Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la Hongrie médiévale. Tome II

 | 
Pál Engel
, 
Gyula Kristó
, 
András Kubinyi

Avant-propos

Noël-Yves Tonnerre

Texte intégral

1Alors que le premier tome de l’histoire de la Hongrie médiévale couvrait quatre siècles ce second tome concerne une période nettement plus courte : 225 ans entre l’avènement de Charles-Robert de Naples en 1301 et la bataille de Mohács de 1526. C’est dire que l’historien bénéficie ici de sources documentaires incomparablement plus abondantes que pour la période précédente, c’est dire aussi que la Hongrie, désormais bien intégrée à l’Occident chrétien, est devenue une grande puissance, qu’elle a des relations étroites avec le Saint-Empire, la Papauté et l’Italie, ce qui entraîne une multiplication des sources d’informations. Le lecteur trouvera donc dans ce livre des événements majeurs qui ont marqué la mémoire collective des Européens de la fin du Moyen Âge. C’est d’abord l’extraordinaire épopée de Charles-Robert, ce descendant de la prestigieuse dynastie capétienne, arrière-petits-fils de Charles, frère de Saint Louis, qui parvient avec une énergie impitoyable à établir son pouvoir sur le royaume magyar ; c’est ensuite l’intervention de Louis Le Grand dans le royaume de Naples pour châtier la reine Jeanne accusée d’avoir participé à l’assassinat de son frère André ; c’est aussi le règne de Sigismond qui réussit à mobiliser une flamboyante armée de chevaliers de tout l’Occident chrétien contre les Turcs mais qui se fait écraser à Nicopolis en 1396. Ce drame ouvre une longue période de menaces. Le royaume magyar devient une nouvelle fois le rempart de la Chrétienté. Malgré les efforts de Jean Hunyadi et le règne brillant et fragile de Mathias Corvin les Hongrois ne parviendront pas à briser l’élan de l’expansion turque. Et cette histoire se termine par la désastreuse défaite de Mohács. Pour un peu plus de 150 ans la Hongrie va être morcelée et sa capitale soumise au pouvoir turc. Ce raccourci événementiel résume bien ce que beaucoup de Français connaissent de l’histoire hongroise. Il s’en suit bien sûr un jugement peu nuancé sur l’arrogance d’une noblesse qui a ruiné l’autorité royale et sur l’incapacité du pays à s’unir pour résister aux offensives ottomanes. La réalité fut en fait plus complexe et c’est ce que ce livre essaie de faire comprendre.

2Première constatation : le pouvoir royal resta longtemps solide. Il n’y eut pas un apogée angevin et un long déclin d’un siècle et demi. Certes le xive siècle reste une période exceptionnelle. Charles-Robert et Louis le Grand ont brisé l’aristocratie traditionnelle et construit un solide état monarchique en s’appuyant sur une élite restreinte : les titulaires de dignités, appelées honores, administrant de vastes territoires à partir des châteaux royaux. Mais Sigismond sut après des débuts difficiles rétablir l’autorité du monarque. Le fils de Charles IV de Luxembourg, malgré ses origines germaniques, fut d’abord un prince hongrois, il ne négligea pas son royaume danubien et réussit à garder la main sur la majorité des châteaux. Ses successeurs ne purent le faire, c’est vrai, mais Mathias disposa encore dans la seconde moitié du xve siècle d’une des plus importantes forces militaires de son temps. La mise en place de solides lignes défensives au sud de son royaume retarda incontestablement la conquête turque. Bien sûr, la faiblesse des derniers Jagellons, Vladislas II et Louis II, est évidente mais il faut voir qu’un pays d’à peine quatre millions d’habitants pouvait difficilement triompher d’un empire turc en expansion. Seule une coalition de tout l’Occident chrétien pouvait briser l’offensive de Soliman le Magnifique or cette mobilisation n’eut jamais lieu. La responsabilité du désastre fut par conséquent collective.

