Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre jouissance et tabous

 | 
Mariannick Guennec

Morale et censure dans la représentation des relations sexuelles

Sexe et censure à Hollywood

Nolwenn Mingant

Texte intégral

1En 1930, les grands studios hollywoodiens mettent en place un système d’autocensure, le Code Hays, afin de rétablir un ordre moral à Hollywood. Mettre en place un code commun géré par les studios permet d’éviter le chaos de multiples comités de censure locaux au moment de la distribution, et les problèmes qui en découlent. Dès le départ, les préoccupations morales se doublent ainsi de motivations commerciales. Face à la révolution sexuelle des années soixante, le code est abandonné au profit d’un système de classification. Les préoccupations morales et leurs conséquences commerciales n’ont cependant pas disparu. C’est une question sensible sur le marché américain, où la présence de scènes osées détermine le destin d’un film, mais également sur le marché international où des films prévus pour correspondre à la sensibilité américaine sont confrontés à d’autres visions de la société et du corps.

Atout ou handicap ?

2Depuis 1968, aux États-Unis, la MPAA délivre à chaque film un rating qui sert de repère aux professionnels et au public : G (tous publics), PG (accord parental), PG-13 (déconseillé aux moins de 13 ans), R (interdit aux moins de 17 ans non accompagnés) et NC-17 (interdit aux moins de 18 ans).

Ratings et accès au marché

  • 1  Caïra O., Hollywood face à la censure : Discipline industrielle et innovations (...)
  • 2  Classification and Rating Administration (CARA), « The Movie Rating System: It (...)
  • 3  Stewart A., « Pic Board Gives a Bleep », Variety, 13 décembre 2010.

3Au sein de la MPAA, ce sont les membres de la Classification and Rating Administration (CARA) qui décident des ratings. Depuis les années 1970, ce bureau est constitué de parents, car la classification est censée refléter l’avis du « parent américain ordinaire » (average American parent1). Les critères étudiés par ce groupe d’une dizaine de personnes comprennent le sujet, la violence, le vocabulaire (langage), l’usage de drogue et de tabac, ainsi que la présence de nudité et de scènes de sexe, évaluées par degrés. Un film G n’aura aucune scène de nu, un film PG peut avoir une brève apparition nue et un peu de sensualité, un film PG-13 peut inclure de la nudité, mais elle ne doit pas être à caractère sexuel, ce type de scène étant réservé aux films R. En dehors de la représentation physique du corps, le comité est particulièrement attentif à l’usage des jurons envers lesquels il adopte une approche comptable : une utilisation du terme « fuck » équivaudra à un PG-13, plus d’une utilisation, un R2. Ce calcul n’est pas anecdotique, car « une seule « bombe-f » peut faire une différence de millions de dollars3. »

  • 4  Epstein E., The Hollywood Economist: The Hidden Financial Reality Behind the M (...)
  • 5  Rich K., « Sony Recutting How Do You Know After Losing To The MPAA », cinemabl (...)
  • 6  Epstein E., op. cit., p. 52.
  • 7  Epstein E., op. cit., p. 51.

4Acte d’ordre moral, la classification a en effet d’importantes conséquences économiques, car elle détermine l’accès au marché. Un film sans rating n’est pas distribué par les exploitants de la National Association of Theater Owners qui détient toutes les grandes salles américaines4. Mais un film peut également se voir attribuer une classification qui le coupe du public visé, tel Comment savoir (2011), une comédie romantique qui doit ôter quelques jurons afin d’obtenir la cotation PG-13 pour toucher le large public adolescent5. Les cotations R et NC-17 posent particulièrement problème. Certains exploitants refusent de passer les films NC-17, ainsi que les bande-annonces des films NC-17 et R. La cotation conditionne l’accès aux salles, mais également aux marchés secondaires, comme la télévision. Tenue de respecter la « décence publique », la télévision demande aux studios de couper les scènes licencieuses6. Les cotations R et NC-17 font également fuir les partenaires privilégiés des producteurs, ce qui influence la campagne publicitaire et la distribution des DVD. Wal-Mart, le plus gros revendeur sur le territoire américain, a ainsi une « politique de décence » dans le choix des films devant lesquelles les mères de famille passeront quand elles font leurs courses7. À l’inverse, l’absence de nudité, de sexe et de jurons entraîne une classification G, PG, PG-13 qui ouvre les portes des grandes salles, des promotions croisées avec le secteur de l’alimentation, du merchandising, de la télévision et des supermarchés.

