Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la Hongrie médiévale. Tome II

 | 
Pál Engel
, 
Gyula Kristó
, 
András Kubinyi

Deuxième partie. Le règne de Sigismond

Chapitre V. Une société en mutation

Texte intégral

La montée en puissance de la noblesse

1La conséquence la plus durable du règne de Sigismond a été l’augmentation exceptionnelle des grandes seigneuries laïques. C’est vraiment à cette époque-là – et non point plus tôt – que commence cette longue période de l’histoire hongroise marquée par l’hégémonie sociale, politique, économique et culturelle des grandes fortunes. Dès lors, et pour des siècles, la Hongrie sera le pays de la grande propriété.

2L’émergence des fortunes privées eut lieu au détriment des domaines de la Couronne de l’époque des Angevins. Le meilleur exemple de cette évolution est le changement dans la possession des châteaux : alors qu’à la mort de Louis Ier, en 1382, près de la moitié des châteaux (150) était détenus par le roi (ou par la reine), en 1437 la couronne n’en possédait plus qu’un cinquième (60). La grande majorité des châteaux ayant appartenu au roi était passée dans les mains de quelques grands seigneurs richissimes. Cette transformation eut lieu surtout dans les premières années du règne de Sigismond et ses raisons politiques étaient naturelles. L’aristocratie de cour arrivée au pouvoir sous les rois angevins s’était emparée en 1382 du rôle dirigeant et avait utilisé ses avantages pour extorquer au nouveau souverain qu’elle avait mis sur le trône d’immenses donations. Avec le temps, Sigismond parvint à freiner ce processus et redressa le pouvoir royal en s’appuyant sur des nobles choisis par lui. Mais comme il devait fournir à ses nouveaux soutiens des fortunes correspondant à leur position sociale, le processus ne s’arrêta pas véritablement. Il changea simplement de direction. Les nouvelles fortunes formées après 1392 servirent à étayer solidement le pouvoir de Sigismond, mais, en perspective, elles ont également abouti à renforcer la grande propriété.

3D’un point de vue politique, la transformation de la structure de la propriété signifiait que les honores des barons étaient désormais remplacés par les grandes fortunes privées. Alors que les Angevins commandaient par l’intermédiaire de leurs barons et de leurs capitaines du guet, à partir de Sigismond les grands propriétaires et leurs familiers disposèrent d’un pouvoir réel. Des parties entières du pays échappèrent ainsi au contrôle du pouvoir central. En Transdanubie – à l’exception des régions de Buda et de Visegrád – il n’y avait plus après 1439 de châteaux de la Couronne, car ce qui restait fut donné ou hypothéqué par le successeur de Sigismond, Albert. Il en allait pratiquement de même dans les comitats du Nord-Est et dans la région au-delà de la Tizsa (en 1439, Diósgyör et Gölnic ainsi que Huszt étaient toujours propriété du roi). En Slavonie le roi n’avait plus aucune position solide depuis les années 1420. Dans toutes ces régions – et ailleurs aussi, où il restait des châteaux de la Couronne – une nouvelle réalité apparut : la fortune d’un aristocrate, territorialement concentrée et articulée en divers domaines relevant d’un château.

4La formation de ce type de fortune est une évolution propre aux époques de Louis Ier et surtout de Sigismond. Auparavant les grands ne déployaient pas de grands efforts pour que leurs possessions se trouvent regroupées dans une même région. Ils essayaient plutôt d’imiter le roi qui avait des terres partout dans le pays. Au xve siècle il y eut encore des fortunes d’origine qui rappelaient par leur éparpillement des temps plus anciens, comme par exemple celle de la famille de Maurice de Meggyes, possesseur de terres depuis le comitat de Györ jusqu’au-delà de la Tisza ainsi qu’en Slavonie. Cependant, à partir de la fin du xive siècle, les nobles prirent l’habitude de concentrer leurs domaines. D’une part, ils essayèrent d’échanger leurs domaines éloignés pour obtenir des terres mieux situées mais surtout ils concentrèrent clairement leurs nouveaux domaines en une région. Le résultat de ce travail de construction consciente, ce furent les grands ensembles aristocratiques, qui, aux alentours de 1440, avaient déjà dans une large mesure conféré au pays son profil politique.

5Un deuxième trait de l’époque, ce fut la mise en place d’une organisation domaniale de ces grandes propriétés. Les fortunes familiales s’étaient formées à partie d’éléments isolés, plus ou moins grands, qui au départ n’étaient reliés entre eux ni juridiquement ni économiquement. Leur noyau était la plupart du temps un château royal ou plusieurs, qui étaient parvenus à la famille en donation – avec leurs annexes, les villages qui en relevaient. D’autres éléments vinrent cependant s’y ajouter : villages ou portions de villages, dont la famille, au cours du temps, avait hérité, qu’elle avait reçus, achetés ou qu’elle s’était procurés de toute autre manière. Pour pouvoir administrer rationnellement ces fortunes, il fallait en finir avec les statuts juridiques et économiques particuliers de telle ou telle partie et il fallait les articuler pour constituer de nouvelles unités homogènes. Ce travail, c’est la génération de Sigismond qui l’a accompli. La manière dont elle l’a fait est bien illustrée par l’exemple de la famille des Kanizsai dont les possessions se trouvaient dans l’ouest de la Transdanubie.

6Le fondement de la fortune des Kanizsai remonte au xive siècle et, à l’origine, ses points forts étaient (Nagy) Kanizsa dans le comitat de Zala et le château de Szarvkö, dans le comitat de Sopron, aujourd’hui en territoire autrichien. Au début, il s’agissait de deux petits domaines, comprenant chacun quatre ou cinq villages. La fortune des Kanizsai se composait pour l’essentiel de villages que les Kanizsai, au cours du xive siècle, avaient acquis par des procédures variées. Après 1387, ce noyau hétérogène, relativement modeste, deviendra soudain immense grâce au grand chancelier Jean Kanizsai et à ses frères, qui reçurent de Sigismond, les uns après les autres, plusieurs châteaux de la Couronne dans la région frontalière de l’ouest du pays : Kapuvár (1387) dans le comitat de Sopron, Borostyánkö (1392) et Léka (1397) dans le comitat de Vas, ainsi que Simontorony (1397) dans le comitat de Tolna. À côté de ce grand travail d’accumulation, ils ne dédaignèrent pas non plus des morceaux plus modestes et continuèrent diligemment à étendre leurs possessions aussi bien vers le sud, autour de Kanizsa, que dans les comitats de Sopron et de Vas. Ils parachevèrent leur œuvre en 1424 quand ils échangèrent avec Pipo d’Ozora la lointaine Simontorony pour obtenir Sárvár, dans le comitat de Vas (il se trouve qu’Ozora avait lui-même besoin de Simontorony qui se trouvait à proximité de ses châteaux).

7À la fin de l’époque de Sigismond, la famille divisa cet ensemble hétérogène en sept grands domaines. Les différents centres rassemblaient les territoires proches : Kanizsa regroupait toutes les possessions des comitats de Zala et de Somogy, Kapuvár celles des villages du Rábaköz et du comitat de Györ, Sárvár les terres du comitat de Sopron au sud du lac Fertö (la région appelée plus tard « hautes terres de Sárvár ») dont certaines au départ étaient rattachées à Kapuvár. Les villages plus à l’ouest relevaient de Léka, sauf un groupe de terres au nord de Sopron qui se trouva divisé entre Szarvkö et le domaine du château tout juste reconstruit de Kismarton. Au sud-ouest, le domaine de Kanizsa était borné par celui de Borostyánkö qui fut agrandi. Deux châteaux superflus furent détruits avec autorisation du roi : en 1409 le château de Róv, à faible distance de Szarvkö, et une ou deux décennies plus tard Zaszlop, situé également à proximité. Le travail qu’ont fait les Kanizsa pour structurer leurs propriétés a eu une longue portée : après leur extinction en 1532, les tenanciers de cette région ont continué à vivre dans les cadres fixés, sous la domination des Nádasdy, des Esterházy, des Széchenyi et d’autres familles.

8Les Kanizsai ne sont qu’un exemple. Dans les autres régions du pays, au cours de ces mêmes décennies, les autres grandes familles structurèrent leurs possessions. Certaines d’entre elles étaient bien plus puissantes : la branche du palatin Garai disposait en 1437 de quinze grands domaines et de plusieurs petites seigneuries dans la moitié sud-ouest du pays, depuis Dévény, près de Pozsony jusqu’aux comitats de Temes et d’Arad, en passant par Közseg, Pápa, Simontorony et Siklós. Les comtes Cillei parvinrent à se construire une « principauté » faite de seize châteaux territorialement pratiquement contigus. À ces possessions s’ajoutaient leurs domaines voisins en Styrie. La fortune du voïvode Stibor était d’envergure comparable. Ses terres se trouvaient dans les comitats du Nord-Ouest, mais comme son fils mourut en 1434 sans héritier, elles retournèrent au roi.

9À la fin de la période de Sigismond il y avait environ quarante familles dont la fortune dépassait largement la taille des seigneuries ordinaires des nobles. Leurs terres couvraient des surfaces allant de 60 000 à 300 000 hectares et étaient habitées par des milliers de tenanciers. Rien que sur la moitié des terres du comitat de Zala appartenant aux Bánfi d’Alsólendva, il y avait 1 100 tenanciers recensés en 1389. Les parents « pauvres » des Garai, les Bánfi de Gara, possédaient 2 000 tenanciers au-delà de la Drave. Nous connaissons exactement les dimensions des terres des Druget d’Homonna à l’époque des Angevins : en 1437 elles représentaient 106 bourgades et villages (dans les comitats de Zemplén et d’Ung), organisés en quatre domaines (Barkó, Jeszenö, Nevicke) dans lesquels il y avait environ 3 100 familles de tenanciers.

