Versione classicaVersione mobile

Au service de l'État

 | 
Jean Le Bihan

Introduction. Un objet historique ignoré : les fonctionnaires de « second rang »

Testo integrale

  • 1 Burdeau François, Histoire de l'administration française du 18e au 20e siècle, Montchrestien, éd. (...)
  • 2 Turquan Victor, Essai de recensement des employés et fonctionnaires de l'Etat, au secrétariat de l (...)
  • 3 Jourdan Jean-Paul, Du sans-grade au préfet : fonctionnaires et employés de l'administration dans l (...)
  • 4 Burguin Pascal, Une ville et ses élites au xixesiècle : Rennes (1815-1914). Economie, société, ide (...)
  • 5 Jourdan Jean-Paul, Du sans-grade au préfet..., op. cit., p. 23.
  • 6 Le Bihan Jean, « Le personnel municipal rennais au xixe siècle. Bilan d'une enquête », MSHAB, 81, (...)

1Dans son Histoire de l'administration française du 18e au 20e siècle, F. Burdeau parle d'« expansionnisme administratif1 » pour désigner le vaste mouvement d'extension de l'action publique caractéristique de l'époque contemporaine. C'est là un phénomène général, précise-t-il, qui touche « toutes les nations du monde », mais à des époques différentes. Dans le cas de la France, c'est le xixe siècle qui marque son véritable coup d'envoi. Cette mutation a bien entendu des répercussions considérables sur les moyens d'action de l'État. On peut admettre qu'elle contribue tout d'abord à « organiser » l'administration, pour reprendre un verbe fréquemment utilisé par les réformateurs du xixe siècle. Le terme, à bien l'examiner, signifie quelque chose comme structurer, rationaliser, formaliser à partir du droit. Sous sa forme substantivée, il n'est pas très éloigné de la notion de bureaucratisation telle que l'entend Weber. La seconde conséquence est l'augmentation du nombre de fonctionnaires. Les chiffres sont éloquents. Si l'on en croit la statistique de Victor Turquan, le nombre d'agents de l'État français (militaires exclus) passe d'environ 190 000 en 1846 à environ 397 000 en 18962. Il fait donc plus que doubler en un demi-siècle. Certes, dans le détail, un tel calcul est plus délicat qu'il n'y paraît, et les écarts que l'on observe entre les résultats des diverses évaluations sont là pour le rappeler3 ; le mouvement général de croissance n'en est pas moins net. Ce phénomène est du reste perceptible à d'autres échelles. Pour la ville de Rennes, par exemple, P. Burguin a pu calculer que le nombre de fonctionnaires passe de 700 à environ 1 500 entre 1851 et 18914. S'agissant des villes aquitaines, J.-P. Jourdan estime qu'il s'élève de 4 261 à 7 712 entre 1872 et 19065. Dans ces deux cas, malgré un décalage chronologique, la croissance est donc d'importance comparable, de l'ordre du doublement. Quant au personnel des collectivités, celui des communes en particulier, il connaît une augmentation sans doute plus exponentielle encore. Pour ne retenir qu'un seul exemple, le personnel des bureaux (au sens large, c'est-à-dire étendu au personnel non-ouvrier des services techniques) de la ville de Rennes, qui ne se compose que d'une douzaine d'hommes en 1830, en compte précisément 51 en 19126.

  • 7 Vivien, Etudes administratives, Guillaumin, 1845, p. 96-97.
  • 8 Cité dans Thuillier Guy, Bureaucratie et bureaucrates en France au xixe siècle, Genève, Droz, 1980 (...)
  • 9 Foch Ferdinand, Des principes de la guerre : conférences faites en 1900 à l'Ecole supérieure de gu (...)
  • 10 Day Charles R., Les Écoles d'Arts et Métiers. L'enseignement technique en France xixe-xxe siècle, (...)
  • 11 Garçon Anne-Françoise, Entre l'Etat et l'usine. L'Ecole des Mines de Saint-Etienne au xixe siècle,(...)
  • 12 Charle Christophe, Histoire sociale de la France au xixe siècle, Seuil, 1991, p. 251.

