Version classiqueVersion mobile

Les voyages : rêves et réalités

 | 
Jackie Pigeaud

Les ambitions de l’éditeur berlinois Friedrich Nicolai (1733-1811) : entre encyclopédie et patriotisme

Françoise Knopper

Texte intégral

  • 1 Johann Georg Keyssler, Neueste Reisen durch Deutschland, Böhmen, Ungarn, die Schweiz, Italien und (...)
  • 2 Friedrich Nicolai, Beschreibung einer Reise durch Deutschland und die Schweiz im Jahre 1781, über (...)

1Deux hypothèses sous-tendent cet exposé. Premièrement, chaque génération possède son propre style de relations de voyage, et on peut chercher chaque fois quelques exemples de relations qui sont la quintessence de toutes les relations de ladite génération. Par exemple, en Allemagne, la première génération de voyageurs rationalistes, celle de la Frühaufklärung, pourrait s’identifier à celle d’un éducateur de princes comme Keyssler1, et celle de la dernière phase, la Spätaufklärung, à un représentant de la bourgeoisie intellectuelle tel que le fut le libraire-éditeur berlinois Friedrich Nicolai2. Dans les deux cas, les textes se veulent non fictifs et non esthétisés, ce qui sera mis en question par le Vormärz et raillé en particulier par les Tableaux de Voyage du poète Heinrich Heine. À l’ère du réalisme, ces rationalistes seront en revanche relus d’une façon indulgente ou même positive, quoique distanciée, notamment par le romancier Fontane, auteur des Randonnées dans la Marche de Brandebourg.

2Deuxième hypothèse : si le Siècle des Lumières est le siècle d’or de l’encyclopédie, Diderot considérant lui-même que son Encyclopédie est le « résultat du siècle philosophe », ne serait-il pas alors judicieux d’examiner dans quelle mesure les douze tomes que Nicolai publia entre 1783 et 1796 sous le titre Beschreibung einer Reise durch Deutschland und die Schweiz im Jahre 1781 peuvent eux aussi être qualifiés d’encyclopédiques ? Dans cette description de son voyage en Allemagne et en Autriche, apparaît comme un besogneux – non pas du voyage d’ailleurs, mais de sa relation : sa collation d’informations montre qu’il a été tenté par l’aventure encyclopédique, sans être encyclopédiste lui-même. L’objectif de ces quelques lignes est de suggérer que l’on peut mieux comprendre les motivations de ce voyageur, ainsi que les particularités de son écriture, si on lui prête l’ambition d’avoir imité, bien entendu dans de très modestes proportions, la méthode et l’esprit de Diderot et d’Alembert. L’Encyclopédie est devenue en quelque sorte Juno Iterducta.

  • 3 Hans-Joachim Piechotta, « Erkenntnistheoretische Voraussetzungen der Beschreibung : Friedrich Nico (...)
  • 4 Hans-Wolf Jäger, « Der reisende Enzyklopäist und seine Kritiker », dans Jahrbuch der Deutschen Sch (...)
  • 5 Paul Raabe, « Friedrich Nicolais unbeschriebene Reise von der Schweiz nach Norddeutschland im Jahr (...)

3Si l’on s’en tient à sa simple formulation, cette deuxième hypothèse n’est pas nouvelle. Dès 1976, Hans-Joachim Piechotta3, dans un article sur la Beschreibung einer Reise et l’herméneutique de Nicolai, a qualifié cet ouvrage de « monstrueux ». Puis Hans-Wolf Jager4 a classé notre auteur dans la catégorie des voyageurs encyclopédistes. Paul Raabe5 utilise enfin des termes similaires : de toutes les relations de cette époque, celle de Nicolai serait à la fois « la plus exhaustive et la plus informe » ; pour sa part, P. Raabe rétablit un certain ordre car il reconstitue savamment les étapes non décrites par Nicolai, celles de son retour depuis la Suisse jusqu’à Berlin. Mais ces qualifications, si justes soient-elles, sont plutôt utilisées à titre de présentation globale, d’introduction à l’œuvre de Nicolai. En revanche, une mise en relation plus systématique de l’Encyclopédie et de la relation de voyage écrite par Nicolai va nous permettre, au-delà des limites de l’entreprise de Nicolai, de souligner quelques points communs qui existaient dans les mentalités à Paris et à Berlin, dans les ambitions des esprits cultivés et dans leurs attentes vis-à-vis de leur public. Ce lien entre Nicolai et l’Encyclopédie n’a sans doute guère retenu l’attention jusqu’ici parce que, sitôt qu’il était question de déceler ses liens à la France, les spécialistes ont surtout cité les revues où Nicolai et son ami Lessing essayaient de faire admettre à Frédéric II que « la littérature allemande » méritait de conquérir ses lettres de noblesse. En revanche, grâce à la relation de ce voyage, nous verrons que la méthode et l’engagement de Nicolai sont influencés par les Encyclopédistes et entendent apporter un témoignage universel, exhaustif, raisonné, empirique. Plus encore, et à notre connaissance cela aussi n’a guère été montré jusqu’ici, nous découvrons une même conception du patriotisme, patriotisme qui débouche sur un plaidoyer pour un travail collectif nécessitant une bienveillance réciproque, servant à faire pleinement admettre les intellectuels par l’État, reposant sur le militantisme en faveur d’une certaine forme de gouvernement éclairé. Nous trouverons enfin les mêmes pratiques d’une écriture auto-réflexive, destinées notamment à obtenir l’assentiment de la censure, à ne pas retarder le rythme de parution, à se placer au service de l’intérêt général.

  • 6 Ingeborg Stolzenberg, « Friedrich Nicolais Reise durch Deutschland und die Schweiz 1781. Eine Doku (...)

