Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la Hongrie médiévale. Tome II

 | 
Pál Engel
, 
Gyula Kristó
, 
András Kubinyi

Troisième partie. L’époque des Hunyadi 1437-1490

Chapitre VI. La victoire des ordres. L’époque de Jean Hunyadi (1437-1457)

Texte intégral

Le grand tournant de l’après Sigismond : l’État soumis aux ordres

1La mort de Sigismond amena un tournant décisif dans le régime politique du pays. Avec le roi disparaissait la force qui maintenait l’aristocratie des magnats dans l’obéissance. Du fait de l’affaiblissement de l’autorité royale, celle-ci disposa, désormais, d’un nouvel espace de pouvoir qui déboucha sur l’affaiblissement puis sur la disparition totale du pouvoir central. Deux ans après la mort de l’empereur, en 1439, les magnats dictaient déjà leurs conditions au nouveau souverain et il fallut plus de deux décennies avant qu’une personnalité de l’envergure de Sigismond, Mathias Hunyadi, pût entreprendre de restaurer les bases du pouvoir royal. Dans une perspective à long terme, ce tournant est d’autant plus important qu’il allait aboutir à une transformation totale de la structure de l’État et de l’idéologie politique le sous-tendant. C’est à cette époque que furent jetés les fondements, dans les institutions et dans la pensée politique, de ce nouveau système de gouvernement que l’on appelle traditionnellement « État des ordres ». Ce dernier déterminera les cadres politiques de l’État hongrois jusqu’à la révolution de 1848.

2Le concept d’ordre est propre à l’Europe médiévale. Aux alentours de l’an 1000, l’ensemble de la population était réparti en trois grands ordres : l’ordre des « oratores » (ceux qui prient, c’est-à-dire les ecclésiastiques), celui des « bellatores » (combattants, c’est-à-dire les nobles) et celui des « laboratores » (travailleurs, c’est-à-dire les paysans). Le xiiie siècle vit une modification sensible de l’interprétation de ce mot dans le cadre plus restreint de la « société civile », conception selon laquelle, non seulement le souverain et ses conseillers, mais aussi tous ceux qui formaient « le pays », ses « habitants », avaient le droit d’intervenir dans le gouvernement. Cela ne concernait guère l’ensemble de la population, mais uniquement la partie extrêmement réduite qui n’était soumise à aucun autre seigneur que le souverain. C’est donc elle qui formait la « société civile », l’ensemble des « ordres ». Pour l’essentiel les ordres comprenaient les propriétaires fonciers, donc ceux qui possédaient la terre sous une forme ou sous une autre. Tous ceux qui leur étaient soumis (la totalité de la paysannerie, à savoir l’immense majorité de la population) étaient rejetés du cadre des « ordres ». Dépendant en grande partie des seigneurs pour leur propre destinée, ils n’avaient aucun droit sur les affaires du pays.

3En conséquence, le mot « ordre » recouvrit chacun des groupes à statut juridique spécifique qui existait parmi les propriétaires fonciers. Ainsi le mot acquit un sens nouveau, qui subsista jusqu’à l’époque des révolutions bourgeoises. La composition des ordres de chaque pays dépendit des groupes qui formaient la catégorie des propriétaires fonciers, autrement dit de la part de terre possédée par chacun. Cela aboutit à un tableau très diversifié en Europe. Partout cependant une grande partie du territoire appartint au clergé, à la noblesse et aux villes dépendant du souverain (les villes royales), catégories qui formaient donc les « ordres ». À leurs côtés, il arriva dans certains pays que la paysannerie fût elle aussi un ordre distinct, notamment dans les pays scandinaves, où demeuraient des communautés de propriétaires paysans à statut non dépendant.

  • 1 Le terme hongrois correspondant, « országgyülés », signifie précisément « assemblée du pays ».

4Avec la mise en place de la « société civile », une nouvelle forme de gouvernement propre au développement politique européen vit le jour, appelée « le système des ordres ». Ce dernier reposait sur l’association des ordres aux décisions politiques. Jusqu’alors, dans tous les pays, les décisions politiques avaient été prises par le souverain, lequel, tout au plus, se concertait avec son conseil, institution formée essentiellement des hauts dignitaires civils et ecclésiastiques. À partir du xiiie siècle une idée se répandit dans toute l’Europe selon laquelle tout sujet, autrement dit la totalité des ordres, avait le droit d’intervenir dans le gouvernement du pays, suivant le principe que « ce qui appartient à tous doit être approuvé par tous ». Là où ce principe s’implanta, toutes les décisions importantes furent désormais prises avec la collaboration des ordres. Le lieu de la prise de décision fut transféré à l’assemblée des ordres, appelée « diète1 » (ou états). Celle-ci fonctionna de manière générale selon le principe dit de la représentation des ordres : les propriétaires les plus importants y participaient personnellement, les autres se faisaient représenter par des « députés » élus par tel ou tel groupe. Comme la composition sociale dans les différents pays européens était fort différente, il y eut également de très nombreuses variantes de ce système des ordres, de l’Angleterre à la Pologne, de la Hongrie à la Péninsule Ibérique. Mais, à côté des spécificités locales, nous trouvons toujours deux traits communs à cette nouvelle forme de l’État : l’assemblée des ordres et le principe de représentation en son sein.

5Dans ces deux caractéristiques du régime des ordres il n’est pas difficile de reconnaître l’ancêtre des parlements. C’est là l’importance du système des ordres dans l’histoire universelle : il a donné naissance à l’État bourgeois, posant les bases de la démocratie parlementaire. Cette dernière, tout compte fait, repose sur les mêmes principes. La nouveauté tient au fait qu’elle a effacé la différence entre les ordres et proclame « citoyens » tous les membres d’une nation, leur conférant ainsi les droits politiques dont jusqu’alors les ordres avaient l’exclusivité. Ce système est donc d’une importance considérable pour l’évolution de la culture européenne. Comme à ses débuts le régime parlementaire, le régime des ordres a été en son temps une spécificité européenne. Il s’est manifesté sous des formes diverses dans tous les pays de la Chrétienté latine, mais n’a guère été connu ailleurs, ni dans la Chrétienté orthodoxe, ni dans le monde islamique.

6Sous une forme embryonnaire, le régime des ordres est apparu en Hongrie dès les dernières décennies du xiiie siècle. Mais Charles-Robert avait arrêté le mouvement aux alentours de 1320 et, par la suite, ni le gouvernement des Angevins, ni celui de Sigismond inscrivit son action dans ce cadre. Certes, eux aussi convoquèrent épisodiquement des Diètes (en 1351, 1385 et 1397), mais pour l’essentiel à l’occasion de crises politiques. Pour autant que nous puissions en juger, l’objectif de ces assemblées n’était nullement de faire participer les sujets aux décisions politiques mais bien plutôt de fournir au roi et à son conseil un cadre solennel pour communiquer au pays les décisions déjà prises et tenues pour essentielles.

7C’est la mort de Sigismond, plus précisément l’année 1439, qui représente pour la Hongrie la date de la naissance effective du régime des ordres. Les différences par rapport à la pratique antérieure se manifestent sur deux points. D’une part, ce qui avant était épisodique et occasionnel devint désormais systématique. Entre 1439 et l’accession au trône de Mathias, il y eut des Diètes pratiquement tous les ans (sauf en 1443 et en 1449), parfois même deux fois par an. Mais la portée de ce changement formel ne fut pas aussi importante que celle intervenue dans la fonction de la Diète. Les dignitaires rassemblés ne se contentèrent plus d’être des éléments accessoires dans le gouvernement du conseil royal, ils voulurent également prendre part à la prise de décision. Les conséquences apparaissent clairement dans le domaine législatif car il reste des témoignages écrits. Les lois – à savoir les décisions qui s’appliquaient le plus largement et dont les effets étaient les plus généraux – étaient antérieurement prises par le roi et par son conseil, et promulguées par décret royal. Désormais, elles partirent toujours – ou presque toujours – de la Diète, et reflétèrent non point seulement la volonté du souverain, mais le résultat du marchandage entre le pouvoir central et les ordres présents. Comme partout ailleurs, c’est le rapport des forces qui détermina la partie qui l’emportait. En Hongrie, en tout état de cause, c’est au cours des deux décennies qui suivirent l’année 1439 que le régime des ordres a été introduit.

8La Diète hongroise (appelée la plupart du temps par son nom latin congregatio generalis regni) était l’assemblée de tous les « habitants du pays » (regnicola) et elle représentait la totalité de ces derniers, son « universalité » (universitas). L’ensemble des « habitants du royaume », comme dans d’autres pays, coïncidait pour l’essentiel avec l’ensemble des propriétaires de plein droit (possessionati). Ce terme désignait avant tout les nobles et le clergé, et deuxièmement les autres groupes sociaux dont le droit de propriété était considéré comme équivalent à la propriété nobiliaire : les villes royales (en pratique uniquement celles qui étaient entourées d’une enceinte) et les communautés des Saxons de Transylvanie. N’étaient pas « habitants du pays », au sens juridique et politique du terme, les bourgeois des bourgades rurales, qui étaient soumis soit au roi soit à un autre propriétaire foncier, et les paysans. Ces derniers, comme partout ailleurs, étaient privés de l’exercice de tout pouvoir politique. Les participants au soulèvement paysan de 1437 se considéraient certes, nous l’avons vu, comme regnicola, mais leur revendication ne fut pas reconnue.

