques. J'ai parcouru toutes les communes, tous les villages. Mes réunions dans les campagnes ont été excellentes. Non seulement on m'a laissé parler, mais on m'applaudissait à tout rompre. Toutes les communes me faisaient demander d'aller faire une réunion. Je croyais pour cela avoir un bon résultat. Je me suis trompé. Les paysans ont voté avec les maires et les conseillers, pour de l'eau-de-vie, c'est-à-dire contre moi. Néanmoins je ne puis croire qu'il ne restera pas une impression de ma campagne électorale. Vous savez quelle est la simplicité paysanne. Les imaginations travailleront, on se rappellera mieux plus tard ce que j'ai dit et il est vraisemblable même qu'avec le temps ma campagne se fera légendaire. Tous disent déjà qu'ils n'ont pas entendu parler comme je parlais. Par ailleurs j'ai distribué trois mille brochures agraires. On conserve les brochures dans les campagnes avec grand soin. On les lit et relit : cela encore aidera à un résultat éventuel29. »

37Effectivement, Le Febvre prépare ainsi la voie à l'élection trente ans plus tard de Tanguy Prigent par la campagne morlaisienne. Mais dans l'immédiat c'est aussi l'élection de Goude à Brest en 1910. En 1906 Goude avait échoué devant Biétry car il avait négligé la propagande dans les zones rurales de sa circonscription où il n'avait recueilli que très peu de voix. Le tir est corrigé quatre ans plus tard, Goude affichant son intérêt pour les questions rurales et obtenant alors davantage de voix dans les communes de Guilers, Gouesnou et Bohars.

  • 30 Le Rappel du Morbihan du 10 avril 1912 (Colette Le Gall, op. cit., p. 102-104).

38Le problème rural est aussi une priorité pour les socialistes morbihannais ; sensibles aux difficultés des ruraux, ils souhaiteraient pénétrer cette catégorie qui constitue de loin la partie la plus importante de la population du département et reste dominée par l'aristocratie et le clergé. À partir de 1911 Le Rappel du Morbihan lui consacre de nombreux articles, dénonçant ses conditions de vie particulièrement difficiles : les ouvriers agricoles sont soumis à de longues journées de travail (8 heures au minimum l'hiver, parfois 16 heures en été), sont mal payés et logés plus que sommairement ; quant aux fermiers et métayers, ils logent « dans des demeures inhabitables pour la plupart, privées d'air et de lumière ». Le socialisme se propose donc de remédier à la situation et s'emploie aussi à rassurer les petits propriétaires cultivant leur bien qui « n'ont rien à craindre de la victoire du socialisme, car non seulement la révolution sociale ne les expropriera pas [...] mais elle leur donnera encore les moyens possibles pour relever et développer leurs petites exploitations30 ». Force est de constater cependant que dans l'immédiat la propagande socialiste reste encore bien peu efficace dans les campagnes.

Conclusion

  • 31 Émile Masson, La Bretagne et le socialisme 1898-1914, Maspéro, Centre d'histoire du syndicalisme, (...)
  • 32 Michel Phlipponneau, « Bretagne pour un système socialiste non centralisé », dans Les Temps Modern (...)

39En 1914 la structuration est en place et les fédérations répercutent fidèlement les directives nationales, mais les résultats sont inégaux, un seul département, le Finistère, ayant constitué une entité solide. L'unité, telle qu'elle a été réalisée, a laissé au bord du chemin des personnalités marquantes, tel Yves Le Febvre, et des idées-forces, celle d'une fédération autonome à laquelle tenait tant Brunellière. Bien sûr, en dehors de ce dernier et d'Émile Masson qui développe le problème du nationalisme breton dans une série d'articles parue dans Le Rappel du Morbihan en 1912, sous le pseudonyme d'Ewan Gwesnou, et publiée la même année sous le titre Les Bretons et le socialisme31, sont-ils bien peu nombreux à partager ce sentiment très fort d'une personnalité bretonne dans un mouvement ouvrier profondément marqué par le jacobinisme cher à la gauche française32. Il n'empêche qu'avec la création du PSU-SFIO une partie de ce qui faisait l'originalité du socialisme en Bretagne a été mise sous l'éteignoir.

Notes

1 Claude Willard, La correspondance de Charles Brunellière socialiste nantais 1880-1917, Paris, Klincksieck, 1968, p. 171, note 24.

2 Id., p. 170-171, lettre de Brunellière à Yves Le Febvre, le 23 janvier 1900.

3 Le Febvre est aussi rédacteur en chef du Breton socialiste, organe de la Fédération, qui paraît d'avril 1900 à 1905, publié d'abord à Morlaix, puis à Brest.