4Avant d’analyser ces points communs, rappelons brièvement des différences fondamentales entre Nicolai et les modèles que nous lui prêtons. Diderot est un homme de lettres, un philosophe, un dramaturge, un critique d’art. C’est un tiers, un libraire-éditeur, Le Breton, ainsi que les associés de ce dernier qui sont à l’origine du projet de l’Encyclopédie puisque Le Breton avait demandé à Diderot de traduire la Cyclopedia de Chambers et ensuite obtenu le privilège royal pour l’Encyclopédie. À Berlin, en revanche, nous nous trouvons face à un autre type d’homme : Nicolai est un autodidacte, un homme de terrain, à la fois gestionnaire et écrivain. Au moment où il effectue son voyage, il est âgé de 48 ans et très célèbre en tant qu’imprimeur, éditeur et libraire ; d’ailleurs, il se charge lui-même de la diffusion de ses ouvrages. Il a également une grande expérience des ouvrages collectifs puisqu’il a créé trois revues, en particulier la Allgemeine Deutsche Bibliothek. Certes, il avait des amis éminents et savait les utiliser comme auxiliaires puisqu’il a par exemple édité la deuxième de ses revues avec Lessing et Mendelssohn, mais, en ce qui concerne la relation de son voyage, son principal auxiliaire fut, outre ses correspondants locaux, simplement son fils. Ce dernier n’a absolument aucun point commun avec le premier auxiliaire de Diderot que fut le mathématicien et philosophe d’Alembert : le jeune Samuel Nicolai n’était ni un scientifique ni un philosophe, mais, comme son père, il appartenait au monde des affaires. Une deuxième différence concerne leur vision de la politique et de la religion : il y a une différence fondamentale entre le matérialisme de Diderot et le rationalisme luthérien, teinté de néologie, d’un Nicolai ; alors que Diderot soutint des opinions audacieuses qui lui valurent la prison et qu’il se méfia – autant que d’Alembert – de l’absolutisme tel qu’il était pratiqué par Frédéric II, Nicolai fut un thuriféraire du fridéricianisme en de nombreuses circonstances. Enfin le genre des deux ouvrages est très différent. Dans l’Encyclopédie, les articles sont rangés par ordre alphabétique, la lettre A et la lettre Z y sont ostensiblement commentées pour en marquer le début et la fin. Au contraire, la relation de Nicolai est inachevée et l’ordre des informations est dicté par le trajet suivi par le voyageur. En outre, l’ampleur n’est pas la même. Avec ses 12 volumes (c’est la plus longue relation de voyage de sa génération), parus entre 1783 et 1796, et ses quelques 600-700 souscripteurs, elle ne saurait être comparée aux 17 volumes (1751-1757, 1766), aux 1 000 planches (1762-1772), aux 4 300 souscripteurs de l’Encyclopédie. Enfin, chacun sait que, même si Diderot a effectué un grand voyage, ce n’est pas le genre du récit de voyage qui semble l’avoir intéressé ; ses rares relations, en particulier celle de son séjour en Hollande, ne renouvellent pas les techniques d’écriture, et son important « Supplément au Voyage de Bougainville » (1772) a une autre vocation. Cependant, ces différences ne sont nullement incompatibles avec les points communs que nous allons analyser. En effet, il nous paraît très probable que Nicolai s’est inspiré de bien des aspects méthodologiques de l’Encyclopédie. Comme, grâce à la récente acquisition du manuscrit inédit des Carnets de voyage de Samuel Nicolai par la Staatsbibliothek de Berlin6, nous disposons de nouveaux renseignements sur les rencontres faites par Nicolai et sur le nom de ses informateurs, ce qui confirme l’hypothèse que cette relation a été rédigée comme si elle était un dictionnaire dont les articles auraient été confiés à différents auteurs.

La méthode encyclopédique

  • 7 « Dies ist auch die Ursache, warum ich in der meinigen [Reisebeschreibung], in nicht wenig Sachen (...)

5De même que l’Encyclopédie se définit dans son sous-titre comme un « Dictionnaire universel et raisonné de la connaissance humaine », censé servir à tous les temps et créer une mémoire collective, de même Nicolai7 insiste sur le fait qu’il écrit pour les générations futures, pour les futurs voyageurs et, plus généralement, pour les lecteurs qui auront besoin de trouver des informations. Cette volonté d’être utile va les précipiter les uns et les autres dans la spirale de l’écriture : être utile aux générations futures légitimait l’ajout incessant de précisions et de détails. Cette première motivation de Nicolai l’incite à réexaminer le genre de la relation de voyage car sa volonté de créer ainsi la mémoire collective est originale, son succès est d’ailleurs difficile à contester sur ce point puisque son récit est toujours considéré comme une source d’informations par les historiens aujourd’hui.

  • 8 Cf. Justin Stagi, « Die Apodemik oder Reisekunst als Methodik der Sozialforschung vom Humanismus z (...)
  • 9 Il annonce le plan de chaque rubrique : « Topographische Nachrichten, Anzahl der Einwohner, Police (...)

6À cause de cette « universalité », les auteurs ont classé leurs ouvrages dans la catégorie des ouvrages qui ne seraient pas forcément lus de façon continue et in extenso, mais qui seraient plutôt ponctuellement consultés. Cela peut paraître normal pour un dictionnaire, mais c’était en définitive plutôt courageux et lucide de la part de Nicolai, car il prenait le risque de rendre la lecture de ses volumes assez fastidieuse. Une autre conséquence de cette « universalité » fut la nécessité de traiter chaque point systématiquement, en fonction d’un plan préétabli parce que le plan, comme l’écrit l’Encyclopédie, peut « soulager la mémoire ». Or, dans ce domaine, Diderot et d’Alembert se savaient novateurs. Chez Nicolai, on peut donc être tenté de trouver l’imitation de cette innovation, qu’il aurait associée au plan des « apodémies » tel qu’il avait été défini8 aux xvie et xviie siècles et tel qu’il avait été adapté au xviiie siècle par les caméralistes allemands9.

7S’engager à écrire un ouvrage destiné à être consulté impliquait aussi d’être polyvalent car il s’agissait de respecter la « curiosité » des lecteurs qui compulseraient ponctuellement l’ouvrage. Cela encore déclenchait la spirale de l’écriture car il fallait alors essayer d’éviter les omissions. Nicolai, dès le premier volume, annonce qu’il publiera un « index exhaustif » (vollstandiges Register) : il tiendra sa promesse mais son index sera bien loin d’être complet et de renfermer toutes les notions que l’on souhaiterait y trouver. Cette exhaustivité, qui est le deuxième sens du mot « encyclopédique » (le premier sens étant universel et systématique), a été particulièrement contestée par certains contemporains de Nicolai qui ont accusé ce dernier de vouloir être un directeur de la pensée, de même que les Encyclopédistes concurrençaient les directeurs de conscience qu’étaient jusqu’alors beaucoup de jésuites. Volens nolens, les uns et les autres délimitaient bel et bien le champ des intérêts de leur lecteur. Volens nolens, car Nicolai en vient à s’attarder sur des points de détails uniquement parce qu’il se croit obligé de collecter toutes les informations. Par exemple, obéissant en cela aux conseils de l’Encyclopédie, il fournit des explications étymologiques (Hohenzollern viendrait de Hog-in-horn), s’intéresse à des expériences saugrenues et objectivement inutiles (comme celle d’un savant local dont l’ambition était de ramener les poules à l’état sauvage). Mais la majorité de ses informations étaient, elles, très utiles, en particulier celles qui concernaient les listes des érudits et des artisans, les catalogues des collections et galeries ou encore la technologie. À l’instar des gravures de l’Encyclopédie, Nicolai donne des renseignements d’une technicité exceptionnelle : son odomètre (Wegmesser) et son podomètre (Schrittzahler) sont longuement décrits et dessinés dans l’avant-propos du premier tome, comparables aux planches traitant du même sujet dans l’Encyclopédie.