9La composition de la Diète était étroitement liée à la fortune foncière. En comparant la Hongrie aux autres pays européens il est frappant de constater qu’une seule composante des ordres hongrois, la noblesse, exerçait une prédominance absolue. Seule la Pologne présente un cas comparable. Au milieu du xve siècle les deux tiers du territoire du pays étaient la propriété des familles de la grande et de la moyenne noblesse, les terres des villes et celles de la petite noblesse étant réduites à la portion congrue. Ainsi le système hongrois des ordres donna d’emblée à la noblesse un poids écrasant, au point que le concept des ordres finit par être pratiquement identifié au concept de noblesse. Ceci se refléta parfaitement dans le recrutement des membres de la Diète. Dès le début la pratique voulut que les dignitaires de l’Église, les barons et les nobles les plus importants (mais sans dignité particulière), ayant reçu une invitation personnelle, se présentent « en personne » à la Diète. Le reste de la Diète fut composé de députés élus. Ce fut le cas avant tout des comitats de la Hongrie proprement dite, qui eurent chacun quatre ou (pour les plus petits) deux députés. La Transylvanie, la Slavonie et la Croatie envoyèrent elles aussi des députés, non point comitat par comitat, mais dans une délégation de l’ensemble de la région. Pour des raisons politiques, les villes ne furent invitées qu’à partir de 1445 et elles n’intervinrent que fort peu dans les prises de décision. Il arriva aussi que, contrairement à la pratique générale, la noblesse fût convoquée « en personne », c’est-à-dire appelée à se rendre en corps à la Diète. Bien sûr, cela ne se réalisa jamais au pied de la lettre mais dans ces cas-là de véritables foules se présentèrent à l’assemblée. Elle tenait alors ses travaux sur un pré. En 1446, à l’occasion de l’élection du régent, le pré de Rákos, près de Pest, fut désigné pour la première fois comme lieu de tenue de l’assemblée et il accueillit dès lors régulièrement toutes les assemblées de masse.

10À la Diète, l’Église ne forma pas un ordre distinct. Les principaux dignitaires – les deux archevêques et les évêques – formaient un groupe à part avec les grands seigneurs ; les ecclésiastiques propriétaires de domaines plus petits étaient beaucoup plus rarement présents et faisaient partie la plupart du temps de la représentation des comitats. Comme les hauts prélats étaient déjà membres du conseil royal, la réunion régulière de la Diète n’étendit guère leurs droits politiques. Ce fut la participation institutionnelle des magnats et des délégués des comitats qui en fit une institution véritablement novatrice. Prise dans son ensemble, la noblesse y disposa d’une abondante majorité arithmétique. Sur les 116 participants à la Diète de 1440, nous ne trouvons que huit représentants du haut clergé ; en 1444, ils sont onze sur 219 et en 1447 dix sur 169. Tous les autres étaient soit des grands seigneurs, soit des délégués des comitats.

11La Diète tira bien sûr son pouvoir politique de la présence des grands seigneurs. Avec leurs châteaux, leur fortune et leurs nobles familiers, ils étaient les seuls à représenter une force sociale capable d’intervenir avec autorité dans la direction politique du pays. Dans les premières décennies du régime des ordres, il n’y eut pas de pratique bien définie sur la question de savoir qui avait droit de participer personnellement à la Diète. Seul élément indiscutable, ce droit était fondé sur la fortune : les trente ou quarante seigneurs ayant le plus de terres étaient toujours invités personnellement, les moins riches ne l’étaient qu’occasionnellement. De toutes les manières, la Diète s’est retrouvée d’emblée sous la direction des familles aristocratiques les plus puissantes.

12La participation des comitats, limitée à l’envoi de députés, était nettement moins significative. Les rapports chiffrés suffisent à l’illustrer. En 1440, face à 55 grands seigneurs, il n’y avait que 53 députés de 28 comitats. En 1447, 36 grands seigneurs étaient présents alors que 123 députés représentaient les 35 comitats de la Hongrie proprement dite et de la Slavonie. C’est ainsi qu’il y avait toujours des comitats non représentés aux assemblées. Et si nous regardons de plus près la composition des délégations, nous notons qu’une partie considérable des députés, voire leur écrasante majorité, était formée de familiers délégués par les plus grands propriétaires ou les parents de ces derniers. En 1447, au moins six délégués des comitats étaient des hommes de Nicolas Újlaki (venant de comitats de Bács, Bodrog, Somogy et Veszprém) et nous savons que plusieurs autres députés étaient à la solde de grands seigneurs tels que Ladislas Garai, Georges Brankovic, Hunyadi, les Szécsi, les Pálóci, les Perényi et d’autres. Ceci montre bien tout le poids de l’autorité des grands seigneurs dans les comitats : le rôle des députés des comitats revenait la plupart du temps à donner leur voix aux magnats.

13Il en allait tout autrement dans les cas – peu nombreux (1441, 1446, 1456) – où la noblesse des comitats, au même titre que les grands seigneurs, se présentait « en personne » à la Diète. À ces occasions, les préférences de la moyenne noblesse l’emportaient : celle-ci soutenait le groupe ou le parti des grands seigneurs dont elle avait intégré les objectifs ou bien auquel elle reconnaissait le rôle dirigeant. Cette identification politique et affective reposait avant tout sur la défense des intérêts de la noblesse en tant que classe. Dans la pratique, la masse des nobles sympathisait avec le parti qui était disposé à prendre en compte ses intérêts et s’opposait à tout ce qui depuis des décennies était devenu odieux à ses yeux : le pouvoir des coteries de la cour, la politique de limitation arbitraire des « libertés » de la noblesse qu’avait menée Sigismond, les influences étrangères et le report de la guerre contre les Ottomans – l’affrontement triomphal tant attendu. Ils soutenaient le parti qui était prêt à lui garantir encore et toujours ses « libertés éternelles » : l’exemption d’impôts et de la dîme, le transfert de la responsabilité de la protection du pays au souverain et l’inviolabilité des possessions nobiliaires. Au début (1440-1444) la masse des nobles se tourna vers le parti « polonais », le parti de Vladislas Ier. Après la mort du roi, ils firent une idole du plus prestigieux de ses partisans, Hunyadi l’écraseur de Turcs.

14Cette période fut marquée non par l’opposition entre la grande aristocratie et la moyenne noblesse mais par l’affrontement de deux partis politiques. Chacun d’entre eux représentait une conception politique différente et disposait d’une base sociale distincte. D’une part, il y avait ce qu’on peut appeler le parti « de la cour » : ceux qui, en partie par principe, en partie guidés par leurs propres intérêts, souhaitaient maintenir l’ancien mode de direction : le rôle dirigeant de la cour, la domination institutionnalisée des grands prélats et des barons au sein du conseil royal, et l’orientation occidentale (autrichienne, morave) de la politique étrangère. Tout ceci, pour des raisons historiques, allait de pair. Son principe dirigeant était le légitimisme, à savoir la transmission du pouvoir par le sang à l’intérieur de la maison royale. Il s’appuyait sur le groupe des magnats les plus prestigieux et les plus fortunés : à leur tête, les Garai et les Csillei, qui étaient liés par des liens de parenté avec la dynastie de Luxembourg, le despote Georges Brankovics, l’archevêque d’Esztergom Denis Szécsi et ses frères. Ils étaient bien sûr suivis par tous les petits nobles qui étaient à leur service. Il est significatif de constater que presque toutes les villes royales et les villes minières sympathisèrent avec ce parti. Leurs habitants seront même amenés à sacrifier des sommes considérables pour éviter que l’autre parti arrive au pouvoir.

15Dans le deuxième parti se retrouvait la majorité des grands seigneurs et de la noblesse, les défenseurs des privilèges des nobles. Face au parti de la cour, qui incarnait les influences « étrangères », celui-ci représentait les intérêts « nationaux » proprement hongrois et la noblesse en tant qu’ordre. C’est d’ailleurs dans ces années-là (1445) que nous voyons apparaître pour la première fois dans les sources le concept de « nation » (gens, natio) qui recouvrait à l’époque exclusivement la noblesse. D’après cette conception l’ordre de la noblesse était soudé non seulement par des « libertés » communes – c’est-à-dire par des privilèges communs –, mais encore par la fiction d’un lien du sang, d’une origine commune. C’était là la « nation » hongroise, à laquelle tout noble appartenait « par la force du sang ». L’objectif de ce parti était d’élargir le plus possible les droits politiques des ordres afin de limiter le pouvoir royal, dans le cadre des nouvelles institutions, et tout d’abord de la Diète. Il s’appuyait sur la doctrine ad hoc de la transmission du pouvoir, d’après laquelle le dépositaire ultime du pouvoir était le peuple, autrement dit la noblesse, laquelle transfère de sa libre volonté ce pouvoir par voie élective – et non pas par héritage – à ceux qu’elle juge dignes de l’exercer. En matière de politique extérieure, ce parti était caractérisé par une orientation traditionnelle vers l’est et le sud-est et par un programme actif de guerre d’agression contre les Ottomans, censée faire revivre la gloire ancienne des Arpáds et des Angevins. C’est ce parti qui fut le propagateur de l’idéologie des ordres. Dans les décennies qui suivirent la mort de Sigismond, il allait remporter des succès spectaculaires.

Les débuts de l’État des ordres. L’ascension de Jean Hunyadi

Le règne éphémère d’Albert de Habsbourg et l’affirmation du pouvoir des ordres

16Le régime des ordres apparaît pour la première fois sous le bref règne d’Albert (1437-1439). Sigismond n’avait pas d’héritier mâle, il ne laissait qu’une fille, Élisabeth, née de sa deuxième épouse, Barbe Cillei. En 1421, le roi l’avait mariée au duc d’Autriche Albert V, issu des Habsbourgs, famille avec laquelle il avait des liens solides d’amitié. Il avait destiné son trône au jeune couple mais ce projet ne se réalisa que partiellement. À sa mort, en effet, l’initiative revint non point au parti de la cour, mais aux « barons-militaires » proches des aspirations des ordres : les Rozgonyi, les Tallóci, les Gúti Ország, les Pálóci et leurs compagnons. Le 18 décembre 1437, Albert fut élu roi et il fut couronné le jour de la nouvelle année. Mais « les barons militaires » ne reconnurent pas le droit de sa femme à la royauté. D’autre part, ils soumirent le couronnement du roi à de dures conditions. Albert jura de revenir sur toutes les « innovations et mauvaises habitudes » introduites à l’époque de Sigismond, c’est-à-dire sur sa politique de réformes. Il promit de mettre un terme à l’influence des étrangers et à l’imposition de l’Église. De plus, il s’engagea à ne prendre aucune décision politique sans l’accord des hauts prélats et des barons. Tout ceci signifiait que le pouvoir dans son intégralité passait sous le contrôle du conseil royal.

