Version classiqueVersion mobile

Les révoltes blanches à Saint-Domingue aux xviie et xviiie siècles

 | 
Charles Frostin

Chapitre II. La défense des franchises coloniales

L’agitation de 1670

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Le désordre régnait partout. » Cette phrase de Louis XIV pour dépeindre le royaume à son avènement personnel en 16611 aurait pu s’appliquer à la situation des dépendances américaines, tant celle-ci paraissait alors inquiétante. La grande compagnie de colonisation créée par Richelieu pour coiffer l’ensemble antillais, la Compagnie des Isles de l’Amérique, avait complètement échoué : entrée en liquidation à partir de 1647, elle s’était vue réduite à vendre les îles relevant de son privilège, Saint-Christophe, la Martinique, la Guadeloupe, la Grenade, Sainte-Lucie, etc., aux gouverneurs qui jusque-là les dirigeaient en son nom. Ces derniers, désormais quasi indépendants avec leur titre de « Seigneurs-Propriétaires », avaient d’ailleurs tout fait pour précipiter la perte de la Compagnie, excitant la population contre elle au lieu de veiller au paiement des droits. « Ils y avaient si bien réussi, écrit le Père Du Tertre, que la Compagnie ne se fut pas plutôt dépouillée de la propriété ...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search