Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la Hongrie médiévale. Tome II

 | 
Pál Engel
, 
Gyula Kristó
, 
András Kubinyi

Première partie. Le siècle des rois angevins 1301-1380

Chapitre I. Charles-Robert, un souverain d’une rare énergie

Texte intégral

La difficile soumission au roi venu de Naples (1301-1323)

Les princes territoriaux maîtres de la Hongrie

1Dans les premières décennies du xive siècle, la plus grande partie de la Hongrie était aux mains d’une quinzaine d’oligarques. Issus de la haute aristocratie, ces princes territoriaux possédaient de vastes territoires qui se présentaient à la fois comme de gigantesques propriétés foncières et comme des États aspirant à l’indépendance. Affranchis aussi bien de la tutelle royale que de l’autorité des autres propriétaires fonciers, ces hommes puissants aspiraient à un pouvoir autonome qu’ils entendaient façonner à l’image de celui des rois. Ils s’étaient ainsi dotés de cours conçues sur le modèle de la cour royale : ils avaient des juges mages, et, parmi leurs hauts fonctionnaires, on trouvait des argentiers, des sénéchaux, des échansons, des chanceliers, des greffiers. Ils vivaient dans des châteaux fortifiés : Matthieu Csák était installé à Trencsén, Amédée Aba à Gönc, Kopasz Borsa à Andorján, Ladislas Kán à Déva. Ces grands seigneurs n’eurent pas le temps de pousser leur ambition jusqu’à vouloir s’emparer eux-mêmes de la couronne, mais les chroniqueurs de l’époque ainsi que leurs vassaux les appelaient souvent princeps (prince) ou dux (duc). Afin de mieux légitimer leur pouvoir, ils faisaient figurer sur leurs chartes les titres les plus élevés qui leur avaient été conférés précédemment. Les Koszegi et les Subic, de même que les Frangepan, battaient monnaie comme des souverains à part entière.

2La plupart des chefs régionaux avaient aussi une politique étrangère. Celle-ci comportait deux volets : d’une part l’établissement de relations dynastiques et d’autre part les stratégies militaires. C’est ainsi que le fils d’Étienne Ákos épousa la fille du duc de Bavière, la fille de Ladislas Kán le fils du roi serbe Étienne et celle de Matthieu Csák avait l’intention de se marier avec le duc d’Autriche. Les Babonic étaient apparentés aux comtes de Görz et à la famille vénitienne des Morosini (dont était issue la mère d’André III, roi de Hongrie), les Subic à Charles II, roi de Naples (et donc à Charles-Robert, roi de Hongrie). Pour ce qui est des affrontements armés, en 1289, les Kőszegi étaient en guerre avec le duc d’Autriche Albert, en 1315 Matthieu Csák fit la guerre au roi tchèque Jean, et les Subic, en 1319, au roi serbe Milutin. Amédée Aba a joué un certain rôle dans les affrontements autour du trône de Pologne alors que les Babonic entretenaient des rapports étroits avec les provinces orientales du Saint-Empire Romain Germanique (la Styrie et la Carinthie), et les Frangepán ainsi que les Subic avec Venise.

3Certes, les princes territoriaux ne changèrent guère la structure territoriale des terres sous leur autorité, mais ils mirent un terme au processus, engagé dans plusieurs endroits du pays, allant dans le sens de la formation de comitats nobiliaires. Les oligarques étaient eux-mêmes à la tête d’un ou de plusieurs des comitats de leur territoire même si souvent ils avaient placé à ces postes certains de leurs familiers. L’importance des châteaux forts ne fit que s’accroître. Ces grands seigneurs s’engagèrent dans une ambitieuse politique de construction de places fortes. C’est ainsi que le château de Borostyánko de Zemplén fut élevé par Pierre, fils de Petenye, ceux de Dedeskő et de Diósgyőr à Borsod par les Ákos, celui de Gönc à Abaúj et celui de Nyevicke à Ung par Amadé Aba, celui de Körösszeg à Bihar par les Borsa, celui de Tapolcsány à Nyitra par les Csák, ceux de Rohonc et de Szalónak à Vas par les Kőszegi, ceux d’Osztrozsác et d’Ozalt à Zagreb par les Babonic. Dans l’atmosphère de guerre civile endémique qui régnait le rôle de ces forteresses était avant tout militaire. Elles étaient dirigées par des capitaines du guet qui remplissaient souvent aussi la fonction de vice-ispán du comitat. Naturellement ils étaient aussi franc-servants personnels des oligarques. Quelques indications semblent suggérer que certains de ceux-ci avaient mis en place, au-delà de l’administration au niveau du comitat, une structure administrative dans leur forteresse. Le château était en effet à la tête d’un territoire nettement plus petit que celui du comitat. Outre ses fonctions militaires, il servait aussi de point de collecte des impôts.

4Le pouvoir de ces princes territoriaux reposait avant tout sur leurs domaines. C’est ainsi que ce système de gouvernement – malgré la tentative d’imitation formelle des pratiques du pouvoir royal – suivait les anciennes traditions des grands propriétaires séculiers. Les oligarques gouvernaient des territoires de dimensions fort différentes. Les plus riches (et de ce fait également les plus puissants) étaient Matthieu Csák et les Kőszegi : ils eurent chacun sous leur autorité, à des périodes différentes et avec un décalage de quelques décennies, au moins une cinquantaine de forteresses et près d’un demi-millier de domaines dans une vingtaine de comitats. Les seuls à pouvoir rivaliser avec eux étaient les Subic, même si leurs rapports particuliers avec les Dalmates, les Croates et les Bosniaques (fort différents de ceux qui s’établissaient avec les Hongrois), expliquent que leur puissance ne se mesurait guère au nombre de châteaux et de domaines en leur possession mais était liée au fait qu’ils tenaient les riches villes dalmates. Le groupe suivant comprenait les familles qui régnaient sur quatre à huit comitats, avec 10-15 châteaux et 100-150 domaines. Appartenaient à cette catégorie Amédée Aba, Kopasz Borsa, Ladislas Kán, les Babonic ainsi que – sur la base d’autres critères – la famille des Frangepán. Enfin, le groupe aux revenus les plus modestes comprenait Étienne Ákos, Pierre fils de Petenye et Théodore Vejtehi. Ceux-ci possédaient en moyenne tout au plus cinq châteaux et cinquante domaines éparpillés dans un ou deux (parfois trois) comitats. Les princes territoriaux avaient acquis leurs domaines de diverses manières – donations royales, achat-vente, échange, abus de pouvoir. Le principe qui régissait l’acquisition des domaines était que toutes les propriétés foncières devaient être rassemblées en un bloc territorial, ce qui facilitait la collecte des impôts aussi bien que l’exercice des pouvoirs administratifs.

5Au tournant des xiiie-xive siècles en Hongrie le dynamisme de la production marchande et de l’économie monétaire coexistait avec des pratiques d’économie naturelle. C’est sur cette dernière que les oligarques fondaient leur puissance économique. Leur politique intérieure allait ainsi à l’encontre des processus de production marchande et d’économie monétaire, sans compter que les guerres civiles permanentes avaient beaucoup nui au commerce. Les chefs locaux et leurs proches avaient coutume de tracasser et de rançonner les marchands qui traversaient leurs territoires. Le commerce était également gêné par le fait que les chefs régionaux s’étaient emparés des douanes (où ils collectaient les droits à leur profit), voire en avaient créé de nouvelles. Ainsi, dans les régions tenues par les oligarques, les conditions des échanges s’étaient considérablement dégradées.

6À l’égard des villes, leur politique, caractérisée par la quête du profit le plus immédiat, était tout aussi bornée. Des villes aussi importantes que Pozsony, Nyitra, Nagyszombat, Kassa, Sárospatak, Sopron et Győr en ont sérieusement souffert. Les Subic étendirent peu à peu leur autorité aux villes côtières dalmates. Ici les affrontements, les tensions furent fréquents. En 1324, la ville de Sibenik évoquait ainsi les décennies passées sous l’autorité des princes Paul et Mladen : « Sibenik a longtemps subi le maudit despotisme des bán Paul et Mladen et leur a été asservie ; personne n’osait s’opposer aux tyrans pour défendre les intérêts d’autrui ou ceux de la ville, c’est pourquoi celle-ci s’est trouvée en permanence dans la pire des situations. » Bien sûr, la politique hostile aux villes menée par les oligarques n’épargnait pas les marchés urbains. Enfin, aucune nouvelle mine ne fut mise en service sous leur autorité. Loin de veiller au fonctionnement régulier de celles qui existaient déjà, ils faisaient tout pour leur nuire et pour porter atteinte à leurs revenus qui pour la plupart étaient destinés au pouvoir royal. Leur « politique économique », inspirée par la volonté de s’approprier immédiatement et à n’importe quel prix toutes sortes de biens, consistait exclusivement en pratiques prédatrices.

7De manière générale, la politique sociale des chefs régionaux peut donc être considérée comme négative. De larges cercles de la noblesse se trouvèrent menacés de devenir de force des familiers du prince territorial. Les oligarques n’écartèrent aucun moyen pour étendre le nombre de leurs familiers. Bien qu’un certain nombre de nobles se soient volontairement attachés à tel ou tel grand propriétaire, nombreux aussi ont été ceux qui ne s’inclinèrent que sous l’effet de la contrainte : intimidations, incarcérations, violences. Ce n’est pas un hasard si la loi de 1298 et la charte de 1307 (par laquelle les barons reconnaissaient Charles-Robert pour roi) assurèrent aux nobles, au moins sur le papier, la liberté naturelle, c’est-à-dire la possibilité de s’attacher au seigneur de leur choix et de par leur propre volonté. Comme l’institution de la familiarité ne s’était mise en place que relativement tard, au milieu du xiiie siècle, il était rare que les familiers soient issus de familles ayant servi les ascendants de leur prince. La majorité des familiers était de manière générale au service d’un oligarque pour la première génération. De ce fait, ce système – qui pourtant formait le fondement social du pouvoir des princes territoriaux – est resté fragile. C’est aussi la raison pour laquelle il n’y eut pas de droit foncier de la familiarité. L’oligarque n’avait aucune autorité sur les terres acquises par ses familiers avant leur entrée à son service.

8De l’Église les princes territoriaux exigèrent une soumission totale. Les sièges épiscopaux, les organismes ecclésiastiques et les diocèses dont les dirigeants s’opposaient aux tentatives d’assujettissement furent victimes d’agressions grossières. C’est ainsi qu’Esztergom, Kalocsa, Nyitra, Pécs, Veszprém, Zagreb et leurs diocèses respectifs ont subi des dommages considérables dus à l’arbitraire des princes territoriaux et à leurs pratiques de spoliation. Il en alla de même pour les abbayes de Garamszentbenedek, Pannonhalma, Borsmonostor, Bakonybél. Pour les grands seigneurs l’Église était considérée comme sous contrôle si le responsable du diocèse faisait acte de soumission ou s’ils étaient parvenus à faire nommer à cette fonction un de leurs hommes. Mais leurs efforts n’aboutirent qu’à des résultats négligeables. Seul Michel, évêque de Zagreb, céda aux Babonic : dans un accord conclu en 1300, il s’engagea à leur fournir toutes sortes de biens, à ne pas leur faire de tort, à les servir, à mettre à leur entière disposition les forces de l’Église, sauf pour des actions tournées contre le roi, et à les soutenir financièrement en secret en cas d’attaque de la part de ce dernier. De plus, il leur donnait deux ports qui appartenaient au chapitre. Au début du xive siècle, Henri Kőszegi mit arbitrairement à la tête de l’évêché de Pécs un de ses hommes qui n’allait pas tarder à mettre à sa disposition une cinquantaine d’hommes armés. Ladislas Kán voulut contrôler l’évêché de Transylvanie en mettant à sa tête son propre fils. L’opération échoua mais il parvint à faire élire un de ses hommes. Pour l’essentiel cependant l’Église hongroise ne se laissa pas asservir et refusa de transiger avec les princes : elle préféra choisir la voie de l’opposition avec toutes les épreuves que celle-ci impliquait. La lutte était en effet inégale. L’Église n’avait commencé à se munir d’une force armée que fort tard, elle n’avait pas les moyens de rivaliser avec les grands seigneurs et leur forte puissance militaire.

9La protection des serfs et des paysans était une notion étrangère à la politique des oligarques. Leurs agressions barbares contre les nobles et contre l’Église eurent pour premier effet de porter de graves atteintes aux intérêts des paysans. Ceux-ci se voyaient lésés sur le plan de la production marchande. Ceux qui apportaient leurs marchandises sur les marchés en étaient systématiquement spoliés. Par ailleurs, les grands seigneurs imposaient aux paysans de lourdes charges fiscales. Les impôts étaient prélevés en argent, ce qui privait les paysans d’une part considérable des revenus de leur production. Les grands seigneurs assuraient ordinairement le prélèvement des impôts pour le roi et ils mirent la main également sur la dîme de l’Église. Ils profitaient des occasions les plus diverses pour imposer à tout leur territoire seigneurial, ou à certaines parties, des taxes spéciales. Ainsi, pour Matthieu Csák, le mariage entre sa fille et le duc d’Autriche fut l’occasion de prélever un nouvel impôt. Dans le même esprit, les Babonic collectèrent un impôt particulier dans le comitat de Szana afin de rembourser l’achat de leurs possessions allemandes. L’importance du travail des tenanciers ne cessa de croître. Les droits que la paysannerie avait conquis dans la deuxième moitié du xiiie siècle en matière de liberté de mouvement furent pour la plupart mis en cause dans la pratique quotidienne. C’est ainsi que les grands seigneurs déplaçaient à leur guise les tenanciers sur leurs territoires. Le même type de violence se poursuivit dans les lieux de leur transplantation. Aucun effort ne fut fait pour que les paysans déplacés se retrouvent dans des conditions durablement favorables, même s’il est vrai que les nouveaux venus bénéficièrent temporairement de certains avantages. L’objectif essentiel était en effet de s’assurer une main-d’œuvre permettant de desservir les châteaux, de les approvisionner en nourriture et de mener à bien les plans d’agrandissement du territoire pour garantir le pouvoir des seigneurs.

L’échec des ambitions royales de Ladislas de Bohême et d’Otton de Bavière

10La période où le pouvoir des grands seigneurs atteignit son apogée, à savoir la première décennie du xive siècle, correspond à une époque d’anarchie dans l’histoire de la Hongrie. À la mort d’André III (janvier 1301) le trône hongrois s’est retrouvé vacant et, faute de descendant d’Arpad en ligne masculine, la succession a donné lieu à un long conflit. Dans une charte de 1303, le palatin Étienne Ákos – lui-même prince territorial – caractérise ainsi la situation :

« Avec la mort d’André, grand roi de Hongrie, disparut le dernier rameau de la branche de notre père saint Étienne, bourgeon de la famille, de la tribu et du sang du premier roi de Hongrie. Pleurant encore sa mort, comme celle de Rachel, les peuples du pays se demandent comment ils vont pouvoir se donner, grâce à la divine providence, un nouveau souverain issu du sang du saint roi. »

11Pendant l’interrègne, les partisans de Charles-Robert, surtout au sud du territoire, furent les plus prompts à agir. Ils s’empressèrent de conduire l’enfant, âgé douze ans, à Esztergom, où l’archevêque élu, Grégoire Bicskei, le couronna roi le 13 mai 1301 (plus tard, Charles-Robert comptera lui-même les années de son règne à partir de cette première investiture). Mais il n’avait pas été couronné selon la coutume en Hongrie. D’une part, le couronnement n’avait pas eu lieu à Szekesfehevar et, d’autre part, comme le parti des Angevins ne détenait pas la sainte couronne, l’archevêque avait dirigé la cérémonie avec un diadème de fortune, sans doute fabriqué pour l’occasion. De son côté, après la mort d’André III, le pape Boniface VIII prit clairement position en faveur de Charles-Robert, petit-fils du roi de Naples et, en mai 1301, il décida d’envoyer en Hongrie un légat, Niccoló Boccasini. Mais ce soutien zèlé, loin de faciliter la tâche de Charles-Robert, ne fit que la compliquer. Comme le dit clairement une chronique hongroise, les grands du monde et de l’Église craignaient qu’« en acceptant le roi que leur donne l’Église les libres habitants du pays perdent leurs libertés ».