2De ces deux phénomènes, organisation d'un côté, massification de l'autre, résulte nécessairement une division plus poussée de l'activité administrative, division que la hiérarchie des grades, en bonne logique, devrait refléter. Il ne fait guère de doute, en particulier, que les fonctions subalternes (au sens latin : celles situées au-dessous des sommets de l'appareil administratif) acquièrent alors une importance nouvelle, et qu'émergent des fonctionnaires qu'on peut appeler « de second rang ». Le vocabulaire l'atteste d'ailleurs. Vivien, dans ses Etudes administratives, parle de « chefs intermédiaires » pour désigner les rédacteurs, commis principaux et sous-chefs des administrations centrales7. L'économiste Courcelle-Seneuil, lui, utilise plusieurs fois l'expression de « grades intermédiaires » dans son étude sur les carrières administratives8. Foch, enfin, dans une de ses conférences, qualifie de « chefs de grade moyen » les « commandants de régiment, de bataillon, de compagnie », entendons les colonels, commandants et capitaines9. Ce ne sont là que de menus indices, dira-t-on, de surcroît très dispersés, et il est vrai qu'ils ne sauraient tenir lieu d'une étude lexicologique approfondie ; mais leur simple existence, dans la bouche ou sous la plume de connaisseurs experts de l'administration de leur temps, est instructive. Il n'est pas moins significatif, d'ailleurs, que les historiens contemporains, contraints à leur tour, un siècle plus tard, de désigner ces fonctionnaires « de second rang », recourent exactement au même type de lexique. En témoigne, entre bien d'autres, l'histoire des professions techniques. Concluant son étude sur les écoles d'Arts et métiers, C. R. Day parle des « techniciens et ingénieurs de production » comme des représentants d'un « niveau intermédiaire10 ». De même A.-F. Garçon, pensant sans doute aux conducteurs, utilise pour les désigner l'expression de « cadres intermédiaires des Ponts et chaussées11 ». C. Charle évoque lui aussi la figure de l'« ingénieur intermédiaire12 », formule significative même si, précisons-le, elle se rapporte surtout dans son esprit aux « cadres moyens » du secteur privé. Bref, le vocabulaire en fait foi, l'existence des fonctionnaires « de second rang » va souvent de soi pour l'historien. On se dit alors que leur étude, elle aussi, tombe sous le sens.

  • 13 L'expression est d'Antoine Prost (Douze leçons sur l'histoire, Seuil, 1996, p. 226).
  • 14 Les directeurs de ministères en France (xixe-xxe siècles), Genève, Droz, 1976.
  • 15 Les préfets en France (1800-1940), Genève, Droz, 1978.
  • 16 Wright Vincent, Le Conseil d'État sous le Second Empire, Armand Colin, 1972.
  • 17 Le Clère Bernard et Wright Vincent, Les préfets du Second Empire, Armand Colin, 1973.
  • 18 Pinaud Pierre-François, Les Trésoriers payeurs généraux au xixe siècle. Répertoire nominatif et te (...)
  • 19 Chadeau Emmanuel, Les inspecteurs des Finances au xixe siècle (1850-1914), profil social et rôle é (...)
  • 20 Charle Christophe, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris (1809-1939). Dictionnaire bi (...)
  • 21 Buttoud Gérard, L'État forestier : politique et administration des forêts dans l'histoire français (...)
  • 22 Thépot André, Les ingénieurs du corps des Mines au xixe siècle, thèse, université Paris-X, 1991.
  • 23 Charle Christophe, Les Elites de la République (1880-1900), Fayard, 1987 (rééd. 2006).

3L'examen de l'historiographie administrative dément pourtant cette idée. En effet, s'il est une tendance qui la caractérise, c'est bien plutôt sa focalisation sur les élites administratives. Celle-ci, on le sait, émerge au tournant des années 1970, à la faveur du « déclin du paradigme labroussien13 » et touche aussitôt de multiples secteurs. La haute bureaucratie d'État fait ainsi l'objet de plusieurs études. On songe, entre autres, aux colloques sur les directeurs de ministères14 ou sur les préfets15, aux ouvrages de V. Wright sur le Conseil d'État16 et sur les préfets du Second Empire (ce dernier avec B. Le Clère)17. Les dirigeants des administrations financières suscitent également l'intérêt. P.-F. Pinaud se penche ainsi sur les receveurs et trésoriers-payeurs généraux18, E. Chadeau sur les inspecteurs des Finances19. Les universitaires sortent à leur tour de l'ombre, grâce à de nombreux dictionnaires biographiques, ceux de C. Charle notamment20, de même que les conservateurs des Eaux et Forêts21 et les ingénieurs des Mines22. Encore faut-il ajouter que, parallèlement, C. Charle renouvelle ce champ historiographique en délaissant l'approche monographique, pour ainsi dire exclusive jusque-là, au profit d'une démarche comparative. Dans sa thèse d'État, publiée en 1987 sous le titre Les Elites de la République (1880-1900)23, il entreprend d'identifier les flux, polarités et concurrences qui organisent en profondeur la société du temps, et réinterprète à cette fin les mécanismes d'accès aux fonctions dirigeantes en croisant l'étude des hauts fonctionnaires, des universitaires et du patronat. Par son ampleur, sa méthode, ses résultats, la thèse de C. Charle marque une étape historiographique majeure ; mais on voit que, par son objet, elle s'inscrit aussi dans une tradition déjà établie, qu'elle contribue en outre à consolider.