8Or, pour collecter tant d’informations, il lui a fallu préparer le travail par des lectures et des échanges de lettres, auxquels s’est ajoutée la cadence infernale du voyage (« Nous roulâmes de nuit » est une formule récurrente dans son texte), puis continuer l’enquête par correspondance. Nous avons ici une troisième cause de la spirale de l’écriture : ce travail acharné a allongé considérablement le temps qu’il a fallu pour publier. Un peu comme Diderot et d’Alembert, qui commencèrent en 1749 et pensèrent publier seulement de 8 à 10 volumes alors qu’ils en publieront en fait 17, Nicolai gémit au début du tome 8 en raison de la somme de travail que sa méticulosité lui infligerait, puis il croit qu’il s’arrêtera au volume 10 puisqu’il y insère son Register, mais en réalité il ajoutera deux volumes et encore n’aura-t-il décrit au bout du compte qu’un tiers de son voyage. Pis encore : Nicolai se lance le défi d’actualiser constamment ses informations. Tandis que Diderot laisse à ses successeurs le soin de poursuivre son œuvre, Nicolai traite sa relation comme si elle était un périodique : s’inspirant en quelque sorte du modèle du courrier des lecteurs, il invente un système extravaguant d’appendices et d’ajouts (Beylagen, Zusatze) qui l’amène à continuer de se compléter ou de se corriger et à insérer à la fin de chaque volume les ajouts des ajouts précédents. Les lecteurs ont-ils lu ces appendices ? Après tout, ce n’est pas exclu car un tel allongement des publications illustre le mythe de la curiositas caractéristique de cette génération.

  • 10 « Les voyages étendent l’esprit, l’élèvent […] & le guérissent des préjugés nationaux. C’est un ge (...)

9Enfin et surtout, Nicolai observe le monde environnant en se référant, comme l’Encyclopédie, au philosophe anglais Francis Bacon et à son essai De dignitate et augmentis scientiarum (De la valeur et de l’avancement des sciences) en 1624. Deux termes résument la méthode bien connue de Bacon : expérience et induction. Francis Bacon était assurément plus un philosophe qu’un scientifique, mais le voyageur qu’est Nicolai reprend l’idée que l’empirisme libère la raison et qu’il permet un examen critique de la réalité ainsi que des connaissances acquises. Cet empirisme est la légitimation principale du voyage de Nicolai et il recoupe l’article que le Chevalier de Jaucourt a rédigé sur le « voyage » pour l’Encyclopédie10 : le but de Nicolai est de légitimer le fait que, si le voyageur a vu quelque chose, nul ne saurait le contester.

  • 11 « Verständig und unpartheyisch » (Beschreibung einer Reise, vol. 1, p. xvi).
  • 12 « Le but d’une Encyclopédie est de rassembler les connoissances éparses sur la surface de la terre (...)
  • 13 « Die gelehrten Landpastoren mögen sodann wohl viel nachsinnen, wo die Form als Schwierigkeit in d (...)

10Les composantes encyclopédiques du récit de voyage de Nicolai constituent de ce fait le fondement même de son raisonnement et de sa méthode qu’il qualifie de « rationnelle et impartiale », d’universelle et de raisonnée11. On peut dire que raisonner consiste chez lui, d’une part, à rassembler les observations, à établir des rapports de cause à effet (la qualité de la bière ou celle des chaussées dépendraient de l’excellence d’un gouvernement), bref à pratiquer comme les Encyclopédistes une « combinaison méthodique », et, d’autre part, à critiquer les comportements déraisonnables, à définir et « former des notions générales qui embrassent, sans exception, un certain nombre d’individus », pour reprendre les termes de Diderot. Son universalisme est utilitariste : il expose les connaissances de son temps et les transmet aux hommes qui suivront, pour « mériter du genre humain12 ». Cependant, à cause de son interprétation personnelle et restrictive de l’empirisme, il ne fut pas un « philosophe » au sens qu’a ce terme dans l’article « philosophe » : son esprit voulait certes être un « esprit d’observation et de justesse », cependant était-il aussi celui qui « marche la nuit mais [qui] est précédé d’un flambeau » comme l’écrit Dumarsais dans ledit article ? Il est permis d’en douter car – outre le fait que « c’est en dormant » que Nicolai et « son fils avançaient sur les chemins » (Wirfuhrenschlafendfort) – l’histoire ne pourra pas pardonner à Nicolai d’avoir ridiculisé avec plus de virulence que de talent les philosophes pratiquant la déduction, donc Kant et ses émules. Or sa critique de la déduction atteignit un point culminant dans la satire qu’il fit, dans le dernier volume de sa relation, dans le volume 12, de l’enseignement dispensé par le Stift de Tübingen où étudièrent Hölderlin, Schelling et Hegel13. Poussé par son esprit encyclopédique, il a cru pouvoir promouvoir l’universalisme à condition que celui-ci fût seulement celui des empiristes.

Le projet patriotique

  • 14 « Daß ich all diese Gegenstände sollte ganz vollständig abhandeln können, wird niemand, der billig (...)
  • 15 C’est une priorité pour Nicolai : « Es wird mir vielmehr angenehm seyn, wenn mich Eingebohrne über (...)

