Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la Hongrie médiévale. Tome II

 | 
Pál Engel
, 
Gyula Kristó
, 
András Kubinyi

Troisième partie. L’époque des Hunyadi 1437-1490

Chapitre VIII. Une économie encore dynamique mais une société de plus en plus cloisonnée

Texte intégral

Un pays encore faiblement peuplé mais une population mieux répartie et plus urbanisée

1Étudier la démographie médiévale est une tâche fort compliquée. Il n’y a aucun document récapitulatif sur la population. Tout au plus nous reste-t-il des recensements fiscaux mais ceux-ci ne font état que des foyers imposables et, de plus, ils sont incomplets. La plupart des sources médiévales en Hongrie ont disparu, ce qui rend la tâche des historiens hongrois encore plus compliquée que celle de leurs collègues d’Europe occidentale. Nous disposons d’un seul recensement fiscal de la Couronne par comitat (à l’exception de 14 comitats). En effet en 1494 et en 1495 la Diète accusa Sigismond Ernuszt d’avoir détourné des fonds. C’est pourquoi la comptabilité du Trésor pour ces deux années fut recopiée et rassemblée en un volume. Ainsi les recensements par comitat nous sont parvenus. L’absence de données pour les 14 comitats méridionaux s’explique par le fait que l’impôt y était prélevé par Paul Kinizsi, capitaine principal des « territoires inférieurs » (ou par son successeur Józsi Somi).

2Ces deux années comptables nous permettent d’identifier le nombre des personnes soumises à l’impôt. Comme nous connaissons la base de l’imposition, le portail, et le nombre de personnes composant une unité fiscale, nous pouvons établir les effectifs d’une grande partie de la catégorie des tenanciers. L’évaluation des catégories restantes conduit à un pourcentage d’erreur minime. Bien que certains chercheurs soient d’avis différents le point de vue le plus largement partagé est celui d’István Szabó qui estime la population de la Hongrie à la fin du xve siècle à trois millions et demi – quatre millions d’habitants. Ce chiffre largement accepté mérite quelques éclaircissements et corrections

Quelques précisions sur le mode de calcul

3Les chercheurs sont partis de l’existence d’une unité fiscale claire : le portail. Chaque portail devait verser au fisc un florin : la somme totale indiquait ainsi le nombre de portails ayant contribué à l’impôt. Le portail avait été au départ assimilé à la tenure, unité économique des paysans. Suite à l’atomisation des tenures on estime qu’au xve siècle un tenancier gérait en moyenne une demi-tenure. Il suffit dès lors de multiplier par deux le nombre de portails pour avoir le nombre de foyers. Encore faut-il connaître le nombre de personnes par foyer. Ils sont évalués en moyenne à cinq personnes : la totalité de la population paysanne est ainsi établie en multipliant par cinq le nombre de foyers. Le seul problème est que les historiens des années 1980 ont prouvé que l’impôt n’était pas prélevé par tenure, unité économique caractérisée par des dépendances extérieures, mais par domicile, ce qui correspondrait en fait au nombre de foyers. Le registre de 1494-1495 n’évoque même pas les portails. En Slavonie, région qui avait le privilège de ne payer qu’un demi-florin, on nommait cette unité « fumée », c’est-à-dire que c’est bien la maison et le foyer qui étaient comptabilisés. Cela nous amène à réduire de moitié le nombre des tenanciers et par là même la taille de la population. Des chercheurs, comme Erik Fügedi, ont évalué la population à un chiffre minimal de 2 239 000 personnes.

4Celle-ci était pourtant supérieure à ce chiffre. Outre les tenanciers on trouvait en effet parmi les groupes imposés les journaliers possédant de la terre ainsi que les nobles paysans à une tenure. Ces deux groupes payaient tous deux un demi-florin par unité fiscale : il convient donc de multiplier par deux le montant des sommes qu’ils ont versées pour évaluer le nombre de leurs foyers. Or les registres ne contiennent guère d’informations à leur sujet, ce qui nous oblige à faire appel à un mode de calcul différent.

5Nous savons également que le prélèvement de l’impôt conduisait souvent les paysans à s’installer à plusieurs sous un même toit. De même, il ne faut pas oublier ceux qui n’étaient pas soumis à l’impôt, les paysans affranchis ou certains artisans comme les meuniers. Le nombre moyen de personnes par foyer peut également paraître sous-évalué. Il nous reste trois écrits de la première moitié du xvie siècle qui présentent l’ensemble de la population d’une agglomération. Conformément à ces données la moyenne minimale de personnes par foyer serait de 6,3. Nous pouvons donc évaluer à au moins 6,2 la moyenne du nombre de personnes composant une unité.

6La dernière évaluation donnerait ainsi pour la Hongrie sans compter la Slavonie 2 651 375 habitants et avec la partie de la Slavonie située au nord de la Kulpa 2 911 190 habitants. C’est là un calcul minimal. Les chiffres maximaux seraient respectivement de 3 012 903 et 3 307 225. Cela fait une fourchette de 2 900 000 à 3 300 000 personnes. Sont compris là-dedans, outre les tenanciers, la noblesse, la population des villes royales ou bénéficiant de droits analogues, ainsi que les habitants des territoires privilégiés. Les effectifs de la noblesse peuvent être évalués à 130 000-145 000 personnes. La noblesse foncière représentait 1,5 % de la population, les nobles paysans à une tenure au moins 2,9 %. Il est vraisemblable que la noblesse, toutes catégories comprises, ait représenté un pourcentage un peu plus élevé que ces 4,4 %, approchant plutôt les 5 %.

7Parmi les villes royales, il faut relever celles dont la bourgeoisie payait un impôt forfaitaire et non point, comme les tenanciers, une taxe par foyer. Il y en avait 23 en Hongrie, dont la population représentait au moins 86 500 personnes, c’est-à-dire 3 % de la population totale du pays. Il y avait encore sept villes royales dans le territoire saxon de Transylvanie, comprenant 23 000 habitants. C’est ainsi que les trente villes royales représentaient 3,8 % de la population du pays. Ce pourcentage de la population bourgeoise, pour démontrable qu’il soit, induit en erreur, parce qu’il part d’un statut juridique sans tenir compte des villes closes appartenant à de riches seigneurs (comme Pécs ou Késmárk) et des villes sans enceinte comme Debrecen ou Pápa.

8Les bourgades rurales et les villes non royales représentaient, d’après l’évaluation d’István Szabó, 13 à 14,5 % de la population générale. Il n’est bien sûr pas possible de supposer, dans la Hongrie médiévale, une telle part de population bourgeoise (ce n’est d’ailleurs pas ce qu’István Szabó prétend), mais il faut en tout cas mettre dans la population urbaine les bourgades agricoles les plus dynamiques. À la fin du Moyen Âge, on peut évaluer à 150 le nombre d’agglomérations à traits urbains (villes seigneuriales ou bourgades agricoles). Leur population était d’environ 130 000 personnes. On peut donc estimer, en ajoutant à celles-ci les villes royales, que la population urbaine en Hongrie à la fin du Moyen Âge était de 240 000 habitants, à savoir 8,2 % de la population totale. À la même époque en Allemagne 10-15 % de la population vivaient dans les villes, il y en avait encore davantage dans les autres pays d’Europe occidentale.

9À la fin du Moyen Âge, la population de la Hongrie était répartie de manière équilibrée. La densité moyenne de la population était de 10,2 personnes par km². Les zones les plus habitées (sans compter le comitat nain de Pilis, où, en raison de Buda, d’Óbuda et de Visegrád, la densité de population était de 32,9 personnes/km²) étaient la Transdanubie méridionale, le Szerém et la Slavonie. En Transylvanie, le comitat de Küküllö, avec ses vignobles, était en tête. Hormis les régions de montagne (les comitats du nord du Haut-Pays), les comitats les moins habités étaient les comitats de la Grande et de la Petite Plaine, souvent inondés, et où, de ce fait, l’élevage était l’activité principale. La densité de population dépendait donc d’une part de l’environnement géographique, d’autre part des cultures permises par ce dernier. Ce n’est pas un hasard si les parties les plus habitées du pays ont été le sud de la Transdanubie et le Szerém, zones de vignobles. Pour ce qui est de la Slavonie, le facteur déterminant fut le nombre croissant de réfugiés en provenance des zones turques.

Poursuite de l’essor urbain. Hiérarchisation des agglomérations

10Si nous examinons la position géographique des trente villes royales dont il a été question ci-dessus, nous notons qu’au sud-est de la ligne joignant Zagreb, Székesfehérvár, Buda, Kassa et Nagybánya, à savoir dans les deux tiers du territoire, il n’y avait qu’une ville royale, Szeged. Par conséquent, dans la partie la plus habitée du pays, il n’y avait pratiquement pas de ville. Cela semble absurde. Il convient donc que nous nous penchions sur la question de l’urbanisation de la Hongrie. Nous allons voir à quoi ressemblaient ces villes (civitas) et ces bourgades agricoles (oppidum). Les agglomérations entourées d’une enceinte étaient considérées comme des villes. Bien que Szeged n’en ait point eu, du moins jusqu’en 1498, elle comptait parmi les villes royales. En revanche, certaines agglomérations à enceinte, appelées civitas, n’étaient pas considérés comme des villes parce qu’elles dépendaient d’un pouvoir seigneurial (tel était le cas par exemple des villes épiscopales).

11La ville « enclavée », « encerclée », s’opposait à la bourgade agricole, expression qui renvoie moins à la nature des activités de celles-ci qu’à l’absence de mur de fortification. C’est ainsi que la conscience linguistique hongroise perçoit les oppida comme des villes. L’historiographie slovaque appelle les bourgades agricoles du Haut-Pays « petites villes » (mestečko) et les inscrit dans le réseau urbain. En Pologne, pays qui connut un développement comparable à celui de la Hongrie, les contemporains subdivisaient les villes en quatre groupes : 1) les villes principales (civitas principalis), il y en avait six ; 2) les civitates et oppida de deuxième rang ; 3) les oppida qui accueillaient des foires annuelles ou hebdomadaires ; 4) les oppida sans foire. C’est à ce dernier groupe qu’appartenaient la plupart des 689 villes polonaises (363). En moyenne, ce type d’agglomération avait près de 400 habitants.

12Traditionnellement, l’historiographie hongroise ne considère comme vraies villes que les villes royales. Cette tradition remonte au Tiers Livre (Hármaskönyv) de Werbőczy. Pour ce dernier, seuls les habitants des villes royales étaient des bourgeois, dont il reconnaissait les droits particuliers. Les habitants des autres agglomérations étaient tous des dépendants comparables aux paysans-tenanciers. Bien qu’il ne soit pas juste de considérer comme villes les plus petites des bourgades agricoles, celles ne disposant pas de foires, les autres bourgades n’en jouaient pas moins un rôle indéniable dans le réseau urbain. En Hongrie non plus le droit de tenir une foire et le privilège des bourgades agricoles n’allaient pas de pair. Il y avait des oppida sans foire, alors que certains villages avaient le droit de tenir des foires hebdomadaires, voire annuelles. Ces villages étaient au centre de territoires économiques et servaient de chef-lieu à ces derniers.

13L’historiographie hongroise, sur la base des travaux de géographie historique de Dezső Csánki, estime le nombre des villes et des bourgades agricoles à 800-900. Dans ce chiffre, Csánki compte aussi bien les agglomérations tenant une foire d’importance nationale, les bourgades à foire hebdomadaire et les localités qui ne disposaient d’un petit marché qu’une fois par an. Si nous laissons ces dernières de côté, nous arrivons à un chiffre de 500 bourgades. Si en revanche nous en tenons compte, nous obtenons 1200-1250 centres locaux dans le pays. Chaque ville, chaque bourgade et chaque marché avaient son aire de rayonnement, s’étendant sur un rayon d’une quinzaine de kilomètres. Les principales agglomérations urbaines rayonnaient sur un territoire bien plus large, dans lequel se situaient les localités mineures. En laissant de côté la Transylvanie et la Slavonie, il y avait dans le pays, outre la capitale, qui était le centre économique du pays, six centres régionaux : Pozsony (qui partageait sa fonction de chef-lieu avec Sopron) ; les villes minières, dont le centre était Körmöcbanya ; Kassa, Nagyvárad, Szeged et Pécs. Nagyvárad et Pécs étaient des villes épiscopales, c’est pourquoi leurs habitants étaient considérés comme des dépendants. Tous les types d’agglomération s’inscrivaient dans ce système de rayonnement territorial des marchés. Mais les cercles les plus étendus avaient toujours pour centre une ville ou une grande bourgade agricole, notamment les agglomérations comportant au moins 150 seigneurs fonciers.

14Dans l’historiographie hongroise le développement urbain est une question controversée. En se basant sur l’histoire de Pozsony et de Sopron, villes sur lesquelles nous avons les informations les plus abondantes, on a considéré qu’au xve siècle le développement urbain avait connu un temps d’arrêt, voire que l’urbanisation avait régressé (Jenő Szűcs). Il est indiscutable que dans le cas des deux grandes villes occidentales la population, à la fin du Moyen Âge, a au mieux stagné ; mais elles ne sont pas représentatives de tout le pays. Le développement permanent de la capitale, Buda, et de sa ville jumelle, Pest, de même que celui de Szeged, sont là pour le prouver. C’est à cette époque que cette dernière est devenue l’une des villes les plus peuplées du pays. Quelques villes de Transylvanie connurent une certaine régression mais d’autres au contraire se développèrent. Nous ne pouvons donc parler ni de recul ni de stagnation. Il se produisit en revanche une certaine stratification.

15La régression du développement urbain est souvent prouvée par l’évolution de l’activité commerciale. Comme la balance commerciale du pays présentait un solde négatif (nous verrons tout à l’heure que ce résultat ne doit pas être analysé de manière univoque), les villes hongroises disposaient d’un capital commercial limité. Le peu qui existait dépendait du capital financier des Allemands méridionaux, qui contrôlaient les commerçants hongrois par le crédit de marchandises. Le pays importait à relativement bon marché une grande quantité de produits étrangers de qualité, ce qui a conduit au recul de l’artisanat local. Ceci vaut surtout pour la production de draps et de couteaux. C’est moins vrai pour les autres marchandises. On dit souvent que la formation des bourgades agricoles a elle aussi contribué à ruiner la position économique des villes. Elles ont en effet restreint l’espace de rayonnement commercial de ces dernières. Cette vision est clairement inspirée par la conception juridique de la ville en tant qu’agglomération jouissant de certains privilèges. Mais le développement des villes seigneuriales (comme Pécs) et des principales bourgades agricoles à la fin du Moyen Âge ne pouvait guère mettre en cause la position des « véritables villes » dans cette moitié orientale du territoire où seule Szeged, ville dont le développement date justement de cette époque, avait ce statut. Quant aux bourgades agricoles surgies dans les zones de rayonnement des « véritables villes », il est peu vraisemblable qu’elles aient entraîné un rétrécissement des activités d’échanges puisque la naissance de ces nouvelles agglomérations est due à des échanges commerciaux et à une circulation accrus. À l’intérieur du large cercle territorial dominé par une ville, les bourgades agricoles jouaient en fait le rôle de centres mineurs avec un marché plus restreint. Pàl Móritz, un commerçant de Sopron, qui nous a laissé l’unique livre de comptes médiéval, était en rapport avec les bourgeois relevant de l’aire de rayonnement de sa ville et, entre autres, avec des habitants de Csepreg, de Kismarton ou de Sárvár.

16Il est cependant indubitable qu’à quelques exceptions près, les principales bourgades agricoles se développèrent de plus en plus à partir du milieu du xve siècle et se donnèrent l’aspect extérieur de villes. D’après les calculs de Vera Bácskai, il y avait entre 1390 et 1440 dix-sept bourgades agricoles de plus de 400 habitants. Ce chiffre était de vingt et un entre 1440 et 1490 et de vingt-neuf entre 1490 et 1526. Le nombre moyen d’habitants y était, dans ces trois périodes, respectivement de 670, 740 et 735. D’après le classement des historiens allemands une grande partie d’entre elles relevait de la catégorie des villes moyennes et des petites villes significatives. (Les Allemands comptaient parmi les « véritables villes » également des villes naines de moins de 200 habitants et des « petites » villes ayant entre 200 et 500 habitants !) Le nombre des ateliers des bourgades agricoles, lui aussi, connut une augmentation : ente 1390 et 1440 seules trois bourgades en avaient (alors que toutes les véritables villes n’en avaient pas forcément), elles étaient neuf entre 1440 et 1489 et dix-sept entre 1490 et 1526.

17La croissance des échanges intérieurs est moins caractérisée par l’autorisation de nouvelles foires, bien que celles-ci soient attestées, que par le fait que les localités ayant obtenu ce droit à l’époque de Sigismond ont commencé à organiser davantage de foires annuelles et hebdomadaires qu’auparavant. À la fin du siècle, sur une grande partie du territoire, il n’y avait pas un village où tous les deux ou trois jours il n’y eût une foire hebdomadaire.

18À l’époque de Mathias et surtout à celle des Jagellons, le développement des villes placées au cœur du réseau commercial intérieur se poursuivit. Ce fut vrai aussi pour les villes seigneuriales et la partie supérieure des bourgades agricoles jouant un rôle de ville. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il n’y ait pas eu, à l’intérieur de cette catégorie, une certaine stratification. Certaines villes se développèrent davantage, d’autres stagnèrent. Dans les années 1510 on constate un ralentissement général. Il s’explique par le départ d’étudiants issus des villes et des bourgades agricoles vers les universités étrangères. Cette évolution est aussi à mettre en rapport avec l’écrasement de la guerre paysanne de 1514. Après quoi il est devenu plus difficile pour les paysans d’aller s’installer en ville. Il y eut enfin la montée du danger turc, et les phénomènes de crise économique qui apparaissent en Europe à la fin de la première décennie du siècle.

Une économie active mais trop dépendante de l’étranger

Un commerce extérieur dominé par les exportations de bovins et de métaux

19Les villes frontalières avaient joui du droit de relâche que leur avait accordé le roi Sigismond. Ce droit contribua à les inscrire dans le réseau des échanges internationaux. C’est Pozsony qui se trouvait à leur tête. La plupart de ses bourgeois vivaient du commerce intermédiaire : ils reprenaient puis commercialisaient à l’intérieur du pays les biens importés, qu’ils livraient parfois eux-mêmes à Buda. À l’inverse, ils remettaient aux marchands étrangers les produits hongrois. Sigismond avait supprimé le droit de relâche des villes frontalières au bénéfice des commerçants de Buda et de Kassa. Mathias continua à limiter les privilèges des villes frontalières. De plus, au cours de sa brève régence sur Vienne, il avait privé les Viennois du droit de relâche. En 1490, l’empereur Maximilien avait rétabli leurs privilèges mais, plus tard, clairement sous la pression des villes du sud de l’Allemagne, il avait rétabli les dispositions de Mathias.

20Il nous reste la comptabilité de 1457-1458 du trentième (droits douaniers) de Pozsony, qui témoigne d’un déficit fort élevé du commerce extérieur. 89,4 % des recettes sont dues aux importations, les exportations n’en représentant que 10,6 %. La voie commerciale longeant le Danube, qui sortait du pays à Pozsony, était l’une des principales artères commerciales. Le grand déficit du commerce extérieur était payé en florins d’or hongrois qui effectivement étaient en circulation dans les pays occidentaux. Il en résulte que les hommes d’affaires germaniques, provenant pour la plupart du sud de l’Allemagne, et surtout ceux de Nuremberg, avaient les moyens de jouer un rôle dirigeant dans la vie économique hongroise.

21Il nous reste également un livre de comptes du trentième remontant à 1542, qui reflète non seulement les chiffres de Pozsony mais aussi ceux de la région environnante. Il montre, au contraire un excédent commercial considérable, puisque les exportations ne représentent pas moins de 69,5 % des recettes ! Nous pourrions en déduire que, par rapport aux années 1457-1458, la tendance s’était inversée au bénéfice des exportations. Et ceci d’autant plus qu’à l’époque des Jagellons les contrats d’affermage des trentièmes révèlent l’accroissement brusque de cette taxe dans les centres de douane de Buda et de Székesfehérvár. Mais la location des trentièmes n’était pas calculée uniquement en raison du profit économique attendu, mais aussi pour d’autres raisons. C’est pourquoi nous ne pouvons pas tenir cet élément pour une preuve totalement fiable.

