Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la Hongrie médiévale. Tome II

 | 
Pál Engel
, 
Gyula Kristó
, 
András Kubinyi

Quatrième partie. La crise hongroise sous les Jagellons, 1490-1526

Chapitre IX. Une monarchie en situation de grave faiblesse

Texte intégral

Guerre civile et succès fragile d’un prince polonais

1Après une agonie de deux jours, le 6 avril 1490, Mathias mourut au château de Vienne. Cette mort brutale suscita une confusion générale. Les impôts ne parvinrent jamais dans les caisses de l’État. Les désordres amenèrent les plus faibles à se mettre sous la protection des puissants. Dans les territoires conquis par Mathias, en Basse-Autriche, en Silésie, les populations commencèrent à se soulever contre les Hongrois : Georg von Stein, gouverneur de Basse-Silésie, s’enfuit, son homologue de Haute Silésie, Bielicz, fut arrêté.

2Conformément à la tradition le conseil royal, formé des prélats et des barons, prit le pouvoir. Il organisa les funérailles du roi défunt à Székesfehérvár, assura la gestion des affaires de l’État et convoqua pour le 17 mai, sur le champ de Rákos, la Diète qui allait devoir élire le nouveau roi. Les villes furent elles aussi invitées, même si elles avaient été absentes de la Diète depuis 1475. Les lettres d’invitation à la Diète, notamment celles envoyées par les barons, dressent un tableau fort sombre de l’état du pays et soulignent la nécessité du maintien de l’ordre. Comme il n’y avait aucun candidat évident, il était à craindre que l’élection ne débouche sur une guerre civile.

3Le premier des prétendants était le fils du monarque défunt, le prince Jean Corvin. Mathias avait demandé à de nombreux seigneurs, dignitaires et villes, de faire le serment de voter pour lui. Jean Corvin avait à sa disposition la fortune des Hunyadi, qui avait considérablement gonflé pendant les années 1480, et plusieurs principautés en Silésie. La moitié des comitats du pays, formant des blocs compacts, étaient dirigés soit par Jean Corvin lui-même, soit par ses familiers. Ses partisans étaient à la tête de nombreux châteaux de la Couronne. Le fils de Mathias contrôlait entre autres Buda, Visegrád, Pozsony et la majorité des châteaux sur les confins méridionaux. Cela lui garantissait le soutien de chefs de guerre expérimentés, ceux de l’armée des zones frontalières. La proposition d’héritage faite par Mathias à Frédéric III prouve cependant que le roi, en 1489, n’était pas sûr que son fils soit élu.

4Un autre prétendant possible était Maximilien, fils de l’empereur romain-germanique Frédéric III. Après la mort de Mathias la situation financière et le pouvoir des Habsbourgs se consolidèrent. L’empereur avait réussi à obtenir l’abdication d’un de ses parents au Tyrol : il était ainsi devenu le plus riche seigneur provincial autrichien. En qualité de tuteur de son fils mineur, il gouvernait la principauté de Bourgogne (y compris les territoires néerlandais). Un mariage était en discussion avec l’héritière de la Bretagne. Le fondement de la revendication par les Habsbourgs du trône de Hongrie était l’accord de Wienerneustadt (faisant de Frédéric III l’héritier du royaume de Hongrie), qui avait été confirmé par le pape. L’empereur se prépara à reconquérir les territoires occupés par Mathias et à faire élire Maximilien roi de Hongrie. Mais les affaires de l’Empire l’empêchèrent d’intervenir directement.

5Enfin, les frères Jagellons pouvaient faire valoir un droit de succession. Leur mère était la petite-fille de Sigismond, la fille du roi Albert, la sœur de Ladislas V. Le seul problème était que les deux frères pouvaient l’un comme l’autre être prétendants. L’aîné, Vladislas II, était déjà roi de Bohême. C’est pourquoi leur père, Casimir IV, choisit de soutenir la candidature de son fils cadet, le prince Jean-Albert. Vladislas II était personnellement connu de la majorité des grands de Hongrie et son élection aurait garanti, au moins officiellement, le maintien de l’occupation hongroise sur la Moravie, la Silésie et le Lausitz, puisque ces provinces aspiraient à se retrouver sous la Couronne tchèque. Un autre argument en faveur de Vladislas était qu’il n’avait pas la réputation d’être un monarque autoritaire. Le dernier chancelier de Mathias, le Tchèque Jean Filipecz, se rangea aussitôt parmi ses partisans. Le plus important était peut-être que, de tous les prétendants, Vladislas fut le plus rapide à « se réveiller », en partie grâce à un emprunt. Il leva aussitôt une armée et prit même à son service une bonne partie des mercenaires de Mathias qui n’avaient pas touché leur solde.

6Jean-Albert, pour sa part, avait la réputation d’être un excellent chef militaire. Il avait obtenu des succès contre les Ottomans, ce qui lui assurait une certaine popularité dans les cercles des nobles hongrois. Son élection au trône de Hongrie aurait permis la réalisation de l’« option polonaise », cette union personnelle entre la Hongrie et la Pologne qui existait déjà à l’époque de Louis le Grand et de Vladislas Ier. Comme son frère, lui aussi parvint avec l’aide de son père à disposer d’une armée.

7Enfin, il fallait compter parmi les prétendants sur la reine veuve, Béatrice d’Aragon. Certes ses prétentions n’étaient guère fondées mais elle était en mesure d’influencer l’élection grâce à ses immenses propriétés et à sa grande fortune.

8La mort du roi interrompit l’armistice hungaro-turc : il fallait donc s’attendre non seulement à des attaques germanique, tchèque et polonaise, mais aussi à une menace turque venue du Sud.

La Diète et la bataille de Csontmező

9Les délégués à la Diète arrivèrent par petits groupes, sans se presser. Une partie des barons ne se présenta même pas, choisissant la neutralité. En l’absence du palatin, la Diète fut présidée par l’évêque trésorier Urbain Nagylucsei, juge des procès palatins.

10Le conflit entre Jean Corvin et sa belle-mère ne tarda pas à éclater : Béatrice quitta le palais de Buda où le prince régnait en maître. Cependant il apparut rapidement que Jean Corvin était en position de faiblesse. La majorité du corps épiscopal prit position contre lui. C’était là une conséquence directe de la politique de Mathias vis-à-vis de l’Église et de l’absence d’un archevêque d’Eztergom soumis au pouvoir royal comme l’avait été Denis Szecsi en 1458-1459. Jean Corvin fut renié par la plupart des officiers de son père – Urbain Nagylucsei, Jean Filipecz, ainsi que par le secrétaire du roi, Thomas Bakócz. Les barons qui se présentèrent à la Diète – dont les principaux chefs militaires, Étienne Báthori et Paul Kinizsi ainsi que leurs cousins, les frères Geréb – se gardèrent d’apporter leur soutien au prince. Après une hésitation initiale, le commandant des troupes hongroises en Autriche, Étienne Szapolyai, décida de les rejoindre.

11Il ne faut pas forcément interpréter ce comportement comme une trahison à l’égard du roi défunt. Mathias n’avait jamais fait face en même temps à quatre adversaires et l’élection de Jean Corvin aurait sans doute débouché sur des luttes sans perspective conduisant au morcellement du pays : Jean-Albert par exemple aurait été prêt à se retirer en échange de la Transylvanie. Les barons, sans doute conduits par les trois archevêques, commencèrent par donner d’importants dédommagements à Corvin avant d’élire l’un des prétendants étrangers. L’objectif était de choisir le plus apte à établir son autorité et à combattre les Turcs. C’est pourquoi, le 17 juin, les prélats et les barons s’engagèrent à donner à Jean Corvin la couronne de Bosnie et la principauté de Slavonie. Ils lui permirent aussi de garder tous ses châteaux à l’exception de Buda, de Visegrád et de Nándorfehérvár (donc y compris Pozsony). Comme ceci correspondait à la proposition faite en 1489 à Frédéric III par Mathias, il semble bien que les conseillers du roi défunt aient voulu réaliser le plan minimal de leur monarque pour éviter que Corvin ne se lance dans une guerre civile.

12Ce plan échoua. En effet, peu après, les partisans de Jean Corvin arrivèrent à la Diète accompagnés par les troupes des confins méridionaux. Le despote serbe, le prince Laurent Újlaki, les frères Ernuszt et d’autres seigneurs refusèrent l’accord passé avec Jean Corvin : Újlaki voulait acquérir pour lui-même la couronne de Bosnie, alors que les Ernuszt attendaient que le prince prétendant leur rende les domaines et les mines qui avaient été confisqués à leur père pour être donnés à Jean Corvin. Voyant les oppositions contre lui le prince se laissa convaincre de quitter Buda avec la sainte couronne et le trésor de son père. Il n’est pas exclu que ses partisans aient eu l’intention de couronner Corvin par un coup de force, mais le conseil royal prit les devants et envoya à Székesfehérvár Kálmancseh, prévôt de Fehérvár.

13Enfin Jean Corvin, avec ses partisans et son armée, se dirigea vers le sud, où se trouvaient les domaines de la plupart de ses amis, et où il comptait rassembler des renforts. Les aristocrates du conseil envoyèrent les meilleurs soldats de Mathias, le voïvode Báthori et Paul Kinizsi, avec leurs armées, à la poursuite du fils de Mathias. Plusieurs grands seigneurs les rejoignirent. Le 4 juillet, les deux armées se rencontrèrent à Csontmező, près du village de Szabaton dans le comitat de Tolna. Les troupes de Bathori emportèrent la victoire après une bataille sanglante et elles récupérèrent la plus grande partie du trésor de Mathias. Le fils du roi défunt ne comptait plus parmi les prétendants au trône de Hongrie.

14Pourtant, malgré cette défaite, les principaux seigneurs de la Diète continuèrent à s’en tenir aux promesses faites à Corvin, tenant manifestement à ne pas acculer le prince et à ne pas le pousser à soutenir un prétendant indésirable. Le moment était venu, après tous ces préparatifs, de procéder finalement à l’élection du nouveau roi. Béatrice se vit promettre la main du roi de Bohême, au cas où ce dernier serait élu. Enfin, le 15 juillet, Vladislas II fut élu. Le même jour, un émissaire de Jean Corvin, Blaise Ráskai, annonça la soumission de son prince et rapporta la couronne à Visegrád.

15Le 31 juillet, la délégation de la Diète à la tête de l’armée accueillit à Farkashíd, dans le comitat de Pozsony, Vladisas II à son arrivée dans le pays. Après lui avoir fait accepter les conditions votées par la Diète, la délégation fit acte de soumission au nouveau souverain. Les conditions posées étaient qu’il rompe avec la politique de Mathias, qu’il annule ses innovations institutionnelles et qu’il renonce à l’impôt exceptionnel. Il s’agissait avant tout de préserver les intérêts des prélats et des barons. On peut dire cependant que les conditions de l’élection de Vladislas II, avec certaines réserves, posaient les bases juridiques de l’époque des Jagellons. Les concessions faites à Corvin y étaient également inscrites. Vladislas les confirma par un document ad hoc. En raison de l’écroulement de son parti, Corvin ne devint jamais prince de Bosnie mais il garda la principauté de Slavonie et le reste de ses possessions (par ailleurs une partie de ces dernières lui furent retirées au terme de procès, dans la mesure où Mathias avait souvent donné à son fils des propriétés illégalement occupées).

16Vladislas fut couronné roi le 21 septembre à Székesfehérvár. Le pays était en état de guerre : ce que l’on redoutait s’était produit : les autres prétendants avaient refusé de reconnaître Vladislas et avaient décidé de s’emparer du pays par les armes.

Les guerres contre les autres prétendants

17Peu après le couronnement de son frère, Jean-Albert entra en Hongrie. Il jouissait d’un large soutien à la Diète. En particulier, les frères Báthori ainsi que Valentin Magyar le soutenaient. Le prince polonais, aurait voulu rapidement occuper militairement le centre du pays. Le 8 août, il était déjà devant Pest. Mais il ne risqua pas la bataille avec son frère. Ensuite il se dirigea vers la Transylvanie et ses troupes traversèrent la Tisza. Mais entre-temps le voïvode de Transylvanie passa du côté de Vladislas et Jean-Albert dut renoncer à son projet. La seule voie qui lui restait ouverte était d’occuper méthodiquement les territoires de Haute-Hongrie voisins de la Pologne. Fin septembre, il s’empara d’Eperjes, dont il fit sa capitale provisoire, et il commença le siège de Kassa.

18Les Habsbourgs présentaient eux aussi un danger sérieux. En août, Maximilien parvint à rassembler une armée. Les forces hongroises étaient éparpillées en Basse-Autriche. Le commandant Étienne Szapolyai avait le choix entre deux solutions : soit retirer ses troupes de Basse-Autriche, soit attendre les troupes de Moravie et de Silésie, lesquelles s’étaient entre-temps ralliées à Vladislas. Comme ses troupes faisaient face à des difficultés alimentaires, Szapolyai choisit la deuxième solution. C’est ainsi que Maximilien put assez rapidement occuper les villes proches du Danube dont la population lui accorda aussitôt son soutien. Ce fut ainsi le cas à Vienne, dont il s’empara fin août au terme d’une brève résistance de la garde du château. Il occupa également Wienerneustadt. Mais Szapolyai reçut les renforts qu’il attendait et Maximilien ne poursuivit pas sa reconquête de l’Autriche. Il ne tenta pas de gagner la Hongrie par la porte de Devény mais, comme l’avait fait son père lors de l’expédition de 1459, il passa par le sud-ouest de la Transdanubie et tenta de conquérir le pays en suivant la vallée de la Rába.

19Ce choix était d’autant plus justifié qu’une fraction du parti de Corvin, bien possessionné dans la région, avait rejoint le camp de Maximilien contre Vladislas. Le ralliement de l’un des meilleurs chefs militaires de Mathias, Jacob Székely, capitaine de Radkersburg et de Varasd, s’avéra particulièrement important car il permit au Habsbourg de reprendre le contrôle des châteaux de Styrie. Maximilien, entre autres, occupa Kőszeg, Veszprém, puis, au milieu du mois de novembre, Székesfehérvár. Il s’empara ainsi d’une grande partie de la Transdanubie. Plusieurs seigneurs lui firent allégeance. Il arriva près de Buda, mais il se trouva à court d’argent et ses mercenaires non payés rebroussèrent chemin entre Székesfehérvár et Buda.

20Donc, fin 1490, une partie du nord de la Hongrie était tenue par Jean-Albert, qui assiégeait l’une des principales villes de Hongrie, Kassa. D’autre part, même si l’armée de Maximilien occupait de nombreux châteaux de Transylvanie et la ville des sacres – Székesfehérvár –, la plus grande partie de ses troupes, confrontées à des difficultés financières, avaient quitté le pays. Les confins méridionaux étaient menacés par les Ottomans, ce qui mobilisait les forces du nouveau prince de Slavonie, Jean Corvin. Les territoires autrichiens au nord du Danube ainsi que le cercle de châteaux autour de Wienerneustadt étaient toujours sous autorité hongroise, ils étaient défendus par une garde formée essentiellement de Tchèques.

21Vladislas n’allait pas tarder à subir le contrecoup de ses succès du début de l’été. Comme il avait été le premier à mobiliser, il se trouva très vite à court d’argent. Malgré ses fiançailles à distance avec Barbe de Brandebourg, il épousa en secret le 2 octobre la veuve de Mathias, qui, pour un temps, lui fournit une assistance matérielle. Vladislas aurait voulu hypothéquer les revenus (et les terres) de la Couronne et, au risque de violer les conditions de son élection, lever un impôt exceptionnel d’un demi-florin pour entretenir son armée et organiser la résistance. Mais il n’avait pas le pouvoir nécessaire pour imposer l’impôt. Malgré cette difficulté, il parvint à disposer à la fin de l’année de fonds suffisants pour s’engager dans la conquête du pays. Mais il lui fallait commencer par neutraliser Jean-Albert, qui assiégeait Kassa.

22C’est pendant l’hiver 1490-1491 qu’eut lieu la campagne contre Jean-Albert, admirablement menée par les anciens chefs militaires de Mathias. En janvier, le roi leva sans l’approbation de la Diète un impôt d’un florin, qu’il perçut dans les territoires placés sous son autorité. Grâce à la médiation diplomatique du roi de Pologne, il n’y eut pas d’affrontement hungaro-polonais devant Kassa. En échange de terres en Silésie et de compensations pécuniaires, Jean-Albert renonça au trône de Hongrie. Il était autorisé à garder en gage Eperjes et Kisseben tant qu’il n’aurait pas reçu ses principautés silésiennes.

23Vladislas pouvait désormais entreprendre la reconquête des territoires occupés par Maximilien dans le sud de la Transdanubie. Ce ne fut pas une tâche facile. La plupart des châteaux firent l’objet d’un siège. Il fallut attendre 1491 pour que la plus grande partie de la Transdanubie soit libérée et que la majorité des seigneurs qui avaient fait allégeance à Maximilien – à l’exception de Jean Vitéz évêque de Veszprém, de Jacob Székely et de quelques autres – rejoigne le camp des fidèles à la Couronne. Entre-temps, les attaques turques se faisaient de plus en plus fréquentes. Une troupe de pillards turcs s’approcha de Nagyvárad. Nándorfehérvár (aujourd’hui Belgrade) fut victime d’une attaque ainsi que Szabács et Jajca. L’un des châteaux à l’avant-poste de Jajca, Koszorúvár, tomba. En conséquence, au cours de l’été 1491, les caisses de l’État furent de nouveau vides. C’est pourquoi le roi leva à Székesfehérvár un nouvel impôt, avec la seule approbation des prélats et des barons.