17Un an et demi plus tard, en 1439, ce compromis obtenu en petit comité fut suivi d’un véritable transfert du pouvoir. Au printemps 1438, Albert, héritier également du trône tchèque et du Saint-Empire, partit à l’étranger et confia la régence à sa femme, laquelle s’appuya surtout sur ses proches parents, Ladislas, fils de Nicolas Garai, et les Cillei. Ceci provoqua un tel mécontentement qu’à son retour, en mai 1439, Albert se vit contraint de convoquer immédiatement une Diète. Soumise à une très forte pression nobiliaire, la cour dut s’incliner. Le contenu des décrets délivrés par Albert fut identique pour l’essentiel aux conditions posées pour son couronnement, si ce n’est que désormais le pouvoir – le contrôle du gouvernement – était remis non plus au conseil du roi, mais explicitement aux ordres eux-mêmes. Le parti des ordres avait comme mot d’ordre le « rétablissement des anciennes coutumes du pays ». À ce titre il combattit les « nouvelles coutumes » introduites par Sigismond. : il interdit au couple royal de confier des dignités à des étrangers ou de leur faire don de terres. Il interdit aussi l’imposition des biens de l’Église et leur gestion par des laïcs. Il proclama de nouveau l’ancien principe selon lequel la protection des régions frontalières relevait des obligations du roi. La mobilisation des nobles ne pouvait être proclamée qu’en tout dernier recours et uniquement à l’intérieur des frontières du pays. Entre autres, les ordres s’arrogèrent le droit de contrôler la qualité de l’argent frappé et de décider du mariage des filles du couple royal. Contrairement aux conditions posées lors du couronnement, le roi se voyait autorisé à choisir librement ses conseillers à condition d’écarter les étrangers. En contrepartie, une règle fondamentalement neuve était proclamée selon laquelle le titre de palatin ne pouvait être attribué qu’avec l’accord des ordres.

18Les exigences des ordres non seulement annihilèrent les réformes de Sigismond mais portèrent un coup décisif à ce qui restait des domaines royaux. Dans les dernières décennies de son règne, Sigismond avait consacré beaucoup d’énergie à les accroître et à sa mort – sans compter les châteaux frontaliers du bas Danube- le roi et la reine disposaient de 60 domaines. Le parti des ordres s’empara de la majorité d’entre eux. À la mort d’Albert il n’en restait plus que 35-36, pour la plupart appartenant à la reine. C’est alors que prit fin le système, caractéristique des Angevins, dans lequel le roi possédait une partie importante des terres du pays. Il était désormais un parmi les plus grands propriétaires.

19Les conséquences de l’affaiblissement du pouvoir royal se firent sentir aussi sur le plan extérieur. Même si la Hongrie de Sigismond avait beaucoup souffert des incursions des maraudeurs ottomans, jamais pourtant son intégrité territoriale n’avait été menacée, et elle avait même réussi à garder une certaine influence auprès de ses voisins dans les Balkans. La mort de l’empereur mit un terme à cette période : à partir de 1439, la Royauté hongroise fut confrontée à un nouveau phénomène, la politique ouvertement conquérante de l’Empire ottoman.

20La première attaque turque de grande ampleur toucha la Serbie, vassale de la Hongrie depuis des décennies. Au printemps 1439, le sultan Mourad II attaqua les possessions serbes du despote Georges Brankovic et au mois d’août, après deux mois de siège, s’empara de sa capitale, Szendrõ. L’État-tampon qu’était la Serbie était anéanti. Son prince s’enfuit, cherchant refuge dans ses domaines de Hongrie. Le régime des ordres se montra incapable de faire face à cette attaque. Certes, la mobilisation des nobles fut décrétée parce qu’il était à craindre qu’après la Serbie le sultan se tourna contre la Hongrie mais, alors que Szendrõ vivait ses derniers jours de pouvoir serbe, l’armée hongroise demeura stationnée à distance, dans la région du Titel. Elle se dispersa rapidement sans avoir même tenté une contre-attaque. D’ailleurs une épidémie de dysenterie faisait rage dans ses rangs. Le roi en fut atteint lui-même et mourut le 27 octobre 1439.

21La mort d’Albert eut des conséquences graves. Comme la question de la succession au trône n’avait pas été préalablement résolue, les deux partis, le parti de la cour et le parti « national », se trouvèrent face à face. Leur antagonisme déboucha sur une guerre civile. Les partisans de la cour se regroupèrent autour de la reine veuve, la fille de Sigismond, qui était enceinte. Ils entendaient en tout état de cause lui réserver le trône. Les ordres ne voulaient pas en entendre parler. Ils appelèrent le roi de Pologne Vladislas III, âgé de seize ans (un Jagellon, fils de Vladislas II), lequel accepta leurs conditions et arriva à Buda en mai 1440. Mais le pays avait déjà un roi, car Élisabeth avait accouché d’un garçon, qui fut couronné le 15 mai sous le nom de Ladislas V. Le couronnement eut lieu en bonne et due forme même si les ordres n’y participèrent pas. Il fut célébré par l’archevêque Denis Szécsi dans la ville traditionnelle des sacres, Székesfehérvár, avec la sainte couronne apportée en secret par la reine Élisabeth, avec la complicité d’Ilona Kottaner, une femme de sa cour. Dans ses mémoires celle-ci rapporte qu’elle était allée prendre la couronne là où elle était gardée, au château de Visegrád. Pour les ordres la couronne avait été volée.

La Hongrie tiraillée entre les deux prétendants au trône, cinq ans de guerre civile 1440-1445

22Manifestement, avec le couronnement, la reine espérait mettre ses adversaires devant le fait accompli mais ses espoirs furent déçus. L’aspiration des ordres à l’indépendance était beaucoup plus profonde que leur respect pour la Couronne et cela les conduisit à prendre une décision à la portée idéologique considérable pour l’avenir. Le 29 juin 1440, ils annulèrent le couronnement du nouveau-né, proclamant ainsi le nouveau principe suivant lequel « le couronnement des rois dépend toujours de la volonté des habitants du pays, la force et le prestige du sacre dépendant de leur participation ». Sur cette base de la « volonté commune » le Polonais Vladislas fut investi du pouvoir royal et considéré comme apte à assurer la protection du pays « dans le besoin ». Il fut couronné à Szekesféhérvár le 16 juillet. Comme la sainte couronne était détenue par Élisabeth, ils utilisèrent pour le sacre la couronne de la tête reliquaire de saint Étienne qui fut dès lors solennellement investie du « mystère et de la vertu » de la sainte couronne.

23Le couronnement de Vladislas fut un acte d’une très grande importance politique et idéologique. Au niveau idéologique, pour la première fois il proclamait clairement la suprématie des ordres sur le pouvoir royal. Bien que cela ne fût pas ouvertement formulé, il mettait en cause le principe de transmission légitime du trône. Indiscutablement, du point de vue du principe de légitimité, non seulement Ladislas V devait être roi mais c’était aussi l’unique héritier possible du trône, puisqu’il était le seul fils du roi précédent. À l’inverse, aucun lien de sang ne rattachait Vladislas à une dynastie hongroise. Sa mère, en effet, n’était pas Edwige d’Anjou, fille de Louis Ier, mais la quatrième épouse de Vladislas Jagellon.

24Cette opposition entre deux rois divisa ainsi le pays en deux camps, avec des conséquences de longue portée. Non seulement elle déboucha aussitôt sur une guerre civile mais elle fut à l’origine d’un partage du pays en deux parties pendant deux décennies. L’unité de la Hongrie, qui fut brisée en 1440, ne fut pas rétablie avant l’accession au trône de Mathias en 1458 et les effets de cette division continuèrent à se faire sentir par la suite.

25La lutte entre les partisans de Ladislas « le Tchèque » (Ladislas V, 1440-1457) et ceux de Ladislas « le Polonais » (Vladislas Ier, 1440-1444) dura de 1440 jusqu’à 1445 et se termina sans résultat notable. Les forces étaient plus ou moins équilibrées. La majorité des barons et la plus grande partie de la noblesse moyenne et inférieure se rangèrent aux côtés de Vladislas alors que Ladislas V était soutenu par les seigneurs les plus riches : Ladislas Garai, les Cillei, l’archevêque Szécsi et ses frères, l’argentier du roi Jean Perényi et quelques autres. À ces puissants aristocrates s’ajoutèrent la plupart des villes. La royauté polonaise apporta à Vladislas un soutien matériel et militaire minime alors que Ladislas V était nettement mieux soutenu par l’Autriche et par le royaume tchèque dont il était le souverain. Sa cause fut également soutenue par le nouveau roi des Romains Frédéric III qui, avec la mort d’Albert, s’était retrouvé à la tête de la maison des Habsbourgs. En 1440, la reine mère Élisabeth le chargea de la tutelle de Ladislas. Elle lui confia également la sainte couronne et lui donna en gage la ville de Sopron. À la mort inopinée d’Élisabeth à la fin de l’année 1442, il prit la direction du parti de Ladislas.

26La guerre fit vraiment rage pendant les deux premières années (1440-1442) : elle se limita à la conquête des châteaux de l’ennemi et au pillage de ses terres. Dans ce domaine Jean Jiskra, capitaine tchèque au service d’Élisabeth, obtint les succès les plus éclatants dans les comitats du Nord et du Nord-Est (Haute- Hongrie, actuelle Slovaquie). En 1440, il prit en main la défense de Kassa et, à partir de cette base, avec l’appui des villes royales et des villes minières, il travailla ardemment pendant plusieurs années à étendre la domination du parti de Ladislas jusque dans le Szepesség et dans le Zólyom. Ses troupes étaient composées pour la plupart de mercenaires tchèques formés dans les guerres hussites. Ils introduisirent en Hongrie les méthodes qu’ils y avaient apprises. Sous la direction de Jiskra, cette bande de soudards devint une armée disciplinée et invincible. Elle s’était donné sa propre base financière, en partie à partir des revenus de la Couronne des territoires occupés – les mines, le profit de la chambre, les trentièmes et les impôts sur les villes – et en partie grâce aux prêts des bourgeois des villes. Celles-ci en effet la considéraient comme un rempart face aux ordres, et n’hésitèrent pas à lui accorder des sommes importantes.

