Version classiqueVersion mobile

Au service de l'État

 | 
Jean Le Bihan

Conclusion. Des fonctionnaires « de second rang » aux fonctionnaires intermédiaires

Texte intégral

  • 1 Charle Christophe, Les Élites de la République 1880-1900, Fayard, éd. 2006.
  • 2 Badie Bertrand et Birnbaum Pierre, Sociologie de l'État, Grasset, éd. 1982, p. 187.
  • 3 Bodiguel Jean-Luc, « Une voie de promotion sociale : la fonction publique ? », in Berstein Serge e (...)
  • 4 Demailly Lise, « La qualification ou la compétence professionnelle des enseignants », Sociologie d (...)

1Au terme de cette enquête, après avoir multiplié les points de vue, dans l’ordre même où ceux-ci ont émergé dans l’historiographie, diversifié autant que possible les perspectives, un certain nombre de convergences apparaissent qui permettent d’entrevoir un modèle général d’évolution. Une première convergence, fondamentale, consiste dans ce que nous avons appelé la « professionnalisation paradoxale » des fonctionnaires intermédiaires. D’un côté, les contraintes professionnelles auxquelles sont soumis ces fonctionnaires ne cessent de s’accroître au cours du xixe siècle. Le processus de bureaucratisation, en les appelant à diriger un nombre croissant d’employés et à cumuler ainsi une mission d’encadrement avec leurs fonctions initiales de techniciens, les responsabilise au sein de l’organisation administrative. L’État, ensuite, renforce ses exigences : le recrutement est codifié et son niveau constamment relevé, ce qui, en l’absence d’établissement de formation, rend de plus en plus nécessaire le passage par les grades inférieurs ; au cours de la carrière, la mobilité spatiale s’intensifie, le contrôle exercé par la hiérarchie se fait plus pesant, provoquant le déracinement et la rétraction des réseaux de sociabilité. Pourtant, d’un autre côté, la mobilité professionnelle de ces fonctionnaires apparaît limitée, pour ne pas dire bloquée. C’est là un point commun essentiel entre les trois groupes professionnels étudiés, que l’analyse a mis au jour. Certes l’accessibilité de l’administration supérieure tend partout à augmenter, mais dans des proportions qui sont encore faibles à la veille de la Grande Guerre. Aussi retrouve-t-on là, mais « vu d’en bas » en quelque sorte, un mécanisme déjà bien établi par la recherche sur les sommets de l’État : la fermeture des élites administratives, soucieuses de préserver leur capital social, pour cela disposées à s’entendre avec les autres catégories dirigeantes1, à pactiser avec l’exécutif2, et qui participent de la sorte, bien malgré les apparences, à la construction d’une république conservatrice3. Sans compter que la reconversion s’avère un pari risqué, difficile, qui ne permet généralement pas de progresser dans l’échelle sociale, et qui, de ce fait, ne constitue pas une alternative crédible. Au total, on voit donc que les fonctionnaires intermédiaires, à mesure qu’ils se rapprochent de leurs supérieurs sur le plan technique et administratif, se heurtent de plus en plus à eux sur le plan social et statutaire. Il y a là comme une anticipation de la tension entre qualification et compétence que certains sociologues contemporains reconnaissent comme caractéristique des professions intermédiaires4. Ici, le paradoxe est d’autant moins facile à accepter que les nouvelles contraintes auxquelles sont soumis les fonctionnaires intermédiaires ne sont pas séparées, dans leur esprit comme dans celui des dirigeants politico-administratifs, du mouvement général de réforme de l’administration, mené, lui, au nom de l’idéal libéral puis démocratique. C’est pourquoi, en un sens, les fonctionnaires intermédiaires portent en eux la contradiction même de cet idéal.

2Curieusement, cette contradiction ou cette tension ne dégénèrent pourtant pas : telle est la seconde convergence observée. Certes, des signes de malaise existent. Dans la sphère privée, l’importance du célibat et la limitation des naissances témoignent de craintes bien réelles devant la situation du moment, et plus encore, sans doute, face à l’avenir. Dans la sphère professionnelle, les fonctionnaires intermédiaires s’organisent afin de faire entendre leurs aspirations, tant matérielles que morales. Un mouvement corporatif se développe à partir du Second Empire, puis prend de l’ampleur au tournant du siècle, servi par des moyens d’action efficaces tels que la presse ou l’entente avec les parlementaires. Mais, à l’exception de moments de tension ponctuels, leur ton et leurs revendications restent modérés. Ce légalisme, cette défiance marquée vis-à-vis du syndicalisme ouvrier et de la grève sont avérés dans chacune des trois professions. Un tel comportement, s’il rapproche les fonctionnaires intermédiaires de certains agents de grade inférieur comme les instituteurs, les démarque globalement de la petite administration, plus revendicative et plus radicale.