  • 24 Charle Christophe, « Où en est l'histoire sociale des élites et de la bourgeoisie ? Essai de bilan (...)

4Cette polarisation historiographique a de quoi intriguer. On peut cependant l'expliquer de plusieurs manières. Il est évident, en premier lieu, que la focalisation sur les élites n'est pas une spécificité de l'histoire administrative ; elle reflète au contraire une tendance de fond, qui touche alors non seulement l'histoire mais une grande partie des sciences sociales. La conjoncture scientifique et générale de la fin des années 1960, dominée par une réflexion inquiète sur la portée réelle du processus de démocratisation, est évidemment pour beaucoup dans cette inflexion24. Pour autant, il est certain que des facteurs spécifiques pèsent également. Ainsi le fait que la conservation des sources varie — considérablement, de surcroît — en fonction du grade a inévitablement des effets discriminants sur la définition des projets de recherche. Alors que certaines catégories d'agents subalternes paraissent pratiquement insaisissables, faute de documents, les hauts fonctionnaires, eux, font généralement figure de groupes « sur-documentés ». On s'étonne même, quand on sait l'abondance des sources, que certaines professions — comme les ingénieurs des ponts et chaussées — n'aient pas encore été étudiées comme elles le méritent. Enfin, on ne peut exclure que la façon dont s'est institutionnalisée la recherche en histoire administrative ait aussi joué un rôle dans ce phénomène. Il est probable, en particulier, que l'action souvent décisive des hauts fonctionnaires dans la formation des comités d'histoire ministériels, à partir des années 1970, leur présence massive ensuite dans ces organismes, ont conduit à renforcer l'intérêt pour l'histoire des grands corps, selon un mécanisme tout à fait typique de l'histoire interne.

  • 25 Serman William, Le corps des officiers sous la Deuxième République et le Second Empire, Lille, Ate (...)
  • 26 Gerbod Paul, La condition universitaire au xixe siècle. Etude d'un groupe socio-professionnel. Pro (...)
  • 27 On peut citer, parmi les très nombreux ouvrages de Guy Thuillier : La vie quotidienne dans les min (...)
  • 28 Bertinotti-Autaa Dominique, Recherches sur la naissance et le développement du secteur tertiaire e (...)
  • 29 Nicolas Gilbert, L'école normale primaire de Rennes et la première génération de normaliens en Bre (...)
  • 30 Mickeler Pierre, Les agents des régies financières au xixe siècle, thèse d'histoire du droit, univ (...)
  • 31 Métairie Guillaume, Des juges de proximité : les juges de paix. Biographies parisiennes 1790-1838,(...)
  • 32 Guillaume Pierre (dir.), La professionnalisation des classes moyennes, Talence, Maison des science (...)
  • 33 Dumons Bruno, Pollet Gilles et Saunier Pierre-Yves, Les élites municipales sous la IIIe République (...)
  • 34 Citons, entre autres, Houte Arnaud-Dominique, Le métier de gendarme national au xixe siècle, thèse (...)
  • 35 Université Paris-IV, 2000.

