Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au service de l'État

 | 
Jean Le Bihan

Première partie. Sociologie des fonctionnaires intermédiaires

Chapitre II. Les trajectoires sociales

Texte intégral

  • 1 Chaline Jean-Pierre, « Qu'est-ce qu'un bourgeois ? », L'Histoire, 121, 1989, p. 41.

1Que les fonctionnaires intermédiaires puissent, grâce aux revenus qu’ils tirent de leurs activités, prétendre à un niveau de vie convenable, lequel de surcroît s’améliore au cours du siècle, constitue déjà une conclusion importante. Celle-ci ne suffit cependant pas à caractériser leur condition dans la société du xixe siècle, d’abord parce que les revenus d’origine professionnelle ne représentent qu’une partie, quelquefois négligeable, de la fortune d’un individu, ensuite parce la position sociale des fonctionnaires intermédiaires, comme celle de n’importe quel groupe, ne saurait évidemment se réduire à ce que J.-P. Chaline, parlant des bourgeois, appelle leur « avoir1 ». Aussi bien l’objectif de ce nouveau chapitre est-il de décoder la signification des multiples pratiques qui, cette fois en dehors de l’activité professionnelle, structurent la vie sociale des fonctionnaires intermédiaires. Le raisonnement se centrera sur la notion de trajectoire sociale. Quelles sont les parts respectives de l’héritage et de la réussite personnelle dans l’identité sociale des fonctionnaires intermédiaires ? Tel est le problème à résoudre.

Une majorité de parvenus

2Grâce à l’état civil et aux registres paroissiaux, nous avons pu identifier la profession des pères des fonctionnaires de l’échantillon dans 441 cas sur 553 (soit pour 79 % d’entre eux), celle des grands-pères dans 399 cas (soit pour 36 % d’entre eux).

Les milieux sociaux d’origine

  • 2 Pour les calculs, nous avons repris sans amendement majeur le code socioprofessionnel proposé en 1 (...)

3Tous groupes confondus et sur l’ensemble de la période, 23 % des fonctionnaires intermédiaires proviennent des catégories supérieures de la société, 37 % des catégories moyennes et 40 % peuvent être considérés comme d’extraction populaire2. À lui seul ce résultat est instructif, car il contredit l’idée répandue d’une corrélation systématique entre hiérarchie administrative et origines sociales.

Des profils différenciés

4Ces chiffres masquent néanmoins de fortes disparités entre professions. Si l’on compare les milieux sociaux auxquels appartiennent les pères des fonctionnaires de l’échantillon, on s’aperçoit que les « gradés » de préfecture et les percepteurs, dont le profil est assez diversifié, s’opposent aux conducteurs, massivement issus des couches populaires :

Tableau II.1 - Milieux sociaux des pères des fonctionnaires intermédiaires

Tableau II.1 - Milieux sociaux des pères des fonctionnaires intermédiaires

5Le phénomène se complexifie encore si l’on raisonne à partir de la génération précédente, celle des grands-pères :

Tableau II.2 - Milieux sociaux des grands-pères des fonctionnaires intermédiaires

Tableau II.2 - Milieux sociaux des grands-pères des fonctionnaires intermédiaires

6Certes, les origines des conducteurs sont toujours les plus modestes, et de loin, mais celles des percepteurs apparaissent cette fois plus élitaires que celles des « gradés » de préfecture, si bien que l’idée d’une simple dualité de profils doit être révisée.

  • 3 En codant par commodité l'appartenance sociale (a = catégories supérieures ; b = catégories moyenn (...)

7Pour ce faire, nous pouvons corréler le milieu social des grands-pères au milieu social des pères, et raisonner en termes de lignée. L’ensemble des combinaisons possibles se réduit à quatre types de trajectoire3 (voir page 102). Au vu des chiffres, les conducteurs forment indiscutablement le groupe le plus mobile. Plus de la moitié d’entre eux appartiennent à des lignées en voie d’ascension. Le plus souvent, on l’a vu, c’est avec le fonctionnaire lui-même que s’amorce le mouvement de promotion. Citons le cas typique d’Alexandre Cosnefroy : son grand-père paternel est cultivateur et garde particulier, son grand-père maternel un simple journalier. Au milieu du siècle, son père, Pierre Cosnefroy, prend le premier le chemin de la ville, Le Havre, où il se fait embaucher comme garde-magasin. Sa mère, enfin, migre après son mariage et se fait couturière. La part des autres trajectoires, particulièrement des trajectoires déclinantes, est marginale chez les conducteurs. Les « gradés » de préfecture se classent en seconde position. Chez eux aussi les trajectoires ascendantes sont majoritaires, mais dans une moindre proportion. Surtout, dans leur cas, le processus de promotion démarre plus tôt, souvent dès la génération du père, ce qui lui donne une allure plus graduelle que dans les Ponts. En retour, la part des autres trajectoires, celle des trajectoires déclinantes notamment, est plus importante que chez les conducteurs.

Tableau II.3 - Les trajectoires familiales : analyse sur trois générations

Tableau II.3 - Les trajectoires familiales : analyse sur trois générations
  • 4 Ne sont comptés ici que les aristocrates d'origine française.
  • 5 Wiscart Jean-Marie, La noblesse de la somme au dix-neuvième siècle, Amiens, Encrage, 1994, p. 179.
  • 6 Kerviler René, Répertoire de bio-bibliographie bretonne, Mayenne, imprimerie Joseph Floch, 1985, t (...)

8Les percepteurs ferment la marche. Ils se singularisent par l’importance des trajectoires stables, si bien que, d’un point de vue sociologique, la fonction principale des perceptions paraît être la préservation de certaines fractions des couches moyennes. Il n’est pas fortuit qu’au sein de l’échantillon les ascendants des percepteurs aient le quasi monopole des épithètes d’honneur sous l’ancien régime. Cela prouve que bon nombre de comptables descendent de petits notables du xviiie siècle. Dans le Vitréen, les exemples abondent de ces familles dont, à l’évidence, la révolution n’a guère entamé le capital social. Celui de la famille Cadieu est tout à fait caractéristique : à Domagné, petite paroisse rurale située à l’ouest de Vitré, elle tient le haut du pavé depuis au moins la première moitié du xviie siècle. Entre Jean, sieur de la Maisonneuve, qui vit à cette époque, et Joseph Jean, sieur de la rivière (1751-1812), quatre générations de Cadieu, pour la plupart officiers de juridictions seigneuriales, se succèdent. C’est l’un des fils de Joseph Jean, Pierre René tranquille Cadieu (1781-1854), qui entre dans l’administration du trésor au début du règne de Louis-Philippe. Les généalogies, de surcroît, s’emboîtent : Pierre René Tranquille épouse en 1819 Julie Dubourdieu, nièce de Charles Bon Dubourdieu (1769-1832), percepteur de Champeaux puis d’Izé. Les percepteurs ont, d’autre part, le record de trajectoires déclinantes : plus d’une sur quatre. Stanislas Foache, par exemple, qui finit sa carrière à Janzé en 1879, a pour père un sous-préfet, pour grands-pères un secrétaire du roi et un conseiller d’État. Sur un temps plus long, ce phénomène trouve une autre illustration dans la présence d’un nombre non négligeable d’aristocrates au sein de l’administration du trésor. Cette dernière compte exactement 20 des 22 nobles identifiés pour l’ensemble de l’échantillon4. Le jugement de J.-M. Wiscart, selon lequel « la petite noblesse se refuse à quémander des postes administratifs subalternes5 » n’est donc pas applicable à l’Ille-et-Vilaine. Il est vrai que ces chiffres valent surtout pour le début de la période, mais, en 1873 encore, on trouve le rejeton d’un vieux lignage bas-breton, Gustave de Bechenec, à la tête de la petite perception de Châteaubourg6.

  • 7 Durieu, Manuel des percepteurs et des receveurs municipaux des communes, chez l'auteur, 1822, p. 6 (...)
  • 8 MP, 24, 1847, p. 121-122.
  • 9 MP, 61, 1884, p. 113-114.
  • 10 Brelot Claude-isabelle, La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Les Belles (...)
  • 11 ADIV 3 p 9. Personnel du trésor public. Lettre du 15 août 1815.

9Cette singularité des percepteurs peut s’interpréter comme le résultat d’un compromis spécifique conclu entre l’État et les notables. L’État requiert en effet des comptables qu’ils détiennent deux formes de capital très distinctives. La première est de nature sociale. Même si les sources ne le disent jamais clairement, le bon sens autorise à penser que la prise en charge du recouvrement ne saurait échoir à n’importe qui, sous peine de perdre en efficacité. La seconde est de nature économique, puisque les percepteurs sont astreints à garantir leur gestion au moyen d’un cautionnement individuel. La loi du 28 avril 1816 fixe ce dernier au douzième du total des recettes pour les contributions directes, au dixième pour le service des communes7. sans doute est-il modifié à plusieurs reprises, notamment en 18478 et en 18849, en vue de lutter contre les cautionnements excessifs que génère, tout comme les remises, le mouvement de réunion des perceptions, l’institution du cautionnement n’en reste pas moins discriminante. De leur côté, certains notables ont intérêt à entrer au service de l’État. À la plupart d’entre eux, l’administration intermédiaire offre en effet les moyens de préserver, et même de consolider leur capital social, singulièrement en milieu rural ; aux plus gênés elle permet de limiter une déchéance programmée en les assurant d’une sécurité économique minimale. Les nobles, en particulier, y trouvent d’ » honorables palliatifs10 », selon la juste expression de C.-i. Brelot, surtout de retour d’exil. en témoigne cette lettre, assez pathétique en vérité, dans laquelle Jean Baptiste Hardy de la Largère, fils d’un député du tiers aux États généraux, lui-même anobli de fraîche date et ruiné par la révolution, quémande auprès du préfet « une place de greffier à un tribunal, […] de percepteur des contributions directes, dans son arrondissement si cela est possible, ou […] toute autre quelconque de ce genre11 ». si l’État a besoin des notables, l’inverse est donc également vrai, du moins en partie. ainsi s’expliquent la forte sélectivité sociale de l’administration du trésor et l’importance des lignées stables ou déclinantes parmi les familles de comptables. En revanche, ce schéma ne s’applique ni aux « gradés » de préfecture ni aux conducteurs. Les fonctions de ces derniers n’exigent en effet aucune garantie particulière, que ce soit sur le plan financier ou social, puisque leurs rapports avec les administrés sont limités et dépourvus de caractère coercitif. D’autre part, comme elles ont une faible visibilité sociale, singulièrement à l’échelle locale, elles sont moins prisées par les notables en quête de reconversion. aussi aucun compromis comparable à celui passé avec les percepteurs n’est-il conclu entre l’État et ces deux groupes.

10Mais ne les confondons pas pour autant : nous avons vu que le recrutement des « gradés » de préfecture est plus élitaire que celui des conducteurs. Deux facteurs peuvent expliquer cette différence. Le recrutement n’étant réglementé, précocement et avec rigueur, que dans les Ponts, alors qu’il reste complètement discrétionnaire dans les bureaux de préfecture, il est probable que la faveur, qui, par nature, profite plus aux héritiers qu’aux parvenus, pèse davantage sur le recrutement des « gradés » de préfecture que sur celui les conducteurs. Il se peut d’autre part que le métier de conducteur, longtemps mal distingué du travail manuel et du monde ouvrier dans l’imaginaire bourgeois, ait davantage rebuté les notables que celui de bureaucrate.

Une démocratisation spectaculaire

  • 12 Nous reprendrons toujours ces trois mêmes cohortes (avant 1849, 1849-1879, après 1879) par la suit (...)
  • 13 Belot Alfred et Lepetit Paul, Table alphabétique analytique et raisonnée des circulaires et des le (...)

11Cette vue globale masque toutefois une prodigieuse évolution. Le tableau II.4.a (voir page 106) montre en effet que la part des catégories populaires augmente fortement au cours du siècle : d’un peu moins d’un quart dans la première cohorte, elle s’élève à pratiquement deux tiers dans la dernière12. À l’inverse, bien sûr, la part des autres catégories diminue, surtout celle des catégories moyennes. L’analyse par groupe confirme ce jugement (voir page 106, tableaux II.4.b-d). Partout, la proportion de fils du peuple s’accroît. Dans le trésor, où le basculement est le plus spectaculaire, cette proportion est multipliée par sept entre la première et la troisième cohorte. Dans les Ponts, elle se monte à 90 % à la fin de la période. Le poids des autres catégories est naturellement à la baisse. On remarquera que celui des élites évolue de manière assez contrastée, diminuant continûment chez les conducteurs, baissant de façon accidentée chez les percepteurs, et se maintenant à un niveau quasiment constant chez les « gradés » de préfecture. Ces chiffres prouvent en tout cas que l’administration intermédiaire se démocratise de manière spectaculaire au cours du xixe siècle. Sans doute le phénomène est-il inégal, mais il est commun aux trois professions et donc général. Il n’est pas difficile à expliquer. Le compromis évoqué plus haut, au sujet des percepteurs, tout simplement se délite. D’un côté, en effet, les progrès de l’obéissance fiscale, conjuguées à l’instauration du cautionnement mutuel, en 1908, qui met fin à l’obligation dans laquelle se trouvait jusque-là le comptable de posséder une fortune personnelle13, dispensent de plus en plus l’État de recourir aux notables. De l’autre, les notables, avant tout soucieux de rayonnement local, peu disposés à s’éloigner de leurs propriétés, tendent à déserter le métier à mesure que de nouvelles contraintes, en particulier géographiques, viennent transformer celui-ci. à cela s’ajoute le fait que, dans le trésor comme dans les deux autres administrations, les élites traditionnelles voient leur prééminence mise à mal par les progrès de l’enseignement ainsi que par la codification progressive du recrutement.

  • 14 AN F14 19215. Dossier Lemeilleur. Lettre du 18 février 1880.
  • 15 MP, 80, 1903, p. 428.
  • 16 AN F14 2560. Dossier Jan. Feuille signalétique 1861.
  • 17 ADIV 1 S 75. Dossier Primault. Lettre de Louis Primault, 11 janvier 1878.
  • 18 Berstein Serge, « Les classes moyennes devant l'histoire », Vingtième siècle revue d'Histoire, 37, (...)

12En écho à cette spectaculaire démocratisation, les témoignages de volontarisme familial se multiplient dans la seconde moitié du siècle. Car pour les familles sans fortune, de plus en plus nombreuses, l’entrée d’un fils dans l’administration intermédiaire suppose un gros effort financier, non seulement pour payer sa scolarité mais également pour subvenir à ses besoins tant qu’il n’est pas titulaire. en 1880, le fils de couvreur Louis Lemeilleur évoque ainsi les « sacrifices qu’elle [sa famille] s’est imposé pour [le] faire arriver au grade de conducteur des Ponts et chaussées14 ». Dans le même esprit, un percepteur surnuméraire écrit en 1903 que ses études « ont coûté fort cher à [sa] famille » et que ses parents « se sont saignés aux quatre veines pour [lui] assurer une situation honorable15 ». Aussi, une fois entrés dans la carrière, beaucoup s’empressent d’acquitter leurs dettes vis-à-vis des leurs, à l’image de François Jan, qui « trouve le moyen, avec de faibles appointements, d’être utile à sa famille qui est pauvre16 », ou de Louis Primault, qui « vit dans le sein de sa famille à laquelle il consacre son traitement intégral et dont il est véritablement l’unique héritier17 ». Autant de pratiques caractéristiques des classes moyennes18.

Tableaux II.4 - Évolution des milieux sociaux d’origine des fonctionnaires intermédiaires

Tableaux II.4 - Évolution des milieux sociaux d’origine des fonctionnaires intermédiaires

NB : les dates indiquées correspondent à l'entrée dans la carrière (même chose pour les suivantes)
Tableau II.4.a -Vue d'ensemble

Tableau II.4.b - Les « gradés » de préfecture

Tableau II.4.b - Les « gradés » de préfecture

Tableau II.4.c - Les percepteurs

Tableau II.4.c - Les percepteurs

Tableau II.4.d - Les conducteurs

Tableau II.4.d - Les conducteurs

Les milieux professionnels d’origine

Le bureau et la boutique

13Examinons à présent les milieux professionnels d’origine des fonctionnaires intermédiaires. Comme le montre le tableau II.5 (voir page 108), deux milieux professionnels rassemblent à eux seuls près des trois quarts des pères des fonctionnaires : le service de l’État (37 % au total) et le patronat (34 % au total).

