Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Histoire de la Hongrie médiévale. Tome II

 | 
Pál Engel
, 
Gyula Kristó
, 
András Kubinyi

Quatrième partie. La crise hongroise sous les Jagellons, 1490-1526

Chapitre X. La montée des périls

Texto completo

La marche au désastre, le règne de Louis II

Une Hongrie isolée : 1516-1526

1L’accession au trône de Louis II, qui était âgé de dix ans, ouvrit la porte à un renforcement des influences étrangères en Hongrie. Vladislas II avait désigné l’empereur Maximilien et le roi de Pologne Sigismond comme tuteurs de son fils, avec la restriction que dans la pratique la véritable tutelle devait être exercée par l’archevêque d’Eszetergom, Bakócz, l’ancien trésorier Jean Bornemizsa, le capitaine du guet de Buda et l’ispán de Pozsony ainsi que Georges de Brandebourg. Le margrave Georges était issu de la branche de Brandebourg-Ansbach. C’était le fils de la sœur de Vladislas II et de Sigismond de Brandebourg. Après la mort de Jean Corvin, c’est le margrave, qui, par sa femme, avait hérité de la fortune des Hunyadi, et était devenu l’un des principaux propriétaires du pays. Ce qui vint compliquer la situation, ce fut que son frère était le grand maître de l’ordre Teutonique, Albert de Brandebourg, le grand perdant du sommet de Vienne de 1515, en conflit ouvert avec l’empereur lequel s’était réconcilié avec son oncle, le roi de Pologne. Même si les ordres hongrois n’avaient jamais accepté le principe d’une tutelle étrangère, il n’était pas possible d’éviter totalement les influences germano-polonaises.

2En Germanie, le petit-fils de l’empereur, Charles, atteignit sa majorité en 1515. Il prit la régence des territoires bourguignons. Contrairement à la politique anti-française menée par son grand-père, Maximilien, il était partisan d’un accord avec les Français. En 1516 mourut l’autre grand-père de Charles, Ferdinand le Catholique, roi d’Aragon, de sorte que le jeune souverain Habsbourg put s’emparer de l’Espagne qui à l’époque comprenait également Naples. Or cela touchait de près la France qui se trouvait encerclée par les possessions des Habsbourgs. C’est peut-être pour éviter que ces oppositions n’explosent que l’idée de croisade contre les Turcs émergea de nouveau. C’était un ancien plan de Léon X. Maximilien, malgré son âge avancé, se préparait toujours à combattre les Ottomans et en 1518 cet objectif n’était pas loin de se réaliser. L’empereur, comme à son accoutumée, avait élaboré un projet concret et, à l’assemblée de l’Empire de 1518 tenue à Augsbourg, le légat pontifical, le cardinal de Vio (alias Cajetanus), proclama la nécessité d’une croisade.

3À l’assemblée d’Augsbourg il fut également question de la succession de Maximilien. L’empereur avait commencé dès 1517 les préparatifs pour l’élection de son petit-fils Charles, c’est-à-dire qu’il avait commencé à acheter les princes électeurs pour cet objectif. Le roi de Pologne Sigismond, tuteur de Louis, qui en tant que roi de Bohême était aussi prince électeur, promit de voter pour Charles au nom de son neveu. Mais tous ces efforts échouèrent, dans la mesure où le pape – suivant en cela la politique séculaire du Saint-Siège – ne voyait pas d’un bon œil la réunification de Naples avec le Saint-Empire romain germanique.

4L’empereur mourut le 12 janvier 1519, ce qui souleva aussitôt un problème considérable. Parmi les candidats au titre impérial, outre Charles, il y avait le roi de France François Ier, lequel entendait ainsi se débarrasser de la menace d’encerclement que faisaient peser sur la France les Habsbourgs. Les deux candidats s’efforçaient par l’intermédiaire de leurs ambassadeurs de gagner les princes électeurs à leur cause, ce qui dans la pratique revenait à acheter leurs voix. Il en découla un drôle de jeu dans lequel fut impliqué le jeune Louis. En effet en 1515, à l’occasion du contrat de mariage Jagellon-Habsbourg, Maximilien avait adopté Louis II, il l’avait fait vicaire de l’Empire et il l’avait aussi reconnu comme héritier de l’Empire, c’est pourquoi la candidature de Louis II au titre impérial était envisageable. Louis II était aussi roi de Bohême. Le premier à défendre les intérêts du jeune roi fut le margrave Georges de Brandebourg qui menait une politique à double face. Son frère, le grand maître de l’ordre Teutonique, était favorable à la candidature française, plus réaliste, puisqu’il attendait un soutien de François Ier face aux Polonais. Werbőczy alors responsable de l’ambassade ordinaire hongroise auprès du pape et de Venise (pour discuter de l’éventuelle guerre contre l’Empire ottoman ou de la paix) reçut mandat de tenter d’obtenir, sur la base du document délivré par Maximilien, des soutiens diplomatiques à la candidature hongroise. Bien que l’historiographie hongroise présente le projet de candidature de Louis II comme naïf, celui-ci n’était pourtant pas dépourvu de fondement. L’électeur saxon, par exemple, sous certaines conditions, se déclara prêt à lui donner son soutien.

5En Italie Werbőczy s’entendit dire que les engagements de Maximilien n’avaient aucune valeur juridique – le pape était plutôt favorable à la candidature française – alors même que les ambassadeurs autrichiens à Buda obtenaient, en soudoyant les responsables hongrois, que Louis s’engage à soutenir la candidature de Charles. Bien que l’ambassade des ordres tchèques eût à nouveau soulevé la question de la candidature de Louis, surtout en promettant la voix de la Bohême, Georges de Brandebourg finit par voter pour Charles au nom de Louis, roi de Bohême. En tant que tuteur, Sigismond n’avait pas droit de vote, car il n’était pas prince de l’Empire. Les princes électeurs furent achetés par les hommes de Charles à l’aide de l’argent fourni par la banque Fugger.

6Le nouveau maître de l’Empire détenait un pouvoir comme il n’y en avait jamais eu mais il était toutefois confronté à de nombreuses difficultés. L’une d’entre elle était la Réforme luthérienne. Déjà l’assemblée de l’Empire tenue à Augsbourg en 1518 avait abordé la question. Elle devait revenir régulièrement à l’ordre du jour. Charles V avait hérité bien sûr de Maximilien les terres ancestrales des Habsbourgs, les provinces autrichiennes, où, après la mort de l’Empereur, les ordres s’étaient emparés du pouvoir, après avoir chassé les officiers du prince. Léon X travaillait avec les Français à la mise en place d’un nouveau bloc tourné contre l’Empereur mais, en 1521, il finit par se mettre d’accord avec Charles. Le conflit entre la France et les Habsbourgs, à l’été 1521, aboutit à des hostilités répétées même si au début elles ne se manifestèrent que sur des fronts secondaires. Au printemps de la même année l’empereur parvint à écraser une révolte en Espagne. Les insurgés voulaient rétablir sur le trône la mère de l’Empereur, Jeanne la Folle. Charles était aussi confronté à des difficultés permanentes dans l’ouest du bassin méditerranéen. Bien que l’Espagne possédât bien des points d’appui sur les côtes d’Afrique du Nord, les pirates musulmans, algériens et tunisiens, ne cessaient de menacer les rivages espagnols et l’Italie du Sud. Le chef des pirates, Haïreddine Barbarossa, réussit même à fonder en Afrique du Nord un état vassal de l’Empire ottoman.

7Conformément à l’accord de Vienne, Ferdinand, frère de Charles, épousa Anne Jagellon, la sœur de Louis II. L’empereur était excessivement occupé par les conflits en Espagne et en Italie ; c’est pourquoi il donna à son jeune frère les provinces héréditaires et lui confia également la régence dans les affaires de l’Empire. À l’occasion du tribunal d’exception de 1522, Ferdinand fit exécuter les chefs des ordres autrichiens et rétablit le pouvoir du prince. Les relations entre Charles et Ferdinand n’étaient cependant pas des plus harmonieuses. Ferdinand, lors de la guerre contre les Français, aurait voulu obtenir un royaume en Italie et éventuellement le titre de roi des Romains, projets que son frère n’était pas, à cette époque, disposé à soutenir.

8En Europe du Centre-Est, les rapports entre l’ordre Teutonique et la Pologne étaient une source permanente de conflit. En 1515 le grand maître avait perdu le soutien de l’Empire, il s’allia donc en 1517 avec Moscou contre les Polonais. Finalement, après de longs préparatifs, Albert de Brandebourg lança au cours de l’hiver 1519-1520 la guerre contre la Pologne. Les Polonais eurent de meilleurs résultats sur le terrain militaire mais, pas plus que leurs adversaires, ils ne réussirent à emporter une victoire décisive et finirent, en 1521, par conclure un armistice pour quatre ans. Les Polonais n’en avaient pas moins à redouter constamment une attaque de la part des chevaliers. Entre-temps, la politique philopolonaise des Habsbourgs avait suscité le mécontentement du grand maître. Dans ce contexte, la Hongrie eut à jouer un rôle clé entre les chevaliers et la Pologne. Louis II était tout aussi parent du roi de Pologne que les frères Brandebourg. L’un des frères du grand maître n’était pas seulement l’un des hommes de confiance les plus proches du roi de Hongrie, il entretenait également des relations amicales avec l’épouse de Louis : c’est ainsi que Marie de Habsbourg fit du troisième des frères, Guillaume de Brandebourg, son chambellan. L’idée faisait son chemin qu’Albert de Brandebourg assurerait le commandement des troupes dans la guerre imminente contre les Ottomans. En 1524 Albert fit des démarches pour que Louis II fût élu roi des Romains, mais en vain. C’était là un titre auquel Ferdinand de Habsbourg aspirait lui aussi. Entre-temps l’Empereur avait consolidé ses positions, dans la mesure où Léon X était mort en 1521 et avait été remplacé par le précepteur de Charles Quint (Adrien VI, 1522-1523). Ce pape, qui venait des Pays-Bas, ne tarda pas à mourir ; son successeur fut Clément VII (1523-1534), neveu de Léon X, un Médicis. Le nouveau pape, notamment à cause de Florence, était plutôt intéressé par la politique italienne. Adrien VI s’était associé à une coalition anti-française rassemblant l’Empereur, l’Angleterre, Venise et le Saint-Siège, mais son successeur, qui avait été élu pape en tant que cardinal du parti de l’Empire, usa de toute son autorité pour promouvoir la paix. Fin 1524, les succès initiaux de François Ier, obligèrent le pape à contracter une alliance avec lui, mais ils s’avérèrent éphémères : à Pavie, en février 1525, François Ier non seulement perdit la bataille, mais fut fait prisonnier par les troupes de l’Empereur.

9Charles Quint était en Espagne quand il fut informé de la victoire de ses généraux et le roi prisonnier fut rapidement emmené à Madrid. Mais l’empereur ne réussit pas à tirer tous les bénéfices de sa victoire. L’Angleterre – en échange d’une contrepartie financière – conclut aussitôt avec la France une paix séparée, pour empêcher que Charles Quint ne renforce excessivement ses positions. François Ier signa la paix de Madrid d’après laquelle la France aurait dû remettre à l’Empereur la Bourgogne. Mais de retour à Paris il refusa de tenir ses engagements et, le 22 mai 1526, il forma avec le pape, Venise, Florence ainsi que le prince Sforza de Milan la Ligue de Cognac tournée contre l’Empereur.

10Les états européens étaient trop occupés par leurs oppositions internes pour pouvoir réfléchir au péril turc. En 1525, la Pologne se vit débarrassée de son adversaire traditionnel, l’ordre des chevaliers Teutoniques. En effet, grâce à la médiation de la diplomatie hongroise, la paix fut signée entre la Pologne et la Prusse : le grand maître Albert de Brandebourg fit allégeance en qualité de prince séculier de Prusse à son oncle le roi de Pologne. La Prusse cessa d’être un état ecclésiastique pour devenir une principauté séculière. Le prince Albert se convertit au luthérianisme et se maria. Ce n’est pas un hasard si le roi Louis et l’archevêque d’Esztergom Ladislas Szalkai le félicitèrent pour son mariage. Mais les Habsbourgs, avec leur catholicisme rigoureux, ne voyaient pas d’un bon œil ni le ralliement d’Albert au luthéranisme ni son serment d’allégeance.

La Hongrie et l’Empire ottoman jusqu’à la campagne de Mohács

11Le sultan Selim était très occupé par ses guerres contre le chah de Perse et contre le sultan mamelouk égyptien. Les commandants turcs des frontières attaquèrent à plusieurs reprises la Hongrie. Il est vrai que les Hongrois faisaient de même. De nouveau des pourparlers de paix eurent lieu entre les deux pays, mais, comme Léon X voulait la guerre contre les Turcs, il veilla à empêcher la conclusion d’un armistice. Entre-temps, le sultan gardait en otage Barnabé Bélai, bán de Szörény, ambassadeur de Hongrie, l’amenant même avec lui dans ses campagnes militaires. En contrepartie, les Hongrois prirent en otage l’ambassadeur turc qui séjournait en Hongrie. Enfin, le 28 mars 1519, Louis conclut avec Selim un armistice pour trois ans valable à partir du 1er mai. D’autres puissances chrétiennes furent comprises dans le traité d’armistice : Charles roi d’Espagne et son frère, le roi de Pologne, etc. D’après ce texte, les autres pays avaient un an pour s’associer à l’armistice. Au cas où ils ne le feraient pas, et si les Ottomans entendaient les attaquer, leurs troupes ne pouvaient traverser le territoire hongrois à l’insu du roi.

12L’armistice ne signifiait cependant pas l’interruption de tous les combats. Au printemps 1520, le bán de Croatie-Slavonie, l’évêque Pierre Beriszló, périt dans une escarmouche avec des unités turques. Et surtout il fut bref. Il fut interrompu officiellement, avec la mort du sultan Selim le 22 septembre 1520. C’est son fils Soliman Ier (1520-1566) qui lui succéda. La mort du monarque ayant signé l’armistice revenait à l’invalider, ce que Louis n’ignorait pas. L’ambassadeur du sultan envoya à Buda le traité pour le renouveler. Il arriva en Hongrie au mois de décembre. Le chaouch Behram ne reçut pas de réponse et comme le sultan avait fait Bélai prisonnier, il fut lui aussi appréhendé. En mai 1521, le sultan partit en guerre contre la Hongrie avec toute son armée.

13Nous n’avons malheureusement pas de données précises, mais nous ne pouvons pas ignorer l’éventualité suivante. Il est probable que les conditions de l’armistice n’aient pas différé de celles du texte signé avec Selim et ne prévoyaient pas l’autorisation de passage par le territoire hongrois pas plus que le paiement d’un tribut. Il ne faut pas non plus oublier que l’armistice n’empêchait guère les agressions turques, puisque Beriszló en avait été victime quelques mois auparavant. La Hongrie était également consciente que lors des longs armistices, la région des châteaux frontaliers avait été ravagée ; l’approvisionnement des châteaux, notamment Jajca, en nourriture et en armes n’était possible qu’avec un soutien militaire. La réponse à Behram a sans doute aussi été retardée par l’attente d’une assistance éventuelle. Mais l’expédition turque de mai 1521 montre que Soliman avait passé l’hiver à préparer la guerre : il est probable qu’il n’avait pas voulu l’armistice et qu’il ait seulement tenté d’endormir la vigilance des Hongrois.

14Dès le début du mois de juillet les Ottomans encerclèrent Nándorfehérvár (Belgrade). Certaines unités occupèrent plusieurs châteaux des environs, Szabács, Zimony… puis, le 1er août, elles entreprirent le siège de la ville. Le 29 août la garde fut obligée de se rendre et de remettre le château à l’ennemi. Le sultan retourna rapidement chez lui. La chute de Nándorfehérvár eut des effets catastrophiques. La principale fortification de la ligne externe de défense du système établi par Mathias était désormais tenue par les Turcs, rompant ainsi la chaîne de châteaux qui, pendant un demi-siècle, avait protégé le pays : la route était ouverte.

15Indiscutablement, des erreurs avaient été commises dans la mobilisation des forces militaires hongroises. Outre les régiments bannerets, il fallait que la mobilisation nobiliaire se mette en route : l’armée hongroise ne se mit en route que dans la dernière semaine d’août, de sorte qu’elle ne put arriver devant Nándorfehérvár. Elle était stationnée pratiquement à l’endroit où elle se trouvera cinq ans plus tard, en 1526, dans la région de Báta et de Mohács. Cela s’explique sans doute par des raisons pratiques. Une grande armée doit toujours faire face à des difficultés alimentaires or avant la récolte la tâche de l’approvisionnement est pratiquement impossible. Comme l’ennemi s’était retiré, l’armée tout entière aurait en principe pu essayer de reprendre Nándorfehérvár. Mais cela ne fut pas tenté en raison d’une épidémie.