4 Claude Willard, op. cit., p. 209, lettre à Yves Le Febvre. Finalement chaque fédération autonome se voit attribuer un délégué à la conférence, tandis que PSF et PS de F en ont 7 chacun.

5 Id., p. 212, lettre à Yves Le Febvre. Brunellière craint en particulier un excès de rigidité qui interdirait les alliances électorales avec les autres partis républicains, dont les radicaux-socialistes, ce qui ne pourrait selon lui que nuire au socialisme, bien faible encore en Bretagne, et faire le jeu du bloc réactionnaire.

6 Id., p. 216, lettre à Yves Le Febvre le 6 mai 1905. Ailleurs, Brunellière n'hésite pas à parler du « Parti socialiste breton ».

7 Ce sont les chiffres avancés par Brunellière (lettres à Guitton et Hamon les 21 mars et 15 septembre 1907). Cependant le nombre de cartes placées retenu officiellement lors du congrès de la salle du Globe n'est que de 421.

8 Le Xe congrès national, un peu écourté du fait de la nécessité pour les députés socialistes de retourner au plus vite à Paris pour une séance importante à la Chambre consacrée à la loi de Trois Ans, se tient Brest en 1913. François Cuillandre, « La SFIO à l'heure du Congrès de Brest (23, 24, 25 mars 1913) », dans Histoire et politique, mélanges offerts à Edmond Monange, Brest, Association des amis du doyen Monange, 1994, p. 27-34.

9 L'OURS, Compte-rendu analytique du 8e congrès national (2e session), Paris, Siège du Conseil national, 1912, p. 6-8. La décision du congrès de Saint-Brieuc de la FSB en 1907 concernant la représentation bretonne au congrès n'est pas non plus appliquée entièrement. Si les Côtes-du-Nord (Hamon) et le Finistère (Goude et Philippot) s'y conforment, l'Ille-et-Vilaine a délégué deux militants de l'extérieur (Puech et Séverac), tandis que Poisson, dirigeant allémaniste national mais qui est souvent intervenu en Bretagne, représente le Morbihan et, avec Brunellière, la Loire-Inférieure. C'est aussi le cas lors des autres congrès nationaux. Par ailleurs, le journal du parti, le Socialiste, ne compte guère d'abonnés en Bretagne :

Abonnements au Socialiste

Image

Sources : L'OURS, Comptes-rendus des congrès nationaux de 1905 à 1914.

10 Une ville sous le régime collectiviste. Histoire de la municipalité brestoise (1904-1908).

11 Claude Geslin, « Yves Le Febvre et le socialisme. Autour d'une lettre d'Yves Le Febvre au Nantais Charles Brunellière », dans Association des Amis d'Yves Le Febvre, Bulletin n° 1, Morlaix, 1992, p. 31-39. Dans sa lettre du 2 mars 1906, Le Febvre écrit : « Je doute non du socialisme mais du parti socialiste dont la démagogie et le révolutionnarisme verbal me blessent. »

12 Colette Le Gall, La naissance du mouvement socialiste dans le Morbihan à travers Le Rappel du Morbihan de 1899 à 1914, mémoire de maîtrise, Brest, 1992 et Jean-Noël Retiere, Identités ouvrières. Histoire d'un fief ouvrier en Bretagne 1909-1990 (Lanester), Paris, L'Harmattan, 1994.

13 Il est aussi, ailleurs, qualifié de commerçant.

14 Corentin Lucas, marin, élu sous l'étiquette « républicain socialiste », qui devient maire du Guilvinec, revendique clairement son adhésion au socialisme. Il est secondé par deux adjoints : Yves Stéphan, marin, et Pierre Rolland, menuisier.

15 Il a été élu en juillet 1910, en même temps qu'Émile Goude, élu lui dans le second canton. D'ailleurs, la même année, le socialiste Philippot devient conseiller d'arrondissement du premier canton de Brest, rejoint en 1913 par deux autres socialistes, Le Borgne et Le Tréis dans les deuxième et troisième cantons. Pierre Brigant, La Fédération SFIO du Finistère des origines à 1969, thèse, Rennes 2, 2002, 2 volumes ; Christine Le Bras, La vie municipale à Quimper de 1850 à 1914, mémoire de maîtrise, Brest, 1990 ; Régis Le Floc'h, Concarneau de 1852 à 1914, mémoire de maîtrise, Brest, 1993 ; Christian Bougeard, Gilbert Gramoullé, Maurice Lucas, Jean-Jacques Urvoas, Les socialistes dans le Finistère (1905-2005), Rennes, Apogée, 2005.

16 Avec la victoire du radical Victor Le Gorgeu.

17 On retiendra aussi l'épisode Le Mercier, socialiste briochin, élu maire de Saint-Brieuc en 1908 grâce à une coalition hostile à l'élection du docteur Boyer ; Le Mercier cependant démissionne rapidement, laissant la mairie au radical Servain, rejoint peu après par Boyer.