24À l’automne 1491, la possibilité se présenta d’étendre le champ des combats à l’Autriche où la réactivation des troupes hongroises séjournant sur place avait permis la reconquête des régions occupées par Mathias. Mais pendant l’été Jean-Albert avait violé le pacte qu’il avait conclu avec son frère. Il rassembla une nouvelle armée et lança une nouvelle offensive en septembre C’était l’ouverture d’un troisième front, qui s’ajoutait au front turc et au front autrichien. L’augmentation subséquente de la charge fiscale rendait la résistance particulièrement compliquée. Il ne restait qu’une issue : passer un accord avec les Habsbourgs pour écraser Jean-Albert. La paix de Pozsony, conclue le 7 novembre, permit aux troupes qui gardaient les postes autrichiens de se diriger vers la Hongrie du Nord-Est. Le 24 décembre, Étienne Szapolyai et Jan Haugwitz écrasèrent dans une bataille sanglante les troupes du prince polonais, puis, début 1492, reconquirent Eperjes.

La paix de Pozsony et la Diète de 1492

25Le 7 novembre 1491, Vladislas II, pourtant en bonne position, et l’empereur Frédéric III ainsi que son fils, Maximilien conclurent la paix à Pozsony. Il est rare qu’un état bénéficiant de la « suprématie militaire » accepte de conclure un accord à des conditions aussi défavorables. Le traité donna l’occasion de confirmer l’accord de 1463, ce qui signifiait que si Vladislas mourait sans descendant légitime, les Habsbourgs hériteraient de la Hongrie. Cette fois-ci, les ordres hongrois durent confirmer cette clause par écrit. La partie hungaro-tchèque s’engageait aussi à leur remettre les territoires qui avaient été occupés par Mathias, à savoir plus du tiers des conquêtes du roi défunt. De plus, Vladislas se voyait contraint de payer d’importantes compensations. Malgré l’importance vitale de la paix, ces versements représentèrent longtemps une lourde charge pour le Trésor, alors que le droit d’héritage des Habsbourgs recevait une nouvelle légitimité.

26Au cours de cette guerre d’un an et demi, une partie importante du pays avait été ruinée, ce qui réduisait encore les possibilités fiscales de l’État : depuis l’époque de Sigismond, le nombre de portails imposables avait baissé d’un tiers. Le seul groupe social bénéficiaire des hostilités était la couche dirigeante militaire, composée pour l’essentiel de barons, qui avait suffisamment de capital disponible pour continuer à payer les soldats même si le roi omettait de leur verser la solde. Les barons finissaient bien sûr par présenter l’addition au roi. Celui-ci s’acquittait de sa dette en leur faisant des donations, en hypothéquant terres et sources de revenus. Une partie des barons vit sa puissance économique fortement renforcée. L’immense fortune des Hunyadi-Corvin, que Mathias avait accumulée pendant son règne, se trouva désormais dans les mains de son fils devenu prince de Slavonie, même s’il avait été obligé lui aussi d’en distribuer une partie à ses partisans. Vladislas commençait donc son règne sous de bien mauvais auspices.

27Le 2 février 1492 eut lieu la première Diète, qui, conformément à sa coutume, ratifia les conditions du couronnement. Ce fut la confirmation de l’affaiblissement du pouvoir royal. Le paragraphe 13 stipula par exemple que le roi ne pouvait faire des donations qu’aux sujets de la Couronne. L’article 9 étendait le cercle des compétences du conseil royal et précisait que le roi était libre de faire ce qu’il voulait des domaines ayant moins de cent tenanciers mais pour les domaines plus importants il devait avoir l’approbation des prélats et des barons.

28La Diète trouva d’autres moyens pour s’opposer à la politique qu’avait menée Mathias : elle entreprit d’établir un nouveau code de lois, à la place de celui de Mathias, qui datait de 1486 et qui avait été qualifié par le roi d’« éternel ». Toutes les innovations du roi furent systématiquement mises en cause. La loi de 1492 reprit, sans références mais pratiquement mot pour mot, les dispositions posées par la Diète. Ne furent laissées de côté que celles qui touchaient aux intérêts des magnats ou dont l’exécution se heurtait à des difficultés, comme par exemple l’institution des jurés au niveau du comitat, qui remplissait entre autres les fonctions des « hommes du roi », et qui employait trop de personnel ; on en revint donc au jugement royal.

29Contrairement aux habitudes, des annexes furent ajoutées à ce texte de loi relativement long, comprenant 108 articles : il s’agit des onze « Articles des nobles du royaume de Slavonie ». Jusqu’à Mohács, nous n’avons pas d’autre exemple d’articles concernant la Slavonie votés par la Diète. Pas un mot n’est dit du prince héréditaire de la province, Jean Corvin : il est donc probable que c’est à son encontre que ce texte a été conçu par la noblesse de Slavonie présente à la Diète.

30La Diète aurait dû ratifier l’accord passé avec les Habsbourgs, mais elle ne le fit pas. Les différents groupes exprimèrent leur accord dans des documents distincts. Le traité fut accepté pratiquement par tout le clergé. Soixante-dix seigneurs hongrois, sous la direction de Corvin, et tout particulièrement les comtes Szentgyörgyi, reconnurent eux aussi par écrit la paix de Pozsony. Ce document porte les noms de la plupart des magnats ainsi que de la couche supérieure de la noblesse, sans que ces deux catégories apparaissent séparées. Par ailleurs, soixante-six magnats et nobles, croates et slavons, établirent un document soutenant l’accord avec les Habsbourgs.

31La Diète ne prit pas de décisions dans tous les domaines. Après la liste des dignités, qui ne comportait rien de neuf, une nouvelle annexe reportait à la Diète suivante les questions sur lesquelles il n’avait pas été possible de trancher : le problème de la dîme, la nomination aux prébendes, ainsi que la question de la durée des charges des ispán de comitat. La Diète élit Étienne Szapolyai au titre de palatin.

32Elle se conclut sous le signe d’une certaine stabilisation. Le pouvoir royal, confronté aux grands seigneurs, en sortait affaibli, de même que l’influence de la moyenne noblesse des comitats, mais les rapports s’étaient stabilisés. Bref, la paix était garantie. Vladislas II, sans doute à juste titre, voyait là son principal succès, auquel il ne manqua pas de faire référence dans ses lois ultérieures. Lors de la promulgation de la loi de 1492, il note qu’il aspire à gouverner le pays « autant par des lois et des statuts que par la paix et par les armes ». Les termes de paix, de tranquillité et de droit figurent souvent dans les textes du roi. Ce langage entendait souligner qu’à l’inverse de Mathias Vladislas apportait la paix des armes, ce qui allait dans le sens des aspirations de la population. Rien n’était encore joué. Parmi les rois hongrois qui l’avaient précédé, il y en avait eu d’autres qui avaient commencé leur règne dans des conditions encore moins favorables et qui avaient en fin de compte joui d’un pouvoir considérable. Le mérite de Vladislas II et de ses conseillers tient à ce qu’en un temps relativement limité, en moins de deux ans, ils avaient rétabli la situation dans le pays. En même temps, la base du pouvoir royal s’était effritée, l’équilibre intérieur penchait du côté des barons. La question se posait de savoir si le roi allait réussir à renforcer la position de la Couronne, si les magnats, au contraire, allaient parvenir à accroître leur pouvoir ou bien si la noblesse moyenne allait parvenir à se renforcer.

Le nouveau visage politique de l’Europe au tournant des xve-xvie siècles

33Les années 1490 furent marquées par de profonds changements en Europe. En 1492, le roi de Pologne Casimir IV mourut. La Pologne revint à Jean-Albert et la principauté de Lituanie à son jeune frère Alexandre. Ainsi les trois frères Jagellons concentrèrent un immense territoire. La Hongrie et la Pologne étaient l’une comme l’autre concernées par la lutte contre les Ottomans. La question de l’autorité sur le territoire vassal de la Moldavie, après l’échec de Jean-Albert au trône de Hongrie, était la seule pomme de discorde entre les trois frères. Outre le danger turc, le monarque polonais pouvait également être menacé par l’ordre Teutonique. Casimir IV avait obtenu du grand maître de l’ordre un serment d’allégeance mais celui-ci avait été dénoncé par la suite. Plus tard, un prince de l’Empire avait été élu grand maître, de manière à ce qu’il pût obtenir des appuis contre les Polonais. Les chevaliers avaient pour principal soutien le Saint-Empire romain germanique. En 1490, Maximilien passa un accord avec la principauté de Moscou, de sorte que les Jagellons, qui régnaient sur une portion de territoire russe, pouvaient s’attendre à une attaque russe.

34À la mort de Frédéric III, au cours de l’été 1493, Maximilien prit les rênes de l’Empire. Pendant tout son règne il devait avoir de grandes ambitions orientales : il voulait vaincre les Turcs et aussi hériter du royaume de Hongrie compte tenu de la paix de Pozsony de 1491. C’est pourquoi il fit tout pour faire échouer les plans de mariage de Vladislas II. N’ayant pas réussi sur ce plan, il voulut marier les enfants du roi de Hongrie à ses propres petits-enfants pour assurer aux Habsbourgs l’héritage de la Hongrie et de la Bohême. Mais ses ambitions orientales furent contrecarrées par des problèmes à l’ouest : dès le début, il se trouva en conflit avec le royaume de France à propos de la Bourgogne. Au début des années 1490, il dut donner le comté de Bourgogne (Franche Comté) à son seul fils légitime, Philippe le Beau, qui épousa en 1496 Jeanne, héritière du royaume d’Espagne unifié. Les deux principaux royaumes de la péninsule ibérique avaient à leur tête le couple Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille. Leur fils étant mort, Jeanne, et avec elle Philippe, pouvaient compter que toute l’Espagne leur reviendrait en héritage. Or cela représentait un sérieux danger pour la France.

35Le roi de France, Charles VIII, engagea une action dangereuse pour l’équilibre européen. Après avoir mis de l’ordre dans ses relations avec les souverains espagnols et avec les Habsbourgs, il se prévalut de l’héritage des rois angevins pour, en 1494, entrer en Italie. À Florence, il contribua à chasser les Médicis, puis il occupa le royaume de Naples. Ce dernier succès amena les puissances d’Europe Occidentale à établir une ligue contre la France. Charles VIII fut forcé de se retirer en 1495 Mais son successeur, Louis XII, qui prétendait par héritage au trône de Milan, pénétra de nouveau dans la péninsule. Il occupa Milan, en chassa les Sforza, puis, en alliance avec Ferdinand d’Aragon, reprit Naples. Deux ans plus tard, en 1503, les Espagnols chassèrent les Français, mais ceux-ci gardèrent Milan jusqu’en 1512, et François Ier parvint en 1515 à leur reprendre cette dernière ville.

36À partir de 1494, l’Italie n’était plus qu’un jouet dans les mains des puissances étrangères : outre les Français et les Espagnols, on assista à des interventions fréquentes des Allemands, puisque le nord de la péninsule faisait partie de l’Empire. Entre les puissances étrangères et les États italiens se formaient des alliances aux partenaires variables. Les deux états italiens les plus influents, Venise et l’état pontifical, qui avaient préservé leur indépendance, étaient contraints, par souci d’autodéfense, de participer à ces alliances.

37Après la découverte de l’Amérique et l’écroulement de l’émirat de Grenade (1492), les « Rois catholiques » étaient eux aussi devenus une grande puissance, qui, avec une présence à Naples, avaient leur mot à dire jusque dans la politique italienne.

38Ente 1481 et 1512, l’Empire ottoman eut en la personne de Bajazet II un souverain pacifique. Cela permit la consolidation des conquêtes de son père. Jusqu’en 1495 son frère Dzem, qui prétendait au trône, fut prisonnier du pape. Il ne pouvait donc menacer l’Italie. Mais en 1495 le pape dut livrer Dzem à Charles VIII, et le prince mourut peu après avoir été remis aux Français. Le sultan fut renversé par son fils Selim (1512-1520), qui, en 1514, écrasa à la bataille de Csaldiran le chah de Perse Ismaïl, puis, en 1517, le sultanat des mamelouks égyptiens. Cela lui permit d’annexer à ses possessions la Syrie et l’Égypte, doublant ainsi la puissance de son Empire.

Les ambitions européennes des Jagellons et leurs limites

39Jean-Albert, le nouveau roi de Pologne (1492-1500) avait intérêt à faire la paix avec son frère. Les deux frères passèrent dès 1492 un accord secret. L’essentiel n’était pas ici l’alliance anti-turque que l’aide mutuelle qu’ils se promettaient contre leurs sujets rebelles. Au printemps 1494, les frères Jagellons – Vladislas, Jean-Albert et Alexandre, le cardinal Frédéric, et Sigismond, qui n’avait hérité de rien, avec leur beau-frère Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach – se rencontrèrent à Lőcse. L’un de leurs buts était de « placer » Sigismond, mais ils n’arrivèrent à aucun résultat notable. Ils ne parvinrent pas non plus à résoudre le différend hungaro-polonais sur la Moldavie.

40Il semble bien que l’énergique roi de Pologne ait voulu aborder la situation « à la hussarde ». En 1497, il entra avec ses troupes en Moldavie ; mais le voïvode Étienne Nagy l’arrêta aussitôt avec l’aide des Turcs, lesquels l’année suivante ravagèrent la Pologne. En 1497, les Hongrois apportèrent leur soutien à la Moldavie. L’échec de Jean-Albert servit d’avertissement aux Polonais et, par là même, comme en 1490-1491, finit par nuire à la Hongrie.

41De nouveau les deux frères se rapprochèrent. Vladislas envoya auprès de Jean-Albert une délégation sous la conduite de l’évêque rallié Jean Vitéz. Une alliance fut conclue, elle permit la conquête de la Moldavie. La coopération entre les États des frères Jagellons devenait enfin possible. Tous en Europe devaient tenir compte du fait que près d’un tiers de l’Europe était sous leur domination. Ce n’est pas un hasard si la discussion de la conception européenne des Jagellons joue un rôle non négligeable dans l’historiographie polonaise. Elle représentait une menace surtout tournée vers les Habsbourgs, d’une part parce que Maximilien prétendait à une partie des terres de Vladislas II, d’autre part parce qu’il se sentait obligé de défendre l’ordre Teutonique.

42Suite à l’accord de 1498, les Jagellons voulurent former une alliance avec la France. En août 1500, Vladislas II, en accord avec son frère Jean-Albert, signa à Buda une alliance franco-hungaro-polonaise, qui était formellement tournée contre les Ottomans. En même temps elle prouvait que le bloc des Jagellons était l’une des grandes puissances européennes. Vladislas eut d’ailleurs très tôt l’occasion de jouer l’atout français. Malgré l’intervention de Maximilien, le pape annula en 1500 son mariage avec Béatrix, qui ne lui avait pas donné d’héritier, puis son mariage nominal avec Barbe de Brandebourg. Enfin, en 1502, Vladislas épousa une parente de Louis XII, Anne de Foix (Anne Candelle).

43Cette politique d’alliance entre la Pologne et la Hongrie fut renouvelée après le court règne d’Alexandre par le dernier frère Jagellon, Sigismond. Sigismond avait passé plusieurs années à la cour de son frère Vladislas. En 1507, il contracta une alliance avec son frère, pour lutter contre les Ottomans ; il cherchait aussi à s’opposer aux ambitions des Habsbourgs. Cette stratégie anti-Maximilien fut confirmée par le mariage de Sigismond en 1512 avec la sœur du voïvode de Transylvanie, Barbe Szapolyai. Les Habsbourgs en effet tenaient le voïvode pour leur principal ennemi.

44Face à cette menace Maximilien procéda de la manière habituelle : il tourna contre les Jagellons aussi bien l’ordre Teutonique que le tsar russe. La situation était en fait compliquée. Au niveau de la Pologne les relations avec l’Empire étaient conflictuelles par le fait que les chevaliers avaient élu en 1511 grand maître un prince de l’Empire, le margrave Albrecht de Brandebourg (de la branche d’Ansbach), qui avait explicitement renié son serment d’allégeance aux Jagellons. Il pouvait compter sur le soutien de l’empereur et de l’Empire. Au contraire, la Hongrie s’efforçait d’obtenir l’assistance de l’Autriche face aux attaques turques. Vladislas, pour des raisons de politique intérieure, voulait aussi garder de bonnes relations avec l’empereur. Ceci déboucha sur le sommet de Vienne de 1515, qui amena à un tournant dans la politique polonaise, avec un double mariage. Sigismond, l’oncle du futur roi Louis II, participa à la politique d’alliances matrimoniales entre les Habsbourgs et les Jagellons ; Maximilien, en échange, cessa de soutenir l’ordre Teutonique. Cette rencontre prévoyait, en cas de mort de Vladislas, que l’empereur et le roi de Pologne seraient les tuteurs du jeune roi de Hongrie et de ses terres jusqu’à sa majorité. Le seul perdant était le grand maître, qui tenta dans les décennies suivantes de toutes les manières possibles d’opposer les Habsbourgs à la Pologne. Mais malgré l’accord conclu avec l’empereur, Sigismond demeurait engagé dans les affaires prussiennes, c’est-à-dire dans le conflit avec le tsar russe allié de l’ordre Teutonique.

