Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la Hongrie médiévale. Tome II

 | 
Pál Engel
, 
Gyula Kristó
, 
András Kubinyi

Deuxième partie. Le règne de Sigismond

Chapitre IV. Sigismond, le premier roi-empereur

Texte intégral

Un prince germanique mal accepté (1382-1403)

Le gouvernement des barons

1Louis Ier ne laissa que deux filles mineures : Marie et Edwige. Conformément à son testament, le trône devait revenir à l’aînée âgée de onze ans (1382-1387) tandis que sa mère, la Bosniaque Élisabeth, devait assurer la régence. Avec les changements à la tête de l’État hongrois, l’union personnelle hungaro-polonaise ne tarda pas à éclater. Louis avait souhaité que sa fille aînée soit aussi reine de Pologne mais les nobles polonais insistèrent pour que leur souverain résidât dans le pays. Élisabeth tenta bien de faire valoir les droits de Marie par les armes mais elle fut contrainte de céder. En 1384, la plus jeune de ses filles, Edwige, fut couronnée reine de Pologne, ce qui mettait fin à l’union personnelle. En 1386, Edwige épousa Jagellon (Jagiello), grand-duc lituanien, qui monta sur le trône sous le nom de Vladislas II. (Il fut le fondateur de la dynastie des Jagellons, qui par la suite à deux reprises, en 1440 et en 1490, monta sur le trône de Hongrie.) Ainsi s’acheva la domination de la maison d’Anjou en Pologne. Elle fut remplacée par l’union polono-lituanienne.

2Mais alors que la Pologne sortit rapidement d’une anarchie transitoire, en Hongrie le changement de monarque eut de conséquences graves et durables. Le couronnement de Marie ne résolut pas la question de la succession au trône. Pour la première fois la Couronne était portée par une femme. Il allait de soi, pour la cour comme pour les nobles, que le règne de Marie ne serait que provisoire. Le pouvoir d’une femme n’était guère envisageable dans un pays où le droit coutumier des sujets reposait sur les traditions claniques patriarcales (il suffit de penser au principe d’inaliénabilité des biens patrimoniaux) et où la noblesse s’attendait à ce que son roi la conduise personnellement en guerre. La Couronne attendait donc son véritable détenteur. Comme différentes possibilités se présentaient, le pays ne tarda pas à sombrer dans l’anarchie des luttes de factions.

3Dans la question de la succession le pays était divisé en trois camps. L’immense majorité de l’aristocratie de la cour – se réclamant de la volonté de Louis – souhaitait voir sur le trône le futur époux de la reine enfant mais n’arrivait pas à se mettre d’accord sur la personne du mari. Le premier candidat était le margrave de Brandebourg, Sigismond, né en 1368 (de trois ans plus âgé que Marie) : il était le fils cadet de l’empereur Charles IV. Issu de la famille des Luxembourgs, il était également roi de Bohême. Sigismond avait été fiancé à Marie par Louis Ier et, depuis 1379, le jeune margrave était élevé à la cour de Hongrie. Il pouvait donc être considéré comme le prétendant légitime et naturel au trône. Il était soutenu par un groupe considérable de barons dirigé par les Lackfi et le comte de la cour Nicolas de Szécs.

4Un deuxième groupe aristocratique regroupait les partisans du palatin Nicolas Garai. Il avait trouvé son prétendant dans la personne du frère cadet du roi de France, le prince Louis d’Orléans. Ce groupe avait le soutien de la reine mère Élisabeth, qui suivait toujours l’avis de Nicolas Garai. Alors que le mariage de Marie avec Sigismond était constamment reporté, les partisans de Garai étaient entrés secrètement en rapport avec la cour du roi de France et avaient promis à Louis, duc d’Orléans, la main de la reine. Quand la manœuvre fut découverte, en 1384, le parti opposé protesta ouvertement et réclama de la reine mère le renvoi de Garai. Le pays était au seuil de la guerre civile.

5Entre-temps un troisième parti avait émergé après avoir au début collaboré avec les adversaires de Garai. Hostile au principe de la succession en ligne féminine, représentée par Marie, ce parti était fidèle à la transmission de la Couronne en ligne masculine et voulait donner le trône au roi de Naples, Charles III (« le Petit », ou encore de Duras), parent de Louis Ier (il était son cousin issu de germain), le seul homme vivant de la dynastie des Angevins. Il n’était pas perçu comme étranger, ce qui était un argument en sa faveur. Il avait grandi à la cour de Louis, avait gouverné pendant des années la Croatie et la Dalmatie, il était populaire parmi les seigneurs du sud du pays. Enfin, il avait obtenu le trône de Naples grâce au soutien hongrois peu de temps avant la mort de Louis. Ses partisans étaient dirigés par l’évêque de Zagreb Paul Horváti et son frère Jean, le bán de Macsó.

6Peu de gens à la cour soutenaient Charles mais il avait les sympathies de l’immense majorité de la noblesse de province. C’est pourquoi dans un premier temps, il prit l’avantage dans la lutte des partis. Alors que Nicolas Garai négociait avec ses adversaires, les troupes tchèques et moraves entrèrent dans le pays pour défendre les intérêts de Sigismond. Les Horváti, de leur côté, appelèrent Charles à occuper le trône de Hongrie et le roi de Naples débarqua en septembre 1385 en Dalmatie. Au vu du danger, les partis de la cour tentèrent de s’allier. Ils rejetèrent le projet de mariage français, organisèrent le mariage de Marie et de Sigismond et Nicolas Garai renonça au palatinat pour le laisser à son adversaire Nicolas Szécsi. Mais il était déjà trop tard. La Diète convoquée pour résoudre la crise prit le parti de Charles. Les nobles étaient si violemment opposés au « pouvoir des femmes » que la cour dut céder. Sigismond s’enfuit en Bohême, et Marie abdiqua en faveur de Charles. Le 31 décembre 1385 ce dernier fut couronné roi.

7Le succès du parti napolitain fut pourtant de courte durée. Le règne de Charles II (1385-1386) ne dura en tout et pour tout que 39 jours. Le roi napolitain n’avait pas apporté d’Italie des troupes considérables et il se trouva sans défense dès que ses partisans se furent dispersés pour rentrer chez eux. Les partisans de la reine mère, quant à eux, ne perdirent pas de temps. Le 7 février 1386, au palais de Buda, ils attaquèrent le roi, qui ne soupçonnait rien, le blessèrent gravement et s’emparèrent de lui. Ils l’emmenèrent ensuite à Visegrád, où il ne tarda pas à mourir. La reine Élisabeth reprit le pouvoir au nom de Marie et son premier acte fut de récompenser généreusement tous ceux qui avaient participé à l’attentat. Blaise Forgách, l’argentier du roi, qui avait porté à Charles le coup mortel, reçut le château de Gimes dans le comitat de Nyitra.

8Avec l’assassinat de Charles la crise s’envenima et déboucha sur une guerre civile. Le parti dirigé par les Horváti refusa de se soumettre à Marie et fit allégeance au fils de Charles, encore mineur, Ladislas, qui était resté à Naples. Il fut proclamé héritier légitime du trône et ses partisans se soulevèrent en son nom contre la cour. La base de leur pouvoir se trouvait dans le sud du pays où ils avaient le soutien de la majorité de la noblesse. La situation était aggravée par le fait qu’entre-temps le pays avait subi des pertes territoriales. Au printemps de 1386, le frère aîné de Sigismond, le roi de Bohême et empereur germanique Venceslas, était entré en Hongrie à la tête de troupes tchèques et moraves et avait contraint la reine mère à l’armistice. En attendant son couronnement, Sigismond, qui l’accompagnait, participa au gouvernement du pays en tant qu’époux de Marie alors que des membres de sa famille, les margraves de Moravie, prenaient en gage le territoire (entre les rivières Morava et Vág, avec Pozsony) qu’ils avaient occupé lors des combats de 1385-86. Après le départ de Venceslas, la cour tenta d’étouffer le soulèvement des Horváti mais cela déboucha sur une catastrophe. Sans doute Élisabeth et Garai pensaient qu’il suffirait de la présence de la reine enfant pour que les rebelles s’inclinent. Mais les choses se passèrent tout autrement. Quand la petite troupe royale traversa la Dráve, le 25 juillet 1386, les Horváti les attaquèrent. Ils massacrèrent les courtisans qui avaient participé à l’assassinat du roi et capturèrent Élisabeth et Marie. Le pays n’avait plus de monarque.

9Les grands du pays chargèrent alors Sigismond de la régence et lui donnèrent le titre de « capitaine de Hongrie ». Avant d’aller au combat, ils tentèrent de négocier avec les rebelles et, en août 1386, lors de la Diète de Székesfehérvár, ils approuvèrent un projet d’accord dans lequel les rebelles, s’ils se soumettaient, non seulement bénéficieraient d’une amnistie mais recevraient des fonctions « dignes de leur rang ». Malheureusement les Horváti ne jetèrent pas les armes : le différend ne pouvait plus être réglé que par la guerre. En 1386-1387 Sigismond pénétra en Slavonie pour essayer de libérer les reines (il ne savait pas encore qu’Élisabeth avait été étranglée en prison en janvier 1387). Cette tentative se solda par un échec mais il n’y avait plus aucune raison de retarder la montée de Sigismond sur le trône. Le 31 mars 1387 ce dernier fut couronné à Székesfehérvár, après avoir accepté les conditions posées par les grands du pays. Le couronnement avait été assuré par le plus âgé des évêques, l’évêque de Veszprém, puisque l’archevêché d’Esztergom était vacant et que l’archevêque de Kalocsa se trouvait à l’étranger.

10Le nouveau roi fut d’emblée confronté à deux tâches difficiles. La première était de réprimer le soulèvement des Horváti et la deuxième était de recouvrer la portion de territoire passée sous autorité morave. Il lui fallut des années pour résoudre ces problèmes, alors même que de nouveaux soucis émergeaient, dont le plus sérieux était l’expansion turque.

11Il fallut attendre 1394 pour anéantir la révolte des Horváti. Dès 1387 Sigismond était parvenu à pacifier les comitats méridionaux et la Slavonie. Avec l’aide d’une flotte vénitienne il libéra la reine Marie. Mais les rebelles trouvèrent un appui d’importance en la personne du roi Tvrtkó I de Bosnie (1377-1391) qui occupa une grande partie de la Dalmatie et de la Croatie, accueillit dans son pays les rebelles en fuite et les aida à contre-attaquer. C’est pourquoi les opérations visant à recouvrer la Croatie échouèrent toutes et la situation ne changea qu’après la mort de Tvrtkó. Son successeur, le roi Étienne Dabiša, accepta de faire la paix avec Sigismond. Celui-ci, au cours de la même année, rétablit son autorité sur toute la Croatie et sur la Dalmatie. Jean Horváti, qui se cachait en Bosnie, fut capturé, et Marie, pour venger la mort de sa mère, le fit atrocement exécuter à Pécs. La plupart de ses partisans avaient déjà subi le même sort.

12Le recouvrement des territoires occupés par les Moraves s’avéra plus facile mais demanda d’importants sacrifices. En 1388, Sigismond se vit contraint de donner en gage son immense héritage en Allemagne au margrave morave Jodot de Brandebourg. En échange, celui-ci rendit Pozsony et les autres châteaux qu’il détenait. Les forteresses occupées par le frère cadet de Jodok, Procope, furent conquises par le roi en 1390 et demeurèrent une source permanente de conflit entre les deux parties.

13Une fois les Moraves chassés et les Horváti écrasés, l’unité politique du pays fut rétablie, mais cela ne signifiait pas que la crise était totalement résolue. Les années de crise avaient conduit à de profondes mutations dans l’organisation du pouvoir. S’il voulait gouverner, Sigismond devait tôt ou tard se heurter aux grands du pays qui l’avaient fait roi.

14L’évolution politique la plus marquante des années qui suivirent 1382 fut en effet l’accroissement du pouvoir de la haute noblesse. Du vivant de Louis Ier, le haut clergé et les barons avaient soutenu unanimement la politique du roi et il n’y avait pas eu de confrontation. La mort du souverain fit par contre éclater les liens de loyauté qui liaient les grands du pays à la dynastie. Ni sa veuve, ni sa fille ne purent remplacer la personne de Louis. Du coup l’assemblée du haut clergé et des barons, le conseil du roi, accapara le pouvoir. Nous venons de voir comment cette question amena les barons à s’affronter dans différents partis.

15Le pouvoir des grands du pays atteignit sa forme la plus nette en 1386 quand, Marie étant prisonnière, le pays se trouva sans souverain. Alors, tous ceux qui n’avaient pas rejoint les Horváti contractèrent une alliance formelle, constituèrent une ligue et prirent en main ensemble en tant que corps constitué la direction du pays. Ils se donnèrent un sceau sur lequel se trouvait l’inscription « sceau des habitants du pays » (sigillum regnicolarum), exprimant ainsi l’idée qu’ils entendaient exercer le pouvoir au nom du pays tout entier – c’est-à-dire de la noblesse tout entière. Ce sont finalement eux qui décidèrent du sort de la Couronne et Sigismond dut en prendre acte pour gouverner. En quelques années le rapport entre le roi et les barons changea radicalement. Les conditions que Sigismond dut accepter en 1387, avant son couronnement, en témoignent clairement. Il dut reconnaître que son accession à la royauté était due à la coalition de barons qui l’avait mis sur le trône et il s’engagea à accéder à leurs demandes, les autorisant même à utiliser la force contre lui.

16Il y eut une transformation radicale au niveau des instruments du pouvoir. Au moment de la mort de Louis Ier la moitié des châteaux du pays, près de 150, étaient propriété du roi ou de la reine, c’est-à-dire qu’ils étaient sous l’autorité de la Couronne. Bien sûr la grande majorité d’entre eux était en réalité tenue par les barons mais c’était au titre de leurs fonctions, de leur honor, en tant que récompense de leurs services, non point en tant que possession familiale et transmissible, et donc ils pouvaient se les voir retirer n’importe quand. Tout le pouvoir des barons reposait sur ces domaines « de fonction », et non point sur une fortune familiale. Ils dépendaient du bon vouloir du roi. Les principaux barons – le palatin, le comte de la cour, le voïvode de Transylvanie, les bán de Slavonie, de Croatie-Dalmatie et de Macsó – étaient chacun seigneur de 8 à 10 châteaux voire davantage au titre de leurs fonctions, et les autres barons de la cour disposaient également de revenus considérables provenant des honores – 6 à 8 châteaux. En comparaison avec ces domaines, leur fortune familiale n’était pas considérable. À la tête des plus riches propriétaires il y avait les Lackfi avec une fortune exceptionnellement importante (7 châteaux). Seules quelques familles disposaient de possessions comparables, comme les Újlaki et les successeurs du bán Mikcs avec cinq châteaux chacun, les Szécsényi avec quatre, les Garai, les Druget et les Babak avec trois. La plupart des familles de l’aristocratie de cour de l’époque des Angevins ne possédaient en propre qu’un château, plus rarement deux.

17La prise du pouvoir par les barons à partir de 1382 bouleversa cet état de choses. Non seulement les barons s’efforcèrent d’accaparer le maximum d’honores mais ils tentèrent surtout d’exploiter les conditions politiques favorables pour accroître le pouvoir de leur famille. Dès 1386 Marie fut obligée de leur laisser en gage de nombreux châteaux de la Couronne, en partie afin de se procurer de l’argent, en partie afin de les soudoyer. Sigismond, à l’époque où il était encore margrave, leur en avait promis également beaucoup dans le même but. Quand il monta sur le trône, les barons, les uns après les autres, lui présentèrent la note, ce qui aboutit à une réduction catastrophique des possessions de la Couronne. En moins de dix ans, entre 1387 et 1396, plus de la moitié des châteaux des Angevins, 80 environ, était passée en propriété privée, soit par donation, soit à titre de gage. Bien sûr, les châteaux ne rassasiaient pas à eux seuls la soif de terre des barons. Ils se procurèrent un nombre considérable de riches bourgades agricoles et de villages libres appartenant à la Couronne (libera villa), qui n’étaient pas liés aux châteaux, et dont les impôts entraient dans les caisses de l’État. Tels étaient, pour n’en citer que les plus connus, Sárospatak, Sátoraljaújhely, Sárvár, Köszeg et Körmend, qui se retrouvèrent désormais sous l’autorité des grandes familles seigneuriales.

18Les donations de domaines et les hypothèques à grande échelle transformèrent les rapports de force à l’intérieur du royaume. D’une part, le système des honores, sur lequel les Angevins avaient solidement établi le pouvoir royal, était définitivement affaibli, d’autre part, le pouvoir et l’ambition des familles des barons s’en trouvaient accrus d’autant. Le comitat de Vas offre ici un exemple éclairant. En 1382, sept châteaux de la Couronne étaient sous l’autorité de l’ispán de Vas nommé par le roi, ce qui faisait du titre d’ispán de Vas l’un des principaux honores. En 1392, Sigismond ne possédait plus un seul château : cinq d’entre eux avaient été distribués en tant que donations et deux étaient tombés dans les mains des barons par hypothèque, les bénéficiaires étant presque tous des membres de la haute noblesse (les Kanizsai, les Széci, les Garai). À la place du domaine de jadis, lié à l’honor, apparurent des fortunes seigneuriales inconnues auparavant. En 1396, environ la moitié des châteaux du pays était concentrée dans les mains d’à peine trente familles de barons, et parmi elles, celles qui avaient fait partie de la ligue étaient de loin les plus fortunées : les Lackfi possédaient dix châteaux, les Garai, les Kanizsai et les Stiboric (d’origine polonaise) neuf pour chaque famille, les Bebek, les Jolsva et les Losonc sept chacune, avec leurs dizaines de villages et les milliers de tenanciers leur payant contribution.

19Cette nouvelle aristocratie non seulement différait de celle des Angevins mais était encore beaucoup plus riche et puissante, entre autres parce qu’elle ne devait pas sa fortune, comme la précédente, au souverain, mais à sa propre position de pouvoir. C’est avec le soutien de la coalition baronniale que Sigismond était monté sur le trône et il fut contraint de la payer de retour par des donations abondantes. C’est ainsi que les nouveaux barons, ayant acquis le droit de participer au pouvoir, voulurent déterminer la politique royale. Pour Sigismond toute tentative de renforcer le pouvoir central et d’imposer sa volonté devait forcément le conduire à un affrontement avec la majorité de ses anciens soutiens. C’est ce qui se produisit sous forme d’une crise intérieure sérieuse. L’éclatement du conflit fut pourtant retardé par une menace extérieure inconnue jusqu’alors : l’attaque des Turcs osmanlis.

L’apparition du danger turc

20Pendant la première décennie du règne de Sigismond se produisit le tournant politique qui allait fondamentalement et définitivement transformer la position internationale du royaume de Hongrie : une grande puissance conquérante, porteuse d’une culture étrangère – l’Empire turc osmanli – après une expansion exceptionnellement rapide, se présenta à la frontière méridionale de la Hongrie et contraignit le royaume, pour la première fois depuis longtemps, à pratiquer une politique défensive. Dès lors – et pratiquement jusqu’à la catastrophe de Mohács – le pays vivra pratiquement sans interruption sous la menace d’une attaque turque. Cette menace non seulement mettra à l’épreuve sa puissance économique et militaire mais aussi sera source de nouvelles tensions intérieures. La société nobiliaire, habituée à une politique extérieure d’agressions, ne pouvait pas admettre d’être mise sur la défensive. L’opinion publique réclamait à l’égard de l’Empire ottoman le même type de guerre d’agression menée par Louis Ier contre les petits États balkaniques et elle rendit responsable les dirigeants politiques du moment des inévitables échecs.