  • 19 Jourdan Jean-Paul, Le personnel de l'administration dans le Sud-Ouest aquitain de la fin de l'Anci (...)
  • 20 ADIV 3 p 5. Personnel du trésor public. Décret du 11 messidor An XII.

14L’hérédité administrative constitue un phénomène massif mais inégal. C’est dans le trésor public qu’elle est la plus forte : près d’un percepteur sur deux est le fils d’un agent de l’État, contre environ un conducteur sur trois et un peu plus d’un « gradé » de préfecture sur quatre. Cette hiérarchie se retrouve à toutes les échelles d’analyse. si l’on raisonne, par exemple, en termes de secteur administratif (bureaucratique, fiscal, technique), 24 percepteurs (soit 14 %) et 12 conducteurs (soit 7 %) – mais aucun « gradé » de préfecture – peuvent être considérés comme des « héritiers » sur le plan professionnel. si l’on affine encore le raisonnement et que l’on prend en compte la profession proprement dite, les chiffres tombent à 13 (soit 7 %) pour les percepteurs et à 8 (soit 5 %) pour les conducteurs, ce qui concorde avec les rares sondages déjà effectués sur ces groupes professionnels19. Cette hiérarchie n’est pas moins valable si l’on raisonne à partir de l’activité des grands-pères : sur deux générations, on découvre que l’hérédité professionnelle est quasiment nulle dans les bureaux de préfecture, à peine plus élevée parmi les conducteurs, et qu’elle n’est significative, là encore, que dans le trésor. Le surcroît d’hérédité des percepteurs se perçoit encore dans leur propension à se constituer en dynasties administratives locales. Citons, entre bien d’autres, la famille Allaire, de Plélan. Son fondateur, Charles Godefroy, entre dans l’administration du trésor sous le premier empire20, et meurt en 1850 après 35 années de service. Son fils, Charles François, devient à son tour percepteur (et même lui succède dans son dernier poste, à Saint-Aubin-d’Aubigné), tout comme ses deux petits-fils, dont l’un, François Quédillac, passe d’abord 33 ans dans les bureaux de la trésorerie générale de Rennes. Ainsi, on le voit, tous les descendants mâles de Charles Godefroy allaire, jusqu’à la seconde génération incluse, appartiennent à l’administration du Trésor.

Tableau II.5 - Milieux professionnels des pères des fonctionnaires intermédiaires

Tableau II.5 - Milieux professionnels des pères des fonctionnaires intermédiaires
  • 21 ADIV 3 P 15. Personnel du trésor public. Lettre de Charles Godefroy allaire, 7 octobre 1836. ADIV (...)

15Cette hiérarchie s’explique. Il est évident, en premier lieu, que certains des mécanismes exposés plus haut au sujet des origines sociales pèsent également sur les origines professionnelles. Ce que l’on a dit de l’appartenance des percepteurs aux élites locales, en particulier, explique aussi que leur tendance à l’hérédité professionnelle soit plus marquée, alors qu’à l’inverse, dans les Ponts, la réglementation précoce du recrutement, en favorisant le mérite individuel, atténue la reproduction sous toutes ses formes. Jouent sans doute aussi les conditions d’entrée dans le métier. Comme on le verra plus loin, en l’absence de formation proprement dite, ce sont les grades inférieurs qui remplissent cette fonction. Or, c’est dans le trésor public que ceux-ci sont le plus tardivement institutionnalisés, ce qui explique que dans cette administration l’accès à la formation, si l’on peut risquer cette expression, demeure plus longtemps qu’ailleurs à la discrétion des fonctionnaires en place, qui, logiquement, favorisent les leurs : dans la famille allaire, Charles Godefroy, le fondateur de la lignée, prend soin de former lui-même et son fils et l’aîné de ses petits-fils, conscient qu’il est, sans doute, de les doter d’un utile supplément de compétence dans la perspective d’un recrutement futur21. Enfin, bien sûr, n’oublions pas que le nombre de postes constitue une variable souvent décisive dans ce type d’évaluation.

  • 22 Frotier de la Messelière Henri, Filiations bretonnes 1650-1912, Mayenne, imprimerie Joseph Floch, (...)
  • 23 Jourdan Jean-Paul, Le personnel de l'administration dans le Sud-Ouest aquitain…, op. cit., p. 792- (...)

16L’hérédité professionnelle ne concerne cependant qu’une minorité d’individus parmi les fils de fonctionnaires. S’agissant des autres, retenons l’importance des fils de militaires : ils sont 12 % à l’échelle des trois groupes. Si l’on détaille, sur 49 individus, 16 ont un père homme du rang ou sous-officier, 22 un père officier subalterne, 10 un père officier supérieur, enfin l’un d’eux est fils d’officier général. Certains descendent de familles d’officiers. C’est le cas en particulier des aristocrates, tel le percepteur de Cesson Paul Gaultier de la Guistière, fils d’un capitaine du premier l’empire, petit-fils d’un lieutenant-colonel de gendarmerie et gendre d’un commissaire des guerres22. Les différences entre les trois groupes sont infimes ici, et il n’existe apparemment aucun lien entre le type d’arme du père et la vocation professionnelle du fils. Notons en particulier que les armes techniques (artillerie, génie) ne sont pas sur-représentées parmi les pères de conducteurs, comme elles le sont parmi les pères d’ingénieurs23. Les fils d’officiers de justice et de magistrats forment un autre groupe. Leur distribution est plus inégale : on n’en dénombre qu’un seul parmi les « gradés » de préfecture, 4 parmi les conducteurs, et 19 parmi les percepteurs. Certes, ce dernier chiffre n’est pas pour autant considérable puisqu’il n’équivaut qu’à 11 % des comptables, mais il faut savoir que seule une fraction des professions juridiques est prise en compte dans ce calcul, ce qui n’est pas le cas dans tous les sondages. Ici aussi, l’ensemble de la pyramide administrative est représenté, depuis de petits officiers seigneuriaux (procureurs, sénéchaux) jusqu’aux représentants des élites judiciaires, quatre parlementaires pour l’ancien régime et un procureur général au siècle suivant. Cette présence significative de fils d’hommes de justice parmi les percepteurs rapproche leur profil de celui des élites administratives. Toutefois, contrairement à ce que l’on observe dans la haute administration, ce phénomène tient moins à l’importance du droit dans leur formation qu’à leur recrutement social élitaire.

17Nous l’avons vu, les fonctionnaires intermédiaires proviennent ensuite du patronat. Pour moitié, les pères sont de petits artisans non détaillants : charpentiers, couvreurs, cordonniers, tailleurs etc. Le métier le plus répandu est celui de menuisier, qu’exercent les pères de 11 fonctionnaires. Arrivent ensuite les marchands et les commerçants, qui représentent un peu moins d’un tiers du total. Leur spécialité est le plus souvent connue : la plupart sont ferblantiers, tanneurs, meuniers, serruriers ou encore merciers. Le domaine de la restauration est également bien représenté : le secrétaire de sous-préfecture Charles Prioul, le chef de bureau Emile Alliou et le conducteur Pierre Guillou ont tous trois un père aubergiste. Plus haut situés dans la hiérarchie sociale, viennent enfin négociants et entrepreneurs. Il n’y a en vérité qu’à ce niveau que s’observe une tendance à la reproduction professionnelle, en particulier chez les conducteurs, très présents dans les milieux de la construction et du négoce maritime. Alfred Pélicier, par exemple, a un père capitaine marin et un grand-père maître charpentier. Son collègue Jacques Brévelet a un père entrepreneur, un oncle couvreur, et un grand-père maître couvreur. Cette singularité tient à plusieurs facteurs : la surreprésentation, parmi les conducteurs, des natifs du littoral, l’influence exercée par l’activité et les travaux portuaires sur leur vocation professionnelle, et plus largement l’existence d’une certaine hérédité professionnelle.

18En dehors de ces deux principaux milieux, les origines professionnelles des fonctionnaires intermédiaires sont très dispersées. Tous groupes confondus, aucun autre milieu ne rassemble plus de 8 % des individus, et à l’échelle de chacun d’eux le maximum atteint est de 11 %. On retiendra toutefois l’opposition significative entre les fils de capacités et de propriétaires, plus nombreux chez les percepteurs et les « gradés » de préfecture, et les fils d’agriculteurs, essentiellement présents dans les Ponts.

Le reflux de l’hérédité administrative

19L’équilibre entre ces divers milieux professionnels ne cesse naturellement de se modifier au cours du siècle (voir page 111, tableaux II.6.). La principale évolution est ici le net reflux de l’hérédité administrative. Toutes catégories confondues, la part des fils de fonctionnaires passe de 49 % dans la première cohorte à 23 % dans la troisième. L’administration, en tant que milieu professionnel d’origine, perd donc progressivement sa prépondérance au cours de la période étudiée. Ce constat est corroboré par l’étude plus fine de l’hérédité professionnelle. Pour ne prendre qu’un seul exemple, le nombre de fils de conducteurs passe successivement de cinq à trois puis à zéro. Le dernier d’entre eux, Alphonse Labbé, est né en 1855. Avouons-le, il n’est pas facile d’interpréter cette évolution. Il se peut que la réglementation du recrutement, ainsi que la moindre confidentialité de la formation, en privant les fonctionnaires d’avantages auparavant discriminants, briment, au fil du temps, leurs vélléités de reproduction. Il n’est pas exclu non plus qu’un certain sentiment de paupérisation les conduise à détourner leurs enfants de l’administration intermédiaire dans la seconde moitié du xixe siècle. Quoi qu’il en soit, ce reflux est patent. Notons qu’il n’est pas pour autant uniforme. C’est dans le trésor qu’il est le plus limité. Il n’y a d’ailleurs que dans cette administration que le service de l’État demeure majoritaire à la veille de la Grande Guerre. Sans doute ce reflux de l’hérédité administrative profite-t-il légèrement au patronat, qui s’impose à la fin de la période comme le principal vivier de fonctionnaires intermédiaires. Ce basculement est en tout cas spectaculaire, et concerne aussi bien les « gradés » de préfecture (+ 14 %) que les percepteurs (+ 7 %). deux autres groupes connaissent une expansion significative : les agriculteurs (+ 5 %), et, plus encore, les salariés du privé (+ 14 %). Ces deux hausses sont à mettre en rapport avec le phénomène de démocratisation de l’administration intermédiaire, auquel s’ajoute, pour ce qui est des salariés du privé, leur croissance propre, comme goupe, dans la société du temps.

Tableaux II.6 - Évolution des milieux professionnels d’origine des fonctionnaires intermédiaires

Tableaux II.6 - Évolution des milieux professionnels d’origine des fonctionnaires intermédiaires

NB : les dates indiquées correspondent à l'entrée dans la carrière (même chose pour les suivantes)
Tableau II.6.a - Vue d'ensemble

Tableau II.6.b - Les « gradés » de préfecture

Tableau II.6.b - Les « gradés » de préfecture

Tableau II.6.c - Les percepteurs

Tableau II.6.c - Les percepteurs

Tableau II.6.d - Les conducteurs

Tableau II.6.d - Les conducteurs
  • 24 Jourdan Jean-Paul, Le personnel de l'administration dans le Sud-Ouest aquitain…, op. cit., p. 794.
  • 25 Ibid., p. 798.

20Comparés à ceux produits par J.-P. Jourdan, ces résultats conduisent à deux constats. Au regard de la hiérarchie des milieux professionnels d’origine, le profil des fonctionnaires de l’échantillon emprunte à la fois à celui des fonctionnaires et à celui des employés : avec le premier il partage l’hérédité administrative24, avec le second l’importance du milieu de l’artisanat et du commerce25. Sur le plan chronologique, le reflux de l’hérédité administrative est plus marqué qu’ailleurs, du moins est-il plus précoce que dans la haute administration et plus significatif que parmi les employés (chez lesquels, certes, le service de l’État n’a jamais constitué le principal milieu d’extraction).

21En résumé, les fonctionnaires intermédiaires proviennent donc de plus en plus de catégories populaires et de moins en moins du milieu administratif. Ajoutons que, parmi eux, la part des citadins d’origine diminue parallèlement : elle passe de 58 % dans la première cohorte à 50 % dans la troisième. D’une telle évolution nous pouvons conclure que l’impact des héritages sur les trajectoires sociales tend à s’atténuer, que les héritiers s’effacent peu à peu devant les parvenus.

Les transformations de la sphère privée

Le niveau de fortune

  • 26 Daumard Adeline (dir.), Les fortunes françaises au xixe siècle, Mouton, 1973, p. 3 et suivantes. V (...)

22Il nous faut à présent nous interroger sur les effets de cette mutation. Commençons par sonder ces effets à l’intérieur de la sphère privée, et, pour cela, penchons-nous d’abord sur les fortunes des fonctionnaires intermédiaires. Ces fortunes ont été principalement reconstituées à partir des archives de l’enregistrement, les seules vraiment fiables malgré quelques limites bien connues26. Pour être exact, 184 déclarations de succession ont été retrouvées, soit 43 % du total si l’on raisonne à partir des individus décédés avant 1900.

Au seuil de la bourgeoisie

  • 27 Priet Christian, Les Rennais au xixe siècle, thèse, université Rennes 2, 1999, p. 126.
  • 28 Daumard Adeline Les bourgeois de Paris au xixe siècle, Flammarion, 1970, p. 43.
  • 29 Chaline Jean-Pierre, Les bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au xixe siècle, Presses de la Fonda (...)
  • 30 Daumard Adeline, « La hiérarchie des biens et des conditions », in Braudel Fernand et Labrousse Er (...)

23Pour les trois groupes confondus, la moyenne des déclarations de succession recueillies est de 41 480 francs. avec un tel patrimoine, notons tout de suite que les fonctionnaires intermédiaires se rangent parmi les individus les plus favorisés de leur temps. Sous la monarchie de Juillet et le second empire, les successions d’un montant supérieur à 20 000 francs ne représentent en effet que 17 % de l’ensemble des successions positives rennaises, et celles d’un montant supérieur à 50 000 francs seulement 7 %27. En vérité, la fortune laissée en mourant par les fonctionnaires intermédiaires invite à les situer dans la « classe moyenne » dont parle A. Daumard, plus précisément dans sa fraction inférieure, qui correspond à ce qu’elle appelle ailleurs la moyenne bourgeoisie28. C’est le monde de la petite aisance, ou encore, pour reprendre l’expression de J.-P. Chaline, le monde des « demi-bourgeois29 ». L’étude de la distribution moyenne des biens le confirme. Si l’on compare la pyramide obtenue (voir p. 115, graphique II.1.a) aux trois modèles élaborés naguère par A. Daumard30, on voit immédiatement que sa forme ne correspond pas au type populaire, caractérisé par une base très large : ici, sans même tenir compte de l’indigence, qui ne concerne en tout que quatre successions, la base est rétrécie. Cela dit, elle ne s’apparente pas davantage au type aristocratique, à l’allure de toupie. C’est plutôt au type bourgeois, caractérisé par sa forme de toupie renversée, qu’elle correspond. Sa base, bien qu’étroite, n’est pas nulle : 16 % des défunts laissent moins de 1 000 francs à leur décès. Son tronc est d’allure assez compacte ; il rassemble les trois quarts des successions. Son sommet, enfin, se profile au-delà de la barre des 100 000 francs, et ne concerne qu’une petite élite de fonctionnaires, précisément 9 % du total.

  • 31 Chaline Jean-Pierre, Les bourgeois de Rouen…, op. cit., p. 41.
  • 32 ADIV 3 Q 29/1689-1690. Déclarations de succession des 15 février, 5 mars, 25 mars et 6 mai 1879, 1 (...)

