Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la Hongrie médiévale. Tome II

 | 
Pál Engel
, 
Gyula Kristó
, 
András Kubinyi

Première partie. Le siècle des rois angevins 1301-1380

Chapitre III. Économie et société : un pays préservé

Texte intégral

Des campagnes peu touchées par la crise

Poursuite de la croissance démographique, amélioration de la production agricole

1En Europe Occidentale, le xive siècle est une époque de crise agricole profonde. Son point de départ a été la grande épidémie de peste des années 1347-1349 qui dans de nombreux pays européens entraîna une baisse brutale de la population de 20 à 50 %. La diminution de la population eut pour corollaire la chute de la demande de produits agricoles. Beaucoup de terres antérieurement cultivées devinrent inutiles. Le prix du blé baissa considérablement. En Hongrie, la crise agricole se manifesta de manière plus mesurée qu’ailleurs. Ici aussi le prix du blé tomba à un niveau très bas et le repli démographique fut sensible mais le redémarrage fut plus rapide qu’ailleurs.

2Au début de la période des Angevins, vers 1300 – d’après des calculs reposant sur des évaluations incertaines – la population du pays était d’1,4 à 1,6 million d’habitants. À la fin du siècle ce chiffre avait considérablement augmenté, en partie par croissance naturelle, en partie en conséquence de flux d’immigration (notamment de population roumaine). Nous ne sommes pas en mesure de chiffrer les ravages faits par l’épidémie de peste mais ils ne sont guère comparables à ceux connus en Europe occidentale. La Hongrie fut moins touchée que l’Europe occidentale par la diminution des terres cultivées. Là aussi on peut noter aux xive-xve siècles un fort taux de disparition de villages dans les zones anciennement mises en valeur (jusqu’à 20-36 % dans la Grande Plaine contre 1 à 10 % en Transylvanie) mais, grâce à des défrichements, de nouveaux territoires se sont insérés avec une intensité variable dans la production agricole. C’est très net dans les zones périphériques du pays (dans la région de Szepes, de Máramaros, ainsi que dans d’autres régions des Carpates). Les nouvelles implantations furent réalisées par des hôtes (soltész) alors que les seigneurs, par l’octroi d’avantages divers, aidaient à leur réussite. C’est ainsi que dans un certain type de villages nouveaux, bénéficiant de certaines libertés (ils étaient appelés lehota dans l’ouest du Haut-Pays, ohába dans le sud de la Hongrie et de la Transylvanie), la situation des paysans s’est temporairement améliorée.

Augmentation de la production céréalière

3L’augmentation de la production agricole fut possible non seulement grâce à l’extension des terres cultivables mais aussi grâce à l’amélioration des techniques. Le fumage des terres, qui n’était pratiqué que depuis quelques décennies, se poursuivit. Les terres (terra fimata) étaient fumées grâce aux troupeaux qui y paissaient mais, même au xive siècle, la Hongrie ne connut pas le fumage artificiel, c’est-à-dire l’amélioration des terres grâce à un apport extérieur de fumier. Le système d’assolement à intervalles réguliers se généralisa. Dans la première moitié du xive siècle, on voit émerger les premières traces écrites d’assolement biennal et triennal et dans la deuxième moitié du siècle les sources à ce sujet se multiplient. Dans l’assolement biennal les semailles ont lieu une année sur deux (ou bien le système est transposé sur l’année, avec les semailles de printemps et d’automne). Dans l’assolement triennal après deux années de culture la terre était laissée en jachère la troisième année. Dans la mesure où l’utilisation du sol alternait, la rotation des cultures témoigne de l’existence d’une économie d’assolement.

4Le principal secteur agricole était la production de céréales, lesquelles, compte tenu des sols et du climat, comprenaient le blé, le seigle, l’orge et l’avoine. Dans les vallées des territoires périphériques montagneux la seule production de céréales possible était tout au plus celle de l’avoine (les paysans en faisaient même du pain, mais l’avoine était avant tout destinée aux chevaux), alors que dans la Grande Plaine aux bonnes terres bien ensoleillées, le blé constituait la première des productions. Le millet servait de fourrage, il était rarement utilisé dans l’alimentation humaine. Le riz arriva en Europe au xive siècle, mais il ne pénétra pas en Hongrie tout de suite. Peu à peu, les techniques agricoles s’améliorèrent. À partir de la deuxième moitié du xive siècle, à côté du bœuf, le cheval fit son apparition comme bête de travaux agricoles. La charrue asymétrique se répandit, mais sans pour autant faire reculer l’usage de la charrue légère (symétrique) assurant le travail des terres superficielles. L’alimentation se diversifia : à côté des céréales on vit se développer les légumineuses (petits pois, lentilles, haricots) ainsi que les légumes (surtout le chou). Les fruits étaient surtout consommés par les nobles. Le xive siècle a été l’âge d’or de la viticulture, qui était pratiquée par tous, seigneurs, paysans-tenanciers, bourgeois. Dans les régions vinicoles, les bourgeois des villes de plaine avaient des vignes. Au xive siècle, le vin était aussi un produit largement présent dans le commerce.

Importance de l’élevage

5Nous trouvons un tableau de l’élevage en Hongrie au xive siècle chez Matthieu Villani. Il souligne l’existence chez les Hongrois de grands haras. On peut mettre en doute en revanche son affirmation selon laquelle les bovins n’étaient pas utilisés dans l’agriculture mais étaient abattus après avoir été engraissés sur les pâturages. Bien que la pratique d’atteler les chevaux ait commencé à se répandre de bonne heure, l’animal le plus utilisé dans l’agriculture demeurait le bœuf. Comme dans toute l’Europe, les animaux passaient la plus grande partie de l’année en plein air, parfois aussi en hiver. La récolte du fourrage pour l’hiver était un moment important dans l’année. L’étable était connue et largement utilisée dans l’élevage l’hiver. Le foin était une marchandise essentielle : on comprend dès lors l’importance qui était accordée aux herbages et à leur extension. C’est surtout dans les domaines nobiliaires que le cheval était utilisé (sans doute aussi parce qu’il était indispensable dans les opérations militaires), alors que les foyers de paysans-tenanciers utilisaient plutôt les bovins. Ceux-ci fournissaient du lait et de la viande et de plus, au xive siècle, étaient déjà l’objet de transactions commerciales internationales. La chasse et la pêche jouaient un rôle non négligeable dans l’alimentation. Parmi les artisans des villages, les forgerons et les meuniers répondaient aux besoins de la production agricole. Ils géraient les moulins à eau, répandus dans tout le pays.

