Version classiqueVersion mobile

Les voyages : rêves et réalités

 | 
Jackie Pigeaud

« Grand Tour » et Lumières

Yves Hersant

Texte intégral

1Rien de plus antipathique au Grand Siècle – j’entends, ici, le xviiie siècle – que le repos dans une chambre, la réclusion solipsiste, le repli sur soi du sédentaire ; et rien de plus prisé que les voyages, quand ils permettent une double saisie du réel et de soi-même. Curiosité, mobilité, cette double exigence traverse l’époque. Pas de Lumières qui ne se propagent, ni d’homme éclairé qui ne se mette en branle : il importe à celui-ci, comme il est essentiel à celles-là, de s’étendre et de se répandre, de progresser par expansion. Mais en revenant au point de départ, enrichi d’un savoir neuf ; l’accroissement des connaissances n’exclut pas le retour à soi. Si linéaire que soit leur progrès, il y a une circularité des Lumières : l’origine les fascine trop pour qu’elles s’en éloignent à tout jamais. Aussi doivent-elles, idéalement, concilier le cercle et la ligne droite. Plus concrètement : à la conquête et à la quête, l’homme éclairé préfère l’enquête ; ses déplacements sur notre globe, non moins que de l’actuel tourisme, se distinguent assez nettement des pérégrinations humanistes et des Découvertes de la Renaissance.

  • 1 Parmi bien d’autres, on peut consulter l’anthologie The Age of the Grand Tour, Londres, 1967, avec (...)

2En dépit de leur prestige, je ne dirai mot des bourlingueurs, ni des aventuriers et gens de Cour ; mon attention se portera sur des voyageurs moins téméraires, et dont le rapport aux Lumières est souvent problématique. Tels les adeptes du Grand Tour, c’est-à-dire du long voyage d’initiation, laïque sinon obligatoire, qu’à partir du xviie siècle les rejetons de la noblesse – bientôt suivis par des bourgeois – ont entrepris dans toute l’Europe, en privilégiant la France et l’Italie. À ces équipées éducatives, prodigieusement diverses dans le détail quoique répétitives pour l’essentiel, les spécialistes prêtent aujourd’hui une attention fort justifiée1 : on les analyse et les compare, on recense les grand-touristes, on (ré)édite leurs lettres et leurs mémoires lorsqu’ils ont laissé des traces écrites. Lesquelles regorgent d’informations sur les us et les coutumes, sur l’état des routes et des auberges, sur les arts et le commerce, sur la vie au quotidien ; mais il est permis d’en attendre plus qu’une moisson de realia. La valeur de ces documents n’est pas étroitement documentaire : à l’historien, ils révèlent les goûts et les manières, l’outillage conceptuel des voyageurs, les modes de pensée et de classement. À l’anthropologue, ils racontent pourquoi émerge, même chez les voyageurs les plus obtus, un sens nouveau du relatif ; ils disent comment l’identité, individuelle ou collective, affronte la diversité des cultures ; ils montrent – en entraînant l’observateur dans un lointain point trop lointain, puisque borné à nos contrées – l’importance du rôle de l’autre dans le rapport de soi à soi. Au lecteur plus littéraire, ils posent des questions de poétique : comment se mêlent, dans tous ces textes, la description et le récit, le tableau et la chronique, la dissertation et l’anecdote ? Ou bien : dans quelle mesure peuvent-ils devenir, ainsi que l’illustre le cas de Sade, un banc d’essai du romanesque ? Effleurant à peine de tels problèmes, je réduirai encore le champ d’étude, pour ne considérer les voyageurs que dans une perspective « philosophique » : en tant qu’ils ont quelque chose à enseigner sur la rationalité des Lumières, et sur les voies de traverse qu’elle a suivies.

Survol historique

  • 2 Cité par Mona Ozouf, « Voyages en France dans la décennie révolutionnaire », dans W. Frijhoff et R (...)

