Version classiqueVersion mobile

Au service de l'État

 | 
Jean Le Bihan

Annexe. Le codage des professions

Texte intégral

  • 1 Daumard Adeline, « Une référence pour l'étude des sociétés urbaines en France aux xviiie et xixe s (...)

1Le code socioprofessionnel que nous avons construit doit beaucoup au travail pionnier d’A. Daumard et particulièrement à son article, paru en 1963, dans lequel elle propose deux classements, l’un pour le xviiie siècle, l’autre pour le xixe siècle1. Nous sommes parti de ce dernier, auquel nous souscrivons dans ses grandes lignes, mais en l’amendant sous un certain nombre de rapports. Nous avons substitué aux divisions de la rubrique qu’A. Daumard appelle « Service public » notre propre classement du personnel administratif, que nous avons exposé dans le chapitre liminaire. Tout juste avons-nous décidé de rassembler, sur le plan social, l’ensemble des hauts fonctionnaires, des fonctionnaires intermédiaires « supérieurs » et des magistrats du siège au sein d’une même catégorie que nous avons appelée « fonctionnaires supérieurs ». Nous avons procédé à quelques autres retouches, soit que sur tel point de détail le choix d’A. Daumard ne nous convînt pas, soit que la taille somme toute restreinte de notre échantillon nous permît de faire l’économie de certaines divisions : ainsi avons-nous supprimé la catégorie qu’A. Daumard appelle « divers », qui isolait curieusement les soldats et sous-officiers, et fusionné les catégories « manœuvres et ouvriers des villes » et « employés au service d’entreprises privées » d’une part, « Statut intermédiaire entre le salariat et le patronat » et « Patrons » d’autre part. Nous ne nous dissimulons évidemment pas les problèmes de méthode soulevés par cet exercice, liés en particulier à son caractère réducteur, disons seulement que nous nous sommes efforcé de nous tenir au plus près des représentations des contemporains, et que, notre souci étant de permettre une comparaison pertinente entre des champs professionnels différents, nous avons cherché, dans la mesure du possible, à positionner l’ensemble des professions sur une échelle sociale comprenant un niveau supérieur, un niveau moyen et un niveau inférieur ou populaire.

CLASSEMENT

21. Agriculteurs

32. Domestiques

43. Salariés du privé

53.1. Personnel d’encadrement supérieur

63.2. Personnel d’encadrement intermédiaire

73.3. Personnel d’exécution

83.3.1. Employés

93.3.2. Ouvriers

104. Patrons

114.1. Entrepreneurs, négociants

124.2. Commerçants, marchands

134.3. Artisans non détaillants

145. Agents de l’État

155.1. Fonctionnaires supérieurs

165.1.1. Hauts fonctionnaires

175.1.2. Fonctionnaires « intermédiaires supérieurs »

185.1.3. Magistrats du siège

195.2. Fonctionnaires « intermédiaires inférieurs »

205.3. Employés

216. Professions libérales

226.1. De niveau supérieur

236.2. De niveau moyen

247. Sans profession

257.1.Propriétaires

267.2. Rentiers

278. Religieux

Notes

1 Daumard Adeline, « Une référence pour l'étude des sociétés urbaines en France aux xviiie et xixe siècles. Projet de code socio-professionnel », RHMC, 10, 1963, p. 185-210.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search