Les tenures paysannes

6Le cadre principal de la production agricole était la tenure paysanne (sessio). En effet, le système d’« exploitation » ancien reposant sur la corvée due au seigneur, le predium, avait éclaté au xiiie siècle. Le système de la tenure, qui s’est consolidé au cours du xive siècle, comprenait la maison villageoise avec ses dépendances proches (en fait le potager, où les tenanciers semaient les légumineuses et les légumes) et à l’extérieur de l’agglomération rurale les champs et les herbages en utilisation individuelle. Les pâturages, les forêts, les eaux appartenaient au village de manière indivisible et le tenancier – en tant que membre de la communauté du village – pouvait les utiliser. La généralisation de la tenure paysanne est prouvée par le fait que Charles-Robert l’a utilisée comme unité fiscale. À partir du milieu du xive siècle nous avons de plus en plus de mentions de morcellement des tenures, ce qui a eu pour conséquence l’atomisation des exploitations. Il n’est pas sûr que les divisions aient été effectives mais on peut considérer qu’il y a eu morcellement quand il y a sur une même tenure plusieurs maisons dans lesquelles vivaient différentes familles. L’impôt sur le portail de Charles-Robert tenait également compte du nombre de familles vivant sur la tenure derrière le portail. La part cultivable de la tenure variait à l’intérieur du pays (de 10 à 60 arpents). On peut estimer cependant que la superficie moyenne des terres cultivables d’une tenure entière tournait autour de 20 à 30 arpents. Avec la progression de l’atomisation des tenures, une famille de tenanciers ayant une demi-tenure pouvait cultiver 10-15 arpents, avec un quart elle disposait de 5-7,5 arpents. Mais compte tenu de l’assolement bisannuel ou trisannuel, la surface réellement cultivée était la moitié ou les deux tiers de ce chiffre.

7Ces circonstances conduisirent les tenanciers à tenter d’accroître de manières diverses la quantité de terres cultivables à leur disposition. L’un de ces moyens était le défrichement. Il est question ici avant tout de défrichement à l’intérieur même des limites du village ou sur le territoire de villages voisins. Les terres rendues ainsi productives restaient extérieures à la structure de la tenure et le paysan disposait d’une réelle liberté pour en disposer. Il assumait ainsi les charges d’un petit propriétaire terrien et il arrivait au cas par cas qu’il puisse vendre la prairie ou la vigne ainsi obtenue. Il y avait un autre moyen pour le paysan d’accroître ses terres, c’est l’affermage. Il pouvait louer des terres en passant un accord avec son propre seigneur ou avec d’autres. C’est ainsi que les tenanciers prirent d’abord en location les predia abandonnés puis les terres des villages désertés. Comme le seigneur ne souhaitait pas travailler lui-même ces tenures vides, il y avait ici un espace disponible pour accueillir des tenanciers ou des fermiers. La rente de la terre était payée en nature ou en argent.

8Les tenures en général étaient capables de produire un surplus certain, bien que modeste mais, en cas de mauvaise récolte, la quantité de produit ne couvrait qu’à grand-peine les besoins d’autosubsistance. Une partie des paysans était en mesure de produire régulièrement un surplus de blé, qu’ils vendaient sur les marchés. Il y avait de nombreux acheteurs réguliers : les habitants des villes, les paysans sans terre ou disposant de fractions de tenures (zseller, ouvriers agricoles), les mercenaires. Mais les revenus en argent des familles de paysans ne provenaient pas tant du blé que de la vente du cheptel, C’est surtout avec leurs bêtes que les paysans se présentaient aux foires. Les nobles exploitant une tenure se trouvaient ici dans la même catégorie que les paysans disposant d’une tenure (à savoir qu’ils faisaient eux-mêmes les travaux de production). Eux aussi devaient leurs surplus à l’élevage.

Les tenanciers : une couche juridiquement homogène

9La société rurale dès le début du xive siècle était formée d’une couche juridiquement homogène de tenanciers. Ce qui resta à accomplir au xive siècle, ce fut la réglementation du statut des groupes issus du petit peuple des campagnes, à savoir la consolidation de l’utilisation du terme de tenancier et sa stabilisation. La disparition de l’économie ancienne reposant sur les anciens serfs dans les grandes propriétés s’était produite au cours du xiiie siècle (tout de suite après l’incursion mongole), mais dans les petites seigneuries elle eut lieu avec quelques décennies de retard. Au milieu du xive siècle, dans les deux parties des seigneuries, réserve et tenures, le nombre des anciens serfs avait été réduit au minimum. Ils devinrent les domestiques des cultivateurs accomplissant la corvée ou furent retenus par les seigneurs pour « leur propre araire » (alleu rare et peu répandu). Les anciens serfs qui travaillaient dans l’agriculture étaient aussi appelés au xive siècle conditionnaires. Petit à petit une tenure est apparue à côté de leur maison, c’est-à-dire qu’ils se mirent à avoir une production autonome. Dans la première moitié du xive siècle, on connaît de nombreux cas d’affranchissement d’anciens serfs. Le fait qu’au milieu du siècle nous ne trouvions pas dans les textes le terme de libertinus montre que les derniers représentants de cette catégorie s’étaient déjà fondus dans celle des tenanciers. Parmi les dépendants de la grande propriété laïque, ce sont les liberi, libres de par leur statut juridique, qui s’intégrèrent le plus facilement dans ce monde des paysans tenanciers La législation hongroise est née à une date indéterminée, à l’époque d’André III ou au début du xiiie siècle ; elle ne garantissait la liberté de mouvement qu’aux paysans des seigneuries laïques, à savoir des domaines nobles.