16Au printemps 1522, le roi, qui venait de se marier, et son épouse, se rendirent en Bohême, confiant la défense de la Hongrie au palatin Étienne Báthori, au commandant des régions inférieures, ainsi qu’au voïvode Szapolyai. Le palatin s’efforça de renforcer les forteresses mineures de la Hongrie méridionale et d’y envoyer des garnisons. Suite à la Diète de 1521 et à la réforme financière, il disposait de sommes d’argent importantes qui permirent un moment de faire face aux besoins du pays. Soliman était occupé à Rhodes où il faisait le siège du centre des chevaliers johannites qu’il occupa fin 1522. Par ailleurs, dès la chute de Nándorfehérvár, à l’automne 1521, les Ottomans étaient intervenus dans la politique intérieure de la principauté roumaine de Valachie. Finalement, le bey Mehmet parvint à occuper le pays et à en faire un sandjak turc. Plus tard, le voïvode Szapolyai intervint dans les combats et plaça le prétendant au trône roumain, Radu de la Afumaţi, dans les fonctions de voïvode de Valachie. L’année suivante les Ottomans ne cherchèrent pas à nouveau à occuper la Valachie mais ils établirent un parti philoturc face au voïvode prohongrois. Les deux partis étaient en rivalité permanente.

17En 1523, les Turcs lancèrent une nouvelle attaque contre la Hongrie. Cette fois-ci les autorités hongroises voulurent résoudre le problème de la défense du pays dans un nouveau cadre organisationnel. Au début de 1523, l’ancien militaire devenu franciscain observant Paul Tomori devint archevêque de Kalocsa. C’est lui qui possédait Pétervárad, qui était devenu le principal château frontalier après la chute de Nándorfehérvár. Au printemps 1523 il fut nommé commandant des régions inférieures. Cette fonction était avant lui liée à celle d’ispán de Temes. Celui-ci, Thomas Drágffy, garda le titre, mais la fonction réelle fut exercée par Tomori. Le nouveau commandant fit rapidement ses preuves. Pendant l’été de la même année, une grande armée turque conduite par le beau-frère du sultan, le pacha Ferhad et par le bey Bali entra dans le Szerémség. Tomori parvint à mobiliser les troupes des châteaux frontaliers et des propriétaires avoisinants, qui, début août, écrasèrent entre Szávaszentdemeter et Nagyolaszi les Ottomans arrivant en trois colonnes séparées. L’armée turque était pratiquement anéantie. Les Hongrois avaient perdu sept cents membres de leur élite, ce qui était une perte bien trop importante.

18La victoire de Szávaszentdemeter n’est pas le seul succès militaire hongrois dans la première moitié des années 1520 : il faut compter également la libération de Klissza en 1524 et de Jajca en 1525. Mais en 1524, au terme de nombreux sièges, les Turcs finirent par s’emparer du château de Szörény, le plus important château hongrois du bas Danube. Cependant tous ces combats hungaro-turcs après Nándorfehérvár n’opposèrent pas les Hongrois aux forces principales du sultan mais simplement aux garnisons des châteaux – sauf à la bataille de Szávaszentdemeter, où ils durent affronter aussi des troupes venues de l’intérieur de l’Empire. Dans le meilleur des cas, la défense hongroise ne pouvait que repousser les attaques. La libération de Jajca en 1525 ne fut possible que grâce à la mobilisation d’une grande partie des comitats de Transdanubie. Le sort ultérieur du pays était de plus en plus douteux.

19C’est pourquoi il est particulièrement intéressant de voir que, d’après les sources, au début de 1524 les Ottomans firent à la Hongrie une offre de paix. La nouvelle s’en répandit à l’étranger, alors même qu’en Hongrie l’ambassadeur de l’Empereur n’en sut rien : il n’en apprit les conditions que sur indication du prince Ferdinand. Les Ottomans étaient disposés à conclure un armistice, à condition de bénéficier du libre passage de leurs troupes par le territoire hongrois et de recevoir un tribut de la part de la Hongrie.

  • 1 Géza Perjés, Mohács, Budapest, 1997.

20Cette question a fait couler beaucoup d’encre parmi les historiens hongrois des dernières décennies. Pour simplifier le débat : dans la mesure où la Hongrie n’était pas liée par une alliance avec les Habsbourgs, cette offre de paix aurait pu assurer l’indépendance du pays, puisque les Ottomans n’étaient pas principalement intéressés par la Hongrie, leurs adversaires étaient plutôt les Habsbourgs1. Face à cette hypothèse, comme il n’y a pas de preuves qu’un ambassadeur turc soit arrivé en Hongrie début 1524, une deuxième hypothèse est permise : celle que la diplomatie hongroise aurait fait délibérément circuler la nouvelle de la proposition turque pour susciter une importante aide venue de l’étranger. Cela coïncidait avec le moment où le légat du pape refusait à la Hongrie l’envoi d’une assistance pécuniaire parce que les Hongrois avaient prétendu avoir 60 000 hommes. La possibilité pour les Ottomans de traverser le territoire hongrois représentait un danger pour toute la Chrétienté. Sans compter l’invraisemblance de la proposition de paix : si elle avait été acceptée elle aurait représenté une véritable catastrophe. Lors des précédents armistices, les razzias turques s’étaient poursuivies, les châteaux des confins auraient continué à engloutir les ressources de l’État, qui n’étaient plus suffisantes. De plus, le tribut aurait représenté une charge trop lourde pour le pays, et l’autorisation de passage par le territoire hongrois aurait privé la Hongrie de tout espoir d’assistance étrangère.

Actions diplomatiques d’appel au secours

21La situation en matière de politique extérieure ne laissait pas beaucoup d’espoir. Parmi les puissances occidentales, l’Empire et la France étaient en conflit. Le terrain d’affrontement était l’Italie. La Papauté n’avait pas réussi à les réconcilier, et le Saint-Siège s’était lui-même ingéré dans la confrontation. Parmi les pays directement menacés par une intervention turque, Venise avait déjà conclu un armistice. Tout ce que la Hongrie pouvait attendre, c’était une aide financière minimale. Jusqu’en 1525, la Pologne, occupée par l’ordre des chevaliers Teutoniques, s’était protégée elle aussi contre les agressions turques grâce à un armistice : Sigismond n’était pas désireux d’aider son neveu et il lui conseilla d’avoir lui aussi recours à l’armistice. Il restait les territoires héréditaires autrichiens, auxquels la Hongrie servait de rempart, et qui étaient susceptibles de ce fait de l’aider, même si après 1521 le nouveau souverain, l’archiduc Ferdinand, était lui aussi partie prenante dans les affrontements entre les Habsbourgs et les Français sur le front italien.

22Il y avait encore une difficulté. Charles Quint avait affaire aux Turcs en qualité de roi d’Espagne, et notamment aux pirates turcs d’Afrique du Nord qui étaient vassaux de la Porte. Pour des raisons évidentes, il était moins intéressé par le sort des provinces autrichiennes qu’il avait confiées à son frère que par les agressions qui mettaient en danger Naples et l’Espagne. De plus, l’arrestation de François Ier a été d’une importance non négligeable pour la Hongrie. La mère du roi prisonnier, Louise de Savoie, en tant que régente, avait envisagé une alliance avec les Ottomans contre l’Empereur. En 1525 elle avait même envoyé un ambassadeur après du sultan en la personne d’un sujet hongrois, le comte Jean Frangepán. Dès lors, la France et l’Empire ottoman entretenaient de bonnes relations, et le sultan était devenu une figure importante dans le jeu qui visait à l’hégémonie en Europe.

23La situation internationale de la Hongrie s’était dégradée sous deux aspects. Les conquêtes de Selim au sud et à l’est avaient conduit les Turcs à la limite extrême de leur expansion, la Hongrie représentait la direction la plus simple pour une offensive vers le nord-ouest. D’autre part il n’avait jamais été moins envisageable de compter sur une aide de la solidarité chrétienne, puisque la « fille aînée de l’Église » elle-même (la France) était devenue l’alliée des Turcs.

24La diplomatie hongroise s’efforça d’obtenir la paix entre les puissances occidentales, ne serait-ce que dans le conflit entre la Pologne et l’ordre Teutonique, mais ses efforts restèrent manifestement vains. Elle s’obstinait à vouloir s’assurer le soutien des ordres allemands. Dès l’époque de Maximilien, il n’était pas rare de voir des ambassades hongroises dans les assemblées de l’Empire. Encore du vivant de Maximilien, la guerre contre les Ottomans et l’assistance financière et militaire à la Hongrie étaient des sujets constamment abordés aux assemblées de l’Empire. Ce n’était pas sans raison : les agressions turques contre la Hongrie frappaient également les provinces méridionales de l’Autriche, tout d’abord la Carniole (Krajna). C’est-à-dire le sud de l’Empire. Comme naguère Maximilien, Ferdinand était prêt à recourir à l’aide des ordres de l’Empire. Il était manifeste que la solution la moins coûteuse pour l’Empire était d’arrêter les Turcs sur le territoire hongrois.

25À l’assemblée de Worms, tenue en avril 1521 après l’accession au trône de Soliman, l’ambassade hongroise conduite par le secrétaire du roi Jérôme Balbi et par Werbőczy tenta, mais en vain, d’obtenir des aides : entre-temps, Soliman s’armait. Après la chute de Nándorfehérvár, une légère évolution se fit sentir : le gouvernement hongrois tenta de convaincre les puissances étrangères d’entreprendre une offensive contre les Ottomans, clairement dans l’objectif de reconquérir Nándorfehérvár, et ainsi de rétablir le système de défense du Sud. Ce projet n’était pas dépourvu de réalisme et, en effet, les assemblées de l’Empire successives apportèrent également quelques réponses positives aux orateurs hongrois. Cependant le nombre de soldats envoyés était bien inférieur aux demandes hongroises et leur recrutement était prévu sous conditions.

26L’assemblée de Nuremberg au printemps 1522 vota l’attribution de 300 soldats d’infanterie, tout en fixant le jour où les ambassadeurs allemand, autrichien, hungaro-tchèque et polonais devaient se rencontrer pour mettre au point les détails. Les ordres germaniques insistèrent pour que les ordres hongrois et tchèques se fassent représenter par des délégués. L’ambassade hongroise arriva en retard, et comme entre-temps aucune Diète ne s’était tenue, elle ne comprenait pas de représentants des ordres. Là-dessus, les ordres allemands, prenant prétexte de cette « erreur » des Hongrois, interdirent l’utilisation des troupes. Pendant ce temps Louis II séjournait à Prague, ce qui compliquait la prise de décision. L’assemblée d’Empire de l’automne 1522, tenue elle aussi à Nuremberg, vit enfin la présence de délégués des ordres hongrois. L’assemblée vota l’attribution d’une aide plus petite pour le printemps, mais celle-ci ne fut jamais envoyée. La même chose se produisit à l’assemblée de Nuremberg du printemps 1524. Toutes les négociations étaient compliquées par l’antigermanisme manifeste de la partie hongroise. Les ordres germaniques avaient peur d’agressions contre les mercenaires allemands. La mauvaise qualité de l’argent hongrois était également prise en ligne de compte. C’est ainsi qu’en dépit de tous les efforts la Hongrie ne reçut aucune aide du côté allemand : les ordres de l’Empire étaient bien plus intéressés par la question de la réforme luthérienne, puis par la grande guerre paysanne allemande ainsi que par la guerre avec les Français.

27Le beau-frère de Louis II, l’archiduc d’Autriche Ferdinand, était de tous les princes de l’Empire le plus intéressé par la défense de ses provinces contre les Turcs. Certes, lui aussi était confronté à des difficultés financières, mais, avec l’aide des ordres, il parvint à monter tous les ans une armée. Celle-ci stationnait sur la frontière austro-croate et avait pour objectif d’empêcher les Ottomans d’entrer dans la Carniole. Les ordres des provinces autrichiennes n’avaient pas permis l’utilisation des troupes en dehors des frontières, de sorte qu’elles restèrent de manière générale à l’intérieur de leurs provinces. De plus, Ferdinand soutenait les seigneurs croates en argent et en matériel militaire, il en prit même quelques-uns à sa solde. En revanche, contrairement à ce qu’affirment certains historiens hongrois, le fait que Ferdinand en 1522 ait passé un accord avec son beau-frère et repris à son compte la défense de plusieurs châteaux croates relève de la légende. Jusqu’en 1526 en effet, les Autrichiens n’eurent le droit de faire stationner leurs soldats ni en Croatie ni dans aucune autre province de l’Empire.

28La rencontre royale tenue fin octobre 1523 à Wienerneustadt, à laquelle Louis et Ferdinand se rendirent avec leurs épouses (qui étaient sœurs) et le roi de Pologne qui s’était fait représenter par son grand chancelier, Krzysztof Szydłowiecki, suscita davantage d’espoirs. Les souverains envisagèrent une action commune contre les Ottomans. Les Polonais, sous prétexte maintenant du péril tatar, ne proposèrent pas leur assistance. La Hongrie, sans doute avec l’autre pays de Louis, la Bohême, promit 60 000 hommes et 100 canons, l’archiduc autrichien 10 000 hommes et 30 canons pour une campagne offensive. Il est inutile d’ajouter que ces plans ne seront suivis d’aucun effet.

29Les autres pays ne pouvaient offrir tout au plus à la Hongrie qu’une aide pécuniaire. Venise lui versa même une certaine somme, mais refusa de violer l’armistice conclu avec les Ottomans, et n’était pas prête à faire plus. En 1523, la république adriatique diminua le niveau de sa représentation diplomatique à Buda (désormais assurée, pour utiliser des concepts contemporains, au niveau d’un chargé d’affaires). Il ne faut pourtant pas en déduire automatiquement que le prestige de la Hongrie avait reculé. Au début du siècle, il y avait déjà eu une période, sous Vladislas II, où Venise n’était pas représentée à Buda par un ambassadeur : les deux pays n’étaient alors pas liés par une alliance formelle et Venise était en paix avec les Ottomans, situation analogue à celle de 1523.

30La Papauté, en dépit de ses engagements en Italie, accordait de l’importance au soutien à la Hongrie, et refusait toute conciliation avec les Turcs. Puisqu’en Hongrie la couche sociale la plus combative était la moyenne noblesse, les légats du Saint-Siège soutenaient souvent les membres de ce groupe social. Début 1518, le légat pontifical Schönberg non seulement s’éleva contre la conclusion de la paix avec les Ottomans, mais, à la stupéfaction des ambassadeurs allemand et polonais, il insista sur la nécessité de mettre en place l’office de commandant en chef du royaume, ce qui aurait apporté de l’eau au moulin de Szapolyai. Après Nándorfehérvár, aussi bien Adrien VI que Clément VII versèrent à la Hongrie d’importantes aides financières. Il est vrai qu’au début de 1524 le légat refusa de verser la somme prévue en prenant prétexte de la proposition hongroise d’aligner 60 000 hommes. Les cardinaux de Vio et Campeggio, légats pontificaux, arrivèrent en Hongrie avec l’argent. Un laïc, Burgio, les accompagnait en qualité de nonce. C’est ainsi que jusqu’à Mohács, le Saint-Siège eut à Buda une représentation permanente. Burgio soutint avec des versements en argent l’archevêque commandant Tomori. Des soldats recrutés avec l’argent de la Papauté combattirent aux frontières. Burgio se laissait guider par des points de vue hautement subjectifs. Il haïssait à mort la reine Marie et l’archevêque d’Esztergom Szalkai, et comme il avait la possibilité de s’ingérer dans les affaires du pays, il lui arriva de causer bien des dommages. Il joua un rôle non négligeable dans la destitution de Szalkai de la fonction de chancelier et dans son remplacement par une personnalité insignifiante, l’ambassadeur hongrois à Rome Étienne Brodarics. Il n’en reste pas moins que le Saint-Siège fut la seule puissance qui apporta à la Hongrie, avant Mohács, une aide substantielle.

Une situation intérieure de plus en plus confuse

Les organes centraux de gouvernement

31Vladislas II mourut le 13 mars 1516 et sa mort faillit semer le chaos. L’empereur Maximilien et le roi de Pologne Sigismond entendaient faire valoir l’un comme l’autre leur droit de tutelle et le voïvode Szapolyai entendait gouverner seul. La Diète de la Saint-Georges confia l’éducation du jeune roi, qui était alors âgé de 10 ans, à Georges de Brandebourg et à Jean Bornemissza, c’est-à-dire aux personnes désignées par Vladislas, mais ne les nomma pas au nouveau conseil de gouvernement, qui se composait des archevêques Bakócz et Fragepán, des évêques Szatmári, François Várdai et Szalkai, du palatin Perényi, du prince Laurent Újlaki, du comte de la cour, le comte Pierre Szentgyörgyi, du frère du voïvode, Georges Szapolyai, du grand chambellan Moïse Buzlai, d’André Báthori et de Jean Drágffy ainsi que de seize représentants de la moyenne noblesse. D’autres personnalités s’en trouvèrent également exclues, comme l’évêque et ban Beriszló, ancien partisan des Habsbourgs, alors que Georges Szapolyai et André Báthori représentaient manifestement leurs frères, le voïvode de Transylvanie et le commandant et ispán de Temes, qui séjournaient loin de Buda. Donc, ce furent les propriétaires fonciers les plus puissants du pays qui, indépendamment de leurs orientations politiques antérieures, assurèrent le gouvernement du pays au nom du souverain enfant.

32Mais plus encore que les nominations au conseil, ce sont les changements dans le corps des officiers qui comptèrent. Les principaux dignitaires responsables des trois armées, le voïvode Szapolyai, le commandant Étienne Bathori et le bán Beriszló restèrent en place. L’archevêque Frangepán dut quitter la chancellerie. Elle fut redonnée à Szatmári. Des changements se produisirent aussi à la tête de la chancellerie de justice : l’évêque de Zagreb Jean Erdődi, neveu de Bakócz, fut remplacé par un laïc, alors que Werbőczy y devint assesseur. Beriszló perdit son poste de trésorier : comme il était responsable de la zone frontalière, ses fonctions étaient de toute manière remplies par ses adjoints. Son remplaçant fut l’évêque de Vác, Ladislas Szalkai, fils de paysan, qui était déjà vice-trésorier et devint secrétaire du roi.