Le renforcement des liens avec les Habsbourgs

45Les relations entre la Hongrie et l’Empire présentèrent un caractère amical. Maximilien jusqu’à sa mort en 1519 souhaita avoir de bonnes relations avec les Hongrois en raison de la menace turque. C’est pourquoi il s’efforça de faire en sorte que les armistices conclus par les Hongrois avec les Ottomans englobent également l’Empire. Il suivit toujours fort attentivement la question de l’héritage de la couronne de Hongrie, espérant que l’absence de descendance chez Vladislas lui donnerait le royaume magyar comme cela avait été prévu dans la paix de Pozsony. Il tenta ainsi d’empêcher le mariage de Vladislas et remplit la cour de Hongrie de dignitaires représentant les intérêts des Habsbourgs

46Le roi de Hongrie lui aussi se montra jusqu’au bout partisan de la coopération avec les Habsbourgs. Ce qu’il attendait surtout de ses voisins occidentaux, c’était un appui en cas d’attaque turque. Si Maximilien ne parvint jamais à lancer la grande expédition prévue, tout au moins les provinces autrichiennes méridionales restèrent en relation permanente avec la Slavonie et ses gouvernants afin de protéger la Croatie. Le seul sujet de friction en fait concerna le mariage de Vladislas. Les initiatives de Maximilien pour empêcher les projets de mariage du roi hongrois conduisirent le roi de Hongrie à se rapprocher de la France. Le premier fruit du mariage du roi de Hongrie fut une fille, Anne, née en 1503, ce qui remit à l’ordre du jour le problème de l’héritage. Le principal propriétaire du pays, Jean Szapolyai, prit dès 1505 des initiatives en vue d’épouser la princesse, puis, la même année, il fit passer à la Diète de Rákos une résolution d’après laquelle il était interdit d’élire un étranger au trône de Hongrie. C’était là une violation de la paix de Pozsony, et Vladislas refusa de la sanctionner. En 1506 le roi passa un accord avec Maximilien, prévoyant le mariage du petit-fils de ce dernier, Ferdinand, fils de Philippe le Beau et de la princesse espagnole Jeanne dite « la Folle », avec la princesse Anne. Les ordres en revanche l’obligèrent à faire la guerre à Maximilien. La guerre se termina sur la victoire des Autrichiens. Mais comme le 1er juillet 1506 Vladislas eut un fils, Louis, l’objet de la guerre disparut et la paix fut conclue.

47Dans la première décennie du xvie siècle la Hongrie se retrouva au cœur de la diplomatie européenne non sans une certaine confusion. En décembre 1508 l’empereur Maximilien, le roi de France Louis XII et le roi d’Espagne Ferdinand constituèrent la ligne de Cambrai, tournée contre Venise, à laquelle le pape Jules II se rallia en mai de l’année suivante. Cette alliance entre adversaires potentiels accordait une grande importance au soutien de la Hongrie, à laquelle il fut proposé la Dalmatie, alors sous administration vénitienne. Les diplomates de la république adriatique séjournant en Hongrie firent tout pour que la Hongrie reste en marge de l’alliance. Début 1510, le pape quitta la ligue, mais les ordres hongrois décidèrent de s’y associer et envoyèrent, à l’automne de la même année, des ambassadeurs auprès de l’empereur en vue de signer leur ralliement. Entre-temps, les magnats du pays poursuivaient leur politique d’amitié avec Venise.

48Fondamentalement, dans la dernière décennie du règne de Vladislas, les relations entre la Hongrie et les Habsbourgs peuvent être considérées comme satisfaisantes. Outre les intérêts personnels des deux monarques, cela s’explique par leur perception de la menace turque. Les relations diplomatiques entre les voisins étaient intenses, l’événement le plus marquant étant le sommet de Vienne en juillet 1515, auquel participèrent Vladislas II, l’empereur Maximilien et le roi de Pologne Sigismond. Nous avons déjà vu que Maximilien avait renoncé à soutenir l’ordre Teutonique pour pouvoir obtenir la participation du roi de Pologne. L’essentiel de l’accord tenait à la mise en place d’un double mariage : Anne était destinée à épouser Ferdinand (voire, le cas échéant, son grand-père Maximilien), alors que Louis devait épouser la sœur de Ferdinand, Marie. Maximilien adoptait Louis, ce qui laissait ouverte la possibilité pour l’Empereur d’hériter de la Hongrie. En cas de mort de Vladislas, les tuteurs désignés du jeune roi seraient l’empereur et le roi de Pologne Sigismond. Ceci mettait un terme à la politique de regroupement des états d’Europe centrale et orientale des Jagellons en tant que force autonome. Dans l’intérêt de ses enfants, Vladislas continua à favoriser les relations avec les Habsbourgs. La Pologne pour sa part ne se rattacha à cette alliance que de manière distante alors que la Hongrie se trouvait étroitement liée aux Habsbourgs.

Les relations avec les états italiens

49Les états italiens veillaient à leurs relations avec la Hongrie surtout parce que celle-ci avait une frontière commune avec les Ottomans qui les menaçaient également. La lutte contre les Ottomans était avant tout le fait du Saint-Siège. Le pape était en contact diplomatique régulier avec le royaume de Hongrie, moins en tant que dirigeant de l’état pontifical qu’en tant que chef de l’Église catholique.

50Le pape Alexandre VI (1492-1503) était favorable à la guerre contre les Ottomans. Après la défaite catastrophique du bán de Croatie en 1493, il envoya un nonce à Zengg. Il fut même question d’aide matérielle. Fin 1499, le Saint-Siège s’associa à l’alliance franco-vénitienne contre les Ottomans et voulut y attirer la Pologne et la Hongrie. Le cardinal Isvalies, légat pontifical, obtint la signature d’un traité en mai 1501 à Buda, et en 1501 et 1502 Alexandre VI versa à la Hongrie un soutien de 106 773 florins. À l’automne 1500 une Diète armée se réunit à Bács mais elle ne lança pas la guerre contre les Turcs. Les Hongrois, comme l’avaient fait Hunyadi et Mathias, préféraient mener contre les Ottomans des campagnes d’hiver, car ils n’avaient pas alors à redouter l’intervention des troupes du Sultan.

51Au début des années 1510 les relations entre la Papauté et la Hongrie dépendirent de l’état des alliances dans la péninsule, lesquelles changeaient en permanence. En 1510, face à la Ligue de Cambrai, l’ambassadeur du pape Grassis prit plutôt position pour les Vénitiens. Après quoi, à l’automne 1511, le pape, Venise et la France établirent une « Sainte Ligue » contre l’Espagne, à laquelle la Hongrie adhéra. Plus tard, la mort du pape Jules II (1503-1513) mit au premier plan la personnalité du cardinal archevêque d’Esztergom Thomas Bakócz, qui se trouvait à Rome à l’époque et qui était candidat au Saint-Siège. Mais le conclave élit Jean de Médicis (Léon X, 1513-1521).

52Dès le début, Léon X se montra favorable à la guerre contre les Ottomans, mais les relations à l’intérieur de la péninsule ne permettaient pas de l’envisager. C’est pourquoi il confia à Bakócz la charge d’organiser une croisade. Celle-ci déboucha sur la guerre paysanne de 1514 en Hongrie. Il était également chargé de résoudre le contentieux entre la Pologne et l’ordre Teutonique. L’archevêque hongrois était du côté de la Pologne, mais il ne réussit pas à mener sa mission à bien.

53Il n’est pas possible de parler de représentation diplomatique permanente entre la Hongrie et le Saint-Siège à l’époque de Vladislas II, mais les légats du pape passèrent beaucoup de temps en Hongrie, parfois même des années entières, et il en allait de même pour les ambassadeurs hongrois à Rome.

54Parmi les états italiens c’est Venise qui entretenait les rapports les plus proches avec la Hongrie. En raison de ses colonies méditerranéennes la république adriatique était souvent en position de se heurter aux Turcs, c’est pourquoi elle apparaissait comme un allié naturel de la Hongrie. La Dalmatie était certes à l’origine de tensions entre les deux voisins, ce que la Ligue de Cambrai entendait exploiter, mais elles ne débouchèrent pas sur un véritable conflit. En 1499, Milan, qui était allié des Français, encouragea les Ottomans à intervenir contre Venise et la flotte turque écrasa les Vénitiens, puis occupa ses territoires dalmates. Dans ces conditions, les relations avec la Hongrie s’intensifièrent et, à partir de 1500, Buda accueillit une ambassade vénitienne permanente dirigée, entre 1504 et 1509, par un secrétaire. En 1503, Venise fit la paix avec les Ottomans. En 1509, en raison des plans de la Ligue de Cambrai, il lui fallut de nouveau envoyer un ambassadeur, et la Hongrie envoya elle aussi régulièrement des ambassades à Venise. La fonction de l’ambassade de 1500 était de mettre en place une alliance anti-turque et ce projet aboutit l’année suivante. Venise verserait chaque année à la Hongrie 100 000 florins d’or en temps de paix et 30 000 en temps de paix. La Hongrie reçut ainsi de Venise, lors de la guerre du début du siècle, plus de 188 000 florins.

La Hongrie et les Ottomans sous le règne de Vladislas II

55Bajazet II avait beau être un sultan nettement plus pacifique que ses prédécesseurs, son règne n’en connut pas moins quelques guerres. La mort de Mathias avait mis un terme à l’armistice avec les Ottomans. Au cours des années suivantes les Turcs attaquèrent le pays tous les ans. C’est ainsi que le triomphe du pacha Jacob de Bosnie le 11 septembre 1493 près d’Udbinaz sur le bán croate Emeric Derencsény (mort au combat) eut des conséquences catastrophiques. En 1495, à la suite des succès napolitains du roi de France Charles VIII, le sultan envoya une ambassade de paix. Un armistice fut conclu pour trois ans et la Hongrie ne participa pas à la guerre anti-turque menée par Jean-Albert. L’état de guerre fut rouvert en 1498. Les Ottomans et les Hongrois effectuèrent réciproquement des incursions en territoire ennemi et procédèrent à des pillages réciproques. Comme la Hongrie avait adhéré en 1501 à l’alliance anti-turque, les Hongrois lancèrent dans les Balkans des attaques importantes. Le 22 février 1503, la Hongrie signa un armistice avec les Turcs, lequel englobait aussi les autres puissances chrétiennes. La paix fut conclue le 20 août pour six ans. Mais les escarmouches frontalières ne s’interrompirent pas pour autant.

56En 1510, un ambassadeur turc arriva à Buda avec une demande de prolongement de l’armistice, au moment même où la délégation de la ligue de Cambrai menait des négociations à la cour hongroise. Comme les plans de la ligue comprenaient une campagne contre les Ottomans, Vladislas proposa aux Turcs un armistice de courte durée. En 1511, une nouvelle délégation turque se rendit en Hongrie mais, comme les Hongrois entendaient inclure la Pologne et Venise dans l’accord d’armistice, les négociations traînèrent en longueur et n’aboutirent à Istanbul qu’au mois d’octobre 1511. Cet armistice était prévu pour cinq ans. Mais en 1512 Bajazet fut renversé par son fils Selim (1512-1520). Cela rendit nécessaire un nouvel accord. L’arrivée au pouvoir de Selim marque une étape dans les relations hungaro-turques. Alors que dans la période précédente, c’était surtout les Ottomans qui avaient fait à la Hongrie des propositions de paix, désormais la situation se trouvait renversée et les délégations hongroises se rendirent de plus en plus souvent à Istanbul. Des incursions turques de plus en plus agressives se succédèrent sur les confins. En 1512, le bánat de Szrebernik tomba, mais les Hongrois eux aussi remportèrent quelques succès, comme les victoires, la même année, de l’ispán de Temes, Étienne Báthori, puis l’été suivant, du nouveau bán de Croatie Pierre Beriszló et du bán de Nándorfehérvár(Belgrade), Ambroise Sárkány. Au début de l’année 1514 les Ottomans mirent sans résultats le siège devant Knin. En même temps, l’ambassadeur hongrois à Istanbul, le bán de Szörény Barnabé Bélai, était placé en résidence surveillée et le sultan l’emmena même dans ses expéditions militaires en Asie.

57Le règne de Vladislas II fut donc marqué par la menace turque. Bien que le projet d’alliance paneuropéenne contre les Ottomans soit toujours resté d’actualité et ait été plusieurs fois relancé par le pape et par l’empereur Maximilien, la situation générale de l’Europe ne permettait pas d’aboutir. Les principaux obstacles venaient des ambitions politiques concurrentes des Français, des Habsbourgs et des Espagnols. La Hongrie, hormis le soutien moral voire souvent matériel de la Papauté, pouvait compter sur une aide concrète de la part des autres états menacés par les Ottomans, Venise, l’empereur et la Pologne. Venise versait une aide pécuniaire régulière, mais après la défaite militaire subie au tournant du siècle face aux Turcs, elle tenta de garder avec la Porte des relations pacifiques. L’Autriche prêta plusieurs fois assistance sur une petite échelle aux confins croates mais l’empereur était trop absorbé par les problèmes de l’Empire et les affaires européennes. Après son échec en Moldavie, la Pologne elle aussi voulut la paix avec les Turcs, d’autant plus qu’elle était également menacée par l’ordre Teutonique et par la Russie. Ainsi, la politique de coordination des pays gouvernés par les Jagellons ne pouvait rencontrer que des succès provisoires. Mais les grandes puissances européennes comptaient encore sur la Hongrie et essayaient de l’attirer dans leurs alliances mouvantes.

58Bien que la plus grande partie de cette période ait vu une situation d’armistice entre la Hongrie et l’Empire ottoman, les armes ne se turent réellement jamais sur les confins. C’est ainsi que la région des châteaux frontaliers érigés par Mathias fut entièrement ravagée. Cela valait également pour les châteaux du côté turc mais les Ottomans avaient toujours la possibilité de faire venir les produits alimentaires nécessaires des Balkans. Par contre, du côté hongrois, à partir de 1510 l’approvisionnement de nombreux châteaux frontaliers, par exemple de celui si important de Jajca, n’était plus possible sans expéditions militaires, et le pays supportait de plus en plus difficilement la pression turque.

Une monarchie continuellement sous la pression nobiliaire

59Sans moyens importants Vladislas II fut soumis continuellement à la tutelle de ses pincipaux officiers et de la grande noblesse

Le gouvernement central : la chancellerie et la trésorerie

60À l’époque des Jagellons, le pouvoir personnel du roi se trouva considérablement affaibli. Au cours des péripéties de l’accès au trône, le souverain avait été contraint d’hypothéquer de nombreux châteaux et villes de la Couronne, parfois même d’en faire don. En 1526, seuls 5 % des châteaux du pays appartenaient au roi, et 2 % à la reine. Les grands propriétaires séculiers, en revanche, les barons, en possédaient presque la moitié, 47,1 %. La situation était donc nettement moins favorable que lors de l’accession de Mathias au trône de Hongrie. D’autre part, les deux Jagellons étaient facilement influençables et n’avaient pas les capacités d’homme d’État de Mathias. L’entourage du souverain joua donc nettement un rôle important, notamment le responsable de la chancellerie qui établissait les documents au nom du roi. Comme la position juridique du roi n’avait guère changé, c’est bien ce dernier qui tira le plus grand profit de la défaillance de l’autorité royale. Il est vraisemblable qu’une partie considérable des documents scellés par lui reflétaient sa volonté plus que celle du roi (dans les cas où le pouvoir décisionnel ne revenait pas au conseil). Ce n’est pas un hasard si les sources évoquent souvent les trois chanceliers les plus influents des Jagellons comme des « deuxièmes rois », dans la mesure où ils détenaient le véritable pouvoir.

61Après la démission de Jean Filipec devenu moine franciscain l’archevêque de Kalocsa et grand chancelier Pierre Váradi, emprisonné sous Mathias, ne retrouva pas sa dignité. C’est Thomas Bakócz, évêque de Győr puis d’Eger (1491-1498), archevêque d’Esztergom (1498-1521) puis cardinal (à partir de 1500), qui fut nommé grand chancelier. Bakócz avait commencé à diriger la chancellerie dès la fin du règne de Mathias à la place de Filipec souvent à l’étranger. Bakócz porta d’abord le titre de chancelier secret, puis, à partir de 1491, il assuma les deux titres de chancelier secret et de grand chancelier. L’énorme pouvoir dont il disposait provoqua les vives critiques de la Diète en 1497, puis en 1498. La direction effective de la chancellerie passa alors dans les mains du secrétaire du roi, Georges Szatmári, que l’on appela chancelier dès 1499, même si le roi ne le nomma qu’en 1503, lui remettant au même moment le sceau secret. Entre-temps, Bakócz continua à porter le titre de chancelier secret et de grand chancelier, et il intervint dans les affaires de l’État. On assista ainsi à une curieuse administration parallèle de la part des deux chanceliers.