24Dans cet ensemble, les percepteurs s’individualisent nettement. Leur succession moyenne se monte à 59 984 francs. Ils se démarquent ainsi du monde de la petite aisance évoqué à l’instant, et, à Rouen comme ailleurs, c’est parmi les bourgeois « bien caractérisés31 » qu’il faudrait plutôt les classer. La distribution de leurs biens le montre (voir p. 115, graphique II.1.c). La base de leur pyramide est très efflanquée, tandis que la distribution des fortunes se concentre au-delà de 10 000 francs. Le sommet est, en outre, plus large qu’ailleurs, preuve que le trésor compte quelques solides fortunes. Onze percepteurs, précisément, possèdent un patrimoine d’un montant supérieur à 100 000 francs, et 4 ont un patrimoine évalué à plus de 300 000 francs. Parmi eux se trouve le fonctionnaire le plus fortuné de l’échantillon : Marie Duboys-Dessauzais, crédité de 780 352 francs à son décès en 187832. Ce chiffre colossal fait de cette fortune l’une des plus grosses du siècle à Rennes, loin devant celles des principaux hauts fonctionnaires locaux. « Gradés » de préfecture et conducteurs sont moins favorisés. La valeur moyenne de leurs successions est étonnamment proche : 26 358 francs pour les premiers, 25 440 francs pour les seconds. C’est environ deux fois moins que pour les percepteurs. Dans le détail, la distribution des biens est à peu près comparable, même si son caractère populaire est légèrement plus marqué dans les Ponts (voir p. 115, graphiques II.1.b et d).

25On le voit, cette analyse s’accorde parfaitement avec ce que l’on sait du capital social hérité des fonctionnaires intermédiaires : les percepteurs, issus de plus familles plus haut situées dans l’échelle des conditions, disposent de fortunes plus considérables, plus typiquement bourgeoises, alors que les deux autres groupes, d’extraction plus modeste, ont des patrimoines moins importants. Encore est-il curieux qu’au regard de leurs origines sociales, tout de même contrastées, conducteurs et « gradés » de préfecture présentent un profil économique si proche. C’est comme si s’opèrait un rattrapage chez les agents des Ponts. Serait-ce l’effet de leur plus grande capacité à faire fructifier leur capital ? Peut-être. Il n’est pas non plus exclu que leur plus grande aptitude à pantoufler biaise l’analyse, dans la mesure où sont comptabilisées dans ce calcul toutes les fortunes, y compris celles amassées postérieurement au départ de l’administration.

Graphiques II.1 - les types de distribution des biens

Graphiques II.1 - les types de distribution des biens

La composition des patrimoines

  • 33 Burguin Pascal, Une ville et ses élites au xixe siècle…, op. cit., p. 341.
  • 34 Daumard Adeline, « La hiérarchie des biens et des conditions », op. cit., p. 913.

26Au sein de ces patrimoines, les biens mobiliers sont légèrement prépondérants : ils représentent précisément 53 % du total des fortunes. Un tel taux est supérieur à la moyenne locale, comprise entre 40 et 50 %33, ce qui est habituel pour des fonctionnaires, que leur mobilité tend à détourner de l’investissement immobilier. Plus étonnants sont en revanche les écarts entre groupes : la part des biens mobiliers se monte à 58 % pour les percepteurs, à 47 % pour les « gradés » de préfecture et à 40 % pour les conducteurs. On s’attendait, pour tout dire, à l’inverse, à savoir que les comptables, plus fortunés et d’origine plus rurale, possèdent la plus grande part d’immeubles. Il convient néanmoins de se rappeler que les biens immobiliers constituent un placement de choix pour l’ensemble de la bourgeoisie, y compris la petite, désireuse d’y investir le produit de son travail34. Par ailleurs, rien n’empêche de penser que les percepteurs, servis par une meilleure connaissance de l’activité boursière, aient converti plus tôt ou plus vite que les autres une partie de leur avoir en biens mobiliers.

  • 35 Chaline Jean-Pierre, Les bourgeois de Rouen…, op. cit., figure 23.
  • 36 Boucicaud Marie-Laure, La société rennaise de 1871 à 1875 d'après l'étude des actes de mutations a (...)
  • 37 ADIV 3 Q 30/287, 30/288. Déclarations de succession des 15 novembre 1855 et 20 mars 1856.
  • 38 Chaline Jean-Pierre, Les bourgeois de Rouen…, op. cit., p. 142.
  • 39 Burguin Pascal, Une ville et ses élites au xixe siècle…, op. cit., p. 405.

27Dans le détail, le fait le plus marquant est, précisément, l’importance des titres boursiers : leur part s’élève à 55 % de la fortune mobilière. Ce taux, s’il est plus faible que celui que l’on trouve pour les fonctionnaires les plus riches, est nettement supérieur aux diverses moyennes calculées pour l’ensemble du corps social : à Rouen, par exemple, la barre des 50 % n’est pas même atteinte à la veille de la Grande Guerre35. Les placements sages dominent : fonds d’État (20 %), mais aussi obligations (19 %), parmi lesquelles les valeurs ferroviaires, particulièrement sûres, sont majoritaires. Les créances, quant à elles, représentent 22 % de la fortune mobilière. Ce taux est banal. Il correspond à la moyenne calculée pour l’ensemble de la société rennaise en 187536. Il arrive néanmoins qu’il atteigne des niveaux très élevés, particulièrement chez les comptables. Le record est détenu par le percepteur de Coësmes, Louis Havard, dont les prêts, évalués à quelque 107 286 francs, équivalent à 88 % de la fortune mobilière et 58 % de l’avoir total37. Comme partout ailleurs, la part des créances reflue progressivement dans la seconde moitié du siècle, face au développement du système bancaire, qu’elle suppléait jusque-là. Retenons enfin que la part des meubles proprement dits se monte à 10 %. S’il est impossible, sans les inventaires après décès, de connaître plus précisément leur composition, ce taux est à lui seul significatif, dans la mesure où, comme le fait remarquer J.-P. Chaline, son importance est étroitement corrélée à la position occupée par le défunt dans la hiérarchie socio-économique38. Pour mémoire, il ne dépasse jamais 10 % au sein des élites rennaises39, alors que, tous groupes sociaux confondus, il oscille entre 17 et 25 % au début de la troisième république. Sous ce rapport aussi, les fonctionnaires intermédiaires se démarquent donc à la fois des catégories populaires et des élites, et confirment leur appartenance à la moyenne, voire à la bonne bourgeoisie.

  • 40 ADIV 3 P 9. Personnel du trésor public. Lettre du receveur particulier des Finances de Vitré, 9 no (...)
  • 41 AM Vitré 1 F 1-2. Recensements (1836, 1841). ADIV 6 M 668. Recensements de la commune de Vitré (18 (...)
  • 42 ADIV 3 Q 13/660, 38/417. Déclarations de succession des 22 et 28 mars 1862.

28Par soustraction, on peut calculer que la part des biens immobiliers s’élève à 60 % pour les conducteurs, à 53 % pour les « gradés » de préfecture et à 42 % pour les percepteurs. Ce classement, qui prend en compte l’avoir global par profession, n’est cependant guère significatif. En revanche, en raisonnant à l’échelle individuelle, c’est-à-dire en calculant la part des propriétaires d’immeubles au sein de chaque groupe, on trouve la distribution suivante : 36 %, 46 % et 51 %. Ainsi, indépendamment de la valeur des biens, c’est dans le trésor qu’on trouve le plus de propriétaires, ce qui ne surprend pas. Au surplus, la fortune immobilière des comptables, tout comme leur fortune totale, demeurent de loin les plus importantes en chiffres bruts. Ils sont exactement six à posséder un patrimoine immobilier de plus de 100 000 francs. Félix de Gennes de Chanteloup est l’un deux. Issu d’une des plus vieilles familles de Vitré, gendre d’un ancien sous-préfet de l’arrondissement, il gère sans interruption la perception de la Chapelle-Erbrée entre 1827 et 1851. A son décès, survenu 10 ans plus tard, il laisse 188 931 francs de biens immobiliers, composés à 91 % de biens agricoles. L’ensemble est formé d’une métairie, de six fermes, enfin de ces closeries, au nombre de quatre, assez fréquentes dans l’est du département. Le reste de ses immeubles, constitué de maisons et de terres, est d’une valeur marginale. Ses biens sont majoritairement situés à la Chapelle-Erbrée, commune avec laquelle Gennes de Chanteloup ne semble avoir que des liens professionnels au départ. C’est là que se trouve en particulier sa « propriété rurale40 », qualifiée de simple maison dans la déclaration, où, en bon bourgeois, il aime à passer en famille la « saison d’été ». Sa résidence ordinaire reste cependant Vitré, où il est recensé depuis les débuts de la monarchie de Juillet41. Bref, le patrimoine somme toute très courant d’un notable de l’époque42.

  • 43 ADIV 3 Q 34/447. Déclaration de succession du 15 avril 1864. ADIV 3 Q 38/402, 38/404, 38/405, 38/4 (...)

29En affinant l’analyse, il apparaît que, parmi les propriétaires d’immeubles, 56 % des percepteurs possèdent des exploitations agricoles, contre seulement 33 % des « gradés » de préfecture et 5 % des conducteurs. Cette prépondérance des percepteurs tient vraisemblablement ici à leur plus grand ancrage rural. s’agissant de l’écart entre les deux autres groupes, deux hypothèses sont permises : soit ces immeubles sont des héritages, et l’écart en question confirme qu’il y a plus d’héritiers dans les bureaux de préfecture que dans les Ponts et chaussées ; soit ils ont été acquis par les fonctionnaires eux-mêmes, et l’écart peut alors traduire une différence de culture, à savoir que le rapport à la terre, composante traditionnelle de l’identité bourgeoise, serait resté plus fort chez les bureaucrates. Quoi qu’il en soit, tous ces immeubles sont très concentrés dans l’espace. Si l’on considère, par exemple, la répartition géographique des immeubles possédés par les percepteurs décédés à Vitré43, on distingue immédiatement trois types d’espace. La commune de Vitré, d’abord, est présente dans l’ensemble des successions comprenant des immeubles. Tous les fonctionnaires y possèdent au moins une maison, et quelques-uns plusieurs. Vient ensuite une huitaine de petits bourgs, tous situés dans un rayon de 10 kilomètres autour du chef-lieu, où la plupart des défunts sont propriétaires d’exploitations agricoles et de terres. Enfin, seul un percepteur, Jean Jan de la Saudraye, possède trois métairies et une maison à Cancale et Saint-Coulomb. On le voit, sauf exception, les placements immobiliers des fonctionnaires intermédiaires sont effectués localement.

  • 44 Jourdan Jean-Paul, Le personnel de l'administration dans le Sud-Ouest aquitain…, op. cit., p. 1095 (...)

30Au bout du compte, s’il faut retenir un enseignement majeur de cet inventaire, c’est sans doute l’importance des biens mobiliers. L’intérêt que les fonctionnaires intermédiaires portent à la bourse y est probablement pour quelque chose, tout comme, sans doute, leurs origines sociales, de plus en plus modestes44. Gardons-nous cependant de voir en eux des spéculateurs. Non seulement la gestion de leurs portefeuilles se révèle très prudente, mais les immeubles continuent de tenir une place significative dans leurs patrimoines, particulièrement en tant qu’héritages.

Un appauvrissement en fin de période

31À première vue, le niveau de fortune des fonctionnaires intermédiaires stagne. Le montant moyen des successions s’élève à 43 377 francs chez les agents entrés en fonction avant 1849, à 45 291 francs chez leurs successeurs. Cependant, sachant que la société dans son ensemble s’enrichit, notamment à partir du second empire, ce tassement fait plutôt figure d’appauvrissement, ce qui ne surprend pas compte tenu de la démocratisation du recrutement mise en évidence plus haut. L’analyse par groupe livre des résultats moins attendus. si l’on s’en tient toujours au montant des successions, le niveau de fortune des « gradés » de préfecture chute de 30 618 francs à 21 452 francs (-29 %), celui des conducteurs s’élève de 20 620 francs à 28 043 francs (+ 38 %) et celui des percepteurs grimpe de 59 374 à 101 259 francs (+ 70 %). Le premier taux et à la rigueur le second sont vraisemblables, mais pas le troisième, qui indique un considérable enrichissement des agents du trésor. C’est que l’on touche ici aux limites de ce sondage, qui non seulement porte sur un effectif restreint, mais ne prend pas en compte les individus les plus jeunes de l’échantillon.

  • 45 ADIV vrac de la série P. Personnel des surnuméraires percepteurs et percepteurs du département (18 (...)
  • 46 ADIV 5 Z 21. Sous-préfecture de Saint-Malo. Personnel administratif pour les années 1900-1908.

32Il faut donc pour cette fois se tourner vers d’autres sources, notamment les feuilles signalétiques. Celles-ci révèlent que 39 % des conducteurs sont « sans fortune » dans la première cohorte, contre 45 % dans la seconde. La tendance ne serait donc pas, en fait, à l’enrichissement ; mais il est difficile d’en dire plus. Pour les percepteurs, nous disposons de deux séries de feuilles de note, l’une datant du début des années 188045, l’autre des années 190046. Dans la première, 36 % de comptables sont déclarés « sans fortune », dans la seconde 45 %. Une évaluation chiffrée est même possible : la fortune moyenne des percepteurs se monterait à 66 000 francs en 1880, et à seulement 21 000 francs vingt ans plus tard. Ces sondages convergent donc, et, si on leur prête foi, révèlent un appauvrissement global des fonctionnaires intermédiaires. Le phénomène était à vrai dire attendu. Il ne concerne toutefois que les dernières générations comprises dans cette enquête, aussi bien, pour en préciser l’ampleur comme la chronologie, faudrait-il poursuivre les recherches au-delà de 1918.

Les comportements familiaux

Quelques signes de malaise

  • 47 Bardet Jean-Pierre, « La France en déclin », in Bardet Jean-Pierre et Dupâquier Jacques, Histoire (...)
  • 48 Charle Christophe, Les Elites de la République 1880-1900, Fayard, éd. 2006, p. 267.
  • 49 Dumons Bruno, Pollet Gilles et Saunier Pierre-Yves, Les élites municipales sous la IIIe République(...)
  • 50 Jourdan Jean-Paul, Le personnel de l'administration dans le Sud-Ouest aquitain…, op. cit., p. 821.
  • 51 Le Bihan Jean, « L'ambivalence des sources. Le "bon fonctionnaire" au xixe siècle : une étude de c (...)
  • 52 ADIV 3 P 19. Personnel du Trésor public. Lettre du 4 février 1851.
  • 53 Ibid. Lettre du 22 mars 1851.

33Archives de l’enregistrement et état civil permettent de caractériser les comportements démographiques des fonctionnaires intermédiaires. Au vu des 184 déclarations de succession répertoriées, 19 % des fonctionnaires intermédiaires sont célibataires (16 % si l’on s’en tient aux individus âgés de 50 ans ou plus au moment de leur décès). Ce chiffre est supérieur à la moyenne nationale (10 %)47, ainsi qu’à la plupart des taux calculés pour d’autres groupes de fonctionnaires (9,4 % pour les élites administratives48, 6 à 9 % pour les chefs de service municipaux49). On peut donc le tenir pour important. La condition de célibataire permet-elle un surcroît d’investissement dans la carrière ? Certes, on voit parfois pointer dans les sources le mythe du sacerdoce administratif, dont on connaît l’exceptionnelle vigueur dans la culture des instituteurs et institutrices50. Le chef de division puis secrétaire général Eugène Pontallié est l’exemple typique de ces vieux garçons tout entiers adonnés à leur tâche, qui ont pour ainsi dire élu domicile dans leur bureau51. Mais il est d’aller plus loin et de dessiner plus finement les contours de ce topos. Notons qu’il n’existe aucune corrélation significative entre célibat et origine sociale, non plus qu’entre célibat et profession. Seule l’augmentation du phénomène mérite d’être notée : le taux de célibat passe de 16 % parmi les fonctionnaires recrutés avant 1849 à 29 % ensuite. L’accroissement des contraintes professionnelles, notamment géographiques, y est sans doute pour quelque chose, comme le suggère ce témoignage – pourtant ancien – du percepteur de Plerguer, Edouard Harrault : « Depuis peu d’années, j’ai sollicité cinq mariages honorables qui tous ont manqué seulement à cause de mon effrayante demeure52. » il renchérit peu après : « Je sens le besoin de m’adjoindre une compagne, mais toutes mes tentatives échouent à cause seulement de ma résidence dans laquelle il n’y a pas un être civilisé53. » s’il faut faire la part de l’exagération dans de tels propos, on ne peut nier qu’ils expriment une certaine réalité, savoir que l’isolement du fonctionnaire fraîchement muté dans une localité inconnue, surtout si cette dernière est rurale, n’est guère de nature à favoriser les rencontres.