10Donc, dans le demi-siècle qui suivit l’extinction des Angevins, la structure de la propriété dans le Royaume fut totalement transformée. : les châteaux royaux qui avec leurs terres constituaient des honores furent remplacés par des propriétés privées de taille identique et de poids politique équivalent. Ce tournant apparaît clairement dans quatre comitats du Nord-Est sur la base des données fiscales du recensement des portails. Dans ces comitats en 1382 il y avait neuf châteaux de la Couronne, auxquels appartenaient 15 % des tenures paysannes. En 1427 nous ne trouvons plus sous la dépendance du roi et de la reine qu’1 % des portails (182), et parmi les châteaux, seuls Sáros et Ajnácskö leur étaient restés, et encore seulement jusqu’en 1430.

11La transformation de la structure de la propriété n’a pas manqué d’affecter aussi les relations sociales. À la fin de l’époque de Sigismond, une mince couche de la noblesse s’est détachée de la masse, celles des détenteurs des plus grandes fortunes. Ce sont eux qui à la fin du xve siècle formeront l’aristocratie institutionnellement délimitée. Jusqu’à Sigismond, les différences hiérarchiques dans la noblesse n’étaient pas déterminées par la fortune, mais par les fonctions. Les nobles les plus distingués étaient les barons (barones), ceux qui occupaient les principales dignités de l’État et qui en même temps étaient détenteurs des plus grands honores. Ils étaient les seuls à avoir le droit d’utiliser le titre de magnificus, et celui de « seigneur », dominus. La deuxième couche de la hiérarchie de la cour était composée des capitaines du guet, des vice-ispán, des chevaliers et des « jeunes » de la cour et avait droit au titre de « maître » (magister). Les autres étaient tout simplement nobles (nobiles) car l’aristocratie en tant qu’ordre n’existait pas. Faute de mieux, on avait tendance à appeler aussi « maître » ceux qui avaient une grande fortune, mais c’était un titre individuel, les familles n’étaient pas désignées par cette appellation. Les membres de la richissime famille des Druget étaient, pris séparément, tous « maîtres », mais quand il était question de la famille, eux aussi étaient simplement « nobles » comme tous les autres.

12À l’époque de Sigismond, la mode voulut que les membres des lignages les plus distinguées, possédant les plus grandes fortunes, se distinguent des autres. C’était là le premier signe d’une institutionnalisation de l’aristocratie. Dans les lois de Temesvár de 1397 ils sont appelés « fils de baron » (filii baronum), puis pendant un temps « très puissants nobles » (potiores ou potentiores nobiles), ou encore « magnats » (magnates). À partir des années 1430 il leur est donné de plus en plus souvent le titre de magnificus, même s’ils n’occupaient aucune fonction au niveau de l’État. Enfin, à partir du milieu du xve siècle, on prit l’habitude de les appeler « barons ». Ainsi le sens de ce mot s’est-il étendu. Dès lors, il ne désignait plus seulement les détenteurs des plus hautes dignités, mais aussi les membres des familles les plus puissantes. L’évolution du sens de ce mot recouvre un changement important : la place et le rôle des barons officiers ont été repris par une noblesse basée sur la fortune.

13L’apparition de cette noblesse a induit celle d’une nouvelle forme de vie. Auparavant, la scène principale de la vie des dignitaires était la cour. C’est là que l’on gagnait les dignités et les fortunes, c’est là que se décidaient toutes les questions importantes pour eux. Au xve siècle, les grandes familles nobles ne vécurent plus à la cour du roi, mais sur leurs terres, il n’était pas rare qu’elles discutent dans leurs châteaux des affaires de l’État et elles se rendaient à la cour ou à la Diète uniquement quand la marche des événements l’exigeait. L’objectif de leur vie n’était plus le service du souverain, mais l’augmentation du patrimoine familial.

14C’est alors, au xve siècle, que le château devint la résidence de la noblesse à la place des manoirs ou des palais des bourgades. Les seigneurs, tout comme le roi, s’entourèrent d’une cour et d’officiers, ils gérèrent leurs domaines par l’intermédiaire de leur juge de château/juge mage et de leurs capitaines du guet et ils maintinrent en armes une troupe privée plus ou moins grande formée de leurs familiers. Les capitaines du guet et en partie les familiers armés étaient recrutés parmi les nobles propriétaires de petits domaines et c’est ainsi que des couches significatives de la noblesse furent partout attirées dans le cercle de la grande propriété. La résidence des seigneurs devint le centre social et politique naturel des régions, et c’est là – et non à la cour – que les nobles de la région allèrent chercher leur chance.

15La distinction de la grande noblesse induisit la naissance du concept de « noblesse ordinaire », qui recouvrit ces milliers de nobles qui n’avaient pas une fortune suffisante pour avoir une place dans cette poignée de riches. Ceux-ci furent donc considérés comme des nobles ordinaires. Mais parmi eux, les différences de fortune étaient considérables, ce qui eut des conséquences en matière de statut, d’objectif de la vie et de mode de vie. À l’intérieur de cette « noblesse ordinaire » on peut distinguer clairement trois couches. Elles vécurent chacune à sa façon les transformations politiques et sociales en cours à l’époque.

16Celles-ci touchèrent de la manière la plus sensible la couche de la noblesse placée juste en dessous des magnats. Ces nobles possédaient quelques centaines de tenanciers, ils étaient donc de « grands propriétaires ». Ce groupe comptait environ 200-300 familles, la plupart d’entre elles tout à fait prestigieuses comme les descendants des grands clans de l’époque arpadienne (les Gútkeled, les Hontpázmány, les Györ, les Aba, les Ákos, etc.). Auparavant, c’est au service du pouvoir royal qu’ils trouvaient leur vocation : ce sont eux qui ont donné le plus de chevaliers, ils étaient souvent capitaines du guet du roi, et ispán de petites localités. Sigismond s’appuyait sur eux dans une grande mesure et les nouvelles familles de grande noblesse provinrent dans leur très grande majorité de cette couche. L’effondrement du système des honores et la constitution des grandes fortunes leur ferma la voie vers l’élévation sociale. Dans les nouvelles conditions politique, ils eurent du mal à se trouver une place : ils étaient trop distingués pour devenir « domestiques » des grands seigneurs, mais ils n’étaient pas suffisamment puissants pour avoir leur mot à dire dans la direction du pays. Après la mort de Sigismond ils se retirèrent sur leurs terres, suivant avec attention toutes les initiatives qui pourraient leur laisser l’espoir de recouvrer leur ancien rôle dirigeant. Plus tard, surtout dans les régions orientales, beaucoup parmi eux devinrent d’ardents partisans des Hunyadi.

17Pour la couche qui se trouvait juste en dessous des « nobles ordinaires grands propriétaires », et que nous pourrions appeler la « noblesse ordinaire des comitats » les perspectives d’avenir étaient tout à fait différentes. Cette couche comportait des centaines de familles, notamment celles dont la fortune se situait entre 20 et 200 tenures paysannes. Cette couche populeuse n’avait pas grand-chose à espérer à l’époque du système des honores, aussi elle se rendait utile dans les maisonnées des grands seigneurs. L’accroissement du poids des grandes fortunes leur ouvrit de nouvelles possibilités. C’est cette couche qui continua à fournir les principaux familiers privés des barons et avec l’augmentation du poids politique de ceux-ci, l’importance de leurs capitaines du guet et de leurs officiers s’accrut elle aussi. Dans le nouveau système d’après 1437, ils bénéficièrent de plus de pouvoir : ils conduisirent les « bannières » des grands seigneurs, et dans les années de guerres civiles, ils défendirent les châteaux et les domaines de leurs seigneurs. Quand la haute aristocratie s’empara du pouvoir, ils en touchèrent naturellement des parcelles. Les contingents de la noblesse des comitats s’élevèrent dans l’ombre des grandes fortunes, et souvent, de par le choix de leur seigneur, ils représentèrent leur comitat en tant que délégués à la Diète.

18La couche inférieure, la plus grande, de la noblesse, fut celle des petits nobles qui possédaient moins de 15-20 tenures serviles. Une grande partie d’entre eux n’avaient même pas un tenancier à leur service et vivaient sur leurs propres tenures ; ces tenures seront plus tard appelés curiales. Ils représentaient 3 % à 4 % de la population du pays. Cette masse de plusieurs milliers de petits nobles vivait sans doute comme les paysans, voire les paysans pauvres, et cherchait les moyens de vivre là où elle le pouvait. Elle a fourni les officiers de comitat, notamment les szolgabiro, les mercenaires anonymes des armées privées, les domestiques armés des grands propriétaires de moindre importance. Ce sont eux qui se trouvaient obligés de faire des études, et de choisir une profession de lettré, notaire ou avocat.

19Ce qui vient d’être dit caractérise les possibilités ouvertes à chacune de couches de la noblesse « ordinaire », mais bien sûr il y avait des exceptions. Jean Hunyadi était à l’origine un « noble ordinaire grand propriétaire », qui parvint à devenir le premier dans le royaume. À leur niveau, certains nobles à une tenure qui avaient réussi à devenir capitaine du guet de leur seigneur et avaient reçu un village en donation, firent une carrière tout aussi brillante.

20Les domaines étaient légués en général en ligne mâle et les enfants mâles se partageaient le domaine à parts égales. C’est pourquoi sur le long terme toutes les familles nobles étaient menacées soit d’extinction, soit de fragmentation. La première situation conduisait à la disparition du lignage, la deuxième à l’appauvrissement. La petite noblesse était la plus sujette à la fragmentation des seigneuries. Au cours du xve siècle on assista à la diminution du nombre des villages possédés par de petits nobles et parallèlement à une augmentation du nombre de nobles à une tenure.