33Szalkai devint trésorier avec des compétences supérieures à celles de ses prédécesseurs ; il était également chargé de suivre l’organisation des finances. Mais à l’occasion de la Diète de la Saint-Georges de 1517, la direction des finances fut confiée à Paul Várdai, ancien adjoint de Beriszló. Cela ne veut pas forcément dire que Szalkai avait perdu son influence, bien que nous ayons des indications selon lesquelles, avec Georges Szatmári, il s’opposait au voïvode. Il ne faut pas non plus oublier qu’à l’époque Jean Bornemissza était vice-trésorier : le précepteur du roi avait sans doute de bonnes relations avec le capitaine du guet de Buda. Au début de 1518, Szalkai devint chancelier du roi, mais nous ne connaissons pas exactement la date de sa nomination. Il n’est pas exclu qu’il soit passé de la trésorerie à la chancellerie en mai 1517, même si le titre de grand chancelier et de chancelier secret continuait à revenir à Bakócz ; Szatmári, lui aussi, resta chancelier (secret), mais c’est Szalkai qui reprit la direction de la chancellerie. L’évêque de Pécs était toujours aussi respecté et c’est lui qui détenait pour l’essentiel le pouvoir. Il est vraisemblable que Szatmári ait voulu se décharger du travail de chancelier en le confiant à son allié, pour mieux pouvoir se consacrer à la direction du pays. La conséquence de la confusion qui régnait à la chancellerie est que l’opinion de chacun des trois chanceliers comptait dans les affaires importantes. Ce n’est pas un hasard si en 1519 les ambassadeurs des Habsbourg ont mené des pourparlers sur le vote à l’élection de l’empereur avec Bakócz, Szatmári et Szalkai en même temps.

34Le grand chancelier et archevêque d’Esztergom Thomas Bakócz mourut en 1521. Il fut remplacé en tant que grand chancelier par Georges Szatmári qui ne tarda pas à être nommé archevêque et qui reprit peu à peu l’autorité et les responsabilités de son prédécesseur. Pratiquement, le nouvel archevêque d’Esztergom se trouvait exclu de la chancellerie, mais non pas de l’influence que celle-ci conférait. Il mourut en avril 1524. C’est Ladislas Szalkai qui lui succéda dans les deux fonctions, tout en continuant à assurer la direction effective de la chancellerie. Comme la Diète de Hatvan en 1525 réclama sa destitution, il remit le sceau royal (mais non pas le titre de chancelier) à son homme de confiance, le secrétaire du roi Thomas Szalaházi. Enfin, début 1526, la diplomatie pontificale obtint, comme nous l’avons mentionné, la nomination de Brodarics à la chancellerie.

35Le nombre des secrétaires du roi augmenta pendant la période considérée. Avant Mohács, le roi avait déjà une douzaine de « secrétaires et conseillers » à la cour. Ce sont eux, avec les membres du conseil issus de l’aristocratie et de la noblesse, qui assuraient la représentation du savoir-faire. Le bureau du sceau annulaire du roi était sans doute encore dirigé par un secrétaire, mais nous ne savons pas qui c’était. En raison du grand pouvoir des chanceliers, surtout de Szalkai, le seul moyen pour le roi de les contourner était d’établir des documents munis du sceau annulaire. D’ailleurs lors du sommet de Wienerneustadt en 1523, le chancelier protesta à ce sujet devant le chancelier polonais.

36La situation de la Trésorerie était de plus en plus confuse. Les trésoriers se succédaient : laTrésorerie fut dirigée trois fois par Paul Várdai (1517-1519, 1520-1521, 1523-1524), et trois fois également par Alexis Thurzó, membre de la société Thurzó-Fugger (1522-1523, 1525, 1526). Furent également trésoriers Benoît Battyány, qui l’avait été deux fois auparavant (1519-1520), le frère du palatin Étienne Báthori, André (1521) et un familier de Szapolyai issu de la moyenne noblesse, Jean Szegi Dóczy (1525-1526). La valse des trésoriers montre bien la situation critique des finances du royaume à cette époque.

37Dans ce contexte, les ordres voulurent de nouveau élire un trésorier spécial chargé de prélever les impôts (thesaurarius regni, trésorier du royaume). La Diète de Vienne de 1518 élit Michel Szobi et Jean Paksi, issu d’une famille d’anciens barons retombés dans la noblesse moyenne. Ils étaient l’un comme l’autre assesseurs élus au conseil royal. Ils portaient en même temps le titre de capitaine, c’est pourquoi ils étaient censés commander les soldats recrutés sur la base de l’impôt. Mais celui-ci ne rentrait pas intégralement dans les caisses de l’État et les trésoriers dépensaient plus d’argent à payer leurs soldats qu’ils n’en collectaient. Après la chute de Nándorfehérvár, la Diète de la Sainte Élisabeth de 1521 vota un impôt extraordinaire, qui entendait imposer non seulement les foyers, mais aussi les ateliers artisanaux, les revenus commerciaux et autres. Elle élit quatre trésoriers du royaume, deux issus de l’aristocratie et deux de la couche supérieure de la noblesse : Ladislas Kanizsai et Gaspar Ráskai d’une part, François Essegváriet Étienne Werbőczy d’autre part. Il semble bien cependant que l’impôt continua à être collecté comme auparavant et, bien que la collecte fiscale eût permis de rassembler une somme considérable, elle n’atteignit pas le niveau habituel des recettes fiscales. Comme les percepteurs au niveau des comitats étaient également des nobles élus, il semble bien que ceux-ci étaient plus sensibles à la corruption que les percepteurs de l’impôt royal.

38La réforme monétaire allait également dans le sens d’augmenter les recettes du Trésor. Elle fut introduite à l’été 1521, alors que l’ombre la catastrophe de Nándorfehérvár pesait sur le pays, lors du deuxième mandat de Paul Várdai. L’essentiel de la réforme tenait à ce que le denier d’argent, qui n’avait pas changé de valeur depuis la réforme de Mathias, fut remplacé par une monnaie d’un poids inférieur d’un dixième et dont la teneur en argent ne représentait que 41,6 % de la précédente. Les chambres de Buda et de Kassa furent rétablies à partir de 1524 et la frappe de l’argent eut également lieu à Nagyszeben. Les autres localités étaient Visegrád et Zagreb. Pendant quelque temps, cette réforme permit effectivement d’accroître les recettes, puisque la monnaie antérieure, qui était d’une valeur plus élevée, était changée à un taux de 1 : 1. La loi de 1523, art. 34, établissait pourtant un taux de change de 110 nouveaux deniers pour 100 anciens, ainsi le Trésor était toujours gagnant. Mais la moindre valeur de la nouvelle monnaie ne tarda pas à devenir manifeste, compliquant ainsi non seulement l’envoi éventuel de troupes allemandes en Hongrie, mais également le déroulement des transactions commerciales. Plus tard, elle s’avéra même nuisible pour le Trésor, puisque l’impôt, au taux officiel, était prélevé en nouveaux deniers, et la monnaie était changée dans la vie commerciale à un taux inférieur. Quand, à l’été 1525, le Trésor interrompit la frappe de la nouvelle monnaie, celle-ci était changée à un taux de 2 : 1. En fait, l’argent avait tellement perdu de valeur qu’il était évalué à la valeur réelle de sa teneur en métal précieux. La loi de 1526 (art. 34) finit par en tenir compte, acceptant le taux de change de la « monnaie en cuivre » à 3 : 1. Il est vrai qu’elle voulait faire du change un monopole de la Couronne, de sorte que la Trésorerie en aurait certainement tiré un certain bénéfice.

39Deux budgets sont parvenus jusqu’à nous, celui d’avril 1523 établi par Alexis Thurzó et celui de décembre de la même année, dû à Paul Várdai. Bien sûr, ils ne prennent pas en compte l’impôt extraordinaire, qui requérait un vote de la Diète. Alexis Thurzó comptait sur 190 000 florins de recettes, dont les deux tiers provenaient des bénéfices de la frappe de la monnaie, même si, d’après le trésorier, c’était moins que l’année précédente. À la fin de la même année, Várdai ne comptait plus sur ces bénéfices et prévoyait des rentrées de 88 500 florins. Thurzó avait évalué les recettes à 237 000 florins, dont 106 000 représentaient la solde des militaires sur la zone frontalière. Dans le budget de Várdai, qui est plus précis, seule cette dernière dépense figure, à concurrence de 150 000 florins. Ni l’un ni l’autre de ces budgets ne comptent au titre des dépenses les frais d’entretien matériel des châteaux (travaux, approvisionnement), alors même qu’il nous reste des traces, en 1521, de dépenses considérables pour la reconstruction de châteaux mineurs. Tout ceci nous permet de conclure à l’épuisement des recettes issues de la réforme monétaire : jusqu’en 1523, il était tout juste possible, en faisant appel à l’impôt extraordinaire, de couvrir les dépenses les plus essentielles ; plus tard, même cela s’avérera impossible.

Les Diètes

40Au cours de cette période, en raison du jeune âge du roi, de l’incertitude du gouvernement puis de la catastrophe de Nándorfehérvár, le rôle des Diètes s’accrut sensiblement : c’est là qu’eurent lieu les principaux affrontements politiques. Il est vrai qu’une partie de la haute aristocratie comme de la noblesse moyenne continuait à se tenir à l’écart, totalement ou provisoirement. C’est sans doute l’une des raisons qui explique que les Diètes successives, de composition différente, aient pris des décisions contradictoires. La période entre 1516 et 1526 vit la tenue de seize Diètes : une au moins tous les ans, trois en 1518, deux en 1517, en 1521 et en 1525. De toutes les décisions prises lors de ces assemblées, il ne nous reste que les trois de 1518, la deuxième de 1521, celles de 1522 et de 1523, les deux de 1525 et celle de 1526. Il nous reste bien des lois de la Diète de Bács en 1519, mais elles contiennent une deuxième version des décisions de Bács de 1518, alors même qu’il ne se tint aucune Diète à cet endroit en 1519. Il n’est pas exclu que certaines Diètes se soient conclues sans le vote d’une loi.

41Arrêtons-nous sur les conclusions de la Diète de la Saint-Georges tenue à Buda en 1518. Elles sont particulièrement significatives. La noblesse ayant quitté la Diète, la loi fut adoptée par le conseil royal élargi, les prélats et les barons, elle reflète avec précision leur vision politique. L’impôt d’un demi-florin voté par la noblesse fut élevé à un florin ; le conseil élu comprenait, outre le chancelier, le trésorier et le chambellan, ainsi que les autres conseillers du roi, quatre prélats et quatre aristocrates, excluant ainsi les assesseurs issus de la noblesse moyenne ; les compétences du conseil étaient élargies au contrôle financier ; de plus, le chancelier et le secrétaire devaient présenter toutes les affaires au conseil. Il est frappant de constater l’unanimité des barons. Parmi les prélats, le seul absent était l’archevêque Frangepán, mais Bakócz, Szatmári, le bán Beriszló, le chancelier Szalkai étaient là. Le voïvode et l’ispán de Temes Báthori, ainsi que Georges de Brandebourg et Jean Bornemissza se présentèrent face au corps unanime des trente-trois aristocrates conduits par le palatin Perényi.

42Il apparut rapidement que le projet de ce gouvernement oligarchique, formé du groupe des aristocrates, ne pouvait être accepté par la noblesse moyenne. Celle-ci répondit par une Diète convoquée à Tolna pour le 25 juillet. Une nouvelle Diète armée fut convoquée à Bács le jour de la Saint Michel. En partie de ce fait, en partie par manque d’assesseurs, les séances du tribunal furent elles aussi reportées : comme nous l’avons vu, lors de la Diète de la Saint-Georges seuls des prélats et des barons avaient été élus au conseil. La Diète de Tolna prit une décision sur l’impôt d’un demi-florin ainsi que sur l’obligation pour le trésorier royal de rendre des comptes : le chancelier Szalkai lui aussi dut rendre compte de son activité de trésorier.

43La Diète de Bács vit le défilé des forces armées. Il n’était cependant pas question de guerre, au contraire : la Diète décida d’engager des pourparlers de paix, qui débouchèrent sur l’armistice de 1519. Outre l’élection déjà évoquée d’un trésorier du royaume, la Diète adopta plusieurs lois importantes. Comme beaucoup de revenus de la Couronne, dont ceux de la plupart des villes royales libres, étaient hypothéqués, il fut décidé que ces revenus lui seraient rendus après régularisation des comptes a posteriori avec le trésorier du roi. Seules les villes appartenant au voïvode Szapolyai échappèrent à cette décision. Un impôt spécial devait servir à racheter les hypothèques. Cette loi n’était pas la première adoptée à ce sujet : il y en avait eu une en 1514, qui cependant n’avait pas été appliquée. L’archevêque Bakócz rendit au roi Esztergom, le palatin Perényi les villes de Szeged et d’Eperjes. La Diète consacra beaucoup d’attention aux revenus de la Couronne. Elle énuméra une nouvelle fois ceux des biens du roi mis par la loi sous la juridiction du comte de la cour de Budavár. Un nouveau conseil fut élu, comprenant quatre aristocrates et quatre prélats, ainsi que seize nobles moyens. Les prélats étaient Bakócz, Szatmári, Frangepán et François Várdai : le chancelier Szalkai ainsi que le bán Berizsló en étaient exclus. Les quatre seigneurs étaient le palatin Emeric Perényi, le prince Laurent Újlaki (le nouveau comte de la cour), le voïvode et l’ispán de Temes, Báthori ; il est vrai que la loi reconnaissait aussi les droits des autres aristocrates et conseillers.

44La Diète de la Sainte Élisabeth de 1521, outre la décision déjà évoquée sur le nouveau type d’impôt et sur l’élection des trésoriers du royaume, décida aussi la désignation d’un ou deux commandants, qui devaient se tenir à la disposition des soldats recrutés sur la base de l’impôt. Elle aborda la question de la restitution des tenanciers ayant fui ou s’étant installés ailleurs (ce qui veut dire que la loi de 1514 n’avait pas été intégralement appliquée) et celle des procès pour abus de pouvoir commis depuis la mort de Vladislas (enfin mis en œuvre !). Enfin la Diète accepta la nouvelle monnaie, et, de manière tout à fait inhabituelle, autorisa la circulation des monnaies étrangères. De plus, elle proclama la nécessité de punir les responsables des catastrophes de Nándorfehérvár et de Szabács.

45Pendant le séjour du roi en Bohême, le palatin élu en 1519, Étienne Báthori, convoqua une Diète particulière en qualité curieusement non point de régent mais de palatin. Celle-ci traita d’une part de la délégation des ordres à envoyer à l’assemblée de l’Empire à Nuremberg, d’autre part de la levée de l’impôt voté en 1521. Elle décida aussi d’envoyer les commandants (le décret de 1521 voulait que le roi nommât à cet office le palatin et le voïvode) sur les frontières avec les troupes levées sur la base de l’impôt, et que les régiments bannerets de l’Église en fassent de même. La Diète confia aux commandants entre autres la restitution des tenanciers à leurs propriétaires (1522).

46Le principal événement de la Diète de 1523 fut la destitution du palatin Báthori, qui cependant ne fut pas remplacé. La loi était semblable aux précédentes et concernait l’impôt et les questions militaires. Outre la question des restitutions de tenanciers, elle aborda également celle de la peine capitale et de la confiscation des biens pour les luthériens. Elle limita de nouveau l’autorisation d’exporter du bétail aux étrangers et décréta l’interdiction totale de l’exportation des chevaux, manifestement pour des raisons militaires.

47Sur la Diète de 1524 nous ne disposons que des rapports des ambassadeurs des ordres autrichiens. D’après ces sources, la noblesse à cette Diète se montra hostile au roi et aux étrangers. Elle voulut changer de régent, mais finit par rétablir le palatin dans ses fonctions. Elle élit au conseil le chancelier archevêque d’Esztergom Szalkai, François Várdai et Simon Erdődi, évêques respectivement de Transylvanie et de Zagreb, le trésorier évêque d’Eger Paul Várdai, auxquels s’ajoutaient le voïvode, le palatin, Jean Drágffy, et encore un aristocrate, dont le bulletin autrichien ne donne pas le nom. Paul Várdai n’était pas parent de François Vardai, il était issu d’une famille de la petite noblesse du comitat de Somogy, alors que l’évêque de Transylvanie était issu de la famille Kisvárdai Várdain, qui se trouvait à la limite entre la noblesse et l’aristocratie. La Diète voulut éliminer les Allemands dans l’entourage du roi et de la reine et ne garder que les Hongrois et les Tchèques (puisque Louis était aussi roi de Bohême). Elle voulait exclure du conseil les ambassadeurs de Ferdinand et de l’empereur : les ambassadeurs des puissances alliées pouvaient assister au conseil du souverain. Elle décida de l’élimination de l’argent de mauvaise qualité et d’une attaque l’année suivante contre Nándorfehérvár. Il apparut, entre autres, dans ce rapport, que les nobles avaient traité de traître et battu le responsable de la moyenne noblesse Paul Ártándi, qui était apprécié de la reine, ce qui avait suscité beaucoup de remous ; les évêques, à l’exception de Simon Erdődi, avaient pris la fuite. Finalement ce dernier, qui présidait la séance, avait réussi à rétablir l’ordre.