  • 8  Cara, op. cit.

5En présentant leurs films à la CARA, les producteurs doivent donc mettre en accord le contenu et la carrière envisagée de leur film. La CARA adopte d’ailleurs le rôle de conseiller au stade du script et du tournage8. Face à cette équation clairement établie, les producteurs de films s’adaptent par une stratégie de production qui consiste d’abord à évacuer les références sexuelles du cinéma grand public.

Pas de sexe dans cette salle

  • 9  Les classifications des films sont disponibles sur le site [IMDb.com (...)
  • 10  Epstein E., op. cit., p. 48.

6Les films PG-13 représentent 45 des 100 premiers films en salle en 2009 (IMDb) aux États-Unis9. Si l’on additionne les films G, PG et PG-13, 69 % des films les plus populaires étaient « sans nudité à caractère sexuel10 ». Ce sont principalement des films à destination des enfants (Là-haut, La Princesse et la grenouille), et des adolescents (Harry Potter, Twilight), soit des films aux héros prépubères. En termes de genre, on note la prépondérance de films d’aventures, tels Avatar ou Terminator Salvation, dans lesquels l’action prime sur les relations (humaines et sexuelles).

  • 11  Bidaud A.-M., Hollywood et le rêve américain : Cinéma et idéologie, Paris, Mas (...)
  • 12  Ibid., p. 201-202.
  • 13  Gunasekera H., Chapman S., Campbell S., « Sex and drugs in popular m (...)
  • 14  Kirby D. This Film Is Not Yet Rated (IFC, BBC, 2006).

7Il ressort de ces films une vision désincarnée du corps humain. La tradition hollywoodienne d’« effacement du biologique11 », dont fait partie la sexualité, trouve ici toute sa place. Cet effacement est autant idéologique que moral. Le contrôle du corps est à la fois celui des puritains contre leurs propres désirs et celui des pionniers contre la nature sauvage12. L’instinct, qui représente le désordre, ne doit jamais prendre le dessus. Au lendemain d’une nuit de passion, un sous-vêtement peu crédible mais prophylactique couvre donc toujours le corps des amants. De la même façon sont effacés tous les aspects concrets du sexe (contraception, préservatifs) et ses conséquences négatives (MST, SIDA, grossesses non désirées13). Tout ce qui pourrait ramener le corps à sa réalité physiologique est donc effacé au profit d’une vision romantique qui ne choquera pas le public et, surtout, qui ne déclenchera aucun débat de société. Tout aspect qui pourrait déranger est donc passé sous silence tels le plaisir féminin et les relations homosexuelles14.

  • 15  Cremieux A., « Hancock, de Peter Berg, Gueule de Black », Africultures.com, (...)

8Le corps social n’est ainsi pas représenté dans toute sa diversité. Un autre interdit reste à ce titre très présent dans le cinéma hollywoodien : les relations amoureuses entre Blancs et Noirs. Celles-ci sont impossibles voire impensables, comme dans Hancock où superhéros noirs et blancs doivent rester séparés sous peine de perdre leurs pouvoirs15. Alors que les héros afro-américains sont de plus en plus fréquents, ils doivent restreindre leur choix de compagne à la communauté noire (2012), ou latino (Je suis une légende, Honey).

9Le sexe n’a cependant pas disparu du cinéma hollywoodien. Il est présent dans une autre catégorie de film où, loin d’être un handicap, il devient facteur d’attraction.

R comme liberté

  • 16  Caïra O., op. cit., 2005, p. 166.