3Quelques repères pour commencer. Du long règne d’Elizabeth aux années de Révolution, le Grand Tour couvre plus de deux siècles ; selon certains, il perdurerait jusqu’aux alentours du congrès de Vienne. Au début de l’âge classique, l’a favorisé l’idée nouvelle (mais déjà chère à Montaigne) que les voyages forment la jeunesse ; avec le repli nationaliste, le romantisme lui sera fatal – qui, érigeant le moi en créateur, valorisant ses seuls émois et dépréciant le « monde réel », ne peut que frapper d’inanité les voyages éducatifs. Mais dès le deuxième tiers du xviiie siècle, il est patent que le Grand Tour va se boucler. Les jeunes gens ne sont pas rares que révolte son didactisme : tel Alfieri, qui plante là son précepteur et va promener seul ses états d’âme entre Lisbonne et Pétersbourg. De nombreux autres trouvent désolant qu’on se déplace à l’étranger : en 1771, John Scott démontre que des Anglais ne devraient jamais quitter leur île. Et quand Legrand d’Aussy parcourt l’Auvergne, en 1787-1788, c’est en pestant contre les Touristes : « Toujours des voyages, de Suisse, d’Angleterre, d’Italie, de tous les États du monde enfin ! et jamais des voyages de France2 ! »

  • 3 Le témoignage de Hurd (Dialogues on the Uses of Foreign Travel, 1764), comme celui d’Adam Smith (T (...)

4L’histoire lexicale est éclairante : c’est en 1636, lors d’un voyage en France de Lord Granborne, que l’adjectif « grand » s’accole à « tour » ; dès lors le mot est anobli, à côté de « travel » et de « journey ». Sa légitimation intellectuelle, il la reçoit en 1670, dans l’Italian Voyage de Richard Lassels : « No man understands Livy and Caesar, Guicciardini and Monluc, like him, who has made exactly the Grand Tour of France and the Giro of Italy. » Le discrédit vient cent ans plus tard, quand le succès même du grand-tourisme l’a exposé à la critique. Qu’il soit, vers 1770, tout à la fois pratique courante et objet de raillerie, c’est ce qu’attestent notamment les Dialogues de Richard Hurd3.

  • 4 J’emprunte l’expression à E. Chevallier, « Une méthode universelle pour voyager avec profit, par l (...)

5Pour nous demeurent trois certitudes. En premier lieu, le rôle des Anglais est décisif en cette affaire : créateurs incontestés d’une grande mode européenne, ils lui ont aussi donné son nom, en détournant des mots français dont le sens était fort prosaïque (voir Littré et son Dictionnaire de la langue française : « Tour » était une « expression honnête des besoins naturels ». Exemple emprunté à Diderot : « Il allait se coucher dans un coin et demandait à faire son petit tour et son grand tour… »). Deuxièmement, le grand-tourisme survit longtemps à ses censeurs : en témoignent diverses rééditions du manuel de Thomas Nugent, intitulé Grand Tour précisément. En 1789 encore, le comte Berchtold, chambellan de l’empereur d’Autriche, publie une « méthode pour voyager4 » à des fins pédagogiques. Bien que le titre de son ouvrage mette en avant l’idée de patrie (Essay to direct and extend the inquiries of patriotic travellers), l’auteur demeure très attaché à la tradition cosmopolite ; avec le zèle d’un philanthrope, héritier de l’Encyclopédie, il rédige ses instructions pour un public extrêmement large. Et point seulement pour de jeunes nobles ; car le Grand Tour – troisième remarque – s’est modifié chemin faisant. La durée moyenne a diminué, ainsi que le coût de l’entreprise ; de nouveaux itinéraires se sont ouverts, surtout en Italie méridionale après la découverte d’Herculanum ; et de nouveaux travellers ont pris la route, hommes d’âge mûr ou d’influence, bourgeois cultivés et femmes d’esprit. Les voyages transeuropéens, dirions-nous en notre langage, ont dès lors changé d’aspect : « travaux dirigés » pour les cadets, mais « formation continue » pour les aînés.