  • 5 Michelet Jules, « Servitudes du fonctionnaire », in Le peuple, Flammarion, éd. 1974, p. 125-131. L (...)
  • 6 Qu'on songe au portrait du normalien Joseph Monneron dans L'Étape, publié en 1902.
  • 7 Berstein Serge, « Les classes moyennes devant l'histoire », Vingtième siècle revue d'histoire, 37, (...)

3Force est alors d’admettre que les fonctionnaires intermédiaires tirent des bénéfices de cette situation. L’enquête a révélé deux phénomènes susceptibles d’étayer cette hypothèse. En premier lieu, l’administration intermédiaire se démocratise considérablement au cours de la période étudiée. Ce phénomène s’observe dans les trois groupes, à travers l’examen des origines sociales comme des fortunes, et s’accompagne de la baisse de l’hérédité professionnelle, elle aussi générale. Il peut donner lieu à deux types de comportement, qui ne divergent qu’en apparence : nul doute, d’abord, que certains fonctionnaires se satisfont sincèrement de leur sort ; d’autres, à l’inverse, sont probablement tentés de contester la fermeture de l’administration supérieure, mais leur dépendance croissante vis-à-vis de leur carrière les retient de plus en plus d’agir, tout du moins sur le mode conflictuel. En second lieu, l’État prend soin de prévenir les crises éventuelles en octroyant divers avantages aux fonctionnaires intermédiaires. Au nombre de ces avantages se trouve un traitement décent, capable de procurer une aisance relative. Sur ce point, l’analyse diverge fortement des jugements rendus jusqu’ici, qui relaient trop complaisamment l’idée d’une misère en habit noir, déjà présente chez Michelet5 ou Bourget6. Salaires et indemnités ne sont sans doute pas mirifiques, mais ils suffisent à distinguer, dans les faits et les esprits, les fonctionnaires intermédiaires de leurs employés, qui seuls ont connu la gêne. Autre avantage, de taille lui aussi, les carrières administratives intermédiaires se révèlent finalement peu sensibles à la conjoncture politique. Comme nous l’avons constaté, les fonctionnaires intermédiaires échappent très largement aux épurations, qui décapitent périodiquement les sommets de l’administration. Cela les distingue de certains fonctionnaires supérieurs, et fait souvent d’eux, aux yeux des populations, les véritables représentants de l’État local. D’autres avantages ou compensations existent encore : retraites, médailles, titres, sans oublier, à la veille de la Guerre, l’association à la gestion des carrières. L’implication du fonctionnaire dans sa carrière se trouve ainsi renforcée, et sa docilité garantie. Au regard de ces deux phénomènes, on peut même se demander si les fonctionnaires intermédiaires ne forment pas le groupe administratif obéissant par excellence, que ce soit sur le plan administratif ou sur le plan politique. Cela ne veut évidemment pas dire qu’ils n’ont pas de frustrations, mais que celles-ci sont plutôt refoulées, intériorisées, et qu’elles s’expriment surtout par transfert, notamment sur leur descendance. Cette tendance à la poursuite de la promotion semble en effet générale, et, à la fin de la période, ancre pleinement les fonctionnaires intermédiaires dans l’univers des classes moyennes7.

  • 8 Charle Christophe, Les Élites de la République…, op. cit., p. 33 et suivantes.