10Hollywood évacue le sexe de ses films PG, mais produit parallèlement des films plus osés à destination de publics ciblés. Dans les 100 premiers films en salle en 2009, 30 sont classés R. Le sexe devient l’argument de vente de ces films de niche à moindre budget. L’idée selon laquelle le sexe fait vendre n’est pas nouvelle et s’incarne très tôt dans les peep-shows des débuts du cinéma. Dans les années soixante, des films pornographiques tels Deep Throat font fureur16. Actuellement, le sexe s’épanouit dans deux types de marges : la comédie gross-out et le cinéma d’auteur.

  • 17  WENN.com, « Judd Apatow Makes Penis Promise », Hollywood.com, 17 décembre 2007 (...)

11Le gross-out est un genre jouant sur les plaisanteries ouvertement sexuelles et l’humour gras en direction des adolescents et des jeunes adultes (Mary à tout prix, Allumeuses !). Pour ces comédies, obtenir un R est un gage de qualité sur lequel le matériel publicitaire insiste ostensiblement. L’affiche de American Pie montre un jeune homme en caleçon entouré de jeunes filles tenant des objets oblongs ou la bouche grande ouverte. Au premier plan apparaît la tarte liée à une scène graveleuse qui est aussi la scène culte du film. La version DVD se présente quant à elle comme non classifiée, incluant les scènes les plus osées coupées pour le passage en salle : « Unrated, the version you couldn’t see in theaters. » Des réalisateurs se font une spécialité de ce genre. Trey Parker réalise South Park : Bigger, Longer & Uncut et inclut une longue scène de sexe osée entre marionnettes dans Team America : World Police. Judd Apatow (40 ans, toujours puceau) déclare même qu’il compte aider l’Amérique à surmonter ses blocages et décide en 2007 de « mettre à partir de maintenant un pénis dans chaque film17. »

  • 18  Bart P., « Culture’s Ready for Naked Truth. Really? », Variety, 13 décembre (...)

12Mais la représentation crue du sexe n’est pas seulement l’apanage des comédies paillardes. Le deuxième type de film où le sexe a droit de séjour est le film d’auteur, dont le rôle est, justement, aux yeux des professionnels comme du public, de proposer une vision différente, de choquer, de faire débat. Le sexe est un des éléments participant au réalisme ou au questionnement du film. Ainsi, Black Swan est un film R montrant du sexe, mais c’est surtout un film « de qualité » et un candidat aux Oscars18. La scène de sexe entre les deux ballerines a en effet pour rôle de faire évoluer, dans une atmosphère fantasmagorique, la relation entre les deux rivales. Le lien entre sexualité et débats fait également de ce type de film le lieu privilégié de la représentation homosexuelle, tel Brokeback Mountain.

13Les films hollywoodiens tendent donc à être conçus par rapport à un horizon d’attente prédéfini par les ratings, d’où une polarisation de la production entre des films grand public chastes et des films à public plus restreint où le sexe est mis en avant dans un but soit humoristique, soit artistique. Cette division dessine l’image d’un « sexuellement correct » américain : corps contrôlé, hétérosexuel et non métissé. Mais le marché américain représente à peine la moitié des recettes en salle pour les grands studios hollywoodiens et, au moment de l’exportation, ces films sont confrontés à d’autres visions du monde.

Aventures internationales

La censure cinématographique dans le monde

  • 19  Media Development Authority, « Board Of Film Censors Film Classification Guide (...)
  • 20  CNC, « Visas et classification : Composition de la commission », cnc.fr, [http (...)

14La représentation du corps est un marqueur important de différence culturelle et tout système de censure est profondément ancré dans les valeurs d’un pays. Ainsi, la classification singapourienne suit « les standards de la communauté19 », et la classification française reflète chaque « débat de société20 ». Sur le marché international, Hollywood doit faire passer ses films par une myriade de systèmes de censures différents. De nombreux pays sont actuellement passés d’un système de censure à un système de classification. Cette libéralisation, qui correspond à une évolution de la société, a eu lieu à partir des années 1960 en Europe, et des années 1990 en Asie. Les organismes délivrant les classifications sont de natures très diverses : agences étatiques dépendant des ministères de la Culture (France), de l’Information (Inde), de l’Éducation (Finlande), de la Justice (Portugal), d’associations de professionnels (Allemagne, Japon, Royaume-Uni, Pays-Bas). Si les classifications se partagent en moyenne autour de 5 catégories d’âge, la répartition peut varier selon les pays, comme le montre le tableau suivant :