27Alors même que Jiskra écrasait dans le nord du royaume les unes après les autres les troupes envoyées contre lui, dans les autres régions du pays les partisans de Vladislas obtenaient la suprématie et leurs adversaires se retrouvèrent confinés dans les comitats occidentaux. Parmi les événements les plus marquants de ces combats, il faut relever la bataille de Bátaszék, disputée dans les premiers jours de 1441. Ce combat joua un rôle essentiel dans le renforcement des positions de Vladislas. Lors de cet affrontement fut anéantie la dernière des armées qu’Élisabeth avait pu lever dans les comitats du centre et du sud du pays. Toutefois, ce n’est pas en tant que péripétie militaire que la bataille de Bátaszék fut importante : elle fut surtout mémorable dans la mesure où elle rendit célèbres les deux chefs victorieux qui allaient être les principaux dirigeants du pays au cours des quinze années qui suivirent. Elle leur assura à partir de ce succès des pouvoirs inouïs. L’un des deux chefs de l’armée victorieuse était le bán de Macsó, Nicolas Újlaki, l’un des seigneurs les plus fortunés du pays. Le deuxième, Jean Hunyadi, bán de Szörény, était encore presque un inconnu.

L’ascension de Jean Hunyadi

28Hunyadi avait commencé sa carrière militaire en tant que simple chevalier. Il était sans doute encore enfant quand son père, Vojk, quitta le territoire roumain de Valachie pour aller s’installer en Hongrie et devenir chevalier à la cour de Sigismond. En 1409, ce dernier lui fit don du château de Hunyad en Transylvanie (Vajdahunyad, aujourd’hui Hunedoara) avec son domaine. Il intégra ainsi cette couche de propriétaires qui formait la « moyenne noblesse ». Au début, la carrière de Hunyadi et ses relations sociales furent celles de sa classe sociale. Il passa sa jeunesse dans les cours de différents grands seigneurs. L’un d’entre eux était le bán de Macsó Étienne Újlaki, le frère de ce Nicolas avec lequel il entretiendra jusqu’à sa mort des relations d’amitié et d’alliance. Après la mort d’Étienne Újlaki il entra au service de Sigismond, fit partie de sa suite en Italie. Là, le prince de Milan l’engagea à sa solde pour deux ans. Après son retour, alors qu’il était devenu chevalier de la cour, il se retrouva dans la zone frontalière méridionale menacée par les Ottomans. Il se battit là aux côtés du bán de Szörény, Frank Tallóci. C’est sans doute sur recommandation de Tallóci qu’Albert lui confia en 1439 la protection des confins du Szörény avant de lui accorder le titre de bán. Pourtant, Hunyadi ne comptait toujours pas parmi les premiers dignitaires du pays. Il n’avait pas encore bénéficié de grandes donations de terres. Quand, en 1440, il rejoignit le camp de Vladislas, il ne comptait pas parmi les principaux lieutenants de celui-ci, il n’était encore qu’une personnalité de seconde importance.

29Le triomphe de Bátaszék constitua le tournant de son destin en le faisant, avec Nicolas Újlaki, seigneur de la moitié du pays. Après la bataille, Vladislas – qui avait lancé en personne de grandes opérations militaires en Transdanubie – chargea les deux chefs militaires de nettoyer les régions orientales des partisans d’Élisabeth. C’est Hunyadi tout seul qui répondit à l’appel : il obtint des victoires avec une facilité impressionnante. Au printemps 1441, toute la Transylvanie avec la Transtisza était passée du côté de Vladislas. En récompense, le roi nomma ensemble Ujlaki et Hunyadi voïvodes de Transylvanie, ispáns des Sicules et de nombreux comitats – créant un cumul de dignités jusqu’alors jamais vu –, et, en plus, il leur confia la défense de Temesvár (Timisoara), de Nándorfehérvár(Belgrade) et de tout le système de défense des confins méridionaux. Pour pouvoir faire face à leurs obligations, ils reçurent également les mines de sel et la maîtrise de tous les revenus du sel de la Couronne. De plus, Újlaki conserva le titre de bán de Macsó et Hunyadi celui de bán de Szörény (en le partageant désormais avec son allié). C’est ainsi que les deux chefs militaires, à la fin de 1441, disposèrent d’un immense pouvoir. Leur entente fut parfaite. Újlaki exerça son influence dans les territoires à l’ouest de la Tisza où se trouvaient aussi les terres de sa famille, laissant à Hunyadi le gouvernement des régions orientales. Il se contenta d’y envoyer ses familiers qui représentaient ses intérêts et aidaient à la gestion de ce vaste espace. Hunyadi était donc le vrai maître des terres à l’est de la Tisza : c’est alors qu’il jeta les bases de la fortune familiale qui plus tard aidera son fils Mathias à monter sur le trône.

30Le terme « fortune » mérite d’être mis entre guillemets parce que sur le territoire de Jean Hunyadi les possessions foncières, familiales ou récemment acquises, et les charges administratives, n’ont jamais été entièrement distinctes. Il fonda entièrement son pouvoir sur les châteaux de la Couronne qu’il avait reçus à titre d’honor en 1441 au moment de son entrée en fonction. À ceux-ci il faut ajouter les châteaux qu’il reprit aux partisans d’Élisabeth ainsi que d’autres terres restées vacantes pour toute autre raison. De plus, Vladislas lui confia quelques terres royales mais la distinction était minime car il les gérait toutes comme si elles lui appartenaient en propre. Il choisit comme résidence principale le château familial de Hunyad, et c’est là qu’il fit construire en 1440 le somptueux palais qui, bien que reconstruit, est toujours là. Le palais était à distance égale des deux régions qui servaient de base à son pouvoir : les châteaux des confins de Temes sur le bas Danube, d’une part, et ses possessions de Transylvanie, d’autre part. Plus tard, alors que son étoile était montée encore plus haut, il étendit son influence beaucoup plus loin : en 1444 il s’empara des vastes étendues administrées par les Brankovic, les despotes serbes (Debrecen, Szátmárnémeti, Munkács, Nagybánya, Világosvár, etc.), puis, en 1454, à l’autre bout du pays, il prit possession des châteaux du comitat de Trencsén, qui avaient appartenu à la reine. Mais il ne tenta guère de pénétrer en Transdanubie, zone sous l’influence de son allié Újlaki : il la respecta de manière particulièrement rigoureuse, comme s’il avait été tenu par un accord secret.

31Au milieu de l’état de confusion qui régnait dans le pays le territoire de Hunyadi représentait l’ordre en plein chaos. Ici, une fois la résistance sporadique des partisans de Ladislas écrasée, la paix intérieure fut partout assurée. Alors même que dans le reste du pays la guerre se poursuivait, Hunyadi pouvait tourner toute son attention vers une autre tâche : arrêter la pression turque, de plus en plus insistante. C’est l’œuvre qui devait le rendre particulièrement célèbre.

Les premières victoires de Jean Hunyadi face aux Turcs

32Les guerres turques ne s’étaient pas arrêtées pendant les années de la guerre civile. C’est au cours de cette période que le territoire hongrois dut faire face à la première attaque ottomane de grande ampleur. Au printemps 1440 le sultan Mourad II – qui n’ignorait certainement pas la crise intérieure hongroise – prit personnellement la tête de ses troupes et mit le siège devant la porte sud du royaume, Nándorfehérvár (Belgrade), ville défendue par l’un des frères Tallóci, Jovan (Jean), prieur de Vrana. Vladislas participa quelque peu au soutien de la forteresse mais c’est avant tout grâce à la résistance acharnée des Tallóci qu’elle put braver le sultan pendant de longs mois et finit par rester hongroise. L’état du pays à l’époque explique que ce brillant fait d’armes soit passé pratiquement inaperçu. Alors qu’en 1456, comme nous le verrons, le monde entier aura les yeux braqués sur cette même forteresse assiégée, ce premier siège n’eut droit qu’à quelques phrases laconiques.

33L’intervention de Hunyadi conduisit rapidement à un tournant dans les affrontements turco-hongrois. Dès 1441, alors qu’il venait de reprendre la défense des confins méridionaux, Hunyadi pénétra en Serbie. Il en chassa le bey de Szendrõ. En 1442 il emporta deux grands succès : le 22 mars, près de Gyulafehérvár, il anéantit une grande armée ottomane envoyée pour piller la Transylvanie méridionale. Au début du mois de septembre il écrasa le « bey des bey » de Roumélie (commandant des armées ottomanes en Europe) dans les Carpates, dans la haute vallée de la Jalomica (Ialomita). Il s’agissait là de succès d’importance locale qui ne mettaient guère à l’épreuve les incommensurables ressources de l’Empire ottoman. Mais, du côté hongrois, cette succession de victoires était sans précédent. Elle fit du jour au lendemain de Hunyadi l’idole de la « nation ». Il avait la réputation d’un condottiere invincible qui écrasait avec facilité n’importe quel adversaire et tout un chacun avait le sentiment – comme l’exprimera plus tard Jean de Thurócz – qu’en sa personne, les Hongrois avaient enfin le héros destiné à conduire les armes hongroises de triomphe en triomphe. Il allait relever le pays de l’état lamentable dans lequel il se trouvait. Dès lors la noblesse se tourna vers lui avec admiration, avec une confiance désormais indéfectible. Les nouveaux succès militaires de Hunyadi ne firent que la confirmer dans sa conviction, alors qu’elle expliquait ses revers par des circonstances exceptionnelles – la plupart du temps par la trahison. Hunyadi était ainsi sur une voie toute tracée qui allait le conduire à la dignité de régent et amener son fils à monter sur le trône.

Nouvelle tentative de croisade, les ambiguïtés d’un échec

34Hunyadi, aussitôt après ses premières victoires, se retrouva au centre de l’attention internationale. C’est alors que la Papauté reprit l’ancienne idée de croisade contre les infidèles, projet dans lequel la personne de Hunyadi occupa une place centrale. Le moment choisi pour la revitalisation de l’idée de croisade ne devait rien au hasard. L’empereur byzantin Jean VIII, que l’expansion ottomane serrait de plus en plus en tenaille, comptait pour sauver son trône sur l’assistance de l’Occident chrétien. Pour obtenir ce soutien une union entre les Églises latine (catholique) et grecque (orthodoxe) fut conclue au concile œcuménique de Florence en 1439. Pour Rome cela signifiait le rétablissement de l’unité de la Chrétienté brisée par le schisme de 1054. Cependant, la réalisation de cette union s’enlisa en raison de l’opposition du clergé orthodoxe et des populations : pour la surmonter, il fallait se frayer par les armes un chemin jusqu’à Byzance. C’est ainsi que ce projet de réunification des Églises s’articula avec celui de la libération des Balkans, perspective qui avait été laissée de côté depuis Nicopolis. Le pape Eugène IV mit toute son énergie au service de leur réalisation conjointe. Au printemps 1442 arriva en Hongrie le cardinal Julien Cesarini, à l’époque la principale tête politique de la curie, afin de réconcilier les deux parties en conflit et les inciter à lancer leurs forces dans la guerre contre les Ottomans. À la fin de sa mission, il était clair que le rôle moteur dans la guerre qui se préparait allait revenir à Hunyadi.