12Au cours de ce même printemps 1301, une délégation comportant de nombreux membres d’origines diverses se rendit en Bohême et proposa le trône hongrois à un autre enfant, Venceslas, fils du roi tchèque Venceslas II. Cette délégation était dirigée par l’archevêque de Kalocsa, Jean, et comprenait de nombreux évêques ainsi que quelques grands personnages laïcs. Parmi ceux-ci, Domokos de Ratót (l’argentier d’André III), Henri Kőszegi et Demeter, fils de Miklós, de la famille des Balassa. Une chronique tchèque (Chronicon aule regie) ajoute à la liste des personnalités engagées aux côtés de Venceslas les noms de Matthieu Csák et d’Amédée Aba. Par sa mère Venceslas se rattachait à la dynastie arpadienne, il était arrière-arrière petit-fils du roi Béla IV. D’autre part, il était fiancé à Élisabeth, fille d’André III. Les grands de Hongrie s’étaient bien gardés d’offrir le gouvernement du pays au roi Venceslas II. Ce dernier, à l’époque, était non seulement roi de Bohême, mais portait aussi le titre de roi de Pologne. Les Hongrois craignaient à juste titre qu’un pouvoir s’étendant sur un territoire aussi considérable, n’eût pour effet de limiter l’indépendance du royaume magyar. Avec Venceslas, âgé de douze ans, ce danger était nettement moins important. C’est ainsi que la délégation regagna la Hongrie accompagnée du jeune héritier du trône tchèque. Ce dernier, le 27 août 1301, fut couronné à Székerfehérvár avec la sainte couronne par l’archevêque Jean de Kalocsa. En Hongrie, le jeune souverain se fit appeler non point Venceslas, mais Ladislas. En même temps, la cérémonie avait été dirigée par l’archevêque de Kalocsa et non par celui d’Esztergom. C’est pourquoi la légitimité de son couronnement fut contestée. Boniface VIII, dans plusieurs lettres datées de fin 1301, souligna que l’archevêque de Kalocsa n’était pas habilité à introniser les rois de Hongrie, alors même que l’archevêque d’Esztergom avait déjà précédemment couronné Charles-Robert. En août 1301, Iván Kőszegi occupa Esztergom Du coup Charles-Robert et l’archevêque Grégoire Bicskei, allié du prétendant angevin, quittèrent la ville. Par conséquent, à la fin de l’été 1301, le pays avait deux rois, alors même que le véritable pouvoir était détenu par les princes territoriaux. La Chronique hongroise dit clairement que les barons n’avaient « rendu à Ladislas aucun château, aucun pouvoir ou dignité, pas un seul droit royal, pas plus qu’à l’enfant Charles ; une partie du pays considérait Charles comme son roi et l’autre Ladislas, mais ils n’étaient tous les deux rois que nominalement, et non pas dans la réalité ou dans les actes conformément à l’autorité souveraine des rois ».

13Chacun des deux rois tenta de s’assurer des partisans à l’aide de donations. En 1302, Ladislas fit don à Matthieu Csák des comitats de Nyitra et de Trencsén, alors que Charles-Robert remettait le comitat de Nyitra à l’évêque Jean, qui l’avait soutenu, ou plus précisément à l’Église de Nyitra. Au cours de l’année 1302, la position de Charles-Robert s’améliora légèrement. À la fin de l’année précédente Jean de Kalocsa, qui avait couronné Venceslas, était mort. Il avait été remplacé par Étienne, considéré comme un « partisan des Angevins ». À l’automne 1301 également était arrivé en Hongrie le légat du pape qui condamna résolument devant le synode de Buda tous ceux qui détenaient illégalement des biens appartenant à l’Église. Puis, conformément au mandat de Boniface VIII, il alla présenter au Saint-Siège les deux rois hongrois. Le pape se réservait ainsi la fonction d’arbitre dans la question de la succession au trône de Hongrie.

14À l’automne 1302 Charles-Robert lança une attaque mal préparée contre Buda où séjournait Ladislas. L’entreprise échoua. Iván Kőszegi libéra la ville encerclée. Le légat du pape excommunia alors la ville qui refusait de reconnaître la domination de Charles-Robert. En réponse, les « faux prêtres », conduits par le prêtre Louis, rejetant l’interdiction de l’Église, continuèrent à dispenser les sacrements. De plus, ils excommunièrent à leur tour le pape, les autorités ecclésiastiques et tous ceux qui avaient choisi le camp de Charles-Robert.

15Malgré cet échec militaire, Boniface VIII ne cessa de soutenir la cause de Charles-Robert. Dans une bulle du 31 mai 1303 il prononça son jugement dans l’affaire de la succession hongroise. Il reconnut fondées les prétentions de Charles-Robert à la couronne hongroise, retira à Ladislas le titre de roi de Hongrie et lui interdit de parcourir le pays en cette qualité. Il tenta en même temps de gagner à la cause de Charles-Robert le roi des Romains Albert de Habsbourg (du côté maternel, Charles-Robert était lui-même un Habsbourg, né du mariage de Charles-Martel et de Clémence de Habsbourg). Au cours de l’année 1303, Boniface et Grégoire Bicskei moururent mais leurs successeurs poursuivirent la même politique. Le nouveau pape, Benoît XI, n’était autre que l’ancien légat du pape en Hongrie, Niccoló Boccasini, et le nouvel archevêque d’Esztergom reconnut le roi angevin.

16Pendant ces années, Charles-Robert séjourna dans les régions frontalières de la Hongrie, probablement dans le sud. Nous avons des traces de son passage au monastère cistercien de Bélakút (Pétervárad) dans le Szeremség. En mai 1304 il se rendit à Hasznos, dans les comitats de Torontál ou de Heves. À peu près à la même époque, il profita de l’hospitalité d’Amédée Aba au château de Gönc dans le comitat d’Abaúj, beaucoup plus au nord. Ceci montre que Charles-Robert était parvenu à se faire des alliés dans des régions autres que le sud du pays. C’est sans doute le renforcement progressif du camp angevin qui conduisit le roi tchèque Venceslas II à se rendre en Hongrie au cours de l’été 1304. Ayant constaté que son fils n’y était guère en sécurité, il le ramena en Bohême. Il emporta avec lui les insignes du couronnement. En partant, le roi tchèque confia la régence du pays à Iván Kőszegi qui n’avait cessé de le soutenir. Dans le même temps, Matthieu Csák s’était détourné du parti « tchèque ». Il tenta de couper le chemin au roi de Bohême et celui-ci ne put poursuivre son voyage vers la Bohême qu’après le siège du château de Szenic. Il emporta en otage le recteur de Buda, Ladislas, fils de Werner, tout en laissant Peturmann, un de ses fidèles à la tête de la ville danubienne.

17Le 24 août 1304 Charles-Robert remporta un succès considérable grâce aux initiatives prises par Boniface VIII au cours des années précédentes : il obtint le soutien du prince autrichien Rodolphe de Habsbourg. L’accord signé à Poszony prévoyait l’assistance mutuelle et la guerre contre les ennemis communs, en particulier contre Venceslas II de Bohême. À ce moment-là, Charles-Robert bénéficiait déjà de l’appui de la plupart des évêques hongrois ainsi que de nombreuses personnalités laïques dont des seigneurs du sud du pays comme Ugrin Csák (qui avait été un de ses premiers partisans en Hongrie), le palatin Amédée Aba, Laurent Rátót ainsi que Kopasz Borsa. Matthieu Csák conclut avec le prince Rodolphe un accord séparé. C’est sur cette base qu’à l’automne 1304 les troupes communes de Rodolphe, de Charles-Robert et de Matthieu Csák entrèrent en Bohême, mais leur incursion s’acheva sans aucun résultat sensible. Cependant, au cours de l’été de l’année suivante, Venceslas II mourut et son fils monta sur le trône de Bohême sous le nom de Venceslas III. Il ne tarda pas à renoncer au titre de roi de Hongrie, promettant de restituer les insignes du couronnement.

18Ce n’est pourtant pas à Charles-Robert lui-même, mais à son propre allié, le prince bavarois Otton de Wittelsbach, que Venceslas III les remit. Ce prince descendait lui aussi par la ligne maternelle de la dynastie árpadienne. Il était petit-fils de Béla IV. Une fois en possession des insignes du couronnement, Otton se prépara à conquérir la Hongrie : il arriva dans le pays à la fin de 1305. Il y obtint avant tout le soutien des Kőszegi, qui auparavant avaient soutenu Ladislas. Le 6 décembre de la même année deux évêques, celui de Veszprém et celui de Csanád, le couronnèrent roi de Hongrie à Székesfehérvár avec les insignes du couronnement. Mais son intronisation, pas plus que celle des autres prétendants, n’était juridiquement valable, car elle n’avait pas été faite par l’archevêque d’Esztergom. De son côté, Charles-Robert renforçait ses positions Le grand-père de Charles-Robert, Charles II de Naples, fit un nouvel emprunt aux banquiers florentins pour soutenir son petit-fils. Les régions du sud de la Hongrie, qui soutenaient le candidat angevin, étaient toujours en relation directe avec Naples. En 1305 Naples eut la visite – comme à plusieurs reprises auparavant – d’un envoyé de Paul Subic et en 1306 celle de deux seigneurs du Sud, Duim Frangepán et Radoslav Babonic. Iván et Henri Kőszegi, qui, sur mandat de Venceslas, avaient pris possession du château d’Esztergom, furent excommuniés par Thomas, nouvel archevêque. Ce dernier dénonça leur manque de loyauté vis-à-vis de la reine Marie (épouse du roi de Naples Charles II, fille du roi hongrois Étienne V) et de Charles-Robert. Il les accusa aussi d’avoir commis toutes sortes d’atrocités. Au printemps de 1306, Charles-Robert prit le château d’Esztergom et, poursuivant son chemin vers le nord, attaqua l’un après l’autre les châteaux des Balassa dans le comitat de Zolyom. Le château de Szepes fut également repris aux Tchèques. Mais les succès de Charles-Robert n’avaient pas entamé l’aspiration d’Otton au trône de Hongrie. Celui-ci tenait solidement Buda et était soutenu par les seigneurs implantés à l’est de la Tisza, les deux Borsa, Kopasz et Beke. Son objectif était sans doute d’élargir son pouvoir quand il partit au début de 1307 pour la Transylvanie afin d’aller voir ses partisans, les Saxons de Berszterce. Mais Ladislas Kán, qui voulait étendre son autorité sur les Saxons de Szeben, s’empara du prince bavarois et des insignes du couronnement. Après quelques mois de captivité Otton fut libéré des geôles du voïvode et il quitta la Hongrie. D’après une version des événements, Otton s’en retourna en Bavière en passant par la Russie. D’après une deuxième version, c’est le voïvode Ladislas lui-même qui, à Szeged, le remit – sans doute en 1308 – à Ugrin Csák, partisan indéfectible de Charles-Robert, permettant ainsi au « parti des Anjou » de l’expulser du territoire. Bien que le prince ait porté le titre de roi de Hongrie jusqu’à sa mort, survenue en 1312, son pouvoir effectif sur le pays prit fin à l’été 1307, quand il fut fait prisonnier par Ladislas Kán. Parmi les prétendants au trône, à savoir les différents rois couronnés avec « vices de forme », il ne restait plus en lice que Charles-Robert mais même cette situation apparemment favorable ne suffisait pas à garantir sa reconnaissance en tant que roi légitime de Hongrie.

Les succès de Charles-Robert

19Au printemps 1307, différents signes montraient que le nombre des partisans de Charles-Robert dans le pays était plus élevé que jamais. En mai l’archevêque d’Esztergom, Thomas, tint un synode à Udvard dans le comitat de Komárom : il y appela, sous peine de châtiment ecclésiastique, à reconnaître Charles-Robert comme roi et à lui jurer obéissance. Le 1er juin l’ancien recteur de Buda, qui s’était échappé de sa prison en Bohême, s’empara de Buda avec l’aide d’un aristocrate hongrois de haut rang (Jean, fils de Csák, apparenté à Matthieu Csák) et, à la suite de cette action, la ville jura fidélité à Charles-Robert. Peturmann prit la fuite et les ennemis de Charles-Robert furent exécutés comme hérétiques. Les prêtres parjures ayant excommunié le pape furent remis à l’archevêque d’Esztergom. Au cours de l’été 1307 Clément V, le premier pape d’Avignon, décida d’envoyer en Hongrie le cardinal Gentilis pour soutenir la cause de Charles-Robert. Les succès accumulés par le prétendant angevin commençaient à porter leurs fruits. Le 10 octobre 1307 ses partisans se réunirent en assemblée nationale à Ràkos, près de Pest, et reconnurent Charles-Robert et ses héritiers rois de Hongrie. Quelques personnalités laïques étaient présentes à l’assemblée : Ugrin Csák, Domokos Rátótet quatre palatins, Amédée Aba, Kopasz Borsa, Étienne Ákos et Laurent Rátót. Les participants à l’assemblée de Ràkos appelèrent tous les autres princes territoriaux à rendre immédiatement les domaines et les douanes qu’ils s’étaient illégalement appropriés. Ils réaffirmèrent les libertés naturelles des nobles hongrois, lesquels avaient été indignement asservis, et leur droit de servir seulement ceux qu’ils choisissaient de servir, là où ils choisissaient de les servir. Enfin ils chargèrent l’épiscopat de prononcer l’excommunication des traîtres et menaçèrent de confisquer les biens de ces derniers.

20Le cardinal Gentilis arriva en Hongrie au printemps 1308. Or les aristocrates qui ne s’étaient pas présentés à l’assemblée de Ràkos, refusant ainsi de jurer fidélité à Charles-Robert, étaient aussi les plus puissants – Matthieu Csák, Henri Kőszegi, Ladislas Kán. Le légat du pape pouvait difficilement dans ces circonstances faire autre chose que tenter de gagner le soutien des réfractaires un par un. Il commença par Matthieu Csák. Le 10 novembre 1308 à Kékes, dans le comitat de Pilis, il trouva un accord avec l’oligarque de Trencsén. Matthieu se déclara prêt à obéir aux ordres du pape Clément V et de son légat, reconnut Charles-Robert comme son roi et seigneur, et s’engagea à œuvrer en faveur de la tranquillité et de la paix du pays. En échange, le cardinal Gentilis, pour citer les termes de la charte, déclara que Matthieu était « premier porte-bannière, commandant et combattant ». Pour sa part, Charles-Robert l’éleva au rang d’argentier du roi, première dignité laïque de l’État. En tant qu’argentier du roi, il devait restituer à leurs propriétaires légitimes les biens ecclésiastiques et royaux dont il s’était emparé mais il avait l’autorisation de garder pour lui des sommes considérables prises sur les biens de la Couronne arrachés aux usurpateurs.

21Le succès remporté à Kékes poussa Gentilis à convoquer le 27 novembre 1308 une Diète à Pest. Outre Charles-Robert lui-même et les évêques, de très nombreux aristocrates se rendirent personnellement à l’assemblée : parmi eux plusieurs dignitaires de la famille des Kőszegi (dont Henri, bán de Slavonie), le palatin Amédée Aba, quelques barons de la famille des Rátót ainsi que Kopasz Borsa. D‘autres s’étaient fait représenter par des ambassadeurs, comme l’argentier du roi Ugrin Csák, le voïvode Ladislas Kán de Transylvanie et le palatin Matthieu Csák. Les participants à l’assemblée, au couvent dominicain de Pest, jurèrent sur la croix de reconnaître Charles-Robert comme roi et ils promirent de le servir en vassaux fidèles. Le synode de Buda, tenu à la suite de l’assemblée en décembre 1308, prit des décisions qui renforcèrent le pouvoir de l’Angevin. En effet, il proclama l’inviolabilité de la personne du roi, décréta des mesures pour la restitution des biens royaux aliénés et exprima la volonté de faire revenir les emblèmes du couronnement détenus par Ladislas Kán. En juin 1309, en présence de Gentilis et des autorités ecclésiastiques, Henri Köszegi s’engagea par serment à obéir à son roi, même s’il se trouvait empêché de participer au couronnement de Charles-Robert.

22Le « parti des Angevins » en effet, et avant tout Gentilis, avait mis à l’ordre du jour la question d’un nouveau couronnement de Charles-Robert. Même les partisans du roi reconnaissaient que le couronnement de 1301 n’avait pas valeur juridique. Le deuxième couronnement eut lieu le 15 juin 1309 en l’église Notre-Dame de Buda. Encore au début du mois, le bruit courait qu’il se tiendrait à Szekesferhérvár, siège traditionnel des couronnements. Nous ignorons les raisons du changement de lieu. De plus, le couronnement ne put avoir lieu qu’avec une nouvelle couronne, préparée elle aussi pour l’occasion, car la sainte couronne était toujours chez Ladislas Kán. Suivant le droit coutumier hongrois, le couronnement de Buda n’était donc pas plus valable que le précédent.