21Mises à part les grandes différences de fortune, la noblesse jusqu’au milieu du xve siècle était restée une caste fermée dans la société hongroise. Le statut de noble dépendait de la possession de la terre transmise en héritage : on considérait comme nobles ceux qui avaient au moins une tenure nobiliaire à eux. C’est à la fin de l’époque árpádienne que l’appartenance à ce cercle s’était jouée et depuis, pendant deux à trois cents ans, il y eut peu de transformations dans la composition de la société des propriétaires. L’introduction au xive siècle de l’inaliénabilité des biens nobiliaires (le principe d’ancestralité) fit de cette société une véritable caste, au point que des villages étaient transmis en héritage de génération en génération. Nous ne trouvons que deux cas de figure faisant exception. Il arrivait, très rarement, que des familles bourgeoises en viennent à posséder des domaines nobiliaires par donation du roi. Cela représentait pour elles la possibilité de s’élever dans la hiérarchie sociale. Mais il faut noter qu’à l’époque de Sigismond, parmi les nobles les plus aisés, rares étaient ceux issus de la bourgeoisie. Il n’y en avait pas un seul parmi les grands propriétaires. Le deuxième cas de figure devait être plus fréquent, mais il ne concernait que la couche inférieure de la noblesse. Le droit coutumier permettait à une jeune fille noble en cas de mariage avec un « roturier », paysan ou bourgeois, de recevoir la part de fortune lui revenant, appelé le quart (ius quartale, quartalicium). Elle lui était remise sous forme de terre (autrement les jeunes filles ne recevaient que du mobilier). Or ce cas était assez fréquent dans la petite noblesse, et cela permettait même à des enfants de tenanciers de pénétrer dans la société des privilégiés. Les successeurs en ligne masculine de ladite jeune fille, s’ils avaient de la terre, étaient considérés comme nobles.

22Durant le règne de Sigismond la grande noblesse et la noblesse ordinaire comprenaient les personnages les plus puissants dans la société hongroise des propriétaires. Nous n’avons pas connaissance de morcellements de tenures paysannes mais cela arrivait forcément – à l’exception de quelques comitats du Sud. En 1382 la part de la noblesse dans la possession des terres du pays n’atteignait pas 50 % des terres alors qu’en 1439 déjà 64,5 % des terres du pays étaient propriété des familles de grande noblesse et de noblesse ordinaire. Sur cette part, 28 % appartenaient aux 33 familles les plus riches (en 1382 elles ne possédaient que 15 %), 8,25 % aux grands propriétaires à moindre fortune (62 familles) et 27,8 % à la noblesse ordinaire et à la petite noblesse de comitat. Les proportions établies à l’époque, à savoir la part écrasante de terres appartenant aux nobles et parmi eux à la grande noblesse, détermineront pour une longue période le caractère de l’organisation sociale et politique de la Hongrie.

23La part de la propriété foncière ecclésiastique changea peu au cours des temps. Au Moyen Âge tardif elle était évaluée à 12 %, ce qui est faible par rapport aux autres pays européens et par rapport à la noblesse. Cette situation explique aussi la moindre influence politique de l’Église. Seul un petit groupe appartenant au haut clergé (praelati) possédait une fortune pouvant rivaliser avec celle des familles des grands magnats. Il s’agissait d’une quinzaine de personnes : les deux archevêques, les 12 évêques de diocèse et le prieur joannite de Vrána. Depuis toujours ils participaient au gouvernement du pays et leur position au xve siècle se maintint. Il existait en plus soixante-dix dignités ecclésiastiques importantes – chapitres cathédraux, chapitres collégiaux aisés, abbayes bénédictines et cisterciennes et prévôtés prémontrées – mais leur puissance terrienne, très inférieure à celle des magnats, était comparable à celle des « grands propriétaires nobles ordinaires ». Leurs titulaires ne comptaient pas parmi les praelati, sans même parler des innombrables titulaires des petites propriétés de l’Église. C’est dans son ensemble, en tant qu’ordre, que l’Église aurait pu représenter une force politique, mais elle ne s’est jamais constituée comme telle. Les revenus ecclésiastiques plus modestes étaient utilisés aussi bien par le roi que, plus tard, par les barons, pour récompenser leurs partisans les plus chers, pour les confier à leurs familiers et aux familles de ceux-ci. Dans les années 1440, par exemple, les prévôts de Székesfehérvár, de Veszprém et de Titel, les abbés de Szekszárd, de Pétervárad et de Tihany étaient des créatures de Nicolas Újlaki, dont les hommes dirigeaient aussi les abbayes de Bátaszék et de Pannonhalma, voire l’évêché de Veszprém.

Sigismond, protecteur de la bourgeoisie urbaine

24Au xve siècle, l’évolution sociale et politique en Hongrie est caractérisée par la prédominance de la noblesse propriétaire – et en son sein avant tout par les dynasties de magnats – et par une relative faiblesse de l’Église. Dans cette évolution, le rôle de ce qui dans l’Europe médiévale constituait le troisième ordre – le tiers état – s’est avéré particulièrement limité. Du point de vue des villes, l’époque de Sigismond mérite une place de choix. C’est alors que s’est joué le statut des villes : certaines disposeront de droits politiques et seront incluses dans la société des ordres, d’autres resteront subordonnées à leur seigneur. Les habitants de certaines villes deviendront des bourgeois, d’autres seront des tenanciers privilégiés. Cette époque a été décisive dans le destin politique de la bourgeoisie, laquelle, en raison du développement insuffisant des villes, demeurera pendant des siècles un facteur politique et social insignifiant. En fin de compte, cela débouchera sur l’arriération relative de la Hongrie sur le plan économique. Les causes de ce retard, en termes d’économie internationale, ont été évoquées dans l’introduction à ce volume.

25C’est dans la première moitié du xve siècle que les critères juridiques et politiques de l’existence d’une ville se mirent en place. Jusqu’à la fin de la période des Angevins, beaucoup d’agglomérations avaient une chance de devenir villes royales de plein droit. Un nombre important de villages de la Couronne avait leurs propres organes administratifs et des privilèges variés en matière d’économie, de juridiction, etc. Ils n’étaient pas soumis à un château et donc ne dépendaient d’aucun baron ni détenteur d’honor. Ils payaient en général leurs impôts directement au Trésor, non point, comme les paysans-tenanciers, tenure par tenure, mais en une seule somme. Ces agglomérations étaient appelées villes (civitas) ou villages libres (libera villa) et leurs habitants étaient nommés bourgeois ou « hôtes » (cives, hospites). Les agglomérations les plus populeuses et les plus riches des domaines de la Couronne faisaient partie de cette catégorie.

26Les grands déplacements de propriété de la fin du xive siècle mirent, pour la plupart, ces localités sous la dépendance des grands propriétaires. Une bonne partie d’entre elles dès 1392, les autres dans les décennies suivantes, se retrouvèrent dans des mains privées. Elles avaient en partie gardé leurs privilèges mais elles avaient été insérées dans les domaines des grands propriétaires. Il suffira d’un exemple pour illustrer l’ampleur de ce phénomène : à la fin du xive siècle, il y avait sur le territoire du comitat de Vas six villes et villages de la Couronne ayant des privilèges. Aucune agglomération n’était rattachée à un château. Elles avaient pour seigneur le roi ou la reine, qui parfois avaient mis en place un officier les représentant. Chacune avait un juge et un conseil qui jugeait les affaires concernant ses « bourgeois ». Leur principal magistrat était en général l’argentier de leur propriétaire – du roi ou de la reine. La plus importante d’entre elles, Köszeg, bénéficiait des privilèges de Sopron et, tout comme cette dernière, était ceinte d’une muraille. La localité la moins urbaine était Vép mais là aussi, comme dans les villes, il y avait un conseil en bonne et due forme, avec un « grand du village » (villicus) et douze jurés « bourgeois ». Sous Sigismond ces agglomérations passèrent toutes les six sous la domination des grands propriétaires : Vép en 1387, Németújvár en 1391, Köszeg en 1392, Körmend en 1394, Sárvar en 1411 et enfin Vasvár en 1423. Le changement de propriétaire n’aboutit pas forcément à une déchéance économique. Les Garai continuèrent à veiller sur le développement de Köszeg. Kismarton, dans le comitat de Sopron, obtint des privilèges grâce à ses seigneurs, les Kanizsai. C’est sur le plan politique que leur développement se trouva bloqué : la voie de l’obtention du statut de ville était fermée car elles ne faisaient plus partie des villes de la Couronne.

27Seules les agglomérations les plus peuplées et les plus puissantes sur le plan économique purent obtenir le statut de ville royale. Celles-ci, au xve siècle, se subdivisaient en plusieurs groupes de rang différent. Les plus prestigieuses aux yeux des contemporains étaient les villes ceintes d’une muraille dont plus tard une partie prendra le nom de « ville libre du roi ». Ce groupe comprenait les villes qui s’étaient élevées jusqu’au statut juridique de Buda : Pozsony, Sopron, Nagyszombat, Kassa, Bártfa, Eperjes et plus tard, à l’époque du roi Mathias, Pest. Elles étaient toutes régies par le droit de Buda, fixé après 1405 dans le Livre du droit de Buda, rendaient elles-mêmes la justice sur cette base et dépendaient de leur propre cour d’appel, le tribunal de l’argentier. Ses bourgeois avaient un statut social privilégié : personnellement ils ne faisaient pas partie de la noblesse mais la ville en tant que corps avait un statut de seigneur à égalité avec les nobles et exerçait son autorité sur plusieurs villages de tenanciers.

28Un deuxième groupe de villes de la Couronne ne relevait pas du tribunal de l’argentier, mais occupait néanmoins une position privilégiée. Székesfehérvár, Löcse, Zagreb, Visegrád, Késmárk, Trencsén, Szeged et quelques autres faisaient partie de ce groupe, et parmi elles, seule Szeged n’avait pas de mur d’enceinte. Pendant un temps Esztergom et Györ en firent partie, pour le territoire urbain qui appartenait au roi, mais les bourgeois de Györ en 1447 et ceux d’Esztergom au début du xvie siècle se retrouvèrent tous sous l’autorité de l’évêque ou de l’archevêque. Le même danger menaça d’autres villes, même plus importantes, notamment après la mort de Sigismond. Dans les années 1440 les capitaines du guet du roi, les Rozgony, traitèrent la ville de Nagyszombat comme si elle avait été leur propriété privée. Et au même moment Székesfehérvár était provisoirement sous la domination de Nicolas Újlaki.