L’interlude tchèque. Les initiatives politiques autonomes de Marie

48Il est difficile de comprendre les Diètes précédant Mohács sans connaître le rôle joué par la reine. Le 8 février 1522, Louis II avait fait don à son épouse des domaines habituels de la reine : les sept villes minières de Basse-Hongrie, le domaine de Zólyom avec Korpona, ainsi que les domaines d’Óbuda, de l’île de Csepel, de Diósgyőr, de Munkács et de Huszt avec la chambre du sel de Máramaros. La reine devenait ainsi l’un des propriétaires fonciers les plus importants du pays et comme le personnel qui gérait ses domaines et ses familiers avaient avec elles des relations de droit privé, elle pouvait davantage compter sur eux que le roi sur ses hommes. Les domaines de la reine et le pouvoir de la reine avaient déjà, depuis Sigismond, joué un rôle considérable dans l’histoire du pays, même s’il était assez rare qu’une reine vécût à la cour de Buda.

49Marie disposait aussi d’importantes possessions en Bohême et en Moravie, qu’elle put prendre en main lors de son voyage en Bohême. En raison de ce même voyage, en 1522, la réorganisation des domaines de Hongrie fut reportée à plus tard. Le pouvoir du roi était encore moins réel en Bohême qu’en Hongrie. Depuis 1490, le roi avait rarement séjourné dans son château de Hradschin à Prague car il accordait plus d’importance à son royaume de Hongrie. C’est pourquoi, dans la pratique, il avait remis la régence de la Bohême à une clique de barons. La Bohême ne rapportait pratiquement rien au roi car de nombreux domaines de la Couronne y étaient là aussi hypothéqués. Il semble bien que le couple royal ait voulu, avec son voyage, rétablir l’ordre, pour pouvoir poursuivre en Hongrie l’œuvre de restauration de l’autorité royale en cas de succès.

50Il faut noter que Marie, qui était probablement à l’origine du projet de reprise en main, pouvait puiser son inspiration dans sa propre famille. Charles Quint avait mis un terme à la révolte des ordres espagnols (Comuneros) par l’exécution en 1521 de Juan de Padilla. Nous avons déjà parlé du tribunal d’exception de Ferdinand en 1522. Le mari de leur sœur, le roi de Suède et du Danemark Christian II, avait supprimé dès 1517 au Danemark le conseil des prélats et des barons, puis, à l’occasion du massacre de Stockholm en 1520, il fit exécuter tous les dirigeants des ordres suédois. Là-dessus la révolte avait éclaté en 1521 en Suède et en 1523 au Danemark, privant Christian de son trône. Mais nous ne sommes pour l’instant qu’en 1522.

51Début 1523, Louis II parvint à destituer Lev Zdenĕk s Rožmitálu, burgrave de Prague, qui occupait une fonction analogue à celle du palatin, et l’ensemble des dirigeants tchèques. Il semble bien que derrière cette initiative il faille voir l’intervention de Marie, du chancelier hongrois Ladislas Szalkai et de l’ambassadeur de l’empereur Andrea del Burgo. Un procès fut organisé contre les leaders destitués, mais il n’aboutit pas. La chute de Christian II avait fait réfléchir le parti du roi et l’acuité du péril turc exigeait une certaine modération.

52Pour l’instant en tout cas, Louis II, comme ses beaux-frères, semblait avoir réussi à l’emporter sur les forces des ordres. Quand, au printemps 1523, le couple rentra à Buda, tous, y compris le voïvode et le palatin, attendaient en tremblant la suite des événements. Les chefs de l’aristocratie hongroise étaient en même temps les commandants de l’armée qui faisait face aux Turcs ; en état de guerre, changer de commandement était problématique. Il était également impossible d’envisager une élimination totale de l’élite dirigeante, comme en Bohême, parce que cela aurait impliqué la démission du chancelier Szalkai, qui était l’un des inspirateurs du changement de personnel politique. C’est ainsi qu’une solution bâtarde fut adoptée : Báthori dut abandonner son poste de palatin et d’ispán de Temes, mais le voïvode resta en place, certes avec des pouvoirs réduits.

53Après quoi Marie entreprit de réorganiser l’administration de ses terres. Son pouvoir ne faisait que s’accroître : elle obtint l’immense domaine de Magyaróvár, qui allait de pair avec le titre d’ispán du comitat de Moson. Grâce d’ailleurs à ses domaines, la reine – ou encore ses capitaines du guet – était devenue ispán des comitats de Zólyom, de Borsod, de Bereg et de Máramaros. Le domaine de Magyaróvár était en fait un domaine hypothéqué des comtes Szentgyörgyi mais, avec la mort en 1517 du comte de la cour Pierre Szentgyörgyi, la branche des propriétaires de la localité s’était éteinte. En 1524 Marie acheta les propriétés de Slavonie du margrave Georges de Brandebourg, dont Varasd. Ce faisant, elle portait atteinte aux intérêts politiques de son frère aîné, qui entendait les acheter au profit du bán de Croatie-Slavonie, le comte Jean Korbáviai, un partisan des Habsbourgs. Il est frappant de noter que la reine mit à la tête de ses domaines des hommes de la moyenne noblesse, parmi lesquels des partisans du voïvode Szapolyai. Elle devint ispán de Bereg et de Máramaros avec le beau-frère d’Étienne Báthori, Somlyai et avec Paul Ártándi. Parmi les alliés du voïvode, le vice-comte de la cour du comte Pierre Szentgyörgyi, Étienne Amadé – qui, comme Ártándi, était un des assesseurs élus au conseil royal à la Diète de Bács – devint capitaine du guet de la reine à Magyaróvar et ispán de Moson.

54La reine donc, qui manifestement veillait très consciemment à construire sa puissance, choisissait ses hommes aussi bien parmi les leaders de la noblesse moyenne que parmi les familiers des aristocrates, ce qui augmenta dans une mesure considérable son pouvoir d’intervention dans les affaires du pays. En revanche, sa popularité ne s’en trouva pas accrue. Comme depuis le milieu du xve siècle il était rare que les reines séjournassent au château de Buda, l’apparition d’une reine étrangère à la cour royale, où rien n’était prévu pour l’épouse du roi, induisit des modifications que les seigneurs hongrois, très conservateurs n’étaient pas près d’accepter de bon gré. Leur hostilité ne fit que grandir avec le pouvoir et l’influence accrus de la reine, que les hommes politiques ne pouvaient pas se permettre d’ignorer. Comme Béatrice, Marie n’était guère appréciée des Hongrois, de même qu’elle n’avait pas bonne réputation parmi ses compatriotes. Ce fait n’a pas manqué d’influencer l’historiographie ultérieure, surtout en raison des observations du légat pontifical Burgio, qui puisait ses informations dans les milieux hostiles à la reine (par exemple auprès de Bornemissza) et qui voyait également d’un mauvais œil les sympathies de la reine pour le luthérianisme. Mais le talent de monarque de la reine s’affirmera plus tard, lors de sa régence des Pays-Bas.

55Il demeure encore une question essentielle. L’historiographie hongroise, logiquement, voit dans Marie la porte-parole en Hongrie de la politique des Habsbourgs, de même que dans le margrave Georges de Brandebourg, qui travaillait souvent de concert avec elle. En même temps ce dernier, ne serait-ce qu’à cause de son frère, ne peut pas être considéré exclusivement comme un partisan des Habsbourgs, et même les ambassadeurs de l’empereur étaient au courant des positions différentes qu’il adoptait de temps à autre. Dans le cas de Marie, on peut aussi noter le fait qu’elle essayait, pour autant que cela ne se heurtait pas à ses intérêts de reine de Hongrie, d’agir dans l’intérêt de ses frères. Par exemple lorsque les Danois chassèrent son beau-frère Christian II, elle lui fournit une aide matérielle. À d’autres occasions, comme dans le cas de l’acquisition de Varasd ou de la confiscation des biens des Fugger, elle agit clairement contre les intérêts des Habsbourgs. Dans une certaine mesure, les événements jouèrent en sa faveur : fin 1523, Burgio fut remplacé en tant que légat pontifical par Hans Schneitpöck. Cet aristocrate, qui bénéficiait de relations en Hongrie, avait été le chancelier de Maximilien. Il avait été chassé par le mouvement des ordres autrichiens en 1519 et avait joué le rôle d’accusateur public lors du procès d’exception contre les ordres tenu à Wienerneustadt en 1522. C’était un mauvais diplomate, que Marie sut manipuler à sa guise.

56Lors de la Diète de 1524, face à l’ambassadeur autrichien, Schneitpöck, et à la reine, en alliance avec le palatin Báthori qui avait retrouvé sa fonction, firent face aux hommes des Habsbourgs, Bornemissza et Thurzó. Compte tenu de tout ceci, ce n’est qu’avec beaucoup de réserves que l’on peut considérer Marie comme la représentante de la maison des Habsbourgs à la cour de Hongrie.

Aggravations des luttes partisanes. Renforcement de la noblesse moyenne

57Quand nous passons en revue les luttes partisanes dans la période précédant Mohács, il faut tout d’abord relever le rôle de la noblesse moyenne, particulièrement présente, dite précédemment parti « national » ou « parti de Szapolyai ». Ses dirigeants politiques étaient toujours les assesseurs élus au conseil du roi, dont la composition cependant avait changé à l’époque de Louis II. Sur les vingt-trois assesseurs dont les noms nous sont connus, six seulement avaient des ancêtres barons ou possédaient des châteaux. Parmi ces derniers, seulement deux – Sigismond Pogány et Michel Szobi – avaient été membres du conseil sous Vladislas II. La noblesse élisait ainsi des hommes neufs, souvent appartenant à la couche inférieure de la haute noblesse. Sans compter Amadé et Nicolas Thuróczy, qui avait été vice-voïvode de Szapolyai, onze de ces assesseurs étaient vice-ispán. Il est possible de prouver que la plupart des autres étaient provisoirement familiers d’aristocrates, leurs seigneurs appartenant à différents groupements de barons, mais les hommes de Szapolyai étaient parmi eux en minorité. Donc, le corps des assesseurs comportait bien moins de nobles indépendants, alors même que l’activité politique de la noblesse allait croissant. Dans la pratique politique, il est probable que la couche des vice-ispán ait joué le rôle décisif dans les assemblées des comitats car elle était chargée de trouver un équilibre entre l’ispán et la noblesse locale.

58Tout ceci ne veut pas dire qu’aux séances du conseil les nobles aient pu faire valoir leurs intérêts collectifs. Il nous reste des annotations d’Albert Sárközi, conseiller juridique du roi, prises pendant quelques séances du conseil en 1519 sous forme de procès-verbal. Elles révèlent que les assesseurs n’avaient pas pris la parole et que seuls les aristocrates l’avaient demandée. Faisait exception la période de la Diète, où Paul Ártandi prit la parole au conseil non point en tant qu’assesseur, mais en tant que porte-parole de la noblesse rassemblée. Il n’en reste pas moins que la présence des assesseurs avait son poids car si les aristocrates intervenaient au détriment des intérêts de la noblesse, les assesseurs étaient en mesure de le faire savoir à leurs compagnons.

59Lors des Diètes de cette période, les membres de la noblesse moyenne étaient souvent invités en personne, ce qui signifiait que la politique nobiliaire n’était plus limitée à l’intérêt d’une couche étroite de grands propriétaires entre les magnats et la couche supérieure de la noblesse. Il était de plus en plus nécessaire de tenir compte des désirs de la petite noblesse, qui disposait du poids numérique. C’est pourquoi les orateurs à la Diète (orator regnicolarum) jouaient un rôle croissant. En 1519 Paul Ártándi, en 1525 à Hatvan Étienne Werbőczy prirent la parole au nom de la noblesse. Jusqu’en 1518, c’est sans doute Michel Szobi qui la dirigea, avec Werbőczy pour conseiller à l’arrière-plan. Szobi finit par se retirer, après son échec sur le fond de son expérience comme trésorier en 1518, peut-être aussi en raison de son grand âge. Désormais Werbőczy, en raison de son expérience en tant que juge de la cour (et des domaines qu’il avait entre-temps acquis), avait accumulé un prestige certain ; Szobi aurait voulu que la direction politique de la noblesse revienne à son fils adoptif. En raison des nombreuses missions diplomatiques qui lui furent confiées, Werbőczy ne put pas toujours remplir intégralement cette fonction, permettant à Ártándi et à quelques autres assesseurs (comme Nicolas Glésán) d’assumer le rôle dirigeant. Ártándi était au départ un des familiers de Perényi (et greffier à la cour) ; mais quand, en 1524, il passa du côté de la reine, il dressa contre lui la noblesse, ce qui ne l’empêcha pas de rester indiscutablement jusqu’en 1526 l’un des dirigeants des ordres.

60Les dirigeants politiques, au tout premier chef Werbőczy, avaient leurs conceptions politiques. Avant même 1514, le juriste Werbőczy avait conçu un projet de réforme monétaire. Les conceptions politiques de la noblesse accordaient une grande importance à une meilleure organisation de la défense du pays, de sorte que la charge en pèse tout d’abord sur la grande propriété, sur les villes et sur les Saxons de Transylvanie. La noblesse était résolument hostile à tout projet d’armistice avec les Ottomans, dès lors que la paix n’avait pas empêché le ravage des alentours des châteaux frontaliers et que de nombreuses forteresses avaient fini par être prises par l’ennemi. Quelque réfléchis qu’aient été les projets de réforme de la noblesse, ils débouchèrent toujours sur des échecs cuisants. Les nobles s’allièrent plus d’une fois avec Szapolyai mais le voïvode prenait systématiquement le parti des aristocrates toutes les fois que leurs intérêts étaient en contradiction avec ceux de la noblesse.

  • 2 Haus-, Hof- und Staatsarchiv Wien, Grosse Correspondenz 8, fol. 80.

61La notion de « parti national » était liée d’une part à la xénophobie de la noblesse : ses sentiments hostiles aux étrangers apparurent non seulement à la Diète de 1524, mais aussi dans le fait que les combattants étrangers avaient peur de venir en Hongrie. Cet aspect était renforcé par la légende hunno-scythe répandue par les idéologues de la noblesse. Il est amusant de découvrir qu’ils voulaient, avant la Diète de 1524, « élire des capitaines comme le grand Attila2 », comme ils l’avaient lu dans les chroniques. De tels propos pouvaient faire réfléchir les ambassadeurs étrangers… Cela ne veut pas dire d’ailleurs que les prélats et les barons aient complètement ignoré l’idéologie xénophobe.

62Donc la noblesse peut être vue dans une certaine mesure comme un parti « national », alors que les grands aristocrates apparaissent nettement moins comme une force homogène. Le comportement politique des magnats continua à s’exprimer par la formation de ligues, de confédérations, d’alliances à la composition variable. Dans une première période du règne de Louis II, Jean Bornemissza, le précepteur du roi, grand intrigant, partisan des Habsbourgs, écarta en tant que capitaine du guet de Buda tous les aristocrates qui lui déplaisaient. Cela concernait au tout premier chef le voïvode. Avant la Diète de la Saint-Georges en 1518, ce dernier forma une ligue avec le palatin, l’ispán de Temes Báthori et l’évêque de Transylvanie, François Várdai, ligue qui était tournée surtout contre le capitaine de Buda. Cela n’empêcha pas les parties ennemies de prendre position ensemble dans l’intérêt des prélats et des barons face à la noblesse. Un an plus tard, après la mort du palatin Perényi et avant l’élection du nouveau palatin, Szapolyai contracta une alliance avec l’archevêque Frangepán, avec Szatmári, avec François Várdai et Étienne Báthori. Le nouveau venu était Szatmári, les autres avaient déjà travaillé ensemble. Les ligues étaient formées pour des occasions précises et rassemblaient des blocs de seigneurs opposés les uns aux autres, en général dans des objectifs déterminés.

63La succession du palatin Perényi à la Diète de mai 1519 provoqua une sérieuse confusion. La noblesse voulait la nomination du voïvode, le candidat du roi étant le principal allié de Szapolyai, Báthori, l’ispán de Temes – c’était peut-être un moyen de dissocier le voïvode de son parti. Szapolyai ne se présenta pas à la Diète, de sorte que Báthori fut élu. L’importance de l’alliance du palatin et du voïvode s’accrut encore avec la chute de Nándorfehérvár et leur nomination en tant que commandants. Il est frappant de voir que l’évêque de Veszprém, Paul Várdai, ancien et futur trésorier, fit serment d’allégeance aux deux magnats le 15 février 1522.