21Au moment où Sigismond monte sur le trône, le pouvoir ottoman n’avait qu’un quart de siècle derrière lui. Il était parti d’un noyau représenté par une petite principauté d’Asie Mineure. Celle-ci, à partir des années 1350, se développa avec une rapidité foudroyante jusqu’à devenir un empire. Ce succès s’explique par la position géographique de la principauté au nord-ouest de l’Asie mineure, à proximité d’un Empire byzantin réduit à un territoire exigu (et donc à conquérir), et aussi par le dynamisme de la dynastie des Osmans ou Ottomans, fondée en 1326. L’expansion ottomane fut d’autant plus rapide que les Turcs trouvèrent face à eux des peuples en proie aux divisions : Byzance était affaiblie par des luttes intestines, la Bulgarie était divisée en deux principautés (dont les capitales étaient Tirnovoet Vidin), et l’État balkanique le plus puissant, la Serbie, s’était désagrégé avec la mort de l’empereur Étienne Dusán (1355).

22En 1354 les Ottomans prirent pied en Europe, quand ils occupèrent en tant que mercenaires de l’empereur byzantin la clé des Dardanelles, Gallipoli (Gelibolu). L’avènement du petit-fils d’Osman, Mourad Ier (1362-1389), donna le signal de départ à la conquête des Balkans. Les Turcs s’emparèrent rapidement d’Andrinople (Edirne, 1362), de Philippoupolis (Plovdiv, 1363), de la Macédoine (1371-1373), de Sofia (1385), de Ništ (1386), et de Salonique (Thessaloniké, 1387). Entre-temps, en 1371, ils avaient écrasé près de la Maritsa la coalition du prince serbe, et ils avaient contraint l’empereur byzantin à leur payer tribut. En 1389, ce fut le point culminant des succès de Mourad : à Rigómezö (Kosovo Polje), il emporta une victoire décisive sur le souverain de la Serbie du Nord, le kenéz Lazare, et sur ses alliés. Le fils de Lazare (Lazarévitch), le prince Étienne, reconnut l’autorité des Ottomans, accepta une garde turque dans ses châteaux, et c’est ainsi que l’Empire ottoman, au sud du Danube, devint voisin du royaume de Hongrie. Le fils et successeur de Mourad, Bajazet Ier (1389-1402), poursuivit la politique de conquêtes de son père. Anéantissant les émirats turcs d’Asie Mineure, il étendit son pouvoir jusqu’à l’Euphrate. En Europe, il annexa Skolpje (1392), puis Tirnovo et la Thessalie (1393). En 1394, la principauté roumaine de Valachie devint elle aussi vassale des Turcs.

23Pendant longtemps encore, les Ottomans refusèrent de s’engager dans la conquête de la Hongrie. Contrairement à ce qui était passé avec les petits états balkaniques, faciles à écraser, le royaume de Hongrie resta jusqu’à la fin pour les Ottomans un adversaire redoutable. Cela veut dire que l’expansion turque ne mit pas tout de suite en danger l’existence politique du royaume. Pourtant, la question de la lutte contre les Turcs occupera, à partir des années 1390, une place permanente dans la politique extérieure du royaume et dans l’opinion publique nobiliaire. Le voisinage de l’Empire ottoman en effet représentait pour la Hongrie une provocation sur deux points.

24D’une part, il mettait en question les rapports de dépendance féodale que la Hongrie avait imposée au cours du xive siècle aux peuples des Balkans. Quelque limité qu’ait été le résultat des guerres permanentes menées par les Angevins dans cette région, elles n’avaient pas manqué de confirmer que l’initiative revenait toujours à la Hongrie, et que les voisins du sud relevaient de sa sphère d’influence. Les territoires du nord des Balkans, indépendamment de la situation politique effective, étaient considérés comme des « possessions annexes », et la Hongrie prétendait exercer sur eux son autorité. En conséquence le roi de Hongrie se faisait appeler aussi « roi de Rama (Bosnie), Serbie, Coumanie (Valachie) et Bulgarie ». Avec la conquête ottomane non seulement la monarchie perdait cette position de pouvoir mais, au lieu d’être en situation d’attaque, elle était réduite à se défendre. Ce fait en soi représentait déjà une secousse considérable pour la noblesse hongroise.

25D’autre part, la pénétration ottomane eut aussi une influence psychologique et économique. Depuis l’incursion mongole du xiiie siècle aucune armée étrangère n’avait ravagé la Hongrie. En 1390 cependant – l’année après la bataille de Rigómezö – les troupes ottomanes se mirent à faire tous les ans des incursions en Hongrie. Naturellement leur objectif était la zone frontalière avec la Serbie, à l’époque territoire des comitats de Krassó, Keve, Temes et Torontál, ainsi que l’espace compris entre la Drave et la Save, à savoir le comitat de Valkó et surtout la région de Szerem. Ces razzias régulières – dont l’un des objectifs principaux était de se procurer des esclaves – eurent un effet catastrophique sur les forces productives de la région. En quelques décennies, les régions frontalières méridionales devinrent à proprement parler un désert, ses bourgades agricoles et ses villages se vidèrent, la population – qui à l’origine était dans sa grande majorité de langue hongroise – soit périt victime des pillages, soit migra vers d’autres régions du pays. Elle y fut remplacée tout au long du xve siècle par des groupes serbes en fuite depuis les Balkans, et c’est ainsi que la composition ethnique de la région se modifia. Du fait des offensives turques, les autres zones frontalières elles aussi se trouvèrent en danger. À partir de 1394 les troupes ottomanes visitèrent la Transylvanie et, en 1414, elles entrèrent en Slavonie.

26Sigismond et son gouvernement prirent d’emblée au sérieux la nouvelle situation politique et engagèrent au début, conformément aux habitudes, une guerre d’agression. Dès l’année de la bataille de Rigómezö, en 1389, le roi entra en Serbie et cette opération fut suivie par d’autres offensives. En 1390, 1391 et 1392 il combattit les Turcs personnellement. En 1393 une armée de grands de Hongrie intervint aux frontières méridionales. En 1394 ce fut à nouveau le tour du roi. Enfin, l’année 1395 vit deux campagnes de Valachie. La deuxième fut dirigée par Sigismond, qui parvint à remettre sur le trône son protégé, Mircse (Mircea cel Bãtrîn). Par ailleurs ces guerres, à part la reconquête d’un ou deux châteaux, furent des échecs. Aucune confrontation décisive n’eut lieu.

27Ayant tiré les leçons de l’expérience, Sigismond se mit en quête d’une nouvelle solution. Il se fixa comme objectif de résoudre, grâce à l’aide internationale, la question turque une fois pour toutes, et de chasser les Turcs d’Europe. C’est dans cet objectif qu’en 1395 il lança une activité diplomatique de grande ampleur : ses ambassadeurs ne se bornèrent pas à visiter les cours européennes, ils arrivèrent probablement jusqu’au sultan mamelouk du Caire. Le roi de Hongrie parvint à obtenir du pape que l’initiative militaire projetée fût considérée comme croisade et son organisation, dans la situation confuse de l’Europe de l’époque, aboutit à des résultats étonnamment positifs. Au printemps 1396 Sigismond rassembla une troupe considérable de chevaliers, dont le noyau était constitué par les Français dirigés par l’héritier du trône de Bourgogne, Jean Sans Peur, mais il y avait aussi des unités allemandes, tchèques, italiennes, voire anglaises. En août les croisés dirigés par Sigismond entrèrent en territoire turc et assiégèrent le château bulgare de Nicopolis. Bajazet se précipita en personne pour sauver le château : pour la première fois, les Ottomans étaient confrontés à une armée occidentale conséquente. Le 28 septembre 1396 eut lieu l’affrontement décisif, qui détermina pour longtemps les relations turco-hongroises. Les croisés – surtout en raison d’un plan de bataille erroné imposé par les chevaliers français – subirent une défaite totale et furent pratiquement anéantis. Plusieurs grands de Hongrie perdirent la vie, le palatin Leustache Jolscvy et l’hériter du trône de Bourgogne furent faits prisonniers et Sigismond ne parvint qu’à grand-peine à s’enfuir vers Constantinople pour rentrer en Hongrie par voie de mer, en contournant les Balkans.

28La catastrophe de Nicopolis révéla les rapports de forces internationaux : il apparut clairement que l’Empire ottoman représentait une force face à laquelle la Hongrie, même avec un appui international, n’était pas en mesure de passer à l’offensive. L’espoir que les problèmes posés par les attaques ottomanes pouvaient être résolus à la racine s’évanouissait. Dès lors, au lieu d’envisager des guerres d’agression, le pays dut se préoccuper de sa défense. Il fallut apprendre à vivre sous la menace permanente des incursions turques.

L’aggravation de la crise du pouvoir et le soulèvement de 1403

29Avec la défaite de Nicopolis la crise intérieure s’aggrava sensiblement. Pour pouvoir réaliser ses objectifs politiques, Sigismond s’efforçait de renforcer le pouvoir royal, alors que la plupart des barons étaient décidés à préserver les positions de pouvoir conquises après 1382 et à tenir le pouvoir du roi sous son contrôle. L’opposition d’intérêts devait tôt ou tard déboucher sur un affrontement ouvert dont l’enjeu n’était pas moins que l’avenir du pouvoir central. Dans la lutte, les barons pouvaient compter sur le soutien de l’immense majorité de la noblesse, car le pouvoir de Sigismond avait été impopulaire dans le pays dès le début et, d’autre part, l’échec de Nicopolis avait suscité l’indignation et ébranlé son prestige.

30Le premier affrontement ouvert, dirigé par Étienne Lackfi, vit la participation d’un petit nombre de barons seulement. Lackfi avait été un des chefs du groupe aristocratique ayant pris parti pour Sigismond ; il avait été son premier palatin mais, en 1392, le roi le démit de ses fonctions. À la nouvelle de la défaite de Nicopolis il se souleva et entra en rapport avec celui qui avait été le prétendant au trône soutenu par les Horváti, le roi de Naples Ladislas. Mais Sigismond n’eut pas de difficulté à étouffer la révolte dans la mesure où il avait encore le soutien de la plus grande partie des barons. En février 1397 Lackfi fut assassiné à la cour et les biens de sa famille et de ses partisans furent confisqués.

31Dès lors Sigismond montra de plus en plus clairement son intention de gouverner effectivement. Il tenta de constituer une nouvelle aristocratie formée de ses partisans. Non seulement il leur fit des donations de domaines, mais il leur confia une part de plus en plus significative du gouvernement de l’État. Une partie d’entre eux était issue de la noblesse moyenne, des rangs inférieurs de la cour, comme les Perényi, Ladislas de Sáro (l’ancêtre des Lévai), Jean Maróti, les Csák et les Marcal, qu’il éleva tous au rang de barons et qu’il nomma à de hautes fonctions. Il y en avait cependant qui étaient d’origine étrangère : ces nobles bénéficièrent de la plus grande générosité, ce qui se comprend dans la mesure où leur fidélité était plus assurée que celle des autres. Ainsi le chevalier polonais de Louis Ier Stibor Stiboric devint voïvode de Transylvanie, ispán de Pozsony et l’un des seigneurs les plus grands du royaume. Dès 1395 l’ambassadeur de Mantoue affirme qu’il s’agit de l’un des conseillers les plus influents de Sigismond. En 1397, au moment de l’élimination des Lackfi, un seigneur styrien, Germain comte de Cille, entra au service de Sigismond, et reçut en cadeau presque tout le comitat de Varasd avec dix châteaux en bloc. L’homme de confiance du roi, Eberhard, un Allemand du Sud devint la même année évêque de Zagreb, et sa famille, les Alben, mit la main sur une fortune considérable. L’enrichissement des favoris étrangers du roi représentait bien sûr un préjudice pour les anciens barons. Ceci apparaissait d’autant plus que Sigismond était devenu très prudent en matière de donations.

32Après sa défaite contre les Turcs, le roi convoqua à l’automne 1397 une Diète à Temesvár, dont le programme était avant tout centré sur l’organisation de la défense contre les Turcs. Il fit adopter par la Diète plusieurs lois qui rognaient fortement les droits et les libertés de la noblesse telles qu’ils avaient été définis dans la Bulle d’or et plusieurs fois confirmés au cours du xive siècle. Prenant prétexte de la situation d’exception dans laquelle se trouvait l’État, il suspendit l’application de l’article de la Bulle prescrivant que les nobles n’étaient obligés de combattre qu’à l’intérieur des frontières du royaume et seulement sous la conduite personnelle du roi. Au contraire, il obligea tous les seigneurs pour « la durée de la présente guerre » – à savoir jusqu’à la disparition du danger turc – à marcher « personnellement et à n’importe quel moment » vers les marches du pays, le cas échéant aussi à franchir les frontières, et ceci, en l’absence du roi, sous la conduite du palatin. Une deuxième initiative importante fut l’introduction d’une autre institution dite « service militaire par tenure ». Afin de reporter, du moins partiellement, la charge de la guerre sur les seigneurs, il décréta qu’en cas de campagne ceux-ci étaient tenus de présenter un archer pour vingt tenanciers (la loi n’établissait pas explicitement s’il fallait que l’archer en question fût lui-même paysan ou pas). Afin que cette disposition fût exécutée, il fit recenser comitat par comitat les seigneurs avec le nombre de leurs tenanciers. Des documents datés de 1398 prouvent que le système fonctionnait et nous avons gardé, remontant à la même année, le recensement des tenures du comitat d’Ung. De plus, le roi, en temps de guerre, pouvait s’emparer de la moitié des revenus de l’Église et imposer au pays un impôt supplémentaire. Prétextant qu’au début de son règne il avait souvent dû céder au chantage des seigneurs, il fit inscrire dans la loi le droit exceptionnel de reprendre tous les domaines de la Couronne dont il avait fait donation ou qu’il avait hypothéqués sans contrepartie (plus tard, il exclut de ce point de la loi ses proches passés et présents). En échange de ces réformes, la noblesse n’obtenait que des concessions apparentes. Sigismond n’accepta de reconduire la Bulle qu’en excluant le célèbre codicille sur le droit à la révolte, et il promit d’écarter les officiers d’origine étrangère. Cependant deux des plus puissants officiers, Stibor et l’évêque Eberhard, échappèrent à l’application de la loi.

33Les lois de Temesvár avaient été promulguées pour lutter contre les Turcs mais Sigismond ne pouvait qu’être contrarié par l’impossibilité de résoudre rapidement le problème ottoman. Dès lors, dans l’espoir d’obtenir plus facilement des succès, il tourna son attention vers les problèmes de sa famille, la maison de Luxembourg. Son frère aîné, le roi de Bohême et de Germanie Venceslas, n’avait pas d’enfants : il avait donc de bonnes perspectives de se procurer les deux couronnes. De son côté Venceslas, ballotté au milieu des luttes des ligues de barons tchèques, se tournait de plus en plus vers Sigismond pour lui demander conseil, médiation ou assistance. La confusion des affaires tchèques amena Sigismond plus d’une fois à intervenir et, à partir de 1399, à séjourner longuement en Bohême. Après 1397 il combattit violemment son vieil adversaire, le margrave morave Procope, et ces combats s’étendirent en 1399 à la Moravie. Quand il revint en Hongrie, au début de 1401, après être resté loin du pays pendant plus d’un an, la crise avec la noblesse atteignit son point culminant.

34Le 28 avril 1401, les grands du pays dirigés par le palatin Detre Bebek et l’archevêque d’Esztergom Jean Kanizsai, grand chancelier, arrêtèrent le roi dans le château de Buda. Ils exigèrent de lui qu’il chasse du pays ses partisans « étrangers ». Comme Sigismond n’entendait pas céder sur ce point, car il aurait été de nouveau la marionnette de ses barons, ils le déclarèrent publiquement prisonnier. Le pouvoir fut exercé par le conseil du haut clergé et des barons au nom de la « sainte couronne », qui désormais n’avait pas de détenteur. Jean Kanizsai assuma le titre de « chancelier de la sainte couronne » et le conseil scella ses décisions par le » sceau de la sainte couronne ». Aussitôt les négociations commencèrent pour la désignation d’un nouveau roi : les prétendants étaient le roi polonais Vladislas II, le prince autrichien Guillaume et bien sûr le roi de Naples, Ladislas. Mais la captivité de Sigismond fut de courte durée. Comme les grands du pays n’arrivaient pas à se mettre d’accord sur la personne du futur monarque, ils ne tardèrent pas à engager des négociations avec leur prisonnier. Nicolas Garai, le bán de Croatie-Slavonie, presque le seul membre de l’ancienne aristocratie à être resté fidèle à Sigismond, le libéra de sa captivité en donnant son frère et son fils en otage à sa place, puis, en octobre 1401, il négocia un accord entre le roi et les barons. Sigismond recouvrait son trône, promettait l’impunité aux rebelles, et écartait ses partisans étrangers, à l’exception de Stibor.

35Malgré ces conditions, Sigismond sortait de cet affrontement vainqueur, voire, d’après le roi de Bohême, « plus grand et plus puissant que jamais ». Il fit comme si l’épisode de sa captivité n’avait pas eu lieu et s’empressa de poursuivre la consolidation de son pouvoir. Il ne chassa pas les étrangers. Il se fiança même avec la fille de Germain Cillei, Barbara (La deuxième fille de Germain Cillei épousa Garai, qui de la sorte devint le beau-frère du roi). Quand, début 1402, il retourna en Bohême, afin de suivre les questions dynastiques, il prit d’importantes mesures de sécurité. Il priva plusieurs membres de l’opposition de leurs dignités et il confia la majorité des châteaux de la Couronne à des gens de confiance. En septembre 1402, quand il retourna pour une courte durée à Pozsony, il contracta avec le prince autrichien Albert IV un traité de succession mutuelle. En cas d’absence de Sigismond, c’est le Habsbourg qui était ainsi chargé du gouvernement du pays et il fit promettre aux grands et aux nobles rassemblés dans la ville que s’il mourait sans enfants ils couronneraient Albert. En même temps il démit de ses fonctions de palatin un des dirigeants de l’opposition, Detre Bebek, et le remplaça par Jean Garai. Il procéda à d’autres changements de hauts dignitaires de sorte que ses opposants perdirent pratiquement toute influence.

36Tout ceci amena les barons à proposer le trône à celui qui avait été le prétendant soutenu par les Horváti, c’est-à-dire à Ladislas le roi de Naples. Vers la fin de 1402 ils lui jurèrent fidélité à Nagyvárad et, au début de 1403, ils se préparèrent à l’accueillir. Ladislas, qui avait déjà envoyé des troupes en Dalmatie, arriva lui-même au mois de juillet. Le 5 août, à Zara, l’archevêque Kanizsai le couronna roi de Hongrie avec une couronne faite pour l’occasion. Les rebelles croyaient en leur succès. Leur mouvement avait une dimension « nationale ». L’immense majorité des propriétaires, à l’exception des villes, était de leur côté. Ils avaient à leur tête, comme en 1401, l’archevêque Kanizsai et l’ex-palatin Detre Bebek. Dans leurs rangs l’on trouvait l’archevêque de Kalocsa, la plus grande partie du haut clergé, et pratiquement – à l’exception de Garai et de quelques nobles de sa famille – tous les descendants des barons des Angevins. La moyenne noblesse de province aussi se rangea en grand nombre sous les drapeaux des rebelles, et l’atmosphère générale était telle que même les partisans du roi en étaient étourdis. Dans l’est du pays, les troupes rebelles furent conduites par les deux voïvodes, Nicolas Csák et Nicolas Marcal, alors que le roi les avait nommés deux ans auparavant à la tête de la Transylvanie pour tenir la bride aux barons.