10Les dépendants des domaines appartenant à la Couronne ont dû parcourir un itinéraire compliqué pour arriver au statut de tenanciers juridiquement unifié. Encore au xive siècle, les couches inférieures étaient traitées par les rois comme anciens serfs. En 1318, Charles-Robert justifia la reprise des donations faites depuis l’époque de Béla IV en disant que « les conditionnaires dont la condition est donc d’assurer l’approvisionnement du roi, d’après la coutume du pays et en vertu de la décision des rois ainsi que des barons et des nobles du pays, ne peuvent ni ne doivent être aliénés ni sortis de leur condition ». Sous Louis Iet également, les conditionnaires étaient considérés comme anciens serfs, c’est ainsi qu’en 1351 ils furent exemptés du paiement du gain de la chambre. Leur nombre ne fit que se réduire tout au long du siècle car les rois les firent tenanciers des domaines de la Couronne (et les gens des châteaux servientes du château), voire, très rarement, les élevèrent directement au rang de nobles. Seule une partie des serfs des domaines de la Couronne (y compris de ceux des châteaux) – ceux qui, à l’instar des conditionnaires, avaient reçu du roi un titre de noblesse – passèrent à la noblesse moyenne. Aucun autre groupe parmi eux ne s’intégra dans la noblesse du pays : les autres ne purent s’élever que jusqu’au rang de noble sous condition particuliere, et émergèrent plus tard en tant que nobles possédant une tenure et soumis à l’impôt. Les autres serfs de châteaux appartenant à la Couronne restèrent en dehors de la noblesse, ils furent privés des terres qu’ils exploitaient depuis longtemps, ou, s’ils avaient une parcelle dépendant des terres de la Couronne, ils vinrent simplement gonfler le nombre des possesseurs non-nobles (homo possessionatus), pour en arriver finalement au statut de tenanciers.

11Pour ceux qui servaient l’Église tout comme pour les gens du roi, la voie fut longue pour parvenir au statut unifié de tenancier. D’un point de vue juridique, le clergé propriétaire, même au xive siècle, les traitait comme anciens serfs (par exemple vers le milieu du siècle les propriétés de l’Église étaient vendues avec leurs serfs.). En 1351, Louis Ier, en tant que patron de l’Église, interdit à l’abbaye de Pannonhalma de libérer ses conditionnaires, et de les sortir de leur condition sans autorisation du roi, de peur que « les droits de l’Église ne se dégradent par l’intermédiaire de ses anciens serfs ». Cela vient renforcer l’interprétation selon laquelle la décision du conseil royal prise à une date indéterminée au tournant des xiiie et xive siècles ne se rapportait en fait qu’aux paysans ou serfs affranchis possédés par les nobles – à savoir les éléments assujettis des domaines laïcs – et leur garantissait la liberté de mouvement. Longtemps, elle n’a touché ni les gens du roi ni ceux de l’Église. Le fait qu’à la fin du xive siècle ces gens obtinrent eux aussi le droit de mouvement est dû en grande partie à l’apparition des hospites. Au xive siècle, le gage de la réussite de la politique de colonisation agricole était que les hospites – gens de libre condition – puissent s’installer sur les domaines de la Couronne ou de l’Église. C’est sous leur influence que les conditionnaires obtinrent eux aussi les privilèges qui revenaient aux hospites : le statut d’hommes libres, ce qui impliquait le droit d’exercer la liberté de mouvement. Ce droit a été pour la première fois garanti à tous les tenanciers (donc y compris pour ceux du roi et de l’Église) par les lois de 1397, puis de 1405. C’était là la phase finale marquant la formation d’un groupe social juridiquement homogène.

La charge fiscale

12Bien sûr, tout au long du xive siècle, il y a eu des signes révélant que ce processus était en cours et s’approchait de son terme. Les gens qui avaient le statut d’anciens serfs avaient été exemptés du paiement du gain de la chambre. Le neuvième s’appliquait à tous sans référence au statut juridique, il touchait les tenanciers de manière générale (sauf ceux vivant à l’intérieur des murs des villes). C’est pourquoi il était payé également par ceux qui à la cour avaient le statut d’anciens serfs ainsi que par les conditionnaires. Le principe sur lequel reposait l’identité de traitement était que les tenures indépendantes de paysans aux statuts différents leur permettaient de pouvoir faire face à l’obligation d’en payer le neuvième. Or ceci était devenu possible grâce à la généralisation du système des tenures, ce qui montre que les différences juridiques existantes ne reflétaient plus – ou pas forcément – des différences économiques.

13À l’époque, la charge fiscale imposée aux tenanciers avait été elle aussi unifiée. L’impôt de base à verser à l’État était l’impôt sur le portail (l’impôt des 18 deniers), la principale taxe due au seigneur était le neuvième, alors que l’impôt qui revenait à l’Église était la dîme. Occasionnellement, d’autres taxes pouvaient être imposées aux tenanciers. L’impôt royal exceptionnel (collecta) se transforma progressivement dans le courant du siècle en taxe seigneuriale. Outre le neuvième, le tenancier devait au seigneur des taxes sur la production et les corvées. Les obligations des tenanciers à l’égard du seigneur se trouvent fixées dans les terriers parus au xive siècle. Le paysan qui s’implantait ailleurs devait payer une rente sur la terre.

14Au cours du siècle, le poids des taxes à payer en argent s’accrut par rapport aux taxes sur la production et aux corvées. Certes, la noblesse avait obtenu du roi en 1351 que les tenanciers s’acquittent de la dîme non en argent mais en nature. Dans la réalité, le dixième des revenus continua à parvenir à l’Église en argent. Dès 1352, Louis Ier autorisa les évêques de Transylvanie à prélever la dîme en argent. Nous disposons de beaucoup d’informations sur le paiement de la dîme par les tenanciers. Au xive siècle, les populations coumane et roumaine vivant sur le territoire de la Hongrie furent progressivement intégrées dans le système féodal. Ces populations, qui passaient à l’agriculture, se déclassaient et perdaient leurs privilèges. Elles furent graduellement comptées dans la catégorie juridiquement unifiée des tenanciers de Hongrie.

