Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de socialismes en Bretagne

 | 
Christian Bougeard

Introduction

Christian Bougeard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Ce colloque « Un siècle de socialismes en Bretagne : de la SFIO au PS (1905-2005) », même s'il coïncide avec une conjoncture politique particulière, celle du congrès national du PS au Mans (novembre 2005), a été conçu au printemps 2004. Naturellement, c'est la commémoration en avril 2005 du centenaire de la naissance de la SFIO qui a été le point de départ de cette rencontre sur l'histoire des socialismes qui s'est tenue à l'université de Bretagne occidentale à Brest. Il ne s'agit nullement d'un colloque commémoratif mais d'une occasion de faire le point sur l'état des travaux et des recherches historiques en cours en Bretagne et au-delà.

2Ces deux journées et demi des 8, 9 et 10 décembre 2005, participent aussi de l'un des axes de recherche du Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC), UMR 6038 du CNRS, sur le changement et les résistances au changement en Bretagne. Au xxe siècle, dans une société bretonne majoritairement rurale et catholique, la naissance et le développement des idées et d'une force politique, la SFIO, laïque et souvent anticléricale jusqu'aux années i960, et son essor dans les années 1970-2000 avec le nouveau PS sont un facteur important du renouvellement du champ politique. Le socialisme, sur le terreau républicain et radical-socialiste, a été et est encore une force de changement, ce qui est particulièrement net dans la période la plus récente même s'il n'est bien sûr pas la seule. L'histoire du socialisme en France, et plus particulièrement en Bretagne, s'inscrit dans l'affrontement, depuis la Révolution française au moins, et tout au long du xixe siècle, entre le camp du Mouvement et celui de l'Ordre. Il recoupe aussi, au sein de l'histoire du mouvement ouvrier, le débat et les luttes entre réformisme et révolution. Pour en mieux saisir les enjeux, l'analyse porte sur la longue durée, de la fin du xixe siècle à nos jours, dans une région où l'opposition entre les blancs d'une part, les bleus et les rouges de l'autre, entre catholiques et laïques, a été pendant longtemps une ligne de partage entre la droite et la gauche. Or, cette ligne a été quelque peu remise en question dans les années 1960-1970.

3Ce colloque s'inscrit dans le renouveau de l'histoire politique en France depuis une trentaine d'années. L'histoire des partis politiques s'est élargie aux dimensions sociales et sociétales et aux questions d'enracinement en croisant différentes approches, politiques et électorales, sociales et anthropologiques, pour mieux analyser les relations des partis avec la société englobante. L'étude des itinéraires, des corpus prosopographiques, des réseaux de relations a renouvelé les approches de l'histoire politique plus traditionnelle et toutes ses méthodes ont été mises en œuvre par les intervenants.

  • 1 De manière non exhaustive, citons : De Gaulle et le RPF (1947-1955), Paris, Armand Colin, Fondatio (...)
  • 2 Colloque publié sous la direction de Serge Berstein, Frédéric Cépède, Gilles Morin, Antoine Prost, (...)
  • 3 Rennes, PUR, 2004.
  • 4 Paris, Fayard, 2005.
  • 5 Sauf un colloque mi-historique, mi-commémoratif avec l'intervention de dirigeants du PS à Paris le (...)
  • 6 Christian Bougeard, Gilbert Gramoullé, Maurice Lucas et Jean-Jacques Urvoas, Les Socialistes dans (...)