37En dépit d’un rapport des forces défavorables, Sigismond sortit vainqueur de cette épreuve. Les chevaliers de la cour et les nouveaux barons lui restèrent pour la plupart fidèles, les villes le soutinrent unanimement, et les principaux châteaux – Buda, Visegrád et Pozsony – étaient gardés par des mercenaires étrangers de confiance. La direction polycéphale des rebelles se montra incapable de prendre des décisions coordonnées, alors que les chefs militaires du roi – Stibor, les Garai, Jean de Marót, Pierre Perény, Simon Szécsény et d’autres – surent agir rapidement et sûrement. Ils mirent en mouvement leurs corps d’armée et, en quelques semaines, parvinrent à disperser une bonne partie des armées de leurs adversaires, qui se rassemblaient lentement. Fin juillet, Sigismond rentra de Bohême, et, alors que l’armée dirigée par les deux voïvodes franchissait la Tisza, il arrivait à Pest. Il assiégea Esztergom, la capitale de l’archevêque Kanizsai, et, pour que personne dans le pays ne doute de son droit de régner sur le pays, il fit poser sur sa tête la sainte couronne à Visegrád, là où elle était détenue.

38Il ne restait aux barons aucune autre issue que de se soumettre. Les premiers à déposer les armes furent Csák et Marcal, qui servirent de médiateurs à l’accord conclu le 8 octobre à Buda. Le roi amnistia tous ceux qui dans un certain délai choisirent de se soumettre, il promit de leur laisser leurs domaines voire de les leur rendre, et il annula toutes les donations qu’il avait faites à leur détriment pendant le soulèvement. Il fit grâce aussi à Bebek et à Kanizsai bien qu’ils n’eussent déposé les armes qu’après le délai fixé, mais il confisqua une partie de leurs châteaux et plaça aussi pour un temps Esztergom sous l’autorité de la Couronne. Après cela, il ne resta que peu de rebelles insoumis : ceux qui avaient survécu aux combats se virent privés de tous leurs droits et dans un ou deux cas furent condamnés à l’exil. Il n’y eut aucune condamnation à mort. La pacification du pays fut achevée au printemps 1404, même si un ou deux châteaux résistaient toujours. Ladislas de Naples était rentré en Italie dès novembre 1403, après avoir nommé prince de Split le voïvode de Hervoja, un de ses partisans bosniaques, et lui avoir confié la régence de la Dalmatie. C’était là la seule partie du pays où l’autorité de Sigismond ne s’étendait pas, et le soulèvement s’acheva avec la perte pour lui de la Dalmatie.

39La lutte pour le pouvoir s’était achevée par une victoire totale du pouvoir royal. Jusqu’à la mort de Sigismond, pendant 34 ans, le maintien du pouvoir ne lui causera plus de soucis. Bien que par la suite il ait séjourné à l’extérieur du pays à différentes reprises, il n’y eut plus de mouvement d’opposition. Cela ne veut pas dire qu’il fût devenu plus populaire qu’avant, mais ses adversaires, affaiblis et démoralisés, avaient quitté le champ de bataille. Ils avaient dû se résigner à voir tout pouvoir et toute influence leur échapper. Ils ne pouvaient rien faire d’autre que d’attendre la mort du roi. Et celui-ci pouvait désormais entreprendre ses grands projets de réforme, et réaliser ses idées de politique extérieure.

La consolidation du pouvoir royal (1403-1437)

Les piliers du pouvoir royal

40La position du pouvoir royal était sortie renforcée de la confrontation, mais c’était un résultat qu’il fallait consolider. Les raisons qui avaient conduit à la crise n’avaient pas disparu : du fait des donations effectuées après 1387, la suprématie du roi en matière de possession de châteaux et de domaines avait disparu. L’aristocratie fonctionnaire de l’époque des Angevins était devenue une aristocratie de familles de magnats, qui pour le roi ne représentait plus un soutien, mais bien un danger. Dans ces conditions, Sigismond devait construire son pouvoir sur de nouvelles bases. Il s’appuya principalement sur la nouvelle aristocratie issue des rangs de ses partisans, mais il put compter aussi sur d’autres soutiens : les « étrangers », l’Église et les villes.

41Le tout premier fondement du pouvoir de Sigismond était cette partie de l’aristocratie qui lui devait sa promotion. Ses membres disposaient d’une fortune aussi considérable que celle des nobles en révolte contre le roi, mais ils l’avaient reçue des mains de Sigismond, et de ce fait ils étaient loyaux à son égard. Ils faisaient systématiquement sa politique et le roi pouvait compter totalement sur leur soutien. En 1408, lors de sa victoire sur la Bosnie, il contracta formellement avec eux une alliance et, avec ceux qui avaient le plus mérité sa reconnaissance dans l’écrasement de la révolte de 1403, il fonda un ordre chevaleresque : l’ordre du Dragon. Ce nouvel ordre, qui tirait son nom de son emblème, comprenait le roi lui-même, la reine et 22 barons, et tous se jurèrent fidélité mutuelle. Plus tard, Sigismond accueillit aussi de nouveaux membres.

42Les piliers de cette alliance étaient le palatin Garai, Germain Cillei, le voïvode Stibor et Pipo d’Ozora. Nicolas Garai, fils du palatin assassiné en 1386, était issu de l’aristocratie des Angevins, mais il servit Sigismond de tout son cœur. Il fut palatin jusqu’à sa mort (1402-1433) et, en récompense de sa fidélité à toute épreuve, il reçut d’immenses donations de domaines, surtout en Transdanubie(Pápa, Csesznek, Köszeg, Siklós, etc.) et dans les régions du Sud. À sa mort il était le principal propriétaire foncier du pays, avec 13 châteaux. Son beau-père Germain Cillei, comte de Cille, originaire de Styrie méridionale, était entré au service de Sigismond en 1397 ; il reçut des terres en Slavonie (une grande partie du comitat de Varasd, la région de Muraköz, etc.).

43Ces deux aristocrates étaient les hommes de confiance et les conseillers les plus fiables du roi. Mais Sigismond n’est pas pour autant tombé sous leur influence, il n’est pas devenu la marionnette de la « ligue Gara-Cille ». Jusqu’à sa mort le roi a déterminé seul sa politique. Dans son gouvernement, il ne s’appuyait pas seulement sur ces deux magnats, mais sur bien d’autres de ses partisans qui n’étaient aucunement liés à ceux-ci, ni par des liens de famille, ni par une alliance. L’un d’entre eux, Stibor de Stiboric, un Polonais, était arrivé à la cour hongroise sous Louis Le Grand, et jusqu’à sa mort en 1414 fut l’un des dirigeants du gouvernement de Sigismond. Il reçut du roi 12 grands châteaux avec leurs domaines dans le nord-ouest du pays et en 1404 il s’attribua le titre de « seigneur du fleuve Vág ». Il installa sa principale résidence à Bolondóc, à proximité de Tréncsén. À deux reprises il se trouva à la tête de la Transylvanie en tant que voïvode (1395-1401 et 1409-1414) et après le soulèvement de 1403 il géra pendant des années les possessions de l’archevêque d’Esztergom et de l’évêque d’Eger. Pipo d’Ozora (de son nom d’origine Filippo Scolari), était italien et il était arrivé en Hongrie au service d’une banque florentine. En 1401 Sigismond lui avait confié la chambre de la gabelle et en 1404 il reçut le gouvernement des comitats du Sud-Est. Il remplit jusqu’à sa mort (1426) la fonction d’ispán de Temes, et de plus, après 1415, il contrôlait l’ensemble de la direction des finances. Il exerçait son autorité sur six à huit comitats et sur 15-20 châteaux de la couronne mais sa fortune personnelle, en comparaison, n’était pas considérable.

44La plupart des autres barons provenaient de la noblesse de la cour. Ils avaient commencé leur carrière en tant que chevaliers ou « jeunes » de la cour et c’est en vertu de mérites exceptionnels acquis dans cette qualité qu’ils devinrent barons et possesseurs de grandes fortunes. Parmi eux, il faut mentionner le chancelier secret Emeric Perényi, le comte de la cour Pierre Perényi, le bán de Macsó Jean Maróti qui administra après le soulèvement les comitats du Nord-Est, le maître de chevalerie Pierre Lévai « le Tchèque », le voïvode de Transylvanie Jean Tamási. Tous furent membres de l’ordre du Dragon. Après 1409, d’autres familles, les Kompolt, les Palóc et les Rozgony, exercèrent une influence non négligeable. Les Csák et les Marcal maintinrent leurs positions, bien qu’ils eussent participé au soulèvement de 1403. En 1409-1410, après avoir rassemblé ses partisans dans l’Ordre du Dragon, Sigismond se réconcilia avec ses opposants et certains de leurs chefs revinrent près du pouvoir. Les Bebek, les Kanizsai et les Újlaki retrouvèrent des dignités sans pour autant recouvrer leur ancienne influence. Ce n’était plus à eux de diriger, mais aux nouveaux barons.

45Le rôle des partisans étrangers de Sigismond dans la consolidation de son pouvoir a été considérable. En dehors des Cillei, Stibor et Ozora, nous trouvons autour de Sigismond et de la reine, Barbara Cillei, de nombreux seigneurs et chevaliers tchèques, polonais, allemands et dalmates. Plusieurs parmi eux occupèrent des positions importantes, gérant des châteaux et des comitats de la Couronne, accomplissant des missions militaires ou diplomatiques. Une place de premier choix revint à Eberhard, l’évêque de Zagreb, que nous avons déjà nommé, et à sa famille, les Alben (appelés aussi Medve, d’après le nom de leur château en Slavonie). En 1404, Eberhard remplaça Kanizsai au poste de grand chancelier de Sigismond, puis l’un de ses cousins, l’évêque Jean d’Alben, lui succéda. À partir de 1423 et pendant dix ans, toute l’activité d’émission de chartes royales fut placée sous la direction d’Alben. À partir de 1429, les membres d’une famille dalmate provenant de Raguse, les Tallóc, bénéficièrent d’une préférence exceptionnelle et le roi leur confia le gouvernement des régions frontalières méridionales et la direction des finances.

46L’Église joua un rôle non négligeable dans la consolidation du pouvoir du roi. D’une part, sur le plan politique, Sigismond confia les biens de l’Église à ses proches. D’autre part, sur le plan économique, le roi utilisa une partie voire la totalité des biens de l’Église pour réaliser ses objectifs. Bien sûr, la contribution principale venait des revenus des riches dignitaires de l’Église, surtout des évêques, des deux archevêques et du prieuré joannite de Vrán, et dans une moindre mesure des abbayes bénédictines et cisterciennes sous le patronage du roi, des prévôtés prémontrées et des revenus des chapitres collégiaux et cathédraux.

47En Hongrie, à la différence de bien d’autres pays européens, la Royauté avait toujours au xive siècle la mainmise sur les dignités du haut clergé. Formellement, suivant les prescriptions du droit canon, les évêques étaient partout élus par les chapitres cathédraux, et le droit de confirmer l’élection revenait au pape. Mais dans la pratique le roi avait toujours les moyens de faire élire son candidat, réduisant ainsi la confirmation par le pape à une simple formalité. Cependant, vers la fin du siècle, le contrôle royal sur l’Église s’était affaibli, ce qui explique qu’en 1403 les deux archevêques et de nombreux évêques avaient choisi la voie de la révolte. Il est certain qu’ils avaient été encouragés dans ce choix par le comportement même du pape qui soutenait le prétendant napolitain et qui avait envoyé à celui-ci un cardinal en tant que légat papal pour l’assister. La première tâche de Sigismond après l’écrasement de la révolte fut d’en finir avec l’influence du pape. Il décréta en 1404 que personne ne pourrait recevoir des biens de l’Église en Hongrie sans son consentement. Une bulle pontificale ne suffisait donc pas et le roi se réserva le droit d’attribuer les biens ecclésiastiques à sa convenance. Il interdit au clergé de recevoir et de rendre publics, sans approbation du roi (placetum regium), des documents issus de la curie romaine, signés ou non par le pape. Il interdit aussi de payer les taxes dues au pouvoir pontifical (comme en témoigne un décret émis en Bohême en 1403 en qualité de gouverneur de ce pays). En 1410 il se réconcilia avec le pape, sans renoncer pour autant aux droits qu’il s’était octroyés sur l’Église de Hongrie. En 1417, il profita de la vacance du siège pontifical pour faire reconnaître par le concile de Constance l’autorité des rois de Hongrie sur leur Église, à savoir le droit de patronage suprême. Le roi pouvait ainsi nommer aux plus hautes fonctions ecclésiastiques, le pape se contentant d’entériner formellement la candidature. Ce droit fut dès lors exercé par les rois de Hongrie pendant des siècles.

48En fait, Sigismond exerçait sans encombre le patronage suprême depuis le soulèvement de 1403. Il avait retiré leurs charges aux évêques révoltés et il avait confié la gestion de leurs biens à des laïcs, qui en prélevaient bien sûr les revenus pour le roi. Les biens de l’archevêché d’Esztergom et de l’évêché d’Eger furent gérés par Stibor, ceux de l’archevêché de Kalocsa par Jean Maróti, le bán de Macsó, ceux de l’évêché de Györ par le bán de Croatie-Slavonie, Paul d’Özdögö le Pétchénègue, ceux de l’évêché de Vác par le capitaine du guet de Visegrád, Charles Korbávi, alors que les domaines appartenant au prieuré de Vrán furent administrés par les bán de Slavonie. Il plaça ensuite sur les sièges vacants des ecclésiastiques qui avaient toute sa confiance. La plupart de ceux-ci étaient des étrangers : le cousin de Stibor fut nommé évêque d’Eger, un membre de la famille Pipo d’Ozora devint évêque de Várad, deux autres membres de cette famille furent archevêques de Kalocsa ; les cousins du grand chancelier Eberhard, les Alben, furent évêques de Zagreb, de Pécs et pendant quelque temps de Veszprém. Hinko, l’évêque de Nyitra, et peut-être aussi Philippe, l’évêque de Vác, étaient tchèques. Un deuxième groupe de dignitaires de l’Église fut recruté dans la nouvelle aristocratie : nous pouvons citer l’évêque de Transylvanie, Georges Palóci, qui deviendra plus tard (à partir de 1423) archevêque d’Esztergom, Pierre et Simon Rozgonyi, évêques de Veszprém puis d’Eger, et Benoît Lack de Szánta, évêque de Bosnie. Au cours des dernières années de son règne, Sigismond profita de nouveau abondamment de la possibilité qu’il avait de laisser vacants les sièges épiscopaux, et d’utiliser l’intégralité de leurs revenus à son profit. En l’occurrence les raisons n’étaient pas politiques, comme après 1403, mais économiques : il avait besoin d’argent pour assurer la défense de sa frontière méridionale contre les Turcs. À sa mort, en 1437, quatre sièges importants étaient vacants : l’archevêché de Kalocsa, les évêchés de Zagreb et de Csanád, et le prieuré de Vrán. Ils étaient tous gérés par des aristocrates dalmates proches du roi, les frères Tallóc, qui finançaient ainsi la protection des châteaux frontaliers qui leur étaient confiés.

49Les villes royales jouèrent un rôle secondaire mais non négligeable dans la stabilisation politique. Du fait de la forte diminution des châteaux de la Couronne, les fortifications urbaines jouèrent un rôle stratégique dans le contrôle du pays. Le soutien des bourgeois lors de la révolte de 1403 favorisa la victoire de Sigismond. L’alliance entre le roi et la bourgeoisie des villes avait été indispensable pour plus d’une raison : d’une part la couche dirigeante des villes était en grande partie allemande, donc étrangère, et face à une noblesse xénophobe, elle ne pouvait compter que sur le roi pour la défendre efficacement ; d’autre part elle craignait à juste titre de perdre, en cas d’affaiblissement du pouvoir central, sa position privilégiée et de se trouver sous l’autorité de propriétaires privés ou de l’Église.

50Malheureusement les villes étaient peu nombreuses. Vers 1400, il n’y avait pas plus de vingt villes royales fortifiées alors que le nombre total de châteaux dépassait les 300. Après 1403, l’une des tâches les plus urgentes de Sigismond fut de tenter d’augmenter le poids politique des villes. C’est alors que s’élevèrent, grâce aux subventions royales, les murs de Kolozsvár, de Késmárk et d’Igló et que les murs d’enceinte d’Eperjes et de Bártfa furent achevés. De plus, Sigismond projetait la fortification de plusieurs bourgades agricoles privilégiées. Ces plans échouèrent par manque de financement suffisant. Sigismond veilla à confier la direction militaire des principales villes de la Couronne à ses partisans. C’est pourquoi après 1403, il nomma à la tête des principales villes – Pozsony, Kassa, Sopron, Székesfehérvár – des capitaines (capitaneus) tchèques, moraves et polonais, et confia Buda, avec le château royal qu’il venait de construire, à des capitaines du guet dalmates. Il fit beaucoup aussi pour l’accroissement du poids économique des villes.

51Ainsi, après l’effondrement du système politique angevin, le roi parvint à asseoir son autorité sur de nouvelles bases et à consolider le pouvoir central. Après 1403, le nombre des châteaux appartenant au roi se stabilisa autour de 60-70, ce qui représentait à peine à peine plus du cinquième de l’ensemble des châteaux. Mais d’autres forces étaient venues étayer le pouvoir de Sigismond : les immenses propriétés d’une aristocratie qui lui était fidèle, les biens d’une Église sous patronage royal et, dans une moindre mesure, mais non sans importance, des villes royales au poids accru. Toutes ces forces permirent à Sigismond de lancer des réformes internes et d’engager une politique extérieure active, en bref d’avoir une politique indépendante et de ne pas tenir compte des attentes de la noblesse.

Une nouvelle organisation du pouvoir

52Parmi les réformes, l’une des plus importantes a été la restructuration du conseil royal. À l’époque des souverains angevins le conseil royal était l’assemblée du haut clergé et des barons, c’est-à-dire des dignitaires laïcs et ecclésiastiques les plus puissants. Personne d’autre n’avait son mot à dire dans la direction du pays. Leur pouvoir reposait sur les honores attribués par le roi, et il était exclusif, car il n’existait aucune force politique comparable à celle qu’ils incarnaient. Après l’avènement de Sigismond le gouvernement ne changea pas de caractère, mais le pouvoir des barons reposa de plus en plus sur des fortunes privées, le roi se retrouvant dépendant de l’aristocratie des grands propriétaires.

53Après 1403, Sigismond révisa complètement le conseil royal. Tout d’abord, il en finit avec l’ancienne coutume qui consistait à donner les châteaux de la Couronne aux hauts dignitaires à titre de rémunération officielle (honor). Le palatin, qui avait été jusqu’alors le plus grand détenteur d’honores, cessa d’en bénéficier à partir de 1402. Le roi mit également un terme à l’honor attaché au comte de la cour, et cela dès 1390. En 1411, les domaines des bán de Macsó passèrent sous l’autorité du prince de Serbie et ceux de l’ex-bán de Slavonie furent attribués en 1409 à la reine Barbara Cillei. Parmi les grands honores, seuls ceux de voïvode de Transylvanie et d’ispán des Sicules furent maintenus (mais le voïvode avait perdu une partie de sa puissance du fait des donations effectuées entre 1387 et 1392), ainsi que celui de bán de Dalmatie-Croatie. Les principaux dignitaires, qui étaient membres du conseil royal du fait de leurs fonctions, devinrent donc de simples conseillers et perdirent le fondement de leur pouvoir territorial.