15L’homogénéisation juridique de cette catégorie ne signifie pas pour autant qu’il y ait eu homogénéisation économique. C’est en effet au xive siècle que se produisit une sensible différenciation dans les situations économiques à l’intérieur de la catégorie des tenanciers. Les sources attestent la formation fréquente de fragments de tenures (divisées en moitiés, en tiers ou en quarts). Cette évolution ne traduit pas seulement le processus de partage à l’intérieur des familles paysannes mais aussi la diminution de la pression fiscale. Les paysans disposant de fragments de tenures payaient proportionnellement moins d’impôts, ils subissaient une charge fiscale moindre. La multiplication des fragments de tenure a abouti à l’apparition, au xive siècle, d’une nouvelle couche sociale, les inquilini, surtout dans le dernier tiers du siècle. Les ouvriers journaliers provenaient de cette couche. À l’autre extrémité de la catégorie des tenanciers se trouvaient les riches paysans qui possédaient plusieurs tenures (et qui affermaient des tenures vides). Ce sont surtout eux qui, tout au long du siècle, ont ajouté à leurs terres des propriétés exemptes de charges féodales (et antérieurement détenues par des nobles), surtout des vignes. Ce sont surtout ces paysans possédant leurs propres terres qui étaient en mesure de développer une production marchande.

16Dans l’histoire des paysans hongrois, le xive siècle a apporté l’unification du statut juridique, la garantie à tous de la liberté de mouvement et l’abolition des liens provenant des anciennes relations seigneuriales. Le xive siècle a vu en même temps le début d’une stratification sociale de la couche des paysans libres.

L’essor de l’économie urbaine

La restructuration de l’artisanat

17Les transformations économiques et sociales du xiiie siècle ont également déterminé l’orientation du développement de l’artisanat. Les anciennes structures économiques reposant sur le métayage seigneurial, le prédium, avaient longtemps donné une place considérable aux artisans. Les villages habités par les artisans – qui souvent avaient pris leur nom – s’étaient vidés avec l’incursion mongole. C’est ainsi que l’artisanat ne pouvait plus se développer dans le cadre du prédium et qu’il devait se trouver un autre espace. Ce fut la ville. L’affluence d’éléments sociaux divers vers la ville est un processus particulièrement rapide, notamment au xive siècle. Il a été rendu possible par la généralisation de la liberté de mouvement. C’est dans les villes que la séparation de l’agriculture et de l’artisanat se réalisa et s’acheva.

18Les artisans urbains du xive siècle répondaient aux besoins des habitants des villes. Hormis les branches spécifiques, la plus grande partie des artisans était occupée dans l’habillement, l’alimentation et le travail du bois et du métal. L’artisan étant de plus en plus lié à son métier. Progressivement il s’éloigna de l’activité agricole, surtout de celle liée à la culture des céréales, et ne s’intéressa plus qu’à l’autosubsistance, voire à la viticulture. Il ne produisait pas seulement le vin pour sa propre consommation mais il pouvait aussi, en cas de production suffisante, l’offrir sur le marché. La spécialisation de l’artisanat a eu comme autre effet le développement des structures de fonctionnement des marchés puisque les artisans n’y étaient pas seulement vendeurs de produits artisanaux mais aussi acheteurs de produits agricoles. Le processus de dissociation de l’artisanat et de l’agriculture se poursuivit tout au long du xive siècle mais il ne s’accéléra réellement qu’à la fin du siècle.

19Nous avons un intéressant témoignage de l’état des marchés et des productions artisanales dans un compte rendu de l’ispán de Temesvár daté de 1372. Celui-ci achetait de la viande, du vin, des herbes médicinales, du fourrage pour les chevaux, des harnais, des selles et des étriers. Il se fournissait aussi en textiles : draps de Bohême, tissus de laine, soie fine, draps de Cologne. Manifestement, l’ispán payait directement les chasseurs, les oiseleurs, les forgerons, ainsi qu’un artisan sans autre précision (dentelier ou cordelier). Il faisait moudre son grain au moulin et confectionner ses vêtements chez un tailleur en échange d’une rémunération en argent.

Naissance des guildes

20Les cercles artisanaux urbains ne tardèrent pas à reconnaître leur communauté d’identité et d’intérêts. Ceci explique que les artisans de certaines agglomérations aient commencé dès le xiiie siècle à se rassembler en organisations du type communautés de métier. Dans les villes de la Hongrie proprement dite, ces organisations apparaissent à Esztergom avec les monnayeurs et les bouchers, à Óbuda aussi avec les bouchers, à Pest avec les bateliers. À Ezstergom ces artisans vivaient à proximité de la ville dans des villages spécialisés, appelés en latin soit village des forgerons, soit village des monnayeurs (villa fabrorum, villa monetariorum), et en hongrois Kovacsi. Au xiie siècle une cinquantaine de familles y résidaient et, au xiiie siècle, nous avons connaissance de l’existence d’un maire du village (villicus). À la fin du siècle, ce village se fondit avec Ezstergom et, en 1326, Charles-Robert l’annexa officiellement à la ville. Différente était la situation des bouchers vivant à Ezstergom. Ils participèrent aux luttes menées par les hospites du roi contre l’Église d’Esztergom et ses gens. Au cours des affrontements, les bouchers d’Esztergom défirent plusieurs fois les bouchers de l’Église. Ceci montre qu’ils en avaient assez des immixtions de l’Église dans leurs affaires et aussi qu’il y avait une concurrence acharnée avec les gens exerçant pour l’Église le même métier (ou plutôt contraints de fournir le même service). Le résultat de cette lutte fut qu’ils refusèrent de s’acquitter de leur obligation en nature vis-à-vis de l’Église (exprimée en peaux de bovins).