35Les premières opérations militaires de grande ampleur eurent lieu en 1443. Cesarini avait réussi à obtenir un « armistice » entre les partisans des « deux Ladislas ». Bien que continuant à se tenir à l’écart du combat contre les Ottomans, les grands du pays, partisans de Ladislas V, cessèrent de poser des obstacles. Toutes les forces se trouvant sur le territoire de Vladislas purent désormais se concentrer sur la guerre balkanique et en octobre 1443 une grande armée hongroise pénétra en territoire ottoman sous la direction de Hunyadi et du roi. Elle arriva jusqu’à Sofia. Si les conditions climatiques l’obligèrent à rebrousser chemin, elle finit par rentrer victorieuse à Nándorfehérvár en janvier 1444. Cette « longue expédition » durant les trois mois d’hiver avait emporté un succès plus moral que militaire. Les Hongrois n’avaient pas anéanti l’ennemi, pas plus qu’ils n’avaient reconquis de territoires, mais ils avaient eu l’avantage dans les trois affrontements principaux et dans de nombreuses escarmouches mineures. Leur armée rentrait en Hongrie sans avoir subi de défaite. C’est surtout en termes psychologiques que les effets de cette opération se firent sentir. Elle remplit le sultan d’angoisse et ses adversaires, au contraire, furent incités à poursuivre leurs initiatives. De plus, elle rendit inébranlable leur foi dans les capacités de leur chef, Jean Hunyadi.

36L’un des effets des succès de la « longue expédition » fut la formation sous l’égide du pape d’une coalition internationale qui se donna pour objectif l’occupation de la totalité de la presqu’île des Balkans. Certains des membres de la coalition, la République de Venise et le prince de Bourgogne Philippe le Bon, envoyèrent dans les Dardanelles et dans le Bosphore une armée ayant pour mission de couper les voies de communication entre les territoires européens et asiatiques de l’Empire ottoman. D’après ce projet, l’armée hongroise conduite par Hunyadi était chargée de rejeter à la mer les forces turques restées en Europe. Les préparatifs militaires commencèrent au printemps 1444 et, fin juillet, alors que les flottes étaient déjà en route, l’armée de Vladislas commença à avancer. L’invasion s’ouvrait sous de bons auspices. Non seulement les troupes hongroises s’étaient ébranlées, mais elles avaient été rejointes par des soldats polonais et par des mercenaires étrangers recrutés par la curie pontificale. Le voïvode de Valachie s’était joint à eux et ils étaient sûrs du soutien du roi de Bosnie et des insurgés albanais menés par Georges Castriota (Skanderbeg).

37Mais cette grande entreprise tourna soudain en catastrophe. Le sultan Mourad II avait été si effrayé de la coalition chrétienne qu’il était prêt à faire la paix, même au prix d’immenses sacrifices. Il sollicita la médiation de son beau-père, Georges Brankovic, qui vivait en Hongrie, et proposa de lui rendre la Serbie s’il parvenait à rompre la coalition et à éviter la guerre. Cette proposition venait à point nommé pour le prince serbe qui trouva en Hunyadi le talon d’Achille de la coalition. En échange d’une paix hungaro-turque, il lui offrit ses immenses domaines en territoire hongrois. Dans ce contexte fut conclu l’un des accords diplomatiques les plus controversés de l’histoire européenne, la paix dite de « Szeged », qui condamnait à l’échec la cause de la croisade et qui a donné lieu depuis des siècles à maintes suppositions et accusations. Vladislas, pressé par Jean Hunyadi, a-t-il réellement conclu la paix ? Et si oui, pourquoi ? Et s’il l’a réellement conclue, pourquoi s’est-il empressé d’en violer les conditions ? Et, plus généralement : que se passa-t-il réellement, et, ce qui a été considéré comme la plus importante de toutes les questions, qui porte la responsabilité des graves conséquences de cet acte ?

38Le cours des événements et leur origine ont été à ce jour plus ou moins élucidés. Bien que les préparatifs de guerre se soient prolongés pendant tout l’été, Vladislas était disposé à donner mandat à Georges Brankovic pour mener des négociations de façade avec le sultan. Celles-ci aboutirent à la mise en forme, le 12 juin 1444 à Andrinople, d’un plan de paix immédiatement ratifié avec solennité par Mourad. Celui-ci envoya ses ambassadeurs en Hongrie pour que l’autre partie elle aussi s’engage sur ces décisions. La délégation turque arriva à Szeged aux alentours du 1er août, avec une proposition de paix à des conditions « incroyablement » favorables. Une vive discussion s’en suivit au conseil privé du roi. Le sultan en effet s’engageait à quitter la Serbie en une semaine, à verser cent mille ducats au roi de Hongrie et à mettre à sa disposition en cas de guerre 30 000 hommes armés. L’accord de paix devait être conclu pour dix ans. Ensuite, Vladislas envoya les ambassadeurs turcs à Nagyvárad (Oradea), alors même que lui, le 4 août, jurait à Szeged avec les grands de Hongrie de continuer la guerre dans les termes antérieurement prévus. Il précisait également que la paix qu’il se préparait à conclure avec les Ottomans n’était aucunement valable et cela « quel que soit l’engagement pris, même sous serment ». Ensuite, à l’abri de toute publicité, le 15 août, il signa la paix à Nagyvárad. Du côté hongrois, Hunyadi fut chargé au nom du roi de prêter serment et Brankovic en fit de même du côté serbe. Le sultan tint ses promesses : le prince serbe entra le 22 août à Szendrő et prit possession des autres châteaux de Serbie. En même temps, il remit à Hunyadi la récompense promise : Debrecen, (Hajdú)-Böszörmény, Szatmárnémet, Nagybánya, Munkács, Beregszász et les immenses territoires y attenant. Après tout ceci, Hunyadi fut libéré par le cardinal Cesarini des « serments faits aux païens » et Vladislas lui promit le royaume de Bulgarie s’il contribuait à la victoire des troupes hongroises. Le 22 septembre, Vladislas et Hunyadi avec leurs armées franchirent la frontière turque et pénétrèrent dans l’Empire ottoman en suivant le Danube.

39Il est probable que le plan susnommé de violation de la paix ait été imaginé par le légat du pape, Cesarini, pour essayer de sauver la cause de la croisade. Mais cela échoua. Le marchandage secret entre Hunyadi et Brankovic balaya les chances de réussite de cette entreprise qui semblait si prometteuse. Tous les efforts pour maintenir le secret sur les différentes négociations de paix furent vains. Par l’intermédiaire de Venise, la nouvelle parvint jusqu’à la flotte, semant le trouble auprès de ses dirigeants. Le sultan passa à la tête de ses troupes d’Asie Mineure en Europe pour combattre les attaquants. Le 10 novembre 1444, ceux-ci subirent un coup fatal près de Varna. Parmi les victimes, il y avait Vladislas et Cesarini.

Jean Hunyadi, régent du royaume magyar, 1446-1452

40Avec la mort du roi Vladislas, le pays tomba dans un chaos comparable à celui du début du xive siècle. Déjà, après la mort de Sigismond, l’anarchie était devenue endémique. Châteaux et forteresses avaient poussé comme des champignons. Aucune règle juridique ne pouvait servir de rempart face à la loi du plus fort. Les tribunaux cessèrent de fonctionner à partir de 1439. Du fait de donations royales concurrentes la confusion régnait sur les titres de propriété, certains domaines ayant deux maîtres ayant fait l’objet de lettres de donation de la part de leurs rois respectifs.

41Après la défaite de Varna, la situation, pour autant que cela ait été possible, devint encore plus catastrophique. Le roi des Romains Frédéric III intervint dans les hostilités au titre de tuteur de Ladislas V. Au cours de l’été 1445, il occupa les uns après les autres les châteaux des confins occidentaux, dont Kőszeg et Kismárton. En Slavonie, les Cillei portèrent des coups décisifs aux Tallóci, occupant l’évêché de Zagreb et le prieuré de Vrana. Jiskra, en Haute-Hongrie (dans le Haut-Pays), étendit ses possessions jusqu’au Szepesség. Et, de plus, le pays devait faire face à l’éventualité d’une expédition punitive du sultan.

42Les deux partis se virent contraints de trouver un accord. À la Diète d’avril 1445, pour la première fois ils entamèrent des pourparlers, lesquels aboutirent à la création d’un conseil « national » provisoire. Ils convinrent de reconnaître Ladislas V roi de Hongrie, si seulement Frédéric était disposé à le laisser rentrer avec la couronne. Ladislas se trouvait à ce moment-là en Autriche. Dans le cas contraire, ils procéderaient à l’élection d’un nouveau roi. Ils tentèrent de maîtriser l’anarchie en décrétant la démolition des forteresses construites sans autorisation et en annulant provisoirement les donations royales faites par les successeurs d’Albert. Pour rétablir la paix ils élirent sept capitaines dotés de pouvoirs extraordinaires. Six d’entre eux étaient d’anciens partisans de Vladislas (Hunyadi, Újlaki, Georges Rozgonyi, Emeric Bebek, Michel Gúti Ország, Pongrác Szentmiklós), le septième était Jiskra. Conséquence du compromis : pour la première fois les villes purent disposer de leur propre représentation.

43La stabilisation se poursuivit en 1446 avec le rétablissement formel du pouvoir central. Comme Frédéric ne s’était pas montré disposé à laisser rentrer Ladislas, les ordres trouvèrent une solution originale : tant que Ladislas serait mineur, le pouvoir serait exercé par un régent (gubernator) élu. En l’occurrence, le régent ne pouvait être que Hunyadi. Non seulement il bénéficiait de la confiance générale de son parti – et de la noblesse en général – mais, depuis l’accord avec Brankovic, il était la première fortune du pays. Un grand nombre de représentants de la moyenne noblesse participa à l’élection du régent le 6 juin 1446 à la Diète de Rákos, près de Pest. Le nouveau dirigeant se vit attribuer un pouvoir régalien limité. Il n’avait pas le droit de faire don de domaines comportant plus de 32 tenures paysannes (l’équivalent d’un gros village), il ne disposait pas du droit de justice réservé au souverain et il avait les mains liées également en matière de gestion des biens de la Couronne. Le conseil du Royaume subsista et vit même considérablement augmenter le cercle de ses compétences. Il était composé des responsables des deux partis – hauts prélats et barons – avec une suprématie du parti « national ». Les compétences du souverain étaient ainsi partagées entre le régent et le conseil national. Cela se manifestait par le fait que les lois étaient adoptées par la Diète non point au nom de Hunyadi, mais au « nom des hauts prélats, des barons, des nobles et des seigneurs du pays », donc au nom des ordres.