54En même temps, le roi mit fin à la situation de monopole qui était celle des barons conseillers. Après 1403, ils n’étaient plus les seuls à avoir leur mot à dire sur la marche des affaires, d’autres personnages étaient apparus, qui ne faisaient pas partie du groupe des barons, n’exerçaient pas de fonction et pour la plupart n’étaient pas grands propriétaires. Ils étaient appelés la plupart du temps « conseillers spéciaux » du roi (consiliarius specialis) : il s’agissait en partie d’étrangers ou de personnes issues de la moyenne noblesse, en partie d’ecclésiastiques. Un certain nombre d’entre eux fut promu au rang de baron, comme Matthieu Palóci, qui deviendra comte de la cour et même palatin, Jean Rozgonyi et Pierre de Berzevic, argentier du roi. Ils devaient leur position de conseillers non point à leurs compétences, mais à leur fonction : Pálóc était capitaine du guet de Diósgyör, Rozgónyi trésorier en chef et ispán de Saros, Berzevic capitaine du guet et ispán de Szepes. Mais Sigismond avait aussi des conseillers spécialisés. Leur présence montre clairement la marche vers un pouvoir d’État centralisé : on trouvait des juristes, comme Benoît Makrai et Étienne Arany, des économistes et des financiers tels que Marc de Nuremberg et Léonard Noffri. C’est Arany qui mit au point en 1432-33 la réforme militaire, et nous savons avec précision que ce fut Marc de Nuremberg qui conçut et élabora la réforme des villes de 1405. Leur activité rappelle celle des futurs fonctionnaires d’État dans la mesure où en général elle ne leur rapportait pas de domaines, mais un salaire en argent.

55Parallèlement à la transformation du conseil royal, le mode d’administration des châteaux et des domaines de la Couronne subit également des modifications. Dès sa libération de captivité en 1402, Sigismond retira une partie des châteaux aux barons et les mit sous l’autorité de capitaines du guet de la Couronne, qui lui étaient directement subordonnés. Parmi les barons, à l’exception des voïvodes, seuls Stibor et Pipo d’Ozora se virent confier un rôle dans l’administration des domaines et, après leur mort, ce furent des capitaines du guet qui leur succédèrent. Les capitaines du guet de la Couronne prirent souvent, après 1410, le nom de « capitaines », sans doute pour montrer qu’ils étaient considérés non point comme des détenteurs d’honor, mais comme des fonctionnaires chargés de missions militaires. Ils concentrèrent dans leurs mains un pouvoir considérable : C’est ainsi que les Rozgonyi (Étienne le Vieux et Étienne le Jeune), dans les années 1430, détenaient treize châteaux, dont Temesvár, Pozsony, Komárom, Tata et Csókakö ; Jean Ország de Gút était à la même époque capitaine de Szeged, de Világosvár et d’autres châteaux. Tous ces capitaines cependant n’étaient pas pour Sigismond des conseillers, mais des agents d’exécution. Leur tâche était d’obéir aux ordres du souverain et ils n’avaient pas leur mot à dire sur l’orientation politique du pays.

56Par rapport à l’époque des Angevins, le mode de direction du pays avait donc changé radicalement. Ceux qui prenaient les décisions politiques, ou qui du moins participaient à leur élaboration, ne disposaient plus d’un pouvoir territorial. Et ceux à qui le roi confiait ce type de pouvoir ne disposaient en général d’aucune influence politique. La couche dirigeante, naguère unie en ce qui concerne les personnes, s’était spécialisée : d’une part il y avait les conseillers (Garai, Cillei, les conseillers spécialisés), d’autre part les barons militaires, chargés de missions financières et administratives (les Rozgony, les Tallóc). Après la mort de Sigismond ces deux groupes entreront en conflit mais, de son vivant, son prestige garantissait l’unité de l’aristocratie qui lui était fidèle.

57La reine et la cour jouèrent dans la direction du pays un rôle important, même si nous n’en connaissons pas bien tous les détails. La première épouse de Sigismond, Marie, était morte en 1395. En 1401, le roi se fiança avec l’une des filles de Germain Cillei, Barbara, qu’il épousa en 1405. Ce mariage lui assurait un lien solide non seulement avec le puissant lignage des Cillei, mais aussi avec les Garai, puisque la deuxième fille de Cillei, Anne, avait épousé en 1401 Nicolas Garai. D’après la coutume, la reine recevait une partie des domaines du roi « pour son maintien », c’est-à-dire pour les dépenses de sa cour. À l’époque des Angevins, cette part était insignifiante par rapport à l’étendue des possessions royales. La reine Barbara, en 1409, reçut entre autres l’administration des biens du bán de Slavonie, et son pouvoir augmenta encore par la suite. En 1424 Sigismond lui donna des domaines du Haut-Pays en échange de la Slavonie, et petit à petit, que ce soit sous forme de dotation ou d’hypothèques, les principaux domaines de la Couronne dans le nord du pays passèrent sous autorité de la reine. À la mort de Sigismond, Barbara détenait les domaines de la Couronne dans les comitats de Trencsén, Liptó, Zólyom et Borsod, avec les villes minières et vingt-quatre châteaux. Comme avant, la reine avait sa propre cour, elle avait son propre huissier, son propre officier de bouche, du gobelet, son propre écuyer, elle avait même un argentier, et tous ceux-ci, tout comme les capitaines de ses châteaux, étaient pour la plupart choisis parmi les étrangers ou parmi les chevaliers issus de la moyenne noblesse. Plus tard, dans les luttes de partis qui suivront la mort de Sigismond, l’appareil administratif de la reine jouera un rôle politique important en faveur de la fille de Barbara, Élisabeth.

58Les réformes n’épargnèrent pas les organes de la chancellerie. Leur fonction était de consigner par écrit les décisions du roi et du conseil royal et ils jouaient un grand rôle dans leur exécution. Ils délivraient des chartes au nom du roi, et ils leur apposaient le sceau du roi. Ils étaient dirigés par le chancelier, qui était responsable du sceau et qui dès lors occupait un poste de confiance, puisqu’il répondait du contenu des écrits et des chartes établis au nom du roi. Cependant le travail des bureaux de la chancellerie n’était pas dirigé par le chancelier personnellement, mais par un remplaçant de rang inférieur, le vice-chancelier.

59Jusqu’à la fin de son règne, Sigismond utilisa deux sceaux, c’est pourquoi il avait deux chancelleries. Le « grand sceau » (sigillum maius) était un cachet commun au roi et aux grands du royaume et servait à sceller les décisions ad eternum du conseil royal. Le roi ne pouvait effectuer de donations définitives et inattaquables que par une charte sur laquelle – pour symboliser la volonté commune du souverain et des grands du royaume – figuraient les deux faces du grand sceau (double sceau, sigillum duplex). L’avant du sceau servait aussi à marquer les actes administratifs de routine : il était confié au chancelier, qui l’utilisait au nom du roi. La volonté personnelle du roi passait par le deuxième sceau, plus petit, dit sceau secret ou petit sceau (sigillum secretum, sigillum minus). Toutes les fois qu’il se déplaçait, même à l’étranger, il ne s’en départissait pas, et c’est le chancelier secret qui en était responsable. Dans la politique au jour le jour, c’est bien sûr ce dernier sceau qui jouait un rôle essentiel. Aux alentours de 1430, il y eut en usage un troisième sceau au nom de Sigismond, dit « sceau moyen » (sigillum mediocre). Mais ce n’était pas un sceau administratif, c’était un sceau judiciaire lié aux différentes procédures – déclarations, enquêtes de justice, citations en justice, report de procès. Il était utilisé par le tribunal central, à savoir par le personnel du tribunal de la présence spéciale, qui opérait au nom du roi. Jusqu’en 1406, le sceau fut gardé à Visegrád, après cette date il fut transféré à Buda.

60Les réformes de Sigismond en matière de chancellerie touchèrent à son mode de direction. Précédemment, les chanceliers et vice-chanceliers étaient des ecclésiastiques. À partir de 1405, il confia la chancellerie secrète uniquement à des laïcs, et ce jusqu’en 1423 : d’abord à Emeric Perényi, puis à Matthieu et à Emeric Pálóci (1419-1423), capitaines du guet de Diósgyör, qui étaient tous ses partisans et membres de la nouvelle aristocratie. À la tête de la chancellerie du grand sceau (la « chancellerie suprême »), il plaça en 1404 son partisan allemand, Eberhard, l’évêque de Zagreb, à qui succéda, après sa mort (1419), son cousin, l’évêque de Pécs puis de Zagreb Jean d’Alben. En 1423, Sigismond confia tous les sceaux à d’Alben : celui-ci concentra en sa personne jusqu’à sa mort (1433) les fonctions de grand chancelier et de chancelier secret, ainsi que de chancelier de l’Empire et chancelier de la reine. En réalité pourtant, d’Alben ne dirigeait les chancelleries que de nom. Le roi avait établi des relations bien plus étroites qu’avant avec ses remplaçants, les vice-chanceliers, qui sortirent de leur condition d’officiers de rang relativement médiocre pour devenir dépositaires de la politique au jour le jour et pratiquement conseillers du roi. Parmi eux, il y avait de nombreuses personnalités laïques, et l’importance des lettrés non ecclésiastique dans l’administration du pays s’en trouva accrue. L’un des vice-chanceliers travaillant avec d’Alben, Mathias Gatalóci devint pratiquement le successeur de son chef à la tête de la grande chancellerie et de la chancellerie secrète réunies, position qu’il conserva jusqu’à la mort de Sigismond. À la différence de ses prédécesseurs, il n’était pas seigneur féodal mais, en tant qu’officier royal, il dirigea les chancelleries dont il était responsable non point par l’intermédiaire de vice-chanceliers, mais personnellement.

61On ne peut pas voir dans les chancelleries des organes de direction administrative dans le sens moderne. Sous Sigismond, leur fonction est uniquement de consigner par écrit les décisions du roi, et non point de les mettre à exécution. L’outil principal de réalisation de la volonté du roi, l’organe « exécutif » du pouvoir central, continuait à être, comme à l’époque des Angevins, le personnel de la cour royale (aula). Faute de recherches plus détaillées, nous pouvons supposer que le caractère de la cour, par rapport à l’époque des Angevins, n’avait pas fondamentalement changé. Son noyau restait composé des « chevaliers de la cour » (aule regie milites), ainsi que des « jeunes de la cour » (aule regie iuvenes), d’un rang légèrement inférieur. Ces derniers, à l’époque, figurent de plus en plus souvent sous l’appellation de « familiers de la cour », et nous rencontrons aussi le terme d’aulicus (« courtisan ») du roi. La plupart d’entre eux étaient soit étrangers soit issus de la moyenne noblesse. Représentant la suite permanente du roi, ils étaient chargés de faire parvenir dans tout le pays les ordres du roi et de veiller à ce qu’ils fussent exécutés. De ce fait ils étaient souvent chargés d’importantes missions politiques. Ayant ainsi gagné la confiance du souverain, ils atteignaient parfois des positions élevées. L’immense majorité des membres de la nouvelle aristocratie était issue de ce cercle et avait été promue de cette manière.

62Comme la chancellerie, le système judiciaire central fut sensiblement modifié pour améliorer son efficacité. Les tribunaux centraux fonctionnaient dans le cadre de la cour royale (curia regia). Ils siégèrent, entre 1406 et 1408, à Visegrád. Après cette date Sigismond les transféra à Buda, sa nouvelle capitale. D’un point de vue formel, les tribunaux de la cour étaient composés des « juges ordinaires » du pays (iudices ordinarii) : le palatin, le comte de la cour, le grand chancelier et l’argentier du roi mais, dans la réalité, c’était leurs remplaçants qui instruisaient les procès avec le concours d’assesseurs, pris parmi les membres de la cour présents au moment du procès. Le palatin et le comte de la cour étaient tous deux remplacés par des sénéchaux (protonotarius) : les deux tribunaux qu’ils dirigeaient avaient compétence à l’échelle du pays tout entier. C’était le cas également du tribunal placé sous l’autorité du grand chancelier. Mais cette juridiction ne prenait pas ses décisions au nom du chancelier, mais au nom du roi. Elle était donc appelée « de la présence spéciale du seigneur roi » (specialis presentia domini regis). Ce tribunal existait déjà du temps de Louis Ier mais c’est sous Sigismond qu’il acquit une importance accrue alors que peu à peu les autres tribunaux à compétence « nationale » devenaient des juridictions d’appel. Il était dirigé par un juriste d’origine bourgeoise, « maître » Jacob, qui pendant des décennies (1395-1428), quelle que fût la personne du grand chancelier, dirigea de manière pratiquement indépendante les procès « de la présence spéciale » en tant que sénéchal, autrement dit diffinitora.

63Le tribunal le plus élevé demeurait bien sûr celui de la « présence personnelle » (personalis presentia) du roi. Là le roi rendait la justice en personne, avec la collaboration des barons et du haut clergé. Cette cour n’était pas, comme les autres tribunaux centraux, liée à une ville ; elle se réunissait là où se trouvaient à un moment donné le roi et sa cour. Les affaires traitées par le tribunal de la « présence personnelle » étaient les affaires politiquement importantes (par exemple. les procès de succession de seigneurs morts sans héritiers), mais aussi toutes les affaires de moindre importance à propos desquelles le roi désirait – en général à la demande d’un de ses hommes de confiance – prendre une décision en personne. Ce tribunal traitait aussi les procès de félonie ainsi que les affaires les plus sérieuses d’abus de pouvoir.

64Dans ce système judiciaire hérité des Angevins, Sigismond apportera à la fin de son règne de profondes modifications. En 1428, à la mort de maître Jacob, le tribunal de la « présence spéciale » disparut. Au cours de l’année 1430 le roi resta longtemps à l’étranger et, en son absence, il confia la direction de la « présence personnelle » à ses remplaçants, des vicaires choisis parmi les barons. La conséquence en fut que les deux tribunaux de la présence du roi furent fondus en un seul, appelé « de la présence personnelle », lequel se mit à fonctionner séparément de la personne du roi en tant que tribunal central dirigé par le grand chancelier. Dans son activité – comme dans celle des autres tribunaux centraux – une place de plus en plus grande fut réservée aux spécialistes en droit coutumier hongrois.

65C’est dans la même direction que fut amené à évoluer le quatrième tribunal central, celui dirigé par l’argentier du roi, dit la « cour de l’argentier ». Depuis les Angevins, ce tribunal avait dans son champ de compétences les affaires concernant les villes de la Couronne. Il était devenu leur tribunal ordinaire d’appel. À l’origine les assesseurs à ses sessions étaient des membres de la cour d’origine noble, comme pour les autres tribunaux, mais dès la première moitié des années 1380, on vit apparaître des juges bourgeois. Avec le temps leur part ne fit que s’accroître, et on y vit surtout des bourgeois de Buda y prendre de plus en plus souvent la parole. À la fin du règne de Sigismond, les villes libres de la Couronne qui faisaient appel au droit de Buda dans leurs contentieux judiciaires (outre Buda, Kassa, Bártfa, Eperjes, Pozsony, Nagyzsombat et Sopron) parvinrent à exclure totalement de la cour de l’argentier les assesseurs nobles. Elles y faisaient siéger leurs propres émissaires qui jugeaient les cas d’appel des sept villes suivant le droit en vigueur dans celles-ci. La jurisprudence ainsi formée fut appelée « le droit de l’argentier ». Elle apparut dans la première moitié du xve siècle dans le droit codifié de Buda.

66Poursuivant toujours cet objectif de consolidation de l’ordre public, Sigismond entreprit d’étendre les compétences et l’efficacité des tribunaux locaux dans les comitats. Ceux-ci étaient dirigés par le remplaçant de l’ispán du comitat nommé par le roi (comes parochianus), le vice-ispán (vicecomes) qui rendait la justice assisté par des szolgabiro (iudices nobilium) représentant la noblesse du comitat. Cependant, au cours du xive siècle, les principaux propriétaires fonciers avaient en général obtenu le privilège d’être jugés ainsi que leurs dépendants par les tribunaux centraux. Les autorités des comitats perdirent ainsi leur prestige et devinrent inaptes à préserver l’ordre public. Dès 1397, à la Diète de Temesvár, Sigismond décréta que dans les cas d’abus de pouvoir (brigandage, occupation de domaines), la justice devait être rendue par le vice-ispán et par les szolgabiro. Il annula pour ces délits tous les privilèges royaux limitant la compétence des tribunaux de comitats. Dans les années 1410, on peut constater que les abus de pouvoir étaient effectivement jugés par le tribunal du comitat, lesquels non seulement examinaient, comme avant, les affaires mais donnaient aussitôt satisfaction à la partie lésée. L’outil de l’instruction était une nouvelle institution, « l’assemblée proclamée » (proclamata congregatio). Quand celle-ci siégeait, la communauté du comitat se rassemblait spécialement pour discuter tel ou tel cas particulièrement grave d’abus de pouvoir.

67Les réformes de Sigismond furent rassemblées et complétées dans un « grand livre de lois » (decretum maius) promulgué lors de la Diète de Pozsony en 1435. (Ce document fut ainsi nommé pour le distinguer du « petit livre de lois », publié à la même occasion et consacré aux questions militaires). Dans ce livre le souverain décrétait que tout juge, au moment de son entrée en fonction, devait prêter serment ; il entérinait la compétence des tribunaux de comitat dans l’examen et la répression immédiate des cas d’abus de pouvoir ; l’appel pouvait ensuite être adressé au tribunal de la présence du roi ou à ceux du palatin et du comte de la cour ; il réglementait également la procédure d’instruction et le montant des amendes applicables. Il fit également une tentative pour élever le prestige de la fonction de szolgabiro, et de ce fait il prescrivit que les szolgabiro soient choisis parmi les nobles les plus riches du comitat, lesquels une fois choisis ne pouvaient pas refuser la fonction. Mais cette décision n’eut pas le résultat escompté : les szolgabiro provenaient des couches les plus pauvres de la noblesse, et cet état de chose n’était guère amené à se modifier.

Faire face au danger turc : les réformes militaires de Sigismond

68Dans l’activité de réformateur de Sigismond, il faut donner une place spéciale aux innovations en matière militaire, bien qu’une partie d’entre elles n’ait eu que des effets éphémères. Quoi qu’il en soit, ses réformes ont placé l’organisation militaire hongroise sur de nouvelles bases et en ont en grande mesure déterminé l’évolution future. C’est la nouvelle situation politique créée par les attaques des Turcs qui pressa la rénovation des armées. La priorité donnée désormais à la politique de défense révéla clairement le caractère périmé de l’organisation militaire des Angevins. Celle-ci était construite sur une claire différenciation entre la guerre en dehors des frontières (offensive) et celle à l’intérieur du pays (défensive). Dans les conceptions des xiiie-xive siècles, les campagnes à l’étranger étaient des « affaires personnelles » du roi. Il devait donc les financer sur ses propres fonds. La guerre ne devenait l’affaire de tout le pays que si celui-ci était touché par une agression extérieure. Dans ce cas, tous les nobles étaient tenus de se « mobiliser » sous la conduite du souverain. Mais pour la noblesse cette « mobilisation générale » (generalis exercitus) était un moyen extrême pour battre l’ennemi. Afin de l’éviter, le roi devait surveiller les « marches frontalières » (confinia) du pays, les munir des protections nécessaires. En clair le roi devait assumer les dépenses pour le maintien des « châteaux frontaliers », c’est-à-dire ceux chargés de protéger les frontières.