23Parmi les maîtres des principautés et les barons, peu firent le déplacement en personne : le palatin Amédée Aba, Domokos Rátót, Déméter fils de Nicolas de Balassa, Beke Borsa (également au nom de ses frères). D’autres se firent représenter par des ambassadeurs, comme Matthieu Csák, le bán de Croatie et de Bosnie Paul Subic ainsi que les Kőszegi et les Babonic. Mais Étienne Ákos et Ladislas Kán n’envoyèrent aucun représentant.

24Pour que l’autorité de Charles-Robert soit définitivement reconnue il fallait que Ladislas Kán rende la sainte couronne. Face à l’obstination du voïvode de Transylvanie, Gentilis choisit des moyens radicaux. À Noël 1309, il l’excommunia. Outre la non-restitution de la couronne, le légat papal reprochait au voïvode d’avoir omis de restituer dans les délais fixés les biens de la couronne. Gentilis avait fixé le délai de restitution de la couronne au 2 février. Le voïvode n’en tint d’abord aucun compte, mais le 8 avril 1310 il accueillit Charles-Robert à Szeged en tant que seigneur légitime. Il jura de montrer son respect à son maître le roi en lui rendant la Couronne le 1er juillet suivant. Il promit également de rendre les domaines royaux qu’il occupait. Ladislas Kán ne tarda pas à lui faire parvenir la couronne qu’il avait illégitimement gardée : il n’y avait plus aucun obstacle à la tenue du troisième couronnement dans les conditions légales requises. Le 27 août 1310 à Szekerfehérvár, comme l’écrit la Chronique hongroise, « il fut couronné solennellement et dans la joie avec la sainte couronne rendue par le voïvode Ladislas ».

25Nous ignorons qui participa à l’intronisation de Székesfehérvár. En tout cas il est sûr que Matthieu Csák était absent. Ceci jeta sur les relations entre le roi et l’oligarque de Trencsén l’ombre d’une rupture. Alors que les relations entre Charles-Robert et Ladislas Kán se normalisaient (le roi se rendit en Transylvanie fin 1310), Gentilis et le souverain appelèrent en vain Matthieu à obéir. Contrairement à ses promesses, il n’avait rien rendu à Charles-Robert des biens confisqués à ses ennemis et il alla même jusqu’à s’emparer des domaines des partisans du roi. Il s’aventura loin de ses propres terres, entre le Vác et la Tisza, et ravagea des régions habitées surtout par des francs-servants du roi. Il fortifia Visegrád afin de harceler Buda, désormais fidèle au roi. Le 25 juin 1311 il s’avança jusqu’aux portes de la forteresse de Buda, alors même que le roi et son épouse s’y trouvaient. Gentilis réagit le 6 juillet 1311 en l’excommuniant. Ces développements montraient éloquemment l’échec de la tactique du légat de trouver des accords individuels avec les princes territoriaux pour leur faire reconnaître l’autorité royale. Il était en même temps évident que les vrais maîtres du royaume demeuraient les princes territoriaux même si Charles-Robert détenait le pouvoir de manière légitime. Pour que le pouvoir royal, de simplement légal, devienne aussi réel, la voie à suivre n’était pas celle, pacifique, des accords, mais celle des armes.

La défaite des princes territoriaux

26Au cours de la deuxième décennie du xive siècle de larges cercles de la société hongroise avaient compris que face aux oligarques il était indispensable de rejoindre les rangs des partisans de Charles-Robert. Chacune des forces sociales, consciente de ses propres intérêts, en était arrivée à la même conclusion. La noblesse jouait le rôle clé. Le système de la familiarité, mis en place tardivement, formait la base sociale du pouvoir des princes territoriaux. Il devait contribuer sérieusement à signer son arrêt de mort. Ceux des francs-servants qui n’étaient pas encore liés aux oligarques par des liens féodaux (ou qui, comme c’était souvent le cas, n’étaient retenus que par la contrainte) n’eurent pas de difficultés à s’émanciper (même si cet acte fut suivi de la vengeance personnelle du grand seigneur). L’Église elle aussi cherchait à mettre un terme à un système qui rendait le fonctionnement de son institution pratiquement impossible. Les villes et les paysans avaient tout autant intérêt à en finir avec l’incertitude permanente que ce système faisait peser sur leur sort.

27L’économie naturelle sur laquelle reposait le pouvoir des seigneurs dans les provinces avait fait son temps. Cette forme de fonctionnement de l’économie ignorait la production marchande, l’économie monétaire, le commerce, le développement urbain. Son élimination était recherchée par tous ceux qui prenaient part à la production marchande et à l’économie monétaire et qui préféraient le mode de vie urbain. Mais les paysans étaient autant concernés que les habitants des villes. Le fonctionnement des principautés ne garantissait pas la tranquillité des campagnes. L’anarchie généralisée permettait également la multiplication des refus de service et de paiement d’impôts de la part des tenanciers, le début des occupations de terres de la part de paysans. Finalement, dans la deuxième décennie du xive siècle, un large front uni comprenant des éléments sociaux de conditions différentes de par le statut et la fortune s’était mis en place, cimenté par la volonté de mettre un terme au pouvoir des oligarques. C’est cette base sociale qui a permis le succès de la lutte qui s’est déroulée sur différents fronts et qui amènera Charles-Robert en moins d’une décennie (entre 1311 et 1323) à défaire militairement les oligarques.

28La première opération menée explicitement par le roi contre un des grands seigneurs, plus précisément contre Matthieu Csák, date de 1311. Elle se termina sans résultats notables. Mais l’année suivante apporta au roi une grande victoire. Après que les habitants de Kassa, en septembre 1311, eurent assassiné Amédée Aba, le roi, dans le procès opposant les fils de l’oligarque et la ville, prit le parti de la ville. Il imposa aux fils d’Aba des conditions dont le respect devait mettre un terme au pouvoir de cette famille. Mis en situation difficile, les fils d’Amédée prêtèrent serment à Matthieu Csák en échange d’un soutien militaire contre le roi (d’après d’autres versions, c’est un accord entre alliés égaux qu’ils auraient conclu avec Matthieu). Au début du printemps ils commencèrent les hostilités contre Charles-Robert. Le roi assiégea alors les châteaux forts de Sáros et de Lubló dans le Haut-Pays. Quand les troupes auxiliaires de Matthieu Csák arrivèrent devant le château de Sáros, le roi leva le siège et se retira dans la région de Szepes, à Löcse. Les troupes de Matthieu Csák et celles des fils d’Amédée, désormais libérées du siège, ne suivirent pas le roi dans le Szepes, mais, assoiffées de vengeance, se tournèrent contre Kassa. Le roi lui aussi se dirigea vers la ville et le 15 juin 1312 les armées s’affrontèrent à Rozgony, à proximité de Kassa. C’est le roi qui sortit victorieux de cet affrontement.

29C’était là une victoire d’importance historique. À Rozgony, la victoire revenait au roi, à la noblesse qui lui était fidèle, à l’Église (et surtout à l’ordre de chevalerie johannite), à la population du Szepes – composée surtout de Saxons. La bataille de Rozgony prouva que le souverain, soutenu par une base sociale de plus en plus large en Hongrie, pouvait entreprendre avec succès la lutte contre les princes territoriaux. Le roi était aussi parvenu à établir une relation directe avec la Pologne, évitant ainsi l’isolement qui le menaçait. Les territoires frontaliers du royaume étaient en effet tenus par les oligarques. En même temps, la victoire de Rozgony ne garantissait pas encore au roi la maîtrise du nord-est de la Hongrie. Les deux comitats détenus par les fils d’Amédée, Abaúj et Sáros, au cœur de cette zone, ne furent définitivement conquis par le roi qu’en 1314. La bataille de Rozgony de plus n’avait pas brisé le pouvoir de Matthieu Csák, pas plus qu’elle n’avait eu d’effets directs sur les autres princes territoriaux. En même temps elle avait confirmé au roi la justesse de la stratégie selon laquelle il devait s’attaquer aux grands seigneurs les uns après les autres. Le fait que les oligarques en général n’aient pas cherché à s’allier entre eux – chacun aspirant au pouvoir pour lui – ne pouvait que lui faciliter la tâche.

30À partir de 1314, les initiatives de Charles-Robert contre les princes territoriaux se multiplièrent. Au plus tard en 1315, avec la mort de Ladislas Kán, la principauté de Transylvanie s’écroulait et le nouveau voïvode, entré en fonction à l’été 1315, fut un fidèle de Charles-Robert. En 1315 le souverain contracta une alliance avec le roi Jean de Bohême, lequel reprit à Máté son château de Veselí au bord de la Morava. C’est à peu près à la même époque que les régions de Liptó, de Zólyom et d’Árva furent libérées de la tutelle de Matthieu, à la suite du retournement il mena des actions militaires tous les d’alliances de Doncs, de la famille Balassa. En 1314-1315, puis en 1317, le roi mena ses troupes contre le territoire contrôlé par Kopasz Borsa et des combats eurent lieu près de Debrecen ainsi qu’à proximité du château d’Adorján. Après la mort d’Étienne Ákos ses fils poursuivirent la lutte contre le roi mais Charles reprit le château de Dédes puis le centre des domaines des Ákos, le château de Diósgyör. Entre 1314 et 1317, ans : en Slavonie, puis dans les régions de Tolna et de Baranya, puis de nouveau en Slavonie contre les Kőszegi et il dirigea personnellement le siège du château de Köszeg dans le Baranya. Il n’est pas impossible que le roi ait infligé en 1316 une défaite à Théodore Vejtehi. En tout cas il reprit le château de Miháld soit alors soit seulement au début des années 1320. En 1317 il s’en prit aux territoires de Pierre fils de Petenye qui faisait tout pour installer sur le trône hongrois le prince de Galicie à la place de Charles-Robert.

31En 1317, ce fut de nouveau le tour de Matthieu Csák. L’oligarque était confronté sur son territoire à de sérieuses difficultés en raison d‘une révolte de ses principaux francs-servants. Il se trouvait donc affaibli. Le roi lui reprit Visegrád, puis, l’automne de la même année, après un long siège, il parvint à conquérir le château de Komárom. En même temps, en 1317, les fils d’Amédée – qui suite à leur défaite avaient quitté les comitats d’Abaúj et de Sáros et en apparence s’étaient soumis au roi et retirés à Ung – se préparaient à de nouvelles opérations contre lui. Charles-Robert fit le siège des châteaux du comitat d’Ung, Nyevicke et Ungvár. De même, une charte de 1317 témoigne d’une victoire royale contre les fils de Ladislas Kán et d’Étienne Ákos devant le château de Déva. Ces succès barraient la route aux ambitions des fils des plus puissants oligarques, qui auraient voulu garder leurs territoires et leur pouvoir. En 1318, le voïvode Dózsa Debrecen de Transylvanie remporta une victoire à Topa, dans la région de Kolozsvár, contre les ennemis du roi. En 1319, les Köszegi, qui s’appuyaient sur l’aide allemande, furent battus par Charles-Robert dans l’ouest de la Transdanubie, près de Szalafö et de Köszeg dans le comitat de Vas. En 1320-1321, des troubles éclatèrent en Transylvanie, derrière lesquels nous pouvons deviner les menées des fils de Ladislas Kán, de Pierre fils de Petenye et du beau-fils de Kopasz Borsa, Mojso. Ce dernier fut défait en 1320 à la bataille de Bonchida par le voïvode Dózsa et les Kán furent écrasés en 1321 par Thomas Szécsényi, qui occupa Csicsó, leur dernier château. Des princes territoriaux hongrois que le roi avait attaqués les uns après les autres, il ne restait que le plus puissant, Matthieu Csák. Jusqu’en 1321, Charles-Robert n’avait remporté contre lui que des succès d’importance limitée et, malgré les oppositions internes qui étaient apparues, Matthieu exerçait encore au début de 1321 le pouvoir effectif sur la plus grande partie de son territoire au nord-ouest de la Hongrie. Le hasard vint au secours de Charles-Robert : le 18 mars 1321, Mattieu Csák mourut et le roi profita de l’occasion pour lancer ses troupes contre la principauté et pour l’occuper. Cette opération fut rapidement couronnée de succès et, en quelques mois, ce qui avait été le territoire de Matthieu Csák était tombé entièrement dans les mains du souverain.

32Charles-Robert dut aussi lutter contre des seigneurs qui, provisoirement, pour des raisons politiques, l’avaient soutenu, mais qui, tôt ou tard, risquaient de se retourner contre lui. Dans le sud-ouest de la Hongrie (prise au sens large), il y avait ainsi trois principautés dont les seigneurs avaient pris parti pour Charles-Robert depuis le début. Or si celui-ci voulait être le maître de toute la Hongrie, il fallait les éliminer. Au début de 1322, les villes de Sibenick et Trau s’allièrent contre les Subic et les attaquèrent, après que leurs familiers les eurent abandonnés. L’oligarque de la principauté rivale, Jean Babonic, lança également ses troupes contre les Subic et ceux-ci, réduits au désespoir, demandèrent assistance au roi de Hongrie, qui séjournait à ce moment-là en Croatie. Mais Charles refusa de les aider. Bien au contraire : il fit arrêter Mladen Subic, qui depuis la mort de Paul se trouvait à la tête de la principauté, et le fit conduire en captivité en Hongrie. Le pouvoir des Subic s’écroula. Le souverain ne tarda pas à se tourner contre Jean Babonic, qui avait accumulé un pouvoir considérable. En 1323, il le priva de son titre de bán de Slavonie, puis les troupes du nouveau bán nommé par le roi arrivèrent sur son territoire et écrasèrent son armée, portant ainsi le coup de grâce à cette principauté. Seuls les Frangepán n’entrèrent pas en conflit ouvert avec le roi, auquel ils s’étaient en apparence soumis, alors même qu’ils servaient le doge de Venise.

33En 1323, pour l’essentiel, le pouvoir des princes territoriaux avait vécu. Pendant deux décennies encore certains grands seigneurs et les membres de leurs familles tentèrent par des révoltes de semer le trouble, mais sans résultat notable. C’est un système politique suranné, dépourvu de base économique, qui disparaissait, mais qui subsistait partiellement grâce au principe d’« État dans l’État » dans les grands domaines. Dans la mesure où cette dimension existait dans l’économie naturelle (à savoir dans tout le système féodal), les phénomènes d’anarchie, à savoir les tentatives des grands seigneurs de se partager l’État, ne disparurent pas entièrement de l’histoire de la Hongrie même après le début du xive siècle. Mais pour bien des raisons, elles n’ont plus été en mesure d’exercer une influence aussi profonde et aussi durable que dans les premières décennies du xive siècle. L’économie naturelle recula et le pouvoir royal se fonda désormais sur les revenus de droit régalien. Le roi répondait aux questions posées dans la société par des approches nouvelles et on assistait à l’émergence et au renforcement de facteurs sociaux opposés aux grands propriétaires.

34Après la défaite des princes territoriaux, il restait à Charles-Robert deux décennies pour mener à bien la consolidation du pouvoir royal.

L’affirmation du pouvoir royal (1323 - 1342)

La réorganisation de l’administration

35Charles-Robert devait prendre une décision concernant la forme du gouvernement. Comme il voulait souligner les liens étroits qui l’unissaient à la dynastie árpádienne et comme les traditions politiques hongroises limitaient les possibilités de choix, il n’y eut aucune mutation radicale par rapport à l’époque précédente. La question d’appliquer en Hongrie le modèle napolitain n’a même pas été posée. Le pouvoir politique principal fut détenu par le roi, les membres de sa famille et le conseil royal. Ce dernier était formé des barons et des évêques, c’est-à-dire des personnalités ecclésiastiques et laïques (prelati et barones). Celles qui perdaient leur titre étaient, par la même occasion, exclues du conseil royal et y étaient remplacées par les nouveaux détenteurs. Le conseil prenait les décisions en matière de politique étrangère ainsi que sur les questions majeures de politique intérieure, en particulier les révocations d’officiers, les nouvelles nominations. Ce n’est pas par hasard que le roi se référait pour toutes les grandes décisions au « conseil des ecclésiastiques et des barons », ou encore à leur communauté de vues. Le fonctionnement et les compétences du conseil royal n’avaient donc pas fondamentalement changé par rapport à la pratique des souverains árpádiens. Mais le pouvoir se consolidait : en témoigne le fait qu’au printemps de 1323 Charles-Robert déplaça le siège de la cour de Temesvár à Visegrád, où, quelques années plus tard, le palais royal s’élèvera au pied du château fort.