44La régence de Hunyadi (1446-1452) qui, en apparence, représente la réalisation suprême du régime des ordres, a été dans les faits l’occasion d’institutionnaliser la domination des barons. La Diète de mars 1447 réglementa le nouveau mode de fonctionnement du royaume, après avoir confirmé les dispositions de l’année précédente. Elle décréta que tous les ans à la Pentecôte se tiendrait une Diète à laquelle tout seigneur possédant un domaine supérieur à vingt tenures paysannes était tenu d’être présent. Elle décréta également que pendant la session le régent et les barons seraient relevés de leurs fonctions. En cas de mort du roi, le droit d’élire un nouveau souverain était conféré conjointement aux grands du pays et aux délégués des comitats, les élections devant se faire à l’unanimité. Par la même occasion, elle mit un terme au mandat des six capitaines élus en 1445. Le principal résultat de cette Diète fut de mettre un frein à l’anarchie. L’aspiration à l’ordre était telle que la plupart des barons se soumirent aux dispositions adoptées par la Diète et restituèrent les châteaux et les biens dont ils s’étaient emparés pendant « les temps des troubles ». Les tribunaux recommencèrent à fonctionner avec régularité.

45Toutefois, le pouvoir du régent et des ordres ne s’étendait pas à l’ensemble du pays. D’une part Jiskra et les Cillei avaient pris leurs distances par rapport au gouvernement et, d’autre part, Frédéric III continuait à occuper d’importants territoires en Hongrie occidentale. La plus grande partie de la régence de Hunyadi fut consacrée à tenter de rétablir l’unité du pays. Mais ses tentatives allaient échouer. En 1452 le pays n’était pas moins divisé qu’il ne l’était en 1446.

46Il fallait pour commencer prendre acte des conquêtes de Frédéric. Hunyadi envoya une armée contre lui dès 1446 mais il parvint seulement à saccager les alentours de Vienne. Le 1er juin 1447, les grands du pays se virent contraints de demander un armistice qui laissait à Frédéric Sopron, Kõszeg, Kirmarton avec d’autres châteaux et domaines de la zone frontalière. En échange, le roi des Romains leur rendit Gyõr, que ses mercenaires occupaient depuis la guerre civile. Cependant il continua à refuser de renvoyer en Hongrie aussi bien le roi Ladislas que la couronne. Bien que l’armistice n’ait pas été suivi par la paix, la guerre autrichienne ne reprit pas.

47Hunyadi devait également prêter attention à la Slavonie des comtes Cillei. Le chef en titre de cette famille était Frédéric, fils d’Hermann, et frère de la reine Barbe (donc oncle de Ladislas V), mais en réalité elle était dirigée par son fils, Ulrik. Ulrik Cillei était bien plus qu’un grand seigneur parmi d’autres. Depuis que Sigismond, en 1436, avait élevé les Cillei au rang de princes du Saint-Empire romain germanique, ils étaient placés au même rang que les Habsbourgs. Leur principauté impériale couvrait la région de Celje (Cilli), la Styrie, le territoire entre la Carinthie et la Carniole (Krajna), et, de plus, ils avaient des domaines importants du côté hongrois de la frontière. La puissance d’Ulrik Cillei en Hongrie même s’élevait à plus de vingt châteaux, en partie hérités de son oncle, en partie occupés pendant la guerre civile. En 1445 il chassa de Slavonie les Tallóci, qui étaient partisans de Vladislas, s’appropria arbitrairement le titre de bán de Slavonie et se mit à gouverner cette région à la manière d’un prince indépendant. Il mit un de ses capitaines à la tête de Zagreb et soumit l’évêché de Zagreb à l’impôt sur la base d’un pouvoir qui lui avait été attribué en 1440 par la reine Élisabeth. Au début, Hunyadi tenta de se débarrasser des Cillei. Au printemps 1446 il pénétra dans le territoire de son adversaire jusqu’en Styrie. La Diète de 1446 donna le titre de bán à des seigneurs hongrois et tenta une nouvelle fois de reconquérir la Slavonie mais Frédéric Cillei se tenait fermement sur ses positions. Enfin, en 1448, après une nouvelle expédition inutile de Hunyadi, les deux parties convinrent de faire la paix. Cillei se soumit en bonne et due forme au gouvernement des ordres. En échange de quoi lui et son père furent reconnus bán légitimes de Slavonie. Frédéric Cillei conserva ses possessions en Slavonie et dans le Haut-Pays, où il avait pris Trencsén et les châteaux qui en dépendaient par droit de gage. La paix fut scellée par les fiançailles du fils aîné de Hunyadi, Ladislas, avec la fille d’Ulrik.

48Face à Jiskra, Hunyadi et le gouvernement des ordres subirent les défaites les plus cuisantes. Jiskra était indéfectiblement fidèle à Ladislas V. Il se présenta jusqu’à la fin comme « son capitaine ». Ses vastes domaines avaient la taille d’un pays et s’étendaient depuis les villes minières jusqu’à Kassa et Saros. Il ne voulait les remettre qu’au futur roi. La raison principale de l’hostilité entre lui et les ordres venait du fait qu’il disposait de revenus énormes grâce aux mines de métaux précieux. Le deuxième objet de discorde concernait les châteaux des barons et des nobles dont il s’était emparé. Jiskra en effet, refusant la décision de la Diète de 1446, n’était pas disposé à se défaire de ceux qu’il avait occupés. Tous les jours il y avait des troubles en raison des abus des mercenaires tchèques sur lesquels Jiskra n’exerçait qu’un contrôle superficiel. Les revenus réguliers de ses terres ne suffisaient pas à payer régulièrement la solde des soldats qui étaient en nombre considérable. C’est pourquoi ceux-ci, même après la fin de la guerre civile, continuèrent à vivre en partie de pillages. Au début, Jiskra et le gouvernement des ordres tentèrent de dialoguer. Le pouvoir du condottiere tchèque fut légalisé par son élection parmi les sept capitaines. En 1446, le droit d’usufruit des revenus de la Couronne dont il s’était emparé fut prolongé pour trois ans, mais à condition qu’il payât un salaire régulier à ses soldats et qu’il restituât les châteaux occupés. Jiskra, soit ignora ces conditions, soit n’entendit pas les remplir, ce qui ne tarda pas à déboucher sur la guerre, qui se prolongea par intermittence jusqu’en 1452, date à laquelle Ladislas V fut libéré. Hunyadi prit personnellement la tête des armées hongroises et lança quatre expéditions en Haute-Hongrie entre 1447 et 1452. Malgré un coût élevé en hommes et en argent, ces expéditions n’obtinrent pas le résultat escompté. Sans doute par manque d’équipement et de patience, Hunyadi n’alla pas jusqu’à mettre systématiquement le siège des châteaux de Jiskra pour l’en chasser, se contentant de ravager les terres de l’ennemi et de conquérir tel ou tel ouvrage fortifié en bois. C’est à l’occasion du siège de l’un d’entre eux, la forteresse de Szentkirály près de Losonc, qu’il subit en 1451 une sévère défaite face à Jiskra lui-même, accouru pour sauver son château. Plusieurs grands de Hongrie périrent sur le champ de bataille. Ce fut là le dernier des affrontements militaires. Le 24 août 1452, à la nouvelle de la libération de Ladislas V, les deux parties conclurent la paix. Jiskra garda les châteaux et les revenus de la Couronne qu’il avait conservés et, en plus, se vit attribuer mille ducats d’or par forteresse destinée à être démolie et douze mille ducats pour ses prisonniers.

49Les armées hongroises n’eurent pas plus de succès dans la guerre contre les Ottomans, si ce n’est qu’en 1447 Hunyadi, au terme d’un raid, parvint à mettre sur le trône de Valachie un voïvode favorable aux Hongrois. Le danger d’une invasion turque n’était plus à l’ordre du jour mais Hunyadi comme les nobles hongrois auraient aimé remporter de nouveaux succès permettant de passer l’éponge sur la catastrophe de Varna. Le nouveau pape, Nicolas V (1447-1455), appelait lui aussi à la croisade : il envoya un nouveau légat en Hongrie en la personne du cardinal Carvajal. C’est ainsi qu’à l’automne 1448 une nouvelle offensive fut lancée. Les troupes hongroises, commandées par Hunyadi et bénéficiant du renfort de troupes roumaines, mirent le cap sur l’Albanie pour tenter de rejoindre les insurgés de Georges Kastriota. Chemin faisant, sur le site de triste mémoire de Rigómezõ (lieu d’une célèbre défaite serbe), elles rencontrèrent l’armée de Mourad II et au bout de trois jours de combat (les 17-19 octobre) subirent une deuxième grave défaite : Hunyadi perdit son armée avec presque tous ses chefs militaires.

50Après la défaite de Rigómezõ, le différend latent depuis 1444 entre Hunyadi et Brankovic éclata, conduisant à la guerre. Elle plongeait ses racines dans la paix de Nagyvárad. Après avoir tenu les promesses faites à Hunyadi, le prince serbe respecta la paix qu’il avait conclue avec le sultan et refusa de participer aux expéditions de Varna et de Rigómezõ. C’est pourquoi les Hongrois le considéraient comme traître, alors même que les hostilités hungaro-turques soumettaient son pays à des pillages perpétuels. Brankovic, non sans raison, en rendait Hunyadi responsable. Il lui demanda restitution des terres que ce dernier avait reçues en échange du recouvrement de la Serbie. Quand le régent, rentrant de Rigómezõ en Hongrie, fut fait prisonnier par le prince serbe, celui-ci tenta de le soumettre à un chantage. Après sa libération, Hunyadi se vengea : il fit proclamer par la Diète de 1450 la trahison de Brankovic, le priva de ses droits et lança ses armées contre lui pour exécuter la sentence. Les grands du pays réconcilièrent finalement les deux adversaires en 1451. Hunyadi rendit à Brankovic les domaines qu’il s’était appropriés mais conserva tout ce qu’il avait obtenu en 1444 en échange de 155 ducats d’or. De plus, la petite-fille de Brankovic, fille d’Ulrik Cillei, fut fiancée au fils cadet du régent, Mathias.