22La plus grande partie des exportations hongroises était constituée par les bovins qui représentaient à eux seuls 7,05 % des droits de douane perçus en 1542 à Pozsony, mais 55,2 % à Szempcen et 30 % à Nagyszombat. Pour ces deux derniers postes frontière nous n’avons pas les chiffres pour 1457-58. Nous ne pouvons donc pas affirmer que le déficit du commerce extérieur était aussi important que la comptabilité du trentième à Pozsony ne le laisse supposer. On ne peut pas parler non plus de déficit du commerce extérieur au milieu du xve siècle. Par ailleurs, la structure du commerce extérieur hongrois ne présente pas un tableau homogène. La Hongrie exportait des produits bruts (animaux, produits animaux, vin, cuivre) et importait des produits manufacturés et des épices. La principale route d’exportation du cuivre partait en direction du nord-ouest. L’importance de la voie commerciale du Danube concurrençait celle de la voie du sud-ouest qui reliait le pays aux territoires du sud de l’Autriche et à l’Italie. Ce dernier axe resta important longtemps. La voie qui passait par Kassa et menait jusqu’à Cracovie jouera un rôle essentiel dans les dernières décennies du xve siècle, puis dans une certaine mesure déclinera. Une autre destination commerciale importante était celle qui menait depuis la Transylvanie jusqu’aux principautés roumaines. Les produits qui l’empruntaient étaient, pour la plupart, des produits en transit : les quantités de couteaux autrichiens exportées ainsi par les Hongrois vers l’Orient étaient particulièrement élevées. C’est par le même chemin que les marchandises arrivaient en Hongrie. Enfin, malgré la situation de guerre, le commerce entre la Hongrie et les Balkans avait commencé à prospérer. Les Hongrois exportaient entre autres du sel et des couteaux et en recevaient des produits textiles. Par exemple, en 1478, le roi Mathias autorisa un marchand turc, appelé Roustem, à commercer avec la Hongrie. Les armistices hungaro-turcs de la fin du Moyen Âge réglementèrent entre autres le commerce entre les deux territoires.

23Depuis le règne de Mathias, le rôle de Buda comme centre commercial du pays s’était renforcé. Les marchands de Buda étaient en rapport avec toutes les villes. Des entreprises commerciales aussi puissantes en capital que les Gailsam et les Kochaim, au départ très actifs dans le commerce de Pozsony, allèrent s’installer à la fin du siècle à Buda. Le capital commercial étranger disposait de représentants permanents dans la capitale. Parmi les Italiens les plus présents il y avait les Florentins et les Vénitiens, parmi les Allemands, les Nurembourgeois. La situation politique confuse du milieu du xve siècle eut pour conséquence une légère diminution de l’influence des étrangers mais, à partir des années 1460, celle-ci augmenta de nouveau. Il arriva souvent qu’une compagnie étrangère envoyât en Hongrie, le plus souvent à Buda, un représentant mandaté, souvent le parent d’un associé, lequel en devenait citoyen et échappait ainsi à la réglementation du commerce extérieur. Pour les Italiens Mathias avait supprimé ces limitations, ils n’avaient donc pas besoin de devenir citoyens. Il n’était pas rare que parmi les chefs de la bourgeoisie de Buda il y eût des étrangers agents d’une compagnie étrangère. Dans les années 1440-1470, ce fut par exemple le cas de János Münzer, de Bamberg, qui occupa à plusieurs reprises la dignité de magistrat et dont la famille travaillait dans toute l’Allemagne. Il fut remplacé à la fin du siècle au conseil de Buda par son gendre, Ruprecht Haller, dont la famille (ainsi que l’entreprise) avait des activités depuis les Pays-Bas jusqu’en Hongrie. Plusieurs membres de la famille bavaroise des Pemfflinger (du Haut-Palatinat) partirent en même temps vers l’est. Deux cousins, Kristóf à Vienne et János à Buda, devinrent magistrats alors qu’un troisième membre de la même famille alla s’installer à Radkersburg, ville commerciale de Styrie sur la frontière hongroise. À partir des dernières décennies du règne de Mathias les Pemfflinger jouèrent un rôle économique de tout premier plan. Nous pouvons également mentionner la famille suisse des Vogelweider dont les membres au tournant des xve-xvie siècles opéraient à Buda, à Kassa et à Cracovie.

24Alors que jusqu’au règne de Mathias les mêmes commerçants faisaient aussi bien de l’exportation que de l’importation, plus tard ces deux activités divergèrent. La presque totalité des importations se trouva entre les mains des Allemands et des Italiens, c’est-à-dire des commerçants hongrois qui dépendaient d’eux et qui étaient en général de langue allemande. En revanche, le grand volume d’exportations des produits de l’élevage – surtout de bovins – intéressaient avant tout les marchands installés en Hongrie, les Hongrois au tout premier plan. Ce cheptel était exporté surtout vers l’ouest et le sud-ouest. À la fin du Moyen Âge il était destiné aux territoires allemands situés au sud de la ligne Nuremberg-Francfort-Cologne ainsi qu’à l’Italie du Nord, surtout à Venise. L’importance économique de ce commerce était si grande que les villes allemandes augmentaient les prix et les salaires dès que, pour une raison ou pour une autre (épidémie, interdiction d’exporter), la Hongrie était en difficulté pour exporter ses bovins. L’exportation de bovins était déjà considérable à la fin du xive siècle, puis elle recula à partir de 1420 pour de longues années, elle redémarra ensuite dans les années 1470. (Les livres de compte de 1457-1458 ont été établis dans la période de recul de ce commerce.)

25Les importateurs étrangers sortaient du pays des florins d’or hongrois alors que les exportateurs hongrois introduisaient des monnaies d’argent étrangères. C’est la raison pour laquelle, à l’époque des Jagellons, des lois tentèrent d’obliger les marchands hongrois à vendre les bovins aux étrangers à l’intérieur même des frontières en florins hongrois. Mais ce fut sans aucun résultat. En Hongrie occidentale le principal moyen de paiement resta bien l’argent allemand de mauvaise qualité comme en témoigne l’article 66 d’une loi de 1514. L’importance du commerce des bovins s’explique par le fait que Mathias, avec la réforme monétaire conçue dans les années 1460, avait dévalué la monnaie d’or par rapport à l’argent, forçant ainsi les étrangers à baisser les exportations et renforçant l’activité des marchands hongrois du secteur bovin. Cette situation ne fut guère altérée par les lois établies par les Jagellons, lesquelles par ailleurs n’eurent pas un grand impact. C’est seulement au début des années 1520 qu’une dévaluation de l’argent conduisit à des changements.

26Les bourgeois des bourgades agricoles, voire les paysans-tenanciers des villages, participaient à ce commerce des bovins. C’est à cette activité commerciale que se rattacha très naturellement le capital accumulé par les grands seigneurs. Nous avons des preuves que beaucoup de marchands (voire, à l’époque de Mathias, parfois aussi le roi), avaient investi leur capital dans le commerce des bovins. À cette époque, nous trouvons rarement, mais ce ne sont plus des cas isolés, des seigneurs et des magnats qui participent personnellement à cette activité (comme le comte de la cour Ambrus Sárkány ou le capitaine de guet d’Obuda Fülöp Rász Hidasi). Les seigneurs veillaient à accroître leurs profits par des moyens autres qu’économiques : ils jouaient des interdictions d’exporter, procuraient à leurs associés des autorisations, de manière à se procurer les bêtes à de meilleurs prix et à les vendre plus chers à l’étranger en raison des interdictions.

27L’exportation du vin jouait un rôle analogue mais seulement dans certaines régions. Exporter vers l’Autriche n’était pas facile car les villes autrichiennes productrices de vin en interdisaient l’importation. C’est pourquoi les exportations hongroises se limitaient à la Pologne, aux territoires tchèques et à l’Allemagne du Nord.

Le poids du capital étranger dans les exportations de métaux, l’exemple du cuivre et des Thurzó-Fugger

28Dans les importations, le capital étranger était dominant. Cette situation ne manquait pas d’offrir des possibilités à la bourgeoisie hongroise mais la plus grande partie du profit se faisait à l’extérieur des frontières. La Hongrie était riche en cuivre. Ce métal occupait aussi une place importante dans les exportations. Les Italiens, encore au xive siècle, étaient les premiers intéressés par ce produit. Au tournant des xive-xve siècles le capital commercial allemand, surtout nurembergeois, commença lui aussi à en reconnaître l’importance et se mit à intervenir dans son exportation, d’autant plus que le cuivre pur extrait en Hongrie du Nord contenait de l’argent, alors qu’en Hongrie on ne connaissait pas la technique pour séparer l’argent du cuivre.

29Au milieu du xve siècle, nous avons l’impression que le cuivre hongrois exporté par Buda à Venise ou vers le nord-ouest ne suscite plus qu’un intérêt limité. Alors que les étrangers se détournent du cuivre hongrois des bourgeois de Buda s’y intéressent, tels que Jean Ernuszt, le futur trésorier de Mathias, ou encore Pierre Edlasperger-Junckherr, qui étendra plus tard ses activités en direction de Vienne.

30La branche du cuivre représentait trois activités : il fallait extraire le métal, ce qui demandait du capital ; il fallait le faire parvenir jusqu’au consommateur étranger ; enfin, il fallait affiner le minerai, c’est-à-dire en extraire l’argent. Jusqu’à l’apparition des Thurzó, cette dernière activité ne pouvait se faire qu’à l’étranger. Au xve siècle d’importantes infiltrations d’eau compliquèrent, voire empêchèrent l’utilisation des mines hongroises, et en tout cas firent monter les prix (cela bien sûr ne concernait pas seulement le cuivre). Il fallait faire appel à de nouvelles technologies pour que l’extraction devienne à nouveau rentable. Les Allemands se lancèrent dans l’expérimentation de nouvelles techniques et, parmi eux, il faut relever le rôle d’un membre du conseil municipal de Cracovie, Jean Thurzó Betlenfalvi, issu d’une famille de la noblesse foncière allemande. Il participa à l’assèchement de plusieurs mines étrangères, puis obtint l’autorisation d’expérimenter sa méthode également en Hongrie. Grâce à lui l’exploitation du cuivre connut un nouvel élan

31Thurzó ne se satisfit pas d’accomplir ces tâches purement techniques : il s’efforça d’obtenir le monopole du cuivre hongrois. Il s’empara progressivement des petites mines de la région de Besztercebánya, puis, en 1494, réussit à prendre le contrôle des mines principales. Il s’agissait des mines ayant appartenu à Jean Ernuszt, pour lesquelles son fils, Sigismond Ernuszt, évêque de Pécs, et Jean Corvin étaient en procès. Thurzó parvint à se mettre d’accord avec les deux parties. Incontestablement, il disposait de capital, mais il n’avait pas suffisamment de moyens pour réaliser ses objectifs, y compris l’assèchement de toutes les mines. Faisant preuve d’une intuition sûre, il s’allia non point avec les Nurembergeois, mais avec la société sans doute la plus puissante de la fin du xve siècle, les Fugger d’Augsbourg.

32C’est en 1495 que naquit la société mixte Thurzó-Fugger. Plus tard, l’accord fut à plusieurs reprises renouvelé et amendé, jusqu’à la dissolution de l’alliance au milieu des années 1520. C’est ainsi que le capital des Fugger intervint dans les activités minières hongroises, le profit étant partagé à égalité entre les deux propriétaires. Les « affaires hongroises » (ungarischer Handel) formaient une société à part entière dans laquelle pratiquement la grande société des Fugger avait une comptabilité distincte de celle des Thurzó. Cette solution convenait à tout le monde mais en même temps Thurzó avait beau être bourgeois de Cracovie, en tant qu’aristocrate hongrois il était considéré comme résident et avait des possibilités qu’un étranger n’avait pas. Bref, Thurzó et son fils aîné Georges devinrent ispán de la chambre de Körmöcbanya, c’est-à-dire que non seulement ils effectuaient le contrôle d’état sur les mines mais ils détenaient également l’autorité sur la frappe de l’argent de Körmöcbánya. Plus tard, Georges, qui s’était marié avec une Fugger, alla s’installer à Augsbourg. Ce sont ses frères qui reprirent la fonction d’ispán après la mort de leur père : parmi eux Elek occupa des postes d’importance nationale, fut élevé à la dignité de baron, et dans les années 1520 fut à plusieurs reprises trésorier, ce qui le mettait à la tête des finances royales. Leur entreprise leur avait ainsi rapporté des avantages considérables.

33La fortune de la société Thurzó-Fugger n’était aucunement comparable à aucune autre fortune, pas même la plus solide, hongroise ou étrangère, en Hongrie. Au bilan de 1527 – après la scission des Thurzó, après des pertes considérables subies par l’« affaire hongroise » – elle présentait un actif de 217 083florins face à un passif de 53 952 florins (compte tenu des techniques comptables de l’époque, il manque les créances non recouvrables ou douteuses, même si elles étaient naturellement recensées).

34Il y a plusieurs raisons qui expliquent la catastrophe. Tout d’abord, beaucoup supportaient mal qu’Elek Thurzó, en tant que trésorier, contrôle une société que par ailleurs il dirigeait. Il faut ajouter que son épouse était la nièce du grand chancelier et archevêque d’Esztergom Georges Szatmári. Ces liens de parenté l’aidèrent considérablement. En 1524 l’archevêque mourut et son successeur, Szalkai, n’accorda plus ses faveurs sans condition. La chambre de Körmöc relevait des intérêts de la reine Marie qui voulait accroître les recettes qu’elle lui rapportait. Enfin, un groupe commercial de Nuremberg et les marchands de Buda avec lesquels il travaillait avaient décidé de mettre la main sur le commerce du cuivre. Le résultat fut qu’en 1525 le personnel de la filiale de la société Fugger à Buda fut arrêté et les mines furent réquisitionnées Les responsables de la filiale furent contraints de signer un contrat à perte pour la société. Jakob Fugger, le responsable de la société à Augsbourg, tenta de sauver les « affaires hongroises » par voie diplomatique. En attendant, les mines et la chambre avaient été mises sous contrôle direct de l’État. Moins d’un an plus tard, en 1526, Louis II, contraint par la campagne contre les Ottomans d’emprunter à la banque des Fugger, leur rendit « les affaires hongroises ». Mais les Thurzó se trouvèrent désormais exclus de la société.

Dynamisme des échanges intérieurs

35Le commerce intérieur permet de sentir le pouls du développement de la production marchande. Le dense réseau des marchés et des foires était avant tout destiné à satisfaire les besoins du commerce intérieur. Dans les foires étaient achetés les animaux et les vins destinés à l’exportation et se vendaient les produits d’importation. Parmi les centaines de localités où se tenaient les foires annuelles, il y en a quelques-unes qu’il faut mentionner pour l’importance acquise dans telle ou telle région du pays. Nous trouvons des informations intéressantes dans un manuel allemand de commerce de la deuxième moitié du xvie siècle, mais qui reflète la situation telle qu’elle était au Moyen Âge. Dans ce livre les foires de Hongrie considérées comme importantes sont : Báta, Buda, Eger, Nagyvárad, Pest, Pozsony, Székesfehérvár et Tata. Parmi celles-ci, il y a quatre villes royales, deux sièges épiscopaux et deux bourgades agricoles. Les sites les plus importants, Nagyvárad et Székesfehérvár, avec leur position centrale, étaient en même temps des lieux de pèlerinage consacrés à saint Ladislas et à saint Étienne. Cette association marché/lieu de pèlerinage se retrouvait à Báta, dans le comitat de Tolna.

36Au début du xvie siècle, Hans Paumgarten, un riche marchand allemand en visite en Hongrie, présente dans ses notes Buda et Pest déjà comme une agglomération économique unique mais il précise aussi que les habitants de Pest sont beaucoup plus nombreux que ceux de Buda. Pest, tout comme les huit localités évoquées ci-dessus, s’appuyait plus sur le commerce intérieur que sur le commerce extérieur. Dans les échanges intérieurs de marchandises la bourgeoisie hongroise avait l’initiative. Ce n’est pas un hasard si, à partir des années 1440, on voit Buda se battre et mobiliser les autres villes pour la défense de la liberté du commerce extérieur toutes les fois qu’un magistrat hongrois se trouve à sa tête (à partir de 1439 le maire de Buda est un an sur deux hongrois ou allemand).

37En effet la circulation des marchandises ne concernait pas uniquement le commerce extérieur. Certaines villes étaient obligées d’importer du blé : c’est ainsi que Buda, par exemple, était approvisionnée en blé par la Petite Plaine. Il arrivait également que les régions productrices de vin ou vivant essentiellement de l’élevage aient besoin de blé. Le transport du blé n’était pas toujours une tâche facile. Le transport terrestre coûtait cher. Il était plus économique de faire parvenir le blé au consommateur par voir fluviale mais cela n’était rentable que si le transport se faisait dans le sens du courant. C’est cela qui explique que Buda faisait venir le blé de la Petite Plaine et non de la Grande Plaine, qui était géographiquement plus proche. Et outre le blé, partout le besoin se faisait sentir de disposer d’avoine, surtout pour nourrir les chevaux. La production d’avoine était particulièrement importante à proximité des châteaux frontaliers du Sud.

38Du point de vue du commerce intérieur le vin était plus important que le blé. Le fait que la Hongrie produisait beaucoup de bon vin était de notoriété publique. L’Allemand Cochlaeus, auteur en 1512 d’un manuel intitulé « Brève description de l’Allemagne », présente ainsi la Hongrie voisine : « La Hongrie est un vaste territoire, elle est riche en vin, en blé, en bovins, en fourrage et en or. Par rapport à son territoire, elle n’est guère peuplée, tout comme la Pologne. » Nicolas Oláh, un contemporain, évoque lui aussi l’importance du vin. Pour lui, les régions viticoles les plus importantes sont les comitats de Szerémség, Somogy, Baranya, Pozsony et Sopron, la région d’Eger, les comitats de Borsod, Abaúj, Veszprém et Zala, ainsi que la Transylvanie et la Slavonie. Le vin était nécessaire parce que, même au Moyen Âge, les gens savaient que l’eau des villes n’était pas suffisamment propre et pour cette raison ils buvaient du vin. Après avoir payé la dîme à l’Église, et en général un neuvième au seigneur, les viticulteurs pouvaient vendre le vin au détail. En cas de production abondante, le vin entrait dans les circuits commerciaux et, comme nous l’avons vu, était devenu objet d’exportation. Une grande partie des vins – d’excellente qualité – du Szerémség et de la Transdanubie méridionale changeait de propriétaire à Buda et surtout à Pest. Les villes de la Hongrie du Nord-Est, Kassa et ses environs, satisfaisaient leurs besoins avec du vin provenant de Hegyalja.

39Parmi les produits alimentaires il faut encore mentionner le poisson, qui était parfois même exporté. Les épices d’importation étaient distribuées sur les marchés éparpillés dans le pays. Il est intéressant de noter que, d’après les livres de comptes des seigneurs, les achats de produits alimentaires par les nobles n’étaient pas rares, bien que les tenanciers leur en fissent parvenir sous forme de prestations en nature. Il ne faut pas oublier de plus la viande et les produits de boulangerie distribués au détail dans les villes.

40Le commerce intérieur assurait aussi aux consommateurs l’accès aux produits manufacturés. Outre les produits d’importation, les différents tissus (y compris le drap gris hongrois, bon marché) et les couteaux, il n’y a pas d’outils de travail ou d’articles d’habillement dont la distribution marchande ne soit attestée. Il faut relever le bois de construction, les planches et les poutres, qui apparaissent très souvent dans nos sources.

41Le commerce intérieur se faisait par l’intermédiaire d’un dense réseau de marchés. Les paysans se rendaient aux foires annuelles – même dans le cas des bourgades agricoles – de fort loin. Il n’était pas rare de se déplacer à 10 ou 20 km, mais nous avons des témoignages de distances bien plus grandes. Les foires de Nagyszőlős accueillaient des acheteurs venus de Barkaszó, de Salamonvár (45 km), de Boszok ou de Nagytúr (Mezőtúr) (55-60 km), voire de Nyírbátor, qui se trouvait à 140-150 km de là. La foire d’Hatvan avait des visiteurs venus de Csallköz. La distance ne dépendait pas du type de localité habité par les acheteurs : les frères Kis franchissaient les 180-200 km qui les séparaient de Pest pour aller y vendre leurs bovins.

42Sur les marchés, il n’y avait pas que des commerçants de profession. Les produits agricoles étaient vendus principalement par les producteurs eux-mêmes, même ceux qui provenaient exclusivement des redevances payées par les tenanciers aux seigneurs. En revanche, nous ne savons guère à quel moment intervenaient les intermédiaires professionnels. Les artisans vendaient leur production. Les bouchers ne se contentaient pas de débiter la viande au détail, ils assuraient également le commerce des bovins et du vin, alors que les boulangers non seulement vendaient le blé, mais s’occupaient aussi de meunerie. Le commerce avait sa hiérarchie : les commerçants des grandes villes vendaient une partie de leurs produits par l’intermédiaire de leurs collègues vivant dans les petites villes ou dans les bourgades agricoles, comme nous l’avons vu dans le cas de Paul Móricz.

