Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la Hongrie médiévale. Tome II

 | 
Pál Engel
, 
Gyula Kristó
, 
András Kubinyi

Glossaire

Texte intégral

1Ban (en latin banus) : nom donné au prince chargé de gouverner les provinces du Sud. Il s’agissait d’un représentant du roi, qui, sur la base du mandat issu de ce dernier, exerçait l’autorité administrative sur plusieurs comitats avec des pouvoirs militaires et judiciaires considérables. On trouvait des bán en Croatie, en Slavonie, à Macsó et dans le Szörény. Au xve siècle, ce sont des bán qui dirigeaient les territoires de Jajca, de Szebermk et de Nándorfehérvár, situés sur la zone d’affrontements entre les Ottomans et les Hongrois. C’est également un ban qui dirigea la Bulgarie du Nord, pour un temps hongroise dans les années 1360.

2Baron (en latin baro) : nom donné aux membres de l’élite séculière hongroise. Au début, le terme baron désignait non seulement les principaux dignitaires, mais également les ispán ; mais à partir de la deuxième moitié du xive siècle le concept de baron se précise et ce même terme ne désigne plus que les détenteurs des quinze principales dignités, dits « véritables barons ». Ils allaient au combat sous leur propre drapeau. Leur titre officiel était magnificus. Ils étaient membres du conseil du roi. Au xve siècle, la notion de baron s’élargit à nouveau et le titre de magnificus fut attribué également à de grands propriétaires fonciers qui ne détenaient pas de dignités. Ceux-ci étaient dits barons « naturels » ou encore « barons proprement dits ». En 1498, ils étaient 41 personnes (autrement dit familles) énumérés nominativement en tant qu’aristocrates ou magnats.

3Bourgade agricole (en latin oppidum) : forme spécifiquement hongroise de développement urbain, intermédiaire entre la ville et le village, qui s’est mise en place au xive siècle. Juridiquement ses habitants sont des tenanciers dépendant d’un seigneur. mais les relations sociales au sein de la bourgade diffèrent de celles régnant dans le village. Le seigneur avait intérêt au maintien d’une « bourgade » agricole (lieu de marché, centre commercial d’une certaine aire), dont les habitants lui payaient l’impôt en bloc et bénéficiaient de la liberté de mener à leur guise leurs activités économiques.

4Comitat (en latin comitatus, en hongrois megye) : unité territoriale médiévale de niveau intermédiaire. À la fin du xiiie siècle l’autorité royale, qui jusqu’alors avait été prépondérante dans les comitats, s’affaiblit et les comitats furent réorganisés. À partir du début du xive siècle, le comitat nobiliaire se généralisa : d’une part, il restait sous autorité royale, incarnée par l’ispan qui se trouvait à sa tête et qui était nommé par le roi, mais en même temps il laissait une place à l’autonomie des nobles locaux par l’intermédiaire des szolgabiro (en latin iudices nobilium). Avec le temps, c’est le pôle représenté par l’autogestion nobiliaire qui finit par l’emporter.

5(Comte) palatin (en latin palatinus, en hongrois nador) : le plus haut dignitaire de la Hongrie. Le palatin était le substitut du roi ; ses mandats furent précisés par les lois palatines de 1485. Il exerçait son activité judiciaire en province dans la première moitié du xive siècle, puis plus tard à la cour royale.

6Corporation (en latin fraternitas), appelée au Moyen Âge métier : organisation (non sans dimension religieuse) destinée à défendre les intérêts des personnes exerçant la même profession. Leur existence est attestée en Hongrie à partir de la deuxième moitié du xive siècle. Elles ont participé aux luttes pour le pouvoir à l’intérieur des villes mais, en Hongrie, elles n’ont guère été en mesure de s’emparer définitivement du gouvernement des villes

7Familier : Forme hongroise du vassal. Jusqu’au xive siècle, cette institution revêtait un caractère familial. Les droits et les devoirs du familier n’étaient que rarement consignés par écrit : la Hongrie ne connut pas la naissance d’un droit de propriété des vassaux. À partir de la fin du xve siècle les vassaux prirent le nom de servitor, le rapport qui les rattachait au seigneur devint plus rigide. Les conditions et les obligations étaient déterminées par contrat.

8Honor « dignité » : Système de gouvernement des rois de la dynastie angevine. Les souverains confiaient à leurs partisans non seulement une dignité (à la cour, à la tête d’un territoire, en tant qu’ispán du comitat) mais aussi, pour une période déterminée (au gré du roi), une propriété représentant un pouvoir réel (un château) qui lui permettait de couvrir les frais liés à sa dignité. L’honor ne faisait pas partie des propriétés proprement dites de celui qui le détenait, il en avait seulement l’usufruit. Ce système, à l’exception de quelques dignités, disparut à la fin du xive siècle.

9Ispán (en latin cornes) : le responsable d’un comitat. Il était nommé par le roi, alors que les ispán des principautés l’étaient par son représentant, le ban ou le voïvode. À partir du milieu du xive siècle, les ispán font partie des barons. Sous la dynastie des Anjou, ils bénéficient des honor. Suite à la mise en place du comitat nobiliaire, leurs compétences en matière judiciaire furent reprises par le tribunal du comitat.

10Juge du royaume (en latin iudex curiae regiae, en hongrois országbiró) : l’une des principales dignités de Hongrie. À la différence de ce qu’exprime le nom latin, il est, comme l’indiquent les appellations hongroise et française, le juge de tout le pays. Cette dignité à été détenue par les membres des familles hongroises les plus prestigieuses

11Nobles, noblesse moyenne (en latin nobiles regni, en hongrois köznemes) : nom donné à la couche sociale possédant des seigneuries composées d’au moins dix tenures et inférieures à 1 000 tenures. Grossièrement elle comprend moins de 20 % de la population noble totale. Cete « classe moyenne » a joué un rôle essentiel dans l’histoire de la Hongrie face au pouvoir royal et face à l’aristocratie des barons.

12Nobles inférieurs : couche sociale particulièrement nombreuse. Les nobles inférieurs ne disposaient que d’une à deux tenures mais ils disposaient des privilèges fiscaux de la noblesse.

13Tenancier (en latin iobaggio, du hongrois jobbagy) : nom d’ensemble donné à la population paysanne des villages de Hongrie qui était soumise au seigneur foncier. Aux xiie-xiiie siècles, il s’agissait d’une couche extrêmement hétérogène, qui émergera en tant que population paysanne aux xiiie-xive siècles suite à son homogénéisation et à l’élévation de son niveau social. Pendant la plus grande partie de cette période elle bénéficiait du droit de déplacement et d’héritage, payait ses impôts pour l’essentiel en argent, pour une part plus limitée en nature. À l’intérieur de cette couche sociale, jouissant de droits analogues, il se produisit une stratification considérable, qui aboutit à mettre en place un éventail de statut allant de l’ouvrier agricole ne possédant rien au riche paysan.

14Tenure (latin curia, fundus, porta, sessio) : le principal attribut du paysan. Il s’agit de la terre sur laquelle le paysan n’a pas de titre de propriété, mais dont il a l’usage et qu’il a le droit de léguer. La vie et l’activité économique du paysan se déroulent sur sa tenure, qui sert en même temps d’unité de mesure fiscale. La tenure se compose en général de deux parties, un petit terrain utilisé comme jardin à l’intérieur du village et un terrain extérieur, d’une surface de 30-40 arpents, en marge du village, destiné principalement aux cultures et aux pâturages.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540