6Si donc elles n’ont pas inventé le Grand Tour, et si elles en ont hâté la fin, le fait demeure que les Lumières correspondent à son âge d’or. Âge des Travel books, des Tagebücher, des Itinéraires, qui s’ouvre avec la « crise de la conscience européenne » analysée par Paul Hazard ; c’est-à-dire, suivant cet auteur, avec la mutation culturelle des années 1680-1715, dont le prodigieux essor des voyages est l’une des marques les plus visibles. Saint-Evremond, dans sa comédie Sir Politick Would-be, faisait déjà dire à un Allemand :

Nous voyageons de père en fils, sans qu’aucune affaire nous en empêche jamais ; si tôt que nous avons appris la langue latine, nous nous préparons au voyage ; la première chose dont on se fournit, c’est d’un Itinéraire, qui enseigne les voies ; la seconde, d’un petit livre qui apprend ce qu’il y a de curieux en chaque pays. Lorsque nos voyageurs sont gens de lettres, ils se munissent en partant de chez eux d’un livre blanc, bien relié, qu’on nomme Album amicorum, et ne manquent pas d’aller visiter les savants de tous les lieux où ils passent, et de le leur présenter afin qu’ils y mettent leur nom.

7Et Paul Hazard de commenter, en forçant à peine le trait :

  • 5 P. Hazard, La crise de la conscience européenne, 1680-1715, Paris, Fayard, 1961 ; réédition 1985, (...)

Cet Allemand-là n’épargnait pas sa peine : il lui fallait gravir les montagnes, jusqu’à leur cime ; suivre les rivières de leur source à leur embouchure, en comptant tous les passages et tous les ponts ; étudier les ruines des amphithéâtres et les débris des temples ; voir, en prenant des notes, les églises, les abbayes, les couvents, les places publiques, les hôtels de ville, les acqueducs, les citadelles, les arsenaux ; relever les épitaphes des tombeaux ; n’oublier ni les clochers, ni les carillons, ni les horloges ; et tout abandonner pour courir ailleurs, s’il entendait parler du sacre du Roi de France ou de l’élection de l’Empereur5.

8Tout voir, tout consigner et ne jamais perdre de temps : les règles sont strictes, que formulent les Instructions à l’usage des grand-touristes. Soyez « appliqué » et « diligent », écrit Colbert à son rejeton, le jeune marquis de Seignelay ; pareil conseil sera donné à trois générations de voyageurs, qu’une longue absence ne rebute pas. Des précepteurs, le plus souvent, veillent au sérieux de l’entreprise : François Misson, dont le Nouveau Voyage d’Italie (1691) devient un ouvrage de référence, sert de guide au comte d’Arran ; et le jeune La Galaizière, fils d’un chancelier du roi de Pologne, est escorté par Morellet. Il n’est pas rare que ces précepteurs aillent bien au-delà de leur mission : en rendant compte de leur expérience, sous forme de guide ou de journal, ils deviennent des médiateurs ; en publiant leurs comptes rendus, ils orientent les pas et la pensée de ceux-là même que le Grand Tour laisse totalement indifférents.

  • 6 À ce propos, et bien qu’il évoque tout autre chose qu’un Grand Tour, on cite souvent ce passage du (...)
  • 7 L’expression est de Grimm. Pour sa part, dans une lettre du 30 mai 1779, Sade a dit combien ses co (...)