5Le tableau n'est cependant pas si sombre, du moins s'éclaircit-il depuis une vingtaine d'années environ. Cela ne vient pas d'un affaiblissement de l'histoire des élites, toujours vivace, mais de l'éclosion de toute une série de travaux portant sur celle des catégories moyennes ou inférieures de l'administration publique. Certes, dans les années 1980, ces catégories ne constituent pas à proprement parler une terra incognita. Plusieurs enquêtes ont déjà commencé à lever le voile sur certaines professions subalternes, les officiers par exemple25, ou les professeurs de lycée26. De même, l'entreprise d'anthropologie bureaucratique lancée par G. Thuillier dans les années 1970, qui fait presque figure d'hapax aujourd'hui, recèle-t-elle une immense quantité d'informations sur les agents de grade intermédiaire ou inférieur, en particulier sur les employés des administrations centrales27. Ce qui change, cependant, à partir des années 1980, c'est l'ampleur et la diversité des recherches. Les personnels des Postes28, de l'enseignement primaire29, des régies financières30, les juges de paix31, tous méconnus jusque-là, sortent progressivement de l'ombre. Témoin de ce renouveau, l'ouvrage collectif La professionnalisation des classes moyennes, paru en 1996, place au centre de l'analyse les agents municipaux, les inspecteurs du travail, les institutrices de classe maternelle etc.32, juste avant que B. Dumons, G. Pollet et P.-Y. Saunier ne se penchent sur le cas des élites administratives municipales, qui, si l'on tient compte de la différence d'échelle, se révèlent très proches, à bien des égards, des fonctionnaires d'État « de second rang »33. À une date plus récente encore, J.-N. Luc a ouvert un très vaste chantier sur l'histoire de la gendarmerie et des gendarmes, dont la visibilité historiographique ne cesse de s'accroître à mesure que s'achèvent les nombreuses thèses entreprises sous sa direction34. Il est impossible, enfin, de ne pas faire un sort à part à la thèse d'État de J.-P. Jourdan, soutenue en 2000 sous le titre Le personnel de l'administration dans le Sud-Ouest aquitain de la fin de l'Ancien Régime aux années 188035. Cette enquête frappe avant tout par son ampleur : tous les secteurs et toutes les professions sont étudiés, à l'échelle régionale qui plus est. Bien entendu, l'étude fine des trajectoires individuelles est dans ces conditions impossible, sinon très ponctuellement ; mais en contrepartie, la comparaison de catégories traitées séparément jusque-là et, partant, un tableau global de la vie administrative au xixe siècle se trouvent pour la première fois esquissés. On voit bien, au bout du compte, qu'un rééquilibrage historiographique est en cours. Sans que soit entamée la faveur dont jouit l'histoire des hauts fonctionnaires, l'intérêt pour les agents subalternes n'est plus douteux aujourd'hui.

  • 36 Nagle Jean, « L'officier "moyen" dans l'espace français de 1568 à 1665 », in Genet Jean-Philippe, (...)
  • 37 Cassan Michel (dir.), Les officiers « moyens » à l'époque moderne. France, Angleterre, Espagne, Li (...)
  • 38 Meyzie Vincent, Les officiers « moyens », l'État, la ville : l'identité des magistrats présidiaux (...)
  • 39 Cassan Michel, « De l'État "moderne" à ses administrateurs "moyens" », HES, 2004-4, p. 472.

6Reste l'extrême fragmentation de cette seconde génération de travaux. Le primat de la monographie en témoigne. Si toutes ces enquêtes portent à leur façon sur les fonctionnaires « de second rang », ce n'est qu'indirectement. En vérité, ce sont les particularités de chaque profession qu'elles mettent en valeur, non d'éventuels points communs, de sorte que le projet de C. Charle n'a pas encore vraiment eu d'équivalent pour d'autres niveaux de la hiérarchie administrative. En d'autres termes, à part sous l'angle méthodologique, comme on le reverra bientôt, on peut affirmer que les fonctionnaires de « second rang » n'ont pas encore émergé en tant que catégorie à part entière. L'ouverture d'un vaste chantier sur les officiers « moyens », à l'Université de Limoges, a pourtant de quoi alimenter la réflexion. Le père de cette notion, J. Nagle, définit significativement ces officiers par leur position intermédiaire dans la hiérarchie des offices, ainsi, secondairement, que dans la société36. Le thème, jugé porteur, a donné lieu à de nombreux travaux ces dernières années : un colloque en 1997, deux numéros spéciaux des Cahiers du centre de recherches historiques, en 1999 et en 2001, un ouvrage collectif en 2004 aussi, dans Histoire, Economie et Société37, et même une thèse38... Le sujet est pourtant loin d'être épuisé39.