62Georges Szatmári était issu de la famille d’un riche bourgeois de Kassa. Il avait fait ses études en Italie et était devenu secrétaire du roi en 1494. De plus, il fut successivement prévôt, puis, entre 1497 et 1505, évêque de Transylvanie, de Veszprém, puis de Várad. En 1505 il obtint l’évêché de Pécs, et resta à ce poste jusqu’en 1522, année où il succéda à Bakócz au siège d’archevêque d’Esztergom. Il mourut en 1524. Mais à la fin de l’année 1514 ou au début 1515 lui aussi se vit retirer le sceau. Le roi nomma chancelier l’archevêque de Kalocsa Grégoire Frangepán. La mise à l’écart fut provisoire. Plus tard, lors de l’accession au trône de Louis II, le sceau lui sera rendu.

63Frangepán était devenu archevêque de Kalocsa en 1503. Il fut pendant un temps chancelier de la reine Anne, aristocrate instruite qui avait fait ses études dans les universités de Vienne et de Cracovie. Au début des années 1510 il soutint Jean Szapolyai, partisan d’une orientation politique favorable aux Polonais. Il fut souvent ambassadeur auprès de l’empereur et il n’est pas exclu que sa nomination en tant que chancelier soit liée à cette circonstance. C’est lui qui dirigeait la chancellerie au moment du sommet de 1515, bien que Szatmári, son prédécesseur, ait lui aussi participé aux pourparlers. Comme il ne dirigea la chancellerie que peu de temps, il ne put guère développer son influence.

64Donc les chanceliers, en dépit de tout leur pouvoir, ne pouvaient être sûrs d’échapper à la destitution ou à une mise à l’écart provisoire si les circonstances politiques le requéraient. La double chancellerie ne s’avéra pas une solution heureuse : Bakócz et Szatmári, qui avaient parfois des positions divergentes, devaient chacun dans une certaine mesure tenir compte des avis de l’autre.

65Le rôle et le nombre des secrétaires du roi s’accrurent dans la période concernée. En principe les secrétaires ne faisaient pas partie de la chancellerie, ils dépendaient directement du roi, avaient leur place au conseil. Cependant, dans la pratique, ils travaillaient aussi à la chancellerie. Leur toute première tâche était de traiter des requêtes mais, comme il s’agissait d’hommes instruits, ils étaient souvent sollicités pour intervenir dans les questions intérieures ou diplomatiques. À la fin de l’époque de Mathias, le premier et à l’époque l’unique poste de secrétaire de chancellerie (il y en avait eu deux auparavant) fut occupé par François Szatmári (Bakócz), frère de Bakócz. Il fut remplacé, comme nous l’avons vu, par Georges Szatmári. Comme celui-ci fut bientôt promu à la direction de la chancellerie, un deuxième secrétaire fut mis en place en la personne de Sigismond Thurzó. En 1502, avant même la nomination de Szatmári au poste de chancelier, une modification intervint : le secrétariat fut assuré par quatre personnes. En 1509, ils étaient six. Il s’agissait de personnes d’origine noble, la plupart d’entre elles avaient été à l’Université. Beaucoup d’entre elles provenaient de la couche supérieure de la noblesse moyenne mais François Szeremlyén et Ladislas Szalkai étaient fils de paysans et n’avaient pas fait d’études universitaires. Trois d’entre eux étaient étrangers : Pierre Beriszló, de Trogir (Dalmate), qui était apparenté à la famille de magnats hongrois de même nom, son neveu Jean Statileo et Jérôme Balbi, d’origine italienne.

66Sur les dix-sept secrétaires de Vladislas II, treize devinrent évêques (Balbi à l’étranger). C’est parmi eux que se recrutèrent les diplomates chargés des tâches les plus importantes. Trois d’entre eux, François Várdai, Pierre Beriszló et Ladislas Szalkai devinrent plus tard trésoriers, puis chanceliers, comme Georges Szatmári, qui devint chancelier et archevêque d’Esztergom. Avec l’augmentation du nombre des secrétaires, ceux-ci commencèrent à jouer un rôle analogue à celui des légistes des conseils des rois étrangers. Le statut de secrétaire était la voie la plus sûre pour atteindre les principales dignités séculières ou ecclésiastiques. Leur influence était sans doute considérable, mais seule une promotion pouvait leur garantir un rôle politique autonome. Une partie d’entre eux représentait la ligne Bakócz, une autre la ligne Szatmári. Il en allait de même pour les secrétaires évêques.

67La Trésorerie, qui avait gagné en importance depuis les réformes de Mathias, garda son prestige malgré la diminution considérable des recettes de la Couronne. Qui plus est, les trésoriers, comme avant 1464, reprirent à partir du début du xvie siècle le titre de « grandeur », comme s’ils étaient de « vrais barons ».Vladislas II choisit comme premier trésorier le frère du premier trésorier de Mathias, l’évêque de Zagreb Osvald Tuz. Au printemps 1492 un baron, Guillaume Baumkircher, lui succéda pour un court laps de temps. À l’automne la Trésorerie avait déjà pour responsable l’évêque Luc Szegedi, qui transmit cet office fin janvier 1494 à l’évêque de Pécs Sigismond Ernuszt, le fils de celui qui avait mené à bien la réforme du Trésor de Mathias. Le nouveau trésorier, qui était l’un des hommes les plus riches du pays, fut accusé en mai 1496 par la Diète de malversations. L’enquête qui suivit confirma la justesse de cette accusation et le trésorier fut destitué, arrêté et ne recouvra la liberté qu’en échange du paiement d’une somme considérable.

68Son successeur fut le prévôt de Lelesz, Sigismond Vémer, vice-trésorier de Luc Szegedi. Il était issu d’une famille de la petite noblesse et fut à l’origine d’une nouvelle tradition. Désormais, en raison du grand prestige de la Trésorerie, si le responsable était une personne de rang insignifiant, elle n’obtenait pas aussitôt le titre de trésorier, mais assumait la direction des affaires financières de l’État royal avec le titre d’« administrateur des revenus de la Couronne ». Vémer ne reçut le titre de trésorier qu’en 1498, puis, en janvier 1500, il devint évêque de Zagreb, mais il mourut quelques jours plus tard. Il fut suivi par des trésoriers laïcs qui, grâce à leur nomination, trouvèrent place parmi les barons : Jean Bornemissza, qui avait été vice-trésorier d’Urbain Nagylucsei (1500-1504), puis l’ancien vice-voïvode de Transylvanie, Étienne Telegdi (1504-1506). Son substitut était le clerc Ladislas Szalkai, futur secrétaire du roi, trésorier et chancelier. Telegdi fut suivi par Benoît Batthyány (1506-1509, 1510-1511). Entre 1509 et 1510, la fonction de trésorier fut assurée par François Várdai, secrétaire du roi qui, en tant que trésorier, fut rapidement nommé évêque de Vác. Entre 1511 et 1513 la trésorerie fut dirigée par Nicolas Herendi, de petite noblesse, d’abord au titre d’administrateur, puis elle fut reprise par Pierre Beriszló, secrétaire du roi, qui fut aussi nommé évêque de Veszprém et bán de Croatie. Il demeura trésorier jusqu’à la mort de Vladislas II mais, comme il passait la plus grande partie de son temps dans les zones frontalières, ce sont ses adjoints, le prévôt Paul Várdai et Marc Pemfflinger, qui assurèrent la véritable direction de la Trésorerie.

69La plupart des trésoriers furent considérés comme des spécialistes et avaient déjà travaillé dans les finances. Beaucoup d’entre eux avaient été secrétaires du roi : on pouvait passer de vice-trésorier à secrétaire et de secrétaire à trésorier. À l’exception de Guillaume Baumkircher, les magnats n’étaient pas nommés au poste de trésorier, mais des laïcs purent devenir barons en ayant été trésoriers. Alors que Mathias, en trente-deux ans de règne, avait eu sept trésoriers, Vladislas, en vingt-six ans, en eut onze (en douze mandats). La durée du mandat de chaque trésorier fut de 4,5 ans sous Mathias et de 2,2 sous Vladislas. Cela montre bien les difficultés de la gestion financière. Il arrivait que la perception de l’impôt décidée par la Diète fût confiée à un officier choisi par elle, de sorte que le trésorier du roi se contentait de gérer les revenus réguliers de la Couronne. En 1511 Étienne Telegdi, qui était considéré comme baron (il avait été trésorier du roi) et Ladislas Szentpéteri, de la couche supérieure de la noblesse moyenne, furent les premiers trésoriers de la Diète

Les revenus de la Couronne

70C’est grâce à l’enquête consécutive aux accusations de malversations portées contre Sigismond Ernuszt qu’il nous reste une copie des archives du Trésor pour 1494-1495. Au cours de ces deux années le Trésor avait collecté 310 000 florins. Près des trois-quarts, plus précisément 74 %, étaient représentés par l’impôt d’un florin prélevé à deux reprises. Il est vrai que ce chiffre ne prend pas en compte l’impôt des quatorze comitats du sud de la Hongrie, qui avait été perçu par l’ispán de Temes, en même temps commandant des régions inférieures. Ce dernier avait utilisé l’argent récolté pour faire face aux besoins des zones frontalières. Sur l’impôt provenant des autres comitats, seuls 54 % étaient parvenus jusqu’au Trésor. Les seigneurs en effet avaient gardé une partie de l’impôt pour eux, sous prétexte de lever des troupes.

71Donc, les revenus de la Couronne avaient considérablement baissé depuis Mathias. C’est sans doute à la Diète de 1492 que le trésorier Osvald Tuz présenta le tableau de toutes les recettes régulières de la Couronne. Celles-ci s’étaient considérablement réduites. Parmi les douanes frontalières, il ne prit en compte que le vingtième de Transylvanie ; il faut croire qu’une grande partie du trentième de la Hongrie était hypothéquée. Les villes minières étaient désormais propriété de la reine veuve Béatrice et Szeged appartenait à Paul Kinizsi. Tuz ne mentionne pas les mines de sel de Körmöc ni de Máramaros, qui étaient aussi sous l’autorité de Béatrice.Tout ceci explique la nécessité de rétablir l’impôt « exceptionnel », c’est-à-dire l’impôt d’un florin par portail, même si cela allait à l’encontre des conditions du couronnement et de l’article 1 de la loi de 1492 qui les confirmait. En dépit de ces engagements, comme nous l’avons vu, cet impôt fut levé deux fois en 1491.

72Dans les années 1490 l’impôt fut prélevé une fois par an et cela n’eut pas toujours lieu sur décision de la Diète. Au printemps 1494 par exemple, c’est le conseil royal qui prit la décision. Il est vrai que 31 % de l’impôt finissaient dans les mains de grands propriétaires privés, sans compter que 15 % n’arrivaient jamais jusqu’au Trésor, et représentaient les exonérations, les frais de traitement, etc. Il est clair que les dépenses du pays, l’entretien et la défense des châteaux frontaliers n’étaient nullement couverts même par l’« impôt exceptionnel », dans la mesure où, conformément aux réformes militaires de 1498-1500, la moitié de la somme ainsi prélevée était destinée à la rémunération des soldats levés par les seigneurs et par les comitats. La saisie des mines de sel et des autres biens de la reine Béatrice par le trésorier Vémer après l’issue favorable pour le roi du procès d’annulation de son mariage ne changea rien à la situation. Le Trésor était en difficultés financières perpétuelles.

73On chercha à résoudre les problèmes de la manière traditionnelle – en hypothéquant les sources permanentes de revenus, les trentièmes, les halles au sel, etc., de sorte qu’au bout de quelque temps, elles n’étaient plus utilisables. Alors, elles étaient offertes à d’autres, avec des hypothèques plus élevées, à condition que la deuxième personne rembourse la première et verse au roi la différence. Dans le cas des trentièmes, cela voulait dire que la personne en faveur de laquelle ils étaient hypothéqués allait vouloir se rembourser de l’emprunt fait au roi en prélevant des droits de douane illégaux. Le souverain était également en dette vis-à-vis de ses chefs militaires (voïvode, báns, capitaines du guet), qui souvent ne recevaient pas leur solde. Souvent, les commandants renonçaient à une partie de ce qui leur était dû, en échange de quoi ils recevaient un domaine de la Couronne. Les contributions du pape et de Venise apportaient de temps à autres un sérieux soulagement, de même que les fortunes des ecclésiastiques défunts. Dans son testament, Osvald Tuz, évêque de Zagreb mort en 1499, laissait 32 000 florins pour des travaux dans les châteaux du Sud, 10 000 florins au roi et il dégageait ce dernier d’une dette de 3 500 florins. En tout cas, de manière générale, les souverains tiraient plus d’argent sur les héritages des prélats que ceux-ci ne leur en laissaient.

La réforme militaire

74Après la paix de Pozsony, les soldats qui stationnaient en Autriche furent conduits en Hongrie, ils écrasèrent Jean-Albert, mais le paiement de leur solde représentait une charge de plus en plus lourde. Les autorités tentèrent de les lancer contre les Ottomans mais comme elles n’étaient guère en mesure de les rémunérer, les mercenaires commencèrent à piller le sud de la Hongrie, jusqu’à ce que Paul Kinizsi, en automne 1492, ne leur inflige une défaite définitive. Ainsi disparut ce que les gens appelaient « la troupe noire » (c’est ainsi qu’étaient désignés les mercenaires de Mathias) et le pays perdit son « armée de terrain » mobilisable. La loi de 1492 (art. 18-22) commença à prendre des mesures pour compenser cette perte. Le service militaire par tenure fut rétabli conformément au nombre de tenanciers. Les magnats allaient à la guerre sous leur propre drapeau. Mais c’était là des troupes qu’il n’était pas possible d’utiliser hors des frontières du pays.

75Dès 1493 il fut question que les prélats et les barons entretiennent en permanence des troupes, et que pour le faire ils collectent eux-mêmes l’impôt royal sur leur territoire. La Diète de l’automne approuva ce projet. C’est ainsi que les troupes des prélats et des « barons bannerets » devaient se tenir prêtes (la défaite du bán de Croatie avait déjà eu lieu). Les grands seigneurs levaient une armée correspondant au vingtième du nombre de leurs tenanciers. Ils devaient servir six mois. Ceux dont les troupes étaient mobilisées pouvaient collecter eux-mêmes l’impôt exceptionnel d’un florin en vue de l’entretien de leurs soldats. Les régiments bannerets, à savoir les troupes qui défilaient sous le drapeau de leur seigneur, combattaient de manière régulière : les troupes de l’évêque de Transylvanie par exemple furent mobilisées tous les ans entre 1491 et 1494 (et sans doute plus tard aussi, mais les informations précises à ce sujet nous manquent).

76Comme les précédentes, les résolutions de l’automne 1493 n’étaient pas suffisamment claires, notamment pour savoir qui devait avoir son régiment et donc qui pouvait prélever l’impôt royal. Cela contribua dans une mesure non négligeable à limiter les recettes de la Couronne. L’armistice turc de 1495 reporta la nécessité absolue de mettre de l’ordre dans les affaires militaires. Mais l’armistice se termina en 1498 et la Diète annuelle dut se mettre à l’ouvrage. Les réformes sont contenues dans les articles 15 à 22 de la loi promulguée à la suite de cette assemblée. Partout, sauf dans onze comitats du sud de la Hongrie, il fut prévu de lever un cavalier tous les trente-six portails paysans. Dans les comitats du Sud l’obligation était d’un hussard tous les vingt-quatre portails. Nous connaissons les chiffres exacts des troupes des ecclésiastiques : treize évêques, sept abbés ou supérieurs de monastères ainsi que neuf chapitres cathédraux ou de collégiales devaient aller au combat avec une grosse cavalerie de 7 000 hommes. Dans le cas des barons, les effectifs dépendaient du nombre de portails de tenanciers. L’article 22 énumère nominativement les barons soumis à l’obligation de lever des troupes : il s’agit de trente-neuf personnes, plus les comtes Frangepán et Korbáviai, dont le prénom n’est pas indiqué. Par erreur, Jean Corvin a été oublié dans le texte de la loi.

77Nous avons déjà parlé des effets sociaux de cette loi. Du point de vue militaire, cela voulait dire que le service militaire par tenure était effectué par des mercenaires, qu’il était donc possible d’utiliser hors des frontières. La mobilisation nobiliaire cependant ne pouvait se faire qu’à l’intérieur même du pays. La loi ne réglementait que les éléments principaux. Nous en savons davantage grâce aux instructions d’application ainsi qu’à d’autres documents qui nous sont parvenus. Le plus important est que les seigneurs bannerets en général ne retenaient que la moitié de l’impôt royal. Cela veut dire que les agents fiscaux du roi relevaient le nombre d’unités fiscales, puis attribuaient la moitié de l’impôt prélevé pour le Trésor (à moins que le roi ne l’eût attribuée à l’avance). Les seigneurs bannerets séculiers et ecclésiastiques énumérés par la loi retenaient la deuxième moitié pour eux-mêmes conformément au nombre de leurs paysans. Les seigneurs dont le nom ne figurait pas dans la loi devaient lever des troupes correspondant au nombre de leurs tenanciers sous le drapeau du comitat. Dans ce cas le comitat prélevait pour lui l’impôt. L’article 21 de la loi de 1500 conférait le privilège de seigneur banneret à Jean Bornemissza, trésorier en exercice, ainsi qu’à dix autres aulici du roi, c’est-à-dire nobles membre de sa cour. Sur le terrain militaire, indépendamment de la taille de leurs domaines, ils échappèrent donc au cercle de compétence des comitats.