  • 54 Charle Christophe, Les Elites de la République…, op. cit., p. 270.
  • 55 Jourdan Jean-Paul, Le personnel de l'administration dans le Sud-Ouest aquitain…, op. cit., p. 825.
  • 56 Ibid., p. 827.
  • 57 Charle Christophe, Les Elites de la République…, op. cit., p. 271.
  • 58 Jourdan Jean-Paul, Le personnel de l'administration dans le Sud-Ouest aquitain…, op. cit., p. 826.
  • 59 Jourdan Jean-Paul, Du sans-grade au préfet : fonctionnaires et employés de l'administration dans l (...)

34Pour les non-célibataires, l’âge au premier mariage est de 30 ans et 10 mois. Telle est la moyenne livrée par les 345 actes retrouvés. Ce résultat distingue les fonctionnaires intermédiaires des hauts fonctionnaires (33-34 ans)54, et même apparemment de la moyenne des fonctionnaires stricto sensu, mais il les rapproche des employés (31-32 ans)55. Contrairement au célibat, l’âge au mariage est manifestement corrélé à l’origine sociale : il est de 31 ans et 1 mois pour les fonctionnaires issus des élites, et de 29 ans et 11 mois pour les fils du peuple. Par rapport aux hauts fonctionnaires, la relation est donc inversée : ici, une extraction modeste paraît plutôt hâter que retarder le mariage. Cela tient vraisemblablement au fait que l’enjeu social du mariage est moindre que dans la haute administration. L’âge au mariage des fonctionnaires intermédiaires diminue au cours du xixe siècle, passant de 31 ans et 10 mois pour les individus entrés en fonction avant 1849 à 29 ans et 6 mois pour ceux recrutés après 1880. Voilà qui signale une nouvelle fois l’alignement progressif de leur comportement matrimonial sur celui des catégories populaires. L’analyse des écarts d’âge au sein du couple va dans le même sens : il est en moyenne de 6 ans et 3 mois, pratiquement identique, donc, à celui que l’on trouve chez les employés (6-7 ans)56, et de beaucoup inférieur à celui que l’on observe chez les hauts fonctionnaires (7-10 ans)57. De même, encore, la proportion des couples au sein desquels l’épouse est la plus âgée s’élève à 17 % chez les fonctionnaires intermédiaires, quand elle est respectivement de 18,5 % et 8 % chez les employés et les fonctionnaires stricto sensu58. De fortes variations existent ici entre professions : la différence d’âge est de 6 à 7 ans chez les percepteurs et conducteurs, et de seulement 4 ans et 11 mois chez les « gradés » de préfecture. Sachant ce que sont les origines sociales de chacun des trois groupes, pareille hiérarchie paraît infirmer l’idée selon laquelle l’écart d’âge est un « indice de bourgeoisie59 ». Faut-il penser que leur précarité statutaire pousse les « gradés » de préfecture à rechercher des conjointes plus établies, plus près de toucher leurs « espérances », dans tous les cas plus âgées ? Le fait que leurs épouses sont celles qui travaillent le plus, que la plupart d’entre elles sont marchandes ou commerçantes, au point que leur activité prend parfois le pas sur la leur, peut en tout cas étayer cette hypothèse.

  • 60 Paris, Paul Dupont, 1860, p. 116.
  • 61 62, 1885, p. 571.
  • 62 Charle Christophe, Les Elites de la République…, op. cit., p. 330.
  • 63 Dumons Bruno, Pollet Gilles et Saunier Pierre-Yves, Les élites municipales…, op. cit., p. 165.
  • 64 Jourdan Jean-Paul, Du sans-grade au préfet…, op. cit., p. 139.

35Le nombre d’enfants s’élève en moyenne à 2,1. Dans le détail, 17 % des fonctionnaires intermédiaires mariés n’ont pas d’enfant, 23 % en ont un et 24 % en ont deux. Ces chiffres correspondent à la norme du temps, telle que l’indiquent implicitement les enquêtes consacrées à la condition socioéconomique des agents de l’État. Ainsi, dans Insuffisance des traitements des ingénieurs et conducteurs des Ponts et chaussées et nécessité d’une prompte augmentation, Jules Regnault considère que le conducteur est généralement père de deux enfants60. Une génération plus tard, le Mémorial des percepteurs n’attribue même qu’un seul enfant au percepteur-type61. Rapportée à la société du temps, la fécondité des fonctionnaires intermédiaires apparaît donc faible, inférieure à celle des élites, plutôt rétives au contrôle des naissances, ainsi qu’à celle des catégories populaires, que la transition démographique n’a pas encore touchées. Les informations manquent, malheureusement, pour la comparer à celle des autres agents de l’État. On peut tout au plus avancer que, sur l’échelle de la fécondité, les fonctionnaires intermédiaires se classent après les hauts fonctionnaires (2,5 enfants)62, mais avant certaines élites locales comme les chefs de service municipaux63, de sorte que l’existence d’une corrélation entre la position hiérarchique et la fécondité se trouve en partie vérifiée64. Ici comme ailleurs, on est tenté d’interpréter ce malthusianisme comme l’expression d’une certaine précarité matérielle. Du moins les témoignages ne manquent-ils pas qui voient dans les charges familiales l’un des principaux facteurs d’appauvrissement des fonctionnaires intermédiaires. Sans doute la plupart noircissent-ils à dessein la réalité, mais les chiffres leur donnent globalement raison. Ainsi le groupe des « gradés » de préfecture, qui souffre de la plus grande précarité statutaire, a la fécondité la plus faible (1,9 enfants), tandis que les moins malthusiens, les percepteurs (2,3 enfants), sont aussi les plus fortunés. Cela étant, rien ne prouve que la précarité matérielle soit la cause exclusive de ce comportement, et, même si les témoignages manquent, On ne exclure que ce dernier traduise aussi une volonté de promotion sociale de la part des fonctionnaires intermédiaires.

  • 65 Charle Christophe, Histoire sociale de la France au xixe siècle, Seuil, 1991, p. 192.

36Ces éléments de démographie comparée sont riches d’enseignements. Ils montrent que le comportement des fonctionnaires étudiés est intermédiaire entre celui des élites administratives et celui des employés, et qu’à l’échelle de la société tout entière il s’apparente plutôt à celui des classes moyennes. Ils montrent aussi que ce comportement se transforme au cours du xixe siècle. Frappants sont à cet égard le développement du célibat et l’accentuation du malthusianisme, qui peuvent être lus comme les symptômes d’un malaise que les fonctionnaires intermédiaires partagent avec les agents de rang inférieur65.

Homogamie et reproduction

37Au vu de l’activité du beau-père, les belles-familles des fonctionnaires intermédiaires appartiennent à 41 % aux catégories moyennes, à 34 % aux catégories supérieures et à 24 % aux catégories populaires. Comparée à celle de leurs propres origines sociales, cette répartition est donc décalée vers le haut de la hiérarchie sociale, ce qui tend à accréditer l’idée que les fonctionnaires de l’échantillon contractent des unions plutôt avantageuses. En réalité, ce phénomène est contrasté (voir page suivante, tableau II.7) :

Tableau II.7 - Milieux sociaux des beaux-pères des fonctionnaires intermédiaires

Tableau II.7 - Milieux sociaux des beaux-pères des fonctionnaires intermédiaires
  • 66 BM Rennes Ms 1106. « Journal d'événements survenus à Rennes de 1860 à 1890 par M. J.A. Gobaille fo (...)

38Sans surprise, ce sont les percepteurs qui font, et de loin, les plus beaux mariages, cela grâce à une plus grande fortune héritée et à une activité plus lucrative. il n’est pas rare que le mariage d’un comptable scelle ainsi l’alliance de deux familles de la bourgeoisie locale. C’est le cas, en 1865, lorsque Magloire Delamaire, percepteur de Saint-Grégoire et fils d’un médecin de Combourg, convole avec la fille d’un médecin rennais. De cette noce, auquel il a lui-même assisté, Marie Pierre Gobaille donne dans son journal une brève mais précieuse description contenant le nom et l’activité d’une partie des convives, et laissant ainsi entrevoir les multiples rapports de parenté soudant le monde des capacités du cru66. « Gradés » de préfecture et conducteurs réalisent des unions plus modestes. Leurs profils sont très proches, comme ils le sont sur le plan de la fortune. Cela dit, si l’on compare les origines sociales des conjoints (tableaux II.1, p. 100 et II.7, ci-dessus), le mariage ne représente une promotion que pour les percepteurs et les conducteurs, alors que l’homogamie l’emporte pour les « gradés » de préfecture. Sans doute leur moindre aptitude à la promotion tient-elle ici encore à la précarité de leurs fonctions.

  • 67 État civil de Lons-le-Saunier. Acte de mariage du 24 septembre 1866.
  • 68 État civil de Rennes. Acte de naissance du 2 juin 1861.

39Avec le temps, la part des épouses issues des élites diminue, passant de 48 % chez les fonctionnaires entrés en fonction avant 1849 à 37 % ensuite. C’est là une conséquence évidente de la démocratisation de l’administration intermédiaire. Aussi, fait nouveau, les unions modestes, voire très modestes, se multiplient-elles dans la seconde moitié du siècle, y compris parmi les percepteurs : le fils de journalier Louis Pernot épouse ainsi la fille d’un ébéniste67, Auguste Gougeon, dont le père est instituteur, convole avec la fille d’un mécanicien68 etc. il est à noter que le recrutement social des épouses se démocratise cependant moins, ou moins vite, que celui des fonctionnaires eux-mêmes (voir page 106, tableau II.4.a). Le biais méthodologique créé par la distorsion entre les deux moments de l’observation (la naissance d’un côté, le mariage de l’autre) explique peut-être en partie cet écart, il n’est pas moins permis de voir dans celui-ci une preuve que le mariage a longtemps fonctionné comme une promotion sociale pour le fonctionnaire. a la fin du siècle encore, le capital acquis ou escompté au service de l’État autoriserait donc une légère hypergamie.

  • 69 Il existe une légère distorsion entre les documents II.7 et II.8 : le premier est établi à partir (...)

40Sur le plan professionnel, l’activité des beaux-pères se distribue de la manière suivante69 :

Tableau II.8 - Milieux professionnels des beaux-pères des fonctionnaires intermédiaires

Tableau II.8 - Milieux professionnels des beaux-pères des fonctionnaires intermédiaires
  • 70 État civil de Vitré. Acte de mariage du 10 novembre 1868.

41On le voit, tous groupes confondus, l’administration ne rassemble que 28 % des beaux-pères. C’est beaucoup moins que pour les pères, ce qui signifie que les fils de fonctionnaires cherchent plutôt à échapper à leur milieu d’origine par le mariage. Il n’est pas assuré, cependant, que ce phénomène s’amplifie avec le temps. Certes, les mariages contractés avec des filles de fonctionnaires diminuent en importance, passant de 29 % dans la première cohorte à 26 % dans la seconde, mais l’hérédité administrative reflue elle aussi pendant ce temps, et dans des proportions plus fortes encore (tableau II.6). Ajoutons que l’homogamie, à l’échelle de la profession, est tout à fait insignifiante. Dans le trésor, où elle est pourtant la moins faible, seuls quatre fonctionnaires (soit 5 %) épousent des filles de collègues. un cinquième, Paul Jumelais, convole encore avec la fille de son receveur des Finances70, mais il est le seul fonctionnaire de l’échantillon à entrer ainsi dans la famille d’un supérieur en grade.

  • 71 État civil d'Alençon. Acte de mariage du 14 octobre 1846.

42Pour près des trois quarts d’entre eux, les fonctionnaires intermédiaires trouvent donc leur épouse en dehors de la société administrative. C’est le patronat qui se taille la part du lion (36 %). Cette part est même ici légèrement supérieure à ce qu’elle représente dans les origines des fonctionnaires. La majorité des beaux-pères sont des artisans ou de simples commerçants, mais un quart environ dirigent des affaires plus importantes. Viennent ensuite les propriétaires (15 %) et les professions libérales (11 %). Que la bourgeoisie possédante exerce ainsi une attraction sur les fonctionnaires intermédiaires n’est pas très étonnant, singulièrement en ce qui concerne les percepteurs, mais il faut se montrer prudent dans la mesure où les mentions de propriétaire tendent à augmenter avec l’âge des individus et sont donc normalement plus nombreuses parmi les beaux-pères que parmi les pères. En revanche, l’importance des professions libérales n’est certainement pas exagérée. Ce milieu compte lui aussi davantage de beaux-pères que de pères, du moins dans le trésor et dans les Ponts. Pour mémoire, six percepteurs ont épousé une fille de médecin, cinq une fille notaire, deux une fille de pharmacien, un autre une fille d’avocat, et un dernier une fille de professeur de musique. à la réflexion, il n’est pas exclu que les deux phénomènes ainsi mis en évidence, l’aptitude à la promotion sociale d’un côté, le tassement de l’homogamie administrative de l’autre, soient liés, au moins partiellement, puisque c’est dans le milieu administratif que le fonctionnaire intermédiaire rencontre manifestement le plus de difficultés à s’élever socialement par le mariage. Que sur les 76 beaux-pères fonctionnaires, un seul, le comte et lieutenant général des armées Jean Pierre Bonnet71, appartienne à la haute administration, paraît du moins accréditer cette hypothèse.

  • 72 ADIV 1 S 73. Dossier Clervoy. Lettre de Charles Clervoy, octobre 1903.
  • 73 Jourdan Jean-Paul, Du sans-grade au préfet…, op. cit., p. 163.
  • 74 Frotier de la Messelière Henri, Filiations bretonnes…, op. cit., tome 3, p. 23.
  • 75 Ibid., tome 5, p. 72.

43Grâce aux déclarations de succession, mais aussi à diverses sources complémentaires parmi lesquelles les dossiers de carrière, nous avons pu identifier les activités de 150 fils, 64 gendres et 16 filles de fonctionnaires intermédiaires. Les fils tendent manifestement à progresser dans l’échelle sociale : 42 % d’entre eux se hissent dans le monde des élites, 31 % demeurent dans les classes moyennes et 27 % glissent dans les catégories populaires. en raisonnant de nouveau sur trois générations, en corrélant, donc, les activités des pères et des fils, nous observons que 49 des 118 trajectoires reconstituées (soit 41 %) sont ascendantes. s’il est vrai que la majorité ne s’élèvent que d’un niveau dans la hiérarchie sociale, de sorte qu’il y a stagnation entre deux générations, en amont ou en aval, il y en a tout de même 14 (soit 12 %) qui franchissent les deux niveaux et s’accordent ainsi avec le fameux modèle de promotion en trois générations. tel est le cas d’un conducteur comme Charles Clervoy, à la fois fils de gendarme et père de médecin72. Les fils de fonctionnaires intermédiaires sont donc dotés d’une réelle capacité à la promotion sociale, contrairement aux employés, dont les enfants ne progressent que très exceptionnellement dans la hiérarchie des conditions73. Néanmoins, ce phénomène ne doit pas être surévalué. Car non seulement les cas de stagnation, et même de déclin, ne sont pas rares, mais les variations sont grandes entre les trois professions. Les enfants des percepteurs sont à l’évidence ceux qui réussissent le mieux, comme en témoigne leur capacité à progresser dans la hiérarchie administrative. Parmi ceux qui font carrière dans la fonction publique, près d’un quart vont au-delà des grades intermédiaires, et deux d’entre eux accèdent même à la haute fonction publique : les généraux Charles Hardy de la Largère74 et Adolphe de Saint-Germain75. On est frappé, à l’inverse, par l’apparente incapacité à la promotion des fils de bureaucrates : 47 % d’entre eux appartiennent aux catégories populaires. Parmi les fils de secrétaires de sous-préfecture, par exemple, on trouve deux employés, un menuisier et un briquetier. N’oublions pas, enfin, que les trajectoires sociales des fils tendent partout à régresser avec le temps, à mesure que leur capital hérité diminue : entre la première et la deuxième cohorte, la part des fils qui s’intègrent à l’élite sociale chute de 48 % à 37 % tandis que la part des fils de condition modeste s’élève de 23 % à 29 %.