21La situation des bateliers de Pest et des bouchers d’Óbuda doit être analysée à part. L’isolement territorial des bateliers de Pest peut être comparé à celui des monnayeurs d’Esztergom. Ils disposaient d’une organisation propre et d’un maire (villicus ou rector) qu’ils partageaient avec les passeurs voisins de Jenö. Au xiiie siècle, les bateliers de Pest affrontèrent en justice le chapelain de Buda. En effet un ancien privilège voulait qu’un tiers des revenus des passeurs revînt au chapelain mais les bateliers refusaient de payer cette taxe. Ils perdirent leur procès mais purent néanmoins poursuivre leurs activités commerciales. En 1326, ils parvinrent à un accord avec le chapelain (ils étaient représentés dans ce cas par leur juge – iudex) et leurs obligations furent fixées avec précision. Les nautes de Pest assuraient une circulation considérable : c’est par eux qu’avait lieu l’essentiel de la circulation des marchandises entre les deux parties du pays, c’est notamment ainsi que parvenait en Transdanubie le sel de Transylvanie. C’est cette communauté du xive siècle (laquelle, outre le transport marchandises par voie d’eau pratiquait occasionnellement une activité d’intermédiaire commercial) qui donnera naissance à la guilde des bateliers de Pest.

22La lettre de privilèges émise en 1369 par la reine mère Élisabeth à l’intention des bouchers d’Óbuda apporte de précieuses informations sur les premières communautés d’artisans. Au xive siècle, l’agglomération avait perdu son importance (elle avait été à un moment le centre du pays), mais elle n’avait pas pour autant plongé au rang de bourg insignifiant. Le nord de son territoire était tenu par le chapelain (prélat) de Buda, dont c’était la résidence, alors qu’au sud, où se trouvait auparavant le quartier (vicus) commercial ou artisanal, c’est la reine qui exerçait les droits seigneuriaux. En 1355, la ville avait été formellement divisée par le roi entre ces deux seigneurs. Après 1355, Élisabeth prit diverses mesures pour améliorer la situation des commerçants et des artisans, d’où la lettre citée ci-dessus. Dans ce document, la reine à la demande des maîtres-bouchers d’Óbuda qui dépendaient de son autorité, leur accorde le privilège d’être les seuls bouchers à vendre leur viande sur le marché de la ville à l’exception du jeudi (qui était le grand jour de marché de la semaine). En même temps ils étaient tenus de donner à leur seigneur trois fois par an et au capitaine du guet d’Óbuda une fois l’an un quintal de suif. Les bouchers d’Óbuda avaient bien su se défendre contre la concurrence d’autres bouchers, ce qui est un signe annonçant clairement la constitution d’une guilde. Et ceci indépendamment du fait que ce privilège ne leur avait pas été accordé par une ville en tant que corps constitué mais par un seigneur privé (en l’occurrence la reine).

23Dans la Hongrie du xive siècle – grâce surtout aux artisans d’origine allemande – on a vu apparaître les premières associations d’artisans que l’on peut clairement qualifier de guildes. La charte de 1307 écrite en allemand, et émise par le juge, les jurés et toute la communauté de la ville de Kassa (dy gancze gemeyne der Stadt Casscha) est un faux du xve siècle. La pierre tombale du fameux peintre Abel située à Buda et portant le cimier d’une guilde, datant de 1346, représente la première vague référence à une guilde hongroise que nous ayons. Une inscription portée sur un autre monument funéraire évoque un certain maître Jean. Les deux artisans étaient sans doute des familiers du roi et leur participation à une guilde, compte tenu du caractère spécifique de leur occupation et de leur situation sociale, mérite une étude à part. Nous trouvons les premières traces écrites de guildes hongroises en 1369. Cette année-là, le juge de Kolozsvár, ses jurés et ses anciens ont défendu les intérêts de la guilde des pelletiers de la ville face à d’autres pelletiers (extérieurs à la guilde) en décrétant que les membres de la guilde pourraient acheter les peaux par petits lots. Nous découvrons une guilde organisée en 1376 dans les villes saxonnes de Transylvanie ainsi qu’à Pozsony. Dans cette ville nous avons connaissance de guildes de bouchers, de boulangers, de cordonniers, de pelletiers, d’apprêteurs de draps, de forgerons et de pêcheurs. On y constate la proximité géographique dans la ville d’artisans exerçant le même métier et le fait qu’à la foire ils se regroupaient dans un même lieu. Nous avons par exemple à Pozsony une île aux pêcheurs, une rue des boulangers et, sur le marché de la ville, les vendeurs de pain noir et blanc. Les marchands de viande se trouvaient également à proximité. À Temesvár les forgerons se constituèrent en guilde en 1370 et, en 1395, désormais sans aucun doute en milieu ethniquement hongrois, les tondeurs de drap de Debrecen fondèrent leur propre guilde.

24À cette époque, le fonctionnement des guildes n’est pas caractérisé par la fermeture. Elles étaient destinées avant tout à protéger les artisans de la concurrence de leurs confrères venant des villages. Elles étaient encore ouvertes aux artisans vivant en ville et exerçant le même métier. Dans ses premiers temps, la guilde n’était pas fortement hiérarchisée. Certes, les maîtres artisans pouvaient déjà avoir des employés (assistants, apprentis) mais le fondement de leur richesse n’en reposait pas moins sur le travail d’artisan. La guilde, qui ne faisait alors que ses premiers pas, représentait un progrès important dans le partage du travail à l’échelle économique et sociale. Le maître artisan membre d’une guilde se spécialisait dans son métier. Dans la plupart des cas il échappait aux obligations face au seigneur. Donc, en principe, il pouvait renoncer à ses activités agricoles. La grande différenciation des branches d’artisanat, chaque branche comprenant un petit cercle d’activités, et la formation sur cette base de guildes professionnelles, représentèrent un pas en avant sensible dans la division du travail. À l’intérieur des professions des métaux, l’on distinguait les cloutiers, les serruriers, les fabricants d’épées, de mors. Dans le travail de la peau, on distinguait les tanneurs, les cordonniers, les savetiers, les gantiers, etc. À la fin du xive siècle, dans les villes hongroises à la pointe du développement (Pozsony, Sopron, les villes saxonnes de Transylvanie), le nombre des branches artisanales représentées allait de 25 à 30. Dans l’Empire à l’époque la différenciation était nettement plus avancée et le nombre de métiers était trois à quatre fois plus élevé qu’en Hongrie (par exemple à Brno en Moravie, 72 métiers étaient représentés en 1365). Nous disposons de données fiables sur le nombre de métiers grâce aux registres fiscaux de Pozsony et de Sopron pour l’année 1379. D’après ces documents, entre 20 et 25 % des contribuables peuvent être qualifiés d’artisans (là aussi, ce n’est là que près du tiers du pourcentage des artisans dans les grandes villes européennes). Tout ceci montre que l’artisanat hongrois au xive siècle, malgré des progrès non négligeables, restait en retard sur le développement de l’Europe aussi bien occidentale que centrale.