64Pendant le voyage du roi en Bohême, ils se partagèrent pratiquement les pleins pouvoirs, alors que la crainte montait parmi les aristocrates. Le 22 août 1522, l’évêque de Transylvanie François Várdai avec trois autres évêques, ainsi que dix magnats issus de l’ancienne aristocratie d’avant Mathias, contractèrent une alliance défensive et provocatrice : si le roi ou la reine prenaient des dispositions contre n’importe lequel d’entre eux, ils devaient répondre ensemble, pacifiquement. Cette confédération, dont l’organisateur principal était le frère du palatin, André Bátori, était en fait tournée contre le palatin et contre le voïvode. François Várdai était dispensé de prendre les armes contre ses anciens alliés. Nous avons vu que l’évêque de Transylvanie était membre de la ligue Báthori-Szapolyai. Avec cette initiative, l’ancienne aristocratie, avec le frère du palatin et le beau-frère du voïvode, François Homonnai, les aristocrates non investis d’une fonction royale (tels que les secrétaires) et des évêques prestigieux exprimaient leur aspiration à diriger le pays, poursuivant ainsi la politique commencée à la Diète de la Saint-Georges de 1518. Leurs ennemis, les deux commandants, étaient alors effectivement pris par la défense du pays, puisque la formation de cette confédération coïncidait avec leurs efforts pour envoyer des soldats dans les forteresses mineures du Sud. Le palatin et le voïvode représentaient le pouvoir d’État et agissaient dans l’intérêt du pays, ce qui portait atteinte aux intérêts des aristocrates.

65Les forces politiques étaient donc d’un côté le voïvode et le palatin, de l’autre les aristocrates et, opposée aux deux, la noblesse. Telle était la situation intérieure quand, en 1523, le couple royal rentra de son voyage en Bohême et entreprit de rétablir le pouvoir royal. La destitution du palatin et la limitation du pouvoir du voïvode affaiblirent leurs relations et amenèrent Báthori à rejoindre le parti aristocratique. Il s’entendit avec son frère André. La question se posait à ce moment-là de savoir quelle possibilité avait, dans la Hongrie de la fin du Moyen Âge, la troisième force, le pouvoir royal, de s’emparer des rênes du pays. Les aristocrates sans engagement, ainsi que ceux qui pour diverses raisons s’étaient liés aux Habsbourgs, ne formaient pas des catégories homogènes. Parmi ceux-ci, il faut compter Alexis Thurzó, l’associé des Fugger, qui finançait Charles Quint (à partir de 1521 maître chambellan, en 1523 argentier, trésorier à plusieurs reprises), le capitaine du guet de Buda et ispán de Pozsony Jean Bornemissza, avec sa tactique de politique extérieure à double visage, ainsi qu’Ambroise Sárkány. En la personne de Sárkány, nous avons un noble moyen qui s’éleva parmi les barons. Sa famille du côté de sa femme était d’origine bourgeoise et lui, bien qu’il ait emporté, en tant que bán de Nándorfehérvár, une victoire contre les Ottomans, était tout d’abord un commerçant, un entrepreneur. Au cours de ses nombreuses missions diplomatiques il agit en tant qu’agent des Habsbourgs mais il entretenait de proches relations avec le voïvode et, en 1523, il accusa le bán Jean Korbáviai de trahison en raison de ses sympathies pour les Habsbourgs. Pour ce qui est de son appartenance de parti, la situation n’est pas univoque, même pour des personnalités telles que Sárkány, qui envoyait des informations en Autriche, à ses amis les Habsbourgs. Il faut une fois de plus rappeler que les seigneurs qui servaient le roi – y compris le bán Jean Korbáviai – ne faisaient pas partie du groupement proche de la reine Marie.

66Le roi gardait la possibilité de changer la composition de l’aristocratie en nommant de nouveaux barons, tout en essayant, avec leur appui, d’étendre son propre pouvoir. Cela était d’autant plus facile que plusieurs anciennes familles aristocratiques, comme les Újlaki ou les Rozgonyi, s’éteignirent à l’époque de Louis. Ce n’est pas non plus un hasard si, de toute l’époque des Jagellons, c’est pendant les règnes des reines Anne et Marie que le plus d’hommes neufs, non issus de familles de « véritables barons », furent nommés à ces fonctions. Sous Louis II, trente-trois personnes occupèrent les principaux offices, dont neuf hommes neufs ; au cours des 26 ans de règne de Vladislas II, douze nouvelles personnalités accédèrent au statut de magnat. Il était donc naturel que l’ancienne aristocratie resserrât les rangs.

67C’était toujours la couche au service direct du monarque, la noblesse de cour, qui jouait le rôle principal. En dépit des difficultés économiques, la cour de Buda, en 1525, était formée de 650 personnes, sans compter la cour personnelle de la reine. Le nombre de chambellans au contact direct du roi était de soixante- treize. Ce sont eux qui remettaient à la chancellerie royale les ordres d’établir les documents mais la moitié de la cour était formée de Tchèques, de Polonais et d’Allemands, qui de par la loi n’avaient pas le droit de s’ingérer dans les affaires hongroises. Le monarque pouvait compter surtout sur les chambellans, qui pouvaient par ce tremplin accéder au titre de baron, comme nous le verrons dans l’année précédant Mohács.

68Le pouvoir royal pouvait éventuellement s’appuyer sur les officiers, avant tout sur le chancelier et sur les secrétaires, et dans une certaine mesure sur le Trésor. La chancellerie judiciaire, les sénéchaux et les greffiers de la cour ne représentaient pas pour le roi un soutien appréciable. Depuis 1516, c’est le juge de la cour Werbőczy qui détenait le sceau judiciaire et, de manière générale, le personnel du tribunal représentait toujours les intérêts de la moyenne noblesse. Avec les changements fréquents de personnel au Trésor, celui-ci vit se succéder des trésoriers menant des politiques opposées. Thurzó représentait la ligne Habsbourg, Dóczy suivait Szapolyai, André Báthori, partisan du gouvernement des barons, a laissé le souvenir d’un organisateur aux talents non négligeables pour les ligues d’aristocrates.

69Il fallait tenir compte du chancelier et des secrétaires en nombre accru. Ils pouvaient se rattacher à n’importe quel groupement de barons, et servir le corps des barons et des prélats, mais aussi suivre au nom du roi leur politique à eux. Bakócz, Frangepán et Szatmári de manière générale faisaient partie du premier groupe mais on ne peut pas dire la même chose de Szalkai. Ce fils d’un cordonnier de Mátészalka avait construit son pouvoir de manière quasiment imperceptible. Il était reconnu même par les ambassadeurs étrangers comme un leader exerçant les pleins pouvoirs. Ce n’était en fait pas le cas, car il devait faire attention aux différents clans et parfois même se faire des alliés, mais tous avaient peur de lui. il était même fort impopulaire. Cet archevêque intéressé et égoïste n’ignorait pas que son pouvoir et son influence dépendaient de sa coopération avec le roi, c’est pourquoi il était intéressé au rétablissement du pouvoir royal. Son origine sociale faisait haïr l’évêque cordonnier non seulement de la noblesse, mais aussi de l’aristocratie, comme le suggère le plus intelligent des hommes politiques de cette classe, André Báthori.

70En fin de compte, la reine Marie et le chancelier Szalkai voulaient un pouvoir royal affranchi de l’influence des cliques aristocratiques et de la noblesse. Naturellement ils étaient rivaux, car tous deux entendaient gouverner au nom du roi Louis, qui était faible. De leur coopération dépendait le succès de la tentative de rétablissement du pouvoir royal. Quand, en 1524, en partie avec l’aide de la reine Marie, le palatin Étienne Báthori fut rétabli dans ses fonctions, Szalkai répondit en faisant occuper par un de ses proches la deuxième des dignités, celle de comte de la cour. Dans la première moitié de sa carrière, alors qu’il était officier du Trésor, Szalkai avait été l’associé d’Ambroise Sárkány, lequel avait également été en rapports d’affaires avec Paul Várdai, le trésorier en fonction (comme nous l’avons vu, Várdai suivit Szalkai à la trésorerie, quand ce dernier voulut devenir chancelier). Après la mort du comte de la cour Laurent Újlaki en 1524, ce n’est pas un rejeton de l’ancienne aristocratie, mais Sárkány qui lui succéda. Cette initiative tactique s’avéra efficace, car Sárkány entretenait de bonnes relations aussi bien avec les Habsbourgs qu’avec le voïvode. En conséquence, le pays fut pour un temps gouverné par le triumvirat Szalkai, Várdai, Sárkány.

71La composition du conseil du roi changea pour la première fois pendant le règne de Louis II. Le conseil élargi n’était convoqué que pour les affaires les plus importantes (et pendant les Diètes), il était trop lourd pour pouvoir gouverner. Le conseil restreint en fait ne comprenait pas seulement les prélats et les barons ainsi que les assesseurs élus par les Diètes. Aux sessions participaient aussi les principaux officiers et magistrats du roi, y compris les secrétaires, dont le nombre était en augmentation permanente. Un corps aussi lourd, formé de représentants d’intérêts divers, ne pouvait qu’affaiblir le gouvernement du pays. En fait, les affaires les plus importantes étaient préparées par le roi avec ses conseillers les plus fiables. Ce nouveau conseil voyait la présence de quelques aristocrates, le chancelier, de même que des représentants des États amis, principalement les ambassadeurs du pape et de l’empereur. C’était là le début de la formation d’un conseil secret, à l’image de ce qui se passait dans les puissances occidentales.

72En conclusion, il n’est pas possible de parler de deux partis, un parti de la cour, favorable aux Habsbourgs, et un parti « national », partisan de Szapolyai. Il y avait un groupement à la cour (Marie et Szalkai), mais que l’on ne peut assimiler mécaniquement à l’orientation pro-Habsbourg, même si parfois il collaborait avec ses partisans. Il n’est pas davantage possible d’établir un lien direct entre la cour et le groupement formé surtout d’aristocrates laïcs. Une partie de l’aristocratie ne pensait qu’à la préservation de son pouvoir, certains de ses membres, en échange de dignités ou de donations de domaines, passaient du côté de la cour, d’autres faisaient alliance avec la noblesse. Dans les années 1520 le voïvode changea à plusieurs reprises de point de vue, se rangeant tantôt du côté de la cour, tantôt du côté des grands seigneurs, tantôt du côté de la noblesse. Cette dernière mettait effectivement en avant des mots d’ordre « nationaux », s’opposant jusqu’au bout au groupe des aristocrates, sans vouloir pour autant renoncer aux privilèges de la familiarité tout en combattant les représentants des intérêts des magnats. Parfois elle se ralliait à un grand seigneur d’opposition (Szapolyai), tantôt elle soutenait le roi. Tout ceci émergea clairement lors des Diètes annuelles de 1525-1526, et surtout à la diète de Hatvan.

Les Diètes de 1525 à Rákos et à Hatvan

73Le 7 mai 1525, la Diète se réunit sur le champ de Rákos. L’hostilité de la noblesse à l’égard des aristocrates et des étrangers s’y manifesta plus fortement que d’habitude. Les ambassadeurs étrangers se virent interdire l’accès au conseil, des lois furent adoptées contre les Fugger, contre les nouveaux chrétiens espagnols, contre Emeric Szerencsés, un homme d’affaires et officier du Trésor (ainsi qu’agent de l’archevêque d’Esztergom Szalkai). La Diète confia au roi la charge de veiller à ce que les prélats et les barons soient présents au conseil ; elle reconnut aux anciens membres du conseil le droit d’intervenir, mais ils n’avaient pas le droit de vote et il n’était pas possible de nommer des étrangers à des fonctions officielles. Les articles consacrés aux affaires militaires furent conçus conformément aux intérêts de la noblesse. C’est ainsi que le capitaine élu par le comitat fut chargé d’inventorier également la fortune des aristocrates. Un article fut même directement tourné contre Szalkai, d’après lequel le roi remettait le sceau au chancelier concerné, mais le sceau annulaire revenait à un secrétaire hongrois. La loi comprit également, comme les autres années, des articles sur la restitution des tenanciers, sur l’interdiction d’exporter du bétail, sur la suppression de l’argent de mauvaise qualité. La suspension de la dîme était tournée contre les évêques. La mesure principale cependant fut la convocation d’une Diète armée à Hatvan le 24 juin.

74Les décisions prises à Rákos nuisaient tout autant au roi, au corps épiscopal et à toute l’aristocratie. Le roi ne confirma pas la loi, et il interdit la tenue de la Diète de Hatvan. Cette agression politique permit aux anciens adversaires de faire front commun. Le jour de la clôture de la Diète, le 22 mai, les prélats et les barons se rassemblèrent ; la réunion fut présidée par l’archevêque d’Esztergom, avec la présence de dix évêques et du prévôt de Fehérvár (l’archevêque Tomori ne quitta pas la zone frontalière du Sud). Dix-sept magnats étaient présents, conduits par le palatin Báthori. Le voïvode, qui séjournait en Transylvanie, s’était fait représenter par son frère Georges. Il est significatif de noter qu’à l’exception du comte de la cour Sárkány, de l’argentier et trésorier Thurzó, du chambellan Pierre Korlátkövi et de Pierre Erdődi, le neveu de l’ancien archevêque d’Esztergom Bakócz, tous les autres étaient des aristocrates de naissance. Bornemissza n’était pas là, mais, comme Sárkány et ses partisans faisaient partie des dignitaires dirigeant le pays, son absence ne se fit pas sentir. Cette ligue, qui rassemblait les « deux ordres », les prélats et les barons, représentait comme en 1522 une alliance défensive et offensive contre l’extérieur. L’éventualité n’était pas exclue que certains nobles, à condition d’en être capables, se haussent jusqu’au statut de baron, mais cela n’était admissible que s’il s’agissait de quelqu’un des leurs. De plus ils revendiquaient que le roi prenne à la cour les membres des anciennes familles appauvries et qu’il donne à ceux d’entre eux qui seraient nommés barons des domaines d’une taille correspondante à leur fonction. Ils ne pouvaient pas parler ouvertement contre la noblesse moyenne, mais il était clair qu’ils s’alliaient avant tout contre elle et dans l’intérêt de l’ancienne aristocratie. Il est intéressant de noter que les intérêts du « deuxième ordre », des prélats, n’émergent nullement, si ce n’est dans la disposition prévoyant le respect des testaments faits par les évêques : en effet le roi, au mépris des testaments des prélats, avait coutume de s’emparer d’une grande partie des héritages. Manifestement Szalkai choisit de rejoindre la ligue afin de profiter de son assistance pour assurer à son « ordre », le clergé, les revenus de la dîme.

75Les péripéties à l’arrière-plan de la Diète de Hatvan sont ambiguës, car le roi fit des déclarations contradictoires. Cela se comprend car la Hongrie était au bord de la guerre civile. Tout ce qu’on peut dire, c’est que la cour (au premier chef la reine) estimait nécessaire de renforcer son pouvoir en s’appuyant sur la noblesse en armes contre la nouvelle ligue des prélats et des magnats. C’est pourquoi, en opposition avec son conseil, le roi autorisa finalement la tenue de la Diète de Hatvan et décida de s’y présenter. Dans ce contexte, c’est Werbőczy, l’orateur principal de la Diète, qui eut le rôle principal à jouer. C’est lui qui fut investi de la tâche de faire passer les conceptions du roi. Le roi lui fit connaître ses désirs par l’intermédiaire de son secrétaire Urbain Batthyány, alors que Werbőczy se trouvait déjà à Hatvan. Le roi avait prévu une violente attaque contre les prélats et les barons, ainsi que contre Szalkai et le voïvode (plus tard aussi contre Bornemissza). Szapolyai en effet n’avait pas rendu les revenus de la Couronne qu’il détenait, et prétendait, sur la base d’un accord de succession, à l’immense fortune des Újlaki. Sur la base des événements ultérieurs, il est permis de supposer que l’archevêque d’Esztergom Szalkai lui-même avait cherché à entrer en contact avec le chef de la noblesse.

76L’époque de Louis II est la première qui nous ait légué un grand nombre d’écrits de propagande. La Diète de Hatvan fut l’objet de ce type de document. Un officier de la cour, François Bácsi, dans un long prospectus manuscrit écrit en latin, attaque violemment les aristocrates et appelle la noblesse à se soulever au nom de la liberté. Il n’épargne pas Werbőczy, en affirmant qu’il avait été corrompu. Enfin, par une figure rhétorique frappante, il donne la parole à la mère commune, la Hongrie personnifiée, qui supplie de ne pas permettre que l’avarice et la lâcheté des aristocrates fassent tomber le pays dans les mains des Turcs. On trouve des poèmes en langue hongroise écrits à l’occasion de l’assemblée de Hatvan, comme ceux du diacre Ladislas Geszti, dont la personne coïncide sans doute avec celle d’un familier de Szalkai de même nom. Il appelle au paiement de la dîme – comme le voulaient les évêques ! – et poursuit de la sorte :

  • 3 Rabán Gerezdi, A magyar világi líra kezdeteiv, Budapest, 1962-95.

« Seigneur, Sainte Vierge, protégez-nous de la guerre
Que l’assemblée réunie à Hatvan se termine bien
Que le bon roi Louis soit triomphant
Qu’il mette un bon terme dans tous les conseils3 »

77Il faut noter que Geszti, qui écrit pour Szalkai, est le seul qui se montre favorable au roi, en opposition avec la ligue des aristocrates ou avec Bácsi.

78L’assemblée, où le roi accueillit dix mille nobles en armes avec les pompes militaires, commença par la revue des troupes. Werbőczy et ses compagnons faisaient régner dans leurs rangs un ordre parfait, quasi militaire, ce que même leurs adversaires durent reconnaître. Les négociations n’en furent que plus tumultueuses. Le palatin, quand il prit la parole, Thurzó, et surtout Sárkány furent conspués, le comte de la cour, qui était commerçant en vins et en bovins, fut presque lynché, de sorte qu’il dut finir par prendre la fuite. La noblesse prit en charge le changement de personnel politique aux plus hautes dignités, ce que la reine Marie n’avait réussi que partiellement en 1523. Le palatin, Szalkai, le chancelier, le comte de la cour, le trésorier Thurzó furent démis de leurs fonctions. La Diète élit Werbőczy palatin, Paul Várdai chancelier et archevêque d’Esztergom ( !), Jean Drágffy comte de la cour, Ladislas Kanizsai trésorier ; avec la destitution de Jean Tahi, l’une des dignités de bán de Croatie se trouvait vacante, et fut remplie par François Bodó, un assesseur au conseil.