11Toutes les composantes de la méthode encyclopédique que nous venons de rappeler vont déclencher le combat patriotique de Nicolai, patriotique signifiant, pour lui, utile à la communauté (gemeinn ützig). En Allemagne (et ce fut la principale motivation de son voyage) il lui a paru utile de voyager pour rapprocher les Allemands, ordonner leurs découvertes scientifiques ou intellectuelles et combattre certaines tendances particularistes. Ce rapprochement fut aussi une des préoccupations fondamentales des Encyclopédistes même si, dans l’Encyclopédie, les informations étaient censées ne pas se limiter au cadre national, puisque le but était : « Que plus d’hommes soient éclairés, et que chacun participe, selon sa portée, à la lumière de son siècle. » Nicolai plaide du moins pour une écriture collective. La nécessité d’un travail collectif découlait d’abord bien évidemment de la masse d’informations à collecter auprès « d’hommes possédant connaissances et talent » (Männer von Kenntnissen und Talenten.) Cette polyvalence – depuis Diderot chacun l’avait parfaitement compris – ne pouvait plus être assurée par un seul auteur. À l’instar de Diderot et d’Alembert qui se sont entourés de collaborateurs, Nicolai déclare que « personne n’attendra de lui qu’il traite à lui seul de tous ces sujets14 ». Nicolai, si nos calculs sont exacts, mentionne une trentaine de correspondants, ce qui est proportionnellement considérable si l’on rappelle que l’Encyclopédie a eu environ 100 collaborateurs différents. On peut naturellement être tenté de déceler chez Nicolai l’éclectisme d’un autodidacte, cependant l’instrumentalisation du travail collectif semble surtout apparentée à celle que l’on a dans l’Encyclopédie. Dans le cas d’un travail encyclopédique et en particulier si ce travail est une relation de voyage, le travail collectif est en effet censé « combattre la fausseté » (or, écrit Jaucourt, le principal risque d’une relation de voyage est cette « fausseté », comme nous l’analyserons plus loin). De surcroît – et c’est plus important encore – cette nécessité du travail collectif est aussi liée à la possibilité de procéder à un examen critique des informations et donc d’en débattre et d’en discuter publiquement avec d’autres. La catégorie des intellectuels qu’il entend représenter (der Gebildete) analyse et conteste, observe et juge. C’est pourquoi la collecte d’informations aussi bien que les discussions se feront avec des spécialistes et des érudits locaux : Nicolai n’est pas le premier auteur de récit de voyage à procéder de la sorte mais il est le premier à l’affirmer haut et fort15. Le spécialiste est non seulement celui qui possède des connaissances mais aussi celui qui sait les exposer, qui comprend ce qu’il connaît : de même que Diderot dit s’être lui-même chargé d’écrire l’article « Art » parce qu’il n’a pas trouvé de bon spécialiste, on trouve chez Nicolai des passages où il commente, critique ou réécrit ce que d’autres n’arrivent pas à publier.

  • 16 « Selbst [Keysler und Uffenbach] scheint Frankreich, Italien und England mehr Hauptzweck gewesen z (...)
  • 17 « So würden sie sich besser kennen und richtiger von einander urtheilen lernen, würden lernen, wür (...)
  • 18 « Würden auf den Theil von Deutschland, wo sie zu Hause gehören, die nützlichste Anwendung machen, (...)

12Pour pouvoir travailler avec des spécialistes, il fallait dépasser les querelles stériles entre intellectuels (querelles aussi nombreuses en Allemagne qu’en France). Pour sa part, Diderot, dès l’introduction de l’Encyclopédie, invitait à la « bienveillance réciproque ». Si l’on rappelle cette citation, on comprendra que la formule que Nicolai utilise dans son propre avant-propos doit être prise dans un sens patriotique et non pas nationaliste16. À notre avis, c’est parce qu’il se situe dans la tradition des encyclopédistes français que Nicolai énumère les motifs pour lesquels cette entente réciproque est difficile à obtenir, et ce sans pour autant expliquer pourquoi elle serait importante : il rejette le chauvinisme, seule compterait l’ambition d’appliquer la raison critique et impartiale à l’Allemagne17. L’Allemagne est alors la patrie à laquelle on est attaché et que l’on doit faire progresser économiquement et intellectuellement, elle englobe le pays natal, sans que le pays natal ne prenne la place de la patrie. Le patriotisme est une affaire de jugement mais il suscite aussi, conformément à la tradition mercantiliste, un appel à des réformes. Nicolai insiste une deuxième fois sur la « bienveillance réciproque18 ».

  • 19 « Gemächlichkeit und übertriebene Aengstlichkeit haben vielleicht gleichen Antheil daran, daß ich (...)
  • 20 Beschreibung einer Reise, vol. 10, p. 67 et suiv.
  • 21 « Die Kräfte jedes Staats hängen vom richtigen und edlen Gebrauche der Verstandeskräfte ab » (Besc (...)
  • 22 Cf. aussi la communication de G. Volz dans ce volume.
  • 23 « Quant aux éloges mérités, il y aurait bien de l’injustice à ne les accorder qu’à la cendre insen (...)
  • 24 « Es kann aber oft schon ein Verdienst seyn, auf gewisse Gegenstànde Aufmerksamkeit erregt, und wa (...)