Pays/âge

10

12

13

15

16

17

18

Égypte

Tous publics

Adulte

France

Tous publics

12

16

18

États-Unis

G

PG

PG-13

R

NC-17

Irlande

G

12A

15A

16

18

PG

15Dans de nombreux pays, la classification est proche de celle des États-Unis et les distributeurs peuvent compter sur une stratégie de distribution relativement similaire. L’existence de sous-catégories par médias ou par région crée cependant la confusion. La France a une classification « -10 » spécifique à la télévision. La Grande-Bretagne change parfois les classifications entre la sortie en salles et en vidéo. Au Canada et en Suisse, chaque province a un comité de classification différent.

16La constitution des comités prenant la décision est également un élément important qui varie selon les pays. La commission française comprend une trentaine de membres (fonctionnaires, professionnels du cinéma, experts, jeunes21). Au Pays-Bas, les distributeurs proposent eux-mêmes une classification, basée sur un questionnaire détaillé. Après vérification, la classification finale est donnée par un programme informatique22. En Thaïlande, la commission est composée de représentants des ministères de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur, des Affaires religieuses, des Affaires étrangères, ainsi que de militaires23.

  • 24  Brent W., « China Censors Cut Wide Swath in Film », Variety, 27 septembre 1999
  • 25  Groves D., « Asian Curry Taste for High- Brow Fare », Variety, 5 mai (...)
  • 26  CNC, « Commission de classification des œuvres cinématographiques rapport (...)

17Ces différences sont perceptibles dans la disparité des classifications d’un même film à travers le monde. Very Bad Trip (R aux États-Unis) est classé à peu près de la même façon en Irlande, en Turquie, à Hong-Kong ou encore en Argentine. Il est soumis à des coupes à Singapour et en Australie, interdit en Malaisie, mais classé 11 au Danemark et tous publics en France. Les pays pratiquant la censure la plus stricte se situent en Asie et au Moyen-Orient. Ainsi la Chine, qui n’a pas de système de classification, rejette les films contenant du sexe hors mariage, de la nudité frontale, ou de longs baisers24. La Malaisie interdit régulièrement des films tels que Romeo + Juliet en 199625. Parmi les pays occidentaux, l’Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande sont particulièrement stricts. La France se positionne à l’autre extrême, délivrant une classification « tous publics » à 91 % des films en 200926. Ces différences sont importantes pour Hollywood, car dans chaque pays la classification influe, de la même façon qu’aux États-Unis, sur l’accès au marché. Le public potentiel touché peut être restreint de façon radicale, soit par une classification forte, soit par l’interdiction de distribuer le film.

Problèmes de passeport

  • 27  Comme le montre une comparaison des 10 premiers films en salles par pays. (...)
  • 28  Ces films sont Titanic, Le Masque de Zorro, Godzilla, Independence D (...)

18Face à ces grandes disparités, la stratégie de production hollywoodienne fonctionne cependant plutôt bien. La version désincarnée des relations humaines que présentent ces films est acceptable telle quelle par une grande majorité de pays et en majorité les films en tête du box-office sont des films hollywoodiens PG et PG-13, telles les séries Twilight, Harry Potter, ou L’Âge de glace27. Cette stratégie marche aussi bien pour les régions culturellement proches, comme l’Europe ou les pays anglophones, que pour des régions éloignées, tels le Moyen-Orient ou l’Asie. Ainsi, les 10 meilleurs films en salle au Moyen-Orient entre 1986 et 2001 sont tous des films américains, dont 9 PG-1328.

  • 29  Zappei J., « Sacha Baron Cohen’s ‘Bruno’ Banned In Malaysia », huffingtonpost. (...)
  • 30  British Board Of Film Classification, « The Hangover », bbfc.com, [http://www. (...)