  • 76 Jourdan Jean-Paul, Du sans-grade au préfet…, op. cit., p. 163.
  • 77 Charle Christophe, Les Elites de la République…, op. cit., p. 338.

44Sur le plan professionnel, le fait le plus remarquable est l’importance de l’hérédité administrative. Partout, l’administration constitue le débouché majoritaire. Au total, ce sont précisément 41 % des fils qui entrent à leur tour au service de l’État, chiffre nettement supérieur à celui calculé, à partir d’une autre source, par J.-P. Jourdan76, mais comparable à celui que C. Charle trouve dans la haute administration77. Cette proportion est plus importante qu’elle ne l’est pour les fonctionnaires eux-mêmes, et ne diminue pratiquement pas au cours de la période étudiée, preuve que la continuité professionnelle est plus forte qu’à la génération précédente. Une étude plus fine, prenant pour critère l’activité précise, livre des résultats convergents : six fils de conducteurs, six fils de percepteurs et deux fils de « gradés » de préfecture embrassent le même métier que leur père. Les autres milieux professionnels tiennent, dans ces conditions, une place peu importante, souvent marginale. Seules les professions libérales, qui attirent un fils sur cinq, sortent un peu du lot. Remarquons enfin qu’il n’y a que dans les Ponts que la reproduction paraît jouer au-delà de la profession proprement dite. Sans même compter les militaires, 22 fils de conducteurs sur 53 identifiés exercent un métier en rapport avec celui de leur père : 11 appartiennent à des administrations techniques, 5 travaillent dans des compagnies de chemin de fer, 3 sont entrepreneurs de travaux publics etc. On trouve même un ingénieur, mais qui n’appartient pas aux Ponts et chaussées. Au sens le plus large comme au sens le plus strict, c’est donc dans les Ponts que l’hérédité professionnelle est la plus forte. Doit-on invoquer l’existence d’un volontarisme éducatif fondé sur la transmission d’une compétence technique, plus spécifique que dans le trésor ou les bureaux de préfecture ? Peut-être. L’explication la plus probable réside cependant dans le nombre et la multiplication des emplois offerts dans le secteur des transports et de l’urbanisme, en particulier à la fin de la période.

  • 78 ADIV 3 Q 29/1716. Déclaration de succession du 16 septembre 1884.

45L’étude de l’activité des gendres confirme dans ses grandes lignes l’analyse menée au sujet des fils. Socialement, la tendance à la promotion est nette : 44 % des beaux-fils appartiennent aux catégories supérieures, 41 % aux catégories moyennes et seulement 14 % aux catégories populaires. On voit que cette distribution est même plus haut située que celle des fils dans la hiérarchie sociale. Professionnellement, la domination du milieu administratif est nette (47 %), et de surcroît se renforce au cours de la période considérée. il serait cependant périlleux d’affiner le raisonnement vu le nombre de cas répertoriés. Observons seulement que le mariage des filles de conducteur engendre parfois de véritables familles de techniciens : à titre d’exemple, l’un des gendres du sous-ingénieur Adolphe Sion, est conducteur des Ponts et chaussées, l’autre chef de bureau à la Compagnie du chemin de fer de l’Ouest78. Quant à l’activité des filles, elle constitue un phénomène très marginal, impossible à commenter à partir d’un échantillon aussi mince.

46Au total, la preuve est donc faite que, malgré le handicap croissant de leurs origines, la plupart des fonctionnaires intermédiaires progressent dans la hiérarchie sociale grâce au mariage, et transmettent à leurs descendants les moyens de leur réussite future. Une telle conclusion n’est qu’en apparence contradictoire avec le jugement de J.-P. Jourdan selon lequel le processus de reproduction sociale est pratiquement exclusif de tout autre jusqu’en 1914, car rien n’empêche de supposer que c’est justement – seulement ? – parmi les fonctionnaires intermédiaires, intercalés, par leur condition, entre les masses populaires et les élites bourgeoises, que joue la mobilité sociale. L’intérêt porté à l’instruction des enfants, dont les sources portent de multiples témoignages, pourrait corroborer cette hypothèse. Sur le plan professionnel, le plus remarquable est le statut ambigu de la fonction publique, peu prisée lors du mariage mais très attractive à la génération suivante. Précisons que, sauf peut-être pour certains conducteurs, l’hérédité ne s’observe d’ailleurs qu’à cette échelle, globale, du service de l’État, et non à l’échelle d’une profession particulière.

Les « genres de vie ». Quelques aspects

  • 79 Daumard Adeline, « La hiérarchie des biens et des conditions », op. cit., p. 917 et suivantes.
  • 80 Vu la lourdeur de la tâche et sauf pour certains « gradés » de préfecture, la trace de chaque fonc (...)

47Il était impossible, dans les limites de ce travail, de procéder à une analyse complète et scrupuleuse des « genres de vie79 » des fonctionnaires intermédiaires. La démonstration y aurait évidemment gagné en profondeur et en subtilité, mais la tâche, qui passait entre autres par la mise à contribution des inventaires après décès, était trop considérable. Aussi nous contenterons-nous ici d’un éclairage partiel, réalisé principalement à partir des recensements de population80.

La domesticité

  • 81 Jourdan Jean-Paul, Du sans-grade au préfet…, op. cit., p. 145-146.
  • 82 Guiral Pierre et Thuillier Guy, La vie quotidienne des domestiques français au xixe siècle, Hachet (...)
  • 83 ADIV 6 M 477. Recensement de la commune de Retiers (1851).
  • 84 Guiral Pierre et Thuillier Guy, La vie quotidienne des domestiques…, op. cit., p. 152 et suivantes
  • 85 AM Rennes 1 F 4/47. Recensement (1886).

48L’étude de la domesticité nous introduit d’emblée au cœur des manières de vivre. 53 % des 292 fonctionnaires identifiés en tant que chefs de ménage dans les recensements emploient des domestiques. Ce chiffre est pratiquement identique à celui que J.-P. Jourdan a calculé, à partir du recensement de 1872, pour les fonctionnaires bordelais ; mais – est-ce là un effet de taille ? – il est un peu moins élevé que celui qu’il trouve, à la même date, dans d’autres villes aquitaines de moindre importance81. Il est en tout cas de loin supérieur à la moyenne du temps, de l’ordre de 8 % en 189682, et ainsi démarque une nouvelle fois les fonctionnaires intermédiaires des catégories populaires. Dans le détail, les percepteurs se distinguent avec l’emploi de domestiques pour près des trois quarts des ménages recensés. En outre, la domesticité multiple, caractéristique de la haute administration, a parmi eux une certaine importance : 21 comptables (soit 17 %) se trouvent dans cette situation. Le record est détenu par Félix Beuscher, le percepteur de Marcillé-Robert, qui emploie deux domestiques proprement dits et deux cuisinières (il est vrai qu’au moins l’un d’entre eux est probablement au service de son beau-père, qui vit aussi sous son toit83). Egalement significative est la présence de quelques gouvernantes, qui coiffent, avec les précepteurs, la « hiérarchie non écrite84 » des serviteurs. Didier Thévenard, le titulaire de la grosse perception de Rennes, a ainsi recours aux services permanents d’une veuve pour assurer l’éducation de sa fille, alors adolescente85. Certes, il s’agit là d’une pratique très rare, mais elle confirme que l’élite des comptables appartient à la bonne bourgeoisie. « Gradés » de préfecture et conducteurs ont des comportements très différents. Dans leur cas, seule une minorité de ménages possèdent une domestique, et seule une poignée en emploient plusieurs. Etonnamment, les « gradés » de préfecture ont plus de serviteurs que leurs collègues des Ponts et chaussées : 45 % contre 36 %. Peut-être est-ce dû au plus grand nombre d’héritiers dans les bureaux de préfecture, qu’on imagine plus attachés à ce signe de distinction sociale. Mais le rapport s’inverse avec le temps : 30 % contre 35 % au début du xxe siècle, preuve, une nouvelle fois, que les possibilités d’enrichissement augmentent plus et plus vite dans les Ponts.

  • 86 Chaline Jean-Pierre, Les bourgeois de Rouen…, op. cit., p. 40-41.
  • 87 MP, 1885, p. 571.
  • 88 De Fos Maria, Le filleul du percepteur, Tours, A. Mame et fils, 1892, p. 9.
  • 89 Regnault Jules, Insuffisance des traitements des ingénieurs et des conducteurs des Ponts et chauss (...)

49Cette analyse a valeur de confirmation. Si nous confrontons ces résultats à la typologie proposée par J.-P. Chaline86, nous voyons bien que les fonctionnaires intermédiaires ne se classent ni vraiment dans la bourgeoisie populaire, ni franchement dans la petite bourgeoisie, mais à la limite des deux, ce qui rejoint parfaitement les conclusions tirées de l’analyse des fortunes. au reste, dans leur hésitation à classer les fonctionnaires intermédiaires au sein des catégories servies, les rares sources imprimées reflètent plutôt bien l’ambiguïté de leur position sociale : le Mémorial des percepteurs réserve un poste de dépense pour une domestique en 188587 ; de même, dans un roman de Maria de Fos, publié en 1892, le percepteur emploie une bonne88 ; mais, à l’inverse, l’enquête publiée par Jules Regnault en 1860 admet que la « femme [d’un conducteur] fasse tout par elle-même89 ».

Le logement

  • 90 De Fos Maria, Le filleul du percepteur, op. cit., p. 9.
  • 91 D'Oimpuis J.-B., Luce et le percepteur, épisode tourangeau en sept sonnets, Lille, imprimerie L. D (...)
  • 92 AM Rennes 1 F 4/56, 60, 64. Recensements (1901 à 1911).
  • 93 ADIV 3 Q 29/1770. Déclaration de succession du 28 octobre 1896.
  • 94 ADIV 1 S 73. Dossier Coupu. Lettre de l'ingénieur ordinaire Charles Michel, 1892.
  • 95 AN F14 2668. Dossier Saint-Gal. Lettre d'Alexandre Saint-Gal, 28 juillet 1832.
  • 96 AM Rennes 1 F 4/33. Recensement (1872).

50Le logement, autre composante essentielle du mode de vie, est moins facile à étudier, compte tenu des sources. Il n’est guère possible, en particulier, d’évaluer le nombre de fonctionnaires propriétaires de leur habitation. Également délicate est l’identification du type de logement occupé. À titre indicatif seulement, dans 12 des 19 cas répertoriés avec certitude, le fonctionnaire intermédiaire possède et habite une maison individuelle. Signe d’une certaine aisance, celle-ci est parfois entourée d’un jardin, havre de calme prisé par les élites du temps. Ce privilège est attesté par plusieurs sources, les déclarations de succession comme la littérature populaire, qui aime à camper le percepteur au milieu de son jardin : celui d’Ambazac vit « comme un coq en pâte dans une jolie maison entre cour et jardin90 », celui de vouvray « cultive son jardin, sa vigne, avec bonheur91 ». Il n’est malheureusement pas possible de se faire une idée précise de cette pratique sociale. Plusieurs fonctionnaires possèdent même de véritables propriétés, souvent aux confins des villes. Adolphe Orain est de ceux-là. Est-ce la santé délicate de son fils, comme il le prétend, ou plutôt le désir d’embourgeoisement qui le pousse à quitter la rue Saint Louis ? Toujours est-il que c’est au lieu-dit les Gantelles92, situé au nord de Rennes, dans un cadre aéré et verdoyant, propice aux causeries et aux promenades, qu’il décide de se fixer pour ses vieux jours. Il semble que ce soit chez les percepteurs que ce comportement, typiquement bourgeois, est le plus répandu. Magloire Delamaire, par exemple, cinquième fortune de l’échantillon, possède, dans sa propriété de Saint-Grégoire, en plus de la maison principale et du jardin, de multiples dépendances93. A l’opposé, nombreux sont les fonctionnaires dont le logement est modeste, populaire même. C’est le cas de certains appartements, et, plus encore, en un siècle qui voit se généraliser la division des étages, de certaines parties d’appartement. Aux dires de son ingénieur ordinaire, le conducteur Pierre Coupu n’occupe qu’ » un appartement très simple à un quatrième étage94 » ; « son installation est fort modeste », ajoute-t-il, alors même que Coupu, élevé au principalat deux ans plus tôt, est en fin de carrière. Son cas n’est pas isolé. Souvent, les jeunes fonctionnaires encore médiocrement appointés se contentent de simples chambres. Le conducteur Alexandre Saint-Gal est « obligé de [se] loger dans une très petite chambre95 » lorsqu’il s’établit à Rennes en 1832. Un autre conducteur, Léon rousseau, choisit de cohabiter momentanément avec un jeune collègue96, selon une formule qui tend alors à se répandre dans les milieux populaires. On voit bien, à travers ces exemples, que l’âge du fonctionnaire pèse fortement sur le type de logement qu’il occupe. Le contraire serait surprenant, surtout dans l’administration, qui est en train de codifier les perspectives d’avancement offertes à ses agents. Mais ce n’est là qu’une variable, qui n’en exclut pas d’autres, ainsi la fortune, bien sûr, mais aussi les charges familiales ou professionnelles.

  • 97 ADIV 6 M 238. Recensement de la commune de la Guerche (1851).

51Les stratégies résidentielles ne sont pas moins contrastées. En milieu rural, les percepteurs et les conducteurs résident presque toujours au bourg. À la Guerche, centre à la fois d’une perception et d’une subdivision des Ponts et chaussées, trois des huit fonctionnaires résident dans le centre stricto sensu, à proximité immédiate de l’église, quatre autres dans le faubourg qui s’étend tout à côté. Seul l’un d’eux, le percepteur Olivier Dein de la Buraiserie, qui est aussi le seul natif du lieu, vit un peu plus à l’écart, route de Rannée97. Cette concentration est sans doute dictée par la localisation au bourg des logements vacants et convenables ; mais il se peut qu’elle reflète aussi la volonté des fonctionnaires de s’ancrer au cœur de la vie locale, en vue d’une plus grande visibilité sociale. Cette règle souffre évidemment des exceptions, qu’il s’agisse de fonctionnaires originaires de la localité ayant hérité ou acquis un immeuble en dehors du bourg, de conducteurs résidant sur le lieu même des chantiers ou établis à demeure dans des maisons éclusières ; mais ce sont là des cas de figure marginaux, qui de surcroît refluent avec le temps.

  • 98 Jourdan Jean-Paul, Du sans-grade au préfet…, op. cit., p. 149.
  • 99 Dupuy Roger, « L'urbanisme rennais », in Meyer Jean (dir.), Histoire de Rennes, Toulouse, Privat, (...)
  • 100 Nourry Louis-Michel, Les jardins publics en province. Espace et politique, Rennes, Presses univers (...)