13Si différentes soient la France de Louis XV et la Prusse sous Frédéric II, Diderot et Nicolai luttent tous deux en tant que porte-parole des intellectuels de leur temps. La « liberté des Sciences et des Arts » réclamée par Diderot impliquait qu’il soit possible d’accéder aux informations, de visiter les ateliers, de copier les archives. Nicolai, exactement comme Diderot, se plaint par exemple du fait que certains métiers cachent leurs secrets. En outre, la défense des intérêts de l’opinion publique est un objectif primordial chez ces auteurs : les informations devaient devenir accessibles au grand public. Selon les Encyclopédistes, les données politiques, les questions de théologie, les inventions des mécaniciens ne devaient pas rester dans le secret des cabinets des monarques (Art. Encyclopédie.) De la même façon, Nicolai critique les villes d’Empire ainsi que Vienne parce que des secrets d’État y subsistaient19. Les caméralistes du Wurtemberg devraient avoir l’autorisation de rencontrer les artisans, la Hohe Karlschule devrait enseigner la menuiserie et l’horlogerie plutôt que la peinture et l’art de graver sur cuivre, quant à « l’École des jeunes filles », qui ne permettrait d’entrer à aucun visiteur étranger de sexe masculin, elle ne préparerait pas à la vie20. Les contemporains ont souvent attaqué l’attachement de Nicolai à son Brandebourg natal. Et pourtant, au-delà de ces racines prussiennes, c’est bien la cause de tous les intellectuels menacés qu’il essayait d’épouser. Car le fait d’attaquer l’Église du Wurtemberg était un moyen détourné de contester la censure prussienne que le roi Frédéric Guillaume II, qui succéda à Frédéric II en 1786, et Woellner, le nouveau ministre des cultes, avaient renforcée par les édits de religion et de censure qui furent promulgués en 1788. On comprend alors pourquoi Nicolai, sous le couvert de parler du Wurtemberg, déclare que « les forces d’un État dépendent du bon et noble usage des forces de la raison21 ». Inversement, sitôt qu’il se procurait des informations, Nicolai faisait l’éloge de ses informateurs et des personnes qu’il avait rencontrées et lues. Il rend par exemple hommage à Johann Pezzl et à ses amis Illuminés22. Comme dans l’Encyclopédie, il s’agissait de faire l’éloge des vivants23 et de resserrer les mailles du réseau des Aufklarer. La finalité de ces compliments était d’encourager le développement de l’opinion publique, et, plus précisément, d’une part de la créer au moyen des discussions et d’autre part de relayer le mouvement des idées auprès du grand public. Au fond, le voyageur construit son identité au moyen de la communication des idées et les entretiens qu’il avait avec ses informateurs correspondaient pour ainsi dire aux « séances » encyclopédiques virtuelles dont l’Encyclopédie avait rêvé. Un changement se produit alors dans le genre : la relation de voyage devient une œuvre de combat. De même que l’Encyclopédie voulait agir sur l’esprit humain, rendre les hommes plus vertueux et plus heureux, de même la relation de voyage de la Spätaufklärung devient une œuvre militante : ce changement commença avec des journalistes comme Wekhrlin en 1777 et atteignit un point culminant sous la Révolution française. Nicolai a cependant essayé d’empêcher la subversion et de stabiliser la situation : il stigmatise les erreurs mais, dans ses appendices, il se réjouit d’apprendre qu’elles ont été corrigées car cela prouverait qu’un voyageur peut aider ses amis et encourager le progrès24. Peut-être parce qu’il était aussi un journaliste qui entendait agir sur l’opinion publique, Nicolai a proclamé le pouvoir de l’écriture du voyageur.

  • 25 Beschreibung einer Reise, vol. 12, p. 110. Cf. aussi Helmut Borsch-Supan, p. 129.
  • 26 Beschreibung einer Reise, vol. 12, p. 45 et suiv.
  • 27 Par exemple la constitution de l’abbaye de Saint-Blaise est recopiée à la fin du dernier volume, N (...)

14Divulguer des informations à « la classe moyenne des esprits » menait inéluctablement à une épreuve de force avec la censure. Le combat va peu à peu se transformer en un combat pour une forme de gouvernement, et en cela aussi Nicolai est un témoin exemplaire de sa génération. Assez conservateur, il plaide pour le statu quo de l’Empire, dans la mesure où il se grise de constater des points communs entre Allemands du Nord et du Sud. Il préserve les spécificités territoriales et religieuses et appréhende une Église nationale allemande qui aurait pu se créer sous l’effet de l’épiscopalisme, d’une Église catholique s’émancipant de Rome. Son enthousiasme face à la culture germanique est quelquefois incongru : les historiens de l’art se moquent de la naïveté qui lui fait comparer le clocher de la cathédrale de Strasbourg au clocher de la Sophienkirche située dans un faubourg berlinois ou préférer l’église Sainte Hedwige de Berlin au splendide monastère érigé par Gerbert à Saint-Blaise dans la Forêt-Noire25. Mais il traite les institutions d’une façon moins dilettante. Par exemple il sait résumer en quelques lignes26 la complexité du Saint-Empire quand il explique qu’un seigneur peut appartenir à plusieurs hiérarchies simultanées : Gerbert, l’abbé de Saint-Blaise, est prince d’Empire puisque l’empereur François de Lorraine a élevé à ce grade depuis 1746 tout abbé de Saint-Blaise, cependant cet abbé siège à la Diète de Ratisbonne sur le banc des comtes puisque c’est l’acquisition de la petite localité de Bonndorf qui lui permet de siéger à la Diète, enfin il est à la fois un vassal autrichien et le chef d’une république (sans doute puisqu’il a été élu abbé). Cet aspect institutionnel donne de la cohérence à l’ensemble de la relation car Nicolai décrit tour à tour, en Allemagne, des gouvernements exemplaires et d’autres systèmes politiques contestables. Ce cadre patriotique légitime aussi la plupart des annexes27 (Beylagen).

  • 28 Il a abandonné le modèle abstrait qu’avait encore la Frühaufklärung (cf. G. L. Fink, « Frühaufklär (...)

15Ce patriotisme avait pourtant des limites parce que Nicolai ne se donnait pas de modèle abstrait universel28. Certes, il croit rester conforme au modèle de F. Wolff, mais en fait les qualités morales sont chez lui désormais étroitement associées à des valeurs concrètes, culturelles, sociales et religieuses. Son premier modèle, le Saint-Empire, était vermoulu et ses institutions périmées en cette fin de siècle. Son autre modèle, le rationalisme luthérien, dégénérait en une critique caricaturale de l’Allemagne catholique (Bavière et Autriche) et revenait à attaquer, à l’instar des Illuminés de Bavière, les jésuites qu’il soupçonnait d’organiser un grand complot pour imposer leur pouvoir et soumettre les protestants. Cette lutte est devenue son obsession, obsession qui a connu une recrudescence quand le luthéranisme rationaliste a été contrôlé et censuré par le pouvoir en Prusse : en 1789, le malheureux Nicolai fut accusé par les amis du ministre Woellner d’avoir été un Illuminé et d’avoir donc fomenté la Révolution. Faute d’avoir trouvé un modèle abstrait à son patriotisme, Nicolai s’est engouffré dans une impasse, s’obstinant à remplir des pages pour plaider en faveur de ses modèles mais sans parvenir à convaincre ses détracteurs. Il a perdu la vue d’ensemble encyclopédique, n’en gardant que la méthode. La dynamique de l’écriture n’est donc pas due uniquement au souci d’exhaustivité, elle résulte également des objectifs pratiques de Nicolai et de ses appréhensions liées à l’actualité.

Écriture autoréflexive

  • 29 J. Proust a montré que Diderot fut l’un des premiers à soulever le problème du style de l’écriture (...)
  • 30 Beschreibung einer Reise, vol. 1, p. xvi, en français dans le texte.
  • 31 L’article « Voyageur » en reste au stade de la critique de la fausseté : « [Les voyageurs] ajouten (...)