51La position de Jean Hunyadi, en dépit de toute cette série d’échecs, restait inébranlable. Il avait de nombreux adversaires parmi les barons mais la noblesse moyenne continuait à le reconnaître pour chef. Il parvint même à accroître son pouvoir grâce à son habileté politique. En 1450, lui et son ami Újlaki constituèrent une alliance avec leur ancien adversaire Ladislas Garai, que la Diète avait élu palatin en 1447. Cette alliance, contournant le conseil national, conclut avec Frédéric III une paix séparée allant dans le sens de ses intérêts. Les Autrichiens rendirent à Garai Dévény (l’un des châteaux frontaliers occupé aux alentours de 1445), et Hunyadi accepta, au nom du pays, que Ladislas reste sous la tutelle de Frédéric jusqu’à ses 18 ans (1458). Comme cela impliquait que Frédéric continua à gouverner les terres autrichiennes de Ladislas, le roi des Romains fut amené en contrepartie à reconnaître Hunyadi comme régent de Hongrie jusqu’à la majorité du roi. Il promit également de ne remettre le jeune roi qu’à Hunyadi personnellement. Hunyadi s’implanta également dans le nord-ouest du pays : en 1450, les Rozgonyi lui cédèrent leurs châteaux de Pozsony, Nagyszombat et Szakolca. Il aurait également voulu reprendre Trencsén aux Cillei, mais ce projet n’aboutit pas avant 1454.

52C’est le soulèvement des ordres autrichiens qui mit un terme à la régence de Hunyadi. En 1452, alors que Frédéric s’était rendu à Rome pour se faire couronner empereur par le pape, ceux-ci prirent les armes contre lui et réclamèrent la libération immédiate de Ladislas. Une partie des ordres tchèques et les Cillei se joignirent au mouvement. À son retour, Frédéric fut assiégé par les troupes des ordres à Wienerneustadt (Bécsújhely), de sorte qu’il fut contraint de céder, et le 4 septembre 1452 il remit Ladislas à son grand-oncle, Ulrik Cillei. Mais il continua à refuser de rendre la sainte couronne et les négociations menées avec lui par les Hongrois, qui demandaient la restitution, éventuellement contre indemnité, des territoires occupés, échouèrent également.

Ladislas V et le parti de Hunyadi (1452-1457)

Ladislas V, un roi privé de pouvoir

53La libération de Ladislas mit enfin en place les bases légales qui allaient permettre la consolidation tant attendue de la situation intérieure. Pour la première fois depuis la mort d’Albert le pays avait une tête couronnée reconnue par tous. Il n’était pas question de procéder à un nouveau couronnement. Les partisans de Ladislas V obtinrent que le couronnement de 1440 soit reconnu. Le nouveau mode de gouvernement et les situations de fait remontant à l’époque des troubles firent l’objet de négociations menées par les grands du pays à Vienne. Leurs décisions prirent force de loi à la Diète de Pozsony en janvier 1453. On passa l’éponge sur le passé : tous ceux qui avaient pris les armes pour Vladislas bénéficièrent d’une amnistie générale de la part du roi. Dans l’affaire des droits de propriété on partit à la fois de la situation existante et de l’état des choses en 1439. Les lettres de donation tant de Vladislas que d’Élisabeth furent annulées. Les occupations de domaines par les nobles furent régularisées par de nouvelles donations royales, ayant désormais force de loi. Afin de parfaire la réconciliation, le gouvernement sacrifia une bonne partie des domaines encore légalement possédés par le roi, mais qui étaient en 1439 ou plus tard passés dans des mains privées. Comme on l’avait fait de nombreuses fois au cours des années précédentes, on décréta la démolition des nouvelles forteresses illégalement construites et la restitution des biens temporairement occupés. Les organes de gouvernement disparus en 1439 furent rétablis : la grande chancellerie, dirigée par le nouveau grand chancelier, l’archevêque Denis Szécsi ; la chancellerie secrète, à la tête de laquelle se trouvait un partisan de Hunyadi, le célèbre humaniste Jean Vitéz, évêque de Várad ; ainsi que les tribunaux de la présence personnelle et spéciale du roi. L’ancien conseil royal fut restauré afin de pourvoir aux dignités restées vacantes, mais, à côté de lui, formellement, le fonctionnement de la Diète, tel qu’il avait été renforcé par les ordres, resta intact.

54Les rapports réels de pouvoir n’avaient pas changé et Hunyadi restait le véritable maître du pays. Fin 1452 il dut renoncer au titre de régent mais cette perte fut compensée de toutes les manières possibles. Il demeura à la tête du gouvernement avec le titre de « capitaine principal ». Il garda tous ses châteaux (à l’exception de Pozsony) et il se vit confier la gestion de tous les revenus de la Couronne : il était tenu de remettre seulement 24 000 ducats d’or par an au roi pour l’entretien de sa cour. Il obtint que sa famille occupât une position particulière parmi les familles des grands de Hongrie. Il reçut aussi en donation le territoire saxon de Beszterce en Transylvanie ainsi que le titre de « comte perpétuel de Beszterce », pour lui et pour ses descendants. La Hongrie jusqu’alors n’avait guère connu les titres « perpétuels », sauf dans le cas des Cillei, qui se faisaient appeler comtes de Zagoria (d’après la région du comitat de Varad qui leur avait été donnée en 1399 par Sigismond). C’est sans doute leur exemple qui incita Hunyadi à faire attribuer à sa famille ce privilège exceptionnel. Ainsi Hunyadi n’avait pas laissé échapper le gouvernail du pays, quitte à se trouver dans un isolement de plus en plus grand. Ses ambitions l’avaient en effet mené sur une voie où même ses amis n’étaient plus capables de le suivre. Dans la noblesse de l’est du pays son camp demeurait puissant mais il ne lui restait plus parmi les barons que deux alliés, Michel Gúti Ország et Sébastien Rozgonyi. Même Újlaki s’était éloigné de lui. Bien que leur rupture ne fût pas ouverte, le voïvode s’était rallié à une ligue de grands seigneurs – menée par Cillei, Garai et par le comte de la cour Ladislas Palóci – qui s’étaient fixés pour objectif le rétablissement en Hongrie de l’autorité du trône et dont l’intense activité politique était en sourdine tournée contre Hunyadi. La ligue fut formée en septembre 1453, et reconduite en 1455. Mise en garde encore plus marquante que l’éloignement d’Újlaki, Jean Vitéz lui aussi commença à s’opposer à Hunyadi.

55Vitéz était un officier de chancellerie habile et talentueux. En 1439 il avait joué un rôle décisif dans la mise en place de l’idéologie du mouvement des ordres. Il s’agissait d’un partisan fidèle du parti « national » puis de Jean Hunyadi, qui l’avait fait en 1445 évêque de Várad et lui avait confié l’éducation de son fils Mathias. C’est sur lui que reposait en grande partie la diplomatie du régent. Celui-ci de surcroît l’avait nommé en 1453 chancelier secret. Mais dans sa nouvelle fonction il estimait indispensable pour l’avenir du pays que le pouvoir central soit renforcé, entrant ainsi en conflit avec son ancien ami et partisan. La prise de position de Vitéz montre bien que l’espace politique avait considérablement changé par rapport à 1440. Désormais, alors que la cour elle-même avait pris en compte les principes des ordres, l’opposition de naguère entre un parti « de la cour » et un parti « national » avait disparu. Ce dernier avait perdu l’importance qu’il avait eue au niveau du pays tout entier. Seuls se dessinaient les contours d’une sorte de groupement politique, un « parti de Hunyadi ». Le dénominateur commun qui réunissait ses membres n’était plus le principe des ordres, pas plus que l’intérêt du « pays », mais celui d’une fraction dont l’objectif était l’accroissement du pouvoir de la maison des Hunyadi.

56L’opposition entre Hunyadi et la cour tourna autour de deux questions : les revenus de la Couronne et l’avenir des châteaux du roi. Il était impossible de reconstruire un pouvoir central tant que ces derniers étaient tous gardés par Hunyadi. C’est pourquoi le roi tenta, sur conseil de Vitéz, d’amener la Diète de janvier 1454 à retirer la gestion des biens de la Couronne au capitaine principal. Mais le roi ne se présenta pas à la Diète personnellement et celle-ci, influencée par Hunyadi, rejeta cette proposition. Il fallut du temps avant que la Diète obtienne que l’ancien régent renonce au titre de capitaine des châteaux et des villes de la Couronne. C’est seulement en 1456 qu’il se vit contraint de faire les premières concessions quand Ladislas pour la première fois se rendit à Buda. Tout en gardant la plus grande partie de ses prérogatives de « capitaine principal » il rendit au roi quelques châteaux fortifiés (Nagyzsombat, Buda, Diósgyőr) avec une partie de leurs revenus.

La victoire de Belgrade et la mort de Jean Hunyadi. Une mobilisation populaire avortée contre les Turcs

57Les nouvelles menaces que faisait peser le danger turc jouèrent un grand rôle dans la volonté de Hunyadi de maintenir ses positions. La défaite de Rigómező avait été suivie par une brève accalmie. Le sultan Mourad II avait d’autres préoccupations et il conclut en 1450 l’armistice avec les Hongrois, armistice reconduit par son successeur Méhémet II (le Conquérant) (1451-1481). Mais l’arrivée sur le trône de Méhémet ouvrait une nouvelle époque et de nouveaux succès à l’expansion ottomane. La Hongrie ne tarda pas à en sentir les premiers signes. À la stupéfaction de l’ensemble du monde chrétien, le 29 mai 1453, Constantinople tomba dans les mains des Turcs, mettant fin à l’Empire byzantin, empire millénaire que tous croyaient éternel. Montrant par là qu’il avait l’intention de s’y installer définitivement, le sultan quitta Andrinople et fit de la capitale byzantine le siège de son empire. En 1454, dès l’expiration de la paix de Várad, il attaqua la Serbie et assiégea Brankovic à Szendrő. En 1455 il renouvela son attaque contre la Serbie et occupa presque tout le pays à l’exception de Szendrő. L’expédition suivante, en 1456, fut dirigée vers la principale forteresse de la frontière sud de la Hongrie, Nándorfehérvár (Belgrade). Dans ces circonstances, Hunyadi fut de nouveau sollicité pour sauver le pays. Malgré les défaites qu’il avait subies depuis 1444, et qui avaient quelque peu atteint sa réputation, il demeurait le mieux placé pour diriger avec bonheur la lutte contre les Ottomans.