52En ville, la situation est bien entendu plus complexe. À Rennes, par exemple, la majeure partie des 146 fonctionnaires identifiés vivent dans un périmètre restreint, de moins d’un kilomètre carré, comprenant le quartier du parlement, le vieux centre, reconnaissable à sa trame viaire caractéristique, enfin la partie la plus au nord de la ville basse (voir carte II.1, page 132). Une telle géographie signale l’appartenance des fonctionnaires intermédiaires aux catégories aisées ou moyennes de la société rennaise, et les distingue des couches populaires, plus présentes en périphérie. Le même constat a été fait à Bordeaux98. Dans le détail, on observe que les « gradés » de préfecture sont plus nombreux dans le nord-est de la ville, notamment dans le quartier Sévigné-Palestine où vivent les frères Gapais, les chef de division Jules Brault et Jean Lemaistre, les chefs de bureau Edmond Gérard et Ange Priour. La proximité de la préfecture y est naturellement pour beaucoup. Les conducteurs, eux, résident généralement plus loin du centre. Henri Papail, par exemple, demeure faubourg de Saint-Malo, Gustave Martin faubourg de Brest, François petit-de-Maison faubourg Saint-Hélier. D’autres, encore, s’installent dans la zone comprise, au-delà de l’Ille, entre le faubourg de Brest et la vilaine. Il est probable que pour eux aussi la proximité du lieu de travail joue un rôle, mais c’est plus difficile à établir. Ces stratégies résidentielles évoluent au fil du siècle. en perspective longue, disons que le centre se vide de ses fonctionnaires, tandis que le sud et l’est les attirent. Le phénomène est progressif, et ne se généralise vraiment qu’à la veille de la Grande Guerre. il s’explique évidemment par les transformations du cadre urbain : rénovation de la ville basse99, métamorphose des quartiers est, dynamisés par l’imprimerie Oberthür, et embellis, à partir de 1865, par l’aménagement du jardin du Thabor, qui leur confère un charme entièrement nouveau100. Les logements s’y multiplient. En fait, seul l’ouest, il est vrai séparé par l’Ille, connaît alors une moindre croissance. Cela dit, cette mutation reflète également l’évolution sociologique des fonctionnaires intermédiaires, du moins peut-on légitimement interpréter leur dispersion croissante dans la ville comme la traduction spatialisée de la démocratisation de leur recrutement.

Carte II.1 - Domiciles des fonctionnaires intermédiaires rennais (1836-1911)

Carte II.1 - Domiciles des fonctionnaires intermédiaires rennais (1836-1911)

53En somme, c’est toute la vie privée des fonctionnaires intermédiaires qui se transforme : diminution des fortunes, prudence voire inhibition dans les comportements familiaux, diffusion de « genres de vie » plus modestes, autant d’éléments qui disent qu’un changement sociologique majeur est en cours. Toutefois, notons-le, l’effritement de leur capital initial, il semble que les fonctionnaires intermédiaires tentent de le limiter, de le compenser. Du moins économisent-ils, font-ils des mariages avantageux, et, plus encore peut-être, investissent-ils dans l’éducation de leurs enfants. À l’évidence, pour les parvenus qu’ils sont de plus en plus, la réussite passe désormais par le calcul et l’effort.

Fonctionnaires en société

  • 101 Pellissier Catherine, Loisirs et sociabilités des notables lyonnais au xixe siècle, tome 1, Lyon, (...)
  • 102 Le problème spécifique de l’engagement politique sera examiné dans le chapitre VI.

54La vie privée des fonctionnaires intermédiaires n’est pas seule à se transformer ; leur vie en société aussi porte la marque de changements importants. Ces changements, nous pouvons les saisir en examinant successivement ce que C. Pellissier appelle la « sociabilité informelle101 », puis la vie associative proprement dite102.

La sociabilité informelle

Le temps des cercles

  • 103 Pellissier Catherine, Loisirs et sociabilités…, p. 158.
  • 104 La meilleure synthèse sur l'histoire des associations rennaises au xixe siècle se trouve dans la t (...)
  • 105 ADIV 4 M 252. Associations (avant 1901). Enquête sur les sociétés de lecture (1844-1845).
  • 106 ADIV 4 M 253. Associations (avant 1901). Saint-Malo.
  • 107 ADIV 4 M 252. Associations (avant 1901). Enquête sur les sociétés de lecture (1844-1845).
  • 108 ADIV 4 M 260. Associations. Enquête sur les associations (1852).
  • 109 ADIV 4 M 252. Associations (avant 1901). Janzé.

55Il peut sembler paradoxal d’étudier les cercles, qui ont un caractère « institué », dans le cadre de la sociabilité informelle. Pourtant, comme le fait remarquer C. Pellissier, les cercles ne sont pas des associations comme les autres : ils sont dépourvus de finalité spécifique et visent uniquement à satisfaire le besoin de sociabilité de leurs membres. Aussi leur fonction est-elle de sociabilité « pure103 », et occupent-ils, à ce titre, une position unique dans le champ des pratiques d’association, à la limite souvent floue du public et du privé, de l’institutionnel et de l’informel. Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que le réseau des cercles d’Ille-et-Vilaine soit très imparfaitement connu. Comme toujours, on dispose de plus d’informations sur les villes. À Rennes, une société baptisée simplement la Chambre de lecture fonctionne depuis 1775. Elle n’est pas la seule. Outre son vieux concurrent, le conservateur Cercle de l’Amitié, on y trouve encore le Cercle, apparu en 1837104. Les villes sous-préfectures n’échapent pas au phénomène : à Montfort, une Société littéraire voit le jour dès le premier empire105 ; suivent le Cercle littéraire de Vitré en 1834, puis une société du même nom à Saint-Malo 22 ans plus tard106. Le phénomène pénètre enfin les campagnes, en tout cas les gros bourgs, mais il est très difficile à saisir. C’est donc tout un réseau de cercles ou de structures assimilées qui se constitue au cours du premier xixe siècle. La présence d’agents de l’État dans leurs rangs ne fait aucun doute. Ainsi on sait que la Société littéraire de Montfort est composée sous la monarchie de Juillet « de fonctionnaires, d’employés du gouvernement, d’avocats, avoués, médecins, notaires107… » Le Cercle littéraire de Vitré accueille, de son côté, « quelques fonctionnaires et […] plusieurs propriétaires et officiers ministériels ». Cela dit, le problème spécifique des fonctionnaires intermédiaires reste entier. Sur les quelques listes de sociétaires conservées, les fonctionnaires compris dans l’échantillon sont rares. À Rennes, seul le chef de bureau Pierre d’Oultremer du Margat est membre du Cercle en 1852108. À Saint-Malo, le Cercle littéraire compte uniquement les conducteurs Pacifique Héron et Prudent Tahier. À la campagne, enfin, leur trace n’est attestée qu’à Janzé, où Julien Roul de la Hellière, ancien percepteur et maire de Corps-Nuds, fonde en 1861 la Société littéraire, petit cercle auquel le percepteur du lieu, Alphonse Dupont, s’empresse aussitôt d’adhérer109.

  • 110 ADIV 105 J 3. Fonds Adolphe Orain (1834-1918). « Mes souvenirs », manuscrit inédit, sd, p. 51.
  • 111 Ibid., p. 102.
  • 112 ADIV 1 M 426. Réfugiés polonais subventionnés (1833-1919). Dossier Chamski. Note de 1846.

56Évidemment, cela fait peu. Un tel résultat doit être cependant relativisé. En effet, non seulement les plus petites structures échappent à la surveillance de l’administration avant 1834, mais, surtout, les sources sont si lacunaires qu’elles ôtent tout ou partie de leur signification statistique aux mentions relevées. Instructif est à cet égard l’exemple du Cercle littéraire de Bain, connu grâce aux mémoires d’Adolphe Orain. Ce cercle, nous dit Orain, comprend 20 à 25 membres, parmi lesquels « les fonctionnaires étrangers au pays, les trois notaires, les trois médecins, le pharmacien, quelques propriétaires et des tanneurs110 ». Dans le détail, ne sont nommément cités qu’une petite moitié de ces sociétaires, parmi lesquels deux fonctionnaires : le receveur des Contributions indirectes et le percepteur. On peut ainsi penser que l’élite administrative du canton appartient au cercle, mais non, selon toute probabilité, l’instituteur, non plus que le facteur, tous deux d’un rang moins élevé ; qu’en conséquence, dans les campagnes, une part significative des fonctionnaires intermédiaires vivent intégrés, sous une forme ou sous une autre, à la bourgeoise locale. Quelques témoignages corroborent cette idée. À Combourg, sous le second empire, le percepteur Eugène Hy fait figure d’animateur de la vie mondaine locale. Il se partage en visites aux châtelains du lieu et réceptions offertes à ses « nombreux amis111 », tous des « fils de famille ». Le conducteur polonais Thadée Chamski, lui, réussit à se faire admettre « dans les meilleurs salons de Saint-Malo112 » en un temps record. Il est vrai qu’il tient de ses origines aristocratiques une rare élégance, un « certain luxe de toilette » notamment, qui lui valent les faveurs de la meilleure société malouine. Le cas de Chamski est cependant atypique, du moins l’est-il davantage que celui de Hy dans la mesure où, à Saint-Malo, comme en ville de manière générale, la sociabilité bourgeoise possède un caractère beaucoup plus sélectif qu’à la campagne. à preuve, d’ailleurs, le faible nombre de sociétaires : le Cercle de Rennes ne compte que 60 à 70 membres sous la monarchie de Juillet, le Cercle littéraire de Vitré moins de 30. Bref, il y a bien là un effet d’échelle : autant les fonctionnaires intermédiaires appartiennent à l’élite des gros bourgs, autant ils sont exclus de l’élite urbaine, particulièrement dans les grandes villes. Voilà qui permet de penser in fine que les lacunes documentaires ont un caractère inégalement trompeur. Pour les campagnes, sans doute occultent-elles l’insertion réussie des fonctionnaires locaux dans les cénacles de la bourgeoisie locale, tandis qu’elles trahissent probablement moins la réalité pour les villes, où un petit nombre seulement de fonctionnaires intermédiaires, les plus riches ou les mieux implantés, participent à la vie de cercle.

Des marques de repli

  • 113 ADIV 5 Z 21. Sous-préfecture de Saint-Malo. Personnel administratif.
  • 114 « Journal d'événements survenus à Rennes… », op. cit.
  • 115 AN F14 2539. Dossier Gobaille. Feuille signalétique 1869.
  • 116 ADIV 1 S 16. Dossier Cauret. Note du commissaire central de Rennes, 22 novembre 1898.
  • 117 ADIV 1 S 17. Dossier Planchais. Note du commissaire central de Rennes, 23 novembre 1900.
  • 118 AN F14 19390. Dossier Le Goff. Lettre du 17 décembre 1910.

57Cette sociabilité, fondée sur l’appartenance à la bonne société locale, ne disparaît jamais complètement. Dans les feuilles signalétiques, le contenu de la rubrique « relations » indique qu’encore au début du xxe siècle la moitié environ des percepteurs de l’arrondissement de Saint-Malo fréquentent régulièrement les « autorités locales113 », entendons les élus et les fonctionnaires du lieu. Les éléments de continuité sont également nombreux dans le journal que le conducteur rennais Marie Pierre Gobaille tient entre 1860 et 1890. Fêtes collectives, dévotions, et, dans le domaine de la vie mondaine, concerts et dîners, tiennent une place importante dans sa vie, et font de lui un homme pleinement ancré dans la bourgeoisie locale114. Son inspecteur général confirme, d’ailleurs, qu’il est « bien posé à Rennes, reçu dans la bonne société et dans le monde officiel115 ». Malgré tout, feuilles signalétiques et correspondance signalent que la sociabilité des fonctionnaires intermédiaires se transforme peu à peu. L’habitude de ne fréquenter que des fonctionnaires paraît se répandre à partir des années 1870-1880. On découvre, par exemple, que le conducteur Ferdinand Cauret « n’a d’autres fréquentations que celles de ses collègues116 », et que François planchais « ne voit que quelques collègues de son administration117 ». en 1910, une lettre d’un autre conducteur, Alfred Le Goff, qui cherche à tout prix à quitter la Corse profonde, révèle des pratiques ou plutôt un modèle de relations assez proches. Il se plaint que la localité où il réside ne lui permet de côtoyer « ni notaire, ni percepteur, ni agent-voyer », et que le « receveur des domaines […] est dans un tel état qu’il ne peut recevoir ». il vante, à l’inverse, les mérites de Vico, la localité dans laquelle il espère être muté, pour cette seule raison qu’y résident « un garde général des Forêts, un lieutenant de gendarmerie, agent-voyer, percepteur, receveur des domaines, receveur de la poste, notaire, greffier de la justice de paix118 ». Le notaire et le greffier n’appartiennent certes pas à l’administration, de sorte que le réseau social décrit par Le Goff fait d’abord penser à un petit cercle de notables ruraux ; mais la prépondérance des agents de l’État dément en fait cette idée. On aura observé, au passage, que les fonctionnaires que cite Le Goff sont tous des fonctionnaires intermédiaires, ce qui laisse supposer que cette intensification de la sociabilité intra-administrative, si elle a bien lieu, s’effectue dans le respect plus ou moins conscient de la hiérarchie. Loin des réceptions officielles offertes par les préfets et sous-préfets, c’est entre eux que les fonctionnaires intermédiaires développent à l’évidence le plus de contacts.

  • 119 ADIV 1361 W 1. Dossier Abraham.
  • 120 ADIV 1361 W 10. Dossier Gapais Charles. Note de 1910.
  • 121 ADIV 1 S 16. Dossier Bernier Francis. Lettre du sous-préfet de Vitré Gapais, 26 septembre 1903.
  • 122 ADIV 1 S 16. Dossier Delagrée. Lettre du commissaire central de Rennes, 24 novembre 1889.
  • 123 AEF 1 C 8607. Dossier Montassin. Feuille signalétique 1908.
  • 124 AEF 1 C 7605. Dossier Lengliney. Feuille signalétique 1907.
  • 125 ADIV vrac de la série P (non coté). Dossier Allaire Charles Marie. Note du sous-préfet de Fougères (...)
  • 126 ADIV 5 Z 21. Sous-préfecture de Saint-Malo. Personnel administratif.

58Chez certains, cette tendance au repli est plus marquée encore et peut aller jusqu’à l’absence pure et simple de relations sociales. Le phénomène est manifestement répandu. à la préfecture, en 1902, le chef de division Jules soyer note que son sous-chef Hippolyte Abraham a des « relations peu étendues119 ». Un autre chef de bureau, Charles Gapais, « vit avec sa mère veuve », et « ne semble avoir aucune fréquentation120 ». Même chose dans les Ponts : le subdivisionnaire de Vitré, Francis Bernier, a un « caractère très renfermé » ; il « vit très isolé et ne fréquente personne121 ». Julien Delagrée, lui, « est un homme froid, sans relation, n’allant jamais au café122 ». C’est chez les percepteurs, astreints à de fréquents contacts avec les administrés, que de tels comportements étonnent le plus : Clément Montassin a « peu de relations123 » ; celles du futur trésorier-payeur général Alexandre Lengliney sont « peu étendues124 ». Charles Marie allaire est même complètement introverti : « d’une nature très timide et effacée », il « vit très retiré125 » etc. On pourrait multiplier les exemples. Le seul sondage que l’on puisse faire tend à confirmer ces indications isolées : au début du xxe siècle, dans l’arrondissement de Saint-Malo, sur 11 comptables dont les « relations » sont connues du receveur des Finances, 5 vivent retirés, dont certains à la limite de la réclusion126. À l’évidence, la propension au retranchement des fonctionnaires intermédiaires n’est pas un phénomène marginal.

  • 127 AN F14 2534. Dossier Génu. Feuille signalétique 1861.

59Cette mutation tient à plusieurs facteurs. La démocratisation de l’administration intermédiaire l’explique pour une grande part. Il n’est guère difficile d’imaginer qu’à partir du moment où ils se recrutent dans des milieux sociaux plus modestes, les fonctionnaires intermédiaires s’éloignent immanquablement des élites locales, tant économiquement que culturellement. Sans doute l’attitude du conducteur Emile Génu, à tel point complexé par son manque de manières qu’il s’exclut motu proprio de la société redonnaise sous le second Empire127, devient-elle ainsi plus fréquente au fil du temps. Le développement de la mobilité, consécutif à la structuration progressive des carrières, creuse d’autre part la distance séparant les agents de l’État de la société locale, en particulier dans le trésor.