69La guerre turque, qui avait commencé en 1390, rendait cette conception de la défense du pays surannée. Tout d’abord, pour faire face aux incursions, il fallait une protection des frontières bien plus efficace et donc plus coûteuse, d’autre part les notions de guerre défensive et offensive finissaient par se confondre. Il ne tarda pas à apparaître que les ressources de la royauté n’étaient pas suffisantes pour écarter le danger. Il fallait trouver de nouvelles ressources et donc procéder à une réforme fondamentale de la mobilisation des nobles. Dès 1392 Sigismond avait proclamé la mobilisation générale et il répéta cette opération l’année suivante. Malheureusement l’armée des nobles mobilisés était pratiquement inefficace. D’autres projets de réforme passèrent donc au premier plan. C’est ainsi que furent promulgués les décisions de Temesvár et le « service militaire par tenure » dont il a déjà été question. Plus tard, dans les années 1430, le roi en revint à des idées de réforme militaire, principalement en raison de la double offensive turque et hussite. Cela aboutit au projet de réformes qu’il mit en place lors de son séjour en Italie (à Sienne), en 1432-1433, et qu’il envoya aux comitats pour discussion. C’est ce projet qui donna naissance au decretum de Pozsony de 1435 : la plupart de ses propositions furent inscrites dans le texte de la loi.

70Les réformes ne modifièrent pas à la principale force militaire du pays, l’armée royale. Celle-ci se composait des troupes que le roi, la reine, le haut clergé et les barons en fonction parvenaient à mobiliser sur la base des sommes prises dans les caisses de l’État et sur leurs propres revenus. Elle était composée dans sa très grande majorité de nobles vivant du maniement des armes, pour la plupart familiers de tel ou tel grand propriétaire laïc ou ecclésiastique. En temps de guerre, ils marchaient derrière leur seigneur pour une période déterminée et en échange d’une solde donnée (ils se distinguaient des mercenaires de métier, des « compagnies », de la même époque en Europe de l’Ouest avant tout par les liens personnels et par le caractère limité dans le temps de leur engagement). Concrètement, les membres de la cour – avant tout les barons et les chevaliers de la cour – recevaient mandat de lever une armée comportant un certain nombre de combattants et, après avoir présenté la troupe, ils recevaient et distribuaient la solde convenue. L’unité de recrutement et de paiement de solde était, comme ailleurs en Europe, la « lance » (lancea) composée d’un cavalier lourdement armé (cuirassé) et de deux ou trois archers à cheval. La solde mensuelle d’une lance s’élevait à dix florins d’or environ, elle n’était pas payée en or mais en pièces d’argent ou encore plus souvent en nature (en sel ou en drap). La lance était responsable de son entretien et une loi de 1427 fixait même le prix des produits alimentaires de base. Dans la réalité l’entretien des troupes se faisait souvent par le pillage et les réquisitions forcées, non seulement à l’étranger mais aussi sur le territoire du royaume.

71L’unité d’organisation de l’armée royale ainsi composée était la « bannière » (vexillum ou banderium) qui représentait seulement un corps d’armée soumis à un commandement unique et pas une unité composée d’un nombre précis de guerriers. Les « bannières » avaient un étendard portant le cimier des évêques et des barons, derrière lequel ces derniers conduisaient leurs hommes au combat. Ils étaient à l’époque les seuls à avoir droit d’utiliser leur propre étendard, c’est-à-dire d’avoir un commandemant autonome. Les seigneurs et les nobles qui ne comptaient pas parmi les barons (les « seigneurs à étendard ») combattaient sous le pavillon du roi. Quand il était dans le pays, Sigismond conduisait presque toujours personnellement ses troupes, mais il lui arriva de nommer un baron « capitaine général » (capitaneus generalis) de son armée. Au cours des campagnes, les Coumans, les Iazyges et les Sicules combattaient sous le pavillon royal : à côté des cavaliers lourdement armés, ils remplissaient la fonction d’une cavalerie légère apte à faire des incursions rapides.

72Les réformes de Sigismond ne concernèrent donc pas l’armée royale : leur objectif était de réorganiser la mobilisation générale de la noblesse. Son projet était de détourner, au moins partiellement, la charge des guerres turques (et plus tard hussites) sur les propriétaires fonciers. Il avait en conséquence fait inscrire dans la loi en 1397 l’institution du « service militaire par tenure » : en cas de mobilisation générale, les nobles n’étaient pas seulement tenus de se présenter personnellement, ils devaient aussi fournir une force militaire proportionnelle à la taille de leur domaine, à raison d’un archer à cheval à armement léger toutes les dix tenures paysannes. L’exécution du décret et l’organisation des nouvelles unités relevaient du comitat, qui nommait également le capitaine chargé de la direction des troupes. Dans la réforme de 1435, le roi poursuivit la même démarche. Il baissa la charge imposée aux nobles. Ceux-ci ne devaient plus fournir qu’un archer par tranche de 33 tenures paysannes (et donc de 3 pour cent tenures). Il simplifia l’organisation en mettant l’ispán du comitat à la tête des unités de son comitat. C’est ainsi que prit naissance le noyau des « bannières » de comitats, battant en brèche le vieux principe selon lequel les nobles combattaient uniquement sous la conduite personnelle du monarque. En fait Sigismond voulait remplacer la mobilisation individuelle, surannée et inutile, par les « bannières » de comitats constitués sur le principe du « service militaire par tenure ». Dans les propositions de réforme de 1432-1433, le souverain suggérait aux comitats d’écarter la mobilisation personnelle sous son ancienne forme et d’exempter les nobles les moins riches (notamment les nobles paysans qui n’avaient pas de tenanciers, ceux qui n’avaient qu’une tenure) de l’obligation de s’enrôler. Il espérait être soutenu par les cercles concernés : c’est pourquoi il insistait pour que les propositions fussent discutées dans les cercles les plus larges, n’excluant pas les propriétaires les plus pauvres. Mais il ne parvint pas à son but, sans doute justement en raison de l’opposition de la petite noblesse : l’abandon du principe de la mobilisation générale individuelle aurait fini par remettre en cause, tôt ou tard, leur statut de nobles. La loi de 1435 ne supprima pas la mobilisation individuelle des nobles : les nobles sans tenanciers pouvaient combattre en tant que familiers ou bien, s’ils ne servaient personne, sous le drapeau de l’ispán de comitat.

73Du point de vue administratif les réformes militaires ont eu une conséquence de grande importance : le recensement de tous les tenanciers du royaume. Dès 1397, suite aux lois de Temesvár, Sigismond avait ordonné de préparer dans chaque comitat un registre (registrum) des propriétaires fonciers. Dans la loi de 1435 il exigea la même chose pour les tenanciers. C’est sur la base de ces instructions qu’a été établi pour la première fois un recensement complet des tenures paysannes. Et bientôt les comitats prirent également l’habitude de faire des recensements fiscaux. Le premier qui nous soit parvenu, et dont l’objectif était militaire, remonte à 1398. C’est celui du comitat d’Ung et c’est la seule trace qui nous reste de l’application de la réforme de Temesvár. Il nous reste des traces détaillées de la collecte par comitat du gain de la chambre en 1427 (rôles d’impôts des comitats d’Ung, de Sáros, d’Abaúj, de Torna et de Gömör), et l’on peut supposer qu’ils furent les premiers dans leur genre.

74Les réformes militaires firent triompher le principe de la participation des nobles à la défense du pays en fonction de la richesse de chaque seigneur, mais la force militaire de la Hongrie n’en fut pas pour autant considérablement augmentée. En vain, Sigismond s’efforça-t-il d’appliquer sans restriction le service militaire par tenure dans les zones frontalières avec les Turcs et de faire des troupes ainsi recrutées une partie de son armée. Dans son projet de réformes de 1432-1433 il tenta d’élargir la notion de « frontière du pays » et exprima le souhait que le territoire de la Hongrie sur lequel la mobilisation de la noblesse s’appliquait, comprît aussi les territoires annexes de la Couronne (la Bosnie, la Serbie, la Valachie). Il essaya aussi d’étendre le plus possible la durée traditionnelle de la mobilisation, elle était traditionnellement de deux semaines. Mais dans la loi de 1435 il ne parvint pas à faire introduire ces deux propositions, de sorte que les troupes des comitats – outre le fait qu’elles étaient difficiles à mettre en route – ne purent être utilisées que de manière fort limitée en cas d’attaque extérieure. D’ailleurs la loi de 1435 soulignait que la défense du territoire continuait à être du ressort du roi et que les troupes des comitats ne pourraient être mobilisées qu’en toute dernière instance.

75À l’époque de Sigismond, la question de la défense du pays posait un problème nouveau, inconnu sous cette forme : le renforcement de la frontière méridionale face aux Turcs. « Les châteaux frontaliers » – à savoir les châteaux qui existaient explicitement pour défendre les frontières – existaient et un certain nombre d’entre eux avaient été construits sous les Angevins (par exemple. Szarvkö près de la Leitha, Törcsvár et Talmács en Transylvanie pour protéger les défilés méridionaux). Mais au xive siècle ceux-ci n’étaient pas sérieusement menacés, c’est pourquoi leur entretien demandait peu d’hommes et peu d’argent. Avec la pénétration des Turcs (1390) la situation changea. Les ravages qui accompagnaient leur présence contraignirent le gouvernement à prendre des dispositions efficaces pour refouler les incursions. Il fallut tout particulièrement renforcer la portion de frontière la plus menacée, celle du bas Danube entre Belgrade et Szörény. Sur cette frontière, en 1390, il y avait en tout et pour tout quatre châteaux : Orsova, Haram, Keve, et Galambóc. Cette dernière forteresse située sur l’autre rive du fleuve était tombée dès 1388 aux mains d’abord des Serbes, puis des Turcs. Face à ce vide stratégique, il fallait réagir. C’est Pipo d’Ozora, responsable de cette zone du pays en tant qu’ispán de Temes entre 1404 et 1426, qui s’en chargea. Grâce à lui, à la fin des années 1420, onze nouveaux châteaux s’étaient élevés sur la berge septentrionale du Danube ente Belgrade et Szörény. Le dernier, Szentlászlóvár, fut construit par Sigismond en 1428 en face de Galambóc.

76La nouvelle ligne de châteaux frontaliers ne fermait pas totalement la route aux razzias des pillards turcs mais elle leur rendait la tâche plus difficile. En même temps elle imposait aux caisses de l’État une charge d’une ampleur jamais vue. En fin de compte, cela signifiait que la Hongrie, à partir du début du xve siècle, devait placer un nombre considérable de combattants permanents pour garder sa frontière méridionale. Elle devait donc introduire une forme particulière d’armée permanente. Or cela s’accompagnait de dépenses tellement lourdes qu’elles dépassaient de beaucoup les capacités économiques du pays (la royauté française, pourtant beaucoup plus riche, créa sa première unité permanente seulement dans les années 1440). D’après un projet établi en 1429 la protection des châteaux de la frontière méridionale aurait absorbé près de 100 000 florins par an, donc environ un tiers de la totalité des recettes de la couronne. D’après une autre hypothèse plus coûteuse, cela aurait coûté jusqu’à 300 000 florins d’or.

Des recettes qui suivent difficilement les dépenses. Les questions financières sous Sigismond

77Nous ne disposons pas de données adéquates pour apprécier les questions financières de l’époque, c’est pourquoi nous mesurons de manière approximative les ressources qui ont financé la politique de Sigismond. Nous pouvons en partie nous appuyer sur un récapitulatif quelque peu tardif – daté de 1454 – des revenus de la couronne. Les conditions bien sûr avaient changé. Une quinzaine d’années d’anarchie avait suivi la mort de Sigismond. Les revenus de ce dernier étaient indubitablement plus élevés que les sommes que nous trouvons là. Ce document nous aide cependant à passer en revue les sources de revenus disponibles.

78Les recettes les plus importantes provenaient des droits régaliens sur le sel. Les mines de sel, à l’exception de quelques mines à revenus insignifiants, avaient toujours été propriété de la Couronne. Celle-ci employait pour les exploiter des ouvriers salariés. Les plus importants gisements se trouvaient en Transylvanie (Dés, Szék, Kolozs, Torda, Vízakna) et dans le Máramaros. Une fois extrait, le sel était mis dans des dépôts, dits « chambre au sel » (camera salium), ou bien était directement employé par le Trésor comme instrument de paiement (souvent en tant que solde pour les soldats), ou bien était vendu. Comme le sel était monopole royal, son prix était établi par le Trésor. Ce prix dépendait de l’éloignement de la mine. Par exemple, sur la frontière ouest, le sel était cinq fois plus cher que dans la région des mines. Le sel était commercialisé sous forme de pains de tailles différentes mais le prix des pains était identique et le sel en poudre qui apparaissait comme produit secondaire du travail de la mine était pour l’essentiel considéré comme un déchet. Cette archaïque organisation commerciale résista aux tentatives de réforme de Sigismond et de ses successeurs : en 1454, on estimait que la recette annuelle des droits régaliens sur le sel, environ 100 000 florins d’or, aurait pu être augmentée de 20-25 % si la vente s’était faite suivant le critère plus raisonnable du poids.

79De toutes les recettes régulières du Trésor, c’est sans doute le « gain de la chambre » (lucrum camere) qui venait en deuxième position. C’est Charles-Robert qui avait introduit cet impôt dans tout le pays à l’exception de la Slavonie. Le tarif traditionnel par an et par portail était d’un cinquième de florin d’or qui pouvait être payé dans toutes les monnaies en cours dans le Royaume. La somme totale dépendait donc du nombre de portails soumis à l’impôt. En 1454, le nombre de portails de la Hongrie était estimé à 400 000, ce qui donne une recette annuelle de 80 000 florins d’or. Certains villages et certains propriétaires étaient exemptés de cet impôt mais leur nombre n’était pas considérable. L’impôt était prélevé par des « ispán » par l’intermédiaire des dicatoresi ou exactores, avec la collaboration des autorités du comitat et sous leur contrôle. C’est alors que l’habitude s’est instaurée de partager les comitats en « districts », en hongrois « járás » (reambulatio, plus tard processus). Comme il s’agissait en fait du territoire qui revenait à un szolgabiro, le nombre des districts dans un comitat correspondait toujours au nombre de szolgabiro du comitat, donc en général quatre, parfois deux (nous rencontrons les districts en 1427, dans le tout premier registre du gain de la chambre. Dans le recensement du comitat d’Ung en 1398 il n’y en a encore aucune trace).

80Dans les comitats de Slavonie et de Pozsega le gain de la chambre était remplacé par l’impôt en fouine (marturina) prélevé auprès des tenanciers. Ici, le nombre des exemptés était nettement supérieur, mais n’empêchait pas la somme totale de l’impôt en 1427 d’atteindre les 8 000 florins d’or. De plus, la population roumaine de Transylvanie payait un impôt spécial, la cinquantième (quinquagesima) sur les moutons, dont le Trésor attendait, d’après une estimation de 1454, une recette d’au moins 2 000 florins d’or. Les Iazyges et les Coumans, qui n’étaient pas comptés dans la catégorie des tenanciers, payaient un impôt spécial en argent et en nature. Au milieu du siècle, leur impôt en argent rapportait près de 10 000 florins d’or. Parmi les catégories exemptées du gain de la chambre il y avait les villes royales et les Saxons de Transylvanie et du Szepesség. Les Saxons payaient leur impôt en bloc, notamment ceux de Transylvanie (sans Berszterce ni Brassó), en tout 13 000 florins d’or payés en leur équivalent argent, et les onze « villes » saxonnes du Szepes (qui étaient en fait des agglomérations paysannes) 700 florins d’or. L’impôt annuel ordinaire des villes de la Couronne consistait également en une somme plus ou moins fixe. Ainsi Buda et Pest prises ensemble payaient 4 600 florins d’or, Kassa 2 000, Szeged 1 000, Székesfehérvár 600, Esztergom et Temesvár 400 florins chacune. On peut estimer à 30 000 florins or le revenu de l’impôt sur les villes et sur les Saxons. À ceux-ci s’ajoutait « l’impôt juif », un impôt royal spécial sur les communautés juives des villes, qui était en 1 454 de 4 000 florins. Avec les droits régaliens sur le sel et les recettes des impôts, la troisième source d’argent pour le roi provenait des mines de métaux précieux et de la monnaie. Au Moyen Âge, la Hongrie était en Europe le seul pays produisant une quantité importante d’or. En outre, elle avait des mines d’argent non négligeables. La majorité des mines se trouvait dans le Haut-Pays et en Transylvanie et les plus importantes appartenaient toutes au roi (des gisements secondaires se trouvaient sur les terres de seigneurs laïcs ou de l’Église). La commercialisation des métaux précieux était monopole royal : le métal précieux extrait sur le territoire du pays était acheté par les bureaux locaux des finances, c’est-à-dire les chambres, et seul le souverain avait le droit de l’utiliser pour battre monnaie. Les gisements relevaient de quatre chambres : celle de Körmöc, celle de Kassa, celle de Nagybánya et celle de Nagyszeben. La plus importante était celle de Körmöc car c’est sur son territoire que se trouvaient les grandes villes minières de ce qu’on appellera plus tard la Basse-Hongrie – en plus de Körmöcbánya, il y avait Selmecbánya, Újbánya, Besztercebánya, Libetbánya, Bakabánya et Fejérbánya (renommée plus tard Bélabánya). Les mines du nord-est de la Hongrie, nettement moins importantes, étaient gérées par la chambre de Kassa. Celle-ci avait compétence sur Gölnicbánya, Szomolnok, Rudabánya, Telkibánya, qui formaient avec quelques autres l’ensemble minier de Haute-Hongrie. Nagybánya formait un tout avec sa voisine Felsöbánya et enfin les mines de Transylvanie – Offenbánya, Zalatna, etc. – se trouvaient sous l’autorité de la chambre de Nagyszeben.

81Les revenus des métaux précieux provenaient de différences sources. D’une part, des petits et grands entrepreneurs qui exploitaient les mines et qui payaient aux chambres une redevance en proportion du métal extrait (urbura) (pour les mines situées sur un territoire privé, un tiers de l’urbura revenait au propriétaire du terrain). De plus, les chambres achetaient le métal aux producteurs à un prix imposé. Enfin, la fabrication même de la monnaie était source de revenus.

82Depuis Charles-Robert et pendant tout le Moyen Âge – c’est-à-dire également sous Sigismond – la fabrication de la monnaie se faisait au poids et à la pureté (un florin d’or avait un poids de 3,57 g et une pureté de 23 2/3 carats, à savoir de 0,984, donc il s’agissait pratiquement d’or fin). En revanche, le poids et la pureté des deniers d’argent variaient considérablement et leur valeur était toujours évaluée par rapport au florin d’or, qui, lui, ne variait pas. La pureté du denier, à savoir la part d’argent qu’il contenait, pouvait être manipulée à l’aide de la quantité de cuivre ajoutée et c’est le Trésor qui en fixait la valeur. Le profit provenait surtout de ce que la part d’argent contenue dans les deniers était en général inférieure à la valeur officiellement déclarée. Ce système fonctionna bien tant que la qualité du denier ne se dégrada pas au point de faire chanceler la confiance à son égard.

83La principale innovation de Sigismond fut l’introduction de deux deniers. À partir de 1392 deux monnaies furent fabriquées : le « nouveau » denier, dans lequel la part d’argent était élevée, et le « petit » denier, qui ne valait que le tiers du précédent. Tout d’abord, jusqu’à 1402, 100 nouveaux deniers (et 300 petits deniers) valurent un florin d’or mais, après cette date, ce rapport, qui était censé rester stable, se mit à varier et le Trésor en vint à une politique de dévaluation progressive de l’argent. En 1403 le florin d’or valait 132 deniers, 160 en 1407, 200 en 1421, 225 en 1423 et il en était déjà à 320 en 1426. En même temps on cessa progressivement de fabriquer les petits deniers. En 1427 le roi fut obligé d’arrêter ce processus car la dégradation de l’argent affectait sérieusement le revenu en argent des propriétaires fonciers. Dès lors, de nouveau, il y eut deux monnaies en circulation : une « nouvelle grande monnaie », dont cent unités étaient égales à une monnaie d’or, et dont le Trésor parviendra à maintenir la valeur ; et une petite monnaie, qui fut mise en circulation, d’abord sous le nom de ducat, puis, à partir de 1430, de quarting (ou fyrlin). C’est sur cette monnaie que le Trésor expérimenta les possibilités qu’offrait la dévaluation : au début, elle valait un quart du nouveau denier (ce qui explique son nom), mais la part d’argent qu’elle contenait baissa à tel point qu’à la fin elle ne contenait pratiquement plus que du cuivre. Cela aboutit à l’anarchie économique et à l’inflation. La confiance à l’égard de la petite monnaie fut définitivement ébranlée. Bien que le gouvernement royal eut à plusieurs reprises officiellement dévalué le quarting, sa valeur sur le marché ne cessa de se dégrader et dans les dernières années du règne de Sigismond un florin d’or valait déjà de six à huit mille deniers. La politique de dévaluation bien sûr n’affecta pas uniquement les revenus des propriétaires fonciers mais aussi les recettes de la Couronne en deniers de sorte qu’elle n’apporta pas les résultats escomptés.