79Le roi ne reconnut que l’élection de Werbőczy, même si le juriste ne voulait pas accepter son élection. Drágffy fut nommé comte de la cour de la volonté propre du roi, conformément à ses compétences. Szalkai remit effectivement le sceau royal au secrétaire Szalaházi, mais celui-ci ne fut pas nommé chancelier. Thurzó ne fut remplacé qu’au bout de quelques semaines par Jean Dóczy. Mais le roi ne donna pas de compagnon à François Batthyány, bán de Croatie. Les ordres ne s’étaient manifestement pas préparés au changement de personnel et leurs candidats semblaient ne répondre à aucun critère. Kanizsai par exemple avait été membre des ligues de 1522 et de 1525, et Drágffy était considéré comme l’un des défenseurs les plus acharnés des intérêts des aristocrates. La seule chose qui semble les relier, c’est le fait que le beau-frère de Drágffy, en tant qu’ispán de Temes (1523-1525) et Kanizsai, alors que son père était bán de Croatie, avaient tous deux combattu contre les Ottomans. Il n’est pas sûr cependant que la noblesse ait voulu mettre des combattants au gouvernement, puisque Werbőczy, pour sa part, était fort éloigné du terrain militaire.

80La grande majorité des lois adoptées par la Diète répète les décisions prises au printemps à Rákos, si ce n’est qu’elles prévoyaient cette fois-ci le prélèvement de la dîme. Un impôt de cent deniers (à savoir d’un florin) fut voté, de telle sorte que, selon une pratique tout à fait inhabituelle, vingt-cinq deniers reviennent à la reine. La loi prescrivait aussi que le voïvode rende au roi les biens de la Couronne hypothéqués auprès de lui ; en échange, il devait recevoir tous les domaines du prince Laurent Újlaki. Le roi bien sûr se garda bien de confirmer la loi, mais il en fit exécuter certaines dispositions – comme l’élimination de l’argent de mauvaise qualité ou l’application dans tout le pays des mesures valables à Buda.

Werbőczy palatin et son échec

81Le mérite de Werbőczy est qu’il empêcha la guerre civile, bien que les radicaux du type de Bácsi l’aient considéré comme un traître. La question était seulement de savoir si – grâce à sa popularité – Werbőczy allait être capable de faire face aux obligations de la toute première dignité séculière du pays et s’il allait pouvoir rassembler des forces opposées. Il faut reconnaître qu’il sut faire preuve de sens autocritique quand il refusa une première fois d’être palatin, car il était totalement inapte à cette fonction. Le nouveau palatin était en effet un excellent conseiller, il était parfaitement capable de susciter des solutions de conciliation en dirigeant les opérations depuis les coulisses, mais en tant que dirigeant responsable, il était incapable de prendre des décisions.

82Soudain, cet homme politique naguère si dynamique ne sut plus quoi faire. Il négligeait les séances du conseil du roi, craignait manifestement les partisans d’Étienne Báthori, son prédécesseur qui, en tout état de cause, considérait sa destitution comme illégale. Il ne se rangea pas non plus aux côtés du voïvode, dont il avait été le sénéchal en Transylvanie ; au contraire, suivant les désirs du couple royal, il jugea en tant que palatin le procès sur l’héritage de Újlaki au profit de la Couronne et contre Szapolyai. En tout, il tenta de suivre Szalkai. Son soutien ouvert à l’archevêque d’Esztergom montre qu’ils avaient une collaboration qui était antérieure à la Diète de Hatvan, ce qui avait permis à l’archevêque de sauver la dîme. Ce n’est pas de sa responsabilité s’il ne fut pas capable d’empêcher la décision de la noblesse, qui haïssait l’« évêque cordonnier », de prendre une décision visant à l’écarter. Werbőczy ne manqua sans doute pas de se réjouir quand, le 27 mars 1526, le roi lui confia la tâche d’aller sur place avec Gaspar Ráskai pour liquider le soulèvement des mineurs à Besztercebánya. Le jugement du palatin fut rendu le 13 avril, moins de deux semaines avant la Diète du printemps. Ce n’était pas là une cause qui nécessitait l’intervention du premier dignitaire du pays, mais son éloignement de Buda permit les préparatifs de son remplacement.

83Il est surprenant de constater que malgré le rapprochement du péril ottoman, moins d’un an avant la catastrophe de Mohács, le pays n’avait ni palatin jouissant d’une véritable autorité, ni chancelier en poste. Le 11 mars 1526, finalement, Brodarics fut nommé chancelier, mais il ne jouissait d’aucune autorité. Plus curieux encore, le rétablissement de l’ordre fut lancé par une société secrète, fondée en novembre 1525 à Kecskemét, appelée « Union aventurière » (Kalandos Szövetség), qui apparaît dans les sources de l’époque de manière contradictoire. C’est seulement dans les années 1980 que les statuts et la liste des membres de cette société ont été retrouvés, de sorte que nous avons aujourd’hui une image bien plus précise de ce qu’elle représentait.

84D’après ses statuts, de même que la ligue des barons, il s’agissait d’une alliance défensive et offensive qui rassemblait la noblesse. Son objectif était d’en finir avec les spoliations dont étaient victimes les orphelins. Les statuts précisaient qu’en cas d’absence de recours judiciaires, elle pouvait intervenir par la force sous la conduite de ses capitaines. Il s’agissait donc, à l’image de l’outil dont les aristocrates s’étaient dotés, d’une organisation d’autodéfense, laquelle cependant soulignait sa fidélité au souverain. Comme les ligues des barons de 1522 et de 1525, cette union de la noblesse comptait sur le rassemblement de ses forces et non sur le pouvoir d’État. Nous avons l’impression que le pays était sur le point de se désintégrer de l’intérieur.

85La liste des membres énumérait les quatre-vingt-onze premiers membres d’une union prévue pour deux cents. Elle comprenait quatre capitaines : François Balassa, Nicolas Tárcai, Jean Paksi et Grégoire Pöstény. Balassa était capitaine des hussards de la cour, Tárcai celui des chambellans du roi, il avait été nommé en 1504 bán de Croatie mais n’avait pas pu remplir ses fonctions. Paksi était un assesseur au conseil du roi. En 1518 il avait été trésorier ordinaire avec Szobi. Pöstény était un homme politique de la moyenne noblesse, un conseiller du roi. Un tiers des membres de l’Union faisait partie de la cour du roi ou de la reine, dont un chambellan de Marie, Jean Lengyel. Bien sûr nous y trouvons Paul Ártándi et son beau-frère, Étienne Somlyai Báthori ou Étienne Amadé : tous les dirigeants de la noblesse moyenne au service de la reine y étaient rassemblés. Nous y trouvons aussi des familiers d’aristocrates, comme l’ancien vice ispán de Temes du palatin Báthori, qui en même temps était son parent, Nicolas Macedóniai, et son sénéchal, Jean Ellevölgyi. Cette union cependant à l’origine n’était pas tournée contre Werbőczy, puisque le vice-palatin de ce dernier, Michel Kátai, et son sénéchal, Benoît Bekényi, y avaient adhéré ; Szalkai y était représenté par Ladislas Geszti, probablement le poète.

86Donc, les nobles de la cour et les hommes politiques de la noblesse en rapport avec eux avaient créé cette société secrète dont le but réel était le rétablissement du pouvoir royal. La situation était en même temps triste et dangereuse : un souverain entendait rétablir son pouvoir légal à l’aide d’une société secrète, par des moyens illégaux. Par une ironie du sort finalement, le couple royal (et Szalkai) se servira de cette société pour faire tomber celui qu’ils avaient eux-mêmes nommé moins de six mois plus tôt.

87À la Diète de la Saint-Georges de 1526, Ártándi et surtout Tárcai prirent la parole au nom des « aventuriers ». Werbőczy démissionna et Báthori fut rétabli une troisième fois dans la dignité de palatin, après quoi le grand juriste et père adoptif de Werbőczy Michel Szobi fut proclamé traître. Le plus curieux est que les lois de 1526 allaient dans le sens du renforcement du pouvoir royal. Jamais le souverain n’avait joui de plus de pouvoirs. L’institution des assesseurs élus fut supprimée : la charge de nommer huit nobles était confiée au roi. La Diète adopta aussi des lois préparant la guerre. Tirant profit de l’expérience de Báthori, le palatin fut nommé à vie. La durée des autres dignités dépendrait du roi, qui avait pouvoir d’y nommer des gens et de les en destituer à son gré.

88Dans tout ceci la reine Marie avait joué un rôle non négligeable. Il était clairement apparu que l’opposition des deux blocs, celui des aristocrates et celui de la noblesse, ne pouvait être résolue par la victoire de l’une des deux parties. C’est ainsi que la troisième force, la cour, trouva le moyen de s’assurer le soutien d’une partie des forces en présence, ce qui lui permit de rétablir son pouvoir. Il est en revanche difficile d’estimer la viabilité de ce système, puisque son application fut interrompue par Mohács. Le plus tragique, c’est que le rétablissement de l’ordre fut achevé en 1526 et non point en 1523, et que les dernières années s’écoulèrent dans une atmosphère de guerre civile.

Mohács, le désastre national

89La Diète hongroise s’était réunie le 24 avril, alors même que le 23 avril l’armée du sultan Soliman avait quitté Istanbul et s’était mise en route en direction de la Hongrie. Dès le mois d’avril, la Hongrie soupçonnait une offensive turque mais les principaux préparatifs ne commencèrent qu’en juin. Il fut décidé que la moitié des objets de culte en métaux précieux seraient confisqués et fondus pour en faire de l’argent. La mobilisation fut proclamée. Celle-ci, comme en 1521, donna lieu à des déclarations confuses. C’est seulement à partir de l’ordre diffusé le 23 juin qu’on peut parler effectivement de mobilisation, c’est-à-dire au moment de la fin de la récolte. Début juillet, les guerriers des zones frontalières conduits par Tomori, les régiments bannerets du sud de la Hongrie et une partie des troupes de l’archevêque d’Esztergom, se trouvèrent face aux armées ottomanes. Celles-ci avaient atteint la Save. Le 27 juillet, après deux semaines de siège elles s’emparèrent de Pétervárad, le nouveau centre de la ligne défensive de la zone frontalière, le 8 août elles prirent Újlak. À la mi-août, après avoir occupé les autres châteaux des bords du Danube, les Ottomans arrivèrent au passage d’Eszék. Tomori, pas plus que le palatin Báthori, ne tentèrent de leur résister.

90Le 20 juillet, l’armée du roi avait quitté Buda avec quelques milliers d’hommes. En cours de route ils furent rejoints par d’autres combattants. Début août, Louis II s’arrêta deux semaines à Tolna, attendant l’arrivée des autres forces militaires. Il est frappant de noter que le bán François Batthyány, avec les forces de Slavonie, n’arriva sur place que le 29 août, le matin du combat. Les autres contingents – Georges de Brandebourg avec les troupes tchèques et moraves ou les mercenaires allemands – n’arrivèrent pas : au moment du combat, elles devaient se trouver aux alentours de Győr. Quant aux troupes croates conduites par Christophe Frangepán elles ne dépassèrent pas Zagreb. Le voïvode, avec l’armée transylvaine, était arrivé à Szeged. L’éloignement de la majorité des forces armées dès le début de la campagne a suscité bien des questions. Il est de notoriété publique que le voïvode avait reçu du roi des ordres contradictoires : d’une part celui de rejoindre les armées du roi, d’autre part celui d’entrer en territoire turc. Comme le dernier ordre, celui qui lui demandait de rejoindre le roi, était arrivé tard, le voïvode ne put arriver à temps sur le champ de bataille de Mohács. Cette version correspond effectivement à la réalité. C’est le voïvode roumain de Valachie, Radu de la Afumaţi, qui avait élaboré le plan d’après lequel, en l’absence des armées ottomanes sur son territoire, l’armée transylvaine pourrait y pénétrer avec Szapolyai. Mais entre-temps les Ottomans s’emparèrent du fils de Radu, et ce dernier renonça à ses projets de guerre. De plus, la mobilisation en Transylvanie avait été aussi lente qu’en Hongrie, sinon plus lente. C’est ainsi que Szapolyai ne put se mettre en route avant la mi-août, de sorte que les ordres contradictoires n’eurent en réalité aucun effet particulier.

91Comme nous l’avons vu, lors de la rencontre royale de Wienerneustadt, Louis II avait évalué la puissance militaire du pays à 60 000 hommes. C’était là une image sans doute plus flatteuse que la réalité, mais nous savons que des mercenaires étrangers ont participé à la campagne de 1526, c’est pourquoi il n’est pas exclu qu’avec les régiments absents le pays ait effectivement pu disposer sur le papier de 60 000 hommes. Mais d’après l’estimation la plus fiable, c’est une troupe d’environ 25 000 hommes qui stationna fin août 1526 au camp de Mohács, représentant une valeur militaire aussi disparate que possible. Les mercenaires étrangers, les guerriers des zones frontalières, les régiments bannerets qui combattaient régulièrement contre les Turcs étaient sans doute de bons soldats, ce que l’on ne peut pas dire des nobles ou des mobilisés ou des paysans armés. Nous n’avons pas non plus de données très précises sur l’armée ottomane. Certaines estimations sont particulièrement fantaisistes (150 000 hommes), d’autres l’évaluent à 50 000-60 000, voire à 75 000 hommes. Les forces régulières ottomanes correspondent sans doute aux évaluations les plus modestes.

92Du point de vue militaire, il aurait été naturel que les troupes hongroises se retirent et n’acceptent le combat, dans l’espoir d’une victoire, qu’après l’arrivée des trois armées manquantes. Mais il n’était pas possible de faire cette proposition au conseil, et les troupes venues des châteaux étaient au bord de la mutinerie. Le retrait aurait été difficile aussi pour des raisons purement subjectives. Jamais, depuis Mathias, il ne s’était rassemblé une armée hongroise aussi nombreuse et le repli à travers la région la plus peuplée du pays, le Baranya et le Tolna, aurait été difficilement réalisable, car cela aurait signifié livrer les populations à l’ennemi.

93Il fallait également prendre des décisions sur le commandement de l’armée. Louis II n’avait aucune expérience militaire, le deuxième après lui aurait dû être Étienne Báthori. Il était déjà commandant national, et avait acquis une expérience militaire à l’époque où il était ispán de Temes. Mais il refusa le commandement suprême en raison de sa goutte. Pour des raisons incompréhensibles, personne n’évoqua la possibilité que le commandement soit assumé par le deuxième dignitaire, le comte de la cour Jean Drágffy, qui était lui aussi expérimenté en matière de direction d’hommes sur le champ de bataille. Il assura seulement la position de porte-étendard national. Finalement ce furent Tomori, en tant que commandant des régions inférieures, et Georges Szapolyai qui prirent le commandement des armées hongroises. Le mandat de Szapolyai n’était valable que jusqu’à l’arrivée de son frère le voïvode, ce qui n’aurait eu lieu qu’en cas de repli. Tomori était sans doute un bon officier de cavalerie, mais il n’avait jamais conduit une armée aussi nombreuse, alors que Szapolyai n’avait absolument aucune expérience militaire. Ils étaient assistés d’un officier mercenaire polonais, Lenart Gńoienski, qui servait en Hongrie depuis des années et assurait la position de chef d’état-major.

94La bataille eut lieu le 29 août. L’armée hongroise, alignée en ordre de bataille devant le camp de Mohács, attendit disposée sur deux lignes l’arrivée des Turcs. L’aile droite était conduite par le bán François Batthyány, qui venait tout juste d’arriver, et l’aile gauche par le nouvel ispán de Temes, Pierre Perényi, le fils de l’ancien palatin, tout juste sorti de l’adolescence. Aucun d’entre eux n’avait une grande expérience militaire, leur fonction de commandant dérivait de la dignité civile qu’ils assumaient. Alors que l’armée hongroise attendait l’ennemi, l’armée du sultan continuait à avancer. Entre-temps, l’une des ailes aperçut des cavaliers ottomans. Tomori envoya à leur rencontre les cavaliers prévus pour la garde personnelle du roi, et que dirigeaient l’ancien ispán de Temes Gaspar Ráskai, le dernier bán de Szörény, Jean Kállai Vitéz et Valentin Török.

95L’ennemi arriva dans l’après-midi et commença à reconstituer ses rangs, dont l’ordre avait été perturbé par la longue marche. Tomori comprit que la situation était favorable et se mit à la tête d’une percée. Les Hongrois parvinrent à s’enfoncer profondément au cœur de l’armée ottomane et s’approchèrent même du sultan, mais alors arrivèrent les troupes ottomanes détachées, qui emportèrent une victoire complète.