60Qu’on songe à la paranoïa du conducteur Alfred Le Goff, qui est un peu comme l’illustration, caricaturale et pathétique, de ce phénomène. Enfin, il est indéniable que l’embrigadement idéologique des fonctionnaires, sous la troisième république, a pour effet de restreindre le champ de leurs relations sociales légitimes : les fonctionnaires partisans du régime ne peuvent plus désormais fréquenter les conservateurs locaux, et les opposants, s’ils ne renoncent pas à tous leurs contacts dans le monde réactionnaire, sont astreints à une plus grande discrétion qu’auparavant.

L’érudit et le militant

  • 128 AM Rennes 4 R 9. Registre de la société des amis des arts.
  • 129 BSIV, 44, 1914, p. 487-493.
  • 130 Rulon Charles, « Adolphe Orain (1834-1918). Etude biographique », BSF, 6, 1962, p. 23.
  • 131 ADIV 1361 W 8. Dossier Derennes. Note du chef de division Jules Soyer, 1902.
  • 132 ADIV 1 M 226. Palmes académiques. Dossier Traonoues.
  • 133 ADIV 4 M 253. Associations (avant 1901). Saint-Malo.
  • 134 ADIV 1 M 225. Palmes académiques. Dossier Rousseau. Note du sous-préfet Guillaume Gapais, 8 novemb (...)
  • 135 Lagadec Yann, « Quelles élites pour le progrès agricole au xixe siècle ? L'exemple des comices agr (...)

61Cercles exclus, nous avons identifié 57 cas d’affiliation à une structure associative. Ces associations peuvent se répartir en trois principaux types. Viennent d’abord les sociétés savantes (12 cas), dont l’attractivité est semble-t-il constante tout au long du siècle. Au début de la monarchie de Juillet, la Société des amis des arts, issue de l’ancienne Académie de peinture, compte parmi ses membres les deux percepteurs de Rennes et celui de Noyal-sur-Vilaine128. Plus tard, la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, créée en 1844, attire à son tour quelques fonctionnaires intermédiaires, le sous-chef de bureau Louis Philippe-Lavallée, le percepteur Armand Etasse, et le conducteur Marie Pierre Gobaille129. Plus tard encore, au tournant du siècle, dans un contexte de renaissance culturelle, de nouvelles structures font leur apparition, comme l’Association artistique et littéraire de Bretagne, dont Adolphe Orain devient un sociétaire très actif130. Arrivent ensuite les associations liées à l’institution scolaire (9 cas), marquées par un esprit laïque souvent combatif. A la préfecture, par exemple, le chef de bureau Jules Derennes milite à la fois au Comité des écoles laïques et à la Caisse des écoles de Rennes131, tandis que son collègue de Montfort, Hippolyte Traonoues, fonde en 1908 le patronage des écoles publiques laïques de la ville132. viennent enfin les structures à vocation philanthropique (7 cas), qui convergent partiellement avec les précédentes, du moins quant à leurs objectifs, puisque c’est au développement de l’instruction populaire que les fonctionnaires intermédiaires consacrent manifestement le plus d’énergie : à Saint-Malo, le secrétaire de la sous-préfecture, Paul Lebatard, et le conducteur Jean Girard militent ainsi au sein de l’Association de propagande des lectures populaires de Saint-Malo133 ; de même, à Vitré, le sous-ingénieur Auguste Rousseau anime la Société d’instruction populaire134. Signalons encore, pour mémoire, le cas particulier des associations liées à l’activité agricole. Leur spécificité ne vient pas tant de leur nombre (9 cas) que de ce que, contrairement aux précédentes, elles ne concernent qu’un seul des trois groupes, les percepteurs, fortement impliqués, à partir du second empire et plus encore à partir des années 1880, dans l’organisation et l’encadrement des comices. a Châteaugiron, par exemple, les fonctions de secrétaire du comice restent entre les mains des percepteurs locaux pendant au moins 14 ans, de 1874 à 1888135. Il apparaît, au bout du compte, que l’engagement associatif des fonctionnaires intermédiaires s’intensifie au cours du xixe siècle, et que cet engagement tend, ici comme ailleurs, à s’incarner dans les deux principales figures que sont celle de l’érudit d’un côté, et celle du militant de l’autre. encore faut-il se montrer prudent, dans la mesure où cette intensification constitue un phénomène quasiment général à l’époque, qui fait système avec la forte augmentation du nombre de structures, et qu’il n’est guère possible, dans ces conditions, de dire ce que le comportement des fonctionnaires intermédiaires a ici de spécifique.

  • 136 Chaline Jean-Pierre, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, Centre des travaux (...)
  • 137 « Journal d'événements survenus à Rennes… », op. cit., p. 9 et suivantes.
  • 138 ADIV 1 F 1680-1717. Fonds Etasse.
  • 139 Rulon Charles, « Adolphe Orain… », art. cit., p. 29.
  • 140 « Documents inédits concernant la baronnie de Vitré », BSIV, 39, 1910, p. 1-26 et 42, 1913, p. 97- (...)
  • 141 « La Naye et ses environs », ASSM, 4, 1903, p. 54-58. « L'hôtel des Lamennais », ibid., 5, 1904, p (...)

62Nous pouvons tout au moins admettre que trois motivations principales les poussent à s’engager dans la vie collective. On reviendra plus loin sur la motivation politique, active surtout à la fin de la période, et intimement liée aux transformations de la culture administrative ; du moins voit-on déjà que les associations à fort caractère militant se répartissent, toutes ou presque, en mouvements pro-républicains d’un côté et mouvements conservateurs de l’autre. L’entrée dans une société savante répond, en second lieu, au désir de satisfaire sa curiosité intellectuelle ou de parfaire son érudition136. Tel est le cas de Marie Pierre Gobaille, qui, à la lecture de son journal, apparaît très assidu aux séances de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine au début des années 1860137. Certains vont jusqu’à prendre la plume. Le fonds « Etasse », conservé aux archives départementales d’Ille-et-Vilaine, contient ainsi nombre de notes sur cahiers, sur fiches, de coupures de presse, qui disent l’ampleur du travail accompli, au fil des années, par ce percepteur érudit138. Plusieurs témoignages insistent, de même, sur la très grande culture d’Adolphe Orain, passionné de tout, proche du modèle traditionnel de l’honnête homme139. Son bureau, raconte Charles Rulon, « était un petit musée de curiosités ». C’est l’histoire, et particulièrement l’histoire locale qui suscitent avant tout l’intérêt de ces fonctionnaires érudits : Armand Etasse publie diverses études historiques sur le pays de Vitré140 ; Charles Maigné prononce une quinzaine de communications et fait paraître plusieurs articles sur le patrimoine malouin141. La palme revient cependant à Adolphe Orain, auteur d’une imposante série d’ouvrages (Le folklore de l’Ille-et-Vilaine en 1897, Les contes du pays gallo en 1901, Les contes de l’Ille-et-Vilaine en 1902) encore consultés aujourd’hui.

  • 142 Chaline Jean-Pierre, Sociabilité et érudition…, op. cit., p. 223 et suivantes.
  • 143 ADIV 1361 W 11. Dossier Gérard. Note du chef de division Soyer, 1902. Amelycor, L'Association des (...)
  • 144 ADIV 105 J 2. Fonds Adolphe Orain (1834-1918).
  • 145 Dumons Bruno, Pollet Gilles et Saunier Pierre-Yves, Les élites municipales…, op. cit., p. 175.

63On peut enfin penser que l’entrée dans une association répond au désir de concrétiser son appartenance aux élites, ou, tout du moins, de se rapprocher d’elles. Cette motivation joue sûrement pour les sociétés savantes, dont l’accès est soigneusement contrôlé, et qui, de fait, sont principalement composées de bourgeois diplômés142. Mais sans doute joue-t-elle aussi pour d’autres associations, au moins au niveau des fonctions d’encadrement : qu’on songe aux percepteurs, que leur participation à l’organisation des comices place au contact immédiat des élites locales, ou au chef de bureau Edmond Gérard, qui, en tant que trésorier de l’Association des anciens élèves du Lycée de Rennes, est amené à côtoyer diverses personnalités du cru143. Considérons encore ce document, aussi insolite que précieux, que constituent les 56 cartes de visite reçues par Adolphe Orain après sa nomination comme chevalier de la Légion d’honneur en 1886144. Ces cartes dessinent très précisément les contours du réseau social qu’Orain s’est constitué grâce à ses travaux d’ethnologie. Or, remarquons que sur les 41 individus dont la profession est identifiable, 69 % appartiennent aux élites sociales. Parmi les huit membres de l’administration préfectorale, se trouvent quatre préfets, un secrétaire général, un sous-préfet, un conseiller de préfecture, et seulement un fonctionnaire intermédiaire en la personne du secrétaire de sous-préfecture Augustin Tual. Fait notable, donc, grâce à son activité d’érudit Orain est parvenu à tisser des relations avec des individus que ni ses origines ni sa carrière ne lui laissaient au départ l’espoir de fréquenter. Aussi peut-on faire l’hypothèse qu’à l’instar de certains cadres municipaux145, son engagement dans la vie culturelle locale a constitué pour lui une manière détournée de s’élever dans la hiérarchie sociale.

64Cela dit, il ne faudrait pas surévaluer les effets de ce type d’engagement sur le plan de la sociabilité proprement dite. Car non seulement érudits et militants, s’ils se multiplient, restent malgré tout minoritaires, mais les associations tendent de plus en plus à se spécialiser, de sorte que leur diversité sociale et culturelle va plutôt en s’atténuant. Ainsi compris, ce phénomène n’est donc aucunement contradictoire avec la tendance au repli que l’on observe chez le plus grand nombre.

Conclusion

  • 146 Expression d'Adeline Daumard (« Puissance et inquiétude de la société bourgeoise », in Braudel Fer (...)

65Au final, il est évident que le poids des héritages diminue au cours de la période considérée, sur le plan professionnel comme sur le plan social. La démocratisation, clef majeure de cette histoire, pèse non seulement sur la vie privée des fonctionnaires intermédiaires, qui devient de plus en plus modeste avec le temps, mais également sur leur vie en société, qui accuse une nette tendance au retranchement. Cette évolution n’est cependant pas uniforme, loin s’en faut. Comme on l’a vu, les disparités sont nombreuses, au sein de chacun des groupes, et même entre les groupes. Sous ce dernier rapport, les percepteurs se distinguent des autres fonctionnaires : grâce à leur héritage social, plus important, conjugué à une hérédité professionnelle plus forte, ils parviennent à se maintenir plus haut dans la hiérarchie sociale. Les « gradés » de préfecture disposent quant à eux d’un capital social plus important, mais peinent à compenser sa rétraction, encore plus à le faire fructifier. Les conducteurs, en revanche, forment la catégorie des parvenus par excellence, mais ils disposent d’atouts individuels leur permettant de compenser en partie la faiblesse de leurs héritages. On voit par conséquent que l’appartenance des fonctionnaires intermédiaires à la moyenne bourgeoisie, si elle permet de définir grosso modo leur condition socioéconomique, dissimule des trajectoires sociales très contrastées. Telles sont peut-être les « hiérarchies profondes146 » qui structurent la société administrative intermédiaire.

Notes

1 Chaline Jean-Pierre, « Qu'est-ce qu'un bourgeois ? », L'Histoire, 121, 1989, p. 41.

2 Pour les calculs, nous avons repris sans amendement majeur le code socioprofessionnel proposé en 1963 par A. Daumard, sauf pour le personnel administratif, que nous avons classé selon les critères exposés dans le chapitre préliminaire (annexe).

3 En codant par commodité l'appartenance sociale (a = catégories supérieures ; b = catégories moyennes ; c = catégories populaires), et en considérant, comme il se doit, que le fonctionnaire intermédiaire appartient aux catégories moyennes (b), on considérera comme ascendantes les trajectoires de type c-b-b (dans l'ordre : grand-père, père, individu) et c-c-b ; comme déclinantes celles de type a-a-b et a-b-b ; comme stables celles de type b-b-b ; enfin comme accidentées celles ressortissant aux cinq types restants.

4 Ne sont comptés ici que les aristocrates d'origine française.

5 Wiscart Jean-Marie, La noblesse de la somme au dix-neuvième siècle, Amiens, Encrage, 1994, p. 179.

6 Kerviler René, Répertoire de bio-bibliographie bretonne, Mayenne, imprimerie Joseph Floch, 1985, tome 1, p. 309.

7 Durieu, Manuel des percepteurs et des receveurs municipaux des communes, chez l'auteur, 1822, p. 64.

8 MP, 24, 1847, p. 121-122.

9 MP, 61, 1884, p. 113-114.

10 Brelot Claude-isabelle, La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Les Belles Lettres, 1992, tome 1, p. 395.

11 ADIV 3 p 9. Personnel du trésor public. Lettre du 15 août 1815.

12 Nous reprendrons toujours ces trois mêmes cohortes (avant 1849, 1849-1879, après 1879) par la suite.

13 Belot Alfred et Lepetit Paul, Table alphabétique analytique et raisonnée des circulaires et des lettres communes de la direction générale de la comptabilité publique…, Berger-Levrault, 1910, tome 2, p. 28.

14 AN F14 19215. Dossier Lemeilleur. Lettre du 18 février 1880.

15 MP, 80, 1903, p. 428.

16 AN F14 2560. Dossier Jan. Feuille signalétique 1861.

17 ADIV 1 S 75. Dossier Primault. Lettre de Louis Primault, 11 janvier 1878.

18 Berstein Serge, « Les classes moyennes devant l'histoire », Vingtième siècle revue d'Histoire, 37, 1993, p.7.

19 Jourdan Jean-Paul, Le personnel de l'administration dans le Sud-Ouest aquitain de la fin de l'Ancien Régime aux années 1880, thèse d'État, université Paris-IV, 2000, p. 783-784.

20 ADIV 3 p 5. Personnel du trésor public. Décret du 11 messidor An XII.

21 ADIV 3 P 15. Personnel du trésor public. Lettre de Charles Godefroy allaire, 7 octobre 1836. ADIV 3 P 18. État des employés des recettes générales et particulières pour l’année 1847.

22 Frotier de la Messelière Henri, Filiations bretonnes 1650-1912, Mayenne, imprimerie Joseph Floch, 1985, tome 2, p. 453-454.

23 Jourdan Jean-Paul, Le personnel de l'administration dans le Sud-Ouest aquitain…, op. cit., p. 792-793.

24 Jourdan Jean-Paul, Le personnel de l'administration dans le Sud-Ouest aquitain…, op. cit., p. 794.

25 Ibid., p. 798.

26 Daumard Adeline (dir.), Les fortunes françaises au xixe siècle, Mouton, 1973, p. 3 et suivantes. Vovelle Michel, « Problèmes méthodologiques posés par l'utilisation des sources de l'enregistrement dans une étude de structure sociale », Bulletin de la section d'histoire moderne et contemporaine, 3, 1961, p. 49-106.

27 Priet Christian, Les Rennais au xixe siècle, thèse, université Rennes 2, 1999, p. 126.

28 Daumard Adeline Les bourgeois de Paris au xixe siècle, Flammarion, 1970, p. 43.

29 Chaline Jean-Pierre, Les bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au xixe siècle, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1982, p. 41, 98-99.

30 Daumard Adeline, « La hiérarchie des biens et des conditions », in Braudel Fernand et Labrousse Ernest, Histoire économique et sociale de la France, tome 3, 1789-1880, Presses universitaires de France, 1993, p. 888.

31 Chaline Jean-Pierre, Les bourgeois de Rouen…, op. cit., p. 41.

32 ADIV 3 Q 29/1689-1690. Déclarations de succession des 15 février, 5 mars, 25 mars et 6 mai 1879, 19 novembre et 13 décembre 1889.