19Lorsque des problèmes surviennent aux frontières, ils concernent les films R. Si les comédies gross-out font rire un certain public adolescent américain, elles font grincer des dents les comités de censure asiatiques. Ces films se voient imposer de lourdes coupes, à l’instar de Mary à tout prix. Tout comme Very Bad Trip, American Pie avait été interdit en Malaisie. Les films traitant d’homosexualité, déjà relégués à l’espace du R aux États-Unis, passent souvent difficilement les frontières. Brokeback Mountain a la classification la plus haute à Singapour (R21) et aux Philippines (R18), et est interdit en Malaisie et en Chine. Alliant culture gay et humour graveleux, Bruno est interdit en Malaisie, pays où l’homosexualité entraîne de lourdes peines de prison29. Le film a également les classifications maximales à Singapour, Hong-Kong et aux Philippines. Ces problèmes ne concernent pas uniquement l’Asie. Afin d’obtenir la classification 15 en Grande-Bretagne, Very Bad Trip a dû couper une scène de fellation30. Les films à visée artistique, tels The Reader, Black Swan, ou Gran Torino,peuvent également être amenés à être classés sévèrement, coupés ou interdits du fait des sujets qu’ils abordent.

  • 31  Ammar M., « Egyptian Artists Call For Censorship End », bikyamasr.com, 23 févr (...)
  • 32  Groves D., « “Mary” Gels with Overseas Auds », Variety, 9 novembre 1998.
  • 33  Mingant N., Hollywood à la conquête du monde : Marchés, stratégies, influences(...)

20Lorsque des ajustements à la marge sont nécessaires, Hollywood a recours au montage différencié : le film est modifié par l’ajout ou la coupe de certaines scènes. Lorsque la censure est stricte, ce montage n’est pas volontaire. Afin d’obtenir la classification « tous publics » en Égypte, les films sont généralement tronqués31. Mary à tout prix a été tellement modifié en Malaisie et à Singapour que le président de Fox International déclare : « Le film n’a pas été montré dans ces pays32. » Les distributeurs devancent parfois les comités en proposant un film déjà modifié, comme pour Very Bad Trip en Grande-Bretagne. À l’inverse, les pays à culture latine sont plus tolérants en matière sexuelle. Pour leur plaire, les producteurs peuvent décider d’ajouter une scène plus osée. Ainsi, si le film Allumeuses ! se voit interdit en Malaisie, et amputé à Singapour, il se pare en Europe d’une scène musicale supplémentaire, intitulée « Chanson du pénis33 ». Ce ne sont donc pas tout à fait les mêmes films qui sont montrés sur le marché international.

21S’il est important que les films à gros budget ne rencontrent pas de problème de distribution à l’international, ceci est moins grave pour les films déjà classés R aux États-Unis : ils sont dès le départ conçus pour un public plus restreint. Et si les distributeurs tentent tout de même de les exporter, les problèmes de censure ne les prennent pas vraiment par surprise. Mais la censure ne se résume pas, loin s’en faut, au sexe.

Il n’y a pas que le sexe dans la vie !

  • 34  Ibid., p. 152.
  • 35  British Board Of Film Classification, « Angels & Demons », bbfc.com, [http://w (...)
  • 36  IMDb, « Alternative Versions for X-Men Origins: Wolverine », IMDb.com, [http:/ (...)

22Le système de classification américain est particulièrement attentif à la nudité, à la sexualité et au langage obscène. Conçus pour s’adapter à ce type de censure, les films hollywoodiens se trouvent cependant confrontés à d’autres systèmes de valeurs. La classification américaine est relativement proche des systèmes de censure asiatiques qui sont stricts sur la nudité, mais très tolérants sur la violence physique34. À l’inverse, l’Europe accepte davantage la nudité, mais fait de la violence son interdit principal. Certains films classés R aux États-Unis sont régulièrement interdits aux moins de 18 ans en Europe (L’arme fatale 4, Saw VI), ce qui coupe le film d’une part importante de son public potentiel. Les films hollywoodiens à gros budget ne sont donc pas adaptés aux sensibilités européennes dans le domaine de la violence et les distributeurs recourent au montage différencié, éliminant les scènes violentes de Anges et Démons en Grande-Bretagne35 ou de X-Men Origins en Allemagne36.