4Au total, on voit donc qu’une sorte de compromis historique s’est peu à peu conclu entre les fonctionnaires intermédiaires et l’État : subordination et obéissance contre ascension, sécurité et reconnaissance. Cette transaction ne s’est évidemment pas faite d’un coup ; elle résulte au contraire d’un long processus, entamé sous la monarchie de Juillet avec les premiers effets de la bureaucratisation et les premières tentatives de rationalisation administrative, puis accéléré sous la République, surtout au tournant du siècle, lorsque les bacheliers commencent à affluer plus nombreux sur le marché du travail, et que l’État, de son côté, se met à changer d’attitude vis-à-vis de ses agents. Il serait cependant faux de dire qu’on est passé d’un modèle à un autre, à l’instar des élites qui se sont progressivement transformées d’une « classe dominante » en une « classe dirigeante8 ». Un tel raisonnement suppose en effet que les fonctionnaires intermédiaires existent comme groupe doté de caractères spécifiques dès le premier xixe siècle, alors qu’ils ne font à ce moment-là qu’émerger. Tout ce que l’on peut dire, c’est que les agents occupant des positions intermédiaires dans les organigrammes forment un ensemble encore assez hétérogène au début de la période, mais qu’ils s’unifient au cours du xixe siècle, qu’ils s’homogénéisent à travers ce compromis historique. Sans doute cette unité est-elle incomplète, attendu que les fonctionnaires intermédiaires, contrairement aux cadres du siècle suivant, ne s’identifient jamais qu’à leurs professions respectives et ainsi ne produisent – ou du moins n’expriment – aucune conscience collective, qui les ferait se représenter, par-delà les clivages professionnels, comme groupe à part entière, elle n’en est pas moins réelle à la fin de la période. Ainsi la question posée au début de ce livre trouve enfin sa réponse.

5Ce modèle général, si valable soit-il, ne doit cependant pas occulter les différences, non moins réelles, existant entre les trois groupes étudiés. À l’évidence, c’est l’histoire des conducteurs qui se révèle la plus proche du modèle. C’est dans leur cas, en effet, que la professionnalisation est la plus contradictoire. Le niveau de compétence requis s’élève considérablement, comme en témoignent la difficulté grandissante du concours, le fréquent passage des candidats par des établissements de formation professionnelle, et la création du statut de « faisant fonction ». Pourtant, l’accès au grade d’ingénieur est longtemps interdit aux conducteurs, puis, quand il devient possible, reste très difficile. Aussi est-ce logiquement dans les ponts et chaussées que le problème de la promotion de grade se pose le plus nettement, qu’il est le plus conscientisé, pourrait-on dire, par les fonctionnaires intermédiaires. En témoigne le face-à-face des années 1880, plus tendu qu’ailleurs. Cela dit, les avantages, préventifs ou compensatoires, sont à la mesure des frustrations endurées. Les perspectives de reconversion sont plus importantes et plus prometteuses, à l’intérieur des ponts comme à l’extérieur, même si, dans l’un et l’autre cas, l’âge d’or que représente le Second Empire ne doit pas être surévalué. Les possibilités d’enrichissement, celles qu’offre en particulier le service détaché, ne peuvent, elles aussi, que séduire ce groupe d’extraction très populaire. Enfin, l’État fait certainement preuve d’intelligence tactique, au tournant du siècle, en accordant aux conducteurs de nouveaux titres, plus valorisants, et en ménageant ainsi leur amour-propre.

6Les percepteurs forment un groupe divisé. Il est d’ailleurs difficile de porter un jugement d’ensemble sur leur professionnalisation, attendu que depuis 1839 coexistent dans leurs rangs une minorité d’anciens surnuméraires, astreints à un stage souvent long et onéreux, condamnés à une carrière bloquée, et une majorité de candidats exceptionnels, qui échappent largement à ces contraintes. Il s’ensuit que le conflit avec l’administration supérieure est en quelque sorte occulté ici par un conflit interne, ce qui explique la moindre cohésion de la profession, visible dans l’éclatement du mouvement corporatif. Les compensations, les anciens surnuméraires n’en ont pas vraiment. Composés de parvenus incapables de se reconvertir mais trop faibles pour s’organiser efficacement, ils font figure de minorité sacrifiée jusqu’en 1914. Il est vrai que des avancées réglementaires existent, mais elles ne porteront vraiment leurs fruits qu’après-guerre. Pour les autres, on peut dire, sans trop exagérer, que les particularités de la fonction constituent déjà en elles-mêmes autant d’avantages : faculté de refuser une mutation jusqu’à la toute fin de la période, rémunérations globalement convenables, parfois élevées et même très élevées en dépit des protestations de certains parlementaires. C’est en leur sein, d’ailleurs, que l’hérédité professionnelle demeure la plus forte, et qu’en dépit d’une démocratisation spectaculaire, les comportements bourgeois, repérables à travers l’étude des fortunes et de la fécondité, perdurent le plus.