36Les changements intervenus depuis le milieu du xiiie siècle justifiaient l’introduction d’une réforme de l’administration dans la gestion du territoire. Le comitat royal, fondé sur la prédominance des propriétés de la Couronne ainsi que sur la docilité de l’ispán du comitat, avait perdu sa raison d’être. Dans la plupart des comitats les possessions royales avaient considérablement diminué et, à la fin du xiiie-début du xive siècles, les ispán menaient généralement une politique contraire aux intérêts du roi. Cette situation changea avec les succès angevins. Parallèlement à la prise de contrôle des territoires Charles-Robert s’empara des châteaux et des domaines. En à peine dix ans, le nombre de forteresses et des domaines possédés par l’État s’accrut ainsi considérablement. Ces possessions furent en partie distribuées par le roi à ses partisans. Cependant, contrairement aux décennies précédentes, le roi resta en possession d’une importante quantité de terres et de châteaux. Le comitat resta en place, mais, depuis des décennies, il avait été supplanté dans le partage du pouvoir par le château. Certes quelques comitats royaux subsistèrent, là où le comitat comprenait encore (ou bien de nouveau, après l’écrasement des seigneurs) des domaines de la Couronne qui n’étaient pas la propriété privée du roi mais qui étaient rattachés à tel ou tel château. Cependant, dès la première moitié du xive siècle, et surtout à partir de Louis Ier, le comitat devint un comitat nobiliaire, dans lequel, à côté de l’ispán, le szolgabiràk (vice-président de comitat) représentant la noblesse joua un rôle accru. Cette nouvelle structure établissait un lien entre les nobles vivant dans le comitat et le souverain.

37En fait, ce processus, progressant sous Charles-Robert de manière pour l’essentiel spontanée, ne forme pas l’essentiel de la réforme de l’administration. Celle-ci vint surtout de la manière dont Charles-Robert organisa le pouvoir dans les comitats repris aux magnats. Il rattacha le commandement d’un château, charge porteuse de pouvoir effectif, à la fonction d’ispán, qui, elle, était sur le déclin. Tous ses partisans qui avaient reçu le titre d’ispán ont été en même temps placés à la tête d’un château. Dans les comitats où il n’y avait qu’un château royal (par exemple Arad, Heves, Sopron), c’est l’ispán qui en reçut la garde au titre de ses fonctions (honor) de commandement. Dans les comitats où il y avait plusieurs châteaux, au début un seul d’entre eux fut confié à l’ispán, les autres furent commandés par des responsables dépendant du roi. Dans les comitats où le roi n’avait pas de château (par ex. Bodrog, Gömör, Szabolcs), l’ispán se vit confier la responsabilité d’un château dans un comitat voisin. Tout ceci a conduit à une décentralisation, à un partage sensible du pouvoir. Par exemple dans le comitat de Bihar, que le roi avait repris à Kopasz Borsa et à ses frères, l’ispán reçut, au titre de ses fonctions, le château de Sólyomlö, alors que le commandement des autres châteaux – Adorján, Sebesvár et Körösseg – fut confié par le roi à des commandants indépendants de l’ispán.

38Ces réformes furent avant tout des mesures de nécessité appliquées dans les territoires repris aux princes territoriaux. À partir des années 1320 Charles-Robert se mit à introduire aussi d’autres formes d’administration. Il le fit en partant des identités territoriales déjà reconnues dans l’administration de l’époque árpadienne. C’est surtout en Transylvanie et en Slavonie, dans les provinces gérées par les voïvodes et par les bán, que ce principe fut appliqué. Cette nouvelle forme d’administration fut introduite en Transylvanie par le voïvode Thomas Szécsényi (1321-1342), en Slavonie par le bán Mikcs (1325-1343). Dans ces territoires qui bénéficiaient depuis longtemps d’une administration autonome, les châteaux continuèrent à dépendre des charges (honores) de voïvode et de bán. En revanche ils ne furent plus directement administrés par des capitaines du guet nommés par le roi, mais par les familiers du voïvode et du bán (dans le reste de la Hongrie c’est parmi ces capitaines du guet qu’étaient choisis aussi les ispán des comitats de ces provinces). Cette forme de gestion était avantageuse pour le roi, puisque seules quelques fonctions dépendaient directement de lui, alors qu’ailleurs le nombre des capitaines du guet était considérable. En même temps le système d’administration appliqué en Transylvanie et en Slavonie impliquait absolument que le responsable suprême soit un partisan du roi. Comme Charles-Robert avait établi une nouvelle aristocratie, dont la fidélité ne faisait pas de doute, on peut comprendre qu’il ait progressivement appliqué les modèles transylvain et slavon à la Hongrie au sens le plus étroit du terme.

39À l’époque de Charles-Robert, seul un territoire qui, de par son étendue et son poids politique, était comparable à la Transylvanie ou à la Slavonie vit le jour. Celui-ci était en rapport avec le nom des Druget : les membres de cette famille ont porté le titre de palatin sans interruption entre 1323 et 1342. Les domaines qu’ils avaient obtenus par donation royale se trouvaient sur le territoire qui, quelques années auparavant, était celui d’Amédée Aba, puis de ses fils. À partir de 1333 et pendant près d’une décennie, Guillaume Druget administra à lui tout seul les comitats de Szepes, Saros, Zemplén, Ung, Abaúj, Torna, Borsod, Gömör, puis Heves, dont il remplissait la fonction d’ispán. Au titre de sa fonction, il régissait et exploitait l’ensemble des châteaux de la Couronne et des terres attenantes sur cet immense territoire formant un bloc cohérent. En fait, il ne les administrait pas personnellement. Il avait mis en place à la tête de ces comitats des remplaçants choisis parmi ses familiers, comme le faisait le voïvode ou le bán dans leurs provinces. Dans les années 1330, plus de vingt châteaux et les terres attenantes se trouvèrent sous l’autorité de Guillaume Druget. Pour la plupart, il les gérait à titre d’honor, mais certains d’entre eux étaient administrés comme s’ils lui appartenaient en propre. Dans la pratique, les possessions officielles et les domaines privés bénéficièrent d’ailleurs d’un même traitement. L’espace dans lequel s’exerçait l’autorité des Druget et qui avait atteint la taille d’une province s’est disloqué avec la mort de Guillaume en 1342. Cet exemple extrême est le seul cas d’échec. Le principe lui-même (qu’une fonction concentre sous son autorité autant de comitats et de châteaux que possible gérés par son détenteur au titre de sa fonction et pendant la période où il est en fonction) a été largement appliqué sous Charles-Robert et se généralisera sous Louis Ier.

40Les réformes administratives de Charles-Robert concernant la cour royale se rattachent également à leurs prémisses árpádiennes. L’autorité judiciaire détenue par le comte de la cour remontait à la deuxième moitié du xiiie siècle. Elle reposait sur la proximité de la personne du roi (presentia regia). Le règne d’André III avait fait exception : le comte de la cour était devenu un représentant de l’arbitrage royal et les rapports féodaux à son égard s’étaient relâchés. En conséquence, c’est le sous-tribunal du comte de la cour, institution permanente fonctionnant toute l’année, qui était devenu le principal organe judiciaire du pays, l’exécuteur central de la volonté royale. Sous Charles-Robert, ce processus fut arrêté net et le comte de la cour reprit la direction du tribunal suprême de la Couronne. Les comtes de la cour de Charles Robert furent des fidèles du souverain, des membres de la nouvelle aristocratie. Le roi souhaitait ainsi se prémunir contre d’éventuels cas de désobéissance de ses principaux officiers. C’est pourquoi à partir de la fin des années 1310 il n’a pas cessé de réaliser des réformes administratives.

41L’activité de la chapelle royale en tant que locus credibilis fut confiée aux alentours de 1317 au principal dignitaire du clergé de la cour, l’ispán de la chapelle (comes capelle regie), auquel le roi confia le sceau moyen (sigillum mediocre) qui venait tout juste d’être introduit. C’est ainsi que l’institution de l’ispán de la chapelle devint un organe autonome, indépendant de la chancellerie, chargé d’émettre des chartes. Le responsable de cette institution porta à partir des années 1320 et jusqu’en 1374 le titre de « chancelier secret » (secretarius cancellarius) – sans qu’il faille pour autant faire remonter à cette époque la chancellerie secrète en tant qu’institution. Un notaire spécial de la chancellerie (specialis notarius) gardait l’anneau sigillaire. La section de la chancellerie, qui émettait les chartes munies de cet anneau, était surtout chargée de suivre les affaires les plus personnelles, les plus confidentielles du roi. À partir de 1329, les chartes royales furent pourvues de notes de la chancellerie et, au même moment, elles ont commencé à être portées sur des registres (les livres du roi). Au début des années 1320, le roi a fait participer le vice-chancelier aux actes de justice faits en son nom. Tatamér, qui occupa cette fonction entre 1331 et 1351 et qui était étroitement lié aux réformes de la chancellerie (ajout de notes aux chartes, inscription des chartes au registre), figurait dès 1337 en tant que « juge substitut de la présence spéciale du roi » (iudex vice specialis presentie). Le vice-chancelier passait pour un homme de confiance du roi et portait les jugements non point sur des documents avec son nom propre, mais sur des chartes royales et sous cachet royal. Comme la cour n’avait pas de juge ordinaire, il était le véritable chef de la chancellerie et remplaçait le roi dans l’exercice de la justice. En tout cas, c’est à Charles-Robert que revient l’initiative du système qui se mettra en place sous Louis Ier, à savoir le tribunal ordinaire de la présence spéciale du roi (specialis presentia regia). À partir de 1331, le roi mit en usage le sceau secret et peu de temps après une section spéciale de la chancellerie, dirigée par un pronotarius, fut chargée de l’émission des chartes portant ce sceau. Il y eut aussi des changements dans la juridiction palatine. Jusqu’aux années 40 du xive siècle, le palatin rendit la justice avant tout en province et non point à la cour royale, et il tenait des tribunaux (congregatio generalis) souvent à l’échelle du pays ou encore pour un ou plusieurs comitats. Peu après la mort de Charles-Robert, à l’automne 1342 et à a suite de la mort du palatin Guillaume Druget, la juridiction palatine sous cette forme prit fin elle aussi. C’est Louis Ier qui lui donna comme siège la cour royale. C’est ainsi que la cour devint le lieu et le centre de fonctionnement des principaux tribunaux du royaume.

Réforme militaire, essor de la chevalerie

42À partir du milieu du xiiie siècle les structures militaires hongroises avaient évolué au détriment du pouvoir royal. La distribution rapide des châteaux appartenant au roi avait débouché sur une sensible diminution des forces militaires qui étaient en service dans les châteaux ou étaient mobilisables à l’appel du roi (à savoir les paysans armés et le groupe des habitants des châteaux participant occasionnellement aux campagnes militaires). Avec l’expansion des domaines privés et la diffusion de la familiarité, ainsi qu’avec la multiplication des châteaux, des armées privées avaient vu le jour. Les seigneurs des familiers étaient seuls à disposer sur eux de pouvoirs exclusifs ; or, au tournant des xiiie-xive siècles, ils ne soutenaient le pouvoir royal que rarement et épisodiquement. Dans la réalité, par conséquent, toutes ces armées privées féodales étaient totalement indépendantes du souverain. C’est avec une troupe très disparate que Charles-Robert avait obtenu ses succès militaires contre les oligarques : on y trouvait des nobles partisans du roi (parfois même des seigneurs ayant des familiers), des contingents urbains ainsi que des clercs en armes.

43Après la défaite des princes territoriaux, Charles-Robert développa la force militaire en Hongrie sur de nouvelles bases. Ce système est généralement appelé « armée de miliciens ». Le nom même fait référence à une forme d’organisation militaire reposant sur des troupes marchant sous l’étendard de leurs propres seigneurs (celles des seigneurs bannerets). Le nom hongrois de ce système, « banderiális hadrend », provient du mot italien « bandiera », voire du moyen latin « banerium », signifiant « étendard à blason ». (Le drapeau portant blason en tant que tel n’est pas la création des Angevins puisqu’à la fin du xiiie siècle Simon Kézai, évoquant la période hunnique, mentionnait la bannière d’Attila portant l’effigie de l’oiseau « turul »). Contrairement aux suppositions qui ont eu cours jusqu’ici cependant, il semble que l’organisation militaire des Angevins ne reposait pas précisément sur ce principe. Il faut aller en chercher l’origine et les nouveaux fondements ailleurs, dans le système des honores, dans l’institution du mercenariat, dans la culture chevaleresque.

44Le fondement de l’organisation militaire à l’époque des Angevins était la détention d’un honor. La paix signée par Charles-Robert en 1328 avec les Autrichiens à Bruck-sur-la-Leitha fut signée par 32 Hongrois, lesquels, à l’exception des principales personnalités laïques et ecclésiastiques, étaient tous capitaines du guet et ispán de comitats de Hongrie occidentale, à savoir détenteurs d’honor. Ils avaient été engagés par le roi dans la campagne contre les Habsbourgs. Nous disposons de bien plus de sources pour l’époque de Louis Ier. Une source italienne de cette période donne un aperçu des obligations militaires des détenteurs d’honor. Elle relate comment le roi Louis, après la malheureuse guerre italienne de 1356, s’en retourna en Hongrie, « tint conseil, choisit trente hommes parmi ses commandants, les fit chacun capitaine de cinq mille cavaliers et disposa que chacun d’entre eux, en échange de son serment de fidélité, servirait trois mois ».

45Les guerres de Louis viendront renforcer cette pratique. En 1345, une troupe partit guerroyer contre les Tatars qui semaient le trouble dans les régions frontalières de la Transylvanie et parmi les Sicules. À sa tête le roi avait placé André fils de Lack, ispán des Sicules, et elle était composée principalement de Sicules. En fait, André, fils de Lack, était parti en guerre avec les combattants des châteaux liés à sa fonction d’ispán sicule, donc avec une armée étroitement liée à l’honor qu’il détenait. À la tête des campagnes dirigées vers le nord nous trouvons les aristocrates du Haut-Pays détenteurs d’honores, alors que les actions militaires en Croatie ne mobilisaient que les seigneurs détenteurs d’honores dans les territoires proches. Encore plus que le critère territorial, il était important que la conduite des opérations fût confiée à un seigneur bénéficiant de la confiance du roi. En Italie, en 1372-1373, ce sont des seigneurs de territoires éloignés des lieux de l’action, le voïvode de Transylvanie Étienne fils de Lack et l’ispán de Temes Benoît fils de Him qui dirigèrent les opérations.

46Il en allait autrement si le roi participait personnellement à la campagne. Dans ce cas, les dignitaires de l’Église étaient eux aussi mobilisés et, le cas échéant, le roi pouvait faire appel à des nobles. En 1367, le roi Louis appela les nobles de Transylvanie à se tenir prêts à partir en campagne dès son arrivée. Dans la Hongrie du xive siècle, l’armée basée sur les honores était complétée par des contingents de peuples non hongrois, qui étaient tenus de combattre : c’est ainsi que le drapeau du palatin réunissait des Coumans, des Petchenègues et des Sicules, ces derniers jouant un rôle particulièrement important dans la protection des frontières. Au xive siècle, la plupart d’entre eux faisaient partie de la cavalerie légère. Dans une description courte mais concentrée, le chroniqueur italien Matteo Villani brosse un tableau de la situation militaire dans la Hongrie du xive siècle :

« Leur ancienne coutume veut que tout seigneur et toute commune (comune) mette à disposition du roi un certain nombre de cavaliers quand celui-ci lance ou dirige une expédition, de sorte que tous sont au courant de leurs obligations pour ce qui est du nombre de cavaliers et du temps de leur service. C’est pourquoi les seigneurs, dès qu’ils sont sollicités, se mettent en route sans tergiverser ni autrement tarder : en effet, le seigneur ou la commune prépare à l’avance ceux qui doivent servir. »

47Cette citation permet de déduire qu’autour de 1350 le système hongrois de service militaire reposant sur les honores était bien connu en Italie.

48Pour mener des opérations militaires de conquête, des actions à l’extérieur du pays et de longue durée, comme toutes les guerres menées par Louis Ier, il fallait une armée de mercenaires. L’institution du mercenariat n’est pas une invention du xive siècle. En Hongrie comme ailleurs elle avait une histoire longue de plusieurs siècles. Charles-Robert n’y eut recours qu’occasionnellement. Louis y fit appel systématiquement. L’immense majorité des mercenaires était recrutée dans les territoires voisins appartenant à l’Empire germanique, avec tous les avantages et les inconvénients inhérents aux armées de mercenaires (en échange d’une solde convenable, elles étaient capables de mener à bien des opérations militaires difficiles et durables, mais elles étaient instables et vénales).