4Pendant longtemps l'historiographie s'est intéressée prioritairement à l'histoire du communisme dont il sera aussi question car, à partir de 1920, la SFIO et les autres partis socialistes sont toujours amenés à se définir par rapport au Parti communiste français. Puis plusieurs colloques et thèses ont mis l'accent sur l'histoire des droites1. Depuis quelques années l'histoire du courant socialiste suscite aussi l'intérêt des chercheurs et connaît un essor important. Signalons quelques publications récentes sur l'après-Seconde Guerre mondiale comme Le Parti socialiste entre Résistance et République2 sur la reconstruction de la SFIO de 1944 à 1948 ou l'ouvrage de Noëlline Castagnez, Socialistes en République. Les parlementaires SFIO de la IVe République3, et on pourrait y ajouter des études biographiques ou des travaux départementaux ou régionaux, sans oublier la mise à jour de l'ouvrage d'Alain Bergounioux et Gérard Grunberg, L'Ambition et le remords : les socialistes français et le pouvoir (1905-2005)4. Paradoxalement, l'année 2005 n'a pas donné lieu à une floraison de colloques universitaires et le PS a commémoré assez modestement, et souvent localement, son centenaire5. Néanmoins, signalons l'initiative de la fédération du Finistère, indépendante du projet de ce colloque, qui a fait appel à des historiens pour écrire une histoire des Socialistes du Finistère (1905-2005)6.

  • 7 Journée d'étude de Paris 13 publiée sous la direction de Jacques Girault, Paris, Presses de la Sor (...)

5La problématique choisie a consisté non pas à réfléchir sur les partis socialistes en général (idéologie, programmes, modes d'organisation, luttes de courants et de tendances), mais à travailler sur la question des implantations locales, départementales et régionales dans la société existante et dans les relations avec les autres forces politiques. On a donc privilégié l'étude des itinéraires, des militants et des notables des partis, des réseaux de relations et des sociabilités afin de mieux cerner les facteurs et les moyens d'implantation sur des durées variables. Il s'agissait dans le cadre breton, mais pas seulement, de prolonger les travaux sur L'Implantation du socialisme en France au xxe siècle. Partis, réseaux, mobilisation7. C'est la raison pour laquelle, si plus de la moitié des communications portent sur la Bretagne, le choix d'une approche régionale ou départementale comparatiste a été fait, du socialisme marseillais au socialisme bourguignon ou « rhônalpin », voire une ouverture vers l'étranger, la Belgique et les partis socialistes européens.

6À partir de démarches thématiques ou chronologiques, à différentes échelles, locale, départementale, régionale mais dans un contexte national et international, ont été analysées les périodes de rupture : 1914, 1920, 1940, 1945, 1958, 1969, 1971, 1981... mais aussi les continuités qui forgent un socialisme français, en étudiant au plus près les passages de relais à la base, sur le terrain en particulier entre la vieille SFIO et le nouveau PS.

  • 8 Le 8 février 2007, une journée d'étude consacrée à « L'implantation du PSU en Bretagne : réseaux s (...)

7Mais le choix du terme de socialismes au pluriel n'est pas non plus innocent. En premier lieu, il désigne le socialisme démocratique, héritier de la tradition de Jean Jaurès et de Léon Blum, et du même coup le communisme français est exclu de l'analyse. Mais le pluriel signifie aussi que l'histoire de ce courant politique n'est pas monolithique et qu'elle ne se réduit pas à celle de la seule SFIO, même si ce parti a été longtemps dominant. Plusieurs partis socialistes ont existé avant l'unification de 1905, et même après. Des scissions et des dissidences se sont produites pendant l'entre-deux-guerres et dans les années 1958-1974, plusieurs rameaux se sont développés à partir d'un même tronc. L'expérience du PSA et du PSU, à côté de la vieille SFIO, a été importante en Bretagne et elle a pu permettre à des forces venues d'autres horizons d'adhérer à un socialisme rénové au sein du PSU8 ou dans le nouveau parti socialiste. C'est bien sûr la question du rôle et du poids des « catholiques de gauche » qui est posée là mais elle est loin d'être réglée car de nouveaux travaux seront nécessaires. De même que se pose la question de la cohabitation d'une première et d'une seconde gauche, déjà dans le PSU, mais aussi au sein du PS, de la fusion ou non de cultures politiques sensiblement différentes qui, somme toute, ont contribué à faire bouger les rapports de forces politiques et électoraux en Bretagne dans la période récente.