96Louis II, dont la garde avait été éloignée, se noya pendant sa fuite dans les marais du ruisseau Csele. De nombreuses personnalités tombèrent sur le champ de bataille : les archevêques Szalkai et Tomori, cinq évêques, un grand nombre d’aristocrates, dont le comte de la cour Drágffy et son prédécesseur, Ambroise Sárkány, ainsi que Georges Szapolyai, les chambellans Korlátkövi et Trepka, Il y eut aussi de lourdes pertes en hommes. Même si la couche dirigeante avait été décimée, c’est surtout la mort du roi qui représentait une tragédie pour la Hongrie. Les Ottomans s’étaient ouvert la route de Buda.

97La question qui se pose toujours à propos de Mohács est celle de la responsabilité, surtout si nous comparons la période des Jagellons à celle, brillante, de Mathias. Mais il ne faut pas oublier que les guerres de Mathias avaient épuisé le pays. Les années qui avaient suivi la mort de ce souverain avaient connu une atmosphère de guerre civile. Le mérite de Vladislas II avait effectivement été de construire la paix, et ce n’est pas un hasard s’il y faisait toujours référence. Il avait permis l’essor de la vie économique, dont la bourgeoisie des villes et des bourgades agricoles avaient profité. La paysannerie productrice avait vu aussi sa situation s’améliorer. Par contre, la couche des seigneurs terriens s’était débattue dans les difficultés matérielles, c’est pourquoi une partie d’entre eux s’intéressait aux activités commerciales et là elle se heurtait aux bourgeois et aux paysans. De ce point de vue, le tournant des xve-xvie siècles est à tout point de vue une période de transition.

98Cela induisit également des mutations sociales. Le fossé entre les barons et la noblesse moyenne et inférieure s’approfondit. La relation patriarcale entre le seigneur et ses familiers fut remplacée par le rapport plus rigide entre seigneur et serviteur, ce qui contribua à exacerber les oppositions entre nobles moyens et magnats. En même temps, les souverains étaient faibles, Louis II a dix ans quand, en 1516, il monte sur le trône.

99Cette société hongroise en mutation pouvait difficilement compter sur les grandes puissances chrétiennes. En Europe, les années vingt représentent la période la plus dure dans les rivalités entre les grandes puissances. L’équilibre antérieur est remis en question. Il n’était donc pas possible de compter sur une aide extérieure.

  • 4 Ferenc Szakály, A mohácsi csata. Budapest, 1975.

100Ni la situation interne ni celle de la politique internationale n’étaient favorables à la Hongrie, alors que l’Empire Ottoman jouissait d’une puissance jamais vue auparavant. Même si l’État avait été mieux organisé, la Hongrie n’aurait jamais pu faire face seule à l’agression ottomane. C’est donc difficile de rejeter la responsabilité de la catastrophe sur les dirigeants de l’État et sur la couche politique dirigeante, bien que, notamment sous Louis II, pendant les moments de guerre civile, l’égoïsme aussi bien des barons que de la noblesse a incontestablement empêché une meilleure organisation de la défense. Tout le monde était conscient du danger. Comme cela a été plus d’une fois souligné, la domination ottomane représentait, pour les élites nobiliaires, un danger mortel, ce qui explique l’éveil des réflexes d’autodéfense4. Les hommes politiques de la moyenne noblesse avaient aussi préparé plusieurs projets de réforme, mais ceux-ci étaient tantôt naïfs, tantôt inapplicables, comme l’imposition des ordres. C’est à la cour que l’on doit le plus de réalisations, surtout à la reine Marie et à l’archevêque d’Esztergom Szalkai. Mais le pouvoir royal tel qu’il fut rétabli en 1526 n’eut pas le temps de faire ses preuves.

101La question se pose : si à Mohács la retraite avait été possible – ce qui est loin d’être sûr – est-ce que la défaite militaire aurait eu lieu ? En tout cas, une seule éventuelle victoire hongroise n’aurait rien résolu. L’Empire ottoman était à ce moment-là en expansion, le sultan aurait pu peu de temps plus tard mobiliser des forces tout aussi nombreuses. Les Hongrois auraient subi de telles pertes, qu’en cas de nouvelle guerre ou de nouvelle attaque ils auraient été incapables d’aligner le même nombre d’hommes. Donc, malgré toutes les erreurs commises par les Hongrois, nous pouvons dire que la catastrophe pouvait éventuellement être reportée, mais pas évitée.

La culture de l’époque des Jagellons. Les débuts de la Réforme

La diffusion de la culture

102Lors de la conclusion de la paix de Pozsony en 1491, il apparut que les délégués hongrois ne savaient pas écrire. C’est Georges, le neveu du comte de la cour et voïvode Étienne Báthori, qui signa les documents à la place de son oncle, et Bakócz y apposa sa signature à la place de Ladislas Ország et de Ladislas Rozgonyi. Nous savons que d’autres seigneurs hongrois étaient analphabètes mais il n’en reste pas moins que chez ces trois prestigieux aristocrates cela a de quoi étonner. À l’époque de Louis II, trente ans plus tard, cet incident n’aurait pas pu se produire, car tous les barons savaient écrire, comme les trois neveux d’Étienne Báthori – Georges le cavalier, le palatin Étienne et le trésorier André. Ce dernier faisait de la politique en écrivant des lettres, dans un latin médiocre, il est vrai. Nous constatons le même phénomène dans la noblesse moyenne, notamment dans sa couche supérieure. Nous savons que certaines familles faisaient appel à des précepteurs, ce qui arrivait sans doute aussi chez les barons.

103D’après des estimations, la Hongrie avait besoin au début du xvie siècle de sept cents lettrés laïcs, chiffre qui ne comprend pas les avocats. À l’époque des Jagellons, le nombre des avocats de métier devait approcher les cent, sans compter ceux qui, de temps à autre, aidaient leurs amis ou les gens de leur famille. Dans ce cas, nous pouvons parler d’intelligentsia nobiliaire. Les maîtres d’école étaient bien plus nombreux, mais beaucoup d’entre eux étaient issus de familles bourgeoises ou de paysans. En tout cas, avant Mohács, le nombre de nobles sachant lire et écrire (en latin) dépassait largement le nombre de ceux qui exerçaient des métiers intellectuels. C’est la seule explication à la diffusion de propagande politique écrite, qui impliquait l’existence d’une couche relativement large de personnes capables de lire.

104Seuls les barons et les couches supérieures de la noblesse moyenne faisaient appel à des précepteurs, les autres pouvaient fréquenter les écoles publiques et les universités. Il n’y avait toujours pas d’université en Hongrie, les établissements supérieurs les plus fréquentés par les Hongrois étaient les universités voisines de Vienne et de Cracovie. Ceux qui se rendaient en Italie pour augmenter leur savoir commençaient par faire quelques études dans une université proche. En Italie, ils pouvaient acquérir une culture humaniste. Certains prélats hongrois, tels que par exemple le chancelier Szatmári, aidaient financièrement ceux qui y étudiaient. C’est Szatmári qui aida par exemple Laurent Kretschmer, le futur prévôt de Fehérvár, et les écrivains Brodarics, Sébastien Magyi et Valentin Hagymási.

105Nous ne pouvons pas affirmer que le diplôme universitaire était absolument indispensable à l’acquisition d’un haut niveau de culture. Le niveau des écoles dans le pays était en effet élevé. Ainsi dans les années 1480, lors d’une épidémie de peste, le professeur viennois Briccius Cilliensis demanda à Pongrác Laai Rorbeck, maître d’école à Buda, de faire cours à ses étudiants. Ulrik Tobriacher, qui enseignait lui aussi à Buda, était connu au début des années 1510 comme un humaniste distingué. Jean Budai Kakas obtint son titre d’artium magister (le deuxième degré de la faculté des arts) à Cracovie : il prit la direction de l’école d’Eger, puis, à la fin de ses études de droit, il se rendit en Italie et rentra en Hongrie avec un titre de docteur en droit ; Szatmári, évêque de Pécs, le nomma alors chanoine. L’archevêque Szalkai, qui avait suivi mes cours de l’école de la ville de Sárospatak, avait lui aussi une large culture humaniste.

106Les écoles avancées des villes et des bourgs agricoles formaient des hommes instruits issus de la bourgeoisie. Ce sont eux qui formaient la plus grande partie de la couche moyenne de l’Église. Il est probable que ces écoles aient aussi accueilli des nobles, même si ceux-ci terminaient leurs études plutôt auprès des chancelleries ou des loci credibilis, où ils pouvaient en même temps se familiariser avec les pratiques du droit coutumier dont ils auraient besoin dans les bureaux et dans les tribunaux. Werbőczy, qui n’avait passé que six mois à l’université de Cracovie, avait certainement acquis en Hongrie et non à l’université toute sa remarquable érudition.

107Plusieurs testaments de bourgeois et un testament d’un noble (le vice-palatin Michel Hangacsi) mentionnent des livres. Nous avons des traces d’achats de livres – notamment à thème religieux – par des nobles dans plusieurs registres comptables. L’un de ces livres était contre les indulgences papales, il s’agit peut-être de l’œuvre de Luther. En conclusion nous pouvons constater qu’à l’époque des Jagellon le nombre des personnes cultivées s’accroît, parmi les aristocrates comme parmi les nobles et les bourgeois des villes et des bourgs agricoles, et la Réforme permettra encore d’étendre ces acquis.

Une production littéraire toujours active

108Avec l’époque des Jagellons, l’intérêt humaniste de l’époque de Mathias ne s’éteint pas, peut-être même se diffuse-t-il. Dans les années 1490 une société savante, en relation avec la Société savante danubienne (Solidalitas Literaria Danubiana), fut fondée à Buda. Elle était dirigée par l’évêque de Veszprém et de Vienne, Jean Vitéz le jeune. Parmi ses membres, nous trouvons les secrétaires tchèques de la chancellerie, Augustin Olmützi, Jan Šlechta et Georg Neydecker, ainsi qu’un aristocrate tchèque qui, comme eux, séjournait à Buda, Bohuslav Hasištejnský z Lobkovic. Parmi les chanceliers et les secrétaires hongrois, il y avait également bon nombre d’humanistes, des poètes également. Les lettres humanistes de Pierre Váradi, archevêque de Kalocsa, sont considérées comme une production de l’époque des Jagellons, et le chancelier Szalkai a lui aussi laissé des poèmes humanistes en latin. Mentionnons parmi les secrétaires Sigismond Thurzó, Philippe Csulai Móré, le futur évêque de Pécs, l’évêque Jean Gosztonyi, ancien étudiant parisien, Jean Megyericsei, poète et collectionneur d’inscriptions antiques, Jacob Piso, remarquable poète et diplomate, le futur archevêque d’EsztergomNicolas Oláh, aux activités littéraires multiformes, le chancelier Étienne Brodarics, qui décrira la bataille de Mohács, Emeric Kálnai et bien d’autres.

109Hormis les humanistes concentrés à la chancellerie, les influences humanistes ne manquent pas de se faire sentir parmi les chanoines, les maîtres d’école et les autres professions nécessitant la pratique de l’écrit. Leur diffusion a été largement facilitée par les poèmes latins en vers classiques qui étaient gravés sur les pierres tombales renaissance. Ces épitaphes étaient diffusées également en manuscrit, mais certains ne sont connus que par les pierres tombales, comme par exemple celle de Sigismond Vémer, trésorier, évêque de Zagreb, décédé en 1500. La cour elle-même n’était pas indifférente à l’égard de l’humanisme. Werbőczy lui-même était de culture humaniste. Il envoya à son protégé, Benoît Bekényi, étudiant à Vienne, des vers de Janus Pannonius pour les faire éditer. C’est à lui que Johannes Cramer, éditeur des élégies, demande d’écrire une lettre de recommandation à son patron, et il deviendra plus tard sénéchal de Werbőczy, quand celui-ci sera palatin.

110Parmi les œuvres littéraires séculaires les plus importantes, il faut mentionner l’ouvrage d’Étienne Taurinus intitulé Stauromachia et imprimé en 1519. Il s’agit d’une épopée en cinq chants écrite en latin, qui relate la guerre paysanne de 1514. Elle est violemment hostile aux insurgés, et, dans une certaine mesure, elle peut être interprétée comme une œuvre de propagande en faveur de la noblesse. Le texte intitulé Aux grands de Hongrie (Magyarország elökelőknek), long de près de 2000 vers, édité à Vienne en 1523 par Martin Nagyszombati et comportant une dédicace au chancelier Szalkai est lui une œuvre franchement propagandiste. Dans le texte, l’auteur, un homme d’origine bourgeoise qui avait été élu abbé bénédictin, s’adresse à la noblesse, attire son attention sur le péril turc, et évoque la gloire ancienne et les conflits. D’après Nagyszombati, il faut suivre l’exemple des anciens, parmi lesquels il choisit – et ce n’est pas un hasard – Attila et le roi Mathias. Lui aussi condamne la guerre paysanne. Son rêve, c’est la « paix dans la sérénité », qu’évoquait si souvent Vladislas II pendant son règne. Nous pouvons aussi mentionner le chanoine et poète latin Valentin Hagymási, dont une œuvre en prose contre l’ivrognerie parut en 1517 : il y fustige les prêtres ivrognes et les serfs soûlards insurgés.

111Ce n’est sans doute pas un hasard si dans la littérature de l’époque, indépendamment de l’origine sociale des écrivains, la guerre paysanne occupe une place importante, et ce sous le prisme négatif. La littérature (et non seulement les prospectus partisans comme ceux de François Bácsi) jouait ainsi un rôle croissant pour former l’opinion des lecteurs. Notre principale source sur la bataille de Mohács, l’œuvre du chancelier Étienne Brodarics parue en 1527, avait des objectifs de politique extérieure. Le dernier chancelier hongrois, qui, comme beaucoup d’autres humanistes hongrois, était en rapport avec Érasme, avait écrit son œuvre surtout pour faire connaître la situation au roi de Pologne Sigismond : il y discute plusieurs questions avec le grand humaniste et diplomate autrichien Jean Cuspinien. Cuspinien avait publié fin 1526 un récit de la bataille de Mohács destiné aux princes de l’Empire, dans lequel il les appelle à lutter contre les Ottomans et à aider la Hongrie. Cuspinien attaquait violemment Luther, dénonçait l’ivrognerie des Allemands et ne présentait pas les cercles dirigeants hongrois sous un jour très positif. C’est ce dernier aspect de son œuvre qui provoque la réponse de Brodarics.

112La littérature religieuse en latin de l’époque est dominée par deux grandes figures, celles de Pelbárt Temesvári (1440-1504) et d’Oswald Laskai (1450-1511). Tous les deux étaient des franciscains observants, Temesvári enseignait la théologie dans une école conventuelle, tout comme Laskai. Ce dernier occupa à deux reprises la fonction de responsable provincial de son ordre. Pelbárt publia un recueil de sermons et une somme théologique. Le dernier volume de son œuvre théologique fut achevé par Laskai, auteur lui aussi d’un recueil de sermons. Leurs ouvrages furent pour la plupart imprimés en Alsace, à Haguenau, au tournant des xve et xvie siècles. Ils connurent plusieurs éditions. Les deux auteurs franciscains, surtout Temesvári, utilisent souvent, pour varier leur style, des éléments narratifs. Comme ils étaient tous deux observants, ils présentent également quelques traits dans une certaine mesure anti-féodaux. De plus, Laskai semble avoir été sensible à l’idéologie hunno-scythe. Il n’est pas exclu que les juristes nobles de la curie soient parvenus à faire passer leurs idées dans la conscience de catégories plus larges.

113Entre-temps l’historiographie des ordres religieux commençait à devenir un genre pratiqué. Blaise Szalkai, responsable provincial des franciscains observants, avait commencé dès le milieu du xve siècle à écrire la chronique de son ordre, laquelle fut poursuivie par ses successeurs, y compris par Laskai. Dans les années entourant la bataille de Mohács, Grégoire Gyöngyösi (1472-1545), général pauliste, rédigea une histoire de l’ordre en Hongrie. Comme il convient à un savant, il entendait commencer par rassembler les sources, et, pour cette raison, sans doute à l’occasion de ses tournées de visites, il prit des notes sur les documents conservés dans les archives des monastères paulistes aux quatre coins du pays. Cet Inventarium est en soi une source importante, car bien des archives de monastères depuis ont été détruites. Pour son ouvrage, il fait appel également au travail de ses prédécesseurs, l’un d’entre eux, Jean Zalánkeméni, avait déjà commencé à rassembler des matériaux ; le supérieur du monastère de Zagreb, Marc Dombrói, se mit à l’écriture et poursuivit le manuscrit de Gyöngyösi. Il écrivit aussi d’autres œuvres. Le titre latin de son ouvrage principal est Vitae Fratrum Heremitarum Ordis Sancti Pauli primi eremitae (1525-1528) (Vie des frères ermistes de l’ordre de Saint Paul, premier ermite). Avec la liste des généraux de l’ordre, il en présente les biographies, les événements principaux ayant marqué l’histoire de l’ordre et les vies des membres les plus importants. Il brosse un tableau très vivant de l’histoire du seul ordre monastique d’origine hongroise. Il avait un véritable talent d’écrivain. Dans ses écrits, nous sentons aussi bien les influences humanistes que celles de l’esprit de la devotio moderna. Son œuvre nous apprend l’existence d’autres écrivains paulistes, dont les œuvres ont été perdues. Il copie dans son livre deux hymnes en latin de son compagnon Albert Csanádi. Nous apprenons également que Csanádi et d’autres paulistes n’écrivaient en latin que pour un large public ; entre eux, ils s’écrivaient en hongrois.