43Dans les villes, il nous faut distinguer le petit du grand commerce. Au Moyen Âge les principaux profits provenaient du commerce à petite échelle. C’est pourquoi la plupart des villes veillaient jalousement à ne permettre la vente au détail qu’à leurs bourgeois, sauf au moment des foires. De ce point de vue, il y avait des différences parmi les bourgeois : les produits manufacturés ne pouvaient être vendus au détail que par l’atelier ou l’artisan qui les avait produits alors que, dans le cas de certains produits à plus value importante, le droit de vendre au détail revenait également à certaines couches de marchands. Il était possible de jouer avec les réglementations. Par exemple, une société étrangère envoyait un représentant ou un membre de la famille quelque part, lequel, devenant bourgeois de ladite ville, pouvait revendre même au détail ses productions d’origine occidentale, comme nous l’avons déjà vu. Buda distinguait les trois principales catégories de marchands à l’exemple de Vienne. Tout d’abord venaient les « sieurs des magasins », qui ne pouvaient vendre leurs produits que dans des magasins voûtés. Ils étaient les seuls à pouvoir vendre au détail les tissus de soie coûteux et, pour les autres marchandises (épices, toile, huile), ils ne pouvaient pas vendre au-dessous d’une quantité donnée. La distribution de draps était le privilège des marchands de drap, « sieurs des halles » (ils vendaient dans des halles). Le troisième groupe était constitué des simples marchands (en hongrois kalmár), qui vendaient sur les marchés dans des kiosques en pierre ou en bois (appelés en allemand « Kram », d’où le terme allemand « Kramer » et le hongrois « kalmár »). Ils pouvaient vendre des produits très divers, y compris des tissus peu coûteux de soie et de drap, qui ne relevaient pas des privilèges des « sieurs des magasins » ni des « sieurs des halles », ainsi que des épices. Ils jouissaient d’un prestige incomparablement plus bas que les deux catégories précédentes mais avaient néanmoins accès à la couche dirigeante des villes. Paul Móricz était un simple marchand. Il faut également mentionner les courtiers qui dans les villes jouissant du droit de relâche, assuraient (et contrôlaient) le commerce entre les étrangers et la population locale.

44Ces « professions » marchandes existaient aussi en province : par exemple, en 1513, dans la bourgade agricole de Szentpál du comitat de Somogy, il se produisit un cas d’abus de pouvoir, à savoir que deux frères, simples marchands, se virent prendre toutes leurs marchandises, dont des bonnets et des couteaux, pour une valeur de 60 florins. Il y avait en province un groupe social en pleine expansion : comprenant des nobles, des bourgeois des bourgades agricoles et de riches tenanciers qui n’exerçaient pas la profession de commerçants mais dont une partie des revenus provenait bien du commerce. Nous en trouvons dans les cercles les plus distingués, parmi les barons et les prélats, mais nous ne pouvons pas affirmer qu’ils aient été en majorité parmi les grands seigneurs. Certains se contentaient d’offrir des prêts ; d’autres commerçaient par l’intermédiaire de leurs représentants. Il en allait de même dans la noblesse. Beaucoup de nobles participaient au commerce d’animaux et de vin, ou étaient actifs dans d’autres opérations commerciales (par exemple dans l’affermage des dîmes), mais nous ne saurions dire si ces activités étaient caractéristiques de l’ensemble de la noblesse. Il existait déjà une couche de nobles qui ne dédaignait aucun type de commerce, qui achetait n’importe quel produit, souvent à crédit, pour le revendre ailleurs à bon prix. Tel était le cas du clerc Nicolas Inárcsi, qui commerçait entre autres du vin, du bois de construction, du drap, etc., et qui au début du xvie siècle sera député de Pest à la diète du comitat.

45Jusqu’au début du xvie siècle les intérêts commerciaux des barons et des nobles se heurtèrent faiblement à ceux des bourgeois et des tenanciers. Cependant, dans certains cas, les premiers contribuaient au développement des affaires des derniers, dans la mesure où ils y prenaient part en qualité d’associés commanditaires. Outre les bourgeois, c’est surtout dans la population productrice de produits agricoles des bourgades et des villages, notamment dans les régions viticoles et dans les zons d’élevage bovin de la Grande Plaine, que se mit en place une couche employée essentiellement dans le commerce et relativement forte en capital. En faisait partie, par exemple, ce Matthias Biró mentionné par Nicolas Oláh, qui à Debrecen avait un troupeau de dix mille bovins destinés à la vente. Nous avons également connaissance de riches tenanciers dans les villages. Le testament de Michel Mód, du village de Pilis, daté de 1510, nous apprend qu’il avait un haras et des bovins, et que parmi ses débiteurs certains lui devaient des achats de vin. Lui aussi, manifestement, faisait du commerce. C’est cette couche qui bénéficia le plus du développement de l’exportation de bovins.

Un artisanat toujours dynamique

46Les registres du trentième ne permettent pas de conclure à un dépérissement de l’artisanat hongrois au cours de cette période, bien que la branche la plus apte à produire du capital, le tissage, ait été fortement gênée dans son développement par les importations de drap de l’étranger. Outre le drap et les couteaux, il arrivait dans le pays une telle quantité de bonnets confectionnés à l’étranger que cela ne pouvait que créer des obstacles au travail des maîtres locaux. À l’exception de ces trois domaines, l’ensemble des autres besoins du pays en produits manufacturés était satisfait par l’artisanat local. La consommation intérieure assurait une activité artisanale importante sans qu’il ne soit nécessaire d’exporter.

47Les artisans étaient partout, depuis les villes les plus grandes jusqu’aux villages de taille moyenne. L’importance économique de l’agglomération déterminait la part des artisans dans la population, la diversité des métiers, à savoir le degré de spécialisation. Nous ne disposons pas de statistiques précises. Les historiens ont bâti des études quantitatives sur les métiers à partir des noms de famille (une personne appelée « Szabó » sera considérée comme tailleur, ce qui est le sens du mot « szabó » en hongrois). Cette méthode ouvre la porte à bien des erreurs : il n’est pas sûr que tout Szabó ait été vraiment tailleur et encore moins que tous les gens portant ce nom l’aient été. Pour compliquer les choses, nous ne pouvons pas prouver que les artisans aient exercé leur métier comme activité principale ; rien ne nous assure qu’ils n’étaient pas artisans l’hiver, agriculteurs l’été.

48Compte tenu de tout ceci, les indications dont nous disposons nous laissent supposer que les principales agglomérations artisanales étaient Buda et les villes saxonnes de Transylvanie. Pour Buda, il nous reste les registres de la dîme du vin pour 1505 et 1510 qui comportent respectivement les noms de 683 et 648 personnes, dont respectivement 31,7 % et 33,5 % étaient artisans. Les bouchers étaient 39 (43) dont 20 (21) ont leur nom également parmi les propriétaires de vignes. Comme les bouchers étaient parmi les plus riches des artisans il est vraisemblable que la plupart des artisans possédaient des vignes, et la proportion d’artisans indiquée semble acceptable. Parmi les étudiants inscrits à l’Université de Vienne en 1451 et 1516 provenant de Nagyszeben, de Brassó, de Segesvár et de Medgyes, 311 (129), à savoir 41,5 %, étaient issus de familles d’artisans. Cette proportion montre bien l’importance de l’artisanat dans les villes saxonnes de Transylvanie, alors que seuls 11,8 % des étudiants de Buda, 9,4 % de ceux de Pozsony et 13,3 % de ceux de Sopron étaient enfants d’artisans. Dans les villes royales – notamment en Hongrie occidentale – les artisans représentaient un quart ou un cinquième de la bourgeoisie contribuable.

49Dans les bourgades agricoles – dont les agglomérations de type urbain – la proportion des artisans augmenta au cours du xve siècle. Entre 1400 et 1450, elle était de 16,7 %, entre 1451 et 1490 de 18,5 %, entre 1491 et 1526 de 20,4 % des chefs de famille. Parmi les différentes branches, les professions de l’habillement (tailleur et cordonnier) venaient en tête, suivies des professions du fer et de l’alimentation. La répartition des branches était similaire dans les villes (au sens juridique), où, à côté des trois secteurs dominants (notamment dans les villes viticoles), il faut également mentionner le bois (Sopron 1523 : 19,1 %, Pozsony 1434 : 12,8), le bâtiment (Pest 1440-1529 : 10,9 %, Szeged 1522 : 11,6 %, Sopron 1523 : 11,9 %), ainsi que le cuir (Pest 1440-1529 : 14,6 %), pour nous en tenir aux professions employant plus de 10 % de la population. Le domaine du bois incluait la tonnellerie. Les charpentiers faisaient partie des métiers du bâtiment et de la céramique (comme les potiers). La branche du cuir comprenait avant tout les tanneurs puisque les cordonniers et les fourreurs étaient comptabilisés dans les métiers de l’habillement.

50Le groupe artisanal le plus différencié était celui des métiers du métal, qui se subdivisait en diverses activités. À Buda, où nous avons connaissance de 79 métiers en tout entre 1440 et 1529, cette branche comprenait 27 métiers. Être forgeron pouvait signifier des choses fort différentes : il y avait les armuriers, les couteliers, les serruriers, etc. Dans les villages et dans les petites bourgades agricoles toutes les activités liées aux métaux étaient assurées par le forgeron. Malgré la forte concurrence étrangère, l’activité de tissage n’avait pas disparu. Ce métier représentait par exemple à Sopron en 1466 9,5 % des artisans, 7,9 % en 1523. Il y avait donc eu recul mais il n’était pas considérable. Nous trouvons les mêmes proportions à Buda où entre 1440 et 1490 les tisserands représentaient 8,5 % de la population artisanale et 7 % entre 1491 et 1529. Dans les bourgades agricoles ces mêmes tisserands représentaient 8 % des gens de métier entre 1400 et 1450, pourcentage qui se stabilise à 5 % entre 1450 et 1526.

51Les chiffres reflètent le fait que les métiers les plus florissants étaient ceux des services et principalement ceux qui permettaient de commercialiser des produits relativement coûteux. Parmi les artisans qui exerçaient ces professions, les plus riches pouvaient accéder à la couche dirigeante des villes. Le commerce stimulait également l’accumulation de capital, mais celui-ci se réinvestissait pour l’essentiel dans le commerce. C’est ainsi que Benedek Szabó, bourgeois de Buda, qui avait vendu au Trésor de riches tissus, se vit octroyer en 1495 des privilèges commerciaux en Allemagne par l’empereur Maximilien.

52C’est ce groupe social qui approvisionnait en produits manufacturés la population hongroise (en dehors de quelques produits d’importation). Le profit tiré du commerce, quand il n’était pas investi en achat de terres, notamment en vignobles, était placé dans les activités commerciales : le capital commercial en Hongrie ne pénétra pratiquement pas dans l’activité manufacturière. Les expériences telles que la molletterie de Kassa ou la toile de Bártfa soit échouèrent, soit donnèrent des résultats médiocres. Il n’y eut pas non plus de développement capitaliste de l’activité des boulangers de Buda, qui certes avaient mis la main sur des moulins, sans pour autant que cette initiative les ait amenés à occuper une place dans le commerce du blé ou de la farine. Il n’y a que deux exemples de coopération engageant un nombre important de personnes et différentes branches : le bâtiment et la fabrication des canons. Dans les deux cas, le capital était d’origine féodale. Les grandes entreprises de construction ne pouvaient être financées que par le roi ou les grands propriétaires, voire les conseils municipaux. De même seul ce type de capital pouvait permettre de fondre des canons en grande quantité, comme c’était le cas par exemple dans la préparation d’une campagne militaire (par exemple dans la guerre menée en 1494-1495 contre Laurent Újlaki). Les métiers pratiqués en Hongrie et non menacés par la concurrence extérieure n’ont pas été capables de susciter un développement précapitaliste comme cela a été le cas dans les pays occidentaux. En soi ce n’était pas forcément un mal, le problème étant plutôt que le capital commercial hongrois n’occupait pas une position prépondérante dans les richesses du pays.

Des métiers mieux structurés

53Le système des métiers (appelés à partir du xvie siècle corporations) répondait à un double objectif. D’un côté l’autorité publique – que ce soit les mairies des villes ou le seigneur d’une localité ou encore éventuellement le roi – assurait en général par le moyen des métiers le contrôle de la qualité des produits manufacturés. Ils assuraient la police des ateliers, contrôlant l’activité des artisans. D’un autre côté le métier servait à protéger les intérêts des artisans d’une profession ou de plusieurs professions associées : il fallait empêcher la concurrence de métiers voisins ou d’artisans extérieurs au métier, vivant éventuellement dans d’autres villes. Cette démarche s’inscrivait bien dans la politique économique généralement pratiquée par les villes médiévales toujours soucieuse de défendre les intérêts locaux (par exemple avec la disposition prévoyant qu’en dehors des foires seuls les artisans locaux pouvaient vendre des marchandises au détail). La corporation était chargée de veiller à ce que les marchandises étrangères n’entrent pas dans la ville.

54En matière de protection d’intérêts, la fin du Moyen Âge vit l’émergence de nouveaux points de vue qui s’affirmèrent de plus en plus. Il avait été très rare auparavant de voir les artisans des métiers locaux agir contre les artisans extérieurs au métier. Désormais, ce fut là leur occupation principale. De plus, nous trouvons dans des lettres de maîtrise des tentatives de durcir l’accession à la direction d’un atelier. L’examen consistait en la préparation d’un « chef-d’œuvre », qui devait être de plus en plus compliqué et faire appel à des matières premières de plus en plus coûteuses. Après la fabrication du « chef-d’œuvre », et si les maîtres acceptaient de reconnaître l’artisan comme l’un des leurs, il fallait verser une somme pour adhérer au métier et de plus, dans la plupart des corporations, offrir aux maîtres un repas. Les montants différaient suivant les corporations. Parfois le nouveau maître devait offrir un riche banquet (arrosé d’une quantité de vin prescrite) à tous les membres de la corporation avec leurs épouses et financer d’autres repas mineurs. Ailleurs, il suffisait de régaler les maîtres. À Buda, où le nombre des membres de la corporation allemande des bouchers était d’une quarantaine, un banquet de ce type pouvait réduire le nouveau maître à la ruine.

55On pouvait tenter d’échapper aux mesures restrictives. C’est ainsi que le fils d’un maître était en général exonéré des droits d’adhésion et parfois même du banquet, ou bien le coût de celui-ci était réduit. Le jeune homme qui se mariait avec la fille ou la veuve d’un maître bénéficiait de la même exonération ou bien les frais étaient réduits de moitié. L’adhésion de personnes extérieures à la corporation était difficile afin d’avantager les familles des membres. Les métiers entendaient se transformer en monopoles familiaux : les enfants des maîtres ou les époux des veuves de maîtres héritaient d’un atelier et d’outils de travail et se trouvaient ainsi en meilleure posture que leurs rivaux. Cette pratique s’accompagnait de conséquences démographiques : peu d’enfants pouvaient naître de mariages entre les veuves et des artisans souvent beaucoup plus jeunes qu’elles. Cela contribuait au besoin permanent de la ville médiévale en nouveaux habitants, ce dont les contemporains ne manquaient pas d’être conscients.

56Les métiers s’étaient formés avant même le milieu du xve siècle et leur nombre ne cessa de grandir jusqu’à 1526. Nous pouvons suivre par exemple à Buda 37 branches professionnelles concentrées en 26 corporations. La première corporation de Pest remonte seulement à 1444 (celle des cordonniers) mais en 1525 il y en avait déjà onze, rassemblant 27 branches professionnelles. Il est probable que dans les deux villes il y eut plus de corporations que les informations dont nous disposons ne nous permettent de le supposer. Dans des villes plus petites, comme par exemple Sopron ou Bártfa, nous avons connaissance de neuf corporations. Il y en avait moins en général dans les bourgades agricoles mais on en trouvait huit à Debrecen. Dans les bourgades agricoles et dans les villages plusieurs branches professionnelles formaient souvent une seule corporation, mais cela arrivait aussi dans les centres plus importants. À Buda, par exemple, les fondeurs de cloches, les ferblantiers, les serruriers, les éperonniers, les tréfileurs et les épingleurs étaient rassemblés dans une seule corporation, de même que les tonneliers et les tourneurs, ou encore les fabricants de bourses, les teinturiers et les gantiers. En 1446, à Pest, fut fondée la corporation commune des fabricants d’arcs, de boucliers, de ceintures, de flèches, de carquois et de selles, en 1482 celle des charpentiers, des tailleurs et des casseurs de pierres, des charrons, des menuisiers et des tonneliers. Les peintres, les enfileurs de perles, les fabricants de lamelles d’or, les sculpteurs et les verriers avaient eux aussi une corporation commune (la corporation des orfèvres vit le jour en 1529). Dans les villes à population mixte les corporations reflétaient souvent la division ethnique : il y avait par exemple des corporations séparées de bouchers, de tanneurs, de tailleurs, etc., hongrois et allemands. De plus en plus de branches tentaient de défendre leurs intérêts en se regroupant, et là où il y avait trop peu de membres par profession, en s’associant avec d’autres corps de métier.

57Les métiers protégeaient leurs membres non seulement de la concurrence extérieure mais aussi de la différenciation intérieure. Ils s’efforçaient d’assurer à leurs membres des possibilités identiques d’achat, établissaient des limites maxima pour l’emploi des apprentis et des ouvriers, de peur que quelques maîtres s’élèvent au-dessus des autres. Cette réglementation limitait les possibilités d’accumulation du capital. À notre époque les corporations jouent encore un rôle éminemment positif, elles contribuent à améliorer la qualité des marchandises, à garantir une excellente formation professionnelle : on venait en ville même depuis les villages pour apprendre un métier. Mais en ville il y avait de moins en moins de possibilités pour un ouvrier de devenir maître, c’est pourquoi les ouvriers fondèrent parfois de nouvelles associations représentant leurs propres intérêts. Formellement, il s’agissait d’associations à caractère religieux, les confréries, qui assumaient également la charge des pompes funèbres.

La viticulture, un élément important de l’économie urbaine

58Dans les villes autour desquelles il y avait des vignobles, comme par exemple à Buda et dans les villes de la frontière occidentale, ceux-ci offraient à la bourgeoisie urbaine une ressource importante. L’activité agricole de la viticulture, en raison de son rôle analogue à celui de l’artisanat, peut presque être considérée comme une activité manufacturière. Elle demandait de la main-d’œuvre, des savoir-faire, et, en raison de ses besoins en matériels (par exemple en tonneaux), fournissait du travail à différentes branches d’artisanat. Comme nous l’avons vu, le vin était aussi une marchandise appréciée. Souvent, la viticulture faisait reculer la production de blé et obligeait les villes viticoles à en importer. En raison des besoins en main-d’œuvre de cette branche, les terres viticoles n’étaient pas comptées dans les fonds des parcelles de tenanciers : elles pouvaient être librement vendues et achetées, contribuant ainsi au développement des droits et des libertés des paysans.

59Comme dans les villes viticoles il n’était pas rare que plus de la moitié de la population ait des vignes, la question se pose de savoir s’il ne s’agissait pas là de la ressource principale, en comparaison de laquelle l’artisanat et le commerce n’étaient que secondaires. Il ressort clairement de nos informations qu’à l’exception de quelques riches propriétés viticoles et de journaliers travaillant dans les vignes, la réponse est négative. Il nous est resté des recensements de la dîme du vin à Buda en 1505 et en 1510. En 1505, 683 vignobles avaient 603 propriétaires. 58,9 % d’entre eux produisaient moins de cent banneaux de moût. Le prix de cent banneaux de moût était alors de 12,5-14 florins, sur lesquels il fallait verser le dixième à l’Église et payer l’impôt municipal, d’un montant inconnu. Il faut également tenir compte de ce que la viticulture est une activité coûteuse. Alors que la solde mensuelle d’un soldat était de deux florins, cent banneaux suffisaient à peine à satisfaire aux besoins d’une famille. La récolte 1505 devait être excellente, car Buda produisit alors 84 000 banneaux de moût, alors que cinq ans plus tard la production n’était plus que de 59 000 banneaux.

60Les vignobles urbains changeaient souvent de propriétaire. Les deux registres de la dîme de Buda déjà mentionnés le prouvent clairement. En 1510, seuls 41,7 % des propriétaires de vignobles cultivaient la même parcelle qu’en 1505. Cela veut donc dire qu’en cinq ans plus de la moitié des terres avaient changé de propriétaire. Le même phénomène est attesté dans d’autres villes. Le profit que rapportent les vignobles dépendait directement du temps et d’autres facteurs, c’est pourquoi il fallait en général dix ans pour qu’une vigne devienne rentable. La mobilité des propriétaires de vignobles montre que les bourgeois ne voulaient pas vivre du raisin mais qu’ils considéraient les vignobles comme un investissement de leur capital, qu’ils pouvaient revendre n’importe quand à bon prix.