16Conscient de ces difficultés, voire de ces contradictions, Nicolai a médité sur les limites de l’écriture du voyage et, comme les Encyclopédistes29, il a plaidé pour convaincre les censeurs du bien-fondé de ses écrits. De même que l’Encyclopédie fait le portrait du censeur idéal, de même Nicolai admet : « Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire30. » Tout porte néanmoins à croire que cette formule prêtée à Voltaire n’est qu’une captatio benevolentiae car Nicolai affirme aussi l’inverse, quand il affiche son « franc-parler », réclame la liberté d’expression, se compare aux bouffons du carnaval (Narrenfreiheit) ; il assume donc la responsabilité de dire en fait « toutes » les vérités, même celles qui ne sont pas « bonnes à dire », et il remplace les questions de vérité et de mensonge par le problème de l’altérité, ce qui représente un progrès fondamental dans l’écriture du voyage31. L’Encyclopédie (en l’occurrence Jaucourt) avait d’ailleurs nettement distingué entre le voyage et la relation : il faudrait se méfier des « voyageurs » qui relatent leur périple et qui « d’ordinaire […] usent de peu de fidélité », il serait en revanche utile d’inciter à voyager soi-même : « Aujourd’hui les voyages dans les états policés de l’Europe sont, au jugement des personnes éclairées, une partie des plus importantes de l’éducation de la jeunesse, et de l’expérience chez les vieillards. »

  • 32 Pour reprendre l’expression de Leslie Bodi, Tauwetter in Wien. Zur Prosa der österreichischen Aufk (...)

17Outre le programme patriotique et didactique, le plaidoyer à l’adresse des censeurs était destiné à gagner du temps car les auteurs savaient que l’influence d’un censeur bienveillant risque d’être éphémère. Il fallait en quelque sorte profiter du « dégel32 ». L’Encyclopédie bénéficiait du soutien de Malesherbes et se hâtait d’en profiter. Dans le cas de Nicolai, on savait que le jour où Frédéric Guillaume II succéderait à Frédéric II, il subirait l’influence de son conseiller Woellner (dont le texte de l’édit de censure était prêt avant 1788). On le voit bien dans le tome 10, paru juste à temps avant la promulgation de l’édit de censure et fustigeant « bigoterie obscurantiste et partialité étriquée ». Les auteurs masquent au demeurant cette réalité par des arguments d’ordre financier : le prétexte avancé par Diderot et par Nicolai pour justifier leur précipitation est l’engagement qu’ils ont pris vis-à-vis de leurs souscripteurs et cet argument est censé prouver l’urgence de solliciter sur le champ l’assentiment de la censure. En fait, ces arguments financiers étaient faciles à résoudre : il était possible d’offrir des pages non prévues pour dédommager les souscripteurs (les premiers volumes de gravures ont ainsi été offerts par les Encyclopédistes ; Nicolai offre à ses souscripteurs le texte de son débat avec le philosophe Garve, ce qui était évidemment plus austère que des gravures). Et pourtant, la censure, en France comme en Prusse, a malgré tout réussi à retarder le rythme des publications et provoqué une interruption de plusieurs années pour l’Encyclopédie comme pour la relation de Nicolai.

  • 33 « Schreiben an Herrn Dohm : … Über die Absicht meines Werks, und bey dieser Gelegenheit auch uber (...)

18Ce combat pour obtenir un relâchement de la censure et accélérer la parution a engendré une réflexion des auteurs sur l’inégalité de la longueur des rubriques traitées. Cette réflexion, qu’on trouve dans le Discours préliminaire et l’article « Encyclopédie », est aussi présente chez Nicolai qui a rédigé une sorte de Discours préliminaire, publié dans la presse et reproduit au début du premier volume33 ; il y a inséré des réflexions humoristiques éparpillées dans les 12 tomes pour signaler que l’écriture encyclopédique est une écriture volontairement « désordonnée » : de même que les articles sont d’inégale longueur dans l’Encyclopédie, de même certaines descriptions de Nicolai sont très longues et d’autres allusives. Diderot avait écrit que son Dictionnaire serait « informe » et estimé que c’était son avantage sur Chambers, l’encyclopédiste anglais auquel il reprochait de ne jamais se passionner et de traiter tous les problèmes dans des articles d’égale longueur. La passion de Nicolai, si on adopte la démonstration de Diderot, est alors incontestable : plus il décrit un lieu avec hargne, plus sa description est longue (c’est le cas de Vienne, Nuremberg, Augsbourg par exemple). Plus il se passionne, plus sa prose est travaillée, comme dans ses pages satiriques sur les catholiques qu’il observe à Bamberg ou, nous l’avons vu, sur les orthodoxes luthériens du Wurtemberg. Un cercle vicieux s’est instauré : l’auteur voulait contribuer à consolider la solidarité de l’élite cultivée, or il décevait et froissait bien des Bavarois et des Autrichiens ; il a alors essayé de se justifier mais ses réflexions ont été ressenties comme une marque d’arrogance et de lourdeur berlinoises, accusation partiellement injuste car Nicolai était loin de déjà envisager l’unification politique du Saint-Empire sous l’égide de la Prusse.

19Le désordre – relatif – de sa relation de voyage entendait servir l’intérêt général : le patriotisme est ici subordonné à la volonté de mieux connaître l’Homme et le monde. En outre, pour Diderot, le désordre dans la disposition et la longueur des articles ou des descriptions de lieux était censé prouver que l’Encyclopédiste est son propre maître : il écrit en fonction de ce qu’il sent et de ce qu’il juge important, il n’y a pas une loi qui lui impose de l’extérieur une mécanique de l’écriture. C’est sa propre dynamique qui rythme le déroulement du travail. Cependant, cette affirmation de la liberté de l’écriture allait beaucoup plus loin chez Diderot que chez Nicolai parce qu’elle correspondait à l’idée que le monde se crée lui-même en un incessant devenir et qu’elle servait de fondement philosophique de l’athéisme. Au contraire, chez Nicolai, nous ne dépassons pas le cadre du civisme comme intérêt général : pour lui, l’homme est avant tout un citoyen.

20C’est pourquoi l’écriture cosmopolitique des Encyclopédistes est finalement abandonnée par Nicolai. Comme Diderot le précise dans son article « Encyclopédie », l’écriture cosmopolitique consistait à écrire « comme si » l’auteur se trouvait « à mille ans et à deux mille lieues » de son lieu de rédaction, à contribuer à ce que « l’esprit national marche sans cesse ». Or Nicolai utilise certes des sources multinationales, mais son écriture est étroitement liée à l’actualité, elle est journalistique. À ce titre, Nicolai se méfiait des philosophes idéalistes, de Kant, Fichte et Schelling, de la littérature classique de Goethe et de Schiller, dont la pensée déductive et abstraite resterait selon lui hermétique. Il a donc peut-être tenté malencontreusement de freiner « la marche de l’esprit national » mais cela contribue du moins à faire de sa Reisebeschreibung l’exemple même de ce que pouvait écrire un Spätaufklärer.