3Deuxième constatation : ces deux siècles ont joué un rôle essentiel dans l’affirmation de l’identité hongroise. L’échec des princes territoriaux marque le triomphe d’une unité territoriale suffisamment forte pour résister à la défaite de Mohács. Les frontières de la Hongrie médiévale sont donc très proches de celles du royaume magyar reconstitué en 1867 et la capitale qui s’impose au xve siècle est déjà Buda. Si la Hongrie ne sut garder son université, les deux siècles de la fin du Moyen Âge ont été décisifs également pour la naissance de la littérature hongroise, pour la constitution du réseau des écoles urbaines et bien sûr pour la constitution du droit hongrois avec l’ouvrage majeur d’Istvan Werbocsi, le Tripartitum. On ne peut évidemment parler de l’identité hongroise sans mentionner l’originalité sociale du pays. En Hongrie la noblesse est particulièrement nombreuse, comme en Pologne, représentant 4 à 5 % de la population, et la bourgeoisie est souvent étrangère. C’est bien au cours de cette fin du Moyen Âge que se forme la société nobiliaire avec cette distinction fondamentale entre l’aristocratie proprement dite, la haute noblesse des barons, jouant un rôle essentiel dans le gouvernement royal et la noblesse moyenne qui domine dans les Diètes. et qui défend les intérêts des multiples petits nobles réduits à la possession d’une ou de quelques tenures. Le système des ordres est donc profondément différent de celui des royaumes occidentaux : la bourgeoise est rarement convoquée aux Diètes : haut clergé, barons et moyenne noblesse monopolisent la vie politique face au pouvoir royal.

4Il est évident également que le xive siècle et la première moitié du xve siècle furent une période relativement heureuse pour la Hongrie. Peu touchée par la crise que connaît l’Occident, elle continue de connaître une expansion démographique et une croissance urbaine. Ce qui frappe surtout, c’est la richesse étonnante en métaux précieux. La monarchie hongroise bénéficie d’importantes extractions de métal jaune, elle est donc assurée de revenus réguliers et peut mener une politique extérieure active. Les paysans, qui disposent d’une liberté personnelle tout en restant pour la plupart tenanciers, défrichent, améliorent leurs productions céréalières, développent l’élevage, une grande richesse de la vie rurale hongroise. Alors que les disettes se raréfient, les marchés se multiplient, ce qui permet la naissance d’un second réseau d’agglomérations, les bourgades agricoles. Dans ces agglomérations et dans les villes les artisans sont de plus en plus nombreux et se spécialisent mais leurs productions sont écoulées dans le pays même. En dépit d’un réel dynamisme économique, l’économie des villes de Hongrie reste en retard par rapport aux villes italiennes et allemandes, et c’est ce qui explique la présence des hommes d’affaires étrangers. Plus gravement, dans la seconde moitié du xve siècle le tassement de la vie économique est réel, l’essoufflement démographique est évident C’est un pays appauvri qui doit affronter la grande offensive turque de 1526.

5Par-delà l’histoire événementielle, ce livre s’efforce de dresser un tableau aussi complet que possible du royaume magyar au cours des deux siècles de la fin du Moyen Âge. Les trois auteurs Gyula Kristó, Pal Engel, Andreas Kubynii représentent bien le dynamisme de l’école historique hongroise. au cours des vingt dernières années. Si les sources écrites ont été intensément exploitées, disséquées, critiquées, l’archéologie n’a pas été négligée. Et c’est un tableau très vivant de la Hongrie que l’on trouvera dans ce livre. On remarquera aussi que les historiens ont été capables de surmonter les clivages nationalistes et idéologiques qui ont marqué l’histoire de la Hongrie depuis le compromis de 1867. Au moment où la Hongrie prend toute sa place dans la communauté européenne on ne peut que saluer la maturité acquise par l’historiographie magyare. Le lecteur trouvera ici un livre exemplaire par le niveau de l’érudition et par la qualité de l’analyse critique.

6La réalisation de cet ouvrage a été longue et n’a été possible que grâce au soutien permanent de l’Institut culturel hongrois de Paris et de son directeur Sandor Csernus. Qu’il en soit vivement remercié. Un grand merci aussi à Eva Toulouze qui a fourni un gros travail de traduction, à Marie Lionnet qui a relu attentivement le texte, à Lazlo Galffy, qui a toujours été disponible pour donner des conseils, au ministère de la Culture hongrois et au conseil général de Maine-et-Loire qui ont apporté leur aide financière. Puisse ce livre contribuer au renforcement des liens, déjà très vivants, entre la Hongrie et la France.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540