78Les résolutions des années 1498-1500 créèrent une armée numériquement importante, mobilisable en permanence, partiellement professionnelle, qui pouvait être envoyée n’importe où en cas de danger. La seule difficulté était que les régiments bannerets n’étaient jamais aussi importants que la loi le prévoyait. Ceci est surtout prouvé pour les troupes de l’Église. Si par exemple l’évêque d’Eger avait maintenu en armes les 800 cavaliers prévus par la loi de 1498, il aurait dû dépenser pour les rémunérer plus d’argent qu’il n’en rentrait dans ses caisses. Malgré cette difficulté, ce sont bien les troupes de l’Église, même si elles étaient en nombre inférieur à ce qui était attendu, qui stationnaient de manière pratiquement permanente sur les frontières, ce qui ne peut pas être dit des troupes de la haute aristocratie et encore moins de celles des comitats. Les défauts de ce système n’étaient pas militaires, car il permit longtemps de faire face aux nécessités, ils tenaient plutôt au caractère négatif de ses conséquences sociales : l’argent des contribuables assurait légalement aux seigneurs et aux comitats le commandement d’armées privées. Il faut également noter que dans la plupart des cas l’armée n’était rassemblée qu’en cas de mobilisation. Les combattants recevaient régulièrement une somme annuelle, par exemple dix florins, et s’engageaient à s’enrôler en cas de mobilisation. Quand, même pour une période très courte, le service militaire n’était pas requis, la part de l’impôt royal que les seigneurs avaient reçu pour l’entretien des troupes pouvait être utilisée dans leur propre intérêt. Ce profit concernait moins les ecclésiastiques, puisque, notamment à la fin de cette période, leurs régiments, comme nous l’avons vu, étaient pratiquement toujours en armes.

79Les régiments bannerets remplissaient donc avant tout la fonction de troupes de terrain facilement mobilisables. Le roi devait pour sa part non seulement maintenir en état et approvisionner ses châteaux dans la zone frontalière mais en rétribuer la garde. Ce n’était pas là une faible dépense. Nous disposons du bilan des dépenses du Trésor en 1504 et 1511 pour la zone frontalière, ainsi que des documents financiers remontant à 1513-1514. D’après ces documents, sans compter la Transylvanie, 7 517 soldats recevaient une solde, dont 5 090 dans les régions inférieures, et 2427 dans le territoire sous le commandement du bán de Croatie. Ces chiffres comprennent les cavaliers des comtes croates, les hussards du despote serbe et d’autres seigneurs serbes, auxquels le roi ne versait qu’un complément de solde. Il pouvait cependant les mobiliser à sa guise. Les hussards des régions inférieures, autrement dit les voïnik, ne recevaient pas non plus une solde complète : il s’agissait de paysans soldats exonérés d’impôt. Les naszád étaient dans la même situation : ils recevaient une solde réduite en échange de concessions sur les impôts. S’il avait dû payer l’intégralité de leurs soldes, le Trésor aurait dû leur verser plus de 230 000 florins, alors même que le budget pour les troupes stationnant dans les régions inférieures ainsi que dans le bánat de Croatie en 1511 était de 116 000 florins. À ce chiffre il faut ajouter la rémunération du voïvode de Transylvanie, qui était en même temps ispán des Sicules, à savoir 12 000 florins, qui lui permettait de lever 800 cavaliers. Même le double de son salaire ne lui aurait pas permis de leur payer la solde, puisque le domaine du voïvode-ispán était un domaine à honor.

80Cela voulait donc dire que les dépenses de paiement des troupes pour la Transylvanie et pour les châteaux des frontières représentaient ensemble au moins 128 000 florins par an. Ce chiffre ne tient pas compte des dépenses « immobilières », notamment des travaux de construction et de réfection des châteaux, pas plus que de leur approvisionnement. Le budget de 1511 mentionne des sommes pour les constructions : 13 000 florins dans les confins croates et seulement 1 000 florins dans les régions inférieures. Si nous partons de ces chiffres, il nous faut ajouter aux dépenses de paiement de troupes 12 % de frais de construction. Or c’est là sans doute un chiffre sous-estimé. Nous pouvons en fait évaluer à 150 000 florins la somme consacrée annuellement à la zone frontalière du pays.

81Comme nous l’avons vu, ces chiffres ne tiennent pas compte des dépenses des « troupes mobiles » des régiments bannerets, couvertes depuis 1498 par la moitié de l’impôt « exceptionnel ». Ce qui veut dire que, malgré le maintien de l’impôt d’un florin, les sommes qu’il fallait payer en temps de paix pour l’entretien des châteaux des frontières dépassaient celles que l’impôt faisait rentrer dans les caisses de l’État.

82Le système militaire de la zone frontalière était le même qu’à l’époque de Mathias. Les confins « anti-turcs » se subdivisaient en trois zones de commandement : la Transylvanie, les régions inférieures et les confins croates et bosniaques. Protégée par les Carpates, la Transylvanie n’avait pas besoin d’une ligne de châteaux : c’est le voïvode (en même temps ispán des Sicules) qui était responsable de sa défense. Entre 1504 et 1507 Jean Tárcai fut un ispán des Sicules indépendant du voïvode. L’ispán de Temes, qui était en même temps commandant des régions inférieures, était responsable du bas Danube et des bánats longeant la Save : Szörény, Nándorfehérvár, Szabács, Szrebernik ; en plus, il était ispán de plusieurs comitats méridionaux autour de Temes. Le bán de Croatie était responsable des châteaux bosniaques et croates.

83Les régions inférieures et les confins croates et bosniaques formaient un double système de châteaux. Une ligne extérieure allait de Szörény à Klissza en passant par Nándorfehérvár (Belgrade) et par Jajca, alors que les principaux châteaux de la ligne intérieure étaient Lugos, Temesvár, Pétervárad, Bihács et Zengg. Les Ottomans qui franchissaient la première ligne pouvaient être arrêtés à l’aide de troupes venant des châteaux de la ligne intérieure, des comitats des régions inférieures, ainsi que des troupes de Slavonie conduites par le bán. En cas d’agression plus sérieuse, il fallait mobiliser les régiments bannerets du pays, avant tout ceux de l’Église.

84Ce système n’était pas mauvais et jusqu’en 1521, jusqu’à la chute de Nándorfehérvár, il parvint à bien défendre le pays. Mais il y avait deux séries de problèmes. Du point de vue de la défense, aucun autre pays européen n’était obligé de maintenir en permanence sur pied de guerre une armée aussi nombreuse et aussi coûteuse. Même si le Trésor ne payait pas toujours la solde, la rétribution des soldats représentait une très lourde charge pour l’État. L’entretien de l’armée s’accompagnait de l’appauvrissement général du pays. Si les soldats ne touchaient pas leur solde, aucune interdiction ne les empêchait de faire des incursions en territoire turc, même pendant la période d’armistice. Des deux côtés, les guerriers des châteaux tiraient un revenu régulier de la rançon des prisonniers. En 1492 par exemple vingt et un prisonniers turcs payèrent une rançon de 2 300 florins. En conséquence des pillages effectués par les deux parties, les districts des châteaux des deux côtés étaient totalement ravagés, ce qui venait augmenter les dépenses d’approvisionnement.

Les Diètes

85Le conseil au complet, en cas d’accord de tous les prélats et de tous les magnats, avait le droit de prendre des décisions que le roi pouvait exécuter : comme nous l’avons vu, dans les années 1490, il décida à plusieurs reprises de lever l’impôt exceptionnel. Il n’en reste pas moins que l’époque des Jagellons reste marquée par la fréquence des réunions de la Diète, qui prenait les décisions les plus importantes, celles qui concernaient l’ensemble du pays.

86Nous avons vu que la Diète de 1492 avait reporté la solution d’un certain nombre de problèmes à la réunion suivante. Celle-ci ne se tint qu’en septembre 1493 et n’aboutit à aucun résultat. Au printemps 1494 le prélèvement d’un nouvel impôt fut décidé exclusivement sur la base d’une décision du conseil du roi élargi. C’est la Diète convoquée le 8 mai 1495 qui compléta les décisions de 1492. Il s’en suivit un important document législatif qui fut mis en forme par le juge de la cour royale, Dominique Kálmáncsehi, Jean Vitéz, jeune, docteur en droit, évêque de Veszprém et de Vienne, qui s’était rallié à la Couronne, ainsi que les quatre sénéchaux.

87La loi reflétait le renforcement croissant de la moyenne noblesse face aux magnats mais aussi l’union de tous les seigneurs séculiers contre l’Église. Pour la première fois la Diète examina la procédure suivie par le conseil du roi et mit en évidence le rôle de président joué par le chambellan. Ce dernier était chargé de faire connaître la décision de la « partie la plus raisonnable » (autrement dit des seigneurs les plus prestigieux) (art. 25). La loi se pencha aussi sur l’organisation de la Diète. Les nobles moyens devaient se présenter en personne à la Diète et non point se faire représenter par des députés (que les grands seigneurs pouvaient facilement influencer, art. 26), mais ce principe ne fut pas toujours respecté. Dans les prémisses de la loi suivante, celle de 1498, les membres de la Diète demandent au roi d’envoyer aux tribunaux du huitième trois prélats et trois barons ainsi que quatorze nobles parmi les plus aisés en qualité d’assesseurs. Trois ans plus tard, ces assesseurs étaient déjà élus. La loi confirma les pouvoirs du comitat et, à l’intérieur de celui-ci, celui de la communauté du comitat (l’ispán par exemple ne peut pas se passer d’un mandat délivré par le comitat, art. 15-17). De graves peines sont prévues pour ceux qui refusent de rendre les tenanciers en fuite (art.18). La Diète aborda dans le détail les questions ecclésiastiques qui n’avaient pas fait l’objet d’un vote en 1492, comme celle de la juridiction du Saint-Siège pour l’appropriation de prébendes ou la perception de la dîme par les étrangers (art. 6, 10, 30-32, 37-48). Dans l’article 31, de manière inaccoutumée, les évêques auteurs du texte de la loi mentionnent le fait que la résolution a été imposée par les séculiers contre la volonté des prélats et des ecclésiastiques. La Diète votait bien l’impôt, mais cette dimension de son activité ne se trouve pas incluse dans la loi.

88À l’automne 1495, une nouvelle Diète se tint à Szeged. Il semble bien qu’elle se soit conclue sans résultats, bien que le roi se soit référé à une de ses décisions pour lever un impôt début 1496. C’est à la Diète tenue au printemps 1496 qu’éclata le scandale des malversations de l’évêque trésorier Sigismond Ernuszt, et les ordres refusèrent l’impôt d’un florin. Au cours de la réunion de la Diète des troubles éclatèrent dans la capitale. Ils débouchèrent sur un pogrom anti-Juifs. La Diète suivante, en novembre 1497, prit des mesures contre le chancelier Thomas Bakócz.

89Ce n’est certainement pas un hasard si une seule des cinq Diètes tenues entre 1493 et 1497 fut capable de voter une loi. À l’exception du vote – plus ou moins tumultueux – de l’impôt, elles n’ont réussi à s’entendre sur rien. La loi élaborée lors de la Diète de mai 1495 reflète le renforcement de la noblesse moyenne et l’élimination – provisoire – d’Ernuzst et de Bakócz témoigne de la confusion régnante. En revanche, la Diète tenue à la Saint-Georges en 1498 s’avéra plus fructueuse. Dans l’introduction à la loi, le roi répète que son souci est de veiller à la tranquillité de ses sujets et il revient sur cet objectif dans la conclusion. L’introduction est révélatrice aussi sur un autre point. Le roi s’était vu demander le rétablissement des libertés obtenues sous André II (c’est-à-dire de la Bulle d’or). Celui-ci avait rencontré l’opposition, disait-on, de ceux qui « se préoccupaient davantage de leur intérêt personnel que de l’intérêt général ». Il s’agit là manifestement des accusations de la noblesse inférieure à l’encontre de la haute aristocratie. Le fait que face au « grand décret » de 1495, qui comprenait également la loi de 1492, ce texte ait été appelé « petit décret » en révèle l’importance.

90Comme nous l’avons mentionné, cette loi de 1498 avait décidé de l’élection d’assesseurs nobles, elle avait mené à bien la réforme militaire et avait engagé la mise en place d’un ordre autonome de magnats. Le premier article de la loi prescrivait l’obligation de tenir une Diète annuelle les quatre années suivantes ; après quoi, la Diète serait réunie tous les trois ans. Les nobles devaient se présenter en personne à ces Diètes, sous peine de sanction ; dix nobles à une tenure étaient représentés par un délégué. L’article 26 témoigne lui aussi du renforcement de la noblesse moyenne. D’après les articles 9 de la loi de 1492 et 2 de la loi de 1495 le roi ne pouvait pas donner plus de dix tenanciers sans l’accord des prélats et des barons ; désormais, cette clause était annulée, afin de ne pas limiter le pouvoir du roi. Avant, les membres de la haute aristocratie pouvaient coopter leurs pairs ; désormais, ce fut au roi seul de décider, ce qui facilitait la pratique de la mobilité sociale. La loi aborde dans le détail les questions commerciales (art. 29-34). Elle exonère de droits de douane les nobles commerçants (art. 35) et témoigne d’une certaine hostilité envers les villes. Cette dimension est particulièrement manifeste dans les articles 38 et 41. Le premier article renvoie les procès concernant les propriétés des bourgeois des villes devant les tribunaux des comitats. Dans les affaires concernant les bourgeois voire les tenanciers possédant des vignes ou d’autres biens fonciers sur le domaine des nobles, c’est le propriétaire foncier qui sert de juge. La même loi impose à ces mêmes terres et à ces vignes l’obligation de payer le neuvième. D’une manière générale la loi souligne les intérêts de la noblesse moyenne face à ceux du clergé, de la haute aristocratie et de la bourgeoisie des villes. Dans les questions opposant les nobles au clergé et à la bourgeoisie, leurs intérêts rejoignaient ceux des magnats. En revanche, les nobles moyens étaient prêts à soutenir le pouvoir royal face aux barons. La légalisation des armées privées des magnats et des comitats n’avait pas manqué d’avoir des effets importants.

91Les lois établies par la Diète tenue à l’été 1499 n’ont pas été conservées mais l’impôt fut néanmoins voté. L’ouverture de cette Diète, elle aussi, coïncida avec une émeute : les nobles armés rassemblés à proximité de Pest dressèrent un échafaud, et les grands seigneurs eux aussi défilèrent avec leurs régiments. Le roi, qui était resté à Buda, et son conseil ne rejoignirent l’assemblée qu’après le départ d’une bonne partie des nobles, lassés de l’attendre.

92Dans le préambule à la loi émise lors de la Diète de la Saint-Georges 1500, Vladislas insiste sur le fait qu’il a rétabli le calme. Cette loi sert de complément au « petit décret » de 1498, aux articles duquel elle renvoie. C’est la première Diète dans laquelle nous trouvons des références explicites à Werbőczy (hormis le lien qui avait été établi entre lui et la mise en place de la loi de 1498). Werbőczy participait aux Diètes en tant que délégué de Nógrád. C’est sans doute lui qui a rédigé une supplique de la noblesse au souverain dans laquelle il demandait l’inscription de certains points dans la loi. Le projet touchait aux points suivants : les seigneurs sans régiments bannerets étaient soumis aux comitats ; l’institution des procureurs ecclésiastiques était interdite ; le neuvième devait être perçu avant la dîme (le propriétaire recevant alors effectivement le neuvième, et non point le neuvième des neuf dixièmes). Tous ces points furent inscrits dans la loi et montrent bien l’opposition de la noblesse vis-à-vis de l’Église. La loi de 1500 (art. 21) élargit le cercle des seigneurs bannerets à Jean Bornemissza, trésorier du roi, et à dix autres personnalités de la cour.

93Au début du siècle les Diètes se réunirent souvent sans pour autant dans leur majorité émettre de lois, à moins que leurs lois ne soient pas parvenues jusqu’à nous. À l’automne de 1500, les barons et les nobles moyens se présentèrent en armes à Bács, dans la perspective de la lutte contre les Ottomans. En 1501 ils se rassemblèrent à Pest le jour de la Saint-Georges, en septembre à Tolna. En 1502, l’assemblée se réunit également le jour de la Saint-Georges. En 1503, c’est le 25 mai sur le champ de Rákos qu’elle fut convoquée : cette Diète ratifia l’accord d’armistice hungaro-turc pour sept ans. La loi établie par la Diète de la Saint-Georges 1504, elle aussi tenue sur le champ de Rákos, nous est bien parvenue. Cette loi représente encore plus exhaustivement que les précédentes les intérêts de la noblesse moyenne : elle interdit la perception d’impôts sans l’accord de la Diète. Cette disposition est inscrite dans l’article 1 : souvent, comme les négociations traînaient en longueur, la noblesse se dispersait avant la prise de décision et l’impôt était voté par les grands aristocrates qui le faisaient a posteriori accepter par les comitats. Les étrangers se voyaient interdire de recevoir des prébendes (art. 10) ; les szolgabiro pouvaient autoriser les déplacements de tenanciers (art. 16). Ceux-ci n’avaient plus le droit de chasser (art. 18). Les villes ne pouvaient plus empêcher les nobles d’exporter du vin (art. 19). Seuls les étrangers étaient autorisés à exporter du bétail (art. 28). Enfin, l’article 31 décidait de regrouper toutes les lois royales en un volume. Certains articles étaient aussi tournés contre le clergé. C’est ainsi qu’en 1504 la loi promulguée veilla avant tout aux intérêts des nobles engagés dans les affaires aux dépens des ecclésiastiques, des bourgeois et des tenanciers.