7Les « gradés » de préfecture, enfin, constituent le groupe le plus défavorisé. Leur professionnalisation est également difficile à caractériser. Quoique bien réelle, elle reste surtout pratique, peu institutionnalisée. Il est remarquable, par ailleurs, que les règlements départementaux, qui se multiplient dans la seconde moitié du xixe siècle, distinguent si peu les « gradés » des employés. Ainsi ils empêchent que soit pleinement reconnue l’identité de fonction des chefs de division et de bureau, pourtant de plus en plus réelle. Il faut dire qu’une solidarité par défaut unit l’ensemble du personnel des bureaux : l’absence de statut national. Cette particularité explique le manque de structuration des carrières, ainsi que la persistance d’un sentiment de précarité dont témoignent, dans la sphère privée, l’importance du célibat et un malthusianisme record. Logiquement, c’est elle qui constitue le principal objet de revendication de la profession, surtout à partir du Second Empire. Ce faisant, elle fait écran, elle aussi, au problème du blocage de la mobilité. Dans ces conditions, si la rancœur des « gradés » ne tourne pas à l’affrontement, c’est moins cette fois en raison des compensations qu’on leur offre, plus faibles qu’ailleurs, qu’à cause de leur vulnérabilité. Jusqu’à la Grande Guerre, ils restent en effet dispersés, isolés, incapables de s’organiser, de surcroît soumis à l’omnipotence des fonctionnaires préfectoraux. En somme, contrairement à ce que l’on observe presque partout ailleurs, les pesanteurs institutionnelles ont empêché que se renforcent ici les liens avec l’État central. Aussi ce dernier demeure-t-il plus lointain, un peu sur le modèle du premier xixe siècle.

8La diversité des situations historiques est donc bien réelle et se traduit en définitive par d’importants décalages chronologiques dans la mise en place du compromis entre les fonctionnaires intermédiaires et l’État. Elle n’en confirme pas moins l’existence de ce compromis et atteste ainsi la validité du modèle mis au jour plus haut.

  • 9 Gerbod Paul, La condition universitaire en France au xixe siècle, Presses universitaires de France (...)
  • 10 Veillon Didier, Magistrats au xixe siècle en Charente-Maritime, Vienne, Deux-Sèvres et Vendée, La (...)
  • 11 Bertinotti-Autaa Dominique, Recherches sur la naissance et le développement du secteur tertiaire e (...)
  • 12 Serman William, Les officiers français dans la nation 1848-1914, Aubier, 1982, p. 18.
  • 13 Gerbod Paul, La condition universitaire…, op. cit., p. 125.
  • 14 Mickeler Pierre, Les agents des régies financières au xixe siècle, thèse d'histoire du droit, univ (...)
  • 15 Veillon Didier, Magistrats au xixe siècle…, op. cit., p. 159-160.
  • 16 Serman William, Les officiers français…, op. cit., p. 18.
  • 17 Gerbod Paul, La condition universitaire…, op. cit., p. 582, 638.

9Parmi les questions qui se posent alors, la première concerne la portée de ce modèle à l’échelle hexagonale. L’examen de l’historiographie offre à cet égard quelques pistes. A l’évidence, le blocage de la mobilité est un phénomène attesté un peu partout. On le voit bien avec les professeurs, très peu nombreux à entrer dans l’administration et l’enseignement supérieur9, ou avec les juges de paix, qui ne font pas à proprement parler carrière : D. Veillon a montré que seulement 5 % des magistrats du ressort de la cour d’appel de Poitiers ont commencé leur carrière par une justice de paix10. Un barrage existe également dans les postes11 et dans l’armée12, qu’il faudrait cependant mesurer avec plus de précision. Bien entendu, jouent ici des mécanismes purement arithmétiques, au sens où toute administration possède une structure pyramidale qui rend la promotion de plus en plus difficile à mesure qu’on s’élève dans la hiérarchie. Ces mécanismes sont sans doute déterminants dans les administrations les moins courues par les élites, comme l’enseignement13 ou les régies financières14 ; mais ils ne sont jamais exclusifs de logiques sociales, avec lesquelles ils se conjuguent. C’est très visible dans la magistrature, où la grande liberté concédée aux premiers présidents et aux procureurs généraux favorise la reproduction sociale15, de même que dans l’armée16. Par ailleurs, si l’on manque encore d’études fines sur la reconversion des fonctionnaires intermédiaires, on sait que celle-ci peut être très difficile, à l’instar de ce que l’on a observé pour les percepteurs et accessoirement pour les « gradés » de préfecture. P. Gerbod a ainsi montré combien l’ « évasion » des professeurs de l’enseignement secondaire reste faible tout au long du xixe siècle17.