21En termes d’écriture, la logique de la spirale encyclopédique dans laquelle Nicolai s’était engouffré repoussait indéfiniment l’achèvement de sa relation. Par exemple, à la différence de Paul Raabe qui peut aujourd’hui reconstituer impunément les étapes du périple de Nicolai en Alsace à partir des manuscrits originaux, Nicolai, lui, n’aurait guère pu se permettre de décrire la ville de Strasbourg dans un hypothétique tome 13 car ce dernier tome n’aurait pas pu paraître avant 1797, or la ville n’était plus le Strasbourg qu’il avait connu en 1781 ; ses informations n’auraient par conséquent plus eu le sens que l’auteur voulait donner à sa relation, puisqu’elles n’auraient plus été ni exhaustives ni actuelles, et que le combat patriotique dont Nicolai s’était fait le champion n’aurait plus été possible car le fait de louer des Français aurait exposé l’auteur à se faire accuser de trahison (ce qui arriva précisément à Campe). Le silence était devenu de rigueur pour cette génération de voyageurs.

22Nicolai a donc tenté l’aventure de l’écriture encyclopédique en l’appliquant à la relation d’un voyage. Il a rassemblé ses informations de façon méthodique et a orchestré rationnellement la multiculturalité du Saint-Empire. Il a espéré se rendre utile en formulant à propos des autres régions des critiques qui concernaient aussi la Prusse, sa patrie, et il a condamné partout l’ingérence des théologiens dans la politique. Il n’est pourtant pas parvenu à concilier le dynamisme du déplacement sur route avec le dynamisme du savoir. À la différence des Encyclopédistes, il a été gêné par l’interprétation réductrice et erronée qu’il avait de l’empirisme. Les lecteurs, même s’ils ont compris et approuvé ses intentions, ont estimé qu’un tel type de relation de voyage gagnerait à être remplacé soit par des articles de journaux, toujours liés à l’actualité, soit par des topographies, qui composaient un ensemble clos. Toutefois, aussi longtemps que les fonctionnaires ont été réticents à transmettre leurs informations au grand public, c’est bien le modèle de Nicolai qui a perduré et qui a incontestablement aidé les voyageurs des années 1780-1800 à se définir et à s’affirmer.

Notes

1 Johann Georg Keyssler, Neueste Reisen durch Deutschland, Böhmen, Ungarn, die Schweiz, Italien und Lothringen…, Hannover, N. Förster, 1740.

2 Friedrich Nicolai, Beschreibung einer Reise durch Deutschland und die Schweiz im Jahre 1781, über Gelehrsamkeit, Industrie, Religion und Sitten, Berlin und Stettin, F. Nicolai, 12 vol., 1783-1796.

3 Hans-Joachim Piechotta, « Erkenntnistheoretische Voraussetzungen der Beschreibung : Friedrich Nicolais Reise durch Deutschland und die Schweiz im Jahre 1781 », dans Laermannet al. (éd.), Reise und Utopie. Zur Literatur der Spätaufklärung, Frankfurt-Main, Suhrkamp, 1976, p. 98.

4 Hans-Wolf Jäger, « Der reisende Enzyklopäist und seine Kritiker », dans Jahrbuch der Deutschen Schiller-Gesellschaft, Jahrgang 26, 1982, p. 104-124.

5 Paul Raabe, « Friedrich Nicolais unbeschriebene Reise von der Schweiz nach Norddeutschland im Jahre 1781 », dans Wolfgang Griep, Sehen und beschreiben. Europäische Reisen im 18. und frühen 19. Jahrhundert, Eutiner Forschungen l, Heide i. H., Boysens & Co, 1991, p. 199.

6 Ingeborg Stolzenberg, « Friedrich Nicolais Reise durch Deutschland und die Schweiz 1781. Eine Dokumentation nach den Stammbüchern seines Sohnes Samuel in der Staatsbibliothek zu Berlin », dans Archiv für Geschichte des Buchwesens, Frankfurt-Main, Buchhändler-Vereinigung, 1998, p. 171-219.

7 « Dies ist auch die Ursache, warum ich in der meinigen [Reisebeschreibung], in nicht wenig Sachen die für bloße Leser eigentlich nicht nothwendig gewesen waren, auf künftige Reisende Rücksicht genommen habe » (Beschreibung einer Reise durch Deutschland und die Schweiz im Jahre 1781, Berlin und Stettin, 1783, vol 1. p. viii-ix).

8 Cf. Justin Stagi, « Die Apodemik oder Reisekunst als Methodik der Sozialforschung vom Humanismus zur Aufklarung », dans Mohammed Rassem et Justin Stagi (éd.), Fruhgeschichte der Staatsbeschreibung und Statistik, Paderborn, 1981, p. 131-204.

9 Il annonce le plan de chaque rubrique : « Topographische Nachrichten, Anzahl der Einwohner, Policeyeinrichtungen, Landeskollegien, Industrie und Handlung, Gelehrsamkeit, bildende Künste und Musik, Religion und Religionsgebräuche, öffentliche Schauspiele, Sitten und Gewohnheiten u. a. m. einige Bemerkungen mittheilen » (Beschreibung einer Reise, op. cit., p. i-ii).

10 « Les voyages étendent l’esprit, l’élèvent […] & le guérissent des préjugés nationaux. C’est un genre d’étude auquel on ne supplée point par les livres, & par le rapport d’autrui ; il faut soi-même juger des hommes, des lieux, & des objets », dans Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. 17 [1765], art. « Voyage (Éducation) ».

11 « Verständig und unpartheyisch » (Beschreibung einer Reise, vol. 1, p. xvi).

12 « Le but d’une Encyclopédie est de rassembler les connoissances éparses sur la surface de la terre ; d’en exposer le système général aux hommes avec qui nous vivons, & de le transmettre aux hommes qui viendront après nous ; afin que les travaux des siècles passés n’aient pas été des travaux inutiles pour les siècles qui succéderont ; que nos neveux, devenant plus instruits, deviennent en même temps plus vertueux & plus heureux, & que nous ne mourions pas sans avoir bien mérité du genre humain. »

13 « Die gelehrten Landpastoren mögen sodann wohl viel nachsinnen, wo die Form als Schwierigkeit in der Deduktion zu finden sey, und es liegt nur daran, dass sie den sinnl. Theil ihres Ichs zu sehr mit Mehlknöpfle und Neckarwein vollgestopft haben ! So nötig wären diätetische Kenntnisse den Bauern, und untranscendentale Kenntnisse aller Art ihren philosophischen Predigern ! » (Beschreibung einer Reise, vol. 12, p. 11-12).