94Une nouvelle Diète se réunit en février 1505. La participation y fut limitée, mais la question de la succession au trône émergea : Vladislas n’avait alors qu’une fille, Anne, que le plus riche des magnats, Jean Szapolyai, voulait comme fiancée. Fin juin, la Diète convoqua une assemblée armée à Hatvan, et les aristocrates tentèrent avec le prince polonais Sigismond de mettre en relation le roi et Szapolyai. Vladislas convoqua pour le 28 septembre une Diète non armée au champ de Rákos durant laquelle les aristocrates, les prélats et les délégués des comitats présents décidèrent de l’élection d’un roi hongrois au cas où Vladislas n’aurait pas d’enfant mâle. Cette décision était clairement tournée contre les Habsbourgs. Avant même la Diète, Maximilien avait commencé à s’armer contre la Hongrie. Werbőczy fit voter un impôt de deux deniers par portail, ce qui témoigne de l’importance de son rôle.

95Entre 1500 et 1505 il y eut cinq Diètes, qui débouchèrent uniquement sur deux lois, du moins d’après ce que nous pouvons déduire des sources parvenues jusqu’à nous. Il est vraisemblable que les lois ne furent effectivement pas nombreuses. La tenue d’un nombre aussi important de Diètes s’explique par la volonté de donner un exutoire au mécontentement croissant, puisque, comme le dit explicitement la loi de 1504, l’impôt était souvent voté après la dissolution de la Diète par le conseil royal, qui tout au plus le faisait approuver a posteriori par les comitats. Si les grands propriétaires étaient solidaires et parvenaient à s’assurer de l’accord des assesseurs nobles élus au conseil, ils pouvaient tout obtenir. Sans doute, la « propagande pacifiste » de Vladislas n’est pas restée sans effet. La question de la succession au trône et les aspirations au pouvoir des magnats conduisirent au mouvement de 1505. La résolution dite de Rákos, datant de la même année, ne fut pas traitée comme une loi, elle ne fut pas ratifiée par le roi, alors même que d’après son texte, il semble bien que les prélats, les magnats, les dignitaires et les grands officiers issus de la couche supérieure de la noblesse, ainsi que les délégués des comitats l’aient approuvée de commun accord. Le fait que les décisions de Rákos aient proclamé le principe de la libre élection du roi conduisait à un conflit avec Maximilien, bien que ce dernier eût un accord secret avec Vladislas prévoyant le mariage de la princesse hongroise avec son petit-fils. En avril 2006 eut lieu une réunion de la Diète ou d’un conseil royal élargi, qui décida de tenir une Diète armée à Székesfehérvár fin juin. Cette assemblée s’exprima contre toute dignité dirigeante de l’Église : l’ambassadeur vénitien ne savait pas si c’était contre Bakócz ou Szatmári. La naissance d’un prince, comme nous l’avons déjà mentionné, finit par rétablir le calme.

96Désormais l’objectif principal du roi fut d’assurer à son fils la succession, ce qu’il voulait garantir par un couronnement. Au début de 1507 la Diète tchèque accepta Louis et Vladislas voulut obtenir la même déclaration de principe de la part de la Diète hongroise, qui devait se tenir le jour de la Saint-Georges. Son plan échoua. De plus, la loi votée par les ordres allait dans le sens d’un affaiblissement du pouvoir royal. Ils voulurent cette fois-ci augmenter le cercle de compétences du conseil royal, auquel désormais la moyenne noblesse avait accès par l’intermédiaire d’assesseurs élus : le roi ne pouvait nommer aucun dignitaire sans en avertir le conseil (art. 5). Les membres du conseil élus bénéficiaient d’une rémunération couverte par un impôt de trois deniers par portail (art. 3). L’exécution des décisions de justice devait être assurée par les régiments bannerets des comitats et des barons et, en cas de besoin, par le chef de l’armée royale commandant « national ». À l’époque, cette fonction était assurée conjointement par le palatin Emeric Perényi et par Jean Szapolyai (art. 1). Enfin, le texte interdisait l’exportation de bétail (art. 10). Toutes ces décisions étaient surtout symboliques : elles reflètent les aspirations de la noblesse moyenne, mais le roi ne les ratifia pas, et elles ne passèrent pas dans la loi.

97Le conseil élargi tenu à la fin de l’été ne prit pas position sur la question du couronnement éventuel du fils mineur du roi et la noblesse ne se présenta pas à la Diète convoquée à l’automne. À la fin de l’année, en revanche, Vladislas réussit à faire accepter l’idée du couronnement de Louis par le conseil des prélats et des barons, et la Diète de 1508 émit sur cette question un vote favorable. Le roi fit de nouveau à cette occasion référence à ses efforts en faveur de la tranquillité du pays et promit, également au nom de son fils, qu’il préserverait la liberté de la Hongrie. Enfin il s’engageait à ne pas confier l’éducation ou la tutelle de son fils à un souverain étranger. Le 4 juin 1508, Louis fut couronné roi à Székesfehérvár.

98Pendant les deux années suivantes, la question de l’adhésion de la Hongrie à la Ligue de Cambrai avec les négociations y afférant passa au premier plan dans les discussions des ordres. En 1509 le roi séjourna en Bohême, où Louis fut également couronné. Les assemblées de 1510, tenues à Székesfehérvár et à Tata, ne débattirent pour l’essentiel que des questions en rapport avec la Ligue de Cambrai. La Diète de la Saint-Georges tenue à Rákos en 1511 ne laissa pas de loi, peut-être même n’en fut-il pas question. Mais sa résolution contient un document comportant le sceau des trente-six membres du conseil royal, qui introduisait un nouveau système fiscal. l’« impôt exceptionnel » échappait à la compétence du trésorier royal, qui à l’époque était Nicolas Herendi, issu de la petite noblesse, et la Diète procéda à l’élection de trésoriers nationaux, responsables non point devant le roi mais devant les ordres. Les trésoriers nationaux élus furent Étienne Telegdi pour les barons et Ladislas Szentpéter, du comitat de Valkó, pour la noblesse. Telegdi était un « homme nouveau » parmi les magnats, catégorie à laquelle il avait accédé en ayant été trésorier du roi. La maîtrise de l’impôt par les ordres n’était pas une idée heureuse et l’ancien système ne tarda pas à s’imposer.

99L’année 1508 peut dans une certaine mesure être vue comme une année tournant. Après 1464, Mathias n’avait convoqué qu’une fois les délégués des villes à la Diète. Jusqu’en 1508 en revanche Vladislas, à quelques exceptions près, avait régulièrement envoyé des invitations aux villes. Entre 1508 et 1526, de nouveau, les villes ne furent plus sollicitées. Ce n’était pas un hasard, comme le prouve une circonstance éclairante. Comme nous le savons, les villes payaient l’impôt non point par portail mais en une somme globale. Les lettres du souverain dès la fin du règne de Mathias justifient régulièrement leur objectif par le fait que les villes sont aussi partie intégrante du pays (des ordres) : c’était une manière de les reconnaître comme ordre. Après 1508, à l’exception d’une formulation non univoque en 1511, cette référence disparaît, au moment même où les villes sont exclues de la Diète. Comme les lois contiennent également un nombre croissant d’articles tournés contre la bourgeoisie, il semble bien que la noblesse ait décidé de laisser les villes de côté dans le système des ordres.

La Transylvanie et les provinces annexes à l’époque des Jagellons

100À la fin du Moyen Âge seuls la Transylvanie et le banat de Croatie-Slavonie possédaient un gouvernement provincial particulier. Dès 1478, Mathias avait supprimé le tribunal du bán de Macsó, qui s’étendait à plusieurs comitats du sud de la Hongrie. Le bán de Szörény conservait bien un tribunal dans certaines régions roumaines du sud de la Hongrie mais cela ne déboucha pas sur l’organisation d’une province à part entière. Du point de vue militaire, le bán en général était subordonné au voïvode ou à l’ispán de Temes et, à cette époque, il n’avait plus droit au titre de « votre grandeur » : on pouvait donc les considérer comme des commandants de châteaux disposant d’une compétence juridique plus étendue que les autres.

  • 1 Tiers Livre, IIIe partie, art. 1-3 ; 4.

101Il en allait autrement en Transylvanie. En principe, la province qui s’étendait au-delà de la Maros faisait partie intégrante du pays et c’est la distance qui la séparait du centre qui justifiait l’existence d’un gouvernement à part. Elle était appelée officiellement « la partie transylvaine du pays », formule qui figure encore dans la lettre d’alliance de la révolte de 1467. Cependant la forme « Royaume de Transylvanie » (Regnum Transsilvanum), irrégulière juridiquement mais reflétant la situation réelle, était de plus en plus répandue. Il est significatif de noter que Werbőczy, qui avait aussi occupé la fonction de sénéchal de Transylvanie, appelait cette région regnum et n’utilise l’expression régulière « partie transylvaine » qu’à propos des Sicules1. À l’intérieur du pays, le statut de la Transylvanie était similaire à celui de la Slavonie. Dans ces deux provinces, le gouverneur – voïvode en Transylvanie, bán en Slavonie – était le plus haut juge, c’est lui qui nommait les ispán des comitats et convoquait régulièrement les assemblées de la province. Il était possible de faire appel des jugements délivrés auprès du comte de la cour. Le prix du sang, toutefois, était différent pour les nobles en Hongrie et en Transylvanie : le prix à payer pour le meurtre d’un noble hongrois était de 200 florins, les chiffres pour les nobles de Slavonie et de Transylvanie étaient respectivement de 100 et de 66 florins. Cette réduction du prix du sang en Transylvanie n’avait été introduite par Mathias qu’en 1467, après l’écrasement de la révolte de la province. À l’époque des Jagellons les droits des nobles de Transylvanie n’étaient pas identiques à ceux de leurs homologues de Hongrie.

102La Transylvanie se trouvait dans une position juridiquement différente également pour ce qui est des assesseurs au conseil royal élus conformément à la loi de 1498 : ceux-ci devaient être élus dans les « quatre quarts » du pays, mais ni la Transylvanie ni la Slavonie n’étaient comprises dans ces quatre quarts. Si un noble voulait se faire élire au conseil, ou aspirait à une dignité importante au sein des ordres, il fallait qu’il se fasse déléguer à la Diète par n’importe lequel des comitats de Hongrie. À l’époque des Jagellons, l’un des chefs de la moyenne noblesse était Michel Szobi. Ses principales possessions se trouvaient en Transylvanie mais ce n’est pas un hasard s’il participa aux débats de la Diète en tant que délégué de Nógrád ou de Hont. Nous pouvons citer des exemples analogues avec la Slavonie mais nous ne trouvons pas beaucoup de documents à ce sujet pour la Croatie.

103En même temps, la Transylvanie avait une représentation régulière à la Diète de Hongrie, et ce par les trois « nations » des ordres : les comitats hongrois, les « sièges » saxon et sicule. Nous avons peu de sources à ce sujet mais tout semble montrer qu’il en allait de même pour la Slavonie ; cette participation est plus difficile à prouver dans le cas de la Croatie. Le statut de la Transylvanie dans le royaume de Hongrie au Moyen Âge ressemble davantage à celui de la Slavonie qu’à celui de la Croatie.

104Bien que l’autorité du voïvode de Transylvanie ne concerna les Saxons (dirigés par leur propre comte élu par eux) que dans des domaines précis (par exemple la défense du pays), il n’en restait pas moins l’homme le plus puissant du pays. À partir de 1468, il est en même temps ispán des Sicules, sauf entre 1504 et 1507, où les Sicules eurent leur dernier ispán indépendant en la personne du favori de la reine Anne, Jean Tárcai. Le voïvode continuait à jouir des domaines allant de pair avec l’honor de voïvode et d’ispán des Sicules (par exemple Déva ou Görgeny). Le voïvode était le premier propriétaire du pays, d’autant plus que la révolte de 1467 avait privé de son pouvoir l’aristocratie transylvaine. Le pouvoir du voïvode apparaît clairement à l’examen du cas du dernier voïvode de Mathias et premier voïvode de Vladislas, Étienne Báthori. Tout en étant voïvode et ispán des Sicules, il était comte de la cour, et pouvait ainsi juger lui-même en appel les procès qui remontaient de ses propres tribunaux. Báthori tenta d’asservir les Sicules et gouverna pratiquement avec les pleins pouvoirs. Les Sicules finirent par se révolter et au début de 1493 Vladislas destitua Báthori. Le roi avait toujours la possibilité de renvoyer un voïvode devenu trop puissant.

105L’histoire de l’institution du voïvode à l’époque des Jagellons diffère quelque peu de celle des périodes précédentes. Auparavant, il arrivait souvent que cette fonction fût remplie par deux ou plusieurs personnes. Après la destitution de Báthori, on en revint en apparence à ce système : Ladislas Losonczi et Barthélemy Drágffy gouvernèrent près de deux ans conjointement le territoire puis, à partir de 1495, Drágffy resta seul voïvode. Il fut remplacé par le comte Pierre Szentgyörgyi, frère des voïvodes révoltés en 1467 qui, comme Báthori, à partir de 1500 remplit également la fonction de comte de la cour. Il garda cet office même après 1510, quand il eut remis le poste de voïvode à Jean Szapolyai, qui l’occupa jusqu’en 1526, jusqu’à son élection en tant que roi. Bien que pendant quelques années Szentgyörgyi ait été privé du titre d’ispán des Sicules, lui et Szapolyai gouvernèrent la Transylvanie pendant une période exceptionnellement longue.

106Aucun voïvode ne posséda une immense fortune en Transylvanie, mais, à l’exception de Szentgyörgyi, ils avaient tous des domaines considérables aux frontières de la province. Le voïvode était en général assisté de deux vice-voïvodes, dont l’un « provenait » de Transylvanie et l’autre de l’extérieur.

107La situation en Slavonie était fondamentalement différente. Le roi n’y possédait guère de domaines, l’honor du bán n’allait pas de pair avec des châteaux. Après que Mathias, en 1476, eut procédé à la fusion des dignités de bán de Slavonie et de Croatie, il put disposer aussi des châteaux des confins croates. Sur le territoire de la Slavonie, contrairement à ce qui se passait en Transylvanie, les grands propriétaires séculiers représentaient une force considérable et la couche supérieure de la noblesse était exceptionnellement riche. Tout ceci compliquait le gouvernement de la province.

108En 1490, la Slavonie revint en tant que province héréditaire à Jean Corvin, mais la fonction de bán de Croatie-Slavonie ne disparut pas pour autant. En 1492 le roi émit une loi sur la Slavonie qui, comme nous l’avons vu, ne mentionnait guère le prince. Nous pouvons imaginer que Corvin avait fini par se retirer et ne plus garder que son titre. Mais il obtint qu’en 1495 Vladislas le nomme bán. Bien qu’au début il eût délivré des documents dans lesquels il se désigne par le titre de prince de Slavonie et bán de Croatie-Dalmatie, le titre de prince finit par disparaître. En 1496 Jean Corvin, avec son beau-père le comte Bernard Frangepán, voulut se soulever contre Vladislas mais il échoua et fut privé du titre de bán. Il ne se réconcilia avec le roi qu’en 1498. Il redevint bán et gouverna la province jusqu’à sa mort, survenue en 1504. Le prince avait de grandes propriétés en Slavonie. Lors de son dernier mandat de bán il exerça le pouvoir avec l’autorité correspondante. Il put même se permettre de nommer en 1495 vice-bán son familier Jean Gyulai, du comitat de Baranya. Mais il dut accepter par la suite de ne plus nommer comme vice-bán que des propriétaires slavons.

109La mort de Jean Corvin révéla aussitôt les difficultés que présentait le gouvernement de la province. Parmi les nouveaux bán nommés en 1504, François Balassa fut obligé de se démettre : Marc Horvát fut nommé aux côtés d’André Both. À la mort de son collègue, Both refusa d’accepter sa destitution et les nouveaux bán, Georges Kanizsai et Jean Ernuszt le Jeune ne purent prendre totalement le pouvoir. Le palatin Perényi parvint à infliger à Both une défaite, mais ce dernier finalement – en échange du domaine de Siklós – reprit le titre de bán et le garda jusqu’à sa mort en 1511. Le nouveau bán fut le palatin lui-même, qui se fit remplacer par ses vice-bán. En 1513, c’est le trésorier et évêque de Veszprém, Pierre Beriszló, qui devint bán et le resta jusqu’en 1520, année où il tomba dans une bataille contre les Ottomans. Il fut remplacé par le comte Jean Korbáviai, un aristocrate croate. Dans les années avant Mohács, cette fonction fut assumée par deux « hommes neufs », Jean Tahi et François Batthyány. Comme les ordres slavons refusèrent le premier, Batthyány gouverna seul.