  • 18 Serman William, Les officiers français…, op. cit., p. 8-9.
  • 19 Le Bihan Jean, « Le personnel municipal rennais au xixe siècle. Bilan d'une enquête », MSHAB, 81, (...)
  • 20 Gerbod Paul, La condition universitaire…, op. cit., p. 580-582. Vincent Gérard, « Les professeurs (...)
  • 21 Dumons Bruno, Pollet Gilles et Saunier Pierre-Yves, Les élites municipales sous la IIIe République (...)
  • 22 Jourdan Jean-Paul, « Les juges de paix de l'Aquitaine méridionale (Landes, Basses-Pyrénées, Hautes (...)

10La démocratisation de l’administration intermédiaire constitue manifestement une seconde constante. Le phénomène est très net chez les officiers, surtout après 1848, suite à la multiplication des places gratuites dans les écoles militaires18. On l’observe également chez les « gradés » des mairies : à Rennes, par exemple, 37 % des chefs et sous-chefs de bureau recrutés avant 1870 sont d’extraction populaire, contre 69 % ensuite19. Dans l’enseignement secondaire, à la fin du siècle, les origines sociales sont globalement modestes20, et permettent de positionner les professeurs à la limite des classes moyennes et de la petite bourgeoisie, exactement comme les trois professions tests. B. Dumons et al. arrivent à la même conclusion pour les élites municipales de la région lyonnaise21. Le phénomène est à première vue plus discutable pour la magistrature, mais c’est une simple illusion d’optique car si l’on isole les juges de paix des autres magistrats, comme l’a fait J.-P. Jourdan, alors le constat d’une « médiocre aisance » s’impose également22.

  • 23 Serman William, Les officiers français…, op. cit., chapitres 2, 3 et 7.
  • 24 Vincent Gérard, « Les professeurs de l'enseignement secondaire dans la société de la " belle époqu (...)
  • 25 Serman William, Les officiers français…, op. cit., p. 227-228.
  • 26 Dumons Bruno, Pollet Gilles et Saunier Pierre-Yves, Les élites municipales sous la IIIe République (...)
  • 27 Serman William, Les officiers français…, op. cit., p. 14-15.

11D’autres régularités sont encore perceptibles. Ainsi l’alourdissement des contraintes professionnelles ne fait de doute nulle part. Aux obligations générales liées à la structuration des carrières, comme les déplacements, s’ajoutent souvent des contraintes spécifiques, propres à chaque administration. Ces dernières sont particulièrement pesantes dans l’armée : limitation des droits politiques, contrôle hiérarchique tatillon23 etc. De même, autant qu’on puisse en juger, l’obéissance et le respect de l’autorité hiérarchique sont des attitudes presque unanimement partagées. Sous la plume de G. Vincent, les professeurs apparaissent comme un modèle de prudence, dont témoigne leur apolitisme frileux24. Chez les officiers, le goût de l’ordre est plus marqué encore, et se mue en un véritable conservatisme idéologique et culturel25. De même, encore, existent un peu partout des avantages ou compensations. Il est vrai qu’au sujet des salaires les avis des historiens divergent toujours et qu’une reprise générale du problème serait la bienvenue. Cela étant, les recherches les plus récentes, démarquées de tout misérabilisme, attentives à ne pas négliger les bénéfices de nature symbolique, montrent déjà la voie26. W. Serman n’a-t-il pas raison de souligner le rôle de l’image sociale avantageuse des officiers dans le choix du métier des armes et dans la structuration de la mentalité militaire27 ?

12Les convergences ne manquent donc pas et permettent de supposer que le modèle dégagé au terme de cette enquête, caractéristique de l’ère démocratique ou méritocratique, possède une validité plus générale. Cela dit, plusieurs interrogations sont encore en suspens. S’agissant de professions déjà étudiées, on peut se demander si certains jugements, à la réflexion très tranchés, comme ceux de P. Gerbod sur les professeurs ou de W. Serman sur les officiers, ne mériteraient pas d’être réexaminés à la lumière de ce que l’on sait à présent des formes de la reconnaissance locale ou des modes de dédommagement symbolique. Quant aux professions encore peu connues, et elles sont nombreuses, il reste beaucoup à faire pour préciser la façon dont le rapport à l’État s’est concrétisé en chacune d’elles. De cette façon, à terme, dans une perspective qui s’inspirerait de la démarche développée par C. Charle dans son enquête sur les élites, peut-être pourra-t-on proposer une typologie complète des professions administratives intermédiaires, qui tienne compte à la fois de leurs particularités institutionnelles et de leur capital social. Il sera alors intéressant de rouvrir le dossier des élites municipales, si proches des fonctionnaires d’État sur le plan socio-économique et pourtant si éloignées d’eux par le statut. Le problème serait précisément d’identifier en quoi, tout bien pesé, le compromis passé avec la ville diffère de la transaction conclue avec l’État.