Du village à la ville

Les villes

25Au xive siècle, la division du travail caractérisée par une distinction de plus en plus nette entre l’artisanat et l’agriculture a donné vie à deux formes d’agglomération spécifique : la ville et le village. Bien sûr, aucun de ces deux habitats n’était inconnu en Hongrie mais, alors qu’auparavant l’économie naturelle se pratiquait dans les deux types d’agglomération, au xive siècle la ville se consacre désormais à l’artisanat, et le village à l’agriculture. Ce partage économique ne fut cependant pas exclusif. On vient de le voir, parmi les contribuables des villes hongroises de l’époque, seul un quart peut être considéré comme lié à l’artisanat. Par ailleurs, dans les villages caractérisés par l’activité agricole dans le cadre de l’économie naturelle, une certaine sorte d’artisanat était aussi connue. La distinction porte en fait plutôt sur les orientations : les artisans qui souhaitaient s’émanciper des contributions dues au seigneur et entendaient vivre de leurs activités choisissaient d’aller vivre en ville. Le village était de ce fait le lieu d’habitation de ceux qui restaient dans le cadre d’une économie de subsistance et qui pratiquaient surtout les travaux agricoles. Si, en cas de nécessité, ils ne rechignaient pas à faire des travaux simples d’artisanat, ils continuaient à payer aux seigneurs des contributions bien définies.

26Il n’y a pas de source énumérant avec précision les villes hongroises du xive siècle. Un dominicain français, à la suite d’un voyage effectué en Europe centrale en 1308, mentionne, parmi les localités importantes du pays, Buda, Esztergom, Györ, Zagreb, Veszprém, Pécs, Gyulafehérvár, Nagyszombat, Pozsony et sans doute aussi Nagybánya (ou peut-être Moldvabánya). Après quoi il poursuit : « Mais il y a dans ce pays beaucoup de petites villes, des châteaux, des palais et d’innombrables villages, et pourtant le Royaume, en raison de sa taille, semble véritablement vide. » Pour ce qui est de cette liste de villes, il est intéressant de noter que sur dix villes, six étaient des centres ecclésiastiques, sièges d’évêché ou d’archevêché. Cela s’explique peut-être par le fait que dans le latin pratiqué en Hongrie, au début du xive siècle, le terme civitas correspondait aussi bien aux véritables villes qu’aux sièges épiscopaux, bien que le niveau de développement urbain des premières et des seconds présente de sérieuses différences.

27Il est fort difficile de déterminer quelles étaient les agglomérations qui, parmi les civitates du xive siècle, appartenaient au groupe des véritables villes. Si nous partons uniquement de la proportion de l’artisanat à l’intérieur de la ville, peu d’agglomérations répondent en fait aux critères (à savoir que la majorité de leurs habitants vivent fondamentalement de l’artisanat). Les villes minières représentaient un groupe à part parmi les villes hongroises, elles formaient une catégorie sur la base d’autres critères. Elles étaient nées du besoin en extraction de minerai, donc d’une activité artisanale importante. La plupart d’entre elles n’étaient ni des entités organiques, ni l’aboutissement de longs processus de développement, mais des villes ayant été fondées ad hoc et ayant aussitôt reçu des privilèges. Pour ce qui est de l’autre groupe de villes spécifiques, distinct des villes minières, le principal critère justifiant leur qualité de villes – et l’on retrouve ici une spécificité de l’évolution des villes hongroises – est qu’à côté de l’artisanat, le commerce y jouait un rôle central. Dans l’évolution des villes hongroises la perspective commerciale a toujours joué un rôle plus important que l’artisanat. Les lettres de privilèges avaient pour objectif de conférer des privilèges commerciaux : droit de tenir une foire, exemptions de douane, droit de relâche. Elles ne connaissaient guère de privilèges qui auraient interdit la pratique de l’artisanat dans un certain rayon autour de la ville afin de protéger les artisans de la concurrence.

28Les vraies villes se trouvaient sous autorité royale et payaient leur impôt au souverain une fois par an en bloc. Le fait d’appartenir à la Couronne leur garantissait un privilège de grande portée : elles formaient un corps séparé du comitat. L’ispán ne disposait d’aucune autorité sur elles. Les dirigeants de la ville étaient le juge et les jurés, élus par les bourgeois eux-mêmes. Le juge rendait la justice sur toutes les affaires, les villes disposant de leur propre droit (végrendelkezési). De plus la ville pouvait devenir propriétaire foncier collectif. De nombreux textes montrent que les bourgeois dirigeant les villes les plus importantes s’étaient procuré des terres (avant tout des vignes, mais aussi des terres cultivables), parfois même des villages entiers. Ceci est surtout vrai jusqu’au troisième tiers du xive siècle. Les villes étaient alors dirigées par des couches de patriciens de type ancien, leurs membres se faisaient appeler, tout comme les nobles, comites. Ils avaient développé des rapports avec la noblesse et investissaient leur argent en achats de terres. Dans certaines villes les bourgeois les plus puissants avaient fondé de véritables dynasties. Dans la plupart des cités ce patriciat était ethniquement allemand ou s’était germanisé à une date récente. Dans les années 1360-1370 un patriciat urbain de type nouveau émergea, en partie formé de Hongrois, en partie de gens d’origine étrangère. Ses membres n’achetaient désormais plus de terres et accroissaient leur capital grâce au commerce de longue distance et aux opérations financières. Ils négligeaient leurs relations avec la noblesse. Sous leur direction les relations extérieures des villes et le commerce extérieur se sont intensifiés. Les dignités étaient réparties entre eux, dans un cercle plus large, bien que toujours relativement fermé. Au cours du xive siècle on ne trouve pratiquement pas d’artisans dans les conseils municipaux Les véritables villes acquirent petit à petit le droit de haute justice (pallosjog). Le nombre des habitants des villes pouvait augmenter par l’acceptation de nouveaux bourgeois. Les véritables villes avaient également le privilège de choisir leur curé.