114L’époque des Jagellons est l’époque de la diffusion massive de la littérature en langue hongroise. Il ne nous reste que peu d’œuvres à thème profane, mais nous savons qu’un certain nombre de poèmes en hongrois de teneur politique remontent à cette époque. Nous avons déjà mentionné la Chanson de Ladislas Geszti (Geszti László éneke), à propos de la Diète de Hatvan. Rappelons également la Chanson de Pierre Beriszló, écrite par Michel Szabatkai en 1515, dont l’objectif était de donner de l’évêque-bán vainqueur des Ottomans une image flatteuse devant la Diète provinciale slavonne. Pour la première fois nous avons en vers la vie des guerriers des confins chantée par Balassi.

  • 5 Gerézdi, i.m. 68.

« Là où sont les glorieux hussards, là ils partagent allègrement
Leurs domestiques ne se font pas offenser par les bœufs
Souvent ils vivent allègrement, et parlent en hongrois5. »

115C’est deux ou trois ans avant Mohács que François Apáti a dû écrire sa Cantilena, un poème très libre à tonalité satirique. Ce poème manifestement à prétention nobiliaire et à objectif politique, se moque de la noblesse et du clergé, tourne en ridicule toute la société nobiliaire, mais réserve ses piques les plus acérées aux paysans révoltés.

116Il ne nous reste de cette époque que des fragments de poèmes d’amour, autrement dit de chansons dites « de fleurs » (virágének), de poèmes de danse. L’un d’entre eux remonte à 1490, l’autre à 1505, et ils ont été tous deux écrits en hongrois par un greffier chargé des registres en langue allemande des villes de Szeged et de Körmöcbánya. Les greffiers allemands devaient donc savoir le hongrois, et pour cette raison ils ont immortalisé des fragments de poèmes qu’ils avaient entendus quelque part et qui leur avaient plu.

117Mais la plus grande partie de la littérature hongroise de l’époque est constituée de légendes, de sermons et d’autres textes à sujet religieux qui ont été conservés dans les livres manuscrits. Ils étaient, de manière générale, destinés aux religieuses qui ne savaient pas le latin. La plupart d’entre eux sont dus aux franciscains et aux dominicains, mais nous avons aussi deux codex établis par les prémontrés à l’intention des religieuses de Somlóvásárhely. Ils étaient le plus souvent copiés par les religieuses elles-mêmes. C’est ainsi que Lea Ráskai, religieuse dominicaine de l’île Marguerite, copia entre 1510 et 1522 cinq codex, dont la légende de sainte Marguerite.

118Parmi les écrivains de langue hongroise, la personnalité la plus importante et la plus productive est l’écrivain que l’on a coutume d’appeler l’Anonyme de Karthauz. Nous lui devons le codex dit Erdy, qui remonte à 1524-1527. C’est un recueil de sermons et de légendes, qui lui aussi avait été préparé à l’intention des religieuses. Avant les sermons, il place le passage du jour des Évangiles traduit en hongrois. Il est particulièrement important de noter que l’on ne trouve plus seulement des missilis, c’est-à-dire des lettres écrites en hongrois, mais aussi des documents officiels, ce qui montre que le hongrois juridique commençait à se répandre. Près d’un tiers des écrits en hongrois sont dus à Jean Drágffy, aristocrate d’origine roumaine tombé à Mohács en qualité de comte de la cour. Bien que Drágffy ait remarquablement bien écrit le latin, il utilise avec la même aisance le hongrois. Nous avons retrouvé des textes en hongrois – entre autres – de la plume du prince Jean Corvin, de l’archevêque d’Esztergom Ladislas Szalkai et du bán de Croatie-Slavonie François Batthyány.

Dans les arts persistance du gothique tardif malgré les progrès de l’influence italienne

119Comme à l’époque de Mathias on ne peut pas dire que le style Renaissance ait dominé en architecture. Sous la dynastie des Jagellons une grande partie des constructions se fait toujours en gothique tardif. Pendant un temps, Vladislas poursuivit – à moindres frais – la construction qu’avait commencé à Buda son prédécesseur. Il a sans doute aussi fait des travaux à Nyéki, où un château de chasse royal Renaissance s’élève à côté du parc. Il n’est pas exclu que les traces de travaux du tournant des xve-xvie siècles au château de Solymár remontent à la période où le roi en était le seigneur.

120Dans le dernier quart du xve siècle et au début du xvie siècle, dans les villes et surtout dans les bourgades agricoles, la construction d’églises s’intensifie : les bâtiments existants sont agrandis, ils sont souvent transformés en édifices à plusieurs nefs, et décorés. Les plus beaux exemples sont les églises de Kassa, d’Eperjes et de Besztercebánya. Cela montre que le développement économique de nombreuses agglomérations a été suffisant pour leur permettre d’assumer les charges supplémentaires dues aux chantiers de construction, la bourgeoisie aspirant à avoir des églises plus riches.

121C’est ce que révèle aussi le nouveau type de retable à volets, à partir des années 1470 : ce sont d’immenses polyptyques, formés de plusieurs volets pliants, décorés aussi bien de peintures que de sculptures. Même si ici aussi la place principale revient aux villes et aux bourgades agricoles, nous trouvons des retables à volets dans bien des villages. Il faut citer le maître-autel de l’église Saint-Jacob de Lőcse, construit entre 1508 et 1519 par Paul Lőcsei, ainsi que les œuvres d’un certain MS, qui travaillait dans le nord-ouest de la Hongrie. Il réalisa des tableaux d’autel dans les deux premières décennies du siècle.

122La noblesse foncière répandit en province le style Renaissance. Des maîtres italiens ont travaillé en Hongrie, certains d’entre eux passèrent en Pologne. Les sources mentionnent de nombreux tailleurs de pierre hongrois, mais il est malheureusement très rare que nous puissions rattacher nominativement une œuvre à un maître. Parmi les constructions épiscopales, celle qui est parvenue jusqu’à nous dans le meilleur état de conservation et qui, du point de vue artistique, est l’œuvre la plus marquante est la chapelle Bakócz à Esztergom, dont la construction fut achevée en 1519. Les barons eux aussi utilisèrent de plus en plus souvent dans leurs châteaux et dans leurs résidences la nouvelle mode venue d’Italie. Nous pouvons citer à titre d’exemples les châteaux des Perényi à Siklós et celui du chambellan du roi, Moïse Buzlai, à Simontorony. La noblesse moyenne appréciait elle aussi le nouveau style. C’est ainsi que Ladislas Liptai, assesseur au conseil du roi, fit construire en 1503 dans son domaine d’Egyházasgergő, à l’intérieur de l’église, un tabernacle Renaissance. Dans l’église de Menyő dans le Szilágyság, Étienne Désházi avait fait faire des travaux comparables. Il était au service de l’archevêque d’Esztergom, puis après un court passage à l’évêché de Tinin (Knin) en 1523, il adhéra en 1525 à l’Union des Aventuriers et entra par son mariage dans le groupe des barons.

123La bourgeoisie elle aussi était réceptive à d’autres styles que le gothique tardif. L’hôtel de ville de Bártfa est construit entre 1501 et 1509 dans le nouveau style italien. Dans la première décennie du siècle, deux tabernacles Renaissance furent placés dans l’église paroissiale de Pest (centre-ville). L’un avait été commandé par l’évêque consacré André Nagyrévi, qui la desservait, le deuxième par le conseil municipal. Nous pourrions citer encore bien des exemples, pour monter que l’art de cour de la Renaissance devenait de plus en plus le style généralement employé par la couche la plus aisée de la société. Les constructions de grande envergure, qu’elles soient en gothique tardif ou en style renaissance, montrent que la « paix dans la sérénité » si chère à Vladislas régnait effectivement, du moins à partir du début des années 1490 et jusqu’à la fin des années 1510, ce qui permettait de concevoir de tels travaux.

124Nous pouvons reconnaître le style renaissance dans la sculpture tombale également. Les épitaphes humanistes en latin en sont un excellent exemple. La plupart des pierres tombales étaient disposées de sorte qu’un côté portait les armoiries de la famille tandis que sur l’autre côté se trouvait gravé le poème. C’était là une pratique courante aussi bien chez les nobles que les ecclésiastiques et les bourgeois. Les pierres tombales sculptées sont plutôt caractéristiques de la noblesse supérieure. Progressivement, les lettres gothiques des inscriptions tombales furent remplacées par les formes des lettres antiques chères aux humanistes (semblables aux majuscules d’aujourd’hui).

125L’influence de la Renaissance se fit sentir également dans la peinture des armoiries et dans l’enluminure. Les armoiries de l’époque demandaient un haut niveau artistique, et les influences renaissance apparaissent non seulement dans les éléments décoratifs, par exemple dans les putti utilisés comme support à l’armoirie, mais aussi dans les images qu’elles représentent. Le naturalisme des armoiries hongroises permit l’apparition de scènes entières, comme des scènes de chasse ou encore des batailles contre les Ottomans. Même si les successeurs de Mathias montrèrent peu d’intérêt aux livres, il se trouvait encore des seigneurs bibliophiles, comme les archevêques Bakócz ou Szatmári, qui faisaient décorer leurs livres religieux.

126Nous avons bien des traces de menuisiers italiens, qui pratiquaient souvent la marqueterie. L’une des œuvres principales est la salle de chœur de Nyírbátor. Les chefs-d’œuvre de l’orfèvrerie sont surtout de superbes ornements d’église, des bijoux, des décorations pour les ceintures ou pour les vêtements, ainsi que des couverts. La bourgeoisie des villes commandait également ce genre d’objet, et nous pouvons dire qu’à partir d’un certain niveau social il était usuel d’utiliser des couverts en argent. L’inventaire du trousseau de Marie Drágffy révèle qu’elle avait dix assiettes pesant 2,46 kg avec vingt-cinq cuillers contenant 1,15 kg d’argent. Le chambellan du roi Moïse Buzlai avait une ceinture pour laquelle il avait fait fondre 1 500 florins d’or. Ce type d’utilisation des métaux précieux était un symbole de statut social. Il représentait aussi une forme d’investissement. Indiscutablement les couches supérieures de la noblesse moyenne imitaient les magnats, ce qui augmentait leurs besoins en argent.

Les débuts de la Réforme

127Les étudiants hongrois fréquentaient en nombre relativement important les universités étrangères. Ils étaient surtout issus de la bourgeoisie des villes ou des bourgades agricoles. Revenus au pays, ils faisaient fructifier leurs connaissances en devenant prêtres ou en travaillant comme maître d’école. Les courants d’idées étrangers se répandaient relativement vite en Hongrie, et le développement de plus en plus rapide de l’imprimerie y contribua considérablement. Il était possible désormais de se procurer des livres, à prix plutôt modestes, parfois même sur les foires. Les progrès de l’alphabétisation augmentèrent le nombre des lecteurs qui se recrutaient surtout dans le clergé et dans la bourgeoisie. Il est vrai que les membres du clergé n’étaient pas toujours à la hauteur des attentes. Les évêques, même quand ils accomplissaient leurs tâches pastorales (ce qu’ils ne faisaient pas toujours), se comportaient souvent en grands seigneurs séculiers plus qu’en successeurs des apôtres du Christ.

128D’une part, notamment chez les humanistes, l’influence de courants semi-païens se faisait sentir, comme par exemple le néoplatonisme. Du point de vue religieux, l’enseignement d’Érasme de Rotterdam, qui n’avait pas rompu avec le catholicisme et qui était l’intellectuel le plus célèbre de son époque, fut considérable. Tout semble montrer que la religiosité et l’intérêt pour les questions de la foi allaient croissant. Les associations religieuses urbaines se multipliaient. Dans certains cas nous identifions les effets de la fameuse « devotio moderna » déjà évoquée, avec un mélange de mysticisme.

129Dans ce contexte, la Réforme luthérienne bénéficia d’un terrain propice. La bulle papale contre Luther avait été publiée en Hongrie en 1521 par l’archevêque d’Esztergom Szatmári, ce qui naturellement ne prouve pas que les enseignements interdits s’étaient répandus dans le pays, puisque l’archevêque d’Esztergom se devait de suivre les instructions du souverain pontife. Au début, la doctrine luthérienne se répandit à partir de la cour et des villes. Les courtisans allemands vivant à la cour du roi ou plutôt de la reine avaient rencontré dans l’Empire la nouvelle doctrine, et l’influence érasmienne facilita l’adoption de la réforme luthérienne. L’un des disciples d’Erasme, Jacob Piso, secrétaire du roi et diplomate, qui avait été précepteur de Louis II, distinguait très nettement les doctrines du penseur néerlandais et du réformateur de Wittenberg. Le chapelain de la cour de la reine, Jean Henckel, était érasmien, et en même temps il était très proche de Luther, de sorte qu’il est souvent vu par l’historiographie comme un luthérien, peut-être à tort. Par son intermédiaire, la doctrine de Wittenberg pénétra jusqu’auprès de la reine Marie, même si celle-ci ne renonça pas finalement à la religion catholique. Plusieurs personnes dans son entourage toutefois embrassèrent le luthérianisme, comme Georges de Brandebourg ou l’ambassadeur de l’empereur Schneitpöck.

130Le deuxième noyau réceptif au luthérianisme fut la bourgeoisie allemande des villes. Les étudiants d’origine allemande rapportaient de l’étranger l’esprit de la nouvelle Église et ses textes imprimés. D’une manière plus nette encore, l’université de Wittenberg, qui avait été celle de Luther, devint au cours de cette période populaire parmi les jeunes désireux d’étudier à l’étranger. Dans la période qui précède Mohács, nous trouvons des traces, dans les villes hongroises de langue allemande, de l’influence luthérienne sur les ecclésiastiques comme sur la bourgeoisie. En revanche, dans les villes et dans les bourgades agricoles hongroises, et surtout dans la noblesse, il n’y en a guère à cette période.

131À Buda, les premiers propagateurs de la Réforme furent Jean Kresling, prêtre de l’église Saint-Georges, issu d’une famille bourgeoise respectée, le maître d’école Barthélemy Frankfurter, ainsi que le prédicateur autrichien Cordatus, auxquels il faut ajouter les maîtres d’école Simon Grynaeus et Vid Oertel (de Windsheim). Kresling et Frankfurter faisaient partie du cercle d’humanistes rassemblé autour de l’évêque Szatmári. Il nous reste de Kresling un discours apologétique des années 1510 adressé à Szatmári. Frankfurter est l’auteur de deux pièces humanistes en latin : l’une est dédiée à Szatmári, l’autre à Georges de Brandebourg. Dans les années 1520, Kresling, Cordatus et Frankfurter allèrent s’installer dans les villes minières pour y proclamer la nouvelle foi.

132Il faut aussi mentionner les influences luthériennes dans la ville de Sopron, où une commission spéciale examina la question. D’après ses conclusions, l’on trouvait parmi les bourgeois de la ville des sympathisants luthériens. Une enquête faite en 1524 montre que le riche marchand Paul Móricz possédait des livres luthériens. Il dut les remettre aux autorités. Les livres ainsi rassemblés furent brûlés. L’influence protestante était particulièrement forte dans les villes saxonnes de Transylvanie. Une partie du clergé prit position contre elle, mais le luthérianisme avait aussi beaucoup de soutiens : Marc Pemfflinger, le comte des Saxons de Transylvanie, prit la nouvelle religion sous sa protection.

133L’opposition de la noblesse aux idées de Luther s’explique en partie par le fait qu’elle était vue comme une doctrine « allemande », et en partie aussi par les relations qui liaient les dirigeants de la noblesse moyenne à la Papauté. Pour eux, il allait de soi que seul le pape pouvait fournir une aide matérielle importante contre les Ottomans. À l’époque de l’ambassade romaine de Werbőczy, celui-ci développa des relations amicales avec le cardinal Médicis, le futur pape Clément VII. Werbőczy participa à l’assemblée de l’Empire de Worms en 1521 en qualité d’ambassadeur hongrois. Il invita Luther à déjeuner, et tenta de le ramener à l’orthodoxie, mais naturellement sans succès. C’est en passant par Vienne pour se rendre à la Diète que Werbőczy fit imprimer l’ouvrage antiluthérien écrit par le dominicain italien Ambrosius Catherinus.

134La noblesse tenta de repousser les enseignements de la nouvelle Église à l’aide de lois. La Diète de 1523 demanda au roi la peine de mort et la confiscation des biens des partisans de Luther, en tant qu’hérétiques et ennemis de la Vierge Marie. En 1524, il est question de bûcher. La Diète de Rákos en 1525 affirme qu’il faut libérer le pays de tous les luthériens et les brûler librement. Nous avons connaissances de quelques condamnations isolées, mais de manière générale les Luthériens ne furent pas réellement persécutés. Le principal défenseur du catholicisme était l’archevêque d’Esztergom Szalkai. Mais l’impunité assurée aux luthériens s’explique par le fait qu’ils bénéficiaient d’une protection relative à la cour royale, dans les villes royales libres ou dans les villes saxonnes. Les responsables des villes, sympathisant eux-mêmes avec les doctrines protestantes, n’étaient guère disposés à prendre des mesures contre eux.

Notas

1 Géza Perjés, Mohács, Budapest, 1997.

2 Haus-, Hof- und Staatsarchiv Wien, Grosse Correspondenz 8, fol. 80.

3 Rabán Gerezdi, A magyar világi líra kezdeteiv, Budapest, 1962-95.

4 Ferenc Szakály, A mohácsi csata. Budapest, 1975.

5 Gerézdi, i.m. 68.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540