29Un groupe à part comprenait les communautés saxonnes de Transylvanie. Les plus importantes d’entre elles étaient les sept « sièges » (sedes), à savoir arrondissements, sous la direction de Nagyszeben. Elles avaient reçu leurs privilèges de la main d’André II et étaient tenues pour égales des villes libres du roi. Ce même statut était partagé par Brassó et Beszterce, puis en 1402 par Medgyes, après s’être libérée de l’autorité de l’ispán des Sicules. Les villes minières, déjà examinées dans un autre contexte, suivaient une voie qui leur était propre. Leurs privilèges étaient fortement limités par le fait qu’elles demeuraient sous le contrôle des chambres du roi, alors que les plus importantes (avec Körmöcbánya à leur tête), passèrent en 1424 sous l’autorité de la reine. Le deuxième centre minier, Nagybánya, fut pendant un temps dominé par les princes serbes puis, à partir de 1445, il fit partie de la fortune personnelle de Jean Hunyadi.

30À l’échelle de l’Europe occidentale, le réseau urbain hongrois n’était guère dense. Quand en 1395 l’ambassadeur du prince de Mantoue se rendit à la cour de Sigismond, il se souvint de n’avoir vu entre Zagreb et Buda que des forêts (il avait manifestement contourné Székesfehérvár). D’après les concepts de l’époque, il n’y avait guère de grande ville. À la fin du règne de Sigismond, Buda ne comptait que 7 500-8 000 habitants. Parmi les villes importantes, seule Kassa approchait ce chiffre alors que les autres avaient un nombre d’habitants nettement moindre (Pozsony 4500, Sopron 4000, Bártfa 3500 environ). La Hongrie au Moyen Âge comptait parmi les régions les moins développées d’Europe. Elle exportait surtout du bétail (bovins et équins), des peaux de bêtes, du vin et du poisson, et au contraire ses exportations de blé étaient minimes. Elle devait son importance aux richesses minières exceptionnelles qu’elle possédait ; des mines d’or relativement uniques en Europe, des mines d’argent pouvant rivaliser avec les mines de Bohême et à partir de la fin du xive siècle des mines de cuivre de plus en plus importantes. La plus grande partie des importations était composée de biens manufacturés et, tout d’abord du textile et des produits métallurgiques. Il y avait aussi des épices. Les textiles étaient dans leur majorité des tissus fins destinés à la consommation de luxe mais une quantité non négligeable était destinée aux roturiers, avec entre autres du drap de moins bonne qualité. La plus grande partie des importations provenait de l’Ouest, de Vienne et d’Italie, mais les épices arrivaient d’abord dans les ports de la mer Noire et étaient transportées dans le pays en passant par la Transylvanie.

31Pour apprécier le commerce extérieur de la Hongrie d’un point de vue quantitatif nous avons une seule source, le journal annuel de la douane du trentième pour 1457-1458. Il nous informe sur le volume et la structure du commerce le long du Danube (en direction de l’Autriche et de la Bohême). À Pozsony, 89 % des marchandises étaient dirigées vers le marché intérieur, seulement 11 % étaient tournés vers l’extérieur. La balance commerciale présentait donc un immense déficit, 79 % de tout le commerce. Faute de mieux, on a pris l’habitude de partir de ces données pour en déduire la structure de l’économie de l’époque et on a estimé que la Hongrie comblait son déficit en métaux précieux. Mais les recherches les plus récentes ne confirment pas cette hypothèse. Il apparaît que Pozsony était surtout un poste douanier d’importation et que donc les données qui en proviennent ne sont guère généralisables. Elles ne caractérisent pas l’ensemble du commerce extérieur hongrois.

32Le caractère relativement peu développé du marché intérieur et le rôle essentiel du commerce extérieur expliquent que la majorité des villes soient situées dans les zones frontalières aux endroits où les grandes routes du commerce arrivaient en Hongrie. Sopron, Pozsony et Nagyzsombat se trouvaient sur les voies menant vers l’Allemagne. Kassa, Bártfa et Eperjes étaient proches de la frontière polonaise, les villes saxonnes de Transylvanie se trouvaient à l’entrée des cols des Carpates méridionales par lesquels passait la voie menant aux ports de la mer Noire. L’importance particulière de Buda était due au fait qu’elle se trouvait au cœur du pays et que là se trouvait le principal débouché pour les marchandises, la cour royale. C’est pourquoi toutes les routes venaient s’y croiser.

33Toutes ces villes vivant du commerce international dépendaient des principales villes d’Italie et d’Allemagne du Sud. Leur rôle dans le commerce international était passif. Ce ne sont pas elles qui allaient chercher les marchandises sur les marchés occidentaux, c’étaient les commerçants allemands et italiens qui se présentaient sur le marché hongrois et s’efforçaient de le conquérir. Ils essayaient avant tout d’écrémer le profit de la production des métaux précieux, et la location des chambres leur en offrait la possibilité. En effet, les souverains louaient les chambres des mines et de la monnaie à des entrepreneurs étrangers riches au capital important et souvent leur confiaient également le prélèvement du trentième aux douanes. À l’époque de Louis Ier, il s’agissait d’Italiens : Jacob et Jean Szerecse, le Florentin François Bernardi et d’autres. C’est en qualité d’employé d’une maison de commerce florentine qu’est arrivé en Hongrie Filippo Scolari, alias Pipo d’Ozora. Dans les années 1330 les Italiens cédèrent la place à des Allemands, avant tout venus de Nuremberg. À partir de 1394, c’est Ulrik Kamerer qui dirigea les chambres de la monnaie et du trentième. Son successeur, Marc, connu tout simplement sous le nom de Marc de Nuremberg, joua aux alentours de 1415 un rôle essentiel dans la direction des finances et dans la conception des institutions économiques de Sigismond. Plus tard, l’influence italienne – surtout florentine – se fit de nouveau sentir. Dans les années 1430 les affaires financières, y compris la chambre du sel, étaient tenues en partie par les Bardi de Florence, en partie par les frères dalmates Tallóc, qui étaient assistés par des Italiens (venus de Florence et de Padoue).

34La domination commerciale allait de pair avec l’implantation dans le pays de commerçants étrangers, avant tout à Buda, où ils disposaient aussi de précieux liens politiques. Beaucoup obtinrent les droits des bourgeois ou établirent des liens de parenté avec des familles bourgeoises de Hongrie. Pour les commerçants allemands, il était très avantageux que la couche dirigeante des villes hongroises soit presque toute composée d’éléments d’origine et de langue allemands. À Pozsony et Sopron, on écrivait en allemand, et c’est en allemand que fut rédigé le Livre du droit de Buda. Les maisons commerciales allemandes, par l’intermédiaire de leurs représentants, occupèrent de bonnes positions sur le marché hongrois, et ils associaient souvent à leurs entreprises des bourgeois hongrois. Certes, le décret de Sigismond de 1405 et le Livre du droit de Buda interdirent aux bourgeois de s’associer à des marchands étrangers mais ces mesures n’aboutirent pas totalement.

35Le développement de l’artisanat n’était pas favorisé par la situation économique du pays. La demande principale était tournée vers les textiles de luxe que l’industrie hongroise embryonnaire n’était pas en mesure de fournir. Si la production ne se développait pas, c’est en partie en raison de la concurrence des biens étrangers, en partie en raison du manque de capital. Les informations du début du xve siècle aussi bien sur Pozsony que sur Sopron montrent que la production avait considérablement baissé. En 1411, Sigismond tenta de proclamer Kassa centre de la futaine hongroise et ordonna que les spécialistes allassent s’installer dans cette ville. Cet essai ne fut pas couronné de succès et au xve siècle seule la producion de toiles de Bártfa était développée et exportable.

36Les conditions économiques favorisaient la couche dirigeante urbaine aisée qui était en mesure d’exploiter, soit avec son capital, soit avec des fonds étranger, les richesses minières. C’est elle aussi qui dominait les finances et le commerce international. En conséquence, ce sont les riches familles commerçantes qui s’emparèrent de la direction des villes. Contrairement à ce qui se passait en Europe occidentale, l’influence des guildes d’artisans était minime et leurs représentants ne trouvaient pas place dans les conseils des villes. Nous savons simplement, pour Pozsony et pour Sopron, que les protestations des bourgeois les plus pauvres aboutirent à partir de 1414, puis de 1427, à la création d’un nouvel organe, le « conseil extérieur » qui surveillait les affaires financières de la ville, et que parmi ses membres il y avait des artisans. Mais nulle part cela ne mit en cause le rôle dirigeant traditionnel de la bourgeoisie commerçante.

37Buda fut l’unique ville où à deux reprises, dans la première moitié du xve siècle, d’importants mouvements sociaux eurent lieu. Les deux mouvements reposèrent sur des revendications politiques. Bien qu’ils fussent orientés contre l’hégémonie de la riche couche des commerçants, dans leur idéologie, il y avait place pour l’hostilité à ce qui était « étranger », en l’occurrence allemand.

38La première révolte éclata en 1402, juste avant le soulèvement des barons, c’est-à-dire à un moment où l’état d’esprit de la noblesse dans tout le pays était hostile aux favoris étrangers du roi. Ses leaders étaient des bourgeois aisés, membres des guildes : le boucher André fils de Frédéric, le pelletier Laurent et Rigolinus. Nous n’avons pas d’indications sur leur origine ethnique, mais il est certain qu’il s’agissait avant tout d’un mouvement d’artisans et de pauvres des villes contre le pouvoir urbain en place. Les insurgés chassèrent le conseil de 12 membres en exercice. À la place l’assemblée populaire élut un conseil de 36 membres, comprenant aussi une représentation des citadins non propriétaires. Il est probable qu’ils aient été soutenus par les commerçants italiens. Les affrontements reflétaient sans doute les oppositions germano-italiennes. Le mouvement dura jusqu’à l’automne 1403 et échoua grâce à la victoire des armées de Sigismond. Le roi décréta la confiscation des biens des « propriétaires des magasins » italiens, envoya en exil les membres du conseil élus par le peuple et rétablit la constitution antérieure de la ville. Dans le Livre du droit de Buda, établi peu après, il prescrivit également que seuls pouvaient être juges municipaux ceux dont les quatre grands-parents étaient allemands et il décréta que sur les douze membres du conseil il ne pouvait y avoir plus de deux Hongrois.