  • 28 Badie Bertrand et Birnbaum Pierre, Sociologie de l'État…, op. cit., p. 196 et suivantes.
  • 29 O'Boyle Lenore, « The Middle Class in Western Europe, 1815-1848 », American Historical Review, 71- (...)
  • 30 Pilbeam Pamela M., The Middle Classes in Europe 1789-1914. France, Italy, Germany and Russia, Lond (...)
  • 31 Ranki György, « Le développement de la bourgeoisie hongroise de la fin du xviiie siècle au début d (...)
  • 32 Davis John A., Conflict and Control : Law and Order in Ninenteenth-Century Italy, Basingstoke, Mac (...)
  • 33 Treichel Eckhardt, Der Primat der Bürokratie : Bürokratischer Staat und bürokratische Elite im Her (...)
  • 34 Pilbeam Pamela M., The Middle Classes…, op. cit., p. 115.
  • 35 Voir par exemple Beyrau Dietrich, « La formation du corps des officiers russes au xixe siècle : de (...)

13Une seconde question concerne l’extension du modèle à l’échelle internationale. Elle est évidemment plus difficile, compte tenu de la diversité des situations historiques, de l’inégalité et de la dispersion des études. Si l’on fait abstraction de l’aire anglo-saxonne, caractérisée par la « sous-étatisation28 », la réflexion sur l’émergence de l’État contemporain pose partout la question du rapport de ce dernier aux élites traditionnelles, rapport systématiquement pensé, quelles qu’en soient les formes, les rythmes et les transformations, en termes de compromis ou d’alliance. En Prusse et en Russie, on peut pratiquement parler d’identification entre la noblesse et l’État. L. O’Boyle a évoqué cette « appropriation de la bureaucratie » par l’aristocratie prussienne, consolidée par le partage des valeurs militaires, poussée si loin qu’il est impossible de dire qui l’emporte, chez certains fonctionnaires, du bureaucrate ou du noble29. Dans ces deux pays, la fermeture des élites administratives est donc très forte, et elle s’accroîtrait même, en ce qui concerne la Prusse, au cours du xixe siècle30. Ce phénomène s’observe aussi ailleurs, dans des zones où le moindre développement de l’État invite à parler de coopération plus que d’identification entre l’État et les élites. En Hongrie, par exemple, la gentry monopolise les fonctions administratives31. C’est la même chose en Italie du sud, où les aristocrates continuent de considérer et de gérer ces fonctions comme des biens patrimoniaux32. Partout, l’hérédité administrative est répandue, et elle atteint des proportions parfois considérables, ainsi dans le duché de Nassau où la haute administration forme une véritable caste33. La professionnalisation, en revanche, progresse inégalement. Il faut dire que les élites tantôt l’encouragent, comme en Prusse34, soucieuses qu’elles sont, en élevant le niveau de qualification, de lutter contre la concurrence croissante des classes moyennes, tantôt la freinent, comme en Russie35, exactement dans le même but. La fermeture de l’administration supérieure n’est donc évidemment pas propre à la France au xixe siècle.

  • 36 Pilbeam Pamela M., The Middle Classes…, op. cit., p. 107-143.