  • 37  Hiel B., « “Da Vinci” unlikely to pass Egypt censors », Tribune-Review, (...)
  • 38  BBC, « Ukraine ban for “explicit” Bruno », news.bbc.co.uk, 16 juille (...)
  • 39  « WB Pulls “Down” from South Korea », Daily Variety, 10 mars 1994.
  • 40  Mingant N., op. cit., p. 151.

23Enfin, les différences d’ordre politique sont probablement celles qui prennent les distributeurs le plus au dépourvu. La censure porte particulièrement sur deux points : la religion et la fierté nationale. C’est afin d’éviter des tensions religieuses que l’Égypte interdit Da Vinci Code, Bruce Tout-puissant et Matrix Reloaded 37. Borat est interdit en Russie, car il vilipende le Kazakhstan38. Chute libre est retiré des salles sud-coréennes, car le public s’insurge contre la brève attaque d’un commerçant asiatique39. Michael Collins et Evita déclenchent des protestations en Irlande et en Argentine. Independence Day est condamné par le Hezbollah comme de la propagande sioniste40.

24Située aux carrefours de préoccupations morales, commerciales et politiques, la censure, sous la forme adoucie des systèmes de classification, influence donc fortement les productions hollywoodiennes. Préoccupé avant tout par le sexe et les obscénités, Hollywood produit des films grand public dont la désincarnation est acceptable dans le monde entier. La sexualité est repoussée dans des catégories marginales, dans des films dont le destin est, sans grande surprise, inégal à l’étranger. Hollywood est donc davantage pris au dépourvu par d’autres aspects du terrain miné des différences culturelles (résistance face à la violence, forte susceptibilité sur la religion, fierté nationale). Si Hollywood a trouvé le ton adapté à son marché national, il est loin d’avoir trouvé le « politiquement correct universel », qui garantira une circulation sans incident de ses films à travers le monde.

Notes

1  Caïra O., Hollywood face à la censure : Discipline industrielle et innovations cinématographiques, 1915-2004, Paris, CNRS Éditions, 2005, p. 168.

2  Classification and Rating Administration (CARA), « The Movie Rating System: Its History, How It Works And Its Enduring Value », 2010, [http://www.filmratings.com/filmRatings_Cara/downloads/pdf/about/cara_about_voluntary_movie_rating.pdf], consulté le 25 mars 2011.

3  Stewart A., « Pic Board Gives a Bleep », Variety, 13 décembre 2010.

4  Epstein E., The Hollywood Economist: The Hidden Financial Reality Behind the Movies, New York, MelvilleHouse, 2010, p. 49.

5  Rich K., « Sony Recutting How Do You Know After Losing To The MPAA », cinemablend.com, 12 novembre 2010, [http://www.cinemablend.com/new/Sony-Recutting-How-Do-You-Know-After-Losing-To-The-MPAA-21716.html], consulté le 25 mars 2011.

6  Epstein E., op. cit., p. 52.

7  Epstein E., op. cit., p. 51.

8  Cara, op. cit.

9  Les classifications des films sont disponibles sur le site [IMDb.com].

10  Epstein E., op. cit., p. 48.

11  Bidaud A.-M., Hollywood et le rêve américain : Cinéma et idéologie, Paris, Masson, 1994, p. 201.

12  Ibid., p. 201-202.

13  Gunasekera H., Chapman S., Campbell S., « Sex and drugs in popular movies: an analysis of the top 200 films », Journal Of The Royal Society Of Medicine, vol. 98, octobre 2005, p. 464-470.

14  Kirby D. This Film Is Not Yet Rated (IFC, BBC, 2006).

15  Cremieux A., « Hancock, de Peter Berg, Gueule de Black », Africultures.com, [http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=7968], consulté le 25 mars 2011.

16  Caïra O., op. cit., 2005, p. 166.

17  WENN.com, « Judd Apatow Makes Penis Promise », Hollywood.com, 17 décembre 2007, [http://www.hollywood.com/news/Apatow_Makes_Penis_Promise/5018566], consulté le 25 mars 2011.