110Le nombre de bán sur la liste montre que leur pouvoir était plus limité que celui des voïvodes. Seuls purent gouverner sans trop d’obstacles ceux des bán qui avaient un pouvoir important à l’extérieur même de la Slavonie, comme Jean Corvin, surtout lors de son dernier mandat, le palatin Perényi et l’évêque Beriszló. Ce dernier était apparenté à la famille du magnat slavon Grabarjai Beriszló. Mais, même dans leurs cas, ils devaient tenir compte des ordres et surtout des nobles les plus prestigieux. Les bán en Slavonie (de même que les voïvodes en Transylvanie) étaient assistés de deux vice-bán, qui étaient en même temps ispán du plus grand comitat de Hongrie, celui de Kőrös. À l’exception de Gyulai, ils étaient tous nobles et originaires de Slavonie, et ils restaient la plupart du temps au service des bán qui se succédaient. Ainsi le ban était tenu de leur faire confiance. C’est ainsi que Balthazar Alapip par exemple fut vice-bán de Jean Corvin, de Perényi et de Beriszló, ou encore Balthazar Batthány (le père du futur bán François) le fut avec Both, Perényi et Beriszló.

111La situation était très différente en Croatie (ou plus précisément dans le banat de Dalmatie-Croatie, bien qu’une partie importante de la Dalmatie fût alors soumise à Venise). Le système administratif hongrois ne s’appliquait que dans les territoires côtiers car Zagreb faisait alors partie de la Slavonie. Bien que d’après Werbőczy la Croatie bénéficiât d’un statut similaire à celui de la Slavonie et de la Transylvanie, elle représentait juridiquement un cas de figure différent. Hormis l’aristocratie, les Croates participaient bien moins souvent aux Diètes de Hongrie. Quelques aristocrates croates, voire les ordres croates, menaient souvent, sous la direction du bán ou non, des actions de politique extérieure indépendante. Cela se comprenait notamment en raison du danger turc, qui les menaçait tout particulièrement, car ils pouvaient surtout compter sur l’assistance de la Krajna, des provinces méridionales de l’Autriche. Le bán avait un vice-bán, qui siégeait souvent à Knin.

112En Croatie, les familles de magnats, qui portaient le titre de comte, jouaient un grand rôle, notamment les Frangepán et les Korbáviai ; nous pouvons également mentionner les comtes Blagaji et Zrínyi. Les membres des deux premières familles étaient également présents dans la politique hongroise. Comme ils étaient seigneurs bannerets, ils étaient acceptés en tant que barons de Hongrie. Les prélats comptaient également dans leurs rangs un ou deux évêques croates, comme l’évêque de Tinnin (Knín), qui figurait parmi les membres du conseil du roi. Les nobles croates avaient ainsi accès à la « noblesse de cour », ils pouvaient recevoir des dignités et devenir familiers de seigneurs hongrois ou slavons, mais ils ne pouvaient jouer un rôle parmi les ordres de Hongrie qu’en acquérant des terres dans le pays.

Une époque troublée : luttes partisanes et conflits sociaux à l’époque de Vladislas II

Les conflits d’influence au sein de l’aristocratie

113Dans l’historiographie hongroise, la vision traditionnelle veut qu’à l’époque des Jagellons la politique intérieure ait été caractérisée par les affrontements de deux partis. Pour simplifier : l’un était le parti de l’aristocratie supérieure, autrement dit de la cour, partisane dans la deuxième partie de cette période d’une politique favorable aux Habsbourgs ; l’autre était le parti de la moyenne noblesse, autrement dit parti « national », qui à partir de la première décennie du xvie siècle se trouve sous la direction du voïvode Jean Szapolyai, et qui est favorable à un roi hongrois. La réalité est bien plus complexe, c’est pourquoi cette perspective n’est guère acceptable sous cette forme.

114Les traditions hongroises, surtout depuis les articles palatins de Mathias, conféraient dans la direction politique du pays un rôle décisif au palatin. Le détenteur de la première « haute dignité » séculière du pays était le seul parmi les « véritables barons » à être élu depuis 1486 par la Diète, ce qui lui garantissait plus d’indépendance que n’en avaient les détenteurs des autres dignités. Les deux souverains Jagellons affichèrent une réelle méfiance vis-à-vis des palatins parce qu’ils portaient atteinte selon eux aux droits du monarque, d’où des situations ambiguës. Par exemple, en cas d’absence du roi, c’est le palatin qui le remplaçait, avec une autorité presque royale. C’est ainsi que Vladislas II et Louis II, lors de leurs séjours en Bohême, confièrent la régence au palatin en exercice. Mais les documents de nomination, sans exception, se gardent de faire référence aux droits des palatins : le roi ne confie pas la régence à Emeric Perényi parce que celui-ci est palatin, mais parce qu’il a confiance en lui.

115Le premier palatin de Vladislas, Étienne Szapolyai, fut élu par la Diète de février 1492. Frère du dernier palatin de Mathias, gouverneur d’Autriche, mari de la princesse silésienne Edvige Teschen, il fut de ceux qui profitèrent le plus des rivalités pour le trône de Hongrie en 1490-1491 : il augmenta considérablement ses terres et devint l’un des principaux propriétaires du pays. Le fait qu’il séjourne souvent sur ses domaines ne l’empêcha pas de jouir d’une grande autorité politique, et ceci vaut également pour la plupart de ses successeurs. Szapolyai mourut fin 1499.

116La Diète de février 1500 élut palatin le comte de la cour Pierre Vingárti Geréb, neveu du roi Mathias. Bien qu’avec ses frères, à l’époque de Mathias, il ait exercé naturellement une influence considérable, il ne soutint pas Jean Corvin en 1490. Le palatinat de Geréb révèle une orientation politique différente de celui de son prédécesseur. Étienne Szapolyai s’était en effet efforcé, avec le chancelier Bakócz, de réduire la puissance de Jean Corvin, ce qui l’avait amené à racheter des propriétés de Jean Corvin, victime de son endettement. C’est lui également qui écrasa la révolte de Corvin en 1496. L’élection de Geréb favorisa au contraire Jean Corvin, qui était son parent. Ce dernier reçut les biens de l’autre neveu de son père, Mathias Pongrácz Dengelegi, mort sans héritiers. Le palatin, en tant que dernier rejeton de sa famille, laissa lui aussi sa fortune à son cousin. Le palatin mourut en février 1503 et le prince hérita effectivement d’une grande partie de ses domaines, tout en voulant devenir lui-même palatin. Il était ainsi devenu la personne la plus puissante du pays (Jean Szapolyai était encore trop jeune), bán de Slavonie-Croatie, ayant conduit plusieurs campagnes contre les Ottomans. Le roi, suivant sa femme et Bakócz, adversaire de Corvin, se tourna vers la méthode que Mathias avait utilisée dans les dernières années de sa vie : il laissa le poste de palatin vacant, et confia les procès requérant la présence du palatin à l’argentier Valentin Ráskai. Finalement l’élection du palatin eut lieu au printemps 1504 et la reine réussit à faire élire Emeric Perényi, officier de bouche du roi, face à la candidature de Jean Corvin. Même si Perényi, à la différence de Szapolyai et de Geréb, faisait partie de la vieille aristocratie, sa fortune et son prestige étaient nettement inférieurs à ceux du prince, mais celui-ci mourut à l’automne. Peu après, avec la mort du fils de Jean Corvin Christophe et quelques années plus tard avec celle de sa fille, la famille des Hunyadi s’éteignit.

117Le palatin Perényi, qui mourut en 1519, n’intervint pas de manière décisive dans les affaires de l’État. Le véritable pouvoir était détenu par les chanceliers qui appartenaient au clergé. On peut démontrer que le caractère anticlérical de la législation des Diètes jusqu’à la fin de l’époque des Jagellon fut causé par la puissance des chanceliers. Leur puissance était une épine d’autant plus douloureuse pour les barons et pour les nobles que Bakócz était fils de paysans. Szatmári, pour sa part, provenait d’une famille bourgeoise.

118Nous ne pouvons pas affirmer que tous les magnats et les membres de la haute noblesse s’intéressaient à la politique du pays. Sur les trente-neuf seigneurs bannerets dont les noms sont énumérés dans la loi de 1498 (art. 22), sept ne se sont jamais présentés à une seule des réunions du conseil élargi du roi dont nous ayons connaissance. Comme c’est cet organe qui préparait les Diètes, il semble bien que ces barons ne s’y soient jamais présentés. Il est vrai que les autres ne participaient au conseil que de temps à autre. Ainsi lors de la Diète chargée d’élire le roi en 1490, plusieurs magnats étaient restés à l’écart. Pour des affaires moins importantes, il leur arrivait souvent de ne pas chercher à intervenir personnellement. Cela ne veut pas dire pour autant que leurs intérêts ne fussent pas représentés. Quand les nobles étaient personnellement invités à la Diète, les grands seigneurs qui ne s’y rendaient pas personnellement, y envoyaient leurs familiers et avaient la possibilité d’intervenir dans l’élection des délégués.

119Il en allait de même pour les membres de la couche supérieure de la noblesse moyenne. Les registres des mandats des délégués de comitat que nous connaissons révèlent que parmi les parentèles de la moyenne noblesse la plus riche, plusieurs familles importantes ne sont jamais représentées par des délégués à la Diète à l’époque des Jagellons. Dans une de ses notes, rédigée avant Mohács, le nonce pontifical Burgio attire l’attention sur le manque d’intérêt politique manifestée par une partie de la noblesse. Il faut noter que nombreux parmi les délégués étaient les serviteurs des grands seigneurs. Sur un total de près de cinq cents délégués de comitats connus à l’époque des Jagellon, un cinquième sont des vice-ispán, les autres sont capitaines du guet ou servaient leurs seigneurs à d’autres fonctions. Ceci illustre bien la contradiction principale de l’époque : une partie considérable de la noblesse engagée était au service de la haute aristocratie mais à la Diète elle n’intervenait pas en sa faveur.

120À la Diète, les nobles moyens élisaient leurs leaders assesseurs à la cour royale ou membres du conseil du roi. À partir de 1498 et jusqu’à la mort de Vladislas II sur trente-trois assesseurs élus au conseil, onze étaient des grands seigneurs (non compris dans la liste de l’article 22 de la loi de 1498) ou bien propriétaires d’un château. Ainsi, du point de vue du prestige de leur famille et de leur fortune, ces derniers faisaient certainement partie de la couche la plus élevée de la noblesse, la plus proche des magnats. Quatre étaient greffiers ou sénéchaux de la cour royale, comme par exemple Adam Horváti, qui avait été chargé avant Werbőczy de rassembler les lois. Michel Szobi et Paul Dombai furent en permanence membres du conseil. Le père de Szobi était bán de Croatie et possédait de grands domaines notamment en Transylvanie. Dombai était propriétaire d’un château (Dombóvár), son père à l’époque de Mathias avait été maître écuyer. Pendant le règne de Vladislas II, Szobi et Dombai furent les leaders de la noblesse moyenne. Ce n’est pas un hasard si, parmi tous les assesseurs, ce sont ces deux personnalités qui furent élues membres de la commission envoyée en 1514 vérifier le Tiers Livre.

121Une fois que les responsables politiques de la noblesse se retrouvaient parmi les barons, leur premier souci était de faire reconnaître leur autorité. Les spécialistes élus auconseilde la cour du roi représentaient l’idéologie « scythe », qui apparaît déjàdans la chronique du sénéchal Jean Thuróczy et se manifeste aussi chez Werbőczy. Les quatre sénéchaux, sans élection particulière, avaient le droit professionnel d’assister au conseil royal. C’est ainsi que Werbőczy, en qualité de sénéchal, put apporter son soutien à son mentor, Michel Szobi. Les principes qui guidaient les juristes de la cour et les dirigeants de la noblesse étaient inspirés par l’idée d’égalité, c’est-à-dire d’anti-aristocratisme, ils proclamaient la liberté de service et rejetaient le pouvoir des barons sur leurs familiers. La majorité des responsables de la noblesse moyenne avait beau être au service des grands seigneurs, elle était unie dans cette idéologie.

122Sur ces points nous pouvons opposer la noblesse moyenne à la haute aristocratie. Cependant il n’est pas toujours simple d’opposer l’aristocratie de cour favorable aux Habsbourgs et l’orientation dite « nationale » de la noblesse moyenne. Pendant toute cette période, la possibilité demeure qu’un puissant baron tente, pour défendre ses intérêts, de se concilier la noblesse moyenne. C’est ce qu’avait tenté Jean Corvin et, dans la cas de Szapolyai, cette stratégie saute aux yeux. Il eut pendant un temps à son service Michel Szobi et Werbőczy ; à partir de 1502, il fut le sénéchal du comte Pierre Szentgyörgyi, l’assistant dans ses fonctions de comte de la cour et de voïvode de Transylvanie. Il garda cette dernière mission même quand le voïvode fut remplacé par Szapolyai, jusqu’au tournant de 1515-1516 ; il quitta la fonction de sénéchal du comte de la cour dans la première moitié de 1515. Mais ce n’est qu’en apparence qu’il servit deux maîtres dans les années 1510 car de fait le comte de la cour était le plus proche allié du voïvode.

123Le roi, même si son pouvoir était ébranlé, restait une force dont il fallait tenir compte. Les prérogatives de la Couronne n’avaient pas changé. Ce n’est pas un hasard si les reines les plus énergiques (Anne, 1502-1506, Marie 1521-1526) tentèrent de renforcer le pouvoir royal. Celui-ci continuait à être soutenu par la noblesse de la cour, pour laquelle c’était toujours la toute première possibilité de promotion sociale. Tous les « hommes nouveaux », qui pendant cette période rejoignirent les rangs de la haute aristocratie avaient été employés à la cour. Dix « hommes du palais » obtinrent de devenir seigneurs bannerets, conformément à l’article 21 de la loi de 1500. Quatre devinrent directement barons, les fils de deux d’entre eux obtinrent ce titre. L’importance des « nobles de la cour » apparaît bien dans le fait que ce sont eux, et notamment les chambellans du roi, qui donnaient à la chancellerie l’ordre d’établir les documents. De plus, c’étaient – outre le chancelier – les secrétaires et le trésorier qui transmettaient ses ordres.

124Si les nobles au service du roi voulaient accéder à la haute aristocratie, il fallait non seulement qu’ils s’assurent la confiance du monarque mais également qu’ils entretiennent de bonnes relations avec les principaux aristocrates du conseil du roi, dans la mesure où l’obtention de la dignité de « véritable baron » impliquait l’accord du conseil. Ces membres de la cour étaient plus proches de la haute aristocratie que de la noblesse, mais cela ne veut pas dire que la « cour » et les magnats aient été alliés en matière d’intérêts politiques.

125La lutte politique avait lieu surtout à l’intérieur des groupements de prélats et d’aristocrates, qui étaient en mouvement perpétuel. Les différents groupements s’efforçaient de trouver des partisans parmi les nobles. La période des Jagellon est remplie de ligues, de confédérations d’aristocrates, qui parfois contractaient même des alliances écrites, pour peser ensemble sur la gestion du pays. Derrière l’unanimité des « résolutions de Rákos » de 1505, il faut chercher la ligue, formée la veille, le 12 octobre, par Bakócz, le palatin Perényi, l’archevêque de Kalocsa Fragepán, Jean Szapolyai et Józsa Somi, le commandant des régions inférieures. Personne ne pouvait s’opposer à une ligue composée des chanceliers, des dignitaires les plus importants, des évêques les plus prestigieux et des principaux propriétaires séculiers du pays.

126Outre les rivalités personnelles, les oppositions entre les différents groupes avaient également des raisons économiques. Les magnats et les nobles qui étaient entrés dans les activités commerciales voyaient dans les bourgeois des villes et les paysans producteurs des concurrents. Ce sont eux qui sont à l’origine du nombre croissant des lois tournées contre les bourgeois et contre les paysans, alors que d’autres seigneurs favorisaient le commerce de leurs tenanciers, dont eux aussi tiraient profit.

127La politique extérieure était elle aussi source d’oppositions croissantes. Les plus influents dans la détermination de la politique extérieure étaient les chanceliers et les secrétaires, mais les autres membres du conseil avaient également leur mot à dire dans les décisions finales. Bakócz et Szatmári n’étaient pas toujours d’accord ; ils changèrent d’ailleurs plusieurs fois de position eux-mêmes. Au début, Bakócz représentait l’orientation favorable aux Habsbourgs. C’est lui qui est à l’origine des articles défavorables à la Hongrie dans la paix de Pozsony de 1491. En 1493, Maximilien envoya le chancelier hongrois, qui se trouvait à Vienne à l’occasion des obsèques de Frédéric III, auprès du pape en tant qu’ambassadeur. Plus tard, il lia des rapports étroits avec Venise, dont il profita abondamment. En 1500 c’est la république adriatique qui lui fit obtenir la pourpre cardinalice, puis, en 1507, le titre de patriarche de Constantinople. C’est lui qui veilla à ce que l’adhésion de la Hongrie à la Ligue de Cambrai ne conduise pas à une attaque hongroise contre Venise. Au début des années 1510, lors de son séjour à Rome, il prit position pour la Pologne dans le conflit entre elle et l’ordre Teutonique, s’assurant ainsi le soutien du roi de Pologne Sigismond. Au congrès de Vienne en 1515, il contribua une fois de plus à la défense des intérêts des Habsbourgs, et comme à l’occasion du sommet l’empereur Maximilien et Sigismond se réconcilièrent, il s’attira la reconnaissance de l’un comme de l’autre.