39Le deuxième mouvement populaire remonte à 1439 et éclata au moment où la Diète mettait en avant des revendications « nationales » en même temps qu’elle soulignait le pouvoir des ordres face à Albert. Depuis des années dans la ville l’opposition s’était aggravée entre les « Allemands » au pouvoir et les patriciens « hongrois » réclamant une part plus considérable du pouvoir. En secret le conseil municipal fit arrêter et tuer le leader du parti opposé, l’orfèvre Jean, mais quand ils firent jeter le corps dans le Danube, le meurtre ne put plus être caché. La population s’en prit aux maisons des étrangers et se mit à les piller sans distinction. Après l’écrasement de la sédition, les deux partis se mirent d’accord. Dorénavant le conseil de douze membres serait élu par un corps de cent électeurs, composé pour moitié d’Allemands et pour moitié de Hongrois. Ces derniers décidèrent que les membres du conseil seraient aussi pour moitié Allemands et pour moitié Hongrois, et que la fonction de juge serait alternativement remplie par un Allemand et par un Hongrois. La direction demeurait dominée par les commerçants mais l’hégémonie allemande avait été brisée.

40Les mouvements populaires de Buda avaient montré que l’appui le plus solide pour les patriciens des villes était le pouvoir royal aussi bien face aux masses populaires que face à la noblesse. Pour le roi, il était important que les villes fussent économiquement fortes et, à partir du début du xve siècle, l’importance politique de celles-ci augmenta elle aussi. Donc, il y avait en Hongrie entre le roi et les villes des rapports d’alliance semblables à ceux qui existaient dans les pays européens plus développés. La seule différence étant que leur portée politique était moindre. Le faible nombre de villes et leur faible force économique ne pouvaient pas leur permettre d’apporter au roi un soutien aussi important qu’ailleurs.

41L’alliance du pouvoir royal et des villes impliquait que ces dernières, pour atteindre leurs objectifs économiques, puissent compter sur le soutien de la cour. Cette alliance fut particulièrement solide dans les premières années du xve siècle, alors que l’opposition entre Sigismond et l’aristocratie était à son comble. En 1402 Sigismond, juste après sa libération, donna à Pozsony, à Sopron, à Nagyszombat, à Bártfa et à Löcse le droit de relâche en récompense explicite pour la fidélité que ces villes lui avaient témoignée « dans la détresse » et il octroya à leurs bourgeois le droit de libre commerce dans tout le pays. Cette mesure touchait Buda, car elle la privait du droit de relâche qu’elle avait exercé au détriment des autres villes. Elle était cependant avant tout tournée contre les commerçants étrangers, qui dorénavant, à l’approche de la frontière du pays, devaient mettre en vente les produits qu’ils transportaient ou bien se résigner à partager leur profit avec les marchands hongrois.

42En 1405, après la défaite des barons, Sigismond s’efforça, par des mesures globales, de développer le poids politique des villes et leurs possibilités économiques. Il invita leurs délégués à se réunir et, sur la base de leurs propositions, mais sans pour autant oublier les intérêts du Trésor, établit une loi détaillée. Une partie des dispositions portèrent sur le monopole royal sur les métaux précieux, mais les mesures principales reflétèrent les intérêts de la bourgeoisie commerçante hongroise et tendirent à renforcer la position économique des villes de la Couronne. Le droit de relâche de Buda fut annulé définitivement non seulement par rapport aux cinq villes dont il a été question, mais aussi vis-à-vis de tous les commerçants du pays. En même temps, ces derniers ne furent plus obligés de payer des droits de douane intérieurs aux postes de la douane royale. De plus, les commerçants ne subirent plus – à l’exception des douanes privées – que le trentième royal sur les biens importés et exportés. La loi interdit aux commerçants étrangers de vendre le drap au détail. C’était là un privilège des marchands hongrois. Le roi menaçait de confiscation tous ceux qui passeraient des accords avec des commerçants étrangers et qui tenteraient de vendre leurs marchandises en les faisant passer pour les leurs. Une autre mesure, tournée vers l’avenir, mais en grande partie inutile, tendit aussi à favoriser le commerce : il s’agissait de l’obligation dans tout le pays d’utiliser les mesures en usage à Buda.

43La loi se penchait dans le détail sur les questions juridiques et judiciaires en rapport avec les villes. Sigismond entérina le droit des villes de rendre la justice sur leurs habitants, c’est-à-dire que les plaintes des nobles et des églises à l’encontre des bourgeois relevèrent désormais en première instance de la compétence des tribunaux municipaux. L’instance d’appel désignée était le tribunal de l’argentier du roi. En même temps, il devenait possible pour les bourgeois de présenter des recours auprès du tribunal de leur ville. Un article était particulièrement important pour le prestige des villes : il s’agissait de la mesure conférant aux juges de toutes les villes et de tous les « villages libres » le privilège judiciaire suprême, le droit d’exécuter ou de mutiler les condamnés. Ce privilège, appelé à l’époque « szabadispánság » et plus tard droit de haute justice, était réservé jusque-là à un nombre très réduit d’instances : les barons, les ispán de comitat, et tous les propriétaires, auxquels le roi avait conféré ce droit par « grâce exceptionnelle ».

44En même temps qu’il établissait la loi de 1405, Sigismond tenta de renforcer la position des villes par d’autres dispositions. Il octroya à toute une série de « villages libres de la couronne », compte tenu de leur croissance, le droit de Buda, de Kassa ou d’autres villes. Mais il posa comme condition que ces villages construisissent des murs d’enceinte, et finalement, comme le montre l’exemple de Debrecen, ses espoirs s’enlisèrent sur ce point. En 1405, Debrecen avait reçu le droit de Buda et aurait été promue au premier rang des villes de la Couronne, si elle avait construit la muraille, prescrite dans le privilège. Mais elle ne le fit pas, peut-être par manque d’argent ou par manque d’intérêt de ses habitants et, en 1411, Sigismond offrit la ville au despote serbe. Pourtant ses efforts furent ailleurs couronnés de succès. À partir du début des années 1400, d’autres agglomérations entreprirent de s’entourer de murailles et le nombre de villes fortifiées à la fin de la période avait considérablement augmenté.

45Les décennies du règne de Sigismond furent décisives pour le développement des villes. C’est alors que la voie des villes royales et celle des bourgades seigneuriales se séparent clairement. Les premières fournissaient le cadre de vie d’une bourgeoisie en nombre limité, alors que la population des deuxièmes, du point de vue juridique et politique, comprenait des paysans-tenanciers qui représentaient l’immense majorité, plus des neuf dixièmes, de la population du pays.

Les lentes transformations de la société rurale

Une paysannerie très stable dans un monde rural toujours en expansion

46Dans l’histoire de la paysannerie le règne de Sigismond n’est pas marqué par des traits particuliers, en tout cas dans la perspective de la mise en place d’une société de paysans-tenanciers et de la formation d’une économie paysanne. L’histoire de la paysannerie hongroise connaît deux périodes de mutations décisives : d’abord le tournant des xiiie-xive siècles, avec la constitution d’une catégorie unifiée de paysans, et deux siècles plus tard, au début du xvie siècle, quand l’attachement à la glèbe, c’est-à-dire la fin du droit de libre choix du domicile, ouvrit un nouveau chapitre dans l’histoire de la paysannerie. Entre ces deux tournants, aux xive-xve siècles, la société paysanne n’a pas connu de changements qualitatifs. Les caractéristiques du monde rural du temps des Angevins restent valables pour la première moitié du xve siècle.

47Cela ne veut pas dire que la société rurale soit restée immobile et qu’il n’y ait eu aucune évolution allant dans un sens précis. Au contraire, en deux siècles beaucoup de choses changèrent mais il s’est agi de mutations lentes, quantitatives, qui ne transformèrent la structure de la société paysanne et son système économique que graduellement, presque imperceptiblement. Les processus annonçant les mutations sont embryonnairement perceptibles dès le milieu du xive siècle mais ils ne se généralisèrent qu’au xve siècle. La nature de nos sources médiévales fait que nous disposons surtout de données remontant aux décennies après 1450. C’est pourquoi nous nous contenterons ici de mentionner brièvement l’orientation de ces processus.

48L’un des moteurs des mutations a été l’accroissement lent, mais sans doute permanent de la population rurale. C’est là une caractéristique centre-européenne et avant tout hongroise. Les régions économiquement plus développées d’Europe occidentale connurent à partir des premières décennies du xive siècle et pendant presque cent ans une grave crise démographique et économique et partout la population diminua considérablement. En Hongrie nous ne rencontrons aucune trace de ce phénomène. Avant le xive siècle, il n’y avait pas encore eu en Hongrie cette surpopulation relative qui avait été ailleurs la cause première du déclenchement de la crise. Les possibilités de développement d’une agriculture extensive se ferment en Europe occidentale vers la fin du xiiie siècle mais elles existent encore ici au xve siècle. Dans les régions marginales du pays, surtout dans les forêts des zones montagneuses du Nord et de l’Est, il y avait encore beaucoup de place pour de nouveaux venus et nous pouvons même à notre époque assister au peuplement de régions désertes. Les grands propriétaires étaient à la tête des mouvements de colonisation et les nouvelles populations étaient pour l’essentiel roumaines et ruthènes. La rapidité de ce processus apparaît clairement dans les chiffres suivants : dans la partie montagneuse du domaine de Nevicke des Druget, il y avait en 1398 393 tenanciers recensés alors que ce nombre en 1437 était déjà de 622. Dans la même période, le nombre de villages était passé de 20 à 29, ce qui veut dire que neuf nouveaux villages étaient nés en moins de quarante ans. Par ailleurs, la densité de population dans cette région était en 1437 bien inférieure à 1 personne au km², ce qui montre les possibilités encore existantes : plus tard, des dizaines de nouveaux villages surgiront dans la région.