29Nous ne disposons que de quelques indications permettant de déduire quelle était la véritable hiérarchie des villes. On peut être sûr que le nombre d’habitants n’était pas un facteur essentiel pour le développement d’une ville. Des calculs approximatifs permettent d’estimer le nombre d’habitants des vraies villes au xve siècle entre 2 000 et 12 000 ; au xive siècle ces chiffres ne pouvaient être que moindres. Cela correspondait à la population d’une ville de taille moyenne à l’échelle européenne. La possession d’un mur d’enceinte n’était pas non plus un facteur déterminant. Nous savons que la loi de 1351 avait prescrit l’obligation du paiement du neuvième pour tous sauf pour les habitants des villes entourées de murailles. Les murs de Buda avaient été élevés au xiiie siècle. D’autres villes seront emmurées au xive siècle, comme Pozsony, Sopron et Kassa. Le roi Louis insista pour qu’une enceinte soit construite à Eperjes, mais ce projet n’aboutira que sous Sigismond. Au xve siècle, en Transylvanie, Nagyszeben, Brassó et Kolozsvár étaient ceintes de murs. Les remparts de Besztercebánya seront construits au xvie siècle, mais Szeged par exemple n’en aura pas. L’un des autres signes du développement des villes hongroises est le nombre de couvents de frères mendiants (dominicains et franciscains) dans telle ou telle agglomération, puisque les ordres mendiants aimaient s’implanter dans des agglomérations à forte densité de population, c’est-à-dire « urbaines ». Dans les premières décennies du xive siècle les couvents des ordres mendiants se répartissaient ainsi : trois à Buda et trois à Pécs, deux à Pest, Szeged et Debrecen, un à Pozsony, Sopron et Kassa. Un autre indicateur d’urbanisation est le nombre d’étudiants dans les universités étrangères. En effet c’était les localités les plus riches, les plus développées qui envoyaient leurs jeunes gens étudier à l’étranger. À la fin du xive siècle la terminologie peut aussi nous aider à identifier les véritables villes, dans la mesure où le terme civitas se rapporte de plus en plus souvent à elles (bien que de manière encore non systématique).

Les villages

30Le centre de la production agricole, lieu d’habitation des groupes de tenanciers, était le village (villa). Dans la Hongrie du xive siècle le nombre de villages devait approcher les 14 000 à 15 000. Le frère dominicain qui avait parcouru le pays au début du siècle signalait la multitude de villages existants, et pourtant il avait l’impression que le pays était vide, qualifiant donc par là la Hongrie comme un pays à faible densité de population. L’explication doit être recherchée dans le fait que les villages étaient sans doute habités par un très petit nombre de personnes. Un examen détaillé des statistiques révèle que le nombre de foyers (de familles) par village était en moyenne de 23,7. Si on compte cinq personnes par famille, le nombre moyen d’habitants par village aurait été de 118 personnes. En tenant compte du fait qu’au xie siècle les villages avaient en moyenne 179 habitants (au xve siècle seulement 86), la diminution de la taille des villages est évidente, même si elle n’a pas été continue et ne s’est pas produite partout selon un rythme identique pendant toute la période. Les statistiques montrent de même qu’au xive siècle, seuls 10 % des villages accueillaient plus de 40 familles, donc avaient plus de 200 habitants. Comme la population de la Hongrie a au moins doublé au cours du Moyen Âge central, cette évolution démographique est manifestement due à la création de nouveaux villages, et cela jusqu’au xve siècle.

31L’éclatement du domaine du château, ainsi que la partition des terres possédées sur la base du principe familial, ont influencé considérablement la création de nouveaux villages. Dans le comitat de Turóc, le nombre des villages au xive siècle coïncidait avec le nombre de familles ayant eu des fils (surtout des serfs des châteaux) au xiiie siècle. Toutes ces familles en étaient arrivées à posséder des terres indépendantes et, avec les partages successoraux avaient fondé autant de villages qu’il y avait de familles. Sur les terres de Bátka dans le comitat de Gömör, qui au xiiie siècle étaient encore regroupées et indivises, les partitions familiales aboutirent à la création de sept villages. Au xive siècle, la naissance de nouveaux villages fut soutenue par les initiatives de colonisation rurale : le comte de la cour Alexandre Köcsk, un membre de la nouvelle aristocratie de Charles-Robert, a établi dans une charte de fondation un parallèle entre la gloire du prince et l’abondance de la population. Tout seigneur aspirait donc à voir augmenter le nombre de ses tenanciers. L’acquisition de nouveaux paysans, la fondation de nouveaux villages se produisait au détriment des autres seigneurs et l’utilisation de la force n’était pas rare. Ce n’est pas un hasard si la loi de 1351 s’élevait contre l’expulsion par la violence des tenanciers. La fondation de nouveaux villages fut facilitée par le droit de libre choix du domicile, qui, notamment au xive siècle, touchait les grandes masses de tenanciers. Souvent les paysans s’en allaient sans autorisation, s’enfuyaient même. Les tenanciers pouvaient être poussés à partir par les seigneurs qui fondaient des villages ainsi que par les avantages promis aux hôtes (soltész). Les tenanciers qui changeaient de lieu de résidence étaient exemptés pour une certaine période (de 1 à 24 ans) de leurs obligations à l’égard du seigneur. Entre-temps, alors que de nouveaux villages voyaient le jour, d’autres se vidaient, étaient désertés. Ceci s’explique par différentes raisons : l’abandon des villages trop petits, les expulsions violentes, la fusion de deux villages voisins (comme par exemple dans le comitat de Szatmár, les villages de Máté et de Szalka). Mais aussi les « guerres privées » des seigneurs, les abus de pouvoir, les charges parfois insupportables, les fréquents incendies, les inondations, ainsi que les épidémies – au xive siècle surtout l’épidémie de peste de 1349. C’est ainsi que le réseau des villages fut au xive siècle en mutation permanente.