61Nous avons moins d’informations sur les changements de propriétaires dans les bourgades agricoles et dans les villages. Probablement, là aussi le vignoble était considéré comme un investissement par les riches commerçants et artisans. Comme les dépendants eux aussi avaient le droit de posséder des vignobles, il y avait un très grand nombre de propriétaires dits extraneus (étranger), c’est-à-dire ne résidant pas dans la localité où se trouvent leurs vignobles. Par exemple, dans le village de la famille Pető, dans le comitat de Tolna, vivaient en 1494 124 tenanciers, alors qu’étaient enregistrés 73 vignobles extraneus. Le cas du village de Battján, appartenant aux Batthyàny dans le comitat de Fejér en 1502 est intéressant à un autre titre : 22 tenanciers payaient l’impôt à la fois sur le blé et sur le vin, cinq tenanciers ne produisaient que du blé, alors que 63 habitants du village et 6 extraneus payaient l’impôt uniquement sur le vin. Nous pouvons donc considérer comme paysans à tenure uniquement les 27 producteurs de blé, les 70 % des habitants du village étant producteurs de vin, pratiquement ouvriers agricoles.

62Le vin ne tarda pas à susciter l’intérêt des seigneurs. Les producteurs de vin (et de blé) devaient un dixième de leur production à l’Église et en principe un neuvième au seigneur, bien que certains seigneurs aient accepté – en dépit de l’interdiction posée par la loi – d’autres prestations (comme l’impôt sur la seille). L’Église affermait souvent son dixième à des gens provenant de toutes les catégories sociales, parmi lesquels les nobles étaient de plus en plus nombreux. Ceux-ci, ainsi que l’Église, si elle collectait elle-même la dîme, voulaient vendre le vin à bon prix, ce qui les mettait souvent en opposition avec les villes viticoles. Ces dernières avaient le privilège de ne pas permettre la vente de vin étranger sur leur territoire. Ainsi Buda était souvent en contentieux avec les évêques, surtout ceux de Veszprém, qui y vendaient leur vin. Comme le seigneur qui prélevait le neuvième avait le droit d’ouvrir des tavernes, les producteurs locaux ne pouvaient vendre leurs vins qu’une partie de l’année. Bien sûr l’Église, qui prélevait la dîme, avait elle aussi des tavernes. Il s’agissait là de revenus considérables. En 1521, les tavernes à elles seules rapportaient à l’archevêché de Kalocsa plus de 1 000 florins, ce qui représentait un tiers des recettes totales. À la fin des années 1510, le neuvième et les tavernes représentaient près de 30 % des revenus du domaine d’Ónodi.

63Les seigneurs étaient donc des concurrents sérieux pour les producteurs viticoles, dans la mesure où ils n’avaient pas la charge des coûts de production. Mais il y avait aussi des conflits entre les seigneurs et les bourgeois des villes. À l’intérieur des frontières de la ville, les bourgeois ne devaient rien payer pour leurs vignes. Certes, ils payaient pour les vignes situées en dehors des frontières de leur ville mais ils étaient exemptés du neuvième. Le résultat était que les villages situés à proximité de certaines villes se dépeuplèrent dans la mesure où les tenanciers qui avaient planté les vignes vendirent leurs terres aux bourgeois et allèrent s’installer en ville. C’est ainsi que se dépeuplèrent, dans la deuxième moitié du xive siècle, Óbudaörs, à proximité d’Óbuda, et, cent ans plus tard, Sadad à côté de Buda. Il y avait là une cause permanente de frictions entre les seigneurs et les villes voisines. Déjà Mathias avait prononcé un jugement en faveur des comtes Szentgyörgyi dans un contentieux qui les opposait en justice à la ville de Nagyszombat, annulant l’exonération du neuvième dont avait bénéficié la ville sur les terres des comtes. Un document de 1498 décida de l’annulation de ces exonérations, en mentionnant explicitement les villes de Buda, de Székesfehérvár et de Szalánkemén. Mais il ne fut pas toujours possible d’appliquer pleinement la loi : après sa promulgation, compte tenu du montant accru des redevances, les Szentgyörgyi renoncèrent d’eux-mêmes à prélever le neuvième sur les habitants de Nagyszombat.

64Les vignes étaient devenues tellement importantes pour les bourgeois que les plus grandes villes, si elles n’avaient pas assez de vignobles sur leur territoire, se procuraient des terres plus éloignées. Par exemple Székesfehérvár commercialisait depuis l’époque arpadienne les vins de Somogy, alors que Pest et Szeged assuraient la vente des raisins et des vins provenant du Szerémség. Les villes hongroises du Nord-Est achetaient leur raisin principalement dans le Hegyalja. Le même phénomène se produisit dans les bourgs : les bourgeois de Pápa, par exemple, disposaient de vignobles extraneus sur la colline de Somló.

Médiocrité des cultures vivrières. Une ressource essentielle, l’élevage

65L’élément le plus important dans la tenure paysanne était représenté par les terres cultivables. Au xve siècle les tenanciers continuèrent à défricher et à créer des essarts sur les espaces encore vierges de la puzta. Ces essarts faisaient l’objet d’une location. Aux marges de certaines villes de la Grande Plaine étaient apparus, sans doute dès la fin du Moyen Âge, les potagers dits « des champs » destinés à rentabiliser économiquement la puszta, mais qui ne faisaient pas partie de la tenure en tant que telle. D’un autre côté le nombre et la taille des allodium (alleux) à disposition du seigneur ne sont pas connus. Ces terres étaient cultivées par des journaliers et parfois par la corvée des paysans. Jusqu’au début du xvie siècle les seigneuries disposaient d’un ou deux alleux dont la taille n’excédait pas celle d’une tenure servile. Ils étaient plutôt consacrés à l’élevage, c’est pourquoi sur les exploitations paysannes on produisait plus d’avoine que de blé.

66Les quelques informations à notre disposition ainsi que les exemples de l’étranger montrent le faible rendement des cultures céréalières. Malgré les progrès des techniques agricoles et bien que la terre fût labourée plus souvent et à l’aide de charrues de meilleure qualité, la production des paysans – qui allait en partie à l’Église et au seigneur sous forme de dîme et de neuvième et sur les bénéfices de laquelle il fallait payer un impôt – suffisait à grand-peine à couvrir les besoins de subsistance de la famille. Mais les paysans, outre les vignobles, les essarts, les rentes et l’élevage pouvaient compter aussi sur d’autres revenus. Les potagers familiaux étaient en général rentables.

67La Hongrie était connue pour l’abondance de ses poissons. Cela avait été également noté par Nicolas Oláh, et le poisson représentait pour beaucoup la ressource principale. Les populations vivant le long des rivières et des principaux plans d’eau vivaient de la pêche, comme le montre le censier de Siklos des domaines des Garai en 1478. Il y avait également beaucoup d’étangs artificiels, qui se trouvaient principalement sur les terres de l’Église. Comme dans la Hongrie du début du xvie siècle le droit de chasse des tenanciers n’était pas limité ; c’était là pour beaucoup le moyen de subsistance principal, car le territoire était giboyeux. C’est dans un document de 1504 (1504 : art. 18) que pour la première fois la chasse est interdite aux paysans avec une justification curieuse : les paysans abandonnent la viticulture et l’agriculture, ils chassent même les jours de fête, et, comme ils ne cultivent pas la terre, ils s’appauvrissent et deviennent des bandits. La loi interdit la chasse au cerf, au chevreuil, au lièvre, au sanglier, au faisan et à la gelinotte. Le tenancier qui chasse doit payer une amende. Si le seigneur fait grâce au tenancier de l’amende, c’est le comitat qui la lui réclame. Il va de soi que le seigneur profitait aussi de la chasse de ses paysans. Par ailleurs, les forêts étaient également pour les paysans une source de profit.

68Malgré le recul de l’exportation des bovins entre 1420 et 1470, l’élevage était redevenu à la fin du siècle une source importante de revenus, et tout d’abord celui des bovins, dont la viande était envoyée dans le sud de l’Allemagne et au nord de l’Italie. L’élevage des chevaux était également important, même si l’exportation en était souvent interdite, ainsi que l’élevage des moutons et des cochons. Le bœuf ne servait pas seulement à la consommation de viande, abondante au Moyen Âge, ainsi qu’à celle des produits laitiers, il jouait aussi un rôle non négligeable en tant que bête de trait. Dans les réserves seigneuriales, dans les tenures paysannes, nous trouvons partout, bien qu’en nombre relativement faible, des bœufs et des vaches pour les besoins quotidiens. C’est surtout dans les pusztas de la Grande Plaine que les bovins étaient élevés pour l’exportation. L’élevage était assuré par les bourgeois des bourgades agricoles et par les paysans des villages mais il arrivait aussi que le capital commercial urbain et, comme nous l’avons vu, les seigneurs interviennent dans cette activité.

69Quant à la situation économique des tenanciers qui vivaient de l’élevage et du commerce, le cas de la famille Kis, qui avait quitté Battonya pour aller s’installer à Bánhegyes, en témoigne éloquemment. Ils avaient conduit leurs bœufs à Pest, ce qui leur avait rapporté 300 florins, et ils avaient chez eux plusieurs centaines de florins, que leur ancien seigneur leur avait pris. Outre les bœufs, ils avaient également un haras de chevaux.

70Un autre riche tenancier de Pilis, Mathias Mód, avait lui aussi un haras, mais les haras les plus nombreux appartenaient aux nobles. Dans les testaments des nobles il est souvent question de chevaux de selle et de chevaux attelables mais il y a aussi de nombreuses références à des haras. Comme les nobles, pour leurs chevaux, avaient besoin de beaucoup d’avoine, ils produisaient en général dans leurs réserves seigneuriales plus d’avoine que n’en produisaient les terres des tenanciers. Le cheval était également un moyen de transport et un instrument dans les activités militaires mais il était aussi utilisé pour labourer. La Transylvanie était tenue pour le centre de l’élevage des chevaux. On venait depuis la Hongrie orientale pour en acheter. D’après les informations qui nous sont parvenues, les paysans avaient eux aussi besoin de chevaux.

71Dans les réserves seigneuriales nous trouvons souvent aussi des moutons. Dans le testament, daté de 1500, du vice-palatin Michel Hangácsi, celui-ci mentionne 550 moutons uniquement à Hangács, et il avait encore 250 moutons au château de Tállya (ce dernier appartenait aux Szapolyai, Hangácsi était à leur service ce qui lui permettait de faire paître ses bêtes sur leurs terres). Les tenanciers avaient eux aussi des moutons. En Transylvanie et dans le Haut-Pays, les troupeaux de moutons étaient conduits par des bergers de montagne appeler vlach.

72Dans les registres comptables médiévaux il reste surtout des traces de consommation de viande de bœuf. Le porc figure plus rarement, sauf pour le lard, terme qui semble désigner le porc (ou la moitié de la bête) salé et fumé. Nous trouvons des cochons en grande quantité dans les zones de panage. À l’occasion du panage printanier et automnal, les troupeaux étaient conduits depuis les plaines jusque dans les montagnes. Cette forme d’élevage est attestée surtout en Hongrie orientale (par exemple sur les terres de l’évêque de Transylvanie François Várda dans les années 1510). Dans les zones forestières même un noble relativement pauvre pouvait posséder un bon nombre de cochons (d’après son testament, rédigé en 1491, Nicolas Koromlyai par exemple, du comitat de Veszprém, en avait soixante-dix).

Les gisements minéraux

73Il a déjà été question ici de l’extraction des métaux non ferreux et de la manière dont ils avaient attiré les capitaux de la société Thurzó-Fugger. L’extraction demandait du travail salarié : antérieure à Mohács, la célèbre révolte des mineurs de Besztercebánya fut écrasée par le palatin Étienne Werbőczy.

74Le sel, comme les métaux précieux, était monopole royal. Toutes les mines – à l’exception de celles du domaine de Sóvár appartenant à la famille Sóos dans le comitat de Sáros – aussi bien celles de Transylvanie que celles des zones minières du Máramaros appartenaient au Trésor royal. Par l’intermédiaire de mineurs salariés, le roi produisait des petits cubes de sel qu’il vendait à l’aide du réseau des chambres du sel. L’intérêt du Trésor était d’empêcher l’importation de sel étranger, dans la mesure où le sel autrichien produit dans le Salzkammergut et transporté par flottage sur le Danube était meilleur marché à Pozsony que le sel hongrois. Le nord-est de la Hongrie était plus proche des mines polonaises que de celles du Máramaros. Il était impossible d’éviter totalement la contrebande, mais de manière générale le monopole de la Couronne fonctionnait et constituait pour le Trésor la toute première source de revenus.

75Le Trésor utilisait souvent le sel comme moyen de paiement. Les « chambres du sel » n’étaient donc pas seules à pouvoir commercer ce produit. Les seigneurs, s’ils étaient autorisés à encaisser les droits de douane, pouvaient vendre le sel ainsi perçu (comme le faisait dans les années 1510 le palatin Emeric Perényi). Le traitement par le Trésor haussait les prix. D’après les comptes qui nous restent de la « chambre du sel » de Máramaros pour 1494, plus de cinq cent mille cubes de sel avaient été extraits cette année-là, le coût du traitement équivalant à 43,8 % du prix fixé. (Si nous enlevons la quantité de sel destinée à couvrir les frais, puis payée sur mandat du roi ou vendue sur place à crédit, il apparaît que seul le cinquième du sel extrait parvenait aux « chambres du sel » provinciales dépendant du Máramaros et chargées de le distribuer).

76Ce n’est pas un hasard s’il y a eu régulièrement des projets de réforme concernant l’organisation des circuits du sel mais ceux-ci n’aboutirent jamais ou ne durèrent pas longtemps. Au début des années 1490, la grève des mineurs de Máramaros paralysa un moment toute l’activité de la « chambre du sel » de la région. Le sel aurait pu servir également de base pour la formation de capital : dans le contexte de la menace turque, pour le Trésor, qui se débattait dans des difficultés financières, il s’agissait d’une source de revenus assurée. Le sel était exporté jusque dans l’Empire Ottoman.

77La Hongrie médiévale avait également sur son territoire d’importants gisements de fer. À la fin du Moyen Âge, le travail du minerai de fer en surface encore actif à l’époque arpadienne fut remplacé par l’exploitation de mines de fer. Il faut souligner l’importance des mines de fer des monts métallifères de Gömör-Szepes, dont les mines de Csetnek, de Rudyabánya, ainsi que de celles des districts de Torockó et de Hunyad en Transylvanie. Le minerai de fer ainsi extrait fut traité, à partir du milieu du xive siècle, dans des forges utilisant de plus en plus souvent l’énergie hydraulique. Le fer était débité sous forme de méplat en bandes. Il était en partie exporté en Pologne. En Hongrie occidentale, nous trouvons des traces d’importation de fer en quantités minimes.

78Comme le travail du métal était la profession la plus spécialisée dans le pays et que la majorité des instruments de travail, des armes, etc., était en fer, ce produit était partout présent dans les circuits commerciaux. Et pourtant il ne conduisit pas à une accumulation sensible de capital. La plupart des mines de fer étaient propriété des seigneurs, qui intervenaient aussi de temps à autre dans le commerce du fer (comme les Csetneki ou encore le margrave Georges de Brandebourg, qui avait hérité des propriétés de Jean Corvin dans le comitat de Hunyad). Les forges étaient aussi en partie propriété des seigneurs. La bourgeoisie des villes proches des régions minières, à condition de collaborer avec les seigneurs, participait aussi à la production et à la commercialisation du fer. Les revenus de la mine de Georges Brandebourg dans le comitat de Hunyad dépassaient à peine les 300 florins. Cette somme ne couvrait pas plus de la moitié des frais d’exploitation, sans compter le coût du transport jusqu’à Nagyszeben et l’approvisionnement en nature des mineurs.

79Il n’y avait pas que les seigneurs et les bourgeois qui intervenaient dans l’extraction et le commerce du fer. À moins que l’on ne bénéficiât d’une exemption des droits de douane, il fallait payer un droit de douane sur le fer à toutes les nombreuses douanes intérieures du pays. Il s’agissait de droits à payer sur la quantité, par exemple un à deux méplats en bande sur cent, ou une somme par charrette. Les bénéficiaires des droits de douanes là où les mouvements du fer étaient les plus animés se retrouvaient ainsi propriétaires de quantités importantes de ce produit. Dans la deuxième moitié des années 1510, la douane de Tizsaluc, appartenant au palatin Perényi, disposait de plusieurs centaines de méplats en bandes, qui furent en partie utilisés sur le domaine d’Ónod et en partie vendus. Les profits de l’extraction et de la vente du fer contribuèrent à enrichir principalement les grands propriétaires et secondairement les entrepreneurs bourgeois.

L’image contrastée de l’Église

L’opulence des prélats

80Le corps des prélats se composait des seize évêques hongrois et croates ainsi que du prévôt de Székesfehérvár : ils formaient, avec les barons, le conseil élargi du roi. Ils participaient aux Diètes à titre individuel. Ces dispositions ne connurent guère de changements notables à l’époque des Jagellons. C’était toujours le souverain qui les nommait bien que, selon les dispositions de l’Église, il présentait seulement leur candidature au pape. En réalité, la personne élue par le roi en tant que « candidat » prenait aussitôt les rênes de son diocèse. Ils ne pouvaient être sacrés évêques qu’après la nomination (en fait la confirmation) papale, mais, à l’époque des Jagellons, celle-ci intervenait de plus en plus rarement. En 1508, seuls trois des prélats avaient été « élus et confirmés », trois avaient été seulement « élus » : les trois qui en avaient l’autorisation ne se firent pas sacrer, trois autres n’avaient même pas le droit de le faire. L’archevêque d’Esztergom Ladislas Szalkai, qui tomba pendant la bataille de Mohács, après avoir été évêque plus de dix ans, ne s’était fait consacrer prêtre et sacrer évêque que sur insistance du nonce papal. Trois évêques renoncèrent à leur dignité et se marièrent : rien ne le leur interdisait, car ils n’étaient pas prêtres. Telles étaient les évolutions par rapport à l’époque de Mathias.

81La proportion des évêques issus des magnats baissa, alors que le nombre des dignitaires ecclésiastiques originaires de la noblesse hongroise augmenta considérablement : à l’époque de Mathias, ils représentaient un peu moins du cinquième des dignitaires, sous les Jagellons leur part dépassa les 50 %. La part de ceux qui provenaient de la bourgeoisie et dont les parents étaient tenanciers resta pour l’essentiel immuable (elle était de 16 % à l’époque des Jagellons). Les étrangers, 30 % sous Mathias, ne furent plus que 10 %. Les prélats inscrits dans une université restèrent toujours près de 50 %. Ils obtenaient moins souvent un titre universitaire, il y avait moins de spécialistes de droit canon. En comparaison avec l’époque de Mathias, le nombre des prélats détenant un office royal au début du xvie siècle était en augmentation ; près de 60 % d’entre eux travaillaient à la chancellerie, à la cour ou au Trésor, augmentant ainsi les biens de l’Église par un complément de salaire ou élevant leur prestige.

82Pour nommer les prélats, il fallait que le roi et son conseil, c’est-à-dire les autres prélats et les barons, se mettent d’accord. Les prélats devaient tenir compte des intérêts aussi bien du roi, des grands seigneurs que du Saint-Siège. Pour maintenir l’accord entre tant de parties, il fallait souvent un grand sens politique de l’équilibre. À l’époque des Jagellons, c’est principalement le prélat occupant la dignité de chancelier qui dirigeait le pays. Parmi les évêques ayant occupé cette fonction, nous pouvons nommer Thomas Bakócz, d’origine paysanne, Georges Szatmári, d’origine bourgeoise, et Ladislas Szalkai, lui aussi fils de tenanciers. Tous les trois furent aussi archevêque d’Esztergom. Avec des rois plus faibles, il ne se manifesta plus de divergences d’opinion aussi explosives qu’elles l’avaient été entre Mathias et la plupart de ses chanceliers.

83Le prestige des prélats contribuait à augmenter aussi leur fortune. La fortune foncière des évêques était moins importante que celle des laïcs, bien que les villes et les bourgs agricoles épiscopaux fussent parmi les localités les plus prestigieuses du pays. Seuls 10 % des châteaux du pays avec leurs domaines appartenaient à l’Église, dont 75 % étaient gérés par les évêques. Ceux-ci devaient leur fortune surtout à la dîme. Leurs testaments témoignent de fortunes supérieures à celles des plus grands des seigneurs. C’est ainsi que l’archevêque Szartmári laissa à l’État royal 60 000 florins pour l’entretien des châteaux de la zone frontalière. Bakócz, pour sa part, donna 40 000 florins et Osvald Tuz, évêque de Zagreb, 32 000 florins. C’est ainsi que la fortune des prélats venait enrichir, après leur mort, les caisses de l’État. La noblesse était de plus en plus irritée par l’accumulation de la fortune des prélats et tenta de s’y opposer à l’aide de la législation.