9Car il est temps de le rappeler : la cohorte des voyageurs, que même les guerres ne peuvent arrêter6, ne comprend pas que des Touristes. Montesquieu n’est pas du nombre, non plus que Smollett ou Laurence Sterne ; et ce serait un grave abus que d’assimiler leurs équipées à celles des voyageurs traditionnels. Si un Caylus ou un Cochin s’attardent longuement en Italie, c’est en qualité d’artistes ou d’« antiquaires » ; quand Boswell se rend en Corse, c’est en songeant à Jean-Jacques Rousseau, dont il emporte dans ses bagages le Projet de constitution ; quand le futur auteur de l’Esprit des lois visite l’Allemagne et la Hongrie, la Hollande et l’Angleterre, sans oublier Gênes et Venise (1728-1731), c’est à des fins philosophiques – et notamment pour se convaincre, en observant sur leur terrain les mœurs des nations les plus diverses, qu’elles dépendent du sol et du climat. Quand Jean-Marie Roland se rend à Genève, avant de descendre jusqu’en Sicile (« s’il est un pays que la philosophie puisse contempler avec émotion, c’est la Suisse », écrit alors le futur ministre), il ne fait que son métier d’inspecteur des manufactures. Lettrés et savants, artistes et ingénieurs – sans parler des étudiants, proches mais distincts des grand-touristes – ont d’autres ambitions et d’autres soucis que les adeptes du voyage pédagogique ; impossible de les confondre, même si leurs chemins se croisent souvent. Chacun, du reste, tient à marquer sa différence, en affirmant singulières sa sensibilité et sa méthode ; chacun veut se distinguer non moins de ses pairs que des Touristes. Diderot exècre Caylus, les lettrés éreintent les antiquaires et Sterne se moque de tutti quanti. Les divergences peuvent être profondes : certains ne parcourent que le monde mondain, élargissant à l’Europe entière l’espace étroit des salons ; d’autres veulent servir une République (celle des Lettres, bien entendu) et en assurer le développement. Certains ne voyagent que dans les livres ; d’autres se font archéologues et donnent à l’histoire des bases nouvelles. Certains projettent dans l’avenir leur rêve d’une culture universelle ; pour d’autres, c’est dans les monuments de l’Antiquité que l’universel se donne à lire. Les Lumières rayonnent en sens divers, et il n’y a pas de voyageur-type (tout au plus des stéréotypes, qui justement creusent les écarts : spleen des Anglais, prodigalité des Russes, arrogance des Français, persuadés qu’à l’étranger on marche à quatre pattes et mange du foin7).

10Individuelles ou « nationales », imaginaires ou attestées, ne minimisons pas ces différences ; mais constatons que les voyageurs, dans les récits qu’ils nous transmettent, ont en commun le goût du savoir et font de la curiosité un leitmotiv. « Si vous êtes curieux, allez voyager », enjoignait en 1683 Trotti de la Chétarderie, dans ses Instructions pour un jeune Seigneur ; retournant la formule, les Lumières exigent bientôt qu’en voyage l’on soit curieux. « Tout m’intéresse, tout m’étonne », la phrase de Montesquieu est exemplaire. Et plus on avance dans le siècle, plus s’élargit la catégorie de l’intéressant : une part croissante de l’attention se porte sur la vie politique et religieuse, sur la législation et le commerce ; sans cesser d’être sensible à la beauté des œuvres d’art, on commence à s’émouvoir (près de deux siècles après les peintres) devant celle des paysages. Non que tous les visiteurs éprouvent le même intérêt pour la « nature », ni le même désir de connaissance ; mais on observe quelques constantes, des habitudes et des réflexes, des comportements ou des tendances, qui même chez les moins philosophes des voyageurs témoignent d’un esprit philosophique. La curiosité elle-même a changé de sens : éclairée, elle ne se contente plus, comme au siècle précédent, d’accumuler les notations, de collectionner des raretés, de repérer des curiosa pour s’enchanter de leur profusion ; c’est la permanence d’une nature qu’elle s’efforce de détecter, sous la variété des coutumes. Si « la culture produit des fruits divers », comme l’écrit Voltaire dans l’Essai sur les mœurs, « le fonds est partout le même » ; et l’exploration de ce fonds commun, pour les plus exigeants des voyageurs, devient une tâche prioritaire.