18 Claude Willard, op. cit., p. 76, lettre à Auguste Andrieux le 26 août 1893.

19 S'il obtient alors les voix de 25,6 % des inscrits, il descend à 19,5 % en 1910 et 8 % en 1914. Nadia Fromentin, Charles Brunellière, républicain et artisan du socialisme dans la cité nantaise (1879-1917), mémoire de maîtrise, Nantes, 2000.

20 Au premier tour Masson l'a encore emporté dans le canton de Concarneau, mais il n'arrive en tête que dans la commune de Concarneau, obtenant avec 700 suffrages plus que ses deux adversaires réunis (307 à Hugot-Derville, 301 à Soulière). Son score s'érode un peu au second tour où il n'obtient que 609 suffrages (245 à Soulière, 380 à Hugot Derville) ; il est vrai que le nombre de votants a diminué : 1 234 contre 1 316 au premier tour.

21 Elisabeth Puechmaille, La vie parlementaire dans l'arrondissement de Quimper et ses acteurs 1871-1914, mémoire de maîtrise, Brest, 1993 ; Claude Geslin, « La correspondance Yves Le Febvre-Pierre Allier (mars-juillet 1914) », dans Bulletin de l'Association des amis d'Yves Le Febvre, n° 2, Morlaix, 1993, p. 17-26.

22 Victor Basch, Henri Sée, Jacques Cavalier.

23 Robert Gautier, Le Mouvement coopératif de consommation dans l'Ouest (départements formant aujourd'hui les régions Bretagne et Pays-de-Loire) des origines au congrès de Fougères, thèse, Rennes 2, 2003, 3 volumes.

24 Georges Lefranc, Le mouvement socialiste sous la troisième république, tome 1, 1875-1920, Petite bibliothèque Payot, 1977, p. 168-170.

25 Claude Willard, op. cit., p. 67.

26 Ce serait la première municipalité socialiste élue en Bretagne, douze ans avant celle de Brest ! Les conseillers municipaux élus en 1892 se donnent en effet, par 15 voix sur 16, un maire socialiste, Benjamin Huet, très lié à Brunellière. Réélu en 1896, mais battu en 1900, Benjamin Huet, alors doyen d'âge du conseil municipal, est de nouveau maire de Maisdon-sur-Sèvre en 1908 ; démissionnaire en 1910, il est remplacé par Auguste Branger, mais il est encore élu conseiller municipal en 1912, le poste de maire restant aux mains de Branger. Curieusement cependant la liste des conseillers municipaux élue en 1892, composée uniquement d'agriculteurs, est, à quelques exceptions près dont Benjamin Huet, la même que celle qui avait été élue en 1888 et avait nommé un maire propriétaire, Amand Bureau (qui lui-même avait succédé en 1884 à un autre propriétaire). Plus curieusement encore, c'est le même adjoint, François Biron, qui seconde Amand Bureau en 1888 et Benjamin Huet en 1892 et 1896 ! Il faut voir là l'effet de l'intense activité de Brunellière dans le vignoble à un moment particulièrement critique pour les viticulteurs à complant dans leur lutte contre les propriétaires, sans pour autant en conclure trop hâtivement que tous les conseillers se sont subitement convertis au socialisme.

27 Claude Willard, op. cit., p. 139-145.

28 Le Febvre n'obtient que 999 suffrages alors qu'il en escomptait au moins 3 000. Mais il est persuadé que de nombreux socialistes ont voté contre lui pour ne pas faire le jeu de la réaction, sa candidature étant présentée par les bourgeois républicains comme une candidature de division des forces de gauche.

29 CHT Nantes, lettre de Le Febvre à Brunellière, le 12 mai 1906.

30 Le Rappel du Morbihan du 10 avril 1912 (Colette Le Gall, op. cit., p. 102-104).

31 Émile Masson, La Bretagne et le socialisme 1898-1914, Maspéro, Centre d'histoire du syndicalisme, 1972. Il préconise en particulier de faire la propagande socialiste en langue bretonne dans la région lorientaise.

32 Michel Phlipponneau, « Bretagne pour un système socialiste non centralisé », dans Les Temps Modernes, août-septembre 1973.

Table des illustrations

Titre Les adhérents socialites en Bretagne de 1905 à 1914 (d'après le nombre de cartes prises)
Légende Sources : L'OURS, Comptes-rendus des congrès nationaux de 1905 à 1914.(1) Nombre de cartes prises au moment du congrès d'Unité en avril.(2) Cartes prises de janvier à fin juillet 1907.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4191/img-1.png
Fichier image/png, 12k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540