Naissance des bourgades agricoles

32Ces mutations aboutirent à la constitution d’une nouvelle forme d’implantation, la bourgade agricole (liberta villa ; à partir du xve siècle, le terme oppidum se répand). Le village du xive siècle – à la différence de la mosaïque de populations de la période précédente – était habité presque sans exception par des tenanciers autosuffisants, qui avaient des activités agricoles. Cependant, il y avait déjà dans certains villages des paysans qui effectuaient certaines activités artisanales de base (forger, moudre les céréales), tout en restant agriculteurs. Ces villages occupaient souvent des positions géographiques favorables – villages frontaliers, sur les routes importantes, près des bacs. Ces atouts encourageaient leurs habitants à s’inscrire dans les circuits commerciaux. Par rapport aux « vraies » villes, ces villages devenus des bourgades agricoles n’obtinrent en général que rarement d’être exemptés de droits de douane et même, quand c’était le cas, il ne s’agissait presque jamais d’exemption totale. Mais ces agglomérations étaient ainsi devenues le centre naturel des villages situés autour d’eux, aussi bien par leur position géographique que parce que le seigneur y avait une maison, un château, un palais, voire une petite métairie. La plupart des tenanciers pratiquant des activités de type artisanal allèrent s’y installer. La plupart des bourgades agricoles obtinrent le droit de tenir une foire (droit également possédé par de nombreux villages). En général il s’agissait de foires hébdomadaires, plus rarement de foires d’importance nationale – c’est dire que la bourgade agricole était un endroit où avaient lieu dans une certaine mesure des échanges de marchandises. Une partie de ces bourgades donc, les plus nombreuses, étaient issues des villages les plus développés.

33Un deuxième groupe parmi les bourgades agricoles, plus limité, est celui formé par les localités qui étaient non point en développement mais en régression. C’est avant tout le cas des centres épiscopaux. L’ambition des dignitaires ecclésiastiques était depuis longtemps d’obtenir par voie de donation royale des châteaux dont ils seraient ispán et dont ils feraient leur résidence. C’est ainsi que tout d’abord le château d’Esztergom, puis, l’un après l’autre, ceux de Nyitra, de Veszprém, de Pécs et de Gyulafehérvár devinrent des forteresses épiscopales. Avec les châteaux, les évêques obtenaient également l’autorité sur les habitants. En 1288 l’évêque de Nyitra reçut du roi Ladislas IV les terres des hospites de Nyitra. En 1324, l’évêque de Veszprém reçut de Charles-Robert les droits de justice sur tous ses tenanciers, qu’ils soient hospites ou conditionnaires. Bien sûr, il continua à y avoir à Veszprém des artisans, mais non pas sur des terres de statut libre. Ils vivaient sur des tenures possédées par le chapelain et l’évêque. Les agglomérations qui, au xive siècle, se trouvaient sous administration des seigneurs ecclésiastiques furent incapables d’améliorer leur condition. Bien au contraire, la majorité d’entre elles entra en décadence. De même, bien des sièges d’ispán se mirent à stagner voire régressèrent, alors même qu’ils avaient été au xiie siècle à la tête du développement urbain en Hongrie. C’est ainsi que des villes telles que Heves, Nógrád, Ungvár, Békés se retrouvèrent au niveau de bourgade agricole (alors que bien d’autres chefs-lieux de comitats rétrogradèrent jusqu’au stade du village, comme Borsod ou Szabolcs).

34La bourgade agricole représentait donc aussi bien le village en progression que la ville d’hier en régression. On ne peut pas considérer qu’il s’agit là d’une catégorie fermée : au contraire, elle était ouverte aussi bien vers le haut que vers le bas. Certaines bourgades agricoles devinrent de véritables villes, d’autres retombèrent dans la masse des villages. Le type d’agglomération que représente la bourgade agricole a pu se former vers le milieu du xve siècle. Son trait le plus caractéristique est certainement son statut intermédiaire : moins développé que les vraies villes, plus développé que le village. La bourgade agricole ressemblait à la ville en ce qu’elle avait un marché, une population formée d’une certaine proportion d’artisans mais, comme le village, elle avait de larges frontières. Dans les bourgades agricoles la division sociale du travail (dissociation de l’agriculture et de l’artisanat) s’était ébauchée mais n’était pas allée jusqu’au bout, elle s’était maintenue à un niveau relativement bas.

35Les bourgades agricoles se trouvaient en général sous l’autorité d’un seigneur ecclésiastique ou laïque (parfois du roi ou de la reine). La possibilité de progresser était surtout assurée aux bourgades appartenant au roi, car elles pouvaient compter sur l’octroi d’avantages (exemption de droits de douane, plus rarement de trentième) qu’un propriétaire privé ne pouvait pas dispenser. De plus, les bourgades royales à développement dynamique n’avaient pas à supporter un seigneur désireux de garder à tout prix ses domaines pour lui. Juridiquement, les habitants des bourgades étaient dépendants de leurs propriétaires fonciers et devaient leur payer l’impôt. Mais leur situation privilégiée par rapport aux villages apparaissait en ce que la collecta y était en général calculée en bloc (et non par tête ou par foyer). Cela leur permettait d’échapper à de nombreuses charges et taxes (par exemple service au château, dîme de blé, gain de la chambre). Les habitants des bourgades avaient intérêt à augmenter le nombre de leurs habitants (surtout par des paysans aussi riches que possible), c’est pourquoi ils facilitaient l’implantation de nouveaux habitants sur leur territoire.

36Les bourgades étaient dirigées par un juge et par ses jurés. Ceux-ci étaient soit élus soit nommés par le seigneur. Le juge de la bourgade ne jugeait les cas importants qu’en présence du seigneur ou de son représentant, c’est-à-dire que ses compétences étaient limitées. Contrairement aux villes, les bourgades possédaient un conseil comportant non pas 12 membres mais moins. Comme les bourgades étaient propriété du seigneur, les habitants ne disposaient pas du droit de transmettre leurs biens en héritage ni de celui de vendre ou d’acheter des parcelles. Le type d’implantation que représente la bourgade en Hongrie n’a pas son pareil dans le développement urbain en Europe. Il représentait pour les larges masses de tenanciers vivant au village une possibilité de sortie des conditions de l’auto-subsistance vers une forme de vie où la spécialisation professionnelle et les privilèges revêtaient à un certain niveau des traits déjà urbains.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540