84Faute de données sur les sommes versées au Trésor par les caisses des mines et de la monnaie, il est très difficile de proposer une évaluation des revenus provenant des métaux précieux. En 1454 ils étaient fixés à 24 000 florins d’or en tout, dont la moitié provenait de la chambre de Körmöc, un quart de celle de Nagybánya, et le reste de celle de Nagyzseben ainsi que des fabricants de monnaie de Buda et de Kassa. Il est certain qu’à l’époque de Sigismond les recettes étaient beaucoup plus élevées. En 1427, le revenu de la chambre de Körmöc était de 28 000 florins d’or, et si celui des autres chambres respectait les mêmes proportions, les recettes provenant du monopole sur les métaux précieux devaient être au moins de 50 000-60 000 florins (en 1429, Sigismond promit 150 000 florins à l’ordre Teutonique rien que sur la fabrication de monnaie de Nagyszeben et de Brassó, mais cette information peut difficilement être prise au sérieux).

85Parmi les revenus du Trésor, il ne faudrait pas négliger non plus la taxe dite « trentième » (tricesima). Il s’agit du droit de douane applicable au commerce aussi bien intérieur qu’extérieur. À l’époque de Sigismond et de Marie il commença à être prélevé sous forme de la trentième part de la valeur des marchandises. En Transylvanie, cette part était du vingtième. Il y avait des fonctionnaires chargés de la prélever, les ispán de la trentième et leurs hommes, les « trentièmes ». La recette de ce prélèvement était dans les années 1420 de 20 000 florins annuels mais elle n’était plus que de la moitié en 1454.

86D’après ces données incomplètes, il semble donc que pendant le règne de Sigismond le Trésor disposait de ressources matérielles supérieures à celles figurant dans l’estimation de 1454. Dans certaines branches il parvenait à encaisser jusqu’au double. Ceci peut être mis sur le compte de la solidité du pouvoir du roi. En 1454 le Trésor pouvait compter sur des recettes totales de 218 000 florins. Il faut donc estimer que les recettes annuelles de Sigismond étaient largement supérieures et atteignaient au moins les 300 000 florins, voire nettement plus.

87Il s’agissait là des revenus réguliers de la Couronne. Mais Sigismond pouvait difficilement s’en contenter. Il avait besoin de beaucoup plus d’argent, d’une part pour finances les objectifs ambitieux de sa politique étrangère, d’autre part pour entretenir une cour brillante et enfin, et ce n’est pas le moins important, pour assurer la protection de la frontière méridionale. C’est pourquoi dès le début de son règne il se vit contraint de trouver de nouvelles ressources, tout d’abord sous forme d’impôts extraordinaires, ensuite par la vente ou l’hypothèque des domaines de la Couronne, enfin en taxant les revenus ecclésiastiques ou en les saisissant provisoirement.

88Parmi ces différentes sources, ce sont les impôts exceptionnels qui représentaient la somme la plus considérable : ils frappaient aussi bien les tenanciers que les propriétaires fonciers, mais encore plus les villes de la Couronne et les églises. Dès les premiers jours de son règne, en 1387, Sigismond fit prélever dans tout le pays un impôt sur le revenu (la septième) prélevé en une fois et, plus tard, outre l’impôt régulier sur les portails (le gain de la chambre), il établit à plusieurs reprises des impôts exceptionnels sur les portails, parfois même pour des sommes fort élevées. En 1435, il se tourna de nouveau vers l’impôt sur le revenu : la « cinquantième » était destinée à lutter contre les Turcs sur la base des décisions du concile de Bâle. Quant aux villes de la Couronne, outre l’impôt annuel, le census, il avait l’habitude de leur demander des sommes plus ou moins grandes pour lutter tantôt contre les Turcs, tantôt contre les Hussites, et les bourgeois n’étaient guère en mesure de se soustraire à ces mesures.

89Toutefois, la politique fiscale de Sigismond frappa surtout les églises. Il commença dès 1393, en leur imposant un impôt exceptionnel. Lors de la Diète de Temesvár en 1397, il fit inscrire dans la loi le principe selon lequel tant que durerait la guerre contre les Turcs, les ecclésiastiques propriétaires fonciers étaient tenus de verser la moitié de leurs revenus pour y faire face. Il semble bien que cet impôt – qui pesait tout autant sur les gros que sur les petits revenus ecclésiastiques – ait été prélevé pendant toute la durée du règne de Sigismond. La somme annuelle ainsi obtenue devait être considérable, puisque même le prévôt prémontré de Lelesz, relativement pauvre, payait ses 215 florins par an. L’archevêque d’Esztergom, quant à lui, le plus riche des propriétaires parmi les dignitaires ecclésiastiques, avait en 1419 un revenu de 23 900 florins. Mais cela n’était toujours pas assez pour le roi qui laissa des évêchés vacants pendant des années afin de profiter lui-même des leurs revenus.

  • 1 Schocki (en latin : sexagena) : unité tchèque de calcul, équivalente à 60 sols. À cette époque, un (...)

90Parmi les manœuvres financières de Sigismond, l’une des plus importante fut la pratique de l’hypothèque de ses domaines. Après les prodigalités plus ou moins forcées de ses premières années de règne, le roi devint plus prudent dans la gestion des biens de la Couronne. Les donations à ses partisans devinrent exceptionnelles et surtout il essaya d’extraire de ses domaines le plus d’argent possible. Le meilleur moyen d’y parvenir fut de les hypothéquer. Il recevait ainsi aussitôt de l’argent frais sans renoncer pour autant définitivement à son titre de propriété. Il lui arriva aussi d’avoir la possibilité de charger d’emprunts les domaines déjà hypothéqués. On peut évaluer à un demi-million de florins la somme prélevée à titre d’hypothèque sur ses possessions de Hongrie. On comprend bien en conséquence qu’il ait été jusqu’à la fin de sa vie particulièrement attentif aux possibilités d’augmenter ses domaines et qu’il se soit emparé systématiquement – parfois même dans l’illégalité et l’arbitraire – des fortunes seigneuriales restées sans possesseur. Une affaire d’hypothèque eut des conséquences durables. En 1412, il avait emprunté pour financer la guerre contre Venise 37 000 schock1 (environ 100 000 florins) au roi de Pologne Vladislas II. En gage de son emprunt, il lui hypothéqua une partie du Szepes (les châteaux de Lubló, Podolin et Gnézda, le domaine du château de Lubló, et treize villes saxonnes, dont Igló). Ce territoire restera polonais jusqu’en 1772, et ne sera récupéré que par Marie-Thérèse.

91Les affaires financières du roi, malgré leur grande complexité, n’étaient pas sous direction unique. Traditionnellement la gestion des revenus monétaires de la Couronne faisait partie des affaires privées du roi, et personne – ni les nobles ni le haut clergé ni les barons – n’avait son mot à dire en cette matière. En conséquence, les officiers chargés des finances ne comptaient pas parmi les grands du pays, ils étaient considérés commes des employés personnels du roi et n’avaient pas d’influence politique directe. Dans ce domaine, Sigismond introduisit quelques changements, car pour la première fois des financiers, tels que les Italiens Noffri ou l’Allemand Marc de Nuremberg, purent intervenir aussi sur le terrain politique, et même exercèrent une influence exceptionnelle, comparable à celle d’Ozora ou plus tard à celle des frères dalmates Tallóc. Parmi les barons, le plus proche des affaires financières se trouvait le grand trésorier du roi (summus thesaurarius). Comme l’indique son titre, il était chargé du Trésor (la « maison de l’argentier » de Buda), et il lui arrivait de gérer aussi d’autres revenus. De plus, les chambres du sel, les urbura et les chambres de la monnaie, ainsi que les ispán de la chambre (comes camararum) chargés de la trentième étaient sous son autorité : il s’agissait en général de financiers florentins ou de Nuremberg, ou encore de bourgeois de Hongrie (surtout de Buda) qui souvent étaient au service de banques ou de sociétés commerciales étrangères. Dans les années 1410, Sigismond tenta de centraliser les finances : il confia l’ensemble des chambres à Ozora, et désigna Buda comme le centre de la direction financière. Après la mort d’Ozora (1426) cependant la direction des finances éclata de nouveau, pour se reconcentrer dans les années 1430 de nouveau dans les mains des Tallóc et des frères florentins Noffri.

L’intégrité territoriale de la Hongrie menacée, Sigismond face aux Turcs et Venise (1403-1437)

La question turque et les États tampons du Sud

92La politique étrangère de Sigismond après 1403 a été marquée par plusieurs événements successifs : les guerres de Bosnie (1404-1410), la première guerre avec Venise (1411-1413), le concile de Constance (1414-1418), la question hussite (1420-1436) et, parallèlement, la question de la frontière méridionale (1426-1428), la réforme de l’Église et le couronnement impérial (1430-1434) ainsi que la question du trône tchèque. Mais le problème le plus grave qu’a dû affronter Sigismond est incontestablement le danger Turc. Il convient donc de lui donner ici une place prioritaire.

93Après la victoire sur les barons révoltés, la stabilité intérieure, tout autant que l’existence de ressources nécessaires, permirent au roi de réaliser ses projets de politique étrangère. Comme on l’a déjà vu, ceux-ci différaient considérablement des conceptions traditionnelles des rois de Hongrie. La défaite de Nicopolis avait réduit en cendres l’espoir d’en finir avec la présence de l’Empire ottoman en Europe. Face aux Turcs, c’est la défensive qui passa au premier plan et cela ne changera pas par la suite, pas même quand au début du xve siècle, l’Empire ottoman connaîtra une crise interne.

94Bajazet Ier, le vainqueur de Nicopolis, trouva bientôt un adversaire à sa hauteur en la personne de Tamerlan, le terrible conquérant venu d’Asie Centrale. Suivant les traces de Gengis Khan, il entendait étendre son pouvoir jusqu’aux pays du Proche Orient. En 1402, les deux grandes puissances se mesurèrent près d’Ankara en Asie Centrale, et les Ottomans furent les plus faibles. Bajazet fut fait prisonnier et mourut en captivité. Il perdit ses conquêtes en Asie Mineure et, sur les territoires qui lui restaient, ses fils se livrèrent pendant des années à des guerres intestines. Cette situation dura jusqu’en 1413. À cette date l’un d’entre eux, Méhémet Ier (1413-1421) resté seul en piste put entreprendre la reconstruction de la puissance ottomane. L’heure n’était plus à de nouvelles conquêtes mais à la consolidation des territoires restés sous contrôle ottoman. C’est le successeur de Méhémet Ier, Mourad II (1421-1451) qui lança la nouvelle vague d’extension ottomane, créant ainsi une situation nouvelle à la frontière hongroise. Mais, avant cette nouvelle expansion, le roi de Hongrie avait eu le temps de consolider quelque peu ses positions dans les Balkans. En raison de la crise du pouvoir ottoman, la dépendance des principautés balkaniques vis-à-vis des Turcs s’était relâchée et plusieurs d’entre elles demandèrent l’aide de la Hongrie pour défendre de manière efficace leur autonomie retrouvée. Sigismond vit là de nouvelles perspectives pour protéger sa frontière méridionale.

95Il s’agissait de tenter, par tous les moyens, de mettre les princes balkaniques et bas danubiens en état de dépendance par rapport à la Hongrie, de se les attacher. En apparence, cette politique n’était rien d’autre qu’une nouvelle version de celle de Louis Le Grand, mais elle en différait sur deux points essentiels. Alors que Louis Ier avait tenté d’imposer aux voisins du Sud l’autorité hongroise sans contrepartie, Sigismond veilla à ce que les souverains fussent eux-mêmes intéressés à reconnaître le pouvoir de la Hongrie – avant tout par une politique de donation de territoires en Hongrie. Il fallait donc attirer dans une alliance fiable ces états et, en échange de ses dons, il attendait que ces états absorbent, en tant que territoires tampons, la violence des attaques turques, préservant au prix de leurs propres sacrifices les frontières méridionales de la Hongrie. Après 1403, ce sont ces principes qui dirigèrent longtemps la politique méridionale de Sigismond aussi bien en direction de la Valachie et de la Serbie que de la Bosnie, mais avec un succès inégal.

96Au début, tant que l’Empire turc fut confronté à sa crise intérieure, cette politique eut des résultats plutôt positifs. La Serbie devint un modèle d’État tampon. Elle était dirigée depuis la bataille de Rigómezö (1389) par Étienne Lazarevitch qui depuis 1402 revêtait le titre byzantin de despote. À l’origine, il était vassal du Sultan mais après la défaite de Bajazet à Ankara, en 1403 et début 1404, il se plaça sous l’autorité du roi de Hongrie. Il adhéra à la société du Dragon, qui rassemblait les principaux soutiens de Sigismond (1408) et en 1411, par la grâce du souverain, il devint l’un des principaux propriétaires fonciers de Hongrie. Non seulement il reçut tous les territoires qui restaient à la Hongrie au-delà de la Save (dont Nándorfehérvár) mais il prit possession d’une grande partie des comitats de Szerémség et de Torontál, d’Érsomlyó (aujourd’hui Versec), Debrecen, (Hajdú) Böszörmény, Szatmárnémeti, Nagybánya, Munkács, Beregszász, Tállya, Tokaj, Boldogkö, Regéc, (Mezö) Túr avec les domaines correspondants et d’autres territoires plus ou moins grands. En échange, le despote resta jusqu’à sa mort (1427) fidèle à la Hongrie, défendant ainsi pendant des décennies les comitats frontaliers de la Serbie des exactions des armées turques.

97À l’est de la Serbie, à la frontière de la Transylvanie, la principauté roumaine de Valachie fut appelée à jouer le même rôle défensif. Mais dans ce cas les relations de dépendance à l’égard de la Hongrie s’avérèrent moins durables. Le souverain de Valachie, Mircse, était vassal de Sigismond depuis 1395, et le roi lui avait fait don du château de Szörény, de Törcsvár et du territoire roumain de Fogaras. Mais en 1418 Mircse mourut et une guerre civile éclata pour sa succession entre le prétendant philoturc et le prétendant philohongrois. À partir de là, la Valachie ne fut plus en mesure d’écarter la menace turque de Transylvanie.

98De tous les voisins de la Hongrie, c’est la Bosnie, voisine occidentale de la Serbie, qui accepta le moins le rôle d’État tampon, bien que Sigismond ait consacré à ce problème une attention toute particulière. Le principal problème venait du fait que la Bosnie n’avait pas de pouvoir central avec lequel il eût été possible d’établir une alliance durable. Depuis les années 1390 le roi de Bosnie n’exerçait sur son pays qu’une autorité nominale. Le pouvoir effectif était partagé entre des princes territoriaux dont certains étaient favorables à l’alliance hongroise et d’autres étaient philoturcs. De plus, la Hongrie était affrontée aux divisions religieuses de ce petit pays. Depuis le xiie siècle, il y avait en Bosnie une forte communauté hérétique bogomile pour laquelle le principal ennemi n’était pas le pouvoir ottoman, mais l’Église catholique hongroise.

99Sigismond consacra beaucoup d’efforts à la conquête de la Bosnie. À partir de 1403 ce problème se trouva au cœur de sa politique. Entre 1405 et 1410, il conduisit cinq campagnes contre les Bosniaques et parvint enfin, en apparence, à les mettre à genoux. Le succès majeur fut la soumission du plus puissant prince territorial, le « grand voïvode » Hervoja. Lui aussi devint membre de l’ordre du Dragon. Il reçut en donation d’importants domaines en Hongrie et fit reconnaître par Sigismond le titre de prince qu’il avait reçu de Ladislas de Naples. Mais tous ces résultats ne furent que de courte durée Dès 1413 Hervoja se révolta et alla se mettre sous protection turque. Seul véritable résultat des guerres de Bosnie, les territoires situés au sud de la Save, et appartenant à la Bosnie du Nord, passèrent en partie sous domination hongroise, repoussant la frontière méridionale vers le sud.

100Entre 1412 et 1419, Sigismond resta à l’étranger et, à son retour, le système d’alliances qu’il avait construit révéla de nombreuses fissures. Dès 1413 les attaques turques avaient repris et la menace se fit aussitôt sentir sur les frontières méridionales. En 1414 des troupes turques saccagèrent la Slavonie et en 1415, une grande armée hongroise rassemblée sous le château bosniaque de Doboj pour une expédition punitive contre Hervoja fut détruite. Ses commandants – Jean Garai, le jeune frère du palatin, et le bán Jean de Marót furent faits prisonniers. Ils ne furent libérés que bien des années plus tard (en 1416, le gouvernement leva un impôt extraordinaire pour rassembler les 60 000 florins d’or nécessaires au rachat des barons prisonniers). La Bosnie restait un territoire instable. Son roi, Tvrtko II (1421-1443) reconnut en 1425 l’autorité de Sigismond et se trouva plusieurs fois en difficulté aussi bien avec les grands de son pays qu’avec les Turcs, de sorte qu’il ne cessait de demander assistance. Il était donc particulièrement important que le château de Szrebernik, dans le nord de la Bosnie, soit depuis 1404 sous domination hongroise. Par ailleurs, un chef de guerre de Sigismond, Matkó Tallóc, fit passer en 1435 Jajca sous domination hongroise. C’est ainsi que la Hongrie s’avança profondément en territoire bosniaque, ce qui renforça les défenses de la Slavonie menacée.

101Malgré la dure défaite de Doboj le roi avait réussi tant bien que mal à s’assurer des marges bosniaques mais la situation dans l’est du pays était plus inquiétante. Avec la mort de Mircse (1418) la principauté de Valachie échappa soudain au système défensif hongrois et il ne devait plus être possible de l’y amarrer durablement, malgré les nombreuses tentatives effectuées dans les années 1420. Comme en Bosnie, il y avait en Valachie une confrontation entre partisans des Hongrois et alliés des Turcs mais à la longue ce sont ces derniers qui l’emportèrent. Quand Sigismond regagna la Hongrie après avoir séjourné en Europe occidentale, sa première tâche fut d’entreprendre une campagne dans le bas Danube pour reprendre Szörény, puis entre 1423 et 1426 ce fut le gouverneur de la zone frontalière de la région de Temes, Pipo d’Ozora, qui conduisit trois campagnes militaires en Valachie. En 1427 Sigismond reprit personnellement le commandement des opérations militaires et en quelques années il réussit à faire en sorte que le candidat hongrois au trône, le voïvode Dan II, arrive au pouvoir. Mais en 1432 l’influence turque devint de nouveau dominante et le nouveau voïvode se mit à payer tribut aux Ottomans. Ces évolutions eurent de graves conséquences. Désormais la Transylvanie n’était plus à l’abri des ravages causés par les incursions turques. En 1420, le voïvode de Transylvanie lui-même fut battu dans une bataille ouverte. En 1421, Brassó fut saccagée, en 1432 ce fut le tour du Barcaság, en 1438 de Szászsebes.