49Après l’écrasement des princes territoriaux, la culture chevaleresque – dont les prémisses remontaient à une époque déjà lointaine – connut un nouveau développement en Hongrie. Depuis le début du xiiie siècle, les fils des grands du pays étaient élevés à la cour (aula) du roi, de la reine ou d’un prince et, en qualité de pages (parvulus), étaient préparés à la vie de chevalier. Les jeunes de la cour (aule regie iuvenes) avaient un statut inférieur aux chevaliers de la cour, mais jouaient un rôle similaire. Dans les années 1320 nous voyons apparaître dans les chartes royales les « chevaliers de la cour royale » (aule regie milites) qui peuvent être considérés comme les premiers chevaliers de la cour, investis par le souverain. Il s’agissait surtout de partisans étrangers de Charles-Robert et de rejetons de familles distinguées. Les barons de l’époque des Angevins étaient pour la plupart issus de cette catégorie. Les chevaliers servaient le roi et, avec les jeunes de la cour, formaient la garde du roi et sa suite armée. De manière générale, ils finissaient par être nommés capitaines du guet. En 1326 Charles-Robert fonda un ordre séculier de chevalerie – l’ordre de Saint Georges – mais nous n’avons aucune information sur son fonctionnement effectif.

50Tout au long du xive siècle, d’après les sources dont nous disposons, le nombre des chevaliers de la cour fut très limité (130 en tout), les pages et les jeunes étant encore moins nombreux. Dans la mesure où le service de chevalier (à la cour) ouvrait la voie aux plus hautes dignités, ce n’est pas un hasard si des familles entières se sont mises au service du roi. Au xive siècle pas moins de six descendants de Pósa, patron du monastère de Szer, ont été chevaliers ou jeunes de la cour. Bien des sources montrent que les chevaliers et les jeunes de la cour royale participaient aux campagnes militaires lancées par le roi. Telle était la qualité, par exemple, de Thomas Vásári, frère de l’archevêque d’Esztergom Nicolas Vásári, qui se fit remarquer dans plus d’une campagne du roi Louis. Le mode de vie et la culture de ce groupe de chevaliers, en dépit de ses faibles effectifs, n’ont pas manqué de marquer la culture hongroise de ce temps. Son goût de la pompe a contribué à accroître la demande de produits de luxe (tapisseries). Les châteaux, les palais ou encore les simples demeures étaient décorés de tentures ; leur habillement était caractérisé par l’utilisation de métaux précieux.

51L’armement et les méthodes de combat de la chevalerie s’étaient répandus en Hongrie dès le xiiie siècle bien qu’on ne puisse pas dire que la totalité des pratiques militaires de la période des Angevins aient été caractérisées par la dimension chevaleresque. Les tournois eux aussi se multiplièrent. Lors des funérailles de Charles-Robert, un chevalier fut revêtu des armes que le souverain portait de son vivant lors des « joutes à la lance » – ce qui veut dire que le roi lui-même participait à ces tournois. Ce sont ces mêmes tournois qui ont rendu populaire le port du heaume. Les donations les plus anciennes d’armoiries, qui, d’après les manuscrits, remontent à l’époque de Charles-Robert, étaient en fait des octrois de cimier. En 1326 Charles-Robert autorisa pour la première fois un de ses partisans à porter en tant que cimier un faucon aux ailes déployées. Dans la charte figure le nom hongrois du cimier (cymer) qui témoigne clairement de son origine française (cimier). Les clauses de la charte laissent entendre que l’un des prédécesseurs de Charles-Robert aurait pu déjà avoir fait don d’un cimier. L’année suivante, en 1327, un des principaux nobles de la cour, Doncs Balassa, a obtenu un cimier (cela voulait dire qu’il pouvait faire dorer son bouclier, son cimier et son drapeau). Le cimier s’est implanté aussi dans les sceaux. Les sceaux des hautes dignités représentaient le cimier de famille. À partir des années 1330, les sceaux ont reproduit de plus en plus souvent l’ensemble des armoiries, à savoir le bouclier, le heaume et le cimier. Les chevaliers ont également contribué à la diffusion des vertus nobles – fidelitas, « la fidélité », fama, « le renom », etc. – dans la société hongroise. La « chevalerie hongroise » du xive siècle a aussi stimulé le culte de quelques saints, dont saint Georges et saint Ladislas.

Persistance d’une opposition au roi

52Une douzaine de grands seigneurs (dont des personnalités issues de familles illustres, au grand passé dans l’histoire hongroise) étaient devenus princes territoriaux dans la deuxième moitié du xiiie siècle. Charles-Robert les avait combattus pour rétablir le pouvoir monarchique. Une partie de leurs descendants ont tout naturellement formé l’opposition au pouvoir royal. Après leurs défaites plusieurs familles d’oligarques quittèrent le pays. Les fils d’Amédée Aba s’enfuirent en Pologne, où l’un d’entre eux fonda la famille Homodey ; les Kőszegi donnèrent naissance à la famille autrichienne des Pernstein ; c’est en Serbie ou en Valachie que les fils de Ladislas Kán trouvèrent refuge et les petits-enfants de Matthieu Csák allèrent s’installer en Silésie. Les princes territoriaux – ou plutôt les membres de leurs familles – restés en Hongrie firent, eux, l’objet d’attaques toujours renouvelées de la part de Charles-Robert (voire de Louis Ier). En 1326 les Kőszegi et les Babonic, qui étaient parents entre eux, se soulevèrent contre le roi. Les armées de Charles-Robert – commandées par le bán de Slavonie Mikcs Ákos et par Alexandre Köcski, comte de la cour – conquirent militairement plusieurs châteaux de Slavonie et du comitat de Vas appartenant aux Kőszegi. En compensation de la perte de leurs biens à la frontière germanique, les Kőszegi reçurent du souverain des possessions dans l’intérieur du pays, dans les comitats de Baranya, de Tolna et de Bodrog : le but de Charles-Robert était de les éloigner de leurs éventuels alliés dans l’Empire germanique. Les offensives des Babonic furent elles aussi arrêtées par Mikcs Ákos qui occupa plusieurs de leurs châteaux. En Transylvanie, les fils de Ladislas Kán maintinrent un état de rébellion endémique et, au moins jusqu’en 1329, saccagèrent régulièrement les possessions royales. En 1336 les Kőszegi et les Babonic se firent remarquer par leur désobéissance au roi et par leur décision de se mettre au service des princes d’Autriche, de Styrie et de Carinthie, Albert et Otton. La résistance des grands seigneurs croates en rébellion dans les régions adriatiques (il s’agissait des Subic et de leurs anciens familiers) ne fut brisée que par la campagne de Louis Ier en 1345, qui les obligea à prêter serment d’obéissance au roi de Hongrie.

53En revanche l’attentat commis en 1330 par Félicien Zàh contre la famille royale n’était pas dû à des motifs politiques. Félicien était issu d’une grande famille de propriétaires terriens du comitat de Nógrád et avait été dans la première décennie du xive siècle un familier de Matthieu Csák. En 1308 il avait été l’un des conseillers de l’oligarque de Trencsén lors des pourparlers de Kékes avec Gentilis. La Chronique hongroise rapporte sans ambages que Félicien avait été promu personnellement par Matthieu. Il n’était pourtant pas resté longtemps avec lui puisqu’en 1318 il avait rejoint le camp de Charles-Robert. Il avait ainsi échappé à toute sanction, gardé ses biens et avait de surcroît été nommé en 1321 capitaine du guet du château de Sempte. D’après la Chronique, « le roi le chérissait, lui donnait libre accès à sa présence, sa porte lui était toujours ouverte ». Sa fille Claire faisait partie des dames de la cour de la quatrième épouse de Charles-Robert, la reine Élisabeth (la première femme du roi, Marie, était la fille du prince de Galicie. Sa deuxième femme, Marie, était une princesse de Beuthen et deTeschen ; elle mourut elle aussi sans enfants en 1317. L’année suivante Charles Robert épousa Béatrix, sœur cadette du roi tchèque, Jean de Luxembourg, mais elle mourut au bout d’un an de mariage, sans avoir donné au roi de descendant. C’est ainsi qu’en 1320 le roi contracta un nouveau mariage, le quatrième). Élisabeth était une princesse polonaise, fille de Vladislas Lokietek, qui avait assuré l’unité polonaise et avait été couronné roi de Pologne en 1320, mais elle était aussi, en ligne maternelle, arrière-petite-fille du roi hongrois Béla IV. En raison de ce mariage, on rencontrait beaucoup de Polonais à la cour hongroise, dont le prince Casimir, frère de la reine, qui séduisit Claire Záh. C’est pour venger l’affront fait à sa fille que le 30 avril 1330 le père furibond commit un attentat contre la famille royale au palais de Visegrád. Le roi ne fut pas atteint, mais l’épée de Félicien coupa quatre doigts à la reine. L’auteur de l’attentat « fut coupé en morceaux bout par bout avec les terribles épées des preux combattants du roi ». Le roi fit exécuter les membres de la proche famille de Félicien et, peu après l’attentat, un tribunal composé de hauts dignitaires tint séance, condamna à mort ses parents jusqu’à la troisième génération et décida de confisquer leurs biens. La vengeance du roi suscita l’indignation du chroniqueur hongrois qui comptait parmi ses partisans :

« Jusqu’alors, le roi Charles avait navigué avec des vents propices et son embarcation portée par la fortune avait coupé à sa guise les crêtes des vagues marines, mais désormais l’inconstante fortune s’était détournée de lui, lui avait tourné le dos, partout la guerre éclatait, ses armées étaient battues, ses bras et ses jambes étaient déchirés par de terribles douleurs. »

54Pendant plusieurs périodes du règne de Charles-Robert, l’épiscopat, ou plutôt certains de ses membres, ont constitué une opposition au roi. Ceci est surprenant, car les hauts dignitaires de l’Église (aussi bien que la Papauté) avaient été les principaux soutiens intérieurs (et extérieurs) de Charles-Robert dans les luttes qu’il avait menées pour le trône. L’existence d’un large soutien chez les évêques avait facilité à plusieurs reprises dans la première moitié du xive siècle la tenue « de rencontres et de pourparlers communs », comme le roi l’écrit le 1er novembre 1313 dans une lettre adressée au pape Clément V. En 1313 « les malheurs du royaume de Hongrie au triste sort et les démarches les plus urgentes pour rétablir la situation » étaient au centre des discussions à l’assemblée des évêques tenue à Buda. Matthieu Csák avait attaqué les domaines de l’archevêque d’Esztergom, un fidèle du roi, ce qui avait amené les évêques à s’adresser au pape. Dans leur lettre ils condamnaient d’une même voix « les traîtres à notre seigneur, le roi de Hongrie, et à tes fils qui te vénèrent » ainsi que « ceux qui détruisent l’Église ». Les évêques demandaient au pape que Charles-Robert veille sur l’Église d’Esztergom qui avait subi tant de dommages, et que « Matthieu Csák à l’occasion indemnise intégralement sur ses biens et sa fortune ladite église d’Esztergom et toutes les autres qu’il avait assujetties ». Or, à la fin des années 1310, Charles-Robert se mit à jouer avec l’archevêque d’Esztergom un jeu ambigu. En 1315, puis en 1317, alors que la plus grande partie du comitat était encore tenue par Matthieu Csák, l’archevêque parvint à s’emparer de Komárom. Mais après la libération de tout le territoire du comitat, l’archevêque n’obtint pas cette ville. En 1320 il renonça même – sans doute nullement de son propre gré – au comitat de Komárom, en échange duquel le roi lui promeit le comitat de Bars, qui se trouvait encore aux mains de Matthieu Csák. Mais la mort de Matthieu n’amena pas ce comitat sous l’autorité de l’archevêque d’Esztergom.

55Une nouvelle réunion des évêques hongrois eut lieu en février 1318 à Kalocsa. Les prélats prirent des sanctions religieuses à l’encontre de tous ceux qui détenaient ou qui occupaient des biens de l’Église et des dîmes, quelle que fût leur position sociale, ainsi que contre tous ceux qui imposaient aux gens d’Église des taxes, des collectes ou des travaux de fortifications. Cette décision était un acte d’autodéfense légitime de l’Église face aux pratiques prédatrices des princes territoriaux. Mais Charles-Robert ne s’était pas privé lui aussi de toucher aux biens de l’Église. Il avait occupé l’évêché de Győr et distribué aux nobles les biens de l’Église de la ville. Cet acte avait amené les archevêques d’Esztergom et de Kalocsa à s’adresser au pape, lequel fit comprendre à Charles-Robert qu’il avait intérêt à restituer à l’évêque de Győr la totalité de ses biens. L’assemblée des évêques de Kalocsa réclama même la convocation d’une Diète.

56En mars 1318, Charles-Robert convoqua effectivement à Rákos, près de Pest, une Diète à laquelle il invita tous les habitants du pays, nobles et roturiers. Il y promit l’inviolabilité des biens de l’Église mais, sur les questions en discussion, il se contenta d’ordonner une enquête. Si nous n’avons pas d’éléments indiquant la manière dont la Diète se déroula, il est sûr, c’est qu’elle ne donna guère satisfaction aux revendications de l’Église, c’est-à-dire que l’assemblée ne restitua pas à l’Église tous ses biens, comme le prouve le fait que, peu après, les biens de l’évêque de Győr étaient toujours détenus par Charles-Robert.

57L’assemblée épiscopale de Kalocsa avait également demandé la reconduction de la Bulle d’or de 1222 et non pas la version rénovée de 1231. Quatre hauts dignitaires hongrois (l’archevêque Thomas d’Esztergom, l’archevêque Ladislas de Kalocsa, l’évêque Jean de Nyitra, le quatrième étant inconnu) apposèrent leur sceau sur une copie du texte de 1222 et demandèrent la ratification du roi. Mais Charles-Robert se garda d’accéder à leur demande. En 1320 les principaux ecclésiastiques provoquèrent de nouveau la convocation d’une Diète. En novembre de la même année ils tinrent effectivement une assemblée avec la participation des nobles à Székesfehérvár mais cette assemblée n’avait pas le droit de légiférer et le roi ne s’y présenta même pas.

58Les relations tendues entre Charles-Robert et le haut clergé hongrois (aussi bien qu’avec la Papauté) s’expliquent pour plusieurs raisons. Charles-Robert s’opposait à ce que les évêques soient ispán de comitat. À Komárom et à Bars, l’archevêque d’Esztergom avait subi des revers et, après 1320, l’évêque de Veszprém lui-même ne fut plus en mesure de préserver la fonction d’ispán qu’il détenait auparavant. L’évêque Jean de Nyitra était ispán à vie, mais il ne resta pas longtemps en fonction : dès que le comitat de Nyitra passa des mains de Matthieu Csák à celles du roi, il n’y eut plus que des ispán séculiers. Pendant le règne de Charles-Robert, à plusieurs reprises (1308-1311, 1317-1320, 1332-1337, 1338-1342), des collecteurs furent envoyés par le Pape pour prélever en argent un dixième de la dîme hongroise pour Rome. Leurs livres de comptes constituent une excellente source pour comprendre l’organisation de l’Église et la question de ses revenus (et par ce miroir, la situation économique de la Hongrie). Plus tard, Charles-Robert taxa également les revenus pontificaux, dont un tiers devait revenir aux caisses de l’État. De plus, il imposait les revenus personnels des gens d’Église et il exigeait que les évêques et les archevêques lui fissent des cadeaux à chaque nouvelle année. Peu à peu, il commença à intervenir dans la nomination des évêques, violant ainsi le principe de l’élection par le chapitre et de la confirmation papale. Il aimait à placer sur les sièges épiscopaux ses proches parents. C’est ainsi qu’en 1321 son beau-frère, le Polonais Boleszló, bien que clerc mineur, obtint le siège épiscopal d’Esztergom. Son deuxième beau-frère, Mjeskó, fut placé en 1328 à la tête de l’église de Nyitra sans être élu par le chapitre, puis devint évêque de Veszprém en 1334. Le roi appuya par tous les moyens possibles la candidature de son fils illégitime Coloman au siège de Györ et il finit par l’obtenir en 1337 (Coloman, lui aussi clerc mineur, n’avait alors que 21 ans). C’est également dans ce but qu’en 1335 il confisqua de nouveau les biens de l’Église de Győr.