84Dès 1492, des propositions de loi visèrent à réglementer la collecte de la dîme ainsi que les revenus (le paiement) de l’Église mais ces lois ne purent être votées. Des lois plus tardives, en revanche, traitèrent en détail de la dîme et ce, très naturellement, au détriment de l’Église – par exemple les lois de 1495 (art. 37-45), et de 1498 (art. 49-54). Plus particulièrement les lois stipulèrent l’interdiction pour les étrangers de mettre la main sur les biens de l’Église – par exemple en 1495 (art. 30-31), l’interdiction d’accumuler des biens (1498, art. 56). Mais surtout elles visaient à rogner le cercle de compétence des tribunaux ecclésiastiques, à empêcher les appels à Rome ou l’activité de magistrat des légats de la Papauté (par exemple 1492, art. 45-56, 1495, art. 10, 1498, art. 60-63). Désormais les attaques contre l’Église devinrent régulières. La période précédant Mohács vit la rupture presque totale entre la noblesse et les prélats. C’est la Diète tenue à Rákos au printemps 1525 qui alla le plus loin : l’article 48 suspendit le paiement de la dîme à l’Église. Les revenus de celle-ci devaient être destinés à l’entretien des châteaux frontaliers, la décision devant être adoptée définitivement fin juin à une nouvelle Diète convoquée à Hatvan. En même temps, les troupes des prélats devaient, compte tenu de la dîme, stationner auprès des châteaux. Finalement, à la Diète de Hatvan, l’archevêque d’Esztergom parvint à empêcher que l’Église soit privée de la dîme.

85Les prélats, ainsi que les aristocrates, avaient l’obligation de mobiliser des troupes. Mais contrairement aux seigneurs laïcs, le nombre de soldats levés par les prélats dépendait non point du nombre de tenanciers qu’ils avaient, mais de leurs revenus. D’après la loi de 1498 (art. 20) les treize évêques étaient tenus d’envoyer en tout 4 400 hommes, les johannites et les six principaux monastères 1350, sept chapitres collégiaux et cathédraux 1 000 chevaliers dans les armées du roi. Quant aux églises qui ne figuraient pas sur la liste, et qui auraient pu lever chacune moins de cinquante hommes, leurs tenanciers payaient au comitat un impôt appelé « impôt de combat », et le comitat levait lui-même les soldats correspondants. Les troupes ecclésiastiques de la loi de 1498 comptaient parmi les meilleures et dans les années précédant Mohács une partie d’entre elles séjournèrent en permanence dans la zone frontalière. Cela ne voulait pas dire que les prélats maintenaient tout le temps en armes le nombre d’hommes prévu par la loi. Nous savons que l’évêque d’Eger ne fournit jamais les 800 chevaliers qui constituaient sa part. Il est vrai que la solde annuelle de 400 cavaliers et de 400 hussards aurait été de 25 000 florins, alors que les revenus de l’évêché d’Eger pour 1525 étaient évalués à 22 000.

Les couches moyennes de l’Église et le clergé inférieur

86La couche moyenne de la société ecclésiastique était constituée principalement des chanoines des chapitres collégiaux et cathédraux. À la fin du Moyen Âge, il y avait 626 prébendes mais le nombre des chanoines était inférieur car l’accumulation des prébendes n’était pas rare. Entre les prébendes les différences pouvaient être considérables. Le chanoine d’un chapitre cathédral ou encore d’un grand chapitre collégial royal (Székesfehérvár, [Ó]buda, etc.) était bien plus riche que celui du chapitre collégial de Hánta. Nous pouvons aussi rattacher à la couche moyenne les curés les plus aisés, notamment ceux qui œuvraient dans les villes ou dans les principales bourgades agricoles. Il n’était par ailleurs pas rare que les prébendes des curés de village comprennent des tenures paysannes, sur lesquelles le curé jouissait du droit seigneurial.

87Les chanoines bénéficiaient des revenus des terres du chapitre ainsi que des parts de la dîme des chapitres cathédraux. Les principaux chapitres disposaient également d’un locus credibilis (tribunal), à la procédure duquel ils participaient tout en accroissant leurs bénéfices. Les cures urbaines bénéficiaient aussi des donations caritatives de leurs paroissiens, elles possédaient des vignes et des terres. Les cures des villes et des principales bourgades agricoles ne relevaient pas de la compétence de l’évêque ordinaire ni de l’archidiacre, c’est pourquoi elles pouvaient opérer comme tribunal ecclésiastique de premier niveau. Tout ceci permet d’affirmer que la fortune de la classe moyenne ecclésiastique était au niveau de celle des nobles moyens les plus riches.

88Pour accéder à ces fonctions il fallait être d’abord « présenté » par un patron à la hiérarchie ecclésiastique qui procédait à la nomination. Le chapitre cathédral et les principales collégiales étaient placés sous le patronage du roi. Le roi exerçait ce patronage soit personnellement, soit en déléguant ce droit à l’évêque diocésain ou au prévôt de la collégiale. La majorité des petites collégiales était sous patronage. De nombreux villages disposaient du droit d’élire leur pasteur. Cela ne signifiait pas que parfois le roi, ou un seigneur, ne faisait pas usage de ce droit. La paroisse principale de Buda, dite de la Sainte Vierge, où se retrouvaient les Allemands, appelée aussi église Saint-Mathias, a été dirigée à la fin des années 1460 par le chancelier du roi Mathias, Gabriel Matucsinai, avant qu’il n’occupe la fonction vacante d’archevêque de Kalocsa. Donc, la voie pour accéder aux prébendes passait par les patronages privés (fonction que pouvait assumer aussi le conseil urbain).

89Les prébendes des chanoines, surtout les dignités (prévôt, chanoine lecteur, chanoine chanteur, chanoine de garde, archidiacre) étaient souvent conférées par l’administration royale moyennant finances. Dans quatre chapitres de Hongrie occidentale, y compris Pozsony, 9 % des chanoines à l’époque de Mathias et des Jagellons avaient obtenu ainsi leur dignité. Souvent, les relations personnelles aidaient à l’obtention du titre de chanoine. Dans les quatre chapitres qui viennent d’être mentionnés, 26 % des chanoines pendant la même période étaient d’origine noble et aristocratique, 37 % étaient issus de la bourgeoisie des villes et des bourgades agricoles, 10 % étaient enfants de tenanciers vivant dans des villages et 8 % étaient étrangers. Le deuxième groupe constituant la classe moyenne de l’Église, les curés des localités les plus importantes, contenait davantage d’éléments bourgeois. Il a été prouvé que le curé ayant des prébendes était souvent membre de la famille d’un conseiller urbain. Donc une partie considérable de cette couche qui avait un niveau de vie et des revenus comparables à ceux des nobles moyens les plus riches n’était pas rattachée à la noblesse.

90Sur les membres de ces quatre chapitres, 39 % avaient fréquenté pour plus ou moins longtemps une université étrangère. C’est là en soi un nombre considérable mais la plupart d’entre eux n’y passaient que peu de temps sans pour autant en sortir avec un diplôme. Nous avons vu que chez les évêques, le nombre de ceux qui avaient fréquenté une université était quelque peu supérieur, il frisait les 50 %. Les chanoines participant au fonctionnement des loci credibiles avaient besoin non point tant des connaissances dispensées par les universités mais bien plutôt de la connaissance du droit coutumier, qui ne pouvait être acquise que sur place, par la pratique. Dans le cas des chanoines, il ne fallait même pas être prêtre. Nous avons connaissance de chanoines qui, comme les prélats, finirent par se marier et continuèrent leur existence en tant que laïcs. Les seules informations dont nous disposons sont celles du chapitre de Győr, où, en 1511, 24 chanoines étaient prêtres, certains avaient embrassé la prêtrise alors qu’ils étaient chanoines et huit d’entre eux ne firent pas le pas.

91Nous avons peu de renseignements sur le bas clergé, catégorie populeuse et moins homogène. En faisaient partie les détenteurs de prébendes peu rentables (par exemple les responsables d’autels, les simples prêtres des cathédrales et surtout les vicaires qui étaient payés par leurs supérieurs, les curés). Leur situation était bien la plus difficile car, à la différence de ceux jouissant de prébendes, ils pouvaient être renvoyés du jour au lendemain. Il faut ajouter la majorité des curés de village. En majorité, les représentants du bas clergé, qui comportait plusieurs milliers de personnes, étaient d’origine paysanne. Ils avaient un niveau de vie comparable à celui des maîtres d’école. Ceux-ci, en général des laïcs, provenaient souvent des couches inférieures de la société et, tout en pouvant se marier, bénéficiaient des privilèges des ecclésiastiques. Au début du xvie siècle, à l’occasion de l’assassinat de l’instituteur de Pásztó, le seigneur fut excommunié car l’instituteur étant acolytus (membre de l’ordre le plus bas de l’église), il était considéré comme un ecclésiastique. La différence était grande entre le responsable d’une école capitulaire ou urbaine, maître d’école bien payé, et l’instituteur de village – les maîtres d’école eux non plus ne constituaient pas une couche homogène.

Stagnation des ordres monastique traditionnels, succès des mendiants

92Du point de vue de leur organisation, la différence est grande entre les ordres monastiques (en Hongrie ce terme recouvre principalement les bénédictins, les cisterciens et les prémontrés), qui jouissaient de fortunes relativement importantes, et les ordres mendiants (franciscains, dominicains, « ermites » augustiniens et carmélites). Les monastères étaient indépendants les uns des autres. Les moines n’entraient pas tant dans un ordre que dans un monastère donné. Le supérieur du monastère, le père-abbé (le prévôt chez les prémontrés), dirigeait à vie le monastère de son « autorité paternelle ». Pour ce qui est des ordres mendiants (et des paulistes), le futur religieux entrait dans l’ordre et pouvait être muté du jour au lendemain dans un autre couvent. L’organisation interne était bien plus démocratique. Les abbés et les prévôts étaient en principe élus mais dans la pratique le droit de patronage s’appliquait de telle façon que c’était au patron de décider qui dirigerait le monastère. En conséquence les moines élisaient non point un abbé, mais seulement un responsable mandaté (prieur ou gardien). Les couvents des ordres mendiants étaient organisés en provinces dirigées par un responsable provincial, qui disposait du droit de décision avec un vicaire provincial élu. À l’exception des carmélites, les différents ordres considéraient la Hongrie comme une province ; les carmélites hongroises relevaient de la province d’Allemagne du Sud.

93La différence était grande aussi entre les monastères. Les domaines des grands monastères sous patronage royal correspondaient aux grandes seigneuries nobiliaires, mais le pays comportait beaucoup d’abbayes disposant de toutes petites propriétés, souvent sous le patronage d’un noble insignifiant.

94Comme nous l’avons vu, les lois de 1498 avaient inscrit les six principaux abbés parmi les ecclésiastiques bannerets : il s’agissait des abbés bénédictins de Pannonhalma, de Pécsvárad, de Szekszárd et de Zobor, de l’abbé cistercien de Pétervárad et du prieur chartreux de Lövöld. L’ordre ermite des chartreux (kartauz) était considéré comme monastique dans la mesure où il était régi par la règle bénédictine. Même un monastère relativement modeste comme l’abbaye cistercienne de Szentgotthárd au xvie siècle possédait 415 agglomérations paysannes habitées. En 1494, l’abbaye bénédictine de Béla en Slavonie avait négligé de payer l’impôt sur 313 foyers – elle en possédait sans doute davantage.

95Grâce à leurs revenus, les monastères auraient pu jouer un rôle considérable dans la vie du pays. Pourtant, ce ne fut pas le cas. C’est au milieu du xve siècle que s’engage le processus qui enlèvera la direction des monastères aux différentes congrégations monastiques. Ceci s’explique par le fait que les patrons, le roi en tête, ne désignèrent pas à la tête des monastères des abbés membres des ordres, mais de plus en plus des « commendataires ». Le commendataire pouvait être un laïc. Donc les patrons abandonnaient les revenus du monastère à une personne extérieure mais bien sûr à condition qu’elle veille à satisfaire les besoins des moines et à préserver l’essentiel des bâtiments. Mathias par exemple, avait donné les principaux monastères – les six abbayes bénédictines et les deux prémontrées – à Jean Vitéz. Il arrivait certes que les commendataires se soucient effectivement du monastère qui leur était confié mais ce n’était nullement le cas général.

96Les monastères étaient donc principalement des instruments pour le Trésor et la politique du roi qui était suivi par la plupart des patrons. La conséquence en fut un relâchement considérable de la discipline monastique et le dépeuplement presque total des monastères. Les moines ne bénéficiaient pas non plus d’un grand respect de la part de l’opinion publique. Dans les nombreux testaments qui nous sont restés de la fin du Moyen Âge nous trouvons peu de legs en faveur des ordres monastiques (il y en a davantage en faveur des ordres mendiants ou des paulistes, ou encore des cures et des chapelles). Quand, en 1508, eut lieu une visite des dix-sept abbayes bénédictines, les représentants de l’Église rencontrèrent, outre les abbés commendataires, en tout quarante-six moines, un laïc et deux prêtres séculiers : il y avait donc en moyenne moins de trois moines par monastère !

97Cette situation ne laissait pas indifférente la conscience des monarques : Mathias, qui avec l’institution des abbés commendataires avait plutôt nui à la vie monastique, tenta une réforme. En 1478 il demanda au chapitre général des cisterciens un nombre important de moines, pour qu’ils repeuplent les abbayes. En réponse à cette demande, de nombreux cisterciens allemands arrivèrent en Hongrie. En 1489, avec l’aide du légat du pape Pecchinoli, il voulut procéder à une réforme de l’ordre des bénédictins. Mais il n’y eut point de véritable réforme avant Vladislas II. Matthieu Tolnai, officier de la Couronne, reçut l’abbaye de Pannonhalma à titre de pension et décida la réforme de l’ordre bénédictin. Il y entra et, une fois qu’il fut devenu abbé de plein droit, mit à profit ses relations à la cour pour soumettre toutes les autres abbayes hongroises à celle qu’il dirigeait et en qualité d’archi-abbé s’employa à rétablir l’ordre dans la vie monastique. Chez les prémontrés, la réforme fut faite par Uriel Majtényi et de François Fegyvernek. Ces deux réformes pouvaient compter de temps à autre sur le soutien de la cour. Mais la plupart de leurs résultats furent anéantis par l’occupation turque et par la Réforme.

98Les ordres mendiants n’avaient en général pas de terres, tout au plus, comme les paulistes, possédaient-ils des vignes, des étangs poissonneux et des immeubles. Comme les quatre ordres mendiants étaient plus directement en rapport avec la vie séculière, leurs couvents se trouvaient plutôt dans les villes et dans les bourgades agricoles. Si les membres des ordres monastiques traditionnels avaient rarement une formation universitaire, les ordres mendiants veillaient jalousement à la formation de leurs religieux, ils entretenaient des établissements supérieurs et souvent envoyaient leurs novices à l’université. Leurs moines étaient compétents en matière de théologie. Ils maîtrisaient l’art de la prédication et se montraient efficaces dans leurs activités pastorales : cela leur permettait de jouer un rôle important dans la vie des villes, et parfois aussi d’être les confesseurs des aristocrates. Cette organisation construite sur un principe démocratique articulé à partir de la base, qui assurait à son général romain élu par le grand chapitre de l’ordre un grand pouvoir, était un excellent instrument pour la Papauté. En revanche le siège du général de l’ordre pauliste, qui avait été fondé en Hongrie, se trouvait à Budaszentlőrinc, même si l’ordre avait des couvents de la Pologne au Portugal.

99Les ordres mendiants, comme leur appellation le montre, se donnaient comme objectif de vivre dans la pauvreté apostolique. Pourtant, ils avaient progressivement accumulé des fortunes mineures. Ceci explique la lutte permanente entre les partisans du respect de la rigueur originelle de la règle (dits les observants) et ceux qui possédaient les biens en question. Chez les franciscains, ce différend conduisit même à une scission. Au milieu du xve siècle, de plus en plus de couvents hongrois furent repris par les observants (même ceux de Buda et de Pest), souvent d’ailleurs avec le soutien du roi ou des seigneurs fonciers. Ailleurs de nouveaux monastères observants virent le jour. Dans la Hongrie de la fin du Moyen Âge, les deux tendances coexistaient chez les franciscains : il y avait côte à côte une province observante et une province conventuelle (c’est-à-dire interprétant la règle de manière moins stricte).

100Au début du xvie siècle, la province observante disposait en Hongrie de soixante-dix couvents où vivaient 1700 religieux. Ceci montre bien que les ordres mendiants et les paulistes représentaient une force numérique et surtout spirituelle non négligeable. La plupart de leurs membres étaient des bourgeois des villes et des bourgades agricoles. Leur haut niveau de formation, l’activité pastorale menée au sein du peuple, renforcèrent chez eux la réceptivité aux courants d’opposition. Ce n’est pas un hasard si nous trouvons parmi les idéologues de la guerre paysanne de 1514 des franciscains observants.

101Nous ne savons toujours pas pourquoi il y avait en Hongrie bien moins de monastères de religieuses qu’en Europe occidentale. La plupart des congrégations monastiques avaient bien des monastères féminins mais leur nombre n’atteignait pas celui des monastères masculins. Les dominicains et les franciscains fondèrent eux aussi des couvents (dans le cas des franciscains, les clarisses). En Hongrie les principaux couvents étaient celui de l’île Sainte-Marguerite (dominicaines) et le couvent d’Óbuda (clarisses), fondés l’un comme l’autre par la famille royale : c’est pourquoi on y trouvait de nombreuses religieuses d’origine aristocratique. On ne peut pas pour autant considérer que ces deux couvents aient été des institutions clairement aristocratiques, comme c’était le cas si souvent à l’étranger. En 1511, le cardinal Thomas Bakócz sépara du monastère de Somlóvásárhely, pour cause d’amoralité, la communauté de religieuses bénédictines, et la rattacha, avec l’assistance de François Fegyvernek, inspecteur de l’ordre, au couvent prémontré de Szeged. Parmi les vingt religieuses ainsi déplacées seules cinq étaient d’origine noble. La mère supérieure, Catherine Szegedi, était elle aussi bourgeoise.

102Dans les villes et dans les bourgades agricoles nous trouvons aussi les maisons de béguines. Les béguines menaient le même mode de vie que les religieuses, mais elles ne faisaient pas de vœux. Souvent il s’agissait de veuves de bourgeois, parfois de jeunes filles nobles. Elles étaient la plupart du temps sous la direction spirituelle des franciscains.

Une noblesse toute puissante mais hiérarchisée

La suprématie des magnats

103Pendant le règne de Mathias à côté des « véritables » barons est apparue une nouvelle couche en voie de formation, celle des barons « naturels », autrement dit « nominaux », enfants de barons qu’on appelait aussi de plus en plus souvent « magnats ». Cette couche ne s’était pas encore totalement différenciée de celles des seigneurs de la noblesse moyenne. Nous y trouvons des aristocrates aussi puissants qu’un Újlaki ou un Garai mais aussi des nobles à la position plus incertaine : outre la taille de leurs domaines, il fallait également tenir compte du prestige de leur famille. À partir des années 1460 les magnats ont été régulièrement invités aux réunions de la Diète et en même temps ils ont commencé à former le conseil élargi du roi. Deux conditions déterminaient l’appartenance à ce cercle. Comme le terme « conseil du roi » était synonyme de l’expression « les prélats et les barons », tous ceux que le roi avait élevés à la dignité de « véritable baron » devenaient automatiquement membre du corps des « prélats et des barons ». À deux ou trois exceptions près, ces personnalités gardaient les droits conférés par le statut de baron (invitation personnelle, adresse obligatoire avec l’expression « votre grandeur ») après avoir quitté leurs fonctions. Cela n’impliquait pourtant pas automatiquement que leurs enfants soient aussi considérés comme de « véritables barons », des magnats. C’est à ce point qu’intervenait la deuxième condition : le « fils de baron » (dit en hongrois « úrfi ») n’était considéré comme magnat que s’il était également grand seigneur. Cela signifie que nous ne trouvons pratiquement pas de grand seigneur qui n’ait été descendant en ligne directe d’un baron (fait exception la famille Jaksić Nagylaki, qui avait fui la Serbie). La plupart des barons en exercice étaient devenus grands seigneurs pendant la durée de leur fonction.