58Les préparatifs pour la guerre turque avaient commencé, au moins sur le papier, dès 1453. Aussitôt après la chute de Byzance, le pape Nicolas V avait lancé une croisade. La lutte contre les Ottomans avait également été mise à l’ordre du jour de l’assemblée du Saint-Empire Romain Germanique en 1454-1455, bien qu’aucune décision marquante n’y ait été prise. L’atmosphère de panique était bien sûr particulièrement répandue en Hongrie et la Diète de Buda en 1454 prit des dispositions de grande portée pour redresser l’état du pays. Elle décréta la mobilisation générale de la noblesse et rétablit l’institution du « service militaire par tenure » de l’époque de Sigismond. Celui-ci prévoyait, dépassant toutes les mesures antérieures, l’obligation de fournir quatre cavaliers et deux archers par cent tenures paysannes. Mais il n’y eut pas de guerre offensive : Hunyadi se contenta d’entrer à l’automne 1454 avec une petite troupe en Serbie, où il écrasa à Kruševa les troupes ottomanes que le sultan y avait laissées. Les préparatifs se poursuivirent en 1454 mais le seul fait marquant est que la Diète leva un impôt exceptionnel.

59C’est le nouveau pape, Calixte III (1455-1458) qui donna un nouvel élan à la cause de la guerre turque en mettant toutes les forces de l’Église au service de la croisade. Son appel adressé aux princes européens ne trouva pas d’échos mais, dans plus d’un endroit, il parvint à susciter l’enthousiasme des masses. Ce sont surtout les franciscains qui l’assistèrent en mobilisant tous leurs prédicateurs pour la « guerre sainte ». Leur zèle permit de rassembler au cours de l’été 1456 aux alentours de Vienne une armée de croisés surtout allemands et tchèques prêts à partir combattre les « infidèles ». Mais ces troupes ne rencontrèrent pas le sultan et ce ne furent pas elles qui sauvèrent la « clé » de la Hongrie. Outre Hunyadi, c’est un franciscain septuagénaire, nommé Jean de Capestran (Giovanni da Capistrano), et l’armée de mercenaires et de paysans hongrois qu’il avait su rassembler, qui remportèrent cette victoire.

60Fin 1456, Mehemet II arriva sous les murs de Belgrade. La cour était au courant de son entreprise depuis le mois d’avril. Il est d’autant plus étonnant de constater le retard et la négligence qu’elle mit à riposter. Certes le roi avait proclamé la mobilisation nobiliaire mais, ni les étendards des nobles, ni ceux des hauts prélats ou des grands seigneurs, ne flottèrent sous la forteresse. Seul Hunyadi se livra à des préparatifs efficaces, lui qui était en même temps capitaine principal du pays et l’un des capitaines de Nándorfehérvár (Újlaki étant l’autre). Il envoya au château, dont la défense était assurée en son nom par son beau-frère Michel Szilágyi (le frère de son épouse, Élisabeth) et par Jean Geszti au nom de Újlaki, une garde de 7 000 hommes, et prit position avec les autres parties de la troupe dans les alentours. Capistrano lui aussi agit rapidement. Sur mandat du pape, il avait lancé la croisade en Hongrie dès l’été 1455 sans remporter le moindre succès. Mais, quand il apprit les préparatifs du sultan, il concentra son activité sur les comitats méridionaux du pays, les plus menacés, et obtint enfin des résultats. En appelant les populations à défendre maisons et familles il parvint à enflammer leur énergie au point qu’au moment de l’arrivée du sultan 25 000-30 000 hommes – « paysans, artisans, pauvres gens », comme l’écrivirent les témoins – prirent les armes pour protéger le château. Une partie d’entre eux se posta sous les murailles, les autres se rassemblèrent un peu plus loin, à Szalánkemén. Les forces du sultan étaient largement supérieures en nombre avec leurs 100 000 hommes, pour la plupart bien formés, disposant de machines de siège, d’une artillerie et de bateaux pour soutenir les combattants. Face à cette armée, Hunyadi avait mobilisé pour défendre le château dix mille soldats tout au plus et les hommes de Capistrano, inexpérimentés, n’étaient armés que de leur enthousiasme.

61Pourtant, le siège de Nándorfehérvár se termina sur une défaite cuisante pour Méhémet II. Le 14 juillet, dix jours après le début du siège, Hunyadi anéantit la flotte turque du Danube, entra en contact avec la forteresse et fut en mesure d’envoyer du soutien à ses défenseurs. Le 21 juillet, alors que les murailles avaient déjà été réduites en ruines sous le feu permanent des canons, le sultan lança une offensive générale, mais il ne parvint pas à entrer dans la citadelle et perdit la fine fleur de son infanterie. C’est le lendemain, le 22 juillet, qu’eut lieu l’affrontement décisif. Le corps principal des croisés de Capistrano et les forces de Hunyadi prirent les Ottomans sous leurs feux croisés et leur infligèrent de telles pertes que le sultan fut contraint de prendre la fuite. Pour la deuxième fois, Nándorfehérvár échappait à la reddition

62La victoire avait créé de bonnes conditions pour poursuivre l’offensive, dans la mesure où des forces considérables s’étaient rassemblées à l’arrière-garde, mais celle-ci n’eut pas lieu. Pendant les combats le camp des croisés avait vu grandir la colère contre les « puissants » qui se tenaient à l’écart. Tout de suite après la victoire, la révolte était devenue si menaçante que Hunyadi et Capistrano jugèrent plus sage de dissoudre aussitôt l’armée paysanne. Aucun d’entre eux ne survécut longtemps à ce triomphe : le 11 août, Hunyadi tomba victime de la peste qui s’était propagée dans les campements militaires, et le 23 octobre Capistrano le suivit dans la tombe.

63L’importance de ce triomphe n’a guère besoin d’être soulignée. Le pape fit du 6 août, jour de la Transfiguration du Seigneur, une fête obligatoire dans toute la chrétienté pour commémorer l’événement. L’angélus de midi, qui, avant l’affrontement, avait servi à inciter les combattants, rappelle jusqu’à aujourd’hui la mémoire de ce triomphe. Pendant 65 ans, ni le sultan, ni ses successeurs ne lancèrent d’offensive de ce type contre la Hongrie. En revanche, Hunyadi consolida la foi de ses partisans en sa mission, ce qui facilita considérablement l’accession au trône de son fils.

Mort de Ladislas V. Une atmosphère de guerre civile

64Celle-ci suivit une voie brève mais accidentée. Avec la mort de Hunyadi, le roi et sa cour pensèrent que le moment était venu de prendre le pouvoir et de se débarrasser du parti affaibli des Hunyadi. Ulrik Cillei, « l’homme fort » de la cour dirigea l’opération. Il prit le titre de capitaine principal à la place de Hunyadi et tenta d’utiliser pour ses ambitions personnelles les croisés étrangers qui, entre-temps, étaient arrivés en Hongrie. Il exigea que les descendants de Hunyadi restituent les biens et les châteaux de la Couronne qu’ils continuaient à détenir et se rendit avec le roi dans le Sud, pour reprendre, ou, si nécessaire, mettre le siège des autres châteaux frontaliers. Face à cette mobilisation royale le fils aîné du régent, Ladislas, âgé de 23 ans, prit la tête du parti des Hunyadi. Il avait hérité aussi bien de l’ambition que de l’habileté de son père et, dans cette situation de crise, il se résolut à un acte hardi. Comme la Diète tenue à Futak, dans le comitat de Bács, s’était en apparence soumise au roi, il attira le souverain et Ulrik Cillei sans leur suite au château de Belgrade. Et, là, le 9 novembre 1456, il fit assassiner le comte et ses partisans. Avec cet attentat, il devenait maître de la situation. Le roi, qu’il avait emmené à Temesvár, se vit contraint de lui attribuer la charge de capitaine principal du pays et de jurer qu’il ne vengerait pas la mort de Cillei.

65Ladislas Hunyadi ne jouit pas longtemps de l’héritage de son père. Le lâche assassinat avait éloigné de lui tous les barons sauf ses partisans les plus dévoués. Même l’ami le plus fidèle de son père, Michel Ország, futur palatin, rejoignit ses adversaires, dirigés désormais par Garai et son ancien allié Nicolas Újlaki. Eux aussi, en apparence, prirent acte de la victoire de Ladislas Hunyadi mais, en même temps, ils préparèrent une riposte. Ils veillèrent à ce que le capitaine principal se sente en sécurité et attendirent qu’il se rende à Buda avec son frère Mathias. Le 14 mars 1457, les deux frères furent arrêtés. Le conseil royal siégea en tribunal d’exception et les jugea pour les crimes de trahison, de lèse-majesté et d’infidélité. Deux jours plus tard la peine capitale fut prononcée et Ladislas fut exécuté place Saint-Georges à Buda. Mais la vengeance ne fut tournée que contre lui seul. Tous ses compagnons furent graciés et ne tardèrent pas à prendre la fuite, sauf le jeune Mathias, que le roi emmena aussitôt avec lui en Bohême.

66Le parti des Hunyadi répondit à l’exécution de son chef par une insurrection dirigée par la mère des garçons, Élisabeth Szilágyi, et par son frère Michel. Elle fut financée par l’immense fortune des Hunyadi, qui était intacte et soutenue par l’armée de leurs familiers. Ce sont Újlaki et Jiskra qui allèrent à la rencontre des insurgés à la tête des armées royales. Une sanglante guerre civile commençait, qui allait durer des mois. Elle ne se termina qu’avec le décès inopiné de Ladislas V à Prague, le 23 novembre 1457. Il mourait à 17 ans sans successeur. Le pays était à nouveau privé de souverain.

Notes

1 Le terme hongrois correspondant, « országgyülés », signifie précisément « assemblée du pays ».

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540