7En comparaison, il faut reconnaître que l'histoire contemporaine, celle du xixe siècle en particulier, fait pâle figure. Il y a là un écart manifeste, et c'est à le corriger que le présent ouvrage voudrait contribuer. Dans la France du xixe siècle, peut-on dire que ces fonctionnaires de « second rang » forment une catégorie — entendons : autre qu'heuristique —, c'est-à-dire qu'ils ont une unité et même, peut-être, une identité propre ? Telle est la question centrale à laquelle ce livre voudrait essayer de répondre. Un chapitre préliminaire servira à cerner ce groupe, qui, à ce stade, ne constitue encore qu'une simple hypothèse de travail ; il s'agira d'en prendre la mesure, à la fois conceptuellement, méthodologiquement et historiquement. Cette tâche effectuée, nous nous efforcerons de déterminer les caractères de ces fonctionnaires « de second rang » en les étudiant successivement sous trois angles, dans l'ordre où ceux-ci ont émergé dans l'historiographie : leur « condition », pour reprendre un terme fréquent à l'époque, leurs carrières, enfin leurs comportements, envisagés spécialement à travers le rapport à l'ordre.

Note

1 Burdeau François, Histoire de l'administration française du 18e au 20e siècle, Montchrestien, éd. 1994, p. 108.

2 Turquan Victor, Essai de recensement des employés et fonctionnaires de l'Etat, au secrétariat de la société d'économie sociale, 1899, p. 5-8.

3 Jourdan Jean-Paul, Du sans-grade au préfet : fonctionnaires et employés de l'administration dans les villes de l'Aquitaine (1870-1914), Talence, Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine, 1994, p. 20.

4 Burguin Pascal, Une ville et ses élites au xixe siècle : Rennes (1815-1914). Economie, société, identité, thèse, université Rennes 2, 2003, p. 162.

5 Jourdan Jean-Paul, Du sans-grade au préfet..., op. cit., p. 23.

6 Le Bihan Jean, « Le personnel municipal rennais au xixe siècle. Bilan d'une enquête », MSHAB, 81, 2003, p. 437-438.

7 Vivien, Etudes administratives, Guillaumin, 1845, p. 96-97.

8 Cité dans Thuillier Guy, Bureaucratie et bureaucrates en France au xixe siècle, Genève, Droz, 1980, p. 351-352.

9 Foch Ferdinand, Des principes de la guerre : conférences faites en 1900 à l'Ecole supérieure de guerre, Berger-Levrault, 1918, p. 279.

10 Day Charles R., Les Écoles d'Arts et Métiers. L'enseignement technique en France xixe-xxe siècle, Belin, éd. française 1991, p. 350.

11 Garçon Anne-Françoise, Entre l'Etat et l'usine. L'Ecole des Mines de Saint-Etienne au xixe siècle, Rennes, presses universitaires de Rennes, 2004, p. 195.

12 Charle Christophe, Histoire sociale de la France au xixe siècle, Seuil, 1991, p. 251.

13 L'expression est d'Antoine Prost (Douze leçons sur l'histoire, Seuil, 1996, p. 226).

14 Les directeurs de ministères en France (xixe-xxe siècles), Genève, Droz, 1976.

15 Les préfets en France (1800-1940), Genève, Droz, 1978.

16 Wright Vincent, Le Conseil d'État sous le Second Empire, Armand Colin, 1972.

17 Le Clère Bernard et Wright Vincent, Les préfets du Second Empire, Armand Colin, 1973.

18 Pinaud Pierre-François, Les Trésoriers payeurs généraux au xixe siècle. Répertoire nominatif et territorial, Editions de l'Erudit, 1983 et Les Receveurs généraux des Finances 1790-1865. Répertoire nominatif et territorial, Genève, Droz, 1990.

19 Chadeau Emmanuel, Les inspecteurs des Finances au xixe siècle (1850-1914), profil social et rôle économique, Economica, 1986.

20 Charle Christophe, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris (1809-1939). Dictionnaire biographique, CNRS-INRP, 1985-86. Avec Eva Telkes : Les professeurs du Collège de France (1901-1939), CNRS-INRP, 1988 et Les professeurs de la faculté des sciences de Paris (1901-1939), Paris, CNRS-INRP, 1989. Avec Régine Ferré : Le personnel de l'enseignement supérieur en France aux xixe et xxe siècles, CNRS, 1985. De Christophe Charle, voir aussi La République des Universitaires 1870-1940, Seuil, 1994.