49Nous pouvons essayer de déduire à partir d’une seule source les chiffres approximatifs de la population. D’après un rapport préparé en 1454 sur les revenus de la Couronne, il y avait à l’époque de Sigismond 400 000 portails de tenures paysannes. Ce chiffre s’appuie sans doute sur les recensements par comitats établis pour le prélèvement du gain de la Chambre et nous n’avons aucune raison de le mettre en cause. Malheureusement, c’est peu pour établir le chiffre de la population du pays. Nous ne savons pas à combien de personnes correspondait un portail. Nous ignorons la part de la population qui n’entrait pas dans la catégorie des tenanciers. Outre les nobles et le clergé, cette partie comprenait les habitants des villes royales, certains groupes sociaux au statut particulier (Iazyges et Coumans, Sicules, Saxons, bergers roumains), sans compter la part de la population paysanne qui pour une raison ou pour une autre ne payait pas de gain de la Chambre, comme les domestiques ruraux, les paysans qui n’avaient pas de tenure, les journaliers ainsi qu’une petite couche sociale qui était exemptée d’impôts (par exemple les juges de village). De plus, pour des raisons indéterminées, les registres fiscaux ne tiennent pas compte d’une partie des paysans ayant une tenure. En 1398, la partie montagneuse des domaines des Druget comportait 20 villages et 393 tenanciers alors que dans le recensement pour l’impôt seuls 7 villages et 195 portails ont été pris en compte. À Ungvár et dans huit autres villages de la plaine, il y avait en 1398 426 tenanciers et en 1437 501 maisons (mansio), alors que le recensement de 1427 fait apparaître seulement 368 portails. Nous pouvons déduire de ces données que le nombre de foyers de tenanciers était nettement supérieur, peut-être même de 30 %, au nombre de portails, et pouvait donc atteindre les 550 000.

50Avec toutes ces réserves, nous pouvons tenter d’estimer le niveau minimum de la population du pays. On calcule en général qu’un foyer au Moyen Âge se compose de cinq personnes, ce qui donnerait un nombre global de paysans de 2,8 millions. Si nous ajoutons les groupes laissés de côté dans le recensement, nous pouvons situer la population de la Hongrie à la fin de l’époque de Sigismond à 3 millions, ou plutôt à plus de 3 millions. Cela donnerait approximativement 10 personnes au km², mais bien sûr avec des écarts considérables, puisqu’il y avait des zones où le chiffre était inférieur à 1/km² et d’autres où il était de 20/km².

Les progrès du commerce intérieur, essor des bourgades

51Le deuxième élément d’impulsion des mouvements internes à la paysannerie fut l’extension de l’économie monétaire et l’élargissement du marché intérieur. Les paysans s’acquittaient de plus en plus de leurs obligations envers le seigneur en argent, ce qui prouve que leur production rencontrait une demande en croissance continue. L’activité des marchés se développait comme le prouvent la multiplication des lieux de foire et la fondation de bourgades.

52Le commerce médiéval avait pour espace principal la foire. Il en existait deux types : les foires à l’échelle du pays et les foires hebdomadaires. Les grandes foires, ou foires « libres », ne se tenaient à l’origine que dans les plus grandes villes mais à l’époque de Sigismond il y en avait déjà dans des villages. Elles se tenaient tous les ans, autour d’un jour de fête, en général pendant deux semaines. Les commerçants de métier s’y rendaient, les marchandises venues de loin y étaient commercialisées. En revanche, le commerce intérieur se faisait dans les marchés hebdomadaires. Il en existait plusieurs centaines dans le pays. Ils se tenaient dans les centres d’un domaine ou d’une petite aire géographique. C’est là que les productions de l’artisanat domestique et les produits agricoles changeaient de propriétaire. Ils étaient fréquentés avant tout par la paysannerie. Pour ouvrir un nouveau marché, il fallait obtenir l’autorisation du roi par une lettre de privilège. Entre 1387 et 1410, Sigismond autorisa 27 localités à fonder un marché hebdomadaire et 28 à ouvrir une grande foire.

53À partir de la deuxième moitié du xive siècle, les localités commerciales les plus actives, en cours d’urbanisation, et celles qu’on appelait « libres villages » (libera villa) commencèrent à être appelées « bourgades » (oppidum). Leur appellation fait référence d’une part au fait qu’elles étaient considérées comme des localités de type urbain et d’autre part qu’elles étaient ouvertes, qu’elles n’étaient pas ceintes comme les « vraies » villes. Il n’y avait pas de critère rigoureux de distinction. Personne n’avait établi quelles agglomérations relevaient ou ne relevaient pas de cette catégorie. Certains villages importants sont désignés dans les sources tantôt par le terme oppidum, tantôt par ceux utilisés pour les villages (villa, possessio). Une chose est certaine : il s’agissait toujours au départ de lieux de foire, ce qui veut dire qu’il y avait au moins un marché hebdomadaire. Nous pouvons ainsi considérer que le critère le plus général d’existence d’une bourgade était la détention du droit de tenir une foire.

54Mais tous les sièges des foires n’étaient pas oppidum et tous les oppida ne peuvent pas être considérés comme des villes, même dans le sens le plus large. Avant 1440 il y avait 300 localités, en 1526 il y en eut 470 qui apparaissent – soit régulièrement soit occasionnellement – sous ce nom, mais la plupart d’entre elles n’étaient que des villages plus peuplés que les autres. Le nombre des « véritables » bourgades était bien moindre, il y en avait peut-être 200-300 dans tout le pays. Outre le marché, elles possédaient d’autres traits caractéristiques et avant tout le fait que, de par le nombre de leurs habitants, elles dominaient largement les villages qui les entouraient. En 1427 dans le comitat d’Abaúj, il y avait quatre agglomérations de ce type : Gönc avec 191 portails, Abaújszántó (109 portails), Szepsi (200 portails) et Szikszó, dont les paysans étaient exemptés d’impôt. Dans la même région, le village moyen comportait entre 20 et 30 portails de tenures paysannes. Dans le comitat d’Ung, deux localités faisaient exception parmi les villages : Kapos avec 129 et Ungvár avec 110 portails. Cette dernière, en 1437, comportait 210 maisons habitées. Quand par la suite nous parlerons de bourgades, c’est à ce type d’agglomération que nous ferons référence.

55Entre les villages et les bourgades une certaine division du travail s’était établie. La population des villages vivait de l’agriculture et ne pratiquait pas l’artisanat comme un métier. En revanche, les bourgades apparaissaient comme des centres modestes d’artisanat de province. Parmi leurs habitants nous trouvons de plus en plus de gens qui n’avaient pas d’activités agricoles mais qui vivaient de leur artisanat. Cela impliquait que la population pratiquant une activité artisanale était principalement concentrée dans ces bourgades. Dans le recensement du domaine d’Alsólendva en 1389, sur les 136 localités énumérées il y avait en tout 89 artisans (dont l’unique commerçant) ; le tiers d’entre eux vivait dans huit bourgades, alors que 90 villages n’en comptaient pas un seul.

56La diffusion de l’économie monétaire accéléra la différenciation des fortunes à l’intérieur de la paysannerie, et ce avant tout dans les bourgades. Elle permit la formation d’une mince couche de paysans riches qui ne tirait pas ses revenus uniquement de la vente de sa production mais qui commençait aussi à entreprendre. La première moitié du xve siècle connut le début d’un certain essor de l’exportation de bétail (surtout bovin) en direction de l’Ouest. Dans ce commerce, dès le début, les paysans aisés des bourgades de la grande plaine, devenus commerçants, jouèrent le rôle décisif. Mais la bourgade n’avait pas comme unique fonction de permettre à ses habitants de s’enrichir. C’est là aussi que se rencontrait la plus grande proportion de paysans pauvres : possesseurs de parcelles minuscules, journaliers.

57Cela explique que la bourgade agricole ait été aussi le lieu où les tensions sociales furent sensibles. La population s’y montrait le plus réceptive aux idées radicales de l’époque. En Hongrie, l’idéologie hussite, qui dès les années 1410 s’était répandue au-delà même des frontières de la Bohême, rencontra des échos dans le sud de la Grande Plaine, et avant tout dans le Szerémség, où il y avait toute une série de riches bourgades à production vinicole. Elle fut transmise par des prêtres d’origine paysanne, qui avaient fait leurs études à l’université de Prague, berceau du hussisme, et qui, de retour dans leur pays, se mirent à prêcher contre l’Église officielle. Nous leur devons la première traduction de la Bible en hongrois, datée des années 1430, œuvre de deux ecclésiastiques du Szerémség, les clercs Thomas et Valentin. Elle a été partiellement préservée dans les codex de Vienne, de Munich et d’Apor.

58L’Église prit à temps ses dispositions pour que le hussisme hongrois ne devînt pas un mouvement révolutionnaire. En 1436, le pape Eugène IV chargea le vicaire franciscain de Bosnie, Jacques della Marca, d’extirper l’hérésie, d’en arrêter l’expansion. Jacques, qui était depuis 1435 inquisiteur dans les diocèses de Csanád puis de Pécs, alla s’installer à Kamanc, près de Pétervárad, localité qui était le centre du mouvement, et réussit dans son entreprise. Une partie des dirigeants finit en prison ou sur le bûcher, les autres quittèrent le pays. C’est ce que firent les deux traducteurs de la Bible, qui seront suivis en 1439 en Moldavie par un groupe important de leurs adeptes. Le chapitre hussite de l’histoire hongroise fut ainsi clos.

La révolte paysanne de Transylvanie

59Le lent processus d’évolution de la société paysanne connut un épisode d’accélération dramatique avec le soulèvement de 1437 en Transylvanie. Ce mouvement lié dans la conscience historique au nom d’Antoine le Grand de Buda est la plus grande révolte armée de tenanciers hongrois avant la guerre paysanne de 1514.