59En 1338, les dignitaires de l’Église exprimèrent leurs plaintes dans une longue lettre adressée au pape Benoît XII. Dans l’introduction ils disaient : « Les églises hongroises, leurs droits et privilèges ainsi que les libertés du pays, soit ont été totalement anéantis, soit sont au bord d’une crise mortelle. » Ils énuméraient de nombreuses vexations dont, par exemple, le fait qu’à la mort de tel ou tel évêque, le roi s’emparait de ses biens personnels ainsi que de ceux de son Église, ils dénonçaient le gaspillage des biens de l’Église vacants, et le fait que les nouveaux évêques étaient introduits par un laïc de la cour royale auquel, au moment d’entrer en fonction, ils devaient payer cent marcs. La lettre signalait également la violation du principe de l’élection des évêques par le chapitre :

« Depuis vingt-trois ans, des évêques, moines et séculiers, ont été promus sans élection, alors que les électeurs refusaient de s’incliner face à ce qui était de la part du roi plutôt une déclaration menaçante qu’une proposition ou un conseil. C’est ainsi que plusieurs évêques ont obtenu et occupé leur siège par l’usage de la force et de la menace, de manière non canonique, pour le malheur de notre Seigneur et le scandale public. »

60La lettre signalait aussi que le roi distribuait les droits de patronage, infligeant ainsi aux Églises « d’importants préjudices et dommages », « dans la mesure où ceux qui tirent le bénéfice de ces dons se comportent plutôt en prédateurs qu’en protecteurs ». Elle condamnait le fait que « les évêques, les chapitres et les établissements monastiques et séculiers, une fois par an, parfois plus, doivent se rendre au rassemblement militaire », et « y conduire ou y envoyer un nombre d’hommes armés supérieurs au revenu de l’Église, bien que ceux-ci n’eussent l’obligation de prendre les armes qu’au cas où les païens ou les hérétiques attaqueraient le pays ». Le clergé était profondément offensé de ce que « des évêques et d’autres hommes d’Église, sans distinction de rang, soient déférés, en violation des privilèges ecclésiastiques, devant des tribunaux séculiers ». Les évêques, dans leur lettre, se font aussi les porte-parole de certains griefs de la noblesse : jamais depuis qu’il était monté sur le trône, le roi n’avait administré la justice publiquement, alors qu’il avait interdit aux évêques, aux grands seigneurs et aux nobles de tenir leurs assemblées coutumières. « Les nobles sont privés sans raison de leurs dignités et de leurs héritages et, qui plus est, pratiquement de toutes les libertés et coutumes qui leur avaient été octroyées par saint Étienne, saint Ladislas et les autres rois. Le roi les en a dépouillés et il ne cesse de les en dépouiller. » Après réception de cette lettre, le pape exigea de Charles qu’il change de politique à l’égard de l’Église, mais cette intervention ne porta pas de fruits. Le roi continua à s’approprier les revenus du siège épiscopal de Kalocsa resté vacant.

61Les accusations concernant la noblesse n’étaient guère justifiées. Charles-Robert considérait comme l’un de ses principaux soutiens la moyenne noblesse qui, dans la première moitié du xive siècle, présentait de plus en plus un front uni. Sous son règne, dans plusieurs parties du pays, nous avons des indications montrant l’existence de comitats nobiliaires : le roi soutenait la formation d’une administration et d’une structure judiciaire au niveau du comitat et leur prise en main par la noblesse. En 1324, il exempta la noblesse de Transylvanie des impôts extraordinaires, des impôts sur les produits alimentaires et de ceux sur le service d’hébergement. Le roi cherchait ainsi à intégrer la noblesse transylvaine dans l’ensemble de la noblesse du pays de manière à former en Hongrie un ensemble aristocratique cohérent. En revanche, il y avait une grande part de vérité dans les reproches des évêques. En effet, la politique de renforcement du pouvoir royal allait à l’encontre des aspirations de l’Église. Celle-ci voulait pouvoir exercer son autorité dans le cercle le plus large possible. Or le roi ne permettait ni aux ecclésiastiques hongrois, ni au pape de limiter ses prérogatives politiques. C’est pourquoi il préférait avoir à la tête de l’Église des personnalités de confiance (par exemple les membres de sa famille). Cette attitude explique qu’il ait évité de faire nommer évêques des aristocrates et qu’il ait donné la préférence aux frères des ordres mendiants (franciscains et dominicains) dans l’attribution de tel ou tel diocèse.

62Bien des sources montrent que la famille royale était attirée par les frères mendiants. L’oncle du roi fit construire en l’honneur de l’évêque saint Louis de Toulouse un monastère franciscain à Lippa, sur les bords du Maros. Le confesseur de son épouse, la reine Élisabeth, était lui aussi un franciscain. Dans sa politique à l’égard de l’Église Charles-Robert n’entendait pas s’opposer à celle-ci en tant qu’institution : il tenait en revanche à bien faire comprendre au clergé qu’il n’avait pas l’intention de partager le pouvoir, même avec des personnalités ecclésiastiques qui le soutenaient. Les responsables de l’Église furent déçus car ils avaient compté sur une considérable influence politique en échange de leur fidélité au souverain.

Une nouvelle aristocratie

63Ni la réforme de l’administration, ni la réforme militaire, ni même la politique à l’égard de l’Église, n’auraient été possibles si le roi ne s’était pas senti soutenu par une forte base aristocratique. Or une grande partie de la noblesse hongroise avait soutenu à la fin du xiiie siècle le pouvoir des princes territoriaux et avait combattu Charles-Robert les armes à la main. Le souverain ne pouvait pas s’appuyer sur ces nobles : c’est pourquoi il a dû les remplacer par une nouvelle aristocratie. Au cours des deux premières décennies du xive siècle s’est constitié progressivement le réseau dont les membres, à partir des années 1320, vont se voir attribuer, en récompense de leur fidélité, les principales dignités laïques du pays. Parmi les rares partisans italiens de Charles-Robert il y avait la famille Druget. Elle devint la plus puissante famille du royaume. Philippe Druget participa à la lutte contre les princes territoriaux. C’est lui qui empêcha le succès de l’incursion de Matthieu Csák dans le Szepes. Il occupa en 1315 les fonctions d’ispán de Szepes et de Újvár et en 1316 celle de capitaine du guet de Szepes. Il participa, aux côtés de Dózsa Debreceni, qui lui aussi faisait partie de la nouvelle aristocratie, au siège des châteaux de Matthieu Csák dans le Nógrád et dans le Heves (châteaux de Sirok et de Fülek). Ce n’est pas un hasard si le centre des domaines des Druget se trouvait en Hongrie du Nord-Est, dans les régions qui auparavant avaient été les fiefs d’Amédée Aba et de ses fils. Philippe et les siens obtinrent le titre d’ispán dans plusieurs comitats (d’abord Szepes, en 1317 Abaújvar, en 1321 Gömör, aux alentours de 1328 Ung, Zemplén, Sáros et Borsod, puis, vers la fin des années 1330, Heves). Ils maintinrent le tribunal à l’endroit même où Amédée Aba rendait la justice, à Vizsony, dans la région d’Abaúj. L’étape suivante dans la conquête du pouvoir par Philippe Druget fut l’obtention du titre de palatin de Hongrie après la mort du palatin Dózsa Debreceni, au tournant des années 1322-1323. Dès lors, et vingt années durant, les Druget n’ont pas laissé échapper le titre de palatin. Après la mort de Philippe en 1327, ce furent son frère Jean, puis à partir de 1334 et jusqu’en 1342, le fils ce dernier, Guillaume, qui occupèrent cette fonction. Les Druget ont joué un rôle important dans la pénétration et dans la diffusion de la culture chevaleresque en Hongrie.

64À partir du milieu des années 1310, et jusqu’à la fin du règne de Charles-Robert, trois grands du royaume se partagèrent la fonction de comte de la cour. Le premier chronologiquement fut Lambert de la famille Hermány. Il était issu d’une famille d’origine germanique (de Nuremberg) dont, dans la deuxième moitié du xiiie siècle, la chronique de Maître Ákos évoque les revenus modestes. Lambert avait repris la fonction de comte de la cour à Jean, fils de Csák, qui avait trahi la confiance de Charles-Robert et qui, avec Matthieu Csák, avait comploté contre la vie du roi. En 1313, celui-ci éleva Lambert à la fonction de comte de la cour, fonction qu’il remplit jusqu’à sa mort en 1324. Il était aussi ispán de plusieurs comitats (Csanád, Nyitra, Zala) et il témoigna à Charles-Robert une fidélité indéfectible. Les fonctions de Lambert ne furent que le modeste début de la grande carrière des membres de la famille Hermány sous les Angevins. Parmi ceux-ci on peut signaler Lack qui, pendant une quinzaine d’années (1328-1344), occupa la fonction d’ispán des Sicules. Ses fils firent partie des personnalités les plus en vue de l’aristocratie au cours du règne de Louis Ier : Étienne parviendra à être argentier du roi et voïvode de Transylvanie, André sera ispán des Sicules, bán de Macsó, voïvode de Transylvanie, et Dénes sera archevêque de Kalocsa. Deux des petits-enfants de Lack seront palatins sous Louis Ier et Sigismond.

65Alexandre Köcski de Héder succéda à Lambert comme comte de la cour. Bien qu’il fût apparenté aux Köszegi, une des premières grandes familles à avoir acquis le pouvoir de prince territorial, il disposait de revenus et d’une position sociale nettement inférieurs. Il n’est pas exclu que le père d’Alexandre Köcski ait été l’un de ces chevaliers du village de Köcsk qui furent dits « enfants des serfs du saint roi ». Il est possible qu’en 1273 le roi Ladislas IV ait placé ces deniers parmi les servientes du roi et les ait soustraits à l’autorité de l’ispán de Vasvár. Quand les Köszegi établirent leur principauté territoriale, les Köcski devinrent leurs familiers. En 1310, Alexandre sortit de cette dépendance et jura fidélité à Charles-Robert. Pour se venger, les Köszegi saccagèrent son domaine, assassinèrent ses proches et l’obligèrent à quitter Vas. Il rejoignit Charles-Robert et participa en 1319 à la campagne au cours de laquelle le roi écrasa les Köszegi à la bataille de Szalafő et occupa nombre de leurs châteaux de Transdanubie. En 1324, il devint comte de la cour et il le resta jusqu’à sa mort, survenue en 1328. En même temps il obtint à titre d’honor le poste de capitaine du guet du château de Beszterce dans le nord du Trencsén et d’autres forteresses le long du Vág (qui restera pendant des décennies un honor attaché à la fonction de comte de la cour), puis, à titre de réparation personnelle, il finira par être nommé ispán du comitat de Vas et capitaine du guet de Sárvár. En 1326, il joua un rôle important dans l’écrasement de la révolte des Köszegi contre Charles-Robert. Il épousa la fille de Simon Nagymartoni, sœur de son successeur, Paul Nagymartoni.

66Paul Nagymartoni devint comte de la cour en 1328, à la mort d’Alexandre Köcski, et le resta jusqu’en 1349. Sa famille, originaire d’Aragon, était arrivée en Hongrie au début du xiiie siècle. Quelques décennies à peine après son arrivée elle jouait déjà un rôle important dans la direction du pays. Au début du xive siècle, les Nagymartoni, dont Paul, prirent parti contre les princes territoriaux. Paul combattit Matthieu Csák et son frère lutta contre les Köszegi. Pour se venger, les Köszegi brûlèrent leurs domaines, qui s’étendaient autour de Nagymarton et de Bajó en Transdanubie. La carrière de Paul a été favorisée non seulement par son engagement en faveur du roi, mais aussi par le fait qu’il était le beau-frère d’Alexandre Köcski. Pendant son long mandat la fonction de comte de la cour a été stabilisée.

67Parmi les partisans de Charles-Robert qui remplirent la fonction d’argentier du roi, il faut citer Ugrin Csák et Démèter Nekcsei. Ugrin était issu de la famille de Matthieu Csák. Mais alors que les domaines de Matthieu se concentraient dans le Haut-Pays, Ugrin était possessionné de l’autre côté du royaume, dans le Szeremség près de la Save. Entre 1301 et 1311 Ugrin fut sans doute le plus puissant des partisans du jeune Charles-Robert. À partir de l’arrivée du jeune prétendant au trône à Zagreb et pendant près d’une décennie, il resta auprès de lui en tant que tuteur et protecteur. Il figure régulièrement à la première place dans les écrits qui énumèrent les partisans de Charles-Robert (ainsi en 1304 lorsque les seigneurs hongrois s’allient à Rodolphe de Habsbourg, ou encore parmi les participants à la Diète de Rákos). D’après la Chronique de Pozsony, c’est lui qui fit passer le château de Poszega sous l’autorité de Charles-Robert. En récompense le roi lui donna la forteresse. Il reçut toujours des fonctions de confiance : d’après certaines sources, c’est à lui que Ladislas Kán aurait remis le prince Otton de Bavière qu’il tenait captif. Ses bons et loyaux services lui valurent d’obtenir la charge d’argentier du roi.

68Quelques années plus tard, cette même fonction revint à Démèter Nekcsei (1315-1338). Il faisait partie de la famille des Aba, comme Amédée, Ce dernier était possessionné dans l’est du Haut-Pays, alors que la famille de Démèter, outre le comitat de Sáros, possédait des terres dans le sud du pays, dans les comitats de Baranya et de Pozsega au-delà de la Drave. C’est là que se trouvait la localité de Nekcse, qui avait donné son nom à la famille. Le frère de Démèter, Alexandre, avait participé à la bataille de Rozgony aux côtés de Charles-Robert. Il s’était fait remarquer et le souverain l’avait récompensé en lui donnant différentes terres. Outre la fonction d’argentier du roi, il avait reçu comme honor le titre d’ispán de Bács et de Trencsén. En tant qu’argentier du roi, Démèter a joué un rôle important dans l’élaboration et l’application de la nouvelle politique économique de Charles-Robert. Avant 1338 un peintre bolonais inconnu décora une Bible en deux volumes, dite Bible de Nekcsei, dont les illustrations sont d’une grande valeur artistique. Cet ouvrage avait sans doute été confectionné à l’occasion de la fondation par Démèter du couvent pauliste de Csatár : c’est ainsi que l’artiste y a représenté le fondateur et son épouse tenant un modèle réduit de l’église. Démèter n’eut pas de fils mais il laissa deux filles. L’une épousa Paul Garai, comte de la cour de la reine Élisabeth puis argentier, et la deuxième s’unit à Nicolas fils de Gilét qui devint palatin après la mort de Guillaume Druget et le resta entre 1342 et 1356.

69Entre 1321 et 1342, Thomas Szecsenyi Kácsik s’est trouvé à la tête de la Transylvanie avec le titre de voïvode. Il descendait d’une famille de grands propriétaires du comitat de Nógrád. Au début du xive siècle, tous ses parents avaient rejoint Matthieu Csák. Seul le jeune Thomas fit exception. Ce choix est dù sans doute aux disputes qui opposèrent Thomas et son père aux autres membres de la famille à propos de leur domaine seigneurial de Szécsény. Dès le début du siècle il quitta Nógrád et prit parti pour Charles-Robert. Il participa à la bataille de Rozgony où il combattit héroïquement et fut blessé. Par la suite, le roi exprima à Thomas sa reconnaissance par de nombreux dons. En 1313, le roi lui donna l’un des châteaux de la région de Nógrád, Hollókő, qui appartenait à un membre de sa famille ayant suivi le clan opposé. Thomas continua à combattre fidèlement pour le roi et joua un rôle essentiel dans la reconquête du château de Visegrád face à Matthieu Csák. En Transylvanie, où en 1321 les vagues soulevées par une rébellion contre le roi venaient tout juste de se calmer, le souverain avait besoin d’un voïvode d’une fidélité absolue. Il le trouva en la personne de Thomas Szécsényi Kácsik. Après la mort de Démèter Nekcsei, il fut quelques années argentier du roi, puis, pendant le règne de Louis Ier (entre 1349 et 1354), quittant le poste de voïvode de Transylvanie, il devint comte de la cour, remplaçant dans cette charge Paul Nagymartoni. Par sa seconde femme, qui était de la famille de la reine Élisabeth, il entra dans la parenté de la maison royale de Hongrie.

70En 1325, le titre de bán de Slavonie revint à Mikcs Ákos, qui le garda jusqu’en 1343. Il était parent d’Étienne Ákos, le seigneur du Borsod. Mikcs participa à toutes les campagnes contre les princes territoriaux. Il combattit à la bataille de Rozgony puis contre Matthieu Csák, contre les fils d’Amédée Aba et contre Pierre fils de Petenye. Il fut pendant près d’une décennie ispán des comitats de Sáros et de Zemplén. À peine venait-il de recevoir le titre de bán de Slavonie, en 1326, qu’il dut écraser la révolte des Babonic et des Köszegi. Partisan fidèle du roi, il assura comme bán la réalisation de la volonté du souverain en Slavonie.