14 « Daß ich all diese Gegenstände sollte ganz vollständig abhandeln können, wird niemand, der billig ist, von mir fodern [ !] » (Beschreibung einer Reise, vol. 1, p. ii).

15 C’est une priorité pour Nicolai : « Es wird mir vielmehr angenehm seyn, wenn mich Eingebohrne über Thatsachen, in denen ich mich könnte geirret haben, und welche Eingeborhne besser wissen konnen, zurecht weisen wollen. Auch meine Betrachtungen und Urtheile unterwerfe ich gern dem Ermessen jedes wahrheitsliebenden und einsichtsvollen Mannes, der sein Vaterland kennt » (Beschreibung einer Reise, vol. 1, p. xvi et suiv.).

16 « Selbst [Keysler und Uffenbach] scheint Frankreich, Italien und England mehr Hauptzweck gewesen zu seyn, als Deutschland. Wie nöthig wäre es aber doch, daß die Deutschen ihr eigenes Vaterland kennen lernen ! » (Beschreibung einer Reise, vol. 1, p. vii et suiv.).

17 « So würden sie sich besser kennen und richtiger von einander urtheilen lernen, würden lernen, würden einsehen, daß in allen Ländern Gutes und Fehler anzutreffen sind, würden auf den Theil von Deutschland, wo sie zu Hause gehören, die nützlichste Anwendung machen, würden sich einander ertragen und lieben lernen » (ibid.).

18 « Würden auf den Theil von Deutschland, wo sie zu Hause gehören, die nützlichste Anwendung machen, würden sich einander ertragen und lieben lernen. Hiezu könnten Reisebeschreibungen die nützlichsten Dienste thun, worinn versucht werde, die hauptsächlichsten deutschen Provinzen, bes. nach ihrer Verfassung, Religion, Gelehrsamkeit, Industrie und Sitten, so viel ein Reisender davon bemerken kann, zu schildern » (ibid.).

19 « Gemächlichkeit und übertriebene Aengstlichkeit haben vielleicht gleichen Antheil daran, daß ich von verschiedenen Personen daselbst auf meine gar nicht indiskreten Anfragen keine Antwort erhalten habe » (Beschreibung einer Reise, vol. 1, p. ii).

20 Beschreibung einer Reise, vol. 10, p. 67 et suiv.

21 « Die Kräfte jedes Staats hängen vom richtigen und edlen Gebrauche der Verstandeskräfte ab » (Beschreibung einer Reise, vol. 10, p. 69).

22 Cf. aussi la communication de G. Volz dans ce volume.

23 « Quant aux éloges mérités, il y aurait bien de l’injustice à ne les accorder qu’à la cendre insensible & froide de ceux qui ne peuvent plus les entendre […]. L’éloge est un encouragement à la vertu, c’est un pacte public que vous faites contracter à l’homme vertueux » (art. Encyclopédie.)

24 « Es kann aber oft schon ein Verdienst seyn, auf gewisse Gegenstànde Aufmerksamkeit erregt, und was lange vernachlässigt gewesen, wieder auf Tapet gebracht, was man lange in einer Stadt gesehen hat, ohne es zu betrachten, wieder in Anfrage gebracht zu haben » (Beschreibung einer Reise, vol. 1, p. x).

25 Beschreibung einer Reise, vol. 12, p. 110. Cf. aussi Helmut Borsch-Supan, p. 129.

26 Beschreibung einer Reise, vol. 12, p. 45 et suiv.

27 Par exemple la constitution de l’abbaye de Saint-Blaise est recopiée à la fin du dernier volume, Nicolai souhaitant que ce système soit introduit dans d’autres établissements, c’est-à-dire que le luthérien militant qu’il est habituellement fait ici place à un rationaliste qui préfère louer des bénédictins et critiquer les facultés de théologie protestante.

28 Il a abandonné le modèle abstrait qu’avait encore la Frühaufklärung (cf. G. L. Fink, « Frühaufklärung », dans Robert Theis [éd.], Die deutsche Aufklärung im Spiegel der neueren französischen Aufklärungsforschung, Hamburg, Meiner, 1998, p. 25).

29 J. Proust a montré que Diderot fut l’un des premiers à soulever le problème du style de l’écriture de la philosophie, cf. également G. Stenger, Nature et liberté chez Diderot après l’Encyclopédie, Paris, Universitas, 1994 : chapitre ii.i. intitulé « Une poétique de la nature », p. 91-97.

30 Beschreibung einer Reise, vol. 1, p. xvi, en français dans le texte.

31 L’article « Voyageur » en reste au stade de la critique de la fausseté : « [Les voyageurs] ajoutent presque toujours aux choses qu’ils ont vues, celles qu’ils peuvent voir, & pour ne pas laisser le récit de leurs ouvrages imparfaits, ils rapportent ce qu’ils ont lu dans les auteurs, parce qu’ils sont premièrement trompés, de même qu’ils trompent leurs lecteurs ensuite. » En revanche, l’article « Voyage (Éducation) » insiste sur l’altérité : « Ainsi le principal but qu’on doit se proposer dans ses voyages, est sans contredit d’examiner les mœurs, les coutumes, le génie des autres nations, leur goût dominant, leurs arts, leurs sciences, leurs manières et leur commerce. »

32 Pour reprendre l’expression de Leslie Bodi, Tauwetter in Wien. Zur Prosa der österreichischen Aufklärung 1781-1795, Frankfurt-Main, Fischer, 1977.

33 « Schreiben an Herrn Dohm : … Über die Absicht meines Werks, und bey dieser Gelegenheit auch uber die Widerspruche, die ein freymüthiger Schriftsteller, zumal wenn er über seine Zeitgenossen urtheilt, gewiß erwarten kann, habe ich mich in meinem Schreiben an Herrn Kriegsrath Dohm erklärt, das in den Märzmonath des deutschen Museums eingerückt. Ich lasse es am Ende dieser Vorrede wieder abdrucken, weil ich wünschte, daß meine Leser meine Gesinnungen hierüber vor Augen haben möchten. »

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search