Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Régimes nationaux d’altérité

 | 
Paula López Caballero
, 
Christophe Giudicelli

Première partie. Les archives de l’altérité. Musées, collections, encyclopédies

Des barbares à Pompéi ! Invention d’une généalogie nationale et invisibilisation des Indiens Vallées Calchaquíes, fin xixe siècle

Christophe Giudicelli

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce travail a pour objectif d’attirer l’attention sur un des dilemmes fondateurs du régime positiviste-libéral du dernier quart du xixe argentin : celui de la place à accorder à l’élément indien dans la construction de l’État-nation. Un État-nation résolument tourné vers le progrès et la modernité, à l’image des principales métropoles de l’époque, occupé à conquérir militairement les territoires indiens autonomes du sud et du nord-est du Pays, à faire disparaître toute trace de « barbarie » indienne mais néanmoins soucieux d’ancrer sa légitimité « américaine » dans une profondeur historique antérieure à la conquête espagnole.

Cette tension entre d’une part la volonté de faire disparaître les « Sauvages » – appliquée avec zèle à travers les campagnes militaires de la tristement célèbre « Conquête du Désert » au sud du pays et dans le Chaco – et d’autre part la recherche d’une ascendance autochtone acceptable ...

Auteur

Christophe Giudicelli est maître de conférences en histoire à l’université Rennes 2 et chercheur CNRS au CERHIO UMR 6258/équipe CHACAL. Il est directeur éditorial de la revue Nuevo Mundo Mundos Nuevos et il co-dirige l’équipe CHACAL. Spécialiste des frontières de l’Amérique coloniale (Mexique et Argentine) et plus particulièrement des guerres indiennes, il travaille actuellement sur les logiques de transformation scientifique des classifications coloniales dans la pratique historique et anthropologique à partir de la seconde moitié du xixe siècle. Il est l’auteur de Géopolitique de la guerre des Tepehuanes (Paris, université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, 2003), a dirigé Clasificaciones coloniales y dinámicas sociopolíticas en las fronteras de las Américas (México, CEMCA – El Colegio de Michoacán, 2011) et co-dirigé La Indianización. Cautivos, renegados, misioneros y « hommes libres » en los confines americanos (Siglos XVI-XVIII) (Madrid, Doce Calles, 2013).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540