14Pourtant, la recherche s’est encore peu penchée sur les effets de cette fermeture sur les fonctionnaires intermédiaires et inférieurs. La synthèse de P. M. Pilbeam est à cet égard significative36. Bien qu’elle entende questionner les rapports entre le développement de la bureaucratie et l’émergence des classes moyennes, elle focalise sa démonstration sur les élites administratives et s’étend finalement assez peu sur les « middle-grade officials ». Tout au plus apprend-on que ceux-ci augmentent en nombre et qu’ils se trouvent dans l’impasse. À la réflexion, l’ouvrage de P. M. Pilbeam livre toutefois quelques pistes. Il montre que le fossé séparant l’administration supérieure de l’administration intermédiaire ne cesse de se modifier, à la faveur de la conjoncture comme de tendances plus longues. À Naples, par exemple, l’occupation française accroît momentanément la mobilité au sein de l’administration. Cette mobilité existe aussi dans la Prusse du premier xixe siècle, où elle ménage de réelles possibilités de promotion sociale. En Russie, une brèche s’ouvre pour la classe moyenne sous Nicolas II, lorsque la noblesse, lassée par le manque de reconnaissance et la faiblesse des traitements, se met à déserter le service de l’État. P. M. Pilbeam souligne d’autre part que dans certains pays les fonctionnaires subalternes, mécontents de leur sort, font cause commune avec le mouvement libéral, n’hésitant pas, comme en Prusse ou en Lombardie, à entrer en conflit ouvert avec l’État. Ce ne sont là que quelques pistes, qu’il faudrait évidemment creuser davantage ; mais elles suffisent à faire entrevoir l’extrême diversité des situations nationales, et partant la complexité du problème à cette échelle.

  • 37 Dreyfus Françoise, L'invention de la bureaucratie. Servir l'État en France, en Grande-Bretagne et (...)

15Cela dit, on peut se donner quelques principes de réflexion, à titre d’hypothèse ou de programme de travail. Il est évident, en premier lieu, que la nature du compromis passé entre les fonctionnaires intermédiaires et l’État dépend du degré de libéralisation de la culture et des institutions politiques. F. Dreyfus, on le sait, a souligné la correspondance entre démocratie et bureaucratie37. Dans une autre perspective, qui serait sociale et culturelle, ce lien mériterait d’être approfondi. S’il est vrai, par exemple, que dans les régimes autocratiques l’accès à la haute administration est plus difficile qu’ailleurs, on peut aussi imaginer que l’idéal de mobilité individuelle, caractéristique de la démocratie, y est moins intériorisé par les fonctionnaires intermédiaires, et que ceux-ci sont donc moins prompts à contester l’ordre administratif existant. Sont-ils pour autant satisfaits de leur sort ? Rien n’est moins sûr. D’autres facteurs interviennent : l’expansionnisme administratif, dont dépendent le nombre des emplois intermédiaires et donc le poids social de leurs titulaires ; le développement socioéconomique, inséparable de l’émergence puis de l’affirmation des classes moyennes. Au bout du compte, s’il est certain que le modèle français n’est pas généralisable comme tel, il n’est pas exclu qu’on puisse l’élargir ou le moduler selon ces variables fondamentales. Tout le problème est de savoir si les différences entre États sont seulement chronologiques, c’est-à-dire résultent de stades de développement différents, dans les domaines politique, social et culturel, auquel cas le modèle français pourrait conserver sa validité générale ; ou bien, à l’inverse, s’il faut distinguer plusieurs modèles ou types de compromis entre les fonctionnaires intermédiaires et l’État. Les études manquent pour trancher aujourd’hui une telle question. Cela veut dire aussi que tout un chantier attend l’historien, chantier situé au carrefour de l’histoire de l’État et de l’histoire des classes moyennes, qui pourrait être un nouvel observatoire pour mieux les comprendre l’une et l’autre.

Notes

1 Charle Christophe, Les Élites de la République 1880-1900, Fayard, éd. 2006.

2 Badie Bertrand et Birnbaum Pierre, Sociologie de l'État, Grasset, éd. 1982, p. 187.

3 Bodiguel Jean-Luc, « Une voie de promotion sociale : la fonction publique ? », in Berstein Serge et Rudelle Odile, Le modèle républicain, Presses universitaires de France, 1992, p. 293.

4 Demailly Lise, « La qualification ou la compétence professionnelle des enseignants », Sociologie du travail, 19, 1987, p. 59-69. Montjardet Dominique, « Compétence et qualification comme principes d'analyse de l'action policière », ibid., p. 47-58. Voir aussi Dubar Claude et Tripier Pierre, Sociologie des professions, Amand Colin, 1998, p. 161-164.

5 Michelet Jules, « Servitudes du fonctionnaire », in Le peuple, Flammarion, éd. 1974, p. 125-131. Le peuple est paru en 1846.

6 Qu'on songe au portrait du normalien Joseph Monneron dans L'Étape, publié en 1902.

7 Berstein Serge, « Les classes moyennes devant l'histoire », Vingtième siècle revue d'histoire, 37, 1993, p. 7-8.

8 Charle Christophe, Les Élites de la République…, op. cit., p. 33 et suivantes.

9 Gerbod Paul, La condition universitaire en France au xixe siècle, Presses universitaires de France, 1965, p. 124-125.

10 Veillon Didier, Magistrats au xixe siècle en Charente-Maritime, Vienne, Deux-Sèvres et Vendée, La Crèche, Geste, 2001, p. 160-161.