71À tous les autres postes d’importance, Charles-Robert plaça des membres de sa nouvelle aristocratie. Denis Balog, le héros de la famille Szécsi, contrairement à la majorité des membres de sa parenté, n’était pas devenu un familier de Matthieu Csák. Il rejoignit Charles-Robert. Dans les années 1330 il devint bán de Szörény, territoire qu’il avait repris au voïvode de Valachie Baszaráb. Thomas Tomaj, l’ancêtre des Losonci, avait combattu avec ses frères pour le roi contre Ladislas Kán. En échange de sa fidélité, le roi le fit ispán des Sicules ainsi qu’ispán de Vas. Un de ses frères fut lui aussi ispán de Vas, puis, sous Louis Ier, ispán de Szörény. Laurent Osl, qui a donné naissance aux Kanizsai, avait rompu avec ses seigneurs, les Köszegi, et avait rejoint Charles-Robert. Dans les années 1320, il fut nommé ispán de Zala et son fils deviendra évêque de Zagreb sous Louis 1er. Bereck Gutkeled, dont sont issus les Bátori, provenait de la famille de ce Joachim qui avait bénéficié d’un pouvoir très étendu sous le roi Ladislas IV. Après la mort de Joachim, il participa à la guerre civile du côté des partisans de son célèbre parent. Mais à l’inverse de celui-ci, Bereck, qui avait ses terres dans le comitat de Szatmár, était un noble à la fortune modeste. Ses fils choisirent le camp de Charles-Robert et luttèrent contre Kopasz Borsa. L’un d’entre eux, Jean, participa aux batailles de Rozgony et de Debrecen, puis contribua avec son frère, à l’écrasement des révoltes en Transylvanie. Jean sera ispán de Szatmár et d’Erdőd. l’un de ses frères sera évêque de Várad et l’autre ispán de Csongrád. Maître Doncs Balassa était un familier de Matthieu Csák qu’il quitta pour rejoindre le roi. Pendant des décennies il sera à la tête du grand domaine forestier royal de Zólyom qui fut divisé en 1339 en quatre comitats (Zólyom, Túróc, Liptó et Árva). Le cimier de maître Doncs – les trois lys – après la donation royale de 1327 sera parfaitement identique à celui du roi.

72La nouvelle aristocratie de Charles-Robert fut recrutée parmi les victimes du pouvoir des princes territoriaux. La plupart de ces aristocrates, bien qu’issus de vieilles familles nobles, avaient été exclus par les princes territoriaux de l’étroite couche des privilégiés et n’avaient pas d’espoir de se faire valoir. Ils avaient beau porter un nom célèbre, leur véritable ascension est due à Charles-Robert. Cela est encore plus vrai pour ceux qui étaient issus de la petite noblesse pauvre, et qui étaient ainsi parvenus très vite aux plus hautes dignités. Cette nouvelle aristocratie devait tout (ses fonctions, ses terres, son prestige) au roi Charles-Robert, et l’on comprend que celui-ci ait pu compter sur leur soutien fidèle dans toutes ses initiatives et ses réformes. Les grands noms de l’histoire médiévale hongroise des xive-xve siècles – les Szécsényi, les Szécsi, les Kanizsai, les Lackfi, les Garai, les Nagymartoni, les Balassa, les Bátori, les Gilétfi, etc. – pratiquement sans exception sont arrivés au pouvoir sous Charles-Robert.

Les réformes monétaires et fiscales, la croissance des revenus royaux

73À son arrivée Charles-Robert découvrit un pays menacé d’écroulement non seulement sur le plan politique mais aussi sur le plan économique. Les caisses de l’État s’étaient vidées. Le gouvernement des princes territoriaux perturbait l’économie monétaire. Leur pouvoir reposait sur l’économie naturelle. Les oligarques n’ont pas créé de nouvel atelier monétaire, bien que l’extraction de métal précieux ait beaucoup progressé dans les années qui ont suivi l’incursion mongole. Nous avons plutôt des témoignages des abus qu’ils commettaient, de leurs confiscations violentes. L’un des servants-chefs de Matthieu Csák s’était tout simplement approprié les revenus d’une des mines d’argent du comitat de Hont. Amédée Aba s’était emparé de la mine de Gölnic, Ladislas Kán de celle de Radna, puis des villages de Dés, de Kolozs et de Szék en accord avec les chambres locales. Vers 1320, 35 monnaies hongroises et étrangères étaient en circulation sur le territoire hongrois, sans compter l’argent non battu, ce qui ne favorisait guère les échanges marchands. La multiplicité des monnaies étrangères, qui n’étaient pas soumises à la conversion obligatoire, réduisait les recettes de la Couronne.

74Charles-Robert ne put entreprendre ses réformes économiques qu’après avoir soumis les princes territoriaux. Il est symbolique que ce soit en 1323, l’année de la défaite du dernier des oligarques, Jean Babonic, que Charles-Robert lanca sa réforme économique. Elle reposait sur la conception suivante : à côté des revenus provenant des domaines (dits domaniaux) il fallait arriver à avoir d’autres recettes royales. Ces recettes basées sur le droit régalien seront appelées revenus régaliens. Déjà André II avait tenté de faire fonctionner l’État sur le principe régalien mais, au début du xiiie siècle, les conditions de cette politique n’étaient pas réunies. Dans les années 1320, malgré l’opposition des princes territoriaux, la production marchande et l’économie monétaire s’étaient développées dans le pays. Les revenus de la caisse royale pouvaient désormais provenir majoritairement des droits régaliens.

75Cela ne veut pas dire que le souverain ait renoncé pour autant aux revenus domaniaux. Les domaines immenses appartenant aux princes territoriaux vinrent augmenter la fortune du souverain. Même si Charles-Robert en avait distribué une partie en donations, la plupart d’entre eux restèrent sous son autorité. Ce sont eux qui ont constitué les concessions de terres attachées aux attributions de charges publiques, c’est-à-dire d’honores. Le détenteur de l’honor devait verser une part des revenus ainsi assurés à la caisse royale. À partir des années 1320, Charles-Robert entreprit des opérations militaires pour reprendre possession des terres royales (avant tout terres des courtisans ou attachées aux châteaux) qui étaient illégalement passées à d’autres propriétaires. Des envoyés du roi, choisis parmi ses partisans les plus fidèles, arpentèrent le pays pour veiller au rétablissement des droits du souverain sur ses terres. C’est ainsi que Paul Magyar, le capitaine du guet de Gimes, de moyenne noblesse, fut plusieurs fois chargé de telles missions. Parfois, le roi confiait ce type de mission aux ispán des comitats. Dans certains cas il a même demandé l’aide des szolgabiró. En 1342, il avait réussi à reprendre le contrôle de beaucoup de ses terres. Mais il fallait encore remplir les caisses avec les revenus régaliens.

76Dans une lettre adressée par Charles-Robert le 6 janvier 1323 au chapitre de Transylvanie, nous apprenons qu’à la demande des évêques, des barons et des nobles « dans la mesure où le mauvais argent de nos coffres porte atteinte à la population de notre pays, pour rétablir le bien-être de notre pays et dans l’intérêt général », le souverain a décidé de battre monnaie, de fabriquer « un nouvel argent de bonne qualité à la valeur durable et circulant partout dans tout notre pays ». Dans ce but, les évêques, les barons et les nobles ont accepté que leurs tenanciers et leurs gens versent, d’après la taille de leur terrain (y compris les terrains urbains et les champs), tous les ans une somme d’un demi fertó en argent ou en monnaie de valeur équivalente. Les chambres du trésor battant monnaie – il y en avait quatre en tout – louées par le roi à cinq de ses fidèles, furent chargés de battre des deniers de bonne qualité. Le modèle était le denier que le prince slavon Étienne Gutkeled avait commencé à fabriquer en 1255. Charles-Robert fixa également le taux de change obligatoire des monnaies anciennes et étrangères. Les ispán de la monnaie échangèrent les anciens deniers à un taux de deux pour un. Ces derniers prélevaient l’impôt d’un demi fertó par foyer ou par terrain. Ils étaient assistés par le dispensator royal, Nicolas. Enfin le roi prescrivit les versements exacts à effectuer. C’est ainsi qu’en 1323 Charles-Robert rompit – provisoirement seulement, comme on ne tardera pas à le constater – avec la pratique vieille d’un quart de millénaire (elle durait depuis la mort de Géza I en 1077) de conversion annuelle de l’argent et il promit de battre une monnaie qui ne serait pas sujette à la conversion obligatoire. Par là même, le roi de Hongrie se privait d’un revenu constant, le gain de la chambre (lucrum camere), celui de la conversion annuelle – compte tenu de la dégradation annuelle de l’argent – qui revenait à l’État. C’est pour compenser cette perte que le roi lanca l’impôt foncier sur les terrains. Le nouveau denier pesa net 0,81846 g, et 300 nouveaux deniers faisaient 1 marc de Buda, qui pesait 245,537 g. C’est là le denier royal de meilleure qualité que connaîtra le xive siècle. Avant 1330, la chambre passa à un denier de type viennois, à affinage inférieur de l’argent. Un marc de Buda en valait 400, dont le poids net (0,40923) était exactement la moitié de celui de 1323. Nous ignorons si l’impôt sur les terrains de 1324 fut effectivement prélevé.

77En 1325, sur le modèle du florin en or florentin, Charles-Robert ordonna de battre une monnaie d’or hongroise. Les deniers d’argent ne jouèrent plus que le rôle de monnaie de change : c’est ainsi qu’en 1325 la Hongrie passa à un système de devise or. Par crainte de la nouvelle monnaie hongroise, la Bohême, qui disposait de mines d’argent développées, passa elle aussi à la monnaie d’or. En Europe occidentale, les premiers États à avoir adopté la monnaie or avaient été Florence et Gênes (1252), puis le royaume de Naples, la patrie de Charles-Robert (1278). Ils avaient tous un florin d’or (fiorino d’oro), ainsi que Venise (1284), où la monnaie était appelée ducat d’or (ducato d’oro). Le moyen de paiement des transactions internationales devint le florin d’or florentin. Quand en 1325 Charles-Robert lança le florin or hongrois, il entendit rattacher monétairement son pays à l’Europe occidentale développée.

78Le florin d’or s’accompagna pendant un temps du monopole des métaux précieux. Cela signifiait que seules les chambres du trésor du roi battant monnaie avaient le droit de convertir le métal précieux extrait des mines. Charles-Robert retira de la libre circulation commerciale l’argent et l’or non battus. Déjà quelques décennies auparavant, sous Venceslas II, une interdiction semblable avait été prescrite en Bohême. Cette disposition fit de l’or et de l’argent non battus un monopole royal. Le cours de conversion obligatoire des métaux précieux fut fixé à un niveau fort bas, ce qui rapportait à la chambre des recettes considérables : de 35 % pour l’argent à 40 % pour l’or.

79Avec le monopole des métaux précieux et avec l’interdiction de leur sortie, Charles-Robert entretenait la sérieuse crise de l’or qui sévissait depuis 1295. Pendant des siècles, le rapport entre l’argent et de l’or avait été de 1 à 10. Dans les premières décennies du xive siècle, ce rapport atteignit 1 à 20 dans différentes régions d’Europe. (Les raisons en étaient l’augmentation de la demande en or et la diminution de l’offre. Par exemple avec les conquêtes islamiques, l’afflux d’or en provenance d’Afrique avait baissé).

80En 1327, Charles-Robert prit des mesures pour encourager le développement des mines. En fonction du droit régalien sur les mines, le roi était l’unique propriétaire de toutes les mines. Ce droit coutumier remontait à une période où la plus grande partie du territoire était considérée comme propriété royale. Les mines l’étaient donc aussi. Suite à la distribution des domaines royaux au xiiie siècle la plupart des mines avaient échappé à la propriété royale et étaient tombées dans les mains de particuliers. Le roi Béla IV avait donné aux mineurs le privilège de faire sur leur territoire les recherches indispensables pour trouver le métal. Les mineurs ne dépendaient que du roi : sur l’or extrait, ils en payaient le dixième au souverain, sur l’argent, le huitième, au titre de rente d’extraction (urbura), et ils pouvaient disposer librement de tout le reste. Après 1325, la réglementation royale sur les métaux précieux changea profondément. Si la mine avait été ouverte sur une terre n’appartenant pas à la Couronne, le propriétaire de cette terre était tenu de renoncer à ses droits au bénéfice du roi en échange d’autres terrains ou d’une compensation en argent. Cela eut pour conséquence que les propriétaires privés, loin d’être incités à ouvrir de nouvelles mines, tentèrent plutôt de dissimuler les gisements. Il fallait donc changer les dispositions et le 17 mai 1327 Charles-Robert, suivant l’exemple de la Bohême, prit des dispositions qui visaient à intéresser les propriétaires à l’exploitation des métaux précieux existant sur leurs terres. Il autorisa les propriétaires à garder leurs terres et leur céda un tiers de la rente d’extraction qui revenait au roi. À l’époque, les mines hongroises produisaient un tiers de la production mondiale annuelle d’or (d’après des estimations peu fiables, il s’agirait de mille ou de deux mille kg par an) et un quart de celle d’argent (approximativement dix mille kg par an). La production provenait surtout de Transylvanie (Aranyosbánya), des régions frontalières de la Transylvanie (Asszonypatak, plus tard Nagybánya, et encore Felsőbánya) ainsi que de Körmöcbánya, dans le Haut-Pays (1328). Quant à la production d’argent, les centres en étaient dans le Haut-Pays : Selmecbánya, Gölnicbánya, Besztercebánya, et en Transylvanie à Radna.

81La réforme monétaire de 1325 fut un échec. La Hongrie apparut sur le marché international avec son florin or et, bientôt, les monnaies d’or hongroises à fleur de lys devinrent à l’étranger un moyen de paiement populaire (qui plus est, suite à l’établissement du monopole royal sur les métaux précieux en 1325 les commerçants étrangers n’eurent accès à l’or – et à l’argent – hongrois que s’ils vendaient leurs produits en monnaie royale), mais dans le pays même, c’est le sou, monnaie d’argent tchèque qui continua à faire la pluie et le beau temps. De toute manière, en raison de sa haute valeur, le florin or n’était pas en mesure de répondre aux besoins du commerce intérieur, qui portait sur de petits lots. Cest pourquoi, après accord préalable avec la Bohême, la Hongrie et la Bohême passèrent au bimétallisme or-argent. Cela veut dire qu’en 1329 la Hongrie, suivant l’exemple tchèque, commença aussi à produire des sous argent avec des spécialistes venus de Bohême. Le denier d’argent (dit petit denier) continua à servir de monnaie de change. Il était soumis à une conversion obligatoire annuelle. La nouvelle réforme monétaire contribua à mettre un peu d’ordre dans l’anarchie des rapports monétaires. Le nouveau système, qui reposait sur le principe de la valeur constante de l’argent, vacilla en raison de l’obligation de conversion du petit denier. En raison de ce renouvellement monétaire annuel sa valeur fut en diminution permanente.

82C’est pour l’éliminer des villages qu’en 1336 Charles-Robert supprima la conversion monétaire. L’ispán de la monnaie devait désormais encaisser trois sous par foyer. Ceux qui avaient payé les trois sous n’étaient pas obligés de convertir leur argent. L’obligation de conversion subsistait seulement là où l’imposition ne se faisait pas par foyer mais par maison ou par lotissement, à savoir dans les villes du roi et de la reine. Dans les années 1320, Charles-Robert ajouta aux quatre chambres du trésor initiales six chambres nouvelles, chargées de battre monnaie et de gérer les mines. Elles étaient dirigées par des ispán de la monnaie qui affermaient les chambres pour un an. Les ispán détenaient la totalité des revenus de la chambre, ce qui accrut considérablement leur pouvoir. Ils étaient contrôlés par l’argentier du roi et par l’archevêque d’Esztergom. En 1340 on vit apparaître pour la première fois la charge de trésorier (thesaurarius). Celui-ci était subordonné à l’argentier du roi et veillait aux trésors du roi. Le premier trésorier fut un irréductible partisan de Charles-Robert, un homo novus, le capitaine du guet de Gimes Paul Magyar.