128Dans les premières décennies du siècle, le chancelier Szatmári voyait avant tout en Szapolyai son principal adversaire (comme Bakócz Corvin dans les années 1490) et s’allia contre lui avec le palatin Perényi. Comme dans l’affaire de la Ligue de Cambrai, il avait pris position contre Venise, il se trouva en conflit avec l’archevêque d’Esztergom. Le roi de Pologne Sigismond soutenait Szapolyai, dont il alla jusqu’à épouser la sœur Barbe. Szatmári ne put l’empêcher et se trouva ainsi en difficulté. Fin 1511, Bakócz partit pour deux ans en Italie. Son retour était incertain et la question de le remplacer se posait. C’est l’un des alliés du voïvode, Grégoire Frangepán, archevêque de Kalocsa, qui fut le candidat du roi polonais à la charge de chancelier et d’archevêque d’Esztergom. La situation était compliquée par la mauvaise santé de Vladislas II et par le fait que son fils était mineur, ce qui laissait prévoir la nécessité, dans des délais proches, de nommer un tuteur ou un régent. La question était de savoir qui serait le tuteur, de l’empereur Maximilien ou de Jean Szapolyai, ce tuteur devant être en même temps le régent. Szapolyai était le beau-frère de l’oncle du jeune roi Louis.

129Szatmári représentait la tendance Habsbourg. Par l’intermédiaire des ambassadeurs polonais, il suggéra au roi de Pologne de se réconcilier avec Maximilien, pour empêcher que l’empereur n’apporte son soutien à l’ordre Teutonique. Frangepán, très probablement, parvint au début de 1515 à un de ses objectifs : il devint chancelier, et au moment du traité de Vienne de 1515, il travaillait déjà en coopération avec ses prédécesseurs Szatmári et Bakócz.

De la croisade à la guerre sociale : la guerre paysanne de 1514

130Ce sont les événements extérieurs qui provoquèrent la grande révolte paysanne hongroise. Le 15 mars 1513 un Médicis fut élu pape et prit le nom de Léon X. Décidé à lutter contre les Turcs., il confia le 15 juillet l’organisation d’une croisade à l’archevêque Bakócz qui fut institué légat pontifical et le 3 septembre il émit la bulle appelant à a croisade. Bakócz chargea les frères mendiants, les plus proches du peuple, les franciscains observants, de proclamer la croisade. Les paysans révoltés s’empareront de l’idéologie franciscaine.

131Malgré l’hostilité de plusieurs membres du conseil du roi, Bakócz, rentré en Hongrie le 9 avril 1514, proclama la bulle à Buda. Le Sicule Georges Dózsa, officier de cavalerie servant au château de Nándorfehérvár, fut nommé commandant de l’expédition. Les croisés commencèrent à se rassembler à Pest et dans les principaux centres du pays. Mais très peu de temps après, le 15 mai, Bakócz se vit contraint de suspendre le recrutement des croisés. Il apparut en effet que les paysans refusaient de payer les impôts au roi et aux seigneurs et qu’ils s’en étaient même pris aux cours nobiliaires. Le souverain décida d’arrêter la campagne militaire et le 24 mai l’archevêque d’Esztergom procéda à la dissolution de la troupe des croisés. Le roi prit sous sa protection ceux qui rentraient chez eux. Il faut croire que les paysans qui s’étaient armés craignaient la répression de la part de leurs seigneurs, ce qui rendait la protection royale nécessaire.

132La troupe, qui était composée pour l’essentiel de paysans, entendait effectivement partir en guerre contre les Ottomans, puisqu’elle s’était dirigée vers le sud, en direction des frontières. Galvanisés par la bulle papale, qui promettait la rémission des péchés et des indulgences, les croisés voulaient poursuivre un objectif sacré, mais il n’était pas rare que les seigneurs interdisent à leurs tenanciers de se joindre à la troupe. L’opposition à l’impôt et les lois interdisant aux paysans le commerce avaient créé un ressentiment paysan. Malgré tout, on ne peut pas dire que l’oppression se soit intensifiée au point de conduire fatalement à un soulèvement.

133D’après l’état actuel des recherches, la bourgeoisie des bourgades agricoles et la couche paysanne la plus aisée, celle qui produisait des biens commercialisables, ont constitué la base de la guerre paysanne. Ce n’est pas un hasard si nous avons des informations détaillées sur les bourgades représentant les principaux centres du commerce des bovins et de la production viticole. Les haïdouks, qui étaient chargés des troupeaux de bovins, jouèrent un rôle militaire important dans la révolte, ce qui indique l’existence de conflits tournant autour de ce type de commerce. Ainsi Grégoire Kis, qui empalera son seigneur, Pierre Ravazdi, et ses frères, s’étaient vu prendre par Ravazdi des bovins pour une valeur de 300 florins, qui avaient été conduits à la foire de Pest. Ravazdi lui avait également volé 600 florins.

134Quand les dirigeants de la croisade comprirent que les seigneurs faisaient tout pour empêcher la réalisation de l’expédition pourtant demandée par le pape, leurs ressentiments personnels passèrent au premier plan. Et ceux-ci étaient d’autant plus forts qu’au début des années 1510 l’Europe connaissait une crise économique et sociale. En Hongrie, dans des conditions de plus en plus difficiles, la concurrence de plus en plus active des seigneurs sur le marché des bovins avait encore aggravé la situation des paysans. Les commerçants de bovins hostiles aux seigneurs reprirent la critique sociale formulée par les prédicateurs franciscains observants, s’inspirant par exemple de leurs interventions contre l’injustice fiscale et contre les douanes. Dans certains cas, l’influence du hussisme a pu aussi se faire sentir. Dózsa, le chef le plus connu, qui était d’origine sicule, voulait étendre les « libertés sicules » aux tenanciers. Les paysans demeuraient fidèles au roi mais ils voulaient briser le pouvoir des seigneurs. Il semble bien que les paysans voulaient supprimer les échelons intermédiaires du pouvoir, à une exception près, les évêchés.

135Avant l’arrêt du recrutement Georges Dózsa le Sicule fit mouvement vers le sud-est dès le 10 mai avec la troupe principale des croisés rassemblée devant Pest. Il avait sans doute l’intention de se joindre à la troupe du voïvode dont les armées s’acheminaient en même temps vers la Bulgarie occupée par les Turcs. Les troupes de l’ispán de Temes Étienne Báthory et de l’évêque de Csanád Nicolas Csáky affrontèrent l’avant-garde des croisés près d’Apátfalva mais le 24 mai à Nagylak, l’armée de Dózsa leur infligea une cuisante défaite. Le commandant ispán de Temes parvint à prendre la fuite mais les seigneurs faits prisonniers, l’évêque Csáky et Ravazdi, furent empalés. Entre-temps, les armées des seigneurs se rassemblaient de toutes parts contre les insurgés.

136En juin ce fut la guerre civile. Des troupes paysannes considérables stationnèrent et combattirent dans les régions viticoles des massifs montagneux du Nord, dans la région de Nagyvárad, près de Pest et dans le Szerémség. Les insurgés de la région de Nagyvárad marchèrent sur la Transylvanie sous la direction du prêtre Laurent, moine de Várad. Les croisés ravagèrent le pays sur leur passage, pillant des résidences nobiliaires, occupant des châteaux, tuant les seigneurs, violant les femmes des nobles et brûlant soigneusement les documents confirmant les droits des seigneurs. Il y eut des cas où les nobles ne s’opposèrent pas aux paysans mais se joignirent à eux. C’est ce qui se passa par exemple avec Jean Szakolyi, qui donna son château, ainsi qu’avec le seigneur du château de Becse (après l’écrasement de la révolte, bien sûr, les événements seront présentés sous un tout autre jour). Il y eut bien d’autres nobles, surtout de la petite noblesse, qui collaborèrent avec les croisés.

137Étienne Báthori, qui, en tant qu’ispan de Temes, était commandant des régions inférieures et l’un des responsables de la ligne de défense anti-turque du Sud, tint tête aux paysans. C’est pourquoi Dózsa se dirigea sur Temesvár. Le siège fut une erreur car, entre-temps, le voïvode rentra d’une razzia turque, et s’empressa d’envoyer ses troupes au secours de Báthori. Le 15 juin Dózsa dut déposer les armes. Les troupes de Szapolyai qui étaient restées en Transylvanie écrasèrent près de Kolozsvár le prêtre Laurent, puis, l’une après l’autre, les autres troupes croisées qui combattaient isolément. Fin juillet 1514, l’ordre était rétabli dans le pays.

138Une grande partie des hommes de Dózsa étaient des paysans inexpérimentés dans le maniement des armes, mal équipés, face aux régiments bannerets des seigneurs et des comitats. C’est pourquoi l’écrasement des croisés ne causa pas de dommages sérieux à la défense du pays. Même dans les régions insurgées, tous les paysans ne rejoignirent pas unanimement le soulèvement. Par exemple, François Várdai, évêque de Transylvanie, mobilisa ses propres tenanciers contre les croisés entrés dans la région. Le dommage principal causé par l’insurrection tient aux grandes pertes humaines, à la destruction des biens matériels, qui sont à mettre autant au compte des insurgés qu’à la répression aristocratique.

Une répression inégale

139La vengeance des seigneurs déboucha sur une sérieuse répression. La cruauté bestiale avec laquelle Dózsa et les autres chefs de la révolte furent exécutés est bien connue. Il faut pourtant distinguer les châtiments individuels et collectifs. Si nous laissons de côté les actes inhumains qui suivirent l’écrasement des croisés, la plupart des participants échappèrent aux conséquences les plus graves de la répression. Le roi fit souvent appel au droit de grâce et, plus souvent encore, les seigneurs prirent sous leur protection leurs tenanciers soulevés. La famille Kis, qui avait assassiné Ravazdi, alla s’installer sur les terres de Georges de Brandebourg, qui protégea le meurtrier. Il va de soi que les seigneurs ne voulaient pas perdre leurs meilleurs paysans. Le châtiment le plus répandu était la réparation des dommages causés par les croisés. Les paysans qui avaient causé des dommages à d’autres seigneurs durent leur donner des compensations.

140C’est le châtiment collectif infligé à la paysannerie qui eut les effets les plus significatifs. La Diète prit ses décisions entre le 18 octobre et le 19 novembre. La longueur des débats montre bien la confusion régnante. Les succès du voïvode sur les croisés avaient accru son prestige auprès de la noblesse, et, outre le désir de vengeance, d’autres intérêts de politique intérieure étaient en jeu. Chose curieuse, il nous reste un avant-projet du texte destiné à devenir loi, qui diffère considérablement du texte définitif. La ratification de la loi n’intervint que très tard, sur la base semble-t-il d’un compromis entre la cour et la noblesse. Auparavant, Werbőczy avait poussé les comitats à refuser de payer l’impôt pour faire pression sur le roi. Le 20 juillet 1515 (en même temps que la rencontre au sommet à Vienne) le palatin, en revanche, appela depuis son château de Valpó, le comitat de Bihar à payer l’impôt. Celui-ci était indispensable en raison de l’attaque turque attendue contre Jajca. Il semble que les accords de Vienne et l’échec de l’attaque du voïvode contre les Ottomans à Zsarnó aient conduit les nobles à se mettre d’accord sur une version adoucie du texte, qui sera celle confirmée par le roi.

141La différence principale entre le projet et la loi fut la mise en place d’un office de commandant de l’armée au niveau du royaume et la levée d’un impôt spécial lié à cette mission. Certes, le commandant était nommé par le roi, mais celui-ci devait avoir l’accord des prélats, des barons et des nobles. Les nobles voulaient voir cette fonction confiée au voïvode. D’après le projet initial, le commandant de l’armée devait intervenir dans les cas où les comitats ne pouvaient intervenir militairement. D’après le texte définitif, cette intervention revint au roi. Dans plusieurs articles le projet sévissait de manière plus sévère contre les tenanciers : le cens destiné aux seigneurs était élevé à un florin ; la corvée journalière et mensuelle était introduite, et, surtout, les paysans se voyaient privés du droit de libre déplacement. Le port d’armes leur était interdit (si un haïdouk était découvert en possession même d’un épieu, il pouvait s’attendre à un grave châtiment ; les paysans n’étaient sanctionnés que s’ils possédaient un fusil). Les articles prévoyaient des sanctions très sévères contre les paysans coupables de ces délits, mais ils ne furent appliqués que rarement.

142La loi ne concerna pas seulement la répression. Elle aborda la question de l’inventaire des biens de la Couronne ; elle prescrivait que le juge de la cour ne pouvait être qu’un laïc (la Diète voulait déjà voir à cette fonction Werbőczy) ; elle interdit l’importation d’argent étranger et l’exportation de bétail par les Hongrois, dans la mesure où les commerçants de bovins étaient ceux qui introduisaient dans le pays l’argent étranger.

Un monument juridique : le Tiers Livre de Werbőczy

143Le sénéchal du comte de la cour et de Transylvanie – qui, comme nous l’avons vu, dut rapidement renoncer à ces deux fonctions – présenta à cette Diète de 1514 le « Tiers Livre du droit coutumier de la Hongrie nobiliaire », dit brièvement en latin le Tripartitum. Il s’agit là du plus important manuel de droit de la Hongrie nobiliaire pour plus de trois siècles. Bien que le roi, le jour même de la clôture de la Diète, le 19 novembre, ait salué l’œuvre de maître Étienne, celui-ci ne fut pas diffusé comme document officiel : de ce fait, il ne fut pas doté du pouvoir d’une loi.

144Werbőczy était issu d’une famille de petite noblesse du comitat d’Ugocsa et il était sans doute plus jeune qu’on ne l’a longtemps cru. En 1492 il avait fait un bref passage par l’université de Cracovie mais dès la fin de la même année il était greffier à la cour royale. Il faisait partie de l’entourage de Michel Szobi, son protecteur. Tout au long de sa carrière de greffier d’abord, puis de sénéchal, il put se familiariser avec les coutumes juridiques de l’époque et bientôt il devint l’idéologue principal des seigneurs engagés en politique sous la direction de Szobi.

145Le Tiers Livre témoigne d’une large culture. Son introduction sur la théorie du droit renvoie à un large éventail de littérature spécialisée en droit romain et canonique ainsi qu’en théologie. Il connaissait le manuel médiéval de droit connu sous le titre de Summa legum Raimundi, mais il fait appel à d’autres textes également. Werbőczy est un auteur doté d’une large culture juridique, même s’il n’a jamais étudié le droit à l’université. Le titre de l’ouvrage fait référence aux trois parties qui le composent. La première, la plus étendue, traite du droit privé des nobles. La deuxième aborde les questions de procédure. La troisième est la moins homogène, elle traite des droits particuliers : ceux de la Transylvanie, de la Croatie, de la Slavonie, des villes et des paysans.

146La tâche de Werbőczy était d’établir un manuel du droit coutumier. À partir de sa propre pratique de sénéchal, des décisions et des annotations de la cour, il rédigea une œuvre d’utilisation relativement aisée, qui demeure jusqu’à aujourd’hui pour nous une source importante pour la reconstruction de la vie juridique de la fin du Moyen Âge. Le livre révèle que maître Étienne était non seulement un remarquable juriste, mais aussi un fin politique. Il diffusa des conceptions politiques partisanes, tantôt dissimulant la réalité, tantôt la falsifiant dans l’intérêt de la noblesse moyenne. C’est sans doute la raison pour laquelle cet ouvrage ne fut pas élevé au rang de loi. La cour royale, du vivant de Vladislas II, sans doute en 1515, en modifia un article, reconnaissant le droit des paysans à avoir des vignobles. Ce n’est pas un hasard si le Tiers Livre fut présenté à la Diète de 1514 – on y trouve en effet des décisions répressives, hostiles aux tenanciers.

147Dès le début de l’ouvrage (Ire partie, titre 2) la réalité se trouve falsifiée : c’est là que Werbőczy proclame le principe de la liberté une et indivisible de la noblesse qu’il étaye, au titre 3, par l’interprétation de l’histoire faite par les juristes de la cour. Celle-ci voulait en effet que les Huns arrivant en Hongrie en provenance des terres scythes aient élu leur chef, puis que saint Étienne ait été élu roi, de sorte que le pouvoir royal et la noblesse apparaissaient dépendants l’un de l’autre : c’est la noblesse qui investissait le roi de son autorité ; le souverain étant seul à avoir le droit de lui faire des donations. Bien que tous les Hongrois soient descendants de Hunor et de Magor, ceux qui ont été punis ont perdu leurs libertés (telle était ainsi l’origine du servage). Le principe de la liberté une et indivisible de la noblesse était indépendant de l’institution juridique existante de la familiarité. Le juriste ne se laissait pas non plus intimidé par l’obligation de reconnaître que le prix du sang des barons était supérieur à celui des nobles, il va même jusqu’à proclamer que la liberté des barons n’est pas supérieure à celle des nobles moyens. Il ne pouvait pas nier l’existence des villes royales libres et de leurs bourgeois, mais il ne mentionne guère les bourgades agricoles, puisque les bourgeois de ces localités étaient juridiquement des paysans.

Notes

1 Tiers Livre, IIIe partie, art. 1-3 ; 4.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540