Du pédagogique au philosophique

  • 8 Voir la préface de Berchtold à son Essay : « J’ai pensé qu’après avoir acquis une connaissance de (...)
  • 9 Voir à ce sujet R. Pomeau, « Voyage et Lumières dans la littérature française du xviiie si (...)

11Insistons. Le voyage transeuropéen, aux yeux de ses premiers promoteurs, relevait plus de l’apprentissage que de la recherche : au xviie siècle, depuis l’Itinerary de Fynes Moryson (1617) jusqu’au Nouveau Voyage d’Italie de François Deseine (1688), on l’a réputé essentiel à la formation de l’honnête homme. « De même que la transplantation fortifie une plante », selon l’expression de Deseine, il devait « rendre l’homme plus complet ». Cette idéologie éducative, fondée comme tout le classicisme sur les couples indissociables de l’utile et de l’agréable, de l’instruction et du plaisir, les Lumières ne la récusent pas officiellement ; mais elles la retravaillent et l’infléchissent dans une perspective beaucoup plus large, subordonnant la culture individuelle au progrès général des connaissances. Tout en s’appropriant le grand-tourisme, elles le transforment en profondeur. Les voyages, au temps de Colbert, avaient pour rôle de dégrossir les jeunes élites, de les initier à la vie de Cour, de les préparer le mieux possible à servir le souverain ; pour Berchtold, cent ans plus tard, c’est à toute « l’humanité », non moins qu’à sa « patrie » et à lui-même, qu’un voyageur doit se rendre utile8. Comment ? En enquêtant sur le terrain, suivant un plan préétabli (que l’Essay fournit obligeamment) ; en constituant, dans chaque ville, un réseau d’informateurs ; en repérant, dans chaque pays, ce qui mérite d’être imité et peut enrichir le genre humain. Thomas Nugent pense de même : pas de voyage qui ne civilise ; et pour Burmann, tout voyageur digne de ce nom doit contribuer au bien commun, en faisant connaître ce qu’il découvre. Ainsi se rapprochent étroitement les notions de voyage et de progrès9 ; même le Grand Tour, si tributaire d’une pédagogie d’aristocrates, peut se faire « philosophique ».

12Cette philosophie emprunte deux voies, qui ne divergent qu’en apparence : l’exaltation du genre humain et la dénonciation de ses sottises. Pour les plus optimistes des voyageurs, se frotter aux divers peuples, à la variété de leurs usages, conduit au joyeux constat de leur accord en profondeur. Dans toute l’Europe se laisse déceler une possible entente entre les hommes. Alors les Lumières se teintent de rose, comme le rappelle Attilio Brilli :

  • 10 A. Brilli, Le Voyage d’Italie, traduction française, Paris, Flammarion, 1989, p. 52-53.

La fortune littéraire du voyage est due à la foi renouvelée de ce siècle dans l’unité profonde de la nature humaine, de ses passions et des principes moraux qui doivent nécessairement la régir : unité qui transcende les coutumes, les lois, les langues des peuples et des nations […]. Sans cet optimisme fondamental, cette foi rationnelle dans l’unité de la nature humaine, dont la variété des usages et des coutumes n’est que l’habit multicolore et chamarré, le développement du Grand Tour aurait été inconcevable ; car il est le fruit passionné de la raison des Lumières, de sa foi dans l’homme, de son esprit cosmopolite, de sa volonté de ne voir, représenter et décrire le différent, l’inhabituel ou l’étrange qu’à travers le prisme d’une idée ou d’une morale commune, d’une conception « moyenne » de la nature, d’un principe d’uniformité, éthique et esthétique, qui définit les hommes et les choses, les paysages et les villes10.