102À partir de 1427, date de la mort du despote de Serbie Étienne Lazarevitch, la Serbie elle aussi cessa d’assurer une défense parfaite des frontières hongroises. Une année plus tôt, en 1426, Sigismond et le despote avaient conclu l’accord de Tata, qui réglait l’avenir de la Serbie : Georges Brankovitch, cousin d’Étienne, devait lui succéder sur le trône. Georges devait également hériter de ses possessions en Hongrie En échange, certaines forteresses, dont Nándorfehérvár (Belgrade) et Galambóc, passeraient sous domination hongroise. Mais cet accord n’eut qu’une validité partielle. En 1427, Brankovitch monta effectivement sur le trône de Serbie et Sigismond s’empara de Nándofehérvár mais le capitaine serbe de Galambóc remit le château aux Turcs. C’est ainsi que – pour la première fois dans l’histoire de la Hongrie – le sultan se trouva directement aux portes de la Hongrie, non point par vassal interposé, comme dans les années 1390, mais directement. Le royaume de Hongrie était donc voisin de l’Empire ottoman. Sigismond, qui depuis fin 1426 avait passé beaucoup de temps sur la frontière méridionale, tenta aussitôt de combler ce nouveau trou dans son mur de défense. Au printemps 1428 il entreprit la reconquête de Galambóc. C’est là qu’il subit sa deuxième grande défaite face aux Turcs. Le sultan se rendit personnellement sur les lieux pour défendre le château et le roi de Hongrie subit de graves pertes quand il se replia en traversant le Danube. À partir de ce jour la région de Temes, voire le Szerémség, se trouvèrent sans défense face aux razzias turques.

103Avec la chute de Galambóc, la question de la défense de la frontière méridionale se trouva de nouveau à l’ordre du jour. Pour commencer Sigismond tenta une mesure qui, si elle avait réussi, aurait représenté une solution à long terme. Il entra en négociation avec l’ordre Teutonique et il parvint en 1429 à ce que les chevaliers prennent sous leur responsabilité la défense des châteaux hongrois situés entre Szörény et Haram. En échange, ils reçurent la propriété des domaines de la Couronne dans ces régions. Leur chef, en tant que bán de Szörény, devait faire partie des grands de Hongrie et Sigismond, pour couvrir leurs frais, leur remit différents revenus du Trésor, dont la totalité des revenus de la chambre de Nagyszeben. Mais cette tentative finit par échouer. Les chevaliers s’emparèrent certes du titre de bán mais, à la fin de 1432, les Turcs leur infligèrent une défaite si grave que le Grand maître de l’Ordre retira les chevaliers qui restaient et Sigismond se vit contraint de reprendre lui-même la défense de la frontière méridionale.

104Le roi trouva alors une nouvelle réponse qui impliquait la centralisation de tout le système de défense. Ente 1429 et 1437, progressivement, il concentra dans les mains d’un seul magnat le réseau des châteaux frontaliers de Szörény à l’Adriatique et consacra à son entretien des revenus – aussi bien ordinaires qu’extraordinaires – du Trésor. Il mit à la tête de ce réseau Matkó Tallóc, né à Raguse (Dubrovnik), qui, tout comme son prédécesseur, Pipo d’‘Ozora, était en même temps financier et guerrier. En 1429, il devint capitaine de Nándorfehérvár et de Keve et, avec ses frères, il administra les châteaux bosniaques de Szrebernik (à partir de 1430), de Jajca (1435), occupa les bánats de Slavonie (1435), de Dalmatie-Croatie (1436) et de Szörényi (1436), ce qui à la mort de Sigismond représentait quarante-quatre châteaux frontaliers. Pour faire face à l’immensité de leur tâche, les Tallóc utilisèrent les revenus du sel, parfois aussi le gain de la chambre, ainsi que l’ensemble des revenus du haut clergé des régions du Sud, dont les sièges étaient délibérément laissés vacants – archevêché de Kalocsa, évêchés de Zagreb et de Csanád, prieuré joannite de Vrán. Après la mort de Sigismond les Tallóc surent prouver par de brillants faits d’armes, avec la défense de Nándorfehérvár, qu’ils étaient dignes de la confiance du souverain.

La perte de la Dalmatie

105L’unique perte territoriale significative subie par la Hongrie sous Sigismond fut la perte de la Dalmatie. La côte dalmate était revenue sous domination hongroise en 1358 à la suite de la paix de Zara. En 1394 Sigismond était parvenu à rétablir la domination magyare après la révolte des Horváti. Mais la crise hongroise de 1401 amena la fin de la présence hongroise dans cette région. En 1402, Ladislas de Naples, prétendant au trône de Hongrie, occupa les villes dalmates et réussit à en garder une partie d’entre elles, dont Zara. Il fit d’Hervoja son gouverneur, puis, en 1409, quand Hervoja passa dans le camp de Sigismond, il mit fin à son pouvoir sur la Dalmatie et transféra ses droits et ses propriétés à la République vénitienne contre le paiement de 100 000 florins d’or. La même année Venise prit les villes de Zara et de Nona, les îles de Pago, Cherso, Ossero et Arbe, ainsi que les châteaux de Vrána et de Novigrád. Parmi les villes, seules Spalato, Trau et Sebenico restèrent fidèles au roi de Hongrie. Ces deux dernières furent assiégées par Venise dès le début de 1410, ce qui mit le feu aux poudres et déclencha une guerre attendue entre Venise et la Hongrie.

106Les relations entre Sigismond et Venise étaient déjà tendues. Dans les années 1390, la République s’était remise des défaites infligées par Louis Ier. Après 1399 elle refusa de payer à la Hongrie la taxe de 7 000 florins d’or prévue par la paix de Turin de 1381. En même temps, elle lança une grande politique d’expansion en terre ferme et sur le rivage adriatique des Balkans. La conquête (ou plutôt la reprise) de la Dalmatie ne fut qu’un des éléments de cette nouvelle politique. Le premier affrontement entre Venise et la Hongrie (1411-1413) fut victorieux pour Venise. Sigismond avait essayé de contourner les forces vénitiennes en passant par la terre ferme, par le Frioul, et au début ses chefs militaires avaient obtenu quelques succès significatifs. Mais en 1412 la fortune changea de camp : Nicolas de Marcal fut battu près de Motta, en Istrie, et Sebenico, après deux ans de siège, se rendit aux forces vénitiennes. An début de l’année 1413 Sigismond en personne entra dans le Frioul mais sa présence ne put faire changer le cours des combats. En avril 1413, il fut obligé de demander un armistice pour cinq ans et de reconnaître les conquêtes de Venise. Mais à l’époque, l’attention du roi s’était déjà fixée sur d’autres problèmes : le concile universel et l’élimination du schisme dans l’Église. À la fin des cinq ans d’armistice, en 1418, la guerre recommença, mais Sigismond s’était en fait résigné à la perte de la Dalmatie. Il ne fit pas de tentatives sérieuses pour défendre ses droits. Le renouvellement du danger turc et l’éclatement de la révolte hussite en Bohême (1419) firent de l’arène dalmate un terrain de troisième importance. En 1420, les derniers points d’appui de la Hongrie, Split et Trau, firent allégeance à la République et ainsi la domination hongroise sur la Dalmatie prit fin. Formellement l’état de guerre subsista jusqu’en 1433, année où Sigismond passa avec Venise un nouvel armistice de cinq ans, dans lequel il reconnaissait la perte de la Dalmatie.

Le premier prince de la Chrétienté

107Les difficultés et les échecs que Sigismond rencontra sur sa frontière méridionale ont été compensés par les succès remportés dans le Saint-Empire et dans la résolution du grand Schisme d’Occident. Héritier de la dynastie des Luxembourgs il fut comme son père Charles IV, roi des Romains, roi de Bohême et empereur.

Sigismond, roi des Romains. Le tournant de 1410

108C’est au début de la guerre contre Venise qu’eut lieu un tournant décisif dans la carrière et dans la politique de Sigismond. Le 20 septembre 1410, trois princes électeurs allemands – dont lui-même en tant que margrave de Brandebourg – l’élirent roi des « Romains », donc de Germanie, et en juillet 1411 tous les électeurs (au nombre de sept) se rallièrent à cette décision. Dès lors, Sigismond n’était plus seulement roi de Hongrie, il était également souverain du Saint-Empire romain germanique. La Hongrie était donc en union personnelle avec l’Empire, et cela ne manqua pas d’avoir des conséquences d’une grande portée. Le roi de Hongrie était devenu le souverain le plus prestigieux de l’Europe chrétienne mais sa position lui imposait des obligations qui n’avaient pas grand-chose en commun avec le gouvernement de la Hongrie. Il lui fallut souvent quitter la Hongrie. Il passa ainsi les six ans qui suivirent la guerre avec Venise à l’étranger et il ne rentra qu’en 1419.

109Les séjours de Sigismond à l’étranger ne font pas à strictement parler partie de l’histoire de Hongrie mais il nous faut les connaître pour pouvoir apprécier le rôle qu’il a joué en Hongrie et mettre en valeur sa personnalité. Cela nous évitera de continuer à le représenter comme une figure insignifiante – comme l’a si longtemps fait l’historiographie hongroise. Par ailleurs, à partir de 1410, les problèmes de la Hongrie, de l’Empire, voire de toute la Chrétienté sont chez lui si étroitement liés qu’il est souvent difficile de les dissocier. Enfin, et c’est le principal, jusqu’au bout il sera avant tout roi de Hongrie, et s’il a longuement séjourné loin du Royaume, c’est tout simplement parce que de tous ses territoires, c’était là le seul dont il était effectivement le souverain.

110Avec l’Empire, ses rapports étaient tout autres. Son élection, loin de diminuer l’importance pour lui de la Hongrie, n’avait fait que l’augmenter. Nominalement, le roi de Germanie était à l’époque à la tête du plus grand pays d’Europe, le « Saint-Empire » romain germanique (la partie nord de l’Italie en faisait partie) mais il avait peu de pouvoir et encore moins de revenus. Depuis le milieu du xiiie siècle, l’Empire s’était disloqué en plusieurs centaines de principautés laïques et ecclésiastiques, lesquelles dans la pratique menaient toutes une politique autonome, se faisaient la guerre et s’allaient entre elles sans en référer à une autorité supérieure. Le souverain germanique était lui-même un prince parmi d’autres et son prestige de roi dépendait des forces qu’il était en mesure de puiser sur son propre territoire. Hormis cela, il ne pouvait compter sur les villes dites impériales et sur ses compagnons, les autres princes, qu’à titre d’alliés, tout au plus. Ces villes étaient vraiment des villes-états autonomes mais le roi des Romains avait le droit de s’y arrêter au cours de ses voyages. Il pouvait même y collecter quelques impôts. En tant que roi de Hongrie, Sigismond bénéficiait d’une indépendance beaucoup plus grande que ne l’était, en général, celle des princes allemands. Son arrière-pays, le royaume de Hongrie, ne faisait pas partie de l’Empire, et était incomparablement plus puissant que n’importe laquelle des principautés allemandes. En tant que roi germanique, Sigismond y trouvait un point d’appui assuré. Il pouvait y puiser ressources financières et militaires pour ses plans qui étaient désormais à l’échelle européenne.

111À long terme, l’un des objectifs principaux de Sigismond fut l’obtention du titre d’empereur. Les souverains germaniques avaient traditionnellement le droit, depuis le xe siècle, de se faire couronner par le pape et de passer de « roi romain », titre obtenu par élection, à empereur. Le titre d’empereur s’accompagnait d’un immense prestige. Par le couronnement, le roi devenait empereur romain-germanique, et donc le premier prince de la Chrétienté. Mais pour cela, il devait obtenir le consentement du pape et arriver jusqu’à Rome, ce qui au fil des temps était devenu une entreprise dangereuse et coûteuse, et donc de plus en plus rare. Parmi les prédécesseurs de Sigismond, son père, Charles IV, était allé en Italie, mais ni son fils Venceslas (1378-1400) ni le successeur de celui-ci, Ruprecht du Palatinat (1400-1410) n’y étaient parvenus. Dans les ambitions de Sigismond le voyage à Rome et l’obtention de la couronne d’empereur occupèrent une place particulière. Pour y arriver, il devait redresser la Papauté romaine elle-même, ce qui était en rapport étroit avec la réforme générale de l’Église chrétienne.

Le concile de Constance

112Depuis 1378 deux papes, l’un à Rome, l’autre à Avignon s’affrontaient pour la direction de l’Église. L’ouest de l’Europe reconnaissait plutôt le pape d’Avignon comme chef légitime de l’Église romaine, l’Europe centrale soutenait plutôt le pape de Rome.

113En 1409 un groupe de cardinaux tenta de mettre fin au schisme en convoquant à Pise un concile « universel ». Les deux papes furent privés de leur dignité et un troisième fut élu à leur place. Cela ne fit qu’aggraver la crise car le concile, en dépit des intentions de départ, ne fut pas universel. Seuls un petit nombre de souverains (dont Sigismond) reconnurent sa compétence, les autres continuèrent à soutenir leur pape. L’« obéissance » (oboedientia) des princes dès lors se partagea non point en deux, mais en trois camps.

114Le deuxième problème, encore plus grave, était la crise même de la Chrétienté, provoquée par la sécularisation de l’Église et dont le schisme n’était qu’une manifestation parmi d’autres. Depuis le début du xive siècle, beaucoup, à l’intérieur même de l’Église, soulignaient que la Papauté s’était éloignée des idéaux chrétiens et n’était plus en mesure de remplir la mission pour laquelle elle était née, veiller sur les âmes. La plupart des critiques étaient tournées avant tout contre les papes d’Avignon, la cupidité proverbiale de leur cour et leur mode de vie mondaine, mais avec le temps ces critiques s’étaient étendues à l’ensemble de l’Église, surtout au haut clergé et aux ordres monastiques ordinaires. Certains réclamaient uniquement la « réforme » (reformatio), à savoir la transformation des institutions existantes, mais d’autres en étaient arrivés à mettre en question la légitimité même du système institutionnel catholique. La question était posée de savoir si le mode de vie chrétien avait besoin de l’existence d’un pape, d’évêques, de monastères, voire de prêtres. Au début, tant que ces questions demeuraient dans le cercle des théologiens, on ne pouvait pas parler de crise. Mais aux alentours de 1400 il s’agissait déjà de bien plus. Dans beaucoup d’endroits ces mêmes idées s’exprimaient du haut des chaires des églises, faisant prendre conscience aux croyants de ce qu’ils pouvaient voir eux-mêmes jour après jour : l’Église allait mal. La question de la reformatio de l’Église devenait urgente pour ceux-là même qui ne tenaient pas à des transformations radicales. Il fallait de toute manière faire quelque chose pour éviter la diffusion des conceptions les plus radicales.

115Dans ces conditions, on voyait se répandre l’idée que la solution de la crise revenait à un concile universel, et ceci non seulement en raison de la crise, mais aussi à cause de l’émergence des États. Dans l’Europe Occidentale du xive siècle, les souverains et leurs conseillers ne décidaient plus seuls du sort des pays, il était désormais nécessaire qu’ils consultent les habitants par l’intermédiaire des ordres. Ceux-ci étaient représentés par leur assemblée, la diète ou le parlement, où les plus distingués de leurs représentants pouvaient faire entendre leur voix et les autres pouvaient s’exprimer par le canal de leurs élus. Cette nouvelle conception du pouvoir avait aussi pénétré l’Église catholique où depuis longtemps l’on considérait que le « royaume de Dieu sur terre » était constitué par la communauté des croyants, ayant à leur tête l’Église universelle, la Papauté, devant servir d’intermédiaire entre les croyants et Dieu. L’interprétation de cette thèse suivant les nouvelles conceptions signifiait que le pape ne pouvait pas décider seul, comme avant, des affaires de la Chrétienté, mais seulement avec l’accord de l’ensemble du clergé. Or l’assemblée représentant le clergé, c’était le Concile, qui était à l’intérieur de l’Église l’équivalent de l’assemblée des états dans le monde.

116Au moment de l’élection de Sigismond il était déjà évident que le seul espoir de résoudre la crise – aussi bien la réforme de l’Église que son schisme – était la tenue d’un concile. Surtout, après l’expérience de Pise, il apparaissait clairement que la condition requise était que le concile fût véritablement, et pas seulement nominalement, universel. Chaque pays de la chrétienté occidentale devait y être représenté et les décisions prises d’un commun accord devaient être considérées par tous les participants comme impératives. Sigismond, en tant qu’héritier du titre d’empereur, était chargé d’organiser et de diriger le concile. Or cette tâche semblait presque désespérée. D’une part, il s’agissait de rassembler autour de la même table des ennemis aussi mortels que les Français et les Anglais, qui s’affrontaient depuis des générations dans la guerre de Cent Ans. D’autre part il était évident que les participants potentiels étaient divisés par de profonds antagonismes : outre la personne des trois papes, la réforme elle-même, qui n’était pas souhaitée par tout le monde et qui, pour ceux qui la souhaitaient, ne signifiait pas forcément la même chose.

117Le principal titre de gloire de Sigismond à l’échelle de l’histoire universelle, fut la tenue même du concile, et le fait qu’il ait abouti sur les questions principales. Après la fin de la guerre avec Venise, il obligea par la menace le pape de Pise, Jean XXIII, qu’il avait reconnu, à répondre à son invitation, et puis parvint à l’aide de diverses manœuvres diplomatiques à obtenir la participation du pape des Français et du pape des Anglais. Le concile commença en novembre 1414 dans la ville impériale de Constance, au bord du lac de même nom, et dura trois ans et demi au cours desquels il siégea pratiquement en permanence, pour se conclure le 19 avril 1418. Pratiquement toute l’Europe y fut représentée avec la présence de plusieurs milliers de dignitaires de l’Église, de princes et de chevaliers. Les représentants des universités eurent également la parole (l’université d’Óbuda fondée par Sigismond y était représentée par une délégation de deux membres). Par le nombre de ses participants et par la portée des décisions prises, le Concile de Constance fut le congrès le plus important de tout le Moyen Âge et des temps modernes en Europe. Ses séances furent présidées par Sigismond et son prestige lui permit de diriger les débats du début jusqu’à la fin. Il fut en toutes circonstances capable de trouver une issue permettant de sortir des impasses et c’est exclusivement grâce à son énergie et à son talent diplomatique exceptionnel que le concile fut en fin de compte en mesure d’aboutir.

118Mais, avant d’arriver aux résultats, il fallut beaucoup de négociations et un long circuit diplomatique. Il lui fut relativement facile de convaincre deux des papes à renoncer, mais il ne se débarrassa du troisième qu’au prix d’un voyage harassant. Ce dernier pape avait le soutien de la péninsule ibérique et de l’Écosse, dont les Églises, au début, ne s’étaient même pas fait représenter au concile. C’est pourquoi en 1415, Sigismond se rendit à Narbonne, puis à Perpignan, et négocia personnellement avec le roi d’Aragon pour qu’il cessât de soutenir son protégé, le pape d’Avignon. Les cours de Castille et du Portugal reconnurent le fait accompli. Après quoi, dans le courant de 1416, il se rendit à Paris, puis à Londres, pour essayer d’être le médiateur entre les Français et les Anglais dans la guerre de Cent Ans qui venait de recommencer. Il ne réussit pas dans cette entreprise mais d’autres aussi avaient échoué ; il contracta en août 1416 à Cartorbéry une alliance avec le roi d’Angeleterre. Après un an et demi d’absence il retourna à Constance début 1417, où il put enfin récolter les fruits de ses efforts. Entre-temps, le haut clergé espagnol avait rejoint le concile pour annoncer le désistement du pape d’Avignon qui n’avait cessé de se montrer récalcitrant et le 11 novembre 1417 les cardinaux élirent à l’unanimité le nouveau pape en la personne de Martin V. Le grand schisme était terminé.