60L’une des causes profondes de la révolte fut la limitation du droit de libre choix du domicile. Ce droit s’appliquait partout – sauf en Slavonie – depuis la première moitié du xive siècle mais les seigneurs, et surtout les petits seigneurs, tentaient souvent d’en interdire l’exercice. Ces derniers étaient en effet les premiers menacés d’être abandonnés par leurs paysans dans la mesure où les grands seigneurs pouvaient offrir à leurs tenanciers des conditions plus favorables. Sigismond sentit à plusieurs reprises la nécessité de consigner par écrit le droit des tenanciers de choisir leur domicile, d’abord en 1391 (pour la Transylvanie), puis à la Diète de Temesvár (1397) et dans le décret de 1405, et enfin en 1407 et en 1409. Le renouvellement fréquent de cette disposition montre que l’exercice de ce droit se heurtait effectivement à des obstacles. C’est ce qui se passait dans le nord de la Transylvanie où la noblesse des propriétaires moyens était particulièrement forte.

61Pourtant, ce n’est pas ce problème qui provoqua la révolte mais des abus concernant la dîme. D’après les paysans, l’évêque de Transylvanie, Georges Lépes, n’avait pas prélevé la dîme pendant trois ans parce que l’argent en circulation n’était pas de bonne qualité. Puis il avait exigé le paiement des arriérés, le tout en bonne monnaie. Quand les paysans refusèrent d’accéder à sa demande, il les excommunia et, eux, en réponse, en juin 1437, prirent les armes.

62Le noyau de l’insurrection fut le nord de la Transylvanie. De là elle gagna Szatmár et le Nyírség. Les paysans se retranchèrent tout d’abord près du village d’Alparét, dans les monts Bábolna, mais bientôt le centre du mouvement fut Kolozsvár, qui, sans doute sous pression des pauvres de la ville, prit parti pour les révoltés. Les révoltés se faisaient appeler « communauté des habitants » (universitas regnicolarum) hongrois et roumains. Ils étaient guidés par six capitaines : un petit noble du comitat de Kolozs, Antoine le Grand de Buda, trois tenanciers hongrois et un (sans doute) roumain, ainsi qu’un bourgeois de Kolozsvár. Le voïvode de Transylvanie, Ladislas Csák, auquel ils avaient présenté leur plainte, fit exécuter leurs envoyés, mais ensuite, pour gagner du temps, il passa un accord avec eux. Dans l’accord passé le 6 juillet à Kolozsmonostor la dîme fut sérieusement réduite, les neuvièmes sur le vin et sur le blé, revenant au seigneur, furent définitivement supprimés, et le document confirma le droit des paysans de choisir leur domicile et d’hériter. Le respect des articles de cet accord devait être contrôlé par une assemblée de paysans. Il était prévu qu’elle se réunirait une fois par an sur les monts Bábolna et elle serait formée des représentants des bourgades et des villages concernés. Des sanctions étaient prévues pour les nobles qui ne respecteraient pas les accords.

63Les nobles n’avaient pas la moindre intention de tenir leurs engagements. Le 16 septembre à Kápolna, ils s’allièrent aux représentants des Saxons et des Sicules : les parties s’engagèrent à s’assister mutuellement face aux paysans. Le 6 octobre, un nouvel accord fut passé à Apáti, dans le comitat de Doboka, avec les rebelles. La décision définitive devait être prise par le roi. Les paysans croyaient dur comme fer que leurs privilèges remontaient à saint Étienne et qu’il était possible de les retrouver dans les archives de du roi. Dans l’attente du retour des émissaires envoyés à la cour, les parties réglementèrent provisoirement les obligations des tenanciers. Les charges en argent augmentèrent quelque peu et le projet d’assemblée paysanne annuelle ne fut plus mentionné.

64Sigismond n’eut pas la possibilité d’intervenir. À la nouvelle de sa mort, en décembre 1437, les troupes des nobles lancèrent la contre-attaque et assiégèrent Kolozsvár. La ville tomba fin janvier 1438. En représailles elle perdit ses privilèges et ses habitants rétrogradèrent au statut de serfs (leurs droits furent rétablis par Vladislas Ier en 1444). Les paysans aussi subirent une défaite, leurs leaders furent arrêtés et exécutés à Torda, les participants furent mutilés. La noblesse avait rétabli sa domination.

Une culture de cour toujours brillante

65Si l’on laisse de côté les années agitées 1382 et 1403, le pouvoir royal conserva jusqu’à la mort de Sigismond son rôle dirigeant dans la vie culturelle. La continuité est évidente avec l’époque de Louis Ier. Le centre de la vie culturelle resta, comme avant, la cour royale. D’autre part, la culture chevaleresque de l’Europe occidentale continua à marquer les esprits. Le diffuseur de la culture de la cour fut toujours l’aristocratie des grandes propriétaires qui entourait le roi, ainsi que la couche relativement mince de la noblesse qui était en rapport avec la cour et avec les barons. Mais à cela s’ajouta un phénomène nouveau, qui annonçait l’époque suivante : la naissance de centres culturels secondaires autour des grandes fortunes du pays. Alors que le train de vie des barons de l’époque des Angevins suivait en tout et pour tout le service de la cour, les barons de Sigismond créèrent dans leurs provinces leurs propres « centres de culture » Quelques décennies plus tard, à l’époque des ordres, ces centres secondaires joueront un rôle essentiel dans la culture de la classe des seigneurs. Pour l’heure, ces nouveaux foyers de culture dans les résidences seigneuriales permanentes permirent à la culture de cour de rayonner sur tout le territoire. Enfin, la culture à l’époque de Sigismond fut caractérisée aussi par le fait que les villes royales et leurs bourgeois y jouèrent un rôle éminent, correspondant au rôle politique qui était le leur dans la consolidation du pouvoir de Sigismond.

66Comme tous les rois de Hongrie jusqu’à la fin du xve siècle, Sigismond était presque toujours en voyage, et il était accompagné par toute sa cour. Il lui arrivait tout au plus de s’arrêter quelques mois à un endroit. C’est pourquoi nous ne pouvons pas parler de capitale royale dans le sens moderne de cette expression. Parmi leurs résidences les Angevins donnèrent la préférence plutôt à Visegrád. Sous Sigismond, Buda reprit définitivement cette fonction. Cela se manifesta par le fait qu’entre 1406 et 1408 les tribunaux centraux quittèrent Visegrád pour aller s’installer à Buda. Sigismond transforma le palais royal de Buda en une résidence de grandes dimensions : après avoir construit l’aile occidentale et la tour Tronquée (Csonka torony), restée inachevée, il fit élever sur l’aile Nord un monument remarquable y compris dans la perspective européenne, le Jeune Palais (Frisspalota). À proximité de celui-ci, le roi fonda en 1424 la collégiale (prévôté) Saint-Sigismond. Les chercheurs mettent aujourd’hui en rapport ces bâtiments avec les sculptures du château de Buda découvertes en 1974. Vers la fin de son règne, Signsmond projeta de déplacer sa capitale de Buda à Pozsony. C’est pourquoi vers 1430, il y entreprit de grands travaux de construction. L’envergure des travaux est révélée par le fait que le roi dépensa de la sorte tous les ans plusieurs milliers de florins d’or et que d’après des calculs remontant à 1434 ces chantiers employèrent entre 220 et 240 personnes. Le centre de chasse et de repos préféré du roi était Tata, où il fit également construire un château.

67Plus modestement, les aristocrates essayèrent eux aussi d’imiter le roi en se dotant, dans leurs provinces, de résidences confortables, habitables toute l’année. La plupart des châteaux hérités des Arpádiens et des Angevins ne s’y prêtaient guère, ni par leur position ni par leur taille. C’est pourquoi les principaux seigneurs se firent ériger de nouvelles résidences ou firent transformer les châteaux existants. C’est entre autres à cette époque qu’ont été construits, sur le modèle de Diósgyör et d’autres châteaux de la Couronne, les châteaux des Kanizsai à Kismarton (aujourd’hui Eisenstadt en Autriche), de Jean Maróti à Gyula, des Cudar à Ónod, des Kompolt à Nána (Kisnána), des Újlaki à Palota (Várpalota). En 1420, Pipo d’Ozora (Filippo Scolari) se fit construire à Ozora un splendide château sur le modèle florentin. Mais le besoin de résidences fortifiées était bien plus répandu. À partir du début du xve siècle la Hongrie connut une rapide diffusion du château (castellum) comme lieu de résidence seigneurial, tout d’abord chez les grands propriétaires, puis dans les cercles de moyens propriétaires. Les castella étaient des bâtiments fortifiés, mais, à la différence des châteaux précédents, ils étaient la plupart du temps construits en bois, du moins au début. Les grands du royaume imitaient le souverain en construisant, en partie pour le salut de leurs âmes, en partie en tant que lieu de sépulture, des églises qu’ils dotaient aussi richement qu’ils le pouvaient. Parmi les bons exemples de ces pratiques, la prévôté de Vágújhely fondée par le voïvode Stibor, ou la chapelle des Garai à l’église Notre-Dame de Buda, la sépulture de Pipo d’Ozora dans une nouvelle chapelle de la basilique de Székesfehérvár ou la prévôté de Marót de Jean Maróti. Mais ni la fondation d’églises ni la construction de forteresses et de châteaux ne signifiaient que les liens entre les aristocrates et la cour royale se fussent distendus. Les barons continuèrent à vivre la plus grande partie de leur vie dans l’entourage du roi, ils l’accompagnaient souvent dans ses voyages à l’étranger, et, quand ils restaient en Hongrie, ils participaient aux tâches du gouvernement du pays. Ils avaient une résidence fixe à Buda, voire deux, comme les Garai. Dans l’une d’entre elles, qui subsiste aujourd’hui encore partiellement entre les rues Úri et Orzságház, il n’y avait pas moins de vingt pièces.