13Reste que la plupart de nos auteurs ont adopté un autre ton : le « différent », l’« inhabituel » et l’« étrange », ils le soumettent à la critique, voire à la satire la plus féroce. S’écarter de la « morale commune », ou du « principe d’uniformité », c’est s’exposer à leurs sarcasmes, instruments d’une raison assez difficile à distinguer de l’universalisme ethnocentrique. Exemple tiré de Guyot de Merville :

  • 11 M. Guyot de Merville, Voyage historique d’Italie, La Haye, 1729.

Lorsque [les Pisans] haïssent quelqu’un, et qu’ils veulent lui faire du mal, ils ont une manière de le battre tout à fait particulière. Ils prennent un sac, qu’ils remplissent d’os de femmes mortes dans la même année. Ensuite, ils vont trouver la personne à laquelle ils en veulent, et lui donnent dix ou douze coups avec ce sac. C’est une chose étonnante que l’effet de ces os. La personne ainsi battue a à peine la force de marcher, et elle tombe insensiblement dans une espèce de consomption, en sorte qu’il ne lui reste que la peau et les os, et qu’elle ne vit ordinairement, à ce qu’on dit, qu’autant de jours qu’elle a reçu de coups. C’est ce qui a donné lieu de dire que la femme est le plus méchant animal qui soit au monde, parce qu’elle est méchante encore un an après sa mort11.

  • 12 Voir à ce sujet la contribution de P. Laubriet, « Les guides de voyage au début du xviiie (...)

14Mais la cible privilégiée, c’est la superstition sous toutes ses formes ; et le plus rude bretteur, à cet égard, est sans conteste François Misson. Théoricien du récit de voyage (genre mixte, explique-t-il, à mi-chemin du roman et de l’érudition historique), l’auteur du Nouveau voyage d’Italie fait aussi figure de polémiste : on l’a perçu comme un héraut de l’armée anti-papiste. Ennemi farouche du mensonge – « la plus vilaine des choses du monde » –, ce huguenot fournit de nouvelles armes à la lutte contre les dogmes ; inédits et souvent drôles, ses arguments sont repris par les Lumières et nourrissent leur propagande12. Voltaire en fait bon usage, notamment à l’article « Âne », dans son Dictionnaire philosophique. Le suaire de Turin, le sang de saint Janvier à Naples, les « fatras d’os et de haillons sacrés » que sont à ses yeux les reliques : autant de thèmes qu’exploite Misson pour dénoncer les miracles, pourfendre les parti-pris et signaler (comme le fera Sade) ce que le catholicisme a de païen. Revu et conté par ce voyageur, le Grand Tour reste une école, mais de doute philosophique ; l’un de ses bienfaits principaux étant de séparer foi et raison. Dans cette tradition protestante, on verra aussi s’inscrire le sceptique Burnet, le rationaliste Charles Étienne Jordan (Histoire d’un voyage littéraire, 1736), le boulimique Blainville (Travels through Holland, Germany, Switzerland, Italy, traduction anglaise d’un original perdu). Tant il est vrai qu’un lien étroit unit les Lumières à la Réforme : « Les diverses nations de l’Europe, note Addison, se sont tirées de leur ignorance à proportion qu’elles ont eu commerce avec les Églises réformées. »

La raison en vacances13

  • 13 L’expression est de F. Moureau (« L’œil expert : voyager, explorer », dans Dix-huitième siècle,(...)