119Mais la deuxième grande question, celle d’une réforme globale de l’Église, n’avait toujours pas trouvé de réponse. Sigismond tenait cette question autant à cœur que celle du schisme. Avec ses partisans, il avait tout fait pour que la réforme eût lieu avant l’élection du nouveau pape car il craignait que le nouveau pape n’y fît obstacle. C’est ce qui arriva. Alors qu’il s’était impitoyablement opposé aux tentatives de réforme les plus radicales, le concile se sépara sans que rien de significatif n’eût été fait dans le sens de la rénovation de l’Église. Cela ne manqua pas d’avoir de grandes conséquences sur le sort ultérieur de Sigismond. À la mort de son frère Venceslas, c’est lui en effet qui était devenu l’héritier légitime du trône de Bohême, or c’est là que se trouvait le centre des mouvements radicaux. Ils donnèrent naissance à la fin des années 1410 au mouvement populaire le plus important de l’Europe médiévale, le hussisme.

La lutte contre le hussisme

120La principale source de l’idéologie hussite était la doctrine d’un théologien anglais, John Wyclif. Lui aussi, au début, s’était élevé contre les abus des papes d’Avignon et il en était arrivé à rejeter de nombreux dogmes et institutions de l’Église catholique : le célibat des prêtres, le monachisme, le jeûne, le dogme de la transsubstantiation et avant tout la fortune de l’Église et même l’institution papale. Il tirait sa doctrine essentiellement des saintes Écritures qu’il considérait comme la source unique de la Révélation. Il traduisit en anglais le Nouveau Testament afin que ses partisans laïcs puissent aussi le connaître. Sa doctrine n’eut pas en Angleterre une influence durable mais à la fin du xive siècle elle arriva en Bohême où elle trouva un terrain favorable. Le principal prédicateur de ces idées fut Jean Hus (Jan Hus), chapelain de l’église de Bethléem à Prague et orateur influent. Au début, ses fidèles furent appelés wikléfites, plus tard on leur donna le nom de hussites. Hus développa la doctrine de Wyclif et l’adapta aux conditions de la Bohême. Il mettait fortement l’accent sur l’utilisation du tchèque, face au latin de la pratique ecclésiastique et à l’allemand de l’enseignement universitaire. Il protestait avec véhémence contre l’organisation de l’Église de son temps et réclamait l’annulation des privilèges des prêtres et la fermeture des monastères. Outre celles-ci, la plus célèbre de ses revendications était la communion « sous les deux espèces ». De ce changement en apparence formel dépendait en fait la légitimité de la prêtrise. Le pain (l’hostie) et le vin bénits, incarnaient mystiquement le corps et le sang du Christ et représentaient les deux « espèces » (species) de l’eucharistie. Dans la pratique catholique de l’époque, seul le prêtre avait le droit de communier sous les deux espèces, avec l’hostie et avec le vin, alors que les croyants laïcs ne pouvaient absorber que l’hostie. La doctrine de Hus selon laquelle tout croyant avait le droit de communier « sous les deux espèces » (sub utraque specie) mettait donc en question la nature particulière de la mission du prêtre et visait ainsi un des fondements de l’Église. On comprend que cette revendication, illustrée par le calice (calix), ait pris une importance symbolique pour le mouvement, et que ses adeptes ou quelques groupes parmi ceux-ci, étaient souvent appelés calixtins, ou encore utraquistes ou utraques (du mot utraque).

121Dans les années 1410, la doctrine de Hus non seulement avait rencontré des échos en Bohême dans toutes les couches de la population mais avait commencé à se répandre dans les pays voisins. Le mouvement était avant tout tourné contre les institutions de l’Église et il s’opposait en Bohême à la bourgeoisie allemande des villes et d’une façon plus générale à l’influence politique et culturelle allemande. Le roi de Bohême Venceslas et sa cour avaient à l’égard de Hus et de ses disciples une attitude d’indifférence bienveillante alors que l’Église officielle leur était sévèrement opposée. En 1411 le pape excommunia Jean Hus. Quand il se présenta à Constance avec un sauf-conduit de Sigismond pour défense ses convictions, le concile le déclara hérétique et en 1415 le brûla sur le bûcher. En 1416 son compagnon, Jérôme de Prague, subit le même sort.

122Le martyre de Jean Hus suscita en Bohême un état d’esprit révolutionnaire et quand, en 1419, le roi Venceslas mourut sans laisser d’héritier mâle, le pouvoir dans le pays était pratiquement passé aux mains des hussites. Sigismond, héritier de son frère Venceslas, fit une tentative pour occuper le trône de Bohême mais les Tchèques n’étaient prêts à l’accepter que s’il autorisait le culte hussite. Sous-estimant la force du mouvement, Sigismond refusa de marchander. Il proclama qu’il était prêt à écraser le soulèvement par les armes, et le 17 mars 1420, dans la ville silésienne de Boroszló, il rendit publique par l’intermédiaire du légat du pape qui l’accompagnait une bulle papale qui appelait à la croisade contre les hussites. Ce fut le début d’une période de quinze ans (1420-1436), celle des guerres hussites qui enflammèrent l’Europe centrale.

123Le hussisme était un mouvement national et l’immense majorité de la société tchèque, y compris le clergé, le suivait ou du moins sympathisait avec lui. Peu étaient restés fidèles au catholicisme : on pouvait recenser seulement un groupe de seigneurs, une partie du clergé, et les patriciens des villes, ethniquement allemands. Dans la plupart des villes, ce sont les bourgeois tchèques à sympathies hussites qui étaient arrivés au pouvoir et une part importante de la grande noblesse avait dû s’incliner face à l’influence de masse du mouvement. Mais celui-ci était loin d’être homogène. Les conceptions religieuses des aristocrates et de la bourgeoisie la plus aisée étaient bien plus modérées que celles de la petite noblesse et des masses paysannes et urbaines. Ces dernières, développant avec excès la doctrine de Jean Hus, ne reniaient pas seulement les institutions ecclésiastiques mais aussi, de plus en plus, celles du pouvoir temporel. Certains groupes en étaient venus à nier le pouvoir et la propriété. En fin de compte, on peut distinguer à l’intérieur du camp hussite deux partis aux contours bien définis : les utraquistes, modérés, et les radicaux, dits taborites. Ces derniers devaient leur nom à la ville de Tabor qu’ils avaient fondée en 1419 et qui était le centre de leur parti. Sous certaines conditions, les utraquistes étaient prêts à se mettre d’accord avec l’Église catholique et avec le prétendant au trône Sigismond, alors que les taborites considéraient toute concession comme inutile et s’opposaient violemment aux prétentions de Sigismond.

124Cependant les deux partis s’opposèrent ensemble aussi bien à l’existence de mouvements encore plus radicaux qu’à l’intervention armée de l’étranger. En 1420, ils présentèrent une plateforme commune, appelée « les points de Prague », dans laquelle ils formulaient leurs revendications face à Sigismond :

  • que leurs prêtres puissent prêcher librement et sans obstacle sur tout le territoire du pays ;
  • que tout le monde ait le droit de communier sous les deux espèces ;
  • que les prêtres n’aient pas de fortune et ne s’occupent que de problèmes spirituels ;
  • que la punition pour les péchés mortels s’applique aussi bien aux ecclésiastiques qu’aux laïcs.

125Les utraquistes se seraient contentés de ces propositions mais pour les taborites c’était là un programme minimum. Tant que les troupes étrangères tentaient par les armes d’écraser le mouvement c’est l’influence taborite qui l’emporta dans la politique hussite, dans la mesure où la force militaire était composée essentiellement des troupes de taborites. Ils étaient dirigés depuis 1419 par Jean Žižka qui jusqu’à sa mort (1424) exerça sur eux un véritable pouvoir de dictateur. C’est lui qui organisa la terrible armée hussite qui révolutionna la pratique de la guerre en Europe centrale.

126Les unités hussites étaient formées avant tout de fantassins utilisant, face à la cavalerie, un nouvel instrument, la charrette. Leurs campements étaient entourés de charrettes (château de charrettes) qui leur offraient une protection efficace contre les attaques de chevalerie. Lors des offensives les charrettes se pressaient entre les chevaux et semaient la confusion dans les troupes de l’adversaire. Les petites unités de chevalerie légère étaient achevées par les fantassins hussites. Après la mort de Žižka ils n’eurent plus une direction unique et parmi les leaders qui lui succédèrent les plus prestigieux furent Procope « le Grand » (Procope Holy) et Procope « le Petit » (Prokoupek).

127Sigismond mobilisa pour battre les hussites des forces considérables mais toutes ses tentatives furent vouées à l’échec face à l’enthousiasme et à la supériorité tactique de ses adversaires. C’est au printemps 1420 qu’il pénétra pour la première fois en Bohême et il parvint, le 28 juillet, à se faire couronner roi au château de Prague qui était tenu par ses partisans. Mais, dès le 1er novembre, il subit un grave revers à Vyšehrad, à proximité de Prague. En janvier 1422, il fut de nouveau défait près de Németbród (Havlíčkův Brod). Dès lors, son principal objectif fut de protéger la Moravie, qui lui était restée fidèle, des attaques hussites et il tenta de mobiliser dans la lutte contre les insurgés les ordres du Saint-Empire romain germanique. La question de la guerre contre les hussites figura à l’ordre du jour des Diètes de l’Empire pendant dix ans mais les efforts des princes germaniques ne furent pas plus couronnés de succès. Les Tchèques emportèrent, en 1426, puis en 1431, des victoires décisives contre les armées impériales, le résultat étant que le terrain de bataille était déplacé vers les territoires voisins de la Bohême.

128Les armées taborites et des groupes hussites alliés à eux procédèrent à partir de 1420 à des incursions régulières de pillage en Moravie, en Silésie, dans les territoires allemands proches, voire dans le sud de l’Autriche. Ces attaques touchèrent la Hongrie en 1428. Cette année-là les forces hussites ne dépassèrent pas Pozsony mais en 1430 elles battirent à Nagyzsombat les armées hongroises dirigées par le jeune Stibor (le fils du voïvode Stibor) et par Jean Maróti. En 1431 elles ravagèrent toute la vallée du Vág et en 1432 elles s’implantèrent durablement dans plusieurs forteresses, dont Nagyszombat. En 1433 elles arrivèrent jusqu’au Szepesség et pillèrent l’atelier monétaire de Körmöcbánya. Le gouvernement du pays se montra tout aussi impuissant face aux attaques hussites que les princes allemands car la mobilisation générale, lourde, difficile à mettre en œuvre, n’était pas en mesure d’arrêter l’avancée des troupes tchèques, extrêmement mobiles. C’est pourquoi, au début des années 1430, les dangers turc au sud et hussite au nord-ouest posèrent des problèmes de même ampleur et tous deux jouèrent un rôle dans le projet de réforme militaire de 1432-33 et dans la genèse de la loi de 1435.

129Les succès en série des hussites démontrèrent clairement que même les forces unies de la Hongrie et de l’Empire étaient incapables d’écraser par la force leur mouvement. Dès les années 1420, Sigismond se montra disposé à trouver un accord avec les utraquistes. Sa politique fut reprise par le nouveau concile universel réuni à Bâle en mars 1431, après l’échec d’une nouvelle attaque allemande à Domažlice (Taus). De longs pourparlers commencèrent entre les parties au cours desquels les envoyés du concile parvinrent à aiguiser les désaccords qui avaient toujours existé entre les utraquistes et les taborites. Enfin, en novembre 1433, un accord fut conclu à Prague entre les représentants des utraquistes et ceux de l’église catholique, on l’appela le compromis de Prague. Le pape et le concile acceptaient avec certaines adaptations les quatre points de Prague pour la Bohême alors que les utraquistes reconnaissaient l’autorité du pape sur le mouvement hussite. Les taborites ne se joignirent pas à cet accord, ce qui provoqua la scission définitive à l’intérieur du mouvement. Les utraquistes finirent par s’allier aux catholiques et le 30 mai 1434, à Lipány, localité située à l’est de Prague, ils anéantirent les taborites. Dans la bataille Procope le Grand et Procope le Petit perdirent la vie et les quelques fidèles qui leur restaient s’éparpillèrent. Un gouvernement se mit en place, composé d’utraquistes et de catholiques. En 1436 il se réconcilia avec Sigismond et lui remit le pouvoir, bien que celui-ci fût sévèrement encadré par les états de Bohême. Le 23 août 1436 Sigismond entra dans Prague et accepta la soumission des ordres tchèques. En Hongrie ses gouverneurs avaient réussi à détruire les bases taborites, après avoir repris Nagyszombat et les autres places qu’ils occupaient. La question hussite, pour l’instant, était close.

L’obtention de la couronne impériale

130Outre la question tchèque, ce furent le couronnement impérial et la réforme de l’Église qui passèrent au premier rang des préoccupations de Sigismond dans les dernières années de son règne. Au cours de l’été 1430 il quitta la Hongrie pour y revenir seulement pendant un an et demi entre octobre 1434 et mai 1436. Après la défaite d’une armée allemande face aux Tchèques en mars 1431 il se rendit en Italie. En novembre il se fit couronner à Milan avec la couronne lombarde. Il arriva jusqu’à Rome, mais avec difficulté, car il était entré en conflit avec le pape sur la question de la réforme de l’Église. De plus, il s’était engagé dans une nouvelle guerre contre Venise et contre l’alliée de cette dernière, la République de Florence. Il dut ainsi passer neuf mois à Sienne entouré d’ennemis. C’est seulement le 21 mai 1433 qu’il put entrer à Rome, et, dix jours plus tard, le pape Eugène IV, posa sur sa tête la couronne impériale tant désirée. À Rome également, le 4 juin, il conclut la paix avec Venise, mettant ainsi un terme à des siècles d’affrontements entre les deux pays. La République gardait tous les territoires qu’elle avait occupés et dut seulement consentir à ce que l’Empereur et ses troupes traversent son territoire. La Dalmatie était perdue à jamais pour la Couronne hongroise.

131Si, avec le couronnement, Sigismond atteignait à la fin de sa vie l’un de ses principaux objectifs, ses idées sur la réforme de l’Église partirent en fumée. La tâche du concile de Bâle convoqué par Martin V début 1431 aurait été de la préparer. Mais très vite le pape et le concile se heurtèrent car les évêques voulaient commencer la réforme par le Saint-Siège, c’est-à-dire qu’ils s’efforçaient de limiter l’influence du pape aussi bien dans leurs pays que dans l’ensemble de l’Église catholique. L’assemblée fut le terrain où ces deux forces se mesurèrent. Le nouveau pape, Eugène IV (1431-1447) procéda à la dissolution du concile pour état d’esprit anti-papal mais les participants continuèrent à siéger, soulignant le principe – qui avait été énoncé à Constance – que le concile est le corps de l’Église universelle et qu’en tant que tel il est supérieur à la personne du pape.

132Comme Sigismond au début était lui aussi du côté du concile, le pape dut céder et en 1433 il s’associa à la suite des débats. Mais bientôt le conflit se ranima et aboutit à un nouveau schisme. Alors qu’Eugène IV en 1437 déplaçait le concile à Ferrare, les pères du concile se rebellèrent, proclamèrent la destitution du pape en attendant d’élire en 1439 un nouveau pontife. La question de la réforme passa au second plan et c’est l’une des raisons qui expliquent que Sigismond, dans les dernières années de son règne, choisit plutôt le parti du pape.

133À l’automne 1434, Sigismond acheva son voyage en Italie et en Allemagne et rentra en Hongrie. La Diète de Pozsony de mars 1435 inscrivit dans la loi le décret sur la réforme judiciaire et l’édit réformant l’armée. En janvier 1436, à Székesfehérvár, il parvint à un accord définitif avec les envoyés des ordres tchèques et, au printemps 1436, il partit en Bohême pour assumer sa nouvelle dignité de roi. Il ne retourna plus en Hongrie. Pendant les derniers mois de sa vie il s’occupa des affaires intérieures tchèques et travailla surtout à accroître l’influence catholique et à renforcer le pouvoir royal. Ses rapports avec les ordres tchèques se dégradèrent au point qu’il jugea bon de s’en aller en Moravie. C’est sur le chemin du retour, à Znojmó, qu’il mourut le 9 décembre 1437, à près de soixante-dix ans, après un règne de plus d’un demi-siècle.

134Son règne n’a pas laissé un bon souvenir dans la mémoire historique hongroise. Sigismond n’a jamais été parmi nos grands souverains et l’historiographie hongroise la plus récente le compte parmi les plus faibles. Cependant jusqu’à ces toutes dernières décennies l’évaluation ne reposait pas sur les sources historiques. Elle s’appuyait sur des documents de type narratif, qui transmettaient les états d’âme et les impressions de la noblesse. Il faut savoir que les villes lui étaient attachées et, pour ce qui est de la paysannerie, nous n’avons aucun élément qui nous permette de savoir quelle était son opinion. Or la noblesse hongroise avait de bonnes raisons de ne pas garder un bon souvenir du règne de Sigismond. Les contemporains brossent de Sigismond le portrait d’une personnalité en même temps affable et majestueuse, inspirant le respect. Il parlait admirablement plusieurs langues, dont le latin. Il aimait la conversation cultivée et était capable de suivre attentivement voire de diriger les débats théologiques du concile. C’était un diplomate de tout premier rang, qui parvenait à trouver même dans les situations les plus désespérées la possibilité d’un accord. Il aimait tellement la tension mentale intense qui accompagnait les négociations qu’il acceptait souvent le rôle d’arbitre entre États ou souverains étrangers. Tout ceci laissait froid la majorité de la noblesse hongroise. Pour elle Sigismond était un roi qui négligeait la question turque et qui gaspillait les énergies du pays pour des objectifs qui ne le concernaient pas. Leurs horizons politiques étaient trop bornés pour qu’ils s’intéressent à des problèmes certes sérieux, mais qui ne se posaient pas en Hongrie. Pour les nobles hongrois, il était le roi qui avait été défait à Nicopolis et à Galambóc, et qui avait perdu la Dalmatie.

135Leur antipathie, de plus, pouvait provenir du style de direction de Sigismond. Il ne tolérait aucune immixion dans ses décisions, il passa des décennies sans consulter les ordres et avait une tendance à l’autocratie. Ses réformes sous de nombreux aspects limitaient les anciennes libertés de la noblesse et, de plus, il s’était entouré d’une armée d’étrangers et de gens venus d’on ne sait où, personnalités haïes que manifestement lui appréciait. Tout ceci était bien loin de l’idéal d’une noblesse combative, analphabète, xénophobe et fière de ses privilèges.

136Sigismond est une figure saillante moins dans l’histoire hongroise que dans l’histoire européenne. C’est ainsi qu’il a été apprécié par ses contemporains. Sa politique n’était pas spécifiquement hongroise dans le sens où elle ne servait pas les intérêts de la noblesse hongroise. Elle était guidée par des considérations en partie personnelles, en partie dynastiques. Pour atteindre ses objectifs, la Hongrie était un arrière-pays sûr, qui lui servait de base pourvoyeuse d’argent et de soldats. Mais comme c’est en Hongrie qu’il puisait l’énergie pour réaliser ses plans, Sigismond s’est toujours considéré comme roi de Hongrie avant tout. C’est là qu’il avait sa cour permanente, et, comme nous le verrons, il fit tout pour que cette cour fût à la hauteur de sa grandeur personnelle.

Notes

1 Schocki (en latin : sexagena) : unité tchèque de calcul, équivalente à 60 sols. À cette époque, un florin d’or valait environ 22 sols.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540