104Il était impossible d’accéder au cercle des grands aristocrates sans le soutien du roi : c’était en effet ce dernier qui nommait les barons et seule une donation ou un accord de sa part pouvait garantir la possibilité de transmettre les grandes seigneuries en héritage. Le conseil royal revendiquait le droit d’intervenir dans la nomination des barons. Mathias nomma beaucoup de « nouveaux hommes » « véritables barons », mais il éleva aussi à la dignité de baron des membres d’anciennes familles de magnats. Sous Vladislas II, le nombre des barons diminua, 53,8 % d’entre eux appartenaient à des familles faisant déjà partie de la haute aristocratie sous Sigismond, 13,5 avaient accédé à cette position sous Mathias et 32,7 % étaient les « nouveaux hommes » de Vladislas. La plupart des « nouveaux hommes » furent intégrés dans la couche dirigeante dans les premières décennies du xvie siècle, alors que le roi gouvernait avec sa femme Anne. À l’époque de Louis II, le nombre des « véritables » barons augmenta à nouveau (35 personnes en dix ans) : sur ceux qui n’étaient pas membres de l’ancienne aristocratie, 22,9 % avaient obtenu leur position sous Vladislas et 25,7 % étaient des « hommes nouveaux » de Louis II, lesquels étaient arrivés à cette situation uniquement après le mariage du roi avec Marie de Habsbourg. D’ailleurs les mesures servant au renforcement du pouvoir royal à l’époque des Jagellons correspondent aux années où la reine vivait elle aussi au château de Buda. Cette politique de redressement de l’autorité royale n’était pas étrangère au renouvellement de la couche des barons. Tous les « nouveaux barons » ne parvinrent pas à obtenir une place transmissible parmi les magnats, mais la plupart d’entre eux veillèrent soigneusement à mettre la main sur des terres. Les trois hommes les plus proches de Louis II, François Batthyány, Ladislas Móré et Alexis Thurzó, devinrent grands seigneurs grâce aux donations du roi.

105Malgré tout, le passage entre la couche dirigeante de la noblesse et le statut de magnat serait resté fluide si la loi de 1498 n’avait pas, presque insensiblement, établi une ligne de démarcation. En raison du péril turc, la Hongrie avait besoin d’une armée facilement mobilisable alors même que les revenus de la Couronne ne suffisaient pas à l’entretenir. Il fut décidé que la moitié de l’impôt « extraordinaire », dit d’assistance, voté par la Diète serait consacrée à lever une armée. Un effort exceptionnel fut bien sûr demandé aux principaux seigneurs ecclésiastiques. La majorité d’entre eux bénéficiaient aussi de la collecte de la dîme. Ils furent désormais obligés d’envoyer à l’armée royale un certain nombre de soldats. En ce qui concerne la haute aristocratie la loi de 1498 (art. 22) énumère trente-neuf seigneurs, auxquels s’ajoutaient les comtes Frangepán et Korbaviai, qui devaient recruter un nombre de soldats proportionnel au nombre de tenanciers leur appartenant. En échange, ils étaient autorisés à recouvrer la moitié des impôts dus à l’État par leurs tenanciers et à conduire leurs soldats au lieu de mobilisation sous leur propre drapeau (régiment banneret). On peut considérer que ces magnats exerçaient en moyenne leur autorité sur plus de mille familles alors que les seigneurs les plus importants de la noblesse moyenne exerçaient leur autorité sur moins de mille familles

106En soi la loi de 1498 ne suffisait pas à créer la haute aristocratie, mais elle a certainement influé dans le sens de la constitution d’une couche supérieure. Les seigneurs dont le nom ne figurait pas à l’article 22 ne disposaient pas de la moitié de l’impôt des tenanciers et se trouvaient soumis aux comitats. Ceux-ci avaient obtenu, à égalité avec les prélats et les magnats, le droit d’entretenir une armée. Les responsables des comitats ont pu ainsi faire défiler à plus d’une reprise leurs troupes à la Diète. Ceux dont les noms étaient omis dans la loi de 1498, c’est-à-dire les propriétaires de terres dont la taille ne permettait pas la possession de troupes autonomes, étaient automatiquement exclus du corps des magnats. C’est là que réside l’importance de cette loi : un descendant de barons peut demeurer parmi les magnats ou non suivant la taille de ses possessions. Comme la situation de la propriété pouvait évoluer, la liste était modifiée en permanence.

107Cela ne voulait bien sûr pas dire qu’un seigneur issu de la moyenne noblesse nommé « véritable baron » n’ait pas pu compter parmi les barons. Mais si, pendant la durée de son mandat, il ne parvenait pas à accumuler une fortune suffisante, lui et ses successeurs risquaient de se retrouver exclus de la haute aristocratie. C’est pour éviter ce cas de figure – à l’image de modèles étrangers – qu’à l’époque des Jagellons certaines familles tentèrent d’obtenir un titre de baron héréditaire. Jusqu’alors, si nous laissons de côté quelques familles des marges occidentales, comme les comtes Szentgyörgyi et Frangepán qui, suivant un modèle étranger, s’étaient tout simplement arrogé le titre de barons, cette pratique n’existait pas en Hongrie. Plusieurs barons obtinrent le titre de « baron libre » autrement dit héréditaire, tels que les Podmaniczky, Ambroise Sárkány, les Enyingi Török et d’autres. De tels cas étaient encore rares : parmi les aristocrates indiscutables, les seuls détenteurs de ce titre étaient les Drágffy, lesquels par ailleurs ne s’en servirent guère.

108La haute aristocratie entendait se différencier de la moyenne noblesse également à l’aide de signes extérieurs. Certains seigneurs s’étaient vu reconnaître par Mathias le droit d’utiliser le sceau de cire rouge. À la fin de l’époque des Jagellon, pratiquement toute la haute aristocratie s’en servait pour cacheter ses documents. Alors qu’avant seuls les barons en exercice, les « véritables » barons, et tout au plus quelques chefs de familles de grands seigneurs étaient appelés « votre grandeur » (leurs fils cadets ayant droit au titre de « distingué » [en hongrois : vitézlő, en latin egregius]), désormais pratiquement tous les membres de sexe masculin des familles de la haute aristocratie étaient « votre grandeur ».

109Les magnats étaient de très grands seigneurs. La plupart d’entre eux avaient transformé le centre de leur domaine en siège permanent. Ils y disposaient d’une confortable résidence, la plupart du temps un château à côté d’une bourgade agricole, d’un monastère mendiant ou pauliste, qui servait en même temps de cimetière au baron et à sa famille. Le siège permanent était la résidence de la famille du magnat, lequel séjournait souvent à la cour ou ailleurs. C’est là qu’étaient administrés les terres et les domaines. Le seigneur avait son conseil particulier, formé de ses principaux familiers, des capitaines du guet administrateurs de ses domaines, des responsables de sa cour et – s’il occupait des fonctions au niveau de l’État – de ses remplaçants (vice-voïvode, vice-bán, vice-ispán), dont les avis comptaient. L’environnement d’un grand seigneur était une copie de la cour royale à petite échelle, avec les dignités, la chancellerie, etc.

Le magnat et ses familiers

110Plus un seigneur était puissant, plus son entourage de familiers était prestigieux. C’est ainsi que des nobles ayant eux-mêmes plusieurs centaines de tenanciers pouvaient entrer au service de tel ou tel magnat. Par leur intermédiaire, l’influence du magnat s’étendait bien au-delà des frontières de son domaine. Là où le pouvoir du baron était particulièrement évident, il pouvait contraindre les nobles les plus prestigieux à devenir ses familiers, même par la violence. Nous en avons des preuves par exemple dans le cas du futur roi de Bosnie, Nicolas Újlaki. Cependant plus un familier était riche, plus il fallait le rémunérer. En 1505 par exemple, Jean Ernuszt Csáktornyai (le jeune) engagea pour un an Balthazar Batthyány, un riche propriétaire de plus de mille tenanciers, pour être capitaine du guet de Szentgyörgyvár, de Prodaviz et de Kapronca. Entre autres, Jean Ernuszt dut lui promettre 800 florins, 2 000 mines/banneaux de vin et 600 d’avoine. Le domaine cédé par le magnat au capitaine du guet ne lui rapportait que de modestes revenus mais ceux-ci étaient compensés par le gain d’un soutien important. Les seigneurs importants qui n’occupaient pas d’office d’État ne faisaient face à leurs obligations qu’à l’aide de revenus « d’appoint » : les dépenses pour l’administration du domaine, l’entretien des régiments bannerets et les frais de représentation avalaient une grande partie des recettes. Le roi pour sa part pouvait exercer son influence sur l’aristocratie grâce à la nomination des véritables barons et des ispán de comitat.

111La conséquence naturelle était que les membres de la moyenne noblesse qui assumaient le service de familiers se portaient plutôt bien, dans la mesure où, en tant que capitaines du guet, ils bénéficiaient de revenus supérieurs à ceux que leur rapportaient leurs propres terres. Là où le nombre et le pouvoir des nobles moyens étaient considérables, ils pouvaient amener le magnat à choisir ses familiers parmi eux. Dans ce cas, ce sont eux qui dictaient les conditions. Ce n’est pas un hasard, par exemple, si en Slavonie, parmi les vice-bán, un certain nombre a servi des báns différents. Nous constatons le même phénomène à propos des comitats et aussi, en partie, des vice-ispán. Les termes du conflit principal étaient les suivants : alors que le magnat aurait voulu décider lui-même du recrutement de ses familiers ainsi que de la durée de leur service, les nobles voulaient pouvoir quitter n’importe quand le seigneur qu’ils avaient choisi de servir.

112Mais ce n’était pas là la plus grave des contradictions. En principe, les nobles étaient soumis uniquement à la justice royale, notamment dans les affaires de propriété. Or que se passait-il, quand un familier, dans le cadre de son service, commettait une infraction, par exemple se rebellait contre le grand seigneur ou bien commettait un abus de confiance en détournant des fonds ? Dans ce cas, les magnats voulaient châtier eux-mêmes leur serviteur infidèle alors que la noblesse moyenne, comme le prouve le Tiers Livre de Werbőczy, luttait contre la justice seigneuriale. Tout semble montrer que jusqu’à la première moitié du règne des Jagellons, ce sont les intérêts des magnats qui l’ont emporté ; mais, plus tard, la noblesse moyenne – avec l’appui de la Diète – prit la défense, dans des cas précis, de familiers mis en prison par les grands seigneurs : le pouvoir des magnats sur leurs subordonnés s’appliquait de plus en plus difficilement.

113Ce phénomène coïncide presque exactement avec une transformation interne de plus en plus claire de l’institution des familiers. Jusqu’au premier quart du xvie siècle, celui qui se mettait au service d’un aristocrate était souvent appelé familier, autrement dit, d’après le sens étymologique du terme, il était membre de la famille. Mais progressivement, à partir du dernier quart du xve siècle, cette expression fut remplacée par celle de servitor, le serviteur. C’est ainsi que des seigneurs importants sont appelés « serviteurs » de tel ou tel magnat. Manifestement cette évolution terminologique recouvre aussi une évolution dans la conception même des rapports : le nouveau terme souligne le pouvoir du seigneur mais aussi la disparition des anciennes relations, plus individuelles. Cette évolution est certainement liée aux transformations survenues dans les conditions de recrutement et de travail des familiers. L’ancien service pour une période indéterminée était désormais de plus en plus souvent remplacé par un contrat précis, la plupart du temps annuel, avec un paiement en argent. C’est ainsi que le rapport entre le magnat et son serviteur fut de plus en plus objectivé, impersonnel, ce qui ne veut pas forcément dire que certaines familles ne soient pas restées pendant des générations au service d’un seul et même seigneur.

114La situation du seigneur a été modifiée par la loi de 1498, qui fixait l’indépendance de la haute aristocratie. Comme seuls les grands seigneurs figuraient parmi ceux autorisés à avoir un régiment banneret, ceux-ci devaient veiller à préserver leurs domaines. Si par exemple un seigneur avait mille huit cents tenanciers et trois fils, chacun de ces derniers lors du partage de l’héritage paternel, risquait de ne pas dépasser 600 tenanciers et pouvait perdre ainsi le droit d’avoir des troupes sous son propre drapeau. Pour éviter ce cas de figure, une double stratégie était souvent mise en place : maintenir le plus longtemps possible, du moins juridiquement, l’intégrité du domaine en propriété commune, et se marier très tard (ou pas du tout), par exemple lorsqu’une dot considérable était en vue. La branche d’Ecsed des Báthorien est un excellent exemple. Sur les six fils d’Étienne, comte de la cour, mort en 1444, deux seulement se marièrent et Nicolas devint évêque. Le comte de la cour Étienne le jeune, voïvode de Transylvanie et vainqueur à Kenyérmező, mourut lui aussi vieux garçon. Seul l’un des frères, André, eut des enfants, il fut le premier à se marier et assura ainsi le maintien de la famille. Ses deux frères aînés avaient dépassé les quarante ans quand ils se marièrent, le palatin Étienne épousant une princesse mazovienne. Mais aucun d’entre eux n’eut d’enfants. La communauté de propriété resta intacte, bien que l’aîné des frères, l’écuyer Georges, administrât les domaines de Hongrie méridionale depuis son siège de Bábocsa. Les frères Szapolyai, eux aussi, se gardèrent de se partager les terres et restèrent célibataires jusqu’à Mohács. Jean avait déjà la cinquantaine et était devenu roi quand il se maria. Mais cette stratégie risquait facilement de conduire à l’extinction des familles.

115Comment distinguer les causes des conséquences ? La question se pose de savoir jusqu’à quel point ce phénomène pouvait représenter un danger pour l’unité du pays et encourager la constitution de cellules territoriales trop puissantes. Incontestablement – partiellement pour des raisons extérieures – ce danger exista, notamment dans les années 1440 et 1450, si nous considérons par exemple la puissance de Jiskra en Hongrie du Nord. Entre 1490 et 1492 il n’était pas non plus exclu que Maximilien et Jean-Albert se partagent le pays au détriment de Vladislas II. Cela n’aurait pas pour autant signifié que l’aristocratie hongroise mette en place un nouveau pouvoir autonome dans les provinces. Les magnats préféraient établir leurs sièges dans les régions frontalières, mais cela ne présentait guère de danger, dans la mesure où les résidences étaient proches les unes des autres : les voisins auraient empêché toute tentative de la part de l’un d’entre eux. Du point de vue matériel, les magnats dépendaient du roi, alors même qu’ils n’avaient pas pu arracher la moyenne noblesse à la justice de ce dernier. En principe, seuls le voïvode de Transylvanie et les báns, pouvaient rendre la justice sur les nobles dans leurs provinces : ils étaient ainsi les seuls à pouvoir transformer leurs provinces en principautés.

116Cela fut même tenté en 1467, lors de la dite révolte de Transylvanie. Mathias lui-même reconnut le danger quand il supprima après la mort de Nicolas Újlaki le huitième tribunal de Macsó, mettant ainsi pratiquement un terme au pouvoir héréditaire des Újlaki sur certains comitats méridionaux. Les Jagellons, malgré leur faiblesse, parvinrent en 1493 à démettre le voïvode Étienne Báthori, qui avait accumulé un pouvoir beaucoup trop grand. Il est vrai cependant que la révocation du bán de Slavonie André Both, à la fin de la première décennie du xvie siècle, s’avéra nettement plus compliquée. Mais tout compte fait il semble possible d’affirmer que l’unité territoriale du pays n’était nullement menacée de l’intérieur.

La hiérarchisation de la noblesse

117Dans une source immédiatement antérieure à Mohács les nobles moyens les plus importants sont au nombre d’une ou deux familles par comitat. Ils ont droit au titre de vitézlő, autrement dit egregius. Cette appellation a commencé à se répandre dès la première moitié du xve siècle, désignant une catégorie antérieurement appelée magister. L’expression hongroise vitézlő est à rattacher au terme vitéz, signifiant « chevalier », et faisait référence à ceux qui étaient en mesure de se procurer l’armure particulièrement coûteuse des chevaliers et de vivre à la manière des chevaliers. La dénomination egregius était attribuée non seulement aux plus importants parmi les nobles (proceres), elle désignait également les membres des familles des « véritables barons » qui ne remplissaient pas de fonctions à la cour ; mais ces derniers avaient obtenu avant même Mohács le droit d’être appelés « votre grandeur ». Tout officier ou dignitaire important avait le droit d’être appelé vitézlő tant qu’il n’était pas représentant du clergé ou bien – à la fin de cette période – s’il n’était pas magnat. Les ispáns de comitat, les capitaines du guet des châteaux appartenant au roi, les ispáns des chambres de la monnaie, du sel ou du trentième, les sénéchaux, etc., étaient vitézlő, indépendamment de leur origine, même s’ils étaient parfois fils de bourgeois ou de paysans. Il est vrai que leur rémunération correspondait aux revenus d’un domaine.

118Les vitézlő, c’est-à-dire la couche supérieure de la noblesse juste en dessous des magnats, n’étaient pas sans importance pour l’ensemble du groupe aristocratique. Ils n’étaient pas nombreux, à peine quelques centaines de familles, face aux quarante familles de magnats. Burgio, nonce pontifical, présente en 1525 un aperçu de la noblesse hongroise, qu’il subdivise en trois groupes. Ces trois groupes émergent tout d’abord à l’intérieur même du groupe supérieur. Il y a tout d’abord ceux qui sont à la solde des magnats et combattent sous leurs ordres dans les zones frontalières. Le deuxième groupe gère leurs possessions en province, ne se présente pas à la Diète, tout au plus élit des représentants pour cette assemblée. Enfin le troisième groupe (élus à la Diète) n’est pas entièrement dissociable du premier, puisque de nombreux hommes politiques issus de la moyenne noblesse ont passé une partie de leur vie dans les châteaux des zones frontalières. Il apparaît ainsi que la plus grande partie de la noblesse ne participait guère à la vie politique. Ceux qui y étaient engagés, voire qui représentaient les intérêts des nobles à la Diète, étaient les familiers des seigneurs, désormais leurs servitores. La vision du nonce est confirmée par les sources et fait ressortir un phénomène curieux : la lutte de la moyenne noblesse contre les grands seigneurs était menée par des chefs militaires au service de ces mêmes grands seigneurs, illustrant ainsi la crise des rapports entre seigneurs et serviteurs dans les décennies précédant Mohács.

119Bien qu’en politique, et dans l’attribution des principales charges aux familiers-serviteurs, ce soit la couche supérieure de la noblesse moyenne qui était aux premières loges, l’accès n’en était pas pour autant entièrement fermé aux couches inférieures. La promotion sociale demeurait possible, par l’intermédiaire du service : mais par rapport aux magnats, dont la voie passait presque exclusivement par le service à la cour royale, les nobles pouvaient s’élever en tant que familiers des grands seigneurs, mais uniquement jusqu’à la couche supérieure de la moyenne noblesse. Ce n’est pas un hasard si sur les cinq cents députés de comitats connus à l’époque des Jagellons en tenant compte des élus au conseil du roi issus de la moyenne noblesse, un cinquième était vice-ispán, à savoir familier d’un ispán. Parmi eux, il n’y a pas seulement des vitézlő, mais aussi des nobles d’origine plus obscure (comme Albert Péterfalvi Nagy, vice-ispán d’Ugocsa et député à la Diète, qui était capitaine du guet de Nyalábvár de l’ispán Gabriel Perényi).

120Une grande majorité de la noblesse, les deux tiers, était composée de familles ne possédant qu’une parcelle et quelques tenanciers. La loi de 1459 (art. 11) et celle de 1463 (art. 2) distinguaient pour ce qui est du service militaire, les nobles à une parcelle, et, dans la loi de 1459, la dite « noblesse inférieure », possédant moins de dix tenanciers par famille. Tout semble prouver que la majorité de la noblesse appartenait à cette catégorie. D’après le registre fiscal du comitat de Veszprém pour l’année 1488, sur les 532 propriétaires fonciers appartenant à la noblesse 80 % possédait une seule parcelle, 13,7 % d’un à dix portails de tenanciers, 4,9 % entre 11 et 100 portails, 0,6 % plus de 100 portails, ces derniers étant tous des magnats. Ce comitat avait donc une noblesse où les pauvres étaient prédominants. Il semble certain que la noblesse dite « inférieure » était la catégorie suivant immédiatement les nobles à une parcelle. Comme le revenu par portail paysan était d’un à deux florins, les « nobles inférieurs » disposaient ainsi tout au plus d’un revenu de vingt florins, s’ils n’exploitaient pas eux-mêmes leurs terres, comme les nobles à une parcelle. Si nous comparons ces revenus à ceux des soldats d’infanterie, dont la solde était de deux florins par mois, nous pouvons apprécier à quel point la noblesse hongroise était majoritairement pauvre.

121La couche moyenne de la noblesse était composée des familles possédant entre dix et deux cents tenanciers. Au-dessus de ce chiffre, il s’agit déjà de la couche supérieure, dont les membres pouvaient arriver jusqu’à posséder un millier de tenanciers : En 1499, l’une des branches de la famille Derencsényi avait 201 tenures réparties en quarante villages ; en 1525 les Forgách en avaient 683 dans trente-sept localités. Les Derencsényi faisaient partie de la couche inférieure de la haute noblesse, mais comme leur autorité s’étendait sur quarante villages, ils exerçaient leur influence sur un territoire relativement étendu.