15Éloge du cosmopolitisme, critique des superstitions : les plus éclairés des voyageurs n’ont dédaigné ni l’un ni l’autre. Mais leur contribution aux Lumières peut s’avérer plus subtile ; sur un mode léger, voire spirituel, certains assimilent leurs aventures – tels Charles de Brosses et Dupaty – aux aventures de la raison. Entre celle-ci et le voyage, ils nouent un lien d’analogie. Suivant une remarque d’Enzo Cocco, leurs équipées prennent un sens métaphorique : elles représentent, en l’amplifiant, la dynamique même de la pensée ; elles extériorisent en quelque sorte, en les inscrivant dans un espace, les mouvements intimes de la raison. Elles traduisent son cheminement, elles rendent visibles ses procédures. Observation des phénomènes, mise à distance et ironie, séparation du sujet et de l’objet. Ce qu’est la rationalité critique, nos voyageurs – précisément parce qu’ils voyagent – savent l’exprimer fort concrètement ; et leurs gestes mêmes, en bien des cas, sont plus explicites que leurs propos. Caractéristique, à cet égard, est le comportement de Montesquieu, qui à peine arrivé dans une ville se perche sur le plus haut des monuments : tant il lui importe de dominer le chaos urbain, d’organiser ses sensations, de préserver toute sa personne des séductions de l’indistinct. Aux sens propre et figuré, il lui faut prendre de la hauteur, pour orienter ses analyses et bâtir son savoir méthodiquement. Par sa posture même, le voyageur dit l’éminence de la raison. Autre exemple chez Dupaty, qui raconte plus naïvement son plaisir d’être supérieur :

  • 14 Ch. Mercier Dupaty, Lettres sur l’Italie, Paris, 1788 (cité d’après mon anthologie Italies, Paris, (...)

Je ne pouvais me lasser de parcourir cette étendue de Forum ; j’allais d’un débris à l’autre, d’un entablement à une colonne, de l’arc de Septime Sévère à celui de Titus ; je m’asseyais ici sur un fût, là sur un fronton, plus loin sur un pilastre. J’avais du plaisir à fouler sous mes pieds la grandeur romaine : j’aimais marcher sur Rome14.

  • 15 Sur le rapport entre expérience et science moderne, voir les remarques éclairantes de G. Agamben d (...)

16Par de menus propos de ce genre, qui pullulent dans leurs récits, les voyageurs nous en disent long sur l’idéologie de leur époque, sur leurs passions et leurs espoirs, sur la subjectivité moderne et ses parcours. Ils nous racontent les rêves du siècle, la découverte du pittoresque, le triomphe des sensations ; disciples de Locke à leur insu, ils prônent une esthétique du sentiment ; et à les lire, on comprend comment se développe une conception nouvelle de l’expérience15.

  • 16 La comparaison pourrait s’appliquer aux contes de Voltaire, note Enzo Cocco, envers qui je suis he (...)
  • 17 Une variante du présent article, intitulée « Sur les routes d’Europe », a été publiée dans les act (...)

17Même en voyage, même en vacances, la Raison reste opérante ; elle agit seulement d’une autre manière, trop souvent inaperçue. Shaftesbury, dans ses Miscellaneous Reflections, compare les ouvrages majeurs des philosophes à des navires de haut bord ; les essayistes, au contraire, naviguent sur de petites embarcations16. Filons la métaphore : portés par des esquifs encore plus frêles, les auteurs de récits de voyage échappent aisément à l’attention ; personne ne semble les remarquer sur les voies royales de la connaissance. Ils les suivent pourtant, ou les balisent, ballottés dans les remous des grandes aventures intellectuelles. Et si la puissance leur fait défaut, il leur reste l’agilité17.

Notes

1 Parmi bien d’autres, on peut consulter l’anthologie The Age of the Grand Tour, Londres, 1967, avec une introduction de A. Burgess et F. Haskell ; les études de G. Trease, A History of the Golden Age of Travel. The Grand Tour, New York, 1967 ; C. Hibbert, The Grand Tour, Londres, 1969 ; R. Shackleton, « The Grand Tour in the Eighteenth Century », dans L. T. Milic (éd.), Studies in the Eighteenth Century Culture, 1971 ; A. Brilli, Il viaggio in Italia. Storia di una grande tradizione culturale dal xvi al xix secolo, Milan, 1987 ; G. E. Viola, Viaggiatori del Grand Tour in Italia, Milan, 1987.

2 Cité par Mona Ozouf, « Voyages en France dans la décennie révolutionnaire », dans W. Frijhoff et R. Dekker (éd.), Le voyage révolutionnaire, Hilversum, Verloren, 1991, p. 15.