8Pour répondre à ces objectifs, nous avons fait appel à des chercheurs confirmés mais aussi à de jeunes chercheurs, souvent des doctorants des universités bretonnes, qui ont entrepris d'approfondir nos connaissances par des approches diversifiées et souvent complémentaires. Enfin, innovation à l'UBO, mais pratique courante des historiens du temps présent ou du très contemporain, nous avons invité des acteurs de cette histoire du socialisme breton, des responsables politiques qui ont accepté de se livrer à un difficile exercice d'ego-histoire, contribuant ainsi, par leur témoignage de décembre 2005, à fabriquer des archives orales pour les historiens futurs. Animée par Alain Bergounioux, qui a aussi tiré les conclusions du colloque, cette table ronde a rassemblé, dans l'ordre de leurs interventions, le sénateur Louis Le Pensec, ancien député du Finistère et ancien ministre, le député européen Bernard Poignant, ancien député et ancien maire de Quimper, le maire de Brest, François Cuillandre, ancien député, et la députée de Morlaix Marilyse Lebranchu, ancienne ministre. Le maire de Rennes Edmond Hervé, ancien ministre et ancien député, qui n'avait pas pu être présent a accepté de nous fournir une contribution écrite.

  • 9 Le conseil général des Côtes-du-Nord, le seul de tout le grand Ouest, a basculé à gauche en 1976 l (...)
  • 10 Les résultats des élections présidentielles puis législatives de 2007 ont confirmé que le PS est d (...)

9Souhaitons que les différents textes rassemblés contribuent à mieux faire connaître l'histoire de l'implantation d'une force politique qui, d'ultra-minoritaire en 1905 est devenue la première formation politique, du moins sur le plan électoral, en Bretagne à la fin du xxe siècle et au début du IIIe, à mesure que le centrisme longtemps dominant s'affaiblissait. À gauche, le parti socialiste est devenu la force principale et en 2004, il a conquis la région Bretagne et celle des Pays de la Loire à laquelle appartient la Loire-Atlantique, ainsi que deux conseils généraux. Le PS et la gauche (PCF, MRG, Verts et UDB) contrôlent désormais quatre conseils généraux sur cinq, ce qui était impensable en 1905, mais aussi en 1936, en 1945, en 1958 et sans doute encore en 19819. La mutation politique est d'importance10. Sera-t-elle durable ?

Notes

1 De manière non exhaustive, citons : De Gaulle et le RPF (1947-1955), Paris, Armand Colin, Fondation Charles de Gaulle-université de Bordeaux III, 1998 ; Les Modérés dans la vie politique française (1870-1965), s. d. de François Roth, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2000 ; La Recomposition des droites en France à la Libération, 1944-1948, s. d. de Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier, Rennes, PUR, 2004.

2 Colloque publié sous la direction de Serge Berstein, Frédéric Cépède, Gilles Morin, Antoine Prost, Paris, Publications de la Sorbonne, 2000.

3 Rennes, PUR, 2004.

4 Paris, Fayard, 2005.

5 Sauf un colloque mi-historique, mi-commémoratif avec l'intervention de dirigeants du PS à Paris le 22 et 23 avril 2005, 1905-2005 : cent ans de socialisme. Les socialistes et la France, recherche socialiste, L'OURS, n° 31-32, juin-septembre 2005. Une vingtaine d'historiens et une vingtaine de dirigeants du PS.

6 Christian Bougeard, Gilbert Gramoullé, Maurice Lucas et Jean-Jacques Urvoas, Les Socialistes dans le Finistère, s. d. de Maurice Lucas, Rennes, Apogée, 2005.

7 Journée d'étude de Paris 13 publiée sous la direction de Jacques Girault, Paris, Presses de la Sorbonne, 2001.

8 Le 8 février 2007, une journée d'étude consacrée à « L'implantation du PSU en Bretagne : réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d'idées » s'est tenue à l'Institut d'études politiques de Rennes.

9 Le conseil général des Côtes-du-Nord, le seul de tout le grand Ouest, a basculé à gauche en 1976 lors du retrait de René Pleven.

10 Les résultats des élections présidentielles puis législatives de 2007 ont confirmé que le PS est devenu la première force politique en Bretagne.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540