21 Buttoud Gérard, L'État forestier : politique et administration des forêts dans l'histoire française contemporaine, thèse d'État de science politique, université Nancy 2, 1983.

22 Thépot André, Les ingénieurs du corps des Mines au xixe siècle, thèse, université Paris-X, 1991.

23 Charle Christophe, Les Elites de la République (1880-1900), Fayard, 1987 (rééd. 2006).

24 Charle Christophe, « Où en est l'histoire sociale des élites et de la bourgeoisie ? Essai de bilan critique de l'historiographie contemporaine », Francia, 1991-3, p. 127.

25 Serman William, Le corps des officiers sous la Deuxième République et le Second Empire, Lille, Atelier de reproduction des thèses, 1979.

26 Gerbod Paul, La condition universitaire au xixe siècle. Etude d'un groupe socio-professionnel. Professeurs et administrateurs de l'enseignement secondaire public de 1842 à 1880, Presses universitaires de France, 1965.

27 On peut citer, parmi les très nombreux ouvrages de Guy Thuillier : La vie quotidienne dans les ministères au xixe siècle (Hachette, 1976), Bureaucratie et bureaucrates..., op. cit.. Quelques articles précurseurs méritent aussi d'être évoqués : « Sur la vie quotidienne des bureaux de ministère au xixe siècle » (RA, 161, 1974, p. 425-434), « Pour une histoire du quotidien administratif au xixe siècle » (RA, 171, 1976, p. 247-252), « Pour une histoire des gestes des fonctionnaires des ministères au xixe siècle » (RA, 1978, p. 18-30).

28 Bertinotti-Autaa Dominique, Recherches sur la naissance et le développement du secteur tertiaire en France : les employés des P.T.T. sous la IIIe République, thèse, université Paris 1, 1984. RICHEZ Sébastien, Le développement des Postes au xixe siècle : acculturation des Français, implantations et mutations des infrastructures des personnels par l'illustration de la Normandie 1830-1914, thèse, université de Caen, 2002.

29 Nicolas Gilbert, L'école normale primaire de Rennes et la première génération de normaliens en Bretagne : 1831-1852, thèse, université Paris-IV, 1992.

30 Mickeler Pierre, Les agents des régies financières au xixe siècle, thèse d'histoire du droit, université Paris 12, 1994.

31 Métairie Guillaume, Des juges de proximité : les juges de paix. Biographies parisiennes 1790-1838, Paris, L'Harmattan, 2004. Petit Jacques-Guy (dir.), Une justice de proximité : la justice de paix 1790-1958, Presses universitaires de France, 2003.

32 Guillaume Pierre (dir.), La professionnalisation des classes moyennes, Talence, Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine, 1996.

33 Dumons Bruno, Pollet Gilles et Saunier Pierre-Yves, Les élites municipales sous la IIIe République des villes du sud-est de la France, CNRS, 1997.

34 Citons, entre autres, Houte Arnaud-Dominique, Le métier de gendarme national au xixe siècle, thèse, université Paris-IV, 2006.

35 Université Paris-IV, 2000.

36 Nagle Jean, « L'officier "moyen" dans l'espace français de 1568 à 1665 », in Genet Jean-Philippe, L'État moderne : Genèse, CNRS, 1990, p. 163-174.

37 Cassan Michel (dir.), Les officiers « moyens » à l'époque moderne. France, Angleterre, Espagne, Limoges, presses universitaires de Limoges, 1998. « Officiers "moyens" (I) », cahiers du centre de recherches historiques, 23, 1999. « Officiers « moyens « (II). Officiers royaux et officiers seigneuriaux », ibid., 27, 2001. Cassan Michel (dir.), Offices et officiers « moyens » en France à l'époque moderne. Profession, culture, Limoges, presses universitaires de Limoges, 2004. « État et administrateurs de rang moyen à l'époque moderne », HES, 2004-4.

38 Meyzie Vincent, Les officiers « moyens », l'État, la ville : l'identité des magistrats présidiaux dans le Limousin et le Périgord 1665-vers 1810, thèse, université de Limoges, 2004.

39 Cassan Michel, « De l'État "moderne" à ses administrateurs "moyens" », HES, 2004-4, p. 472.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search