3 Le témoignage de Hurd (Dialogues on the Uses of Foreign Travel, 1764), comme celui d’Adam Smith (The Wealth of Nations, 1776) et de John Moore, governor du duc de Hamilton et de lord Lauderdale (View of Society and Manners in Italy, 1781), est invoqué par C. de Seta dans L’Italia del Grand Tour da Montaigne a Goethe, Naples, Electa, 1992, p. 63.

4 J’emprunte l’expression à E. Chevallier, « Une méthode universelle pour voyager avec profit, par le comte Leopold Berchtold », dans Dix-huitième siècle, n° 22, 1990, p. 13-20.

5 P. Hazard, La crise de la conscience européenne, 1680-1715, Paris, Fayard, 1961 ; réédition 1985, p. 5-6.

6 À ce propos, et bien qu’il évoque tout autre chose qu’un Grand Tour, on cite souvent ce passage du Voyage sentimental de Sterne : « J’avais quitté Londres [pour Paris] si précipitamment, qu’il ne m’était pas venu à l’esprit que nous étions en guerre avec la France. »

7 L’expression est de Grimm. Pour sa part, dans une lettre du 30 mai 1779, Sade a dit combien ses compatriotes l’exaspéraient en Italie : « On ne rend point l’excès de la fatuité, de l’impertinence avec lequel nos élégants voyagent ; ce ton de dénigrement avec lequel ils parlent de tout ce qu’ils ne conçoivent pas, ou de tout ce qu’ils ne trouvent pas chez eux. » Cité par Ch. Thomas, Sade, Paris, Seuil, 1994, p. 52.

8 Voir la préface de Berchtold à son Essay : « J’ai pensé qu’après avoir acquis une connaissance de son pays, on pouvait, avec quelques instructions préliminaires et avec une attention bien dirigée, se rendre capable d’entreprendre des voyages aussi utiles à l’humanité qu’à sa propre patrie. » Cité par E. Chevallier, art. cit., p. 14.

9 Voir à ce sujet R. Pomeau, « Voyage et Lumières dans la littérature française du xviiie siècle », dans Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, t. 57, 1967, p. 1269-1289.

10 A. Brilli, Le Voyage d’Italie, traduction française, Paris, Flammarion, 1989, p. 52-53.

11 M. Guyot de Merville, Voyage historique d’Italie, La Haye, 1729.

12 Voir à ce sujet la contribution de P. Laubriet, « Les guides de voyage au début du xviiie siècle et la propagande philosophique », dans Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, t. 32, 1965, p. 269-325 ; ainsi que H. Harder, Le Président de Brosses et le voyage en Italie au xviiiesiècle, Genève, Slatkine, 1981 ; et R. Mortier, « Les voyageurs français en Italie et le débat sur les institutions au xviiie siècle », dans Modèles et moyens de la réflexion politique au xviiie siècle, t. I, Lille, 1976.

13 L’expression est de F. Moureau (« L’œil expert : voyager, explorer », dans Dix-huitième siècle, n° 22, 1990, p. 6).

14 Ch. Mercier Dupaty, Lettres sur l’Italie, Paris, 1788 (cité d’après mon anthologie Italies, Paris, Laffont, 1988, p. 67).

15 Sur le rapport entre expérience et science moderne, voir les remarques éclairantes de G. Agamben dans Enfance et histoire. Dépérissement de l’expérience et origine de l’histoire, Paris, Payot, 1989, p. 24-32.

16 La comparaison pourrait s’appliquer aux contes de Voltaire, note Enzo Cocco, envers qui je suis heureux de redire ici ma dette. D’une manière générale, il faudrait rappeler l’importance des voyages fictifs, exclus du présent exposé.

17 Une variante du présent article, intitulée « Sur les routes d’Europe », a été publiée dans les actes du colloque L’Homme des Lumières, sous la direction de Ph. Roger, Naples, Vivarium, 1995.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search