33 Burguin Pascal, Une ville et ses élites au xixe siècle…, op. cit., p. 341.

34 Daumard Adeline, « La hiérarchie des biens et des conditions », op. cit., p. 913.

35 Chaline Jean-Pierre, Les bourgeois de Rouen…, op. cit., figure 23.

36 Boucicaud Marie-Laure, La société rennaise de 1871 à 1875 d'après l'étude des actes de mutations après décès : pauvreté, richesse, inégalités, mémoire de maîtrise, université Rennes 2, 1996, p. 110-111.

37 ADIV 3 Q 30/287, 30/288. Déclarations de succession des 15 novembre 1855 et 20 mars 1856.

38 Chaline Jean-Pierre, Les bourgeois de Rouen…, op. cit., p. 142.

39 Burguin Pascal, Une ville et ses élites au xixe siècle…, op. cit., p. 405.

40 ADIV 3 P 9. Personnel du trésor public. Lettre du receveur particulier des Finances de Vitré, 9 novembre 1851.

41 AM Vitré 1 F 1-2. Recensements (1836, 1841). ADIV 6 M 668. Recensements de la commune de Vitré (1846, 1851).

42 ADIV 3 Q 13/660, 38/417. Déclarations de succession des 22 et 28 mars 1862.

43 ADIV 3 Q 34/447. Déclaration de succession du 15 avril 1864. ADIV 3 Q 38/402, 38/404, 38/405, 38/406, 38/416, 38/418, 38/426, 38/427. Déclarations de succession des 11 avril 1833, 10 mai 1833, 22 février 1833, 14 juin 1838, 16 janvier 1840, 3 juin 1843, 11 mai 1864, 3 juillet 1873 et 13 mars 1875.

44 Jourdan Jean-Paul, Le personnel de l'administration dans le Sud-Ouest aquitain…, op. cit., p. 1095-1096.

45 ADIV vrac de la série P. Personnel des surnuméraires percepteurs et percepteurs du département (1881, sd).

46 ADIV 5 Z 21. Sous-préfecture de Saint-Malo. Personnel administratif pour les années 1900-1908.

47 Bardet Jean-Pierre, « La France en déclin », in Bardet Jean-Pierre et Dupâquier Jacques, Histoire des populations de l'Europe, tome 2, La révolution démographique 1750-1914, Fayard, 1998, p. 321.

48 Charle Christophe, Les Elites de la République 1880-1900, Fayard, éd. 2006, p. 267.

49 Dumons Bruno, Pollet Gilles et Saunier Pierre-Yves, Les élites municipales sous la IIIe République, CNRS, 1997, p. 164. Le Bihan Jean, « Le personnel municipal rennais au xixe siècle. Bilan d'une enquête », MSHAB, 81, 2003, p. 462.

50 Jourdan Jean-Paul, Le personnel de l'administration dans le Sud-Ouest aquitain…, op. cit., p. 821.

51 Le Bihan Jean, « L'ambivalence des sources. Le "bon fonctionnaire" au xixe siècle : une étude de cas », Atala, 3, 2000, p. 97.

52 ADIV 3 P 19. Personnel du Trésor public. Lettre du 4 février 1851.

53 Ibid. Lettre du 22 mars 1851.

54 Charle Christophe, Les Elites de la République…, op. cit., p. 270.

55 Jourdan Jean-Paul, Le personnel de l'administration dans le Sud-Ouest aquitain…, op. cit., p. 825.

56 Ibid., p. 827.

57 Charle Christophe, Les Elites de la République…, op. cit., p. 271.

58 Jourdan Jean-Paul, Le personnel de l'administration dans le Sud-Ouest aquitain…, op. cit., p. 826.

59 Jourdan Jean-Paul, Du sans-grade au préfet : fonctionnaires et employés de l'administration dans les villes d'Aquitaine (1870-1914), Talence, Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine, 1994, p. 138.

60 Paris, Paul Dupont, 1860, p. 116.

61 62, 1885, p. 571.

62 Charle Christophe, Les Elites de la République…, op. cit., p. 330.

63 Dumons Bruno, Pollet Gilles et Saunier Pierre-Yves, Les élites municipales…, op. cit., p. 165.

64 Jourdan Jean-Paul, Du sans-grade au préfet…, op. cit., p. 139.

65 Charle Christophe, Histoire sociale de la France au xixe siècle, Seuil, 1991, p. 192.

66 BM Rennes Ms 1106. « Journal d'événements survenus à Rennes de 1860 à 1890 par M. J.A. Gobaille fonctionnaire des Ponts et chaussées », manuscrit inédit, p. 17-17bis.

67 État civil de Lons-le-Saunier. Acte de mariage du 24 septembre 1866.

68 État civil de Rennes. Acte de naissance du 2 juin 1861.

69 Il existe une légère distorsion entre les documents II.7 et II.8 : le premier est établi à partir de 270 cas, le second à partir de 268 cas. Cela provient de l'imprécision de deux mentions, qu'il n'a pas été possible de classer d'un point de vue professionnel.

70 État civil de Vitré. Acte de mariage du 10 novembre 1868.

71 État civil d'Alençon. Acte de mariage du 14 octobre 1846.

72 ADIV 1 S 73. Dossier Clervoy. Lettre de Charles Clervoy, octobre 1903.

73 Jourdan Jean-Paul, Du sans-grade au préfet…, op. cit., p. 163.

74 Frotier de la Messelière Henri, Filiations bretonnes…, op. cit., tome 3, p. 23.

75 Ibid., tome 5, p. 72.

76 Jourdan Jean-Paul, Du sans-grade au préfet…, op. cit., p. 163.

77 Charle Christophe, Les Elites de la République…, op. cit., p. 338.

78 ADIV 3 Q 29/1716. Déclaration de succession du 16 septembre 1884.

79 Daumard Adeline, « La hiérarchie des biens et des conditions », op. cit., p. 917 et suivantes.

80 Vu la lourdeur de la tâche et sauf pour certains « gradés » de préfecture, la trace de chaque fonctionnaire n'a été recherchée que dans un seul recensement. Systématiquement, c'est le dernier en date qui a été choisi, pourvu seulement que le fonctionnaire soit toujours en activité. Ce parti pris s'explique par le fait que les informations contenues dans les listes nominatives ont également servi à reconstituer les familles, et qu'en la matière, plus les listes sont tardives, plus généralement les informations sont nombreuses. Il est indiscutable qu'une telle option introduit cependant un biais dans l’interprétation des résultats, puisque les fonctionnaires sont saisis à des âges différents.

81 Jourdan Jean-Paul, Du sans-grade au préfet…, op. cit., p. 145-146.

82 Guiral Pierre et Thuillier Guy, La vie quotidienne des domestiques français au xixe siècle, Hachette, 1978, p. 11.

83 ADIV 6 M 477. Recensement de la commune de Retiers (1851).

84 Guiral Pierre et Thuillier Guy, La vie quotidienne des domestiques…, op. cit., p. 152 et suivantes.

85 AM Rennes 1 F 4/47. Recensement (1886).

86 Chaline Jean-Pierre, Les bourgeois de Rouen…, op. cit., p. 40-41.

87 MP, 1885, p. 571.

88 De Fos Maria, Le filleul du percepteur, Tours, A. Mame et fils, 1892, p. 9.

89 Regnault Jules, Insuffisance des traitements des ingénieurs et des conducteurs des Ponts et chaussées, imprimerie Paul Dupont, 1860, p. 120.

90 De Fos Maria, Le filleul du percepteur, op. cit., p. 9.

91 D'Oimpuis J.-B., Luce et le percepteur, épisode tourangeau en sept sonnets, Lille, imprimerie L. Danel, sd, p.2.

92 AM Rennes 1 F 4/56, 60, 64. Recensements (1901 à 1911).

93 ADIV 3 Q 29/1770. Déclaration de succession du 28 octobre 1896.

94 ADIV 1 S 73. Dossier Coupu. Lettre de l'ingénieur ordinaire Charles Michel, 1892.

95 AN F14 2668. Dossier Saint-Gal. Lettre d'Alexandre Saint-Gal, 28 juillet 1832.

96 AM Rennes 1 F 4/33. Recensement (1872).

97 ADIV 6 M 238. Recensement de la commune de la Guerche (1851).

98 Jourdan Jean-Paul, Du sans-grade au préfet…, op. cit., p. 149.

99 Dupuy Roger, « L'urbanisme rennais », in Meyer Jean (dir.), Histoire de Rennes, Toulouse, Privat, 1972, p. 392.

100 Nourry Louis-Michel, Les jardins publics en province. Espace et politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1997, p. 173-176.

101 Pellissier Catherine, Loisirs et sociabilités des notables lyonnais au xixe siècle, tome 1, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1996, p. 123.

102 Le problème spécifique de l’engagement politique sera examiné dans le chapitre VI.

103 Pellissier Catherine, Loisirs et sociabilités…, p. 158.

104 La meilleure synthèse sur l'histoire des associations rennaises au xixe siècle se trouve dans la thèse de Pascal Burguin (Une ville et ses élites au xixe siècle…, op. cit., p. 554 et suivantes).

105 ADIV 4 M 252. Associations (avant 1901). Enquête sur les sociétés de lecture (1844-1845).

106 ADIV 4 M 253. Associations (avant 1901). Saint-Malo.

107 ADIV 4 M 252. Associations (avant 1901). Enquête sur les sociétés de lecture (1844-1845).

108 ADIV 4 M 260. Associations. Enquête sur les associations (1852).

109 ADIV 4 M 252. Associations (avant 1901). Janzé.

110 ADIV 105 J 3. Fonds Adolphe Orain (1834-1918). « Mes souvenirs », manuscrit inédit, sd, p. 51.

111 Ibid., p. 102.

112 ADIV 1 M 426. Réfugiés polonais subventionnés (1833-1919). Dossier Chamski. Note de 1846.

113 ADIV 5 Z 21. Sous-préfecture de Saint-Malo. Personnel administratif.

114 « Journal d'événements survenus à Rennes… », op. cit.

115 AN F14 2539. Dossier Gobaille. Feuille signalétique 1869.

116 ADIV 1 S 16. Dossier Cauret. Note du commissaire central de Rennes, 22 novembre 1898.

117 ADIV 1 S 17. Dossier Planchais. Note du commissaire central de Rennes, 23 novembre 1900.

118 AN F14 19390. Dossier Le Goff. Lettre du 17 décembre 1910.

119 ADIV 1361 W 1. Dossier Abraham.

120 ADIV 1361 W 10. Dossier Gapais Charles. Note de 1910.

121 ADIV 1 S 16. Dossier Bernier Francis. Lettre du sous-préfet de Vitré Gapais, 26 septembre 1903.

122 ADIV 1 S 16. Dossier Delagrée. Lettre du commissaire central de Rennes, 24 novembre 1889.

123 AEF 1 C 8607. Dossier Montassin. Feuille signalétique 1908.

124 AEF 1 C 7605. Dossier Lengliney. Feuille signalétique 1907.

125 ADIV vrac de la série P (non coté). Dossier Allaire Charles Marie. Note du sous-préfet de Fougères, sd.

126 ADIV 5 Z 21. Sous-préfecture de Saint-Malo. Personnel administratif.

127 AN F14 2534. Dossier Génu. Feuille signalétique 1861.

128 AM Rennes 4 R 9. Registre de la société des amis des arts.

129 BSIV, 44, 1914, p. 487-493.

130 Rulon Charles, « Adolphe Orain (1834-1918). Etude biographique », BSF, 6, 1962, p. 23.

131 ADIV 1361 W 8. Dossier Derennes. Note du chef de division Jules Soyer, 1902.

132 ADIV 1 M 226. Palmes académiques. Dossier Traonoues.

133 ADIV 4 M 253. Associations (avant 1901). Saint-Malo.

134 ADIV 1 M 225. Palmes académiques. Dossier Rousseau. Note du sous-préfet Guillaume Gapais, 8 novembre 1901.

135 Lagadec Yann, « Quelles élites pour le progrès agricole au xixe siècle ? L'exemple des comices agricoles bretons », in Pitou Frédérique (dir.), Elites et notables de l'Ouest. xviexxe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 110.

136 Chaline Jean-Pierre, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, Centre des travaux historiques et scientifiques, 1998, p. 271 et suivantes.

137 « Journal d'événements survenus à Rennes… », op. cit., p. 9 et suivantes.

138 ADIV 1 F 1680-1717. Fonds Etasse.

139 Rulon Charles, « Adolphe Orain… », art. cit., p. 29.

140 « Documents inédits concernant la baronnie de Vitré », BSIV, 39, 1910, p. 1-26 et 42, 1913, p. 97-142. « Quelques mots sur l'ancien "jeu des pots" », ibid., 37, 1908, p. 157-164. « Une date historique précisée », ibid., 37, 1907, p. 265-272.

141 « La Naye et ses environs », ASSM, 4, 1903, p. 54-58. « L'hôtel des Lamennais », ibid., 5, 1904, p. 95-96. « La pierre et la croix de mi-grêve », ibid., 6, 1905.

142 Chaline Jean-Pierre, Sociabilité et érudition…, op. cit., p. 223 et suivantes.

143 ADIV 1361 W 11. Dossier Gérard. Note du chef de division Soyer, 1902. Amelycor, L'Association des anciens élèves du Lycée de Rennes, inédit, 1997, annexes 2 et 21.

144 ADIV 105 J 2. Fonds Adolphe Orain (1834-1918).

145 Dumons Bruno, Pollet Gilles et Saunier Pierre-Yves, Les élites municipales…, op. cit., p. 175.

146 Expression d'Adeline Daumard (« Puissance et inquiétude de la société bourgeoise », in Braudel Fernand et Labrousse Ernest, Histoire économique et sociale de la France, tome 4, op. cit., p. 431).

Table des illustrations

Titre Tableau II.1 - Milieux sociaux des pères des fonctionnaires intermédiaires
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4164/img-1.png
Fichier image/png, 6,0k
Titre Tableau II.2 - Milieux sociaux des grands-pères des fonctionnaires intermédiaires
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4164/img-2.png
Fichier image/png, 7,5k
Titre Tableau II.3 - Les trajectoires familiales : analyse sur trois générations
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4164/img-3.png
Fichier image/png, 7,9k
Titre Tableaux II.4 - Évolution des milieux sociaux d’origine des fonctionnaires intermédiaires
Légende NB : les dates indiquées correspondent à l'entrée dans la carrière (même chose pour les suivantes)Tableau II.4.a -Vue d'ensemble
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4164/img-4.png
Fichier image/png, 2,8k
Titre Tableau II.4.b - Les « gradés » de préfecture
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4164/img-5.png
Fichier image/png, 2,5k
Titre Tableau II.4.c - Les percepteurs
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4164/img-6.png
Fichier image/png, 2,7k
Titre Tableau II.4.d - Les conducteurs
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4164/img-7.png
Fichier image/png, 2,6k
Titre Tableau II.5 - Milieux professionnels des pères des fonctionnaires intermédiaires
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4164/img-8.png
Fichier image/png, 9,0k
Titre Tableaux II.6 - Évolution des milieux professionnels d’origine des fonctionnaires intermédiaires
Légende NB : les dates indiquées correspondent à l'entrée dans la carrière (même chose pour les suivantes)Tableau II.6.a - Vue d'ensemble
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4164/img-9.png
Fichier image/png, 4,6k
Titre Tableau II.6.b - Les « gradés » de préfecture
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4164/img-10.png
Fichier image/png, 4,7k
Titre Tableau II.6.c - Les percepteurs
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4164/img-11.png
Fichier image/png, 4,4k
Titre Tableau II.6.d - Les conducteurs
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4164/img-12.png
Fichier image/png, 4,3k
Titre Graphiques II.1 - les types de distribution des biens
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4164/img-13.png
Fichier image/png, 8,0k
Titre Tableau II.7 - Milieux sociaux des beaux-pères des fonctionnaires intermédiaires
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4164/img-14.png
Fichier image/png, 7,2k
Titre Tableau II.8 - Milieux professionnels des beaux-pères des fonctionnaires intermédiaires
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4164/img-15.png
Fichier image/png, 9,4k
Titre Carte II.1 - Domiciles des fonctionnaires intermédiaires rennais (1836-1911)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/4164/img-16.png
Fichier image/png, 39k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540