18  Bart P., « Culture’s Ready for Naked Truth. Really? », Variety, 13 décembre 2010.

19  Media Development Authority, « Board Of Film Censors Film Classification Guidelines », 2010, [http://www.mda.gov.sg/Documents/FilmClassificationGuidelines_Final2010.pdf], consulté le 25 mars 2011.

20  CNC, « Visas et classification : Composition de la commission », cnc.fr, [http://www.cnc.fr/Site/Template/T11.aspx?SELECTID=1056&ID=618&t=2], consulté le 25 mars 2011.

21  CNC, op. cit.

22  Kijkwijzer, « Classification », kijkwijzer.nl, [http://www.kijkwijzer.nl/pagina.php?id=23], consulté le 25 mars 2011.

23  U.S. Departement of State, « Country Report on Human Practices: Thailand », state.gov, [http://www.state.gov/g/drl/rls/hrrpt/2003/27790.htm], consulté le 25 mars 2011.

24  Brent W., « China Censors Cut Wide Swath in Film », Variety, 27 septembre 1999.

25  Groves D., « Asian Curry Taste for High- Brow Fare », Variety, 5 mai 1997.

26  CNC, « Commission de classification des œuvres cinématographiques rapport d’activité », cnc.fr,1er janvier 2007-31 décembre 2009, [http://www.cnc.fr/Site/Template/T1.aspx?SELECTID=3872&ID=2796&t=2], consulté le 25 mars 2011.

27  Comme le montre une comparaison des 10 premiers films en salles par pays. Source : [boxofficemojo.com].

28  Ces films sont Titanic, Le Masque de Zorro, Godzilla, Independence Day, Bean, L’Homme au masque de fer, Jurassic Park, Le Chacal, La Momie, Le Mariage de mon meilleur ami. Welkos R., Yehia R., « Death to U.S. but Not Films », Los Angeles Times, 31 octobre 2001.

29  Zappei J., « Sacha Baron Cohen’s ‘Bruno’ Banned In Malaysia », huffingtonpost.com, 28 septembre 2009, [http://www.huffingtonpost.com/2009/09/28/sacha-baron-cohens-bruno-_4_n_302456.html], consulté le 25 mars 2011. Le film a d’abord été classé NC-17 aux États-Unis.

30  British Board Of Film Classification, « The Hangover », bbfc.com, [http://www.bbfc.co.uk/BFF258100], consulté le 25 mars 2011.

31  Ammar M., « Egyptian Artists Call For Censorship End », bikyamasr.com, 23 février 2011, [http://bikyamasr.com/wordpress/?p=28301], consulté le 25 mars 2011.

32  Groves D., « “Mary” Gels with Overseas Auds », Variety, 9 novembre 1998.

33  Mingant N., Hollywood à la conquête du monde : Marchés, stratégies, influences, CNRS Éditions, 2010, p. 158.

34  Ibid., p. 152.

35  British Board Of Film Classification, « Angels & Demons », bbfc.com, [http://www.bbfc.co.uk/BFF254386], consulté le 25 mars 2011.

36  IMDb, « Alternative Versions for X-Men Origins: Wolverine », IMDb.com, [http://www.imdb.com/title/tt0458525/alternateversions], consulté le 25 mars 2011.

37  Hiel B., « “Da Vinci” unlikely to pass Egypt censors », Tribune-Review, 14 mai 2006, pittsburghlive.com, [http://www.pittsburghlive.com/x/pittsburghtrib/mostread/s_453828.html] ; US Departement of State, « Country Report on Human Practices: Egypt », state.gov, [http://www.state.gov/g/drl/rls/hrrpt/2003/27926.htm] ; Guardian, « Matrix Reloaded spiked by Egypt’s censors », guardian.co.uk, 11 juin 2003, [http://www.guardian.co.uk/film/2003/jun/11/news]. Sites consultés le 25 mars 2011.

38  BBC, « Ukraine ban for “explicit” Bruno », news.bbc.co.uk, 16 juillet 2009, [http://news.bbc.co.uk/2/hi/entertainment/8152755.stm], consulté le 25 mars 2011.

39  « WB Pulls “Down” from South Korea », Daily Variety, 10 mars 1994.

40  Mingant N., op. cit., p. 151.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540