11 Bertinotti-Autaa Dominique, Recherches sur la naissance et le développement du secteur tertiaire en France : les employés des P.T.T. sous la Troisième République, thèse, université Paris 1, 1984, p. 204. « Carrières féminines et carrières masculines dans l'administration des Postes et télégraphes à la fin du xixe siècle », AESC, 40-3, 1985, p. 630.

12 Serman William, Les officiers français dans la nation 1848-1914, Aubier, 1982, p. 18.

13 Gerbod Paul, La condition universitaire…, op. cit., p. 125.

14 Mickeler Pierre, Les agents des régies financières au xixe siècle, thèse d'histoire du droit, université Paris-XII, 1994, p. 371.

15 Veillon Didier, Magistrats au xixe siècle…, op. cit., p. 159-160.

16 Serman William, Les officiers français…, op. cit., p. 18.

17 Gerbod Paul, La condition universitaire…, op. cit., p. 582, 638.

18 Serman William, Les officiers français…, op. cit., p. 8-9.

19 Le Bihan Jean, « Le personnel municipal rennais au xixe siècle. Bilan d'une enquête », MSHAB, 81, 2003, p. 459.

20 Gerbod Paul, La condition universitaire…, op. cit., p. 580-582. Vincent Gérard, « Les professeurs du second degré au tournant du xxe siècle : essai sur la mobilité sociale et la mobilité géographique », MS, 55, 1966, p. 50-52.

21 Dumons Bruno, Pollet Gilles et Saunier Pierre-Yves, Les élites municipales sous la IIIe République des villes du Sud-Est de la France, CNRS, 1997, p. 152.

22 Jourdan Jean-Paul, « Les juges de paix de l'Aquitaine méridionale (Landes, Basses-Pyrénées, Hautes-Pyrénées) de 1870 à 1914 », Annales du Midi, 100, 1988, p. 304-305.

23 Serman William, Les officiers français…, op. cit., chapitres 2, 3 et 7.

24 Vincent Gérard, « Les professeurs de l'enseignement secondaire dans la société de la " belle époque " », RHMC, 13, 1966, p. 79-83.

25 Serman William, Les officiers français…, op. cit., p. 227-228.

26 Dumons Bruno, Pollet Gilles et Saunier Pierre-Yves, Les élites municipales sous la IIIe République…, op. cit., p. 171 et suivantes.

27 Serman William, Les officiers français…, op. cit., p. 14-15.

28 Badie Bertrand et Birnbaum Pierre, Sociologie de l'État…, op. cit., p. 196 et suivantes.

29 O'Boyle Lenore, « The Middle Class in Western Europe, 1815-1848 », American Historical Review, 71-3, 1966, p. 841. Marie-Bénédicte Vincent vient toutefois de nuancer cette idée (serviteurs de l’État : les élites administratives en Prusse de 1871 à 1933, Belin, 2006, p. 90-92).

30 Pilbeam Pamela M., The Middle Classes in Europe 1789-1914. France, Italy, Germany and Russia, Londres, Macmillan, 1990, p. 112.

31 Ranki György, « Le développement de la bourgeoisie hongroise de la fin du xviiie siècle au début du xxe siècle », in Kocka Jürgen, Les bourgeoisies européennes au xixe siècle, Belin, 1996, p. 141-147.

32 Davis John A., Conflict and Control : Law and Order in Ninenteenth-Century Italy, Basingstoke, Macmillan education, 1988, p. 271-274.

33 Treichel Eckhardt, Der Primat der Bürokratie : Bürokratischer Staat und bürokratische Elite im Herzogtum Nassau 1806-1866, Stuttgart, Franz Steiner, 1991.

34 Pilbeam Pamela M., The Middle Classes…, op. cit., p. 115.

35 Voir par exemple Beyrau Dietrich, « La formation du corps des officiers russes au xixe siècle : de la "militarisation" à la "professionnalisation" », Cahiers du Monde russe et soviétique, 19-3, 1978, p. 309-310.

36 Pilbeam Pamela M., The Middle Classes…, op. cit., p. 107-143.

37 Dreyfus Françoise, L'invention de la bureaucratie. Servir l'État en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis (xviiie-xxe siècle), La Découverte, 2000.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search