68L’horizon des aristocrates, et de manière générale des nobles de la cour, s’était considérablement élargi depuis les Angevins, surtout après 1410, quand Sigismond fut devenu, en tant que roi germanique puis empereur, un des principaux leaders politiques en Europe. Buda, Tata et Pozsony accueillaient souvent des brillantes rencontres de princes et des festivités qui voyaient la participation de chevaliers et d’ecclésiastiques étrangers. Parmi ces initiatives, il faut signaler une série de festivités longue de plusieurs semaines organisée pour sceller la réconciliation entre Sigismond et le roi de Pologne, Vladislas Jagellon. En 1424, le roi accueillit le roi Éric du Danemark, les rois de Suède et de Norvège, et l’empereur byzantin qui implorait assistance contre les Turcs. En 1429 la Diète de l’Empire eut lieu à Pozsony.

69Du point de vue des relations culturelles, il faut souligner l’importance, encore plus grande, des voyages à l’étranger du roi, qui se faisait toujours accompagner par de très nombreux dignitaires de l’Église, seigneurs et chevaliers. À l’époque du concile (1414-1418), il y eut certainement à Constance plusieurs milliers de Hongrois car, à l’époque, certains aristocrates se déplaçaient avec une suite d’une centaine de personnes. Beaucoup d’entre eux allèrent jusqu’à Paris, Londres, Milan, voire Rome. En conséquence, une partie de la noblesse s’efforça consciemment d’assimiler ce qu’elle avait vu dans le monde des chevaliers occidentaux, et surtout les aspects extérieurs de cette culture. L’utilisation du cimier, qui était rare, se répandit en Hongrie à partir de 1410 dans des cercles relativement larges et à un rythme accéléré. En même temps, au vu de la richesse des pays occidentaux, le voyageur hongrois prenait conscience de sa pauvreté. L’un des Rozgony, qui était chevalier de la cour, se plaignait, dans une lettre écrite en 1416 à ses frères, de la cherté des magasins parisiens, et ajoutait que, comme il n’avait pas d’argent, « il préférait ne pas les regarder ».

70Faute d’informations, il est difficile de savoir si ces contacts des sociétés occidentales ont exercé une influence – et laquelle – sur la noblesse hongroise. Il est certain que très peu de gens, même dans les cercles les plus distingués, savaient lire et écrire. Nous avons connaissance de deux exceptions parmi les seigneurs, mais tout tend à montrer que tous deux étaient des originaux. L’un d’eux, Laurent de Tári, dont il nous reste une lettre écrite de sa main, effectua en 1408-1411 le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, ce qui n’était pas fréquent. De là il se rendit en Irlande, au Purgatoire de saint Patrick. Sa « descente aux enfers » marqua ses contemporains de telle sorte que des légendes naquirent sur ce thème. Plusieurs poètes les reprirent au xvie siècle. Après son retour, il se rendit à Venise déguisé en touriste, pour mener au nom de Sigismond des pourparlers de paix. L’autre aristocrate, Nicolas Szécsény, dit aussi Nicolas de Salgó, l’arrière-petit-fils du voïvode Thomas, était sans doute une personnalité aussi originale. Ce richissime seigneur fut condamné en 1424 à la perte de ses biens pour avoir falsifié de l’argent et, plus tard, il fut soupçonné d’avoir empoisonné son oncle, Jean Garai, avec l’épouse duquel il avait une liaison. Il mourut à Venise en exil en 1438, laissant pour tout héritage des livres interdits et des lettres d’amour.

71Hormis ces exceptions, il n’y avait aucune demande de littérature profane. Après la mort de Jean de Küküllö, pour la première fois depuis des siècles, il ne se trouva pas de chroniqueur pour relater l’histoire de l’époque. Aucune autre œuvre littéraire ne put émerger sur le terreau de la culture chevaleresque de cour, et tout ce que nous savons de la poésie de l’époque suggère l’existence d’une subculture verbale éloignée de la cour. Il s’agit de la ballade populaire d’Étienne « Kont » de Hédervár, dont la chronique de Jean de Thurócz, écrite en 1487, a fait parvenir jusqu’à nous le contenu et quelques vers. Kont était l’un des leaders du parti des Horváti et il fut décapité par Sigismond, en même temps que trente et un de ses compagnons. Le poème, manifestement en sympathie avec les révoltés et dans laquelle le roi est appelé « porc tchèque », a dû naître et se répandre dans les couches de la noblesse qui resteront jusqu’au bout étrangères, voire hostiles à la culture occidentalisante de la cour.

72L’époque de Sigismond vit un accroissement accéléré de la couche des lettrés laïques. En dehors du clergé, elle pouvait être considérée, à l’époque, comme l’unique dépositaire de la culture écrite. Ses membres se recrutaient essentiellement dans deux catégories : les nobles propriétaires les plus pauvres et la riche bourgeoisie des villes et des bourgades. Ils travaillaient presque tous dans l’administration de base indifférenciée : chancelleries, tribunaux, administrations municipales et de comitat, administration des domaines du roi et des seigneurs. Les principales institutions de l’Église confiaient elles aussi de plus en plus souvent les loci credibilis, à savoir les tâches séculières, à des lettrés laïques. Toutes ces fonctions requéraient une connaissance approfondie du latin et une bonne connaissance du droit coutumier hongrois, compétences qu’il était possible d’acquérir dans les principales écoles de l’Église. Ceux qui les avaient acquises et étaient ainsi en mesure de travailler dans les administrations étaient appelés literati, « lettrés ».

73Pour acquérir des connaissances d’un niveau plus élevé, il était habituel de se rendre dans les universités étrangères. La plupart des étudiants fréquentaient celles qui se trouvaient le moins loin : Prague avant l’explosion du mouvement hussite, plus tard Cracovie, et surtout Vienne, qui à l’époque était la principale destination des Hongrois. Mais ceux qui faisaient des études universitaires ne venaient guère gonfler les rangs des lettrés laïques. Leur composition sociale et leur itinéraire sont éloquemment illustrés par ces étudiants qui, venant du comitat d’Ung, s’inscrivirent entre 1406 et 1439 à l’université de Vienne. La plupart de ces quinze personnes étaient des nobles : deux étaient issus de la grande famille des Pálóci, cinq de familles de seigneurs moyens aisés, deux étaient de la petite noblesse. Cinq d’entre eux étaient issus de familles bourgeoises de bourgades agricoles et un seul était d’origine paysanne. La plupart d’entre eux embrassèrent probablement la prêtrise. L’un d’entre eux était manifestement déjà prêtre, un autre devint curé d’Ungvár, le troisième, prévôt de Lelesz, alors que Georges Pálóci, qui au moment de ses études était prévôt de Szepes, était destiné après son retour à devenir évêque de Transylvanie, puis archevêque d’Esztergom.

74Sigismond fit beaucoup d’efforts pour élever sa capitale – à l’instar de sa ville natale, Prague – au rang de ville universitaire, mais ses tentatives échouèrent toutes. Sa première université, celle d’Óbuda, qu’il avait fondée en 1395, dut fermer, sans doute parce que son chancelier, Luc d’Órév, évêque de Várad, avait participé au soulèvement des barons de 1403. En 1410 le roi obtint à nouveau du pape Jean XXIII l’autorisation d’ouvrir une université. De nouveau il invita de célèbres savants étrangers. Ils participèrent au concile de Constance en tant que délégués de l’université. Mais en 1419 il ne restait plus rien de cette entreprise et Sigismond n’eut pas la patience de retenter l’expérience.

75Hormis l’Église, la bourgeoisie des villes – et surtout sa couche commerçante, la plus aisée – était la catégorie qui souffrait le moins d’un manque de culture de base. Bien sûr, elle était tenue de savoir compter, et elle avait tout aussi besoin de savoir écrire, soit pour participer à la direction de la ville, soit pour entretenir ses relations en Hongrie et à l’étranger. Elle acquérait les connaissances pratiques nécessaires dans les écoles des villes. Celles-ci différaient des écoles de l’Église non seulement de par les matières enseignées, mais aussi de par la langue. C’est à cette époque que l’utilisation de l’écrit se répandit dans l’administration des villes, et la langue utilisée fut presque partout l’allemand. À partir de la deuxième moitié du xve siècle, les conseils avaient systématiquement des registres. Ils tenaient une comptabilité, établissaient des recensements fiscaux et différents documents ayant d’autres destinations. C’est par écrit que se réglaient les affaires financières et de crédit des bourgeois.

76L’accroissement du rôle politique des villes et la conscience identitaire qui l’accompagnait s’exprimèrent aussi dans l’architecture. C’est à cette époque que le retable à volets devint l’une des décorations intérieures les plus répandues, et bien des églises paroissiales urbaines prirent leur forme définitive, sous laquelle nous les connaissons aujourd’hui. Les plus significatives, de par leur taille et leur valeur artistique, sont l’Église Sainte-Élisabeth de Kassa, la plus grande église gothique hongroise, ainsi que les églises de Kolozsvár, de Sopron, de Nagybánya et de Brassó, ainsi que l’église Notre-Dame de Buda, dont la construction avait commencé à l’époque de Louis Ier. Pourtant, l’œuvre la plus remarquable de la peinture hongroise de cette époque, le tableau d’autel de Garamszentbenedek, œuvre de Thomas de Kolozsvár, n’est pas née dans un environnement urbain, mais provient de l’église de l’abbaye bénédictine de même nom.

77L’influence naissante de la Renaissance italienne commençait à peine à se faire sentir en Hongrie. Ses uniques porteurs étaient italiens : Pipo d’Ozora et sa famille, dont André Scolari, évêque de Várad (1409-1426). Nous savons que les travaux de construction de Pipo étaient dirigés par Manetto Ammannatini, un disciple de Brunelleschi, qui après la mort de son seigneur, continua pendant des décennies à vivre en Hongrie. Pipo fit travailler également vers 1426 l’un des plus grands peintres de son temps, Masolino. Mais aucune de ses œuvres créées en Hongrie n’est parvenue jusqu’à nous.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540