Une ascension sociale de plus en plus difficile

122La loi de 1498 avait exclu du groupe des magnats une catégorie dont les membres, en raison de leur fortune et surtout parce qu’ils étaient issus de barons, étaient de temps à autre inclus dans la haute aristocratie. La loi de 1498 (art. 2) avait établi l’élection de seize assesseurs nobles à la cour royale, et par là même au conseil royal. Il n’est pas étonnant que sept des seize premiers élus aient été des personnalités qui venaient d’être rejetées de la couche des magnats et qui, de la sorte, regagnaient une place au conseil du roi. La couche dirigeante de la moyenne noblesse était formée de personnes jouissant d’un grand prestige individuel, liées aux magnats par le mariage, ayant une expérience politique considérable : c’est de là que provient l’immense majorité des personnalités politiques. Cela ne suffisait pourtant pas à leur donner accès à la couche des barons. Sur les cinquante-quatre assesseurs au conseil royal issus de la moyenne noblesse dont nous connaissons l’existence par les sources, trois seulement arrivèrent à la dignité de « véritables barons », deux d’entre eux, Moïse Buzlai et Jean Pető, provenant de familles qui avaient déjà donné naissance à des barons. Sous le règne de Louis II la part des « rétrogradés » parmi les leaders de la noblesse avait déjà considérablement diminué.

123La participation des nobles moyens à la vie politique n’était donc pas un facteur de promotion sociale. Pourtant les nobles trouvèrent une méthode qui permettait à des « hommes nouveaux » de devenir barons. La loi de 1500 (art. 21) conférait au trésorier en fonction ainsi qu’à dix membres de la cour royale (aulicus), nominativement, le droit, analogue à celui des magnats, d’avoir un régiment banneret. Ainsi, ils avaient le droit de prélever sur leurs tenanciers l’« argent pour la guerre » et de conduire les soldats recrutés par eux sous leur propre étendard dans l’armée royale. Cette liste ne cessa d’être allongée jusqu’à Mohács. Il semble que les fils pouvaient hériter de ce droit (manifestement à condition de servir à la cour, autrement le roi l’octroyait à quelqu’un d’autre). Parmi les « dix premières personnalités » quatre devinrent « véritables barons » avant Mohács, de même que les fils de deux d’entre elles. La mobilité sociale était de moins en moins encouragée : le chemin étroit de la promotion n’était praticable en réalité que par les membres de la cour royale. C’est là tout ce qui reste de la « noblesse de la cour » qui avait joué un si grand rôle à l’époque des Angevins et de Sigismond.

124La plus grande partie des domaines de la Couronne liés aux honor ayant été distribuée en donations, Mathias lui-même ne disposait plus de ce type de domaine à offrir pour l’entretien de sa cour. Qui plus est, le roi – à l’exception des honor du voïvode de Transylvanie, et des ispán de Pozsony, des Sicules et de Temes – gérait tous les autres terres de la Couronne, celles qui lui restaient ou celles qu’il avait recouvrées, comme tout autre seigneur. Néanmoins, le pouvoir et l’influence du personnel de la cour, dit noblesse de la cour, étaient toujours considérables. C’est là que se recrutaient les officiers des troupes royales, considérés comme l’élite des combattants, c’est à eux que le roi faisait appel pour maintenir l’ordre intérieur et pour effectuer les démarches ne demandant pas l’intervention du tribunal. Les chambellans (cubicularii) affectés au service personnel du roi jouaient un rôle particulièrement important : ce sont eux qui transmettaient à la chancellerie l’ordre d’établir des documents. Cette noblesse de cour était hétérogène. Il y avait des magnats, des représentants de la couche supérieure de la noblesse, mais aussi des personnes issues de la moyenne et de la basse noblesse ainsi que quelques bourgeois. C’est naturellement cette couche au poids numérique considérable qui avait le plus de possibilités de promotion sociale. Immédiatement avant Mohács, le plus pauvre des rois hongrois, Louis II, rémunérait plus de deux cents « nobles de la cour », dont un tiers étaient chambellans. Comme aussi bien Mathias que les deux Jagellons régnaient aussi sur d’autres pays, une partie considérable d’entre eux, près de la moitié, était d’origine étrangère (Tchèques, Polonais, Allemands).

125Le passage du statut de noble à celui de magnat – sauf l’exception que représente la noblesse de la cour – n’est pas le seul domaine dans lequel la mobilité sociale devint de plus en plus difficile : nous constatons le même phénomène à propos du passage des couches sociales inférieures à la noblesse. Bien sûr, il y a toujours des cas d’anoblissement, avec ou sans donation de terres. Mais auparavant il y avait une petite porte par laquelle, semble-t-il, il avait été possible à un grand nombre de roturiers d’accéder à la noblesse. Cette possibilité était liée à l’institution du « quart des filles ». Les filles ne pouvaient prétendre qu’à un quart des domaines originels de leur père et elles devaient toucher l’équivalent de la valeur en argent. Cette règle cependant ne s’appliquait pas si elles épousaient un roturier. Dans ce cas, afin de ne pas devoir « aller se cacher sous un toit étranger », comme le disent les documents d’époque, la jeune fille recevait la valeur de son quart en nature. Comme les terres ainsi données étaient considérées comme nobles, l’on se trouvait face à une situation curieuse : un mari non noble se trouvait à gérer les terres nobiliaires de la famille de sa femme, dont ses enfants allaient hériter. Si personne ne s’y opposait, ils étaient tous tenus pour nobles : le mari « par l’épouse », les enfants « par la mère ». Nous avons un témoignage remontant au début du xvie siècle d’après lequel un noble propriétaire transmet à son beau-frère non noble plusieurs tenures paysannes, ce qui revient à l’anoblir. Tout ceci a été confirmé par un document judiciaire. C’est pourquoi le beau-frère « anobli » figurera par la suite à plusieurs reprises dans les documents en tant que noble. L’un des chefs de la noblesse moyenne au début du xvie siècle, Michel Gyáli Kenderes, élu assesseur au conseil royal, était issu d’une famille noble « par la mère ». Albert Péterfalvi Nagy, député d’Ugocsa et vice-ispán, était noble « par la mère et par l’épouse ».

126Dans la première partie de son Tiers Livre, titre 7, Werbőczy ne reconnaît pas ce type de noblesse, à moins que le roi n’ait conféré à la femme en question les droits de l’héritier mâle. Le point de vue de Werbőczy est justifié par le fait que la noblesse suivait le principe de la transmission de l’héritage en ligne masculine, ce qui en l’occurrence était en contradiction avec la réalité de la gestion des domaines nobiliaires. Il semble bien que dans le cas de la noblesse à une tenure ainsi que de la « noblesse inférieure » il ait été fréquent que des femmes nobles épousent des roturiers, puisque souvent le paysan disposant d’une tenure était en meilleure position économique qu’un membre de la petite noblesse. Ces anoblissements irréguliers conduisirent à de vives réactions. C’est ainsi qu’il y eut des protestations auprès du roi contre le fait qu’Albert Péterfalvi Nagy, tout en n’étant pas noble, pouvait être vice-ispán ; mais la plupart des témoins confirmèrent qu’il était bien noble et il put ainsi garder sa fonction. Il est frappant de constater que par exemple dans la région de Buda, après 1514 dans les villages habités par la petite noblesse, on voit disparaître la notation jusqu’alors assez fréquente, de « noble par l’épouse », alors que les « nobles par la mère » demeurent. Le processus, malgré ce phénomène, va pourtant dans le sens de la limitation de l’accès à la noblesse.

La parentèle nobiliaire

127Une autre interprétation possible de cette voie d’accession à la noblesse revient à dire que la parentèle nobiliaire acceptait le mari non noble d’une femme noble et leurs descendants. De toute manière les rapports de parenté jouaient un rôle considérable dans la vie de la noblesse médiévale. C’est ainsi que tous les descendants d’un ancêtre noble commun étaient désignés dans les documents hongrois par le terme collectif de generatio, le seul problème étant à ce sujet la confusion possible avec les familles seigneuriales mentionnées aux xiiie-xive siècles. Les terres ancestrales renvoient à l’ancêtre commun et tous les descendants mâles en ligne masculine y ont droit (les filles ayant droit au quart). C’est pourquoi les descendants sont appelés soit fratres generationales soit fratres condivisionales. Les membres de la parentèle ne perdent jamais leur droit aux terres ancestrales, même si les descendants les ont partagées entre eux : après l’extinction d’une branche, ce sont les autres fratres condivisionales qui en héritent. Si quelqu’un souhaite vendre une partie de ces terres, les membres de la parentèle jouissent du droit de préemption. En hongrois, le terme generatio de la fin du Moyen Âge a été traduit par l’historien du droit György Bónis atyafiság, dans la mesure où le terme atyafi, « parent », figure abondamment dans les documents d’époque. Erik Fügedi, pour sa part, qui a tout particulièrement travaillé sur cette question, utilise le terme de « clan » (mais ce mot ne désigne pas avec précision ce que recouvre en l’occurrence le terme latin generatio).

128Or dans la vie de la noblesse cette notion jouait un rôle non négligeable. L’intérêt commun provoquait chez les parents un certain sens de la solidarité. : Souvent, il faut tenir compte non point seulement d’une petite famille biologique, mais de toute la parentèle corrélée. En même temps, les terres nouvelles, reçues en donation ou ajoutées d’une manière ou d’une autre par un propriétaire aux terres ancestrales, ne relèvent plus de toute la parentèle, même si leur propriétaire continue à en être membre pour la part correspondante aux terres d’origine. Il en allait autrement pour la transmission des terres achetées : les filles aussi étaient partie prenante de la propriété mais celle-ci n’allait pas de pair avec un titre de noblesse.

129Pour les nobles, la stratégie matrimoniale était tout à fait essentielle. Les mariages permettaient de renforcer la cohésion de la parentèle. Les épouses riches apportaient leur dot et les mariages à l’intérieur d’une même couche sociale élevaient la conscience de solidarité de ses membres. Les études faites jusqu’à ce jour montrent que la noblesse foncière se mariait en général à l’intérieur de sa classe sociale. Les mariages « récurrents » étaient fréquents. Dans presque toutes les générations nous trouvons des mariages entre les mêmes parentèles. Ces relations s’établissaient en général dans le cadre d’un même comitat.

130Il en allait autrement dans la couche supérieure de la noblesse. Ces pratiques ne se généralisèrent qu’à l’époque des Jagellons, ce qui ne veut pas dire qu’elles aient été inexistantes auparavant. Mais il est fréquent de constater dans ce groupe que les familles, outre les relations familiales à l’intérieur d’un comitat ou d’une unité régionale, pratiquaient un cercle de mariages qui couvrait l’ensemble du territoire. Il n’était pas rare, par exemple, de voir des familles de Transdanubie, du Haut-Pays ou de Transylvanie contracter des mariages entre elles. Ceci montre que le réseau relationnel des familles de la haute noblesse s’étendait au niveau « national » : en raison de leur faible importance numérique, comme dans le cas des magnats, elles devaient veiller à élargir leur cercle d’influence, si elles ne voulaient pas perdre du terrain. Cette pratique est liée aux réunions de plus en plus fréquentes de la Diète et peut-être même aux réunions du tribunal de la cour royale, qui rassemblaient des seigneurs venus de Slavonie, de Transylvanie, du Szerémség et du Haut-Pays, où ils faisaient connaissance et où les pères ayant des filles à marier – comme en témoignent les sources – pouvaient commencer à choisir leur futur gendre. Les relations ainsi nouées rattachaient les nobles de tout le royaume et contribuaient à former un mode de pensée commun et à travailler ensemble sur le plan politique.

Petite noblesse et exemption fiscale

131Pour l’essentiel, les deux tiers des nobles étaient des paysans jouissant des droits de la noblesse : leur situation différait de celle des tenanciers uniquement dans la mesure où ils n’avaient pas à payer de cens aux seigneurs. La plupart des nobles à une tenure vivaient dans des villages particuliers, même si nous avons connaissance d’agglomérations où vivaient des paysans aussi bien nobles que roturiers. En raison des partages des parcelles, ceux qui vivaient sur des fractions de tenures avaient une vie particulièrement difficile : nous avons connaissance de parcelles constituées d’à peine quatre arpents. Ces nobles pouvaient entrer au service d’autres nobles en qualité de familiers, ce qui leur offrait des possibilités de promotion. Ils pouvaient s’enrôler comme combattants où pratiquer un métier d’artisan. Il y avait bien des tailleurs, des forgerons, des cordonniers ou des bouchers qui résidaient dans les villages de nobles. Il était beaucoup plus rare qu’ils choisissent des professions intellectuelles. Il y a des villages de nobles qui ont donné plusieurs avocats : il est probable qu’un noble du village faisant fonction d’avocat ait formé ses successeurs. D’autres devinrent greffiers à la cour ou se retrouvèrent dans les loci credibiles. Cette dernière couche revêt une importance considérable, car c’est par son intermédiaire que les problèmes des nobles à une tenure rejoignaient ceux des autres nobles. Enfin, une partie d’entre eux allait s’installer en ville ou dans les bourgades agricoles pour exercer des métiers bourgeois, artisans voire commerçants.

132Ce grand nombre de nobles pauvres jouissait de droits et de privilèges analogues à ceux des nobles de la couche supérieure. Ils pouvaient participer aux activités des tribunaux de leur comitat et aux assemblées générales, ils pouvaient élire les délégués à la Diète et, dans la mesure où les nobles étaient invités nominativement, ils pouvaient participer aux réunions de la Diète. Les différends concernant leurs terres étaient traités par la cour royale. Il y avait cependant un privilège qu’ils ne partageaient pas intégralement : l’exonération d’impôts. Les lois de l’époque de Mathias (1467, 1468, 1478 et 1482) reconnaissent encore l’exonération des nobles à une tenure, mais la reprise de ces lois montre que Mathias avait l’intention de les soumettre eux aussi à l’impôt. En 1483, il exonère d’impôts « pour toujours » les nobles à une tenure de Slavonie. En revanche, les instructions du prélèvement d’impôts pour 1487 prévoient explicitement l’imposition des nobles à une tenure. Le registre fiscal du comitat de Veszprém pour l’année 1488 ainsi que des documents de l’époque des Jagellons nous apprennent que l’obligation d’impôt concerne la taxe « exceptionnelle » d’un florin : à la différence des paysans, les nobles à une tenure n’avaient à payer qu’un demi-florin. Tout ceci montre que Mathias souhaitait priver cette couche massive de la noblesse de ses droits, totalement ou en partie ; mais la noblesse propriétaire prit sa défense, ce qui explique le compromis final du demi-florin.

133Entre la noblesse et les tenanciers nous trouvons diverses couches aux statuts différents. Il s’agit par exemple des nobles ecclésiastiques, descendants des serfs chevaliers de l’Église de l’époque arpadienne. Leur noblesse était à caractère local, ils étaient soumis à l’impôt et au paiement d’une certaine rente, mais dans certains cas ils disposaient d’une organisation et d’une autonomie semblables à celles des comitats, au même titre que les nobles au niveau national. Plusieurs évêchés et les principaux monastères étaient siège de noblesse ecclésiastique. Ce groupe comportait également les nobles dits « de château », ainsi que les prediálisok, lesquels, notamment dans le Haut-Pays et en Slavonie, à certaines conditions (souvent à condition de servir comme soldats), recevaient des terres. Dans la mesure où ils n’étaient pas nés nobles, leur titre de noblesse n’avait de valeur qu’au niveau local.

Diversification de la bourgeoisie

Le patriciat urbain

134Les membres des conseils urbains étaient en général élus dans un cercle restreint. Dans ce domaine, c’est dans la période entre le milieu du xive siècle et le milieu du xve siècle que se produisit une évolution considérable. Avant, les membres du conseil avaient le titre d’ispán, souvent leurs propriétés se trouvaient dans les villages aux alentours de la ville, ils participaient aux activités militaires comme les chevaliers. De plus, ils étaient actifs dans le domaine de la finance, ils commerçaient, c’est-à-dire qu’ils avaient des activités bourgeoises. Plus tard, ils se concentrèrent exclusivement sur l’activité d’entrepreneur, ce en quoi ils se distinguèrent de la noblesse foncière. Dans la littérature spécialisée, les membres de cette couche sont en général appelés patricius, patriciens. Peu de critères permettent de les caractériser. Le rang de patricien n’était pas héréditaire.

135Au tournant des xive-xve siècles, la couche dirigeante dans la plupart des villes hongroises changea : les membres de l’ancienne couche dirigeante soit allèrent s’installer sur leurs terres et menèrent la vie traditionnelle de la noblesse, soit s’assimilèrent à la nouvelle couche d’entrepreneurs. Ce n’est que chez les Saxons de Transylvanie que l’ancienne couche des magistrats urbains resta en place encore quelque temps. Cette couche est appelée geréb, mais eux aussi, après l’écrasement de la révolte de Transylvanie en 1467, disparurent (Mathias fit alors exécuter plusieurs geréb).

136Dans le cas des ispán ou des geréb, il est possible souvent de faire remonter à quatre ou cinq générations la transmission d’une position influente au sein du conseil : c’est cette couche qui ressemblait le plus aux patriciens des pays étrangers. Comme dans les villes hongroises la plus grande partie des bourgeois était d’origine allemande, les membres du conseil étaient la plupart du temps remplacés par des bourgeois venus de l’étranger. Ils avaient depuis longtemps des rapports commerciaux avec la ville hongroise concernée, en tant que marchands, et ils s’étaient procuré des parcelles de terre – maisons ou vignobles. Ici aussi, la transmission de l’influence par héritage se faisait sentir, mais elle s’exerçait surtout en ligne féminine. Il y avait peu de familles ayant participé à la vie politique pendant plus de trois générations. Le critère principal pour être patricien était la fortune. Elle permettait que dans les villes à population mixte (Buda ou Kolozsvár), ou dans celles à dominante hongroise (Pest, Szeged, Székesfehérvár), des Hongrois eussent accès aussi à la couche dirigeante. Les riches bourgeois d’origine hongroise étaient surtout commerçants (surtout en bétail et en vins), parfois ils étaient officiers de la Couronne ou exerçaient des professions intellectuelles. C’est cette couche qui portait le nom de « bourgeois », au sens étroit du terme (mais plus tard le sens élargi – « personne disposant des franchises bourgeoises » – s’est également répandu). Les gens s’adressaient à eux de manière différente par rapport aux autres bourgeois.

137Ceci ne signifie pas que seule cette catégorie ait pénétré les conseils urbains. À partir du milieu du xve siècle, il ne reste guère de traces de combats intestins dans les villes, alors qu’auparavant, il n’était pas rare que la moyenne bourgeoisie, et principalement les riches artisans, réclament leur part de pouvoir. À la fin du Moyen Âge cette lutte n’eut plus de sens, dans la mesure où les membres de la couche dirigeante prirent l’habitude d’élire dans les conseils quelques artisans. Les premiers à y parvenir furent des artisans-marchands, surtout des orfèvres, des pelletiers, des bouchers, etc. Ils pouvaient même devenir magistrats.

138Du point de vue de la composition de la couche urbaine dirigeante, les relations matrimoniales jouaient également un rôle considérable. Les membres de la couche dirigeante se mariaient la plupart du temps entre eux mais le cercle de leurs relations par alliance ne se limitait pas à leur ville. Il s’étendait à la couche dirigeante des autres villes avec lesquelles elle avait des rapports commerciaux. Les bourgeois urbains allemands avaient des liens de parenté entre eux et leur réseau s’étendait sur tout le territoire de l’Allemagne du Sud. Il était très rare, même à Buda, d’avoir des mariages mixtes entre les couches dirigeantes allemande et hongroise. À partir de 1439, les places au conseil urbain furent réparties entre les deux communautés sur la base du principe de parité. Le cercle familial des bourgeois hongrois touchait la couche analogue des autres villes hongroises et des bourgades agricoles les plus importantes, voire leur noblesse. Souvent, les nobles peu fortunés, mais disposant d’un domaine, obtenaient les franchises bourgeoises pour faire carrière dans une ville. Tel est le choix fait par Étienne Mikolai Angyal, un noble foncier du comitat de Fejér, qui au milieu du xve siècle fut au moins quatre fois premier magistrat de Buda. Par ailleurs, les artisans membres du conseil, hongrois ou allemands, se mariaient entre eux, et ne choisissaient pas leurs épouses dans la couche dirigeante. C’est ainsi que les relations matrimoniales reflétaient les interconnexions économiques et politiques.