83On ne tarda pas à constater que le système monétaire mis en place en 1336, comme les précédents, n’allait pas durer. Cela s’explique par la forte augmentation de la valeur de l’or par rapport à celle de l’argent qui eut lieu en 1337. Pour éviter les pertes dont le Trésor était menacé dans un pays ayant adopté le bimétallisme, le roi mit fin en 1338 à la production de sous argent. Ainsi la monnaie hongroise se sépara de la monnaie tchèque et le pays n’eut plus qu’une monnaie, la monnaie d’or. L’abondance de l’or en Hongrie permit d’en assurer la couverture. Après 1338 la seule monnaie de valeur fut le florin d’or battu à Buda, à Körmöcbánya et en Transylvanie (appelé plus tard l’or de Körmoc). À la place des sous et des petits deniers, il y eut un nouveau denier argent à valeur stable. Toutes ces monnaies étaient censées être à valeur constante (éternelle). C’est ainsi que la tradition annuelle de conversion de l’argent prit effectivement fin. La conversion fut rendue par principe arbitraire. Il n’y avait pas d’autre moyen de paiement que la nouvelle monnaie. De nouveau Charles-Robert interdit la sortie des métaux précieux, il interdit rigoureusement l’utilisation dans le commerce d’argent non battu ainsi que de n’importe quelle monnaie ancienne ou étrangère et il prescrivit la conversion de celles-ci. C’est pourquoi le prélèvement des trois sous argent par foyer fut suspendu pour un an ; à partir de 1339, en raison du changement de monnaie, un impôt capital de 18 deniers fut prélevé par tenure servile. La réforme de 1338 conclut la série des réformes pratiques de Charles-Robert. Il parvint à ce que le seul argent en circulation en Hongrie fût l’argent légal et la réforme eut des effets positifs sur le commerce. Pourtant la réforme de 1338 aboutit à un échec. Il n’en resta que le monopole des métaux précieux. Le régime fiscal en revint à ce qu’il était en 1336. Les villages payèrent l’impôt par foyer, et les villes continuèrent à payer comme avant le gain de la chambre.

84Les recettes du Trésor étaient constituées surtout par les impôts. Charles-Robert les prélevait non point comme seigneur, mais en tant que souverain. Les anciens impôts reposant sur les principes de l’économie naturelle – impôt en fouine (marturina), en hébergement (descensus), en produits alimentaires (victualia) – reculèrent, mais ils ne disparurent pas complètement. En conséquence de leur conversion (commutatio), ils étaient prélevés désormais en argent et non point en nature. Les impôts extraordinaires (collecta, subsidium), introduits par le roi André II en cas de besoin (par exemple pour des campagnes militaires), furent utilisés aussi par Charles-Robert. Les villes et les Juifs payèrent leurs impôts au roi une seule fois par an. Le roi exigeait de la part des responsables de l’Église des versements à titre de cadeaux et il imposait également certains revenus de l’Église (par ex. la dîme des prêtres). La colonne vertébrale de l’impôt royal fut l’impôt par foyer, qui avait pris la place de l’impôt d’un demi fertó et compensait la perte de la conversion annuelle de l’argent : chaque foyer devait verser 1/5 de florin d’or. Rapidement ce type d’impôt allait se transformer en impôt foncier. Louis Ier reviendra dans un décret de 1351 sur la question des impôts.

85Les revenus provenant des droits de douane représentaient une recette très importante pour le Trésor. La très grande majorité des douanes intérieures, dont le nombre s’était beaucoup accru suite aux mesures prises par les princes territoriaux pour empêcher le commerce, étaient tenues par des percepteurs privés, qui tiraient profit aussi de l’ancienne fonction des douanes en tant que péages (sur les chemins, sur les ponts, sur les bacs). À partir de 1321, seul le roi eut le droit d’établir de nouveaux points de douane. Les recettes des douanes furent assurées à partir des années 1210 par le trentième (tricesima), qui finira par absorber l’ancienne douane frontalière, le quatre-vingtième. Il était prélevé sur les principales routes reliant les grandes villes, et peut être considéré comme une douane frontalière située à l’intérieur du pays. Le trentième a été longtemps interprété au pied de la lettre comme la trentième part, d’une valeur de 3,33 %. Bien plus tard il devint un vingtième ; le droit de tarification du commerce extérieur représentait une part de 5 %. Les droits régaliens fiscaux étaient gérés par les hommes du roi. Dans certaines villes les services du trentième étaient tenus par l’ispán et ils étaient dirigés, comme les chambres de la monnaie et des mines, par des responsables qui les louaient.

86Charles-Robert a fait largement valoir ses droits régaliens, en matière de monnaie, d’extraction des métaux, des impôts et des douanes. La fréquence de ses réformes montre qu’il cherchait la solution optimale. Il n’hésita pas davantage à établir de nouvelles formes d’organisation aptes à s’adapter à un contenu en mutation. Il faut mettre au crédit de sa politique économique le fait que la Hongrie soit sortie en un temps étonnamment court de l’anarchie économique. Le Trésor s’est rempli à nouveau et le pays a trouvé dans le domaine économique une puissance et un respect accrus.

L’ouverture de la Hongrie vers l’extérieur

87Dans les deux premières décennies du xive siècle, en raison de la politique des oligarques, les relations économiques extérieures du pays étaient au plus bas. Dès 1316, le roi remettait des lettres de protection aux « commerçants qui circulaient dans notre pays ». Il leur déclarait ceci :

« Venant ici avec vos affaires et vos marchandises, s’il est vrai que conformément à une vieille coutume adoptée par nos ancêtres, vous êtes tenus de payer les droits obligatoires de la douane, et qu’à notre château construit près du bac de la Save, vous devrez remettre le trentième, vous avez le droit de vous déplacer librement et en toute sécurité dans tout notre pays avec vos gens sur notre foi de roi. »

88La mention ici du bac de la Save et le fait que cette lettre a été gardée dans les registres d’État de Venise permet de conclure qu’elle se rapportait avant tout aux Vénitiens ainsi qu’aux commerçants germaniques travaillant avec Venise. Cette lettre n’eut sans doute pas de résultats positifs car, en 1318, Charles-Robert dut prendre de nouvelles mesures concernant la sécurité des routes et s’engager à indemniser les Vénitiens des dommages subis. En 1319, le Doge accepta ces conditions. Mais nous n’avons pas de preuves que le commerce hungaro-vénitien ait redémarré avant le début du règne de Louis Ier. Une autre importante voie commerciale en direction de l’Occident passait par Vienne et disposait depuis longtemps du droit d’étape (ius stapuli). Ce n’est pas un hasard si, en 1318 là aussi, le souverain hongrois promettait son soutien aux commerçants viennois qui avaient l’intention de se rendre dans le pays. En direction du nord, le commerce passait surtout par Kassa et par Zsolna. En 1321, Zsolna bénéficia de l’exemption des droits de douane sur la portion hongroise de la route allant vers la Silésie. La circulation commerciale sur la ligne Kassa-Cracovie est confirmée par le fait qu’en 1306 Cracovie obtint le droit d’étape.

89Dans le premier quart du xive siècle les principaux biens d’exportation étaient les métaux précieux. Les commerçants germaniques et wallons qui, pour la plupart, arrivaient en Hongrie par Vienne les emportaient en Europe Occidentale. Une plus petite partie transitait par la Pologne jusqu’aux ports de la Baltique puis dans les Flandres. C’est par cette même voie que le métal du Szepesség arrivait dans les Flandres. Pendant un temps, le monopole des métaux précieux entraîna l’interdiction de sortie du pays de l’or et de l’argent (sauf sous forme d’argent royal). Parmi les produits de l’agriculture, les principaux biens d’exportation étaient le vin, le blé, le mouton, le porc et le bœuf. Le pays importait les biens de luxe (bijoux, parfums, épices, équipement militaire) ainsi que les textiles (tissus de pourpre, drap, toile). À ceux-ci il faut ajouter le plomb, voire le fer.

90L’importance du commerce extérieur se reflète dans la politique centre-européenne de Charles-Robert même si d’autres facteurs ne furent pas négligeables. Dans la période de domination des princes territoriaux, certains territoires hongrois (le comitat de Pozsony ou la région de la Mura) s’étaient trouvés sous domination autrichienne et, souvent, les princes territoriaux en révolte contre le roi avaient fait appel à l’aide autrichienne. Ceci jeta une ombre sur les relations entre Charles-Robert et les Habsbourgs, relations auparavant fort amicales. En même temps, en raison des relations de parenté existantes (la mère du roi hongrois était elle-même une Habsbourg), le roi hongrois, surtout dans les années 1310, put compter sur le soutien des princes centre-européens et surtout sur son cousin, le prince autrichien Frédéric le Beau (à partir de 1314 candidat à l’Empire). En 1314, à Vienne, Charles-Robert conclut avec lui un traité d’alliance. En 1317, Frédéric lui fournit une aide militaire pour reprendre Komárom à Matthieu Csák. Nouveau signe de rapprochement, en 1321 il conclut une nouvelle alliance avec Frédéric. Celle-ci plaçait la Hongrie du côté du duc Frédéric dans le conflit qui l’opposait à Louis IV de Bavière pour le trône impérial. En 1322 une armée hongroise sous la direction d’Alexandre Köcski participa aux côtés de Frédéric à la bataille livrée par celui-ci à Mühldorf contre Louis de Bavière. Le verdict des armes fut favorable à Louis que soutenait le roi tchèque Louis de Luxembourg. Pourtant, au début de l’année 1323, Charles-Robert renouvela son alliance avec les Habsbourgs, mais à la fin de l’année le système d’alliances existant se trouva bouleversé. Le roi tchèque fit la paix avec le prince Léopold de Habsbourg et, de ce fait, cessa de compter parmi les alliés de Louis IV. La paix avait été conclue avec la médiation de Charles-Robert, donnant ainsi le premier signe de ce qui peut être considéré comme un rapprochement hungaro-tchèque.

91Ainsi les conditions étaient réunies pour que les deux pays, producteurs de métaux précieux en quantités considérables, la Hongrie et la Bohême, jouent un rôle important dans la vie économique européenne. Les mines des deux pays en effet produisaient la moitié de la production européenne d’argent et plus de 90 % de la production d’or. En 1325, les pays rivaux passèrent tous deux à la monnaie or. La Bohême était plus riche en argent, la Hongrie en or. Outre la reconnaissance de leur complémentarité économique, la réconciliation hungaro-tchèque était favorisée également par des raisons politiques. Les Autrichiens soutinrent la révolte des Köszegi et des Babonic en 1326, ce qui contribua à attiédir les relations austro-hongroises. Les rois hongrois et tchèque se rencontrèrent le 13 février 1327 à Nagyszombat pour conclure une alliance tournée contre les Habsbourgs. En 1328, les armées hongroise et tchèque emportèrent sur la Leitha une victoire sur les troupes du duc d’Autriche. Aux termes de la paix de Bruck-sur-la-Leitha, les Habsbourgs rendirent à la Hongrie le comitat de Pozsony. C’est au cours de ces mêmes années que l’alliance hungaro-tchèque se renforça. En 1327, Charles-Robert, suivant le modèle tchèque, mit en œuvre les dispositions destinées à soutenir le développement des mines. Les mineurs de Körmöcbánya se virent attribuer des privilèges inspirés de ceux de Kuttenberg (Kutná Hora). Il est probable que la majorité d’entre eux provenait de Bohême car en 1329 ce sont des monnayeurs tchèques qui commencèrent à y fabriquer des sous argent.

92Une ombre pesait sur les relations hungaro-tchèques : le roi Jean de Luxembourg aspirait à absorber la Pologne, alors que Charles-Robert ne souhaitait pas la constitution, à ses frontières nord-ouest, d’un État tchèque trop puissant. Il était uni à la Pologne par un lien dynastique, puisque son épouse, la mère de ses enfants (Louis, André, Étienne), était Élisabeth, la fille du roi polonais Vladislas Lokietek. Quelques mois à peine après la rencontre de Nagyszombat, au printemps 1327, il dut prendre la défense de son beau-père. Jean ne renonça pas pour autant à ses ambitions et s’allia au deuxième grand ennemi de la Pologne, l’Ordre teutonique. En 1330, le roi Jean intervint dans les luttes entre la Pologne et l’Ordre teutonique et attaqua la Pologne. Charles-Robert apporta une aide militaire à son beau-père : une armée hongroise dirigée par Guillaume Druget combattit en Pologne, puis, sachant qu’il était soutenu par le prince autrichien Albert de Habsbourg, il marcha lui-même sur la frontière tchèque.

93Un nouveau tournant se produisit donc dans la politique étrangère hongroise. En 1331, une alliance anti-tchèque fut conclue avec les Autrichiens. Les conflits furent résolus avec la paix de 1332. En 1335, des ambassadeurs des trois pays voisins (la Pologne, la Bohême et la Hongrie) se réunirent à Trencsén pour préparer la rencontre de Visegrád. Charles-Robert s’était de nouveau rapproché de Jean. Le 1er novembre 1335 eut lieu le sommet des trois rois à Visegrád. Aux côtés des rois Charles-Robert de Hongrie et Jean de Bohême se trouvait le roi polonais Casimir III (le Grand). L’alliance, de bipartite, devenait ainsi tripartite.

94Le roi Jean renonça à ses prétentions sur la Pologne, Casimir donnait la Silésie à la Bohême. Dans le différend entre l’ordre Teutonique et la Pologne, Charles-Robert et Jean jouèrent les arbitres : la Poméranie resta sous l’autorité de l’ordre. La rencontre de Visegrád prit également d’importantes décisions en matière économique et commerciale. En raison du droit d’étape de Vienne, les trois rois décidèrent de créer une nouvelle route commerciale vers l’Europe occidentale, qui passait par la Bohême, la Moravie et la Hongrie. Cette route pénétrait dans le territoire hongrois à Holics et parvenait à Buda en passant par Sempte et par Esztergom. Cette rencontre eut aussi pour effet de donner un nouvel élan à l’itinéraire allant de la Hongrie à Cracovie par Kassa et Szepesség ainsi qu’à l’axe économique allant de Zsolna à Brünn (Brno). Par ces routes la Hongrie était désormais bien reliée au système commercial européen.

95L’alliance des trois souverains était tournée contre l’Autriche. Dans ces circonstances, les contacts pris au début de l’année 1336 par les Babonic et les Köszegi avec les ducs autrichiens Albert II et Rodolphe IV, contacts qui aboutirent à une reonnaisance de vassalité, apparurent comme un acte ouvert de haute trahison. En février 1336 le roi Jean marcha contre l’Autriche, suivi par les troupes hongroises et polonaises. En 1337, Charles-Robert attaqua l’Autriche, réoccupa la région de la Mur et battit les Babonic et les Közsegi, qui bénéficiaient du soutien autrichien. Dans les années suivantes l’alliance polono-hungaro-tchèque fut complétée par de nouvelles clauses. En 1338, Charles Robert s’allia au margrave Charles de Moravie (le futur roi Charles IV de Bohême). Cet accord posait déjà la question des prétentions du roi de Hongrie au trône de Pologne. En effet Casimir avait pris lors de la rencontre de Visegrád l’engagement de laisser l’héritage de la Pologne à l’un des fils de Charles s’il mourait sans enfants.

96Au sud, la Serbie, qui ne cessait de se renforcer apparaissait à Charles-Robert comme un danger. En 1317 il occupa le château de Macsó, puis, à la suite d’une nouvelle campagne en Serbie (en 1319), il rétablit l’office de bán de Macsó. En 1320 il nomma Étienne Kotromanic bán de Bosnie, c’est lui qui représentait les intérêts hongrois dans les territoires méridionaux. En 1324, il ajouta à son titre celui de bán de Só et d’Ozora, en conséquence de quoi il se trouva à la tête d’un territoire considérable. En 1339, le roi de Serbie Étienne Dusán, dont la mère était la fille de voïvode de Transylvanie Ladislas Kán et le père le roi serbe Étienne Uros III, réoccupa le territoire de Macsó (et s’empara de celui de Kucsó). Étienne Dusan menait une politique clairement anti-hongroise, il était allié au prince bulgare et au voïvode de Valachie Baszaráb. Ce dernier comptait également parmi les ennemis de Charles-Robert. En 1324, il occupa pour peu de temps la région de Szörény, qui se trouvait sous autorité hongroise, mais il dut finir par se soumettre à Charles-Robert. En 1330 Charles-Robert dirigea une expédition militaire en Valachie. Baszaráb lui tint tête et lui infligea une lourde défaite à Poszada, près d’Argyes. Le roi parvint difficilement à s’échapper après une bataille qui dura plusieurs jours. Charles-Robert subit d’ailleurs une défaite tout aussi sérieuse sur l’Adriatique où, dans les années 1330, les villes dalmates l’une après l’autre firent allégeance à Venise. Ce sont peut-être ces échecs dans le sud du pays qui encouragèrent Charles-Robert à promouvoir les droits de sa famille au trône de Naples. En 1333-1334 il se rendit à Naples, il fiança son fils André à Jeanne, petite-fille du roi Robert et il assura à André par contrat le trône de Naples.

97Malgré les échecs militaires et les pertes territoriales on peut dire que lorsque Charles-Robert mourut, le 16 juillet 1342, il laissa à son fils Louis un pays consolidé. Il fut enterré à Székesfehérvár, et c’est l’archevêque d’Esztergom Csanád Telegdi qui prononça sur sa tombe le discours funèbre.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540