139La chute de l’accroissement naturel de la population urbaine à la fin du Moyen Âge affecta non seulement la couche dirigeante mais aussi l’ensemble de la bourgeoisie urbaine. Il n’y a pratiquement pas de familles dont la durée d’existence dépasse les trois générations. À Buda par exemple à la fin du Moyen Âge, au moment de la mort du père, il y avait en moyenne 1,4 enfant vivant. Cela signifie que les villes étaient censées s’éteindre de manière naturelle dans un laps de temps prévisible. Autrement dit les villes durent avoir recours à l’immigration. Il est probable que – face à la noblesse et aux paysans – les bourgeois se mariaient plus tard et avaient donc moins d’enfants, sans compter que les conditions d’hygiène des villes médiévales favorisaient la propagation des épidémies. C’est ainsi que, contrairement à ce qui s’était passé au xive siècle, la couche dirigeante des villes évolua systématiquement et rapidement.

La moyenne bourgeoisie

140Une part considérable de la population des villes formait une catégorie appelée, pour simplifier, moyenne bourgeoisie. Elle comportait les plus modestes des commerçants, des artisans, ainsi que les propriétaires de petites parcelles. Dans la première moitié du xve siècle, cette couche tenta à plusieurs reprises d’accéder à la direction des villes, mais à l’exception de quelques riches artisans, comme nous l’avons vu, ses efforts échouèrent. Le phénomène démographique évoqué ci-dessus les affecta encore plus radicalement que les autres couches. De plus, le droit d’héritage urbain et les règles des métiers intervinrent dans la mise en place du profil démographique. Les biens d’un conjoint décédé revenaient à part égale à la veuve et aux enfants. Les règles des métiers, destinées à compliquer l’accès à la position de maître, contenaient des dispositions privilégiant les membres des familles. Les fils d’un maître étaient en général exonérés de la cotisation d’entrée dans la corporation ou de l’organisation du banquet, etc. L’ouvrier qui épousait la veuve ou la fille d’un artisan était dispensé de payer la moitié de la somme imposée aux autres. Ces dispositions rendaient le mariage souhaitable même avec une veuve de plusieurs décennies plus âgée que l’ouvrier, ce qui permettait non seulement d’hériter (par exemple d’un atelier), mais aussi d’accéder plus facilement au titre de maître. Ce principe de transmission eut pour conséquence que le nouveau mari de certaines bourgeoises reprenait parfois le nom de famille du mari précédent. Cette pratique se note également dans la couche dirigeante des villes.

141Il est plus difficile d’établir une ligne de démarcation entre la moyenne bourgeoisie et les couches inférieures qu’entre celle-ci et la couche supérieure. En principe, le critère pourrait être les franchises bourgeoises, dans la mesure où une partie des habitants des villes ne les avaient pas. Seuls pouvaient être bourgeois à part entière ceux qui étaient propriétaires d’une parcelle ou qui offraient une garantie de paiement de l’impôt urbain. La plupart des ouvriers ne jouissaient pas de ces franchises, mais ils devaient les avoir pour devenir maîtres. Cela ne veut pas dire que parmi les bourgeois de plein droit il n’y eût pas des gens relevant de catégories inférieures. Du point de vue des revenus, la population urbaine était fort différenciée. Les registres fiscaux retrouvés en portent abondamment témoignage. Dans la deuxième moitié du xve siècle (en 1459) 10 % de l’impôt de Sopron était couvert par la moitié des contribuables ; ce chiffre était de 7 % à Kassa (en 1480 environ), de 21 % à Bártfa (en 1484). Corrélativement, le quart de l’impôt était couvert à Sopron par 3 %, à Kassa par 2 % et à Bártfa par 4 % de la population. À Kassa, 65 % de la population payait moins d’un florin d’impôt, quatre personnes payaient plus de 10 florins, le principal contribuable étant François Szatmári, avec 35 florins. Tout ceci montre qu’il fallait compter sur une couche dirigeante restreinte, variable suivant les villes. À Sopron, en 1459, 3,9 % de la population ne payait pas d’impôt ; 51 % payait moins d’un demi-florin ; 42,1 % entre un demi-florin et cinq florins, 3 % plus de cinq florins. Nous ne pouvons sans doute pas considérer l’ensemble des 51 % de la population qui payaient moins d’un demi-florin d’impôt comme faisant partie de la couche inférieure, ceux qui payaient entre un demi-florin et cinq florins formant la couche moyenne. Sans doute la frontière passait à l’intérieur du groupe payant moins d’un demi-florin.

142La bourgeoisie moyenne n’était pas une couche homogène, les recensements montrent de grands décalages de revenus. Le lien entre tous était les franchises bourgeoises et les privilèges y afférant. Leur situation est comparable à celle de la noblesse, couche dont la majorité des membres avait moins de 10 tenanciers. Alors que dans les comitats, c’étaient les vitézlö qui détenaient l’autorité, dans les villes, c’était la couche supérieure de la bourgeoisie. La grande masse des bourgeois pouvait tout au plus placer quelques-uns de ses représentants les plus talentueux au conseil municipal.

Au bas de l’échelle sociale : prolétariat urbain et Juifs

143La couche inférieure de la population des villes comportait – à quelque chose près – les personnes n’ayant pas d’assiette fiscale, les bourgeois qui ne payaient pas d’impôts, les contribuables les plus pauvres et les habitants n’ayant pas les franchises bourgeoises. Cette couche était loin d’être homogène et sa taille, faute de sources écrites la mettant en rapport avec le reste de la population, reste indéterminée. On y trouvait d’abord les compagnons et les apprentis, qui, de manière générale, ne devenaient citoyens que lorsqu’ils accédaient au statut de maître. Cette catégorie relativement nombreuse et fort mobile vivait dans des foyers d’artisans ou parfois chez le maître. Souvent, les compagnons membres d’un métier fondaient des unions, qui en même temps servaient d’associations d’entraide, et, dans la mesure où elles étaient prêtes à collaborer avec les maîtres, elles assuraient la discipline parmi les compagnons. Les règlements de ces associations révèlent que les ouvriers avaient coutume de fréquenter les tavernes, de jouer aux cartes et aux dés : les associations entendaient encadrer et limiter ces activités. De plus, elles veillaient sur les intérêts de leurs membres.

144Cette couche numériquement importante, organisée, aurait été en principe capable d’intervenir dans la vie de la cité mais les membres des associations changeaient souvent car une partie des compagnons finissaient par devenir maîtres. À la fin du Moyen Âge, l’accession au statut de maître était devenue nettement plus compliquée et il était fréquent qu’un ouvrier garde plus longtemps qu’avant son statut de compagnon. Les compagnons d’ailleurs n’avaient guère intérêt à compromettre leurs relations avec leurs maîtres, car cela aurait mis en question leur éventuelle promotion. Il est donc impossible de parler sérieusement de mouvements de contestation.

145La couche inférieure de la société comptait également les journaliers, les domestiques, ainsi que ceux qui exerçaient « une profession malhonnête ». C’est surtout dans les villes à vignobles que l’on trouve un grand nombre de journaliers. Certains parvenaient même à acquérir quelques vignobles et à obtenir de la sorte les franchises bourgeoises, mais ce n’était certainement pas la majorité. Seuls 14,3 % des propriétaires de vignobles en 1505 à Buda étaient ouvriers agricoles (il est vrai qu’ils produisaient moins de 50 banneaux de vin chacun).

146Il ne faudrait pas oublier tous ceux qui se livraient à des « professions infamantes » et qui étaient relativement nombreux. Les personnes issues de telles familles n’avaient aucun espoir d’adhérer à une corporation ou de devenir bourgeois, car pour obtenir les franchises bourgeoises il fallait pouvoir prouver, documents à l’appui, que les parents avaient exercé une profession honnête. Cette catégorie comprenait les filles de joie, fort nombreuses dans les grandes villes. Elles sont mentionnées dans les textes juridiques de l’époque, les bourreaux, ainsi que les musiciens ambulants et les bouffons. Une partie de ces derniers possédait même des parcelles. Dans toutes les villes nous trouvons, parfois même parmi les bourgeois, des luthistes, des violonistes, des flûtistes propriétaires de maisons ou de vignes. À Buda, ceux qui possédaient des vignes vivaient dans la même maison que l’aubergiste : pour l’essentiel ils finissaient par s’installer et par devenir musiciens de taverne.

147Les villes étaient aussi le lieu de résidence des juifs qui ne bénéficiaient pas des franchises bourgeoises. D’après les documents dont nous disposons, la population juive résidait dans douze villes royales, dans cinq sièges épiscopaux et dans dix-neuf villes seigneuriales ou bourgades agricoles. Souvent, il s’agissait seulement d’une ou deux personnes ; mais leur présence témoignait dans une certaine mesure du niveau de développement économique de l’agglomération concernée. Dans d’autres cas, ils formaient une communauté et avaient même une synagogue. Il y avait des riches et des pauvres parmi les juifs, bien que nous ne disposions pas d’informations précises sur leur stratification interne. Il leur était interdit par décret d’exercer la plupart des activités urbaines, réservées aux bourgeois, ce qui les obligeait à se livrer à des transactions financières.

148À la fin du Moyen Âge, l’intérêt légal autorisé aux juifs était de 2 % par semaine (ce qui représente 104 % par an !). Au cas où le débiteur ne s’acquittait pas de sa dette en temps voulu le taux d’intérêt était doublé, et cela se répétait au bout d’une période déterminée. Ceci était nécessaire parce que le roi décrétait souvent « l’annulation des créances », supprimant ainsi l’obligation de payer les intérêts. Il était également possible de mettre des objets en gage chez eux : ils avaient le droit de s’en servir dans des transactions commerciales, ce qui leur permettait de contourner l’interdiction de commercer.

149Dans les villes habitées par les juifs, les contentieux qui les opposaient aux chrétiens étaient traités par les juges des juifs. Cette fonction revenait à un des bourgeois éminents de la ville, de manière générale un membre du conseil, qui rendait la justice assisté d’assesseurs juifs et chrétiens. Les décisions de cette institution pouvaient être renvoyées en appel auprès du juge national des juifs, qui était la plupart du temps le trésorier du roi. C’est la ville qui élisait en général les juges des juifs, mais il arrivait aussi qu’ils soient nommés par le trésorier royal. Les communautés juives étaient autonomes, leurs contentieux internes n’étaient jamais traités par des juges chrétiens. Depuis que Mathias avait conféré à la famille juive des Mendel la fonction héréditaire de préfets des juifs, toutes les communautés des villes royales étaient soumises au préfet.

Les différentes catégories de tenanciers

150Les paysans-tenanciers représentaient plus des neuf dixièmes de la population du pays. Cette population n’était naturellement pas homogène. Juridiquement, elle comptait aussi les bourgeois des bourgades agricoles et les habitants des villes seigneuriales entourées d’une muraille. La stratification interne des bourgades agricoles qui remplissaient en fait les mêmes fonctions que les villes ressemblait à celle des villes royales. Mais la population des petites bourgades agricoles et celle des villages présentaient une image plus hétérogène.

151En principe, la différenciation à l’intérieur de la paysannerie était avant tout reflétée par la tenure, l’unité fiscale. L’étude de la situation de 8 089 tenanciers révèle que 27,4 % de cette population exploitait une tenure ou davantage, 41,2 % une demi-tenure à une tenure, 28,3 % un quart de tenure à une demi-tenure et 3,1 % moins d’un quart de tenure – la moyenne « nationale » étant d’une demi-tenure par famille. Ces chiffres montrent uniquement les différences entre les paysans exploitant des tenures mais ne disent rien sur les paysans sans tenure, habitant dans une maison ou n’en ayant pas.

152Les ressources de la paysannerie pouvaient également varier selon la qualité de la terre à cultiver : la taille des tenures pouvait changer et des paysans à une tenure pouvaient vivre moins bien que ceux disposant d’une fraction de tenure sur des terres riches. Les journaliers formaient un groupe numériquement considérable : les recherches menées à ce jour montrent que sur cent paysans, vingt-cinq étaient journaliers, dont 10 % vivaient dans des maisons et 15 % n’en avaient point.

153Le fait que l’on trouvait parmi les paysans un nombre important d’affranchis n’était pas sans affecter leur situation économique : ces derniers n’avaient pas à payer d’impôt au seigneur, parfois même ils étaient exonérés des impôts d’État. Ils représentaient au moins 4,5 % de la totalité des tenanciers. De plus, dans les comitats méridionaux, il fallait compter les paysans soldats tenus au service militaire, les voïnik et les naszádos. Les affranchis ne formaient pas non plus une couche homogène : ceux qui avaient été exemptés du service du seigneur ou du roi étaient pour la plupart de riches paysans, auxquels s’ajoutaient les artisans travaillant pour le seigneur, comme les meuniers et autres fournisseurs de services. Enfin, il ne faut pas oublier les valets de ferme au service des seigneurs et des tenanciers les plus riches ainsi que les domestiques et autre personnel de maison.

154Les essarts et les vignobles ne faisaient pas partie des tenures mais ils assuraient à leurs propriétaires des revenus considérables. Les dépendances des tenures des puszta, ainsi que celles proches des villages étaient en général utilisées par les tenanciers et par les journaliers moyennant une redevance inférieure à celle prélevée par le seigneur sur la tenure. Tout ceci vient compliquer le tableau d’ensemble. Il arrivait aussi que le tenancier ne paye le cens de base que sur une partie de la tenure originelle, le reste étant mis à sa disposition à un tarif inférieur. C’est par des concessions de ce type que le seigneur retenait ses tenanciers, qu’il pouvait éviter qu’ils n’aillent se mettre au service d’un autre seigneur, ce qui lui aurait porté davantage préjudice. Ceci montre bien qu’un journalier pouvait être dans certains cas en meilleure position économique qu’un paysan possédant une tenure.

155Nous avons relativement peu de sources concernant la situation économique de la population des villages et des bourgades agricoles. Les registres de la dîme au niveau des comitats révèlent de sérieux décalages. Dans le comitat de Bereg, par exemple, plus de la moitié des tenanciers produisaient moins de quatre cents gerbes de blé, alors que 1 % à peine dépassait les 2 800 gerbes. Dans le comitat de Bács, en revanche, ils étaient tout juste plus de 15 % à produire moins de 400 gerbes, et presque autant dépassaient les 3 200 gerbes.

156Le registre de l’impôt exceptionnel de 1469 pour Baranyavárf est l’une des rares sources qui illustrent avec précision la répartition des richesses parmi les paysans. Les paysans qui payaient un demi-florin étaient 18 %, ceux qui payaient jusqu’à un florin étaient 16 % ; 35 % versaient entre un florin et un florin et demi, 28,9 % entre deux et quatre florins et 2,1 % plus de cinq florins.

157Tout ceci révèle l’existence d’une toute petite couche fort riche ; c’est également ce qui ressort des évaluations de dommages. Dans le domaine de Vasmegyericse en Slavonie, au début du xvie siècle, 187 tenanciers furent victimes d’un abus de pouvoir. Les dommages subis par 52,9 % d’entre eux n’atteignaient pas les trois florins, 34,8 % avaient perdu entre trois et dix florins et 12,3 % plus de dix florins.

158Ceux dont les parcelles valaient moins de trois florins ne payaient pas d’impôts à l’État. Bien que les dommages ne révèlent pas la véritable valeur des biens mobiliers des tenanciers, les proportions sont significatives et témoignent des inégalités de richesse parmi les paysans.

La désertification

159À la fin du xve siècle, le nombre des unités fiscales avait diminué d’un tiers par rapport à ce qu’il était à l’époque de Sigismond. Ce phénomène peut recouvrir entre autres une certaine résistance à la pression fiscale accrue, les paysans se déplaçant pour échapper à l’impôt ou, dans le cas des grandes familles, plusieurs générations cultivant la même tenure. Nous ne pouvons pas exclure en même temps une intensification des processus de désertification, ce qui est prouvé par de nombreux documents. L’abandon total de villages, les cas dans lesquels une agglomération se vide intégralement de ses habitants n’est pas tant caractéristique de cette époque que des xiiie-xive siècles, mais elle n’a pas entièrement disparu. À la fin du Moyen Âge nous pouvons parler de désertification partielle : ce n’est pas tout le village qui est abandonné, mais une partie de ses tenures.

160Ce phénomène revêt une importance considérable. L’influence de ce phénomène se fait sentir partout. Alors que la désertification des xiiie-xive siècles avait touché surtout les petits villages, l’abandon des tenures à la fin du Moyen Âge se fait sentir partout. D’après les recensements, à l’époque de Mathias et à celle des Jagellons, 60 % des tenures paysannes sont vides. En raison de la division des tenures, chaque paysan avait en moyenne une demi-parcelle et le nombre des journaliers était en augmentation permanente. Ce chiffre est considérable, même si sans doute il est surestimé par rapport à la réalité.

161D’après le recensement de 1478, 62,6 % des tenures sur les terres des Garai étaient abandonnées. Le même recensement montre que des portions de tenures « vides » s’ajoutaient aux fractions de tenures recensées : les auteurs du recensement ne donnaient pas, contrairement à ce qu’ils faisaient pour les autres tenures vides, le nom du dernier occupant. Nous pouvons dans ce cas estimer qu’une partie des tenures allait de pair avec la redevance régulière alors qu’une autre partie était traitée comme tenure vide et faisait l’objet d’une rente inférieure. Même si nous considérons ces tenures-là comme « habitées », la part des tenures abandonnées dans les domaines des Garai demeure de 55,3 %.

162Les causes de la désertification sont diverses. Certaines sont purement économiques, comme la non-viabilité des exploitations – c’est ce que montre le recensement des Garai. Dans un village du comitat de Valkó comportant une cinquantaine de domaines, les tenures entières ne possédaient pas plus de trois arpents, ce qui explique qu’elles aient été en grande partie abandonnées. À ces raisons il faut ajouter les migrations dans les villes et dans les bourgades agricoles : la part des tenures abandonnées dans les bourgades est inférieure à celle que l’on trouve dans les villages. Il ne faudrait pas oublier les cas de violence : les luttes entre seigneurs débouchaient souvent sur des pillages, auxquels il faut ajouter les violences des ennemis extérieurs. Aussi bien les agressions turques dans les régions méridionales que les interventions étrangères après la mort de Mathias (celle du roi romain-germanique Maximilien en Transdanubie et du prince Jean-Albert de Pologne dans le Haut-Pays), ont certainement conduit à l’abandon de nombreuses terres, bien que cela ne puisse pas être prouvé. Les épidémies ont pu aussi contribuer à la désertification ainsi que les fléaux naturels et les famines. Beaucoup de paysans tentaient d’échapper aux charges imposées par le seigneur en partant s’installer ailleurs, puisque les charges des paysans n’étaient pas identiques partout. Enfin, certaines familles se regroupaient pour réduire le poids de l’impôt levé par le roi.

163Bien que la désertification massive soit un phénomène caractéristique de la fin du Moyen Âge, il n’est pas certain que plus de la moitié des tenures aient été effectivement inhabitées et qu’une grande partie du territoire soit restée en friche. Souvent, les tenures abandonnées et les puszta étaient données aux paysans les plus riches, ce qui leur permettait d’accroître considérablement leurs terres et de continuer à s’enrichir. C’est ainsi que d’une part le nombre de tenures fractionnées et d’ouvriers agricoles fut en augmentation et que d’autre part les paysans riches s’enrichirent de plus en plus, ce qui conduisit à accroître les inégalités de fortune au sein même du village. Jusqu’en 1514, le droit de migration des paysans – à l’exception de deux ou trois années de guerre, où il a été suspendu pour des raisons fiscales – demeura intégralement. Si un paysan avait payé son cens et ses redevances, le magistrat du village n’était pas en mesure de lui refuser l’autorisation de partir, que cela plût ou non au seigneur. Les procès en la matière donnaient de manière générale satisfaction au paysan désireux de partir. En raison de cette pratique, il est probable que la part des parcelles abandonnées fût moindre que ne le montrent les recensements puisqu’une tenure considérée comme abandonnée dans un recensement pouvait facilement être habitée dans un autre.

164La désertification permit le développement de l’élevage en plein air, si important pour le commerce, et ce non seulement dans les bourgades agricoles mais aussi dans les villages. Derrière la désertification, nous trouvons aussi la différenciation croissante au sein du monde paysan : si une partie des paysans s’appauvrissait, une autre partie, aussi bien dans les villages que dans les bourgades, s’enrichissait de manière de plus en plus spectaculaire. Certains de ces riches paysans allèrent s’installer en ville, où ils accédèrent aussitôt à la couche dirigeante (comme par exemple Grégoire Ferenczi, qui avait commencé dans le dernier tiers du xve siècle sa carrière comme éleveur et commerçant de Gubacs, et qui la conclut à Pest comme premier magistrat). Cette riche couche paysanne menaçait surtout l’insertion des seigneurs dans la production, et ces derniers ne manquèrent pas de recourir à leur autorité politique à l’encontre de ces rivaux.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540